L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes"

Transcription

1 L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

2 LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES MECANISMES DE DEFENSE L annulation La dénégation L isolation Le déplacement La maîtrise La régression La projection agressive LA RELATION COMMUNICANTE SOIGNANT/SOIGNE LES ATTITUDES COMMUNICANTES L empathie La congruence L écoute L attention positive inconditionnelle LES TECHNIQUES DE COMMUNICATION Formulations La reformulation

3 LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE La rencontre avec le patient se fait toujours : Dans un moment aigu de sa vie. Par un évènement impromptu faisant rupture à son état de santé. De façon souvent inédite. Le patient passe du statut de «bien portant» à celui de «malade».

4 C est une situation de fragilité émotionnelle et psychologique. Des mécanismes d alertes se dynamisent : La peur. L anxiété. L angoisse. Ceux-ci témoignent d une perte d équilibre de la structure psychique qui dynamise à son tour des processus défensifs appelés : mécanismes de défense

5 LES MECANISMES DE DEFENSE Leur fonction : Permettre de soutenir psychiquement un réel parfois trop brutal ou menaçant. Procéder à un refoulement inconscient de l information ou d une partie. Agir comme filtre. Rendre l information plus tolérable. Maintenir l équilibre psychologique de l individu.

6 L annulation Les patients mettent en jeu des mécanismes propres à effacer, du discours du médecin, toute menace qui ne peut être encore entendue. De façon inconsciente la représentation insupportable énoncée par le médecin est annulée. La dénégation Le malade tente d invalider l événement traumatisant et refuse que ce qui a été énoncé par le médecin le concerne : «ce n est pas possible, ça ne peut pas m arriver»

7 L isolation Le malade reconnaît son état de santé mais présente un détachement affectif. Son discours peut être distant et inexpressif. L information médicale peut avoir été clairement entendue mais le patient s attache à être étranger à ses émotions. Le déplacement C est centrer sa souffrance sur une autre affliction en lien avec sa pathologie ou sur une autre difficulté du moment (problèmes familiaux, professionnels ).

8 La maîtrise La personne se sent moins vulnérable en pensant pouvoir comprendre l événement et en maîtriser le processus, agir sur sa propre histoire. Cela donnera lieu à une certaine rationalisation. La régression C est s immerger totalement dans la maladie, adopter un comportement infantile et puéril, engendrant une complète dépendance et passivité.

9 La projection agressive Le patient déverse sur l entourage et l équipe soignante son amertume, les rendant constamment responsables de toutes ses difficultés.

10 En situation de crise l information sera toujours en partie biaisée par ces processus défensifs. Ceux-ci seront moins opérants dans un contexte hors crise. L information pourra alors être mieux assimilée. Or la nécessité des soins conduit souvent à informer le patient dans un contexte de crise parfois d urgence et met le soignant en difficulté dans sa démarche.

11 Une méconnaissance de ces processus psychiques peut conduire à porter la responsabilité de la non intégration de l information sur le corps médical et soignant pris alors en défaut dans le devoir d information. La difficulté pour le soignant réside dans : Repérer ces mécanismes et établir une relation communicante adaptée et opérante pour le patient. Maîtriser ces concepts théoriques et ces aptitudes qui soustendent la relation et qui ne sont pas toujours abordées lors de la formation des soignants.

12 LA RELATION COMMUNICANTE SOIGNANT / SOIGNE L information est une démarche de communication avec le patient. Il n y a communication que si le message transmis a une signification pour l autre. C est aller à la rencontre de l autre, comprendre l autre. LES ATTITUDES COMMUNICANTES L empathie Il s agit de se mettre dans une position de comprendre la vie intérieure d autrui, selon Carl Rogers : «comme s il était la vôtre, mais sans jamais oublier la qualité de comme si».

13 La congruence C est la capacité pour le soignant de ressentir et avoir conscience des émotions que la relation avec le patient suscite en lui. Etre en harmonie avec son vécu. C est avoir une bonne distance, ni trop éloignée, ni trop proche. C est être entièrement présent ici et maintenant dans la relation avec l autre. L écoute C est créer un lien particulier et rapproché avec la personne. C est entendre le patient et percevoir ses doutes et ses certitudes. L écoute verbale, non verbale (expression du visage, attitudes) et paraverbale (le ton de la voix, parole rapide ).

14 L attention positive inconditionnelle Garder une bienveillance pour la personne qui est en face. L abandon d une attitude de pouvoir en faveur d une rencontre humaine et vraie. Une attitude d accueil qui permet au patient d évoquer sereinement ses doutes et ses angoisses. Ces attitudes communicantes vont permettre d établir : Un lien de qualité adapté à la personne en situation émotionnelle. Favoriser l échange, favoriser une verbalisation du patient pour repérer le sens qu il donne à l information qui lui a été transmise.

15 LES TECHNIQUES DE COMMUNICATION Formulations Formulation en écho Répéter le dernier mot prononcé par le patient afin de créer une relance. Créer un effet miroir qui sécurise le patient qui se sent alors compris. Aider le patient a aborder le plus objectivement possible sa situation clinique. Formulation en reflet Faire sentir au patient que l on perçoit ce qu il éprouve. Permet une validation de la personne. Poursuivre les explications concernant sa situation.

16 La reformulation Reprendre les propos du patient avec une autre formulation. Rebondir sur un mot-clef en utilisant un synonyme. Elle permet de : Vérifier la bonne compréhension du patient. Recentrer l entretien sur un point particulier pour lequel on souhaite plus d informations. Montrer son écoute et favoriser un lien propice à la communication.

17 CONCLUSION Considérer un temps psychique pour l assimilation de l information. C est rencontrer à différentes reprises de façon espacée le patient. Répéter l information et vérifier sa compréhension. Ne pas multiplier les intervenants. Cela suppose pour le soignant : De repérer le mécanisme dans lequel la personne se situe. Avoir des repères théoriques pour adopter une relation communicante. Conscience de sa dimension subjective. Besoin de formation.

La relation d aide. Soin relationnel : vivre le mieux possible dans une institution juste.

La relation d aide. Soin relationnel : vivre le mieux possible dans une institution juste. I. Définitions La relation par MANOUKIAN et MASSEUBEUF : Une relation «c est une rencontre entre deux personnes au moins c est-à-dire deux caractères, deux psychologies particulières et deux histoires.

Plus en détail

CONCEPTS EN RELATION D AIDE

CONCEPTS EN RELATION D AIDE CONCEPTS EN RELATION D AIDE Les 3 attitudes fondamentales Les modes d intervention Les situations de crises IFSI Charles FOIX 1 I)LES 3 ATTITUDES FONDAMENTALES EN RA Empathie C est la vraie capacité de

Plus en détail

Désigne la lutte du moi contre les idées et les affects indésirables i Ensemble d opérations dont la finalité est de réduire, de supprimer toute modif

Désigne la lutte du moi contre les idées et les affects indésirables i Ensemble d opérations dont la finalité est de réduire, de supprimer toute modif Mécanismes de défense Concept psychanalytique, «Différents types d opérations dans lesquelles peut se spécifier la défense».(laplanche et Pontalis, 1967) Anna Freud y consacre un ouvrage «le moi et les

Plus en détail

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN

LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN LES ABORDS PSYCHOLOGIQUES DU CANCER DU SEIN Valance Ramis - Psychologue Centre hospitalier de Versailles Service de gynécologie L annonce Comment dire le difficile à dire? Comment gérer ses propres émotions

Plus en détail

Prise en charge des patients aprés une chirugie mutilante. Marie Cicéro

Prise en charge des patients aprés une chirugie mutilante. Marie Cicéro Prise en charge des patients aprés une chirugie mutilante Marie Cicéro Vous avez dit chirurgie mutilante? Implique une altération du corps, du psychisme, des émotions, de l'estime de soi Différents types

Plus en détail

RELATION D AIDE ATTITUDES AIDANTES UE 4. 2 S 3 Noëlle LEPRINCE 2013

RELATION D AIDE ATTITUDES AIDANTES UE 4. 2 S 3 Noëlle LEPRINCE 2013 RELATION D AIDE ATTITUDES AIDANTES UE 4. 2 S 3 Noëlle LEPRINCE 2013 La relation d aide est une forme d aide psychologique, un soin qui se manifeste à travers la relation. Elle s inscrit dans le champ du

Plus en détail

Comment faire pire en croyant faire bien?

Comment faire pire en croyant faire bien? Comment faire pire en croyant faire bien? Par Katryn DRIFFIELD Psychologue Clinicienne 47è journées d Études de l A.F.D.N Reims, le Vendredi 5 juin 2009 Un peu d humour pour commencer Le poids des mots

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues

FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues FORMATION INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE «Soins Oncologique de Support et Dispositif d Annonce» Isabelle CLEMENT et Agnès FISCHESSER Psychologues Facteurs qui vont influencer les comportements d un patient

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal n Sentiment pénible, désagréable de la pensée n

Plus en détail

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques CRFTC Hôpital Broussais 14 Mai 2012 N. GEGOUT Psychologue clinicien Unité EVC/EPR Korian Canal de l Ourcq 75019 gegoutnicolas@gmail.com Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques 1 PRESENTATION: Préambule

Plus en détail

Mécanismes de défense

Mécanismes de défense Mécanismes de défense Concept psychanalytique, «Différents types d opérations dans lesquelles peut se spécifier la défense».(laplanche et Pontalis, 1967) Anna Freud y consacre un ouvrage «le moi et les

Plus en détail

Le patient face à la maladie grave

Le patient face à la maladie grave Le patient face à la maladie grave L annonce du diagnostic Un acte si court aux répercussions si longues 1 2 L ATTENTE L existence de symptômes et de signes de dysfonctionnement évocateurs ont incité la

Plus en détail

UE 4.2 Soins relationnels

UE 4.2 Soins relationnels 25 septembre 2012 UE 4.2 Soins relationnels La relation d aide: Les attitudes thérapeutiques du soignant 1 PLAN Les attitudes selon Rogers 1. Le regard positif inconditionnel 2. La congruence ou authenticité

Plus en détail

Comment accompagner et être en relation avec une personne en fin de vie et son entourage?

Comment accompagner et être en relation avec une personne en fin de vie et son entourage? Comment accompagner et être en relation avec une personne en fin de vie et son entourage? Christian Dufrène. Médecin Marie-Laure Comont. Cadre de santé Xavier Alonso. Psychologue Accompagner, c est être

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

Formation. Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement. Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne

Formation. Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement. Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne Formation Communication avec la personne âgée présentant des troubles du psychisme ou du comportement Programme DPC Conçue et animée par: Psychologue-Clinicienne C.L.E.F : Centre de Liaison, d Étude et

Plus en détail

L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012

L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012 L ENTRETIEN DANS L AIDE A L ORIENTATION FAIP 2012 SOMMAIRE I DEFINITION II - APPROCHE ROGERIENNE III LES ATTITUDES IV - LES VARIABLES DE L ENTRETIEN V- LES TECHNIQUES D ENTRETIEN VI - CONDUIRE UN ENTRETIEN

Plus en détail

«LA RELATION D AIDE»

«LA RELATION D AIDE» «LA RELATION D AIDE» Introduction Ecoute fait référence à la clinique (entretien et observation) Médecins commencent à écouter leurs patients (sortir de la toute puissance du savoir médical) Naissance

Plus en détail

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Le patient âgé,! peur du miroir! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le patient âgé,! peur du miroir!! Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Introduction Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu

Plus en détail

RÉVISIONS TD. IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017

RÉVISIONS TD. IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017 RÉVISIONS TD IVRISSE Sandrine PSYCHOLOGUE Clinicienne DE LA SANTE Neuropsychologue CHUM IFSI 1-S2 2017 IVRISSE Sandrine Psychologue Clinicienne de la santé - Neuropsychologue 2017 AVANT D ÊTRE UN SOIGNANT,

Plus en détail

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle

Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Les rencontres autour de l Annonce Annoncer une mauvaise nouvelle Aspects psychologiques et communication date Etablissement 1 Aspects psychologiques 2 Aspects psychologiques (1/2) Côté patient La sidération

Plus en détail

Bases théoriques de la relation d aide

Bases théoriques de la relation d aide Bases théoriques de la relation d aide UE 4.2 S3 Soins relationnels Promotion 2012-2015 mercredi 18 septembre 13 1 1. La relation d aide: origine et développement 2. Définition de la relation d aide 3.

Plus en détail

L entretien motivationnel

L entretien motivationnel L entretien motivationnel K. M bailara Psychologue clinicienne, C.H. Charles Perrens, Bordeaux Enseignant-chercheur en psychologie, Université Bordeaux DU Education thérapeutique 10-12-2011 L entretien

Plus en détail

Vivre avec une maladie chronique

Vivre avec une maladie chronique Vivre avec une maladie chronique «L éducation thérapeutique des patients» A. LACROIX, JPH ASSAI En France 15 millions de personnes soit 20 % de la population souffre de maladies chroniques. Maladie chronique

Plus en détail

La relation soignant-soigné

La relation soignant-soigné La relation soignant-soigné UE 1.1 S1 Octobre 2010 C. DEBERGÉ PLAN 1. Intention pédagogique 2. Référentiel de compétences 3. Définition et réflexions 4. Une nécessaire relation pour rester humain 5. Une

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles

Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles Le praticien face à l annonce de mauvaises nouvelles Dr Stéphane Cattan,, Lille Pr Véronique V Christophe, Lille Que pensez-vous de Annoncer des mauvaises nouvelles s apprend sur le tas, avec l expérience

Plus en détail

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille

ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES. Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES Christelle Rosenstrauch. Psychologue Delphine Garrigue. Médecin Anesthésiste Pôle urgence CHRU Lille 1 Savoir être, Savoir dire, Savoir faire. La communication! On

Plus en détail

Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014

Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014 Mauvaise nouvelle aux urgences : comment l annoncer? Pauline Morel Interne au DAU/SMUR CHI Poissy 7 octobre 2014 Cas clinique M. N 27 ans Motif : douleur testiculaire Pas d antécédent, pas de traitement

Plus en détail

Starterkit: Urgence & Crise 1/6/2014 #

Starterkit: Urgence & Crise 1/6/2014 # Starterkit: Urgence & Crise L urgence en addictologie L urgence objective L urgence subjective Urgence: définition médicale L'urgence est l'expression d'une situation devenue ingérable pour le patient

Plus en détail

ENFANT» COUSIN Anne-lise, Psychologue clinicienne, ERRSPP Eiréné, CHRU Lille

ENFANT» COUSIN Anne-lise, Psychologue clinicienne, ERRSPP Eiréné, CHRU Lille «JE SUIS D ABORD UN ENFANT» COUSIN Anne-lise, Psychologue clinicienne, ERRSPP Eiréné, CHRU Lille PIETTE Véronique, Educatrice de Jeunes Enfants, Neurochirurgie Pédiatrique, CHRU Lille QU EST-CE QU UN ENFANT?

Plus en détail

Le soutien aux proches : un dispositif favorable à la communication dans le couple. Reny Justine Psychologue clinicienne EMSP Dreux (28) 1

Le soutien aux proches : un dispositif favorable à la communication dans le couple. Reny Justine Psychologue clinicienne EMSP Dreux (28) 1 Le soutien aux proches : un dispositif favorable à la communication dans le couple Reny Justine Psychologue clinicienne EMSP Dreux (28) 1 Le couple et la maladie «La relation d amour est la relation qui

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1.LEGISLATION n Dans le cadre du rôle propre infirmier n Dans le domaine

Plus en détail

LA SEDATION. Approche de psychologie clinique EMILIE MAZZONETTO SEVERINE ABIGNON 16/04/2015

LA SEDATION. Approche de psychologie clinique EMILIE MAZZONETTO SEVERINE ABIGNON 16/04/2015 LA SEDATION Approche de psychologie clinique EMILIE MAZZONETTO SEVERINE ABIGNON 16/04/2015 Les désignations de la sédation Sédation ponctuelle Sédation transitoire Sédation terminale Sédation palliative

Plus en détail

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE Dr Philippe COLOMBAT @FMC 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 Les enjeux de l annonce «Annoncer à qqn qui n a pas envie de l entendre qqch qu on n a pas envie de lui dire»

Plus en détail

Anne Lahaye. Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne

Anne Lahaye. Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Anne Lahaye Psychologue Logopède Cliniques Universitaires de Mont-Godinne Le soignant a en propre un vécu personnel, une histoire, des difficultés ainsi qu une conception du soin et de ses missions, mais

Plus en détail

EPASC/ sit. 1.1 rdef/ 1. Analyse des séquences du film "Nationale 7", Film de Jean-Pierre Sinapi, Collection Black Out, 1999, 1h30 CORRIGE

EPASC/ sit. 1.1 rdef/ 1. Analyse des séquences du film Nationale 7, Film de Jean-Pierre Sinapi, Collection Black Out, 1999, 1h30 CORRIGE Analyse des séquences du film "Nationale 7", Film de Jean-Pierre Sinapi, Collection Black Out, 1999, 1h30 CORRIGE 4 émotions de base correspondent à des besoins peur besoin d'être rassuré colère tristesse

Plus en détail

Optimiser sa communication CYCLE DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL FORMATION QUALIFIANTE - DIF

Optimiser sa communication CYCLE DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL FORMATION QUALIFIANTE - DIF Module 1 COMMUNIQUER. Le module a pour but de découvrir les mécanismes de la communication interpersonnelle et de maîtriser la pratique de l écoute active (questionnement + reformulation).. 3 jours (2

Plus en détail

Développer son empathie

Développer son empathie Sarah Famery Développer son empathie, 2003, 2007 ISBN : 978-2-212-53833-5 Sommaire Introduction. L empathie au cœur des relations humaines....... 1 Un besoin croissant d empathie...........................

Plus en détail

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne L annonce du décès en situation d urgence Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne Arrêt irréversible des fonctions vitales La mort Rupture brutale de la relation La mort fait partie de la vie Humanité

Plus en détail

LA RELAT A ION D AIDE Chevalier Sébastien,Bouchonnet David, IFSI de Lens, le 10/02/2009

LA RELAT A ION D AIDE Chevalier Sébastien,Bouchonnet David, IFSI de Lens, le 10/02/2009 LA RELATION D AIDE avi PLAN Définition Les objectifs Les critères Communication, observation, Écoute Rôle infirmier et relation d aide dans les psychoses DEFINITION Rapport privilégié entre le soignant

Plus en détail

L entretien individualisé

L entretien individualisé Mercredi 10 Novembre 2010 L entretien individualisé Sylvie Hurel ex Directrice de CIO, adjointe au CSAIO du Rectorat de Rouen Jean Philippe Chatelain Directeur du Service Territorial Education en Milieu

Plus en détail

La relation soignant - soigné

La relation soignant - soigné La relation soignant - soigné 1 Le soignant Etymologie: " soignant" " soigner" = " soniare" (lat.): s'occuper de. Soigner : = " s'occuper du bien être et du contentement de quelqu'un " et " s'occuper de

Plus en détail

ENTRETIEN D AIDE ALLIANCE THERAPEUTIQUE ENTRETIEN THERAPEUTIQUE

ENTRETIEN D AIDE ALLIANCE THERAPEUTIQUE ENTRETIEN THERAPEUTIQUE ENTRETIEN D AIDE ALLIANCE THERAPEUTIQUE ENTRETIEN THERAPEUTIQUE Promotion 2016-2019 UE 4.2 S3 J LECLERCQ La relation d aide : Objectifs visés pour l étudiant L étudiant sera capable de Définir la relation

Plus en détail

NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES

NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES 12.01.09 Dr Lagier Psychiatrie NEVROSES : SEMIOLOGIE ET NEVROSES POST-TRAUMATIQUES Névrose : façon dont on est fabriqué pour être dans la société : lot du genre humain Décompensation dans une névrose :

Plus en détail

Annonce d un évènement grave indésirable ou d une mauvaise nouvelle en cancérologie. Formation CFOM 2016

Annonce d un évènement grave indésirable ou d une mauvaise nouvelle en cancérologie. Formation CFOM 2016 Annonce d un évènement grave indésirable ou d une mauvaise nouvelle en cancérologie Formation CFOM 2016 DEVOIR D INFORMATION Pas de recette!!! «Il n existe pas de «bonnes» façons d annoncer une mauvaise

Plus en détail

Groupe de Travail Accès aux droits et lutte contre les discriminations D ENTRETIEN POUR LA PRÉVENTION ET LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS

Groupe de Travail Accès aux droits et lutte contre les discriminations D ENTRETIEN POUR LA PRÉVENTION ET LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS CO COMMISSION POUR LA PROMOTION DE L EGALITÉ ET DE LA CITOYENNETÉ DE LA CORSE-DU-SUD Groupe de Travail Accès aux droits et lutte contre les discriminations GUIDE DES TECHNIQUES D ENTRETIEN POUR LA PRÉVENTION

Plus en détail

Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir. Patricia Plasier, Psychologue

Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir. Patricia Plasier, Psychologue Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Patricia Plasier, Psychologue Introduction La maladie grave = événement potentiellement traumatique pour le malade et pour les proches La

Plus en détail

Éthique et refus de soins. Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G

Éthique et refus de soins. Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G Éthique et refus de soins Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G CHER APHP LIMEIL Le refus de SOINS Un mode d expression pour le soigné Un choc pour les soignants Et pourtant Le refus de traitement

Plus en détail

La Communication CARL ROGERS. Mercredi le 16/02/

La Communication CARL ROGERS. Mercredi le 16/02/ La Communication CARL ROGERS Mercredi le 16/02/2011-1- Sommaire 1)Carl ROGERS Qui est Carl ROGERS L approche ROGERS Les dimensions rogériennes Ouvrages de Carl Rogers Carl Rogers et la créativité 2) Conclusion.

Plus en détail

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier Cours FAP 1 à 11 Programme 2009 FORMATION Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier VOUS soignez ou accompagnez,

Plus en détail

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 1 Pourquoi? Un(e) psy exclusivement pour les soignants, Est-ce : - nécessaire ou superflu? - original ou banal? - une

Plus en détail

Annonce diagnostic maladie rénale chronique REUNION COORDINATION REUCARE

Annonce diagnostic maladie rénale chronique REUNION COORDINATION REUCARE Annonce diagnostic maladie rénale chronique 04.07.15 REUNION COORDINATION REUCARE Christelle CUCHE Psychologue «La Passerelle» 0262930494/0692904413 Marie Pierre CRESTA Médecin réanimateur et agence de

Plus en détail

EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2. Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne

EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2. Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2 Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne 1 INTRODUCTION 2 Contexte Parcours médical du patient - Service de réanimation

Plus en détail

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique

Plus en détail

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»?

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Décembre 2014 Philippe Ceccaldi, psychiatre, Unité 29, CHU Nena

Plus en détail

Diabète de type 2: quelle place pour l éducation thérapeutique?

Diabète de type 2: quelle place pour l éducation thérapeutique? Diabète de type 2: quelle place pour l éducation thérapeutique? Dre Daniela SOFRA FMH diabétologie et endocrinologie Diplôme en Education thérapeutique du patient et formation des soignants Médecin Agréé

Plus en détail

Tableau récapitulatif

Tableau récapitulatif S.I. PSY Tableau récapitulatif 1 2 3 4 PSYCHOTIQUE ETAT LIMITE NEVROTIQUE TRAUMATIQUE ANGOISSE Morcellement Perte d'objet Castration Mort Défense Projection-Déni- Délire Clivage Idéalisation Refoulement

Plus en détail

Prise en charge pluridisciplinaire à l Unité de Crise Diane Helszajn Kris Van Gerwen

Prise en charge pluridisciplinaire à l Unité de Crise Diane Helszajn Kris Van Gerwen Prise en charge pluridisciplinaire à l Unité de Crise Diane Helszajn Kris Van Gerwen A.Présentation du service : 1. Introduction L approche pluridisciplinaire est le cadre qui garantit le travail de mise

Plus en détail

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique LA RELATION 1. DEFINITION La relation est une rencontre entre deux personnes, où interviennent des caractéristiques liées à chacune

Plus en détail

Le vécu du Médecin aux Soins intensifs. Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet

Le vécu du Médecin aux Soins intensifs. Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet Le vécu du Médecin aux Soins intensifs Dr. Claire Wachters Institut J. Bordet Particularité des soins intensifs oncologiques PATIENT avec pathologies et problèmes multiples Néoplasie, ATCD, comorbidités

Plus en détail

Programme Formation GESTION DU STRESS ET COMMUNICATION BIENVEILLANTE

Programme Formation GESTION DU STRESS ET COMMUNICATION BIENVEILLANTE Programme Formation GESTION DU STRESS ET COMMUNICATION BIENVEILLANTE 1 Objectifs de la formation Mieux gérer les situations du quotidien. Tenter de ne plus subir les événements. Améliorer l impact de ses

Plus en détail

De l intérêt de ne pas rester seul...

De l intérêt de ne pas rester seul... De l intérêt de ne pas rester seul... Valérie de Chabalier Cadre de Santé Nena Stadelmaier Psychologue 1 Comment repérez-vous Chez vous, chez vos collègues Ce qu on appelle épuisement professionnel? 2

Plus en détail

Culture et relation soignant - soigné

Culture et relation soignant - soigné 18/09/2015 Département Universitaire des Soins Infirmiers Unité d Enseignement 1.1 S2 «Anthropologie de la maladie et de la santé» Culture et relation soignant - soigné A. DUMOND Professeur d anthropologie

Plus en détail

Psychologie & Education Physique Thérapeutique. Sandrine MESTRE - Psychologue Mutualité Française Marne

Psychologie & Education Physique Thérapeutique. Sandrine MESTRE - Psychologue Mutualité Française Marne Psychologie & Education Physique Thérapeutique Sandrine MESTRE - Psychologue Mutualité Française Marne L origine Ce qui amène le patient à se retrouver face à vous est rarement lié à un choix personnel

Plus en détail

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS

EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS EMPATHIE SOUFFRANCE DES SOIGNANTS Dr Marilyne MARCEAU 1 Empathie: définition Capacité de se mettre à la place de l autre pour comprendre ses émotions et ses sentiments, éprouver ce que ressent l autre,

Plus en détail

Ressenti des soignants d une maternité sur la mise en place d un «protocole» de prise en charge palliative en salle de naissance

Ressenti des soignants d une maternité sur la mise en place d un «protocole» de prise en charge palliative en salle de naissance Ressenti des soignants d une maternité sur la mise en place d un «protocole» de prise en charge palliative en salle de naissance d enfants nés avant 24 SA ou nés non viables Journée scientifique du réseau

Plus en détail

Fondements de la relation d aide

Fondements de la relation d aide Fondements de la relation d aide De l humain à la relation d aide Principes fondateurs Attitudes thérapeutiques Questions thérapeutiques Cadres de pratique 1 2 Le counseling Le counseling est né aux États-Unis

Plus en détail

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Pour un autre regard sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues 1 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES PASS Mobile Santé Mentale et Précarité 10 rue du petit tour 87000 Limoges 05

Plus en détail

LA RELATION AIDANT-AIDE

LA RELATION AIDANT-AIDE LA RELATION AIDANT-AIDE LA RELATION AIDANT-AIDE L annonce diagnostique est un bouleversement pour la personne malade, mais aussi pour son entourage. Les projets sont remis en cause L équilibre et l organisation

Plus en détail

«Spécificités de l annonce du diagnostic d un handicap chez l enfant et chez l adolescent»

«Spécificités de l annonce du diagnostic d un handicap chez l enfant et chez l adolescent» «Spécificités de l annonce du diagnostic d un handicap chez l enfant et chez l adolescent» Brigitte Chabrol, Pauline Catillon Service de Neurologie Pédiatrique Hôpital d Enfants, CHU Timone Marseille Reconnaissance

Plus en détail

Le psychologue en réanimation

Le psychologue en réanimation Le psychologue en réanimation Actualités en Réanimation 18 Novembre 2016 Cité des Congrès - Lyon Aurélie Frenay Psychologue clinicienne Le psychologue en réanimation Aurélie Frenay Psychologue clinicienne

Plus en détail

INITIATION À L ENTRETIEN MOTIVATIONNEL

INITIATION À L ENTRETIEN MOTIVATIONNEL ADDICTIONS ET PÉRINATALITÉ INITIATION À L ENTRETIEN MOTIVATIONNEL Laëtitia FERRONNIÈRE et Sophie JALLIER 20 èmes Journées Scientifiques du RSN 24 NOVEMBRE 2016 1 BREFS RAPPELS ADDICTION LA DÉPENDANCE LE

Plus en détail

CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE

CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE CHAPITRE 5: LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE A partir de quand une attitude, un comportement devient pathologique, anormal? Le normal et le pathologique en médecine. Maladie= variation quantitative d un même

Plus en détail

Entretien motivationnel

Entretien motivationnel Entretien motivationnel Tourcoing 16 mai 2013 Dr AF Hirsch-Vanhoenacker Médecin coordinatrice CSAPA La Trame de l ANPAA 59 L approche motivationnelle La technique des entretiens motivationnels: Thérapie

Plus en détail

Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide. Claire MEERSSEMAN,

Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide. Claire MEERSSEMAN, Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide Claire MEERSSEMAN, Psychologue, psychothérapeute et formatrice La confiance,

Plus en détail

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE Pour faciliter la prise en charge des soins infirmiers en psychiatrie, il est indispensable de se questionner sur la douleur morale et la souffrance psychique qui existe

Plus en détail

Agressivité, Violence, Crise.

Agressivité, Violence, Crise. Agressivité, Violence, Crise. 1 L agressivité Caractère agressif de quelqu'un, d'un animal, de quelque chose ; dispositions agressives, combativité : Faire preuve d'agressivité. Ensemble des manifestations

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT DE LA PERSONNE

LE DEVELOPPEMENT DE LA PERSONNE 1. LE TITRE 1 2. LES REPERES BIOGRAPHIQUES : 2 3. UN VOCABULAIRE SPECIFIQUE : 2 4. L HYPOTHESE FONDAMENTALE : 3 4.1 DESCRIPTION 3 4.2 NAISSANCE DE LA PATHOLOGIE 3 5. ASPECTS DU PROCESSUS THERAPEUTIQUE

Plus en détail

Intitulé. Public. Pré-Requis. Objectifs

Intitulé. Public. Pré-Requis. Objectifs Intitulé CONNAISSANCE DES PUBLICS DEPENDANTS Public Tout salarié souhaitant se spécialiser dans la connaissance des publics dépendants. Pré-Requis Avoir un niveau V ou infra V. Exercer une activité professionnelle

Plus en détail

EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2. Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne

EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2. Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne EVC/EPR LA COMPLEXITE PSYCHOLOGIQUE DE LA PRISE EN CHARGE CRFTC- Formation niveau 2 Raphaëlle BEDOIAN Psychologue clinicienne 1 INTRODUCTION 2 Contexte Parcours médical du patient - Service de réanimation

Plus en détail

METIERS DU COACHING REFERENTIEL DES COMPETENCES

METIERS DU COACHING REFERENTIEL DES COMPETENCES METIERS DU COACHING REFERENTIEL DES COMPETENCES Deuxième degré technique (T2) Objectif du référentiel : 1. Donner les repères pour évaluer les compétences du coach, 2. Savoir se positionner dans le rôle

Plus en détail

L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1

L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1 L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I 2 0 1 7 D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1 INTRODUCTION LE SUJET AGE QUI S ALCOOLISE Vulnérabilité du sujet

Plus en détail

LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne

LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne LE SOIGNANT : Accompagnateur «EN» changement «POUR» la maladie chronique «D UNE» personne Aux sources du projet ETP : Se construire après l annonce L annonce est le fait de porter oralement à la connaissance

Plus en détail

L AFFIRMATION DE SOI -

L AFFIRMATION DE SOI - L AFFIRMATION DE SOI - Votre support de formation L affirmation de soi Page 1 sur 32 Vos attentes Qu attendez-vous de la formation? L affirmation de soi Page 2 sur 32 L ESTIME DE SOI (D après Christophe

Plus en détail

Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus

Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus 31 mars 2005 Trois collaborateurs d ERIC, qui dépend de l hôpital Charcot,

Plus en détail

Prise en charge psychologique des porteurs de DAI. Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire

Prise en charge psychologique des porteurs de DAI. Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire Prise en charge psychologique des porteurs de DAI Laure SOROKA, Psychologue Clinicienne Centre Hospitalier de Haguenau Pôle Cardio Neuro-Vasculaire Prise en charge psychologique des porteurs de D.A.I I.

Plus en détail

La compréhension des personnes en difficulté

La compréhension des personnes en difficulté FICHE VI-1 / DECEMBRE2012 La compréhension des personnes en difficulté o Evaluer la situation pour adapter l accompagnement Dans la pratique, on se rend bien compte que l on ne peut pas aborder distinctement

Plus en détail

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation

Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Prise en charge psychologique du patient blessé médullaire en clinique de réadaptation Stéphanie Granges Cordonier Psychologue spécialiste en psychothérapie FSP Sion, janvier 2017 Les deux activités principales

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010

LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010 LA COMPLÉMENTARITÉ ENTRE LES SOINS SPIRITUELS ET LES SOINS INTENSIFS Fernand Patry intervenant en soins spirituels au CHUM Septembre 2010 2011-09-01 1 Plan Comprendre l intervention en soins spirituels

Plus en détail

Se libérer de ses blocages

Se libérer de ses blocages Sarah Famery Se libérer de ses blocages Deuxième édition 2006, 2011 ISBN : 978-2-212-54809-9 Table des matières Sommaire...................................................5 Avertissement................................................7

Plus en détail

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale

Le processus de transmission transgénérationnelle. Objets et enjeux de la transmission familiale Le processus de transmission transgénérationnelle Objets et enjeux de la transmission familiale Conférence du 28 mai 2011 à l ABMP présentée par Fabienne SIMON, psychologue Résumé Nous sommes un maillon

Plus en détail

CONCEPT DE SOIN. Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie

CONCEPT DE SOIN. Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie CONCEPT DE SOIN Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie 1 Objectifs du cours Identifier le concept de soin Expliquer

Plus en détail

Violences conjugales

Violences conjugales Violences conjugales Violence faite aux femmes (définition de l OMS) = tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin et causant ou pouvant causer un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles,

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic. Recommandations de bonne pratique Septembre 2009

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic. Recommandations de bonne pratique Septembre 2009 Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Recommandations de bonne pratique Septembre 2009 01 INTRODUCTION Introduction Thème des recommandations Ces recommandations

Plus en détail

1. Définitions : «mauvaise nouvelle» et «annoncer»

1. Définitions : «mauvaise nouvelle» et «annoncer» L annonce d une mauvaise nouvelle! Anne-Sophie Boulas Service des Brûlés - Hôpital Pellegrin (Bordeaux) L annonce d une mauvaise nouvelle fait partie de notre rôle de soignants, mais nous sommes souvent

Plus en détail

Usagers-ELSA rencontres à conditions. Dano Corinne, Addictologie CHU Angers

Usagers-ELSA rencontres à conditions. Dano Corinne, Addictologie CHU Angers Usagers-ELSA rencontres à conditions Dano Corinne, Addictologie CHU Angers codano@chu-angers.fr Les missions d ELSA S'exercent - En direction des patients (évaluation, orientation, sensibilisation), -

Plus en détail

V.M.TOUMA,PhD.

V.M.TOUMA,PhD. VIVIANE MATAR TOUMA, PhD, Psychanalyste-Psychologue clinicienne Institut Père Roberts pour Jeunes sourds-shailé-liban Professeur Assistant - Université Saint Joseph-Liban - Membre du BIAP- Présidente du

Plus en détail

Missions et différentes approches des psychologues en milieu médical et en soins palliatifs

Missions et différentes approches des psychologues en milieu médical et en soins palliatifs 1 Missions et différentes approches des psychologues en milieu médical et en soins palliatifs Nena STADELMAIER, Psychologue, Dép CARE, Institut Bergonié Martine LAVAL, Psychologue EMSP CHU Bordeaux DU

Plus en détail