Dr Pierre PASCAL Praticien Hospitalier Département de Médecine Nucléaire - CHU de Toulouse Médecine Nucléaire - IUCT Oncopole

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Pierre PASCAL Praticien Hospitalier Département de Médecine Nucléaire - CHU de Toulouse Médecine Nucléaire - IUCT Oncopole"

Transcription

1 Dr Pierre PASCAL Praticien Hospitalier Département de Médecine Nucléaire - CHU de Toulouse Médecine Nucléaire - IUCT Oncopole Pr Fréderic COURBON Médecine Nucléaire - IUCT Oncopole

2 Gamma caméras- SPECT CT TEP CT X-Technetium 99m.

3 Source: IRSN

4

5 Examen de référence AFU: recommandé si PSA>10 ng/ml ou Gleason 8 ou stade clinique T3 (grade 2B). Patient symptomatique (grade 3A). Aucune métastase osseuse détectée si PSA<10 ng/ml, indépendamment du stade T et du score de Gleason. Sensibilité: 80 95% spécificité : %, Beheshti et al. : TEMP/TDM améliore significativement la sensibilité (de l ordre de 92 %) et la spécificité (de l ordre de %) Proportion de lésions indéterminées passant de 48-72% (planaires et /ou SPECT) à 0-15% (SPECT CT corps entier) (analyse per lesions,) Prospective Multicenter Study of Bone Scintigraphy in Consecutive Patients With Newly Diagnosed Prostate Cancer Clinical Nuclear Medicine. 39(1):26-31, January Whole-body SPECT/CT for bone scintigraphy Palmedo et al. Eur J Nucl Med Mol Imaging (2014) 41:59 67 Prostate Cancer: Role of SPECT and PET in Imaging Bone Metastases Semin Nucl Med 39:

6 Stadification ganglionnaire loco-régionale : Impact pronostique Impact thérapeutique Cancer de la prostate à risque intermédiaire ou à haut risque de récidive biochimique, Curage standard: fosse ilio-obturatrice, territoires iliaque interne et externe (guidelines European Urologic Association 2008). 10 à 30% des ganglions sentinelles (premiers relais ganglionnaires de la tumeur) et/ou des métastases ganglionnaires situées en dehors du territoire du curage standard Morbidité ++ (taux de complications 8 à 36 %) INTERET DU GANGLION SENTINELLE?

7 Plusieurs études publiées: superposition des ganglions hyperfixant avec les ganglions métastatiques N+ retrouvés lors des curages extensifs. Indications: risque intermédiaire N+ de d Amico haut risque de d Amico. Intérêts : mieux comprendre le drainage lymphatique prostatique (multiples voies de drainage possible). confirmer que la topographie des N+ est située à l origine de l artère iliaque interne dans plus de 50 % des cas. diagnostic de micrométastases (et de N+ < 4 mm, inférieure à la résolution TEP) Meilleure stadification des patients: Mis en évidence plus de 12 % de patients N+, chez des patients qui auraient été classés N0. GS + curage ganglionnaire standard étendu = alternative à la lymphadénectomie extensive à haute morbidité Weckermann D, et al. J Urol 2007;177: Holl G, et al. Eur J Nucl Med 2009;36: Bastide C, et al. EJSO 2009;35: Corvin et al.. Eur Urol 2006

8 Préparation du patient: Matin de la ponction: 1cp ciprofloxacine 500mg + lavement rectal. Soir: 1cp de ciprofloxacine 500 mg Injection du patient: Injection intraprostatique échoguidée de nanocolloides marqués au 99m Tc suivie de la réalisation d un SPECT-CT Une injection par lobe prostatique par voie transrectale, soit deux injections au total. Chaque injection sera faite depuis la base vers l apex (en retirant l aiguille), Chirurgie Repérage des ganglions sentinelles (ganglions marqués) pelviens situés dans le territoire du curage standard et en dehors (picking) à l aide de l imagerie et de la sonde de détection. Analyse histologique

9 Métabolisme glucidique: 18 F FDG 118 GFDG Remodelage osseux: 18 F NaF Métabolisme lipidique: 11 C-choline et 18 F-fluoro-choline Autres traceurs: 11 C-acétate Fluorocyclobutane-1-Carboxylic Acid Fluoro-5α-Dihydrotestosterone Prostate-Specific-Membrane Antigen

10 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F FDG Limité pour l évaluation du primitif et de l évolution locorégionale (sens. et spé. faibles) Non recommandé pour la maladie métastatique Sauf en cas de rechute avec PSA>2.4 et une vélocité à 1.3 ng/ml/an (sens. 80% et 71%; spé.73% et 77%) SUVmax corrélé à l agressivité du cancer, facteur prédictif indépendant de survie Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

11 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F NaF Marqueur de la perfusion et du remodelage osseux Meilleure sensibilité et résolution spatiale, signal sur bruit augmenté Interet de la quantification: évaluation de la réponse thérapeutique NaF PET ou PET/CT (revue): sens 88.6% et spe 90.7% on perlesion basis, Sens 86.9% and spe 79.9% on a perpatient basis Ne semble pas plus performant que SPECT/CT: sensibilité % spécificité varie de % selon les études. Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

12 The Detection of Bone Metastases in Patients with High-Risk Prostate Cancer: 99mTc-MDP Planar Bone Scintigraphy, Singleand Multi-Field-of-View SPECT, 18F-Fluoride PET, and 18F-Fluoride PET/CT Even Sapir J Nucl Med 2006; 47:

13 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) Analogue de la choline (précurseur de la biosynthèse des phospholipides). Après avoir traversé la membrane, la choline est phosphorylée par la choline kinase (CK), augmentée dans les cellules malignes. Puis phosphorylcholine convertie en cytidine diphosphate choline [(CDP)-choline] et ensuite incorporée dans la phosphatidylcholine, un composant de la membrane cellulaire. 11 C Choline: excrétion urinaire inexistante mais demi vie courte et cout de production+++

14 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) AMM Prostate: Indications de la 18 F Choline Détection des lésions métastatiques osseuses du cancer de la prostate CHC: Localisation des lésions de carcinome hépatocellulaire bien différencié Caractérisation de nodule hépatique et/ou recherche de CHC lorsque la TEP-FDG n'est pas concluante et qu'un traitement chirurgical ou une greffe est prévu Etablies Bilan d'extension régional ou à distance du cancer de la prostate si l'imagerie conventionnelle est douteuse Recherche de récidive précoce du cancer de la prostate chez les patients en rechute biologique En étude Guider / aider au diagnostic initial de cancer de la prostate dans les cas difficile (biopsies multiples/répétées négatives) Confirmer une maladie localisée avant chirurgie / RTE des cancers de prostate à haut risque "borderline" Evaluation thérapeutique Avant une RTE ou curage pelvien

15 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) Plusieurs Méta analyses et revues de la littérature. Bilan d extension initial: Basse sens.(49,2%) mais bonne spé. (95%) Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44: Stadification ganglionnaire: Etudes Nb patients Sens. Spé. Poulsen, BJU % 95% Beheshti, Radiology % (>5 mm: 66%) 96% Schiavina, Eur Urol % 98% De Jong, JNM % 96% Stadification métastatique: Etudes Nb patients Sens. Spé. Langsteger JNMMI 2011 FCH 91% 89% FNa 91% 83% Beheshti, EJNMMI 2008 FCH 74% 99% FNa 81% 93%

16 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) Récidive: Fosse prostatique: sens. 75,4% et spé. 82% Ganglionnaire: sens. 100% et spé. 81,8% Global (prost+ gg+ os): sens. 85,6% et spé. 92,6% Modification de la prise en charge: Impact chez 24% des patients pour 11 C Choline Peu de donnees dans la littérature: évaluation de la resistance à l hormonotherapie? appreciation de la réponse tumorale?. Umbehr et al. (2013) Eur Urol : Se 85%, Sp 88% Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

17 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) Recherche de lésion primitive (T) Sens. fonction de la taille tumorale (captation faible si <5mm) F+: prostatite, néoplasie intraépithéliale de haut grade, HBP F-: en cas de micro-cancer. Pas de corrélation entre SUVmax et prolifération (Ki), grade tumoral, score de Gleason et taux de PSA initial. SUVmax indépendant de l agressivité du cancer Beheshti et al. : acquisitions précoce et tardive avec corrélation captation / histologie (biopsies ou prostatectomie): SUVmax cancer > à SUVmax des lésions bénignes ( p < 0,001) ; augmentation du SUVmax à 1 point, entre temps précoce inférieur à dix minutes et temps tardif à une heure ( p = 0,002) ; diminution du SUVmax 1 point dans les lésions bénignes ( p < 0,001). Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

18 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) Stadification Ganglionnaire (N) 20 à 30 % des patients traités de façon curative vont rechuter Schiavina et al. TEP-choline versus nomogrammes (Briganti et Kattan): Sensiblité à détecter des N+, identique à 60 %. spécificité par patient de la TEP-choline est de 97,6 % versus 73,8 % pour Briganti et 64,3 % pour Kattan F- pour des adénopathies < à 5 mm F+ si ganglions inflammatoires. Contractor et al.: acquisition précoce (15min) et tardive (60 min): augmentation de la captation choline au niveau du ganglion métastatique d au moins 1 point et une diminution de la captation choline au niveau des ganglions inflammatoires. Patient 46 ans ; biopsie score 7 (4 + 3), PSA = 20 ng/ml, T2 clinique gauche. IRM : T2N0 ; TDM normale : scintigraphie osseuse normale. Évaluation préchirurgicale. Mais ne permet pas pour l heure de se substituer au curage Brenot-Rossi I. Mise au point : TEP-choline et cancer de la prostate. Prog Urol (2013), Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

19 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) Stadification Métastatique (M) Even Sapir et al. / Langsteger et al.: TEP-choline comparable SPECT et TEP FNA: sens. variant de % et spéc.de %. Meilleure spécificité et haute valeur prédictive positive Décèle les métastases osseuses infra-radiologiques intramédullaires osseuses. Les lésions sclérotiques, et plus particulièrement lorsque la densité HU est supérieure à 825,ont une absence de captation de la choline (notamment après hormonothérapie). Pas de captation choline dans l arthrose et la dégénérescence. Intérêt des images tardives. Traceur optimal pour la détection des lésions précoces. Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

20 Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) Recherche de récidive Dépend du taux de PSA et de la cinétique du PSA. (vélocité et temps de doublement< 6 mois) < 1 ng/ml: site de récidive visualisé que dans 20 % des cas. > 1 ng/ml: la TEP devient rapidement performante vélocité <1 ng/ml/an, TEP contributive que dans 20 à 30 % des cas >1 ng/ml/an: augmente la contributivité Site de récidive: unique si PSA de l ordre de 5 ng/ml : locale, ganglionnaire, ou osseuse. > 15 ou 20 ng/ml: localisations métastatiques osseuses ou de récidives multiples. vélocité inférieure à 2 ng/ml/an: récidive isolée soit locale soit osseuse, Récidive multisite lorsque la vélocité est très élevée De manière optimale: PSA > 2 ng/ml, temps de doublement du PSA < 6 mois, score de Gleason 7 Arrêt de l hormonothérapie non nécessaire? Mise au point: TEP choline et cancer de la prostate I. Breno Rossi Progrès en urologie 2013 Is the detection rate of 18F-choline PET/CT influenced by androgen-deprivation therapy? Euro J Nucl Med 2014 Jul;41(7)

21 Cancer de la prostate 18 F Choline (et 11 C Choline) Corrélation PSA et détection des récidives Trigger PSA and PET detection rate. Detection rate of 11 C-choline PET/CT in 190 patients divided in 4 subgroups on basis of trigger PSA levels at time of PET scan: PSA 1 ng/ml (51 patients), 1 < PSA 2 ng/ml (39 patients), 2 < PSA 5 ng/ml (51 patients), and PSA > 5 ng/ml (49 patients). Influence of trigger PSA and PSA kinetics on 11C-Choline PET/CT detection rate in patients with biochemical relapse after radical prostatectomy JNM Sep;50(9): Corrélation score de Gleason et détection des récidives Analyse uni et multivariée: Gleason 7 = facteur prédictif indépendant d une TEP Choline positive pour une récidive, meme à un niveau bas de PSA 1 ng/ml Gleason score at diagnosis predicts the detection rate of 18 F-choline PET/CT performed at biochemical recurrence of prostate cancer: experience with 1,000 patients J Nucl Med December 31, 2014

22 TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline versus IRM Etude prospective 47 patients Corrélation avec histologie Comparaison 18 F-Choline et DWIMRI pour staging local et régional avant prostatectomie radicale avec extension ganglionnaire (cancer haut risque) 18 F-Choline : staging des cancers à haut risque. statut ganglionnaire: haute sensibilité et spécificité. IRM > choline: localisation tumorale évaluation locale (vésicules séminales). Comparative effectiveness of [18 F]-fluorocholine PET-CT and pelvic MRI with diffusion-weighted imaging for staging in patients with high-risk prostate cancer. Pinaguy et al. Prostate 2014 Nov 12.

23 Prospective comparison of computed tomography, diffusion-weighted magnetic resonance imaging and [11C]choline positron emission tomography/computed tomography for preoperative lymph node staging in prostate cancer patients. Eur J Nucl Med Mol Imaging TEP/CT Cancer de la prostate 18 F Choline versus IRM 33 patients à risque intermédiaire et haut. Prostatectomie et curage ganglionnaire

24 TEP/CT Cancer de la prostate 11 C Acétate Incorporé dans les cellules cancéreuses prostatiques en raison d une surexpression de l acide gras synthase. Métaanalyse 24 etudes Recherche de primitif: Sens. 75.1% Spé.75.8% Recherche de récidive: Sens. 64%, majorée si PSA> 1 ng/ml et/ou post prostatectomie Spé. 93% Sens. et spé. équivalentes à la 11C choline (récidive et primitif) Comparable à IRM si tumeur>0.9 cm Performance globale pour extension ganglionnaire avant prostatectomie: Sens. 68.0%, Spé. 78.1%, VPP 48.6%, VPN88.9%. Beheshti et al:brjurolint Mena,et al: J Nucl Med2012;53(4): HaseebuddinM,et al:jnuclmed2013;54(5):

25 TEP/CT Cancer de la prostate Autres traceurs Fluorocyclobutane-1- Carboxylic Acid Analogue synthétique d AA L-leucine Détection de la maladie (50 pts): Sens. de 89%, spec. de 67%, précision de 83%. Récidive extra prostatique: sens.100%, spec. 100%, précision de 100% SNMMI Highlights Lecture: Oncology J Nucl Med. 2014;55:9N-24N. Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

26 Fluoro-5α- Dihydrotestosterone Analogue de la dihydrotestosterone Certaines lésions avides de FDG mais pas de FDHT: entre récepteurs androgènes et métabolisme? Intérêt dans l évaluation de la réponse thérapeutique 18F-FDG and 18F-FDHT images of patient 1 before and after treatment with 17-AAG SNMMI Highlights Lecture: Oncology J Nucl Med. 2014;55:9N-24N. Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

27 Prostate-Specific- Membrane Antigen PSMA PMSA=protéine membranaire exprimée à la surface des cellules cancéreuses prostatiques (carboypeptidaseii/ folate hydrolase) Biomarqueur spécifique de l agressivité: corrélation avec histologie pour l extension métastatique 18 F DCFBC PET CT 68 Ga labeled PMSA (37 pts, + de lésions/choline, signal/bruit amélioré) 123 I MIP 1072 et 123 I MIP 1095 SPECT 18F-DCFBC low-molecular-weight PSMAbased PET/CTimaging

28 99m Tc-MIP SNMMI Highlights Lecture: Oncology J Nucl Med. 2014;55:9N-24N.

29 Etude de faisabilité: validité de l acquisition simultanée [18F] choline PET / IRM chez les patients atteints de cancer de la prostate. Pas de différences significatives dans la détection des lésions hyper-métaboliques Excellente corrélation des valeurs d'absorption standardisés dérivées de PET / IRM et la TEP / CT. Plus performant pour la localisation des lésions. Etude prospective: nette supériorité de précision diagnostique du PET / IRM vs IRM ou PET seuls. (pas de réelle acquisition simultanée; l'approche multi-paramétrique MR n'a pas été appliquée). Intérêt dans la détection de rechute de cancer de la prostate après radiothérapie externe. Caractérisation quantitative détaillée des lésions tumorales Faisabilité pour les nouveaux traceurs [68Ga] (PSMA) : PET IRM>PET CT Molecular Research in Urology 2014: Update on PET/MR Imaging of the Prostate Axel Wetter Int. J. Mol. Sci. 2014, 15,

30

31 Carcinome à cellules rénales RCC: type histologique le plus fréquent Méta analyse: Lésions rénales: sens. 62% et spé.88% Lésions extra rénales: sens. 84% et spé.91% RCC: glucose + production lactate avec «switch» d un métabolisme oxydatif à glycolytique. Transporteur glucose type 1 fortement exprimé Filtration glomérulaire: 56% du glucose (transporteur type 2) filtré avec réabsorption tubulaire Seulement 16% du FDG est réabsorbé dans le tubule proximal Accumulation du FDG dans les tubules rénaux, système collecteur et vessie: facteur limitant +++ Dilution urinaire, insuffisance rénale: augmentation de l accumulation du FDG Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

32 Fixation du FDG reflète l invasion intravasculaire: Rôle +++ planification chirurgie/radiothérapie/radiofréquence Restaging après néphrectomie partielle ou totale: haute VPP (100%) mais faible VPN (67%) Autres intérêts: Lymphome Histiocytome fibreux Différentiel avec kystes Bosniak IIF et III Lésion avec composante graisseuse au CT : différencier un angiomyolipome avec une tumeur maligne Non valable si absence de graisse et extension ganglionnaire: C11 acétate ++ Tumeurs urothéliales: importance du lasilix Bertagna et al. Nucl Med Rev Cent East 2013 Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

33 Cibles moléculaires: mtor et HIF FDG: hétérogénéité de fixation selon type tumoral notamment expression de HIF Fixation élévée = mauvais pronostic Traceur de l hypoxie: 18F MISO CAIX: carbonic anhydrase IX Glycoprotéine transmembranaire Exprimée++ dans RCC à cellules claires et modérément dans les autres formes histologiques Multiples intérêts: pronostique, biomarqueur, cible diagnostique et thérapeutique Corrélation entre expression CAIX et réponse thérapeutique Application diagnostique et thérapeutique: 131 I, 89Zr, 124I Utilisation d une version chimérique de l Ac monoclonal mabg 250 issu de CAIX: cg I cg I cg250 Girentuximab: sens. et spé. de 86% chez 195 patients/ quantification et estimation de la dose thérapeutique 177 Lu-labeled cg250 en thérapeutique Chaitanya et al. JCO 2013 Molecular Imaging of Urogenital diseases Steve Y.Cho and Zsolt Szabo Semin Nucl Med 44:

34

35 Stadification locale : sens. 82% et spé. 89% Excrétion urinaire: facteur limitant++ Solutions: hydratation++, images tardives, injection de furosémide 2 études avec spé. à 100% et sens. entre 86 et 100% Récidive et métastases à distance: Peu d études, faibles effectifs Intérêt potentiel Intérêt de traceurs marqués au 11 C PET in Prostate and Bladder Tumors Sze Ting Lee Semin Nucl Med 42:

36

37 SPECT / CT HDMP 99m Tc Nanocolloides marqués 99m Tc Instrumentation Radiopharmaceutiques TEP / CT 18 F FDG 18 F FNa TEP / IRM 18 F Choline FDHT PMSA.. 11 C Acétate

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016 Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie 13-15 octobre 2016 Dr Isabelle Brenot-Rossi Institut Paoli-Calmettes plan Cancers des voies

Plus en détail

Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ

Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ plan Les techniques d imagerie en médecine nucléaire et les traceurs Les indications

Plus en détail

Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie?

Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie? Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie? Les Incontournables en Cancérologie Mardi 8 Novembre 2016 Dr Pierre-Yves BRARD Centre Hospitalier Métropole Savoie Cancer de prostate oligo-métastatique

Plus en détail

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Oncomel le 2 juillet 2014 Indication AMM : - Recherche de maladie résiduelle : Diminution

Plus en détail

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE Médecine Nucléaire Hôpital Tenon FDG ET CANCER DE LA PROSTATE Utilisation non recommandée: Faible activité glycolytique de ce cancer Forte excrétion

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Médecine Nucléaire et cancer de prostate. Les attentes du chirurgien urologue

Médecine Nucléaire et cancer de prostate. Les attentes du chirurgien urologue Médecine Nucléaire et cancer de prostate Les attentes du chirurgien urologue ACOMEN- LYON le 25 Novembre 2016 Dr Gilles Pasticier Objectifs et moyens Objectifs: - Importance de l atteinte prostatique -

Plus en détail

Ga-PSMA TEP/TDM dans les cancers prostatiques: Du bilan d extension initial à la récidive. Maëlle LE THIEC, ICO Nantes SMNO, 24/06/2017

Ga-PSMA TEP/TDM dans les cancers prostatiques: Du bilan d extension initial à la récidive. Maëlle LE THIEC, ICO Nantes SMNO, 24/06/2017 68 Ga-PSMA TEP/TDM dans les cancers prostatiques: Du bilan d extension initial à la récidive Maëlle LE THIEC, ICO Nantes SMNO, 24/06/2017 Cancer prostatique: le plus fréquent chez l homme Récidive après

Plus en détail

La TEP/TDM au 18 F-NaF. A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15

La TEP/TDM au 18 F-NaF. A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15 La TEP/TDM au F-NaF A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15 Un «nouveau traceur»? Première publication : Blau et al. 1962 Approuvé par la FDA en 1972 Dès 1970 : Diminution de l usage au profit des

Plus en détail

Choline. Sylvie Girault -Angers Mathieu Calvarin - Brest

Choline. Sylvie Girault -Angers Mathieu Calvarin - Brest Choline Sylvie Girault -Angers Mathieu Calvarin - Brest Belle Ile SMNO 30 juin 2012 Choline : Mécanisme de Fixation Substrat extrinsèque à la phosphatidylcholine, précurseur des phospholipides membranaires,

Plus en détail

Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI

Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI AAU, Hôtel El Auras si 13 Décembre 2014 Pourquoi le cancer de la prostate à haut risque est sujet à

Plus en détail

TUMEURS OSSEUSES: Quel examen en Médecine Nucléaire? Pauline CHAMBON, Manipulatrice Dr Matthieu John OUVRIER Département de Médecine Nucléaire

TUMEURS OSSEUSES: Quel examen en Médecine Nucléaire? Pauline CHAMBON, Manipulatrice Dr Matthieu John OUVRIER Département de Médecine Nucléaire TUMEURS OSSEUSES: Quel examen en Médecine Nucléaire? Pauline CHAMBON, Manipulatrice Dr Matthieu John OUVRIER Département de Médecine Nucléaire Tumeurs osseuses primitives Tumeurs osseuses secondaires -

Plus en détail

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Nancy, 27 janvier 2009 DU de Pharmacie Oncologique DU de Pharmacie Oncologique 2011/2012 TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Pierre OLIVIER Médecine Nucléaire - CHU

Plus en détail

La TEP Choline aujourd hui Indications, Résultats, Accessibilité

La TEP Choline aujourd hui Indications, Résultats, Accessibilité Le rôle crucial des imageurs dans la prise en charge du cancer prostatique La TEP Choline aujourd hui Indications, Résultats, Accessibilité Mais d autres traceurs arrivent et d autres orientations émergent

Plus en détail

Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire

Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire JM RAMACKERS O MIGNECO Imagerie Nucléaire de l Ouest Lyonnais et de l Ain Médecine Nucléaire

Plus en détail

Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive

Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive Michaël Soussan CHU Avicenne Université Paris 13 Service de Médecine nucléaire et de Biophysique Journée scientifique FFCD 13 janvier 2012 Principe

Plus en détail

La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire

La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire Protocole AOR 02072 P020907 Investigateur principal : Pr Jean-Noël TALBOT, Hôpital Tenon Etude

Plus en détail

L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications. Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon

L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications. Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon Principe Imagerie Gamma Caméra: scintigraphie à l Octreoscan Imagerie TEP TEP 18 FDG TEP 18FDOPA

Plus en détail

TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016

TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016 TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016 Jean-Noël Talbot, Mathieu Gauthé, Valérie Nataf, Jean-Baptiste Debry, Laura Rozenblum Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon, AP-HP &UPMC 1 Cas

Plus en détail

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE TURSAC AVRIL 2006 ANDRAU PIERRE CHU TOULOUSE DONNEES TECHNIQUES DONNEES TECHNIQUES(1) Examen scintigraphique. Imagerie fonctionnelle. Basée sur la fonction

Plus en détail

Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue

Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue O. Rouvière Service d imagerie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot, Lyon Plan 1. Détection du cancer avant biopsie

Plus en détail

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Marine CABOURG - Pr DUBRAY Centre Henri Becquerel - ROUEN 27

Plus en détail

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon Principe Administration d un radiopharmaceutique: choix en fonction de l organe à étudier

Plus en détail

PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE

PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE vendredi 01/02/2013 EVDG - Paris PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE Pr. Gérald BONARDEL Service de médecine nucléaire HIA Val

Plus en détail

Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein?

Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein? Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein? Dr David Groheux Hôpital Saint-Louis ; APHP Pr Elif Hindié CHU de Bordeaux Augmentation de la Glycolyse dans les tumeurs

Plus en détail

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Introduction Cancer du pénis = rare Incidence : 1/100 000 hommes en Europe Pic de fréquence entre 60-70

Plus en détail

«Aut tace aut loquere meliora silentio» Francesco GIAMMARILE

«Aut tace aut loquere meliora silentio» Francesco GIAMMARILE «Aut tace aut loquere meliora silentio» Francesco GIAMMARILE Introduction Plan Introduction Nouvelles applications Nouveaux radiopharmaceutiques Nouvelles techniques (TEP-IRM) Conclusion I sort of thought

Plus en détail

TEP et tumeurs cérébralesc

TEP et tumeurs cérébralesc TEP et tumeurs cérébralesc N. Gault, A.Chirila, F.Gutman, K.Kerrou, D.Grahek, F.Montravers, V. DeBeco, JN Talbot Service de Médecine Nucléaire - Hôpital Tenon QCM 1) biodistribution: de quel traceur s

Plus en détail

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP-FDG et cancer colorectal F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Glucose 6 phosphatase FDG FDG FDG 6 phosphate hexokinase Glucose

Plus en détail

L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu?

L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu? L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu? Olivier PELLET INOL Lyon SIAD 2016 GENERALITES Imagerie fonctionnelle Etudie une fonction : sécrétion, métabolisme,

Plus en détail

Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Anatomie élémentaire... 3 1.2. Histologie... 3 2. Épidémiologie...

Plus en détail

TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter

TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter H. Foehrenbach, G. Bonardel, M. Mantzarides Service de médecine nucléaire, Hôpital d Instruction des Armées du Val de Grâce, Paris Introduction

Plus en détail

Cancer prostatique : Etat des lieux

Cancer prostatique : Etat des lieux Cancer prostatique : Etat des lieux - Epidémiologie en quelques chiffres - Dépistage - Diagnostic - Nouvelles données thérapeutiques - Chirurgie avec assistance robotique EPU B Dr B. DUQUESNOY Dr F. OLIVIER

Plus en détail

Peut-on ne pas faire de bilan d extension?

Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 12/06/2015 Avec le soutien de Pierre Kerbrat De Jean-Sebastien Fresnel 2 histoires en parallèle. Noemie, 38 ans Autopalpation Bilan

Plus en détail

TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique. Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1

TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique. Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1 TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1 Utilités potentielles de la TEP/TDM Diagnostic et bilan d extension initial Guidage

Plus en détail

Françoise MONTRAVERS

Françoise MONTRAVERS Françoise MONTRAVERS Indications de la tomographie par émission de positons (TEP) en cancérologie digestive Connaître les indications validées. Préciser sa place par rapport aux autres techniques d'imagerie.

Plus en détail

TEP et cancers digestifs

TEP et cancers digestifs TEP et cancers digestifs TEP-TDM Un radiotraceur : 18FDG 18FCHOLINE 18FDOPA Imagerie hybride ONCOMEL 22 mars 2016 TEP-TDM Un radiotraceur : 18 FDG Glycémie 18 FCHOLINE => membrane cellulaire 18 FDOPA SUV

Plus en détail

La place de la TEP dans le cancer du sein. Matthieu Breton (Interne) Service de Médecine Nucléaire Dr Wartski / Dr Alberini

La place de la TEP dans le cancer du sein. Matthieu Breton (Interne) Service de Médecine Nucléaire Dr Wartski / Dr Alberini La place de la TEP dans le cancer du sein Matthieu Breton (Interne) Service de Médecine Nucléaire Dr Wartski / Dr Alberini Généralités La tomographie par émission de positon Désintégration bêta + du traceur

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Généralités Incidence (France 2012 (estimations)): 56841cas par an 1 er cancer chez l hommel Pic d incidence d et âge médian m : 70ans Mortalité (France 2012) : 8950 décès d s par

Plus en détail

Radio - pharmaceutiques TEP

Radio - pharmaceutiques TEP Médecine Nucléaire diagnostique: imagerie fonctionnelle par scintigraphie de positons et de rayonnements γ Service de Médecine Nucléaire Franz Buchegger, PD juin 2006 Le radio - pharmaceutique Le radio

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans CANCER DE PROSTATE FDR > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans Hérédité : 2 parents au 1er degré 1 parent avant 55 ans Ethnie : Afro-antillais +++ Anapath ADK ++++++ (90%) Hormono-dépendant ++ 2 caractéristiques

Plus en détail

L os cortical et l os médullaire

L os cortical et l os médullaire Traceurs métaboliques de l'os cortical et de l'os médullaire pour la TEP en cancérologie Fluorure (18F), fluorodésoxyglucose (18F) et fluorocholine (18F) Sona Balogova, Laure Michaud, Khaldoun Kerrou,

Plus en détail

IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge

IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge 25/10/2014 Objectifs Qui sont les patients qui entrent dans notre département pour bénéficier d

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE. Soirée Robot Chirurgical Les PSA. Cancer prostatique : Etat des lieux QUESTIONS. Cancer de la prostate : - Faut-il dépister? - Comment?

EPIDEMIOLOGIE. Soirée Robot Chirurgical Les PSA. Cancer prostatique : Etat des lieux QUESTIONS. Cancer de la prostate : - Faut-il dépister? - Comment? EPIDEMIOLOGIE Soirée Robot Chirurgical Les PSA 27 mai 2011 Expert: Dr François Olivier et Dr Jorge Villamizar Formateur: Dr Dominique Dupuis -EPU Amiens Sud: Association de formation médicale -Loi du 1

Plus en détail

Principes de la Médecine Nucléaire

Principes de la Médecine Nucléaire D.E.S. Radiologie 2016 Dr C. Bailly Pr F. Kraeber-Bodéré Service de Médecine nucléaire CHU Hôtel Dieu Nantes Principes de la Médecine Nucléaire Les radiopharmaceutiques IMAGERIE MEDICALE RADIOLOGIE MEDECINE

Plus en détail

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Jean-Louis ALBERINI Service de Médecine Nucléaire Université Versailles St-Quentin Diagnostic de métastase d emblée ou durant l évolution Médiane

Plus en détail

Suivi du cancer de la Prostate. Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard

Suivi du cancer de la Prostate. Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard Suivi du cancer de la Prostate Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard Cas clinique Surveillance Post Opératoire Mr L Georges, 52 ans ATCD HTA, reflux gastro-oesophagien ATCD familiaux cancers mammaires

Plus en détail

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement Imagerie métabolique. Radiothérapie vectorisée. Détection per-opératoire. Radio-immunologie Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie Radiothérapie interne vectorisée: traitement Détection

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES QUELLES SCINTIGRAPHIES?

METASTASES OSSEUSES QUELLES SCINTIGRAPHIES? METASTASES OSSEUSES QUELLES SCINTIGRAPHIES? INTRODUCTION! Le squelette est le 3ème site métastatique après le foie et les poumons! Des métastases osseuses sont diagnostiquées à un moment ou un autre dans

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE. Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016

PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE. Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016 PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016 TEP/TDM La TEP est une technique d imagerie biologique permettant de rendre compte de manière quantitative et

Plus en détail

TEP Choline et cancer de la prostate

TEP Choline et cancer de la prostate TEP Choline et cancer de la prostate Eric ZERBIB CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, eric.zerbib@cimen.fr Pas de conflit d intérêt pour cette communication Médecins Nucléaires et Urologues

Plus en détail

Essais cliniques : Cancer de la prostate

Essais cliniques : Cancer de la prostate Essais cliniques : Cancer de la prostate Sommaire des protocoles Page Adénocarcinome de la prostate - GETUG - 17 Étude randomisée multicentrique comparant une radiothérapie adjuvante immédiate associée

Plus en détail

Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques

Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques Dr Claire Gibold de la Souchère Service de Médecine Nucléaire CH Troyes Principes de la TEP au 18 FDG Augmentation de la

Plus en détail

TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Radiopharmaceutique [18-F]-FLUORO-2-DESOXYGLUCOSE, analogue du glucose, traceur d hypermétabolisme

Plus en détail

Mr P.B, 65ans. Quelles informations donner au patient? Oncologie pour le praticien-1. Généralisation du dosage du PSA.

Mr P.B, 65ans. Quelles informations donner au patient? Oncologie pour le praticien-1. Généralisation du dosage du PSA. Oncologie pour le praticien-1 Stratégies diagnostiques et thérapeutiques Cancer de la prostate localisé Expert: Prof AP. Sappino Animatrice: Prof M. Louis Simonet Consultation PSA 6 mg/l Asymptomatique

Plus en détail

Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites

Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites Philippe Halimi, MD Service de Radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Faculté de Médecine Paris-V; Université René Descartes

Plus en détail

L imagerie de diffusion en pathologie rénale

L imagerie de diffusion en pathologie rénale L imagerie de diffusion en pathologie rénale I Boulay-Coletta, E sibileau, V Molinie, M Zins M Zins Fondation Hopital Paris Saint Joseph, Paris - FRANCE Plan Contraintes techniques appliquées au rein Application

Plus en détail

Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon

Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon PARISSE Sandrine & DECOUSUS Marielle Service de Médecine Nucléaire CHU St-Etienne 7 novembre 2015 SOMMAIRE 1 2 3 4 5

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

TEP-TDM à la fluorodopa et au FDG pour l exploration des tumeurs endocrines digestives et des phéochromocytomes

TEP-TDM à la fluorodopa et au FDG pour l exploration des tumeurs endocrines digestives et des phéochromocytomes TEP-TDM à la fluorodopa et au FDG pour l exploration des tumeurs endocrines digestives et des phéochromocytomes F. Montravers, K. Kerrou, D. Grahek, F. Gutman, V. Huchet, J.N. Talbot Service de Médecine

Plus en détail

Tumeur du canal anal. V Servois Institut Curie Paris. Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016

Tumeur du canal anal. V Servois Institut Curie Paris. Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016 Tumeur du canal anal V Servois Institut Curie Paris Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016 Carcinome du canal anal - généralités - 2% des tumeurs digestives - L incidence est de1.5/100 000 personnes/année

Plus en détail

du cancer de prostate

du cancer de prostate Imagerie des récidives r locales du cancer de prostate Pourquoi? Comment? Pr Olivier Rouvière Service d'imagerie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot - Lyon Rappels Rappels préliminaires Pourquoi

Plus en détail

Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués. Applications dans les cancers du poumon. Dr Jessica Ohnona

Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués. Applications dans les cancers du poumon. Dr Jessica Ohnona Imagerie de l angiogenèse tumorale TEP aux peptides RGD radio-marqués Applications dans les cancers du poumon Dr Jessica Ohnona Physiopathologie Angiogenèse Formation de néo-vaisseaux à partir d un réseau

Plus en détail

Place des nouvelles techniques d imagerie dans le Myélome Multiple en 2013

Place des nouvelles techniques d imagerie dans le Myélome Multiple en 2013 Place des nouvelles techniques d imagerie dans le Myélome Multiple en 2013 Sylvain CARRAS Interne DES d hématologie Grenoble Congrès de la SFH : 28 mars 2013 Société Française d Hématologie Association

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE QUEL TRAITEMENT POUR QUEL PATIENT? Pr M. ZERBIB Hôpital Cochin, Paris Cancer localisé de la prostate: les acquis d une décennie Diagnostic précoce Evaluation plus précise : biopsies,

Plus en détail

L imagerie en questions : Cancer de l endomètre

L imagerie en questions : Cancer de l endomètre + L imagerie en questions : Cancer de l endomètre Corinne Balleyguier, Elise Zareski Sébastien Gouy, Philippe Morice, Catherine Genestie, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Alexandra Leary, Catherine

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Traitement du cancer de prostate. Enquête OPEPS Cette enquête de pratiques est réalisée dans le cadre de l évaluation OPEPS (Office Parlementaire d Evaluation des Politiques de Santé). Son objectif est

Plus en détail

Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP. Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016

Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP. Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016 Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016 La Neuro-onco en TEP c est dur parce que.. Le FDG marche moins bien en raison de signal de fond cérébral élevé. Le radiotraceur

Plus en détail

CARCINOSE PERITONEALE : l ABC. Clarisse DROMAIN, MD, PhD

CARCINOSE PERITONEALE : l ABC. Clarisse DROMAIN, MD, PhD CARCINOSE PERITONEALE : l ABC Clarisse DROMAIN, MD, PhD Introduction Imagerie de la carcinose péritonéale = challenge technique Haute résolution spatiale : petite taille des lésions Haute résolution en

Plus en détail

Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations?

Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations? Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations? Pr Catherine Uzan Chef du service de Chirurgie et Cancérologie oncologique et mammaire Hôpital Pitié Salpêtrière Université Pierre et Marie

Plus en détail

Les lymphomes osseux. Soirée AIH. Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon

Les lymphomes osseux. Soirée AIH. Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon Les lymphomes osseux Soirée AIH Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon Une définition difficile Localisations osseuses secondaires d un lymphome Lymphome osseux primitif Réticulosarcome de Parker

Plus en détail

IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative.

IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative. IRM de diffusion corps entier et TEP/TDM en cancérologie digestive: résultats préliminaires d une étude comparative. PF Montoriol 1, D Da Ines 1, C Merlin 2, D Pezet 3, JM Garcier 1. 1 Radiologie et Imagerie

Plus en détail

Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines

Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines Item 5 : Imagerie par tomographie d émission de positons (TEP) des tumeurs endocrines Collège des Enseignants d'endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques (CEEDMM) Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien

TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien Pr CONESSA Claude Dr Clément, Pr Poncet Service ORL du Val-de de-grâce Paris Rencontre APRAMEN 13/06/06 La TEP En fonction de notre expérience

Plus en détail

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES Elise Zareski, Service de Radiologie, Gustave Roussy Corinne Balleyguier, Philippe Morice, Sébastien Gouy, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Catherine Lhommé,

Plus en détail

En cours à Tenon PHRC : Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM STIC : FLUPROSTIC Cancer de la prostate comparaison TEP/TDM et IRM

En cours à Tenon PHRC : Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM STIC : FLUPROSTIC Cancer de la prostate comparaison TEP/TDM et IRM En cours à Tenon PHRC : Tumeurs endocrines digestives et TEP/TDM STIC : FLUPROSTIC Cancer de la prostate comparaison TEP/TDM et IRM FDOPA (investigateur principal : F Montravers), début : janvier 2006

Plus en détail

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL Date: 19/10/2015 Promo: DFGSM2 2015/2016 Ronéistes : TSANG Ronan LEBEAU Greg Plage horaire: 10h30-11h45 Enseignant : Dr. C Revel TEP et cancer pulmonaire I. Diagnostic

Plus en détail

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Le cancer de prostate AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA = 2,35 ng/ml L/T = 11% TR normal echo normale Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA

Plus en détail

Intérêt de la TEP/TDM et choix du traceur pour localiser la tumeur primitive devant une métastase neuroendocrine

Intérêt de la TEP/TDM et choix du traceur pour localiser la tumeur primitive devant une métastase neuroendocrine Intérêt de la TEP/TDM et choix du traceur pour localiser la tumeur primitive devant une métastase neuroendocrine F. Montravers, V. Nataf, J.N. Talbot Médecine Nucléaire Hôpital Tenon Les TNE Dérivées du

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 avril 2016 fluorocholine ( 18 F) FLUOROCHOL 222 MBq/mL, solution injectable Flacon 15 ml (CIP : 34009 550 104 4 9) Laboratoire ADVANCED ACCELERATOR APPLICATIONS Code

Plus en détail

Place du Curage dans le Cancer du Rein

Place du Curage dans le Cancer du Rein Place du Curage dans le Cancer du Rein Épidémiologie des cancers du Rein Incidence MONDE 271 000 nouveaux cas en 2008 Taux stand monde pour 100 000 : Hommes : 14,2 : 5,8 France: 11 080 nouveaux cas en

Plus en détail

«des boules et des glandes»

«des boules et des glandes» «des boules et des glandes» Xavier Poullias, C. Dechaud, E. Gontier, G. Bonardel, H. Foehrenbach Service de Médecine Nucléaire du Val-de-Grâce, Paris HDM : Patient de 58 ans alcoolo-tabagique Ecoulement

Plus en détail

dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques

dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques Intérêt de la TEP- 18 FDG GHPS dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques Rencontre APRAMEN du 09/10/2012 G. LETHIELLEUX, C. AMOUYAL, C. LEPOUTRE-LUSSEY, A. KAS, L. LEENHARDT, A. AURENGO

Plus en détail

Imagerie du cancer du pancréas. Le point de vue du radiologue

Imagerie du cancer du pancréas. Le point de vue du radiologue Imagerie du cancer du pancréas Le point de vue du radiologue 3 questions 1. L IRM fait-elle mieux que le scanner pour détecter les cancers du pancréas? 2. Quelle imagerie pour assurer le bilan de résécabilité?

Plus en détail

FLIP-FLOPS FLOPS. Nina Mortazavi, Interne Service de Médecine M CRLCC René Huguenin, Saint Cloud. APRAMEN 8 avril 2008

FLIP-FLOPS FLOPS. Nina Mortazavi, Interne Service de Médecine M CRLCC René Huguenin, Saint Cloud. APRAMEN 8 avril 2008 FLIP-FLOPS FLOPS APRAMEN 8 avril 2008 Nina Mortazavi, Interne Service de Médecine M Nucléaire CRLCC René Huguenin, Saint Cloud A propos de deux cas cliniques Cas n 1n Monsieur C.M Homme 68 ans, pas d ATCDd

Plus en détail

Le F Na, il est là! Par Dr K.Kerrou Pr JN.Talbot A.Halimi (interne)

Le F Na, il est là! Par Dr K.Kerrou Pr JN.Talbot A.Halimi (interne) Le F Na, il est là! Par Dr K.Kerrou Pr JN.Talbot A.Halimi (interne) Historique 1 Introduction dans les années 60 et approuvé en 70 par la US Food and Drug Administration Apparition des traceurs-99mtc dans

Plus en détail

Les métastases osseuses

Les métastases osseuses Les métastases osseuses Les métastases osseuses = cellules tumorales qui proviennent d une tumeur maligne primitive et qui se sont localisées à distance dans le tissu osseux. Introduction Incidence des

Plus en détail

Fixation thyroïdienne en FDG TEP-TDM. Dr. Aurélie Bourdon CHU Lapeyronie

Fixation thyroïdienne en FDG TEP-TDM. Dr. Aurélie Bourdon CHU Lapeyronie Fixation thyroïdienne en 18 FDG TEP-TDM Dr. Aurélie Bourdon CHU Lapeyronie 1 ière situation clinique: Fixation thyroïde fortuite au 18 FDG TEP-TDM Foyer hypermétabolique focalisé +++ Hypermétabolismediffus

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate. Hervé Baumert

Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate. Hervé Baumert Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate Hervé Baumert 1 70 000 nouveaux cas/ an EPIDEMIOLOGIE 1 er cancer en fréquence 1 homme sur 6 entre 60-80 ans 3éme cause de décès par cancer : 9000

Plus en détail

Chromogranine A. Intérêt dans le diagnostic et le suivi post opératoire des phéochromocytomes BOUDIAF.D 1 ;HIMEUR.M 2 ; FOUDIL.D 1 ; SEMROUNI.

Chromogranine A. Intérêt dans le diagnostic et le suivi post opératoire des phéochromocytomes BOUDIAF.D 1 ;HIMEUR.M 2 ; FOUDIL.D 1 ; SEMROUNI. Chromogranine A Intérêt dans le diagnostic et le suivi post opératoire des phéochromocytomes BOUDIAF.D 1 ;HIMEUR.M 2 ; FOUDIL.D 1 ; SEMROUNI.M 1 1 : Service d Endocrinologie et de médecine nucléaire. CPMC.

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Item n 156 : Tumeurs de la prostate

Item n 156 : Tumeurs de la prostate Épidémiologie Item n 156 : Tumeurs de la prostate Cancer le plus fréquent chez lʼhomme Histologie : adénocarcinome FDR : âge élevé, ATCD familiaux de cancer de la prostate, ethnie (noire) Anatomopathologie

Plus en détail

Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique

Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique Evaluation thérapeutique précoce par imagerie TEP en cancérologie gynécologique Dr Nicolas Aide Service de Médecine Nucléaire & Unité bioticla, EA4656 CRLCC François Baclesse, Caen Plan Imagerie TEP animale:

Plus en détail

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008 Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM IRM DES TUMEURS RECTALES 15 000 nouveaux cas/an en France Amélioration du pronostic Evolutions

Plus en détail

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique?

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique? Quel suivi pour un risque élevé de rechute systémique? Christelle LEVY Déclaration d intérêts GSK Novartis Roche Pas de conflit d intérêt pour cette présentation contexte les recommandations des sociétés

Plus en détail

Médecine Nucléaire UE biopathologie. Paolo Zanotti Fregonara

Médecine Nucléaire UE biopathologie. Paolo Zanotti Fregonara Médecine Nucléaire UE biopathologie Paolo Zanotti Fregonara Définition Utilisation de sources radioactives non scellées dans un but Diagnostique (photons gamma) Thérapeutique (particules beta, alpha) Radioactivité

Plus en détail

Harmonisation des protocoles TEP dans les essais multicentriques. Pr Nicolas Aide CNO

Harmonisation des protocoles TEP dans les essais multicentriques. Pr Nicolas Aide CNO Harmonisation des protocoles TEP dans les essais multicentriques Pr Nicolas Aide CNO Démarches d évaluation/standardisation sur le site caennais Acquisition Biograph Reconstruction PSF Etude rétrospective

Plus en détail