Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale."

Transcription

1 MISE EN OEUVRE DE LA NUTRITION Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale. Régionales de cancérologie, 24 juin 2011

2 Nutrition? Perfusion intraveineuse d un mélange nutritif ( ayant statut de médicament) stérile, adapté aux besoins particuliers de chaque individu. Pas de cadre législatif mais recommandation. Il s agit d une prescription médicale initiale ou de suivi: De Déc 1984 à Nov 2000: par des médecins hospitaliers publics (CHU) et appartenant aux équipes des centres agréés en NPAD De Nov 2000 à Mai 2008: par un spécialiste (hospitalier ou libéral) Mai 2008 (Groupe d experts HAS ): par un médecin hospitalier (public ou privé) durée maximum de 3 mois. Au-delà centre agréé en NPAD

3 Centres Agréés? Prennent en charge des patients nécessitant une NP C est une activité hautement spécialisée qui comporte des risques de morbidité et mortalité 14 centres adultes 6 centres pédiatriques i NP > 3 mois = centres agréés

4 Mélanges Nutritifs Mélanges sans AMM: insuffisance intestinale chronique Préparation nominative. médicaments rétrocédables par la pharmacie hospitalière et remboursés au titre de préparations hospitalières. Conservation à +4 C pendant 15 j Mélanges nutritifs industriels avec AMM : Remboursement en ville 2001 nutrition partielle Remboursement en ville 2005 nutrition totale AFSSAPS recommandations : prescription inf. ou égale à 3 mois

5 Modalités de prescription p de la NPAD Fréquence de la prescription: 1ère prescription doit être faite pour une durée de quatorze jours, renouvelable une fois ; prescription sera ensuite mensuelle et renouvelable une fois. Cette prescription doit être effectuée par le médecin prescripteur initial ; Si durée > 3 mois renouvellement de prescription relayé par centre agréé et reste trimestriel Nature de la prescription (doit être faite par le même prescripteur) la pompe programmable avec alarme les mélanges nutritifs les dispositifs médicaux consommables les prestations de première installation ou de suivi ; le pied à sérum mobile

6 Les Intervenants t Infirmière Médecins prescripteur et généraliste P A T I E N T Prestataire Les besoins: Connaitre l indication, Le plan thérapeutique, Le matériel utilisé La surveillance spécifique Les protocoles anticipés Les actions à mener Pharmacien

7 Coordination: Rigueur du Soin technique PRESCRIPTIONS PROCEDURES DATEES SIGNEES PARTAGEES VALIDEES PROTOCOLES DATES SIGNES PARTAGES DIFFUSES TRANSMISSIONS ECRITES COMMUNIQUEES SUIVIES - continuité des soins - sécurité des soins - fluidité des informations

8 Constat t La complication majeure de la NPAD : L INFECTION DU SITE IMPLANTABLE 25% des cathéters utilisés se compliquent à 1 an. 50% des infections nosocomiales étaient des infections de DVIàV Val ld A Aurelle Comment améliorer nos pratiques? Choix de notre Centre Agréé : Education Thérapeutique Patient à l hygiène Protocoles anticipés lors d infections Evolution du matériel X

9 Place de l Infirmière iè Rôle propre: Asepsie rigoureuse ETP à l hygiène ( loi HSPT Mars 2009) Texte législatif matériel Exercice professionnel Prescription infirmière (arrêté du ) L Arrêté du 13 avril 2007 "fixant la liste des dispositifs médicaux que les infirmiers sont autorisés à prescrire" a été publié au JO Lien, coordination, coopération

10

11 Conclusion Une nutrition parentérale à domicile il de qualité permet une diminution: Du risque d infection du DVI Du nombre et de la durée des hospitalisations Des retards de traitements oncologiques gq De la morbidité Véritable alternative en matière de santé publique

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE stratégies thérapeutiques et modalités pratiques 24/11/2015 Le Guen, cadre de santé, Service de maladies infectieuses, CHRU de Brest 1 Plan Quelles options

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Le circuit du médicament, réglementation et organisation. Le médicament dans la prise en charge thérapeutique

Le circuit du médicament, réglementation et organisation. Le médicament dans la prise en charge thérapeutique détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Le circuit du médicament, réglementation et organisation La gouvernance Comment est organisée la gouvernance du médicament à l hôpital?...5210 Les contrats de pôles

Plus en détail

Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe. Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR

Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe. Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR Pompes à insuline 35.000 patients sont munis d une pompe en France 43% des enfants insulinotraités

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités

Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités Relations pharmaceutiques ville hôpital : généralités Dr F Pinguet CRLC Val d Aurelle Montpellier Le cancer en France 332 000 nouveaux cancers en 2008 contre 160 000 en 1980 145 000 personnes meurent chaque

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DE

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DE Pharmaciens d officine Contacts : + Rapide : par courriel depuis votre Espace Pro sur ameli.fr Par tél : 03 80 59 37 59 -du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 16h30 Par courrier : Assurance

Plus en détail

L hospitalisation à domicile

L hospitalisation à domicile DOSSIER DE PRESSE L hospitalisation à domicile Avril 2016 Qu est-ce que l hospitalisation à domicile (HAD)? DÉFINITION Selon le décret du 2 octobre 1992, «Les structures d'hospitalisation à domicile permettent

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

Transports Soins Infirmiers Soins de Masso-Kinésithérapie

Transports Soins Infirmiers Soins de Masso-Kinésithérapie Prescriptions Transports Soins Infirmiers Soins de Masso-Kinésithérapie Les prescriptions de transport La prise en charge de transport est une décision médicale Qui dépend de critères médico-administratifs

Plus en détail

PERFADOM : La nouvelle nomenclature Perfusion à domicile

PERFADOM : La nouvelle nomenclature Perfusion à domicile La 5 Le Trait d'union Spécial «PERFADOM» numéro 60 bis avril 2016 Page 1 Numéro 60 bis Avril 2016 TRAIT D UNION SPECIAL PERFADOM : La nouvelle nomenclature Perfusion à domicile TABLE DES MATIERES Page

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile Nouvelle Législation 1 Refonte de la LPP avec individualisation des prestations relatives à la nutrition parentérale CE QUI

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

Sédation en fin de vie à domicile. Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS

Sédation en fin de vie à domicile. Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS Sédation en fin de vie à domicile Dr Marie DANEL SOINS PALLIATIFS Sédation en fin de vie à domicile. Recommandations. Rôles du médecin généraliste. 2 Définition de la sédation Recherche d une diminution

Plus en détail

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur Katia PECQUERON DUZAC Septembre 2016 Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur L Hospitalisation A Domicile C est un établissement de santé, par nature polyvalent et généraliste, qui répond

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Livret d accueil du stagiaire

HOSPITALISATION A DOMICILE. Livret d accueil du stagiaire Livret d accueil du stagiaire Page 2 HOSPITALISATION A DOMICILE Sommaire Présentation du service Modalités pratiques de votre stage Les prises en charge réalisées Les situations prévalentes Numéros utiles

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

NOR : La ministre des affaires sociales et de la santé et le ministre délégué auprès du ministre de l économie et des finances, chargé du budget,

NOR : La ministre des affaires sociales et de la santé et le ministre délégué auprès du ministre de l économie et des finances, chargé du budget, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Projet d arrêté portant inscription des pompes externes programmables et prestations associées pour nutrition parentérale à domicile

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) LA CLINIQUE DES ÉMAILLEURS 1, RUE VICTOR-SCHOELCHER LIMOGES

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) LA CLINIQUE DES ÉMAILLEURS 1, RUE VICTOR-SCHOELCHER LIMOGES ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE LA CLINIQUE DES ÉMAILLEURS 1, RUE VICTOR-SCHOELCHER 87000 LIMOGES JUIN 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 18 novembre 2013 fixant le contrat type de bon usage des médicaments et des produits et prestations

Plus en détail

Liste des formations Antadir 2015

Liste des formations Antadir 2015 RESPIRATOIRE Aérosolthérapie sous toutes ses formes Apprentissage à la réalisation et à la lecture de l enregistrement polysomnographique du sommeil Evaluation et modalités pratiques de la réhabilitation

Plus en détail

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier Audit de connaissances auprès du personnel infirmier nutrition artificielle et sondes naso-gastriques GANTZ D. interne en pharmacie RAGAZZON GANTZ D. interne C. pharmacienne RAGAZZON C. pharmacienne PINÈDE

Plus en détail

Nutrition Entérale et Parentérale

Nutrition Entérale et Parentérale Session IDE Douleur Nutrition Entérale et Parentérale Claire Boulle F Jarosz Ch Douai et CH Lens Diapositive 1 L un des rôles de l équipe soignante à l hôpital est la prise en charge des problèmes de nutrition

Plus en détail

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Activité de soins de traitement du cancer Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Préambule : L activité de soins «Traitement du cancer» par chimiothérapie est soumise à autorisation,

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament?

Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament? Prise en charge médicamenteuse : comment concilier autonomie du patient et sécurisation du circuit du médicament? Retour d expérience V2010 sur l hôpital de jour de psychiatrie aux Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Invités sur le plateau Séverine MORILLE RAQ - GDR CHU de Rennes Établissement test en Présentation disponible sur:

Invités sur le plateau Séverine MORILLE RAQ - GDR CHU de Rennes Établissement test en Présentation disponible sur: Intervenant pour l OMéDIT Bretagne Dr Mélanie CHACOU Pharmacien Membre de l unité de coordination Invités sur le plateau Séverine MORILLE RAQ - GDR CHU de Rennes Établissement test en 2014 Dr Pascale MAHE

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014 L HOSPITALISATION A DOMICILE 4 décembre 2014 ZONE D INTERVENTION MONTASTRUC LA CONSEILLERE LEGUEVIN TOULOUSE prochainement VILLEFRANCHE QU EST-CE QUE L HAD? Une HOSPITALISATION alternative, polyvalente

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD»

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD» RÉSULTATS DE L ENQUÊTE «SITUATIONS RENCONTRÉES EN EHPAD» OMEDIT Haute-Normandie Octobre 2014 Dr M. Lefebvre-Caussin, Dr D. Monzat, Pr J. Doucet, Dr A. Breteau, N. Henry, Groupe de travail «EHPAD» OMEDIT

Plus en détail

Financement d un projet de Recherche Clinique

Financement d un projet de Recherche Clinique Financement d un projet de Recherche Clinique Véronique JOUIS Chef de Projets - Responsable logistique Unité de Recherche Clinique Groupe hospitalier Lariboisière Saint-Louis Fernand Widal Financement

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hémochromatose liée au gène HFE (type 1)

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hémochromatose liée au gène HFE (type 1) LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hémochromatose liée au gène HFE (type 1) Actualisation mars 2011 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Convention relative à l organisation de la prise en charge des chimiothérapies injectables en HAD en région Haute-Normandie

Convention relative à l organisation de la prise en charge des chimiothérapies injectables en HAD en région Haute-Normandie Convention relative à l organisation de la prise en charge des chimiothérapies injectables en HAD en région Haute-Normandie Entre : Les représentants légaux de l'établissement autorisé et un établissement

Plus en détail

1.2 Objet de l appel à candidatures

1.2 Objet de l appel à candidatures APPEL A CANDIDATURES Destiné aux établissements de santé souhaitant être accompagnés dans la maîtrise des risques liés au circuit des poches de nutrition parentérale destinées aux services de néonatologie,

Plus en détail

Financement d un projet de Recherche Clinique

Financement d un projet de Recherche Clinique Financement d un projet de Recherche Clinique Véronique JOUIS Chef de Projets - Responsable logistique Unité de Recherche Clinique Groupe hospitalier Lariboisière Saint-Louis Fernand Widal Financement

Plus en détail

Choix entre nutrition entérale et parentérale. CLCC, Montpellier

Choix entre nutrition entérale et parentérale. CLCC, Montpellier Choix entre nutrition entérale et parentérale P. Senesse CLCC, Montpellier Nutrition en cancérologie 2 axes: Dénutrition et cancer Le sein et surpoids Activité de demain En réseau avec nutrition orale,

Plus en détail

Conférence régionale des pharmaciens des EDS de Bretagne Groupe de travail régional sur la thématique des Never Events

Conférence régionale des pharmaciens des EDS de Bretagne Groupe de travail régional sur la thématique des Never Events Conférence régionale des pharmaciens des EDS de Bretagne Groupe de travail régional sur la thématique des Never Events Dr Marie-Hélène ALEMAN-TREVIDIC Pharmaciens des hôpitaux 1 Législation: Rappel «arrêté

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE MÉDICOCHIRURGICALE CHARCOT , rue du Commandant-Charcot SAINTE-FOY-LÈS-LYON

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE MÉDICOCHIRURGICALE CHARCOT , rue du Commandant-Charcot SAINTE-FOY-LÈS-LYON COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE MÉDICOCHIRURGICALE CHARCOT 51-53, rue du Commandant-Charcot 69110 SAINTE-FOY-LÈS-LYON Mars 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»... p.3

Plus en détail

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice 49 ème JAND 30 janvier 2009 La nutrition entérale à domicile Xavier Hébuterne Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice Un grand nombre de maladies

Plus en détail

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ACTIONS EN ETABLISSEMENT DE SANTE POUR AMELIORER LE BON USAGE DES AVK Contexte : En France au moins 600

Plus en détail

CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD /

CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD / CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD / "DestinataireCivilité" "DestinatairePrénom" "DestinataireNom" INFIRMIER(E) D EXERCICE LIBERAL ENTRE "NomHAD", au titre de son service d Hospitalisation à Domicile,

Plus en détail

Télémédecine. Point sur l expérimentation ARTICLE 36 LFSS2014. Formation APHAL du 15 décembre 2015

Télémédecine. Point sur l expérimentation ARTICLE 36 LFSS2014. Formation APHAL du 15 décembre 2015 Télémédecine Point sur l expérimentation ARTICLE 36 LFSS2014 Formation APHAL du 15 décembre 2015 Introduction : L article 36 s inscrit en prolongation des actions réalisées en 2013-2015 en EHPAD et dans

Plus en détail

Évaluation des pratiques professionnelles

Évaluation des pratiques professionnelles Évaluation des pratiques professionnelles Anne-Françoise Pauchet-Traversat Service des recommandations professionnelles 1 L ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Définition une démarche d analyse d

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Entre : - nom de l établissement de santé autorisé en SSR, [Raison sociale / FINESS / Adresse / Statut juridique] Représenté par ( signataire) Et :

Entre : - nom de l établissement de santé autorisé en SSR, [Raison sociale / FINESS / Adresse / Statut juridique] Représenté par ( signataire) Et : Convention type relative aux modalités de coopération entre un établissement de santé autorisé en soins de suite et de réadaptation et un établissement médico-social Entre : - nom de l établissement de

Plus en détail

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT FASTURTEC CARACTERISTIQUES

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT FASTURTEC CARACTERISTIQUES DENOMINATION DU MEDICAMENT FASTURTEC CARACTERISTIQUES Dénomination commune : Rasburicase Composition qualitative et quantitative : 1,5mg/1mL Poudre + Solution Injectable 1mL 7,5mg/5mL Poudre + Solution

Plus en détail

GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS

GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS Françoise BARD, infirmière hygiéniste, Dr Agnès LASHERAS-BAUDUIN Praticien Hospitalier Service Hygiène hospitalière UG

Plus en détail

Mme ONA Stéphanie Cadre de santé 07 juin 2016

Mme ONA Stéphanie Cadre de santé 07 juin 2016 L expertise des soins complexes et coordonnés à domicile Journée Formation IFSI Mme ONA Stéphanie Cadre de santé 07 juin 2016 Qu est-ce que l HaD? 2 HaD FRANCE Société de statut privé Créée en août 2007

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE 2 ÈME PROCÉDURE Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental 6 bis rue du pavé- BP 03 03360 AINAY Le CHATEAU Novembre 2008 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Dossier de soins Prise en charge coordonnée du patient. Des indicateurs Pourquoi? Formation aides soignants. Le 26 avril 2011

Dossier de soins Prise en charge coordonnée du patient. Des indicateurs Pourquoi? Formation aides soignants. Le 26 avril 2011 Dossier de soins Prise en charge coordonnée du patient. Des indicateurs Pourquoi? Formation aides soignants. Le 26 avril 2011 CRL Management Qualité Page 1 Sommaire Objectifs de formations Le Dossier de

Plus en détail

Date de mise à jour : Nombre de pages : Rédacteur : Validation par : 05/07/12 5 M. CRETANT FFCDS Médecine Interne

Date de mise à jour : Nombre de pages : Rédacteur : Validation par : 05/07/12 5 M. CRETANT FFCDS Médecine Interne Fiche de poste : Infirmier Service : RHUMATOLOGIE - MEDECINE INTERNE - INFECTIOLOGIE Pôles d activité : Médecine Date de mise à jour : Nombre de pages : Rédacteur : Validation par : 05/07/12 5 M. CRETANT

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques DISCIPLINE : Sciences et techniques infirmières intervention Compétence : n 4 : mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique UE 4.4 S5 : Thérapeutiques et contribution au diagnostic

Plus en détail

La Commission nationale d évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (CNEDiMTS)

La Commission nationale d évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (CNEDiMTS) La Commission nationale d évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (CNEDiMTS) L évaluation des dispositifs médicaux et des actes professionnels au service des patients Missions

Plus en détail

PEC ambulatoire en cancérologie : L éducation thérapeutique

PEC ambulatoire en cancérologie : L éducation thérapeutique PEC ambulatoire en cancérologie : L éducation thérapeutique Dr Anne Stoebner Mme Laurence Bonnabel Mme Valérie Demoulin Mme Marie Eve Huteau le 24 Juin 2011 Epidaure Département de recherche en prévention

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013

L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 L Education Thérapeutique du Patient en région Centre au 1 er octobre 2013 «Législation, bilan et perspectives» Dr Yves MORRIET 1 L ETP et la loi - Code de la santé publique Article L.1161-1 : L éducation

Plus en détail

Nadine Briquet IDE Virginie Plessis IDE Paul brousse Septembre Septembre 2013 Nadine BRIQUET - Virginie PLESSIS - IDES 1

Nadine Briquet IDE Virginie Plessis IDE Paul brousse Septembre Septembre 2013 Nadine BRIQUET - Virginie PLESSIS - IDES 1 Nadine Briquet IDE Virginie Plessis IDE Paul brousse Septembre 2013 1 Présentation de l hôpital universitaire Paul BROUSSE 737 lits, dont : 135 lits pôle MFADU 15 lits de Réanimation 14 lits Soins intensifs

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

Synthèse du rapport des experts visiteurs HAS Visite du 6 au 10 Décembre 2010

Synthèse du rapport des experts visiteurs HAS Visite du 6 au 10 Décembre 2010 ENTRE HOSPITLIER DE M ILLU Synthèse du rapport des experts visiteurs HS Visite du 6 au 10 Décembre 2010 E : Elément d ppréciation ; ES : Etablissement de Santé ; EV : Experts-visiteurs : Surcoté : Sous

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 ROCEPHINE 500 mg/2 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM) ROCEPHINE 500 mg/5 ml, poudre et solution

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

Depuis HomeCare Bichsel Votre prestataire de services spécialisé

Depuis HomeCare Bichsel Votre prestataire de services spécialisé Depuis 1964. 1 HomeCare Bichsel Votre prestataire de services spécialisé Table des matières Pour HomeCare Bichsel, le patient est notre préoccupation principale. Le respect des prescriptions médicales,

Plus en détail

Les différentes prises en charge des soins à domicile. Un éventail de solutions pour les patients

Les différentes prises en charge des soins à domicile. Un éventail de solutions pour les patients Les différentes prises en charge des soins à domicile Un éventail de solutions pour les patients 1 Les réseaux par thèmes Gérontologie Maladies chroniques Diabète Maladies cardio-vasculaires Asthmes SEP

Plus en détail

RECHERCHE CLINIQUE, NOUVELLE RÉGLEMENTATION

RECHERCHE CLINIQUE, NOUVELLE RÉGLEMENTATION RECHERCHE CLINIQUE, NOUVELLE RÉGLEMENTATION 8ème JNI - Dijon 13-15 juin 2007 C.GUERIN - Cochin AP-HP 1 TRANSPOSITION EN DROIT FRANCAIS DE LA DIRECTIVE EUROPEENNE 2001/20/CE RELATIVE AUX ESSAIS CLINIQUES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau qualité et sécurité des soins

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE FALAISE SERVICE PHARMACIE PROJET PEDAGOGIQUE

CENTRE HOSPITALIER DE FALAISE SERVICE PHARMACIE PROJET PEDAGOGIQUE CENTRE HOSPITALIER DE FALAISE SERVICE PHARMACIE PROJET PEDAGOGIQUE I Catégorie d'interne : DES pharmacie hospitalière La pharmacie du Centre Hospitalier de Falaise gère les médicaments et les dispositifs

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE CENTRE HOSPITALIER DU HAUT ANJOU HOSPITALISATION A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL Madame, Mademoiselle, Monsieur, Vous venez d être admis en «Hospitalisation A Domicile». Cette brochure vous permettra de mieux

Plus en détail

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon CANCERS DE L ENFANT CANCERS DE L ENFANT - Maladie rare : cancer de l enfant

Plus en détail

Règles de prescription Rapport bénéfice / risque

Règles de prescription Rapport bénéfice / risque Règles de prescription Rapport bénéfice / risque Une prescription ne concerne pas qu un médicament, elle est faite par un médecin et est délivré par un pharmacien. La prescription serra contrôlé par la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 juillet Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 07/02/2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 juillet Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 07/02/2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 07/02/2007 PERINUTRIFLEX LIPIDE G 64/N 4,6/E, émulsion 1 250 ml en poche

Plus en détail

COORDINATION DES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT (SOS) : VERS UNE REELLE CONTINUITE DES SOINS

COORDINATION DES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT (SOS) : VERS UNE REELLE CONTINUITE DES SOINS COORDINATION DES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT (SOS) : VERS UNE REELLE CONTINUITE DES SOINS Pré requis : une structure et une organisation des soins de support oncologiques déjà fonctionnelles au sein

Plus en détail

SECTEUR PHARMACOTECHNIE UNITE DE PREPARATION DES ANTICANCEREUX

SECTEUR PHARMACOTECHNIE UNITE DE PREPARATION DES ANTICANCEREUX FICHE DE POSTE PHARMACIEN ASSISTANT SPECIALISTE Septembre 2013 SECTEUR PHARMACOTECHNIE UNITE DE PREPARATION DES ANTICANCEREUX SITUATION DU POSTE CHU CLERMONT-FERRAND, CHU Estaing Pôle Pharmacie Rue Lucie

Plus en détail

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT BUSILVEX CARACTERISTIQUES

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT BUSILVEX CARACTERISTIQUES DENOMINATION DU MEDICAMENT BUSILVEX CARACTERISTIQUES Dénomination commune : BUSILVEX (Ancien nom : Busulfex ) : Busulfan Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC : Présentation

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Assises du médicament- Groupe 3

Assises du médicament- Groupe 3 Assises du médicament- Groupe 3 1 La prescription hors AMM: état des lieux de la réglementation 1. Droit commun 2. Procédures dérogatoires 09 mars 2011 2 1 1. Droit commun Principes et bases réglementaires

Plus en détail

Militants de la cicatrisation SAINT-QUENTIN / CAMBRAI

Militants de la cicatrisation SAINT-QUENTIN / CAMBRAI Militants de la cicatrisation SAINT-QUENTIN / CAMBRAI LANCEMENT DE SUITE DE SOINS Les dates clés : 2007 : Arrêté du 13 avril 2007, selon lequel les infirmiers(ières) libéraux(ales) sont autorisés à prescrire

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON Un projet commun Genèse du projet Rencontre de professionnels de la santé CHRU de Lille / Santélys Souhait fort des deux

Plus en détail

PERFUSION PAR VOIE SOUS-CUTANEE CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE

PERFUSION PAR VOIE SOUS-CUTANEE CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE 1- OBJET L objet de ce protocole est d administrer une réhydratation ou un apport médicamenteux sous forme de perfusion ou d injection en continu par la voie sous-cutanée. 2- DOCUMENTS DE REFERENCE Décret

Plus en détail

Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012

Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012 Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012 N.Heroual., F.Belanteur., H.Deerkaoui.,M.Belkhorisset Etablissement Hospitalier Spécialisé pédiatrie

Plus en détail

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 2 rue du Bignon bât.3 35000 RENNES Tél. : 02.23.35.49.81 Email : reseaudiabete35@orange.fr www.reseaudiabete35.com ADHESIONS POUR LES PATIENTS QUI? Toute personne diabétique,

Plus en détail

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010)

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses CHU F. Bourguiba - Monastir Tunis, 24 Février 2015 «En 2010, la consommation

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA POLYCLINIQUE DES ALPES-DU-SUD. 36, avenue du Commandant-Dumont GAP

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA POLYCLINIQUE DES ALPES-DU-SUD. 36, avenue du Commandant-Dumont GAP COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA POLYCLINIQUE DES ALPES-DU-SUD 36, avenue du Commandant-Dumont 05000 GAP Mars 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils 3 e journée Hygiène et gestion des risques en EHPAD ARLIN Pays de la Loire 1 Dr Elise Rochais 9 octobre 2014, Angers Unité de F.

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DES «ECHANGES DE PRESTATIONS INTER- HOSPITALIERS»

GUIDE TECHNIQUE DES «ECHANGES DE PRESTATIONS INTER- HOSPITALIERS» Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs Salaries Division des Affaires Hospitalières et Médico-Sociales GUIDE TECHNIQUE DES «ECHANGES DE PRESTATIONS INTER- HOSPITALIERS» I MECANISME GENERAL

Plus en détail

Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR

Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR Optimisation de la Prise en charge médicamenteuse chez la Personne Agée lors de son séjour en centre de SSR 1 A S S O C I A T I O N H O S P I T A L I E R E S A I N T - J O S E P H ( 4 3 ) : C E N T R E

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CENTRE DE SOINS

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CENTRE DE SOINS CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CENTRE DE SOINS Ce document est établi dans le cadre d une volonté de coopération mutuelle afin d apporter les meilleurs services aux patients

Plus en détail

Place du pharmacien clinicien dans la prise en charge de la douleur

Place du pharmacien clinicien dans la prise en charge de la douleur Place du pharmacien clinicien dans la prise en charge de la douleur Dr Benoît HUE Pharmacien clinicien en chirurgie digestive 6 ème journée du CLuD 7 avril 2016 Pharmacien à l hôpital : rôle et missions

Plus en détail

Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2011 Explication des points redistribués

Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2011 Explication des points redistribués Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales les activités 211 Explication des points redistribués Explications sur la redistribution des points par type établissement

Plus en détail

La nutrition parentérale

La nutrition parentérale Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? La nutrition parentérale Dr Yves Morvant - Vannes-Octobre 2010 Principes Injection d une solution liquide comprenant glucides, lipides et

Plus en détail

DES RÉPONSES TECHNIQUES AUX SITUATIONS CLINIQUES DU QUOTIDIEN EN CANCÉROLOGIE

DES RÉPONSES TECHNIQUES AUX SITUATIONS CLINIQUES DU QUOTIDIEN EN CANCÉROLOGIE DES RÉPONSES TECHNIQUES AUX SITUATIONS CLINIQUES DU QUOTIDIEN EN CANCÉROLOGIE 14, 15, 16 Octobre 2014 Dr Amélie Gaudin 2 Les «5 B» de l HAS 3 Du quotidien en cancérologie Le patient en cancérologie 4 Chirurgie

Plus en détail

TECHNIQUE DE POSE DE PERFUSION OU D INJECTION ET DE PRELEVEMENT SANGUIN SUR CHAMBRE IMPLANTABLE. Date de validation : 06/09/2006 Visa Dr G.

TECHNIQUE DE POSE DE PERFUSION OU D INJECTION ET DE PRELEVEMENT SANGUIN SUR CHAMBRE IMPLANTABLE. Date de validation : 06/09/2006 Visa Dr G. Page 1/6 I. OBJECTIFS Assurer un soin infirmier efficace et efficient dans le respect des règles d hygiène et d asepsie. Assurer la sécurité, le confort et le soutien psychologique des malades. II. DOMAINE

Plus en détail

Les soins en ville et l hospitalisation à domicile

Les soins en ville et l hospitalisation à domicile 6th International Congress of Breath Disease Centers WORKSHOP 1 Les soins en ville et l hospitalisation à domicile Dr Nicolas GANDRILLE Fondation Santé Service HAD Les différents intervenants du domicile:

Plus en détail

pharmaceutique informatisé

pharmaceutique informatisé Actualités s des EHPAD forfait médicaments, m dossier pharmaceutique informatisé Pr Philippe ARNAUD Hôpital Bichat Groupe hospitalier Universitaire Paris Nord val de Seine ABCPH_28 septembre 2012 Personnes

Plus en détail

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Carole Mercier, inf., M.Sc. Directrice-conseil Direction des affaires externes et des statistiques sur l effectif,

Plus en détail