Introdution à la logique en mathématique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introdution à la logique en mathématique"

Transcription

1 Introdution à la logique en mathématique Mickaël Péchaud 2008 Table des matières 1 Introduction Propositions Un peu d abstraction Opérateurs Logiques Opérateur «non» Opérateur «et» Opérateur «ou» Construire de nouvelles formules Combiner des opérateurs Tables de vérité Équivalence Tautologie Associativité, commutativité et distributivité Double négation Lois de Morgan Implication 13 4 Équivalence 15 5 quelques types de démonstrations Modus Ponens Contraposition Démonstration par l absurde Correction des exercices 19 1

2 Ce document est sous licence Creative Commons ccpnc2.0 : http ://creativecommons.org/licenses/by-nc/2.0/fr/ En gros, vous pouvez faire ce que bon vous semble avec ce document, y compris l utiliser pour faire des papillotes, ou faire une performance publique (gratuite) durant lequel vous le mangez feuille par feuille (ce que je déconseille tout de même), aux conditions expresses que : vous en citiez l auteur. vous n en fassiez pas d utilisation commerciale. Par respect pour l environnement, merci de ne pas imprimer ce document si ça n est pas indispensable (et ça n est pas indispensable). 2

3 Ce document est une petite introduction au formalisme logique en mathématiques. Il s adresse à un public ayant un niveau TS ou équivalent. La logique est la discipline dont les bases ont été jetées par Aristote permettant de comprendre ce qu est un raisonnement, et en particulier de savoir si un raisonnement est juste ou faux. Elle est donc un prérequis essentiel à de nombreuses disciplines, telles que les mahématiques, l informatique, la philosophie ou encore la rhétorique. Ce document constitue une petite introduction à la logique, en particulier sous l angle mathématique - attention, il ne s agit en aucun cas d un exposé complètement rigoureux des fondements de la logique formelle... Il y a en particulier régulièrement des abus de langage et de notation, et beaucoup de notions ne sont pas définies rigoureusement pour ne pas trop compliquer le propos. Donc si vous avez l intention d étudier formellement la logique propositionnelle, vous feriez mieux de trouvez un autre poly! 1 Introduction 1.1 Propositions À la base de la logique se trouve la notion de proposition. Il est assez délicat de définir mathématiquement ce qu est une proposition, nous nous bornerons donc à la définition intuitive suivante : Définition (Proposition) Une proposition est une phrase, une formule mathématique, etc, etc... à laquelle on peut attribuer une valeur de vérité, c est-à-dire qui est soit vrai soit fausse. Voici quelques exemple de propositions : «2 + 2 = 4» «si x > 4 alors x > 2» «Paris est en France» «2 0 = 4» «si x > 2 et y > 4 alors x + y < 0» «Bordeaux est la capitale d Espagne» les 3 premières sont vraies, alors que les 3 dernières sont fausses. Par contre, les phrases suivantes ne sont pas des propositions : «salut!» : ce n est ni vrai ni faux, celà n a même pas de sens de parler de «vérité» dans ce cas là. «x > 2» : ce n est ni vrai ni faux, celà dépend de la valeur de x. «Il fait chaud» : sorti de tout contexte, ce n est ni vrai ni faux non plus. Les propositions sont les objets de base sur lesquels nous allons pouvoir effectuer des raisonnements. Comme nous allons le voir, l intérêt de la logique est de proposer des manières générales de raisonner, qui dépendent seulement de la valeur de vérité d une proposition (c est-à-dire si elle est vrai ou fausse), et non pas de la proposition elle-même. 3

4 1.2 Un peu d abstraction En logique, nous allons raisonner non pas sur des propositions précises comme celles du paragraphe précédent, mais sur des propositions que nous appelerons p, q ou r par exemple. L intérêt de procéder à cette abstraction est le suivant : nous allons faire raisonnement et trouver des règles générales sur des propositions p, q, etc... suivant qu elles soient vraies ou fausses, puis, si nous voulons voir ce que celà donne sur des propositions réelles, il suffira de remplacer p, q, etc... par ces propositions. Pour cette raison, p, q,... s appellent des variables ou variables propositionnelles. 1.3 Opérateurs Logiques Nous allons définir quelques opérateurs très utile, permettant de combiner des propositions pour fabriquer des formules propositionnelles Opérateur «non» À partir d une proposition p, nous pouvons construire une formule propositionnelle, appelée p lire «non p». La valeur de vérité de p est définie de la façon suivante : si p est vraie, p est fausse. si p est fausse, p est vraie. Ceci est résumé dans le tableau suivant : p p V F F V Fig. 1 Table de vérité de l opérateur «non» Voici quelques exemples en remplaçant la variable p par une proposition : avec p =«2 + 2 = 4» : «(2+2 = 4)» est fausse, car «2+2 = 4» est vraie. Cette proposition peut-également s écrire avec p =«2 0 = 4» : «(2 0 = 4)» (ou encore «2 0 4» ) est vraie, car «2 + 0 = 4» est fausse. 4

5 avec p = «Paris est la capitale de France» : «(Paris est la capitale de France)» (soit «Paris n est la capitale de France» ) car fausse car p est vraie. Exercice 1 Déterminez la valeur de vérité des propositions suivantes : «(2 2)» «(2 = 4)» «(Nice est en Allemagne)» correction Opérateur «et» À partir de 2 propositions p et q, nous allons une formule appelée conjonction de p et q, et noté de la façon suivante : que l on prononce «p et q». p q Ce «et» logique correspond au «et» que nous utilisons couramment en français. p q est vraie si p est vraie est q est vraie, et fausse dans tous les autres cas. p q p q V V V V F F F V F F F F Fig. 2 Table de vérité de l opérateur «et» Quelques exemples : «(2+3 = 5) (0 = 0)». Cette proposition est vraie car «2+3 = 5» et «0 = 0» sont vraies (1ère ligne du tableau). «(2 + 3 = 5) (Nice est en Écosse)» est fausse car «2 + 3 = 5» est vraie et «Nice est en Écosse» est fausse (2ème ligne du tableau). «(2+2 = 5) (La ème décimale de π est 3)» est fausse. En effet, je n ai aucune idée de ce que vaut la ème décimale de π, mais par contre je sais que Si la ème décimale de π vaut 3, on est dans 3ème ligne du tableau, et sinon, on est dans la 4ème ligne du tableau. Dans tous les cas, notre proposition est fausse. 5

6 Exercice 2 Déterminez la valeur de vérité des propositions suivantes : «(2 2) (3 > 4)» «(2 = 4) (3 = 3)» «(2 < 8) (Nice est en France)» correction Opérateur «ou» Toujours à partir de 2 propositions p et q, nous allons cette fois-ci construire la disjonction de p et q noté de la façon suivante : que l on prononce «p ou q». p q Contrairement au cas du «et», le «ou» logique ne correspond pas au «ou» que nous utilisons couramment en français : dans le langage courant, le «ou» à souvent un caractère exclusif, c est à dire que les 2 possibilités s excluent mutuellement : si je dis «je vais à la plage ou à la montagne», c est l un ou l autre, mais pas les 2 en même temps. En revanche, en mathématique, le «ou» est inclusif : p q est vraie si p est vraie, q est vraie ou si les deux sont vraies, et donc fausse seulement si p et q sont fausses. p q p q V V V V F V F V V F F F Fig. 3 Table de vérité de l opérateur «ou» Quelques exemples : «(2+3 = 5) (0 = 0)». Cette proposition est vraie car «2+3 = 5» et «0 = 0» sont vraies (1ère ligne du tableau). «(2 + 2 = 5) (Nice est en Écosse» ) est fausse car «2 + 3 = 5» est fausse et «Nice est en Écosse» est fausse (4ème ligne du tableau). «(2+2 = 4) (La ème décimale de π est 3)» est vraie. En effet, je n ai toujours aucune idée de ce que vaut la ème décimale de π, mais par contre je sais que = 4. Si la ème décimale de π vaut 3, on est dans 1ème ligne du tableau, et sinon, on est dans la 2ème ligne du tableau. Dans tous les cas, notre proposition est vraie. 6

7 Exercice 3 Déterminez la valeur de vérité des propositions suivantes : «(2 2) (3 > 4)» «(2 = 4) (3 = 3)» «(8 < 2) (Nice est en Belgique)» correction 2 Construire de nouvelles formules 2.1 Combiner des opérateurs Pour l instant nous avons vu comment construire des formules à partir de propositions, et des opérateurs, et. Nous pouvons également utiliser ces opérateurs pour construires des formules plus complexes en utilisant les règles suivantes : 1. toute proposition (ou une variable propositionnelle) est une formule. 2. si F est une formule, F est une formule. 3. si F 1 et F 2 sont des formules, F 1 F 2 est une formule. 4. si F 1 ou F 2 sont des formules, F 1 F 1 est une formule. On peut voir celà comme des règles de constructions de formules. Les règles 2, 3 et 4 expliquent comment construire de nouvelles formules à partir de formules que l on a déjà, et la règle 1 nous fournit le matériaux de base à partir duquel construire les formules : les variables propositionnelles. En combinant tout ceci, nous pouvons construire de nouvelles formules. Par exemple, si p, q et r sont des propositions, S = (p q) r est une formule (les parenthèses sont parfois nécessaires pour éviter les ambigités, par exemple entre p (q r) et (p q) r). En effet, p et q sont des formules (règle 1), donc (p q) est une formule (règle 3). r est une formule (règle 1),donc r est une formule (règle 2). Par conséquent, S qui est la disjonction des 2 est une formule (règle 4). Nous pouvons également déterminer les valeurs de vérités de ces formules plus complexes si nous connaissons celles des propositions de départ. Soit par exemple la formule suivante : ((2 < 3) (3 < 4)) (5 < 2) (3 < 4) est vraie, donc (3 < 4) est fausse. Donc ((2 < 3) (3 < 4)) est fausse. De plus, (5 < 2) est également fausse. Donc notre formule ((2 < 3) (3 < 4)) (5 < 2) est fausse. Exercice 4 Voici quelques formules. Déterminez leur valeur de vérité. «((1 < 2) (4 < 3)) (5 < 2)» 7

8 «( (2 < 1) (6 < 3)) ((Paris est en France) (π est un nombre entier) )» «(Paris est en France) (Paris est en France)» «(Paris est en France) (Paris est en France)» correction 2.2 Tables de vérité Nous avons déjà vu des tables de vérité, sans préciser exactement de quoi il s agissait. En fait, une table de vérité est simplement un tableau qui, pour chaque valeur de vérité possible (vrai ou faux) des variables apparaissant dans la formule, indique quelle est la valeur de vérité de la formule. Voici par exemple la table de vérité de la formule S présentée ci-dessus : p q r S = (p q) r V V V V V V F V V F V F V F F V F V V F F V F V F F V F F F F V Fig. 4 Table de vérité de S Comment avons-nous construit cette table? Nous avons commencé par écrire les tables de vérité de S 1 = (p q) et S 2 = r : p q r S 1 = (p q) S 2 = r V V V V F V V F V V V F V F F V F F F V F V V F F F V F F V F F V F F F F F F V Fig. 5 Construction de la table de vérité de S Nous avons ensuite S = S 1 S 2. Pour construire la colonne correspondant à S, nous regardons donc les colonnes correspondant à S 1 et S 2, et nous effectuons un «ou» logique 8

9 sur ces 2 colonnes : nous écrivons vrai dès que l une des deux au moins est vraie : p q r S 1 = (p q) S 2 = r S=S 1 S 2 V V V V F V V V F V V V V F V F F F V F F F V V F V V F F F F V F F V V F F V F F F F F F F V V Fig. 6 Construction de la table de vérité de S Combien de lignes contient une table de vérité? Cela dépend du nombre de variables différentes présentes dans la formule. S il n y a qu une variable, il n y a que 2 cas à considérer : sa valeur de vérité est vraie ou fausse. Il y aura donc 2 lignes dans la table. S il y a 2 variables différentes p et q, il y a 4 cas à considérer : (p vraie, q vraie), (p vraie, q fausse), (p fausse, q vraie) et (p fausse, q fausse). De façon générale, s il y a n variables différentes, il y aura 2 n ligne dans la table de vérité. Exercice 5 Écrire la table de vérité des formules suivantes : p p (q q) (p q) (p q) correction 2.3 Équivalence Définition (Équivalence) Deux formules sont équivalentes si elles ont la même table de vérité. Considérons les 2 formules suivantes : S 1 = (p q) (p q) S 2 = (p q) ( p q) Elles ont toutes deux la même table de vérité : 9

10 p q S 1 ou S 2 V V F V F V F V V F F F et elles sont donc équivalentes. Elles correspondent toutes deux au «ou» courant, appelé ou exclusif, et souvent noté XOR ou. du langage Un second exemple : S 1 = p S 2 = ( p) p p S 1 S 2 V F V V F V F F Une formule est donc équivalente à la négation de sa négation. 2.4 Tautologie Définition (Tautologie) On appelle tautologie une formule équivalente à V, c est-à-dire dont toutes les entrées dans la table de vérité sont vraies. Exercice 6 Par exemple, vérifiez que les formules suivantes sont des tautologies : p p (cette tautolgie est appelée tiers-exclu : elle dit essentiellement que soit une formule est vraie, soit sa négation est vraie). (p p) (p q) ( p r) 2.5 Associativité, commutativité et distributivité Voici quelques résultats importants concernat les opérateurs et et ou. Théorème (Associativité) (p q) r et q (p r) sont équivalentes. (p q) r et q (p r) sont équivalentes. 10

11 En conséquence, on pourra écrire p q r ou p q r, sans se soucier de l emplacement des parenthèses. Théorème (Commutativité) p q et q p sont équivalentes. p q et q p sont équivalentes. Théorème (Distributivité) r (p q) et ((r p) (r q)) sont équivalentes. r (p q) et ((r p) (r q)) sont équivalentes. Exercice 7 Vérifiez ces théorèmes. 2.6 Double négation Comme nous l avons vu ci-dessus, Théorème p et ( p) sont équivalentes. 2.7 Lois de Morgan Un autre théorème concernant la négation. Théorème (Lois de Morgan) (p q) et ( p q) sont équivalentes. (p q) et ( p q) sont équivalentes. Exercice 8 Vérifiez ce théorème. Par exemple, la négation de la propriété est soit encore et non pas 4 > 3 4 < 5 (4 > 3) (4 < 5)

12 Exercice 9 En utilisant les lois de Morgan, écrivez (en français) les négations des formules suivantes : «la 39ème décimale de π est 3 ou 5.» «35! est divisible par 3 ou par 4.» correction Exercice 10 Reprenons les deux tautologies suivantes, déjà étudiées dans un exercice précédent. (p p) (p q) ( p r) Prouvez que ce sont des tautologies en utilisant les théorèmes ci-dessus et le tiers-exclu. correction 12

13 3 Implication À partir de 2 formules P et Q, nous pouvons construire une formule noté de la façon suivante : P Q (lire «P implique Q» ) et définie par la table de vérité suivante : P Q P Q V V V V F F F V V F F V P est appelée prémisses ou hypothèses, et Q conclusion. Les théorèmes mathématiques utilisent très souvent des implications, sous la forme si...alors. Remarquez qu un théorème dit seulement que la conclusion doit être vraie si la prémisse l est. En revanche, si la prémisse est fausse, la conclusion peut-être indifféremment vraie ou fausse. Du point de vue de la déduction mathématique, cela signifie qu à partir d une formule fausse on peut démontrer n importe quoi. Voici un théorème : «si n 1 est divisible par 3, alors n n est pas divisible par 3.» Prouvons rapidement ce théorème. Démonstration : Nous avons juste à nous occuper du cas où la prémisse est vraie, et montrer alors que la conclusion est également vraie. Supposons que n 1 est divisible par 3 On peut donc écrire n 1 = 3k avec k entier. On a donc n = 3k + 1 et n n est pas divisible par 3. En revanche, si le prémisse n 1 = 3k n est pas vérifié, ce théorème ne dit rien sur la valeur de vérité de «n n est pas divisible par 3» : si n = 3, elle est vraie si n = 4, elle est fausse 13

14 Exercice 11 Démontrer que «n pair n 2 pair» 1. correction Exercice 12 Prouver que les formules suivantes sont des tautologies : p p (p (p q)) q correction On a la propriété suivante, très importante : Théorème p q est équivalente à p q. Exercice 13 Démontrez cette propriété. 1 On appelle entier pair un entier qui peut s écrire sous la forme 2k avec k entier. Un entier impair est un entier qui peut s écrire sous la forme 2k + 1 avec k entier 14

15 4 Équivalence À partir de 2 formules P et Q, nous pouvons construire une formule noté de la façon suivante : (lire «P équivaut à Q» ) et définie par la table de vérité suivante : p q P Q P Q V V V V F F F V F F F V P Q sera donc vraie si et seulement si P et Q ont la même valeur de vérité. Cette construction s appelle «équivalence». Attention, ce mot n a pas le même sens que lorsque nous parlons de formules équivalentes. Cependant, on relier les deux notions : Théorème P et Q sont équivalentes si et seulement P Q est une tautologie. Démonstration : en effet, si P et Q sont équivalentes, leurs tables de vérité sont les mêmes. Par exemple, si P et Q dépendent de variables p i, on a avoir une table de vérité qui ressemble à ceci : p 1 p 2... p n P Q. V F... F V V F V... F F F F F... F V V. les colonnes correspondant à P et Q ayant les mêmes valeurs. On aura donc la table de vérité suivante pour P Q. p 1 p 2... p n P Q P Q. V F... F V V V F V... F F F V F F... F V V V. 15

16 et P Q est une tautologie. De la même façon, si P Q est une tautologie, il n y a que des valeurs V dans la dernière colonne de sa table de vérité, et les valeurs sont donc identiques dans les colonnes correspondant à P et Q. En mathématiques, lorsque l on souhaitera démontrer une formule, on pourra démontrer une formule équivalente. On a également le théorème suivant : Théorème P Q et (P Q) (Q P ) sont équivalentes qui affirme essentiellement que pour montrer que P et Q sont équivalentes, il suffit de montrer que P implique Q et que Q implique P. En mathématiques, beaucoup de théorème sont sous la forme...si et seulement si... (que l on note en général...ssi...). Pour démontrer de tels théorèmes, on procédera aux démonstrations des implications dans les 2 sens. Voici un exemple : «n est pair Ssi n + 2 est pair.» Démonstration : pour le démontrer, nous procédons en 2 étapes : «n est pair n + 2 pair.» Supposons n pair. On peut écrire n = 2k pour un certain entier k. On a alors n+2 = 2k +2 = 2(k +1) avec k + 1 entier, et donc n + 2 est pair. «n + 2 pair n est pair.» Supposons n+2 pair. On peut écrire n+2 = 2k pour un certain entier k. On a alors n = 2k 2 = 2(k 1) avec k 1 entier, et donc n est pair. Exercice 14 Montrer que «n est pair Ssi n + 1 est impair.» Exercice 15 Montrer que l implication n est pas associative. correction 16

17 5 quelques types de démonstrations Certaines tautologies sont extrèments utilisées en mathématiques. 5.1 Modus Ponens La plus courante, que nous avons déjà vue est appelée modus ponens : (p (p q)) q elle correspond à la déduction naturelle. Elle affirme simplement que si nous avons un théorème p q et si ses hypothèses p sont vérifiées, alors ses conclusions q sont vérifiés. En voici l exemple tarte-à-la-crème : théorème : tout homme est mortel (ou homme mortel) prémisse : (or) Socrate est un homme conclusion : (donc) Socrate est mortel et un exemple plus mathématique : théorème : n pair n 2 pair prémisse : (or) est pair conclusion : (donc) est pair Exercice 16 Démontrer que la formule ci-dessus est bien une tautologie. 5.2 Contraposition Encore appelée Modus tollens, il s agit de la tautologie suivante. (p q) ( q p) Si un théorème permet de déduire une conclusion à partir d hypothèses, il permet également de déduire que les hypothèses sont fausses si la conclusion n est pas vérifiée. Voici un exemple simple. Considérons le théorème «si k est pair, k 2 alors est pair». Par contraposition, on en déduit immédiatement le théorème suivant : «si k 2 est impair, alors k est impair». Il sera parfois plus pratique de démontrer la contraposé d une théorème plutôt que le sens direct. Exercice 17 Démontrer que la formule ci-dessus est bien une tautologie. 5.3 Démonstration par l absurde Considérons la tautologie suivante ( p F) (p) 17

18 où F est une formule toujours fausse (une antilogie). Cette formule dit simplement que pour montrer p, il suffit de montrer que p F, c est-à-dire que p permet d aboutir à une contradiction. Ce type de raisonnement est très souvent utile pour démontrer qu il n existe pas d objet vérifiant certaines propriétés : on va supposer qu il en existe un, et aboutir à une contradiction. Un premier exemple. Montrons que «il n y a pas de plus grand nombre entier». Supposons, par l absurde, qu il y ait un plus grand nombre entier, et appelons le n. Alors, n + 1 est un nombre entier, et n + 1 est plus grand que n, ce qui est absurde de par notre choix de n. Ceci montre donc notre formule. Voici un exemple classique un peu plus compliqué. Nous voulons montrer que 2 p q pour tout entiers p et q. Nous allons supposer la négation de cette formule, soit 2 = p pour 2 entiers p et q. q Si p et q sont pairs, nous pouvons les diviser tous les 2 par deux. En recommençant un nombre suffisant de fois, nous pouvons écrire p = 2 i p 1 et q = 2 i q 1, avec p 1 impair ou q 1 impair. On a p = p 1 q q 1 et donc p 1 = 2q 1 soit en passant au carré p 2 1 = 2q1 2 donc p 2 1 est pair. On en déduit que p 1 est pair (cf. paragraphe sur la contraposée), et donc p 1 = 2p pour un certain p. D où p 2 1 = 4p 2. On en déduit que q1 2 = 2p 2 et q1 2 est pair puis q 1 est pair. p 1 et q 1 sont donc pairs, ce qui est en contradiction avec notre choix de p 1 et q 1. Nous avons démontré que 2 ne s écrit pas comme division de 2 entiers, c est-à-dire n est pas rationnel. Exercice 18 Démontrer que la formule ci-dessus est bien une tautologie. Voici une autre variante de la démonstration par l absurde. ((p q) F) (p q) sous un aspect un peu barbare, cette formule dit la chose suivante : si nous voulons montrer que p implique q, il suffit de supposer que p est vraie (les hypothèses sont vraies) et que q est fausses (les conclusions) sont fausses, et d aboutir à une contradiction (F) Exercice 19 Démontrer que la formule ci-dessus est bien une tautologie. 18

19 Correction des exercices Solution de l exercice 1 retour «(2 2)» Faux «(2 = 4)» Vrai «(Nice est en Allemagne)» Vrai Solution de l exercice 2 retour «(2 2) (3 > 4)» Faux «(2 = 4) (3 = 3)» Faux «(2 < 8) (Nice est en France)» Vrai Solution de l exercice 3 retour «(2 2) (3 > 4)» Vrai «(2 = 4) (3 = 3)» Vrai «(8 < 2) (Nice est en Belgique)» Faux Solution de l exercice 4 retour «((1 < 2) (4 < 3)) (5 < 2)» Vrai «( (2 < 1) (6 < 3)) ((Paris est en France) (π est un nombre entier) )» Vrai «(Paris est en France) (Paris est France)» Faux «(Paris est en France) (Paris est France)» Vrai p p (p q) Solution de l exercice 5 retour S = (p q) (p q) p p p p V F F F V F p q q p q V V F V V F V V F V F F F F V V 19

20 Solution de l exercice 6 retour Il suffit d écrire leurs tables de vérité! Pour la seconde par exemple : p q p q p q (p q) S V V V V F F V F V F V V F V V F V V F F F F V F p p p p (p p) V F F V F V F V Solution de l exercice 9 retour «la 39ème décimale de π n est pas 3 et n est pas 5.» «35! n est pas divisible par 3 et n est pas divisible par 4.» Solution de l exercice 10 retour En appliquant la loi de Morgan, on voit que (p p) est équivalente à p p, qui par double-négation est équivalente à p p. Cette dernière formule est le tiers-exclu, qui est une tautologie. (p q) ( p r) est équivalente à p q p r par associativité. Par commutativité, elle est équivalente à p p q r puis à (p p) (q r) par associativité. p p est une tautologie. Notre formule est donc équivalente à V... et est donc une tautologie. Solution de l exercice 11 retour On suppose que n est pair. On peut donc écrire n = 2k. En élevant les deux membres de l égalité au carré, on obtient donc n 2 = 4k 2 = 2(2k 2 ) avec (2k 2 ) entier. Donc n 2 est pair. Solution de l exercice 12 retour Il suffit d écrire les tables de vérité : p p p V V F V p q p q p (p q) (p (p q)) q V V V V V V F F F V F V V F V F F V F V 20

21 Solution de l exercice 15 retour Considérons S 1 = (p q) r et S 2 = p (q r). On pourrait écrire leurs tables de vérités, et constater qu elles sont différentes, mais on peut aussi utiliser des formules équivalentes. S 1 est équivalente à (p q) r alors que S 2 est équivalentes à p q r. On voit alors que si p et r sont fausses et q est vraie, S 1 est fausse, alors que S 2 est vraie. 21

Propositions et prédicats

Propositions et prédicats Propositions et prédicats 1 introduction Définition : Une proposition est un énoncé mathématiques qui peut être démontré comme vrai ou faux, il a valeur de vérité. La logique en mathématique permet d établir

Plus en détail

Logique. Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence

Logique. Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence Logique Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence 1 INTRODUCTION {La présente affirmation est fausse}????? ni vraie ni fausse Vraie, Fausse, indécidable imprécise : {-1 n est

Plus en détail

CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE

CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE Les mathématiques demandent une grande rigueur dans l exposition des résultats et des démonstrations. Si l intuition et la persuasion sont des outils indispensables

Plus en détail

Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple :

Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple : Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple : (P Q) ((P Q) (Q P)) ; (Sont déjà montrés.) (P Q) ( Q P) ( P Q). MAT1500

Plus en détail

logique I démonstration et théorie axiomatique 2 1 généralités 2 2 proposition, prédicat simple 2

logique I démonstration et théorie axiomatique 2 1 généralités 2 2 proposition, prédicat simple 2 logique Table des matières I démonstration et théorie axiomatique 1 généralités proposition, prédicat simple 3 prédicats composés 3 3.1 prédicat de négation....................................... 3 3.

Plus en détail

Logique et Raisonnement

Logique et Raisonnement INSA Toulouse Cycle Préparatoire IFCI Module Outils Mathématiques Regroupement n 1 Logique et Raisonnement Introduction En mathématiques, on travaille avec des objets abstraits (nombres, ensembles, applications,

Plus en détail

Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques

Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques Université Paris-Dauphine DUMI2E, Algèbre 1, 2009-2010 Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques Ces notes correspondent au cours qui a été donné en amphi. C est une version condensée du polycopié de logique,

Plus en détail

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques 1 er avril 01 En mathématiques, pour démontrer divers propriétés ou théorèmes, nous avons besoin d appliquer rigoureusement un raisonnement

Plus en détail

LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES

LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES 1. LES PROPOSITIONS MATHÉMATIQUES Faire des mathématiques, c est faire avant tout des raisonnements, c est à dire partir d une ou plusieurs hypothèses et par

Plus en détail

RAISONNEMENTS. 1 Propositions logiques. 1.1 Définition et négation. 1.2 Conjonction et disjonction. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

RAISONNEMENTS. 1 Propositions logiques. 1.1 Définition et négation. 1.2 Conjonction et disjonction. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot RAISONNEMENTS 1 Propositions logiques 1.1 Définition et négation Définition 1.1 Proposition On appelle proposition un énoncé mathématique qui peut être vrai ou faux. Exemple 1.1 Deux propositions simples.

Plus en détail

Le calcul propositionnel

Le calcul propositionnel MTA - ch2 Page 1/8 Éléments de logique - Raisonnements I Le calcul propositionnel Dénition 1 Une assertion est un énoncé dont on peut dire sans ambiguïté s'il est Vrai ou Faux. Cette convention permet

Plus en détail

Logique 2 : la déduction

Logique 2 : la déduction Logique 2 : la déduction La mathématique est la science de la déduction. Ce qui signifie qu un mathématicien prend des informations de départ et cherche tout ce qu on peut en déduire. La question de savoir

Plus en détail

COURS SUR LA LOGIQUE FORMELLE

COURS SUR LA LOGIQUE FORMELLE COURS SUR LA LOGIQUE FORMELLE Tristan Canale et Geoffrey Just 24 mai 2016 Nous voudrions particulièrement remercier M. Bulois, Maitre de Conférence en Mathématiques à l Université Jean Monnet de Saint-Etienne,

Plus en détail

À partir de différentes propositions logiques, on peut en construire d autres grâce aux connecteurs

À partir de différentes propositions logiques, on peut en construire d autres grâce aux connecteurs Assertion Une assertion est une phrase (énoncé mathématique) qui peut être «vraie» ou «fausse», mais jamais les deux à la fois. Exemples: (3 > 0), (3 = 0) sont des assertions. L énoncé «L avenue des Champs

Plus en détail

Polycopié de Logique Mathématique

Polycopié de Logique Mathématique 1. Propositions. Université de la Nouvelle Calédonie. Licences Math, PC, SPI. Semestre 2. Polycopié de Logique Mathématique Une proposition est un enoncé mathématique qui peut être soit vrai (V) soit faux

Plus en détail

Logique. Logique Propositionnelle. Thomas Pietrzak Licence Informatique

Logique. Logique Propositionnelle. Thomas Pietrzak Licence Informatique Logique Logique Propositionnelle Thomas Pietrzak Licence Informatique Logique propositionnelle Logique de base Raisonnements simples Connecteurs usuels : ET, OU, NON, Syntaxe Variables propositionnelles

Plus en détail

Correction des exercices du TD1

Correction des exercices du TD1 Correction des exercices du TD1 Rappel : des aides vous sont fournies sur le site «www4.utc.fr /~mt21/» à la fin des fichiers consacrés aux chapitre de cours. N hésitez pas à les consulter pour refaire

Plus en détail

Notions de logique. 1 Proposition. 2 Les quantificateurs. 2.1 Le quantificateur universel

Notions de logique. 1 Proposition. 2 Les quantificateurs. 2.1 Le quantificateur universel Notions de logique 1 Proposition Définition préliminaire : En mathématiques, on appelle proposition toute phrase correctement construite, dont on peut dire sans ambiguïté si elle est VRAIE ou FAUSSE. Exemples

Plus en détail

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES Algèbre - chap 1 1/8 Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES 1. ELEMENTS DE LOGIQUE 1.1 Propositions Règles logiques Définition 1 : On appelle propriété ou assertion une affirmation

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

Cours de Mathématiques Ensembles, applications, relations

Cours de Mathématiques Ensembles, applications, relations Table des matières I Un peu de logique................................... 2 I.1 Assertions................................... 2 I.2 Opérations sur les assertions......................... 2 I.3 Tableaux

Plus en détail

Fondements des mathématiques

Fondements des mathématiques Fondements des mathématiques MAT 2762 Automne 2014 A B C Alistair Savage Département de Mathématiques et de Statistique Université d Ottawa Table des matières Préface iii 1 Logique propositionnelle 1 1.1

Plus en détail

Les ensembles D. Daigle

Les ensembles D. Daigle Les ensembles D. Daigle 1. Notions de base La notation x A signifie que x est un élément de l ensemble A (elle se lit x est élément de A ou encore x appartient à A ). Remarquez que le symbole d appartenance

Plus en détail

SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions. IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm

SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions. IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm SCI110 Outils mathématiques pour l informatique (1/4) Logique des propositions IUT1 dept. SRC Grenoble Jean-François Berdjugin Jean-François Remm M1.22.2 Outils mathématiques pour l informatique Ouvrages

Plus en détail

Logique et théorie des ensembles

Logique et théorie des ensembles Rappels : Logique et théorie des ensembles N : ensemble des entiers naturels = { 0,, 2, } A part 0, un nombre n a pas d opposé dans N = {0} : ensemble des entiers relatifs = {, 2,, 0,, 2, } = { n, -n ;

Plus en détail

Logique et théorie des modèles

Logique et théorie des modèles Logique et théorie des modèles Cours de P. Joray Définition 0.1 Dans un langage L, une proposition est un énoncé qui possède l une des deux valeurs de vérité suivante : vrai ou faux. «2 + 2 = 4», «2 +

Plus en détail

LOGIQUE. Logique des propositions Algèbre de Boole Méthodes de simplification des fonctions booléennes

LOGIQUE. Logique des propositions Algèbre de Boole Méthodes de simplification des fonctions booléennes LOGIQUE Logique des propositions Algèbre de Boole Méthodes de simplification des fonctions booléennes OBJECTIFS Traiter formellement les notions de vérité et de fausseté Formaliser ce qu on appelle le

Plus en détail

Logique 1 : Le langage mathématique. I Cours 1

Logique 1 : Le langage mathématique. I Cours 1 Logique 1 : Le langage mathématique Table des matières I Cours 1 1 La phrase mathématique 1 1.1 Composition d une phrase mathématique................................ 1 1.2 Exemples.................................................

Plus en détail

CHAPITRE II. Calcul des propositions. Sommaire LOGIQUE 1

CHAPITRE II. Calcul des propositions. Sommaire LOGIQUE 1 CHAPITRE II Calcul des propositions LOGIQUE 1 Sommaire I Propositions, valeurs de vérité............................. 12 A Définition.......................................... 12 B Exemples..........................................

Plus en détail

Chapitre 4 - Calcul des propositions et des prédicats, langage ensembliste et calcul booléen

Chapitre 4 - Calcul des propositions et des prédicats, langage ensembliste et calcul booléen Lycée Maximilien Sorre Année 2015-2016 BTS SIO 1 Chapitre 4 - Calcul des propositions et des prédicats, langage ensembliste et calcul booléen 1 Calcul des propositions 1.1 Propositions, valeurs de vérité

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 6 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Combien 15! admet-il de diviseurs? Exercice 2 Trouver le reste de la division par 13

Plus en détail

Logique, ensembles et applications.

Logique, ensembles et applications. Logique, ensembles et applications. I Outils du raisonnement mathématique 1 I.A Assertions et connecteurs logiques................. 1 I.A.1 Assertions........................... 1 I.A.2 Connecteurs logiques.....................

Plus en détail

Le formalisme mathématique

Le formalisme mathématique Le formalisme mathématique Bcpst 1 4 mars 2016 Les mathématiques modernes forment une science essentiellement formelle. Tout d abord, tout texte mathématique peut être entièrement formalisé dans un langage

Plus en détail

Chapitre 3. S exprimer en mathématiques

Chapitre 3. S exprimer en mathématiques Chapitre 3 S exprimer en mathématiques 1. Les énoncés Des énoncés mathématiques sont des phrases qui ont pour but de définir des objets mathématiques ou bien d en donner des propriétés. Voici des exemples

Plus en détail

RATIONNELS ET IRRATIONNELS IRRATIONALITE DE 2. Ensemble des nombres décimaux $ 12,57

RATIONNELS ET IRRATIONNELS IRRATIONALITE DE 2. Ensemble des nombres décimaux $ 12,57 THEME : RATIONNELS ET IRRATIONNELS IRRATIONALITE DE Rationnels - Irrationnels Ensemble des nombres réels π Ensemble des nombres rationnels Ensemble des nombres décimaux $ 5 π + 5,57-0,58 4 0 8 457 5 Ensemble

Plus en détail

Introduction à la logique : corrigé de quelques exercices

Introduction à la logique : corrigé de quelques exercices Introduction à la logique : corrigé de quelques exercices Exercice 1. Montrer que Brice Halimi LLPHI133 F n = Rappelons que N n est l ensemble des propositions exactement de niveau n, et que F 0 = N 0,

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble 2015-2016 MPSI2 du lycée Condorcet 1/22 ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES 1 Les ensembles 1.1 Définition d un ensemble Définition 1. Un ensemble est une collection d objets mathématiques. Les objets qui

Plus en détail

Un exemple de cours : Racine carrée et Compléments.

Un exemple de cours : Racine carrée et Compléments. Un exemple de cours : Racine carrée et Compléments. C est un des premiers symboles «bizarres» que l on rencontre au collège que le symbole " ". Que signifie t il? A quoi peut il servir? Comment s en sert

Plus en détail

Cours de Logique. Alain LECOMTE UFR Sciences du Langage Université Paris 8. (iii) rien n est une formule hormis par (i) et (ii)

Cours de Logique. Alain LECOMTE UFR Sciences du Langage Université Paris 8. (iii) rien n est une formule hormis par (i) et (ii) Cours de Logique Alain LECOMTE UFR Sciences du Langage Université Paris 8 1 Logique propositionnelle 1.1 Syntaxe des formules Alphabet de base : A = {p, q, r,...,,,,,,,, } où p, q, r,... sont appelés variables

Plus en détail

Les connecteurs logiques «ou» et «et»

Les connecteurs logiques «ou» et «et» Les connecteurs logiques «ou» et «et» 1. Dans le langage courant : «ET», «OU» en mathématiques «et» est employé avec différentes significations («et en plus» : un cahier et un stylo et..., «et puis» :

Plus en détail

Logique des propositions

Logique des propositions Logique des propositions Damien Nouvel Damien Nouvel (Inalco) Logique des propositions 1 / 26 Fondements de la logique Plan 1. Fondements de la logique 2. Formes normales 3. Dérivations logiques 4. Problème

Plus en détail

PF1 Principes de Fonctionnement des machines binaires

PF1 Principes de Fonctionnement des machines binaires PF1 Principes de Fonctionnement des machines binaires Jean-Baptiste Yunès Jean.Baptiste.Yunes@univ-paris-diderot.fr Version 1.1 Calcul propositionnel et Algèbre de Boole Le calcul propositionnel ou calcul

Plus en détail

Petite introduction à la logique propositionnelle

Petite introduction à la logique propositionnelle Polytech Marseille Formation HUGO Petite introduction à la logique propositionnelle Exercice 1. Mon boss m a dit! "Si tu ne termines pas ce programme avant vendredi, tu n auras pas de promotion cette année!"

Plus en détail

Langage mathématique et logique

Langage mathématique et logique Table des matières 1 Langage mathématique et logique 2 1 Présentation du langage................................. 2 1.1 Expressions mathématiques........................... 2 1.2 Variables.....................................

Plus en détail

Différents types de raisonnement en mathématiques

Différents types de raisonnement en mathématiques Différents types de raisonnement en mathématiques I) Symboles logiques 1) Les quantificateurs Les quantificateurs permettent de connaitre le domaine de validité d une propriété. a) Pour une propriété universelle

Plus en détail

Logique/Ensembles. Logique 2. 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie.

Logique/Ensembles. Logique 2. 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie. Logique 2 Logique/Ensembles 1 Rudiments de logique. 1.1 Assertions, connecteurs, synonymie. La notion d'assertion est considérée comme intuitive : on se donne la dénition vague ci-dessous. Dénition 1.

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction Chapitre 1 Introduction Dans les chapitres qui suivent, nous allons apprendre un langage. Un langage permettant de décrire au moyen d un petit nombre de concepts un grand nombre de choses, en particulier

Plus en détail

Logique, ensembles, raisonnements

Logique, ensembles, raisonnements Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n Logique, ensembles, raisonnements 1 Logique Exercice 1 Soient les quatre assertions suivantes : (a) x R y R x + y > 0 ; (b) x R y R x + y > 0 ; (c) x R y R

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

Notions de bases. 2 Ensembles Vocabulaire ensembliste Ensemble des parties d un ensemble... 5

Notions de bases. 2 Ensembles Vocabulaire ensembliste Ensemble des parties d un ensemble... 5 Maths PCSI Cours Notions de bases Table des matières 1 Logique 2 1.1 Proposition logique.......................................... 2 1.2 Disjonction, conjonction et implication...............................

Plus en détail

L induction mathématique

L induction mathématique L induction mathématique François Lemieux L induction mathématique est une technique de preuve essentielle pour vérifier non seulement certaines équations mathématiques mais aussi pour démontrer l exactitude

Plus en détail

Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence

Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence Chapitre 1 : Principe du raisonnement par récurrence Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence 1 I Exemple introductif On considère les suites de terme général : n (n + 1) u n = 0 + 1 + + (n

Plus en détail

Feuille 4 - Logique. 1 Tables de vérité. IUT d Orsay Exercices de mathématiques. 4. Exercice corrigé en amphi

Feuille 4 - Logique. 1 Tables de vérité. IUT d Orsay Exercices de mathématiques. 4. Exercice corrigé en amphi IUT d Orsay 2012-20013 Département Informatique DUT 1A - S1 Exercices de mathématiques 1 Tables de vérité Feuille 4 - Logique Les propositions suivantes sont-elles vraies ou fausses? (a) 2 divise 3 et

Plus en détail

Logique. L intégrale des connecteurs logiques

Logique. L intégrale des connecteurs logiques Logique L intégrale des connecteurs logiques Jusqu à présent, nous avons vu les connecteurs,,,, et accessoirement. Il en existe d autres. Nous allons maintenant tous les voir un par un plus exactement

Plus en détail

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b.

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b. PGCD de deux entiers naturels Diviseurs communs à deux entiers naturels Soient a et b deux entiers naturels non tous les deux nuls. L ensemble des diviseurs communs à a et b est une partie de Z non vide

Plus en détail

Logique propositionnelle

Logique propositionnelle Chapitre I Logique propositionnelle Sommaire A RISTOTE 1 Syntaxe... 8 1.1 Formules strictes... 8 1.2 Formules à priorité... 11 2 Sens des formules... 11 2.1 Sens des connecteurs... 11 2.2 Valeur d une

Plus en détail

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications

pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications 7 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Le théorème de division euclidienne et les sous-groupes de (Z, +) sont supposés connus. Pour tout entier relatif n, on note : nz = {n q q Z} l ensemble

Plus en détail

Les nombres de Fermat

Les nombres de Fermat Divisibilité et division euclidienne - TS Les LPO de Chirongui 5 juillet 2015 1 - - I En 1640 le mathématicien Pierre de pensait que tous les nombres F n = 2 2n + 1 étaient (on appelle ces nombres les

Plus en détail

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Exercice 1 : Si et sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Déterminer les ensembles suivants, mettre

Plus en détail

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne Exo7 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Sachant que l on a 96842 = 256 375+842, déterminer, sans faire la division, le reste de la division du nombre 96842 par chacun des

Plus en détail

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE Igor Kortchemski N.B. Certains exercices utilisent le théorème Lifting the exponent (LTE). - Rappels de cours - On considère a Z et n 1 des entiers premiers entre

Plus en détail

3 TD 3 : Technique de preuve et mathématiques discrètes

3 TD 3 : Technique de preuve et mathématiques discrètes 3 TD 3 : Technique de preuve et mathématiques discrètes Certaines parties de ce cours sont inspirées du cours de principe de fonctionnement des machines binaires de Jean Marie Rifflet et du cours de langage

Plus en détail

Objectifs du chapitre

Objectifs du chapitre 4 Congruence A dans Objectifs du chapitre Nous allons étudier la notion de congruence dans Z qui sera utilisée dans des problèmes de codage. B Pour débuter Activité 3 Le er janvier 202 était un dimanche.

Plus en détail

LOGIQUE ÉLÉMENTAIRE bjectif, outils, et limites de la logique. (1) Qu est-ce que la logique? Quelques points de vues.

LOGIQUE ÉLÉMENTAIRE bjectif, outils, et limites de la logique. (1) Qu est-ce que la logique? Quelques points de vues. 2 LOGIQUE ÉLÉMENTAIRE I 1.1 0bjectif, outils, et limites de la logique. (1) Qu est-ce que la logique? Quelques points de vues. 1.2 Outils de la logique : définition et propriétés (1) Propositions (logiques)

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013 Envoi Numéro 3 Corrigé 1 Exercices Juniors Exercice 1. On appelle diviseur propre d un entier n un diviseur positif de n qui est différent de 1 et de n.

Plus en détail

Bases du raisonnement

Bases du raisonnement 02 Cours - Bases du raisonnement.nb 1/13 Bases du raisonnement I) Préambule 1) De l obscurité à la lumière, ou encore les quatre paliers de la compréhension 2) La langue mathématique: une vraie langue

Plus en détail

La logique des propositions. 1 - Sa syntaxe

La logique des propositions. 1 - Sa syntaxe La logique des propositions Aristote a défini ainsi le concept de proposition : "... tout discours n'est pas une proposition, mais seulement le discours dans lequel réside le vrai ou le faux, ce qui n'arrive

Plus en détail

LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES

LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES LA THÉORIE ZFC DES ENSEMBLES 1. Les débuts de la théorie des ensembles Georg Cantor (1845 1918) est considéré comme l inventeur de la théorie des ensembles. La théorie de Cantor reposait sur deux principes,

Plus en détail

Introduction Les Opérateurs logiques les lois de la logique Utilisation en informatique. La logique É.FAVIER. Master SIG

Introduction Les Opérateurs logiques les lois de la logique Utilisation en informatique. La logique É.FAVIER. Master SIG La logique É.FAVIER Master SIG Année universitaire 2007-2008 Sommaire 1 Introduction Définition algèbres de Boole binaires 2 Les Opérateurs logiques 3 les lois de la logique 4 Utilisation en informatique

Plus en détail

Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S

Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S 008 009 Généralités et raisonnement Classe de Terminale S (Option Maths) Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S Dernière mise à jour : Jeudi 4 Septembre 008 Vincent OBATON,

Plus en détail

Définitions et exercices de logique

Définitions et exercices de logique Chapitre 1 Définitions et exercices de logique Ce document vise à fournir les définitions en français de certaines notions du chapitre 1 du livre de référence Discrete Mathematics and its applications,

Plus en détail

Logique et Preuves. Logique et Preuves. Pierre Castéran September 5, 2016

Logique et Preuves. Logique et Preuves. Pierre Castéran September 5, 2016 Logique et Preuves Pierre Castéran pierre.casteran@labri.fr September 5, 2016 Introduction Qu est-ce que la logique? La logique est une science dont l objet est l étude du raisonnement, abstraction faite

Plus en détail

LOGIQUE. Logique 2 (notes de cours). Polycopié de M. Chein Ajouts de M.-L. Mugnier. Draft 22/01/2008 1

LOGIQUE. Logique 2 (notes de cours). Polycopié de M. Chein Ajouts de M.-L. Mugnier. Draft 22/01/2008 1 LOGIQUE Pourquoi étudier la logique dans un cursus d'informatique? "Le langage de la logique est l'outil naturel pour exprimer le comportement attendu - les objectifs - d'un programme, de la même manière

Plus en détail

INFO-F-302, Cours d Informatique Fondamentale Logique pour l Informatique

INFO-F-302, Cours d Informatique Fondamentale Logique pour l Informatique 1- INFO-F-302 - / INFO-F-302, Cours d Informatique Fondamentale Logique pour l Informatique Emmanuel Filiot Département d Informatique Faculté des Sciences Université Libre de Bruxelles Année académique

Plus en détail

les racines carrées :

les racines carrées : les racines carrées : 1) Introduction : il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 4 c est 2. il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 9, c est 3. Existe il un nombre positif

Plus en détail

Logique. 1 introduction. 2 Connecteurs logiques. 2.1 Variables propositionnelles

Logique. 1 introduction. 2 Connecteurs logiques. 2.1 Variables propositionnelles (Option informatique-1ère année) Logique 1 introduction La logique booléenne est à la base de tout système informatique. Il repose sur le fait que l on eut facilement concevoir une système qui peut avoir

Plus en détail

MAT : Exercices COURS Série 1 1 Réponses et\ou solutions.

MAT : Exercices COURS Série 1 1 Réponses et\ou solutions. MAT-22257 : Exercices COURS Série 1 1 Réponses et\ou solutions. Exercice 0 revision : Dans les notes de cours, faites : a Section 1.3 : Exercice : 1.12 ; b Section 1.5 : Exercices : 2 et 3 ; c Section

Plus en détail

Les implications dans le raisonnement mathématique

Les implications dans le raisonnement mathématique I Les implications dans le raisonnement mathématique I.1 L implication - L équivalence 1 (De la logique en français) Une réunion de cosmonautes du monde entier a lieu à Paris. Les cosmonautes américains

Plus en détail

Références et types primitifs en java

Références et types primitifs en java Références et types primitifs en java Mickaël Péchaud Mars 2008 Table des matières 1 Types primitifs 4 1.1 Petite liste............................................... 4 1.2 Variables pour les types primitifs..................................

Plus en détail

Langages & BDD. Classification. Algèbre relationnelle. Sélection. Opérateurs de l algèbre relationnelle

Langages & BDD. Classification. Algèbre relationnelle. Sélection. Opérateurs de l algèbre relationnelle Langages & BDD Le langage de manipulation : Insertion de valeurs. Suppression de valeurs. MAJ de valeurs. Réda DEHAK reda@lrde.epita.fr Le langage d interrogation : Recherche des données obéissants à un

Plus en détail

Principes de la rédaction mathématique

Principes de la rédaction mathématique DERNIÈRE IMPRESSION LE 23 août 2016 à 9:40 Principes de la rédaction mathématique Ce qui se conçoit bien, s énonce clairement Pour mieux comprendre cet adage dû à Boileau, il faut comprendre sa négation

Plus en détail

Logique. 1 Calcul Propositionnel. 1.1 Généralités. 1.2 Les connecteurs logiques Élément d un ensemble

Logique. 1 Calcul Propositionnel. 1.1 Généralités. 1.2 Les connecteurs logiques Élément d un ensemble Logique 1 Calcul Proositionnel 1.1 Généralités 1.1.1 Élément d un ensemble x E qui se lit «x aartient à E» ou encore «x est un élément de E», est une «hrase» mathématique avec son sujet x et son verbe,

Plus en détail

Logique L'opérateur non : négation logique. On prend simplement le contraire

Logique L'opérateur non : négation logique. On prend simplement le contraire Logique Il est apparu dès l'antiquité la nécessité de développer la logique, et sa formalisation commence avec Artistote qui la develope pour contrer les sophistes et l'utilisation qu'ils font du langage.

Plus en détail

Logique - Calcul propositionnel

Logique - Calcul propositionnel Logique 1/ 6 Logique - Calcul propositionnel En mathématiques, les théorèmes sont des propriétés très importantes. Ils s écrivent le plus souvent à l aide de liens logiques liant entre elles des propositions.

Plus en détail

PARIS8. Introduction à la logique UN I V E R S I T É UFR 6 MITSIC. Vincennes-Saint-Denis

PARIS8. Introduction à la logique UN I V E R S I T É UFR 6 MITSIC. Vincennes-Saint-Denis PARIS8 UN I V E R S I T É Vincennes-Saint-Denis UFR 6 MITSIC Mathématiques, Informatique, Technologies, Sciences de l Information et de la Communication Introduction à la logique Philippe Guillot 20 septembre

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle 1 Fonction exponentielle Définition et variation Théorème Définition Il existe une unique fonction définie et dérivable sur telle que et Cette fonction est appelée fonction exponentielle

Plus en détail

Chapitre 1. Ensembles et sous-ensembles

Chapitre 1. Ensembles et sous-ensembles Chapitre 1 Ensembles et sous-ensembles 1. Notion d ensemble - Elément d un ensemble Un ensemble est une collection d objets satisfaisant un certain nombre de propriétés et chacun de ces objets est appelé

Plus en détail

La logique, calcul propositionnel et raisonnement de sens commun

La logique, calcul propositionnel et raisonnement de sens commun La logique, calcul propositionnel et raisonnement de sens commun Igor Stéphan UFR Sciences Angers 2012-2013 Igor Stéphan UEL12 1/ 25 La logique, calcul propositionnel et raisonnement de sens commun 1 Aristote

Plus en détail

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n.

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n. 6 Arithmétique dans Z 6.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z = {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle que l

Plus en détail

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Nicolas SÉGARRA NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 014 CONTENU : Cours et exercices Congruences Commençons par trois exercices permettant de rappeler ce qui a été vu

Plus en détail

Logique et raisonnement mathématique

Logique et raisonnement mathématique CHAPITRE 1 Logique et raisonnement mathématique 1.1 Un peu de logique mathématique 1.1.1 Dénitions, propriétés, propositions, théorèmes,... Dénition 1 Donner une dénition, c'est nommer un objet ou un type

Plus en détail

À propos des transvections

À propos des transvections À propos des transvections Antoine Ducros Préparation à l agrégation de mathématiques 1 Les transvections : aspect matriciel On fixe pour toute la suite du texte un corps commutatif k. (1.1) Définition.

Plus en détail

Feuille 1 de TD Logique

Feuille 1 de TD Logique Université Paris-Dauphine DUMI2E 1e année Algèbre linéaire 1 Feuille 1 de TD Logique Exercice 1 (sens et négation du OU et du ET) Jean est blond et Julie est brune. Dire si les propositions suivantes sont

Plus en détail

Chapitre 2. Introduction aux matrices

Chapitre 2. Introduction aux matrices L1 2012-2013 Université Paris 13 Algèbre linéaire Chapitre 2 Introduction aux matrices Référence: Liret-Martinais [2], chapitre 4 Nous avons déjà rencontré des tableaux de nombres, ou matrices Nous allons

Plus en détail

Les ensembles. Représentation graphique : On peut représenter les ensembles par le diagramme de Venn ou le diagramme de Caroll : b b

Les ensembles. Représentation graphique : On peut représenter les ensembles par le diagramme de Venn ou le diagramme de Caroll : b b Les ensembles 1 Définitions et notations 1.1 Notation d ensemble, ensembles des nombres 1.1.1 nsembles xiome : Un ensemble est un groupement d objets, on notera un ensemble. Un objet a est dans se note

Plus en détail

Mathématiques - ECS1. Vocabulaire ensembliste. 30 avenue de Paris Versailles. c 2015, Polycopié du cours de mathématiques de première année.

Mathématiques - ECS1. Vocabulaire ensembliste. 30 avenue de Paris Versailles. c 2015, Polycopié du cours de mathématiques de première année. Mathématiques - ECS1 7 Vocabulaire ensembliste Lycée La Bruyère 30 avenue de Paris 78000 Versailles c 2015, Polycopié du cours de mathématiques de première année. 7 Vocabulaire ensembliste. 7.1 Objectifs

Plus en détail

Exercices d arithmétiques

Exercices d arithmétiques Exercices d arithmétiques 18 janvier 2014 Exercice 1. 1. Montrer que si n est somme des carrés de deux entiers consécutifs alors 2n 1 est le carré d un entier. 2. Montrer que si 2n 1 est le carré d un

Plus en détail

MEEF-M1 / UE2 / Fiche Arithmétique - Correction ESPE Montpellier / Septembre 2014 / page 1 sur 8

MEEF-M1 / UE2 / Fiche Arithmétique - Correction ESPE Montpellier / Septembre 2014 / page 1 sur 8 MEEF-M1 / UE2 / Fiche Arithmétique - Correction ESPE Montpellier / Septembre 2014 / page 1 sur 8 Exercice 1 VRAI / FAUX Quelques règles à respecter dans un VRAI / FAUX Une affirmation mathématique est

Plus en détail

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N Nombres réels 1 Suites de rationnels Définition Une suite de rationnels (ou suite rationnelle) est une application u : N Q. Notation : Pour tout entier n, on note u n l image u(n) de l entier n par l application

Plus en détail

THEME : NOMBRE PAIR NOMBRE IMPAIR. Définition : Un nombre pair est un multiple de 2. Définition : Un nombre impair est un nombre qui n est pas pair.

THEME : NOMBRE PAIR NOMBRE IMPAIR. Définition : Un nombre pair est un multiple de 2. Définition : Un nombre impair est un nombre qui n est pas pair. THEME : NOMBRE PAIR NOMBRE IMPAIR Les nombres utilisés dans ce chapitre sont des entiers naturels ( 0, 1, 2, 3, 4,. ) Définition : Un nombre pair est un multiple de 2. 0, 2, 4, 16, 10 248 sont des nombres

Plus en détail