ANESTHESIE POUR ADÉNOÏDECTOMIE : ENTRE RECOMMANDATIONS ET TERRAIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANESTHESIE POUR ADÉNOÏDECTOMIE : ENTRE RECOMMANDATIONS ET TERRAIN"

Transcription

1 ANESTHESIE POUR ADÉNOÏDECTOMIE : ENTRE RECOMMANDATIONS ET TERRAIN M.MOKHTARI Service d anesthesie-réanimation Unité d anesthesie ORL EPH KOUBA 4eme CONGRES NATIONNAL D ORL Du novembre 2014 hôtel Hilton Alger

2 La consultation INTRODUCTION d anesthésie L adénoïdectomie est l intervention la plus fréquente entre un et cinq ans. Il s agit d un geste bref (moins de 60 secondes) qui consiste à gratter avec une curette les végétations adénoïdes situées sur la paroi postérieure du rhinopharynx en arrière du voile du palais. Elle est réalisée essentiellement chez des sujets sains Une anesthesie ambulatoire par définition «compétence» en anesthesie-réa pédiatrique L'enquête SFAR de 1996 montre que 6 % des enfants ayant eu une adénoïdectomie simple ont été intubés et que 2 % ont bénéficié d un masque laryngé Les complications postopératoires sont rares. L hémorragie est exceptionnelle

3 La consultation INTRODUCTION d anesthésie L ORL a deux problèmes à résoudre : récupérer les fragments des végétations contrôler le saignement. L hémostase spontanée est facilitée au réveil de l enfant par la contraction des muscles pharyngés postérieurs Par sa courte durée débat contradictoire le contrôle des voies aériennes supérieures fait toujours l objet d un débat passionné où la subjectivité l emporte souvent sur l objectivité. courte contrôle des voies aériennes supérieures (VAS) la pose d une voie veineuse périphérique (VVP) But - rapporter notre experience - comparer aux recommandations

4 La MATÉRIEL consultation ET d anesthésie MÉTHODE Etude rétrospective observationnelle monocentrique Etude de dossiers (orl) Du 1 er janvier décembre. 201» 189 dossiers colligés (VG ) 185 dossiers exclus (VG + AVG)

5 La MATÉRIEL consultation ET d anesthésie MÉTHODE ÉVALUATION PRÉOPÉRATOIRE : (consultation d anesthésie) OBLIGATOIRE la veille de l intervention: relever les données communes à toute consultation d anesthésie pédiatrique, identifier les patients à risque accru de complications, en particulier respiratoires ou hémorragiques, sans négliger les risques habituels tels que l allergie ou l intubation difficile. Hyperréactivité bronchique (HRB) infections bronchiques et des VAS, l asthme, l atopie, le tabagisme (actif et passif), les antécédents de prématurité, les maladies bronchiques obstructives et la mucoviscidose (x 10 broncho et laryngospasme) Évaluation du sommeil. Prémédication avec Atarax (25 à 50mg la veille)

6 La MATÉRIEL consultation ET d anesthésie MÉTHODE TECHNIQUE ANESTHESIQUE L utilisation du sévoflurane est maintenant la règle depuis une dizaine d années Il a une parfaite tolérance hémodynamique et a peu d action sur la conduction et l excitabilité myocardique comparé à l halothane De plus, le sévoflurane a une odeur douce qui le fait bien accepter par les enfants. oxygène 50 % Protoxyde d azote 50 % Sevoflurane 6 8 % Monitorage : saturation SPO2 L enfant assis sur une chaise, l anesthésiste se met derrière lui et l orl est en face de lui Apres centralisation des pupilles l orl procède au geste L enfant est rapidement mis sur une table pour être aspire,réveillé et oxygène puis mis dans la salle de réveil (SSPI)

7 La MATÉRIEL consultation ET d anesthésie MÉTHODE PHASE POSTOPÉRATOIRE La prise en charge postopératoire ne présente pas ou peu de particularités. La douleur postopératoire est modérée (moins intense qu après amygdalectomie) et le relais oral de l antalgie doit être d autant plus précoce que les enfants sont en grande majorité éligibles à une hospitalisation ambulatoire.

8 La consultation RÉSULTATS d anesthésie ACTIVITE ORL 2013 ADULTES VG A + VG }25% AUTRES ENFANTS

9 La consultation RÉSULTATS d anesthésie Catégorie 1 Catégorie 2 Catégorie 3 AVG oreille cervicale nasale oncologie

10 La consultation RÉSULTATS d anesthésie RESULTATS DES BILANS DEMANDES demand norm

11 La consultation RÉSULTATS d anesthésie 100 % DES ENFANTS ASA I II DESATURATION 78 % VVP ABSENTE 100 % DES CAS 100 % DES PATIENTS FAITS AU MASQUE FACIAL

12 La consultation DISCUSSION d anesthésie Quel bilan préopératoire faut-il réaliser? Évaluer le risque hémorragique Les récentes Recommandations formalisées d experts précisent que «Il est recommandé de ne pas prescrire de façon systématique un bilan d hémostase chez les patients dont l anamnèse et l examen clinique ne font pas suspecter un trouble de l hémostase, quel que soit le grade ASA, quel que soit le type d intervention, et quel que soit l âge de ces patients à l exclusion des enfants qui n ont pas acquis la marche (GRADE 1 ).» *19+. Cette recommandation implique que l interrogatoire des parents soit poussé et précis, à la recherche d antécédents personnels et familiaux d anomalies cliniques et biologiques de l hémostase. Lorsque l enfant n a pas acquis l âge de la marche ou que l interrogatoire et/ou l examen clinique laissent place au doute, il faut prélever TCA, NFS et plaquettes.

13 La consultation DISCUSSION d anesthésie Abord veineux Ce sujet de la VVP lors de l adénoïdectomie a fait polémique en France. Certains experts considèrent qu il n est pas justifié de poser une VVP chez l enfant lors d une anesthésie par inhalation pure pour une intervention dont la durée de l acte est inférieure au délai de mise en place de la VVP [1, 2] D autres considèrent a contrario que celle ci est indispensable car son absence peut retarder l administration des médicaments d urgence, constituant alors une perte de chance, comme dans le cas d un arrêt cardiaque peranesthésique [3]..Cependant, l enquête de pratique réalisée en 2010 en France a révélé qu une VVP n était mise en place que chez 68 % des patients bénéficiant d une adénoïdectomie *4]. (1) Murat I. [Death during adenoidectomy]. Ann Fr Anesth Reanim 2007; 26: (2) Ecoffey C. [Is the systematic venous access necessary in paediatric anaesthesia?]. Ann Fr Anesth Reanim 2007; 26: 472 (3) Sicot C, Laxenaire MC. Discussion du dossier médicolégal commenté. Ann Fr Anesth Reanim 2007; 26: (4) Constant I, Louvet N, Guye ML, et al. [General anaesthesia in children: A French survey of practices]. Ann Fr Anesth Reanim 2012; 31:

14 La consultation DISCUSSION d anesthésie Contrôle des voies aériennes.même si ce sujet a longtemps fait polémique en France, le contrôle des VAS devrait désormais se faire par intubation trachéale [40, 41] 40. Jacolot D. Faut il intuber l adénoïdectomie? Contre. In: JEPUAR, editor. JEPU; Paris p Habre W. Faut il intuber les végétations? Pour. In: JEPUAR, editor. JEPU; Paris2007. p L utilisation du masque laryngé est possible, mais pose les mêmes problèmes que lors de l amygdalectomie [42, 43]. une enquête de pratique a montré que, en France en 2010, seuls 7 % des anesthésistes utilisaient un masque laryngé pour cet acte[44]. 44. Constant I, Louvet N, Guye ML, et al. [General anaesthesia in children: A French survey of practices]. Ann Fr Anesth Reanim 2012; 31: Le maintien au masque facial, bien qu encore largement pratiqué, n a plus sa place de nos jours [44]. Anesthésie au masque facial Pourquoi l intubation augmente-t-elle la morbidité de ce geste simple? [7-9] Anesthésier des enfants pour adénoïdectomies sous-entend d anesthésier des enfants enrhumés. Les enfants qui présentent une infection des voies aériennes en évolution ont toujours une hyperréactivité bronchique. Ces jeunes enfants font plus facilement que les autres des laryngospasmes, des bronchospasmes, des atélectasies per et post-anesthésiques. Il est également bien établi que l intubation majore ces risques. [7] Parnis S.J., Barker D.S., Van der Walt J.H. - Clinical predictors of anaesthetic complications in children with respiratory tract infections. Pediatric A nesthesia, 2001 ; 11 : [9] Tait A.R., Malviya S. - Anesthesia for the child with an upper respiratory tract infections: still a dilemma? Anesth. Analg., 2005 ; 100 :

15 La consultation DISCUSSION d anesthésie Bordet F, Allaouchiche B, Lansiaux F, et al. Risk factors for airway complications during general anaesthesia in paediatric patients. Paediatr Anaesth 2002 ; 12 :

16 La consultation CONCLUSION d anesthésie L anesthésie pour adénoïdectomie est fréquente chez l enfant, quel que soit le mode d exercice (public ou libéral). L acte est volontiers simple et court, mais peut aussi se révéler un challenge pour le praticien du fait du terrain (comorbidités associées, SAOS grave, HRB, infection récente des voies aériennes) et du risque de complications respiratoires ou hémorragiques. Le respect des règles de sécurité et des recommandations de bonne pratique doit permettre de sécuriser ce geste réalisé le plus souvent chez des enfants par ailleurs en bonne santé. La vraie question à se poser pour diminuer la morbidité de l adénoïdectomie est peut-être la suivante : quels sont les environnements, médical et paramédical, les mieux adaptés pour anesthésier les enfants en toute sécurité? Penser a avoir nos propres recommandations en fonction de nos moyens et de notre environnement!!!

17 MERCI POUR VOTRE ATTENTION

Anesthésie pour chirurgie ORL pédiatrique. Valérie Milot-Roy CHUQ-CHUL-CME

Anesthésie pour chirurgie ORL pédiatrique. Valérie Milot-Roy CHUQ-CHUL-CME Anesthésie pour chirurgie ORL pédiatrique Valérie Milot-Roy CHUQ-CHUL-CME La chirurgie ORL pédiatrique Courtes procédures Indications Très électives Espérance de vie immense Très faible tolérance pour

Plus en détail

MAINTIEN DES COMPÉTENCES EN ANESTHÉSIE PÉDIATRIQUE

MAINTIEN DES COMPÉTENCES EN ANESTHÉSIE PÉDIATRIQUE 1 MAINTIEN DES COMPÉTENCES EN ANESTHÉSIE PÉDIATRIQUE Depuis quelques années la tendance a été de regrouper l'anesthésie pédiatrique, en particulier par la suppression des centres à activité pédiatrique

Plus en détail

Anesthésie pour amygdalectomie chez l enfant

Anesthésie pour amygdalectomie chez l enfant Société Française d Anesthésie et de Réanimation Association des anesthésistes réanimateurs pédiatriques d expression française Anesthésie pour amygdalectomie chez l enfant Conférence d experts Texte court

Plus en détail

Session 1. Lundi 14 Novembre 2016 Visioconférence

Session 1. Lundi 14 Novembre 2016 Visioconférence Session 1 LIEUX DE VISIOCONFERENCE Lundi 14 Novembre 2016 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.15 09.15 10.15 10.15 10.30 10.30 11.30 11.30-12.00 Introduction

Plus en détail

Organisation de l anesthésie pédiatrique : SROS - Recommandations

Organisation de l anesthésie pédiatrique : SROS - Recommandations État des lieux de l anesthésie pédiatrique : «Enquête 3 jours d anesthésie en France» 7 937 000 anesthésies en 1996 Ann Fr Anesth Réanim 1998-12 % ( 1 000 000) d anesthésie pédiatriques - 7,4 % (630) d

Plus en détail

AMYGDALECTOMIE, ADENOIDECTOMIE AUJOURD HUI

AMYGDALECTOMIE, ADENOIDECTOMIE AUJOURD HUI AMYGDALECTOMIE, ADENOIDECTOMIE AUJOURD HUI STEPHANIE BURGAL ET MARION GUILLIER Département d anesthésie réanimation Hôpital Edouard Herriot (service D ORL) et Hôpital Femme-Mère-Enfant INTRODUCTION En

Plus en détail

SROS enfants adolescents et réseaux Application à la chirurgie et à l anesthésie ORL pédiatrique Le point de vue de l anesthésiste

SROS enfants adolescents et réseaux Application à la chirurgie et à l anesthésie ORL pédiatrique Le point de vue de l anesthésiste SROS enfants adolescents et réseaux Application à la chirurgie et à l anesthésie ORL pédiatrique Le point de vue de l anesthésiste A.M. CROS Service d Anesthésie-Réanimation IV hôpital Pellegrin-Enfants

Plus en détail

Le SAOS et Anesthésie. Elodie MEUNIER IADE Géraldine GRANDE IADE Matthieu BOISSON MAR

Le SAOS et Anesthésie. Elodie MEUNIER IADE Géraldine GRANDE IADE Matthieu BOISSON MAR Le SAOS et Anesthésie Elodie MEUNIER IADE Géraldine GRANDE IADE Matthieu BOISSON MAR EPIDEMIOLOGIE Après 50 ans, 4% hommes et 2% femmes diagnostiqués 60-90% patients obèses atteints d un SAOS Constante

Plus en détail

THÈME EPP CERTIFICATION V2010

THÈME EPP CERTIFICATION V2010 THÈME EPP CERTIFICATION V2010 CHIRURGIE AMBULATOIRE DES AMYGDALES DE L ENFANT AU CHU D AMIENS V. STRUNSKI, M. FERARY Service ORL et CCF PROGRESSION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE Quatre raisons au changement

Plus en détail

Anesthésie et Endoscopie Digestive

Anesthésie et Endoscopie Digestive Anesthésie et Endoscopie Digestive Dr Jean STEPHANAZZI Département d Anesthésie Réanimation Hôpital Cochin Paris, France Pratique en France Une activité en très forte augmentation > 1 Million d actes/an

Plus en détail

THEME : AMYDALECTOMIE EN AMBULATOIRE

THEME : AMYDALECTOMIE EN AMBULATOIRE THEME : AMYDALECTOMIE EN AMBULATOIRE Ne retenez parmi les objectifs et les CEAP ( ) proposés ci-dessous que ceux qui correspondent le mieux à vos priorités et aux spécificités de la démarche d amélioration

Plus en détail

Organisation d un bloc pédiatrique au sein d un bloc adulte

Organisation d un bloc pédiatrique au sein d un bloc adulte Organisation d un bloc pédiatrique au sein d un bloc adulte V.CAYRON, IADE & C.BAUJARD, MAR. C.H.U - Bicêtre. Département d anesthésie-réanimation, 78, rue du Général-Leclerc, 94270 Le Kremlin-Bicêtre,

Plus en détail

L IDE ET L IADE EN SSPI: PLACE ET ROLE. AOUSTIN Myriam (IADE) CHASSAT Aurélie (IADE) LANQUETOT Hervé (MAR)

L IDE ET L IADE EN SSPI: PLACE ET ROLE. AOUSTIN Myriam (IADE) CHASSAT Aurélie (IADE) LANQUETOT Hervé (MAR) L IDE ET L IADE EN SSPI: PLACE ET ROLE AOUSTIN Myriam (IADE) CHASSAT Aurélie (IADE) LANQUETOT Hervé (MAR) CADRE LEGISLATIF Décret n 94-1050 du 5 Décembre 1994 du Code de la Santé Publique relatif aux conditions

Plus en détail

Examens complémentaires préinterventionnels

Examens complémentaires préinterventionnels Examens complémentaires préinterventionnels systématiques Recommandations formalisées d experts Inserm EA 3065 Définition Examens réalisés en «routine», en dehors de signes d appel anamnestiques ou cliniques,

Plus en détail

Faut-il intuber les enfants opérés des végétations?

Faut-il intuber les enfants opérés des végétations? Faut-il intuber les enfants opérés des végétations? Walid Habre Unité d Anesthésie Pédiatrique, Hôpital des Enfants, Hôpitaux Universitaires de Genève, Suisse. E.mail : walid.habre@hcuge.ch Introduction

Plus en détail

ANESTHESIE POUR AMYGDALECTOMIE ET CHIRURGIE ORL CHEZ L ENFANT. Docteur LOPEZ Carlos Centre François-Xavier Michelet (SAR III)

ANESTHESIE POUR AMYGDALECTOMIE ET CHIRURGIE ORL CHEZ L ENFANT. Docteur LOPEZ Carlos Centre François-Xavier Michelet (SAR III) ANESTHESIE POUR AMYGDALECTOMIE ET CHIRURGIE ORL CHEZ L ENFANT Docteur LOPEZ Carlos Centre François-Xavier Michelet (SAR III) GENERALITES Chirurgie concernant tous les âges. Fréquentes (17% amygdalectomie).

Plus en détail

Recommandations sur la prise en charge du tabagisme en période péri opératoire

Recommandations sur la prise en charge du tabagisme en période péri opératoire Recommandations sur la prise en charge du tabagisme en période péri opératoire Pr. Bertrand Dureuil Département d Anesthésie Réanimation et SAMU CHU de Rouen Déclaration de conflits d intérêts: Aucun Méthodologie

Plus en détail

Gestion de la Médecine péri opératoire

Gestion de la Médecine péri opératoire Cycle de journée de prévention du risque opératoire ARRES ASSPRO 2011-2012! Gestion de la Médecine péri opératoire Dr Patrick-Georges Yavordios Clinique Convert Bourg-en-Bresse Propositions de prise en

Plus en détail

Dr Valérie RENAULD Elodie BREGEON JRP 28/01/2017

Dr Valérie RENAULD Elodie BREGEON JRP 28/01/2017 Dr Valérie RENAULD Elodie BREGEON JRP 28/01/2017 Immédiatement après un choc anaphylactique, le patient est immunisé contre une seconde réaction au même produit? La réaction anaphylactique est toujours

Plus en détail

DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE DIAGNOSTIC. La CR reste trop fréquente

DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE DIAGNOSTIC. La CR reste trop fréquente DEFINITION LA CURARISATION RESIDUELLE Elle est définie comme un rapport T4/T1 au train de quatre sur l adducteur du pouce inférieur à 0,9 lors du réveil de l anesthésie. C est un événement potentiellement

Plus en détail

CONTRAINTES D EXERCICE DE L ANESTHESIE PEDIATRIQUE EN MILIEU NON SPECIALISE

CONTRAINTES D EXERCICE DE L ANESTHESIE PEDIATRIQUE EN MILIEU NON SPECIALISE CONTRAINTES D EXERCICE DE L ANESTHESIE PEDIATRIQUE EN MILIEU NON SPECIALISE Michel Sfez Clinique Saint Jean de Dieu, 19, Rue Oudinot - 75007 Paris Introduction L anesthésie pédiatrique représente un volume

Plus en détail

Tabagisme périopératoire Quels sont les risques? Session SFT-SFAR 2016

Tabagisme périopératoire Quels sont les risques? Session SFT-SFAR 2016 Tabagisme périopératoire Quels sont les risques? Session SFT-SFAR 2016 Pr Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Groupe Hospitalier et Faculté de Médecine Paris Sud Email: dan.benhamou@aphp.fr

Plus en détail

Troubles des fonctions cognitives postopératoires en pédiatrie

Troubles des fonctions cognitives postopératoires en pédiatrie Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2015 Sfar. Tous droits réservés. Troubles des fonctions cognitives postopératoires en pédiatrie Pr Souhayl DAHMANI 1 Mme Joelle KINDERF

Plus en détail

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale Bronchiolite : nouvelles recommandations Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale 7 Avril 2015 2 nouvelles références en 2014 «Saisissez une citation ici.» Arch Pediatr. 2014 Jan;21(1):53-62 «Saisissez

Plus en détail

Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016

Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016 Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016 Dr François Galodé Mathéis, 3 mois - Gêne respiratoire + toux productive depuis le 10 ème jour de vie - Vomissements alimentaires

Plus en détail

L anesthésie de l enfant enrhumé depuis 30 ans

L anesthésie de l enfant enrhumé depuis 30 ans L anesthésie de l enfant enrhumé depuis 30 ans Anne-Emmanuelle Colas Département d Anesthésie-Réanimation, Fondation ophtalmologique Adolphe de Rothschild, 25 rue Manin, 75019 Paris, France. E-mail : colas.

Plus en détail

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Préoxygénation du patient obèse sévère Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Les réserves en O₂ chez le sujet normal Total CRF Sang Tissus Campbell,

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation Y.Walrave, J.Dellamonica, M.Carles

Plus en détail

LE POINT SUR LA SALLE DE SURVEILLANCE POST-INTERVENTIONNELLE EN 1997

LE POINT SUR LA SALLE DE SURVEILLANCE POST-INTERVENTIONNELLE EN 1997 LE POINT SUR LA SALLE DE SURVEILLANCE POST-INTERVENTIONNELLE EN 1997 P.Y. Carry, J.E. Bazin, F. Dalery, M.P. Benoit CHU de Lyon et Clermont-Ferrand L enquête INSERM 1978-1982 montrait que 42 % des incidents

Plus en détail

Le consentement éclairé à l anesthésie

Le consentement éclairé à l anesthésie Le consentement éclairé à l anesthésie Des référentiels à la pratique quotidienne Leclerc Charles Service de Chirurgie et d Anesthésie ambulatoire Fondation de la Miséricorde, Caen Introduction Le consentement

Plus en détail

Arthroplastie totale d épaule. en ambulatoire. Dr Guy KUHLMAN Dr Christophe MENIGAUX Hôpital Ambroise Paré

Arthroplastie totale d épaule. en ambulatoire. Dr Guy KUHLMAN Dr Christophe MENIGAUX Hôpital Ambroise Paré Arthroplastie totale d épaule en ambulatoire. Dr Guy KUHLMAN Dr Christophe MENIGAUX Hôpital Ambroise Paré Etat des lieux : la littérature : deux études pilotes. Total Shoulder Arthroplasty as an Outpatient

Plus en détail

Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR

Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR Stage pratique des sauveteurs professionnels en anesthésie Recommandations de la commission de médecine d urgence de la SSAR Introduction Les sauveteurs professionnels en formation, les services de sauvetages

Plus en détail

Problèmes respiratoires péri opératoires chez l enfant

Problèmes respiratoires péri opératoires chez l enfant Problèmes respiratoires péri opératoires chez l enfant Dr F. Bordet Hopital Debrousse Lyon Les complications respiratoires (CR) sont les complications les plus fréquemment observées lors de l'anesthésie

Plus en détail

Asthme aigu grave. Dr Céline CHARASSE

Asthme aigu grave. Dr Céline CHARASSE Asthme aigu grave Dr Céline CHARASSE PLAN Épidémiologie Définition Facteurs de risque Aspects cliniques Aspects gazométriques Traitement 9 % enfants France 2002-2010 : Epidémiologie 35 000 séjours hospitaliers

Plus en détail

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Les médecins du service d anesthésie de l hôpital vont prendre en charge votre enfant pour assurer son anesthésie et son réveil. Ce document est

Plus en détail

DRA en chirurgie maxillo-faciale. Dr Maxime Roux Anesthésiste Réanimateur CH Villefranche

DRA en chirurgie maxillo-faciale. Dr Maxime Roux Anesthésiste Réanimateur CH Villefranche DRA en chirurgie maxillo-faciale Dr Maxime Roux Anesthésiste Réanimateur CH Villefranche Présentation du BO 8 salles opératoires 1 salle dédiée aux urgences (salle 3) 1 salle maxillo (salle9) PEC en urgence

Plus en détail

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Choix du moment de l intervention Induction à séquence rapide CHOIX DU MOMENT DE LA CHIRURGIE Mécanismes de l occlusion Par strangulation souffrance du

Plus en détail

SORTIE APRÈS CHIRURGIE AMBULATOIRE CHEZ L ENFANT

SORTIE APRÈS CHIRURGIE AMBULATOIRE CHEZ L ENFANT SORTIE APRÈS CHIRURGIE AMBULATOIRE CHEZ L ENFANT Eric Wodey, Nicolas Nardi, Claude Ecoffey Service d Anesthésie Réanimation 4 LTSI - INSERM U99 - Université de Rennes CHU Anne de Bretagne 6, Bd de Bulgarie

Plus en détail

ANNEXES EXEMPLES DE DOCUMENTS

ANNEXES EXEMPLES DE DOCUMENTS ANNEXES EXEMPLES DE DOCUMENTS Groupe de travail SFAR «dossier anesthésique» Liste des documents annexes 1. Introduction : - Textes réglementaires : o http://www.legifrance.gouv.fr/ o http://www.conseil-national.medecin.fr/

Plus en détail

GESTION non MEDICAMENTEUSE de L ANXIETE PREOPERATOIRE

GESTION non MEDICAMENTEUSE de L ANXIETE PREOPERATOIRE GESTION non MEDICAMENTEUSE de L ANXIETE PREOPERATOIRE Place de la distraction Valérie CAYRON IADE Catherine BAUJARD MAR CHU de BICETRE Pas de conflit d intérêt 3 ANNONCE de la CHIRURGIE et CONSULTATION

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN Généralisation 2016 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

association SPARADRAP Origine du projet Un constat

association SPARADRAP Origine du projet Un constat Avant l opération d un bébé, d un enfant ou d un adolescent, comment aider les familles à bien comprendre les nombreuses consignes transmises par les services d anesthésie et de chirurgie? Myriam Blidi

Plus en détail

Particularités. Eléments de physiologie Ventilateurs et circuits Modes de ventilation Monitorage Situations particulières. Serge Dalmas, JLAR 2012

Particularités. Eléments de physiologie Ventilateurs et circuits Modes de ventilation Monitorage Situations particulières. Serge Dalmas, JLAR 2012 La ventilation chez l enfant Particularités Eléments de physiologie Ventilateurs et circuits Modes de ventilation Monitorage Situations particulières Serge Dalmas, JLAR 2012 1 Physiologie respiratoire

Plus en détail

Hémostase et chirurgie pédiatrique. L.DESJEUX D.I.U. novembre 2013

Hémostase et chirurgie pédiatrique. L.DESJEUX D.I.U. novembre 2013 Hémostase et chirurgie pédiatrique L.DESJEUX D.I.U. novembre 2013 Bilan Pré-Opératoire de Mathys Temps de Prothrombine 80% TCA : patient 43s/témoin 30s (N : 23-37) Risque hémorragique? Coagulation du nouveau-né

Plus en détail

Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS.

Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS. Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS. Cas clinique Enfant de 5 ans Apnée du sommeil Cédulé pour Amygdalectomie Retard de croissance Difficultés

Plus en détail

Laser CO2 en chirurgie ORL JVHF

Laser CO2 en chirurgie ORL JVHF Laser CO2 en chirurgie ORL JVHF Ventilation en suspension : expiration!! Efficacité clinique + SaO2 Corticothérapie Masque laryngé ou sonde d intubation pour le réveil Réveil différé? Selon indication

Plus en détail

CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPÉRATOIRE» RETOUR D EXPÉRIENCE DE SON UTILISATION À LA CLINIQUE BÉNIGNE JOLY

CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPÉRATOIRE» RETOUR D EXPÉRIENCE DE SON UTILISATION À LA CLINIQUE BÉNIGNE JOLY CHECK-LIST «SECURITE DU PATIENT AU BLOC OPÉRATOIRE» RETOUR D EXPÉRIENCE DE SON UTILISATION À LA CLINIQUE BÉNIGNE JOLY METHODOLOGIE UTILISEE ANALYSE CRITIQUE de la CHECK-LIST OPINION des UTILISATEURS BILAN

Plus en détail

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Session ide Ludovic LESAGE (Service de Réanimation CH Armentières) Quelle prise en charge infirmier en phase de sevrage ventilatoire? Diapositive 1 LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Centre hospitalier

Plus en détail

Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques. Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille

Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques. Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille 1 Intubation difficile chez l enfant Plus rare que chez

Plus en détail

Anesthésie en urgence et estomac plein

Anesthésie en urgence et estomac plein Anesthésie en urgence et estomac plein Benoît Plaud Université Paris-Diderot Assistance Publique Hôpitaux de Paris Anesthésie, réanimation chirurgicale GHU Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal, Paris,

Plus en détail

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE I- LES LUNETTES D OXYGENE - elles sont bien tolérées pour une oxygénothérapie de longue durée - utilisation à faible débit uniquement - le patient peut manger, parler - indolores

Plus en détail

Les gestes techniques de Médecine d Urgence: description, apprentissage et maintien des compétences. A propos d une étude en Lorraine.

Les gestes techniques de Médecine d Urgence: description, apprentissage et maintien des compétences. A propos d une étude en Lorraine. Les gestes techniques de Médecine d Urgence: description, apprentissage et maintien des compétences. A propos d une étude en Lorraine. Présentation de thèse Dr. François-Xavier MORONVAL 35 ème journée

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue)

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Hypertrophie du voile du palais Symptômes : Des symptômes allant du simple ronflement à de graves syncopes sont rencontrés dans ce syndrome.

Plus en détail

Volume 4 - Numéro 2, Dossier : Gestion De La Douleur

Volume 4 - Numéro 2, Dossier : Gestion De La Douleur Volume 4 - Numéro 2, 2011 - Dossier : Gestion De La Douleur Sédation Et Prise En Charge De La Douleur De l Enfant Lors Des Examens d Imagerie Auteurs Dr Stéphanie Franchi-Abella Service de Radiopédiatrie

Plus en détail

Curarisation résiduelle: comment réduire le risque? Hervé Bouaziz, Médecin conseil au cabinet Branchet ARRES Cycle

Curarisation résiduelle: comment réduire le risque? Hervé Bouaziz, Médecin conseil au cabinet Branchet ARRES Cycle Curarisation résiduelle: comment réduire le risque? Hervé Bouaziz, Médecin conseil au cabinet Branchet ARRES Cycle 2017-2019 QUIZZ Avez-vous déjà été témoin directement ou non d une complication probablement

Plus en détail

Informations médicales sur l'anesthésie

Informations médicales sur l'anesthésie Informations médicales sur l'anesthésie Ces informations vous sont normalement transmises par votre chirurgien suite à une décision d intervention. Nous vous demandons de les lire attentivement, afin de

Plus en détail

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion

L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion L IVG chirurgicale : quel protocole? Annick LAFFITTE CHU Sud Réunion Références HAS 2001 et décembre 2010 Prise en charge de l IVG jusqu à 14 sa CNGOF 2012 Prise en charge des IGH Diagnostic et modalités

Plus en détail

Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques

Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Dr Dahmane Nabila Service de pédiatrie, CHU Bab El Oued 10 ème congrès de lutte contre la douleur 8-9 Octobre 2015, Hôtel El Aurassi Introduction Quelle

Plus en détail

Préparation à l intervention sur la Thyroïde

Préparation à l intervention sur la Thyroïde La thyroïdectomie Préparation à l intervention sur la Thyroïde Dans la majorité des cas, aucun traitement et aucune préparation n est nécessaire. Dans certaines maladies (hyperthyroïdies), un traitement

Plus en détail

Stratégies transfusionnelles (CGR) et d épargne sanguine en chirurgie orthopédique programmée CHILLOU CAROLE DESAR ILM PPR, AOÛT 2014

Stratégies transfusionnelles (CGR) et d épargne sanguine en chirurgie orthopédique programmée CHILLOU CAROLE DESAR ILM PPR, AOÛT 2014 Stratégies transfusionnelles (CGR) et d épargne sanguine en chirurgie orthopédique programmée CHILLOU CAROLE DESAR ILM PPR, AOÛT 2014 Plan Etat des lieux Transfusion : risques et bénéfices Métabolisme

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE Objectifs! Reconnaître le patient douloureux! Instituer un traitement adapté à l intensité de la douleur! Permettre de réévaluer systématiquement et

Plus en détail

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT L amygdalectomie consiste en l ablation des amygdales (ou tonsilles palatines). Elle pourrait être associée (dans 43% des cas) à

Plus en détail

Courbe d apprentissage du Fastrach. des infirmiers du SDIS du Bas-Rhin

Courbe d apprentissage du Fastrach. des infirmiers du SDIS du Bas-Rhin Courbe d apprentissage du Fastrach des infirmiers du SDIS du Bas-Rhin SDIS 67 JNISP Service de Santé et de Secours Médical Infirmier d encadrement Marc FRANTZ Novembre 2012 INTRODUCTION Indication du Fastrach

Plus en détail

L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier. Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie

L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier. Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie L Asthme Aiguë Régulation et Prise en Charge en Pré-hospitalier Dr Pierre Michelet Pôle Réanimation Urgences SAMU - Hyperbarie Place de l Asthme dans le paysage médical français L Asthme c est Environ

Plus en détail

Séminaire de DES de pneumologie du 6 décembre MALRIN Roxane

Séminaire de DES de pneumologie du 6 décembre MALRIN Roxane Séminaire de DES de pneumologie du 6 décembre 2013 MALRIN Roxane Introduction: Contexte: BPCO (Broncho pneumopathie chronique obstructive) est caractérisée par une limitation fonctionnelle respiratoire,

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Dernières recommandations conférence d expert SFAR 2006 Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Introduction. Fractures tassements vertébraux. Plan. Cimentoplastie. Kyphoplastie LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE

Introduction. Fractures tassements vertébraux. Plan. Cimentoplastie. Kyphoplastie LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE LES TRAITEMENTS ORTHOPEDIQUES EN RADIOLOGIE Dr S. Welschbillig Anesthésiste-Réanimateur Introduction Technique en plein essor Imagerie performante Coopération entre les équipes radiologie anesthésie orthopédie

Plus en détail

INTUBATION. Art. 5 - Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier accomplit les actes ou

INTUBATION. Art. 5 - Dans le cadre de son rôle propre, l'infirmier accomplit les actes ou INTUBATION 1. DEFINITION L intubation endo-trachéale consiste à introduire une prothèse (tube) souple par les voies naturelles (bouche ou nez) à travers l orifice glottique jusque dans la trachée. 2. BUT

Plus en détail

Asthme et rhinite allergique associée

Asthme et rhinite allergique associée Asthme et rhinite allergique associée Aujourd hui, il est clairement démontré qu asthme et rhinite allergique sont intimement liés. Près de 80 % des asthmatiques souffrent de rhinite allergique associée.

Plus en détail

REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE

REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE Congrès JLAR 2015 Dr Julien Corouge Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille REHABILITATION ET CESARIENNE Césarienne : 20% des naissances 160 000 césariennes / an Multiplié

Plus en détail

Notion de réhabilitation rapide après chirurgie. Drs. JB DOLBEAU & B RAIMBAULT

Notion de réhabilitation rapide après chirurgie. Drs. JB DOLBEAU & B RAIMBAULT Notion de réhabilitation rapide après chirurgie Drs. JB DOLBEAU & B RAIMBAULT Principes de la RRAC Rétablissement rapide des conditions physique et psychique Favoriser et ne pas contrarier la réhabilitation

Plus en détail

Choc anaphylactique au curare

Choc anaphylactique au curare Choc anaphylactique au curare de l accident à l expertise Pierreclos, 16 juin 2016 Dr Ariane Légaut CH Mâcon Monsieur G, 54 ans 86kg 1m78 Antécédents : HTA sous TENORETIC, tabagisme actif, néphrectomie

Plus en détail

Quoi de neuf en intubation trachéale difficile? : spécificités pédiatriques

Quoi de neuf en intubation trachéale difficile? : spécificités pédiatriques 1 Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2013 Sfar. Tous droits réservés. Quoi de neuf en intubation trachéale difficile? : spécificités pédiatriques V. Pichenot, C. Longas,

Plus en détail

GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES

GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES GESTION PERI OPERATOIRE DES ANTI AGREGANTS PLAQUETTAIRES Le point de vue de l anesthésiste M. Haccoun HISTORIQUE (1) Enquête d anesthésie sur 3 jours en France en 1996 : 8 M d actes anesthésiques/an 39%

Plus en détail

Nom : l l Prénom : l l Date de naissance : l l l l l l l l l l l

Nom : l l Prénom : l l Date de naissance : l l l l l l l l l l l XXX N Centre : l l l N Patient : l l l l l l l l l Nom : l l Prénom : l l Date de naissance : l l l l l l l l l l l Date visite Consentement Date de recueil : Consentement obtenu : oui Version : Commentaires

Plus en détail

Anesthésie Ambulatoire chez l Enfant

Anesthésie Ambulatoire chez l Enfant DIU Perfectionnement en Anesthésie Pédiatrique Anesthésie Ambulatoire chez l Enfant Christophe DADURE ANESTHESIE AMBULATOIRE Unité d anesthésie infantile, EN PEDIATRIE CHU Lapeyronie, Montpellier Introduction

Plus en détail

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration Chapitre 9 Causes d échec d analgésie Insuffisance de prescription Contrôle de la douleur post-opératoire Insuffisance d administration Insuffisance d adaptation Réalité du problème Insuffisance d administration

Plus en détail

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand DEPISTAGE DE LA BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE EN MEDECINE GENERALE PAR MINI-SPIROMETRIE ELECTRONIQUE ETUDE DE PREVALENCE parmi des patients à risque

Plus en détail

Les réactions allergiques graves :

Les réactions allergiques graves : Les réactions allergiques graves : marche à suivre Q et R Marie-Ève Bélanger, MD Présenté par l Université de Sherbrooke dans le cadre de Petites et grandes urgences, mars 2004 Le cas de Maxime Vous êtes

Plus en détail

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Impact de la grippe sur les résidents dans institutions= études

Plus en détail

Attestation Universitaire de formation aux soins dentaires sous sédation par inhalation de MEOPA

Attestation Universitaire de formation aux soins dentaires sous sédation par inhalation de MEOPA Attestation Universitaire de formation aux soins dentaires sous sédation par inhalation de MEOPA La sédation vigile à l usage des jeunes patients, des patients anxieux et des patients handicapés, est autorisée

Plus en détail

Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation?

Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation? Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation? ARRES-ASSPRO 2011 M. Sfez 2011 1 1. Il existe des scores prédictifs de la fréquence des complications postopératoires a. Vrai b. Faux 2. Le pourcentage

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé Critères d indications de transfert

Plus en détail

ACCIDENTS ALLERGIQUES EXEMPLE D UN RÉSEAU RÉGIONAL DE SANTÉ EN ANESTHÉSIE ET GESTION MULTIDISCIPLINAIRE

ACCIDENTS ALLERGIQUES EXEMPLE D UN RÉSEAU RÉGIONAL DE SANTÉ EN ANESTHÉSIE ET GESTION MULTIDISCIPLINAIRE ACCIDENTS ALLERGIQUES EN ANESTHÉSIE ET GESTION MULTIDISCIPLINAIRE EXEMPLE D UN RÉSEAU RÉGIONAL DE SANTÉ IV Rencontres d Allergologie GRAND SUD ALLERG.O.S - ANAFORCAL 1 Docteur GALLEN Christian - NARBONNE

Plus en détail

Sphinctérotomie endoscopique en urgence dans les pancréatites aiguës biliaires

Sphinctérotomie endoscopique en urgence dans les pancréatites aiguës biliaires Sphinctérotomie endoscopique en urgence dans les pancréatites aiguës biliaires Plan Introduction Physiopathologie de la PA biliaire PA biliaire: comparaison traitement conventionnel et sphinctérotomie

Plus en détail

INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger

INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger Introduction De nombreux médecins traitants sont confrontés

Plus en détail

AMYGDALECTOMIE Chez l enfant de moins de 15 ans Indications. Évaluation des pratiques professionnelles

AMYGDALECTOMIE Chez l enfant de moins de 15 ans Indications. Évaluation des pratiques professionnelles AMYGDALECTOMIE Chez l enfant de moins de 15 ans Indications Évaluation des pratiques professionnelles Méthodes : 4 types d approche Approche par comparaison Comparer la pratique réelle à la pratique idéale

Plus en détail

Transport du nouveau-né

Transport du nouveau-né Transport du nouveau-né Juan LLOR Département médico-chirurgical de Pédiatrie CHCVs - Sion Plan Quelques définitions Adaptation et particularités de la prise en charge Transport Quoi comment à Sion? Quelques

Plus en détail

Anesthésie pour Chirurgie ORL Pédiatrique

Anesthésie pour Chirurgie ORL Pédiatrique Anesthésie pour Chirurgie ORL Pédiatrique CSB - ANESTHÉSIE PÉDIATRIQUE 2015 José Luis Martinez, M.D. Département d'anesthésiologie Hôpital Sainte-Justine Introduction Le 1/3 de toute la chirurgie ORL se

Plus en détail

INTERET DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE

INTERET DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BENI-MESSOUS HOPITAL ISSADE HASSANI SERVICE ORL Pr ZEMIRLI INTERET DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE MS.HARAOUBIA--F.SAIM- KH.OUENNOUGHI-A.MOUZALI- Y.MOUSSAOUI-A.HIDOUCI-S.OUCHERIF-O.ZEMIRLI

Plus en détail

PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES

PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES PREVENTION DES TRAUMATISMES DENTAIRES LORS DE L ACCES AUX VOIES AERIENNES SUPERIEURES Patrick-Georges Yavordios Clinique Convert 01000 Bourg en Bresse Introduction L es traumatismes dentaires représentent

Plus en détail

Organisation Titre de l anesthésie ambulatoire à l Hôpital Européen Georges Pompidou (Paris)

Organisation Titre de l anesthésie ambulatoire à l Hôpital Européen Georges Pompidou (Paris) Organisation Titre de l anesthésie ambulatoire à l Hôpital Européen Georges Pompidou (Paris) Dr Sophie Nguyen-Roux Médecin coordonnateur de l Unité d Anesthésie et de Chirurgie Ambulatoires UACA Enquête

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE MISSION D ACCOMPAGNEMENT MENEE PAR L AGENCE NATIONALE D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE HOSPITALIERE ET KURT SALMON

CHIRURGIE AMBULATOIRE MISSION D ACCOMPAGNEMENT MENEE PAR L AGENCE NATIONALE D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE HOSPITALIERE ET KURT SALMON CHIRURGIE AMBULATOIRE MISSION D ACCOMPAGNEMENT MENEE PAR L AGENCE NATIONALE D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE HOSPITALIERE ET KURT SALMON PRESENTATION DE LA METHODE A LA REUNION REGIONALE DU 12 AVRIL 2013

Plus en détail

S. Erradi, A. Hassani, H. Ourrai, M. Malih, O. Agadr Service de pédiatrie, Hôpital Militaire Mohamed V, Rabat

S. Erradi, A. Hassani, H. Ourrai, M. Malih, O. Agadr Service de pédiatrie, Hôpital Militaire Mohamed V, Rabat S. Erradi, A. Hassani, H. Ourrai, M. Malih, O. Agadr Service de pédiatrie, Hôpital Militaire Mohamed V, Rabat Introduction: L incidence des DDB reste élevée au pays en développement. Se définie par une

Plus en détail

Chirurgie ambulatoire de l avant-pied

Chirurgie ambulatoire de l avant-pied Chirurgie ambulatoire de l avant-pied A propos de 853 cas W. GRAFF Hôpital de la Croix Saint Simon Paris XX Pourquoi? LS WEIL (Chicago) 100% des interventions Assurances Demande? Patients Opérés de l avant-pied

Plus en détail

Repères historiques. Indications. Indications et Contre. Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé. trachéotomie chirurgicale

Repères historiques. Indications. Indications et Contre. Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé. trachéotomie chirurgicale Club Club des des Anesthésistes Réanimateurs de de Centres de de Brûlés Septembre 3 Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé Repères historiques Dr François RAVAT Centre des brûlés -CH St Joseph et St Luc

Plus en détail

LES CAUSES DE L ASTHME

LES CAUSES DE L ASTHME L ASTHME EST-IL LIÉ AU TABAC? 6 Le tabagisme joue un rôle aggravant indiscutable de l asthme. Parmi les éléments toxiques constituant la fumée de cigarette, certains agents irritants sont très agressifs

Plus en détail

Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille!" Conflits d intérêt Aucun avec cette présentation Les halogénés

Plus en détail