La continuité d activité des Prestations de Service Essentielles Externalisées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La continuité d activité des Prestations de Service Essentielles Externalisées"

Transcription

1 La continuité d activité des Prestations de Service Essentielles Externalisées Avec la contribution de

2 Liste des membres du groupe de travail Claude BESNIER Bertrand DUQUENNOY Corinne DUPART Blaise GENTHON Jean-Jacques GENTRIC Wilfrid GHIDALIA Philippe JUNIER Yves LEVAVASSEUR Emmanuel PATHE Florence ROBINET-NEMEC Marc ROUSSEAU Crédit Agricole SA Crédit Mutuel Arkéa Aviva France Groupama Banque IEDOM - IEOM Forum des Compétences BIA Banque de France BNP Paribas BNP Paribas Bred - Banque Populaire Forum des Compétences 2011 Propriété intellectuelle du Forum des Compétences Tous droits de reproduction, d adaptation et de traduction réservés. Dépôt légal chez LOGITAS janvier 2012 Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 2/36

3 1. Notion de PSEE et PSE Revue des PSE Recensement des prestations de services externalisées Analyse de risques Classification des prestations Expression de besoins en matière de continuité Intégration des PCA des contractants Gestion de crise et communication externe Intégration des dispositifs de continuité des contractants Conduite des tests PCA des contractants Dispositions contractuelles des PSE Établissement d un contrat Clauses juridiques bénéficiant à l a continuité d activité Conformité réglementaire Intégration de la continuité d activité au contrat Cas de la sous-traitance Continuité d activité opérée par déport de l activité Continuité d activité à travers une prestation de secours Limites du cadre contractuel Contrôle des dispositifs de continuité d activité des PSE Politique de contrôle de la continuité des PSE Points de contrôle Outils de contrôle et de suivi Annexes - Fiches pratiques Extraits du Code Monétaire et Financier Extraits du CRBF Liste indicative de PSEE de la Fédération Bancaire Française Secteurs d activités d'importance vitale Exemple de grille d impact Exemple de classification des PSE Exemple de questionnaire de classification des PSE Règles typographiques Conseil Point d attention Référence à une fiche annexe Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 3/36

4 1. Notion de PSEE et PSE Le sigle «PSEE» désigne une Prestation de Service Essentielle Externalisée. Cette désignation dérive de la formulation «prestations de services ou autres tâches opérationnelles essentielles ou importantes» introduite par le Comité de la Réglementation Bancaire et Financière (CRBF) dans son Règlement n du 21 février Définition d une PSEE au sens du CRBF n Le CRBF n (version révisée du 5/05/ TITRE I. Principes et Définitions) définit, dans son article 4-r, les prestations de service essentielles externalisées comme suit : 1 er tiret : Les activités elles-mêmes soumises au CRBF ; opérations de banques, les services de paiement et les services d investissement (tels que définis au code monétaire et financier ) 2 ème tiret : Les activités connexes aux opérations de banques, services de paiement et services d investissement, qui ne sont pour autant pas soumises au CRBF ème tiret : Les prestations de service participant directement à l'exécution des opérations ou des services mentionnés ci-dessus 4 ème tiret : Les autres activités qui pourraient avoir un impact significatif sur les activités mentionnées ci-dessus Cette définition invite les entreprises assujetties à construire, selon leur modèle d appréciation des impacts, la liste des prestations de service qu elles estiment relevant de PSEE. Une liste indicative des PSEE a été formalisée par la Fédération Bancaire Française. Le CRBF exclu des services essentiels : Les prestations de service portant sur des activités non couvertes par l agrément ou l habilitation de l entreprise L achat de prestations standard, y compris des services fournissant des informations de marché ou des flux de données sur les prix Règlement Général de l Autorité des Marchés Financiers (AMF) L Autorité des Marchés Financiers (AMF) introduit, dans l article de son Règlement (LIVRE III. PRESTATAIRES, Chapitre III. Règles d Organisation), l obligation de mise en œuvre d un plan de continuité d activité pour les prestataires de services d investissement. Le Règlement AMF pose également dans ses articles à (sous-section 5. Externalisation) la définition de «tâches ou fonctions opérationnelles essentielles ou importantes pour la fourniture d'un service ou l'exercice d'activités» et l obligation d assurer leur continuité. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 4/36

5 Notions retenues par le Forum des Compétences Dans son étude, le a retenu les notions suivantes : Prestation de service essentielle externalisée (PSEE) clairement identifiable au sens de la réglementation (en référence notamment aux codes monétaires et financiers) Prestation de service externalisée (PSE) désignant toute prestation que l entreprise souhaite gérer dans le cadre de sa continuité d activité. Par cette définition, toutes les PSEE sont de fait des PSE. Dans la suite du document, sauf mention contraire, toutes les prestations évoquées sont des «PSE». Cas particulier des prestations délivrées par les institutions, les opérateurs publics, communautaires ou privés La continuité des prestations délivrées par des acteurs majeurs ou exclusifs de leur secteur fait l objet le plus souvent d une réflexion globale : Institutions publiques ou privées contributives au système financier (Banque Centrale Européenne, Banque de France, Bourse de Paris, ), opérateur «communautaire» d échanges financiers (SWIFT) Le groupe Robustesse piloté par la Banque de France travaille, en collaboration avec les principaux acteurs concernés, sur la continuité de la place financière parisienne, notamment en cas de chocs extrêmes. La continuité des prestations de ces institutions s inscrit dans une réflexion commune, qui tient compte des plans de continuité d activité de chacun des contributeurs. Opérateurs de service public ou de concessions (production et distribution d énergie, services de télécommunication, services postaux et de courrier, distribution d eau potable, transports, administration civile, services d ordre public et de sécurité, etc. Le souscripteur pourra tenir compte, dans la priorisation de traitement de la continuité de ses PSE, à la fois des enjeux liés à leur défaillance éventuelle mais également de la typologie des prestataires les délivrant. Ce point sera davantage précisé au chapitre «5. Contrôle des dispositifs de continuité d activité des PSE». On notera que la plupart de ces institutions ou opérateurs sont concernés, en France, par le décret n (du 23/02/2006) relatif à la Sécurité des Activités d'importance Vitale ou SAIV. Sur la douzaine de secteurs identifiés, plus de 200 Opérateurs d Importance Vitale ou OIV ont été recensés. Leur liste est classifiée «Confidentiel Défense». Ces OIV sont assujettis à la Directive Nationale de Sécurité ou DNS de leur secteur, décrivant notamment les scénarios de risques propres à chacun de leur secteur et les objectifs de sécurité et de continuité à atteindre. Ces directives sont également classifiées «Confidentiel Défense». Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 5/36

6 2. Revue des PSE Le présent chapitre pose les principes méthodologiques pour établir la cartographie des PSE d une entreprise et dresser les exigences de continuité relatives à ces prestations. Ces principes s articulent autour de quatre étapes : Recensement des prestations de services externalisées (PSE) Analyse de risques Classification Expression de besoins de continuité sur les PSE 2.1. Recensement des prestations de services externalisées L identification d une PSE et du niveau de continuité associé doit constituer, à terme, une action systématique de toute souscription de service. Elle pourra judicieusement s opérer aux étapes d expression de besoins (cahier des charges), de consultation, de négociation puis de contractualisation d une prestation. La prise en compte de la dimension PSE s inscrira idéalement au sein du processus achat : Mise en place d un questionnement à l attention du métier, en phase d expression de besoins Mise en place d un questionnement du prestataire, en phase de consultation Élaboration de clauses particulières à intégrer en phase de contractualisation Ces éléments portés par la Fonction Achat nécessitent, pour autant, l implication des métiers. Pour les prestations déjà souscrites, plusieurs approches sont envisageables, éventuellement de manière complémentaire : Une action de recensement global. Cette action est potentiellement lourde, puisqu elle réclame la revue de l intégralité des contrats et conventions établies. Une revue à l occasion du renouvellement d un contrat ou d une convention. En fonction de la durée et de la date de signature de chaque contrat, cette revue risque d être longue. Du reste, les contrats tacitement reconduits risquent d échapper à cette revue. Une action de recensement des prestations essentielles dans le cadre de la démarche de collecte des besoins de continuité (Business Impact Analysis, BIA) animée par le Responsable de la Continuité d Activité (RPCA). Cette approche est recommandée La cartographie des PSE doit faire l objet d un suivi régulier en particulier s il s agit de PSEE. Ce suivi est généralement opéré par la fonction de management des risques opérationnels ou par la fonction conformité. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 6/36

7 2.2. Analyse de risques Le recours à toute prestation de service mérite qu une analyse de risques préalable soit établie de manière à ce que la souscription de la prestation soit effectuée en «pleine connaissance de cause». Le Forum des Compétences attire l attention sur deux typologies de risques, dans le contexte des PSE : Les risques liés à l acte d externalisation Les risques relatifs à la continuité de la prestation Risques liés à l acte d externalisation Il s agit des risques traditionnels qui découlent de tout acte d externalisation, généralement analysés dans les phases amont du processus de souscription : Risques inhérents à la maîtrise de l expertise du prestataire (et de sa potentielle «dilution» pour le donneur d ordre) Risques relatifs au prestataire (de part sa surface, sa notoriété, sa pérennité, ) Risques inhérents à la situation géographique voire géopolitique de la prestation Le Forum des Compétences suggère un regroupement en quatre familles : Risques d ordre stratégique, notamment lorsque le prestataire opère depuis des pays présentant potentiellement des risques réglementaires ou souverains. Risques d ordre métiers : la perte d'expertise technique ou de compétences internes entrainant deux corollaires : difficulté à ré-internaliser la prestation, difficulté pour juger des compétences du prestataire et/ou des solutions de continuité du prestataire la mauvaise qualification du prestataire et des exigences de sécurité la perte de contrôle ou d'indicateurs de suivi défaillants ou inadaptés les risques techniques, liés à la délivrance opérationnelle du service par le prestataire, à la création d une dépendance technique, ou les risques d adjacences des systèmes Risques d ordre juridique, englobant l ensemble des risques attachés au contrat liant le client à son prestataire Risques d ordre commercial, lorsque l externalisation créée une dépendance commerciale au prestataire. À titre d exemple, peut être cité le risque induit par la position dominante de certains fournisseurs (monopole, oligopole, effets dominos), et le risque de solvabilité Comme mentionné à l article 37-2 du CRBF n (idem à l article du règlement de l AMF), l'acte d'externalisation n affranchit pas le donneur d ordre au respect des obligations qui lui incombent sur les activités sous-traitées. Le donneur d ordre doit, de fait, conserver l expertise nécessaire pour contrôler les prestations, contrôler effectivement ces prestations et gérer les risques associés à l externalisation. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 7/36

8 Risques relatifs à la continuité de la prestation Pour rendre sa prestation, le fournisseur s appuie sur des locaux, des ressources humaines, un système d information (SI), des moyens de production, et peut solliciter éventuellement une sous-traitance. Chacune de ces ressources est assujettie à des risques endogènes et exogènes. Toutefois, quels que soient ces risques, l attente du donneur d ordre portera en priorité et a minima sur la couverture des quatre scénarios traditionnels : Perte et/ou inaccessibilité des locaux Perte et/ou indisponibilité du SI Absence majeur de collaborateurs Indisponibilité de sous-traitants essentiels à la conduite de la prestation On notera que les scénarios dits de «choc extrêmes» proposés par le Groupe Robustesse peuvent également être retenus selon l importance de la PSE. Enfin, l analyse de risques visera à d identifier la pertinence, pour le donneur d ordre d adresser les situations de sinistres simultanés du prestataire et de lui-même. Un éclairage est apporté sur ce sujet au chapitre Classification des prestations La classification des PSE a pour finalité l optimisation des efforts à déployer par le donneur d ordre pour s assurer de la continuité des prestations qu il souscrit. Ils sont naturellement corrélés aux enjeux que le donneur d ordre leur prête. Cette classification vise notamment à adapter les dispositifs de contrôle à mettre en place sur la continuité des PSE. La classification des PSE pourra être établie au travers de plusieurs facteurs. Le Forum des Compétences estime que deux facteurs sont prépondérants : Facteur 1 : «caractère réglementé» ou non de la prestation Il s agit de distinguer parmi l ensemble des PSE celles qui relèvent de l obligation réglementaire du CRBF ou de l AMF : ce sont les PSEE. Pour celles-ci, le donneur d ordre à l obligation de s assurer voire, le cas échéant, d assurer lui-même la continuité de la prestation face à des événements majeurs. Parmi la liste PSEE du donneur d ordre peuvent figurer des prestations elles-mêmes assujetties à la réglementation (CRBF, AMF). Leur prestataire assujetti doit disposer d un PCA et l autorité de régulation dont il dépend est en mesure de le contrôler. Cette situation est facilitatrice pour la mise en place de contrôle par le donneur d ordre. Pour les PSE non réglementées, le Forum des Compétences recommande d exploiter le facteur «criticité» de la prestation détaillé ci-après. Facteur 2 : «criticité» de la prestation La «criticité» vise à apprécier l importance de la prestation pour le donneur d ordre. Cette criticité est directement corrélée au niveau d impact qu aurait (dans le temps) l interruption de la prestation sur le donneur d ordre. Plus cet impact est fort, plus la PSE devient critique. Le Forum des Compétences recommande d appliquer la démarche d analyse d impact généralement définie par la fonction management des risques opérationnels au sein de l entreprise. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 8/36

9 Cette démarche repose le plus souvent sur une grille d impact exprimée selon deux axes : Un axe critères d impact À titre d illustration, les critères généralement employés sont : impact financier, impact client (éventuellement subdivisé selon la nature des clients : personnes morales ou physiques), impact juridique et/ou réglementaire, impact d image, etc. Un axe échelle d appréciation de ces critères sur 3, 4, ou 5 niveaux À titre d illustration, l impact peut être valorisé sur une échelle à 5 niveaux : faible, notable, significatif, grave, vital. Pour «objectiver» l estimation de l impact de l interruption d une PSE, le Forum des Compétences recommande que les niveaux de l échelle d appréciation soient explicités quantitativement ou qualitativement pour chaque critère d impact. D autres facteurs complémentaires peuvent également être exploités pour la classification des PSE. Ces critères de second niveau caractérisent davantage le prestataire que la prestation. Ils permettent néanmoins d anticiper les freins ou, au contraire, les leviers qui faciliteront ou non l application d une politique de contrôle de la continuité de la prestation. Le Forum des Compétences propose les trois facteurs complémentaires suivants : Prestataire «de place», c.a.d. délivrant une prestation à la majorité ou la totalité des acteurs concernées de la place financière. Le donneur d ordre cherchera à mettre en place un plan de contrôle de la continuité de la prestation, tout en sachant qu il s expose possiblement à une possible réticence du prestataire. Dans l hypothèse où le prestataire garantit la continuité de sa prestation et délivre des éléments tangibles témoignant de sa continuité, il reste néanmoins pertinent de prévoir des modalités de contrôle. Dans un souci d efficacité du contrôle et, dans une certaine mesure, de rétablissement du rapport de force, le Forum des Compétences évoque la possibilité de mutualiser les efforts de contrôle entre les différents souscripteurs de la PSE. Cette mutualisation est également simplificatrice pour le fournisseur, puisqu elle réduit le nombre de sollicitations pour le contrôle de sa prestation. La Fédération Bancaire Française propose, dans le document «Externalisation : contrôle des activités externalisées des prestataires communs» (09/2009), des référentiels pour le contrôle commun de prestataires, pour différente activités. Les donneurs d ordre qui mutualisent leurs efforts de contrôle veilleront à ce que ces contrôles mutualisés s établissent de manière contradictoire et dans le respect du droit des affaires, notamment du principe de libre concurrence. On notera qu il est difficile d estimer a priori si notamment la situation l y contraignait quelle priorisation le prestataire dit «de place» établirait dans le traitement de ses clients affectés par l interruption de sa prestation. Chaque donneur d ordre pourra apprécier cette potentialité dans le cadre de sa stratégie de continuité. Dimension de la prestation Plusieurs modes d évaluation de la dimension de la prestation sont envisageables. Le Forum des Compétences recommande d apprécier cette dimension en regard du chiffre d affaires de la prestation sur le chiffre d affaire global du prestataire, (informations généralement communiquées dans le cadre d une consultation). Plus la PSE souscrite sera significative pour le prestataire (en termes de volume, de chiffre d affaire, de durée, etc.) et plus le donneur d ordre disposera de levier pour négocier l application d une politique de contrôle. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 9/36

10 Le caractère cœur de métier de la PSE pour le prestataire, peut être utilisé comme un facteur de qualification de la dimension de la prestation. L éloignement de la PSE du cœur du métier du prestataire fait peser un risque sur la qualité de la continuité de la prestation en cas d événement majeur, voire même en fonctionnement nominal. Taille du prestataire en regard de celle du donneur d ordre La dimension relative du prestataire vis-à-vis de celle du donneur d ordre est de nature à constituer un rapport de force dans le cadre de la négociation, à l avantage d une des parties. Le prestataire de la PSE peut avoir un portefeuille clients particulièrement déséquilibré, en faveur d un donneur d ordre en particulier. Cette situation de dépendance vis-à-vis d un donneur d ordre met en évidence la potentialité d un risque sur la continuité de la PSE en cas de défaillance, même temporaire, du donneur d ordre. Ces critères pourront être intégrés dans le cadre d une grille de classification. et d un questionnaire 2.4. Expression de besoins en matière de continuité L expression de besoins de continuité des PSE est l élément par lequel le donneur d ordre formalise son exigence de continuité sur les prestations souscrites, face à des événements majeurs. Cette expression doit s inscrire dans le cadre des exigences de qualité de service que devra honorer le prestataire pour sa prestation et constitue le point de référence à partir duquel la politique de contrôle pourra être définie, conjointement entre les parties. L expression de besoins de continuité des PSE constitue traditionnellement un des volets de la démarche «Bilan d Impact sur Activité» ou BIA (Business Impact Analysis). Le Forum des Compétences recommande que cette expression comporte, a minima, les quatre types de besoins suivants : Scénarios à couvrir Ces scénarios découlent, a minima, des autre scénarios traditionnels : Perte et/ou inaccessibilité des locaux Perte et/ou indisponibilité du SI Absence majeure de collaborateurs Indisponibilité de sous-traitants essentiels à la conduite de la prestation Ces scénarios pourront être enrichis de : L analyse de risques réalisée par le donneur d ordre et évoquée plus haut. L analyse de risques détaillée, réalisée éventuellement par le prestataire, supposé maîtriser le processus, la localisation et les ressources nécessaires à la conduite de sa prestation. Ces scénarios doivent être qualifiés par leur ampleur géographique et temporelle. À noter que le donneur d ordre pourra interroger son prestataire sur la couverture des chocs extrêmes, qualifiés par les Autorités de Place. Attention cependant à garder lucidité et pragmatisme face à ces situations particulières qui relèvent généralement de la «force majeure» (dans l usage contractuel habituel). Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 10/36

11 Délai de reprise de la prestation Ce délai précise la durée au bout de laquelle la prestation interrompue doit avoir été restaurée par le prestataire. Ce délai est une métrique temporelle, décomptée entre deux instants : L instant de l interruption de la prestation, à partir duquel la prestation n est effectivement plus rendue L instant de sa reprise fonctionnelle, éventuellement en mode dégradé, à partir duquel le donneur d ordre dispose d une prestation satisfaisante La définition de ce délai de reprise peut varier selon les prestataires. Pour certains types de prestations, le délai de reprise pourra être décompté à partir de la prise de décision effective d activation du dispositif de continuité. Dans ce cas, il conviendra de fixer préalablement les délais de diagnostic de la situation et de prise de décision pour piloter le délai global de reprise de la prestation. Plusieurs appellations désignent cette métrique Perte de données DIMA (Délai d Interruption Maximal Admissible) DMIA (Délai Maximal d Interruption Acceptable) DMIT (Délais Maximal d Indisponibilité Tolérable) RTO (Recovery Time Objective) GTR (Garanti de Temps de Rétablissement) Cette notion, exprime la perte maximale d informations que tolère le donneur d ordre, décomptée à partir d un instant de référence, généralement l instant de l interruption. Cette notion est particulièrement employée dans le cadre de traitement informatique, dès lors que de l information est conservée ou traitée par le prestataire. Cette notion pose la problématique de cohérence des données restaurées et plus généralement du traitement informatique du prestataire, par rapport au contexte du système d information du donneur d ordre. En effet restaurer un état précédent du traitement chez le prestataire peut réclamer au donneur d ordre de revenir au même état précédent sur son système d information. Plusieurs appellations désignent cette notion : PDMA (Perte de Données Maximale Admissible) PDMT (Perte de données Maximale Tolérable) RPO (Recovery Point Objective) Niveau de dégradation acceptable ou de performance à maintenir Cette notion traduit le niveau de dégradation ou de performance de la prestation (acceptable pour le donneur d ordre) durant une période déterminée et consécutive au délai de reprise. Les critères d appréciation de la performance nominale et de sa dégradation doivent être convenus avec le prestataire. Ils peuvent s exprimer de manière variée selon la nature de la prestation souscrite : volumétrie de traitement, périmètre à maintenir, cible de populations à prioriser, processus alternatifs dégradés garantis, Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 11/36

12 L expression de ces besoins doit rejoindre le cadre contractuel de la prestation. Ce cadre doit par ailleurs autoriser la révision de l expression de besoins par le donneur d ordre et assurer au prestataire la possibilité d adapter son dispositif en fonction des évolutions réclamées. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 12/36

13 3. Intégration des PCA des contractants Toute souscription d une prestation de service réclame une coopération des cocontractants pour sa mise en œuvre. Dans le même esprit, la mise en place de Plans de Continuité d Activité autour de la PSE souscrite nécessite une coopération active des contractants. Ainsi, le donneur d ordre et le(s) prestataire(s) sont collectivement intéressés par : Une relation régulière et de qualité, autour de la prestation rendue et de son secours Cette relation est notamment établie au travers de comités de pilotage de la prestation, dans lesquels sont suivis les indicateurs contractuels de qualité de service. Le donneur d ordre veillera à ce que des acteurs en charge de la continuité d activité soient nommément désignés par chacune des parties. Le donneur d ordre pourra convier ces acteurs de la continuité d activité aux comités de pilotage de la prestation ou organiser des réunions spécifiques en tant que de besoin. Pour les PSE considérées critiques, une fréquence au moins annuelle est fortement recommandée. La mise en place de modalités pratiques de gestion de crise, dans l hypothèse de l interruption de la prestation L imbrication de leurs PCA pour garantir le maintien de la prestation, selon que le sinistre affecte le donneur d ordre, son prestataire ou simultanément l ensemble des contractants La définition, la planification des tests des PCA et la mesure de leurs incidences sur la délivrance de la prestation Le Forum des Compétences invite le donneur d ordre à formuler une expression de besoins explicite sur le niveau de service (volume, qualité et durée de ce niveau) à maintenir sur la PSE en situation de sinistre, qui constitue un critère dimensionnant pour le secours. Dans les paragraphes qui suivent sont proposés les points d attention à observer pour une meilleure intégration des PCA, des dispositifs de gestion de crise et de tests. Ces points d attention s articulent autour de trois situations particulières : CAS N 1) Le sinistre affecte la prestation côté donneur d ordre Dans ce cas, le donneur d ordre pourra examiner en quoi son passage en PCA pourrait affecter la délivrance de la prestation par son prestataire. CAS N 2) Le sinistre affecte la prestation côté prestataire La continuité de la prestation pourra être assurée selon l un des modes suivants : CAS N 2A) Le secours de la prestation est opéré par le prestataire directement affecté par le sinistre (à travers un PCA contractuellement mis en œuvre par le prestataire) Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 13/36

14 CAS N 2B) Le secours de la prestation est assuré par déport de l activité sur un ou plusieurs autres prestataires contribuant, en temps normal, à la délivrance de la prestation. Ce mode suppose que le donneur d ordre répartisse habituellement l activité entre au moins deux prestataires. De manière à faciliter le déport de l activité entre prestataires, le donneur d ordre veillera à standardiser au maximum les interfaces et le formalisme des échanges autour de la prestation. Le fait de s appuyer pour la prestation sur plusieurs acteurs, en temps normal, délivre, par construction, une assurance sur la capacité à réaliser de chacun. Pour autant, cette approche ne garantit pas que le(s) prestataire(s) secondaire(s) est/seront en mesure d absorber la charge du prestataire sinistré, le jour du sinistre. Le donneur d ordre cherchera à atténuer ce risque au travers de : Tests spécifiques «de volumétrie», idéalement à des périodes différentes La délivrance par le ou les prestataires d un suivi régulier de leur capacité disponible et/ou capacité maximale CAS N 2C) Le secours de la prestation est opéré par un prestataire tiers n intervenant qu en situation de sinistre (le basculement sur le prestataire prévoit de manière contractuelle au moins un délai d activation et une montée en charge) La sollicitation exclusive du prestataire en situation de sinistre laisse néanmoins peser un doute sur sa «réelle» capacité à faire le jour du sinistre. Le donneur d ordre cherchera à atténuer ce risque au travers de : Tests réguliers (idéalement menés en impromptu, si le prestataire l y autorise) Intégration systématique du prestataire de secours dans les évolutions survenant sur la prestation nominale et son secours (interfaces, modalités d échanges, interlocuteurs, volumes, etc.) Obligation du prestataire à signaler auprès du donneur d ordre toute évolution survenant sur son périmètre afin que celui-ci puisse juger de leurs impacts sur son secours. CAS N 2D) Le secours de la prestation est assuré par le donneur d ordre par réinternalisation. La prestation faisant l objet d une externalisation, ce cas de figure réclame que le donneur d ordre maintienne le savoir-faire requis et garantisse sa capacité à mobiliser les ressources nécessaires à une telle reprise, éventuellement en mode dégradé. CAS N 3) Le sinistre affecte simultanément l ensemble des parties Dans une telle situation où les acteurs sont potentiellement tous en PCA, le donneur d ordre doit examiner que l ensemble des interactions perdurent pour tenir ses obligations. La revue de ces interactions constitue une étape de l intégration des PCA des contractants. Le Forum des Compétences recommande que le donneur d ordre et le prestataire établissent ensemble la liste des sinistres les impactant de façon simultanée au travers d une analyse de risques (cf. 2.2). À titre d illustration, les situations ci-après peuvent contribuer à l émergence d un risque : Proximité «géographique» des contractants pouvant induire les mêmes dépendances (bassins d emploi, fournisseurs d énergie ou de fluides, opérateurs télécoms, prestataires, ) Dépendances techniques ou informatiques des contractants (SI imbriqués) Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 14/36

15 3.1. Gestion de crise et communication externe La gestion de crise PCA a déjà fait l objet d une publication par le Forum des Compétences (cf. «Gestion de crise», juin 2009). Le présent chapitre se focalise ici sur l incidence de l externalisation d une activité sur le dispositif de gestion de crise et de communication externe, lors d une défaillance d une PSE. Toute situation de crise en lien avec la PSE doit faire l objet d un dialogue entre le donneur d ordre et son prestataire, afin que la partie sinistrée informe régulièrement et factuellement les autres contractants. Ce dialogue, qui sort du cadre habituel des échanges entre le donneur d ordre et son prestataire, doit être prévu contractuellement afin de : Fixer l obligation d information réciproque des parties en cas d un incident affectant la prestation, idéalement selon une procédure d escalade convenue entre les parties Identifier les interfaces entre les parties concernées (n de téléphone, adresse , fax, noms des interlocuteurs, etc.) qui assureront, le cas échéant, de manière permanente (éventuellement au travers d astreintes) : La réception des alertes et des remontées d information de la partie sinistrée Les échanges réguliers afin de coordonner le secours de la prestation Fixer les rôles et responsabilités de chaque partie, notamment celle de la prise de décision de déclenchement du PCA (qui revient habituellement au donneur d ordre). Dans le CAS N 2A) cette décision pourra être déléguée au prestataire nominal. Convenir, en amont, des conditions d activation et des délais de mise en œuvre des étapes clefs (activation d une cellule de crise, activation du PCA, reprise de la prestation en mode dégradé, reprise de la prestation en régime nominal, etc.). Le déclenchement d un PCA lié à une PSE peut perturber significativement les activités des parties (baisse ou augmentation subite d activité selon l acteur observé) et avoir une incidence sur leurs clients respectifs. Or, les intérêts des parties concernées peuvent diverger le jour du sinistre. Il convient donc de clarifier en amont, tant que faire se peut, les conditions d activation du PCA. Le donneur d ordre pourra également chercher à cerner les effets «collatéraux» du passage en PCA avec ses prestataires. Confirmer que la communication externe vis-à-vis des médias, est menée de manière coordonnée entre le donneur d ordre et le prestataire, sinon placée sous le pilotage du donneur d ordre, responsable de l activité sous-traitée. La communication externe fonction régalienne des Directions Générales est délicate à encadrer contractuellement car elle constitue un outil essentiel de maîtrise de leur image de marque. Le Forum des Compétences recommande de fixer au moins le principe d une coordination des organes de communication des contractants. En outre, le Forum recommande que le donneur d ordre intègre sa Direction de la Communication au sein du dispositif de gestion de crise et dans le cadre des tests PCA et des tests de gestion de crise (cf. publication «Tests et gestion de crise»). Pour les cas de chocs extrêmes, traités au niveau de la Place par le groupe Robustesse, la communication est traitée comme une «communication globale» coordonnée entre les acteurs de la Place, sous l impulsion de La Banque de France. Le Forum recommande que le dialogue entre le donneur d ordre et son prestataire s établisse à deux niveaux : au niveau décisionnel pour partager et assurer la cohérence des décisions, au niveau opérationnel pour piloter et synchroniser les opérations. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 15/36

16 Afin de traiter les CAS N 3) de sinistres simultanés d un ou plusieurs prestataires et du donneur d ordre, les dispositifs de gestion de crise mis en place par les prestataires et le donneur d ordre, ainsi que leurs interfaces, doivent faire l objet de tests conjoints Intégration des dispositifs de continuité des contractants Le passage en PCA d une des parties réclame que l autre partie non affectée adapte son fonctionnement aux modalités du secours prévues. Ces adaptations sont à examiner lors de la définition et la mise en œuvre du PCA puis à vérifier dans le cadre de tests. Elles varient en fonction des cas de figure et de la stratégie de secours de la PSE. CAS N 1) Le sinistre affecte la prestation côté donneur d ordre Le donneur d ordre doit examiner en quoi l activation de son PCA et son passage en secours pourraient affecter la délivrance de la prestation par son prestataire et perturber son propre usage de la prestation. Ces éléments seront étudiés avec le prestataire afin qu il examine sa capacité opérationnelle à adapter sa PSE. Le donneur d ordre pourra s interroger sur les principales questions suivantes : Suis-je en mesure de continuer à «alimenter» le prestataire? Au même rythme? Est-ce que je dispose toujours des mêmes modes d échanges? Faut-il prévoir des modes d échanges spécifiques en cas de sinistre? Suis-je en mesure de «consommer» sa prestation? Au même rythme? Faut-il lui demander d adapter son rythme ou de «stocker» sa production? Dois-je rediriger les flux ailleurs (nouveaux sites de production)? CAS N 2A) Le secours de la prestation est opéré par le prestataire directement affecté par le sinistre Dans le cas le plus favorable, le prestataire assure le maintien de la PSE de manière transparente pour le donneur d ordre. Ce dernier est informé du passage en secours, mais cela est sans impact sur sa «consommation» de la PSE. Dans les autres cas, le prestataire et le donneur d ordre devront mener une gestion de crise et un passage en fonctionnement sur le secours coordonnés : Donneur d ordre Informer les métiers utilisateurs de la prestation du passage en mode secours de la PSE Activer les modalités de fonctionnement en mode secours (mode dégradé) Mettre en relation les acteurs techniques en charge des «interfaces» de la PSE afin de conduire les adaptations nécessaires Communiquer sur la situation auprès les clients finaux de la prestation Prestataire Conduire le PCA de la prestation Se coordonner avec le donneur d ordre pour exploiter les modes de fonctionnement de secours Mettre en relation les acteurs techniques en charge des «interfaces» de la PSE afin de conduire les adaptations nécessaires Informer le donneur d ordre de l avancement des travaux et des délais prévisionnels (activation, fonctionnement en secours, retour à la normale) Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 16/36

17 CAS N 2B) Le secours de la prestation est assuré par déport de l activité sur un autre prestataire contribuant, en temps normal, à la délivrance de la prestation ou CAS N 2C) n intervenant qu en cas de sinistre Pour ces deux cas de figure, le donneur d ordre est le coordinateur de la mise en œuvre du PCA. Prestataire défaillant Donneur d ordre Prestataire de secours Alerter son client de l incident conformément au processus d escalade Informer régulièrement son client de de la situation Faire le point de la situation du traitement des flux d avant l incident avec le donneur d ordre Informer le client de la capacité à reprendre effectivement le traitement de la prestation initiale Informer les métiers utilisateurs de la prestation de la situation Coordonner le déport de la prestation sur le ou les prestataires secondaires Activer les modalités de fonctionnement en mode secours Faire un point de situation d avant l incident : énumérer les flux précédemment transmis au prestataire défaillant qui n ont pas pu être traités avant l incident Mettre en relation les acteurs techniques en charge des «interfaces» de la PSE Rediriger les flux à destination du prestataire défaillant vers le ou les autres prestataires Transmettre (sur consignes des métiers utilisateurs internes) les flux précédemment transmis au prestataire défaillant qui n ont pas pu être traités avant l incident Communiquer sur la situation auprès les clients finaux de la prestation Coordonner le basculement inverse de la prestation Informer le client de la capacité à reprendre tout ou partie de la charge du prestataire défaillant Activer le dispositif de secours dans le CASN 2/C) Mettre en relation les acteurs techniques en charge des «interfaces» de la PSE Conduire si nécessaire les adaptations nécessaires pour intégrer les nouveaux flux Traiter les flux que le prestataire défaillant n a pas pu traiter Informer le donneur d ordre de la capacité à maintenir ou accroître la charge d activité Le CAS N 2C) présente un risque que doit apprécier le donneur d ordre avant sa souscription et pour lequel il doit envisager, le cas échéant, de renforcer les tests selon la complexité et le volume de la prestation. En effet, le jour du sinistre, le prestataire tiers pourrait se trouver dans l incapacité à délivrer totalement la prestation soit du fait de son plan de charge (volume trop important) soit de la technicité de la prestation (savoir-faire et moyens à réunir trop lourds). Le test régulier du secours de la prestation est de nature à réduire ce risque. CAS N 2D) Le secours de la prestation est assuré par le donneur d ordre par réinternalisation Le donneur d ordre opère intégralement le secours de la prestation. Dans ce cas, l imbrication du PCA porte sur la gestion de crise coordonnée puis sur la reprise de l activité nominale par le prestataire, s il en a la capacité. CAS N 3) Le sinistre affecte simultanément l ensemble des parties L intégration des PCA en cas d activation du PCA du donneur d ordre et du PCA d un ou plusieurs des prestataires est à traiter de façon spécifique. Dans les situations de chocs extrêmes, le niveau de service à atteindre pourra être réexaminé à la lumière de l incidence du sinistre sur les clients finaux de la prestation. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 17/36

18 La mise en place de solutions pour répondre à cette typologie de sinistre présente un degré de complexité supplémentaire. Les PCA des contractants doivent être testés de façon simultanée Conduite des tests PCA des contractants La conduite de tests PCA a pour objet de vérifier le caractère opérationnel du secours mis en œuvre ou, à défaut, à disposer d éléments à caractère probant de son fonctionnement. Ce sujet a fait l objet d une publication du Forum des Compétences «Test et gestion de crise». La conduite de tests PCA vise un objectif complémentaire : vérifier la bonne intégration du PCA d un des contractants dans le cadre du fonctionnement spécifique prévu par les contractant en situation de sinistre. Dans le cadre de leur mobilisation conjointe, les contractants conviendront ensemble des modalités de test (protocole) et de restitution du test (bilan et enseignements), du calendrier, des acteurs à solliciter et des ressources à réserver. Le Forum des Compétences recommande au donneur d ordre d adopter contractuellement le principe d une participation aux tests PCA de ses sous-traitants, même si le dispositif prévoit un maintien de la PSE de manière transparente pour le donneur d ordre d exercer dans un premier temps ce principe pour les prestataires les plus sensibles À défaut d une participation active, le donneur d ordre pourra réclamer : le plan de tests incluant la typologie et le calendrier des tests les comptes-rendus de tests les plans d amélioration afférents Un prestataire rendant la même PSE à plusieurs donneurs d ordre (cas des prestataires de place) pourra souhaiter impliquer plusieurs de ses donneurs d ordre afin d optimiser son plan de tests et mutualiser les résultats du test. Le donneur d ordre cherchera, de son côté, à apprécier : la reproductibilité et la représentativité de ces résultats la capacité du prestataire à délivrer la prestation à l ensemble de ces clients. Dans le CAS N 3), sinistre affectant simultanément l ensemble des parties, des tests simultanés du PCA du donneur d ordre et du PCA du ou des prestataires de la PSE sont à considérer. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 18/36

19 4. Dispositions contractuelles des PSE Le présent chapitre a pour objet d éclairer le lecteur sur les principaux points d attention à porter lors de l élaboration du cadre contractuel d une prestation de service essentielle (PSE). Il n a pas vocation à délivrer de clauses formelles «prêtes à l emploi», dont l élaboration réclame nécessairement la compétence des services juridiques du donneur d ordre. La Fédération Bancaire Française mettant en commun les ressources et analyses des principaux Établissements de crédit, a permis la rédaction de clauses minimales dont il est possible de s inspirer, mais un contrat est au même titre que la prestation qu il encadre un acte résultant d une négociation entre les parties. De fait, il est délicat d émettre des clauses types applicables en toutes circonstances. L exigence de continuité d activité d une prestation est de nature à modifier le modèle de coût et la tarification proposée par le prestataire. Cependant, ce surcoût ne fait pas nécessairement l objet d une ligne spécifique dans les conditions financières du contrat, notamment lorsque le prestataire associe «naturellement» sa prestation et son secours Établissement d un contrat La première des recommandations porte sur la nécessité de l établissement d un contrat écrit entre les parties prenantes, ce que le CRBF impose pour les PSEE (art a). Ce contrat comprend, a minima, une description détaillée de la prestation délivrée, le périmètre d applicabilité de la prestation et les engagements de niveau et de qualité de services de la prestation. #Déplacé dans les paragraphes 4.2 et 4.3 «Il est essentiel d y associer une clause d auditabilité et une clause de réversibilité.» Pour des raisons économiques, il est possible que le prestataire cherche lui-même à soustraiter tout ou partie de la prestation à un prestataire tiers. Dans cette hypothèse, le donneur d ordre demeure toujours directement responsable des obligations issues du CRBF (contrat, politique formalisée, etc.), quelle que soit la longueur de la chaine de sous-traitance. Dans le cas d une PSEE, il est de la responsabilité du donneur d ordre de demander à son prestataire de déclarer l ensemble de la chaine de sous-traitance. En tout état de cause, il est essentiel que le donneur d ordre connaisse l ensemble des acteurs impliqués, ainsi que notamment le niveau d intervention et la compétence de chacun. Cette exigence doit être spécifiée dans le cadre d une clause de sous-traitance spécifique (cf. 4.5). Selon les cas de figure, le contrat pourra comporter des éléments complémentaires ou spécifiques à la situation rencontrée. Dans la suite du chapitre les focus particuliers aux cas suivants (évoqués au chapitre 3) : CAS N 2A) Le secours de la prestation est opéré par le prestataire directement affecté par le sinistre. Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 19/36

20 Le secours est une partie essentielle du contrat au même titre que la prestation nominale. Le prestataire doit être tenu sur le secours par le même niveau d engagement défini pour la prestation nominale. Le contrat devra mentionner : La nécessité d assurer la continuité de la prestation face à des scénarios d impacts identifiés et convenus La description détaillée du secours de la prestation et les engagements associés (interlocuteurs en temps normal, en temps de crise, le niveau de qualité de service rendu, la documentation, les tests, etc.). CAS N 2B) Le secours de la prestation est assuré par déport de l activité sur un ou plusieurs autres prestataires contribuant, en temps normal, à la délivrance de la prestation. Ce cas peut se décliner contractuellement selon deux approches : 2B.I) Le donneur d ordre établit un contrat indépendamment avec chacun des prestataires. Dans ce cas, les possibilités d intégration de la dimension continuité d activité au contrat sont relativement limitées ; le donneur d ordre étant l artisan principal du secours de la prestation avec ses autres prestataires. 2B.II) Le ou les autres prestataires sont sous-traitants du prestataire nominal. Ce dernier peut alors être engagé contractuellement à l obligation du maintien de la prestation, en gérant la relation avec ses autres sous-traitants. CAS N 2C) Le secours de la prestation est opéré par un prestataire tiers n intervenant qu en cas de sinistre. Le secours (vu du donneur d ordre) constitue la prestation nominale du contrat passé entre le donneur d ordre et le prestataire. Dans le cadre d une prestation PSE, et quelle que soit la nature du cas pris en considération, le prestataire devra s engager a minima à tout mettre en œuvre pour reprendre son activité et éviter, ainsi, une interruption qui pourrait causer un préjudice à son client quelle que soit son obligation de moyens ou de résultats Clauses juridiques bénéficiant à l a continuité d activité En premier lieu, plusieurs clauses «traditionnelles» des contrats de service contribuent à la continuité de la prestation et/ou bénéficient à l encadrement contractuel du maintien de la continuité. Il s agit principalement des clauses ci-après : Clause d Évolution La clause d évolution prévoit les modalités d évolution du contrat, portant sur la description de la prestation et/ou sur les engagements de niveau de service qui lui sont associés. Dans les cas où le prestataire porte la prestation et son secours (CAS N 2A, CAS N 2B.II) ou seulement le secours (CAS N 2C), cette clause facilite la prise en compte des évolutions des besoins de continuité. Clause d Auditabilité La clause d auditabilité permet au donneur d ordre, après en avoir avisé le prestataire, de procéder à un audit par ses auditeurs internes ou par un cabinet externe (cf. 4.3 ci-après pour l audit par les régulateurs tels que l ACP). Groupe de travail Plan de Continuité d Activité Page 20/36

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé»

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Sommaire 1 Glossaire et abréviations... 3 1.1 Glossaire... 3 1.2 Abréviations... 3 2 Liminaire...

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

La gestion du risque

La gestion du risque La gestion du risque Enjeux Le risque est consubstantiel à l entreprise. Sans prise de risque, l entreprise ne peut assurer une rentabilité décente pour ses actionnaires. Mais, comme des exemples récents

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération»

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération» Appui-Conseil contrat de génération Appel d offres Appel d offres «Appui-conseil contrat de génération» 1 PRESENTATION OPCAIM / ADEFIM 74 La branche de la Métallurgie regroupe des entreprises de toutes

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité.

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Du 30 Mars au 10 Avril 2015 Récapitulatif: Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Mise à jour de la liste des Contreparties Centrales autorisées en Europe. Lancement d un projet conjoint

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Sommaire 2. Généralités 3. ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4. Approche processus et cartographie 5

Sommaire 2. Généralités 3. ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4. Approche processus et cartographie 5 Sommaire 2 Généralités 3 ISO 27001 et SMG ou le pilotage de NC2 4 Approche processus et cartographie 5 D une organisation fonctionnelle vers des processus 6 Pilotage des processus et Amélioration continue

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES GTG 2007 GT1 Version V2 du 7 novemvre 2008 PROCEDURE CLIENT CONSOMMANT SANS FOURNISSEUR Page : 1/5 A - OBJET Cette procédure décrit les principes retenus pour traiter la situation où le GRD constate qu

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Club des Responsables d Infrastructures et de Production. Les trois domaines cibles d évaluation de la continuité :

Club des Responsables d Infrastructures et de Production. Les trois domaines cibles d évaluation de la continuité : Fiche Pratique PRA - PCA Club des Responsables d Infrastructures et de Production L audit de la continuité d activité d un organisme La continuité d activité correspond à la capacité d un organisme (entreprise

Plus en détail

Le Référentiel Management/Encadrement

Le Référentiel Management/Encadrement répertoire des métiers Le Référentiel Management/Encadrement Le management/encadrement est vu comme une fonction transversale liée à l organisation et à l ensemble des familles professionnelles. Le référentiel

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

1 CONTEXTE ET DEFINITION

1 CONTEXTE ET DEFINITION REFERENCEMENT DE CABINETS CONSEILS POUR LA REALISATION DE PRESTATIONS DE DIAGNOSTIC RH et FORMATION TPME EXERCICES 2016-2017 DOSSIER DE CONSULTATION Dossier de consultation : DC /14 / N 1/2016 Date de

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR DES ACTIONS DE FORMATION AUX TECHNIQUES METIERS DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dans le cadre du Plan de formation mutualisé interentreprises

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Outil de collecte des données de roulage DATE : 28/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC3 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP - CODE NSF : 320 REFERENTIEL D ACTIVITES

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité

L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité juridique par l instauration d une Relation de confiance PROTOCOLE

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte Juin 2013 Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte Recommandation pour la mise en œuvre de la procédure d audit prévue par la norme EN 13850 ISSN : 2258-3106

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing CAHIER DES CHARGES Consultation d experts en Communication et en Webmarketing N 1 : Juin 2013 Date de publication : 11/06/2013 Date de clôture des candidatures : 25/06/2013 à 12h00 Le présent cahier des

Plus en détail

FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000

FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000 FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000 Les pratiques professionnelles de la Continuité Métier sont définies comme les aptitudes, connaissances et procédures

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE SÉMINAIRES THÉMATIQUES // LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE Nouvelle donne pour les coopératives agricoles et agroalimentaires? 2 juin 2015 24 septembre 2015 paris 2 E OBJECTIFS >

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR : Formations filière Cultures Fruitières Dans le cadre du Plan de formation mutualisé interentreprises du FAFSEA Région : RHONE-ALPES Références

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT D'ÉLECTRICITÉ Approuvée le Par délibération du... en date du : Préambule : Depuis le 1er juillet 2004, le marché de l énergie est ouvert à la concurrence. Cette

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail