Données générales sur la dette. page 3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Données générales sur la dette. page 3"

Transcription

1 BulletinMensuel n 3 1 M a r s 1 6 Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais et russe Bloom ber g TREX<GO> Reuters <TRESOR> Actualité de l Agence France Trésor page 1 Actualité économique page Données générales sur la dette page 3 Marché secondaire page 5 Dette négociable de l État page 6 Économie française et comparaisons internationales page 8 L Agence France Trésor a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité. Actualité de l Agence France Trésor L AFT utilise les leviers de flexibilité de sa stratégie d'émission dans le contexte de QE Si le programme de rachat de titres du secteur public (PSPP 1 ) de l Euro-système lancé il y a un an constitue un soutien pour le programme d émission de l État, il a eu plusieurs effets techniques sur le marché de la dette française. Les achats réguliers de titres entre les maturités à 3 ans ont rendu nécessaire le réabondement régulier des souches anciennement émises (off-the-run) afin de maintenir la meilleure liquidité possible sur l ensemble des OAT. L AFT a donc accru la flexibilité de ses émissions pour répondre à la demande. La proportion des émissions off-the-run par rapport aux émissions totales s établit à un pic depuis 11 de 33,3 %, contre 1,8 % en 1. Le PSPP a permis d abaisser les primes de risque sur l ensemble de la courbe des taux et d alléger le coût d émission des titres de la dette, qui s'établit à, % fin mars 16 pour les émissions à moyen et long terme, contre,63 % en 15. Il permet à l État de bénéficier de taux à l émission bas sur l ensemble de la courbe de taux. Cette baisse des taux s est également traduite par une demande accrue de la part des investisseurs pour les titres de plus longue maturité offrant des rendements plus élevés. En conséquence, la durée de vie moyenne des émissions de l année 15 a augmenté, passant de 8,9 années en 1 à 9,1 années en 15, rendant la dette française plus résiliente à une hausse des taux dans les années à venir. Les nouvelles mesures de la BCE annoncées le 1 mars 16, incluant une hausse de milliards d euros des achats mensuels à 8 milliards dès avril et l inclusion d obligations d entreprises (corporate) notées investment grade libellées en euros dans la liste des actifs éligibles du PSPP, conduisent l AFT à poursuivre l exécution de son programme d émission en conservant à l esprit trois priorités. La première est de s assurer que le niveau de liquidité de la dette française reste au meilleur niveau parmi les dettes souveraines de la zone euro et dans le monde. La deuxième consiste à conserver une base d investisseurs large et diversifiée, par nature et par géographie, résidents et non-résidents, sur l ensemble de la courbe des taux, de sorte que la baisse des taux qui s opère grâce au PSPP ne conduise pas certains investisseurs à préférer d autres instruments aux OAT. La troisième consiste à se préparer dès aujourd hui à la fin programmée du QE et à une normalisation ordonnée des conditions de financement de l État, c est-à-dire à une hausse des taux découlant de la consolidation de la croissance et de la reprise de l inflation en Europe et en France. Taux moyen pondéré des émissions à moyen et long terme 1 Public Sector Purchase Programme 1

2 Actualité économique Évaluation des effets du nouvel assouplissement quantitatif de la BCE Michael Leister, analyste financier agréé (CFA) Responsable de la stratégie de taux d intérêt - Commerzbank Les acquéreurs de titres de dette souveraine ne manifestent jusqu à présent qu un enthousiasme modéré pour les dernières mesures d assouplissement quantitatif de la BCE. Bien que les spreads de taux par rapport aux obligations allemandes soient plus faibles qu avant la réunion, ils restent proches des niveaux qu ils affichaient au début de l année. Comme sur d autres segments, la déception liée à l absence de nouvelles baisses du taux de rémunération des dépôts à court terme fait de l ombre au dernier train de mesures de la BCE et à son recentrage sur les mesures non conventionnelles. L essoufflement que manifestait déjà l assouplissement quantitatif de la BCE n est sans doute pas étranger à cette situation. En effet, jusqu à présent, le programme d achats de titres du secteur public (Public Sector Purchase Program, PSPP) a laissé les investisseurs privés européens sur la touche, au lieu de les pousser vers des actifs à plus haut rendement comme le souhaitait la BCE (le «canal de la composition des portefeuilles» de son assouplissement quantitatif). Toutefois, les marchés semblent sous-estimer la portée et l ampleur des nouvelles mesures de la BCE et leur capacité à entraîner un resserrement des spreads. En premier lieu, la hausse de milliards d euros (Md ) des achats mensuels effectués dans le cadre du programme d achats de titres à compter du mois d avril est significative. Nous estimons que les achats mensuels d obligations d État européennes et d obligations émises par les agences augmenteront de 16 Md pour atteindre au total 6 Md par mois, et que les obligations d entreprises, ajoutées récemment, ne représenteront que 3 à 5 Md vers la fin du deuxième trimestre. Cela signifie que la BCE achètera désormais 8 % des émissions mensuelles brutes de dette souveraine. De plus, à la fin du programme, prévue pour mars 17, la BCE détiendra plus de % des obligations souveraines libellées en euros en circulation. Si l on ajoute à ces facteurs la chute des volumes d émission de dette souveraine après l habituelle concentration d émissions au premier trimestre, l offre nette, tenant compte de l assouplissement de la BCE, sera fortement négative au deuxième trimestre : les achats effectués dans le cadre du PSPP, les coupons et les rachats dépasseront d environ 165 Md les émissions prévues, soit plus de quatre fois le flux net (négatif) constaté au premier trimestre. Les OAT devraient également nettement tirer profit de cette dynamique ; selon nos prévisions, l offre nette, tenant compte de l assouplissement de la BCE, chutera en effet d environ 35 Md par rapport au premier trimestre (voir graphique). Par ailleurs, les achats effectués par la BCE dans le cadre de son nouveau programme d achats de titres émis par des sociétés (Corporate Sector Purchase Program, CSPP) ne commenceront que «vers la fin du deuxième trimestre 16» et les obligations d État seront probablement le principal instrument utilisé dans l intervalle. La concentration initiale d achats de titres de dette souveraine qui en résultera accentuera ainsi encore davantage les flux nets négatifs au deuxième trimestre. Dans le même temps, la BCE devra acheter de plus en plus les titres auprès d investisseurs européens, car les investisseurs étrangers - qui représentent, jusqu à présent, la majorité des vendeurs du PSPP - font pression pour liquider les réserves de change officielles, comme l ont déjà montré les dernières données sur les réserves de change chinoises. Nous prévoyons donc un resserrement des spreads entre les obligations d État libellées en euros et les obligations allemandes au deuxième trimestre, d autant qu un environnement de taux stables et très négatifs devrait finir par débloquer le canal de la composition des portefeuilles et pousser les investisseurs plus loin dans la courbe de crédit Les OAT bénéficient de l amélioration des flux nets au deuxième trimestre Offre brute d OAT attendue (rachats + coupons + achats dans le cadre du PSPP), en Md 3.3Md T1 Source : BCE, AFT, Commerzbank Research -3.1Md offre attendue coupons + rachats achats dans le cadre du PSPP flux nets T Avertissement : en ouvrant cette tribune, l Agence France Trésor offre à des économistes l occasion d exposer librement leur opinion ; les propos ici exprimés n engagent donc que les auteurs et en aucun cas l Agence France Trésor, ni le Ministère des Finances et des Comptes publics.

3 Données générales sur la dette Calendrier indicatif d adjudication Court terme Moyen terme Long terme Indexés Avril 16 date d adjudication / date de règlement / Mai 16 date d adjudication date de règlement / décalages (jours fériés, etc.) Dette négociable à moyen et long terme de l État au 9 février 16 Encours actualisé par ligne, en milliards d euros Moyen et Long Terme : émissions de l année et cumul au 9 février 16 OAT /19 OAT 11/ OAT 1/ OATi 3/5 OAT 11/5 OAT /6 OAT i 7/7 OAT i 7/3 OAT 5/31 OAT 1/ OAT i 7/ taux fixe indexés OAT 5/5 émis avant 16 émissions 16 Émissions nettes des rachats au 9 février ,1 1,1 jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Moyen et Long Terme : échéancier prévisionnel au 9 février 16 Mois Intérêts Amortissements mars-16, avr-16 16, 9,7 mai-16 3, juin-16 juil-16 3,7 3, août-16 sept-16 oct-16 15,8 6, nov-16 1, 11, déc-16 janv-17 févr-17, 3,9 3

4 1/9 1/1 1/11 1/1** 1/13* 3/1* 6/1* 9/1* 1/1* 3/15* 6/15* 9/115* 1/115* 61,9 6, 63,9 6,6 6, 63,8 6, 6, 63,9 6,8 61,9 67,8 67, Données générales sur la dette Détention par les non-résidents des titres de la dette négociable de l État : ème trimestre 15 En % de la dette négociable exprimée en valeur de marché Détention des titres de la dette négociable de l État par groupe de porteurs : ème trimestre 15 Structure en % exprimée en valeur de marché 7 7 non résidents ,1 1,8 8, ,9 assurances françaises établissements de crédit français 5 5 OPCVM français 8 61,9 autres (français) * Chiffres établis avec les positions titres trimestrielles ** Chiffres révisés avec la position titres définitive Source : Banque de France Source : Banque de France Dette négociable de l État au 9 février 16 En euros Total Dette à Moyen et Long Terme Encours démembré Durée de vie moyenne 7 ans et 35 jours Total Dette à Court Terme Durée de vie moyenne 117 jours ENCOURS TOTAL Durée de vie moyenne 7 ans et 67 jours Dette négociable de l État et contrats d échanges de taux d intérêt («swaps») au 9 février 16 Fin 13 Fin 1 Fin 15 Fin janv. 16 Fin fév. 16 Encours de la dette négociable dont titres indexés Moyen et Long Terme Court Terme Encours de swaps Durée de vie moyenne de la dette négociable avant swaps 7 ans 6 ans 7 ans 7 ans 7 ans 5 jours 363 jours 7 jours 35 jours 66 jours après swaps 7 ans 6 ans 7 ans 7 ans 7 ans jours 36 jours 7 jours 35 jours 66 jours

5 1/1 3/1 5/1 7/1 9/1 11/1 1/15 3/15 5/15 7/15 9/15 11/15 1/16 Marché secondaire Courbe des taux sur titres d État français Valeur en fin de mois, en % Volume moyen des transactions quotidiennes sur les titres à moyen et long terme an 5 ans 1 ans ans 3 ans 5 ans 8 6 Source : Bloomberg /1 /15 /16 Source : déclarations des SVT, hors flux réalisés dans le cadre du programme d achats de titres du secteur public du système européen de l Eurosystème. Montant des opérations de démembrement et de remembrement 5 remembrement démembrement encours démembré (->) Source : Euroclear Encours des pensions des SVT en fin de mois taux fixe taux variable autres 1/1 /1 3/1 /1 5/1 6/1 7/1 8/1 9/1 1/1 11/1 1/1 1/15 /15 3/15 /15 5/15 6/15 7/15 8/15 9/15 1/15 11/15 1/15 1/16 Source : déclarations des SVT 5

6 Dette négociable de l État Dette à court terme au 9 février 16 Échéance Encours ( ) BTF mars BTF 9 mars BTF 16 mars BTF 31 mars BTF 6 avril BTF 13 avril BTF avril BTF 7 avril BTF mai BTF 11 mai BTF 19 mai BTF 5 mai BTF 8 juin BTF juin BTF 6 juillet BTF juillet BTF 3 août 16 1 BTF 18 août BTF 1 septembre BTF 1 octobre BTF 9 novembre BTF 7 décembre BTF janvier BTF 1 février Dette à moyen et long terme (échéances 16 19) au 9 février 16 code libellé encours ( ) coeff. ind. encours nomi. ( ) démembrés ( ) Échéance FR OAT 3,5% 5 avril FR BTAN,5% 5 juillet FR BTANi,5% 5 juillet (1) 1, FR OAT 5% 5 octobre FR OAT,5% 5 novembre Échéance FR17353 BTAN 1,75% 5 février FR OAT 3,75% 5 avril FR17669 BTAN 1% 5 juillet FR OATi 1% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre Échéance FR OAT % 5 février FR16983 OAT % 5 avril FR OAT 1% 5 mai FR OAT i,5% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre FR OAT 1% 5 novembre Échéance FR OAT % 5 février FR OAT,5% 5 avril FR11788 OAT 1% 5 mai FR1853 OATi 1,3% 5 juillet (1) 1, FR5791 OAT 8,5% 5 octobre FR OAT 3,75% 5 octobre FR OAT,5% 5 novembre FR5795 OAT cap. 9,8% 31 décembre () (1) valeur nominale x coefficient d indexation (valeur nominale si le coefficient est inférieur à 1) () y.c. intérêts capitalisés au 31/1/15 ; non offerte à la souscription 6

7 Dette négociable de l État Dette à moyen et long terme (échéances et plus) au 9 février 16 code libellé encours ( ) coeff. ind. encours nomi. ( ) démembrés ( ) Échéance FR18518 OAT 3,5% 5 avril 36 3 FR OAT % 5 mai 969 FR15559 OAT i,5% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre FR OAT,5% 5 novembre 395 Échéance FR OAT 3,75% 5 avril FR11376 OATi,1% 5 juillet (1) 1,1 6 9 FR OAT 3,5% 5 octobre Échéance FR571 OAT 8,5% 5 avril FR OAT 3% 5 avril FR OAT i 1,1% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre 7 91 Échéance FR57185 OAT 8,5% 5 avril FR OAT 1,75% 5 mai FR OATi,1% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre Échéance FR OAT,5% 5 mai FR11788 OAT i,5% 5 juillet (1) 1, FR OAT 1,75% 5 novembre Échéance FR OATi,1% 1 mars (1) 1, FR15177 OAT,5% 5 mai FR57115 OAT 6% 5 octobre FR OAT 1% 5 novembre Échéance FR19169 OAT 3,5% 5 avril Échéance FR11875 OAT i 1,85% 5 juillet (1) 1, FR OAT,75% 5 octobre Échéance FR5716 OAT zéro coupon 8 mars (3) Échéance FR57118 OAT 5,5% 5 avril FR18613 OATi 3,% 5 juillet (1) 1, Échéance FR OAT,5% 5 mai FR OAT i,7% 5 juillet (1) 1, Échéance FR OAT 1,5% 5 mai Échéance 3 et plus FR OAT i 3,15% 5 juillet (1) 1, FR OAT 5,75% 5 octobre FR176 OAT,75% 5 avril FR13711 OAT % 5 octobre FR17367 OAT i 1,8% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 avril FR OAT 3,5% 5 mai FR OAT % 5 avril FR OAT % 5 avril (1) valeur nominale x coefficient d indexation (valeur nominale si le coefficient est inférieur à 1) (3)valeur actualisée au 8/3/15 ; non offerte à la souscription 7

8 Économie française et comparaisons internationales Derniers indicateurs conjoncturels Production industrielle, glissement annuel 1.9% 1/16 Consommation des ménages*, glissement annuel * produits manufacturés Sources : Insee, Minefi, Banque de France.6% /16 Taux de chômage (BIT) 1.3% 1/15 Prix à la consommation, glissement annuel ensemble -.% /16 ensemble hors tabac -.% /16 Solde commercial, fab-fab, cvs -3.7 Md 1/16 " " -3.7 Md 1/15 Solde des transactions courantes, cvs -1. Md 1/16 " " -. Md 1/15 Taux de l'échéance constante 1 ans (TEC1).1% 31/3/16 Taux d intérêt à 3 mois (Euribor) -.% 9/3/16 Euro / dollar /3/16 Euro / yen /3/16 Situation mensuelle du budget de l État Solde du budget général Source : Minefi Recettes Dépenses Solde des comptes spéciaux du Trésor Solde général d exécution niveau à la fin janvier Finances publiques : déficit et dette En % du PIB ,5 3,1 3,9 3,5 3,,3,5 3, 7, 6,8 5,1,8,1, 3, Déficit (échelle gauche) Dette (échelle droite) hors impact des garanties européennes Dette (échelle droite) avec impact des garanties européennes Sources : Eurostat, Insee Dette des administrations publiques en 1 En % du PIB 5 5 5, , 95,3 7,9 13,3 9,1 15, 5 Sources : Eurostat (16), FMI (15), Insee (16) 8

9 Économie française et comparaisons internationales Calendriers des indicateurs économiques français Avril 16 Mai 16 7 Balance des paiements en février Balance des paiements en mars 7 Commerce extérieur en février Commerce extérieur en mars 8 Production industrielle en février 1 Production industrielle en mars 1 Eurozone economic outlook - 16 T 1 Investissements dans l industrie : avril 13 Prix à la consommation : indice de mars 1 Prix à la consommation : indice d avril 1 Inflation (IPCH) : indice de mars 13 Emploi salarié : résultats provisoires 16 T1 1 6 Conjoncture dans l industrie : enquête mensuelle d avril Conjoncture dans l industrie : enquête trimestrielle d avril 6 Demandeurs d emploi en mars 18 Inflation (IPCH) : indice d'avril 19 Demandeurs d emploi 16 T1 (BIT) Conjoncture dans l industrie : enquête mensuelle de mai 7 Conjoncture auprès des ménages : enquête d'avril 5 Demandeurs d emploi en avril 8 Construction neuve en mars 7 Conjoncture auprès des ménages : enquête de mai 9 Consommation des ménages en produits manufacturés en mars 7 Comptes nationaux trimestriels : premiers résultats 16 T1 9 Réserves nettes de change en mars 31 Construction neuve en avril 9 Comptes nationaux trimestriels : premiers résultats 16 T1 31 Réserves nettes de change en avril 31 Consommation des ménages en produits manufacturés en avril 31 Prix à la production dans l industrie : indice d'avril Sources : Insee, Eurostat Cette publication, propriété exclusive de l AFT, est protégée, dans toutes ses composantes, par les dispositions du code de la propriété intellectuelle, notamment celles relatives aux droits d auteur. Toute reproduction des contenus, intégrale ou partielle, par quelque moyen que ce soit, non autorisée par l Agence, est strictement interdite. En conséquence, toute reproduction des contenus de l œuvre, exclusivement limitée à des fins non commerciales, devra dans tous les cas obtenir l autorisation du titulaire des droits. La demande d autorisation devra être exercée auprès du directeur de la publication, par , à l adresse suivante : Les réutilisations devront indiquer la source et la date de la reproduction, assorties du symbole du copyright Agence France Trésor. 9

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3

n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3 Bulle nmensuel n 91 Août 1 Directeur de publica on : Ambroise Fayolle Rédac on : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais http://www.aft.gouv.fr Bloomberg TREX Reuters Actualité

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 2009

BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 2009 BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 29 DONNEES GENERALES SUR LA DETTE... 1 MARCHE PRIMAIRE... 2 MARCHE SECONDAIRE... 4 TRIBUNE LIBRE... 6 ECONOMIE FRANCAISE... 7 COMPARAISONS INTERNATIONALES... 8 DETTE NEGOCIABLE

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1) Evolution des principaux indicateurs macroéconomiques Indicateurs 2010 2011 2012 (p) 2013 (p) 2014 (p) 2015 (p) Croissance du PIB à prix constants (%

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Intervention de Jacques Fournier Directeur général des Statistiques Banque de France 16 janvier

Plus en détail

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant»

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» Aperiodique n 16/075 15 mars 2016 BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» La BCE a annoncé qu elle augmentait le montant du QE de 20 Mds EUR par mois et qu elle ajoutait certaines obligations d entreprises

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 22 juin 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO - AVRIL 2015 En avril 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 8_1 8_ 8_7 8_1 9_1 9_ 9_7 9_1 1_1 1_ 1_7 1_1 11_1 11_ 11_7 11_1 1_1 1_ 1_7 1_1 13_1 13_ 13_7 13_1 1_1 1_ 1_7 1_1 15_1 15_ 15_7 15_1 16_1 16_ 16_7 16_1 17_1 17_ 17_7 17_1 18_1 18_ 18_7 18_1 BulletinMensuel

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Cliquet Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à l échéance* Une durée d investissement conseillée de 8 ans Indexation à l indice de référence

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Lettre trimestrielle n 37 : T2 2015 Points saillants : Baisse de 2,1% de la part C sur le trimestre à 220,77. Encours de 2 274

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Analyse thématique Belfius Research Février 2016 Introduction Les taux sont à un niveau historiquement bas. Pour un crédit à 10 ans, l

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines Commentaire Rendement Au troisième trimestre, les FPI hypothécaires ont cédé une partie du terrain gagné plus tôt dans l année, comme en témoigne le léger recul des cours des titres adossés à des créances

Plus en détail

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné UNION BANCAIRE POUR LE COMMERCE ET L INDUSTRIE Société Anonyme au capital de 100.007.645 Dinars Siège Social : 139, Avenue de la Liberté, 1002-Tunis Registre

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

HEXAGONE RENDEMENT. Le produit est émis par Morgan Stanley BV, société ad hoc de droit néerlandais et soumis au risque de défaut de l émetteur

HEXAGONE RENDEMENT. Le produit est émis par Morgan Stanley BV, société ad hoc de droit néerlandais et soumis au risque de défaut de l émetteur HEXAGONE RENDEMENT Titres de créance présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée :

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE er juillet N 78 L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie L exemple présent du Royaume-Uni montre à nouveau le rôle

Plus en détail

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C 49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C -SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGRÉMENT N GP95012 TVA

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada La promotion de la prospérité économique et financière du Canada Exposé présenté devant la Chambre de commerce de Lévis Lévis (Québec) Le 8 février 2010 Pierre Duguay Sous-gouverneur Mandat Aux termes

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Charte SVT. Toute révision ou modification de cette charte fait l objet d une consultation des SVT.

Charte SVT. Toute révision ou modification de cette charte fait l objet d une consultation des SVT. Charte SVT 16 novembre 2012 Introduction Les «Spécialistes en Valeurs du Trésor» (SVT) sont les partenaires privilégiés de l agence France Trésor (AFT) pour la gestion de la dette et de la trésorerie de

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance Journées de l économie Lyon 10 novembre 011 La soutenabilité de la croissance Quel business plan pour la politique économique de la France? 1 La France en 00 suivant les tendances actuelles Le business

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

GEMAST OBLIG COURT TERME

GEMAST OBLIG COURT TERME Fonds commun de placement GEMAST OBLIG COURT TERME Exercice du 01/07/2014 au 30/06/2015 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion Cet OPCVM

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE MARCHÉS RECHERCHE ÉCONOMIQUE décembre N 99 La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de -9 Nous pensons que la prochaine crise sur les marchés financiers

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

EURO-BULLETIN EURO FLASH J -273 L ÉCONOMIE FRANÇAISE INNOVATION SIMPLICITÉ LIQUIDITÉ TRANSPARENCE INNOVATION SIMPLICITÉ LIQUIDITÉ TRANSPARENCE

EURO-BULLETIN EURO FLASH J -273 L ÉCONOMIE FRANÇAISE INNOVATION SIMPLICITÉ LIQUIDITÉ TRANSPARENCE INNOVATION SIMPLICITÉ LIQUIDITÉ TRANSPARENCE 99 OAT 8, % 11- OAT 7, % - OATi % 7-9 OAT,% -8 OAT TEC 1 1-9 OAT 6, % -11 OAT 8, % - OAT, % -9 BTAN 7,7 % - OAT % EURO-BULLETIN -9 BTAN, % 7- BTF /11/99 BTF /9/99 OAT 8, % 11- OAT 7, % - OATi % 7-9 OAT,%

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 Source : AFT, Banque de France BulletinMensuel n 3 1 M a i 1 6 Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

AGF OCTOPLUS 3. Caractéristiques financières

AGF OCTOPLUS 3. Caractéristiques financières Code Isin : FR0010056556 NOTICE D'INFORMATION AGF OCTOPLUS 3 FONDS A FORMULE AVERTISSEMENT Le FCP AGF OCTOPLUS 3 est construit dans la perspective d un investissement sur la durée totale de la formule,

Plus en détail

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Lettre trimestrielle n 47 : T1 2015 Points saillants : Hausse de 16,7% de la part C sur le trimestre à 769,43. Encours

Plus en détail

Règlement de gestion du fonds Post Optima OPTIMIX 11/2022 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis

Règlement de gestion du fonds Post Optima OPTIMIX 11/2022 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Règlement de gestion du fonds Post Optima OPTIMIX 11/2022 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement de gestion est applicable au fonds Post Optima

Plus en détail

BRYAN GARNIER CREDIT FUND

BRYAN GARNIER CREDIT FUND BRYAN GARNIER CREDIT FUND L'investisseur est invité à consulter la page 6 de ce document, qui contient une définition des facteurs de risque du fonds. L investisseur est également invité à consulter la

Plus en détail

La nouvelle convention d assurance chômage face à la dégradation conjoncturelle : des vertus sous estimées?

La nouvelle convention d assurance chômage face à la dégradation conjoncturelle : des vertus sous estimées? La nouvelle convention d assurance chômage face à la dégradation conjoncturelle : des vertus sous estimées? Face à la brutale dégradation de la conjoncture, l assurance chômage va jouer un rôle crucial

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 6 N 68 Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie La Réserve Fédérale et la BCE, probablement parce que cela rend leur communication

Plus en détail

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs :

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs : 28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT Textes constitutifs : Loi organique n 2001-692 du 1 er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. * * * Textes pris dans le cadre

Plus en détail

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

Etude économique sur le secteur de la restauration

Etude économique sur le secteur de la restauration Fonds de Modernisation de la Restauration Etude économique sur le secteur de la restauration Partie II / IV Analyse des impacts du passage de la TVA de 19,6% à 5,5% sur la filière et l économie française

Plus en détail

La liquidité du bilan de l entreprise et son impact sur la valeur de l entreprise

La liquidité du bilan de l entreprise et son impact sur la valeur de l entreprise La liquidité du bilan de l entreprise et son impact sur la valeur de l entreprise Pascal Quiry Lundi 22 mars 2010 Avant 2008, on pouvait résumer comme suit l état de la recherche aboutie sur ce sujet :

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail