Traitement des osteonecroses par injection de cellules souches El tratamiento de la osteonecrosis mediante la inyección de células madre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement des osteonecroses par injection de cellules souches El tratamiento de la osteonecrosis mediante la inyección de células madre"

Transcription

1 Traitement des osteonecroses par injection de cellules souches El tratamiento de la osteonecrosis mediante la inyección de células madre Ph. HERNIGOU Hospital Henri Mondor; University of Paris ; France

2 Traitement des osteonecroses par injection de cellules souches (25 ans) > 2000 hips Traitement des os injection de ce El tratamiento de la ost inyección de c

3 Tête femorale normale Hernigou JBJS A 1997 JBJS B 1999 Homma Y, Kaneko K, Hernigou Int Orthop ±264 MSCs / cm³ pour un volume de 50 cm³, MSCs : approximation MSCs presentdans une tête femorale cible minimum recherchée pour le traitement

4 Diminution des cellules souches dans la tête femorale des osteonecroses Hernigou P, Decrease in the mesenchymal stem-cell pool in osteonecrosis. J Bone Joint Surg ; Br 1999;81: Calder JD, The extent of osteocyte death in the proximal femur of patients with osteonecrosis. J Bone Joint Surg Br 2001;83: Gangji V, Abnormalities in the replicative capacity of osteoblastic cells in osteonecrosis of the femoral head. J Rheumatol Suh KT, Kim SW, Roh HL, Youn MS, Jung JS Decreased osteogenic differentiation of MSCs. Clin Orthop Relat Res 2005;431: Chang JK, Ho ML, Yeh CH, Chen CH, Wang GJ Osteogenic gene expression decreases in stromal cells of patients with osteonecrosis. Clin Orthop Relat Res : Lee JS, Lee JS, Roh HL, Kim CH, Jung JS, Suh KT. Alterations in the differentiation ability of mesenchymal stem cells in patients with nontraumatic osteonecrosis of the femoral head: comparative analysis according to the risk factor. J Orthop Res 2006;24:

5 TETE FEMORALE NORMALE Volume MSCs 3 = 65 cm 3 = 700 / cm Total : MSCs

6 OSTEONECROSES - Necrose MSCs = 0 - A distance MSCs = 200 / cm 3 Total < 3000 MSCs

7 AUTOGREFFE DE MOELLE OSSEUSE ASPIRATION 2. CENTRIFUGATION 3. REINJECTION 3

8 Prélèvements sur les crêtes iliaques

9

10

11 TRI CELLULAIRE ET CENTRIFUGATION (400G)

12

13 Abord transtrochantérien avec une tréphine de 3 mm

14 Resultats Hernigou P et al : Clin Orthop Relat Res 2002:14 23 Hernigou P et al : Operative techniques in orthopedics 2004; 14; n 2: Hernigou P et al : Indian J Orthop 2009;43:40 5. Gangji V et al : J Bone Joint Surg Am 2004;86-A: Gangji V et al : Bone 2011;49: Kawate K et al : Organs 2006Volume 30, Issue 12, pages Liu Y er al : Orthop Trauma Surg 2013; 133:125 Yamasaki Tet al : J Bone Jt Surg Br 2010;92:

15 Osteonecroses Reparation apres greffe de cellules souches Stades I and II Evaluation radiologique et par IRM: Qualitative : evolution du signal Quantitative :evaluation volumetrique evaluation de larevascularisation Qualitative : aspect macroscopique Quantitative evaluation de la neo-revascularisation (3D angiographie)

16 Evolution Durant la phase de résolution, des modifications du signal en IRM ont été observées dans le territoire de l'ostéonécrose, avec un hyposignal en T1 avant un retour à un normosignal graisseux s'accompagnant de la disparition de la bande sinueuse marginale qui entoure l'ostéonécrose

17 Résultats: hanches montrent au recul maximum une disparition presque totale du signal sur l'irm 22 ans une image cicatricielle avec un hypo-signal en T1 reste présente sans signal sinueux périphérique

18 Condensation radiologique

19 Quantitative: Regression sur IRM : regression volumetrique 157 hanches sans collapsus : 10 ans volume pre-operatoire : 25.2 cc (12 to 31 cc). volume post-operatioire : 9 cc (0 to 16 cc) pre op 38.4 % du volume Post op: 13.8 %

20 evaluation de la revascularization Aspect macroscopique Même patient : necrose bilaterale Forage seul Forage + cellules

21 revascularisation evaluation quantitative: microangiographie Forage seul

22 revascularisation evaluation quantitative: microangiographie Forage+ cellules

23 Micro angiographie Forage seul Forage + cellules

24 Guérison de l osteonécrose? Quel nombre et quelle concentration De cellules souches?

25 Volume de réparation

26 Volume de réparation Nb de progeniteurs: CFU-F/cm3 1 osteoblast : micro m3 1cm3 d os néoformé = 200 millions d osteoblastes

27 Nb de divisions des cellules souches? Combien de mitoses pour obtenir 200 millions d osteoblastes? In vitro limites avant senescence :25 to 50 mitoses 16 mitoses CFU-Fx2^16=200 millions

28 Quantitative: Regression sur IRM : regression volumetrique 157 hanches sans collapsus : 10 ans volume pre-operatoire : 25.2 cc (12 to 31 cc). volume post-operatioire : 9 cc (0 to 16 cc) pre op 38.4 % du volume Post op: 13.8 % MSCs per cc Total: MSCs

29 Autres techniques Ingenierie tissulaire PRODUCTION CELLULAIRE Expansion par culture : Cellules allogeniques Therapie Genique MODE D ADMINISTRATION Directlement dans l os Intra-arteriel injection intraveineuse pour necroses multifocales

30 Expanded MSCs Biomat Autres techniques Ingenierie tissulaire Bone marrow aspiration Bone reconstruction BMSCs isolation, amplification, differentiation Scaffold Synthetic porous Seeding, culturing osteoprogenitors

31 Cellules souches sur bioceramiques Collagen type I Cellules Matrice extracellulaire

32 Expansion par culture Gangji V, Hauzeur JP Cellular-based therapy for osteonecrosis. Orthop Clin N Am 2009; 40: Liu L, Sun Z, Chen B, Han Q, Liao L, Jia M, et al. Ex vivo expansion and in vivo infusion of bone marrow-derived Flk-1 + CD31-CD34mesenchymal stem cells: feasibility and safety from monkey to human. Stem Cells Dev 2006;15: Rackwitz et al. Stem cell- and growth factor-based regenerativetherapies for avascular necrosis of the femoral head Stem Cell Research & Therapy 2012, 3:7 Zhao D, Cui D, Wang B, Tian F, Guo L, Yang L, et al. Treatment of early stage osteonecrosis of the femoral head with autologous implantation of bone marrow derived and cultured mesenchymal stem cells. Bone 2012;50:

33 Cellules allogeniques Indication : Necroses multifocales ou insuffisance cellulaire Injection intraveineuse pour necroses multifocales Hernigou P, Bernaudin F, Reinert P, Kuentz M., Vernant J.P. Bone marrow Transplantation in Sickle Cell Disease; effect on osteonecrosis. J. Bone and Joint Surgery 1997, 79-A,

34 Administration Intravenouse Hernigou P, Bernaudin F, Reinert P, Kuentz M., Vernant J.P. Bone marrow transplantation in Sickle Cell Disease; effect on osteonecrosis. J. Bone and Joint Surgery 1997, 79-A, Intraarterielle Mao Q, Hongting Jina,c, Fei Liao a,b, Luwei Xiao a,b,c, Di Chend, Peijian Tong The efficacy of targeted intraarterial delivery of concentrated autologous bone marrow containing mononuclear cells in the treatment of osteonecrosis of the femoral head: A five year follow-up study. Bone 2013, 57,

35 Conclusion Efficicacité : 25 ans d experiences et 2000 necroses Indications: Stage I and II collapse < 2mm Etiologies: Securité: *Hernigou P, Homma Y, Flouzat-Lachaniette CH, Poignard A, Chevallier N, Rouard H. Cancer risk is not increased in patients treated for orthopaedic diseases with autologous bone marrow cell concentrate. J Bone Joint Surg Am Dec 18;95(24): Progres Expansion et cellules allogeniques

36 Seconde Conclusion progrès Expansion ou cellules allogeniques Patients with stem cells deficiency such as post-chemotherapy... Patients with multifocal osteonecrosis (Sickle cell disease) Allogenic grafts are already possible : but total immunological safety is not proved Expansion is promising but Still in experimentation Cost is very high as compared with concentration Safety is not proved

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE NECROSE AVASCULAIRE de la hanche NAV circulation capillaire (tête fémorale) => ischémie => nécrose des ostéocytes => réparation cellulaire => perte de l intégrité structurale

Plus en détail

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY La problématique Tissu osseux : forte aptitude à se réparer MAIS Situations cliniques particulières

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET

MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET PROTHESE TOTALE DE HANCHE POUR OSTEONECROSE ASEPTIQUE DE LA TETE FEMORALE Analyse d une série de 126 arthroplasties. Hôpital Edouard HERRIOT

Plus en détail

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille TIGER WOODS ET LE PRP Dans des revues sportives Américaines Tiger Woods : J ai

Plus en détail

CONTROVERSES en chirurgie de la hanche. C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar

CONTROVERSES en chirurgie de la hanche. C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar CONTROVERSES en chirurgie de la hanche C. Schwartz Conflit d intérêt: FH Orthopedics Colmar Une invention française Gilles Bousquet CHU de Saint-Etienne - Jean Rieu, Professeur à l Ecole des Mines de Saint-Etienne

Plus en détail

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL***

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL*** Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 85 Séance de travail Mercredi 7 février 2001 Nouvelles stratégies thérapeutiques expérimentales dans la régénération osseuse et cartilagineuse Jean-Michel SAUTIER*,

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Membrane Intégra. Technique

Membrane Intégra. Technique Membrane Intégra V. Casoli Les méthodes dites «simples» de couverture des pertes de substance cutanée de la main et des doigts, en dehors des lambeaux, sont représentées essentiellement par la technique

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

2000 Nouveau domaine.

2000 Nouveau domaine. Aujourd hui Didier Letourneur BIOMATERIAUX Conception de systèmes 3D pour l ingénierie tissulaire Futur? BIOMATERIAUX Médecine Régénératrice/réparatrice Problèmes après 60 années de recherche et de développement!

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

PLACE DES METAUX POREUX DANS LA RECONSTRUCTION DES PERTES DE SUBSTANCE OSSEUSE DE LA HANCHE

PLACE DES METAUX POREUX DANS LA RECONSTRUCTION DES PERTES DE SUBSTANCE OSSEUSE DE LA HANCHE PLACE DES METAUX POREUX DANS LA RECONSTRUCTION DES PERTES DE SUBSTANCE OSSEUSE DE LA HANCHE Xavier Flecher*, Wayne Paprosky**, Jean-Charles Grillo*, Jean- Manuel Aubaniac*, Jean-Noël Argenson* * Centre

Plus en détail

HOSPITAL INSURANCE SERVICES LOI SUR L ASSURANCE- HOSPITALISATION DÉCRET 2006/199 LOI SUR L ASSURANCE-HOSPITALISATION

HOSPITAL INSURANCE SERVICES LOI SUR L ASSURANCE- HOSPITALISATION DÉCRET 2006/199 LOI SUR L ASSURANCE-HOSPITALISATION HOSPITAL INSURANCE SERVICES ACT Pursuant to section 9 of the Hospital Insurance Services Act, the Commissioner in Executive Council orders as follows 1. The annexed Charges for In-Patient High Cost Procedures

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

Redéfinissons la membrane Straumann MembraGel

Redéfinissons la membrane Straumann MembraGel Redéfinissons la membrane Straumann MembraGel Une membrane de pointe qui établit de nouvelles normes en matière de régénération osseuse guidée (ROG) En matière de ROG, il est indispensable d éviter toute

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP, ZINI L, LECOEUR C, AUTHIER J, GHÉRARDI R, LECORVOISIER P, ANDRÉ C, COUSSE R, JOUANY P, SALOMON L, ABBOU C

YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP, ZINI L, LECOEUR C, AUTHIER J, GHÉRARDI R, LECORVOISIER P, ANDRÉ C, COUSSE R, JOUANY P, SALOMON L, ABBOU C Résultats électromyographiques et fonctionnels à un an de l'implantation péri-urétrale de myofibres pour le traitement de l'insuffisance sphinctérienne urétrale YIOU R, LOCHE C, HOGREL JY, LEFAUCHEUR JP,

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Dr Aerts Isabelle Département d'oncologie Pédiatrique, Institut Curie, Paris INSERM U 612, Laboratoire

Plus en détail

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages Centre Hospitalier Pontoise Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages Chef de service : Dr Hugo GONZALEZ Accueil secrétariat 01 30 75 49

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

La LASERTHERAPIE. Lasertherapie à l Institut Jules Bordet. Dr. M-T Genot

La LASERTHERAPIE. Lasertherapie à l Institut Jules Bordet. Dr. M-T Genot La LASERTHERAPIE Lasertherapie à l Institut Jules Bordet G Dr. M-T Genot Laser = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation Laser de basse énergie ou Laser froid ou LLL( low level laser) Propriétés:

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

TRAITEMENT DE SURFACE BCP

TRAITEMENT DE SURFACE BCP Bio-compatibilité. Propreté. Ostéo-intégration TRAITEMENT DE SURFACE BCP Pure like nature* *Une pureté naturelle 2 LA VOIE DU SUCCÈS IMPLANTAIRE! Encourager une ostéo-intégration rapide et saine en optimisant

Plus en détail

sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne

sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne Ostéosynthèse percutanée sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne N.Amoretti(1), V.Lesbats-Jacquot(1), E. Hovorka (1), PY. Marcy (1), T. El Hayek (1), P. Eude (2), J. Sedat (1), A.

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

Les Biotherapies Généralités Pr François LEMOINE

Les Biotherapies Généralités Pr François LEMOINE Les Biotherapies Généralités Pr François LEMOINE Laboratory I 3 of Immunology-Immunopahtology- Immunotherapy CNRS-UMR7211 / INSERM U959 Hôpital de la Pitié Salpêtrière - CERVI 83, Boulevard de l Hôpital

Plus en détail

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE MOMENT DE LA FRACTURE Fracture per-opératoire iatrogène cave pathologique! Fracture post-opératoire traumatique FRACTURE PEROPERATOIRE Souvent méconnue = diagnostic

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

Granules Poreux de Titane. Pour régénération osseuse

Granules Poreux de Titane. Pour régénération osseuse Granules Poreux de Titane Granules Poreux de Titane Pour régénération osseuse EGALEMENT DISPONIBLE EN BLANC i n t e l l i g e n t p o r o u s t i ta n i u m g r a n u l e s La Méthode Tigran La méthode

Plus en détail

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015 ANNONCE PRESSE Un donneur pour chaque patient en attente d'une greffe de moelle osseuse, de la chimère à la réalité grâce à la révolution de la greffe haplo mismatch Marseille, le 26 mai 2015. L'Institut

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

Les effets du tabac sur le succès des implants ostéointégrés

Les effets du tabac sur le succès des implants ostéointégrés Les effets du tabac sur le succès des implants ostéointégrés En clinique, on a remarqué que l ostéointégration des implants dentaires chez les patients fumeurs connaissait un nombre d échecs plus élevé

Plus en détail

d un déficit transversal osseux mandibulaire avec les implants TBR Z1

d un déficit transversal osseux mandibulaire avec les implants TBR Z1 Gestion simplifiée d un déficit transversal osseux mandibulaire avec les implants TBR Z1 Zircone-Titane Régis NEGRE* Introduction La pose d implant nécessite parfois, pour répondre aux critères de pérennité

Plus en détail

Une nouvelle génération d allogreffes alliant sécurité virale et préservation des qualités biomécaniques du tissu osseux.

Une nouvelle génération d allogreffes alliant sécurité virale et préservation des qualités biomécaniques du tissu osseux. ZA Lavoisier - 4 rue Lebon - 77220 Presles en Brie - France Administratif : Tél. : 33 (0)1 64 42 00 75 Fax : 33 (0)1 64 42 08 02 e-mail : biobank@biobank.fr Commercial : Tél. 33 (0)1 64 42 59 65 (dentaire)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 ACTONEL 5 mg, comprimé pelliculé B/14 (CIP: 354 362-3) ACTONEL 30 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 354 366-9) ACTONEL 35 mg, comprimé pelliculé B/4

Plus en détail

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale.

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Exécution en bloc opératoire de procédures planifiées en préopératoire Réduction

Plus en détail

Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH

Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH Pr Nicolas Mounier Service d Onco Onco-Hématologie Hôpital l Archet l - CHU Nice Groupe d Etude des Lymphomes de l Adulte Lymphomes HIV Les 2 entités

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées Mohamed Ahmed Samir Kassem Chef de clinique assistant Hôpitaux Universitaires d Alexandrie, Egypte INTRODUCTION La

Plus en détail

L. Obert, T. Lascar, A. Adam

L. Obert, T. Lascar, A. Adam Améliorer la consolidation des tubérosités grâce au système OMS (Offset Modular System) et l autogreffe Improving tuberosity consolidation using the OMS system (Offset Modular System) L. Obert, T. Lascar,

Plus en détail

Evaluation de l impact de plaques anti adhérentielles (Seprafilm ) sur la progression tumorale ovarienne

Evaluation de l impact de plaques anti adhérentielles (Seprafilm ) sur la progression tumorale ovarienne Evaluation de l impact de plaques anti adhérentielles (Seprafilm ) sur la progression tumorale ovarienne Dr Laetitia PICAUD-MORENO Présentation SFCO 17/10/2014 EA 4553 Individualisation du traitement des

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH

Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH SectiOn F S R Pathologies osseuses associées à l infection VIH ICÔNE 2015 COREVIH Alsace 30 mai 2015 Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH Ostéonécroses et infection VIH: fréquence

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT au nom de la Commission I (Biologie Immunologie Génétique) Les banques de sang de

Plus en détail

Traitement de 22 cas de tendinites du coude, rebelles aux traitements classiques, par injection de plasma riche en plaquettes (PRP)

Traitement de 22 cas de tendinites du coude, rebelles aux traitements classiques, par injection de plasma riche en plaquettes (PRP) Journal de Traumatologie du Sport () Mémoire Traitement de cas de tendinites du coude, rebelles aux traitements classiques, par injection de plasma riche en plaquettes (PRP) Twenty-two elbows tendinites

Plus en détail

CONTEXTE SCIENTIFIQUE 1.1. Caractéristiques du sang de cordon ombilical On a constaté que le sang de cordon ombilical était riche, non seulement en cellules sanguines normales, mais également en cellules

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

SOFARTHRO.com DES RÉPARATIONS ARTHROSCOPIQUES DES RUPTURES LARGES DE LA COIFFE DES ROTATEURS PAR SUTURE BORD À BORD

SOFARTHRO.com DES RÉPARATIONS ARTHROSCOPIQUES DES RUPTURES LARGES DE LA COIFFE DES ROTATEURS PAR SUTURE BORD À BORD RÉSULTATS FONCTIONNELS ET CONTRÔLE DE L'INTÉGRITÉ DES RÉPARATIONS ARTHROSCOPIQUES DES RUPTURES LARGES DE LA COIFFE DES ROTATEURS PAR SUTURE BORD À BORD T. Rousseau ; S. Bertiaux ; O. Courage ; N. Puech

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer

Prostate Cancer. Signs of Prostate Cancer Prostate Cancer The prostate is a gland in men that makes a liquid that forms part of semen. Its size is about 2 centimeters by 2 centimeters and is located in the pelvic area. The prostate uses a male

Plus en détail

Implant dentaire Zimmer Trabecular Metal

Implant dentaire Zimmer Trabecular Metal Implant dentaire Zimmer Trabecular Metal OSTEO-INCORPORATION: L implantologie dentaire prend une nouvelle dimension OSTEO-INCORPORATION UNE NOUVELLE DIMENSION L IMPLANT DENTAIRE ZIMMER TRABE- CULAR METAL

Plus en détail

orthopaedics The Swiss spirit of innovation metoxit.com

orthopaedics The Swiss spirit of innovation metoxit.com orthopaedics metoxit.com The Swiss spirit of innovation Société Gamme de produits Qualité Fondée en 1978, Metoxit AG est une entreprise Suisse à taille humaine qui est spécialisée dans la production et

Plus en détail

Chirurgie Mini-Invasive par Voie Antérieure La PTH sans section musculaire

Chirurgie Mini-Invasive par Voie Antérieure La PTH sans section musculaire Chirurgie Mini-Invasive par Voie Antérieure La PTH sans section musculaire Clinique Saint-George Nice Dr Didier D Hondt Chirurgien orthopédiste Vincent Christian Kinésithérapeute Jeudi 20 Mars 2014 Nice

Plus en détail

Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié?

Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié? Innesti di osso mascellare con cellule ossee autologhe Informazioni sul metodo d'intervento Peut-on effectuer des implants dentaires sur un maxillaire atrophié? Cher(ère) patient(e), De nos jours, la perte

Plus en détail

Actualités sur l'utilisation des cellules souches mésenchymateuses en thérapeutique articulaire chez le cheval

Actualités sur l'utilisation des cellules souches mésenchymateuses en thérapeutique articulaire chez le cheval Actualités sur l'utilisation des cellules souches mésenchymateuses en thérapeutique articulaire chez le cheval Dr Matthieu Cousty, dipl. ECVS Clinique Equine de Livet Cour Samson 14140 St Michel de Livet

Plus en détail

La réglementation européenne des MTI

La réglementation européenne des MTI La réglementation européenne des MTI Sophie LUCAS Mai 2012 Atlanpole Nantes Une Nouvelle catégorie de produits Produits déjà couverts par la réglementation européenne (2001) (2001/83/CE) Médicaments de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 8 novembre 2005 (JO du 16 novembre 2005) FOSAVANCE 70 mg/2800 UI, comprimé

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares. Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON

Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares. Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON Les enjeux des essais cliniques dans les maladies rares Marie-Laurence GOURLAY-CHU, MD Responsable Médical AM GENETHON LES MALADIES RARES EN EUROPE - DEFINITION : PREVALENCE: - FRANCE : maladie affectant

Plus en détail

Version 1 du 30 mars 2012. Mise à jour 5 juin 2012. Guide, non opposable, à l attention des porteurs de projet

Version 1 du 30 mars 2012. Mise à jour 5 juin 2012. Guide, non opposable, à l attention des porteurs de projet Médicaments de thérapie innovante, Médicaments de thérapie innovante préparé ponctuellement et préparations : Synthèse du cadre réglementaire applicable pour la fabrication, le développement et la mise

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

I. Indications - en chirurgie réparatrice

I. Indications - en chirurgie réparatrice I. Indications - en chirurgie réparatrice - en chirurgie esthétique II. Intervention: principes de base communs III. Matériel nécessaire IV. Suites opératoires V. Résultats VI. Complications envisageables

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

15% 19% France Genou Stable. Méniscectomie Réparation Reconstruction. Réparation Méniscale Qu en attendre? indications excessives

15% 19% France Genou Stable. Méniscectomie Réparation Reconstruction. Réparation Méniscale Qu en attendre? indications excessives Méniscectomie Réparation Reconstruction Ph Beaufils, N Pujol, P Boisrenoult Versailles indications excessives Nombre de méniscectomies Méniscectomies sur genou arthrosique Méniscectomies sur rupture du

Plus en détail

La Hanche de l enfant et de l adolescent

La Hanche de l enfant et de l adolescent La Hanche de l enfant et de l adolescent Cafcim 29 Septembre 2012 Sébastien Brunot, Hervé Laumonier, Hervé Bouin Imagerie médicale, Clinique du Tondu Ostéomyélite Ostéochondrite Epiphysiolyse Rhume de

Plus en détail

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Dept. des Tumeurs du Sein Chef du service Hôpital de Jour Institut d Oncologie Ion Chiricuţă Cluj-Napoca,

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Les Thérapies Innovantes

Les Thérapies Innovantes Les Thérapies Innovantes GIENS XXIII, 29 Sept- 2 Oct 2007 P. ZORZI Département de L Evaluation des Produits Biologiques Les Produits de Thérapies Innovantes Champ Cadre Législatif France Cadre Législatif

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité?

Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité? Peut-on se passer du méthotrexate haute dose dans le traitement de l ostéosarcome de haut degré de malignité? Gérard Delepine, Nicole Delepine www.nicoledelepine.fr 1979 Rosen : le protocole T10 Taux de

Plus en détail

Manuel Assurance Qualité

Manuel Assurance Qualité Manuel Assurance Qualité Document énonçant la politique qualité et décrivant l'ensemble des procédures et autres composants organisationnels - Recommandations AFSSAPS (clinique) -Norme iso9001 (non-thérapeutique)

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM Défis reliés à l infection par le VIH Paul Jolicoeur, M.D., Ph. D. Chercheur fondamental Directeur de l unité de recherche

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Ententes interprovinciales en assurance santé

Ententes interprovinciales en assurance santé 284 À l intention des directeurs généraux et des directeurs des finances des établissements hospitaliers autorisés à facturer des services hospitaliers rendus à des résidents des autres provinces et des

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

ALLERGIES ET DOULEURS INEXPLIQUEES SUR PROTHESES

ALLERGIES ET DOULEURS INEXPLIQUEES SUR PROTHESES ALLERGIES ET DOULEURS INEXPLIQUEES SUR PROTHESES Pr. P. Mertl, Dr. Th. Germonville Deux cas d allergie d après s PTH à COUPLE MOM P. Mertl Cas n 1n Patiente de 60ans Coxarthrose gauche Aucun antécédent

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail