Le cancer : une maladie du grand âge

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cancer : une maladie du grand âge"

Transcription

1 Les cancers dans le grand âge : Epidémiologie et Mode de prise en charge en France Olivier SAINT JEAN HEGP Université Parus Descartes Unité de Coordination en Oncogériatrie Paris Ouest Le cancer : une maladie du grand âge 1

2 Incidence et mortalité par âge Toutes localisations Incidence par âge Effectifs Toutes localisations 3 25 Hommes Femmes

3 3 25 Incidence par âge Effectifs Toutes localisations 47% 7 ans et plus 7568 cas Hommes % 7 ans et plus 4924 cas Femmes Incidence par âge Effectifs Toutes localisations 14% 8 ans et plus 2255 cas Hommes % 8 ans et plus 2 cas Femmes

4 Mortalité par âge Effectifs Toutes localisations 18 55% à 7 ans et plus 57 décès Hommes % à 7 ans et plus 375 décès Femmes 12 6 Hommes Mortalité par âge Effectifs Toutes localisations 21% des décès à 8 ans et plus 194 décès 6 Femmes % des décès à 8 ans et plus 2 décès 6 4

5 Incidence et mortalité par âge Cancer du sein Age médian cas incident : 61 ans Incidence et mortalité par âge Cancer recto-colique Age médian cas incident : H 72 ans ; F 75 ans 5

6 Incidence et mortalité par âge Cancer de la Prostate Age médian cas incident : 74 ans Incidence et mortalité par âge Cancer des VADS Age médian cas incident : H 6 ans ; F 64 ans 6

7 Incidence et mortalité par âge Lymphomes Hodgkin Age médian cas incident H 4; F 35 LMNH Age médian cas incident H 6; F 7 L oncologie vue de la gériatrie Hommes 75 ans et + Leucémies LMNH SNC Rein Hommes <75 ans Vessie Autre Prostate Lèvre Bouche Pharynx Larynx Poumon Œsophage Estomac Côlon-rectum Mélanome de la peau Leucémies LMNH Autre SNC Rein Vessie Prostate Leucémies LMNH Autre SNC Rein Vessie Lèvre Bouche Pharynx Larynx Poumon Œsophage Estomac Côlon-rectum Mélanome de la peau Lèvre Bouche Pharynx Larynx Poumon Œsophage Estomac Côlon-rectum Hommes 85 ans et + Mélanome de la peau Prostate 7

8 L oncologie vue de la gériatrie femmes 75 ans et plus Femmes <75 ans Autre Lèvre Bouche Pharynx Poumon Estomac Leucémies LMNH SNC Rein Vessie Ovaire Autre Lèvre Bouche Pharynx Poumon Estomac Côlon-rectum Mélanome de la peau Leucémies LMNH SNC Rein Vessie Ovaire Corps de l utérus Col de l utérus Sein Côlon -rectum Mélanome de la peau Corps de l utérus Col de l utérus Autre Lèvre Bouche Pharynx Poumon Estomac Sein femmes 85 ans et plus Leucémies LMNH SNC Rein Vessie Ovaire Corps de l utérus Col de l utérus Sein Côlon -rectum Mélanome de la peau Une lente diffusion de l innovation dans la prise en charge des sujets âgés 1 8 < >= < >=75 6 % Cancer du rectum: Radiothérapie adjuvante Cancer du côlon stade III: Chimiothérapie adjuvante 8

9 Mortalité des cancers Une hétérogénéité à déterminants multiples Survie à 5 ans, Europe 2-7 Lancet Oncology 214 9

10 Variation de la survie à 5 ans, Europe 2-7 Lancet Oncology 214 Effet de l âge sur la survie à 5 ans, Europe 2-7 Lancet Oncology 214 1

11 La prise en charge du cancer des sujets âgés en France Les plans Cancer porteurs d une politique audacieuse Les données PMSI 212 Les 15 UPCOG du premier plan cancer Missions : Soins innovants Enseignement Information Recherche 11

12 Le second plan cancer Evaluer les unités pilotes de coordination en oncogériatrie et élaborer des recommandations sur le déploiement national de ces unités sous la forme d unités de coordination en oncogériatrie (UCOG) Finaliser l étude Oncodage et généraliser l utilisation d un outil d évaluation gériatrique à compter de 211 Elaborer des recommandations de stratégies de prise en charge adaptées aux personnes âgées pour les cancers ayant la plus grande incidence (poumon, sein, cancers colorectaux, prostate) Une prise en charge spécifique 28 unités de coordination en oncogériatrie(ucog) déployées sur tout le territoire national, chargées de: garantir à chaque patient 75 ans un traitement adapté Faciliter l accès aux essais cliniques et traitements innovants Participer à la formation des oncologues, cancérologues, chirurgiens, gériatres, généralistes, pharmaciens, infirmiers, équipes mobiles de gériatrie Diffuser une information aux patients, aidants familiaux, et grand public 12

13 Déploiement national achevé en 3 temps (appel à projets INCa-DGOS) 15 UCOG en UCOG en antennes d oncogériatrie(et 5 UCOG devenant UCOGIR) Nord- Pas-de-Calais UCOG UCOGIR Bretagne Basse- Normandie Haute- Normandie Picardie Île-de-France Champagne- Ardenne Lorraine Alsace AOG 212 Pays de la Loire Centre Bourgogne Franche- Comté Poitou- Charentes Limousin Auvergne Rhône-Alpes Guadeloupe Martinique Aquitaine Guyane La Réunion et Mayotte Midi-Pyrénées Languedoc- Roussillon Provence-Alpes Côte d Azur Corse 13

14 Une organisation centrée sur le patient Pour chaque nouveau patient de 75 ans: Un pré-screening gériatrique systématique G8 Si le score G8 est <14, EGS ou consultation adaptée RCP avec si besoin participation du gériatre Permettre à tout patient âgé atteint de cancer de bénéficier de cette approche Agences régionales de santé (ARS) Comité de pilotage avec binômes des établissements autorisés de la région Réseaux régionaux de cancérologie (RRC) Equipes mobiles de gériatrie 14

15 Budget alloué pour ce dispositif spécifique Financement MIG 5 2 / an Incidence de 115 nouveaux patients de 75 ans avec cancer Estimation d un coût individuel de 45 / patient Suivi annuel du dispositif en oncogériatrie Enquête en ligne INCa/DGOS auprès des UCOG sur la couverture du territoire, les modalités de coordination, les actions de formation et d information: analyse du suivi 213 en cours Suivi de l activité de recherche clinique en oncogériatrie 15

16 Disponible sur le site de l INCa Troisième Plan cancer Action 2.16 Evaluer et éventuellement ajuster le dispositif des UCOG Structurer la recherche clinique en oncogériatrie en s appuyant sur ce dispositif organisationnel Action 2.17 et 4.4 Inclure une formation en gériatrie dans le DES d oncologie et dans la formation de cancérologie (formation théorique et pratique) 16

17 Horizon Uniformisation du dispositif AOG-UCOG A moyens constants (MIG 5,2 k /an) Suivi implémentation test de screening gériatrique G8 dans le DCC Implication des réseaux régionaux de cancérologie dans le dispositif Suivi du nombre de patients âgés > 75 ans inclus dans des essais cliniques dédiés Qui prend en charge les cancers des malades âgés en France? Données PMSI 212 Bull Cancer

18 L algorithme cancer Un algorithme développé par l INCa permet de sélectionner au sein du PMSI MCO les hospitalisations associées à la prise en charge du cancer, principale ou non en terme de consommation de ressource. La prise en charge comprend : le diagnostic, le traitement curatif, palliatif, prophylactique, la surveillance du cancer, la surveillance des personnes ayant des prédispositions au cancer, la prise en charge des complications ou conséquences immédiates ou à distance, les effets secondaires des traitements, les prélèvements et greffes de moelle osseuse et de cellules souches hématopoïétiques en rapport avec une pathologie cancéreuse. Cas incidents + cas prévalents Source : données PMSI, secteur MCO, année 212 (hors radiothérapie libérale) Base MCO totale : 25,85 millions d hospitalisations pour 11,7 millions de personnes Activité en lien avec le cancer Hospitalisations Personnes Nombre % % d activité en lien avec le cancer Nombre % -17 ans ,7 4, , ans ,9 27, ,6 75 ans ,4 24, , TOUS % 24,7 1% 18

19 Moins de séances que les ans 1% Hospitalisations en lien avec le cancer 9% 8% 7% 6% 5% 4% ,6% ,4% Séances Hospitalisation> jour jour hors séances 3% 2% 1% % ,7% ,3% [18-74 ans] [75 ans +] Répartition des hospitalisations selon le mode de prise en charge 45,% 4,% 35,% [18-74 ans] [75 ans +] 3,% 25,% 2,% 15,% 1,% Dont : Cancer en DAS 41% (hospitalisation pour dialyse, inscardiaque, pneumopathie ) Cancer en DP 26% Transfusion 13% 5,%,%

20 Activité selon le type d établissement 5,% 45,% 4,% 35,% 3,% 41,5% [18-74 ans] % hospit [18-74 ans] %personnes [75 ans +] % hospit [75 ans +] %personnes 37,% 25,% 2,% 22,5% 15,% 1,% 5,%,% 7,9% 5,1% 1,2% 1,1% CH CHL CHU-R CLCC HIA PRIVE ExDG PRIVE ExOQN Nb Nb personnes Nb établissements accueillant établissemen Parétablissement 5% des 8% des Région ts MCO Total (min-max) personnes personnes ALSACE 3/ AQUITAINE 89/ AUVERGNE 33/ BASSE-NORMANDIE 4/ BOURGOGNE 49/ BRETAGNE 68/ CENTRE 55/ CHAMPAGNE-ARDENNES 39/ CORSE 12/ DOM-TOM 37/ FRANCHE-COMTÉ 23/ HAUTE-NORMANDIE 32/ ILE-DE-FRANCE 185/ LANGUEDOC-ROUSSILLON 63/ LIMOUSIN 2/ LORRAINE 6/ MIDI-PYRÉNÉES 67/ NORD-PAS-DE-CALAIS 81/ PAYS DE LA LOIRE 74/ PICARDIE 4/ POITOU-CHARENTES 35/ PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR 127/ RHÔNE-ALPES 13/

21 Nombre de personnes selon la catégorie d établissement PRIVE ExOQN PRIVE ExDG HIA CLCC CHU-R CHL CH Nombre de nouvelles personnes Nouvelles personnes 5 Nombre de personnes Nouvelle personne=sans hospitalisation en lien avec la cancérologie en 21 et 211. Environ 6% de nouvelles personnes dans chaque région 21

22 Les 1 organes les plus fréquents (en nombre de personnes) [18-74 ans] [75 ans +] En conclusion Près de 36 personnes 75 ans ont une hospitalisation liée à une prise en charge de cancer en 212 CH > Privé ex OQN > CHU > CLCC > privé ex DG Un nombre de personnes très variable selon les régions : de 2 17 (Corse) à 54 6 (Ile-de-France) Environ 6% de nouvelles personnes dans chaque région (par rapport à 21 et 211) 22

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS

11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS 11 ème COMITE REGIONAL DES ACHATS Mercredi 29 avril 2015 XX/XX/XX Ordre du jour du Comité Régional des Achats Lyon 29 avril 2015 Horaires 14h00-14h10 14h10-14h30 14h30 14h55 Ordre du jour proposé Introduction

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997

L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997 Retour au sommaire des BEH de 2000 L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997 H-Q. Cong, J-M. Nadal, F. Bourdillon, G. Leblanc, Ministère chargé de la santé, direction des hôpitaux, "pathologies

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

G U I D E DES LABELS HS

G U I D E DES LABELS HS LES LABELS COURSES SUR ROUTE 2016 SOMMAIRE 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL 3 LES ENGAGEMENTS 4 REFERENCES REGLEMENTAIRES 5 PRESENTATION FAMILLES COURSES HORS STADE 6 PRESENTATION LABELS

Plus en détail

Déploiement du DMP 18 octobre 2011. Journée Nationale des Industriels

Déploiement du DMP 18 octobre 2011. Journée Nationale des Industriels Déploiement du DMP 18 octobre 2011 Journée Nationale des Industriels Analyse des freins et leviers au déploiement du DMP Retour d expérience des régions Amorçage (Alsace, Aquitaine, Franche Comté, Picardie)

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Point d information 1 er décembre 2011 M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Depuis son lancement en 2007, la participation au programme de

Plus en détail

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI)

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) Ce document est cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en France avec le fonds européen de développement régional. Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) 15 octobre 2015 1

Plus en détail

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Octobre 2015 CONTEXTE La loi et ses décrets d application donnent aux OPCA un rôle et des

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU PAT

LES OBJECTIFS DU PAT LES OBJECTIFS DU PAT Le PAT s inscrit dans le cadre des axes de développement approuvés par l assemblée générale fédérale pour l olympiade 2012/2016. Il est le moyen de mettre en synergie l ensemble des

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

Accès Raccordement d ERDF

Accès Raccordement d ERDF Direction Raccordements Accès Raccordement d ERDF Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.2.1 Nombre de pages : 13 Résumé Ce document décrit le rôle : - des Accueils Raccordement Électricité (ARÉ)

Plus en détail

ESPACE FTP Guide d utilisation

ESPACE FTP Guide d utilisation ESPACE FTP Guide d utilisation Introduction 1 ère Connexion Connexion rapide Ergonomie du logiciel Navigation Transfert Groupes d accès Suppression Accès partenaires Annexe : installation Filezilla 1 ESPACE

Plus en détail

Messagerie Sécurisée de Santé

Messagerie Sécurisée de Santé Messagerie Sécurisée de Santé Principes et déploiement du service Réunion Inter Régionale du 4 décembre 2012 Ordre du jour 1 Vue d ensemble du service 2 En pratique : premier accès et Webmail 3 Les grandes

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail

Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011

Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011 Présentation du Black Book France Logiciels et Services, 2007-2011 www.idc.com Copyright 2008 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved. Objectifs du Black Book France Vous

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas Taxe d Apprentissage Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours Présentation : DPMA CLOUET Thomas Définition Impôt versé par les entreprises afin de financer le

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES 64 ÈME CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LES CENTRES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ENTREPRISE EN DIFFICULTÉS : ANTICIPATION, ACCOMPAGNEMENT ET FINANCEMENT CE ET

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA»

«VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» Les Journées Normandes Urgences Cardiologiques 2015 «VOUS AVEZ DIT FILIERES DE SOINS du SCA» RECOMMANDATIONS GACI 2013 René Koning Rouen 2014-2015 Past- Président H. Le Breton Président R. Koning B. LaBuca

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

SOMMAIRE DES 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL LES ENGAGEMENTS REFERENCES REGLEMENTAIRES DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE

SOMMAIRE DES 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL LES ENGAGEMENTS REFERENCES REGLEMENTAIRES DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE SOMMAIRE 5 BONNES RAISONS POUR FAIRE UNE DEMANDE DE LABEL 3 LES ENGAGEMENTS 4 REFERENCES REGLEMENTAIRES 5 DEFINITION DES FAMILLES DES COURSES NATURE 6 CRITERES ET CONDITIONS DES LABELS TRAIL 7 CRITERES

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

Les données du cancer. Les Cancers. en France. édition 2013. e-cancer.fr

Les données du cancer. Les Cancers. en France. édition 2013. e-cancer.fr Les données du cancer Les Cancers en France édition 2013 e-cancer.fr L édition 2013 du rapport «Les cancers en France» est coordonnée par Natalie Vongmany du département Observation, veille et évaluation,

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

! Le Réflexe Cyclamed

! Le Réflexe Cyclamed ! Le Réflexe Cyclamed ! Les textes réglementaires! La collecte des MNU par les officines est obligatoire (loi n 2007-248, J.O. du 27/2/2007 et décret d application n 2009-718 du 17/6/2009)! Approbation

Plus en détail

Le L référen e t n du u par a cour u s s de sa s nt n é

Le L référen e t n du u par a cour u s s de sa s nt n é Le référent rent du parcours de santé LA MISSION AIDER AIDER LES MALADES ET LEURS FAMILLES DANS LEUR PARCOURS DE SANTE Conférence info Reuil Malmaison 6/12/13 2 Améliorer l espérance et la qualité de vie

Plus en détail

Service en ligne de Consultation des DRoits

Service en ligne de Consultation des DRoits Service en ligne de Consultation des DRoits Phase 3 - Généralisation Diaporama présenté lors des réunions régionales Mars 2011 v 1.01 Sommaire Contexte du projet Présentation du service Mise en place du

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil

Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil Cette liste n est pas exhaustive. Le classement est effectué par ordre alphabétique de région (Alsace,

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

Baromètre. Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Baromètre BODACC

Baromètre. Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Baromètre BODACC Baromètre BODACC Baromètre Ventes & Cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Annonces publiées au BODACC au 1 er semestre 2013 Au 1 er semestre 2013 les acheteurs temporisent,

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 2 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Recherche des données d incidence estimée des cancers au Maroc Recherche des données

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

La situation du cancer en France en 2009

La situation du cancer en France en 2009 Situation 2008-CVT-OK:INCa 24/09/09 15:21 Page 1 OCTOBRE 2009 La situation du cancer en France en 2009 COLLECTION Rapports & synthèses LES MALADES DU CANCER L ÉPIDÉMIOLOGIE DES CANCERS LES FACTEURS DE

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006

Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006 Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006 Message des co-chefs de la direction du Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick (RCNB) Le Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick est heureux de vous offrir le Rapport

Plus en détail

LE POINT SUR LA PROFESSION

LE POINT SUR LA PROFESSION LE POINT SUR LA PROFESSION Edition 2011 Données 2009 1 / 44 SOMMAIRE UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES 3 1ERE PARTIE: POSITIONNEMENT ECONOMIQUE DE LAPROFESSION 5 I Dénombrement 6 II -Chiffre d

Plus en détail

Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel

Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel 1 Plan de la présentation Introduction au projet ViaTrajectoire Déclinaison du projet en Martinique Présentation détaillée du processus de gestion des demandes

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 Vous avez été invités par la commission des écoles de kite à participer entre le 21 octobre et 31 décembre 2013 à une enquête sur le fonctionnement du réseau des écoles

Plus en détail

INSTRUCTION DGOS/R3/2010/457 du 27 décembre 2010 relative à la chirurgie ambulatoire : perspectives de développement et démarche de gestion du risque

INSTRUCTION DGOS/R3/2010/457 du 27 décembre 2010 relative à la chirurgie ambulatoire : perspectives de développement et démarche de gestion du risque MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE DIRECTION GENERALE DE L OFFRE DE SOINS Sous-direction de la régulation Bureau des plateaux techniques Et des prises en charges

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013

RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013 RÈGLEMENT GAIN CLIENT «OPERATION COTISATION MULTIRISQUES HABITATION OFFERTE» DU 01/10/2013 au 31/10/2013 Article 1 : Société Organisatrice BPCE Assurances, Société Anonyme au capital de 61.996.212 euros,

Plus en détail

Disparités régionales de consommation pharmaceutique. Stéphane Sclison Directeur de la Stratégie, IMS Health

Disparités régionales de consommation pharmaceutique. Stéphane Sclison Directeur de la Stratégie, IMS Health Disparités régionales de consommation pharmaceutique Stéphane Sclison Directeur de la Stratégie, IMS Health Agenda Contexte et objectifs Méthodologie Résultats Focus pathologies : diabète et cancer Pistes

Plus en détail

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours»

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Vie mutualiste et Développement durable Point Passerelle UN PROJET NATIONAL CONSTAT

Plus en détail

Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie

Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie Source des données et méthodes d'estimation Le réseau Francim regroupe l ensemble des registres français des cancers. Il a déterminé l incidence

Plus en détail

DISPOSITIF NATIONAL DE FORMATION A L ECO-RESPONSABILITE

DISPOSITIF NATIONAL DE FORMATION A L ECO-RESPONSABILITE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 3. ACCES RACCORDEMENT D Identification : -NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0 17/10/2013 Version initiale -NOI-RAC-02E V.2.7

Plus en détail

ENQUÊTE D ACTIVITE 2012

ENQUÊTE D ACTIVITE 2012 Avril 2015 SERVICES DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE : ENQUÊTE D ACTIVITE 2012 Source : DREES CNSA CNSA I Avril 2015 Sommaire Introduction... 4 Section 1 : Eléments de synthèse... 5 1.1. Présentation globale

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Pour ce palmarès 2015, 140 banques de métropole et d outre-mer ont été passées à la loupe. Les tarifs analysés? Ceux en

Plus en détail

Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping

Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping Ecolabel Européen Hébergement touristique et camping Table ronde Tourisme Durable ROCHEFORT le 4 mai 2010 Muriel LUZU 2 LE GROUPE AFNOR Groupe international de services organisé autour de 4 grands domaines

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives*

Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives* Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives* Z Uhry 1, L Remontet 2, A Rogel 1, N Mitton 3,4, N Bossard 2, M Colonna 3,4 A Belot 1,2, P Grosclaude 4,

Plus en détail

Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative

Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative Direction de l Hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des affaires financières Bureau du financement de

Plus en détail

Point d avancement sur le Déploiement Vladimir Vilter ASIP Santé

Point d avancement sur le Déploiement Vladimir Vilter ASIP Santé Point d avancement sur le Déploiement Vladimir Vilter ASIP Santé RIR Mai 2013 26/06/2014 L espace de confiance MSSanté est ouvert et interopérable RIR 26/06/2014 2 L espace de confiance est ouvert Des

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

La situation du cancer en France en 2012

La situation du cancer en France en 2012 Mesure 6 Les données du cancer La situation du cancer en France en 2012 COLLECTION états des lieux & des connaissances Épidémiologie des cancers Prévention vis-à-vis des principaux facteurs de risques

Plus en détail

Interview de Jean-Claude MERIC, secrétaire général de la FFVoile

Interview de Jean-Claude MERIC, secrétaire général de la FFVoile N 2 Spécial Top Clubs - 15 février 2007 Interview de Jean-Claude MERIC, secrétaire général de la FFVoile La FFVoile : Jean-Claude, quel bilan faites vous de ces TOPS CLUBS 2006? JCM : «Cette cérémonie

Plus en détail

REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE

REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE UNE VRAIE MUTUELLE UN CONTRAT CLAIR UN HAUT NIVEAU de PROTECTION JUIN 2013 REGLEMENT INTERIEUR REGIME COMPLEMENTAIRE D'ASSURANCE MALADIE N 75M035933 SIRET 784 394 413 00040 SIREN 784 394 413 - APE 6512Z

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

Les services régionaux de l AFM-Téléthon

Les services régionaux de l AFM-Téléthon Les services régionaux de l AFM-Téléthon Le «Référent Parcours de Santé» Un accompagnement global des malades et de leur entourage Une histoire un récit un projet de vie un parcours Claude Un Parcours

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Les professionnels élargissent leur domaine de compétences à la vente de médicaments, à l alimentation, aux produits d hygiène et aux accessoires.

Les professionnels élargissent leur domaine de compétences à la vente de médicaments, à l alimentation, aux produits d hygiène et aux accessoires. Fiche Métiers Vétérinaire Code NAF 7500Z ex 852 Z 1. VUE MÉTIER A - Les chiffres clés du marché 17 500 vétérinaires dont : - 3 600 exercent dans le secteur libéral ; - 9 500 ont un statut de profession

Plus en détail

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Préface En mars 2013, CarSonar a été lancé afin de réunir dans un même site toutes les offres d autopartage

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Programme de développement. Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012

Programme de développement. Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012 Programme de développement des soins palliatifs (2008-2012) Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012 Axe 1: Poursuivre le développement

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2014 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2014... 3 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...3

Plus en détail

Introduction. Haute-Normandie 7 octobre 2014

Introduction. Haute-Normandie 7 octobre 2014 Introduction Haute-Normandie 7 octobre 2014 2 Contexte Un nombre limité d utilisateurs de messagerie sécurisée Des conditions de confidentialités des échanges pas toujours satisfaisantes Mais des échanges

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale LA PREVOYANCE DU SPORT Pourquoi un régime de prévoyance dans le sport? Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale Une

Plus en détail

SECTEUR Santé CABINETS MÉDICAUX. Portrait de branche

SECTEUR Santé CABINETS MÉDICAUX. Portrait de branche SECTEUR Santé CABINETS MÉDICAUX Portrait de branche 02 ÉTUDE - novembre 2011 Sommaire 03 PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS 04 Les sources des données exploitées dans le présent portrait de branche 05 LES CABINETS

Plus en détail