Le scoring pour éviter les risques d impayés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le scoring pour éviter les risques d impayés"

Transcription

1 Finance & Gestion Source : Etude Slifac, mai Le scoring pour éviter les risques d impayés Le scoring-clients permet de diminuer le risque d impayés C est un système d alerte et de suivi à la portée de toutes les entreprises Avantage supplémentaire : il abaisse les coûts de gestion. MON OBJECTIF, c est le risque zéro», affirme tout net Jean-Loup Aymé, le PDG de Hibon International (équipements de vide et de pression, 190 millions de francs de chiffre d affaires). Sur les conseils d un avocat, tous les contrats de la société ont été «bordés» par une assurance-crédit, des acomptes ou des garanties. Mais, si Hibon peut se vanter de n avoir que francs de créances douteuses un record dans ce secteur!, c est parce que, avant de négocier, le responsable crédit évalue avec précision le risque lié à chaque client. «Je note le client sur 20 en fonction de ses ratios financiers, de sa gestion et de la qualité de ses ressources humaines», explique Claude Devyndt, le responsable administratif (voir l encadré page 60), qui a construit un «curriculum vitæ» pour chaque entreprise. Le coût du crédit-client pour l entreprise (en % du CA) Pour toutes les entreprises TOTAL 3,17 % 0,56 % 0,74 % Coût des impayés 1,87 % Pour les PME de moins de 50 salariés 0,66 % 0,64 % Coût administratif 2,1 % TOTAL 3,4 % Coût financier INFOGRAPHIES JEAN BRETONNEL, ILLUSTRATION STEFAN HEPNER Les sept principaux systè Nom Echelle de notation Actualisation Entreprises concernées Sources utilisées Eléments pris en compte Disponibilité et prix Fiabilité Limites Score AFDCC Une note de 10 à + 10, en fonction d une probabilité de défaillance à deux ans. Les valeurs négatives correspondent aux entreprises qui courent davantage le risque d être défaillantes. Tous les trois-cinq ans. Sociétés de tous secteurs (10 MF de CA minimum). Les premières liasses fiscales, pages 1 à 4 (bilan et compte de résultat). Six ratios : frais financiers/excédent brut d exploitation ; créances et disponibles/dettes court terme capitaux permanents/passif valeur ajoutée/ca trésorerie/ca fonds de roulement/ca. Disquette gratuite disponible à l AFDCC. Proposée avec l abonnement de certains prestataires : ORT, Piguet, SCRL. Consultable par le biais des experts-comptables. Des tests de validation ont montré que le score AFDCC est plus fiable que celui de Conan & Holder. Approche validée par la BDF. Ne permet pas de fixer une limite de crédit. Très financier. BDFI Banque de France industrie (ex-score Z) Une note de 8 à + 5, en fonction d une probabilité de défaillance à trois ans. Annuelle. Entreprises industrielles (5 MF de CA minimum). Bilans fiscaux, fichier Fiben (Fichier bancaire des entreprises) des défaillances et statistiques de la BDF et de l INSEE. Données quantitatives du bilan fiscal. Pour les commissaires aux comptes : CD-Rom Francis Lefebvre ( F par an). 75 % de bons classements. Score uniquement quantitatif. Prévisions à moyen terme. NB : signalons, pour mémoire, les scores mis au point par Collongues et par Conan & Holder, ORT dispose également d un outil de scoring, mais il est en cours de réactualisation et n est 58 L Entreprise N Janvier 1998

2 mes de notation Cotation Banque de France Cote d activité : A, B, C. Cote de crédit : de 0 à 6. Cote de paiement : de 7 à 9. Score de prédiction de défaillance (Dun & Bradstreet) Une note de 0 à 20. Répartition en quatre classes de risque : de 0 à 7, de 8 à 11, de 12 à 15 et de 16 à 20. Digiscore, de S & W Note de 0 à 20. Piguet Pastille verte (situation saine), jaune (des réserves) ou rouge (situation difficile). L appréciation peut être complétée par l avis du rapport d enquête individuelle. Cotexpert, de SCRL 10 notes (de 1 à 5), selon le risque de non-paiement : de 5 à 4 : risque très faible ; de 3,5 à 3 : risque faible ; de 2,5 + à 2,5 : risque moyen; de 2,5 à 2 : risque élevé ; de 1,5 à 1 : risque très élevé. Permanente. Effectuée par les 200 comptoirs locaux. Permanente. Mise à jour et pondération mensuelle des critères. Digiscore calculé à chaque consultation. Réalisée à chaque consultation. Permanente pour 1,1 million de sociétés (5 millions). Toutes les entreprises actives en France. Les entreprises du fichier Dun & Bradstreet. Les entreprises du fichier S & W. Toutes les entreprises (à la demande). Toutes les entreprises actives en France. Bilans fiscaux et fichier BDF. Insee, Inpi, greffes, Bodacc, Balo, revues de presse, enquêtes, bilans, journaux d annonces légales, observatoire des comportements de paiement. Insee, Inpi, greffes, Bodacc, revues de presse, enquêtes, bilans. Bilans fiscaux, Bodacc, Insee et enquêtes. Bilans, revues de presse, enquêtes terrain (180 spécialistes), incidents de paiement répérés sur la base de recouvrement SCRL. Structure (taille, activité, etc.). Données issues du bilan. Régularité de paiement. Structure (forme juridique, ancienneté, effectifs, région, secteur). Ratios financiers : indicateurs de capitalisation, liquidité, EBE, etc. Solvabilité, expérience de paiements, endettement à CT, privilèges Trésor et Urssaf, impayés. Structure (forme juridique, ancienneté, effectifs, région, secteur). Indicateurs du bilan (FP, CAF, couverture BFR, frais financiers). Solvabilité (expérience de paiements, endettement privilégié, impayés). Critères financiers. Critères de solvabilité : incidents, privilèges, etc. Enquêtes terrain (antériorité, antécédents de direction, des engagements à long terme, etc.). Structure (forme juridique, ancienneté, effectifs, chiffre d affaires, région, secteur). Personnalité (appartenance à un groupe, clientèle, garanties, paiement, structure financière). Théoriquement réservé aux établissements de crédit. Disponible dans certaines agences de renseignement (sans droit de commercialisation). Sur abonnement (à partir de F) : le rapport standard coûte environ 300 F ; l enquête approfondie coûte environ 500 F par dossier ; Pour un audit de fichier-clients, les tarifs du score sont sur devis. Sur abonnement (à partir de F). Enquête selon la complexité du dossier : IR2 = 140 F IR3 = 200 F IR4 = 300 F Sur abonnement : forfait d entrée à partir de F ; plus 100 F au minimum par consultation des produits en base de données ; et 200 F au minimum par enquête approfondie. Sur abonnement : droit d entrée de 2000 F ; plus paiement par unités de compte (actuellement 18,90 F l unité). 16 unités de compte au minimum pour le système expert. 30 unités pour une analyse financière approfondie. Reconnue Plus de 80 % des défaillances sont prédites, avec seulement 17 % de scores défavorables. (inférieurs à 8/20). Seulement 2,1 % des avis sont erronés, avec seulement 17 % de scores défavorables (inférieurs à 8/20). Aucune déclaration de sinistre depuis deux ans. NC. Faible disponibilité. Ne prend pas en compte les dépôts de bilan réalisés comme acte de gestion. Ne prend pas en compte les dépôts de bilan réalisés comme acte de gestion. A compléter par une enquête au-delà de F de risque courant. Information moins riche pour les entreprises individuelles. qui concernent plus spécialement les entreprises industrielles, mais dont les formules ne sont plus valables dans le contexte actuel de faible inflation. pas disponible dans son serveur Minitel. L Entreprise N Janvier

3 Le scoring pour éviter les risques d impayés HIBON INTERNATIONAL Je construis un CV pour chaque entreprise cliente Un score n est jamais fiable à 100 % mais il aide à prendre rapidement une décision Claude Devyndt, responsable administratif de Hibon International (équipements de vide et de pression, 190 millions de francs de CA à Roubaix ), consacre deux à trois heures par jour à noter ses clients. Le profil de sa clientèle. Sur les clients, tournent chaque année. La facture moyenne est de francs, mais 50 % du chiffre d affaires concernent de gros industriels qui paient à 90 jours. 95 % des dossiers France sont assurés par la Sfac. Les 5 % restants se bardent de garanties Les objectifs du score. Evaluer le risque des clients pour fixer l encours adapté à chacun puis négocier avec la Sfac ou avec le client. La méthode de notation. Le client est noté sur 10 en fonction de : sa situation financière (notée sur 4) : trésorerie, financement du BFR, fonds de roulement, etc. ; son exploitation (notée sur 4) : un résultat d exploitation négatif, une perte de marchés, de brevets, des ruptures d approvisionnement sont autant de critères négatifs ; le social (noté sur 2) : grèves, réductions d effectifs, valeur des dirigeants Claude Devyndt, responsable administratif : «Chaque jour, à partir de 16 heures, je me consacre à l évaluation des clients.» Les «mauvais» clients ont une note inférieure à 5, mais la majorité obtient entre 8 et 10. Ses sources d information. Les bilans rapportés par les commerciaux, les bases de Dun et de SCRL, les banques et les «bruits de couloirs». Cette note l aide à fixer une limite d encours très pointue, pour négocier quelques millions de francs de couverture supplémentaire avec son assurance, ou des garanties avec le client risqué. Nombreux sont les fournisseurs qui, comme Hibon, attribuent une note une couleur, une lettre, etc. toujours confidentielle à leurs clients selon le risque qu ils présentent. Autrefois réservée aux établissements de crédit ou d assurances, la pratique du scoring, importée des Etats-Unis dans les années 60, s est ainsi étendue aux expertscomptables, aux auditeurs et aux entrepreneurs soucieux de «jauger» leurs clients, mais aussi leurs fournisseurs, leurs soustraitants Pour cela, ils ont recours soit aux scores publics mis à leur disposition par des universitaires ou des institutions telles que l AFDCC (Association française des credit-managers) ou la Banque de France soit aux scores commercialisés par des sociétés de renseignement, comme Dun & Bradstreet ou SCRL, quand ils n élaborent pas leurs propres scores. Chacun innovant au gré de ses besoins, les scores actuels n ont plus rien à voir avec les premières formules développées par les statisticiens. Aujourd hui, la plupart des systèmes de notation prennent en compte des éléments qualitatifs tels que les statuts de l entreprise, son profil payeur, sa gestion au quotidien et des éléments d actualité, comme un changement de banque ou un conflit social Ils se permettent même des appréciations, nécessairement subjectives, sur la qualité ou la moralité du dirigeant! Cela ne remet pas en question leur fiabilité, bien au contraire : les scores qui intègrent des éléments en temps réel sont évidemment plus réactifs que ceux fondés sur des bilans vieux de dixhuit mois, et parfois inexploitables (ce serait le cas de 20 % des bilans). Reste qu un score ne peut être prédictif à 100 %, pour deux raisons : C est une probabilité statistique. Même estimée par un credit-manager expérimenté, une note de 15/20 indique que tel client a deux chances sur trois d être encore vivant dans six mois mais ne garantit rien. «Il suffit d un événement imprévisible (un incendie, un impayé ) pour que le client s effondre», prévient Mireille Bardos, conseillère à la Banque de France. C est une note qui ne veut rien dire en soi. Il faut savoir ce qu elle cache : sa formule de calcul (par exemple, le score AFDCC a été élaboré pour des entreprises réalisant plus de 10 millions de francs de chiffre d affaires, pas pour de très petites entreprises) ; les éléments pris en considération (chiffres du bilan, éléments qualitatifs ) ; leurs sources (légales ou personnelles) ; leur fraîcheur aussi Quatre méthodes pour noter les clients Bref, le score ne reflète qu une opinion «relative» sur le client et chacun sait que la note dépend aussi du professeur! «Dans la pratique, les entreprises ont quatre méthodes pour noter leurs clients», explique Christophe Goffinon, consultant chez PGA. L achat d un score externe. «Quand un client commande par téléphone pour francs de roulements à billes, on ne va pas tergiverser pendant des heures», raconte Philippe Hervieux, directeur financier de Roulement Service (fournitures industrielles, Les résultats. Hibon International n envoie que vingt injonctions de payer par année, et il n a à ce jour enregistré aucun procès. Ses provisions sont de francs, soit moins de 1 pour du chiffre d affaires! 300 millions de francs de CA). Avant d ouvrir le compte, le vendeur vérifie la note attribuée par S & W en 2 minutes. L inconvénient de cette sous-traitance est que l entreprise ne valorise pas ses données internes (profil payeur, observations terrain, connaissances relationnelles), à moins d opter pour un score personnalisé (qui peut coûter entre et francs chez Dun & Bradstreet). L analyse financière détaillée. «Nous notons nos clients sur 20 en fonction de quarante ratios financiers», explique Michel Cadel, de BPB France (marques Placôplatre, Isobox et plâtres Lambert, 3,3 milliards de francs de CA), qui compare ensuite sa note maison avec les scores de Collongues et de l AFDCC En fait, c est le logiciel informatique maison, alimenté par les bases PHILIPPE LELLUCH 60 L Entreprise N Janvier 1998

4 Le scoring pour éviter les risques d impayés Noter le client permet d être plus objectif à condition de recouper les informations de données SCRL, Piguet et Dun & Bradstreet, qui fixe la limite d encours pour les 800 plus gros clients. Le responsable crédit adapte ensuite selon l historique du client et les exigences du vendeur. La méthode du point de risque. «Je préfère calculer mon propre score», avoue Alain Crepy, chez Salmson (pompes, 744 millions de francs de CA). Selon cet ancien vendeur reconverti au credit-management, «les ratios chèrement prémâchés par des analystes financiers ne permettent pas de discuter avec le client, qui préfère les données brutes (stocks, achats). Quant aux scores externes, ils disent surtout comment sont payés les autres fournisseurs!». Alain Crepy, lui, calcule une note sur 20, qui prend en compte, à égalité, les ratios de base (excédent brut d exploitation, fonds propres, etc.), l historique de paiement du client (consigné sur un tableau de bord individuel) et sa propre impression terrain (il rend visite à trente clients par mois). Avantage de cette méthode appelée «points de risque» et employée aussi par Hibon International ou par le groupe Brandt (électroménager, 4 milliards de francs de CA) : la personnalisation. Inconvénients : elle exige un système de remontée d informations et une mise à jour permanente impossible manuellement au-delà de 5000 dossiers. PHILIPPE LELLUCH Jérôme Mandrillon, credit-manager de Redland Granulats (matériaux, 2,3 milliards de francs de CA à Rungis), a mis au point un système informatique sophistiqué pour suivre ses clients. Le profil de sa clientèle. Les clients actifs sont classés en sept catégories, des grands groupes aux PME. Deux catégories sont sensibles : les groupes internationaux (20 % des clients), qui représentent 80 % de l encours, et les PME locales ou régionales l essentiel des défaillances! Les objectifs du score. Automatiser le suivi des clients pour concentrer la surveillance sur les 6000 encours significatifs. Le système expert informatisé. «Pour suivre nos clients au jour le jour, il nous faudrait plusieurs dizaines d analystes financiers», explique Jérôme Mandrillon, credit-manager chez Redland Granulats (matériaux, 2,3 milliards de francs de CA). Le responsable du département crédit a donc préféré automatiser le suivi des clients «moins stratégiques» : l ordinateur calcule une note «empirique», qui combine des critères financiers, d identité et de gestion (voir l encadré ci-dessus). Cette «méthode de points de risque informatisée», appelée système expert (en théorie, il faut que l ordinateur croise plus de 1000 critères, ce qui n est pas le cas pour Redland), est parfaite pour les gros fichiers clients des banques ou des assurances. Mais les Ciments français, unique société à avoir mis en place un vrai système expert, a dû l abandonner quand son stagiaire polytechnicien est parti : personne ne savait plus le faire fonctionner! Six avantages du scoring-clients «Attention aux usines à gaz», prévient Christophe Goffinon. Aucune méthode n est à priori meilleure qu une autre. Tout dépend en fait de votre «maturité» en gestion du risque (selon que vous avez un responsable crédit, que vous soustraitez ) et de votre portefeuilleclients : si 100 % de vos clients sont sous affacturage ou sous assurance-crédit, vous pouvez laisser au prestataire le soin de fixer l encours. «Mieux vaut toujours avoir sa propre vision interne», conseille cependant le consultant, ne serait-ce que pour négocier avec les prestataires trop timorés! REDLAND GRANULATS Jérôme Mandrillon, credit-manager de Redland Granulats et président de l AFDCC, recalcule tous les mois les notes de clients inférieures à 5, mais n examine qu une fois par an ceux qui obtiennent plus de 17. Le scoring informatique permet de surveiller nos clients en permanence La méthode de notation. L ordinateur note le client sur 20 en fonction de critères d identification (forme juridique, clientèle, actionnariat ), de critères financiers (fonds de roulement, BFR), d éléments de trésorerie (profil payeur ) et de gestion (réputation du dirigeant, équipe de direction ). En plus de ces critères communs, il calcule des ratios spécifiques au secteur d activité : par exemple, la valeur ajoutée/chiffre d affaires (qui ne doit pas excéder 40 %) et les frais de personnel/chiffre d affaires (inférieur à 80 %) pour des clients du BTP, ou EBE/chiffre d affaires (supérieur à 5 %) pour les sociétés de négoce Si la note est supérieure à 12, aucun problème. Au-dessous de 7, le nouveau crédit est refusé, sauf garantie. Entre 7 et 12, le service crédit fait une étude approfondie. Ses sources d information. Les vendeurs remontent les détails d exploitation et d organisation (comme les «toupies» qui attendent sur les chantiers), la comptabilité-clients renseigne sur le profil payeur Les résultats. Le montant des créances en retard est passé de 16 à 8 %, le délai de règlement a diminué de dix jours, les provisions ont été réduites de 30 %. Et le coût d obtention d informations-clients a baissé de 30 % (grâce en partie à la renégociation des tarifs prestataires). Mais le scoring-clients offre bien d autres avantages : Il permet de décider plus vite. La note synthétise les informations sur le client. Pour les commerciaux sédentaires de Roulement Service, qui ouvrent un compte dans le quart d heure, ou pour les transporteurs de Grimonprez (78 millions de francs de CA), qui décident surle-champ un chargement retour, le score donne un aperçu global du risque en une minute. Il «rationalise» la décision. «Noter le client évite les sautes d humeur : un jour, j accorde 1 million, un autre francs», reconnaît Alain Crepy. Et les 62 L Entreprise N Janvier 1998

5 Le scoring pour éviter les risques d impayés 82 % Les méthodes des PME pour diminuer les retards spécifient les délais de paiement sur la facture 74 % 33 % 15 % font de la relance interne proposent un escompte pour paiement anticipé appliquent des pénalités pour paiement tardif clients sont tous logés à la même enseigne. Mais attention, le score ne doit pas décider pour vous. «Vous pouvez accepter un client noté 5/20 et refuser tel autre noté 9/20, explique Dominique Desgouttes, de Dun & Bradstreet. Tout dépend de son activité (nouvelle ou sinistrée), des garanties qu il offre, de son potentiel, mais aussi de votre stratégie commerciale (plus ou moins agressive) et de votre marge : une erreur est plus vite rattrapée à 30% qu à 3 %» Bref, à vous de nuancer, en croisant toutes les informations à votre disposition, comme Philippe Hervieux, le directeur financier de Roulement Service, qui recoupe le score S & W avec le chiffre d affaires du client, son ancienneté dans la maison et ses habitudes de paiement Il favorise le benchmarking. Au moyen de son score maison, Alain Biguet, credit-manager pour les marques De Dietrich et Thomson chez Brandt, suit l évolution du risque de chaque client et compare ses clients entre eux. Il compare aussi son portefeuille de clients avec la moyenne nationale des entreprises, ou avec les portefeuilles des autres marques de la société (Brandt ). D autres scores, comme ceux de Dun & Bradstreet, de l AFDCC ou de la Banque de France, permettent des benchmarkings «nationaux» ou par secteurs. Il donne une vision du risque global à l instant T. Une fois par an, Roulement Service fait «scorer» par S & W ses clients pour identifier les 15 % les plus risqués et vérifier chaque compte, actif ou non. «Classer l ensemble de vos clients selon leur risque et leur encours est le seul moyen de peser le risque global (100 dossiers non couverts à francs, c est 100 millions de francs de risque)», souligne Axelle Labadie, qui a créé Crediconcept, conseil en PME. Un tel diagnostic coûte de 2000 à francs (environ 4 francs par client). Il optimise la gestion du risque à chaque étape. Une fois que vous aurez classé l ensemble de vos clients par note de risque, celleci servira de filtre pour structurer votre recherche d informations. «Si, sur clients, il y en a 1000 très mauvais, 5000 très bons, vous ne rechercherez des informations que pour les 4000 moyens», explique Christophe Goffinon. Ensuite, vous pouvez ajuster votre suivi : mettre les 10 % des clients les plus risqués sous surveillance extérieure ou suivre de plus près les «mauvais», comme Redland, qui revoit tous les mois les notes inférieures à 5 Enfin, vous pouvez décider à l avance que, pour un score AFDCC supérieur à 2,10 lecom- L AVIS «Repérez les meil Les scores traditionnels renseignent sur le risque associé à une entreprise. Le score d efficience, lui, informe sur sa capacité de croître dans l avenir, donc il permet de repérer les meilleurs prospects ou de se juger soi-même! En effet, ce score ne s intéresse pas aux ratios financiers mais à l efficience technique de la société (utiliset-elle au mieux ses moyens de production?) et à son efficience stratégique (a-t-elle fait les bons choix de portefeuille-produits, de marketing, d achats de composants?). Le score d efficience varie entre 0 et 1, et il exprime la distance par Source : Etude UFB-Locabail auprès de PME, chiffres L Entreprise N Janvier 1998

6 e?e??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee? e?e??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee? h? h? h? h? g g g g g g??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee???ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee??ee????????? 29 % 11 % 15 % Les services extérieurs utilisés par les PME utilisent les renseignements commerciaux ont recours à l assurance-crédit confient le recouvrement des créances 7 % se servent de l affacturage... mais le marché croît de 20 % par an mercial décide seul, mais qu audessous il demande l avis du responsable crédit. Ou comme Bernard Grimonprez, laisser les chauffeurs décider avec l avis d ORT jusqu à francs. Enfin, le score aide à structurer la relance : par exemple, relancer les «mauvaises notes» avant échéance. Il développe le chiffre d affaires! «J indique aux commerciaux les clients les moins risqués à développer en priorité», explique Alain Biguet, du groupe Brandt. Le credit-manager de Salmson, lui, visite les agences, CD- Rom en main, pour identifier les prospects locaux! D autres innovent : Redland a créé un «score marketing» (condensé de son score-crédit), SCRL propose un «score d efficience» spécial prospection commerciale. «Ce score ne juge pas les résultats financiers, mais l organisation, le dynamisme et la productivité de l entreprise», explique son créateur, Michel Dietsch. Bref, tout ce que le commercial est à même de juger sur le terrain. D ailleurs, le statisticien le dit lui-même : rien ne remplacera jamais la «note de gueule» STÉPHÈNE JOURDAIN POUR EN SAVOIR PLUS Crédit-Management, gérer le risque-clients, par Axelle Labadie et Olivier Rousseau, Ed. Economica. Crédit-Management et Crédit- Scoring, par Nicolas Van Praag, Ed. Economica. DE L EXPERT leurs prospects» rapport aux meilleures entreprises du secteur (celles-là ont un score de 1) : avoir un score de 0,68, par exemple c est le cas de la moitié des PMI françaises signifie que vous êtes à 30 % de l efficience optimale Le score d efficience donne tout de même une indication sur le risque de l entreprise car logiquement mais aussi statistiquement! les entreprises très efficientes ont un risque d insolvabilité plus faible. Michel Dietsch, professeur de sciences économiques à l IEP de Strasbourg, a conçu un score d efficience pour repérer les meilleurs prospects. DAHMANE L Entreprise N Janvier 65

16 Interview de M. J.-F.Tosi, PDG de la CIPA 17

16 Interview de M. J.-F.Tosi, PDG de la CIPA 17 sommaire Introduction 9 PARTIE 1: LE CAS 1 La Compagnie Industrielle de Plastiques Automobiles 11 Présentation générale de l entreprise 12 Secteur d activité et environnement concurrentiel de la CIPA 14

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

table des sommaire matières

table des sommaire matières table des sommaire matières Introduction 3 partie 1 : le cas 1 La Compagnie Industrielle de Plastiques Automobiles 11 n La nomenclature NAF 12 Présentation générale de l entreprise 13 Secteur d activité

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE

TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE I- Place et rôles de la fonction financière dans l Entreprise 1- Intérêt de la fonction financière pour les besoins d exploitation et d investissement. La vie

Plus en détail

La gestion courante de la trésorerie

La gestion courante de la trésorerie CHAPITRE 1 La gestion courante de la trésorerie Introduction «De petites occasions sont souvent à l origine de grandes entreprises.» Démosthène Une trésorerie est avant tout un outil de constatation et

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR

LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR LES IMPACTS DES RETARDS DE PAIEMENT - Au niveau macro-économique - Au niveau de l entreprise COMMENT S EN PREMUNIR

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015

5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015 LA CCI CÔTE D OPALE 5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015 ATELIER N 1 SOLUTIONNER LES PROBLÉMATIQUES DE TRÉSORERIE - M DELEDALLE - M DUPORTAIL - M LEMARIE - M PESIN Gérer sa Trésorerie Gérer

Plus en détail

Atelier A 15. Credit Management : les bonnes pratiques

Atelier A 15. Credit Management : les bonnes pratiques Atelier A 15 Credit Management : les bonnes pratiques Intervenants Sylvain GROS-DESIRS CLAAS Responsable financier réseau/président AFDCC sylvain.gros-desirs@claas.com Jacques André Vincenot AFDCC Trésorier

Plus en détail

Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75. alexandre.tellier@a-t-consulting.com

Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75. alexandre.tellier@a-t-consulting.com L évaluation Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75 alexandre.tellier@a-t-consulting.com L'évaluation Alexandre Tellier 1 L évaluation La démarche globale de reprise

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise ENTREPRISES EN DIFFICULTE Gestion de la crise Gestion de la crise Faire face à la crise. S entourer: sortir de son environnement habituel pour s entourer de professionnels spécialisés: avocats, experts-comptables,

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

CABINET SEDDIK L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction. Définition de l affacturage. Mécanisme d affacturage. Le coût de l affacturage

CABINET SEDDIK L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction. Définition de l affacturage. Mécanisme d affacturage. Le coût de l affacturage L AFFACTURAGE SOMMAIRE : Introduction Définition de l affacturage Mécanisme d affacturage Le coût de l affacturage Distinction entre l affacturage et l assurance-crédit Avantages et inconvénients de l

Plus en détail

Corrigé des exercices. 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats.

Corrigé des exercices. 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats. Corrigé des exercices 1. Calcul le FR, le BFR, et la trésorerie. Puis commenter les résultats. On utilise le bilan. A. Calcul du FR Objectif : On veut évaluer si la structure dispose de ressources stables

Plus en détail

Résultats Baromètre du Risque Client 2014

Résultats Baromètre du Risque Client 2014 Résultats Baromètre du Risque Client 2014 En résumé En résumé: La 2 ème édition du Baromètre du Risque Client 27 questions autour du risque client et des perspectives en 2014 70.000 Dirigeants et DAF d

Plus en détail

Conseils en Credit Management

Conseils en Credit Management Conseils en Credit Management détection précoce des risques de défaut de paiement Les faillites interviennent souvent lorsqu un partenaire d affaires important ferme ses portes. Ce sont en particulier

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE de l EURL, de la SASU, de la SELU Pour se mettre à son compte

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I PROGRAMME DE FORMATION FINANCE PME «Mieux maîtriser la

Plus en détail

GUIDE DE L AFFACTURAGE. Travailler en toute sécurité...

GUIDE DE L AFFACTURAGE. Travailler en toute sécurité... GUIDE DE L AFFACTURAGE Travailler en toute sécurité... Édition 2009 GUIDE DE L AFFACTURAGE Sommaire 1 Histoire de l affacturage 2 Qu est-ce que l affacturage 3 Les étapes de l affacturage 4 Le prix de

Plus en détail

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan Dossier : Gestion d entreprise 43 Direction financière à la demande La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite La gestion des comptes clients, est-ce seulement le boulot de la compta?

Plus en détail

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats»

FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» FINANCE PME «Mieux maîtriser la gestion pour améliorer ses résultats» PHASE I : FORMATION COLLECTIVE PHASE II : ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL PHASE I : PROGRAMME DE FORMATION JOURNEE 1 DEMYSTIFICATION DES

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

LA GESTION DES IMPAYES. Maître Julien Séméria, avocat Marc Tenaillon, expert comptable commissaire aux comptes Cabinet ILEC

LA GESTION DES IMPAYES. Maître Julien Séméria, avocat Marc Tenaillon, expert comptable commissaire aux comptes Cabinet ILEC LA GESTION DES IMPAYES Maître Julien Séméria, avocat Marc Tenaillon, expert comptable commissaire aux comptes Cabinet ILEC EVALUATION DU RISQUE CLIENT Se renseigner sur ses clients Savoir lire les comptes

Plus en détail

Impayés - Prévention et Maîtrise

Impayés - Prévention et Maîtrise Impayés - Prévention et Maîtrise Elisabeth BARDET Directrice Générale commerciale France 23 Septembre 2014 Zehnder Group France Groupe ZEHNDER Gestion du poste «Clients» Claude LAUBIER Directeur Comptable

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Réforme de l assurance-crédit :

Réforme de l assurance-crédit : Réforme de l assurance-crédit : un enjeu pour la trésorerie des entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances J ai présenté en début d année un plan pour le renforcement de la trésorerie

Plus en détail

«Vendre, vendre plus. mais être payé py!» «Vendre, vendre plus. mais être payé!» I. Présentation II. Les enjeux du Crédit- Clients III. La gestion du Poste-Clients IV. Le rôle du Conseil spécialisé V.

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

Contenu: -Fonds de roulement. -Besoin en fonds de roulement. -Etude des rapports entre les masses bilantielles

Contenu: -Fonds de roulement. -Besoin en fonds de roulement. -Etude des rapports entre les masses bilantielles Contenu: -Fonds de roulement -Besoin en fonds de roulement -Trésorerie -Etude des rapports entre les masses bilantielles Représentation (rappel) ACTIF Immobilisations Fond propres PASSIF Dettes financières

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE

LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, JURIDIQUES ET SOCIALES -RABAT- LA TRÉSORERIE ET SES MODALITÉS D ÉQUILIBRAGE Réalisé par: [Tapez un texte] Page 1 Introduction SOMMAIRE : Première

Plus en détail

DOSSIER L industrie en France - édition 2006 43

DOSSIER L industrie en France - édition 2006 43 DOSSIER L industrie en France - édition 6 43 44 L industrie en France - édition 6 L évolution des délais de paiement de l industrie en France de 199 à 4 et les comparaisons internationales Méthode de suivi

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

POUR QU UNE CHOSE APPARAISSE, IL FAUT LA FAIRE CROÎTRE.

POUR QU UNE CHOSE APPARAISSE, IL FAUT LA FAIRE CROÎTRE. POUR QU UNE CHOSE APPARAISSE, IL FAUT LA FAIRE CROÎTRE. ALTOR-Group SIRRR S.A. Société Internationale de Recouvrement, de Récupération et de Redressement Trésorerie Votre trésorerie. = Croissance. Notre

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Principes et Techniques Comptables 1 er degré

Principes et Techniques Comptables 1 er degré Principes et Techniques Comptables 1 er degré Thème 1601... 4 Séquence thématique 1...4 Séquence thématique 1 > Exercice 1... 4 Séquence thématique 1 > Exercice 1 > Consigne 1... 4 Séquence thématique

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Gesticiel 3 Gestion Commerciale. 1. Gestion de plusieurs dossiers. 2. Paramétrage dossier. Gestion commerciale, suivi des stocks. V 3.0.

Gesticiel 3 Gestion Commerciale. 1. Gestion de plusieurs dossiers. 2. Paramétrage dossier. Gestion commerciale, suivi des stocks. V 3.0. V 3.0.x FONCTIONS DU PROGRAMME Gestion commerciale, suivi des stocks 1. Gestion de plusieurs dossiers Choix d un dossier, création d un nouveau dossier Accès par mot de passe et par profil utilisateurs

Plus en détail

Gestion de la trésorerie et du financement

Gestion de la trésorerie et du financement Gestion de la trésorerie et du financement GESTION à court terme à long terme Suivre et optimiser la trésorerie Financer le démarrage et la croissance Enregistrer les flux de trésorerie : encaissements

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Gestion de la trésorerie 3-211-02

Gestion de la trésorerie 3-211-02 Gestion de la trésorerie 3-211-02 Séance 1 Introduction aux cours Qu est que la gestion de trésorerie???? Notion peu enseignée dans les écoles de gestion au Canada. Néanmoins, il s agit d un sujet d une

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière

Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière Disponibilité commerciale Octobre 2009 Nouveautés V16! 1 1 Sommaire I. Introduction II. III. IV. Couverture fonctionnelle Focus sur le recouvrement

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

PROFITEZ DE DONNÉES DE CLASSE MONDIALE. Creditsafe lance une suite de solutions conçues pour accompagner votre développement à l international

PROFITEZ DE DONNÉES DE CLASSE MONDIALE. Creditsafe lance une suite de solutions conçues pour accompagner votre développement à l international PROFITEZ DE DONNÉES DE CLASSE MONDIALE Creditsafe lance une suite de solutions conçues pour accompagner votre développement à l international Nous sommes fiers de vous présenter la nouvelle gamme de solutions

Plus en détail

COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT LES ACHATS (SUITE) UTILISER LES OUTILS DE COMMUNICATION

COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT LES ACHATS (SUITE) UTILISER LES OUTILS DE COMMUNICATION STRATÉGIE GLOBALE DE FORMATION 1ère et Terminale Baccalauréat Professionnel SECRÉTARIAT LE PLAN DE FORMATION EST À LIRE DE FACON TRANSVERSALE PROMOTION 2009 COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen. U 51 Prospection et suivi de clientèle

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen. U 51 Prospection et suivi de clientèle Session 2013 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U 51 Prospection et suivi de clientèle PROPOSITION DE CORRIGÉ ET BARÈME EDEN GARDEN PREMIÈRE PARTIE : Prospection

Plus en détail

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE APPRENDRE A TENIR SA Module 1 : Préparer des états comptables Personnes devant tenir la comptabilité d une entreprise 3 jours Connaître les documents commerciaux nécessaires à la production des états comptables

Plus en détail

Proposition de guide d entretien

Proposition de guide d entretien Schéma de Développement Économique 2014 AXE 1 : Soutenir l économie productive, le tissu endogène Action 1 : Mettre en place d un programme prioritaire de visites d entreprises ANNEXE N 2 : Proposition

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (30 semaines + 4 semaines de stage) POLE 1 COMPTABILITE ET DES L ENTREPRISE. Notions générales sur l. Les principes

Plus en détail

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Pascal Ferron : vice-président BAKER TILLY France Henri du Clary

Plus en détail

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales Table des matières Tables des matières Partie I : Demander un paiement comptant? 1. Paiement à la livraison ou acompte 1.1. PAS TOUJOURS POSSIBLE.................................... 2 1.2. DEMANDER UN

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi Les étapes clés pour reprendre une entreprise en difficulté Anne GUILLERM, Synextrans Guillaume BROUILLET, Avocat Liberté La reprise d une entreprise en difficulté serait perçue comme une «bonne affaire»

Plus en détail

Sage 30 BTP. La solution 100% gestion dédiée aux auto-entrepreneurs et artisans du BTP.

Sage 30 BTP. La solution 100% gestion dédiée aux auto-entrepreneurs et artisans du BTP. Sage 30 BTP La solution 100% gestion dédiée aux auto-entrepreneurs et artisans du BTP. 1 Sage 30 Multi Devis Plus d une entreprise sur deux devient client Sage par l acquisition d une solution Sage 30.

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Études de cas corrigées

Études de cas corrigées Jean-Pierre LAHILLE FINANCE D ENTREPRISE Études de cas corrigées Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2941-4 QUI EST LE MEILLEUR? Difficulté : $$ Durée indicative : 2 h Nous allons nous entraîner

Plus en détail

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR-ADJOINT 2010-2011 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuve d'admissibilité 3 février 2011 ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION

Plus en détail

DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE

DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE Raison Sociale :..... N SIREN :.. NAF :..... Date de création :... Siège Social :...... Noms des filiales et participations :... Nombre de sociétés

Plus en détail

DÉTECTION PRÉCOCE DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES À PARTIR DES DOCUMENTS COMPTABLES

DÉTECTION PRÉCOCE DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES À PARTIR DES DOCUMENTS COMPTABLES DÉTECTION PRÉCOCE DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES À PARTIR DES DOCUMENTS COMPTABLES 1 Dans le but d affiner l analyse du risque, la direction des Entreprises mettra prochainement à la disposition des établissements

Plus en détail

JEUNES ENTREPRISES : GÉRER LE RISQUE CLIENTS

JEUNES ENTREPRISES : GÉRER LE RISQUE CLIENTS 10 Questions JEUNES ENTREPRISES : GÉRER LE RISQUE CLIENTS 10 Réponses AFFACTURAGE Avant-propos Marylise LEBRANCHU Secrétaire d Etat aux PME, au Commerce et à l Artisanat Avant-Propos La force de l économie

Plus en détail

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment?

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? DOSSIER : la culture Cash Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? Avant de chercher financements ou capitaux auprès de banques ou d investisseurs, pourquoi ne pas chercher et

Plus en détail

du Commercial Profil d activités

du Commercial Profil d activités Activités des salariés permanents des agences d intérim Profil d activités du Commercial Activités type Développer et suivre le chiffre d affaire et la rentabilité du portefeuille confié par des actions

Plus en détail

Exemple - Bilan de l entreprise MICRON au 31 décembre 2008 (en millions d euros)

Exemple - Bilan de l entreprise MICRON au 31 décembre 2008 (en millions d euros) L analyse financière Le bilan comptable d une entreprise est un document de synthèse, établi au moins une fois par an, à la fin de l exercice comptable. Il donne un aperçu du patrimoine de l entreprise

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

Reprendre une entreprise en difficulté : un parcours à maitriser. Animé par : Anne GUILLERM, Synextrans Guillaume BROUILLET, Avocats Liberté

Reprendre une entreprise en difficulté : un parcours à maitriser. Animé par : Anne GUILLERM, Synextrans Guillaume BROUILLET, Avocats Liberté Reprendre une entreprise en difficulté : un parcours à maitriser Animé par : Anne GUILLERM, Synextrans Guillaume BROUILLET, Avocats Liberté La reprise d une entreprise en difficulté serait perçue comme

Plus en détail

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com 10 questions / réponses Le livret du Factoring TLG GROUPE FINANCIER www.tunisiefactoring.com a le plaisir de vous faire parvenir ce livret sur le factoring (ou affacturage) qui reprend, en synthèse, une

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

ETUDE DE FINANCEMENT DU POSTE CLIENTS

ETUDE DE FINANCEMENT DU POSTE CLIENTS ETUDE DE FINANCEMENT DU POSTE CLIENTS Ce document a pour objet la fourniture de renseignements dans le cadre d une étude et la proposition d une solution de financement en affacturage. Toutes les informations

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 2 : La proposition de financement

Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 2 : La proposition de financement Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 2 : La proposition de financement Par MARK EIKELAND, CGA Assembler les pièces du puzzle Utilisation et sources des fonds Garantie proposée

Plus en détail

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Le sujet comporte trois dossiers indépendants : - un diagnostic financier basé sur le besoin en fonds de roulement normatif et le tableau de flux de trésorerie de

Plus en détail

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service Ligne 100 pour PME-PMI La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE La solution de gestion commerciale avancée pour le Service L éditeur partenaire des PME Capitalisez sur l expertise

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Entreprendre ensemble Avec votre spécialiste PME

Entreprendre ensemble Avec votre spécialiste PME Avec votre spécialiste PME Les matinales de l IGRETEC La gestion proactive de la trésorerie Une présentation de Sébastien Bosio Le 6 octobre 2009 2009 Deloitte Belgium Agenda Introduction Rappel de quelques

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires PROFESSIONNELS Principales conditions tarifaires Applicables au 1 er mai 2015 www.bnpparibas.net/entrepros BNP Paribas vous informe des principales évolutions tarifaires des produits et services pour l

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail