Définition et validation psychométrique d un index de mesure commun à l image du site et des magasins

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Définition et validation psychométrique d un index de mesure commun à l image du site et des magasins"

Transcription

1 Définition et validation psychométrique d un index de mesure commun à l image du site et des magasins Résumé : Pour comparer l image des canaux et ainsi mieux piloter la gestion multicanal des distributeurs, cette recherche propose un index qui mesure exactement de la même manière, l image du site et celle des magasins. Après avoir défini ces concepts, différentes études qualitatives et quantitatives sont menées sur plusieurs échantillons d'étudiants puis de clients d une enseigne multicanal. L index de mesure à 10 dimensions d image et 40 indicateurs manifestes pour le site et les magasins, est validé par la procédure spécifique aux variables formatives. L étude montre notamment l intérêt d intégrer dans le périmètre de l image du site, les liens avec les autres canaux. Mots-clés : Image du magasin, image du site, index formatif, satisfaction, fidélité. Definition and psychometric validation of a measurement index common to website and store images Abstract : This research proposes an index that measures website and store images in the exact same way in order to compare click-and-mortar retailers channel image and better monitor their multichannel management. After defining the concepts of website image and store image, various qualitative and quantitative surveys examine across several samples of customers of a major multichannel retailer. Using the procedure specific to formative variables, structural equations validate the measurement index consisting of 10 image dimensions and 40 manifest indicators. Specifically, the study shows the relevance of incorporating connections with other channels into the scope of website image. Key-words: Store image, website image, formative index, satisfaction, loyalty.

2 Résumé Managérial Dans un environnement multicanal qui incite de plus en plus les distributeurs et leurs clients à comparer l image des différents canaux disponibles, cette recherche propose et teste un instrument de mesure commun à l image du site et des magasins. En respectant la procédure rigoureuse de validation des construits formatifs au moyen des équations structurelles, elle aboutit à un index de mesure particulièrement complet qui capture 10 dimensions de l image des canaux (offre, prix, disposition, accessibilité, promotions, service après-vente, conseil, réputation, institution, liens avec les autres canaux), à partir de 40 items strictement identiques pour le site et pour les magasins. Le nombre de tests effectués et la taille importante de l échantillon de clients réels servant de base à l étude, assurent une bonne validité externe. Au-delà de son apport conceptuel, cet index de mesure donne les moyens aux distributeurs de mieux contrôler l image de leurs canaux de distribution et de la faire évoluer. Il s appuie en effet, sur des caractéristiques du site et des magasins très opérationnelles et aisément actionnables puisqu elles correspondent aux variables classiques du retailing mix. La mise en oeuvre de cet outil de mesure leur permettra d identifier de manière très précise et très complète, les éléments de leur site ou de leurs magasins à améliorer en priorité pour augmenter la satisfaction et les intentions de fidélité à l égard du canal d achat. En démontrant qu un site peut être décrit et analysé exactement dans les mêmes termes qu un magasin, cette recherche permet également aux détaillants d articuler leurs canaux les uns par rapport aux autres, et ainsi de mieux piloter leur gestion multicanal. Ceci peut se faire en calculant avec plus de précision, les écarts de prix ou d offre nécessaires pour orienter les clients vers tel ou tel canal d achat. Cet index permet aussi d analyser le positionnement concurrentiel en confrontant, sur des bases totalement comparables, l image des canaux d une enseigne à celle du site et des magasins de ses concurrents.

3 Définition et validation psychométrique d un index de mesure commun à l image du site et des magasins Introduction La distribution multicanal est devenue une réalité pour 80% des enseignes de commerce conventionnelles (Kilcourse et Rowen, 2008). Alors que leur activité avait été initialement concurrencée par les pure players, elles dominent désormais le marché de l e-commerce en B2C en termes de part de marché et de rentabilité (Jin, Park et Kim, 2010). Ces enseignes mettent à présent en œuvre une véritable gestion multicanal qui vise à fluidifier et à orienter le parcours des clients entre leurs différents canaux pour augmenter leur valeur et les fidéliser (Neslin & al., 2006). Pour cela, elles doivent comparer leurs canaux en termes de performance (Gensler, Dekimpe et Skiera, 2007 ; Zhang & al., 2010), mais également de caractéristiques perçues par leurs clients (Morschett, Swoboda et Foscht, 2005). Or, le cloisonnement passé des canaux a conduit chercheurs et managers à analyser le site et les magasins de manière séparée (Nicholson, Clarke et Blakemore, 2002 ; Broekhuizen et Jager, 2004 ; Verhagen et Van Dolen, 2009) ; ceci ne facilite ni la compréhension des comportements multicanaux, ni le pilotage des canaux (Weinberg, Parise et Guinan, 2007). Ainsi, parmi les recherches publiées, aucun instrument de mesure ne permet de comparer sur des bases strictement identiques l image du site et celle des magasins. Ceci interdit par exemple de calculer avec précision les écarts d offres, de prix ou de promotions entre ces deux canaux. L étude dont nous ne livrons ici qu un aperçu, vise à : 1) définir conceptuellement l image du magasin et celle du site ; 2) montrer que ces deux construits possèdent une structure de composantes communes qui permet de les comparer plus facilement ; 3) valider ces construits par la procédure spécifique aux construits formatifs ; 4) vérifier leur validité nomologique en modélisant les effets de l image sur la satisfaction et la fidélité. Par contrainte d'espace, les 10 échelles de mesure qui composent l'index sont présentées dans l'annexe Brève conceptualisation des construits d image des magasins et du site «La perception d un détaillant par les consommateurs peut être considérée comme très proche du construit d image du magasin» (Morschett, Swoboda et Foscht, 2005). Ce dernier constitue une condition pour que les enseignes maintiennent un avantage concurrentiel sur le marché (Steenkamp et Wedel, 1991). Sa contribution au processus de décision du consommateur ne fait aucun doute (Nevin et Houston, 1980 ; Joyce et Lambert, 1996 ; Grewal 3

4 & al., 1998) tant en termes de choix du détaillant que de satisfaction ou de fidélité (Hartman et Spiro, 2005). Ce concept couvre la plupart des variables du retailing mix actionnables par l enseigne (Bloemer et De Ruyter, 1998). Appliquée aux sites marchands (Spiller et Lohse, 1997), il pourrait avoir un effet encore supérieur qu en magasin (Biswas et Biswas, 2004) L image des magasins L image des magasins est l un des plus anciens concepts du marketing (Martineau, 1958). Souvent assimilée à un ensemble d attitudes (Doyle et Fenwick, 1974) ou à une attitude globale «basée sur les perceptions des attributs pertinents» (Steenkamp et Wedel, 1991), elle constitue en fait une croyance. Mazursky et Jacoby (1986) la définissent comme «une connaissance et/ou un sentiment qui est inféré d un ensemble de perceptions en cours et/ou de souvenirs attachés à un phénomène ( ) et qui représente ce que le phénomène signifie pour l individu». Elle s articule autour d une communauté de perceptions (Boulding) en intégrant des éléments fonctionnels et tangibles (localisation, prix, produits, facilités de crédit, disposition de la surface de vente), mais aussi des éléments intangibles (attitudes des vendeurs, atmosphère de l accueil, odeurs, couleurs, ). Ces éléments rationnels et émotionnels (Golden, Albaum et Zimmer, 1987) sont perçus et pondérés par chaque individu (Doyle et Fenwick, 1974). Toutefois, Reardon, Miller et Coe (1995) insistent sur la nécessité que les dimensions retenues dans les études soient actionnables par les managers, quitte à écarter les attributs affectifs ou symboliques sur lesquels les managers ont généralement peu de prise. L image du magasin peut être étudiée de manière holistique (Zimmer et Golden, 1988) ou plus analytique (Keaveney et Hunt, 1992). Mais si le recours à des construits non structurés permet de saisir la gelstat de l image du magasin, ces deux méthodes d évaluation aboutissent à des résultats très proches, avec un avantage aux échelles structurées (Chowdhury, Reardon et Srivastava, 1998). Le nombre d attributs des magasins dépendant des méthodes de catégorisation, Myers et Alpert (1977) proposent de ne retenir que ceux importants et distinctifs ; Kunkel et Berry (1968) ou James, Durand et Dreves (1976) y ajoutent le critère de saillance. Néanmoins, les recherches montrent une grande convergence sur les caractéristiques d image du magasin (Annexe 1). Mazursky et Jacoby (1986) hiérarchisent ainsi quatre degrés d évaluation du magasin : information sur les prix (niveau de prix, soldes et promotions), offre produit (assortiment, couleurs, marques), composante physique du magasin 4

5 (implantation et aménagement), politique d information (nombre de vendeurs par rayon et politique de reprise des produits) L image des sites marchands Peu de travaux ont jusqu ici transposé aux sites marchands le concept d image développé pour les magasins : Spiller et Lohse (1997), Katerattanakul et Siau (2003) ou Chen et Lee (2005) dressent une typologie de sites et identifient les principaux attributs des sites web ; Van der Heijden et Verhagen (2004) et Lim et Dubinsky (2004) analysent leurs effets sur l attitude d achat en ligne ou sur le trafic et les ventes (Lohse et Spiller, 2003 ; Chen et Lee, 2005). En effet, les sites ont été successivement évalués en termes d acceptation de la technologie (Davis, Bagozzi et Warshaw, 1989), d ergonomie (Huizingh, 2000 ; Palmer, 2002 ; Agarwal et Venkatesh, 2002), de qualité (Zeithaml, Parasuraman et Malhotra, 2002 ; Loiacono, Watson et Goodhue, 2007 ; Tarafdar et Zhang, 2007) ou de personnalité du site (Chen et Rodgers, 2006). Pourtant, au fur et à mesure que les entreprises se convertissent à la vente en ligne, ils ne peuvent plus être analysés avec les mêmes critères que ceux utilisés pour des sites institutionnels ou de marques. Il s agit à présent d attirer et de fidéliser des visiteurs qui ont déjà acheté chez des concurrents, plutôt que de transformer comme jadis, des cybervisiteurs en cyberacheteurs. Les sites doivent donc se différencier à partir de critères marketing plus spécifiques à l enseigne ; pour influer sur les comportements d achat, ceux-ci doivent exister mais aussi être perçus (McKinney, Yoon et Zahedi 2002 ; Song et Zahedi 2005). En bref, aucune échelle existante ne permet à ce jour de comparer, exactement sur les mêmes bases, l image du site et celle du magasin. Côté magasin, la plupart des échelles disponibles mesurent seulement telle ou telle dimension d image perçue mais pas le construit global, ou alors en le validant comme un outil réflexif, et non pas comme un index formatif. Côté site, l image a principalement été mesurée sans chercher à appliquer les mêmes items et en excluant certaines dimensions importantes de l image du magasin qui pourraient être transposées sur Internet (localisation-accessibilité, personnel de vente). Toutes ces raisons nous contraignent donc à développer un nombre important d items destinés à s appliquer aussi bien au site qu aux magasins pour décrire chacune des dimensions d image. 2. Méthodologie de l étude 5

6 Une fois spécificié le domaine du construit, plusieurs études préliminaires ont été menées. Elles visent à tester la capacité des dimensions classiques de l image des magasins à s appliquer aux sites Internet, puis à enrichir les dimensions communes aux magasins et aux sites marchands et enfin à les valider (Annexe 2) Bref aperçu des études préliminaires à la validation de l index de mesure A partir du recensement des composantes d image du magasin les plus citées, une grille d évaluation commune au site et au magasin a d abord été bâtie (Annexe 3). Conformément aux recommandations de Reardon, Miller et Coe (1995), elle est limitée aux caractéristiques actionnables par les distributeurs, c est-à-dire aux facteurs tangibles et réels (Oxenfeldt, 1974). Sa pertinence et sa capacité opérationnelle ont été vérifiées sur l image transmise par les canaux de 4 distributeurs multicanaux, puis sur l image transmise de 94 sites. 24 entretiens qualitatifs d une durée de 45 à 75 ont ensuite permis de valider cette grille et de nourrir les échelles de mesure. Ils ont montré que les dimensions classiques de l image des magasins s appliquaient pour analyser l image non plus transmise, mais perçue des sites. L ultime étape préparatoire consista à prétester les dix échelles d image perçue susceptibles de s appliquer aussi bien au site qu au magasin. Le premier pré-test sur 80 étudiants permit d éliminer 42 items sur les 132 items; après un retour à la littérature, le second fut mené sur 113 clients de l enseigne multicanal en B to C participant à la validation de l index. Cette enseigne spécialisée possède une activité de vente en ligne suffisamment ancienne (depuis 2000) pour que le site ait été choisi comme canal d achat par une partie substantielle de ses clients (effet d apprentissage). La solution pour bâtir le questionnaire a été du type Choice by Processing Attributes, préconisée notamment par Bettman et Kakkar (1977) parce qu elle réduit de moitié sa longueur apparente. Pour obtenir des réponses plus homogènes, le type de produit et les effets de situation indépendants des caractéristiques de l individu et du stimulus ont été contrôlés (Belk, 1974) Validation de l index de mesure L échantillon final comprend 1478 clients de la même enseigne : 68.6% d hommes ; 47,7 ans de moyenne d âge ; 78,6% détenteurs d un diplôme d études supérieures ; 62,6% ont une expérience d achat en ligne supérieure à 4 ans ; 51,3% visitent les magasins de l enseigne au moins 1 fois par mois; 88,7% visitent le site de l enseigne au moins 1 fois par mois. 6

7 Suite à une AFE avec rotation oblique de type Oblimin, la structure factorielle de l image des magasins puis de l image du site est vérifiée. Elle fait bien apparaître les 10 dimensions d image; celles-ci restituent plus de 80% de la variance pour l image de chacun des deux canaux. Pour chaque échelle, la part de variance restituée et les degrés de cohérence interne sont comparables pour le site à ceux constatés pour les magasins (communautés>0,7 ; contributions>0,8 ; α>0.8). Les items dont la suppression aurait amélioré l Alpha de Cronbach pour un canal, mais dégradé celui de l autre canal, ont été maintenus (Rossiter, 2002). Compte tenu de la taille importante de l échantillon, l analyse factorielle confirmatoire aboutit à des indices d ajustement acceptables tant pour le site que pour les magasins (Annexe 4). La définition du construit, le libellé des items, et en parallèle pour les magasins et le site, les valeurs des contributions (λ), ainsi que des ρ j et des ρ vc sont présentés dans l annexe 5. Les contributions λ et les tests de Student sont tous significatifs pour chaque échelle de mesure des dimensions de l image des magasins et du site. De même, la cohérence interne des outils de mesure est établie (ρ j >0,8). Chaque échelle respecte les critères de validités convergente et discriminante préconisés par Fornell et Larcker (1981). Dans le cas des magasins comme dans celui du site, le ρ j est toujours supérieur à 0.5 ; chaque construit partage plus de variance avec ses mesures qu avec les autres construits (Fornell et Larcker 1981); les risques de multicolinéarité entre les variables sont très faibles (Annexe 6). Conformément à la revue de littérature et aux différents travaux préparatoires, il est donc tout à fait possible de mesurer à partir des mêmes items chacune des dix dimensions de l image du site et des magasins. Néanmoins, malgré la bonne qualité d ajustement de ces dix dimensions dans un modèle global d image du canal, les performances psychométriques se dégradent aussitôt que le nouveau construit les intègre directement. Cette dégradation est plus sensible en termes de validité convergente que de fiabilité, ce qui explique les erreurs de validation des auteurs qui ne vérifient que la fiabilité de leurs échelles de mesure. Après avoir envisagé plusieurs solutions, l option finalement retenue consiste à considérer l image du site et des magasins comme une variable formative. Une dégradation subite du RMSEA et du CFI peut en effet révéler une variable formative (MacKenzie, Podsakoff et Jarvis, 2005). Or, l image des canaux, telle qu elle est conceptualisée dans cette recherche, est clairement formative : elle est définie par ses 10 dimensions, et non pas l inverse comme dans le cas des variables réflexives ; ses indicateurs ne sont pas interchangeables et sont faiblement corrélés ; ils peuvent ne pas avoir les mêmes antécédents ni les mêmes conséquences (MacKenzie, Podsakoff et Jarvis, 2005). En cela, elle correspond à un construit de type II (Jarvis, MacKenzie et 7

8 Podaskoff, 2003), qui doit être traité comme un construit multidimensionnel composite. Des procédures existent pour traiter les variables formatives, au moyen des équations structurelles (Diamantopoulos et Winklhofer, 2001). Elles impliquent de mener des vérifications supplémentaires qui proscrivent l usage des indicateurs classiques de cohérence interne, la recherche d une forte cohérence pouvant nuire à la richesse du concept (Rossiter, 2002 ; Jarvis, Mackenzie et Podsakoff, 2003). Les risques de multicolinéarité, préjudiciables aux variables formatives, sont tout d abord écartés (Roberts et Thatcher, 2009 ; Bruhn, Georgi et Hadwich, 2008) : VIF < 2,25. La validité externe des construits est ensuite vérifiée en estimant un MIMIC (Jöreskog et Goldberger, 1975) avec comme variable exogène, la variable formative et comme variable endogène, la même variable mesurée par deux indicateurs réflexifs (Diamantopoulos et Winklhofer, 2001). Les dimensions d image retenues sont significatives (t>1.96) pour les deux canaux. L ultime étape consiste à vérifier la validité discriminante et la validité nomologique du construit formatif en le reliant à au moins deux construits réflexifs, théoriquement liés (MacCallum et Browne, 1993 ; Diamantopoulos et Winklhoffer, 2001). Dans ce but, les relations déjà établies entre l image de chaque canal, la satisfaction et la fidélité sont modélisées. Malgré la puissance d un index à 40 items, la validité discriminante des deux index est vérifiée (intercorrélations inférieures à 0.71). Dans un second temps, deux modèles structurels reliant l image de chaque canal, la satisfaction et la fidélité permettent de vérifier la validité nomologique. L image du magasin a une forte influence sur la satisfaction et une influence significative mais moindre sur la fidélité au magasin (RMSEA=0.08; GFI=0.91; AGFI=0.88; NFI=0.91; TLI=0.91; CFI=0.92) ; l image du site a également une forte influence sur la satisfaction et une influence significative sur la fidélité au site (RMSEA=0.08 ; GFI=0.91; AGFI=0.88; NFI=0.92; TLI=0.91; CFI=0.93). Au terme de ces modélisations successives (Annexe 7), la validité nomologique de l index de mesure commun à l image du site et des magasins est donc vérifiée. 3. Discussion et implications Dans un environnement multicanal qui incite de plus en plus les distributeurs et leurs clients à comparer l image des différents canaux disponibles (Chiang et Dholakia, 2003; Sinha et Banerjee, 2004), cette recherche propose et teste un instrument de mesure commun à l image du site et des magasins. En respectant scrupuleusement la procédure de validation des construits formatifs par les équations structurelles, elle aboutit à un index de mesure 8

9 particulièrement complet qui capture 10 dimensions de l image des canaux (offre, prix, disposition, accessibilité, promotions, service après-vente, conseil, réputation, institution, liens avec les autres canaux), à partir de 40 items strictement identiques pour le site et pour les magasins. Le nombre de tests effectués et la taille importante de l échantillon de clients réels servant de base à l étude, assurent une bonne validité externe Implications théoriques L élaboration d un instrument de mesure est utile à la recherche aussitôt qu'il permet de mieux décrire un phénomène en respectant l ensemble des critères psychométriques. Il permet un gain de temps considérable pour d autres chercheurs qui pourront alors mieux se concentrer sur leurs recherches (Loiacono, Watson et Goodhue, 2007). La première avancée concerne la délimitation du périmètre de l image du site et des magasins. En effet, cette recherche ne se contente pas de définir de nouvelles échelles de mesure ; elle vérifie aussi qu agrégées, elles font bien partie intégrantes du concept d image du canal en utilisant les procédures adaptées aux construits formatifs et encore peu utilisées à ce jour. La deuxième avancée concerne la définition d échelles fiables et valides pour évaluer chaque dimension d image des canaux, y compris celles peu ou pas présentes dans la littérature (accessibilité, réputation, lien avec les autres canaux de distribution). Cette dernière caractéristique est particulièrement intéressante pour évaluer la perception du site dans un contexte multicanal ; en effet, l image du site semble plus tributaire que celle des magasins, de son articulation avec les autres canaux de distribution. Le troisième apport est bien sûr la capacité de l index à évaluer exactement de la même manière, l image d un site marchand que celle des magasins. Conserver quelques items plus nécessaires pour l un que pour l autre, permet de comparer à périmètre strictement identique chacune des dimensions de l image des magasins et du site, sans dégrader outre mesure la qualité d ajustement des modèles, puisque l ensemble des échelles utilisées bénéficient d excellentes qualités psychométriques. A ce triple titre, la définition et la validation de l index proposé ici constitue une première qui comble un vide patent. Les implications managériales ayant déjà été soulignées dans le résumé managérial, nous n y reviendrons donc pas Limites 9

10 La principale limite de ce travail tient au caractère systématique de la méthode analytique utilisée telle qu elle a été critiquée par Zimmer et Golden (1988). En effet, toutes les dimensions pressenties sont impérativement évaluées dans l index de mesure proposé et aucune ne peut être supprimée ou ajoutée par les personnes interrogées. Par ailleurs, cette approche analytique reviendrait selon Keaveney et Hunt (1992) à considérer que l image du magasin est toujours abordée par les clients comme une expérience totalement nouvelle, alors que selon ces auteurs, les clients examinent immédiatement en quoi le magasin partage des caractéristiques communes avec la catégorie de magasin ou le prototype. Une autre limite concerne le pays et l enseigne dans lesquels l index ont été définis et testés ; une réplication sur plusieurs enseignes de distribution de pays autres que la France permettrait de vérifier la stabilité de l index. Bibliographie : Agarwal R. et Venkatesh V. (2002), Assessing a firm's web presence: a heuristic evaluation procedure for the measurement of usability, Information Systems Research, 13, 2, Belk R. (1974), An exploratory assessment of situational effects in buyer behaviour, Journal of Marketing Research, 11, 2, Bettman J. R. et Kakar P. (1977), Effects of information presentation format on consumer information acquisition strategies, Journal of Consumer Research, 3, Biswas D. Et Biswas A.(2004), The diagnostic role of signals in the context of perceived risks in online shopping: do signals matter more on the web?, Journal of Interactive Marketing, 18, 3, Bloemer J. et de Ruyter K. (1998), On the relationship between store image, store satisfaction and store loyalty, European Journal of Marketing, 32, 5-6, Bruhn M., Georgi D., et Hadwich K. (2008), Customer equity management as formative second-order construct, Journal of Business Research, 61, 12,

11 Chen Q. et Rodgers S. (2006), Development of an instrument to measure web site personality, Journal of Interactive Advertising, 7, 1, Chen W-J., et Lee C. (2005), The impact of web site image and consumer personality on consumer behavior, International Journal of Management, 22, 3, Chiang K-P., et Dholakia R. R. (2003), Factors driving consumer intention to shop online: an empirical investigation, Journal of Consumer psychology, 13, 1-2, Chowdhury J., Reardon J. et Srivastav R. (1998), Alternative modes of measuring: an empirical assessment of structured versus unstructured measures, Journal of Marketing Theory and Practice, 6, 2, Davis F. D., Bagozzi R. P. et Warshaw P. R. (1989), User acceptance of computer technology: a comparison of two theoretical models, Management Science, 35, 8, Diamantopoulos A. et Winklhofer H. M. (2001), Index construction with formative indicators: an alternative to scale development, Journal of Marketing Research, 38, 2, Doyle P. et Fenwick I. (1974), How store image affects shopping habits in grocery chains, Journal of Retailing, 50, 4, Fornell C. et Larcker D. F. (1981), Evaluating structural equation models with unobservable variables and measurement error, Journal of Marketing research, 18, Gensler S., Dekimpe M. G. et Skiera B. (2007), Evaluating channel performance in multichannel environments, Journal of Retailing & Consumer Services, 14, 1, Golden L. L., Albaum G. et Zimmer M. (1987), The numerical comparative scale: an economical format for retail image measurement, Journal of Retailing, 63, 4,

12 Grewal D., Krishnan R., Baker J. et Borin N. (1998), The effect of store name, brand name and price discounts on consumers evaluations and purchase intentions, Journal of Retailing, 74, 3, Hansen R. A. et Deutscher T. (1977), An empirical investigation of attribute importance in retail store selection, Journal of Retailing, 53, 4, Hartman K. B. et Spiro R. L. (2005), Recapturing store image in customer-based store equity: a construct conceptualization, Journal of Business Research, 58, 8, Huizingh, E. K (2000), The content and design of web sites: an empirical study, Information & Management, 37, 3, James D. L., Durand R. M. et Dreves R. A. (1976), The use of a multi-attribute attitude model in a store image study, Journal of Retailing, 52, 2, Jarvis C. B., MacKenzie S. B. et Podsakoff P. M. (2003), A critical review of construct indicators and measurement model misspecification in marketing and consumer research, Journal of Consumer Research, 30, Jin B., Park J. Y. et Kim, J. (2010), Joint influence of online store attributes and offline operations on performance of multichannel retailers, Behaviour & Information Technology, 29, 1, Jöreskog K. G. Et Goldberger A. S. (1975), Estimation of a model with multiple indicators and multiple causes of a single latent variable, Journal of the American Statistical Association, 70, 351, Joyce M. L. et Lambert D. R. (1996). Memories of the way stores were and retail store image. International Journal of Retail & Distribution Management, 24, 1,

13 Katerattanakul P. et Siau K. (2003), Creating a virtual store image, Communications of the ACM, 46, 12, Keaveney S. M. et Hunt K. A. (1992), Conceptualization and operationalization of retail store image: a case of rival middle-level theories, Journal of the Academy of Marketing Science, 20, 2, Kilcourse B. et Rowen, S. (2008), Finding the integrated multi-channel retailer, RSR Benchmark Study, Kunkel J. H. et Berry L. L. (1968), A behavioral conception of retail image, Journal of Marketing, 32, Lim H. et Dubinsky A. J. (2004), Consumers perceptions of e-shopping characteristics: an expectancy-value approach, Journal of Services Marketing, 18, 7, Lohse G. et Spiller P. (2003), Internet retail store design: how the user interface influences traffic and sales, in C. Steinfield (coord.), New Directions in Research on E-Commerce, Purdue University Press, Lindquist J. D. (1974), Meaning of image, Journal of Retailing, 50, 4, Loiacono E. T., Watson R. T. and Goodhue D. L. (2007), WebQual: a instrument for consumer evaluation of web sites, International Journal of Electronic Commerce, 11, 3, MacCallum R. et Browne M. M. (1993), The use of causal indicators in covariance structure models: some practical issues, Psychological Bulletin, 114, 3, MacKenzie S. B., Podsakoff P. M. et Jarvis C. B. (2005), The problem of measurement model misspecification in behavioral and organizational research and some recommended solutions, Journal of Applied Psychology, 90, 4,

14 Martineau P. (1958), The personality of the retail store, Harvard Business Review, 36, 1, Mazursky D. et Jacoby J. (1986), Exploring the development of store images, Journal of Retailing, 62, 2, McKinney V., Yoon K. et Zahedi F. M. (2002), The measurement of Web-customer satisfaction: an expectation and disconfirmation approach, Informations Systems Research, 13, 3, Morschett D., Swoboda B. et Foscht, T. (2005, Perception of store attributes and overall attitude towards grocery retailers: the role of shopping motives, International Review of Retail, Distribution and Consumer Research, 15, 4, Myers J. H. et Alpert M. I. (1977), Semantic confusion in attitude research: salience vs. importance vs. determinance, Advances in Consumer Research, 4, Neslin S. A., Grewal D., Leghorn R., Shankar V., Teerling M. L., Thomas J. S. et Verhoef P. (2006), Challenges and opportunities in multichannel customer management, Journal of Service Research, 9, 2, Nevin J. R. et Houston M. J. (1980), Image as a component of attraction to intra-urban shopping areas, Journal of Retailing, 56, 1, Nicholson M., Clarke I. et Blakemore M. (2002), One brand, three ways to shop: situational variables and multichannel consumer behaviour, International Review of Retail, Distribution and Consumer Research, 12, 2, Oxenfeldt A. R. (1974), Developing a favorable price-quality image, Journal of Retailing, 50, 4,

15 Palmer J. W. (2002), Web site usability, design and performance metrics, Informations Systems Research, 13, 2, Pessemier E. A. (1980), Store image and positioning, Journal of Retailing, 56, 1, Reardon J., Miller C. E. et Coe B. (1995), Applied scale development: measurement of store image, Journal of Applied Business Research, 11, 4, Roberts N. et Thatcher J. B. (2009), Conceptualizing and testing formative constructs: tutorial and annotated example, The DATA BASE for Advances in Information Systems, 40, 3, Rossiter J. R. (2002), The C-OAR-SE procedure for scale development in marketing, International Journal of Research in Marketing, 19, 4, Schiffman L. G., Dash J. H. et Dillon W. R. (1977), The contribution of store-image characteristics to stereotype choice, Journal of Retailing, 53, 2, Sinha P. K. et Banerjee A. (2004), Store choice behaviour in an evolving market, International Journal of Retail & Distribution Management, 32, 10, Song J. et Zahedi F. M. (2005), A theoretical approach to web design in e-commerce: a belief reinforcement model, Management Science, 51, 8, Spiller P. et Lohse, G. L. (1997), A classification of Internet retail stores, International Journal of Electronic Commerce, 6, 2, Steenkamp J-B. et Wedel, M. (1991), Segmenting retail markets on store image using a consumer-based methodology, Journal of Retailing, 67, 3, Tarafdar M. et Zhang J. (2007), Determinants of reach and loyalty A study of website performance and implications for website design, Journal of Computer Information Systems, 48, 2,

16 Van der Heijden H. et Verhagen T. (2004), Online store image: conceptual foundations and empirical measurement, Information & Management, 41, 5, Verhagen T. et Van Dolen W. (2009), Online purchase intentions: a multi-channel store image perspective, Information & Management, 46, 2, Weinberg B. D., Parise S. et Guinan P. J. (2007), Multichannel marketing: mindset and program development, Business Horizons, 50, 5, Zeithaml V. A., Parasuraman A. et Malhotra A. (2002), Service quality delivery through web sites: a critical review of extant knowledge, Journal of the Academy of Marketing Science, 30, 4, Zhang J., Farris P. W., Irvin J. W., Kushawa T., Steenburgh T. J. et Weitz B. A. (2010), Crafting integrated multichannel retailing strategies, Journal of Interactive Marketing, 34, 2, Zimmer M. R. et Golden L. L. (1988), Impressions of retail stores: a content analysis of consumer images, Journal of Retailing, 64, 3,

17 Annexe 1 Synthèse des caractéristiques d image identifiées dans la littérature (Auteur, 2013) Auteurs Martineau (1958) Kunkel et Berry (1968) Oxenfeldt (1974) Critères Disposition et architecture des locaux Symboles et couleurs Communication Personnel de vente (courtoisie, adéquation) Style, médias utilisés, fréquence Attitudes, compétence, nombre, qualité du service Prix des produits Marques Largeur, profondeur de l assortiment Nouveauté des produits Proximité maison, travail, accès Parking, plages d'ouverture, commodité Crédit, livraison, restauration, garderie, Mise en scène ou évènement promotionnel, bonus Disposition des locaux, décor intérieur et extérieur, disposition des produits, types de clients, encombrement, prestige Reprises, échanges, loyauté Facteurs tangibles et réels : qualité (best value), largeur et profondeur de l assortiment, ruptures de stocks minimisées, style, rapidité / personnalisation, crédit, assistance à la vente, vitesse de paiement, facilités de retour et de réparation Bénéfices intangibles mais authentiques : ambiance relationnelle amicale, plaisir, familiarité, confiance, entraide, gratification et reconnaissance personnelle, propreté Lindquist (1974) Hansen et Deutscher (1977) «Fantasies» : «the best people shop there; known to be the best store»; you ll meet fascinating people there») Escalators, lumière, air conditionné, toilettes, largeur des allées, Parking, commodité d'accès Vente, présence du self-service, retour des produits, livraison, facilité de crédit Publicité, présentation, symboles et couleurs Qualité, assortiment, style, garantie, prix Statut social du magasin, congruence avec l'image de soi, personnel Ambiance de chaleur et d'appartenance Conservateur ou moderne, réputation, sûreté Retour des produits, satisfaction en général Produit (qualité, sélection, style, prix) Service (possibilité de mettre des articles de côté, personnel de vente, facilité de retour, crédit, livraison,) Clientèle Facilités physiques, propreté, disposition du magasin 17

18 Schiffman & al. (1977) Pessemier (1980) Mazursky et Jacoby (1986) Zimmer et Golden (1988) Commodités (localisation du magasin, facilités de shopping, attractivité, parking) Promotion / publicité Atmosphère (sympathie congruence) Institutionnel : réputation du magasin Satisfaction après vente Commodité de lieu Prix compétitifs ou bons deals Politiques de garantie Service en magasin Expertise des vendeurs Choix produit Profil de la clientèle Cycle de vie du magasin Offres produits (y compris prix et marques) Commodité de lieu Plaisir du shopping Facilité de transaction Promotion Probité Force et clarté d'image Nombre de vendeurs et de caissiers par département Politique de retour des produits Nombre de salons d'essayage Acceptation de la carte de crédit Localisation Nombre d'étages Design intérieur du magasin Marques des produits Niveau de prix Assortiment Pourcentage de stock en vente Texture de la marchandise Remise sur ventes Couleurs des produits Bonne disposition et apparence des locaux Mauvaises conditions physiques du magasin Qualité de la marchandise Commentaires sur la publicité Commentaires positifs sur la vente Commentaires négatifs sur les techniques mises en œuvre durant la vente Sélection Service Commentaires sur le crédit Commentaires positifs sur le catalogue 18

19 Mauvais service catalogue Commentaires sur la garantie et les retours Bonne impression sur le personnel de vente Localisation Prix Bonne réputation Magasin vulgaire (bas de gamme) Magasin en désordre Commentaires sur la catégorie de magasin Similaire aux autres magasins Intéressant pour des produits spécifiques Bonne réparation 19

20 Annexe 2 Processus de développement et de validation de l index de mesure Etudes qualitatives - Définition et test d une grille d évaluation de l image transmise des canaux (10 dimensions) - 24 entretiens en face à face - 4 études de cas - Génération initiale de 132 items et validation par des experts Développement et purification des échelles de mesure Première purification des échelles de mesure (n=80 étudiants) Retour à la littérature et seconde purification des échelles de mesure (n=113 clients de l enseigne considérée) - Cohérence interne - Analyse Factorielle Exploratoire - Analyse Factorielle Confirmatoire Validation Validation des échelles de mesure (n=1478 clients de l enseigne considérée) - Unidimensionnalité - Validité convergente - Validité discriminante Validation de l index formatif - Vérification de l appartenance des 10 dimensions au concept d image (MIMIC) - Vérification de la multicolinéarité - nomological validity 20

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

L Internet Banking : quelles valeurs pour le consommateur?

L Internet Banking : quelles valeurs pour le consommateur? L Internet Banking : quelles valeurs pour le consommateur? Saïd Ettis #1, Mohamed Haddad *2 #* Département gestion, Institut Supérieur de Gestion, Unité de Recherche en Entreprise et Décisions (UR. RED),

Plus en détail

PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR

PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR AVANT-PROPOS Introduction au e-marketing Section 1 La maturité du commerce en ligne Section 2 Le phénomène web2.0 Section 3 Le plan de l ouvrage PARTIE 1 LA CONNAISSANCE DU MARCHÉ ET DU CYBER CONSOMMATEUR

Plus en détail

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Table des matières Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9 1. Chiffres-clés et tendances

Plus en détail

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Master MPS 1 LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Construire une politique qualité dans les services Les différentes définitions de la qualité Une approche globale

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

SAN07 IBM Social Media Analytics:

SAN07 IBM Social Media Analytics: SAN07 IBM Social Media Analytics: Vos clients partagent leurs connaissances Déployez une stratégie gagnante! Eric Martin Social Media Analytics Leader Europe IBM SWG, Business Analytics @Eric_SMA 1 Le

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

RISQUE PERÇU ET REDUCTEURS DE RISQUE D ACHAT EN LIGNE ET EN MAGASIN : LE CAS FNAC. Christophe BEZES Professeur-chercheur permanent ISTEC Paris

RISQUE PERÇU ET REDUCTEURS DE RISQUE D ACHAT EN LIGNE ET EN MAGASIN : LE CAS FNAC. Christophe BEZES Professeur-chercheur permanent ISTEC Paris RISQUE PERÇU ET REDUCTEURS DE RISQUE D ACHAT EN LIGNE ET EN MAGASIN : LE CAS FNAC Christophe BEZES Professeur-chercheur permanent ISTEC Paris Chargé de cours à l Université Panthéon-Assas (Paris II) Laboratoire

Plus en détail

Christophe BEZES. Formation. Parcours professionnel. Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing

Christophe BEZES. Formation. Parcours professionnel. Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing Christophe BEZES Docteur en Sciences de Gestion Professeur-chercheur en marketing Consultant en marketing 06.70.94.95.74; cbezes@clickmbrick.net Formation Doctorat en Sciences de Gestion de l Université

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Lorraine Un site marchand est sans cesse en recherche de moyens pour développer son activité. Au-delà de l optimisation de la boutique, il est possible

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Formation e-commerce : Webmarketing

Formation e-commerce : Webmarketing Page 1 sur 6 28 bd Poissonnière 75009 Paris T. +33 (0) 1 45 63 19 89 contact@ecommerce-academy.fr http://www.ecommerce-academy.fr/ Formation e-commerce : Webmarketing Votre boutique e-commerce est lancée

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

Les implications opérationnelles du commerce omnicanal

Les implications opérationnelles du commerce omnicanal Les implications opérationnelles du commerce omnicanal Comment le développement d une stratégie équilibrée de vente au détail peut-il contribuer à augmenter la taille du panier, à améliorer le taux de

Plus en détail

Gulliver.com by mobeo 1

Gulliver.com by mobeo 1 Gulliver.com by mobeo 1 Sommaire Introduction A quoi sert une CRM ecommerce? Le point de vue CRM La Segmentation Les Contacts Les Visiteurs Cycle de vente Segmentation des visiteurs Ajustement Regroupements

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs 20 Juin 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY Toute utilisation de ce support, ainsi que

Plus en détail

RESULTATS ENQUETES VIADEO (JUIN 2010)

RESULTATS ENQUETES VIADEO (JUIN 2010) RESULTATS ENQUETES VIADEO (JUIN 2010) On a tous commandé au moins une fois sur un site marchand et on a tous été au moins une fois en relation avec un service clients 1 SOMMAIRE 1. Les médias utilisés

Plus en détail

Management du consommateur multicanal : Importance de l intégration perçue de la gestion de la fidélité

Management du consommateur multicanal : Importance de l intégration perçue de la gestion de la fidélité 16e Colloque Etienne Thil Octobre 2013 Management du consommateur multicanal : Importance de l intégration perçue de la gestion de la fidélité Hanene OUESLATI Maître de conférences à l Université de Haute-Alsace

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK - 65384

HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK - 65384 Professeur : Raoul Graf FSA-Université Laval Pavillon Palasis Prince Bureau 2413 Tél. : 418 656 2131 ext. 2688 Courriel : Raoul.Graf@mrk.ulaval.ca HIVER 2004 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE EN MARKETING MRK

Plus en détail

Attitude à l'égard de la publicité mobile et intention de l'utiliser par les Tunisiens

Attitude à l'égard de la publicité mobile et intention de l'utiliser par les Tunisiens Attitude à l'égard de la publicité mobile et intention de l'utiliser par les Tunisiens Mohamed Ilyes ABDELKEFI #1, Salem BEN BRAHIM *2 # Université de Tunis El Manar, ERMA Faculté des Sciences Economiques

Plus en détail

Le E- commerce ce n est QUE du commerce...

Le E- commerce ce n est QUE du commerce... id@idagir.fr Le E- commerce ce n est QUE du commerce... Votre site ne représente que 20 % à 30% de votre investissement. Préservez donc 70 à 80 % de votre budget pour votre communication. Réflexions sur

Plus en détail

Avis d expert. Réussir son Site E-Commerce

Avis d expert. Réussir son Site E-Commerce Avis d expert Réussir son Site E-Commerce Réussir son Site E-Commerce Un projet de site E-Commerce revêt une complexité croissante, que ce soit pour créer un nouveau site ou faire évoluer un site existant.

Plus en détail

Web-to-Store 12 septembre 2013

Web-to-Store 12 septembre 2013 Contacts BVA Marie Laurence GUENA marie-laurence.guena@bva.fr +33 1 71 16 89 70 CONTEXTE ET METHODOLOGIE Objectifs Le concept s inscrit comme une tendance forte des 10 prochaines années, mais reste à définir.

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude concurrentielle. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude concurrentielle. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix.

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix. LA VALEUR PERCUE DE LA CUSTOMISATION DE MASSE : PROPOSITION ET TEST D UN MODELE CONCEPTUEL INTEGRATEUR Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis

Plus en détail

Comment développer l attractivité d un commerce multiservices?

Comment développer l attractivité d un commerce multiservices? Comment développer l attractivité d un commerce multiservices? L attractivité pour un commerce multiservices : Comment la déterminer? Quel sens lui donner? Quel sens donnez-vous au mot ATTRACTIVITE, dans

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

Mesurer son ROI Partie 2

Mesurer son ROI Partie 2 Mesurer son ROI Partie 2 Optimisation et Fidélisation Emmanuelle DAHAN - Trafic Manager Oxatis Denis FAGES - Directeur du site www.chacunsoncafe.fr Journées Oxygène 13 et 14 mai 2011 Sommaire Rappel des

Plus en détail

Virginie Pez Université Paris Dauphine Centre de Recherche DMSP DRM (CNRS 7088) Place du Maréchal de Tassigny 75775 Paris Cedex 16, France e-mail :

Virginie Pez Université Paris Dauphine Centre de Recherche DMSP DRM (CNRS 7088) Place du Maréchal de Tassigny 75775 Paris Cedex 16, France e-mail : Virginie Pez Université Paris Dauphine Centre de Recherche DMSP DRM (CNRS 7088) Place du Maréchal de Tassigny 75775 Paris Cedex 16, France e-mail : virginie.pez@dauphine.fr Tél : (0033) 6.63.55.93.10 1

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ?

CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ? CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ? ABITARE KIDS Créé en 2005 Un des plus grands magasins pour enfants en Europe (puériculture, mobilier, décoration,

Plus en détail

... tu me trouves! mon site web pour être plus visible sur internet et créer du trafic dans mon commerce. www.achat-loire.com

... tu me trouves! mon site web pour être plus visible sur internet et créer du trafic dans mon commerce. www.achat-loire.com ... tu me trouves! mon site web pour être plus visible sur internet et créer du trafic dans mon commerce www.achatloire.com PourQuoi communiquer sur internet? les chiffres clés du ecommerce en France ÉVOLUTION

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

«BÉNÉFICIEZ DE LA PUISSANCE D UN PORTAIL E-COMMERÇANTS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ EN MAGASIN ET SUR LE WEB, TIREZ PARTI DU CROSS-CANAL!

«BÉNÉFICIEZ DE LA PUISSANCE D UN PORTAIL E-COMMERÇANTS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ EN MAGASIN ET SUR LE WEB, TIREZ PARTI DU CROSS-CANAL! «BÉNÉFICIEZ DE LA PUISSANCE D UN PORTAIL E-COMMERÇANTS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ EN MAGASIN ET SUR LE WEB, TIREZ PARTI DU CROSS-CANAL!» Annuaire Présentez gratuitement votre enseigne, ajoutez votre

Plus en détail

Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les 18-25 ans

Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les 18-25 ans Modèle d analyse de présentations de prix d offres de cartes bancaires pour les 18-25 ans Christine Lambey-Checchin Maître de Conférences IUT TC Montluçon Avenue Aristide Briand BP2235, 03100 MONTLUCON

Plus en détail

Réinventer le parcours client multicanal pour booster la rentabilité

Réinventer le parcours client multicanal pour booster la rentabilité Réinventer le parcours client multicanal pour booster la rentabilité Nicolo Galante, Directeur associé senior, McKinsey Eric Hazan, Directeur associé, McKinsey Conférence Enjeux e-commerce, FEVAD Paris,

Plus en détail

Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players»

Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players» Les Français et leur relation aux enseignes traditionnelles et aux «pure players» Janvier 2013 1 1 La méthodologie 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Bonial Echantillon : Echantillon de 1007 personnes,

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

Master Marketing et Pratiques Commerciales parcours Management de la marque et communication Apprentissage Master 2

Master Marketing et Pratiques Commerciales parcours Management de la marque et communication Apprentissage Master 2 Master Marketing et Pratiques Commerciales parcours Management de la marque et communication Apprentissage Master 2 2014/2015 UE1 MANAGEMENT STRATÉGIQUE Jean-Pierre Helfer Comprendre la posture stratégique

Plus en détail

Illustrations concrètes : cross selling et up-selling. Illustrations concrètes : la relation client - le social et l emailing

Illustrations concrètes : cross selling et up-selling. Illustrations concrètes : la relation client - le social et l emailing Définition et Enjeux du e-merchandising Illustrations concrètes : les interfaces Illustrations concrètes : cross selling et up-selling Illustrations concrètes : la relation client - le social et l emailing

Plus en détail

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Matérialiser votre concept CONSTRUCTION DE L IMAGE ET DE LA COMMUNICATION Traduire votre concept en véritable projet d entreprise >> Confirmer votre offre

Plus en détail

www.styleanalytics.com

www.styleanalytics.com www.styleanalytics.com Style Analytics EuroPerformance a le plaisir de vous présenter Style Analytics, outil de mesure des risques et de la performance des fonds d investissement. Style Analytics offre

Plus en détail

Session 2-17. 1. Introduction

Session 2-17. 1. Introduction Session 2-16 Étude des effets du service reçu dans le point de vente et de l expérience d achat vécue en magasin sur la valeur perçue par le consommateur lors de l acquisition d un produit. Catherine Parissier,

Plus en détail

Développer son point de vente online : Pour qui, comment et quels retours? Mardi 12 février 2013

Développer son point de vente online : Pour qui, comment et quels retours? Mardi 12 février 2013 Développer son point de vente online : Pour qui, comment et quels retours? Mardi 12 février 2013 Rhénatic Pôle de Compétences TIC d Alsace Créé en octobre 2006 En 2011, Reconnu «Grappe d Entreprises» nationale

Plus en détail

+ DISCOVER " BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, + PLAN MÉTHODOLOGIE " STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING,

+ DISCOVER  BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, + PLAN MÉTHODOLOGIE  STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING, + " BENCHMARK DU SECTEUR, DE LA CONCURRENCE, " STRATÉGIE COMMERCIALE, STRATÉGIE DE MARQUE, MARKETING, " STRATÉGIE MULTI-CANAL, " BUSINESS PLAN, + PLAN " EXPRESSION DE BESOIN / CAHIER DES CHARGES " PLAN

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Le marketing appliqué: Instruments et trends

Le marketing appliqué: Instruments et trends Le marketing appliqué: Instruments et trends Björn Ivens Professeur de marketing, Faculté des HEC Université de Lausanne Internef 522 021-692-3461 / Bjoern.Ivens@unil.ch Le marketing mix Produit Prix Communication

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Plan de communication et Web marketing

Plan de communication et Web marketing Plan de communication et Web marketing 2030, boul. Pie-IX, bureau 430 Montréal (Québec) H1V 2C8 Pie-IX Téléphone 514 254-7131 poste 4811 Courriel sfc@cmaisonneuve.qc.ca Notre site Web : http://fc.cmaisonneuve.qc.ca/

Plus en détail

Move to Service Move to Digital. Secteur Assurance

Move to Service Move to Digital. Secteur Assurance Offre Mobilité Move to Service Move to Digital Secteur Assurance L offre Mobilité de ZELIE s articule autour : Des Solutions Think IT Transformation IT Run IT Sommaire Introduction : le digital et le service,

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE 15 COMPETENCES PROFESSIONNELLES C.1. Participer à l approvisionnement du point de vente C.2. Intervenir dans la gestion et la présentation marchande des produits C.3. Communiquer

Plus en détail

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE JUIN 2015 BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY 2015 SERIAL QUI SUIS-JE? ESTELLE USER EXPERIENCE DESIGNER BUSINESS ANALYST BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY SERIAL.CH 2

Plus en détail

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients!

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients! http5000 Mag Communiquez directement dans la poche de vos clients! Solution marketing sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile Tapez http5000

Plus en détail

BI = Business Intelligence Master Data-ScienceCours 7 - Data

BI = Business Intelligence Master Data-ScienceCours 7 - Data BI = Business Intelligence Master Data-Science Cours 7 - Data Mining Ludovic DENOYER - UPMC 30 mars 2015 Ludovic DENOYER - Typologie des méthodes de Data Mining Différents types de méthodes : Méthodes

Plus en détail

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah

Forum AMOA ADN Ouest. Présentation du BABOK. 31 Mars 2013 Nadia Nadah Forum AMOA ADN Ouest Présentation du BABOK 31 Mars 2013 Nadia Nadah Ce qu est le BABOK Ce que n est pas le BABOK Définition de la BA - BABOK version 2 Le processus de Business Analysis La structure du

Plus en détail

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Les différentes stratégies pour vendre en ligne Les plateformes e-commerce Le site marchand Le blog boutique Les spécificités du ecommerce sur

Plus en détail

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 La présentation d un article de recherche de type théorique 1 Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 Gilles Raîche, professeur Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Éléments d information contribuant à la formation de l image d un établissement universitaire *

Éléments d information contribuant à la formation de l image d un établissement universitaire * Éléments d information contribuant à la formation de l image d un établissement universitaire * Nha Nguyen université de moncton L image institutionnelle, considérée comme un outil de promotion efficace

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

Tirer profit des médias sociaux et devenez un centre d intelligence. Yves Rannou (MBA, M.Ed)

Tirer profit des médias sociaux et devenez un centre d intelligence. Yves Rannou (MBA, M.Ed) Tirer profit des médias sociaux et devenez un centre d intelligence Yves Rannou (MBA, M.Ed) Vacances Air Canada vs. Air Canada Filiale d Air Canada spécialiste pour le voyage Groupe voyages d agrément

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER S SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER plus que jamais, un outil d actualité et de conquête Votre connaissance du et de vos clients est fondamentale pour assurer vos succès.

Plus en détail

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE

ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE ÉVALUATION DE L UTILISABILITÉ D UN SITE WEB : TESTS D UTILISABILITÉ VERSUS ÉVALUATION HEURISTIQUE BOUTIN MARIO Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM), 550, rue Sherbrooke Ouest, Bureau 100,

Plus en détail

www.breizhconsulting.fr Centre de formation digital et communication : www. Komelya.fr

www.breizhconsulting.fr Centre de formation digital et communication : www. Komelya.fr «Comment bien choisir sa plateforme e-commerce» Merci de mettre votre portable en mode silencieux Mais vous pouvez twitter C est au programme - Les solutions open source - Les plateformes en mode SAAS

Plus en détail

ers Pas vers le E-Commerce

ers Pas vers le E-Commerce ers Pas vers le E-Commerce Les intervenants Laure Lebreton Conseiller d'entreprise en Economie Numérique Premiers pas vers le E-commerce Le E-commerce «Promesses et réalités» Les chiffres-clés : www.fevad.com

Plus en détail

DU COMMERCE CONNECTÉ!

DU COMMERCE CONNECTÉ! e-commerce+ Magazine d'information d'octave n 14 - Avril 2015 Suivez la tendance DU COMMERCE CONNECTÉ! SOLDES OUVERT ÉVOLUTION DU COMMERCE vers un commerce "CONNECTÉ" CASH PISCINES : Le projet "cross canal"

Plus en détail

4th International Congress Marketing Trends. Annabel SALERNO

4th International Congress Marketing Trends. Annabel SALERNO 4th International Congress Marketing Trends Annabel SALERNO Maître de Conférences. IAE, Université de Lille I 104, avenue du Peuple Belge, 59043 Lille Cedex France E-mail : ansalerno@aol.com Le rôle de

Plus en détail

Génie logiciel avec UML. Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique

Génie logiciel avec UML. Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique Génie logiciel avec UML Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique Claude Boutet Session hiver 2008 Modélisation de systèmes Table des matières TABLE DES

Plus en détail

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014 Etre présent sur le Web sans site Web 29 septembre 2014 Présence sur le Web : une absolue nécessité pour le commerce de proximité Le Web-to-Store est un concept déjà bien ancré chez les internautes acheteurs

Plus en détail

PROGRAMMES FORMATIONS

PROGRAMMES FORMATIONS PROGRAMMES FORMATIONS LES FORMATIONS INSTRUCTEURS 26 LES MILLS EST LA SEULE SOCIÉTÉ AU MONDE QUI MESURE LA QUALITÉ D ENSEIGNEMENT DES COURS EN INVESTISSANT DANS LA FORMATION DES INSTRUCTEURS PAGE _05 Modules

Plus en détail

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 Plan de cours Cataldo Zuccaro, MBA, Ph.D. Département

Plus en détail

Le Baromètre e-commerce des petites entreprises

Le Baromètre e-commerce des petites entreprises Le Baromètre e-commerce des petites entreprises 4 ème vague Mai 2013 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Thomas Stokic, Emmanuel Kahn Introduction 1005 Entreprises moins d e 50 sal Représentativité

Plus en détail

Bienvenue. Jeudi 26 avril 2012 Comment vendre face à une concurrence ouverte et les réseaux sociaux?

Bienvenue. Jeudi 26 avril 2012 Comment vendre face à une concurrence ouverte et les réseaux sociaux? Bienvenue Jeudi 26 avril 2012 Comment vendre face à une concurrence ouverte et les réseaux sociaux? Plan Objectif du Forum Approche et expériences des intervenants Présentation des livres Fil rouge autour

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique 2014 BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique SECTEUR INDUSTRIE-SERVICE CHORUS 2 : Refonte du référentiel des process Groupe Refondre le réferentiel des process Groupe grâce à la réalisation d un

Plus en détail

Au-delà de la stratégie de distribution multicanal : apports et limites de la stratégie de distribution multicanal intégrée

Au-delà de la stratégie de distribution multicanal : apports et limites de la stratégie de distribution multicanal intégrée Session 5-23 Au-delà de la stratégie de distribution multicanal : apports et limites de la stratégie de distribution multicanal intégrée Hanene OUESLATI Doctorante CR2M Université de Montpellier 2 ISG

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie

La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie La qualité comme déterminant de la satisfaction des clients en business-tobusiness. Une application dans le domaine de la téléphonie Ruben Chumpitaz C. 1 Professeur Associé, Institut d Economie Scientifique

Plus en détail

Atelier Symposium MicroStrategy

Atelier Symposium MicroStrategy Atelier Symposium MicroStrategy Présentation de Soft Computing «De l'usage de MicroStrategy pour la Connaissance Client dans le secteur de la Distribution» G.MANGEON Soft Computing 16 Juin 2016 Soft Computing

Plus en détail

Commencez. l année en. fanfare! 8 conseils pour tirer le plus profit de vos ventes de janvier

Commencez. l année en. fanfare! 8 conseils pour tirer le plus profit de vos ventes de janvier Commencez l année en fanfare! 8 conseils pour tirer le plus profit de vos ventes de janvier La saison des fêtes est en général un bonne période pour les e-commerçants. Les clients achètent plus et de nouveaux

Plus en détail

ACTIVITE. principal Animation Fournisseur C54 Participer à une animation fournisseur Mise en rayon et analyse de rayon

ACTIVITE. principal Animation Fournisseur C54 Participer à une animation fournisseur Mise en rayon et analyse de rayon Vademecum de toutes les missions 2006-2014 Règle des 70/30 Exemple d'activité «Vendre» ACTIVITES Exemple d'activité «Assurer la qualité de service à la clientèle» OM Exemple d'activité «Mettre en place

Plus en détail

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT

BusinessHIGHLIGHT L EXPÉRIENCE CLIENT : Inspirer. n 1022011 .../... UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER SOMMAIRE L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT BusinessHIGHLIGHT Inspirer L EXPÉRIENCE CLIENT : UN LEVIER SIMPLE POUR SE DIFFÉRENCIER L APPARITION DE L EXPÉRIENCE CLIENT SOMMAIRE L apparition de l expérience client Notre définition de l expérience

Plus en détail

.Next. Advanced Customer Service Intelligent Pricing & Promotion

.Next. Advanced Customer Service Intelligent Pricing & Promotion .Next Demand Forecasting Open to buy Assortment Sourcing Optimisation Procurement & Production Planning Advanced Replenishment In store HR Optimisation Mobile Point Of Service CRM & Loyalty Advanced Customer

Plus en détail

EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ

EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ Les places de marchés : nouvelles tendances de l e-commerce? Préparer son projet Découvrir ses possibilités Découvrir ses limites Skender

Plus en détail

Profils de comportements de consommateurs dans un environnement multi-canal : identification et étude des facteurs explicatifs

Profils de comportements de consommateurs dans un environnement multi-canal : identification et étude des facteurs explicatifs Session 5-1 Profils de comportements de consommateurs dans un environnement multi-canal : identification et étude des facteurs explicatifs Résumé Sandrine HEITZ-SPAHN IUT Robert Schuman, 72, Route du Rhin

Plus en détail

Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution

Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution AVANT...... la richesse d un commerce était constituée par son stock et son fond de commerce c est-à-dire sa clientèle fidèle qui se

Plus en détail