Contrat de plan. Etat-Région

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contrat de plan. Etat-Région"

Transcription

1 Contrat de plan Etat-Région

2 La démarche du cahier sectoriel La volonté conjointe de l État, de la Région et de la branche Propreté de s engager dans une concertation régulière au sujet de la relation emploi-formation s est traduite par la signature d un contrat d objectifs de formation le 30 mars 1994, renouvelé le 22 juin Ainsi, un processus d échanges s est engagé sur la durée du Contrat de Plan qui contribuera à l expression des besoins en termes d emplois et de qualifications du secteur considéré, notamment en favorisant la recherche de cohérence, l évolution et l adaptation des systèmes de formation professionnelle. Le cahier sectoriel Propreté apporte, sous une forme concentrée, une connaissance du secteur en Bretagne en ce qui concerne les aspects économiques, l emploi, le marché du travail et la formation. Il s est agi de rassembler les informations quantitatives et qualitatives disponibles, de les analyser, de les mettre en relation et de dégager les tendances et les problématiques. Ce process de co-construction a été piloté par le GREF Bretagne avec le concours de l organisation professionnelle et des services publics impliqués dans la relation emploi-formation. Les participants Fédération des Entreprises de Propreté et Services Associés (FEPSA) Syndicat des Entreprises de Nettoyage de la Région Ouest (SENRO) Fonds d Action pour la Réinsertion et l Emploi (FARE) Fonds d Assurance Formation (FAF) Propreté Conseil Régional de Bretagne Rectorat d Académie de Rennes Direction Régionale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle (DRTEFP) Direction Régionale de l Agence Nationale Pour l Emploi (DRANPE) Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE Bretagne) Union de Recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d Allocations Familiales (URSSAF) Groupement d Intérêt Public de la Relation Emploi-Formation (GREF Bretagne). 3

3 4

4 Sommaire Le tissu économique breton p. 7 Un secteur de services p établissements et emplois salariés en Bretagne p. 8 Des entreprises localisées autour de leurs donneurs d ordre p. 8 Un tissu économique dynamique p. 8 Le contexte d évolution du secteur p. 9 Un secteur en pleine expansion p. 9 L évolution des métiers et qualifications p. 11 Les emplois du secteur p. 13 Un secteur de main-d œuvre, essentiellement féminine p qui se professionnalise de plus en plus p. 13 Une croissance des emplois d exploitation liée à l externalisation des activités de propreté p. 14 Les départs à la retraite, source de tensions ou opportunités? p. 15 Les conditions d emploi et mouvements des salariés p. 17 Une large majorité de CDI, à temps complet pour les agents de propreté qualifiés et plutôt à temps partiel pour les agents de propreté les moins qualifiés p. 17 Un turn-over élevé expliqué notamment par la reprise de salariés p. 18 Le marché du travail p. 19 Des recrutements en hausse p. 19 De fortes difficultés de recrutement p. 19 Un vivier à informer et à former p. 20 La formation p. 21 Un véritable filière de formation allant du niveau V au niveau III p. 21 Trois pôles de formation se dégagent : Rennes, Brest et Lorient p. 22 Une augmentation du nombre de sortants p. 22 L engagement de la profession à destination des demandeurs d emploi p. 23 La formation des salariés p. 23 5

5 Sommaire Pour aller plus loin p. 25 Les textes et principaux accords dans le domaine de l emploi et de la formation professionnelle p. 25 L organisation de la profession p. 26 Structures ressources p. 26 Repères bibliographiques p. 26 Autres sources d information (sites web) p. 26 Informations sur les métiers p. 26 Lexique, abréviations et guide méthodologique p. 27 Définitions p. 27 Abréviations p. 27 Nomenclatures p. 28 Sources utilisées p. 28 Indicateurs calculés dans le cahier sectoriel p. 29 Notes de lecture p. 29 Principaux éléments d interpellation ème de couverture 6

6 Le tissu économique Un secteur de services Le champ d application des activités de propreté et services associés Les activités économiques spécifiques prises en compte pour définir la filière Propreté correspondent à celles définies par la Convention Collective Nationale des Entreprises de Propreté du 1 er juillet La convention collective s applique aux employeurs et aux salariés des entreprises et établissements exerçant sur le territoire français, y compris les départements d outre-mer : - ayant une activité de nettoyage de locaux classée dans la nomenclature d activités française (NAF), sous le code 747Z, y compris les activités de nettoyage à l occasion de remise en état ; - et/ou de nettoyage à domicile de moquettes, tapis, tentures et rideaux relevant du code 930A. La classe Activités de nettoyage (747Z) comprend notamment le nettoyage courant de tous types de locaux (immeubles, bureaux, commerces, usines ), l entretien de locaux sensibles (blocs opératoires, salles informatiques, etc.), le nettoyage des véhicules de transport, le nettoyage de vitres. La classe Blanchisserie-teinturerie de gros (930A) comprend notamment le lavage, le blanchissage, le nettoyage, le repassage, etc., d articles textiles et d habillement pour le compte d entreprises ou de détaillants, le ramassage et la livraison du linge. Elle comprend aussi le nettoyage d articles en cuirs ou en fourrure par des procédés appropriés, ainsi que leur garde ; et le nettoyage de tapis, moquettes et tissus d ameublement, y compris à domicile. ÉQUIPEMENTS COLLECTIFS Crèche École Université HABITATIONS Immeuble H.L.M. Espaces verts Domicile (particuliers) TRANSPORTS Train Métro Bus Bateau L arbre de la Propreté TERTIAIRE PROPRETÉ INDUSTRIELLE Usine Entrepôt Industrie chimique Milieux spécifiques LOCAUX ET CENTRES COMMERCIAUX Grande surface Magasin ADMINISTRATION Ministère Mairie ANPE... HÔTELLERIE ET RESTAURATION Hôtel toute catégorie Restaurant Fast Food Cantine MILIEUX HOSPITALIERS Maternité Hôpital Clinique Maison de retraite LOISIRS Salle de concert Musée Cinéma Salle de sport Source : FARE - Document Information Collective La location de linge (714A) qui comprend notamment la location de linge aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités, avec ou sans contrat d'entretien n appartient pas au champ. Il en est de même pour la Blanchisserie-teinturerie de détail (930B) qui recouvre le service des laveries automatiques en libre service, les activités des blanchisseries de détail, y compris dépôts, le nettoyage des vêtements (pressing). Quelques données économiques Au niveau national, le secteur de la Propreté compte, en 2001, plus de entreprises et emploie plus de salariés. Bien que le secteur soit composé en grande majorité de petites entreprises (75% des entreprises du secteur), ce sont les entreprises de plus de 100 salariés qui réalisent 65% du chiffre d affaires total de la profession et emploient plus de 70% des salariés du secteur. Ces deux constats soulignent la bipolarité du secteur avec, d une part une tendance à la concentration des grandes et moyennes entreprises et, d autre part un important secteur artisanal (9 380 entreprises représentant 8% des effectifs). La profession a enregistré pendant longtemps une croissance soutenue de 10% par an, avec un rythme d embauche le plus élevé de tous les secteurs d activité. Cette évolution s explique par la tendance des entreprises à externaliser de plus en plus leur service de nettoyage (le taux d auto-nettoyage est descendu à 48% en 1996 et à terme les professionnels tablent sur un taux voisin de 25%) (1). Le secteur génère en 2001 un chiffre d affaires de plus de millions d euros (2) (soit 1,7% du chiffre d affaires des services marchands), les activités de nettoyage représentant plus de 95% de ce volume soit millions d euros. En Bretagne, le chiffre d affaires du secteur peut être estimé à 238 millions d euros, en tenant compte du chiffre d affaires moyen par personne occupée (20 329,81 euros) et du nombre de salariés bretons en 2001 ( salariés - source ASSEDIC). (1) Conclusions du baromètre Outsourcing. (2) Source : INSEE Enquête Annuelle d Entreprise (EAE) dans les services

7 Spécificités réglementaires du secteur Une des particularités sociales du secteur est l Annexe 7 à la convention collective des entreprises de propreté. Ce dispositif conventionnel permet, dans un souci de préservation de l emploi, dans le cadre d un changement d entreprise de propreté prestataire (pour effectuer une prestation de nettoyage dans les mêmes locaux), que les salariés affectés sur le marché concerné soient transférés au nouveau prestataire ; ainsi le contrat de travail des salariés se poursuit dans une autre entreprise. Un salarié doit avoir une ancienneté minimum de 6 mois pour bénéficier de l annexe établissements et emplois salariés en Bretagne Source : UNEDIC-ASSEDIC GREF Bretagne La Propreté représente, en 2002, ainsi 1,8% des emplois salariés bretons, toutes activités confondues, et la Bretagne 4% des établissements et 3,2% des effectifs salariés nationaux du secteur. A noter que ces effectifs prennent en compte les salariés travaillant chez de multiples employeurs sur la base de contrats de travail à temps partiel. Des entreprises localisées autour de leurs donneurs d ordre Source : CLARITAS Francièmes (tous droits réservés) - ASSEDIC GREF Bretagne Les établissements (avec salariés) de la Propreté sont implantés dans les grandes agglomérations, autour de leurs donneurs d ordre (industries, hôpitaux ). Cependant, le marché peut être distant du lieu d implantation de l établissement, avec la présence sur les lieux d une équipe de nettoyage (recrutée sur place). Nombre d'établissements par commune Un tissu économique dynamique Répartition des effectifs salariés par pays de à de 890 à de 160 à 889 de 70 à 159 de 10 à 69 Source : ASSEDIC au 31/12/ Sirène au 01/01/ GREF Bretagne Propreté Ensemble de l économie bretonne Part des Établissements Part des Salariés Part des Établissements Part des Salariés Vol % Vol % Vol % Vol % 0 salarié , , à 4 salariés , , , ,8 5 à 9 salariés 69 13, , , ,2 10 à 19 salariés 41 8, , , ,0 20 à 49 salariés 30 5, , , ,5 50 à 99 salariés 22 4, , , ,3 100 à 199 salariés 21 4, , , ,7 Plus de 200 salariés 18 3, , , ,4 Ensemble % % % % Le secteur de la Propreté compte une proportion plus importante de gros établissements, comparé à l ensemble des entreprises bretonnes (12,1% des établissements de la propreté ont plus de 50 salariés contre 1,3% tous secteurs confondus et 74% des établissements ont moins de 10 salariés contre 92% tous secteurs confondus). Le secteur enregistre une augmentation du nombre d établissements de grande taille (100 salariés et plus) entre 1996 et 2002 (+56%) au détriment des entreprises de taille intermédiaire (20 à 99 salariés). La concentration et la fusion d établissements ont marqué le secteur au cours des dernières années. Toutefois, ce phénomène connaît un ralentissement au niveau des grands groupes alors qu il reste d actualité pour les entreprises de taille moyenne et les petits établissements qui cherchent à se vendre, faute de repreneurs. L augmentation du nombre d établissements dans le secteur (de 30% depuis 1996) peut également s expliquer par la création de filiales autonomes par des entreprises présentes sur le marché, en liaison avec le développement des services associés (espaces verts, multiservices ) et le faible investissement de départ pour des entreprises de service. 8 Points clés sur le tissu économique 506 établissements et emplois sur la Bretagne. Secteur en croissance forte et continue. Un secteur caractérisé par le rachat et la fusion d entreprises. Des entreprises et emplois localisés autour des zones d activités humaines et économiques.

8 Le contexte d évolution du secteur Un secteur en pleine expansion Effectifs Variation Taux salariés d'évolution en Activités de nettoyage % Blanchisserie teinturerie de gros % Ensemble du secteur Propreté % Ensemble de l'économie ,6% Source : ASSEDIC GREF Bretagne Note de lecture L unité de base pour les effectifs salariés recensés par les Assédic est le poste ou couple établissement-individu. Ainsi, si un salarié travaille pour plusieurs employeurs, il sera compté avec les effectifs de chacun des établissements qui l'emploie. Il existe une très forte disparité entre l évolution de l emploi dans les activités de nettoyage (+45%) et dans la blanchisserieteinturerie de gros (-12%), cette dernière activité ne représentant que 2% des emplois du secteur de la propreté en La croissance de l'emploi dans le secteur de la propreté est 2,4 fois plus élevée que celle enregistrée toutes activités confondues au niveau régional. Cette croissance est liée au développement de nouveaux marchés (externalisation des activités de nettoyage par les entreprises (hôpitaux ), développement de nouveaux services...). En Bretagne, 48% des entreprises ont recours à un prestataire extérieur pour le nettoyage (3) (contre 50% au niveau national), ce qui laisse des marges de progression possible pour les entreprises de propreté, le recours à un prestataire extérieur étant plus fréquemment envisagé qu un développement en interne, notamment pour l industrie. Evolution des effectifs salariés de 1996 à 2002 Indice base 100 en La croissance du secteur de la Propreté en Bretagne est également 1,3 fois plus importante que celle observée au niveau national au sein du secteur. La Bretagne, au 8 ème rang en terme d effectifs salariés (loin derrière l Ile-de-France et la région Rhône-Alpes), semble enregistrer un phénomène de rattrapage par rapport à la métropole. Ce retard est en partie dû à l atomisation du tissu économique breton, composé essentiellement de petites entreprises, et à une externalisation tardive des activités de nettoyage de la part de ces entreprises sous la pression de la concurrence. Pour le recours à un prestataire externe, le critère du coût est avancé par 60% des établissements, la proximité et la qualité du service par la moitié des utilisateurs (3) Secteur de la Propreté - Bretagne Ensemble de l'économie - Bretagne Secteur de la Propreté - France Source : UNEDIC - ASSEDIC GREF Bretagne (3) Source : Les services aux entreprises en Bretagne Besoins et perspectives, les dossiers d Octant n 43 - avril

9 La propreté, un secteur de services, prestataire de l ensemble des secteurs d activité La société évolue et progresse vers plus de confort, vers plus de sécurité, vers plus de loisirs, en résumé, vers plus d exigences, de bien-être et d hygiène. Par conséquent, elle demande toujours plus à ses opérateurs économiques que sont les entreprises. L hygiène, le confort, la sécurité se retrouvent à tout instant et en tout lieu et sont l affaire de professionnels, notamment des entreprises de propreté et services associés. Le secteur de la propreté opère dans tous les milieux : tertiaire, commercial, industriel, immeubles d habitation Ainsi, les exigences des clients relatives à la réglementation en vigueur, à la sécurité (santé publique, sécurité alimentaire ) et aux process (intervention de nettoyage sur des machines de production par exemple) demandent aux entreprises de propreté des compétences techniques ad hoc et en évolution (liées à l évolution des produits et des techniques). Segmentation des marchés des entreprises de Propreté PROPRETÉ CLASSIQUE : activité d entretien courant, d entretien plus élaboré, de rénovation et remise en état 70 À 80% TERTIAIRE : bureaux, locaux administratifs et commerciaux IMMOBILIER : habitations collectives publiques ou privées COMMERCIAL : magasins, hypermarchés, enseignes diverses, vitrerie... LOISIRS : hôtellerie, restauration, salles de sports et culture, musées, cinémas... PROPRETÉ EN MILIEU SENSIBLE : activité de nettoyage dans des lieux ou environnements soumis à des normes spécifiques 10 À 15% INDUSTRIEL : agro-alimentaire, pharmaceutique, parfumerie, électronique, mécanique nucléaire... HOSPITALIER et PARA-MÉDICAL : hôpitaux, cliniques avec chambres, salles d opération, bio nettoyage... maisons de retraite, de repos... ULTRA PROPRETÉ : salles blanches et salles à empoussièrement contrôlé VITRERIE EN HAUTEUR : travaux en hauteur sur grands immeubles ou environnement particulier (pyramide du Louvre) SERVICES ASSOCIÉS À LA PROPRETÉ : élargissement vers des activités connexes 5 À 10% SERVICES DE PROXIMITÉ : gestion-préparation des salles pour évènements et accueil, manutention et déménagements internes, classement et destruction d archives MAINTENANCE MULTITECHNIQUE IMMOBILIERE : Contrôle et vérification de bon fonctionnement, réglages simples, modifications et dépannages simples, remplacement par échange standard SERVICE AUX PROCÉDÉS : logistique, gestion de stocks, tenue de magasin Source : FARE - Documentation Information Collective - FEP Le développement de prestations associées à la Propreté : le multiservice Actuellement, le secteur de la propreté s engage dans une évolution quant à son positionnement sur le marché. En effet, trois phénomènes liés au marché conduisent à une nouvelle démarche : - la poursuite de l externalisation (engagée depuis environ 15 ans) et son élargissement vers d autres activités : la petite maintenance, l entretien des espaces verts, la gestion de stocks des consommables, l entretien courant de plomberie ou d électricité La demande du client (donneur d ordre) étant de se recentrer toujours plus sur son cœur de métier, le choix de l externalisation au détriment de la gestion en interne (ou auto-nettoyage) des activités de nettoyage s impose alors. - la volonté des clients de réduire le nombre de sous-traitants, en vue de mieux cerner les champs de responsabilité et de réduire les coûts tenant à cette gestion. L apparition de nouveaux acteurs sur le marché, le Facilities Management, concept anglo-saxon, constitue actuellement une réponse à cette nouvelle demande. Ces entreprises organisent et réalisent sous leur responsabilité la gestion des services techniques ou généraux d un ensemble immobilier tertiaire, commercial ou industriel et répondent au besoin exprimé ci-avant par des propositions d offres globales. - la volonté de certains secteurs d activité (tourisme, hospitalier, par exemple) de faire de la propreté un axe fort de valorisation de leur propre image. Pour les consommateurs, utilisateurs finaux des activités de nettoyage, la propreté influe nettement sur les choix de lieux de consommation et l image qu ils ont des entreprises. Dans ce contexte, la profession s oriente vers une approche de services à plus forte valeur ajoutée, intégrant l élargissement de son champ d activités vers des prestations associées à la propreté ou multiservice, tout en conservant une relation forte au client et à l utilisateur (ou usager). 10

10 L évolution des métiers et qualifications Le développement des activités notamment en milieu spécialisé Dans le domaine de la Propreté, le développement de nouveaux créneaux tels que la propreté spécialisée (en milieu médical et paramédical, agro-alimentaire ) demande des compétences en termes de qualité, d hygiène, de respect de l environnement ainsi que des niveaux de qualification plus élevés et l utilisation de techniques mécanisées. Cela permet la valorisation du travail et contribue à améliorer l image des entreprises de propreté. Au delà de la technicité, les agents de propreté sont amenés à développer de manière implicite des compétences qui relèvent de l identification (diagnostic d un état à nettoyer par exemple) et de l organisation. L automatisation reste limitée à des segments particuliers (exemple : le nucléaire). Cependant, l introduction de machines auto-portées, de monobrosses a participé à l amélioration des conditions de travail et de sécurité. Cette mécanisation des activités a demandé une adaptation des salariés à ces nouvelles machines ; il en est de même pour les nouveaux produits utilisés, plus efficaces et qui demandent des précautions nouvelles à l utilisation (mélanges à éviter par exemple). Certains chantiers demandent également des formations spécifiques pour les salariés : habilitations à travailler en milieu électrique ou utilisation de nacelles pour travaux en hauteur. Le développement de compétences lié aux services associés à la Propreté Les axes forts de développement de compétences s envisagent en terme de polyvalence technique sur différents champs d intervention (électricité, plomberie, espaces verts, petite maintenance, etc.), de développement de l autonomie et des capacités d adaptation à des situations de plus en plus diverses, de relations avec le client, voire de diagnostic de situation en vue de faire remonter des besoins émergents chez le client. Cela renvoie également à un ajustement du rôle actuel de l encadrement intermédiaire qui évolue vers une logique de supervision faisant appel à des compétences relatives à l animation d équipes, à la transmission du savoir-faire, à l organisation, l intégration et la fidélisation de nouvelles compétences. Le taux de l encadrement intermédiaire doit ainsi nettement progresser pour servir ces différents objectifs, ce qui signifie des perspectives d embauche (ou de promotion interne) pour les postes de chefs d équipe à cadres et d évolutions d autant plus conséquentes. Ces nouvelles modalités nécessitent de la part des entreprises de propreté d acquérir de nouvelles compétences managériales au niveau de l encadrement et des décideurs (surtout concernant les petites et moyennes entreprises) plus axées sur la stratégie d entreprise à moyen voire long terme et l anticipation des moyens à s allouer pour garantir la réactivité voire la pro activité. Il s agit notamment de la gestion des emplois et des compétences et de l intégration de véritables politiques internes visant la gestion des ressources humaines. Il s agit également de la dynamique technico-commerciale plus complexe du fait de la multi-activité (rédaction de cahier des charges, réponses à des appels d offres, certifications de diverses natures, etc.). La profession accompagne ces évolutions par une politique de gestion des ressources humaines Les engagements pris par la profession pour accompagner les salariés et les entreprises du secteur dans cette évolution, sont marqués par : 1- la signature d une nouvelle grille de classification (accord du 25 juin 2002) intégrant les nouvelles dimensions de services et l élargissement des activités, donnant ainsi un cadre conventionnel à l ensemble des acteurs concernés. 2- la construction d un dispositif de mise en place de gestion des emplois et des compétences plus anticipatrice, illustré notamment par la création d une bibliothèque de compétences. 3- les partenaires sociaux, dans le cadre de la CPNE FP de la propreté (Commission Paritaire Nationale de l Emploi et de la Formation Professionnelle), se sont engagés à construire un dispositif de Certification de branche, par la réalisation d une filière de Certificats de Qualification Professionnelle et par la création d un organisme certificateur. Ce nouveau dispositif, en cours d élaboration devrait voir le jour dans le courant de l année Points clés sur le contexte d évolution Une externalisation croissante des activités de propreté. L exercice de l activité propreté en milieux sensibles (agro-alimentaire par exemple) nécessite des compétences spécifiques. Il existe des besoins émergents en compétences nouvelles visant le développement de la polyvalence et du service (technique, organisation et relation au client) et en management pour l encadrement. Une démarche concrète de la profession vers une structuration de la gestion des emplois et compétences. 11

11 12

12 Les emplois du secteur Un secteur de main-d œuvre, essentiellement féminine... Secteur de la Propreté Ensemble de l'économie Tendance (4) (hors Agriculture) Actifs en 1999 Actifs en 1999 Vol. % Part des Vol. % Part des Propreté Ensemble de femmes femmes l'économie Artisans, chefs d'entreprise 295 3,8% 18,0% ,7% 31,4% 27,2% -13,6% Cadres 246 3,1% 16,3% ,8% 32,5% 583,3% 29,7% Techniciens et agents de maîtrise 562 7,2% 32,7% ,0% 46,7% 485,4% 28,5% Employés 589 7,5% 80,1% ,1% 77,5% 407,8% 20,0% Ouvriers Qualifiés 265 3,4% 12,8% ,7% 11,9% 314,1% 9,4% Ouvriers Non Qualifiés ,0% 69,8% ,8% 36,6% 80,3% -1,0% Total (5) 100,0% 62,4% ,0% 46,0% 106,0% 14,7% Les ouvriers (qualifiés et non qualifiés) représentent 78,4% des effectifs du secteur (contre 28,5% dans l ensemble de l économie hors agriculture). Sur la période , le secteur de la Propreté a vu ses effectifs plus que doubler (taux de croissance de 106%) ( emplois). Cette croissance a touché toutes les catégories socioprofessionnelles ; de l ouvrier au cadre. Les plus fortes croissances ont été enregistrées par les cadres (+583%), les techniciens et agents de maîtrise (+485%), les employés (+407%) et les ouvriers qualifiés (+314%). Cette élévation des qualifications est une nécessité pour le secteur pour faire face aux exigences de qualité. Source : INSEE, RP 1990 et GREF Bretagne Cette évolution s est accompagnée d une nouvelle répartition des effectifs entre les catégories socioprofessionnelles : ainsi, la part des artisans et chefs d entreprises et des ouvriers non qualifiés a diminué, respectivement de 2,3 et 10,7 points, au profit des autres catégories. En moyenne nationale, le taux d encadrement au sein du secteur représente 7% des effectifs de la profession, dont 4% d encadrement de proximité (chefs d équipe) et 2% de maîtrise d exploitation (chefs de site, responsables de secteur...)....qui se professionnalise de plus en plus Le secteur compte une part très importante de personnes sans diplôme (46,7% contre 24,7% dans l ensemble de l économie). Quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle, les actifs du secteur de la Propreté sont globalement moins diplômés que leurs homologues, quel que soit le secteur d activité. Cependant, la part d actifs non diplômés a diminué de 16,6 points entre 1990 et 1999 (63,3% en 1990 et 46,7% en 1999) au profit des autres niveaux de formation (+6,2 points pour le niveau CAP-BEP, +5,3 points pour le niveau Bac et +5 points pour les niveaux supérieurs), et ceci de façon plus importante que dans l ensemble de l économie, ce qui traduit la professionnalisation du secteur (mise en place d une filière complète de formation). Les agents de propreté et chefs d équipe (6) ont le plus souvent (à 90%) un niveau de qualification V et inférieur : plus de la moitié n ont aucun diplôme (soit 52,6%), contre 44,3% pour l ensemble des ouvriers non qualifiés à l échelon interprofessionnel. Répartition des actifs par niveau d études Niveau Bac + 2 et plus (Niveau III et plus) Niveau Bac (Niveau IV) Niveau CAP-BEP (Niveau V) Aucun diplôme (Niveaux V bis et VI) Secteur de la Propreté 6,2% 10,3% 36,9% 46,7% Ensemble de l'économie (hors Agriculture) 23,9% 16,3% 35,1% 24,7% Source : INSEE, RP GREF Bretagne (4) Attention changement de nomenclature en Pour en savoir plus, se reporter à la partie Notes de lecture, dans Lexique, abréviations, guide méthodologique, p. 29. (5) Pour en savoir plus sur la différence d effectifs entre les données de l ASSEDIC et du recensement, se reporter à la partie Notes de Lecture, dans Lexique, Abréviations, Guide méthodologique, p. 29. (6) L expression Agents de propreté et chefs d équipe est une appellation de la profession et fait référence dans les tableaux, graphiques et textes à la profession et catégorie socioprofessionelle (PCS) 6891 Nettoyeurs. 13

13 Une croissance des emplois d exploitation liée à l externalisation des activités de propreté Les emplois d exploitation (7) regroupent près de 90% des actifs de la Propreté. Les emplois de l administration représentent les 10% restant. Le métier d agents de propreté et chefs d équipe représente à lui seul actifs soit 71% des actifs du secteur. L ensemble des emplois du secteur de la Propreté a enregistré une croissance de ses effectifs, que ce soient les emplois d exploitation (+5,9%) ou les emplois administratifs (+273,6%). Les agents de propreté et chefs d équipe ont vu leurs effectifs croître au sein du secteur de la Propreté, mais à un rythme moins soutenu que les autres emplois du secteur (+80,3%). En 1990, le secteur de la Propreté n employait que 27% des agents de propreté et chefs d équipe présents sur le territoire breton ; or cette part atteint 44,3% en De plus, l effectif hors secteur, pour cette même profession a diminué de 12,9% sur la même période. Ces évolutions confirment l externalisation croissante des tâches de nettoyage de la part des entreprises. Les agents de propreté et chefs d équipe, exerçant en auto-nettoyage (salariés affectés au nettoyage des locaux employés par les entreprises n appartenant pas au secteur de la Propreté) au nombre de (8) en 1999, exercent leurs activités : pour 13,7% dans les industries alimentaires, 13,1% dans l Administration publique (présence des ouvriers chargés du nettoyage de la voie publique ou de l enlèvement des déchets), 9,7% dans les services fournis principalement aux entreprises (agences d intérim ), 9,2% dans les activités immobilières (administration d immeubles résidentiels ), et 9,1% dans le commerce de détail et réparation d'articles domestiques (dans les grandes surfaces, etc.). A noter que le recours à l intérim peut être le fait d entreprises pratiquant l auto-nettoyage ou d entreprises du secteur de la propreté. Répartition des emplois dans le secteur de la propreté Répartition des agents de propreté et chefs d équipe dans l économie bretonne Autres emplois d'exploitation 18,7% Administration 10,3 % Emplois d'exploitation 89,7% Agents de propreté et chefs d'équipe 71,0% 27,8% 72,2% Secteur de la propreté Source : INSEE, RP GREF Bretagne Poursuite de l'externalisation 44,3% 55,7% Hors secteur Source : INSEE, RP GREF Bretagne Un secteur fortement féminisé : Les femmes occupent 62,4% des emplois, part très supérieure à celle enregistrée dans l ensemble de l économie (46%), notamment chez les ouvriers non qualifiés et les employés. Elles sont cependant moins présentes, au sein du secteur, chez les artisans et chefs d entreprises, les cadres, les techniciens et agents de maîtrise. Les agents de propreté et chefs d équipe comptent une proportion importante de femmes (70,1%). La part des femmes, au sein du métier d agents de propreté et chefs d équipe, a augmenté entre les deux recensements, mais dans de faibles proportions passant de 68,4% en 1990 à 70,1% en Les effectifs féminins ont progressé au sein du secteur à un rythme légèrement moins soutenu que les effectifs masculins, respectivement multipliés par 2 et 2,15 entre 1990 et Cette plus forte croissance des effectifs masculins est à mettre en parallèle avec le développement de l encadrement et l apparition de nouveaux marchés tels que la remise en état d immeubles. (7) Les catégories d emploi exploitation et administration ont été construites à partir des familles professionnelles et professions et catégories socio-professionnelles. 14 Pour en savoir plus, se reporter à la partie Notes de lecture, dans Lexique, abréviations, guide méthodologique, p. 29. (8) Ces effectifs prennent en compte les actifs quel que soit leur contrat (contrat à durée indéterminée, contrat à durée déterminée, titulaire de la fonction publique ou emploi aidé (emploi jeune, CES )). Les actifs en emplois aidés ne représentent que 3,7% des nettoyeurs hors secteur de la Propreté.

14 Les départs à la retraite, source de tensions ou opportunités? Un secteur d activité jeune... Le secteur de la Propreté se différencie de l ensemble de l économie bretonne en employant une plus forte proportion de jeunes (26,7% contre 23,1% en moyenne régionale) et une plus faible proportion de seniors (15,2% contre 19,9% en moyenne régionale). De même, l âge moyen est de 38,3 ans contre 39,6 ans en moyenne, tous secteurs d activité confondus. Cependant, la population féminine est nettement plus âgée que la population masculine. Ainsi, l âge moyen des femmes travaillant dans le secteur est de 39,2 ans contre 36,9 ans pour les hommes. Cette différence s explique par le recrutement plus récent des hommes liés au développement de nouveaux marchés et par un accès à la profession de femmes en reprise d activité professionnelle Secteur de la Propreté 60 ans 56 ans 51 ans 46 ans 41 ans 36 ans 31 ans 26 ans 21 ans 18 ans Ensemble de l'économie (hors agriculture) Source : INSEE RP GREF Bretagne...mais qui a vieilli Entre 1990 et 1999, au sein du secteur de la Propreté, la part des 30 ans et moins a diminué de près de 15,1 points tandis que la part des 50 ans et plus a augmenté de 3,7 points sur la même période. De même, l âge moyen a augmenté de 3,2 ans. Malgré ce vieillissement, le secteur de la Propreté reste un secteur jeune. Cette spécificité bretonne est confirmée par les résultats de l Enquête emploi qui montrent que la Bretagne se distingue au niveau national par une sur-représentation des jeunes : 8,4% pour les moins de 25 ans contre 7% des actifs nationaux (9) et pour les ans 14,9% contre 9,6% en France départs à la retraite sur 10 ans Près de actifs (âgés de 50 ans et plus en 1999) du secteur devraient partir à la retraite au cours des 10 prochaines années, avec parmi eux 850 agents de propreté et chefs d'équipe (en majorité des femmes). Répartition des actifs par tranche d âge Taux de relève (10) 30 ans et moins 31 à 49 ans 50 ans et plus Secteur de la propreté Autres activités de l'économie bretonne Exploitation, dont : 27,6% 57,3% 15,2% 1,8 1,3 Agents de propreté et chefs d'équipe 29,6% 55,2% 15,2% 2,0 0,6 Autres emplois d'exploitation 19,7% 65,1% 15,1% 1,3 1,3 Administration 19,6% 64,6% 15,9% 1,2 1,1 Total des actifs 26,7% 58,0% 15,2% 1,8 1,2 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Source : INSEE RP GREF Bretagne Les taux de relève pour l ensemble des métiers du secteur de la Propreté sont tous supérieurs à 1, ce qui signifie que le secteur de la Propreté, ne devrait pas être confronté, si chaque départ à la retraite induit un recrutement, à des difficultés pour renouveler ses effectifs salariés (toutes choses égales par ailleurs). Concernant les agents de propreté et chefs d'équipe, les 30 ans et moins sont près de 2 fois plus nombreux que les 50 ans et plus au sein du secteur de la Propreté. A priori, ce métier ne devrait pas connaître de difficultés pour renouveler ses effectifs face aux départs à la retraite. Au niveau national, l impact des départs à la retraite sera important, notamment pour les chefs d équipe dans un métier où l accès se fait par promotion interne et où les jeunes sont peu nombreux. (9) Source : INSEE. Enquête réalisée au mois de mars de l année 2000 et Exploitations Céreq. (10) Taux de relève. Il mesure la capacité de renouvellement des effectifs face aux départs à la retraite, toutes choses égales par ailleurs. Un ratio inférieur à 1 indique un manque à venir pour faire face aux départs à la retraite. Formule : (effectifs de 30 ans et moins)/ (effectifs de 50 ans et plus). 15

15 A noter également, qu en dehors du secteur, le taux de relève est égal à 0,6 pour ce métier. Si les entreprises employant des agents de propreté en auto-nettoyage remplacent ce personnel parti en retraite, ce métier devrait connaître une concurrence intersectorielle pour le renouvellement de la main-d œuvre. Dans le cas contraire, ces départs à la retraite pourraient offrir aux entreprises de propreté de nouveaux marchés. Cette seconde hypothèse s inscrit dans la tendance observée sur ces dernières années. Des opportunités d emploi pourraient également exister sur les métiers d aides à domicile, constitués d une population âgée et par conséquent soumis à de nombreux départs en retraite, métiers avec des compétences proches de celles d agents de propreté. 16 Points clés sur les emplois du secteur Les effectifs ont plus que doublé durant la dernière décennie. Ce phénomène devrait se poursuivre compte tenu des perspectives continues d externalisation des activités auxquelles répondent les entreprises de ce secteur, ce qui le conduit à des besoins de main-d œuvre important, tant sur des populations d agents que d encadrement de proximité. Le secteur comprend une population principalement composée d agents de services (71%). Les salariés sont de plus en plus professionnalisés. Les salariés sont jeunes en Bretagne.

16 Les conditions d emploi et mouvements des salariés Une large majorité de CDI, à temps complet pour les agents de propreté qualifiés et plutôt à temps partiel pour les agents de propreté les moins qualifiés Globalement, les salariés du secteur de la Propreté connaissent des conditions d'emploi stables, puisque 87% d entre eux sont employés à durée indéterminée. Cependant, un salarié sur deux est employé à temps partiel dans le secteur. Le temps partiel concerne 58,1% des ouvriers non qualifiés et 47% des employés. 60% des agents de propreté et chefs d'équipe travaillent à temps partiel. La conjonction de plusieurs facteurs explique l importance du temps partiel dans le secteur : Le principal facteur est que l activité de nettoyage, dans le tertiaire, est réalisée sur des plages horaires dites décalées ; et cela conformément à la demande expresse des clients (tertiaire et notamment les administrations publiques). Le nombre important de microsites nécessite également un nombre faible d heures d activité. Le phénomène multi-employeurs joue un rôle non négligeable : ces agents cumulent en effet plusieurs contrats à temps partiel avec des employeurs différents, ce qui peut les amener à une activité proche ou égale à un temps complet. Ce phénomène est aussi le résultat de l application de l annexe 7 de la Convention collective qui garantit au salarié la continuité de son activité. Ainsi, si l un des sites sur lequel il exerce son travail est repris par un autre employeur, cette partie de son activité est transférée à la nouvelle entreprise, scindant ainsi l activité d un seul employeur à deux employeurs. L usage du temps partiel diffère selon le sexe, 1 homme sur 4 travaillant à temps partiel contre 3 femmes sur 4, mais aussi selon la qualification et la mobilité des agents. Le nettoyage courant dans le secteur tertiaire est caractérisé par des prestations pérennes de courte durée induisant des temps de travail de courte durée, tandis que le nettoyage plus technique d entretien, mettant en œuvre des machines, se caractérise par des prestations ponctuelles couvrant des durées de travail à temps plein, mais nécessitant une forte mobilité. De fait, les femmes, moins mobiles, accèdent moins facilement à des activités plus techniques et se voient donc davantage occuper des emplois dans les activités de nettoyage courant, tandis que les hommes occupent davantage des emplois plus techniques et donc des emplois à temps complet. La mobilité au sein du secteur est le gage de la progression. Enfin, 40% des agents à temps partiel ne souhaitent pas travailler plus de temps. C est donc un secteur qui offre la possibilité de disposer de temps choisi (Cf. CEP Propreté 1997). Répartition des salariés selon la nature du contrat Ensemble des salariés Cadres Techniciens et agents de maîtrise Employés Ouvriers qualifiés Ouvriers non qualifiés 0% 86,9% 97,9% 95,9% 89,9% 88,9% 85,2% Répartition des salariés selon le temps de travail Ensemble des salariés Cadres Techniciens et agents de maîtrise Employés Ouvriers qualifiés Ouvriers non qualifiés Moyenne régionale CDI 13,1% 2,1% 4,1% 10,1% 11,1% 14,8% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Part des emplois salariés en CDI en CDD Source : INSEE, RP GREF Bretagne (hors apprentis et stagiaires) 49,7% 41,9% 53,0% 93,0% 91,8% 86,2% Moyenne régionale temps complet 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Part des emplois salariés 50,3% 47,0% 58,1% à temps complet à temps partiel 7,0% 8,2% 13,8% Source : INSEE, RP GREF Bretagne (hors apprentis et stagiaires) 17

17 Un turn-over élevé expliqué notamment par la reprise de salariés (annexe 7) En 1999, un taux de rotation (11) de 120% a été enregistré dans le secteur de la Propreté. Les mouvements de salariés dans le secteur de la Propreté sont très supérieurs à ceux observés dans l ensemble de l économie. Ce sont les postes d'ouvriers non qualifiés et d employés qui enregistrent le plus de rotations. Ce turn-over élevé peut, pour les salariés du secteur de la propreté, être attribué notamment à l effet annexe 7 de la convention collective (cf. page 13). Ensemble des salariés 38,0% 120,0% Ouvriers non qualifiés 69,7% 130,1% Ouvriers qualifiés 33,2% 60,1% Employés 44,8% 70,8% Techniciens et agents de maîtrise 25,0% 66,7% Cadres 21,8% 42,4% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 120% 140% Ensemble de l'économie Secteur de la Propreté Source : INSEE DADS GREF Bretagne Points clés sur les conditions d emploi et les mouvements des salariés L activité s exerce chez le client, elle fait donc appel à une certaine autonomie de la part des agents. Les salariés sont majoritairement en CDI. Les temps partiels représentent près des 2/3 de la population des agents, dont 40% l assimilent à du temps choisi. L existence du phénomène multi-employeurs, c est-à-dire le cumul pour un salarié de plusieurs contrats de travail à temps partiel, conduit le salarié à disposer d une activité professionnelle à temps plein ou presque. 18 (11) Taux de rotation (hors apprentis et stagiaires) : mesure l amplitude des mouvements de main-d œuvre d un secteur, liés aux politiques de gestion de la main-d œuvre de la branche et aux comportements des salariés. Il enregistre chaque entrée et sortie, liée à une embauche ou à une fin de contrat, à une démission, mais aussi l enchaînement de différents contrats sur un même poste au sein d une entreprise (formule voir p. 29).

18 Le marché du travail Des recrutements en hausse La Propreté représente avec plus de intentions de recrutement par an, 2,5% des recrutements envisagés dans l ensemble de l économie (hors agriculture) entre 1999 et Les salariés de 30 ans et moins sont légèrement moins représentés au sein des intentions de recrutement (62% des recrutements prévus entre 1999 et 2001 contre 63% dans l ensemble de l économie). Sur l ensemble de la période, on observe une forte progression des recrutements prévus (+16%), en lien avec le dynamisme du secteur. Cette croissance est supérieure à celle observée dans l ensemble de l économie qui, sur la période , a enregistré une croissance des intentions de recrutement de près de 10%. Rappelons cependant que le transfert de salariés d un prestataire à un autre (annexe 7 de la convention collective) est comptabilisé comme un recrutement (12). Ces activités sont soumises à des effets saisonniers dans les procédures de recrutement (remplacement des salariés lors des périodes de congés estivales, surcroît d activité lié à la saison touristique ). De fortes difficultés de recrutement Évolution des recrutements prévus Base 100 en Trim. 1 Trim. 2 Trim. 3 Trim. 4 Trim. 1 Trim. 2 Trim. 3 Trim. 4 Trim. 1 Trim. 2 Trim. 3 Trim. 4 Secteur de la Propreté Ensemble de l'économie Tendance (Secteur de la Propreté) Source : URSSAF, DUE - GREF Bretagne ROME Offres d Emploi Part des offres Demandes d emploi Rapport Evol. des OEE Part des offres Enregistrées (OEE) "durables" (13) enregistrées offres/demandes 1996/2003 déposées par le en 2003 en 2003 secteur Propreté Nettoyeur de locaux et de surfaces ,6% ,54 59,2% 58,2% Laveur de vitres spécialisé 46 47,8% 10 4,60 43,8% 91,3% Total ,7% ,55 59,2% 58,5% Tous métiers confondus ,9% ,53 30,7% 2,2% Source : ANPE - INSEE - GREF Bretagne Près de offres ont été déposées en 2003 auprès de l ANPE, elles concernent à 99% des postes de nettoyeurs de locaux et de surfaces. L ANPE estime à 30% son taux de couverture des offres relatives à ces postes, le reste des offres étant pourvues par le bouche à oreille ou les candidatures spontanées. Les offres d emploi pour des postes de nettoyeur de locaux et de surfaces et de laveur de vitres spécialisé ont augmenté de près de 60% depuis 1996 (croissance sur la même période de 30% tous métiers confondus). Un peu moins d un tiers de ces offres sont d une durée supérieure à 6 mois, exception faite des laveurs de vitres pour lesquels les offres sont dans 47% des cas des offres durables. La part des offres d une durée supérieure à 6 mois a diminué depuis 1996, passant de 58,6% en 1996 à 35,7% en 2003 (-22,8 points). L importance des contrats de courte durée au sein des offres peut s expliquer, en partie, par un mode de gestion des ressources humaines des entreprises de propreté qui utilisent ces contrats comme période d essai avant de les transformer en contrats de longue durée. Sur ces métiers, les entreprises de propreté sont en concurrence avec d autres secteurs d activité. Ainsi, offres (soit 58,5%) sont déposées auprès de l ANPE par une entreprise du secteur de la Propreté, les autres secteurs dépositaires étant l intérim, la santé et action sociale, l administration publique et l hôtellerie-restauration, les IAA n arrivant qu au 7 ème rang. Cette concurrence ne fait qu exacerber les tensions enregistrées sur le marché du travail pour ces métiers. Ainsi, sur ces postes, il y a 1,6 offres pour un demandeur d emploi (pour un rapport de 0,6 offre pour un demandeur tous métiers confondus) et ces difficultés de recrutement s amplifient (rapport offre demande égal à 1,2 en 1996 et égal à 1,6 en 2003). Ces difficultés de recrutement contraignent parfois les entreprises de la propreté à renoncer à des marchés. Les entreprises de Propreté offrent essentiellement des contrats de travail de droit commun (87% des offres) et à temps partiel (56% des offres). (12) A partir du moment où il y a changement d employeur, il y a forcément une déclaration unique d embauche (DUE), dans la mesure où les mandatements de personnel dans le cadre de prestations de services s effectuent à partir du numéro SIRET de l employeur et non de l établissement dans lequel est effectué cette prestation. (13) Part des offres d'emploi durables. Cette part est un indicateur des pratiques de recrutement des entreprises (formule p. 29). La qualité de ce taux est affectée par le taux de couverture des offres d emploi par l ANPE. 19

19 Les entreprises du secteur de la Propreté ont déposé au total, en 2003, offres d emploi à l ANPE (tous ROME confondus). Hormis les offres de nettoyeur de locaux et de surfaces et de laveur de vitres spécialisé (soit 90,6% du total), les principaux métiers demandés sont ceux de jardiniers d espaces verts (29 offres) et de peintre en bâtiment (21 offres). Un vivier à informer et à former ROME Demande d emploi % femmes % de 30 ans % de demandeurs Taux de Taux de Taux en fin de mois et moins d emploi de primo- précarité (15) d'écoulement (16) au 31/12/03 longue durée demandeurs (14) Nettoyeur de locaux et de surfaces ,7% 23,8% 40,4% 4,8% 30,7% 58,7% Laveur de vitres spécialisé 7 0,0% 57,1% 57,1% 20,0% 30,0% 66,7% Total ,5% 23,9% 40,5% 4,9% 30,7% 58,7% Tous métiers confondus ,5% 39,0% 32,2% 6,6% 38,8% 63,9% Source : ANPE - INSEE - GREF Bretagne Au 31/12/2003, personnes immédiatement disponibles (catégories 1, 2 et 3) déclarent rechercher un emploi dans un des métiers du secteur de la Propreté. 407 personnes sont aussi inscrites comme demandeurs d emploi, tout en exerçant une activité réduite (catégories 6, 7 et 8). 99,7% du stock de demandeurs d emploi correspond au métier de nettoyeur de locaux et de surfaces. La population des demandeurs d emplois est composée aux deux tiers de femmes, exception faite des laveurs de vitres spécialisés qui sont des hommes. C est une population plus âgée et moins qualifiée que la population totale de demandeurs d emploi (19,3% ont 50 ans et plus contre 15,6% tous métiers confondues, 49% ont un niveau inférieur au CAP-BEP contre 15,3% tous métiers confondus) et qui se renouvelle peu (part importante de chômeurs de longue durée, taux de précarité (30,7%) inférieur à la moyenne régionale (-8,1 points) et taux d écoulement inférieur de 5,2 points à la moyenne régionale). Ces demandeurs d emploi (femmes en reprise d activité, public handicapé ) se positionnent sur ces métiers du nettoyage car attirés par les opportunités d emploi, sur un métier qu ils jugent comme nécessitant peu de qualification. En effet, ils ont une méconnaissance et une mauvaise représentation des métiers de la propreté, souvent confondus avec l activité de femme de ménage. Ces métiers apparaissent également comme peu attractifs pour les jeunes avec une faible proportion de primo-demandeurs d'emploi, 4,9% contre 6,6% en moyenne régionale (confusion entre acte domestique et acte professionnel). Face aux difficultés de recrutement, les entreprises élargissent le panel de profils recherchés. A côté du stock de demandeurs d emploi inscrits sur les métiers du nettoyage, public à former pour répondre aux exigences croissantes du métier, l ANPE et le FARE travaillent pour amener aux métiers du nettoyage des demandeurs d emploi inscrits sur d autres métiers tels que les métiers de l hôtellerie-restauration, du commerce ou de la petite enfance, car ils possèdent des compétences en service transférables aux entreprises de la propreté. Points clés sur le marché du travail C est un secteur d activité qui recrute, et qui doit faire face à des fortes difficultés de recrutement. Les modes de recrutement sont variés : ANPE, candidatures spontanées, bouche à oreille, cooptation. Le secteur de la propreté n embauche quasiment pas sous la forme de contrats aidés et les CDD se transforment le plus souvent en CDI. Une inadéquation entre attentes des professionnels et profils des demandeurs d emploi 20 (14) Taux de primo-demandeurs d emploi : égal à la part des primo-demandeurs d'emploi au sein de la demande d'emploi, définition cf. p.29. (15) Taux de précarité : indique la part des inscriptions à l'anpe suite à des fins de contrat précaire et permet de mesurer les conditions d emploi auxquelles est soumise la population étudiée. Formule cf. p. 29. (16) Taux d'écoulement de la demande d'emploi : mesure la fluidité du marché du travail. Pour plus d information, se reporter à la page 29.

20 La formation Une véritable filière de formation allant du niveau V au niveau III Les dispositifs de formation de la propreté Sortants 2002 Niveau CAP-BEP Eff. Niveau Bac Eff. Niveau Bac+ 2 et plus Eff. Total Formation initiale CAP Maintenance et BAC PRO BTS Hygiène Propreté sous statut scolaire Hygiène des Locaux 22 Hygiène Environnement 7 Environnement 43 BEP Bioservices dominante Maintenance et Hygiène des Locaux Contrat Apprentissage CAP Maintenance et BAC PRO Hygiène Hygiène des Locaux 4 Environnement 18 BEP Bioservices dominante Maintenance et Hygiène des Locaux Formation continue des Agent de propreté polyvalent demandeurs d emploi (17) (Attestation de formation) 84 Agent de propreté (Attestation de formation) 27 Agent de maintenance et hygiène des locaux (CAP MHL) 12 Ouvrier de maintenance et d hygiène des locaux (CAP MHL) 27 Agent d'entretien et d'hygiène en IAA (SIL) 12 Métiers de la propreté "nettoyeurs de locaux" Contrat de qualification Total Source : Rectorat - Conseil Régional de Bretagne - DDTEFP 334 personnes sont sorties des formations aux métiers de la propreté en ,7% des personnes sont sorties avec un niveau CAP-BEP. Le niveau Bac+2 représente 12,9% des sortants et le niveau Bac seulement 7,5%. Près de 60% des formés sont des demandeurs d emploi (implication du FARE), pourcentage sous-estimé car ne comptant pas les bénéficiaires du PARE La filière de formation initiale est presque complète en Bretagne (18) ; du CAP au BTS. Elle présente au niveau V une attractivité de 80 demandes pour 100 places disponibles en lycée professionnel. Cette attractivité augmente avec le niveau de formation avec, en 2003, plus de 130 demandes pour 100 places pour le Bac Pro et près de 340 demandes pour 100 places en BTS, ce BTS étant alimenté pour 70% de sortants de formations généralistes. Toutefois, on note une baisse de l attractivité au fil des années. Pour les personnes ayant choisi cette voie, le taux de réussite aux examens est, en général, supérieur à celui enregistré à diplôme équivalent toutes spécialités confondues (en 2002, 89% pour le CAP MHL contre 81% au CAP toutes spécialités confondues, 92% pour le BAC PRO hygiène et environnement et 86% pour le BAC PRO en Bretagne, 84% au BTS Hygiène propreté environnement contre 72% quelle que soit la spécialité du BTS (19) ). De même, les résultats d IROISE (20) sur les sortants d apprentissage en 2001 montrent que sur les 27 répondants, 37% ont signé un nouveau contrat d apprentissage pour une poursuite d études et, pour ceux qui sont entrés sur le marché du travail, 88% sont en emploi 18 mois après leur sortie de formation (contre 86% toutes filières confondues) avec, parmi eux 73% occupant un emploi d agents de propreté. (17) La formation continue des demandeurs d emploi, présentée dans le cadre des cahiers sectoriels, concerne les formations du Programme Régional des Stages, les SIFE collectifs ainsi que les formations de la commande publique AFPA. Les informations sur les demandeurs d emploi bénéficiant du PARE ainsi que les données sur les formations dispensées par le réseau des GRETA ne sont pas disponibles à ce jour. Les effectifs mentionnés pour le Programme Régional des Stages (PRS) correspondent aux effectifs conventionnés. A titre indicatif, de 1998 à 2001, le taux de remplissage des stages de formation variait entre 113% et 88%. Les effectifs mentionnés pour les autres dispositifs de formation correspondent aux effectifs réels en année terminale. Pour le Programme Régional des Stages (PRS), la validation obtenue à l issue du stage est également mentionnée entre parenthèses. (18) Il existe aussi deux titres homologués de niveaux II et I, mais qui ne sont pas présents en Bretagne : Titre Homologué niveau II responsable de service Hygiène et Propreté et Titre Homologué niveau I Manager du développement du mutlservice associé à la propreté. (19) Source : Rectorat et base Reflet sur site (20) IROISE : Instrument Régional d Observation de l Insertion Sociale dans l Emploi, dispositif de suivi longitudinal des sortants de l apprentissage. 21

18A GFE. Tendances régionales. Nettoyage Assainissement. de l emploi, du marché du travail. et de la formation en Midi-Pyrénées.

18A GFE. Tendances régionales. Nettoyage Assainissement. de l emploi, du marché du travail. et de la formation en Midi-Pyrénées. Tendances régionales de l emploi, du marché du travail et de la formation en Midi-Pyrénées GFE 18A Dans les domaines Nettoyage Assainissement Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Novembre 2006 Dossier

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 rue Capella Rond point Vega 44483 Carquefou Cedex 02.28.01.08.01 observatoire@anfa-auto.fr

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Travail des métaux Mécanique générale

Travail des métaux Mécanique générale Profil du domaine professionnel Travail des métaux Mécanique générale 65 Profil du domaine professionnel Travail des métaux - Mécanique générale Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération Panorama de branche Industries et commerce de la récupération Industries et commerce de la récupération Avant-propos méthodologique La partie «données économiques» prend en compte l ensemble du secteur

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Mise de jeu 2 La certification des formations

Mise de jeu 2 La certification des formations Mise de jeu 2 La certification des formations Une formation certifiante délivre un diplôme reconnu par le RNCP Le plus souvent, les formations certifiantes ou qualifiantes sont celles qui mènent à «un

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP ac Parcours Sanitaire et social alidation des personnes ayant passé un jury au cours de l année 2009 en Bretagne MARS 2012 Certification Bac Réussite Sanitaire et social Validation Parcours Certification

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d expertises en

Plus en détail

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Réunion du Service Public de l Emploi Départemental (SPED) Séminaire de travail thématique Préfecture de la région d Île-de-France Préfecture

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Diagnostic régional emploi-formation

Diagnostic régional emploi-formation GREF Bretagne Diagnostic régional emploi-formation Contribution à l'élaboration du Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles Mai 2011 Contrat de projets Etat-Région Sommaire

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

FORMATION DANS LE SECTEUR SANITAIRE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

FORMATION DANS LE SECTEUR SANITAIRE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL G R E F Bretagne EMPLOI FORMATION DANS LE SECTEUR SANITAIRE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Diagnostic général Produit dans le cadre du Contrat d objectifs Sanitaire, social et médico-social Octobre 2013 Contrat

Plus en détail

Contrat d Objectifs Territorial «Hôtellerie restauration et activités de loisirs»

Contrat d Objectifs Territorial «Hôtellerie restauration et activités de loisirs» N 3 N - Septembre 46 - Novembre2009 201 2 Contrat d Objectifs Territorial «Hôtellerie restauration et activités de loisirs» Tableau de bord Emploi Formation Le Contrat d Objectifs Territorial «Métiers

Plus en détail

Notice pour le contrat de professionnalisation

Notice pour le contrat de professionnalisation Notice pour le contrat de professionnalisation Avant de conclure un contrat de professionnalisation, renseignez-vous sur les règles applicables au contrat ainsi que les dispositions particulières prévues

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

ARGOS. GFE 07 Electricité Electrotechnique Electronique. Pistes de réflexion. Analyse régionale pour les grandes orientations du schéma des formations

ARGOS. GFE 07 Electricité Electrotechnique Electronique. Pistes de réflexion. Analyse régionale pour les grandes orientations du schéma des formations Pistes de réflexion ARGOS Analyse régionale pour les grandes orientations du schéma des formations janvier 2006 GFE 07 Electricité Electrotechnique Electronique Réalisation CarifOref Midi-Pyrénées Pistes

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU COMMERCE DE DETAIL DE L HABILLEMENT ET ARTICLES TEXTILES EN 2014

LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU COMMERCE DE DETAIL DE L HABILLEMENT ET ARTICLES TEXTILES EN 2014 LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DU COMMERCE DE DETAIL DE L HABILLEMENT ET ARTICLES TEXTILES EN 2014 Vous pouvez prendre connaissance du rapport de branche dans son intégralité sur le site internet de la FNH

Plus en détail

Electriciens du bâtiment

Electriciens du bâtiment Observatoire Régional de la Formation et de l Emploi (ORFE) La famille professionnelle Electriciens du bâtiment Caractéristiques Tendances 1982-1999 Directeur de la publication : Jean-Claude GAPIN-FREHEL,

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Commission Mixte Paritaire 19 septembre 2013 Service Observatoires

Plus en détail

I. R. E. F BANQUE ET ASSURANCES

I. R. E. F BANQUE ET ASSURANCES Observatoire Régional de la Formation et de l'emploi (ORFE) I. R. E. F BANQUE ET ASSURANCES Date de mise en ligne : Janvier 29 INDICATEURS DE LA RELATION EMPLOI FORMATION Conception, méthodologie : Marie-Béatrice

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Dossier candidat Candidat Nom :... Prénom :... Demande du CQP : Parcours avec actions de formation pour tous les salariés (chimie et hors chimie) dont

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Les métiers de la maintenance industrielle

Les métiers de la maintenance industrielle L A L E T T R E D E L o r e f Bulletin d information de l Observatoire Régional Emploi-Formation Décembre 2007 n 20 Les métiers de la maintenance industrielle La Région Réunion définit, au travers du Plan

Plus en détail

LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE

LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE LES METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE ETUDE ET PROPOSITIONS SEPTEMBRE 2010 SOUS LA PRESIDENCE DE : Bruno BERTHIER, Président du CCC COMITE DE PILOTAGE : Bernard BELLER, GAM BNP Paribas Bruno BERTRAND,

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS ÉDITION 2013. Économie

LES CHIFFRES CLÉS ÉDITION 2013. Économie LES CHIFFRES CLÉS ÉDITION 2013 Économie 2 LES CHIFFRES CLÉS - Édition 2013 Sommaire Les principaux repères DE La Branche Propreté et services associés... 05 La Branche Propreté et services associés en

Plus en détail

DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES. Décembre

DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES. Décembre DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES Décembre 2013 Diagnostic de l emploi et de la formation dans le spectacle vivant et l audiovisuel en Rhône-Alpes

Plus en détail

Portrait de métiers. Les métiers de la mécanique. Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008

Portrait de métiers. Les métiers de la mécanique. Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008 Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008 Observatoire Régional de l Emploi et de la Formation d ile-de-france Portrait de métiers Les métiers de la mécanique C E quipe de réalisation..rédaction : Franck

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Commerce de détail de l Habillement et des articles textiles Comité Paritaire de Pilotage de l Observatoire Portrait statistique des entreprises et

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

Tarbes. Zone d emploi de. Contribution au diagnostic du PRDF par zone d emploi AVRIL 2006

Tarbes. Zone d emploi de. Contribution au diagnostic du PRDF par zone d emploi AVRIL 2006 PLAN RÉGIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES FORMATIONS MIDI-PYRÉNÉES (PRDF) 7-11 Zone d emploi de Tarbes AVRIL 6 Contribution au diagnostic du PRDF par zone d emploi Fonds social européen Dernières tendances en

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

Contrat d objectifs Services de l Automobile. Tableau de bord Economie - Emploi - Formation

Contrat d objectifs Services de l Automobile. Tableau de bord Economie - Emploi - Formation Contrat d objectifs Services de l Automobile Tableau de bord Economie Emploi Formation JUIN 211 Objectif Ce tableau de bord a pour objectif de proposer une information de base sur les entreprises, sur

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011

Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011 LA PROFESSION D AIDE-SOIGNANT EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011 OPEQ Chambre de Commerce et d'industrie de région Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

L emploi des cadres sur le bassin de Vannes

L emploi des cadres sur le bassin de Vannes L emploi des cadres sur le bassin de Vannes Diagnostic et perspectives Septembre 2007 Observatoire - Maison de l Emploi du Pays de Vannes TABLES DES MATIERES PREAMBULE I. LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL 4 INTRODUCTION

Plus en détail

LES MÉTIERS DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE

LES MÉTIERS DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE LES MÉTIERS DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE Septembre 2011 Zoom sur les métiers exercés dans la Branche 1[ ENJEUX ET PISTES DE TRAVAIL Les enjeux identifiés par le Groupe Domaine «Secteurs Economiques

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2015

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2015 Les métiers porteurs Perspectives 2015 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est principalement basée sur les résultats d un rapport publié en janvier 2007 par le groupe «Prospective des

Plus en détail

Le secteur de la propreté et des services associés : caractéristiques et enjeux

Le secteur de la propreté et des services associés : caractéristiques et enjeux Mars 2009 Le secteur de la propreté et des services associés : caractéristiques et enjeux INFOREM, Observatoire Emploi-Formation 2 Sommaire I. Avant-propos 1.1. Contexte et objectifs de l étude... p.5

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

TABLEAU DE BORD EMPLOI FORMATION

TABLEAU DE BORD EMPLOI FORMATION G R E F TABLEAU DE BORD EMPLOI FORMATION PAYS DE RENNES Contrat de Projets ÉDITION 2013 PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Etat-Région G R E F A D émographie le plus peuplé de. A l inverse de la région, une

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

fréquentation progresser d année en année, au détriment de la très haute saison de plus en plus concentrée sur quelques semaines.

fréquentation progresser d année en année, au détriment de la très haute saison de plus en plus concentrée sur quelques semaines. TORSET Pierre L économie du tourisme joue aujourd hui un rôle de tout premier plan en Bretagne, tant en termes d emploi que de chiffre d affaires. Générant 8% du PIB régional, elle est reconnue comme une

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012 ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu 2 429 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

En 2030, 430 720 personnes résideraient dans le pays, soit 11,7% des bretons

En 2030, 430 720 personnes résideraient dans le pays, soit 11,7% des bretons de Brest En 2008, 12,3% des bretons résident dans le pays +0,4% de la population par an entre 1999 et 2008 contre +0,9% pour la région Evolution de la population de 1968 à 2008 (base 100 en 1968) Population

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS PROPRETÉ ET SERVICES ASSOCIÉS ÉDITION 2011 SOMMAIRE LES PRINCIPAUX REPÈRES...05 LA BRANCHE PROPRETÉ ET SERVICES ASSOCIÉS EN CHIFFRES...07 I. ÉCONOMIE...07 1. La structure des entreprises

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP Étudiants et entreprises ANNÉE 2008 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Étudiants p. 3 A. Statistiques

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Octobre 200 N 069 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES MÉTIERS EN 2009 seuls quelques métiers résistent à la dégradation du marché

Plus en détail

Diagnostic territorial MD3E

Diagnostic territorial MD3E Diagnostic territorial MD3E Données de cadrage & Focus sur les 15-29 ans face aux perspectives d emploi Territoire MD3E (Zone d emploi d Evreux) Observatoire MD3E Contact : Stéphanie Queval s.queval@md3e.fr

Plus en détail

MISSION LOCALE Passation du 30/10/2014 à 14:04 Page: 20

MISSION LOCALE Passation du 30/10/2014 à 14:04 Page: 20 Page: 20 Fiche-métier Au service du bon fonctionnement quotidien de bâtiments à usage collectif L'agent de maintenance des bâtiments entretient des locaux à usage collectif. Vérifications, manutention,

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne 6 804 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3170 Convention collective nationale IDCC : 538. MANUTENTION FERROVIAIRE ET TRAVAUX CONNEXES (6 e édition.

Plus en détail

Semaine du sanitaire, du social et du médico-social

Semaine du sanitaire, du social et du médico-social Dossier de presse Du 7 au 11 octobre 2013 Semaine du sanitaire, du social et du médico-social Des formations et des métiers pour répondre aux évolutions de la Bretagne Donner un coup de projecteur aux

Plus en détail

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER :

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER : 30 rue des Berceaux 62630 ETAPLES : 03 21 94 57 36 www.enseignement-prive-etaples.com Centre de Formation Continue Dispensateur de Formation N 31620218262 Dossier de Candidature BTS MANAGEMENT DES UNITÉS

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Pays du Grand Beauvaisis Fiche sectorielle Edition 2013 SERVICES AUX PERSONNES Définition du secteur Les services à la personne regroupent l ensemble des services contribuant au mieux-être des citoyens

Plus en détail

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ

Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Crédit photo : FAIE MÉTIERS DE L ÉLECTRICITÉ SEPTEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 759 électriciens en 20 012 soit 7% des salariéss de la production

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail