Mémoire de Magistère

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire de Magistère"

Transcription

1 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Université d'oran Es Senia Faculté des Sciences Département de Biologie Laboratoire de Physiologie de la Nutrition et de Sécurité Alimentaire./ :4;/ 3<:= BC/DE;/ F5G/ 2 3HDEI;/ 0>K5 Mémoire de Magistère Option : Physiologie de la Nutrition et de Sécurité Alimentaire Thème ÉTUDE DU POTENTIEL ANTIGÉNIQUE DES PROTÉINES DU LACTOSÉRUM BOVIN APRÈS HYDROLYSE ENZYMATIQUE TRYPSIQUE ET CHYMOTRYPSIQUE SOUS IRRADIATION AUX MICRO-ONDES Présenté par : Mme KAZI TANI AMILA (épouse ABER AOUNI) Membres du jury : Président : Mr BOUTIBA Z. Professeur, Université d Oran Examinateur : Mr KHEROUA O. Mr AOUES AEK Professeur, Université d Oran Professeur, Université d Oran Rapporteur : Mr SAIDI D. Professeur, Université d Oran Co-rapporteur : Mr EL MECHERFI K-E. Chargé de cours, Université d USTO

2 Remerciements Mes premiers remerciements iront à Mr. SAIDI et Mr. KHEROUA pour leur accueil au sein du laboratoire de Physiologie de la Nutrition et de Sécurité Alimentaire. Je suis reconnaissante à mon encadreur, Pr. SAIDI Djamel de m avoir fait bénéficier de son expérience et de sa compétence ainsi que de la confiance qu'il m'a toujours témoignée. Je le remercie également pour ses corrections et ses relectures averties. Un remerciement particulier à Mr. BOUTIBA Zitouni, professeur à l université d Oran, qui a bien voulu accepter de présider le jury. Mes remerciements vont également au Pr. AOUES AEK, Professeur à l université d Oran qui a bien voulu accepter de juger mon travail. Qu il trouve ici l expression de ma profonde gratitude. Je remercie aussi Pr. KHEROUA Omar, professeur à l université d Oran pour le temps qu il a consacré à la correction de mon mémoire. Je remercie tout particulièrement Mr. ELMECHERFI Kamel, Maitre assistant à l Université des Sciences et Technologies d Oran de m avoir assistée durant mon experimentation ainsi que pour ses precieux conseils. Je remercie tous les membres du laboratoire de la Physiologie de la Nutrition et de Sécurité Alimentaire ; Mr. Chekroun A, Mr. Mezmaze F, Mme Addou S, Mme Belarbi H, Mme Mehedi N et Mlle Kadouri H. Merci aussi à tous mes collègues du laboratoire qui m ont aidé ou conseillé et qui se reconnaîtront ici. J exprime ma profonde sympathie à Djazia, Hassina, Omar et kawthar ; je les remercie pour leur aide, leur soutien durant l année pratique et leur souhaite une bonne continuation.

3 Résumé Les laits à base d hydrolysats de protéines sont fréquemment utilisés comme substituts pour les enfants présentant une APLV. Toutefois, des cas d hypersensibilité vis-à-vis de ces laits ont été rapportés. C est pourquoi, il est essentiel de trouver une formule ne présentant pas de risques liés à la consommation des laits infantiles. L objectif de ce travail est de déterminer l effet de l hydrolyse trypsique ou chymotrypsique combiné aux micro-ondes sur l antigénicité des principales protéines du lactosérum. Les lactosérums ont subit une hydrolyse trypsique ou chymotrypsique combinée à un traitement par les micro-ondes (40 c) pendant 5 ou 15 minutes. Un autre lot de lactosérums a été soumis à une hydrolyse enzymatique de même type mais incubé au bain marie à 40 c pendant 5 ou 15 minutes afin de nous servir de référence. Sur les différents échantillons, on a procédé à une évaluation de l antigénicité des lactoprotéines sériques par la méthode ELISA, vis-à-vis des IgG spécifiques anti g-lg et anti h- La obtenues chez le lapin. La technique du Western blot a ensuite été réalisée afin de confirmer les résultats obtenus par la méthode précédente. Les résultats obtenus montrent que : L hydrolyse par la trypsine combinée aux rayonnements micro-ondes diminue significativement (p<0,05) la réactivité du lactosérum vis-à-vis des IgG anti g-lg. L hydrolyse par la chymotrypsine combinée aux rayonnements micro-ondes pendant 5 min entraine une baisse significative (p<0,05) de la réactivité du lactosérum vis-à-vis des IgG anti g-lg et elle est d autant plus significative à 15 min de traitement (p<0,01). La réactivité vis-à-vis des IgG anti h-la des lactosérums soumis au traitement micro-ondes seul a par contre augmenté (p<0,05) en comparaison avec le lactosérum natif. le pouvoir antigénique anti h-la des hydrolysats trypsiques et chymotrypsiques soumis au bain marie est moins important par rapport aux hydrolysats soumis aux micro-ondes. En conclusion, l hydrolyse enzymatique combinée aux rayonnements micro-ondes semble diminuer sensiblement l antigénicité de la g-lg, ce qui n est pas le cas de l h-la dont l antigénicité s est vue stable sous l influence des M.O.Ceci nous amène à supposer que l effet combiné du traitement micro-ondes à l hydrolyse enzymatique a facilité le clivage de la g-lg par les endoprotéases à l opposé de l h-la qui a résisté à l hydrolyse enzymatique sous micro-ondes avec probablement un démasquage d épitopes antigéniques initialement cachés dans la forme tridimensionnelle de la protéine. Mots clés : Hydrolyse Trypsique Hydrolyse Chymotrypsique Micro-ondes Antigénicité O-Lactoglobuline P- Lactalbumine Réactivité.

4 Abstract The milk-based protein hydrolysates are commonly used as substitutes for children with APLV. However, cases of hypersensitivity vis-à-vis these milks have been reported. It is therefore essential to find a formula showing no risks associated with consumption of infant milk. This work is aimed to determine the effect of microwave (MW) treatment combined with tryptic or chymotryptic hydrolysis on antigenicity of the main whey proteins. The bovine whey are submited to microwave (40 Ccombined with tryptic and chymotryptic hydrolysis for 5 or 15 minutes. Another aliquots of whey was subjected to a similar enzymatic hydrolysis but incubated in a bath water at 40 C for 5 or 15 minutes to serve as a reference. Of the different samples, we evaluated antigenicity of whey proteins by ELISA method, towards specific IgG anti g-lg and anti h -La obtained from rabbits. The technique of western-blot was then performed to confirm the results of the previous method. The results show that: The hydrolysis by trypsin combined with microwaves decreases significantly (p <0.05) whey s reactivity towards IgG anti g-lg. Hydrolysis by chymotrypsin combined with microwave irradiation causes a significant decrease (p <0,05) of the reactivity of whey towards IgG anti g-lg. That was more significant at 15 min of exposure. Responsiveness towards IgG anti h-la, of the whey submitted to microwave treatment increased compared to the native whey. The same observation was made for tryptic and chymotryptic hydrolysates; the conventional hydrolysis of whey were more efficient than the hydrolysis under microwaves. In conclusion, enzymatic hydrolysis combined with the microwave treatment seems to significantly decrease the antigenicity of g-lg.it is not the case of h-la s antigenicity wich was steady under the influence of MO. This leads us to suppose that microwaves could favour the exposure of some residues specifically recognised by proteases and then, enhance hydrolysis. In the opposite, h-la was resistant to proteolysis under MW, and this treatment probably display hidden epitopes in three dimensional shape of the protein Keywords: tryptic Hydrolysis chymotryptic Hydrolysis - Microwave - Antigenicity - O-lactoglobulin - P-lactalbumin - Reactivity.

5 Westernblot!!!,. # $ % & ' (!! )* +*, -. /.. 0 1* 2! $ 345! (, 8!! 0.! 7 )0; &, 9 & :5. '&! < $ =; > ( $ =; >!.! )0. <, # ), ( )A )* % 2 <, # )*!! $.ELISA (!- 7 < (..! 5 7 GA > : IgG ' ( 7!, 7 # $ ( >! )0;. Lg ' 7!K # ( 5 $ JK! )0;.( 15. )&, Lg IGg La IgG $ ( > 7!,. G )A )*!! 0; 7 La 4. $ ( G 7 : ) La,2 < Lg!, $ ( > )0;. $ JK! 1!K 4K La $,Lg 0; 3 5! $ $ JK )0; 4-. G!. 5 A )* >!K M *,! $ ( )0; :. 4 _ (!, O$ 8 ( )! )!

6 Liste des abréviations AA : acides aminés. ACF : Adjuvant Complet de Freund. Ac/Ag : Anticorps/Antigène. AIF : Adjuvant Incomplet de Freund. AG : Acides Gras. APLV : Allergie aux Protéines du Lait de Vache. h-la : h Lactalbumine. BCR : B Cell Receptor. l-lg : beta lactoglobuline. B M : bain marie. C.M.H : Complexe Majeur d Histocompatibilité. CPA : Cellules Présentatrice d Antigène. Cys : Cysteine. Da : Daltons. ELISA : Enzymes Linked Immunosorbant Assay. E/S : enzyme/substrat. GALT : Gut Associated Lymphoid Tissue. HP : Haute Pression IgA, IgE, IgG : Immunoglobulines A,E,G. IgG-HRP : IgG-Horse Radish Peroxydase. IL4 : Interleukine 4. KDa : Kilo Daltons LB et LT : lymphocytes B et T. Lf : Lactoferrine. MO : Micro-ondes. OPD : Ortho Phenylène Diamine. PM : poids moléculaire. PLV : Protéines du Lait de Vache. PVDF : Polyvinyylidene Di Fluoride. SAB : Sérum Albumine Bovine. SDS-PAGE : Sodium Dodecyl Sulfate-Poly Acrylamide Gel Electrophoresis. TCR : T Cell Receptor.

7 Liste des figures et des tableaux 1. Liste des figures Figure 1. Structure moléculaire de la -Lactoglobuline Figure 2. Structure de l -Lactalbumine Figure 3. Organisation schématique des tissus lymphoïdes associés à la paroi digestive Figure 4. Prise en charge des antigènes alimentaires présents dans la lumière intestinale et leur présentation au système immunitaire associé à la muqueuse intestinale Figure 5. Représentation schématique de deux anticorps interagissant avec un épitope linéaire et conformationnel Figure 6. Représentation schématique des séquences antigéniques de la -Lg- 18 Figure 7. Représentation schématique des séquences antigéniques de l -La Figure 8. Représentation schématique de l action des enzymes pancréatiques Figure 9. Représentation schématique de la plaque ELISA «Nunc,Maxisorb» 96 puits à fond plat Figure 10. Représentation schématique du dispositif d immunoblot Figure 11. Titres en IgG sériques anti - Lg et anti -La mesurés par la technique ELISA chez des lapins immunisés à la -Lg Figure 12. Réactivité vis-à-vis des IgG anti--lg du lactosérum traité aux microondes comparé au lactosérum natif Figure 13. Réactivité vis-à-vis des IgG anti--la du lactosérum traité aux MO par rapport au lactosérum natif Figure 14. Réactivité vis-à-vis des IgG anti -Lg des hydrolysats trypsiques traités aux MO pendant 5 ou 15 minutes

8 Figure 15. Réactivité vis-à-vis des IgG anti -La des hydrolysats trypsiques traités par les micro-ondes pendant 5 ou 15 minutes Figure 16. Réactivité vis-à-vis des IgG anti -Lg des hydrolysats chymotrypsiques sous micro-ondes pendant 5 et 15 minutes Figure 17. Réactivité vis-à-vis des IgG anti -La des hydrolysats chymotrypsiques traités par les micro-ondes pendant5 et 15 min Figure 18. Profils éléctrophorètiques et immunoblots des lactosérums natifs et traités, et des hydrolysats trypsiques et chymotrypsiques Figure 19. Profils éléctrophorètiques et immunoblots des lactosérums natifs et traités, et des hydrolysats trypsiques et chymotrypsiques Liste des tableaux Tableau 1. Barrières digestives à l absorption d antigènes étrangers Tableau 2. Comparaison entre la reconnaissance de l antigène par les Lymphocytes B et T (LB, LT) Tableau 3. Exemple de protéases commerciales utilisées pour l hydrolyse des protéines Tableau 4. Digestion des protides chez le nouveau-né Tableau 5. Peptides issus de l hydrolyse trypsique de la -LG Tableau 6. Peptides issus de l hydrolyse chymotrypsique de la -LG Tableau 7. Adjuvants et mécanismes d action Tableau 8. Composition des gels de polyacrylamide- SDS 5% et 15% Tableau 9. Composition des tampons d échantillon et de migration (SDS-PAGE) 42 Tableau 10. Composition des solutions de coloration et de décoloration Tableau 11. Composition du tampon de transfert (Western blot) Tableau 12. Composition de la solution de révélation

9 SOMMAIRE INTRODUCTION RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES Généralité sur les lactoprotéines La -Lactoglobuline L - Lactalbumine La sérum albumine bovine et la lactoferrine Antigénicité des protéines du lactosérum Réponse immune vis-à-vis des aliments; la barrière immunologique Immunogénicité, antigénicité et allergénicité L immunogénicité Le caractère étranger La taille moléculaire Composition et hétérogénéité chimique Sensibilité à l apprêtement et à la présentation de l antigène L antigénicité L allergénicité Epitopes Antigénicité de la -Lg Antigénicité de l -La Différents procédés de réduction de l antigénicité du lait de vache Le traitement thermique L hydrolyse enzymatique L hydrolyse bactérienne La haute pression Les micro-ondes Le génie génétique

10 SOMMAIRE MATERIEL ET METHODES 1. Immunisation du modèle animal Animaux Antigènes Adjuvants Protocole d immunisation Prélèvements sanguins Méthodes d analyses Dosage des anticorps IgG sériques par ELISA Principe général de la méthode ELISA Mode opératoire Evaluation de la réactivité des lactosérums et des hydrolysats trypsiques et chymotrypsiques Echantillons d hydrolysats trypsiques et chymotrypsiques Mesure de la réactivité vis-à-vis des IgG anti -La et des IgG anti -Lg par ELISA Méthodes statistiques Evaluation de l immunoréactivité des hydrolysats trypsiques ou chymotrypsiques par la technique du Western blot Principe de la méthode Electrophorèse sur gel de polyacrylamide en présence de SDS Principe Mode opératoire Transfert sur membrane : Mode opératoire

11 SOMMAIRE RESULTATS 1. Evaluation du degré d immunisation des lapins Antigénicité des hydrolysats trypsiques et chymotrypsiques traités aux microondes Réactivité du lactosérum natif Réactivité des lactosérums traités par les micro-ondes Mesure de la réactivité des hydrolysats trypsiques soumis aux rayonnements micro-ondes Réactivité vis-à-vis de la -Lg Réactivité vis-à-vis de l -La Réactivité des hydrolysats chymotrypsiques soumis aux micro-ondes Antigénicité de la -Lg Réactivité vis-à-vis des IgG anti -La Etude de l antigénicité résiduelle des hydrolysats trypsiques et chymotrypsiques sous l influence des MO par le Western blot Antigénicité de la -Lg Antigénicité de l -La DISCUSSION CONCLUSION REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES

12 INTRODUCTION - 0 -

13 INTRODUCTION INTRODUCTION Le lait constitue le premier aliment du nouveau né chez tous les mammifères. Cependant, sa composition varie selon les espèces; les besoins nutritionnels d un nourrisson pendant ses premiers mois sont essentiellement destinés au développement cérébral (Harrington et al., 2002), tandis que ceux d un animal nouveau né, sont consacrés au gain pondéral. De ce fait, le lait le mieux adapté à la physiologie du bébé, reste indéniablement le lait maternel. Mais il arrive que ce dernier soit, pour des raisons diverses, substitué par du lait de vache. Néanmoins, celui-ci ne doit pas être donné au tout petit tel quel car il est trop riche en protéines et en sels minéraux et pauvre en vitamines et en fer (Lissauer et Clayden, 1998). L allergie aux protéines du lait serait essentiellement due aux protéines solubles, en particulier la gplactoglobuline (Wal, 2004). On sait diminuer le caractère allergène du lait par élimination des protéines solubles par ultrafiltration et reconstitution d un lait ne contenant que la fraction caséinique, par dénaturation des protéines par la chaleur ou par hydrolyse enzymatique (Høst et al., 1999). Mais, ces traitements se sont avérés inefficaces, pour une petite partie de la population atopique, à la suite de la persistance de peptides résiduels (Committee on Nutrition, 2000). Pour les enfants allergiques à la g-lg, hormis le lait maternel, seules les formules infantiles hypoallergéniques à base de protéines laitières extensivement hydrolysées, faites d oligopeptides de poids moléculaire inférieur à 1200 Da ou à base d acides aminés libres sont prescrites (De Boissieu et Dupont, 2007). Par contre, pour prévenir les allergies chez les enfants classés à risque (ayant des antécédents familiaux allergiques), deux stratégies sont envisagées : la modification de l allergène ou la modification de la réponse immunitaire de l enfant ayant ingéré l allergène. Pour la première stratégie, l hydrolyse partielle des protéines et le traitement thermique ont été proposés pour déstabiliser la structure des protéines et cliver les épitopes responsables des allergies (Bonomi et al., 2003). Pour la seconde stratégie, l induction de la tolérance orale à l allergène semble être une approche de choix ; l induction de la tolérance orale est une démarche thérapeutique actuelle des allergies alimentaires persistantes. En cas de succès, elle améliore considérablement la qualité de vie des patients (Feuillet-Dassonval, 2008). Plusieurs recherches sont effectuées afin de trouver une solution au problème de l hypersensibilité vis-à-vis des laits dits hypoallergéniques, et plusieurs combinaisons - 1 -

14 INTRODUCTION de traitements sont mises au point dans le but de réduire l antigénicité des laits (Hayashi et al., 1987 ; Dufour et al., 1992 ; Bonomi et al., 1999 ; Bonomi et al., 2003 ;; Izquierdo et al., 2005 ; Penas et al., 2006 ; 2006b ; Izquierdo et al., 2007 ; 2008). Le traitement thermique du lait par les micro-ondes a été étudié et comparé au chauffage conventionnel; la littérature rapporte des taux de dénaturation protéique similaires obtenus avec les deux types de traitements (Villamiel et al., 1996). Les rayonnements micro-ondes combinés à l hydrolyse enzymatique pourraient ils diminuer davantage l immunoreactivité des protéines du lactosérum? Pour répondre à cette question, une étude a été, en premier lieu, réalisée dans notre laboratoire par Salah (2008) afin d évaluer l impact du traitement par les microondes combiné à une hydrolyse trypsique ou chymotrypsique, sur les paramètres biochimiques des protéines du lactosérum bovin. Les résultats obtenus ont montré une diminution de la concentration protéique des lactosérums hydrolysés sous micro-ondes. Notre travail a été entrepris, en continuité de ce qui a été fait précédemment, afin d évaluer l antigénicité résiduelle de ces hydrolysats sous l influence des rayonnements micro-ondes

15 RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES 3

16 RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES 1. GENERALITE SUR LES LACTOPROTEINES Les protéines du lait de vache sont représentées par 80% de caséines et 20% de protéines du lactosérum. Les protéines dominantes peuvent être électrophorétiquement séparées en quatre caséines hs1, hs2, g et x (Miller et al., 1999). Dans le lactosérum, les deux principales protéines sériques sont la g-lactoglobuline et l h-lactalbumine, représentant respectivement environ 55% et 22% des protéines totales. Les autres protéines, dites mineures, sont la sérum albumine bovine (~7%), les immunoglobulines (~13%) et la lactoferrine (~4%) (Amiot et al., 2002). La fraction protéique restante constitue principalement l azote non protéique et des traces de plusieurs protéines, incluant approximativement 60 enzymes endogènes (Fox, 2003). La structure des protéines du lactosérum est typiquement globulaire et compacte, avec une distribution séquentielle relativement uniforme de résidus polaires, apolaires et chargés. Les protéines subissent un repliement intramoléculaire en raison de la formation de ponts disulfures entre les résidus de cystéines, ce qui entraine un enfouissement de la plupart des résidus hydrophobes à l'intérieur de la molécule. C est pour cela que les protéines du lactosérum, à l état natif, ne s agrègent pas fortement ou n'interagissent pas avec d'autres protéines (Varnam et al., 1994) La 3-Lactoglobuline C est la protéine majeure du lactosérum; elle a un poids moléculaire d environ Daltons et compte 162 résidus d acides aminés dont cinq cystéines; quatre formant deux ponts disulfures (Cys 66-Cys 160, Cys106-Cys119) (Figure 1.) et une possédant un groupe thiol libre (Cys 121) qui à l état natif, est caché par une hélice h. (Amiot et al., 2002; Jouan, 2002; Fox, 2003; Tolkach et al., 2007). La structure moléculaire de la g-lg comprend : 44-52% de feuillets g, 6-10% d hélices h, 8-10% de courbures et 32-35% d enroulements au hasard (Casal et al., 1988; Dong et al., 1996; Qi et al., 1997). La quantité importante de feuillets g serait responsable des interactions entre les monomères, pouvant mener jusqu à l agrégation et la gélification de la protéine (Sawyer et al., 2000). La structure tertiaire montre une petite poche hydrophobe «calice», formée par les feuillets g et qui lui permet de fixer le rétinol et certains acides gras (Amiot et al., 2002; Yada, 2004). 4

17 RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES Figure 1. Structure moléculaire de la g-lactoglobuline (Protein Data Bank file 1B0O, RCBS). 5

18 RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES 1.2. L 6-lactalbumine C est une métalloprotéine de PM d environ Da (Jouan, 2002) qui représente environ 22% des protéines du sérum. Elle possède deux variants génétiques, le variant B étant le plus présent dans le lait (Amiot et al., 2002). La conformation de l h-la est constituée de 2 domaines; une région d hélices h et une région de feuillets g (Figure 2.), unis par la région liant l ion calcium (Permiakov, 2004). Cette protéine de 123 acides aminés possède 8 cystéines (Pougheon et Goursaud, 2001), sa structure compacte est de ce fait stabilisée par 4 ponts disulfures intermoléculaires (Chrysina et al., 2000) et un cation, soit le calcium, pour qui elle a une haute affinité grâce à un site de liaison spécifique. Elle possède également une portion hydrophobe qui semble être le site de fixation de la galactosyl transférase, laquelle joue un rôle dans la biosynthèse du lactose (Amiot et al., 2002; Jouan, 2002) La sérum albumine bovine et la lactoferrine En plus de la g-lg et de l h-la, le lactosérum contient d autres allergènes mineurs représentés par la sérum albumine bovine (SAB) et la lactoferrine (Lf) (Kotsonis et Mackey, 2002). La sérum albumine du lait, 582 AA, est identique à la sérum albumine sanguine : même composition en acides aminés, même poids moléculaire (66267 Da), même propriétés électrophorétiques et immunologiques (Pougheon et Goursaud, 2001). La SAB possède un groupement sulfhydrile libre ainsi que 17 ponts disulfures qui stabilisent sa structure (Lieske et al., 2005). Grace à sa faculté de liaisons réversibles, elle joue un rôle de transporteur de molécules et ions divers, colorants, médicaments, A.G, métaux divalents (Jouan, 2002) La Lf bovine est une glycoprotéine constituée de 689 résidus d acides aminés avec une structure primaire 69% identique à celle de la lactoferrine humaine (Tanaka, 2007). Elle a un poids moléculaire d environ Da et possède un pont disulfure externe (Cys160-Cys183) que l on ne retrouve pas dans la Lf humaine (Baker et al., 1998). Il a été démontré que la lactoferrine native pouvait induire une réponse IgG non négligeable comparée à la Lf recombinante, cependant seule la protéine native entrainait une réponse IgE (Dearman et Kimber, 2002). 6

19 RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES Figure 2. Structure de l h-lactalbumine (Bushmarina et al., 2005). 7

20 RAPPELS BIBLIOGRAPHIQUES 2. ANTIGENICITE DES PROTEINES DU LACTOSERUM 2.1. Réponse immune vis-à-vis des aliments; la barrière immunologique La fonction première de l appareil digestif est de transformer l aliment ingéré en une forme qui pourra être absorbée et utilisée en énergie et comme facteur de croissance. Pendant cette transformation, les antigènes étrangers doivent être neutralisés et interdits de pénétrer dans l organisme proprement dit. La barrière gastro-intestinale utilise à la fois des mécanismes physiologiques et des mécanismes immunologiques pour remplir la fonction de défense (tableau 1.). Cependant, un certain nombre de ces mécanismes sont immatures à la naissance et favorisent ainsi le risque de pénétration des antigènes alimentaires chez le nourrisson (Turberg-Romain, 2003). Dans les conditions physiologiques normales, les protéines alimentaires sont donc largement dénaturées et dégradées du fait de l acidité gastrique et des attaques enzymatiques survenant dans l estomac et l intestin. Dans la plupart des cas, ces attaques détruisent les épitopes immunogéniques et conduisent finalement à une «ignorance immunitaire». Le système immunitaire intestinal comporte plusieurs localisations lymphoïdes bien individualisées: la muqueuse digestive, les ganglions mésentériques et des ilots lymphoïdes régulièrement répartis sur toute la longueur de l intestin. Ces ilots sont groupés dans l intestin grêle où ils constituent les plaques de Peyer ou sont contigus au niveau de l appendice. Les plaques de Peyer (figure 3) comportent trois zones distinctes (Bach et Chatenoud, 2002) : Les follicules lymphoïdes où les stimulations antigéniques y font apparaître des centres germinatifs où se localisent les lymphocytes B en cours de différenciation. Le dôme, situé au dessus du follicule lymphoïde, où l on retrouve des lymphocytes B (LB), des lymphocytes T (LT) et des macrophages. L épithélium de surface qui comporte des cellules spécialisées, les cellules M qui sont particulièrement perméables aux antigènes présents dans la lumière intestinale. Les cellules M sélectionnent et transportent de manière active des particules antigéniques de la lumière intestinale dans la zone du dôme. Des cellules dendritiques dispersées le long de l intestin, au sein de la lamina propria, sont par ailleurs responsables de la surveillance et de l échantillonnage permanent des antigènes solubles présents dans la lumière intestinale (Figure 4.), et de leurs transports au niveau des 8

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

: motifs moléculaires inducteurs d une d réponse

: motifs moléculaires inducteurs d une d réponse «Antigènes, nes, haptènes : motifs moléculaires inducteurs d une d réponse immune» F. Bérard Inserm U851 - Service d Immunologie Clinique CHU Lyon-Sud Jeudi 5 novembre 2009 16h-18h 18h Antigènes = substances

Plus en détail

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois Dr Amina SAAD Pédiatre Agadir 2 Mai 2008 Introduction La nutrition du nouveau-né et du nourrisson à: - Suscité de nombreux travaux - Soulevé de

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Q1 - Parmi la liste des acides aminés cités ci-dessous, précisez ceux dont la chaîne latérale peut participer dans une structure peptidique, et à ph

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Chapitre 6 Les protéines : Propriétés physicochimiques. Professeur Michel SEVE

Chapitre 6 Les protéines : Propriétés physicochimiques. Professeur Michel SEVE UE1 : Biomolécules (1) : Acides aminés et protéines Chapitre 6 Les protéines : Propriétés physicochimiques et classification Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Travaux pratiques d immunologie

Travaux pratiques d immunologie Travaux pratiques d immunologie I. Introduction Ces manipulations ont pour but d étudier certaines techniques immunologiques, de comprendre les mécanismes moléculaires mis en jeu dans chacune, d en tirer

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1. Dénaturation Définition : Perte d activité biologique

Plus en détail

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie ANALYSE DE PROTEINES DANS LA LEVURE. I. But : Le but de ce TP est l analyse quantitative d une protéine de levure, l hexokinase, qui joue un rôle essentiel dans le mécanisme de la glycolyse. Nous utiliserons

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

L action d agent réducteur suivie d une aminopeptidase sur P libère une cystéine (Cys).

L action d agent réducteur suivie d une aminopeptidase sur P libère une cystéine (Cys). A partir d une protéine hépatique on a isolé, par hydrolyse trypsique, le peptide N-terminal P. L étude de sa structure primaire a montré la présence de 12 acides aminés : 2 Cys ; 2 Gly ; 1 Ala ; 1 Leu

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures. Professeur Michel SEVE

Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures. Professeur Michel SEVE UE1: Biomolécules (1) : Acides aminés et protéines Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures Professeur Michel SEVE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

1 But de la manipulation

1 But de la manipulation LA DIGESTION ENZYMATIQUE La digestion consiste essentiellement en une transformation chimique que subissent les aliments ingérés sous l'action d'enzymes sécrétés par les glandes digestives. Ces phénomènes

Plus en détail

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN Les enzymes sont une catégorie particulière de protéines qui interviennent dans la plupart des réaction chimique qui se déroulent à l'intérieur

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation

leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation Les protéines peuvent être classées sur la base de: leur solubilité dans des solutions salines leur forme leur fonction biologique leur mobilité électrophorétique ou leur coefficient de sédimentation leur

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Pour observer, identifier ou comparer des protéines, plusieurs étapes sont requises :

Pour observer, identifier ou comparer des protéines, plusieurs étapes sont requises : Techniques de séparation, identification et caractérisation des protéines enzymatiques Pour observer, identifier ou comparer des protéines, plusieurs étapes sont requises : l Obtention de l'extrait brut

Plus en détail

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES I. ISOLEMENT D UNE PROTEINE RESPONSABLE D UNE FONCTION : On s intéresse au fait d isoler la chymotrypsine, enzyme pancréatique sécrétée dans le tube digestif et responsable

Plus en détail

DIGESTION LICENCE 2 STAPS Document d accompagnement LA DIGESTION

DIGESTION LICENCE 2 STAPS Document d accompagnement LA DIGESTION LA DIGESTION INTRODUCTION 1. PROCESSUS DIGESTIFS 1.1. Ingestion 1.2. Propulsion 1.3. Digestion mécanique 1.4. Digestion chimique 1.5. L assimilation 1.6. Défécation 2. ASPECT GENERAUX DU SYSTEME DIGESTIF

Plus en détail

A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations correctes: (0.

A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations correctes: (0. «NB. Pour la correction et les notes, contacter le site web: svt-mounir.sitew.com» EXERCIE N O 1: A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Les protéines fibreuses:

Les protéines fibreuses: D- Hiérarchie dans la conformation des protéines Les protéines fibreuses: Le collagène: Le derme de la peau est formé d'un dense treillis de fibres de collagène La kératine : Les ongles, la couche cornée

Plus en détail

Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Docteur Jean Charles RENVERSEZ Biochimie structurale Biochimie des Acides Aminés et Protéines Chapitre 3 : Acides aminés et protéines : propriétés générales et technique de purification et d identification Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Plus en détail

Laurent DUHAU Sanofi R&D

Laurent DUHAU Sanofi R&D Laurent DUHAU Sanofi R&D 2 avril 2014 Immunoconjugués Une nouvelle classe de médicaments en pleine expansion dans le domaine de l oncologie Etudes cliniques en cours en 2011/2013 Immunoconjugué: structure

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Modélisation mathématique de l'intestin grêle : un progrès nécessaire en nutrition animale et humaine

Modélisation mathématique de l'intestin grêle : un progrès nécessaire en nutrition animale et humaine Modélisation mathématique de l'intestin grêle : un progrès nécessaire en nutrition animale et humaine A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Problématique et Objectifs

Plus en détail

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2)

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2) Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines 1. Structure 2. Synthèse 3. Récepteurs 4. Fonctions Division des Immunoglobulines en 5 classes en fonction de leurs propriétés structurales

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER II

UNIVERSITE MONTPELLIER II UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale TP3 : Les Hydrolyses Enzymatiques Mercredi 20 mars 2002 Introduction : Les organismes hétérotrophes

Plus en détail

C-les protéines Dominique i Rainteau

C-les protéines Dominique i Rainteau Biologie fondamentale Les Molécules du vivant Première partie : de l atome à la molécule. Philippe Karoyan Deuxième partie : les biomolécules du compartiment sanguin A- L eau. Joëlle Masliah B- les ions

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES.

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES. LES G LUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine différente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes secs Rôle? Leur rôle est d apporter de

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

Chap.1 : Phénotypes en relation avec l activité de protéines spécifiques.

Chap.1 : Phénotypes en relation avec l activité de protéines spécifiques. Chap.1 : Phénotypes en relation avec l activité de protéines spécifiques. Le phénotype est l ensemble des caractères observables d une cellule, d un organisme. Le génotype est l ensemble des gènes d une

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

7. Séquençage des protéines

7. Séquençage des protéines 7. équençage des protéines Protéine inconnue séquençage des acides aminés tructure primaire structure secondaire structure tertiaire structure quaternaire 265 7.1 tratégie de séquençage d une protéine

Plus en détail

Lait maternel Composition biochimique. Dr I.Loras-Duclaux 2010

Lait maternel Composition biochimique. Dr I.Loras-Duclaux 2010 Lait maternel Composition biochimique Dr I.Loras-Duclaux 2010 Principaux constituants du lait maternel Fonction protection Fonction nutrition Facteurs protecteurs : IgA, lactoferrine, lysozyme Nutriments

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

La composition des différents laits de mammifères, boissons végétales et préparations pour nourrissons

La composition des différents laits de mammifères, boissons végétales et préparations pour nourrissons La composition des différents laits de mammifères, boissons végétales et préparations pour nourrissons Diaporama réalisé par l ISPED, Université Bordeaux 2, juin 2010 Les laits de mammifères Composition

Plus en détail

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments.

Trajet des aliments : Suivi du bol alimentaire grâce à des radiographies : on observe un tube qui véhicule les aliments. Origine et devenir des nutriments (corrigé du prof) 5 ème Acquis : - 6 ème : végétaux et animaux servent à produire des aliments constitués de lipides, glucides et protéines. Mise en évidence de l amidon

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Quand l extrémité Ct de la protéine a traversé la membrane, le peptide signal est éliminé par coupure par une signal

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié le 26 / 10/ 2007 Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge Développement des fonctions digestives Besoins du

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Préparation à l Agrégation Interne Paris VI 2009-2010 Séances des 19 et 23 septembre LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Les mots clés : Lipide, glucide, protide, acide nucléique, monomère, polymère,

Plus en détail

Les protéines. structure primaire : suite ordonnée de résidus d acides aminés liés par des liaisons peptidiques (= séquence).

Les protéines. structure primaire : suite ordonnée de résidus d acides aminés liés par des liaisons peptidiques (= séquence). Les protéines I Définitions et caractéristiques Les protéines sont des macromolécules biologiques constituées d une ou plusieurs chaînes d acides aminés. structure primaire : suite ordonnée de résidus

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Allergique ou non? Patient Diagnostics Tests Rapides d Allergies

Allergique ou non? Patient Diagnostics Tests Rapides d Allergies Allergique ou non? Patient Diagnostics Tests Rapides d Allergies Les tests rapides d allergies exceptionnels à utiliser chez soi Test allergie général (IgE) Test allergie aux oeufs Test intolérance au

Plus en détail

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé TS-Thème 6 : immunologie N. Pidancier 2010-2011 Correction des exercices d'immunologie 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé ''la souris

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie SESSION 2005 CAPET externe et CAFEP Section : Biotechnologies Option : Biochimie - génie biologique TRAVAUX PRATIQUES Première partie : Techniques de biochimie Durée totale : 4 heures SUIVI DE LA PURIFICATION

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Les différentes structures des protéines

Les différentes structures des protéines Les différentes structures des protéines tructure primaire tructure secondaire -Ala-Glu-Val-Thr-Asp-Pro-Gly- -AEVTDPG- Hélice Feuillet tructure tertiaire tructure quaternaire Domaine. Lacombe 1 Les différentes

Plus en détail

TP 2 : Les enzymes digestives.

TP 2 : Les enzymes digestives. TP 2 : Les enzymes digestives. Animation : Enzymes Ils existent des milliers d enzymes qui interviennent simultanément dans des réactions chimiques. Problèmes : Comment les enzymes agissent-elles sur leur

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

I) CLASSIFICATION DES PROTIDES. 1) Constitution des protides. A partir du document 1, nommer l élément de base qui constitue les protéines.

I) CLASSIFICATION DES PROTIDES. 1) Constitution des protides. A partir du document 1, nommer l élément de base qui constitue les protéines. L E S P R O T I D E S Introduction : Aliments source de protides? Les protides sont trouvés principalement dans deux groupes d aliments : les viandes, poissons et œufs les légumes secs (lentilles, haricots

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 PROFESSEURS : Belhiba Souad Ezzeddini Mohamed LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE LYCEÉ SIDI MAKHLOUF Epreuve : SVT Classe : 4 ème Sc-Exp Durée : 3 Heures PREMIÉRE PARTIE (8 points) A-QCM

Plus en détail

«La réponse définitive»

«La réponse définitive» LIFEBODYBUILDING.COM FORMATIONS en STRATEGIE NUTRITION et DEVELOPPEMENT PHYSIQUE De combien de grammes de protéines avons-nous réellement besoin au quotidien pour développer ou maintenir sa masse musculaire?

Plus en détail

Correction de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre. Devoir de synthèse

Correction de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre. Devoir de synthèse INSTITUT PREPARATIRE AUX ETUDES D INGENIEURS DE SFAX DEPARTEMENT DE PREPARATIN AUX NURS DE BILGIE A.U. : 2011-2012 orrection de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre Devoir de synthèse Exercice 1 (12

Plus en détail

U1069. Les laits infantiles. Pr François LABARTHE CHU Tours

U1069. Les laits infantiles. Pr François LABARTHE CHU Tours U1069 Les laits infantiles Pr François LABARTHE CHU Tours FMC Pédiatrie Tours Espace Malraux - jeudi 30 mai 2013 Guide de l alimentation Alimentation du nourrisson et du jeune enfant (0 à 3 ans) Le lait

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie

Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie Chromatographie des pigments chlorophylliens Bandelette de papier Whatmann Sur laquelle on écrase un morceau de feuille Cache opaque empêchant la photooxydation

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME..... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 LA RETINOPATHIE DIABETIQUE.. 31 I-LE DIABETE SUCRE ET SES COMPLICATIONS 31 1-Le

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Contribution à la connaissance du lait de chamelle: Essai de caractérisation des protéines par éléctrophorèse sur gel de polyacrylamide ( PAGE ).

Contribution à la connaissance du lait de chamelle: Essai de caractérisation des protéines par éléctrophorèse sur gel de polyacrylamide ( PAGE ). Contribution à la connaissance du lait de chamelle: Essai de caractérisation des protéines par éléctrophorèse sur gel de polyacrylamide ( PAGE ). BADAOUI. 1, D SIBOUKEUR O. 1, MATI A. 2 1: Institut d Agronomie

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien.

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien. 1 CHAPITRE II Des protéines actives dans la catalyse : les enzymes 2 L ensemble des caractères observables ou non d un individu constitue son phénotype. Ces caractères sont observables directement sur

Plus en détail