Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle de gestion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle de gestion"

Transcription

1 Chapitre 00 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle de gestion Nicolas BERLAND La comptabilité de gestion a connu une période de crise et de remise en cause importante à la fin des années quatre-vingt. Les techniques de calcul en vigueur dans les entreprises ne donnaient plus satisfaction aux managers. Elles étaient accusées de les induire en erreur dans leurs principales décisions et de mal orienter l allocation des ressources. Kaplan et Norton (1987) leur ont même attribué la responsabilité du relatif déclin des économies occidentales depuis D autres outils du contrôle de gestion ont subi, plus récemment, les mêmes critiques. Elles émanent parfois des mêmes groupes, en l occurrence le CAM-i, organisme de réflexion composé de praticiens, de consultants et d universitaires. Il en va ainsi des budgets qui se sont retrouvés, depuis les années soixante-dix, être de plus en plus mis à l index. Ainsi, pour Jack Welsh, ancien Président de General Electric, «the budget is the bane of corporate America. It never should have existed Making a budget is an exercise in minimalisation. You re always getting the lowest out of people, because everyone is negociating to get the lowest number». Le cas est assez similaire à celui de la comptabilité de gestion. L outil se serait perverti avec le temps pour finalement devenir inadapté aux conditions de fonctionnement des entreprises actuelles. Le CAM-i s est rendu célèbre ces dernières années en proposant de le supprimer et de mettre en œuvre une «gestion sans budget» (Hope et Fraser, 2003). Dans cette présentation, nous nous proposons d examiner un exemple de cette «gestion sans budget». Mais plutôt que de chanter les louanges chimériques d une nouvelle pratique de gestion, nous chercherons à montrer, au travers du cas d une entreprise, en quoi la «gestion sans budget» procède d un rééquilibrage des pratiques de gestion au

2 102 Mélanges en l honneur de M. Gervais bénéfice des managers. Plus largement, c est la dynamique d évolution des outils de gestion qui sera analysée. Le développement d une «gestion sans budget» reflète un changement profond (révolutionnaire) des pratiques de gestion de l entreprise étudiée. L évolution postérieure montre ensuite des changements moins profonds (évolutions) qui conduisent l outil de gestion à se modifier pour finalement s écarter du modèle prescrit initialement. C est le double jeu des changements intentionnels et des changements induits par la pratique qui est étudié. Comment prendre en compte et analyser, dans la durée, ces changements? Comment de nouveaux équilibres dans l utilisation des outils de gestion sont-ils introduits pour lutter contre leur fonctionnement bureaucratique? Pourquoi, malgré tout, leur tendance naturelle est de retourner à un état bureaucratisé où le respect des formes l emporte sur les finalités originelles de l outil? Dans la section 1, nous décrirons le terrain de recherche et les questions qu il soulève. Dans la section 2, nous examinerons le nouveau système de gestion mis en place à partir de l année 1999 dans l entreprise étudiée ; pour cela, nous l illustrerons à partir d un cas représentatif de son fonctionnement dans l une des filiales. Dans la section 3, nous analyserons cette révolution au travers du cadre théorique de Simons afin de montrer que le groupe était à la recherche d un nouvel équilibre de son système de contrôle sur deux dimensions antagonistes et constitutives d un même continuum (Simons, 1991). Le deuxième cas présenté en section 4, postérieur au premier, concerne une autre entreprise du même groupe qui, après avoir adopté le nouveau système, l a informatisé. Il s agit donc de la même procédure de gestion mais selon des modalités différentes. Nous verrons, dans la section 5, en quoi cette informatisation conduit à des changements, mineurs de nature à altérer l équilibre précédemment obtenu. Cette évolution sera interprétée au regard du cadre théorique proposé par Burns et Scapens (2000) et qui est de nature à rendre compte du chemin de dépendance qu emprunte l évolution des outils du contrôle de gestion. 1. Présentation de l étude de cas et méthodologie utilisée En 1999, le groupe SSB a lancé une démarche de gestion innovante en «supprimant son budget» et en le remplaçant par un nouveau système de pilotage davantage orienté vers la stratégie et sa déclinaison. Le but était d impliquer davantage les managers de l entreprise dans le processus de contrôle. En effet, celui-ci était devenu avec le temps, un outil essentiellement technocratique pris en charge par les seuls contrôleurs de gestion et privilégiait des dimensions routinières, pour ne pas

3 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 103 dire ritualistes. Un rééquilibrage a donc été opéré pour faire en sorte de mieux articuler stratégie et pilotage et placer les managers au centre de cette articulation. Ce changement de mode de gestion visait ainsi à répondre aux nombreux reproches exprimés à l encontre du contrôle budgétaire (Berland, 2002). Il n est toutefois pas dans notre intention de développer une «best practice» ou de poser le modèle de la société étudiée en exemple. De même, nous ne pensons pas que la «gestion sans budget» soit une panacée. Plus modestement, la pratique de SSB invite à s interroger sur les enjeux sous-jacents du design d un système de contrôle de gestion. L objectif de cette présentation est d analyser les transformations du système de contrôle de gestion de SSB dans une perspective longitudinale (de 1999 à 2003). Deux transformations sont perceptibles, sous forme d une révolution puis d une évolution. La révolution, entendue au sens de changement majeur, concerne la mise en place, de manière centralisée et coordonnée de nouvelles modalités de pilotage. Cette révolution porte le nom du programme qui l incarne : le projet Spring. Celuici commence à fonctionner à partir de l année 2000 et s oppose aux pratiques en place jusqu en Cette révolution introduit un nouvel équilibre entre les différents constituants du système de pilotage de SSB. Certains sont mis en avant (plans d action, visée prospective ) quand d autres passent au second plan (rôle des contrôleurs de gestion, complétude du budget et bouclage avec la comptabilité ). Au fur et à mesure que les filiales (nommées les «entreprises» 1 ) de SSB s approprient ce nouveau système de gestion, celui-ci fait l objet d évolutions propres à chacune des entreprises. Ces évolutions ont plusieurs causes. Certaines sont la réponse à la prise en compte des spécificités des entreprises. D autres concernent les formats et les tableaux ; elles ont été perçues par le siège comme les nécessaires degrés de liberté propres à faciliter l appropriation par les acteurs du nouveau système de gestion. Enfin, les modifications ultimes ont concerné l informatisation du système qui a été laissée à l initiative des entreprises. En effet, le programme de changement ne s appuyait pas sur un nouveau logiciel mais sur un ensemble de procédures et de phases de réflexion à respecter. Au fur et à mesure que les entreprises se sont appropriées ces nouveaux modes de travail, certaines (en fait une minorité) ont cherché à informatiser la démarche. Cette informatisation a pris la forme de fiches Excel ou de programmes plus ambitieux utilisant l une des solutions du marché. La mise en cohérence entre Spring et les logiciels de gestion implantés a conduit à des évolutions légères mais 1 C est ainsi que SSB appelle les unités se trouvant juste sous le niveau des divisions. Une «entreprise» est composée de plusieurs business units.

4 104 Mélanges en l honneur de M. Gervais affectant les principes de base et la cohérence du projet Spring. L équilibre obtenu lors de la mise en place du système commence alors à évoluer, contribuant peut-être à créer un déséquilibre, ou un nouvel équilibre, ne correspondant pas à celui souhaité à l origine du projet. Notre ambition est de donner une interprétation à ces phénomènes en mobilisant deux cadres théoriques. Le premier servira à donner du sens à la révolution quand le second s intéressera à l évolution. L étude de cas s appuiera sur l exemple de deux des entreprises de SSB. Nous voulons analyser comment le système Spring a été différemment mis en œuvre pour en tirer des conclusions sur la dynamique des systèmes de contrôle. Le cas de la première entreprise, assez représentatif d autres démarches initiées dans le groupe, permet de montrer que la pratique de SSB s interprète assez bien en utilisant le cadre d analyse développé par Simons (1991, 1994, 1995). Il s agit alors vraisemblablement de rééquilibrer, au profit des managers, des systèmes de contrôle devenus, avec le temps, trop bureaucratiques, c est-à-dire trop respectueux du formalisme au détriment de la finalité qui avait présidé à leur construction. En introduisant une différenciation des systèmes de contrôle (contrôle interactif versus contrôle diagnostic), le cadre théorique de Simons donne une interprétation de la révolution initiée et de ses motivations. Cette lecture théorique préalable est nécessaire pour donner du sens aux évolutions ultérieures qui se comprennent par contraste avec la visée téléologique poursuivie. Le cas de la deuxième entreprise cherche à montrer les évolutions par rapport au modèle initial dès lors que le système est informatisé. L informatisation n est pas ici la cause en elle-même de la dérive mais représente l un des vecteurs qui conduit un système à évoluer. Il ne s agit donc pas de critiquer le processus d informatisation, mais de mesurer ses effets induits sur l architecture du système de contrôle. Nous allons essayer de montrer comment l évolution et l adaptation d une procédure de gestion porte en elle des risques de dégradation d un équilibre difficilement obtenu. Cette analyse se situe alors dans le cadre des réflexions initiées par Burns et Scapens (2000). Ces derniers analysent au travers d un cadre théorique, issu de l analyse institutionnelle, la dynamique et la dégradation des outils de gestion. Notre question de recherche, pour cette partie, vise à analyser la double dynamique du changement à l œuvre chez SSB et qui conduit à interpréter les différentes évolutions de son système de contrôle de gestion. En suivant Scapens (1994), nous adopterons un cadre conceptuel issu des analyses institutionnelles et permettant d expliquer les évolutions des pratiques comptables. L étude du changement y est privilégiée à celui de l équilibre économique. Dans notre analyse, nous commence-

5 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 105 rons par qualifier l équilibre obtenu à la suite de la mise en place de Spring afin de mieux pouvoir en mesurer les évolutions. Ces analyses sont également assez proche des notions d équilibre ponctué (Greiner, 1972 ; Tushman et Romanelli, 1985). Cette étude de cas, à visée exploratoire, a été réalisée à la demande du chef de projet Spring de SSB. Le but était de mieux comprendre les principaux mécanismes à l œuvre dans les nouveaux modes de pilotage mis en place et d en donner une interprétation permettant de dépasser des considérations uniquement techniques. Une démarche d observation non participante a donc été entreprise. L observation a été présentée aux managers du groupe au travers d un «prétexte». Il leur a été expliqué que les interviews et les études menées par le chercheur serviraient à décrire les différentes pratiques de Spring en usage dans le groupe. Cette formalisation permettait ensuite un échange d expériences par une mise en ligne sur le site intranet du groupe et par la diffusion via les mèls. Au-delà de ce prétexte, le matériel collecté pendant l étude a ensuite été exploité dans le cadre de la présente recherche. Les cas que nous décrirons sont donc la synthèse du verbatim des managers auxquels nous avons ajouté des commentaires explicatifs afin de rendre l ensemble lisible pour un lecteur extérieur. L étude a été réalisée à partir d entretiens non directifs et semidirectifs et de documents internes de SSB. L ensemble de l étude s est déroulé de 2000 à Parmi les personnes rencontrées figurent le responsable du projet Spring, ainsi que différents représentants des deux entreprises de SSB. Les documents internes consultés sont des supports de formation et des comptes-rendus d audit. Parmi les sources externes, nous avons retenu l ensemble des rapports annuels et des documents figurant sur le site Internet de l entreprise. 2. L introduction d un nouveau système de pilotage Le système de gestion mis en place chez SSB à partir de 1999 est connu dans le groupe sous le nom de projet Spring et comporte trois phases : Plan stratégique ; Plans d action ; Prévisions. Nous décrirons le fonctionnement des deux premières, la phase prévision ne nous concernant pas. L exemple de l usine de La Rochelle, E&C, illustre la manière dont fonctionne le système de gestion mis en place dans le groupe.

6 106 Mélanges en l honneur de M. Gervais 2.1. La phase stratégique de fixation des objectifs Le plan stratégique couvre une durée de cinq ans. Il est glissant et réactualisé tous les ans. La définition de la stratégie est initialisée par une lettre d orientation de la direction générale groupe (DGG) qui précise aux entités quels sont les objectifs imposés. Ces objectifs, exprimés en termes de rentabilité et de cash, sont chiffrés et précis. Ils sont impératifs et représentent de véritables défis à relever pour les entreprises. Ils sont souvent complétés par d autres objectifs issus des différents programmes transversaux. Il appartient ensuite aux entreprises de définir une stratégie originale permettant de satisfaire à ces différentes contraintes. La définition de la stratégie se poursuit par l explicitation et la déclinaison des missions, des visions stratégiques et de l adhésion aux valeurs du groupe de chacune des entités. Missions, visions et valeurs ne constituent pas la stratégie de SSB, mais ils en sont le socle. Grâce à cette vision partagée, l élaboration de la stratégie est censée devenir plus efficace. C est l occasion de discuter et de reformuler annuellement les choix stratégiques de chaque entité, dans un environnement et un contexte jugés de plus en plus turbulents. Le plan stratégique proprement dit peut alors être réalisé. Les membres du Codir (comité de direction) de chaque entreprise définissent les scénarios stratégiques leur permettant d atteindre leurs objectifs et les moyens nécessaires à mettre en place pour y parvenir. Le plan stratégique comprend trois principales étapes : des KVD (Key Value Drivers) sont tout d abord déterminés par les membres du Codir de chacune des entreprises du groupe. Les KVD sont les grands axes de développement nécessaires à la réalisation des objectifs ; les différents responsables doivent ensuite définir, pour chaque KVD, une liste d actions stratégiques (les «AS») à entreprendre dans les cinq prochaines années. Si le KVD correspond à une intention de faire, l AS est la façon concrète dont cette intention va se réaliser. Seules les AS les plus significatives sont alors retenues (application du principe de Pareto ou loi des 80-20) ; l impact attendu de ces actions sur les ventes, le résultat opérationnel, le cash et les capitaux employés, est ensuite indiqué dans le cadre d un business plan financier de cinq ans. Cela permet de mesurer les incidences des différentes actions stratégiques en termes de création de valeur pour l entreprise. Chez E&C, toutes les informations concernant Spring sont affichées sous forme d un cockpit dans la principale salle de réunion de l usine. Cet affichage permet aux membres du comité de direction de l usine de

7 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 107 prendre connaissance visuellement et directement des progrès réalisés et des enjeux actuels du site. La salle du cockpit est équipée de panneaux présentant des graphiques indiquant la situation du site en termes de performance. La disposition des informations reprend les séquences en arborescence définies par Spring pour la déclinaison de la stratégie. D autres informations viennent par ailleurs compléter les informations Spring. Les KVD de l entreprise E&C sont bien sûr le point de départ de l ensemble de l affichage (cf. schéma 00.1). Ces KVD sont ensuite déclinés en actions stratégiques par le codir de l entreprise E&C, puis en plans d action. Schéma Exemple de KVD KVD SUMMARY DECEMBER 2002 KVD H2 Actuals H2 TARGET % completion COMMENT (sales in M ) MAXIMIZE SALES FROM INNOVATION 11,1 10,9 101% Eolys success High Lutecium sales BUSINESS PERFORMANCE IN CHINA (sales in M ) 2,0 6,1 33% Lower deliveries of Y/Eu prods. CONSOLIDATED SALES TO TARGET CUSTOMERS (sales in M ) 33,7 42,0 80% Strong impact of JM (Catalysis) and Nichia (Electronics) STRENGTHEN COST COMPETITIVENESS (Fixed production costs / Contrib) 92% 98% 107% Higher contribution than forecast / Success in plant cost control MASTER SUPPLY CHAIN % (Days on hand Inventories) Increased North American inventories + lower COGS IMPROVE MANAGEMENT PROCESSES (Forecast - actual on ROP of past 6 months) 1,7 0 F09 forecast for july-dec at (4,3) Actual to date at (2,6) 2.2. La phase de plans d action Dans cette deuxième phase, il s agit, pour chacune des entreprises, de décrire les actions à entreprendre au cours des mois à venir en se concentrant sur celles dont les effets en termes de création de valeur seront les plus importants. Il s agit de gérer les priorités afin d éviter des efforts dispersés. C est une analyse plus systématique centrée sur une période de court terme (un à deux ans) alors que la première phase relevait essentiellement du brainstorming et de la réflexion de long terme. Les objectifs et les actions issus du plan stratégique sont déclinés par les membres du Codir de chaque entreprise sur les cinq prochains tri-

8 108 Mélanges en l honneur de M. Gervais mestres. Toute la difficulté consiste à conserver une liaison forte entre les objectifs de long terme, les KVD, les AS et les actions qui vont être prises à court terme. Les plans d action mis en place sont pilotés, le plus souvent, par les collaborateurs des membres du Codir. Tous les trimestres, une mesure de l avancement des plans d action est réalisée. Quand des écarts significatifs apparaissent, tant dans l avancement proprement dit des plans d action que dans leurs impacts rétrospectifs et prospectifs sur les principaux indicateurs, alors des plans d action correctifs (PAC) sont mis en place. L avancement des plans d action initiaux et correctifs de niveau N est validé trimestriellement par le Codir et une synthèse financière de leurs impacts est réalisée, ce qui permet d actualiser les prévisions. Pour chacune de ses actions stratégiques, l usine E&C a donc défini des plans d action mis en place au niveau du site. A chacun de ces plans d action, sont associées des actions opérationnelles (niveau encore plus fin de la décomposition, cf. tableau 00.1). Des responsables sont affectés à chacune d entre elles ainsi qu une date de début et de fin. Tableau Exemple de déclinaison des KVD en actions KVS Major Action Action Plan Action KVS 5 : Implement WW supply chain KVS 6 : Improve management processes 1 Local supply chain 2 Local supply chain 3 WCM 1 Factory Visual Improvment 2 Employees empowerment 1.1 Inventories reduction 2.1 OTIF 1 Suivi OTIF 3.1 Nonquality costs reduction 1.1 5S workshop: FCE 2.1 Employees empowerment 1 réduction des stocks MPS 2 réduction des stocks d en-cours 3 réduction des stocks PFM 1 amélioration CPI usine 2 diminution taux de lots non conformes 1 5S workshop: FCE (7 chantiers) 2 5S workshop: MCY (5 chantiers) 3 5S workshop: R&D (4 chantiers) 4 5S workshop: Internal material flows 1 Définition du processus de suggestion 2 affichage visuels Jusqu ici, la démarche reste classique et entre bien dans les canons de Spring. Toutefois, les plans d action (terminologie Spring) s appellent, dans cette usine, des «projets». Le terme plan d action est réservé à autre chose. De ce fait, les plans d action Spring sont l ensemble des projets d amélioration réalisés en lien avec les KVD. Des actions alternatives (non Spring) existent pour maintenir la performance sur les autres di-

9 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 109 mensions critiques du fonctionnement de l entreprise mais elles sont traitées différemment. L ensemble des projets est examiné mensuellement 2 et est présenté sous forme d un plan d excellence industrielle (PEI). Le format diffère encore de ceux proposés initialement dans Spring mais en respecte les principes de construction. Le PEI comporte cinq axes qui servent à organiser l information : qualité ; HSE (Hygiène Sécurité Environnement) ; réactivité ; productivité ; management. Sous ces cinq axes, sont regroupés l ensemble des projets (ou plans d action) liés à Spring (cf. tableau 00.2). Le PEI est affiché dans la salle de réunion mais aussi dans tous les ateliers de l usine. Cette carte est également utilisée dans les réunions d équipe dans les ateliers. Tableau Exemple de plan d excellence industrielle (PEI) Axe KVD Projet Objectif N Qualité Thème/ indicateur Capabilité produits Certification BFP Management 3 Cpi (% Cpk>1,33) 3 Projet BFP Déploiement des suggestions Etude du stress au travail Professionnalisation des opérateurs de fabr. Réalisé N-1 85 % 79 % 0 remarque client/bfp 191 sugg. traitées 5 modules créés pour sept. 88 NA 1 module créé Management visuel et suggestions Management du personnel NA Avril N Cumul N 77 % 77 % FAIT ELL FAIT ELL On peut noter que, malgré le changement de format de présentation par rapport aux canons de Spring, un lien explicite subsiste avec les KVD et les actions stratégiques. L esprit de Spring est conservé, sous forme d une déclinaison en arborescence (KVD/AS/PA) mais pas la forme de présentation. 2 Alors que Spring ne demandait qu un examen trimestriel.

10 110 Mélanges en l honneur de M. Gervais Un soin attentif a été mis à produire des tableaux facilement lisibles. Des codes de couleur permettent notamment de visualiser les projets en retard et ceux en phase avec l objectif. A chaque projet est associé un responsable qui a la charge de trouver les bons interlocuteurs dans l usine pour réaliser le ou les projets dont il est responsable. Sur une base hiérarchique, mais aussi fonctionnelle, il doit donc mobiliser des compétences pour parvenir à réaliser ses objectifs. Chaque projet est suivi par une fiche ad hoc. Tous les mois, la réunion du comité de pilotage du Plan d Excellence Industrielle (PEI) passe en revue ces indicateurs. C est à ce moment que les responsables porteurs de projets viennent rendre compte de leur gestion. Les informations sont fournies directement par les opérationnels qui en ont la charge et sont mises à jour, tant pour les données que pour l affichage. L ensemble se réalise notamment grâce à des classeurs partagés sur l intranet. L ensemble de la procédure fonctionne sans recours particulier à des logiciels de gestion. Evidemment, une usine n est pas gérée seulement au travers de ces seuls projets prioritaires. Trimestriellement, une revue de direction plus globale d une journée est effectuée. L ensemble des actions menées sur le site est alors examiné. Les actions du PEI sont reprises et complétées par les autres actions. On peut dire que le PEI est un zoom stratégique sur la performance plus globale de l usine. L important est de faire ressortir, dans le cadre des revues de gestion, ce qui relève des actions d amélioration stratégiques, suivies mensuellement, puis le reste, suivi trimestriellement. Outre ces informations, un tableau de bord synthétique est également affiché dans tous les services. Ce tableau de bord reprend, sous forme graphique, les dix principaux indicateurs clés de l usine. Ces dix indicateurs ont été sélectionnés parmi un plus grand nombre. Huit de ces indicateurs viennent du «WCM World Class Manufacturing», qui est un ensemble d indicateurs obligatoires pour toutes les entreprises et qui sont définis par la direction générale du groupe. Ils servent à faire des comparaisons entre les entreprises du groupe sur une base homogène. Le point faible de la gestion Spring de l usine est l allocation des ressources entre les différents projets. Des progrès pourraient sans doute être réalisés de ce côté, de l avis même des responsables de l usine. Le contrôle budgétaire a-t-il réellement disparu chez SSB? Au sens traditionnel du terme, c est incontestable. Mais cela ne signifie pas pour autant que la société ait renoncé à maîtriser sa gestion. Il serait plus

11 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 111 juste de dire que le système de contrôle de la société a été rééquilibré vers certains aspects qui étaient négligés par le système budgétaire traditionnel (amélioration de la déclinaison de la stratégie, gestion des priorités, analyse en termes de création de valeur ). Nous pouvons proposer maintenant une interprétation de ce rééquilibrage en utilisant la grille d analyse proposée par Robert Simons. 3. Rééquilibrer le système de contrôle au profit des managers L examen du système de gestion mis en place par SSB montre que le groupe a différencié son système de contrôle en deux composantes distinctes. Une partie de son système de pilotage cherche à décliner la stratégie en faisant un lien explicite entre les objectifs (KVD) et les plans d action. Une autre partie cherche apparemment à donner une image plus globale de la performance. Les managers sont invités à construire eux-mêmes l arborescence déclinant la stratégie, à alimenter le système en chiffres et à être capable de les discuter en comité de direction. Ils sont aidés en cela par les contrôleurs de gestion. Afin de faciliter leur travail, l ensemble des données à examiner a été fortement sélectionné (priorisé). Cela leur permet de ne faire porter leurs efforts d analyse que sur les points clés. Mais à côté de ces tableaux de bord stratégiques, il existe toujours des tableaux de bord et des indicateurs plus globaux. Ceux-ci sont examinés avec une périodicité moindre ou par exception afin de vérifier que les données non suivies par le système stratégique ne s écartent pas des normes admises. Les indicateurs uniformes définis par le groupe (programme WCM) entrent dans cette catégorie. Les informations nécessaires au pilotage sont par conséquent de deux natures, celles qui doivent faire l objet d une attention soutenue des managers et celles qui doivent être examinées par exception. Cela ne signifie pas pour autant que les secondes ne sont pas importantes mais simplement qu elles ne font pas l objet d une attention soutenue de la part des managers pour qui le temps est une denrée précieuse. Plutôt que de travailler à l amélioration de l état de ces variables, les contrôleurs de gestion se contenteront de vérifier qu elles se maintiennent ou ne se dégradent pas. Pour E&C, les données stratégiques examinées par les managers sont celles présentées dans le cockpit alors que l ensemble des données pertinentes sont analysées trimestriellement et de façon plus globale, ou via le WCM. C est cette idée que l on retrouve chez Simons (1991, 1994, 1995). Ce dernier définit quatre composants permettant de piloter la stratégie d une entreprise (1995, p. 7) et que nous retrouvons chez SSB :

12 112 Mélanges en l honneur de M. Gervais 1. Les «systèmes de croyances» utilisées pour inciter les managers à rechercher de nouvelles opportunités de croissance. Cela revient à expliciter pour l entreprise ses valeurs, ses finalités, les relations humaines souhaitées et les niveaux de performances attendus. Chez SSB, ces éléments sont notamment pris en compte dès la phase d élaboration de la stratégie. 2. Les «systèmes de contraintes» qui comprennent l ensemble des moyens utilisés pour limiter le comportement discrétionnaire des managers. Ils comprennent les chartes éthiques, les codes de conduites ou les guides de procédures. Chez SSB, ces systèmes sont les «lignes rouges», code de conduite en 21 points par exemple. 3. Les «systèmes de contrôle diagnostic» qui sont utilisés pour motiver, piloter et récompenser l atteinte d objectifs par les managers. Ce sont les modes de contrôle fondés sur des boucles de rétroaction par rapport à des normes et qui permettent de vérifier que la performance reste sous contrôle. Ces éléments font l objet d un suivi par exception. Chez SSB, nous ferons l hypothèse (que nous discuterons plus bas) qu il s agit des indicateurs hors Spring et du WCM. 4. Les «systèmes de contrôle interactif» utilisés pour stimuler l apprentissage organisationnel et l émergence de nouvelles idées ou de nouvelles stratégies. Ce sont les outils de gestion utilisés pour impliquer personnellement et régulièrement les managers dans les problèmes stratégiques de l entreprise et de leurs subordonnés. Chez SSB, il s agit de Spring. Les deux premières dimensions correspondent à des modes de contrôle «mou» de l organisation qui ne sont pas sans rappeler les débats lancés par «Le Prix de l Excellence» de Peters et Watermann (1982). Les deux dernières dimensions correspondent aux conceptions plus traditionnelles du contrôle de gestion fondées sur des données chiffrées. Nous nous intéresserons exclusivement à ces deux dernières dimensions afin de circonscrire notre propos. Toutefois, notons qu un système de contrôle complet ne comprend pas que des éléments chiffrés. Selon Simons, l attention des managers est sollicitée de deux manières dans un système de contrôle : de façon intensive avec le système de contrôle interactif. Il s agit pour les managers d interagir très fortement avec leurs subordonnés pour traiter des priorités stratégiques. Cette phase est très intensive en contacts humains. Elle nécessite que l attention des managers soit focalisée sur quelques indicateurs dont ils font le pari qu ils sont les «bons» indicateurs à discuter ; par exception via une batterie d indicateurs reflétant les différentes dimensions de la performance de l entreprise, ou plus généralement les

13 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 113 informations qui sont nécessaires aux managers. C est le contrôle diagnostic. Cet aspect du contrôle peut être largement informatisé de façon à libérer du temps pour les managers et le contrôleur afin qu ils puissent se concentrer sur leurs missions essentielles. Les managers interviennent très peu dans cette phase qui est essentiellement administrée par les contrôleurs. Comme le souligne Simons (1995, p. 59), ce dernier type de contrôle, fondé sur une régulation de type cybernétique, est le contrôle de gestion tel qu il est perçu traditionnellement. Il note également que «curieusement, ce qui en fait la puissance (et potentiellement le danger) est le fait que les managers lui accordent généralement peu d attention». Ce mode de contrôle est puissant car il permet de contrôler automatiquement et à distance les principales dimensions de la performance. Mais il présente le risque que les managers n y accordent aucun intérêt. On pourrait ajouter qu un autre danger existe celui où les managers y consacrent trop d intérêt et finissent par s y perdre. Ils risquent alors de passer à côté de l essentiel par souci de complétude. Au final, certains outils du contrôle vont donc être utilisés par les managers pour s impliquer personnellement dans la gestion et interagir avec leurs subordonnés. D autres outils du contrôle (plus nombreux) seront utilisés pour un contrôle plus distancié fondé sur une gestion par exception. Selon Simons, ce qui permet de choisir un moyen de contrôle interactif plutôt qu un autre est le type d incertitude que les managers doivent contrôler. En fonction des points qui apparaissent critiques pour la performance, le type de contrôle interactif utilisé sera différent d une entreprise à l autre. Selon Simons (1991), les outils de contrôle peuvent être des systèmes de gestion de projet (Gantt, analyse des tâches critiques ), des systèmes de planification financière (budgets, prévisions, plans à long terme ), des systèmes d analyse des ventes, des systèmes d information externes ou des systèmes RH (management par objectifs, gestion de carrière, gestion des compétences ). Nous pouvons penser qu il ne s agit pas d une liste limitative et que bien d autres outils pourraient y être ajoutés. Simons dresse également une liste (sans doute elle aussi exploratoire) des trois facteurs permettant de choisir un outil en fonction du type d incertitude à gérer : quand la concurrence se fait sur la technologie, les entreprises doivent être sensibles à protéger leurs compétences technologiques. Dans le cas contraire, elles devront être vigilantes, elles doivent veiller à développer des compétences marketing ; quand les chaînes de valeur sont complexes et nécessitent de multiples arbitrages, les systèmes de planification financière sont les

14 114 Mélanges en l honneur de M. Gervais plus appropriés. Quand ces chaînes de valeur sont simples, les managers pourront se contenter de suivre des mesures d input et d output ; quand le temps est la principale variable sur laquelle fait la concurrence et que les réactions sont rapides, alors les managers devront suivre l évolution des ventes, sinon ils utiliseront des systèmes de planification financière ou de gestion de projets ; enfin, quand l entreprise opère sur des marchés protégés, elle devra être ouverte sur l extérieur afin de s assurer qu elle maîtrise correctement les règles du jeu. L étude de Davila (2000) est un bon exemple des questions que les managers doivent se poser pour choisir un outil de contrôle interactif. Davila étudie quatre managers de projets de R&D dans l industrie médicale. Les observations qu il réalise sont résumées dans le tableau Tableau Quatre modèles de contrôle interactif Managers A B C (même société que B) D Type d incertitude Contrôle interactif Contrôle diagnostic Incertitude sur le besoin des clients Incertitude sur les choix technologiques à réaliser Le délai de mise sur le marché est une variable critique (time to market) Le coût d obtention du produit est la variable critique Source : d après Davila (2000, p. 391) Système d information orienté clients Système d information orienté vers les chercheurs du laboratoire Système de planification strict et budget du projet Suivi des coûts du produit (target costing) Gestion de planning, budget du projet, suivi des coûts Marketing, pas de système de contrôle de gestion formel économique, ni d outils de planification Peu de données concernant le marketing, les coûts des produits ne sont pas suivis de près. Gestion de planning, budget du projet L exemple de Davila montre que les outils qui servent au pilotage économique de l entreprise doivent s entendre selon une définition assez large. Ce ne sont pas simplement les outils traditionnels du contrôle de gestion. Cela renforce l idée qu il y a une différence à faire entre les outils du contrôle, le travail du contrôleur et le processus de contrôle (Bouquin, 2001). Comme on peut le noter, ce sont les mêmes outils qui servent à exercer les différents modes de contrôle (diagnostic ou inte-

15 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 115 ractif) mais leur utilisation varie selon les cas. Cette similitude peut conduire, à tort, à rapprocher les deux types de contrôle, pour réaliser un contrôle intégré. Les systèmes de contrôle interactifs doivent permettre aux entreprises de maîtriser certaines incertitudes critiques. Les cas sont forcément différents d une entreprise à l autre. Le choix d un outil de contrôle interactif ne dépend donc en aucune façon des qualités supposées d un outil de contrôle de gestion mais bien plutôt du contexte et de la manière dont il va être utilisé 3. Avant 1999, il ne semble pas que SSB faisait une distinction entre contrôle interactif et diagnostic. Ces deux catégories étaient indifférenciées et, par conséquent, rendaient problématique le suivi des dimensions stratégiques Les managers étaient noyés sous une masse d information venant des budgets et des tableaux de bord. C est sans doute la raison pour laquelle les outils de gestion en place semblaient lourds et inutiles. Le système de gestion mis en place par SSB peut donc s interpréter comme un recentrage ou un rééquilibrage visant à mettre en avant des informations stratégiques que les managers vont utiliser lors de leur revue de gestion. La difficulté pour le groupe est de focaliser l attention des managers sur la séquence KVD/AS/PA, afin de s assurer que les managers mettent en œuvre quelques actions cohérentes avec la stratégie. SSB a supprimé son budget afin que ses managers soient davantage impliqués dans le suivi et la mise en œuvre de la stratégie. Cette implication a été rendue nécessaire pour faire face à un marché mature autorisant de faibles possibilités de croissance, à moins d imaginer des solutions nouvelles. Mais afin de limiter le temps que les managers peuvent accorder à ces tâches, il a été nécessaire de focaliser leur attention sur quelques axes forts de développement. D où l intérêt de se débarrasser du budget qui ne permettait pas de se concentrer sur l essentiel et contribuait à une dispersion des efforts. Les informations des systèmes de contrôle, chez SSB, peuvent être classées en quatre catégories : 1. Les informations d état sur l environnement ; 3 Il est d ailleurs intéressant de remarquer que Simons (1995, p. 68 et s.) illustre le contrôle diagnostic à l aide du balanced scorecard (BSC, Kaplan et Norton, 1998 et 2001a), alors que Kaplan et Norton (2001b) expliquent que le BSC est un outil de contrôle interactif. La contradiction n est qu apparente et ne traduit pas pour autant un désaccord entre Simons et Kaplan, tous deux professeurs à Harvard, donc voisins de bureau. Cela dénote simplement qu un même outil ne sera pas mobilisé de la même manière selon les entreprises et, plus précisément, selon le degré d attention qu y accorderont les managers. Cela permet de comprendre des expériences différentes de BSC dans les entreprises et de rejeter tout one best way. Il n y a pas une manière unique d utiliser le BSC.

16 116 Mélanges en l honneur de M. Gervais 2. Les informations sur les variables maîtrisables mais non sélectionnées dans les axes de développement ; 3. Les informations faisant l objet d un suivi stratégique fin (les informations Spring) ; 4. Les informations non pertinentes. Spring distingue donc les actions qui font l objet d un pilotage en phase avec la stratégie (ce qui appartient à Spring), les informations qui ne rentrent pas dans le mapping stratégique mais qui doivent pourtant être vérifiées régulièrement : informations sur l environnement et sur les actions non stratégiques, surveillées par exemple via les informations obligatoires du programme WCM. Spring cherche à organiser les informations stratégiques en un ensemble cohérent et linéaire formant un chemin stratégique (strategic road). Spring élimine délibérément, mais temporairement, les actions non stratégiques, et par conséquent les informations qui s y rapportent, pour que les managers se concentrent sur les points stratégiques. Il y a une grande similitude entre cette description d un système de contrôle par Simons et les pratiques de SSB. Bien sûr, tout n est pas conforme chez SSB aux idéaux-types de Simons mais l architecture et les finalités du système de contrôle sont bien identiques. Notamment, selon Simons, le système de contrôle diagnostic permet d allouer les ressources, de définir des objectifs. Or, chez SSB, ces fonctions ont été intégralement confiées au système de contrôle interactif qu est Spring car il s agit précisément du domaine sur lequel le groupe rencontrait les plus grandes incertitudes. Il serait toutefois possible de discuter de la pertinence de notre découpage contrôle interactif/contrôle diagnostic chez SSB au regard des définitions et des exemples que donne Simons. La principale différence est sans doute que chez SSB, le système de contrôle interactif sert à évaluer la performance des managers, alors que ce rôle est limité au contrôle diagnostic chez Simons. Une autre des entreprises de SSB, après s être approprié le nouveau système de gestion, s est lancée dans une informatisation qui conduit à des écarts par rapport à l intention initiale. 4. L évolution des pratiques Afin d améliorer son pilotage de la performance, REP a investi dans un management cockpit virtuel. Il permet aux membres du codir de visualiser rapidement les informations essentielles. Ce système d information doit permettre de donner à tous une vision d ensemble de

17 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 117 la situation de l entreprise et permet des analyses approfondies et rapides sur les tendances de fond de la gestion A quels besoins correspond le cockpit? Le cockpit a permis de résoudre un certain nombre de problèmes apparus dans l utilisation courante de Spring selon les managers : «Ce qui manquait auparavant était un système informatique, permettant de faire le lien entre les différentes données utiles au management, au niveau mondial, en les intégrant de façon cohérente» ; «Spring était trop financier et donc trop descriptif. Il n y avait pas moyen de voir à quel niveau se prenaient les décisions, ni de quantifier les actions entreprises. L introduction d un visuel, permettant de représenter la performance, a permis de se détacher des dimensions trop financières» ; «Il était très difficile de prendre en compte les interactions de deuxième ordre (ex. : l amélioration de la qualité fait sentir ces effets sur les façons de travailler). Le recours aux KPI a permis de ce point de vue de compléter utilement les informations de Spring» ; «Il y a deux ans, on demandait au directeur financier d expliquer pourquoi les frais fixes avaient augmenté ; maintenant, ce sont les managers qui répondent à ce genre de question car ils ont nourri le système et sont responsables de leurs chiffres» ; «Au début de Spring, le contrôle se faisait surtout par les chiffres. Leur explication demandait une énergie managériale considérable et induisait beaucoup de passion car les métriques n étaient pas toujours très claires» Un cockpit pour une vision synthétique de la performance Avec le cockpit, l information nécessaire aux membres du codir est présentée de façon synthétique sur un seul tableau (cf. schéma 00.2). La principale différence avec le modèle canonique de Spring, qui a été décrit plus haut, est que les plans d action n apparaissent pas directement dans le tableau mais font partie des éléments expliquant les sources de la performance. Ils sont en grande partie masqués dans l analyse, l attention des managers étant réorientée vers des indicateurs «mis en batterie». On perd donc de vue la déclinaison KVD/AS/PA puis une déclinaison KVD/AS/KPI (Key Performance Indicators). On ne peut dire si cela est positif ou négatif, mais juste constater que l attention des managers a été déplacée.

18 118 Mélanges en l honneur de M. Gervais Schéma Le cockpit de management Les KVD, les AS et les KPI font l objet d une évaluation grâce à des codes couleurs indiquant l évolution de l objet mesuré. Ce code couleur se décompose en cinq niveaux allant du vert foncé pour une situation

19 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 119 évoluant favorablement au rouge pour une situation évoluant défavorablement. L attribution d un code couleur relève soit : de la comparaison de l état de la variable à analyser par rapport à l objectif (par exemple les ventes) ; d un travail d interprétation en fonction des éléments composant l élément à évaluer (par exemple les accidents du travail). Il s agit alors d un acte managérial. Pour les KPI, ce travail est réalisé par les KPI process owner et pour les AS et les KVD par les contrôleurs de gestion. Le cockpit présente également les relations logiques entre les KVD, les AS et les KPI. Ainsi, en partant du schéma 00.2 : en haut du schéma se trouvent les quatre KVD retenus et leur évolution (de vert foncé à rouge) mesurée par un indicateur ad hoc ; en bas à gauche sont rappelés les quatre KVD. On visualise juste au-dessus de leur intitulé, les actions stratégiques (AS) auxquels ils correspondent. Un code couleur à l intersection de ces deux variables montre l évolution des AS (de vert foncé à rouge). Les AS qui évoluent favorablement doivent permettre d expliquer pourquoi le KVD auquel elles sont associées évolue favorablement. Si une incohérence apparaît entre les deux, cela traduit une mauvaise compréhension du business model de l entreprise ; l évolution d une AS se mesure par un indicateur ad hoc. Cette évolution doit pouvoir être expliquée par l état des KPI qui lui sont rattachés. Ces KPI sont présentés en bas du schéma et un code couleur leur est affecté en fonction de leur évolution ; sur la partie droite du cockpit figure la liste des membres du codir et par un unique code couleur bleu, les AS dont ils sont responsables. Cette représentation permet d avoir une vision synthétique des relations de causes à effets attendues, de la situation de l entreprise par rapport aux objectifs qu elle s est fixée et des responsabilités sousjacentes. Les KPI sont dédiés à des AS, elles-mêmes dédiées à des KVD fournissant ainsi un véritable mapping stratégique. Il faut noter que la synthèse des performances sur les KPI ne conduit pas automatiquement à établir la performance des AS et que les performances des AS ne s agrègent pas simplement pour donner la performance des KVD. A chaque niveau, la synthèse demande un effort de traduction qui relève à nouveau d un acte managérial. Les managers doivent précisément travailler sur les relations existant entre KVD/AS et AS/KPI. Les seconds doivent permettre d expliquer les premiers.

20 120 Mélanges en l honneur de M. Gervais Les KPI agissent comme des indicateurs avancés, au sens du balanced scorecard, de la performance attendue des KVD et des AS. Au nombre de 81, ils comprennent les indicateurs du programme WCM (World Class Manufacturing) de SSB, ce qui permet de ne pas multiplier les indicateurs par rapport à l existant. Mais ce faisant, l entreprise n est-elle pas revenue en arrière? A nouveau, elle semble mélanger ses systèmes de contrôle interactif et diagnostic. L hypothèse sous-jacente qui semble faite est que l informatisation doit permettre aux managers d appréhender globalement la performance. On semble ainsi avoir remplacé la focalisation issue de la procédure Spring par une aide à la modélisation permise par l informatique. Dans le nouveau système, la situation de l entreprise doit apparaître clairement à chaque membre du codir. Les enjeux, les tendances et les responsabilités sont présentées à tous pour une réflexion en commun. Les membres du codir peuvent alors développer leur analyse pour mieux comprendre la situation de l entreprise grâce à un système de drill down (ou forage de données) Remonter aux sources de la performance En cliquant sur une action stratégique donnée, il est possible de retrouver le détail des plans d action correspondants sous un format Spring (les managers ouvrent alors des feuilles Excel décrivant ces plans d action). Les plans d action sont documentés et permettent de descendre dans le détail des actions entreprises pour mieux comprendre chacune des AS dans une logique conforme à celle de Spring. Toutefois, cette visualisation est passée au second plan, derrière l analyse des KPI qui est de lecture directe sur le schéma Nous avons vu que les KPI peuvent être rattachés aux KVD via les AS. Les membres du codir ont, en plus, la possibilité d examiner en détail les composants de chaque KPI afin de mieux comprendre l évolution d un KVD et ce d un simple clic qui les renvoie alors vers un diagramme en arête de poisson (cf. schéma 00.3). Schéma L arbre de décomposition des causes

21 Équilibre et déséquilibre d un processus de contrôle 121 COCKPIT SPRING Le schéma 00.3 reprend l ensemble des KPI reliés aux KVD1. Ces KPI sont au nombre de cinq. Ils peuvent eux-mêmes être décomposés en sous éléments qui ont deux statuts : soit celui d une décomposition du KPI par zone, par BU ; soit celui d un indicateur avancé permettant d expliquer l état du KPI. A chaque KPI correspond un code couleur (de vert foncé à rouge) indiquant l évolution du KPI. Chaque composant de KPI peut lui-même être analysé plus en détail. En cliquant sur le KPI pour lequel on souhaite avoir de plus amples informations, le système bascule sur une page donnant un historique de l évolution des composants. Cette information peut être fournie globalement pour tous les sites de l entreprise, ou site par site pour une information plus précise. Il est donc nécessaire que l information puisse être agrégée. L articulation des différentes données est, à ce niveau, beaucoup plus mécanique que les liens qui existaient auparavant. Le cockpit est alimenté de façon automatique par les contrôleurs de gestion et les responsables de sites. Des fichiers Excel et des feuilles de saisie intranet peuvent être renseignés par les contrôleurs de gestion ou les responsables de sites pour alimenter les informations nécessaires au système. Les chiffres entrés dans le système sont vérifiés par les patrons des différents niveaux hiérarchiques. Les informations à entrer dans le

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Sommaire. Partie 1 Comment construire un système de pilotage : la démarche... 19

Sommaire. Partie 1 Comment construire un système de pilotage : la démarche... 19 Sommaire Introduction... 15 Partie 1 Comment construire un système de pilotage : la démarche... 19 1 Contrôle de gestion et nouveaux outils de pilotage... 20 1. La démarche du contrôle de gestion... 20

Plus en détail

Instruments de gestion dans le contexte du changement

Instruments de gestion dans le contexte du changement Instruments de gestion dans le contexte du changement Cas du Management Cockpit vecteur de la transformation Nam Kim Pham, Directeur Banque Cantonale Vaudoise Plan de l exposé Changement et nouveaux besoins

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6 QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 DEFINIR VOS REGLES DU JEU 3 CONTROLER L APPLICATION DES REGLES 3 VOUS OBLIGER A JOUER LE JEU : «RECONNAITRE ET ACCEPTER LES CONTRAINTES S IMPOSANT A VOUS» 4 CONCLUSION

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Le Lean Management appliqué à la fonction finance

Le Lean Management appliqué à la fonction finance Le Lean Management appliqué à la fonction finance #LeanFinance Réunion mensuelle APDC 21 mai 2015 Tour de table 2 Programmes d amélioration continue dans la fonction Finance Quelques tendances 54% des

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction :

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction : TUTORIEL Qualit Eval Introduction : Qualit Eval est à la fois un logiciel et un référentiel d évaluation de la qualité des prestations en établissements pour Personnes Agées. Notre outil a été spécifiquement

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

16 Fondements du pilotage

16 Fondements du pilotage $YDQWSURSRV Le pilotage des systèmes de production est un sujet qui revêt une importance grandissante, au fur et à mesure que l automatisation de ceux-ci d une part, la multiplication des contraintes de

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Introduction. 1. une pratique de déclinaison de la stratégie et du management

Introduction. 1. une pratique de déclinaison de la stratégie et du management Introduction L a succession des crises économiques et financières, la possible crise écologique et climatique, ou encore les crises sociales (augmentation de la pauvreté, vieillissement de la population)

Plus en détail

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Sommaire Introduction... 3 Les éléments internes essentiels à auditer... 4 Le dimensionnement de l infrastructure... 4 Les factures...

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Le logiciel M4R (Monitoring for Results)

Le logiciel M4R (Monitoring for Results) L innovation appliquée au service de la nouvelle gouvernance Le logiciel M4R (Monitoring for Results) de IDEA-Solutions Un réseau international opérant en trois langues une formation combinée à l action

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1

IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1 IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1 Présentation Tableau de bord prospectif Définition Fonctions Perspectives Indicateurs Carte stratégique Vision globale IODE Consulting I Intelligence on

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique N 5 Janvier 2012 Prochain numéro Mai 2012 ZOOM SUR le métier du SFE Magazine réalisé par l équipe de consultants du cabinet

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

EVOLUTIONS RECENTES DU CONTRÔLE DE GESTION LOCAL. L exemple de Strasbourg

EVOLUTIONS RECENTES DU CONTRÔLE DE GESTION LOCAL. L exemple de Strasbourg 1 EVOLUTIONS RECENTES DU CONTRÔLE DE GESTION LOCAL L exemple de Strasbourg 2 Sommaire 1. Un contrôle de gestion historiquement tourné vers le contrôle des satellites 2. L essor du contrôle de gestion interne

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Service On Line : Gestion des Incidents

Service On Line : Gestion des Incidents Service On Line : Gestion des Incidents Guide de l utilisateur VCSTIMELESS Support Client Octobre 07 Préface Le document SoL Guide de l utilisateur explique comment utiliser l application SoL implémentée

Plus en détail

E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard»

E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard» E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard» Par Daniel Held, Dr. Es Sc. écon. et Benoit Moransais, lic. ès Sc. écon., associés du cabinet Qualintra SA, Genève Le «balanced scorecard»

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes d'information Division Nomenclatures

DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes d'information Division Nomenclatures Etab=DG75, Timbre=D230, TimbreDansAdresse=Oui, Version=W2000-C-5.1/9.0, VersionTravail=W2000-C-5.1/9.0 DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Révision salariale - Manager

Révision salariale - Manager Révision salariale - Manager Version : V1.0, mise à jour le 29/07/2014 Légende : 1 Information Points d attention Etapes Astuces De quoi s agit-il? VITALIS a pour vocation de permettre et faciliter la

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

Implanter un tableau de bord stratégique de type «Balanced ScoreCard» en contexte PME : pourquoi et comment?

Implanter un tableau de bord stratégique de type «Balanced ScoreCard» en contexte PME : pourquoi et comment? Implanter un tableau de bord stratégique de type «Balanced ScoreCard» en contexte PME : pourquoi et comment? Le cas «Didan Sport SPRL» 22 avril 2005 Institut des Experts-Comptables, Verviers Par Didier

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management)

Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management) Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management) Sommaire 1 BUTS DE LA PRESTATION 2 PRESENTATION DE LA PRESTATION 3 3 3 ETAPE 1 : ELEMENTS TECHNIQUES SUR LESQUELS S APPUIE LA PRESTATION DE

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé :

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé : En résumé : Phase I : collecte des besoins I - Expression des besoins II - Étude de faisabilité III - Définition des priorités IV - Rédaction puis validation du cahier des charges Phase II : implémentation

Plus en détail

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Le tableau de bord On peut le définir comme la présentation synoptique d indicateurs relatifs au suivi d une bibliothèque, d un projet, d un service.

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

L évaluation des résultats

L évaluation des résultats L évaluation des résultats Process 14 «Aide-toi, le tableau de bord t aidera!» Chapitre 23 Analyse et réactivité P. 227 Certains dirigeants suivent la marche de leurs affaires avec un simple tableur. Les

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

LA MESURE DE LA PERFORMANCE

LA MESURE DE LA PERFORMANCE LA MESURE DE LA PERFORMANCE Pour tout projet commercial, le manageur doit prévoir, dès la conception, un suivi des actions commerciales mises en œuvre. Un des rôles du manageur est en effet de contrôler,

Plus en détail

Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université

Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université Séminaire NQI du jeudi 14 février 2013 En partenariat avec : Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université NQI COMPTE RENDU DE SEMINAIRE EN LIGNE Présenté par

Plus en détail

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution Nom de l Institution Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Nom du projet Base de données salaires et durée conventionnels de travail Acronyme CAO-CCT Description du projet et contexte

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Version 1.0 VALENTIN Pauline 2 Introduction à la B.I. avec SQL Server 2008 Sommaire 1 Présentation de la B.I. et SQL Server 2008... 3 1.1 Présentation rapide

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Pour une innovation productive

Pour une innovation productive Pour une innovation productive Par Didier Givert, Directeur Associé de PRTM Et Jean-Marc Coudray, Directeur Général de PlanView France Mots clés : Gestion de Portefeuille, Gouvernance informatique, Pilotage

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Modèle Cobit www.ofppt.info

Modèle Cobit www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Modèle Cobit DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Sommaire 1. Introduction... 2 2. Chapitre

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Plateforme STAR CLM. Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise

Plateforme STAR CLM. Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise Plateforme STAR CLM Gestion intégrée des réseaux multilingues d entreprise Groupe STAR Your single-source partner for corporate product communication Chaque plan de vol est unique... Chaque vol est un

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau

Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau Prélude 7 ERP Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau Gérard Baglin Septembre 2008 Sommaire Chapitre 1 Le mode de fonctionnement en réseau de Prélude 7... 1 Le principe des jeux en temps

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

10. Indicateurs et tableaux de bord comme outil de management entrepôt

10. Indicateurs et tableaux de bord comme outil de management entrepôt Nos programmes rammes réalisés Exemples de réalisation 1. «Enjeux de la Supply Chain : collaboration et création de valeurs» 2. La Supply Chain dans un environnement mass market 3. «Prise de conscience

Plus en détail

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF Lorraine L expression «travail collaboratif» peut se définir comme «l utilisation de ressources informatiques dans le contexte d un projet réalisé par les membres d un

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES 1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES DESCRIPTION L analyse des parties prenantes est une approche structurée permettant de comprendre un système en précisant l intérêt, les besoins et les préoccupations

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail