GIST: diagnostic, identification et classification

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GIST: diagnostic, identification et classification"

Transcription

1 GIST: diagnostic, identification et classification Jean-Yves SCOAZEC Service central d Anatomie et Cytologie Pathologiques, Hôpital Edouard Herriot, Lyon

2 GIST: tumeurs rares mais Tumeurs modèles en cancérologie générale Un des premiers exemples de succès d un traitement ciblé (imatinib, Glivec, Novartis)

3 GIST: diagnostic, identification et classification Que faire devant une suspicion de GIST? Comment affirmer le diagnostic? Comment utiliser l immunohistochimie? Quand recourir à la biologie moléculaire? Comment distinguer les GIST des autres tumeurs conjonctives du tube digestif?

4 GIST: diagnostic, identification et classification Consensus international (Diagnosis of gastrointestinal stromal tumors: a consensus approach. Fletcher et al, Human Pathol 2002;33: ) Consensus européen (European Society for Medical Oncology (ESMO), mars 2004) Recommandations françaises (20 novembre 2004)

5 GIST: définition Tumeurs mésenchymateuses du tube digestif, éventuellement du mésentère Présentant des caractéristiques histologiques évocatrices (prolifération de cellules le plus souvent fusiformes, parfois épithélioïdes) Exprimant habituellement, mais non constamment, la protéine KIT, à un niveau suffisant pour permettre sa détection par une technique immunohistochimique Associées fréquemment, mais pas constamment, à des altérations dans deux gènes cibles : KIT et PDGFRA

6 Comment affirmer le diagnostic de GIST?

7 Comment affirmer le diagnostic de GIST? L aspect histologique est très évocateur Variantes histologiques Fusiforme (70%) Epithélioïde (20%) Mixte (5%) Autres variantes (5%) À stroma myxoïde Paragangliome-like Carcinoïde-like Pléiomorphe 70% des cas 20% des cas

8 Caractères cytologiques

9 Caractères particuliers Tumeurs à fibres skénoïdes: Intestin grêle fibres skénoïdes

10 Aspects trompeurs atypies palissades

11 L étude immunohistochimique Le premier marqueur à utiliser: c-kit ou KIT (CD117) Comment faire l immunodétection de KIT sur coupes tissulaires? Avec ou sans démasquage antigénique? Avec: une sensibilité «excessive» (faux amis) Sans: une sensibilité insuffisante? Recommandations françaises A5402 (Dako) Dilution 1/300 après restauration antigénique (tampon citrate ph6) Dilution 1/50 sans restauration antigénique

12 KIT: parfois un faux ami! Une longue liste de tumeurs KIT+: attention aux faux amis dans le tube digestif et l abdomen! mélanomes certains carcinomes (notamment sarcomatoïdes) sarcome de Kaposi sarcomes divers tumeurs desmoïdes mélanome carcinosarcome

13 Immunodétection de KIT: interprétation Règles de base Toujours interpréter les résultats immunohistochimiques dans le contexte des données histologiques (un bon moyen d éviter des erreurs diagnostiques) Toujours exiger des contrôles internes positifs mastocytes cellules de Cajal

14 Immunodétection de KIT: interprétation C est facile: 100% des cellules tumorales sont positives

15 Expression de KIT membranaire cytoplasmique en «dots» mixte

16 Immunodétection de KIT: interprétation C est facile: 100% des cellules tumorales sont négatives, mais Eliminer les faux négatifs Artefacts (fixation, ) Echantillonnage (biopsies) Connaître les cas particuliers GIST authentiques avec perte d expression de KIT au cours de l évolution (métastases +++) GIST authentiques n exprimant pas KIT

17 Immunodétection de KIT: interprétation C est plus difficile: expression hétérogène de KIT

18 Immunodétection de KIT: interprétation C est plus difficile: expression hétérogène de KIT Question: à partir de combien de cellules positives déclare-t-on que la tumeur est c-kit +? Consensus international: pas de réponse précise En pratique: c-kit hétérogène (5 à 20% des cellules), pas d autres marqueurs: GIST (estomac +++) c-kit hétérogène, d autres marqueurs positifs: cas particuliers

19 Attention aux pièges SMA Léiomyome avec cellules de Cajal caldesmone c-kit

20 GIST: après avoir testé KIT Deux questions pratiques: Faut-il compléter le bilan immunohistochimique? Faut-il faire systématiquement une étude en biologie moléculaire à la recherche de mutations des gènes codant pour KIT et PDGFRα?

21 Immunohistochimie Les marqueurs de l ère pré-kit CD34 h-caldesmone SMA Desmine Protéine S % 80% 30-40% <5% 5%

22 Immunohistochimie Nouveaux marqueurs protéine DOG1 (Am J Pathol 2004;165: ) protéine PKC theta PDGF-R Intérêt dans les tumeurs KIT-

23 Place de la biologie moléculaire Recherche des mutations KIT et PDGFRΑ Technique: en laboratoire spécialisé Extraction ADN PCR/dHPLC Objectif pour tout pathologiste: préserver la faisabilité des techniques d analyse moléculaire Congélation de fragments tumoraux Fixation en formol tamponné (éviter le liquide de Bouin)

24 GIST: biologie moléculaire Structure des récepteurs KIT et PDGFRA Partie extramembranaire Membrane cellulaire Partie intramembranaire

25 GIST: biologie moléculaire KIT PDGFR α Exon 9 (18,1 %) Exon 11 (66,9 %) Exon 13 (1,6 %) Exon 12 (0,8 %) Exon 14 Exon 17 (1,6 %) Exon 18 (3,9 %) Fréquence et localisation des mutations

26 Intérêts potentiels de la recherche des mutations de KIT et PDGFRA Diagnostic : tumeurs KIT Pronostic : évaluation de la malignité Traitement: prédiction de la réponse au traitement par l imatinib compréhension des résistances secondaires au traitement par l imatinib

27 Intérêts potentiels de la recherche des mutations de KIT et PDGFRA Diagnostic : GIST KIT (<5% des GIST) Mutations de PDGFRA: 72% Mutations de KIT: 16% Pas de mutation détectée: 12%

28 Intérêts potentiels de la recherche des mutations de KIT et PDGFRA Prédiction de la réponse au traitement par l imatinib Mutations Réponse Objective Survie sans progression à 6 mois Exon 11 (70%) Exon 9 (17%) Aucune mutation (8%) 83% 90% 46% 50% 8% 54%

29 Indications de la recherche des mutations de KIT et PGFRA GIST: indication sanitaire de cryopréservation selon l INCa Indications des techniques de biologie moléculaire: Diagnostic: tumeurs KIT- Traitement: analyse moléculaire uniquement dans le cadre de protocoles et d essais cliniques

30 Evaluation du pronostic Fletcher C et al. Human Pathol 2000, 33:

31 Toutes les tumeurs conjonctives du tube digestif ne sont pas des GIST initial final léiomyome léiomyosarcome schwannome autre sarcome 30% des tumeurs conjonctives ne sont pas des GIST

32 Toutes les tumeurs conjonctives digestives ne sont pas des GIST léiomyome schwannome

33 D après Rudolph et al (Virchows Arch, 2002;441: ) Léiomyomes vrais (GILT) caldesmone +, desmine +, calponine + Tumeurs c-kit - CD34 - Schwannomes vrais (GIGT) S100+, GFAP+ Tumeurs neuronales/gliales (GINT) S100+, GFAP+, Tau+ Tumeurs fibreuses (GIFT) vimentine+

34 Problèmes diagnostiques Problèmes de diagnostic positif GIST KIT négatives (5 cas, <1% des cas de GIST) GIST épithélioïdes de l estomac avec expression faible et focale de KIT Problèmes de diagnostic différentiel Léiomyomes riches en cellules de Cajal KIT positives Entités méconnues: liposarcome dédifférencié, sarcome du stroma endométrial Problèmes de diagnostic non résolus: Tumeurs inclassables (10 cas)

35 Conclusion GIST: Les plus fréquentes des tumeurs conjonctives digestives (70% des cas) Diagnostic: combinaison d un aspect histologique caractéristique et de la positivité de KIT Biologie moléculaire: Implication des gènes KIT et PDGFRA Intérêt pour le diagnostic (GIST KIT-), la prédiction de la réponse au traitement par l imatinib et la compréhension des résistances secondaires

Traitement des GIST gastriques. Mahaut Leconte

Traitement des GIST gastriques. Mahaut Leconte Traitement des GIST gastriques Mahaut Leconte Épidémiologie GIST Gastro-Intestinal Stromal Tumor Sarcome digestif le plus fréquent (80%) < 1% des tumeurs du tube digestif Incidence 14-15 cas annuels par

Plus en détail

Tumeurs endocrines digestives:

Tumeurs endocrines digestives: Tumeurs endocrines digestives: Aspects anatomo-pathologiques, classification OMS Apramen, 9 Janvier 2007, Paris Anne Couvelard, Anatomie Pathologique Hôpital Beaujon, Clichy Les tumeurs endocrines. problèmes

Plus en détail

Localisez et décrivez les principaux éléments de sémiologie radiologique. Temps veineux 75 sec

Localisez et décrivez les principaux éléments de sémiologie radiologique. Temps veineux 75 sec homme 61 ans, douleurs du flanc gauche depuis 3 jours avec défense, apyrétique, syndrome inflammatoire biologique (CRP à 227mg/l) ; suspicion clinique de sigmoïdite? Marion GRANDHAYE IHN Avant injection

Plus en détail

Anatomopathologie des tumeurs stromales gastro-intestinales

Anatomopathologie des tumeurs stromales gastro-intestinales Anatomopathologie des tumeurs stromales gastro-intestinales J.Y. Scoazec* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Le diagnostic anatomopathologique repose sur l aspect histologique habituellement typique

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC Les GIST sont: les tumeurs conjonctives les plus fréquentes du tube digestif

Plus en détail

Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée.

Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée. Cas n 1 (JP582) Homme, 60 ans. Biopsies tumeur côlon gauche. Demande de test RER. Indication de la demande non précisée. Cas 1 2 foyers tumoraux dans une biopsie Maintien d expression des 4 protéines MMR

Plus en détail

1. Anatomie et techniques d exploration de l estomac 2. Pathologie tumorale de l estomac A tumeurs épithéliales B lymphomes C tumeurs conjonctives D

1. Anatomie et techniques d exploration de l estomac 2. Pathologie tumorale de l estomac A tumeurs épithéliales B lymphomes C tumeurs conjonctives D 1. Anatomie et techniques d exploration de l estomac 2. Pathologie tumorale de l estomac A tumeurs épithéliales B lymphomes C tumeurs conjonctives D tumeurs endocrines E métastases 3. Pathologie inflammatoire

Plus en détail

Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien

Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien Les Tumeurs Stromales Gastro-Intestinales du chien ANNE GIRARD-LUC (1), EDOUARD REYES-GOMES (1), JEAN-JACQUES FONTAINE (1), MARIE LAGADIC (2) ET FLORENCE BERNEX (1,3) (1) SERVICE D EMBRYOLOGIE D HISTOLOGIE

Plus en détail

DYSPLASIE DU TUBE DIGESTIF: PROBLEMES GENERAUX. Jean-Yves SCOAZEC Hôpital Edouard Herriot, Lyon

DYSPLASIE DU TUBE DIGESTIF: PROBLEMES GENERAUX. Jean-Yves SCOAZEC Hôpital Edouard Herriot, Lyon DYSPLASIE DU TUBE DIGESTIF: PROBLEMES GENERAUX Jean-Yves SCOAZEC Hôpital Edouard Herriot, Lyon Définition(s) Démarche diagnostique Identifier Grader (classer) Eviter les diagnostics par excès et par défaut

Plus en détail

TUMEURS STROMALES GASTRO-INTESTINALES CENTRE UNIVERSITAIRE PIERRE ET MARIE CURIE R.CHORFI; M.OUKKAL; EM.SI AHMED; K.BOUZID

TUMEURS STROMALES GASTRO-INTESTINALES CENTRE UNIVERSITAIRE PIERRE ET MARIE CURIE R.CHORFI; M.OUKKAL; EM.SI AHMED; K.BOUZID TUMEURS STROMALES GASTRO-INTESTINALES CENTRE UNIVERSITAIRE PIERRE ET MARIE CURIE R.CHORFI; M.OUKKAL; EM.SI AHMED; K.BOUZID Journées du 15dec 2011 Symposium National de Cancérologie Digestive Gastrointestinal

Plus en détail

Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous. JM Coindre - Bordeaux

Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous. JM Coindre - Bordeaux Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous JM Coindre - Bordeaux 1 Tumeurs des tissus mous Rappels Tumeurs rares (2% des prélèvements) Tumeurs variées (150 types

Plus en détail

Autres tumeurs de la paroi digestive. Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses

Autres tumeurs de la paroi digestive. Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses Autres tumeurs de la paroi digestive Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses Leiomyome du tube digestif Beaucoup plus rare que les GIST Localisations

Plus en détail

Le diagnostic anatomopathologique. H. Bégueret

Le diagnostic anatomopathologique. H. Bégueret Pleurésie et cancer Le diagnostic anatomopathologique H. Bégueret Mérignac, le 29/11/2008 Plèvre pariétale Plèvre médiastinale Plèvre viscérale Plèvre diaphragmatique Épanchements tumoraux: incidence

Plus en détail

G I S T expérience du service de chirurgie oncologique «A» C.P.M.C ( Pr GRABA)

G I S T expérience du service de chirurgie oncologique «A» C.P.M.C ( Pr GRABA) G I S T expérience du service de chirurgie oncologique «A» C.P.M.C ( Pr GRABA) C. Bouzid; M. Attig; M. Saidani; B. Redjimi A.Bouzid; MW Boubnider; A. Graba Alger le 12/12/2010 INTRODUCTION - Les TS (GIST)

Plus en détail

A propos d une pachypleurite post-traumatique. Dr Frédéric BERNARD Dr Marie-Anne COLLIGNON

A propos d une pachypleurite post-traumatique. Dr Frédéric BERNARD Dr Marie-Anne COLLIGNON A propos d une pachypleurite post-traumatique Dr Frédéric BERNARD Dr Marie-Anne COLLIGNON A.P.R.A.M.E.N. 13 septembre 2005 résentation APRAMEN H.D.L.M. : Mr D. 66 ans, peintre dans le bâtiment. Tabac,

Plus en détail

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition et nosologie... 3 2. Épidémiologie... 3 3. Présentations et manifestations

Plus en détail

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 1

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 1 ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie Cas 1 L3 2016-2017 Cas clinique Mr H, 60 ans, éthylique et grand tabagique (50 paquets-années), Consulte en raison d une difficulté à avaler les aliments. Ce qui

Plus en détail

Imagerie des sarcomes et GIST

Imagerie des sarcomes et GIST Imagerie des sarcomes et GIST DU carcinologie clinique 11/03/2016 Leïla Haddag Miliani Radiologie Gustave Roussy Introduction Sarcomes Tumeurs malignes Agressivité variable Origine mésenchymateuse (tissus

Plus en détail

Cancers de l estomac

Cancers de l estomac Cancers de l estomac Dr Maryse Fiche Institut Universitaire de pathologie 20/03/2012 Objectif d apprentissage : SCLO C-IM 269 C-SU 141 Référence (support d apprentissage): Robbins chapître 17 pp 784-790

Plus en détail

Les infos pratiques de la plateforme régionale de génétique moléculaire des cancers (T. solides)

Les infos pratiques de la plateforme régionale de génétique moléculaire des cancers (T. solides) Les infos pratiques de la plateforme régionale de génétique moléculaire des cancers (T. solides) M. Danjoux, pathologiste Purpan/IUC 3ème Journée Annuelle Régionale de Cancérologie Digestive localisation

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire de

Diplôme Inter-Universitaire de Diplôme Inter-Universitaire de Biologie intégrée des tumeurs solides La biologie des tumeurs solides a pris en quelques années un essor majeur, qui se traduit par la mise en place d une médecine personnalisée

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou

EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou plusieurs ganglions sentinelles Chaque ganglion est inclus

Plus en détail

LES TUMEURS MESENCHYMATEUSES DE L UTERUS

LES TUMEURS MESENCHYMATEUSES DE L UTERUS MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE CONSTANTINE 3 FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE MEDECINE LABORATOIRE D ANATOMIE ET DE CYTOLOGIE PATHOLOGIQUE CHU Dr BENBADIS

Plus en détail

14/05/2010. Epanchement pleural droit. 4 cures de chimiothérapie. A propos d un cas. Hémangioendothéliome épithélioide pulmonaire.

14/05/2010. Epanchement pleural droit. 4 cures de chimiothérapie. A propos d un cas. Hémangioendothéliome épithélioide pulmonaire. Patient âgé de 59 ans, sans antécédents, admis au service de pneumologie le 25/07/09 Hémangioendothéliome épithélioide pulmonaire A propos d un cas F.Yassi,C. Kaidi, O.Meziou,S.Haddad, A.Lankar CHU Annaba

Plus en détail

Cancer du col et du corps utérin

Cancer du col et du corps utérin Cancer du col et du corps utérin Catherine Genestie Gustave Roussy Cancer du col Rappel anatomique Condylome et CIN Carcinome du col Facteurs histopronostiques Rappel anatomique Exocol Papillomavirus

Plus en détail

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Orchidectomie

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Orchidectomie Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Orchidectomie Nom : Prénom : Né(e) le : / / N de dossier (IPP) : _ N d examen : Préleveur : _ Pathologiste: Date d intervention: / / _ Date

Plus en détail

Faut-il faire une IHC systématique des protéines MLH1, MSH2, MSH6 et PMS2 chez tous les patients ayant un CCR?

Faut-il faire une IHC systématique des protéines MLH1, MSH2, MSH6 et PMS2 chez tous les patients ayant un CCR? Faut-il faire une IHC systématique des protéines MLH1, MSH2, MSH6 et PMS2 chez tous les patients ayant un CCR? Benoît Terris Université Paris Descartes Service d Anatomie et Cytologie Pathologiques Hôpital

Plus en détail

TUMEURS SOUS MUQUEUSES OESOGASTRIQUES QUAND LES CONFIER AU CHIRURGIEN?

TUMEURS SOUS MUQUEUSES OESOGASTRIQUES QUAND LES CONFIER AU CHIRURGIEN? TUMEURS SOUS MUQUEUSES OESOGASTRIQUES QUAND LES CONFIER AU CHIRURGIEN? Bertrand Pujol Hôpital Privé Jean Mermoz - LYON TSM oesogastriques Déclaration d intérêts Cook Medical Maunakea Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Tumeurs sous-muqueuses

Tumeurs sous-muqueuses Tumeurs sous-muqueuses place de la ponction et de l échoendoscopie de contraste Bertrand Pujol Hôpital Privé Jean Mermoz - LYON Apports de l EE Dg différentiel TSM / compression extrinsèque TSM / lésions

Plus en détail

LES GIST Thomas APARICIO

LES GIST Thomas APARICIO LES GIST Thomas APARICIO Service de Gastroentérologie Hôpital Bichat Claude Bernard 46, Rue Henri Huchard 75018 PARIS thomas.aparicio@bch.ap-hop-paris.fr 35 Les tumeurs stromales gastro-intestinales se

Plus en détail

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 2

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 2 ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie Cas 2 L3 2016-2017 Cas clinique Un homme de 60 ans, sans antécédent personnel ni familial, vient vous consulter car il a découvert depuis 4 mois un "ganglion" dans

Plus en détail

Comprendre et interpréter les compte-rendus d'histologie et les immunomarquages

Comprendre et interpréter les compte-rendus d'histologie et les immunomarquages Comprendre et interpréter les compte-rendus d'histologie et les immunomarquages Paris, 8 décembre 2016 Ingrid Bemelmans, DMV, Dipl.ECVP 1 INTÉRÊT DE L ANALYSE HISTOLOGIQUE EN CANCÉROLOGIE Tumeur? Si oui,

Plus en détail

CAS 1 os. H. Chiavassa-Gandois, A. Gomez Brouchet, P. Bonnevialle. Imagerie Médicale PPR; Anatomopathologie IUCT; Orthopédie PPR

CAS 1 os. H. Chiavassa-Gandois, A. Gomez Brouchet, P. Bonnevialle. Imagerie Médicale PPR; Anatomopathologie IUCT; Orthopédie PPR CAS 1 os H. Chiavassa-Gandois, A. Gomez Brouchet, P. Bonnevialle Imagerie Médicale PPR; Anatomopathologie IUCT; Orthopédie PPR Femme 38 ans Douleurs cheville gauche depuis plusieurs mois sans traumatisme

Plus en détail

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules Carcinome neuroendocrine à grandes cellules C. Clément-Duchêne Institut de Cancérologie de Lorraine Introduction Groupe hétérogène de tumeurs (histologie, immunohistochimie, moléculaire, pronostic et thérapeutique)

Plus en détail

Item 290 Le médecin préleveur de cellules et/ou tissus pour des examens d anatomie et de cytologie pathologiques

Item 290 Le médecin préleveur de cellules et/ou tissus pour des examens d anatomie et de cytologie pathologiques Item 290 Le médecin préleveur de cellules et/ou tissus pour des examens d anatomie et de cytologie pathologiques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Généralités...

Plus en détail

Cas de la semaine # 7

Cas de la semaine # 7 Cas de la semaine # 7 17 OCTOBRE 2016 Préparé par Dre Valérie Brochu, R5 Dre Laurence Péloquin MD FRCPC Hopital Notre-Dame - CHUM Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Homme de

Plus en détail

Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive

Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive Objectifs pédagogiques Quels patients doivent faire l objet d une prise en charge oncogénétique? Quelles sont les modalités de cette prise en charge?

Plus en détail

Les tumeurs sous muqueuses gastriques. Christine Lefort, Bruno Landi

Les tumeurs sous muqueuses gastriques. Christine Lefort, Bruno Landi Les tumeurs sous muqueuses gastriques Christine Lefort, Bruno Landi Cas clinique patiente de 65 ans tumeur sous muqueuse gastrique découverte fortuitement (RGO) Diagnostics des TSM Principales lésions

Plus en détail

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Néphrectomie

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Néphrectomie Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Néphrectomie Nom : Prénom : Né(e) le : / / N de dossier (IPP) : _ N d examen : Préleveur : _ Pathologiste: Date d intervention: / / _ Date

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 9 février 2011 Dr Mathilde Sibony, Hôpital Tenon mathilde.sibony@tnn.aphp.fr 01 56 01 68 73 Anatomie pathologique et Cancer

Plus en détail

Tumeurs neuroendocrines gastriques

Tumeurs neuroendocrines gastriques Tumeurs neuroendocrines gastriques Jean-Yves Scoazec Hospices Civils de Lyon Centre de Recherche contre le Cancer de Lyon INSERM U1052-CNRS UMR5286 Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d

Plus en détail

Analyses moléculaires dans les cancers du sein

Analyses moléculaires dans les cancers du sein Analyses moléculaires dans les cancers du sein Anne Vincent-Salomon Département de Pathologie et INSERM U830 Institut CURIE PARIS, France anne.salomon@curie.net Echantillons de tumeur à l état frais FIXATION

Plus en détail

DES de pathologie : Pathologie moléculaire. Techniques d analyse de l ADN

DES de pathologie : Pathologie moléculaire. Techniques d analyse de l ADN DES de pathologie : Pathologie moléculaire Techniques d analyse de l ADN J.F. Emile Service de pathologie, Hôpital Ambroise Paré Faculté de Médecine Paris-Ile de France Ouest et INSERM U602 Pathologie

Plus en détail

Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir. Tursac octobre Pauline Roumeguère, Bordeaux

Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir. Tursac octobre Pauline Roumeguère, Bordeaux Syndrome HNPCC : Détection et Conduite à tenir Tursac octobre 2006. Pauline Roumeguère, Bordeaux Forme la plus fréquente des cancers colorectaux familliaux : 2 à 4 % des CCR Maladie génétique, autosomique

Plus en détail

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 9 Pathologie ganglionnaire Localisation ganglionnaire d un d lymphome Métastases ganglionnaires d un d carcinome peu différenci rencié et d un d carcinome

Plus en détail

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Definition : prédisposition au cancer colorectal, Endomètre, ovaire, voies urinaires, estomac, grêle, dermatologique, biliaire, SNC Mutation

Plus en détail

Histologie et cytologie du sein normal. Méthodologie en anatomie pathologique mammaire

Histologie et cytologie du sein normal. Méthodologie en anatomie pathologique mammaire Histologie et cytologie du sein normal Méthodologie en anatomie pathologique mammaire DIU des Maladies du Sein Année 2016-2017 philippe.bertheau@gmail.com Embryologie La crête mammaire . peau. mamelon

Plus en détail

14 è me c o n g r è s n a t i o n a l d e l a S o c i é t é

14 è me c o n g r è s n a t i o n a l d e l a S o c i é t é 14 è me c o n g r è s n a t i o n a l d e l a S o c i é t é M a r o c a i n e d e n d o s c o p i e d i g e s t i v e «S M E D» Tumeurs Sous-Muqueuses du tube digestif : Aspects endoscopiques et écho-endoscopiques

Plus en détail

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants Françoise Collin Les grands classiques Microbiopsie Biopsie chirurgicale Pièce opératoire Diagnostic AP classification OMS 2002 > 50 types

Plus en détail

thérapies ciblées collection comprendre et agir

thérapies ciblées collection comprendre et agir Dans le cadre de la prise en charge de votre cancer, votre oncologue vous propose ou vous a prescrit un traitement par thérapies ciblées. Vous vous interrogez sur ce qu elles sont? Comment agissent-elles?

Plus en détail

Pathologie thoracique Cas n 5

Pathologie thoracique Cas n 5 Pathologie thoracique Cas n 5 Sillon Rhône Alpes Auvergne 12 Mars 2016 Béatrice Nadaud Pr F Thivolet Cas clinique En 2008: Mme BE..S, 56 ans, Tabac 30 PA Au décours d une pneumopathie : nodule de 25 mm

Plus en détail

AB Science annonce l autorisation d initier une phase 2 dans le cancer de l estomac avec le masitinib

AB Science annonce l autorisation d initier une phase 2 dans le cancer de l estomac avec le masitinib Paris, le 17 janvier 2011, 8h45 AB Science annonce l autorisation d initier une phase 2 dans le cancer de l estomac avec le masitinib Le programme de développement clinique du masitinib dans les tumeurs

Plus en détail

LESIONS MELANOCYTAIRES AMBIGUES : PROBLEMATIQUE(S)

LESIONS MELANOCYTAIRES AMBIGUES : PROBLEMATIQUE(S) LESIONS MELANOCYTAIRES AMBIGUES : PROBLEMATIQUE(S) «Atypies» de signification incertaine : dystrophiques Cancéreuses AUCUNS CRITERES HISTOLOGIQUES FORMELS ISOLEMENT : ASSOCIATION +++ CONFRONTATION ANATOMO-CLINIQUE

Plus en détail

INFILTRATS LYMPHOIDES DU TUBE DIGESTIF. Jean-Yves SCOAZEC

INFILTRATS LYMPHOIDES DU TUBE DIGESTIF. Jean-Yves SCOAZEC INFILTRATS LYMPHOIDES DU TUBE DIGESTIF Jean-Yves SCOAZEC ENTITES ANATOMOCLINIQUES Lymphomes B - lymphome du MALT - lymphome B diffus à grandes cellules - lymphomes du manteau (polypose lymphomateuse) -

Plus en détail

CARCINOSE PERITONEALE : l ABC. Clarisse DROMAIN, MD, PhD

CARCINOSE PERITONEALE : l ABC. Clarisse DROMAIN, MD, PhD CARCINOSE PERITONEALE : l ABC Clarisse DROMAIN, MD, PhD Introduction Imagerie de la carcinose péritonéale = challenge technique Haute résolution spatiale : petite taille des lésions Haute résolution en

Plus en détail

SARCOMES UTERINS Les différentes entités anatomopathologiques

SARCOMES UTERINS Les différentes entités anatomopathologiques SARCOMES UTERINS Les différentes entités anatomopathologiques Céline Charon Barra Réunion Annuelle Bourgogne / Franche-Comté Vendredi 10 avril 2015 Besançon INTRODUCTION: LE LEIOMYOME classique I. LEIOMYOSARCOME

Plus en détail

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Point sur le cancer de la vessie : dépistage précoce et santé au travail Dr Maria GONZALEZ Centre

Plus en détail

Ligatures et cœlioscopie Cas cliniques

Ligatures et cœlioscopie Cas cliniques Ligatures et cœlioscopie Cas cliniques Melle Lo Presti Coralie CH Martigues Validation Pharmaceutique Melle Simonin Claire Hôpital Saint Joseph UE Dispositifs Médicaux 2 Février 2015 Présentation de 2

Plus en détail

Item 299 (ex item 149) Tumeurs cutanées, épithéliales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 299 (ex item 149) Tumeurs cutanées, épithéliales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 299 (ex item 149) Tumeurs cutanées, épithéliales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 2. Fréquence et épidémiologie... 3 3. Types histologiques...

Plus en détail

[ Pleural epithelioid sarcoma: A case report and review of the literature ]

[ Pleural epithelioid sarcoma: A case report and review of the literature ] International Journal of Innovation and Applied Studies ISSN 2028-9324 Vol. 13 No. 4 Dec. 2015, pp. 854-858 2015 Innovative Space of Scientific Research Journals http://www.ijias.issr-journals.org/ SARCOME

Plus en détail

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE La maladie coeliaque (MC) est une entéropathie auto-immune due à une intolérance au gluten chez des sujets génétiquement prédisposés. C est une maladie multigénique associée en particulier aux molécules

Plus en détail

Prise en charge des prélèvements cutanés en anatomopathologie

Prise en charge des prélèvements cutanés en anatomopathologie UE Revêtement Cutané (2010 2011) Prise en charge des prélèvements cutanés en anatomopathologie Pr. Béatrice Vergier (service de pathologie, CHU Bordeaux) Différents types de prélèvements cutanés état frais

Plus en détail

Pronostic des Tumeurs Fibreuses Solitaires C. Bouvier, CHU Timone Marseille

Pronostic des Tumeurs Fibreuses Solitaires C. Bouvier, CHU Timone Marseille Pronostic des Tumeurs Fibreuses Solitaires C. Bouvier, CHU Timone Marseille Tumeur fibreuse solitaire: généralités Description initiale au niveau de la plèvre Localisations: extrémités, orbite, paroi thoracique

Plus en détail

Dossier anatomo-clinique A2

Dossier anatomo-clinique A2 Dossier anatomo-clinique A2 Dr Copie-Bergman, Dr Moroch Département de Pathologie Dr Isabelle Gaillard, Unité Hémopathies Lymphoïdes Hôpital Henri Mondor Faculté de Médecine Paris 12 Université Paris Est

Plus en détail

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 Épidémiologie Tumeur rare 10% des sarcomes utérins 0,2% des néoplasies utérines Ashraf-Ganjoei T et al. World J Surg Oncol. 2006

Plus en détail

Les tests moléculaires tumoraux en région Midi-Pyrénées : organisation pratique

Les tests moléculaires tumoraux en région Midi-Pyrénées : organisation pratique Les tests moléculaires tumoraux en région Midi-Pyrénées : organisation pratique Plateforme de biologie moléculaire de Midi- Pyrénées. Responsable: E Delabesse 4 laboratoires ACP Purpan ACP Rangueil ACP

Plus en détail

Tumeurs stromales en 2005 : états des lieux

Tumeurs stromales en 2005 : états des lieux Tumeurs stromales en 2005 : états des lieux Le voyage fascinant de l exploration scientifique du microcosme de la carcinogenèse jusqu à l application thérapeutique chez l homme ne trouve pas de meilleur

Plus en détail

TUMEUR ENDOCRINE - Historique

TUMEUR ENDOCRINE - Historique TUMEUR ENDOCRINE - Historique 1907 : Oberndorfer - «carcinoïde» 1954 : groupe de Waldenström syndrome carcinoïde clinique TUMEUR ENDOCRINE - Historique 1963 : Williams et Sandler Foregut : oesophage, estomac,

Plus en détail

S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat. Maroc

S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat. Maroc I.En-nafaa, T. Africha, A. Cisse, N. Hammoune, S. Chaouir, T.Amil, A.Hanine, aaa, c a, C sse, a ou e,s C aou,, a e, S.Semlali Service d imagerie médicale, Hôpital Militaire d instruction Mohamed V. Rabat.

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

ALK et Cancer bronchique

ALK et Cancer bronchique ALK et Cancer bronchique I Rouquette Service d Anatomie Pathologique Rangueil Plateforme génétique moléculaire des cancers (génotypage cancer du poumon) Translocations, mutations, amplifications + ONCOGENE

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

OPTION : Anatomie Pathologique

OPTION : Anatomie Pathologique ROYAUME DU MAROC UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES LES TUMEURS STROMALES GASTRO-INTESTINALES : ASPECTS CLINIQUES, ANATOMOPATHOLOGIQUES ET MOLÈCULAIRES : ETUDE

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes

Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes Najiba LAHLOU Département de Biologie Hormonale Hôpital COCHIN - Paris Jean-Luc BRUN Pôle d Obstétrique, Reproduction,

Plus en détail

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Mars 2008 - PARIS Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI Tumeurs des parties molles = Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) Tumeurs malignes de l

Plus en détail

Tumeurs osseuses. leur incidence est faible < 1/ elles représentent entre 0,2 et 0,5% des cancers. la mortalité en diminution depuis 1950

Tumeurs osseuses. leur incidence est faible < 1/ elles représentent entre 0,2 et 0,5% des cancers. la mortalité en diminution depuis 1950 Tumeurs osseuses leur incidence est faible < 1/100.000 elles représentent entre 0,2 et 0,5% des cancers la mortalité en diminution depuis 1950 prédominance masculine deux pics 15-19 ans puis après 60 ans

Plus en détail

Intestin grêle. Intestin grêle. Description de la localisation étudiée. Incidence. Population d étude. Remarque

Intestin grêle. Intestin grêle. Description de la localisation étudiée. Incidence. Population d étude. Remarque Auteurs : M. Robaszkiewicz, A.-M. Bouvier, V. Bouvier Description de la localisation étudiée Intestin grêle CIM-O-3 Correspondance en CIM-O-2 Correspondance en CIM-O-1 Correspondance en CIM-10 Topographie

Plus en détail

Les différents types histologiques de polypes gastriques (en dehors des TNE)

Les différents types histologiques de polypes gastriques (en dehors des TNE) Les différents types histologiques de polypes gastriques (en dehors des TNE) Jean-François FLEJOU Hôpital Saint-Antoine, Paris Objectifs : Définir, décrire et classer les types histologiques de polypes

Plus en détail

Catalogue des examens de biologie moléculaire

Catalogue des examens de biologie moléculaire Mutation KRAS / NRAS HRM+/-Séquençage Cible thérapeutique Mutation BRAF HRM+/-Séquençage Cible thérapeutique - biomarqueur émergent INCa * Cancer colorectal Amplification EGFR Cible thérapeutique Instabilité

Plus en détail

Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis?

Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis? Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis? Dr Sana ABOUZAHIR MG Maroc Journée de Printemps 2013 INTRODUCTION Défis majeurs de la cancérologie est

Plus en détail

III/ Prise en charge des cancers. III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5.

III/ Prise en charge des cancers. III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5. III/ Prise en charge des cancers III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5. Rôle du manip Sitographie III.1. Imagerie Le diagnostic de certitude

Plus en détail

Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins. Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015

Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins. Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015 + Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015 + Classification Les sarcomes utérins sont rares : 1% des tumeurs malignes gynécologiques : 3,3/100.000

Plus en détail

PATHOLOGIE TUMORALE PROSTATIQUE

PATHOLOGIE TUMORALE PROSTATIQUE PATHOLOGIE TUMORALE PROSTATIQUE I_ Anatomie de la prostate : Mc Neal distingue au niveau de la prostate : 4 zones glandulaires: Zone Centrale (25%), Zone de Transition (5%) et Zone Périphérique: 70% Stroma

Plus en détail

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle»

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Point de vue du Virologue Marianne COSTE-BUREL, Service de Virologie, CHU NANTES Quelques Chiffres (rapport HAS mai 2016)

Plus en détail

Tumeurs stromales digestives : quelles nouveautés dans le traitement en 2011? Pr Thierry LECOMTE Université François Rabelais CHU de Tours

Tumeurs stromales digestives : quelles nouveautés dans le traitement en 2011? Pr Thierry LECOMTE Université François Rabelais CHU de Tours Tumeurs stromales digestives : quelles nouveautés dans le traitement en 2011? Pr Thierry LECOMTE Université François Rabelais CHU de Tours GSIT : Rappels 70 % environ des tumeurs conjonctives du TD (estomac,

Plus en détail

de MESTIER Ph ( 1), des GUETZ G. (2) Introduction e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2003, 2 (4) : 48-52

de MESTIER Ph ( 1), des GUETZ G. (2) Introduction e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2003, 2 (4) : 48-52 Le traitement des tumeurs stromales digestives par l Imatinib : une avancée significative liée à la connaissance des caractéristiques moléculaires de la tumeur de MESTIER Ph ( 1), des GUETZ G. (2) (1)

Plus en détail

Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein

Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein Récepteurs hormonaux et HER2 dans le cancer du sein Anne Choquette Pathologiste, Hôpital du Saint-Sacrement, CHA Cancer du sein Facteur pronostique: Caractère clinique, pathologique ou biologique témoignant

Plus en détail

Autres types de cancers

Autres types de cancers Chapitre 9 Autres types de cancers Cholangiocarcinomes Cholangiocarcinome voies biliaires extra-hépatique Bilan Scanner thoraco-abdominal Si chirurgie envisageable (Etat général, maladie localisée): -

Plus en détail

Biomarqueurs et cancer du poumon En pratique

Biomarqueurs et cancer du poumon En pratique Biomarqueurs et cancer du poumon En pratique Plateforme de génétique moléculaire des cancers Responsable plateforme E Delabesse Trois sites Rangueil/Purpan/ICR Poumon (EGFR+BIOMARQUEURS) Responsable Dr

Plus en détail

Tumeurs germinales des gonades. DES F. Dijoud

Tumeurs germinales des gonades. DES F. Dijoud Tumeurs germinales des gonades DES 2008-2009 F. Dijoud Tumeurs germinales Groupe hétérogène de tumeurs Présentation clinique,histologique et biologique variables Cellule germinale totipotente Différenciation

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES Donnou Céline Faoucher Marie 18/03/11 Anapath, Sarcomes, N. Rioux-Leclerc Diaporama bientôt disponible sur le réseau pédagogique! Bon courage à tous. TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES I - Tumeurs des tissus

Plus en détail

obs. M Deneuville CHR Metz Bonsecours

obs. M Deneuville CHR Metz Bonsecours femme 38 ans, d'origine portugaise; douleurs abdominales évoluant par crises, depuis plusieurs années ; Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les images échographiques -présence

Plus en détail

Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath) Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath) 201 3 1 Table des matières 1. Fréquence, épidémiologie... 3 2. Types histologiques... 3 3. Facteurs de risque, carcinogenèse, modalités d'extension...3

Plus en détail

Activité antitumorale des lymphocytes Natural Killer dans le Neuroblastome et le Sarcome GastroIntestinale (GIST): le rôle de NCR3/NKp30

Activité antitumorale des lymphocytes Natural Killer dans le Neuroblastome et le Sarcome GastroIntestinale (GIST): le rôle de NCR3/NKp30 Activité antitumorale des lymphocytes Natural Killer dans le Neuroblastome et le Sarcome GastroIntestinale (GIST): le rôle de NCR3/NKp30 Introduction : Depuis l introduction des premiers agents alkylants

Plus en détail

LES CARACTÉRISTIQUES DES TUMEURS STROMALES

LES CARACTÉRISTIQUES DES TUMEURS STROMALES XXVII Journées nationales de la SAHGEED,Oran 16,17,19 Décembre 2015 LES CARACTÉRISTIQUES DES TUMEURS STROMALES DIGESTIVES AU CHU DE CONSTANTINE : EXPÉRIENCE MONOCENTRIQUE À PROPOS DE 24 CAS Z.Kassama(1),A.Chirouf(2),R.Benhamada(3),L.Belghazi(1),

Plus en détail

La fibrose vue par le pathologiste

La fibrose vue par le pathologiste La fibrose vue par le pathologiste Jean-Yves SCOAZEC Service d Anatomie Pathologique, Hôpital Edouard Herriot Hospices Civils de Lyon La fibrose Une lésion banale Complication de l évolution de nombreuses

Plus en détail

Des recommandations Mélanome SOR Carcinome basocellulaire ANAES Carcinome épidermoïde INCA-HAS Carcinome de Merkel GCC SFD 2011

Des recommandations Mélanome SOR Carcinome basocellulaire ANAES Carcinome épidermoïde INCA-HAS Carcinome de Merkel GCC SFD 2011 Deux grands types de cancers cutanés Les plus fréquents (origine kératinocytaire) : Les cancers épithéliaux = CARCINOMES Des recommandations Mélanome SOR 2005 Carcinome basocellulaire ANAES 2004 Mélanome

Plus en détail