Interaction uide/structure : ambage d'un lament élastique dans un écoulement cellulaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interaction uide/structure : ambage d'un lament élastique dans un écoulement cellulaire"

Transcription

1 FORMATION Sciences de la Matière École Normale Supérieure de Lyon Université Claude Bernard Lyon I Stage Nawal Quennouz M2 Physique Interaction uide/structure : ambage d'un lament élastique dans un écoulement cellulaire Résumé : J'ai étudié l'interaction entre un lament déformable et un écoulement à points de stagnation à bas nombre de Reynolds. Dans cet écoulement à réseau de points de stagnation, près des points de stagnation, le lament est soumis à une forte compression et peut donc être déformé. Tout au long de ce stage, je me suis intéressée conséquences du ambage du lament sur ses propriétés de transport aux temps longs. Diérentes techniques de mesures ont été utilisées (PIV, rhéologie) pour caractériser quantitativement l'écoulement et les propriétés du lament. Mots clés : Filament élastique, ambage, écoulement cellulaire, rhéologie, PIV Stage eectué au Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes 10 rue Vauquelin, Paris du 6 avril au 31 juillet 2009 sous la direction de Olivia du Roure et de Anke Lindner

2 Je tiens à remercier vivement mes directrices de stage Olivia du Roure et Anke Lindner, qui m'ont accueillie et encadrée durant ces quatre mois de stage. Je tiens aussi à remercier José Lanuza et Guillaume Clermont qui ont contribué à l'amélioration du dispositif expérimental ainsi que Ramiro Godoy- Diana qui m'a aidé pour la réalisation des mesures de PIV. Et merci à tous les membres du laboratoire, qui m'ont réservé un excellent accueil. J'aurais, dans cet environnement, passé quatre mois très agréables. 2

3 Table des matières 1 Introduction 4 2 Simulation numérique Modélisation Transition de ambage Résultats numériques Dispositif expérimental Écoulement à points de stagnation Montage expérimental Amélioration du dispositif expérimental Caractérisation de l'écoulement : mesures de PIV Filament Rhéologie Résultats Acquisition et traitement des images Résultats expérimentaux Perspectives 18 6 "Turbulence élastique" Simulation numérique Résultats expérimentaux Expériences de détachement de gouttes Conclusion 22 8 Annexes 25 3

4 1 Introduction Mon stage s'est déroulé au sein de l'équipe Mouillage & Colloïdes et de l'équipe Granulaires du Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes (PMMH) de l'école Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles (ESPCI). Une des thématiques de recherche développée par ces équipes porte sur l'étude de l'interaction uide/structure qui correspond à l'étude du comportement d'un objet exible dans un écoulement. En eet, un écoulement peut agir sur un objet avec lequel il est en contact en le déplaçant ou en le déformant. Le déplacement et la déformation de l'objet peuvent, à leur tour, avoir une rétroaction sur l'écoulement environnant l'objet, qui se traduit par une modi- cation de l'écoulement. L'interaction uide/structure correspond donc à un problème de physique non linéaire. On trouve dans la littérature un nombre important d'études théoriques et de simulations numériques qui porte sur ce type de problèmes dynamiques ([1], [2]). On peut citer en particulier le travail réalisé par Micheal Shelley, et. al., qui ont simulé la dynamique d'un lament exible au sein d'un écoulement cellulaire à bas nombre de Reynolds an d'en étudier ses propriétés de transport [3]. C'est d'ailleurs à la suite d'un séminaire donné par Micheal Shelley au laboratoire qu'est né, il y a déjà deux ans, le projet sur lequel j'ai travaillé. Le dispositif expérimental que j'ai utilisé a été mis en place par Elie Wandersman lors de son post-doctorat durant lequel il a caractérisé la transition de ambage d'un lament élastique [4]. Au cours de ce stage, nous avons cherché à déterminer les propriétés de transport d'un lament élastique dans un écoulement cellulaire. C'est-à-dire étudier les conséquences du ambage du lament sur son transport aux temps longs. 2 Simulation numérique 2.1 Modélisation Dans [3], Yuan-Nan Young et Micheal Shelley ont simulé la dynamique d'un lament élastique dans un écoulement cellulaire 2D. Cet écoulement (cf gure (1)) est constitué par un réseau de points de stagnation générés par des vortex contrarotatifs en rotation en bloc. La formule analytique utilisée pour simuler cet écoulement périodique 2D est : [ ] sin(x)cos(y) U(x, y) = k (1) cos(x)sin(y) où les points (nπ, mπ, 0) avec n et m entiers, correspondent aux points de stagnation. Dans ce réseau quand le lament est transporté, il subit une forte compression en arrivant à proximité du point de stagnation qui peut éventuellement le faire amber. Le lament élastique est décrit par son rayon, r, sa longueur, L tel que r << 1 et son module d'young L Y. Sur la gure (2) on peut voir le comportement d'un lament au cours d'une simulation. A l'instant initial le lament est aligné avec l'axe de compression puis est transporté au niveau d'un point de stagnation. Au niveau de ce point de stagnation les forces visqueuses deviennent susamment élevées pour déformer le lament. Cette déformation permet au 4

5 lament de se positionner sur plusieurs lignes de courant. Il peut ainsi s'échapper du point de stagnation et explorer d'autres cellules du réseau. Fig. 1 Schéma de quatre cellules de l'écoulement cellulaire. Fig. 2 Simulation numérique d'un lament élastique au voisinage d'un point de stagnation : a) le lament arrive au point de stagnation où il est fortement comprimé, b) sous l'eet des forces visqueuses, il ambe, c) grâce à sa déformation le lament change de ligne de courant, d) puis il s'échappe [3]. 2.2 Transition de ambage La déformation du lament est déterminée par l'intensité relative des forces visqueuses, F v η ɛl 2, qui tendent à le déformer et des forces élastiques, F el Y r4, qui cherchent à L le maintenir droit. An de caractériser la transition de ambage, on introduit 2 un nombre sans dimension, le nombre élasto-visqueux ou plus fréquemment appelé "sperm number" Sp qui correspond au rapport des forces élastiques et des forces visqueuses : Sp = η ɛl4 Y r 4 (2) 5

6 avec η la viscosité du uide, ɛ le taux de compression de l'écoulement et L et r respectivement la longueur et le rayon du lament. Un calcul de stabilité linéaire [3] a mis en évidence que l'instabilité de ambage avait lieu pour un Sp critique égal à 150. Cette valeur est en accord avec les résultats expérimentaux d'elie Wandersman [4]. 2.3 Résultats numériques Les résultats des simulations ont montré que la exibilité du lament induit un changement dans ses propriétés de transport. En eet, comme on peut le voir sur la gure (3), le lament contrairement à un objet parfaitement ponctuel ne reste pas indéniment piégé sur la même ligne de courant fermée ou sur un point de stagnation. Mais, au contraire, il change de cellule (cf zoom de la trajectoire) et explore une grande partie de l'écoulement. La déformabilité du lament lui confère ainsi des propriétés de transport. Fig. 3 Trajectoire d'un lament (à gauche), zoom d'une portion de la trajectoire (à droite) (le code couleur dénit la longueur bout à bout du lament). Sur la gure (4) est représenté le déplacement quadratique moyen d'un lament en fonction du temps. Ces résultats ont été obtenus pour un même lament mais pour diérentes valeurs de nombre élasto-visqueux Sp. On peut tout d'abord noter que le déplacement quadratique moyen est linéaire en temps pour toutes les valeurs de Sp. Le ambage du lament lui confère donc le même comportement qu'un marcheur aléatoire. Cette gure montre aussi que la diusivité augmente avec la déformation du lament, car en eet plus Sp est élevée plus le lament se déforme (courbe 1, 2, 3, 4, 5). Mais si l'on continue d'augmenter Sp, le déplacement quadratique moyen i.e. la diusivité diminue (courbe 6 et 7) jusqu'à s'annuler. Cette décroissance peut s'expliquer par le fait que l'augmentation du nombre élasto-visqueux, donc des forces visqueuses, entraîne une déformation plus importante du lament jusqu'à atteindre une conguration en "pelote" et donc avoir un comportement qui se rapproche de celui d'un objet ponctuel, piégé par les lignes de courant. Ces simulations ont permis de mettre en évidence la richesse et l'originalité d'un tel système. 6

7 Fig. 4 Déplacement quadratique moyen du lament en fonction du temps (proportionnel au nombre de pas (cf gure (18)) pour diérentes valeurs de η (dans les notations de l'article [3] η correspond au nombre élasto-visqueux Sp). La courbe en pointillé correspond au déplacement quadratique moyen d'un marcheur aléatoire d 2 = 4Dt avec D = 0.38 [3]. Nous allons maintenant présenter une réalisation expérimentale de ce système. Pour cela, nous allons débuter par la présentation du montage expérimental. 3 Dispositif expérimental 3.1 Écoulement à points de stagnation Montage expérimental Le réseau de points de stagnation de l'écoulement est créé par un forçage électromagnétique, la force de Lorentz : F = I B. Cette force est obtenue grâce à l'utilisation d'un réseau d'aimants de pôles Nord/Sud alternés 4 5 (cf gure (5)), de diamètre 3 cm, placés sous un électrolyte dans lequel passe un courant électrique d'intensité comprise entre 100 et 600 ma. Ce dernier est produit par un générateur de courant (Hewlett Packard 6644A DC Power Supply). L'électrolyte est un mélange dans les mêmes proportions en volume d'eau pure et de Polyéthylene Glycol (PEG) de masse molaire comprise entre 950 et 1050 g/mol, dans lequel on ajoute du chlorure de sodium jusqu'à saturation pour permettre une bonne conduction du courant. Le PEG permet d'atteindre une viscosité dynamique de 35 mp a.s. La solution est ensuite placée dans une cuve de dimension 15 cm 25 cm sous laquelle le réseau d'aimants a été placé. Sur les bords de la cuve sont xées deux électrodes en feutre de carbone reliées au générateur de tension. Un inverseur de courant est aussi intégré au 7

8 Caméra i~100 ma 600 ma Inverseur de courant Electrode en fibre de carbone Electrolyte visqueux η = 35 mpa.s mélange PEG 1000 / eau salée Réseau periodique d'aimants, orientation alternée (Nord / Sud) Dimensions : 150 x 250 mm Fig. 5 Schéma du montage expérimental circuit électrique an de pouvoir changer manuellement le signe du courant et donc le sens de rotation des vortex Amélioration du dispositif expérimental Au cours de ce stage, dans le but d'étudier les conséquences du ambage du lament sur ses propriétés de transport au temps longs, l'objectif a été de réaliser des expériences plus longues que celles faites auparavant par Elie Wandersman. Dans ce but, nous avons cherché à utiliser la totalité de l'écoulement. Dès les premières expériences, nous nous sommes rendus compte que les cellules des bords de la cuve étaient très déformées. En eet, comme on peut le voir sur les images de la gure (6) les cellules du bords mesuraient environs 4,6 cm alors que celles du centre mesuraient 3 cm. Pour résoudre ce problème, nous avons placé aux bords de la cuve des cales en plexiglas an d'adapter la dimension de la cuve à un multiple entier de la taille des aimants. La mise en place de ces cales a ainsi permis l'obtention d'un réseau de points de stagnation régulier. Cette modication de l'écoulement nous a contraint à refaire des mesures de vitesse an de le caractériser quantitativement Caractérisation de l'écoulement : mesures de PIV Principe PIV : Vélocimétrie par Imagerie de Particule 8

9 Fig. 6 Images d'une portion de l'écoulement sans cales (à gauche) et avec les cales (à droite). Ces deux images représentent les positions successives de bille de polystyrène de 250 µm de diamètre obtenues en projetant une pile d'images sur une seule image. Dans cette partie nous allons décrire de manière succincte une technique de mesure de vitesse, largement utilisée en hydrodynamique classique et adaptée au système étudié. Le principe de base de cette méthode est de suivre le déplacement d'un motif créé par un petit ensemble de traceurs, préalablement dispersés de manière uniforme dans le uide, entre deux images successives. Ainsi, connaissant le déplacement de la fenêtre du motif δx et l'écart de temps δt entre les images, nous accédons à la vitesse V = δx (gure (7)). δt Pour faire nos mesures de PIV nous avons utilisé des billes de polystyrène de 140 µm de diamètre éclairées par deux lampes halogènes. L'acquisition des images a été faite grâce à l'utilisation d'une caméra rapide (Phantom). Fig. 7 Principe de la PIV. Lors de mesure de PIV, il convient d'optimiser la durée séparant deux images et le temps expositions, an de réaliser des mesures de vitesse correctes : - La durée δt séparant deux images doit être adaptée à la vitesse de l'écoulement. Elle doit être assez courte pour pouvoir identier une même fenêtre sur deux images successives 9

10 et assez longue pour avoir un déplacement en pixel signicatif. - Le choix du temps d'exposition est aussi très important : il doit être assez grand pour que le rapport signal/bruit soit susant et susamment faible pour que le motif dans la fenêtre ne soit pas trop ou. En pratique pour des vitesses de 3 cm/s, un bon compromis est 10 ms pour le temps d'exposition. Enn, la mesure de la vitesse se fait grâce à une corrélation d'images via l'utilisation du logiciel commercial de PIV DaVis utilisant le formalisme des transformées de Fourier. Le principe consiste à calculer le déplacement d'un motif, créé par un ensemble de particules dans une petite fenêtre (pour le calcul de la PIV, nous avons pris une fenêtre de dimension 8 8 pixels), entre deux images successives par corrélation de portions d'images. Cette corrélation est réalisée par transformée de Fourier pour optimiser le calcul. Mesures de PIV : La gure (8) représente le champ de vitesse que j'ai mesuré pour un courant imposé d'intensité 400 ma ainsi qu'un zoom du champ centré sur un point de stagnation. L'écoulement est donc bien un écoulement cellulaire. La bidimensionnalité de l'écoulement a été vériée par le calcul de la divergence du champ de vitesse (cf gure (9)). Sur la gure (8), on voit les cellules de l'écoulement. La taille, W, des cellules est égale au diamètre des aimants i.e. W = 3 cm. Concernant l'écoulement, il est important de noter la diérence entre deux types de point où la vitesse s'annule (cf gure (8)). Certains correspondent à des points de stagnation (S) où l'écoulement est hyperbolique, alors que les autres (C) sont les centres des vortex dans lesquels le uide s'écoule en rotation pure. Fig. 8 Champ de vitesse expérimental de l'écoulement mesuré par PIV. S correspond à un point de stagnation et C correspond à un centre de vortex (à gauche), zoom du champ de vitesse centré sur un point de stagnation (à droite). Malgré sa complexité l'écoulement est très bien décrit par la formule de vitesse suivante : [ sin( πx πy )cos( U(x, y) = k ) ] W W cos( πx πy )sin( ) (3) W W 10

11 Fig. 9 Divergence de l'écoulement pour un courant imposé de 400 ma C'est d'ailleurs ce champ de vitesse qui a été utilisé pour réaliser les simulations numériques (cf partie 2.1). On en déduit ainsi à partir du tenseur des déformations le taux de compression de l'écoulement ɛ (i.e. la partie symétrique du tenseur des déformations) : ɛ = πk W cos(πx W )cos(πy W ) (4) Dans le but de décrire de manière précise cet écoulement complexe, j'ai représenté sur la gure (10) un zoom du champ de vitesse centré et le zoom du taux de compression correspondant calculés avec les équations (3) et (4). Contrairement à un écoulement hyperbolique pour lequel le taux de compression est constant, l'écoulement que nous utilisons a un taux de compression non uniforme du fait de la présence de la rotation en bloc. Dans la formule (3) du champ de vitesse, le paramètre k est la vitesse maximum de l'écoulement. Il peut être ajusté en faisant varier l'intensité du courant appliqué, I. Nous avons mesuré la vitesse maximum pour toutes les valeurs de courant imposées (cf gure (11)). Ces mesures ont montré que k est proportionnel à I, avec un coecient de proportionnalité α = Filament Les laments que nous utilisons pour nos expériences sont constitués de Polyvinyl siloxane (Zhermack elite double 8), matériau habituellement utilisé par les dentistes pour la réalisation des empreintes dentaires. Le polymère réticule dans des capillaires en verre (Drummond Microcaps) de 3, 5 cm de longueur et de 100 µm de rayon. La réticulation prend minutes. Pour extraire, le lament il sut de casser une extrémité du capillaire puis d'extruder le lament à l'aide d'une pince. Cette étape se fait dans un bain d'éthanol an de faciliter l'extraction du lament en diminuant sa tension de surface. Les 11

12 Fig. 10 Champ de vitesse centré sur un point de stagnation (à gauche) et zoom du taux de compression (à droite) calculés à partir des équations (3) et (4) Fig. 11 Vitesse maximum en fonction de l'intensité du courant appliqué et ajustement par une loi linéaire (pente :α = 0.013). laments (cf gure 12) que nous utilisons ont ainsi une longueur L = 1.2 cm, un rayon r = 100 µm et un module d'young Y que l'on peut faire varier entre 90 et 270 kp a simplement en ajustant la proportion polymère/réticulant (cf tableau (1)). Du fait de sa faible densité et des forces capillaires le lament otte à la surface de l'électrolyte, permettant ainsi d'avoir un déplacement et une déformation uniquement bidimensionnels Rhéologie An de mesurer la valeur du module d'young des laments en fonction de la proportion polymère/réticulant, nous avons réalisé des mesures de rhéologie dans un rhéomètre classique (Thermo Haake RS100), dans lequel nous avons fait réticuler le polymère pen- 12

13 Fig. 12 Filament polymère/réticulant Y (kp a) 1 / / / / Ultimate* 3 4 / Tab. 1 Valeurs du module d'young pour diérentes proportions polymère/réticulant (* Correspond à un autre type élastomère plus souple). dant 30 minutes an que le polymère ait totalement réticulé et que le matériau soit homogène, avant de réaliser les mesures des modules élastique et visqueux. Pour réaliser ces mesures nous avons appliqué une contrainte de 5 kp a, la déformation en résultant était de l'ordre de 1%. Sur la gure (13) sont représentés les modules élastique G' et module visqueux G" en Pascal en fonction de la fréquence des oscillations en Hertz, pour des gels ayant des proportions polymère/réticulant diérentes. Pour les deux proportion polymère/réticulant on peut observer que le module élastique est largement supérieur au module visqueux, le lament est donc très peu viscoélastique. Et faisant, l'hypothèse d'incompressibilité du matériau on peut déduire son module d'young [5] à partir de la formule suivante : Y = 3 G (5) 4 Résultats Cette partie est dédiée à la présentation des résultats expérimentaux portant sur les propriétés de transport d'un lament élastique dans un écoulement cellulaire. 13

14 Fig. 13 Module élastique G' et module visqueux G" (P a) en fonction de la fréquence des oscillations (Hz) pour une contrainte appliquée de 5 kp a et pour des proportions polymère/réticulant 1/ 2 (en trait plein) et 3/ 1 (en pointillé) Acquisition et traitement des images L'acquisition des données de nos expériences a été réalisée en lmant l'évolution d'un lament au sein de l'écoulement cellulaire (cf gure (14)). Pour cela, nous avons pris 5 images par secondes avec un temps d'exposition de 30 ms grâce à l'utilisation d'une caméra PixeLink positionnée au dessus de l'écoulement. Fig. 14 Images d'un lament souple (3 s séparent les deux images, I = 150 ma) Les séquences d'images issues de chaque expérience sont ensuite analysées par un programme sous le logiciel ImageJ an d'en tirer des résultats quantitatifs. Cette analyse d'images nous donne accès à la position du centre de masse du lament, la position de ses extrémités, sa distance bout à bout, sa courbure moyenne et sa courbure maximum. La 14

15 connaissance de toutes ces données nous permettra d'étudier les propriétés de transport du lament. Comme nous l'avons déjà mentionné dans la partie (3.1.3) le taux de compression n'est pas constant. Grâce à la position du centre de masse du lament et à la valeur de la vitesse maximale on peut ainsi accéder à partir de l'équation (4) à la valeur du taux de compression à laquelle le lament est soumis à chaque instant. A partir des données issues de l'analyse des résultats nous avons pu tiré des premières informations sur le transport du lament dans un écoulement cellulaire. 4.2 Résultats expérimentaux Un grand nombre d'expériences a été fait (cf annexes tableau (2)). Dans cette partie, nous allons traiter en détail quelques unes. Sur les gures (15) et (16) sont représentés la position du centre de masse et la courbure moyenne de deux expériences d'une durée de 2 minutes pour une même intensité de courant imposée, en l'occurrence 400 ma mais pour deux laments de modules d'young diérents : la gure (15) correspond à un lament souple ayant un module de 90 kp a alors que la gure (16) correspond à un lament rigide de module d'young 270 kp a. On peut à partir de ces gures extraire des propriétés de transport du lament élastique (X(t), Y(t)) et les liées au fait qu'il ait ambé ou pas, par sa courbure. Fig. 15 Position du centre de masse du lament "souple" (Y = 90 kp a), sa courbure moyenne et seuil de courbure ajusté à la main ( ) (ce seuil de courbure a été utilisé pour caractériser la transition de ambage). 15

16 Fig. 16 Position du centre de masse du lament "rigide" (Y = 270 kp a), sa courbure moyenne et seuil de courbure ajusté à la main ( ). La première observation, que nous pouvons faire à partir de ces résultats sur la dynamique du lament aux temps courts, est que le lament peut ralentir lorsqu'il ambe (cf gure (15) (A)). Cette gure met aussi en évidence l'eet du ambage sur le déplacement du lament. En eet, comme on le voit sur la gure (15) les événements de ambage s'accompagnent souvent d'un changement de cellule du lament (A, B et C), ou précèdent un changement de cellule (D). Sur la gure (16) qui présente les résultats de l'expérience réalisée avec le lament rigide, on peut noter un changement de cellule du lament (F) malgré l'absence d'évènement de ambage. Ce changement de cellule est dans ce cas attribué à la taille du lament. Sur la gure (17), sont représentées les trajectoires ainsi que les courbures (en couleur) des deux laments des expériences présentées précédemment. On voit sur cette gure que l'espace exploré par le lament souple (Y = 90 kp a) est plus grand que celui exploré par le lament rigide. Il semblerait donc que la exibilité du lament lui confère un comportement plus diusif. Le rapport d'aspect ( r L ) semble aussi jouer un rôle sur les propriétés de transport du lament, il sera donc intéressant d'eectuer des expériences avec des laments plus courts an de préciser l'inuence du rapport d'aspect sur les propriétés de transport des laments. Au cours de mon stage, j'ai cherché à étudier le comportement du lament aux temps longs. Pour cela, nous avons mesuré le déplacement du lament dans la cuve pour des laments de module d'young diérents, an d'en tirer des conclusions sur leur comportement diusif en fonction de leur rigidité. Mais comme on peut le voir sur la gure (18) qui représente le déplacement du lament en fonction du temps, la durée de l'expérience 16

17 Fig. 17 Représentation de la trajectoire des deux laments (cf gures (15) et (16)) : à gauche lament rigide (Y = 270 kp a), à droite le lament souple (Y = 90 kp a), la courbure moyenne est représentée en couleur avec la même échelle. est trop petite, du fait de la taille réduite de notre réseau de points de stagnation. Cette diculté a été accentuée par le fait que, dans le but de faire le traitement des images, nous avons été contraint malgré l'amélioration de l'écoulement de réduire la zone exploitable, à cause de uctuations de l'éclairement au niveau des bords de la cuve (cf gure (19)). Dans le cas où nous gardions les bords de la cuve, lors du traitement des images, deux types d'erreurs avaient lieu : soit le lament n'était pas détecté, soit c'était la uctuation de l'intensité lumineuse qui était détectée. An de contourner ce problème de traitement d'images pour les expériences pour lesquelles nous avons exploité la totalité de l'écoulement, j'ai compté manuellement le temps durant lequel un lament reste dans la même cellule. Ce compte a été eectué pour deux laments diérents (un souple, Y = 90 kp a et un rigide, Y = 270 kp a) pour le lament rigide la valeur de l'intensité imposée était de 450 ma et pour le lament souple nous avons imposé des valeurs d'intensité de 450 et 150 ma. La dernière valeur d'intensité a été choisie de manière à avoir le même nombre élasto-visqueux que le lament rigide, pour tester si le nombre élasto-visqueux Sp est le paramètre de contrôle adapté à ce système. Les résultats de ce comptage sont représentés sur la gure (20). Là aussi, du fait d'un nombre très faible de donné il très dicile de pouvoir conclure sur ces résultats. Mais à terme, nous espérons qu'à partir d'un grand nombre de données, des propriétés sur le comportement et le transport des laments pourront être obtenues à partir de ce type de résultats, qui seront obtenus de manière automatisé dans un futur très proche (enn, je l'espère). 17

18 Fig. 18 Déplacement d'un lament rigide en fonction du nombre de pas eectués (I = 450 ma). Dénition d'un pas : un pas correspond au passage près d'un point de stagnation, chaque arc de couleur correspond à un pas (à droite). Fig. 19 Photographie d'un bord de la cuve :a) image brute, b) image de la moyenne de l'intensité lumineuse, c) image après soustraction de la moyenne : on note la persistance de la uctuation lumineuse sur le bord de la cuve. 5 Perspectives Comme je l'ai déjà mentionné à plusieurs reprises, la principale diculté à laquelle nous avons été confrontés est la taille très limitée de notre écoulement, qui nous a empêché de réaliser des expériences aux temps longs. Pour contourner ce problème, nous avons d'ores et déjà commencé la fabrication d'un dispositif expérimental constitué d'aimants trois fois plus petit (la taille des aimants est de 1 cm) (cf gure (21)), ce nouveau réseau nous permettra déjà de multiplier par neuf la taille du réseau de points de stagnation. Avec ce nouveau réseau d'aimants la taille des cellules de l'écoulement va elle aussi être divisée par trois et donc dans le but de garder le même rapport taille du lament sur taille des cellules nous allons devoir diviser par trois la taille du lament. Et comme on peut le voir sur l'équation (2), le nombre élasto-visqueux, Sp, est proportionnel au rapport d'aspect du lament. Ainsi, an que les laments soient toujours dans la même 18

19 Fig. 20 Distribution du temps (nombre de pas) durant lequel le lament reste piégé dans une cellule : : lament rigide (450 ma), :lament souple (150 ma), : lament souple (450 ma). Fig. 21 Réseau d'aimants de 3 cm de diamètre (à gauche), nouveau réseau d'aimants de 1 cm de diamètre (à droite). gamme de nombre élasto-visqueux, le rayon des laments doit lui aussi être trois fois plus petit. Des tests de fabrication de laments plus ns, grâce à une technique de ow focusing, ont déjà été fait par un stagiaire. La technique semble convaincante mais la réalisation n'est pas encore au point. 6 "Turbulence élastique" Au cours de mon stage, j'ai aussi réalisé des expériences de "turbulence élastique" dans un écoulement à bas Reynolds. En d'autres termes, nous avons cherché à savoir si d'autre eets que l'inertie pouvaient être à l'origine d'une turbulence bidimensionnelle, en particulier les eets viscoélastiques. Là aussi, cette idée d'expérience nous est venue à la suite d'un séminaire présenté par Micheal Shelley [6]. D'autant plus que le dispo- 19

20 sitif permettant de créer notre écoulement bidimensionnel s'y prêtait parfaitement, il a d'ailleurs été conçu à l'origine pour étudier la turbulence bidimensionnelle. 6.1 Simulation numérique Becca Thomases et Micheal Shelley ont réalisé une étude numérique de la dynamique à bas nombre de Reynolds d'un uide viscoélastique dans un écoulement à points de stagnation (cf gure (1)). La gure (22) est tiré de l'article [6], elle représente l'évolution du champ de vorticité. On voit qu'au temps t=100 l'écoulement est laminaire et symétrique. Cette symétrie est ensuite brisé (t=800), l'écoulement devient turbulent à cause des eets viscoélastiques. Fig. 22 Champ de vorticité de l'écoulement au instant t=100 pour (a), 800 pour (b), 1400 pour (c), 1700 pour (d) [6] An de vérier ces prédictions numériques nous avons réalisé des expériences avec le même système : écoulement cellulaire et uide viscoélastique. 6.2 Résultats expérimentaux Pour réaliser les expériences de "turbulence élastique" nous avons utilisé le même dispositif que celui présenté précédemment. Pour le uide viscoélastique, nous avons fabriqué une solution de polymère Polyacrylamide (PAA) de masse molaire g/mol à 1000 ppm dans laquelle nous avons ensuite ajouté du chlorure du sodium jusqu'à saturation pour permettre une bonne conduction du courant. Les mesures de vitesse ont été faites par PIV, en utilisant des traceurs de 140 µm. L'acquisition des images a été réalisée avec une caméra rapide (Phantom), en prenant 50 images par seconde et avec un temps d'exposition de 10 ms. 20

21 Sur la gure (23), j'ai représenté le champ de vorticité calculé à partir des mesures de PIV. Ces résultats ont été obtenus pour une valeur de courant imposée égale à 600 ma. Fig. 23 Champ de vorticité à t = 10 s (à gauche) et pour t = 20 s (à droite) Sur cette gure, on observe donc le même comportement que celui obtenu par les simulations numériques, avec aux premiers instants (t=10 s) de l'expérience un écoulement symétrique, puis l'écoulement se déstabilise et perd son caractère symétrique. A partir des mesures de PIV nous avons pu calculer le nombre de Reynolds de l'écoulement Re = ULρ avec U = 5.3 cm/s, L = 3 cm la taille des cellules initiales de l'écoulement η ρ = 1158 kg/m 3 et η = 5 mp a.s. on trouve un nombre de Reynolds Re = 370. On en a donc déduit que nous n'étions pas dans les conditions d'écoulement à bas nombre de Reynolds, et que la turbulence observée était simplement dû aux eets inertiels. Parallèlement nous avons mesuré les propriétés viscoélastiques de la solution d'électrolyte contenant le polymère et constaté que le caractère viscoélastique est fortement diminué par le sel. La solution présente malgré tout un léger comportement viscoélastique (formation de laments quand une goutte se détache) qui nous a masqué ce résultat. 6.3 Expériences de détachement de gouttes Il a été démontré [7] que les expériences de détachement de gouttes permettent d'estimer les temps de relaxation de solutions de polymères. Pour un uide newtonien : goutte d'eau Le principe de l'expérience est le suivant : nous formons une goutte à l'extrémité d'un capillaire. Au fur et à mesure de l'augmentation du volume de la goutte, les forces capillaires deviennent insusantes pour maintenir la goutte en équilibre. L'interface devient instable et la goutte commence à se détacher, où l'on a un écoulement avec une très forte élongation. Maintenant les forces capillaires tendent à amincir le cou, H min, qui s'est 21

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912)

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) R e = UD/ν Re>2000 Re>4000 M1 fluides : turbulence 1 M1 fluides : turbulence 2 I- Définition

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

1.5 0.5 -0.5 -1.5 0 20 40 60 80 100 120. (VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j ))

1.5 0.5 -0.5 -1.5 0 20 40 60 80 100 120. (VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j )) La logique oue dans les PME/PMI Application au dosage de l'eau dans les bétons P.Y. Glorennec INSA de Rennes/IRISA glorenne@irisa.fr C. Hérault Hydrostop christophe@hydrostop.fr V. Hulin Hydrostop vincent@hydrostop.fr

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources Master Maths Finances 2010/2011 Data Mining janvier 2011 RapidMiner 1 Introduction 1.1 Présentation RapidMiner est un logiciel open source et gratuit dédié au data mining. Il contient de nombreux outils

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton Influence d un film viscoélastique ultra-mince sur la réponse d une pointe oscillante : vers un aspect quantitatif du mode semi contact d un microscope à force atomique Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE

Plus en détail

Mécanique des Fluides

Mécanique des Fluides Mécanique des Fluides Franck Nicoud I3M franck.nicoud@univ-montp2.fr MKFLU - MI4 1 Plan général 1. Rappels 2. Quelques solutions analytiques 3. Notion de turbulence 4. Aérothermique 5. Interaction fluide-structure

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Opérations de base sur ImageJ

Opérations de base sur ImageJ Opérations de base sur ImageJ TPs d hydrodynamique de l ESPCI, J. Bico, M. Reyssat, M. Fermigier ImageJ est un logiciel libre, qui fonctionne aussi bien sous plate-forme Windows, Mac ou Linux. Initialement

Plus en détail

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Séminaire mi parcours Stock-e 2010 CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Iyad Balloul Renault Trucks - iyad.balloul@volvo.com Eric Bideaux INSA Lyon - eric.bideaux@insa-lyon.fr Marc Michard LMFA - Marc.Michard@ec-lyon.fr

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Titre : Modélisation de l'amortissement en dynamique linéa[...] Date : 4/11/11 Page : 1/13 Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Résumé : Les analyses dynamiques linéaires des structures

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

RESULTATS de MESURES et PRECISION

RESULTATS de MESURES et PRECISION Licence de physique, parcours Physique appliquée aux Sciences de la Vie et de la Planète Année 2005-2006 RESULTATS de MESURES et PRECISION Fascicule à lire avant de commencer les Travaux Pratiques Sommaire

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège)

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Thème SANTE SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Acquis du collège : une tension alternative périodique (comme celle du secteur) est une tension qui se répète à l'identique

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES E. Fransolet, M. Crine, G. L Homme, Laboratoires de Génie Chimique, P. Marchot, D. Toye. Université

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Couples de variables aléatoires discrètes

Couples de variables aléatoires discrètes Couples de variables aléatoires discrètes ECE Lycée Carnot mai Dans ce dernier chapitre de probabilités de l'année, nous allons introduire l'étude de couples de variables aléatoires, c'est-à-dire l'étude

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Théorie de la crédibilité

Théorie de la crédibilité ISFA - Année 2008-2009 Théorie de la crédibilité Chapitre 2 : Prime de Bayes Pierre-E. Thérond Email, Page web, Ressources actuarielles Langage bayesien (1/2) Considérons une hypothèse H et un événement

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Forces et Interactions

Forces et Interactions Février 2013 Cours de physique sur les Forces et les Interactions page 1 1 Objectifs Forces et Interactions Le but de ce cours est d'introduire la notion de force et d'étudier la statique, c'est-à-dire

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

TP SIN Traitement d image

TP SIN Traitement d image TP SIN Traitement d image Pré requis (l élève doit savoir): - Utiliser un ordinateur Objectif terminale : L élève doit être capable de reconnaître un format d image et d expliquer les différents types

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1

Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Utilisation de l AFM pour l étude d échantillons Acquisition des données et traitement d image Stage de master 1 Farida Bendriaa, Virginie Hoel, Henri Happy Institut d'electronique et de Microélectronique

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE

UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE 3 ème COURS Electricité Chapitre 4 UTILISTION DE L'OSCILLOSCOPE Je dois savoir Mesurer une tension Mesurer une durée Ce qu'est un oscillogramme Reconnaître l'oscillogramme d'une tension Mesurer période

Plus en détail

Les automates cellulaires

Les automates cellulaires LES AUTOMATES CELLULAIRES 9 Que savons-nous si des créations de mondes ne sont point déterminées par des chutes de grains de sable? Victor Hugo, Les Misérables, Quatrième partie, Livre troisième, III Les

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

Abstract : Mots clefs : Résistance thermique de contact ; Modèles prédictifs. 1 Introduction

Abstract : Mots clefs : Résistance thermique de contact ; Modèles prédictifs. 1 Introduction Étude comparative et validation de modèles prédictifs de résistance thermique de contact dans le cas solide-liquide avec prise en compte de la tension superficielle Saannibe Ciryle SOME a, Didier DELAUNAY

Plus en détail

Diagrammes de décisions binaires

Diagrammes de décisions binaires Diagrammes de décisions binaires Épreuve pratique d'algorithmique et de programmation Concours commun des écoles normales supérieures Durée de l'épreuve: 3 heures 30 minutes Juillet 2009 ATTENTION! N oubliez

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

Olympiades de Physique

Olympiades de Physique Avec l'aide des professeurs : M me Larasse et M. Brasselet Et du chercheur : M. Reyssat Olympiades de Physique Xavier LE GALL Philippe-Henri BLAIS Fabrice BENHAMOUDA Sommaire Introduction...3 Observations...4

Plus en détail

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008)

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008) Examen optimisation Centrale Marseille (28) et SupGalilee (28) Olivier Latte, Jean-Michel Innocent, Isabelle Terrasse, Emmanuel Audusse, Francois Cuvelier duree 4 h Tout resultat enonce dans le texte peut

Plus en détail

Photo d'un oscilloscope courant : DESCRIPTION DE L'OSCILLOSCOPE

Photo d'un oscilloscope courant : DESCRIPTION DE L'OSCILLOSCOPE Avant de commencer ce sujet sur l'oscilloscope, je vais en guise d'introduction parlé du choix de cet appareil et donc en même temps de ces différentes spécifications, et il y en a, cela relève même parfois

Plus en détail

Utilisation d informations visuelles dynamiques en asservissement visuel Armel Crétual IRISA, projet TEMIS puis VISTA L asservissement visuel géométrique Principe : Réalisation d une tâche robotique par

Plus en détail

Mathématiques et petites voitures

Mathématiques et petites voitures Mathématiques et petites voitures Thomas Lefebvre 10 avril 2015 Résumé Ce document présente diérentes applications des mathématiques dans le domaine du slot-racing. Table des matières 1 Périmètre et circuit

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

Compte rendu sur le séminaire de la FIP du 13/11/07: «Les bulles de savon» présenté par David Quéré

Compte rendu sur le séminaire de la FIP du 13/11/07: «Les bulles de savon» présenté par David Quéré Compte rendu sur le séminaire de la FIP du 13/11/07: «Les bulles de savon» présenté par David Quéré Compte rendu écrit par Raphaël Raynaud et Gautier Solard Introduction Les bulles de savon représentent

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique)

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Enseignement collège et lycée Article Code Véhicule électrique à énergie solaire

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

Chapitre 1: Facteurs d'échelle

Chapitre 1: Facteurs d'échelle Chapitre 1: Facteurs d'échelle Des considérations générales sur la taille des objets ou des êtres vivants et leur influence sur différents paramètres, permettent d'établir simplement quelques lois ou tendances,

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/64 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE 1 PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE Cette première partie se divise en cinq chapitres : Le chapitre 1 donne quelques généralités sur l'état cristallin. Le chapitre est consacré aux calculs dans

Plus en détail

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur

TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur TP Cours Ferromagnétisme - Transformateur 1. PROPRIETES DES MILIEUX FERROMAGNETIQUES La réalisation de transformateurs nécessite l utilisation de matériaux fortement aimantables. Ce sont les ferromagnétiques.

Plus en détail

Temps d'exposition de la caméra Watec LCL902K

Temps d'exposition de la caméra Watec LCL902K Temps d'exposition de la caméra Watec LCL902K Lors de WETO 2006 * une discussion s'est engagée sur la possibilité de connaître le début du temps d'exposition du senseur de la caméra. Il n'y a pas eu de

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre VI Polarisation de la lumière Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Dénition 2 Types de polarisation 3 Polariseurs / analyseurs 4 Les lames de

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAPEUR

ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAPEUR 1 ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAEUR I/ REAMBULES IMORTANTS distinction gaz et vapeur: les deux dénominations réfèrent strictement au même état physique, l'état gazeux. On nomme gaz un corps pur existant seulement

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 0 e Colloque National en Calcul des Structures -7 Mai 0 Simulation numérique par éléments finis de l écoulement dans un mélangeur bi-vis et l interaction mélange-mélangeur Hamza DJOUDI *, Jean-claude

Plus en détail

9 5 2 5 Espaces probabilisés

9 5 2 5 Espaces probabilisés BCPST2 9 5 2 5 Espaces probabilisés I Mise en place du cadre A) Tribu Soit Ω un ensemble. On dit qu'un sous ensemble T de P(Ω) est une tribu si et seulement si : Ω T. T est stable par complémentaire, c'est-à-dire

Plus en détail

Adaptation d'un véhicule au revêtement de la piste

Adaptation d'un véhicule au revêtement de la piste Adaptation d'un véhicule au revêtement de la piste Théo ZIMMERMANN, 2010-2011 Introduction J'ai travaillé en relation avec l'équipe de Marc Denante, ingénieur chez Eurocopter, qui participe au Marathon

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Unités, mesures et précision

Unités, mesures et précision Unités, mesures et précision Définition Une grandeur physique est un élément mesurable permettant de décrire sans ambiguïté une partie d un phénomène physique, chacune de ces grandeurs faisant l objet

Plus en détail

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europâisches Patentamt 09) J» European Patent Office Numéro de publication: 0 001 192 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 78400084.6 @ Date de dépôt: 30.08.78 IntCl.2:

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail