Anesthésie en Orthopédie. 3- Les Types d interventions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anesthésie en Orthopédie. 3- Les Types d interventions"

Transcription

1 Anesthésie en Orthopédie 3- Les Types d interventions

2 Intervention sur RACHIS

3 Aspects chirurgicaux Hernie discale (lombaire+++) /an aux USA Laminectomie CLE ou CCE Fixation rachidienne Exemple: spondylolisthésis sis Chirurgie scoliotique Tiges de Harrington ou Cotrel-Dubousset Chirurgie carcinologique Chirurgie souvent à visée e analgésique Traumatologie médullairem Chirurgie d urgenced

4 Aspects chirurgicaux Hernie discale (lombaire+++) /an aux USA Laminectomie Pathologie traumatique CLE ou CCE Origine congénitale nitale ou idiopathique Exemple: spondylolisthésis Pathologie sis dégénérative Pathologie tumorale Tiges de Harrington ou Cotrel-Dubousset Pathologie infectieuse Fixation rachidienne Chirurgie scoliotique Chirurgie carcinologique Chirurgie souvent à visée e analgésique Traumatologie médullairem Chirurgie d urgenced

5 Aspects chirurgicaux Hernie discale (lombaire+++) /an aux USA Laminectomie Décompression CLE ou CCE Libération/dissection Stabilisation par arthrodèse Exemple: spondylolisthésis (greffe sis osseuse ) Exérèse (tumeur, abcès) Tiges de Harrington ou Cotrel-Dubousset Reconstruction (osseuse..) Fixation rachidienne Chirurgie scoliotique Chirurgie carcinologique Chirurgie souvent à visée e analgésique Traumatologie médullairem Chirurgie d urgenced

6 Aspects chirurgicaux Hernie discale (lombaire+++) /an aux USA Laminectomie CLE ou CCE Fixation rachidienne Exemple: spondylolisthésis sis Chirurgie scoliotique Tiges de Harrington ou Cotrel-Dubousset Chirurgie carcinologique Chirurgie souvent à visée e analgésique Traumatologie médullairem Chirurgie d urgenced Voies d abord: Postérieure Décubitus ventral horizontal en génu-pectoral Antérieure Abord cervical antéro-latéral: hernie discale, greffe osseuse ostéosynthèse Thoracotomie droite Abord T4-T10 Thoraco-phréno-laparotomie dte Chirurgie T11 à L2

7 Aspects chirurgicaux Scoliose thoraco-lombaire: Mesure de l angle de Cobb Indication opératoire si angle > 50 en thoracique ou > 40 en lombaire ou contexte d But de la chirurgie: Corriger partiellement la déformité Réduire les risques d insuffisance respiratoire Réduire les risques d insuffisance cardiaque 4% de la population, Cause idiopathique dans 70% des cas Ratio homme/femme: 1/4

8 Aspects chirurgicaux Traumatologie médullaire: Dislocation de C5 et C6 But de la chirurgie: Stabiliser le rachis cervical après avoir décomprimé la moelle et les racines Prise en charge précoce, notamment en cas de déficit neurologique Les corticoïdes préop opératoires n ont plus d indication! d

9 Laminectomie et fixation rachidienne

10 Chirurgie du rachis Quels sont les aspects chirurgicaux? Quels sont les problèmes spécifiques? Le choix d une d techniques anesthésique sique Installation(s) du patient opéré du rachis Conduite de l anesthl anesthésie, sie, modalités s de surveillance Complications per et post-op opératoires Analgésie périopératoire ratoire

11 Problèmes spécifiques Antécédents du patient évaluation cardio-respiratoire respiratoire +++ Pathologies responsables d une d anomalie rachidienne Myopathie de Duchenne de Boulogne ou cancer Poids du patient obésit sité : BMI>30 Sujet âgé ratio bénéfices-risques Saignement per et postopératoire Arrêt des médicaments m affectant l hémostasel Optimisation de la masse d hémoglobined Consentement à la transfusion Intubation difficile Critères res habituels + pathologies spécifiques Surveillance neurologique par potentiels évoqués Plus confortable que le réveil r sur table

12 Problèmes spécifiques Antécédents du patient évaluation cardio-respiratoire respiratoire +++ Pathologies responsables d une d anomalie rachidienne Myopathie de Duchenne de Boulogne ou cancer Poids du patient obésit sité : BMI>30 Sujet âgé ratio bénéfices-risques Saignement per et postopératoire Arrêt des médicaments m affectant l hémostasel Optimisation de la masse d hémoglobined Consentement à la transfusion Intubation difficile Critères res habituels + pathologies spécifiques Surveillance neurologique par potentiels évoqués Plus confortable que le réveil r sur table On va développer

13 Saignement per-op opératoire Scoliose Saignement perop: 1971 ml 831 ml soit ml /vertèbre fixée Facteurs prédictifs dictifs: Oui pour nbre vertèbres fixées Non pour degré courbure ou PAM ou température Hernie discale Saignement perop: 150 à 400 ml mais 8% des patients ont un saignement > 500 ml Transfusion exceptionnelle Complications perop: plaie vasculaire avec 37 à 61% de mortalité Guay et al. Can J Anaesth 1994 Bruder N, SFAR 1996

14

15 Critères res d intubation d difficile Pathologies chroniques (SPA, PR ) Traumatologie du rachis Critères res habituels d intubation d difficile DTM < 6 cm OB < 35 mm (homme) < 30 mm (femme) Mallampati III et IV Angle de Delegué (horizontale passant par le maxillaire et verticale passant par la filière aérienne) a < 90 Épaisseur de la mandibule (en arrière re 3ième molaire) > 2,9 cm Distance atlas/occiput < 4 mm Indication large de la fibroscopie après une bonne PM

16 Algorithme d intubation d difficile Rachis stable Rachis instable NON Difficulté d intubation Laryngoscopie directe possible sans mobiliser le cou? OUI non Technique vigile + Fibroscopie 02 transtrachéale Intubation rétrograde trachéotomie Laryngoscopie directe oui Anesthésie générale Laryngoscopie avec stabilisation manuelle du rachis Echec Fibroscopie ou autres techniques Laryngoscopies spéciales sous AG

17 Chirurgie du rachis Introduction sur la chirurgie du rachis Quels sont les aspects chirurgicaux? Quels sont les problèmes spécifiques? Le choix d une d techniques anesthésique sique Installation(s) du patient opéré du rachis Conduite de l anesthl anesthésie, sie, modalités s de surveillance Complications per et post-op opératoires Analgésie périopératoire ratoire

18 Choix d une d technique anesthésique sique Evaluation pré-op opératoire Quelles est la localisation de la chirurgie? Quelle est la durée e de l intervention l chirurgicale? Âge du patient, morbidité préop opératoire? Quels sont les risques de saignement? Quels sont les risques d intubation d difficile? (discussion avec le chirurgien) Indication d une d anesthésie sie loco-régionale gionale? Quel bilan préop opératoire? Information du patient ++++

19 Caractéristiques ristiques de l AGl Hernie discale: durée e moyenne: min (50 à 160 min) pour une âge moyen: ans Rachis cervicaux: saignement faible, intubation avec une sonde armée Rachis thoraciques ou lombo-sacr sacrés: chirurgie longue et hémorragique Scoliose: monitorage +++ (PAI, VVP ou VVC, PES et/ou PEM)

20 Indication d une d ALR Hernie discale lombaire Excellent relâchement musculaire 80 à 85% des satisfaction Diminution de la consommation d antalgiques d postop Quelques cas de rachianesthésie sie totale moins de 24 h après s une radiculographie (modifications de densité du LCR) Attention en cas de complications postop: : quelle est la part de la chirurgie et celle de l anesthl anesthésie? sie? Marmion et al. Sfar 2008

21 Chirurgie du rachis Introduction sur la chirurgie du rachis Quels sont les aspects chirurgicaux? Quels sont les problèmes spécifiques? Le choix d une d techniques anesthésique sique Installation(s) du patient opéré du rachis Conduite de l anesthl anesthésie, sie, modalités s de surveillance Complications per et post-op opératoires Analgésie périopératoire ratoire

22 Installation du patient: quels sont les problèmes liés s au décubitus d ventral? Voies aériennes a + visage Vaisseaux Nerfs Tête et cou

23 Vérification de la position du patient dans la têtière Vérifier la position des yeux Risques d ischémie du nerf optique et d occlusion de l artère centrale de la rétine Incidence perte vision: 0,2% Sécuriser la sonde d intubation

24 Vérification des appuis: Responsabilité partagée entre l anesthésiste et le chirurgien

25 Chirurgie du rachis Introduction sur la chirurgie du rachis Quels sont les aspects chirurgicaux? Quels sont les problèmes spécifiques? Le choix d une d techniques anesthésique sique Installation(s) du patient opéré du rachis Conduite de l anesthl anesthésie, sie, modalités s de surveillance Complications per et post-op opératoires Analgésie périopératoire ratoire

26 Conduite de l anesthl anesthésie, sie, modalités s de surveillance Anesthésie sie profonde (éviter le réveil r perop!!!) car risque de blessure radiculaire et augmentation du saignement

27 Autotransfusion peropératoire ratoire Indiquée e quand le saignement est > 15% de la volémie Système d autotransfusion d informatisée e avec lavage et concentration séquentiels s (Cell( Saver ) Concentration en héparine: : 30UI/ml Ht: environ 50 à 60% Problèmes mes: dilution des facteurs de coagulation et des plaquettes Contamination du système par l héparine Salvaged blood syndrome: SDRA/CIVD

28 Cell Saver Bol de récupération Traitement du sang récupéré

29 Réduction pharmacologique du saignement Aprotinine: : retiré du marché Antifibrinolytiques analogues de la lysine: Acide epsilon-aminocapro aminocaproïque (AEAC) Efficacité douteuse, non recommandé en France Acide tranexamique (ATx): 6 à 10 fois plus puissant, faible coût, le seul utilisé en France A éviter en cas de risque thrombotique artériel riel ++

30 Complications per et postoperatoires Complications liées à la pathologie Intubation difficile ou traumatique Incidents ou accidents de retournement Mauvaise installation du patient Hémorragie périp ri-opératoire thrombose Hypothermie Complication chirurgicale Douleur incoercible postopératoire

31 Chirurgie rachis/traumatologie médullairem Faible - Hernie discale - Laminectomie cervicale 1-22 niveaux Faible Elevé Prophylaxie =0 ou BAT HBPM doses élevéeses D D Modéré Elevé - Laminectomie cervicale étendue - Laminectomie dorso-lombaire - Ostéosynth osynthèse se rachis Faible Elevé HNF BAT HBPM BAT/CPI HBPM - Trauma médullairem - HBPM ou HNF + BAT ou CPI D D D D B C

32 Hypothermie Allongement durée e de récupr cupération du bloc neuromusculaire avec certains curares + puissance et ralentissement du métabolisme des agents hypnotiques. Arythmies cardiaques, et frisson postopératoire, altération fonction diaphragmatique Allongement du TS, modification de la fonction plaquettaire Troubles de la coagulation Activation probable des marqueurs de la fibrinolyse Augmentation du risque de sepsis périopp riopératoireratoire Augmentation des risques de transfusion Retard de réveil, risques septique Morbidité cardio-respiratoire

33 Prévention de l hypothermie: la préoccupation Permanente

34 Analgésie périopératoireratoire Anticipation peropératoire ratoire de l analgl analgésie non morphinique AINS, néfopam, n paracétamol, kétaminek Analgésie multimodale ou balancée Association additive ou synergique Analgésie locale ou/et loco-régionale Analgésie périmp rimédullaire, infiltration de la cicatrice opératoire ou de la prise de greffe. Concept de la «dose de charge» en morphine Relais d une d anesthésie sie au rémifentanil r ou comportant du sufentanil

35 Opiacé: morphine Bolus 1 mg Intervalle réfractaire: 7 min DM/4 h 0 à 30 mg Durée utilisation: 24 à 72 h

36 PTH et PTG

37 Chirurgie articulaire du Membre inf Moyenne d age > pour PTG (66ans) Souvent anesthésie du sujet âgé Stratégie de préparation et d évaluation avant l intervention Réhabilitation après intervention

38 Aspect chirurgicaux Intervention réglée Rhumatisme dégénératifs (Arthrose) Séquelles de dysplasie Luxation Arthrites Traumatologie Tumeurs

39 Aspect chirurgicaux Une réponse univoque: La Prothèse articulaire Totale ou unicompartimentale Scellée ou non (ciment) Par an: PTH PTG

40

41

42 Aspect chirurgicaux similaires 3 Temps rythment l intervention Dissection et resection osseuses Mise en place prothese essai et scellement Reduction articulation et fermeture cutanée Durée totale 2h+30

43 Les différents temps

44 Aspect chirurgicaux différents entre PTH et PTG Position Saignement (Garrot) Complications Th Emboliques Douleur Post Opératoire Rééducation

45 Réponse anesthésique A tous les moments de la prise en charge du patient Mais déjà programmée dès la consultation d Anesthésie (3 semaines avant) Importance de la collaboration médico chirurgicale

46 En Pratique Role de L anesthésiste 1.Chirurgie fonctionnelle «de confort» et subjectivité de la demande Préparation rigoureuse du patient 2. A l'antique réponse : "Absence de CI à l'anesthésie " Le bénéfice est il proportionné au risque? Le patient est il opéré dans les meilleures conditions possibles?

47 Consultation 1) Véritable exercice de médecine interne évalue l'état cardio-respiratoire du patient recherche et traite : un foyer infectieux silencieux, une lésion digestive prépare la thromboprophylaxie instaure une stratégie transfusionnelle 2) Programmée idéalement 1 mois avant

48 Pourquoi évaluer particulièrement la fonction cardiaque avant chirurgie orthopédique hémorragique?

49 Infarctus du Myocarde et décès apres PTH et PTG Mantilla et al Anesthesiology 2002 ( patients) 2,5 2 1,5 Hommes Femmes % IDM 3 2 Hommes Femmes % Décès 1 1 0,5 0 0 < 49 ans ans ans ans > 80 ans < 49 ans ans ans ans > 80 ans

50 Evaluation cardiaque altérations physiologiques liées à l âge - moindre tolérance au remplissage vasculaire avec un risque accru d IVG et d OAP, recherche d HTAP. réserve coronarienne (si doute: (si doute: ECG d scinti au thallium- persantine, echo dobutamine, coronarographie ) surveillance troponine I,ECG, trigger transfusionnel... présence d'un souffle carotidien ou ant ECG d effort =0, scinti ou antécédent d AIT, d d AVC (fréquence des hypota à l induction chez le vieillard) (cf( enquête mortalité SFAR) troubles du rythme sévères s = risque majeur

51 Pourquoi rechercher foyer infectieux préopératoire?

52 Recherche d un foyer infectieux altérations physiologiques liées à l âge - l activité des lymphocytes T diminue avec l âge (contrairement aux B) donc favorise risque infectieux dents, urines... (CRP( = bon indicateur) prévention (prostate, respiratoire...) traitement = éviter antibiotiques à forte sélection s sur le SARM

53 Respiratoire altérations physiologiques liées à l âge - compliance pulm et compliance thoracique diminution de l adaptation à l effort préparation paration du patient = traiter une infection, kinési resp,, optimisation du traitement bronchodilatateur, prévenir pneumopathie (J+4) But = autonomisation fonctionnelle rapide du patient

54 Lésion digestive 1) AINS au long cours : gastralgies anémie 2) Prescription postop d anticoagulants + d AINS (prévention des ossifications) détection de lésions à potentiel hémorragique

55 Risque thromboembolique après chirurgie orthopédique? = Modèle experimental de thromboses? ALR et anticoagulants?

56 RPC SFAR-ANAES : risque thrombo-embolique Sans aucune prophylaxie = modèle de thrombose TVP * totales TVP * proximales ETE sympto. PTH PTG FH polytraumatisme grave trauma mb inf avec fract. trauma mb inf sans fract. arthroscopie genou 50 % 17 % 5.5 % 61 % 14 % 4.5 % RISQUE ELEVE 48 % 27 % 14.0 % 60 % 18 % RISQUE % 5-8 MODERE % 0-3 % < 5 % - < 1 % RISQUE FAIBLE < 10 % - - * TVP para-cliniques

57 En chirurgie Thrombose saignement 1. Thromboses distales différentes dépendantes du lecteur de phlébo 2. Inclusion de tous les patients à risque de thromboses dans toutes les études randomisées 1. Définitions différentes entre les études 2. Exclusion de tous les patients à risque de saignement dans toutes les études randomisées Risque de décès par hémorragie/ Risque de décès par ETE?

58 Les Différents Anticoagulants utilisés en Thromboprophylaxie 1. Les HBPM restent le «Gold Standard» 2. Ne pas traiter les thromboses distales asymptomatiques, mais continuer la prophylaxie par HBPM 3. Les Nouveaux anticoagulants 1. Efficacité supérieure du Xarelto quelque soit le critère étudié 2. Non infériorité du Pradaxa vs enoxaparine 4. Moins de Saignements majeurs sous Pradaxa que sous enoxaparine mais non significatif 5. Plus de saignements quelque soit le critère étudié sous Xarelto que sous enoxaparine mais non significatif Aucun signal hépatique ou coronarien

59 Chirurgie Hémorragique Prévoir une Stratégie d Epargne Sanguine «Suffisamment à l Avance» (3 sem) TAP vs EPO Acide tranexamique pendant l intervention (EXACYL )

60 Contre 1.Risque résiduel bas 2.Complications Faut-il continuer les Techniques autologues? Pour 1. Pénurie de homo très 2. Risque résiduel inconnu et émergent liées aux prélèv auto 3.Effet immuno 3.Bénéfice/Coût 4.Risque d erreur +infection = dépresseur de transfusion?

61 EPO en préopératoire : «une technique de choix..» Si l Hb préopératoire augmente, le saignement toléré sans transfusion augmente, on évite toute transfusion (autologue et homologue) et donc on évite les risques de 1. Pénurie de sang homologue 2. Risque émergent, résiduel, inconnu 3. Problème infectieux 4. Erreur transfusionnelle 5. Hépatite ou HIV

62 Acide tranexamique et chirurgie orthopédique L acide tranexamique réduit le saignement et la transfusion en chirurgie prothétique de genou Les doses fortes ( 30mg.kg -1 ) sont probablement plus efficaces que les faibles (10mg.kg -1 ) La voie orale est efficace et facilite la vie

63 Quels sont les Examens complémentaires mentaires nécessaires n? le patient arrive en consultation avec : (prescription par le chirurgien) 1. examen dentaire, ECBU, CRP 2. ECG 3. NFS, Plaquettes (HBPM) 4. créatinémie (AINS)

64 A la fin de la consultation 1) prescription : FER Ac Folique + bas de compression traitement d'une infection traitement des gastralgies 2) demande : Avis spécialisé (cardio,uro...) examens complémentaires 3) conclure le dossier avec évaluation du bénéfice/risque après information du patient

65 Intervention 1) visite préop:. recueil des données stratégie per et postop informations au patient 2) Antibioprophylaxie 3) Type d'anesthésie 4) Problèmes d'intubation 5) Risques liés à la position(qs) 6) Prévention de l'hypothermie 7) Problèmes liés au " ciment» (QS)

66 Antibioprophylaxie 1) Permet de réduire infection de 4% à < 1% 2) Cible = Staphylo Méti Sensible(=70% des infections) 3) Oxacilline, céfazoline, céfamandole, céfuroxime 4) Vancomycine si allergie aux bêta-lactamines ou si suspicion de colonisation par le SMR 5) Début = 60 minutes avant induction et au lâcher de garrot 6) Durée = 24h maximum Réf : Consensus SFAR 2010

67 Que faut-il choisir : AG ou ALR?

68 AG vs rachi : Bénéfice /risque Il n existe aucune différence nette entre AG seule et ALR médullaire seule (Rachianesthesie) au niveau de 1. la morbidité IDM, I. cardiaque, Confusion mentale Autres complications 2. La mortalité à 1 mois, 3 ou 6 mois O'Hara Anesthesiology 2000 Urwin SC BJA 2000 Parker MJ The Cochrane Library 2000 Sutcliffe Anaesthesia 1994Sorenson Anesthesiology 1992 Rosencher ESCORTE: JTH 2005

69 AG ou ALR? Choisir son anesthésiste! Pas de différence sur la mortalité ou la morbidité entre AG et ALR Si ALR, optimiser dose et surveillance!!! Si AG, analgésie postop AG+ ALR analgésique parait l optimum La façon de donner vaut mieux que ce que l on l donne Corneille : «les menteurs» acte 1 scène 1

70 Quels Blocs périphériques si PTH Bloc fémoral + Bloc obturateur + Cutané-lateral de la cuisse ou BPLP (Bloc du Plexus Lombaire par voie Posterieure) en cas de RPTH, c est le plus efficace

71 Blocs périphériques si PTG Bloc fémoral + obturateur + sciatique sont nécessaires si ALR anesthésique, Si ALR analgésique (+AG), le sciatique n est pas indispensable sauf si patient en flessum ou tres douloureux avant l intervention ALR analgésique vs anesthésique?

72 Avantages de l analgésie locorégionale périphérique = Objectif ZERO Morphine Rééducation plus précoce Diminution des morphiniques perop, pour diminuer les effets de l hyperalgésie Confort + sécurité postopératoire

73 Problèmes d intubationd se méfier m particulièrement rement Particulièrement si: 1) Polyarthrite rhumatoide avec subluxation atloïdo-axoïdienne 2) Spondylarthrite ankylosante avec raideur rachidienne

74 Eviter Hypothermie durée = 2H donc action sur les 2 premières phases moyens : phase initiale : réchauffement cutané préop ou vasodilatateur 12 h avant 2ème phase : couvertures à air chaud pulsée Succès = surface couverte + durée d'intervention réchauffeurs de liquides valables si débit de perfusion important But = diminuer le frisson postopératoire le saignement (activité plaquettaire) le risque infectieux la durée d hospitalisation

75 Quid de la prise en charge de la douleur post op?

76 AINS en postopératoire 1) But : prévenir les ossifications péri prothétiques et le meilleur antalgique 2) Mécanisme : effet anti-prostaglandines 3) Durée : 5 premiers jours post-op (coxarthrose) à 3 mois si maladie de Forestier 4) Associer : protecteur gastrique 5) C I = I.rénale avec clearance<50ml/min

77 Analgésie postopératoire 1) But de l'analgésie = Confort du patient, + mobilisation précoce + améliore pronostic fonctionnel 2) Caractères de cette douleur - brève : max entre H+2 et H+6 puis décroît à H+36 - nature et rythme= type inflammatoire mécanisme neurogène périphérique prédominant

78 Principe du traitement 1) Caractère anticipé de l'administration 2) concept d analgésie multimodale - Paracétamol, AINS, morphiniques (titration en SSPI et PCA morphine) 3) blocs nerveux tronculaires = bloc du plexus lombaire : voie post bloc ou antérieure fémoral+obturateur+cutané latéral 4) bloc médullaire par péridurale continue mais + + d'effets indésirables 5) Ne pas oublier la vessie de glace des la sortie de la SSPI

79 Analgésie continue Indication du cathéter fémoral avec perfusion continue (perfuseurs à volume fixe ou PCEA) si nécessité d une analgésie dynamique : PTG +++ car utilisation d arthro-moteur ou mobilisation immédiate SFAR RFE 2009

80 Il ne suffit pas de sortir le patient vivant du bloc opératoire!!!!!! L Anesthésiste est un interniste! 1. Le saignement et la transfusion est postopératoire 2. Le risque thromboembolique est postopératoire 3. La réhabilitatation précoce dépend de la prise en charge postopératoire 4. La troponine I se voit à la 48 ème heure postopératoire

81 Points essentiels 1 1) Consultation = clef de voûte évalue fonction cardio-respiratoire traite un foyer infectieux, une lésion digestive instaure une stratégie transfusionnelle prévention thromboembolique évalue le bénéfice/risque 2) Intervention : AG ou/et ALR à discuter

82 Points Essentiels 2 1) Transfusion = EPO TAP(érythro) RPO = stratégie en fonction du patient et du saignement 2) Antibioprophylaxie = réduit risque infectieux < 1% (conforme au consensus) 3) Complications thromboemboliques = seule menace vitale non prévisible, sont réduites de 80% par une prophylaxie adaptée au risque élevé

83 Points essentiels 3 1) Problèmes liés au ciment = embolie mieux compris : mesures préventives sont surtout chirurgicales + normoxie-normovolémie 2) Douleur n'est plus une fatalité, prévenue par analgésie - intraveineuse programmée - loco-régionale périphérique - multimodale

84 Conclusions 1. La consultation permet d évaluer le rapport bénéfice/risque 2. En peropératoire le contrôle de la normovolémie est un facteur déterminant 3. Cependant : importance du postop +++ réhabilitation postopératoire prise en charge de la douleur mobilisation précoce suivi cardiologique ( troponine I)

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH)

CEPHALEES POST-BRECHE DURALE. Post Dural Puncture Headache (PDPH) CEPHALEES POST-BRECHE DURALE Post Dural Puncture Headache (PDPH) G. Buzançais Dr E. Morau 6 Mars 2013 Plan Introduction Physiopathologie Traitements Conclusion Définitions Brèche durale Ponction de dure-mère

Plus en détail

ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005)

ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005) ROLE IADE EN NEUROANESTHESIE. (C.Muller 2005) PLAN : - Lieux d exercice. - Rappel des notions essentielles à connaître en NeuroAnesthésie. - Rôle IADE. - Cas particulier de l enfant. LIEUX D EXERCICE.

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

STAFF ALR. 21 février 2013

STAFF ALR. 21 février 2013 STAFF ALR 21 février 2013 «La Revue de presse» 1 2 3 4 1 2 3 Approche du nerf suprascapulaire Au niveau du bloc supraclaviculaire Yan Buntinx «La Revue de presse» SUITE CWI: Bolus :10ML Débit :10mL/h

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

INFORMATIONS CONCERNANT l ANESTHESIE

INFORMATIONS CONCERNANT l ANESTHESIE SERVICE D ANESTHÉSIE HOPITAL SIMONE VEIL INFORMATIONS CONCERNANT l ANESTHESIE Ce document, élaboré par la Société française d anesthésie et de réanimation (Sfar), est destiné à vous informer sur l anesthésie.

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Les problèmes Savoir gérer la balance des risques? d un patient sous NACO et/ou AAP du chirurgien de

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU Votre état nécessite la réalisation d'une ostéotomie au niveau du genou. Cette fiche est destinée à vous en expliquer les grands principes, le but et les bénéfices

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT L amygdalectomie consiste en l ablation des amygdales (ou tonsilles palatines). Elle pourrait être associée (dans 43% des cas) à

Plus en détail

Atelier hémophilie et chirurgie. Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon.

Atelier hémophilie et chirurgie. Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon. Atelier hémophilie et chirurgie Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon.fr Quelles chirurgies? Les chirurgies spécifiques Les chirurgies extra

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie. Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot

XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie. Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot XXXII ème Journée d Anesthésie Réanimation de Picardie Jean Marie Desmonts Professeur Emérite de l Université Paris 7 Denis Diderot Les sources les plus fréquentes des litiges actuels 1. Le non respect

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF?

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? Chokri Ben Hamida Service de réanimation médicale de Sfax La Thrombose une réalité qui tue La maladie thrombo-embolique

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu)

Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu) Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu) Auteur O Kurdi Version 1.0 Date de réalisation 19 Janvier 2007 Type d interventions usuelles et durée moyenne Lobectomie: 3H (4H si curage ganglionnaire)

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Compression Nerf ulnaire coude

Compression Nerf ulnaire coude Compression Nerf ulnaire coude site de compression Arcade du cubital antérieur Défile epitrochléoolécranien Atteinte Nerf ulnaire Parésthésie D4-D5 Perte de force : interosseux 1 Compression Nerf ulnaire

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU LA PROTHESE TOTALE DE GENOU Introduction : La destruction du cartilage est fréquente au niveau du genou qui est une articulation très sollicitée et soumise à tout le poids du corps. La conséquence de cette

Plus en détail

Fiche d information sur l arthroplastie totale de hanche

Fiche d information sur l arthroplastie totale de hanche Fiche d information sur l arthroplastie totale de hanche Docteur Luc Kerboull L arthroplastie totale de hanche est le nom donné à l intervention qui consiste à remplacer l articulation de la hanche par

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE : Le point de vue du chirurgien orthopédiste Dr Nicolas CELLIER Service de chirurgie orthopédique et traumatologique Pr Asencio CHU Carémeau - Nîmes 27 septembre 2012 - Nîmes Indispensable

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Service d Orthopédie, d de Traumatologie, de Chirurgie Plastique et Reconstructrice et assistance Main Pr OBERT, Pr GARBUIO, Pr TROPET - C.H.U. Jean

Plus en détail

Soins Inrmiers aux brûlés

Soins Inrmiers aux brûlés Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/2009 1 Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail