MA BANQUE. Informations économiques et boursières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MA BANQUE. Informations économiques et boursières"

Transcription

1 MA BANQUE Informations économiques et boursières Février 215

2 Placements Internationaux Conjoncture, marchés financiers et politique de placement de la Banque Cantonale du Zürich Faits marquants Conjoncture Aux États-Unis, les indicateurs signalent la croissance et les anticipations inflationnistes à long terme ne changent pas. L assouplissement de la politique monétaire décidé par la Banque centrale européenne (BCE) devrait donner un coup de pouce à l économie de la zone euro ces prochains mois. Les indicateurs précoces sont en voie de stabilisation. Politique de placement Nous augmentons nos quotes-parts actions et liquidités et nous donnons davantage de poids à notre engagement sur l or. Par contre, nous réduisons la position en obligations. En Europe, ce sont les actions qui nous semblent attrayantes, aux États-Unis, les obligations. Après l abandon du taux plancher EUR/CHF par la Banque nationale suisse (BNS), on doit s attendre à un fléchissement sensible de la croissance. Alors que les pays émergents parviennent à croître dans la stabilité, l Amérique latine et l Europe de l est affichent une production industrielle en baisse. Marchés financiers Trois événements de taille ont marqué la deuxième quinzaine de janvier : la fin du taux plancher EUR/CHF décrétée par la BNS le 15 janvier, le programme d assouplissement quantitatif annoncé par la BCE le 22 janvier et l arrivée au pouvoir en Grèce le 25 janvier d un gouvernement opposé aux mesures d austérité. Quand la BNS a décidé de faire passer la marge de fluctuation du Libor à trois mois plus loin encore en territoire négatif, les rendements des emprunts d État à 1 ans ont affiché pour la première fois des valeurs négatives.

3 Suisse Exportations en 214 solides, perspectives moroses Les exportations de marchandises suisses ont connu une évolution solide de janvier à novembre. La plupart des branches ont affiché des chiffres noirs par rapport à la même période de l'année dernière. Qu'entraîne l abolition du taux plancher EUR/CHF pour les exportateurs? Une chose est sûre, les exportateurs suisses devront rivaliser avec une forte concurrence. Pour les prochains trimestres, nous nous attendons à une dégradation marquée du climat d'affaires et à une morosité des exportations. De manière générale, les sociétés spécialisées dans les hautes technologies sont toujours mieux positionnées. Les plus grandes entreprises devraient être davantage à l'abri des fluctuations de cours : grâce à des instruments financiers appropriés ou à des unités de production à l'étranger (couvertures naturelles ; «Natural Hedging»). La Suisse présente sur l'ensemble de l'échange de marchandises un net excédent de la balance commerciale. De notre point de vue, il devrait s'étioler de manière significative au cours des prochains mois. Temps difficiles pour le tourisme Le nouveau régime de change met le tourisme plus à mal. En effet, la totalité de la valeur ajoutée est créée en Suisse, mais les entreprises sont en concurrence avec les destinations de l'étranger. L'envolée du franc suisse face aux principales devises mondiales devrait se traduire dans les trimestres à venir par un recul sensible des nuitées d'hôtes en provenance de la Suisse et de l'étranger. Aucun programme conjoncturel prévu pour l'instant Les prévisions conjoncturelles sont très incertaines. Il ne reste qu'à attendre l'évolution de la situation. Le ministre de l'économie, Johann Schneider-Ammann, défend également la position, selon laquelle aucun programme conjoncturel n'est prévu pour l'instant. Compte tenu du franc fort, les entreprises suisses peuvent toutefois recourir de nouveau à la réduction de l horaire de travail et se faire indemniser. Cette première mesure vise à atténuer l'effet de la cherté du franc. D'autres mesures devraient suivre. Données économiques de la Suisse * 215* 216* PIB Budget d'état** Balance des revenus** Inflation*** Taux de chômage*** * Prévisions ** en % du PIB ***moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : Baromètre conjoncturel et évolution du PIB G 2 : Taux d'intérêt Suisse G 3 : CHF Taux de change taux 3 mois rendement des emprunts publics 1 ans USD/CHF EUR/CHF (éch. de droite)

4 Zone euro La BCE stimule la conjoncture Par l'assouplissant de sa politique monétaire, la Banque centrale européenne (BCE) relancera ces prochains mois la conjoncture de la zone euro. Une légère croissance économique se dessine d'ores et déjà. Les indicateurs précoces se stabilisent. Les entreprises du secteur des services et les consommateurs se montrent un peu plus confiants. Ceux-ci profitent aussi du prix du pétrole sensiblement plus bas, ressenti comme une réduction d'impôt. Nous avons déjà réajusté nos prévisions de croissance de 1 % à 1,4 %. Des surprises agréables devraient toujours être possibles malgré la suppression du taux plancher EUR/CHF. Plus de 5 % de toutes les exportations de la zone euro sont destinées à suisses. Le volume des exportations corrèle fortement avec l'évolution des cours de change. Par conséquent, la forte appréciation du franc suisse laisse prévoir une nette reprise des exportations en Suisse. mais ne fait que gagner du temps à la zone euro Suite à la décision de la BCE de racheter des emprunts souverains à partir du mois de mars, Mario Draghi a souligné dans sa conférence de presse de façon plus saisissante que jamais que la politique monétaire à elle seule ne saurait résoudre les problèmes de la zone. Les pays membres sont appelés à donner des impulsions décisives au travers de réformes structurelles. La véhémence des propos de Draghi nous porte à croire que la BCE atteint ses limites en ce qui concerne ses instruments de politique monétaire. Le président de la BCE laisse en outre entendre que celle-ci n'est susceptible que de gagner du temps, ce qui n'est toutefois pas illimité. Une politique monétaire ne saurait garantir à elle seule une reprise durable. Ces dernières années ont montré que la volonté de réformes des gouvernements faiblit face à des embellies conjoncturelles. Par conséquent, l'accélération de la croissance attendue est susceptible de détendre la situation à court et à moyen terme, mais d'avoir un impact plutôt néfaste sur le long terme en retardant les réformes. Données économiques de la zone euro * 215* 216* PIB Budget d'état ** Balance des revenus ** Inflation*** Taux de chômage *** * Prévisions **en % du PIB ***moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : climat des affaires et PIB G 2 : Taux d'intérêt EUR G 3 : taux de change indicateur of purchasing management PIB (vs. ex. préc., éch. de droite) taux 3 mois rendement des emprunts publics 1 ans EUR/USD EUR/JPY (éch. de droite)

5 Grande-Bretagne La croissance n est pas largement soutenue Même avec un taux de chômage de 6 % fin 214, le marché du travail ne tourne pas à plein régime, à l inverse du marché américain. En effet, la croissance économique n est pas largement soutenue, mais dépend essentiellement de la consommation, tirée par l emploi et par l augmentation du pouvoir d achat induit par le recul du prix du pétrole. Comme ce dernier se répercute avec 2 à 3 trimestres de retard sur les dépenses de consommation, il faudra patienter pour en constater les effets. De leur côté, l investissement et les exportations ont déçu, une fois encore. Le premier relèvement se fait attendre Le taux d inflation a ralenti à,5 %, du jamais vu depuis 196. Deux raisons principales à cela : l effondrement du prix du baril et la fin de l effet de base en lien avec l augmentation des coûts énergétiques à caractère administratif, entrée en vigueur en décembre 213. Mark Carney, le gouverneur de la Banque d Angleterre (BoE), devra expliquer dans une «lettre ouverte» à George Osborne, le chancelier de l Échiquier, pourquoi il est passé à côté de l objectif. Les anticipations inflationnistes (mêmes celles à long terme) ont, elles aussi, fortement reflué dans le sillage du ralentissement très net de l inflation. La BoE anticipe un taux de renchérissement proche de % au printemps prochain, puis une légère progression au second semestre, à condition que les anticipations inflationnistes ne soient pas revues à la baisse. Dans un tel contexte et compte tenu des risques accrus anticipés par la BoE à l échelle mondiale en raison de l endettement des États et de la dégringolade du prix du pétrole, les deux membres du conseil qui avaient voté en faveur d un relèvement immédiat des taux directeurs se sont ralliés à l avis de la majorité, qui préfère maintenir les taux directeurs et la taille du bilan. Nous pensons donc qu un premier relèvement n interviendra qu en seconde partie d année, autrement dit après les élections parlementaires de mai. Les derniers sondages font état d un coude-à-coude entre les travaillistes et les conservateurs. Données économiques de la Grande-Bretagne * 215* 216* PIB Budget d'état ** Balance des revenus ** Inflation*** Taux de chômage *** * Prévisions ** en % du PIB ***moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : climat des affaires et PIB G 2 : Taux d'intérêt en Grande-Bretagne CBI climat des affaires PIB (vs. ex. préc., éch. de droite) G 3 : taux de change GBP taux 3 mois rendement des emprunts publics 1 ans GBP/CHF EUR/GBP (éch. de droite)

6 Etats-Unis Réveil des tensions salariales Les dernières «minutes» de la Fed indiquent que les prévisions d inflation à long terme demeurent stables, mais aussi et c est plus surprenant qu une inflation sous-jacente de 1,5 % (comme ce fut le cas lors de la réunion du FOMC) suffit, selon la Fed, pour entamer un cycle de hausse des taux. Les effets de base inhérents aux prix du pétrole et à leur corollaire, le recul attendu et relativement marqué de l inflation, devraient s estomper au plus tard un an après que les cours de l or noir ont touché un plancher. Ces prévisions sont confirmées par les indicateurs avancés comme les hausses de salaires prévues chez les petites et moyennes entreprises ou la progression des salaires lors d un changement d emploi. Ces facteurs laissent supposer un renforcement progressif de la pression sur les salaires. Tous les schémas passés montrent que la dynamique des salaires s accélère lorsque la conjoncture est favorable. En s inscrivant récemment à 5,6 %, le taux de chômage a reculé de 1,2 % en 214, un rythme que l on n avait plus connu depuis la fin de la deuxième crise pétrolière. Si la baisse de l or noir est globalement positive pour l économie US, elle ne profite pas à tous les secteurs. Parmi ceux-ci, l énergie, qui ne représente toutefois que,4 % du total des emplois. A moyen terme, le possible repli de l'emploi dans ce secteur sera plus que compensé par les autres branches, en particulier le commerce de détail, qui profitent du recul des prix de l énergie. La situation favorable de l emploi se reflète aussi dans la confiance des consommateurs qui, grâce à la forte baisse des prix de l essence observée ces derniers mois, a récemment atteint son plus haut niveau depuis onze ans. Ces signes laissent présager une nouvelle augmentation de la consommation privée (214 : env. 4 % en termes réels). Faiblesse persistante des rendements En dépit des hausses de taux prévues vers l'été 215, les rendements des bons du Trésor US à long terme ne devraient guère progresser si l on se base sur les expériences faites durant le dernier cycle de relèvement des taux entre 24 et 25 (graphique 2). Parmi les autres facteurs importants, citons la «nouvelle médiocrité» dans laquelle l économie mondiale s enlise et les taux zéro servis dans le reste de l OCDE. Données économiques des États-Unis * 215* 216* PIB Budget d'état** Balance des revenus** Inflation*** Taux de chômage*** * Prévisions ** en % du PIB ***moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : ISM-indicateur et PIB G 2 : Taux d'intérêt États-Unis indicateur of purchasing management PIB (vs. ex. préc., éch. de droite) G 3 : USD Taux de change taux 3 mois rendement des emprunts publics 1 ans EUR/USD USD/JPY (éch. de droite)

7 Pays émergents L Asie est la mieux placée Le graphique 1 montre l évolution conjoncturelle en Asie, en Amérique latine et en Europe de l est à la lumière de la production industrielle. Alors que la croissance est constante dans les pays asiatiques, elle est négative en Amérique latine et en Europe de l est. En 215, l Asie, qui est importateur net de pétrole, profitera de la faiblesse des prix de l énergie, mais son taux de croissance sera freiné par le taux d expansion structurellement plus faible de la Chine. En Europe de l est, la situation générale va se dégrader, car la Russie tombe en récession. En Amérique latine, une stabilisation est attendue à bas niveau. Notons que l évolution conjoncturelle encourageante en Asie se reflète déjà dans la performance des marchés financiers. Parmi les marchés d actions des pays émergents, notre préférence va aux marchés d actions asiatiques. Inflation en déclin et nouvelles baisses de taux en vue Le recul des prix de l énergie et des matières premières ont engendré un fléchissement des taux d inflation dans la plupart des pays émergents. Si le renchérissement ne s est pas contracté davantage, c est avant tout en raison de la hausse des prix en Indonésie (diminution des subventions sur les prix de l énergie) et en Russie (graphique 2). Au cours des trois derniers mois, le taux d inflation affiche un déclin dans 15 pays parmi les 19 pris en compte. Cette tendance va se maintenir à court terme, mais les taux réels remontent. Pour éviter que cette progression ne compromette la croissance, les banques centrales seront nombreuses à abaisser leurs taux directeurs pendant l année (Inde, Turquie, Pologne) ou à patienter avant de les pousser vers le haut (graphique 3). Seul le Brésil procédera bientôt à un relèvement du loyer de l argent, avec le risque de mettre sous pression les monnaies des pays émergents les plus fragiles, lorsque les États-Unis procéderont à un redressement de leurs taux. Données économiques Pays émergents * 215* 216* PIB Pays émergents PIB Asie PIB Amérique latine PIB Europe de l'est Inflation Pays émergents * Prévisions Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : production industrielle par région (vs. ex. préc.) /14 4/14 7/14 1/14 Asie Amérique latine Europe de l est G 2 : inflation et taux d'intérêt sur les marchés émergents 5% 4% 3% 2% 1% % -1% Taux d inflation Taux directeur réel G 3 : taux directeurs des principaux pays émergents 2% 15% 1% 5% % Brésil Chine Hongrie Inde Indonésie Corée Mexique Philippines Pologne Russie Afrique Thaïlande Turquie Janvier 215 Janvier 214

8 Chine Le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein? Les chiffres du PIB 214 montrent une fois encore combien ils sont sujets à interprétation. Les uns considèrent que le verre est à moitié vide et que la croissance du PIB (7,4 %) est la plus faible des 24 dernières années. À quoi ceux qui voient le verre à moitié plein rétorquent que le gouvernement a réalisé l objectif «approximatif de 7,5 %» et que la quote-part de la consommation privée au PIB - calculée en pourcentage - a augmenté, si bien que l ajustement du modèle de croissance est sur la bonne voie. La plupart des économistes tablent néanmoins sur une croissance (potentielle) tendanciellement ralentie. Pour sa part, le gouvernement chinois parle d une «nouvelle norme» de croissance. Il est normal, d une part, que les taux de croissance baissent quand le bien-être augmente, car il devient plus difficile de dégager de nouveaux gains de productivité. De plus, l évolution démographique justifie une croissance potentielle plus faible. D autre part, une telle évolution permet de rétablir les équilibres après une prévalence de surcapacités. Rappelons enfin que le gouvernement a fait le choix d une croissance qualitative au détriment d une croissance quantitative. Données économiques Chine * 215* 216* PIB Budget d'état** Balance des revenus** Inflation*** Taux de chômage*** * Prévisions ** en % du PIB ***moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : Indicateur avancé et production industrielle G 2 : Taux d'intérêt Chine Indicateur avancé OCDE (vs. ex. préc.) Prod. ind. (vs. ex. préc., éch. de droite) De nouvelles stimulations s'imposent En 214, 1,7 millions d emplois ont été créés dans les villes. Une croissance de 7 % à 7,5 % du PIB, comme c est le cas aujourd hui, suffit à maintenir le marché du travail stable en raison d une croissance potentielle plus faible. Dans les 5 à 1 ans à venir, l expansion du PIB devrait se contracter à 6 % - 6,5 %, à condition que les réformes se poursuivent. D un point de vue cyclique, la correction en cours sur le marché immobilier va ralentir la croissance des activités dans les mois à venir. La politique économique devra donc intégrer de nouvelles mesures d incitation, destinées non à doper les taux de croissance, mais à empêcher un tassement plus marqué et à assurer une croissance du PIB voisine de 7 % en G 3 : CNY Taux de change x intérêt de crédit 1 an intérêt de dépôt 1 an CHF/CNY USD/CNY (éch. de droite)

9 o Nouvelle-Zélande Evolution solide de la conjoncture L économie néo-zélandaise se montre robuste en comparaison internationale. Au troisième trimestre 214, le PIB a progressé de 1 % par rapport aux trois mois précédents. Selon les derniers indicateurs conjoncturels, cette évolution positive devrait perdurer. L indice du climat des affaires et le baromètre de la consommation restent supérieurs à la moyenne à long terme. En recul, le chômage a atteint 5,4 % au troisième trimestre. Malgré cette forte croissance, les prix à la consommation n ont augmenté que de,8 % environ au quatrième trimestre 214, contre 1, % le trimestre précédent. Cette évolution est due au repli des prix de l énergie, ce qui n a rien de surprenant. Durant le trimestre en cours, les prix à la consommation devraient se maintenir bien en deçà de la fourchette de +1 % à 3 % fixée par la banque centrale néo-zélandaise (RBNZ). La RBNZ adopte une politique monétaire neutre Etant donné que le renchérissement devrait rester très faible pendant quelque temps, les représentants de la RBNZ ont décidé lors de leur réunion de fin janvier 214 d assouplir leur politique monétaire restrictive au profit d une approche plus neutre. La prochaine intervention sur les taux vers le haut ou vers le bas dépendra des futures données conjoncturelles. Nous n escomptons plus aucune adaptation des taux d intérêt en 215. Les nouvelles prévisions en la matière ont mis le dollar néo-zélandais (NZD) sous pression. La banque centrale a récemment réitéré ses propos selon lesquels les fondamentaux ne justifiaient pas le niveau élevé du NZD. Celui-ci devrait continuer à se déprécier face à l USD. La Nouvelle-Zélande portée par la croissance en Asie Les exportations de la Nouvelle-Zélande vers l Asie ont régulièrement augmenté durant ces dernières années et représentent aujourd hui près de 5 % du volume total des exportations. A moyen terme, le pays des kiwis profitera de la dynamique de croissance en Asie. L essor de la classe moyenne dans les pays émergents asiatiques devrait notamment stimuler les exportations de denrées alimentaires, comme les produits laitiers et la viande, mais aussi le tourisme. Données économiques Nouvelle-Zélande * 215* 216* PIB Budget d'état** Balance des revenus** Inflation*** Taux de chômage*** * Prévisions ** en % du PIB ***moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : Indicateur avancé et PIB G 2 : Taux d'intérêt Nouvelle-Zélande G 3 : NZD Taux de change NZD/CHF NZD/USD (éch. de droite)

10 Japon Fort impact du recul du pétrole La baisse du pétrole exerce une influence considérable sur l économie nipponne. Comme chacun sait, le Japon importe pratiquement tous les combustibles fossiles dont il a besoin. La part des ressources énergétiques fossiles a en outre sensiblement augmenté après la fermeture des centrales nucléaires. Ce sont surtout les ménages qui bénéficient, après avoir été pénalisés par la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée en 214, du recul des prix de l énergie. Mais la plupart des entreprises en profitent également, car elles voient leurs charges diminuer en conséquence. La baisse des prix de l énergie aura aussi un impact très fort sur le commerce extérieur. Après avoir été négative pendant des mois en 214, la balance des opérations courantes devrait de nouveau dégager un important excédent en 215. Données économiques Japon * 215* 216* PIB Budget d'état** Balance des revenus** Inflation*** Taux de chômage*** * Prévisions ** en % du PIB ***moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : Indicateur avancé et PIB La gouvernance d entreprise en ligne de mire Le recul des prix de l énergie se heurte toutefois à l objectif d inflation de 2 % fixé par la banque centrale japonaise. En novembre, le taux de base de l inflation (hors effet du relèvement de la TVA) s est replié à,7 %. Il continuera de reculer si les prix de l énergie se maintiennent à leur bas niveau. La Bank of Japan devrait donc renforcer son programme de rachat de titres (1re flèche des Abenomics) dans le courant de 215. Concernant la 2e flèche, le gouvernement a validé un nouveau paquet de relance de l ordre de 35 milliards de yens. Quant à l objectif de la 3e flèche, qui correspond à des réformes structurelles, il est loin d être atteint. Au chapitre des nouvelles positives, on relèvera tout d abord que le taux d imposition des entreprises sera réduit de 2,51 points de base pour être ramené à 32,11 %. D autres abaissements figurent au programme. Ensuite, il est prévu d améliorer la gouvernance d entreprise qui joue un rôle essentiel dans la stratégie de croissance du gouvernement. Les mesures prises visent à encourager les entreprises et les investisseurs à accorder une importance accrue à la valeur actionnariale et à mener une politique plus favorable. Il sera ainsi possible d améliorer le rendement des fonds propres, peu élevé en comparaison internationale, et de renforcer durablement la capacité bénéficiaire et la compétitivité des entreprises, ce qui, au final, soutiendra la croissance de l économie. G 2 : Taux d'intérêt Japon G 3 : Yen Taux de change x JPY/CHF USD/JPY (éch. de droite)

11 Brésil Double déficit élevé L état des finances du Brésil s est nettement dégradé depuis 211. Ces derniers mois, le déficit primaire s est élevé à,18 % du PIB, bien en deçà de l objectif du gouvernement. À 5,8 % du PIB, le déficit global est le plus élevé jamais atteint depuis 23 ; il a fait progresser l endettement public à 64 % du PIB. Cette évolution est préoccupante, notamment si l on tient compte du déficit courant des dernières années. Tel est l avis des agences de notation. Le déficit courant a gonflé en 214 à 4,2 % du PIB, de sorte que le Brésil fait face à un double déficit qui plus est élevé. Premiers progrès Joaquim Levy, le nouveau ministre des Finances, a commencé à prendre les bonnes décisions. Le gouvernement a approuvé un train de mesures afin de limiter les dépenses de l État, d augmenter les impôts et de dégager en 215 un excédent primaire de 1,2 %. Il faut saluer aussi la diminution des subventions sur le crédit et l ajustement des prix subventionnés aux prix du marché. Cet ajustement explique que le taux d inflation se maintiendra cette année à un niveau élevé (6,4 % en décembre). Relèvement du taux directeur La banque centrale vient de relever son taux directeur de 5 points de base, à 12,25 %, malgré une conjoncture faiblarde. Elle entend ainsi contrôler les anticipations inflationnistes. La lutte contre l inflation doit permettre de rétablir la confiance dans la banque centrale et dans la politique économique en général. Les hausses de taux devraient prendre fin sous peu. Pour ce qui est des politiques monétaire et budgétaire restrictives, elles vont peser sur les activités en 215, tout comme en 214. Si la confiance peut malgré tout être rétablie dans la politique économique, la conjoncture pourrait reprendre des couleurs en 216 à condition que le gouvernement prenne de nouvelles mesures et opère des réformes supplémentaires. Données économiques Brésil * 215* 216* PIB Budget d'état** Balance des revenus** Inflation*** Taux de chômage*** * Prévisions ** en % du PIB ***moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : Indicateur avancé et production industrielle G 2 : Taux d'intérêt Brésil indicateur avancé OCDE (vs. ex. préc.) prod. ind. (vs. ex. préc., éch. de droite) G 3 : BRL Taux de change taux Selic JPM EMBI spread (éch. de droite, en po CHF/BRL USD/BRL (éch. de droite)

12 Placements alternatifs : immobilier Taux d intérêt de plus en plus bas Après la décision de la BNS d abandonner le cours plancher, les taux d intérêt n ont fait que diminuer en Suisse, à tel point que même le taux swap à 1 ans se situe actuellement en territoire négatif (graphique 1). Autant dire que la pression va se maintenir sur les taux hypothécaires et qu une reprise rapide n est pas à l ordre du jour. Nous pensons cependant que le loyer de l argent remontera légèrement d ici à la fin de l année. Évolution latérale des prix des PPE Le marché hypothécaire doit-il craindre une nouvelle baisse des taux? Pas selon nous. En effet, les prix des PPE évoluent pour l heure latéralement. Les prix de transaction des objets résidentiels situés dans le canton de Zurich ont augmenté au 4 e trimestre 214 ; une hausse modérée a été enregistrée sur l ensemble de l exercice (graphique 2). Cela étant, les mouvements de prix restent dans la norme, si bien qu on ne peut pas parler de tendance haussière. En outre, la croissance du volume hypothécaire est nettement moins prononcée qu il y a quelques mois : en novembre, il a progressé de 3,6 % seulement par rapport à 213, bien moins que pendant les exercices précédents (5 % en moyenne). Des modalités de financement plus strictes freinent la demande de logements, si bien qu une envolée du marché hypothécaire n aura pas lieu, en dépit de la nouvelle baisse des taux d intérêt. On peut s attendre à une évolution latérale des prix jusqu en 216. La demande de placements indirects ne tarit pas Vu le contexte, les placements immobiliers indirects sont recherchés en raison des rendements sur distribution qu ils offrent (graphique 3). Les fonds immobiliers axés sur le résidentiel profiteront les premiers de la demande d habitations collectives. Par contre, le contexte va devenir plus difficile encore pour les surfaces commerciales après l abandon du taux plancher, les perspectives conjoncturelles s étant brusquement dégradées en Suisse. Données économiques marché immobilier * 215* 216* Investissements dans le bâtiment (réel, en % vs a.p.) Prix de transaction appartements en propriété par étages (% vs a.p.) Loyers offerts (% vs a.p.) Libor à 3 mois ** Taux de swap à 5 ans** * Prévisions ** moyenne annuelle Source : Zürcher Kantonalbank G 1 : évolution et prévisions des taux G 2 : indice zurichois du logement résidentiel (ZWEX) Sources : Zürcher Kantonalbank, zwex G 3 : performance des placements immobiliers indirects vs SPI / Libor à 3 mois Taux de swap à 3 ans Taux de swap à 5 ans Obligations à 1 ans de la Confédération Taux de swap à 1 ans /14 4/14 5/14 6/14 7/14 8/14 9/14 1/14 SPI (RI) SXI Real Estate Shares (RI) SXI Real Estate Funds (RI) 11/14 12/14 1/15 2/15

13 Politique de placement Davantage de poids aux actions et aux liquidités Les principales banques centrales de la planète sont résolues à tout entreprendre afin d alimenter les marchés en liquidités. Pour les investisseurs, cela signifie que les cours des placements risqués seront soutenus par les mesures des banques centrales, raison pour laquelle nous augmentons notre quote-part actions. Devant la volatilité accrue des monnaies, il nous semble pertinent par ailleurs de gonfler notre position en liquidités. Nous donnons aussi de l ampleur à la quote-part or, bien que les coûts d opportunité du métal jaune soient minimes, voire négatifs, au niveau de taux actuel. Par contre, nous réduisons la position en obligations. Moins d obligations européennes L allégement obligataire est opéré en totalité au détriment des titres européens. Les courbes de rendement de la zone euro ne soutiennent pas la comparaison avec celles des principales économies mondiales. Vu leurs coupons et les effets roll down, les emprunts européens semblent moins attrayants, notamment par rapport aux obligations américaines. Plus d actions européennes Les économistes ne sont pas d accord sur les conséquences du plan de rachats de la BCE, mais sur l effet positif d un euro plus faible. Sa dépréciation renforcera la compétitivité des entreprises européennes, laissant présager des bénéfices en hausse. Nous augmentons donc notre position en actions zone euro au détriment des actions américaines. Suppression de la couverture yen Comme le Japon et les USA ne suivent pas la même politique monétaire, le yen continuera à perdre de la valeur face au dollar. En revanche, il devrait évoluer latéralement par rapport au franc. Nous abandonnons par conséquent notre couverture monétaire en yen. Aperçu de la stratégie (Portefeuille Equilibre) Liquidités Obligations Actions Placements alter. Stratégie de la placement (Portefeuille Axe Sur Le Revenu Fixe) CHF EUR USD JPY Autre % 1% 2% 3% 4% 5% Allocation tactique Stratégie actions (Portefeuille Gains En Capital) Marchés émerg. Asie/Pacifique América du Nord Politique monétaire (Portefeuille Equilibre) Franc suisse Europe Euro USDollar Livre Sterling Autre Suisse Benchmark Source : Zürcher Kantonalbank % 2% 4% 6% 8% Allocation tactique Benchmark Source : Zürcher Kantonalbank % 1% 2% 3% 4% Allocation tactique Benchmark Source : Zürcher Kantonalbank % 2% 4% 6% Allocation tactique Benchmark

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire Suite au puissant rebond des marchés action de jeudi, les marchés action se sont consolidés avec une légère hausse. Des ventes de détail moins bien qu'attendu ont été contrebalancés par une confiance des

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique. Bruxelles, le 25 septembre 2007. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique. En avril 2007, cinquante-quatre banques

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF)

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF) AS Investment Management (CHF) Rapport annuel 2011 Philosophie d investissement AS Equities - Opportunity Switzerland est un fonds long-short en actions suisses, avec une faible corrélation au marché suisse.

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2013 Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2013 Executive summary 3 1 Evolution économique globale 1.1 Economie internationale 1.2 Suisse

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Economie et marchés. Editorial. Nos évaluations en bref

Economie et marchés. Editorial. Nos évaluations en bref Investment Strategy & Research Economie et marchés Août 21 Editorial Les tragédies financières ne manquent pas cet été: à peine le dernier acte de la crise grecque terminé, la Chine est ébranlée par un

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE

RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE RAPPORT SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE N 29 / 2013 Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib du 17 décembre 2013 Rapport sur la politique monétaire Document préparé pour le Conseil de Bank Al-Maghrib

Plus en détail

Boostez votre investissement dans la bourse suisse!

Boostez votre investissement dans la bourse suisse! ING (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. 2 ING - est un titre de dette structuré. Le produit est émis par ING Bank N.V. et vous permet de miser sur l évolution du SMI (Swiss Market Index), l indice boursier

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre?

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre? Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent à l émetteur qui s engage

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Weekly Review. Atténuation des tensions sur les devises. L assouplissement quantitatif sera-t-il différent cette fois? Lundi 18 octobre 2010

Weekly Review. Atténuation des tensions sur les devises. L assouplissement quantitatif sera-t-il différent cette fois? Lundi 18 octobre 2010 Atténuation des tensions sur les devises Les tensions à l égard des devises entre les États-Unis et la Chine ont atteint une nouvelle apogée cette semaine lorsque les réserves en devises étrangères de

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Plus forte volatilité en vue pour les devises

Plus forte volatilité en vue pour les devises 27 mai 214 Plus forte volatilité en vue pour les devises Faits saillants Les développements que nous anticipons du côté de l économie, des taux d intérêt obligataires et des politiques monétaires des principales

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

Vontobel Investment Banking. Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or

Vontobel Investment Banking. Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or Vontobel Investment Banking Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or La

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail