Évaluation et Gériatrie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation et Gériatrie"

Transcription

1 Évaluation et Gériatrie D Somme Service de gériatrie HEGP Nous n avons rien trouvé chez vous, nous allons donc vous traiter pour le syndrome du déficit de symptômes

2 Evaluer?

3 Que signifie évaluer? «analyse, appréciation, caractérisation, estimation, comparaison, discernement, mesure» Attribuer une valeur ou produire une estimation Démarche en amont de la production d une opinion, d un jugement=d un plan

4 Éthique et évaluation «Il y a dans l évaluation quelque chose d humainement sensible et délicat, un jugement extérieur porté sur «l état» physique et psychique d une personne dont l autonomie, «capacité à se gouverner soimême», peut être altérée. On voit comme cette étape du processus d aide touche alors la dignité même de la personne voire même à sa liberté.» DESIR: Une culture professionnelle

5 Éthique et évaluation «Aujourd hui, n importe qui, qui se sent malade ou pas très bien, peut consulter son médecin autant qu il le souhaite, sans qu aucune évaluation préalable ne soit requise. Évaluer le besoin d aide c est d abord et avant tout émettre des réserves sur la capacité de la personne à formuler une demande qui corresponde à ce qu elle ressent comme étant son besoin.» B Ennuyer Gérontologie et Société 2001

6 Impossibilité d évaluer Ne pas vouloir répondre à toute sollicitation de classification des personnes Prendre en compte l avis des personnes évaluées dans l évaluation (et dans le plan) Autonomisation des personnes et décision thérapeutique guidée par les scores

7 Condition d évaluation Recueillir l accord de la personne sur L évaluation Les enjeux de celle-ci La communication des résultats État stable

8 CGA comprehensive geriatric assessment

9 Objectifs pédagogiques Concept de CGA: Définition, Histoire, Justification théorique Évaluation CGA: Niveau de preuves en fonctions des contextes de soins Bénéfice attendu, conditions de réussite Questions en suspens Différencier CGA des échelles Connaître quelques échelles utiles en pratique clinique usuelle Différencier CGA du dépistage/ciblage Connaître quelques outils de dépistage

10 De nombreux concepts à démêler Comprehensive Geriatrics Assessment Évaluation gériatrique standardisée Dépistage de population à risque (fragilité)

11 Concept CGA

12 Définition CGA Epstein Ann Intern Med 1987: «a multidimensional, interdisciplinary diagnostic process to identify care needs, plan care and improve outcome of frail older people» From the NIH consensus conference: The multiple problems of older persons are uncovered, described, and explained, if possible, and the resources and strengths of the person are catalogued, the need for services assessed, and a coordinated care plan developed to focus interventions on the person s problems.

13 Définition CGA Traduction française : «Evaluation gériatrique standardisé» ou «multidimensionnelle» «Comprehensive»: Non limité à l évaluation médicale Ni à l évaluation sociale D où nécessité de l interdisciplinarité

14 Le CGA Une technologie d évaluation Une innovation constante Un contenu conceptuel et mouvant ET N est ni nécessaire ni suffisante pour faire de la GERIATRIE N est pas un test diagnostic ni de dépistage N apporte pas toujours de solutions aux problèmes, n est pas un action thérapeutique Une technologie coûteuse

15 Origine du CGA Entre 1935 à 1948: Travaux du Dr Warren (RU) 1935: on lui confie 714 lits d hospice Vaste majorité de patients désignés comme étant «grabataires» et «incurables» Création de la première équipe multidisciplinaire gériatrique au RU Entre 1935 et 1936 revue systématique de dossier et évaluation multidisciplinaire 1936: transfert de 200 patients vers des résidences privées et 150 vers des ressources psychiatriques

16 Origine du CGA Conclusions du Dr Warren On peut améliorer de façon importante l état de santé des personnes institutionnalisées quand on identifie leurs problèmes médicaux et psychosociaux Beaucoup de personnes âgées ont besoin d une approche diagnostique et thérapeutique spéciales, interdisciplinaires et plus larges que les patients jeunes Aucun patient ne devrait être admis en unité de long terme sans une évaluation médicale et psychosociale et pour la plupart des patients une tentative de rééducation. Membre fondatrice de BGS en 1947, inscription du la gériatrie au NHS en 1948

17 CGA: les dimensions La santé physique Le statut fonctionnel La santé psychologique et cognitive (+/- spirituel) L environnement social L environnement

18 CGA: pourquoi? L identification du Dg ne suffit pas à expliquer l importance du retentissement et sa seule prise en charge est le + souvent insuffisante Nombre de maladie curable ne sont pas identifiées chez les personnes âgées Nombre de de perte d autonomie réversible ne sont pas identifiées chez les personnes âgées et les possibilités de réhabilitation sont souvent négligées Les attitudes thérapeutiques sont conçues maladies par maladies conduisant à un nombre important de traitement médicamenteux et de iatrogénie Les personnes souhaitent pouvoir choisir leur lieu de vie et rester chez elle dans une majorité de cas L accès aux ressources doit dépendre des besoins et non d autres facteurs (réseaux, niveau socio-culturel, habitude locale) MAIS PRINCIPALEMENT POUR TOUTES CES RAISONS A LA FOIS. AUCUNE PRISE ISOLEMENT NE JUSTIFIE LE CGA

19 Ce que n est pas le CGA Une accumulation d échelles et de scores sans réflexion sur les dimensions étudiées Une évaluation médicale exhaustive = EGS Une technique de première ligne pour dépister les sujets «à risque»

20 CGA: en amont d un plan non déterminé par les ressources

21 CGA: Niveau de preuve

22 Historiquement

23 Les GEMU Unités sans contraintes de DMS (21j) Pas d admission en urgence Pas de pathologie aiguë non contrôlée

24 The Sepulveda GEM Study: Randomized Trial of a Hospital Geriatric Evaluation & Management Unit Mortality (24% vs 48% at 1 yr) NH Use (27% vs 47%; 26 vs 56 days) Rehosps (35% vs 50%; 17 vs 23 days) Costs ($22,000 vs $28,000 /yr surv) ADL (42% vs 24% improved at 1 yr) Morale (42% vs 24% improved at 1 yr) Rubenstein LZ et al N Engl J Med 1984;311:

25

26 SEPUVELDA GEM Study: NH Utilization

27 CGA Program meta-analysis Stuck et al, Lancet 1993 (28 études): 4959 sujets/4912 controls

28 CGA Program meta-analysis Stuck et al, Lancet 1993 (28 études): 4959 sujets/4912 controls

29 Hôpital

30 Probabilité des survie des patients hospitalisés en fonction des groupes (CGA ou pas) Reuben D et al. N Engl J Med 1995;332:

31 Effets du CGA sur la survie à 1 an par sous-groupe avec ajustement sur âge et sexe. Reuben D et al. N Engl J Med 1995;332:

32 Consultation services 345 patients 5 centres + 90 patients dans des centres sans GEM Hospit > 65, frail Randomisation: CGA consult ou usual care Outocme 3 et 12 mois: Rehosp, NH, Survie, statut fonctionnel, QdV, humeur : NS Pas de diff entre groupe contrôle et centres sans GEM Usual care=ger? (plus de recom mais taux de suivi proche); Ciblage (mortalité env 20%, pas de sous-groupe); pas d effet car pas d effet interdisciplinaire ou de nursing Effet plus court terme? Rôle de triage essentiellement? Kircher TT et al Age Ageing 2007:36:36

33 En Ville

34 Un réseau intégré de service (hôpital ville) Bernabei, R. et al. BMJ 1998;316: Copyright 1998 BMJ Publishing Group Ltd.

35 Changement dans le statut fonctionnel à 1 an Bernabei, R. et al. BMJ 1998;316: Copyright 1998 BMJ Publishing Group Ltd.

36 Admission à l hôpital ou en NH selon le groupe Bernabei, R. et al. BMJ 1998;316: Copyright 1998 BMJ Publishing Group Ltd.

37 Identification des 18 essais randomisés contrôlés éligibles Stuck, A. E. et al. JAMA 2002;287: Copyright restrictions may apply.

38 Risque de Mortalité, d admission en «Nursing Home», et de déclin fonctionnel : Méta analyse de 18 essais de programme de prévention à domicile Stuck, A. E. et al. JAMA 2002;287: Copyright restrictions may apply.

39 Nombre de visite= intensité du programme et effet sur le risque d admission en Nursing Home Stuck, A. E. et al. JAMA 2002;287: Copyright restrictions may apply.

40 Utilisation d outil standardisé et suivi (case management) et effet sur le déclin fonctionnel Stuck, A. E. et al. JAMA 2002;287: Copyright restrictions may apply.

41 Age et effet sur la mortalité Stuck, A. E. et al. JAMA 2002;287: Copyright restrictions may apply.

42 Sélection des articles sur le CGA effectués en consultation Kuo HK et al Archives Gerontol Geriat 2004;39:

43 Caractéristiques des études Kuo HK et al Archives Gerontol Geriat 2004;39:

44 Le CGA en consultation et la mortalité Kuo HK et al Archives Gerontol Geriat 2004;39:

45 Hôpital puis Ville

46 Kaplan-Meier Analysis of Survival According to Treatment Group Cohen H et al. N Engl J Med 2002;346:

47 Qualité de vie liée à la santé et statut fonctionnel Cohen H et al. N Engl J Med 2002;346:

48 Qualité de vie liée à la santé et statut fonctionnel Cohen H et al. N Engl J Med 2002;346:

49 Cohen H et al. N Engl J Med 2002;346: Mean ({+/-}SE) Costs of Care

50 En population générale Avec ou sans ciblage

51 L étude populationnelle MRC Population-based personnes éligibles listes de patients en cabinet médical 78% participation Randomisation après questionnaire court 26 questions RANDOMISATION 1 soit ceux qui ont 3 ou+ pb (ou pb grave) ont l évaluation détaillée soit tous l ont RANDOMISATION 2 soit suivi par GEM soit par leur équipe de soins primaires Fletcher AE et al The Lancet 2004;364:

52 L étude populationnelle MRC Effet Mortalité=0 (ciblage et suivi) Admission hospitalière=0 Institutionnalisation=0 Statut fonctionnel (mobilité, AVQ et AVD) AVD= mieux si universel que ciblé Mobilité= mieux si gériatrie que non AVQ= aucun effet Fletcher AE et al The Lancet 2004;364:

53 D autres études négatives très instructives En France, l utilisation de technique de CGA par des internistes sans planification associé ni formation à la prise en charge gériatrique ne change rien au devenir des patients. (Ledesbert B et al Age Ageing 1994) Aux USA, dans un service d urgence le nombre de problèmes identifiés par CGA versus sans CGA est très supérieur mais cela ne change rien au devenir des patients (30min évaluation) (Miller DK et al JAGS 1996)

54 Le CGA : de l évaluation? Le CGA fonctionne mieux s il est accompagné d une gestion de cas complète CGA seul (sans prise en charge) ne marche pas à l hôpital comme à l extérieur

55 CGA et après? Inside the black-box Dans un hôpital chaque patient évalué a en moyenne 4.8 recommandations : 18.2% références à des professionnels non médecins, 13.4% liés à des directives de fin de vie, 11.5% liés à des modifications du traitement, 11.5% liés à des évaluations diagnostiques ou de monitorage, 10.9% liés à des services (Reuben et al JAGS 1996)

56 «Guidedcare» En ville CGA+EB car plan+suivi+accès facilité aux ressources RCT 904 patients Amélioration de la qualité des interactions avec le MT et sur l autogestion de la santé Ongoing Boult C, J Gerontol 2008:63A:321

57 Facteurs de succès Le ciblage des patients (le dépistage) dont la stratégie reste à définir, surtout sur Fdr Modifiable (ou fragilité) Bonne familiarisation avec outil Travail en équipe avec implication notamment des infirmières Travail de façon intégré entre les différents niveaux de prise en charge Mono-centrique Suivi suffisamment intensif avec suivi des recommandations et stratégies d augmentation de ce suivi- Case management (Aminzadeh F Age Ageing 2000)

58 Facteurs d échecs Taille insuffisante des études Absence de ciblage ou ciblage sur patients «trop malade» Mesure de devenir pas assez fine ou sensible aux changements Programme trop peu intensif Pas de stratégies pour améliorer l adhérence patient et médecin aux recommandations Amélioration progressive des soins usuels

59 Les questions en suspens Quels sont les composants du CGA qui font la différence en matière de devenir? Y a t il un CGA spécifique selon les spécialités? Quelles stratégies pour le suivi, l adhérence aux recommandations Le bénéfice disparaîtra-t-il avec l amélioration des soins standards? Est-ce que le CGA doit être le pilier de la gériatrie ou est-ce que des programmes spécifiques sont encore nécessaires Quelle stratégie optimale de ciblage?

60 Pourquoi je ne fais pas de CGA Parce que mon champ d expertise m amène à considérer la personne dans sa globalité en dehors des outils Parce que je ne travaille pas en interdisciplinarité Parce que le langage commun n est pas construit Parce que je n en ai pas les moyens humains ou temporels Parce que je manque d échelles de suivi

61 Pause

62 CGA ou EGS?

63 Évaluation Gériatrique standardisée ou EGS

64

65 EGS: quelle échelle choisir? Cela va dépendre: Du temps disponible pour l évaluation Des situations que l on recherche en priorité à dépister De la stratégie de prise en charge qui suit De la validité des échelles

66 Les «Geriatrics winner» La polypharmacie Le statut cognitif L équilibre et la marche La nutrition La dépression L incontinence La douleur L isolement ou la surprotection Limitation d activité confinement

67 CGA: intérêt des échelles «validées» Pour pouvoir travailler en interdisciplinarité (langage commun) Pour gagner du temps sur la maladie (dépistage, diagnostic précoce) Pour gagner du temps de consultation médicale ou d orientation (mécanismes de triage, sévérité) Pour ne rien oublier (en tout cas des grandes problématiques gériatriques) Pour une plus grande équité quand des ressources sont en jeux (accessibilité, intégration)

68 La cognition

69 Tests rapides cognition Les 3 meilleurs tests rapides (sur 30) Mini-cog Memory Impairment Scale (MIS) General Practionner Assessment of Cognition (Lorentz et al Can J Psychiatry 2002)

70 Mini-cog Rappel de 3 mots et dessin horloge Rapide (<3min), non validé en français

71 MIS 4 mots (score=2 x rappel libre + rappel diff) Cut-off 4 (Se 0.8, Spe 0.96) all dementia (DSM IIIR) VPP 5% % 0.84, VPN 5% % pts vivant en comm volontaires >65yo (50 déments) Avantage: Rapidité (4min) Valide (kappa gold std:0.62, reproductible 0.69), > 3mots de MMSE Inconvénient: peu utilisé dans la littérature internationale (mais augmentation) Non validé en français

72 GPCOG Bonne comparaison MMSE Test plus composite Rapide (5-10min) mais plus long que les 2 autres non validé en français

73 MMSE Avantages: version validé en français test le plus utilisé dans le monde et faisant référence Inconvénients: trop long (si trouble>15min) N apporte pas de plus par rapport aux tests plus court en sensibilité/spécificité (effet plafond)

74 3MS Avantages: Conçu pour être plus performant que MMSE Moins d effet plafond qu avec MMS, Se Spe> Version très bien validée en français Test de référence au Québec pour dépistage Inconvénients Long (+ que le MMSE) Moins utilisé que le MMS

75 CDT: clock drawing test Avantages: Simple, bon sens efficace Peut être relu en aveugle/différé Sensible même si MMSE normal Inconvénients Très nombreuses versions de passation et cotation: difficulté de comparaison

76 La batterie rapide française Orientation+5 mots+horloge+fluence verbales Avantages: Version française validée Test conçu pour être rapide Inconvénients: Peu utilisé en dehors de France (récente) non comparée au MMSE Dure tout de même env 10min

77 La dépression

78 Diagnostic Algorithm for Major Depression Se 96% Spe 57% Whooley M and Simon G. N Engl J Med 2000;343:

79 Autonomie fonctionnelle

80 Autonomie fonctionnelle Katz? Barthel Index: version modifiée de ADL de Katz mais sur 100 avec plus de sensibilité au changement Blessed dementia rated scale (non validé en français) 2 parties: maison et soins perso (0-17) sensible au changement, utile hors démence? SMAF: En français Prend en compte les aides et leur stabilité Prend en compte la réalité/déclaration ADL et IADL Système de classification Peu utilisé hors du Québec

81 Système de mesure de l autonomie fonctionnelle SMAF Incapacités Handicaps

82 IADL = AVD Pas de consensus sur la cotation (notamment pour les différences hommes/femmes) ni sur la façon d exprimer le score (pourcentage?) Dans PAQUID, seuls 4 items (utilisation du téléphone, des moyens de transport, la responsabilité pour la prise de médicaments, et la capacité à gérer son budget) sont pertinents pour faire du dépistage cognitif (mais non comparé à d autres stratégies), 0:0,2%, 4:37,5% Le SMAF comporte des items IADL

83 Comorbidités

84 Comorbidités Charlson Index: Avantages: Simple et avec bonne reproductibilité ( ) Validé dans des populations de patients atteints de cancer Pas de prise en compte de l activité de la maladie Certains états pathologiques manquent 1987: SIDA=Cancer

85 Comorbidités CIRS (Cumulative illness rating scale) 1968 Bonne reproductibilité Corrélé au Charlson +large; +complexe;=+long (<10min) ICED, INCALZI, SANTORIONI, GIC

86 Nutrition (HAS) Toute personne âgée: 1/an en ville; 1/mois en institution; en hospitalisation Estimer appétit, apports alimentaires Poids, perte de poids (> 5% /mois ou > 10% en 6 mois, sévère si > 10%/m ou > 15% en 6 mois) IMC (poids/t²) (<21, sévère si < 18) +/- MNA (< 17) ou albumine (<35, sévère si <30)

87 MNA dépistage A Le patient présente-t-il une perte d appétit? 0 = anorexie sévère; 1 = anorexie modérée; 2 = pas d anorexie B Perte récente de poids (<3 mois) 0 = perte de poids > 3 kg; 1 = ne sait pas; 2 = perte de poids entre 1 et 3 kg; 3 = pas de perte de poids C Motricité 0 = du lit au fauteuil; 1 = autonome à l intérieur; 2 = sort du domicile D Maladie aiguë ou stress psychologique lors des 3 derniers mois? 0 = oui 2 = non E Problèmes neuropsychologiques 0 = démence ou dépression sévère; 1 = démence ou dépression modérée; 2 = pas de problème psychologique F Indice de masse corporelle (IMC = poids / (taille)2 en kg/m2) 0 = IMC <19; 1 = 19 IMC < 21; 2 = 21 IMC < 23; 3 = IMC 23 Dépistage /14 Score de dépistage > 12 STOP; 11 ou - : continuer

88 MNA 1. Le patient vit-il de façon indépendante à domicile? 2. Prend plus de 3 médicaments 3. Escarres ou plaies cutanées? 4. Combien de véritables repas le patient prend-il par jour? 5. Consomme-t-il *Une fois par jour au moins des produits laitiers? *Un ou deux fois par semaine des oeufs ou des légumineuses? *Chaque jour de la viande, du poisson ou de la volaille? 6. Consomme-t-il deux fois par jour au moins des fruits ou des légumes? 7. Combien de verres de boissons consomme-t-il par jour? (eau, lait, café, vin...) 8. Manière de se nourrir (seul, assisté ou pas) 9. Le patient se considère-t-il comme bien nourri? 10. Le patient se sent-il en meilleure ou en moins bonne santé que la plupart des personnes de son âge? 11. Circonférence brachiale 12. Circonférence du mollet

89 Quelles échelles j utilise en pratique courante? Cognitif: Le MMSE Le MIS+Horloge+BREF (non cotée) Dépression/Comorbidités 0 Autonomie Fonctionnelle ADL/IADL (SMAF) Peformance/Equilibre Timed get up and go, 5 levers, Appui unipodal, poussées sternales (+/- Tinetti) Nutrition Albumine/ poids/bmi

90 Quelles échelles me manquent? Des échelles évolutives plus que de dépistage Sur la dimension psychologique (anxiété et dépression) Sur la dimension cognitive Sur la dénutrition

91 Autres domaines

92 Autres évaluations nécessaires Mobilité (Tinetti, Berg) Douleur Peau Incontinence Réseau social+++ QdV

93 Fardeau Échelle de Zarit du fardeau en cas de démence Validation en dehors de la démence? Important pour la stabilité du réseau social Vision uniquement négative du «prendre soins»: dépassée?

94 Limites des échelles Pour évaluation CSP, niveau d éducation, du revenu, du réseau naturel, nombre de médicaments Echelles USA pas toujours valables Comparaisons internationales difficiles Approcher tout de même le langage commun: intérêt des outils complets

95 Le temps de l évaluation [«Ne demandez jamais à une personne âgée comment elle va s il vous reste autre chose à faire le même jour.»] Joe Restivo humoriste américain

96 Le temps de l évaluation Nutrition: 1-10min Mobilité: 1-10min Cognition: 3-10min Dépression: 1-5min ADL: 2-5min IADL: 2-5min Vision-Audition: 1-6min Réseau social: 5-15min Peau: 1-5min Fardeau: 1-5min Incontinence: 1-5min Douleur: 1-5min DONC: 20-86min pour première évaluation rapide d orientation

97 Quel temps consacrer à l évaluation? Comment tenir compte de la restriction horaire? L évaluation prend du temps Le «mini-cga» seul aura un mini-impact (à comparer à une prise en charge optimale) Il faut revendiquer ce temps nécessaire et incompressible (consultation gériatrie vs médecine ) Toujours évaluer avant de planifier, Exhaustivité vs pertinence.

Evaluation gériatrique standardisée. Dr Karim GALLOUJ Service de médecine gériatrique Pôle de gérontologie CH Dron Tourcoing

Evaluation gériatrique standardisée. Dr Karim GALLOUJ Service de médecine gériatrique Pôle de gérontologie CH Dron Tourcoing Evaluation gériatrique standardisée Dr Karim GALLOUJ Service de médecine gériatrique Pôle de gérontologie CH Dron Tourcoing DESC,Capacité de gérontologie Lille, le 18 décembre 2014 EGS ou Comprehensive

Plus en détail

Evaluation gériatrique standardisée

Evaluation gériatrique standardisée Evaluation gériatrique standardisée Dr Karim GALLOUJ Service de médecine gériatrique Pôle de gérontologie CH Dron Tourcoing Capacité de gérontologie Lille, le 7 décembre 2012 EGS ou Comprehensive Geriatric

Plus en détail

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS Débuté le Terminé le. FICHE ADMINISTRATIVE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Téléphone. ADRESSE...... N SS / / / / / // ENTOURAGE-PERSONNE RESSOURCE NOM QUALITE..TEL...

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Infirmière en pratique avancée option gérontologie

Infirmière en pratique avancée option gérontologie Infirmière en pratique avancée option gérontologie BARRIERE-ARNOUX CÉCILE INFIRMIÈRE-SOPHROLOGUE LIBÉRALE CANDIDATE AU MASTER 2 SCIENCES CLINIQUES INFIRMIÈRES OPTION GÉRONTOLOGIE ANFIIDE 11 ET 12 OCTOBRE

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires?

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Monique Ferry MD; PhD Valence - Paris Agrumes /Montpellier 10/12/08 Le vieillissement n est pas une pathologie, mais il fait naître des besoins

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

Prévention du déclin fonctionnel en EHPAD : rôle du massokinésithérapeute. Dr K.Sudres février 2015

Prévention du déclin fonctionnel en EHPAD : rôle du massokinésithérapeute. Dr K.Sudres février 2015 Prévention du déclin fonctionnel en EHPAD : rôle du massokinésithérapeute Dr K.Sudres février 2015 Les résident d EHPAD sont majoritairement dépendants : aide complète pour l habillage (52.9%) et pour

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer.

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Anne Ghisolfi-Marque Introduction L évolution de la MA est entachée de complications qui conditionnent la qualité de vie complications nutritionnelles

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

DENUTRITION DU SUJET AGE

DENUTRITION DU SUJET AGE 1 DENUTRITION DU SUJET AGE Objectif général Réduire de 20% le nombre de personnes âgées de plus de 70 ans dénutries (passer de 350-500 000 personnes dénutries vivant à domicile à 280-400 000 et de 100-200

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau

Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau 1. Reconnaître les facteurs de risque de la dénutrition chez la personne âgée. 2. Expliquer l approche nutritionnelle appropriée auprès

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

EVALUATION GERONTOLOGIQUE STANDARDISEE

EVALUATION GERONTOLOGIQUE STANDARDISEE UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE FACULTE DE MEDECINE DE MARSEILLE EVALUATION GERONTOLOGIQUE STANDARDISEE INTERET ET APPLICATIONS DANS L APPROCHE GLOBALE DE LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES. APPORT DE

Plus en détail

Démence et fin de vie chez la personne âgée

Démence et fin de vie chez la personne âgée Démence et fin de vie chez la personne âgée Dr C le Provost Gériatre C.H.B.A Vannes Dr M Michel Gériatre C.H.U Rennes Démence et fin de vie Sujet grave: la mort la «de mens» = être privé de son esprit

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Plan Vulnérabilité et fragilité de la personne âgée Filière de

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR. Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain

Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR. Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain Objectifs Mise en évidence de pratiques Evaluation de la qualité

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Avant-propos Fractures < chutes Fracturé est le chuteur malheureux Conséquences physiques: fractures,

Plus en détail

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT Score au MMSE et capacité à conduire SANDRA DEMERS, R1 UMF ST-HUBERT Quelques statistiques Accidents automobiles chez les 75 ans et plus: 9,7% des accidents avec décès au Québec 8% des accidents avec blessés

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

E v a l u a t i o n G é r i a t r i q u e

E v a l u a t i o n G é r i a t r i q u e Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours Unité de gériatrie et de soins palliatifs communautaires Consultation gériatrique communautaire

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

ENQUETE PERSONNES AGEES ET DEPENDANCE

ENQUETE PERSONNES AGEES ET DEPENDANCE ENQUETE PERSONNES AGEES ET DEPENDANCE 1 Sommaire AVANT-PROPOS... 3 CONTEXTE... 4 METHODE... 5 RESULTATS ENQUETE PERSONNES AGEES... 6 1. Typologie des médecins ayant répondu au questionnaire... 6 1.Age

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

CONDUCTEUR ÂGÉ. Dr Jamie Dow. Medical Advisor on Road Safety Société de l assurance automobile du Québec LLE. Dr Jamie Dow

CONDUCTEUR ÂGÉ. Dr Jamie Dow. Medical Advisor on Road Safety Société de l assurance automobile du Québec LLE. Dr Jamie Dow LLE CONDUCTEUR ÂGÉ Dr Jamie Dow Conseiller médical en sécurité routière Service des usagers de la route Janvier 2011 Dr Jamie Dow Medical Advisor on Road Safety Société de l assurance automobile du Québec

Plus en détail

L hôpital de jour de gériatrie

L hôpital de jour de gériatrie Le D r Pierre-Michel Roy, omnipraticien et professeur agrégé au département de médecine de famille de l Université de Sherbrooke, exerce à l Institut universitaire de gériatrie, à Sherbrooke. L e s s o

Plus en détail

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr fng FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE 20 ème anniversaire - 2007-49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr 2 Avant-propos Pourquoi une nouvelle version de la Charte? La avait pris

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Les soins aux personnes âgées atteintes de la maladie d Alzheimer et d autres formes de démence Sommaire

Les soins aux personnes âgées atteintes de la maladie d Alzheimer et d autres formes de démence Sommaire Août 2010 Types de soins Les soins aux personnes âgées atteintes de la maladie d Alzheimer et d autres formes de démence Sommaire La présente étude utilise deux banques de données en expansion de l ICIS

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Hôpitaux de Jour. Accueils de Jour. Hôpitaux de Jour et Accueils de Jour. «Un programme pour la Gériatrie»

Hôpitaux de Jour. Accueils de Jour. Hôpitaux de Jour et Accueils de Jour. «Un programme pour la Gériatrie» Hôpitaux de Jour Accueils de Jour B. Durand-Gasselin Capacité de Gériatrie Janvier 2007 Hôpitaux de Jour et Accueils de Jour Hôpitaux de Jour Historique Définition Les HJ en France : l AP HJ PA Preuves

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Autonomie et dépendance chez le sujet âgé. Texte mis en ligne en accès libre

Autonomie et dépendance chez le sujet âgé. Texte mis en ligne en accès libre Collège National des Enseignants en Gériatre en Gériatre Item 64 Autonomie et dépendance Autonomie et dépendance chez le sujet âgé Texte mis en ligne en accès libre g avec l autorisation du CNEG et de

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Mise au point de deux échelles de dépistage de la dénutrition pour les personnes âgées hospitalisées en soins de suite ou en soins de longue durée

Mise au point de deux échelles de dépistage de la dénutrition pour les personnes âgées hospitalisées en soins de suite ou en soins de longue durée Neurologie Gériatrie Evaluation Psychiatrie Mise au point de deux échelles de dépistage de la dénutrition pour les personnes âgées hospitalisées en soins de suite ou en soins de longue durée C. Trivalle

Plus en détail

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT :

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : CSSS 044M C.P. Livre blanc L'autonomie pour tous DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : ENTOURER LA PERSONNE ÂGÉE ET LES PROCHES AIDANTS, ADAPTER LES PRATIQUES Mémoire présenté à la Commission de la santé et des

Plus en détail

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Épidémiologie > de 40 % des patients atteints de cancer ont plus de 70 ans Plus de 50 % de ces patients

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau ORDRE DU JOUR Statistiques Difficultés Évaluation Rôles des intervenants Finances Mesures fiscales Exécution : planification

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

La conduite automobile chez les sujets âgés

La conduite automobile chez les sujets âgés La conduite automobile chez les sujets âgés Des conducteurs de plus en plus âgés Le taux de motorisation des ménages augmente 30% en 1960 80% actuellement En 1960: 10% des conducteurs avaient plus de 60

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE DE LA

ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE DE LA ÉVALUATION DIAGNOSTIQUE DE LA DÉNUTRITION PROTÉINO-ÉNERGÉTIQUE DES ADULTES HOSPITALISÉS Septembre 2003 Service des recommandations professionnelles Les recommandations sur «l évaluation diagnostique de

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Séminaire du Pôle Santé

Séminaire du Pôle Santé 1 Séminaire du Pôle Santé Les télésoins à domicile au Québec représentent-ils une solution économiquement viable? Guy Paré, Ph.D., MSRC Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologies de

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail