Commissariat général du Plan Initiation à l évaluation Le projet d évaluation en région

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commissariat général du Plan Initiation à l évaluation Le projet d évaluation en région"

Transcription

1 Commissariat général du Plan Initiation à l évaluation Le projet d évaluation en région Pourquoi évalue-t-on? Deux tendances lourdes ont marqué les politiques régionales et locales au cours des dernières décennies : - la montée en puissance de l action en faveur du développement conduite au niveau régional (régionalisation, avec la décentralisation, la déconcentration, les CPER, la politique régionale communautaire, les divers documents d orientation stratégique, l association des régions à des démarches nationales telles que les schémas des services collectifs, etc.), - la montée en puissance des enjeux territoriaux, la réduction de la visibilité du futur, la difficulté de la prévision et la nécessité de l anticipation, la rareté des ressources, l hyperchoix des solutions stratégiques, Ces deux tendances vont se poursuivre. Elles ont radicalement transformé le contexte de l action publique, en particulier pour le développement. Elles rendent nécessaire l utilisation d outils puissants de connaissance, de préparation et de pilotage des politiques publiques. Il faut en effet faire des choix et, comme de nombreux choix sont possibles et que les ressources sont rares, il faut savoir sir les choix opérés sont bons et quels devront être les choix futurs. Ces grandes évolutions nous obligent à examiner les politiques publiques par leurs résultats. Or, les outils dont nous disposions jusqu à présent avaient été conçus pour répondre à des besoins d une autre nature : nos actions et dispositifs étaient-ils conformes à nos règles et fonctionnaient-ils correctement, etc.? Le contrôle et l audit ne savent pas répondre à la question de l efficacité des politiques publiques : l évaluation a été conçue et se développe pour cela. Il y a quatre raisons possibles à l évaluation : - rendre compte et nourrir le débat public, - accroître les connaissances, - résoudre des problèmes, - aider à la décision. C est en fait la quatrième raison qui est la principale (ce qui n exclut pas les trois autres, qui y sont souvent associées) : on évalue pour en savoir plus sur les actions qu on conduit, en les analysant du point de vue de leurs résultats, effets et impacts, afin de les améliorer. Le but final de l évaluation est d améliorer les politiques publiques et/ou leur mise en œuvre : c est une aide au pilotage stratégique. C est une aide à la gestion, à la décision. Quand évalue-t-on? Avant le programme, pour le préparer : évaluation ex-ante Pendant la mise en œuvre du programme, pour le piloter : chemin faisant, Après le programme, pour en mesurer les résultats : ex post. En fait, les évaluations sont toujours un cocktail des trois catégories : les politiques publiques ont une certaine continuité et, si les programmes ont un début et une fin, ils s articulent les

2 uns aux autres de telle sorte qu une évaluation ex ante est toujours en même temps l ex-post du programme précédent L évaluation peut prendre plusieurs formes La mise en œuvre de l évaluation peut prendre plusieurs formes. Elle peut : - être totalement déléguée à un expert évaluateur, extérieur au maître d ouvrage de la politique évaluée, - à l opposé, être réalisée par ce dernier, seul et sans intervention extérieure, - associer, toujours sans expert extérieur, divers acteurs concernés par la politique évaluée, - être réalisée en associant au maître d ouvrage de la politique évaluée un chargé d évaluation extérieur et d autres acteurs, particulièrement ceux qui sont concernés par la politique évaluée. Une forme dominante dans le cas des CPER Dans le cadre des CPER, l évaluation prend presque toujours une forme mixte et partenariale : - mixte, parce qu elle associe le maître d ouvrage de la politique évaluée, les acteurs concernés par cette dernière, et un évaluateur extérieur, - partenariale, parce qu elle mobilise ces acteurs dans le cadre d une instance technique d évaluation qui joue le rôle d un comité de pilotage, dont les membres dialoguent entre eux, d une part, et avec le chargé d évaluation d autre part. Le caractère partenarial des évaluations des CPER découle directement des contrats eux-mêmes, qui sont des contrats entre partenaires. Les programmes des Fonds structurels communautaires ont la même caractéristique et leur évaluation aussi. Le caractère partenarial des CPER est fondamental. Il est déterminant pour l évaluation. Les raisons de ce caractère tiennent à l origine même de la démarche d évaluation. Faire de l utilité la norme de qualité de l évaluation On va donc concevoir et organiser l évaluation de telle sorte qu elle permette effectivement aux décideurs de faire progresser leurs politiques, c est à dire qu elle leur soit utile. C est donc, compte tenu de la finalité de l évaluation, son utilité qui permettra d apprécier sa qualité. Il faudra pour cela : - que l évaluation produise des analyses, des conclusions et recommandations pertinentes et opérationnelles, - que les acteurs concernés soient convaincus de leur validité et de l intérêt qu il y a à les mettre en œuvre. Qualité/utilité, qualité méthodologique et qualité pédagogique Mais, si l utilité est la qualité finale de l évaluation, il faut que l analyse de la politique évaluée, les conclusions qui en sont tirées et les recommandations qui en découlent soient d une aussi grande qualité méthodologique que possible. Une évaluation de qualité devra donc être : - techniquement bonne, - pédagogiquement efficace. Une évaluation est donc un processus de bonne qualité méthodologique qui doit convaincre les acteurs concernés que des améliorations sont possibles et souhaitables. 2

3 Les voies de l utilité Il y a plusieurs voies possibles à l utilité : - la voie «descendante» : les commanditaires de l évaluation examinent ou font examiner les travaux qui leur ont été remis, afin d en déduire les évolutions souhaitables et de prendre les décisions nécessaires ; cette voie n est pas la plus courante - la voie «ascendante» : les acteurs en charge des politiques évaluées participent au processus d évaluation, ils connaissent et peuvent partager l analyse et les conclusions du chargé d évaluation, ils contribuent à la formulation des recommandations. Ils peuvent ainsi s approprier la «lecture critique» de la politique évaluée, en découvrir les points forts et les points faibles ainsi que les voies d amélioration. S ils sont en charge des décisions ou de leur préparation, ils peuvent intégrer de manière naturelle les acquis de l évaluation à l exercice de leurs fonctions. L expérience montre que c est principalement par cette seconde voie que les évaluations ont le plus d effets sur les politiques évaluées : c est l effet d apprentissage du processus d évaluation lui-même, par l intermédiaire du fonctionnement des instances partenariales, qui contribue fortement à l utilité. C est ainsi que le principe de l évaluation mixte et partenariale (susciter la réflexion et le dialogue entre les acteurs d une politique en faisant intervenir un regard extérieur, de sorte à créer un effet d apprentissage), est une composante majeure de la qualité/utilité de l évaluation dans le cadre de politiques partenariales telles que les CPER. L idéal et la réalité Mais ce lien n est pas automatique. Il existe un idéal de l évaluation, dans lequel les responsables sont convaincus du bien-fondé et de la nécessité de l évaluation, qu ils anticipent parfaitement pour l intégrer à leurs décisions Mais il existe surtout une réalité dans laquelle l évaluation n est mise en œuvre que parce qu elle est obligatoire, où les acteurs se sentent jugés et contrôlés, où les résistances sont fortes et persistantes. Cette réalité est très présente. Mais la réponse est la même : c est l association sincère des responsables des politiques évaluées au projet d évaluation qui peut les intéresser à la démarche, transformer leur crainte d être jugés en projet d amélioration : l évaluation devient alors un pari raisonné. De plus, ce lien n est pas le seul déterminant de la qualité. Il ne suffit pas d animer correctement des instances partenariales pour parvenir à la qualité. C est l ensemble du processus d évaluation qui doit être organisé et piloté dans la perspective de la qualité et de l utilité de l évaluation. L évaluation est un processus On peut le décomposer en quatre parties : - la commande : formulation du projet d évaluation (quelle politique évaluer, pour quelle(s) raison(s), résultats attendus de l évaluation, etc.) ; cette partie s achève par la rédaction du cahier des charges, la constitution et la mise en place de l instance technique d évaluation et le choix d un chargé d évaluation ; - le pilotage : c est la phase active proprement dite, au cours de laquelle le chargé d évaluation travaille, exploite de nombreux documents, rencontre les commanditaires, les acteurs et les bénéficiaires des politiques évaluées, rencontre l instance et dialogue avec elle (elle a validé la commande et le cahier des charges, elle doit étudier et valider les travaux du chargé de l évaluation), le tout sous la conduite du chef de projet ; 3

4 - le rapport : c est le document final de l évaluation, produit par le chargé de l évaluation et validé par l instance, - les suites : ce sont les actes qui interviendront après l évaluation, qu ils découlent ou non, directement ou non, des travaux d évaluation eux-mêmes. La qualité est globale Chaque composante du processus d évaluation est importante pour la réussite de l ensemble de l évaluation. La formation doit permettre aux responsables de la fonction évaluation des préfectures de région et des Conseils régionaux de maîtriser chacune de ces étapes. - La commande doit être complète et claire (choix de la politique évaluée, sa description, les attentes de l évaluation, son champ et ses objectifs, les questions posées, les indications méthodologiques, etc.), afin que les attentes des commanditaires soient bien prises en compte, que les partenaires qui composent l instance aient une vision commune du projet, que les candidats à l évaluation puissent faire des propositions de qualité, etc. Des faiblesses dans la commande peuvent induire des difficultés dans le déroulement (malentendus entre les membres de l instance, incompréhensions avec l évaluateur, etc., qui handicapent le pilotage du processus), dans la production (rapports insuffisants, attentes non satisfaites, etc.) de l évaluation. - Le pilotage, qui doit conduire à ce que chaque composante de l instance, apporte le meilleur d elle-même, doit être ferme et ouvert, autant pour assurer que la commande sera effectivement et complètement prise en compte que pour permettre l intégration des éléments qui apparaissent au cours du processus. C est également une phase cruciale pour la qualité de l évaluation, notamment parce que c est en grande partie d elle que dépend l appropriation des connaissances par les membres de l instance ; - Les rapports, qui doivent répondre aux questions posées de manière rigoureuse, transparente et impartiale et qui doivent, tout en respectant le principe d indépendance de l évaluation, prendre en compte le dialogue avec les acteurs de la politique évaluée et l instance d évaluation, etc. - Les suites, qui doivent être déduites clairement de l évaluation, tant en ce qui concerne les amélioration à apporter que les acteurs qui doivent le faire, et dont on sait que leur mise en œuvre dépendra en grande partie de la qualité de l ensemble du processus partenarial. L expérience montre que les «bonnes évaluations» découlent toujours d une bonne qualité d ensemble du processus, et que les moins bonnes évaluations auraient souvent été meilleures si la commande, le pilotage et les chargés d évaluation avaient été meilleurs Les acteurs Le processus d évaluation mobilise des acteurs différents : - les commanditaires de l évaluation, qui sont en général les commanditaires des politiques évaluées. Dans le cadre des CPER, ce sont l Etat et la Région, qui co-président le Comité régional de l évaluation et qui passent les commandes ; - le maître d ouvrage de l évaluation, qui désigne le ou la chef de projet, chargé du pilotage de l ensemble du processus ; le partenariat Etat-Région est actif à ce niveau, même si les rôles sont répartis ; - les partenaires de la politique évaluée, qui sont associés à l évaluation en tant que membres de l instance technique, - le chargé d évaluation, qui est le plus souvent un intervenant extérieur, et qui réalise les études et les travaux d évaluation. 4

5 Conclusion : le processus d évaluation est une démarche de projet : l initiation à l évaluation mise en œuvre par le Commissariat général du Plan vise l acquisition des compétences nécessaires à la conception et la mise en œuvre de ce projet. 5

LE TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE (POWERPOINT DISPONIBLE SUR DEMANDE) 2011

LE TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE (POWERPOINT DISPONIBLE SUR DEMANDE) 2011 Fiche technique LE TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE (POWERPOINT DISPONIBLE SUR DEMANDE) 2011 TRAVAILLEURS SOCIAUX 1. ELEMENTS DE DEFINITION A. L individu est acteur dans la communauté : ACTEUR : L habitant

Plus en détail

Définitions et modalités de mise en œuvre

Définitions et modalités de mise en œuvre Chloé Denise Avril 2012 Master 2 CDT/COPTER Fiche technique : L évaluation des agendas 21 locaux Depuis une vingtaine d années, on assiste à un développement général de l évaluation des politiques publiques.

Plus en détail

Identité professionnelle

Identité professionnelle 1 Tableau synthèse des compétences professionnelles pour le stagiaire Fondements 1. Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d objets de savoirs ou de culture

Plus en détail

Stratégie d amélioration continue et évaluation participative

Stratégie d amélioration continue et évaluation participative DR Stratégie d amélioration continue et évaluation participative DR R.Vezin Peter SZERB chargé de mission développement durable, évaluation I. PARTIE: INTRODUCTION Contexte SOMMAIRE II. PARTIE: STRATEGIE

Plus en détail

- EVALUATION DE L'OFFRE LICENCE PROFESSIONNELLE - VAGUE B

- EVALUATION DE L'OFFRE LICENCE PROFESSIONNELLE - VAGUE B - EVALUATION DE L'OFFRE LICENCE PROFESSIONNELLE - VAGUE B (2012-2015) La formation est l une des deux missions principales des établissements d enseignement supérieur. Leur politique dans ce domaine doit

Plus en détail

DIPLOME D ETAT DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE et DES SPORTS (DE JEPS)

DIPLOME D ETAT DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE et DES SPORTS (DE JEPS) CREPS PACA 2016-2017 Etablissement Public national Site d Aix en Provence DIPLOME D ETAT DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE et DES SPORTS (DE JEPS) Spécialité Animation socio-éducative ou culturelle

Plus en détail

Série ST2S Épreuve de projet technologique

Série ST2S Épreuve de projet technologique Série ST2S Épreuve de projet technologique Comme suite aux questions posées par certains enseignants et candidats, des informations complémentaires à la note de service n 2013-088 du 7-6-2013 sont apportées

Plus en détail

Expérimentation Médiations pour l emploi. Appel à candidatures

Expérimentation Médiations pour l emploi. Appel à candidatures Expérimentation Médiations pour l emploi Appel à candidatures 2016-2017 A destination des structures d insertion par l activité économique des régions : Centre Val de Loire Languedoc Roussillon Midi Pyrénées

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

Appui à la planification participative

Appui à la planification participative Appui à la planification participative Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser la planification d une stratégie, d un programme ou d une coopération. Dans certains cas, planifier une stratégie

Plus en détail

«La citoyenneté peut être définie comme la participation au choix des contraintes collectives qui génèrent la liberté individuelle» Albert Jacquard

«La citoyenneté peut être définie comme la participation au choix des contraintes collectives qui génèrent la liberté individuelle» Albert Jacquard ACTION DE PROFESSIONNALISATION : «La mise en place d un diagnostic partagé» «La citoyenneté peut être définie comme la participation au choix des contraintes collectives qui génèrent la liberté individuelle»

Plus en détail

Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres

Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres Date de la rencontre : Thème, sujet, besoin, problématique Compétence professionnelle (SEJ 2008, adapté du Mels, 2004 ) Action Rôle ou fonction

Plus en détail

Comment améliorer la qualité de nos partenariats? Le point de vue des ONG du Bénin et du Togo

Comment améliorer la qualité de nos partenariats? Le point de vue des ONG du Bénin et du Togo Comment améliorer la qualité de nos partenariats? Le point de vue des ONG du Bénin et du Togo Depuis une quinzaine d années, le partenariat est devenu pour les ONG françaises un mode d intervention incontournable.

Plus en détail

COMPÉTENCE N o 1 COMPOSANTES NIVEAU DE MAÎTRISE ATTENDU. Tableau synthèse

COMPÉTENCE N o 1 COMPOSANTES NIVEAU DE MAÎTRISE ATTENDU. Tableau synthèse COMPÉTENCE N o 1 Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d'objets de savoirs ou de culture dans l exercice de ses fonctions. " Situer les points de repère fondamentaux

Plus en détail

Atelier de «formation» : évaluation des CUCS et la démarche d élaboration de projets de cohésion sociale et urbaine

Atelier de «formation» : évaluation des CUCS et la démarche d élaboration de projets de cohésion sociale et urbaine Centre de ressources Ville Caraïbe 1 Atelier de «formation» : évaluation des CUCS et la démarche d élaboration de projets de cohésion sociale et urbaine Les fondamentaux de la politique de la ville 2 La

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES ECOLE DE SANTÉ PUBLIQUE RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS Certificat universitaire en initiation à la Recherche pour le renforcement des Systèmes de Santé Option «Economie

Plus en détail

La démarche scientifique au Collège

La démarche scientifique au Collège ACADEMIE DE NANCY-METZ Mission Innovations et Valorisation des Réussites 1999/2001 INNOVATION NATIONALE N 3 Développement d une culture scientifique et technique. Espace scientifique en collège La démarche

Plus en détail

SCHEMA GENERAL DES ACTEURS DE LA DEMARCHE. Le CHSCT Les Instances représentatives du personnel. Rôle Les étapes-clés Commentaires LA PREMIÈRE ANNÉE :

SCHEMA GENERAL DES ACTEURS DE LA DEMARCHE. Le CHSCT Les Instances représentatives du personnel. Rôle Les étapes-clés Commentaires LA PREMIÈRE ANNÉE : N 1 FICHE OUTIL OBJET Cette fiche est conçue comme une aide à l employeur pour positionner et mobiliser les acteurs de son entreprise. Elle peut être utilisée lors de la phase initiale de la démarche ou

Plus en détail

L auto-évaluation des programmes d ETP: témoignage et retour d expérience

L auto-évaluation des programmes d ETP: témoignage et retour d expérience L auto-évaluation des programmes d ETP: témoignage et retour d expérience Dr Marianne Lafitte PH cardiologie - UTEP CHU Mme Michèle Desenne, Cadre de santé CEPTA Qu a-t-on à faire quand on coordonne un

Plus en détail

Méthodologie d élaboration du manuel des procédures

Méthodologie d élaboration du manuel des procédures Méthodologie d élaboration du manuel des procédures Les manuels des procédures sont censés répondre à des besoins divers : ils peuvent contenir des dispositions réglementaires, servir de guide d apprentissage,

Plus en détail

Le cahier d expériences, un outil au service des apprentissages et de l évaluation formative. Clotilde Marin Micewicz La main à la pâte

Le cahier d expériences, un outil au service des apprentissages et de l évaluation formative. Clotilde Marin Micewicz La main à la pâte Le cahier d expériences, un outil au service des apprentissages et de l évaluation formative Clotilde Marin Micewicz La main à la pâte 1 La main à la pâte: une démarche centrée sur l élève un enseignement

Plus en détail

L ENTRETIEN DE PROGRES DES PERSONNELS

L ENTRETIEN DE PROGRES DES PERSONNELS L ENTRETIEN DE PROGRES DES PERSONNELS Guide méthodologique de l entretien de progrès Page 1 LES GRANDS PRINCIPES L entretien de progrès a lieu tous les 2 ans, et peut s appuyer sur la fiche d activités

Plus en détail

Le conseil pédagogique au SUPTICE à l Université Rennes 1

Le conseil pédagogique au SUPTICE à l Université Rennes 1 Le conseil pédagogique au SUPTICE à l Université Rennes 1 Actions et formes du conseil pédagogique Le conseil pédagogique consiste à accompagner et conseiller des enseignants et équipes d enseignants désireux

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION METIER EN MICROFINANCE POUR L ANNEE 2016 CONTEXTE METHODES PEDAGOGIQUES SUIVI PERSONNALISE DURÉE

PROGRAMME DE FORMATION METIER EN MICROFINANCE POUR L ANNEE 2016 CONTEXTE METHODES PEDAGOGIQUES SUIVI PERSONNALISE DURÉE PUBLIC CIBLE CHEFS D AGENCE INTERVENANT S Animé par : Des consultants experts spécialistes dans la gestion des IMF et issus du secteur financier décentralisé. Des experts de Global Business Group spécialisés

Plus en détail

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME. 1. La cohérence interne est le lien formel entre les différentes composantes du programme

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME. 1. La cohérence interne est le lien formel entre les différentes composantes du programme LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME La grille d appréciation de la qualité reprend les critères énumérés dans le canevas de rédaction en les structurant suivant cinq dimensions. Cette grille

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement du coordonnateur du Programme d Analyse des Systèmes Éducatifs des pays membres de la CONFEMEN (PASEC)

Termes de référence pour le recrutement du coordonnateur du Programme d Analyse des Systèmes Éducatifs des pays membres de la CONFEMEN (PASEC) Termes de référence pour le recrutement du coordonnateur du Programme d Analyse des Systèmes Éducatifs des pays membres de la CONFEMEN (PASEC) Titre du poste : Coordonnateur du programme PASEC de la CONFEMEN

Plus en détail

DEFINITION DU POSTE DE : Directeur de l association

DEFINITION DU POSTE DE : Directeur de l association DEFINITION DU POSTE DE : Directeur de l association Date de mise à jour : 1er juillet 2010 Nom et signature du rédacteur : Présidente + administrateurs Nom et signature du titulaire du poste : Finalités

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Consolider et motiver pour progresser

COUR DES COMPTES. Consolider et motiver pour progresser COUR DES COMPTES Consolider et motiver pour progresser PLAN STRATÉGIQUE 2010-2014 2 Introduction Ce document présente les résultats de la planification stratégique adoptée par la Cour des comptes pour

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI A LA FORMATION PROFESSIONNELLE, PHASE IV (PAFP4) TERMES DE REFERENCE

PROGRAMME D APPUI A LA FORMATION PROFESSIONNELLE, PHASE IV (PAFP4) TERMES DE REFERENCE PROGRAMME D APPUI A LA FORMATION PROFESSIONNELLE, PHASE IV (PAFP4) TERMES DE REFERENCE FORMATION EN ANALYSE RAPIDE DES MARCHES (ARM) AVEC L APPROCHE CHAINE DE VALEUR (CDV) Novembre 2016 1. CONTEXTE Le

Plus en détail

La démarche d évaluation interne

La démarche d évaluation interne La démarche d évaluation interne La conduite de l évaluation interne dans les services à domicile au bénéfice des publics adultes 5 rue Pleyel Bâtiment Euterpe 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax

Plus en détail

REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social

REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social ANNEXE 1 REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social FINALITES DE LA FONCTION - Etre le garant de la conception, du pilotage, de la mise en œuvre et de l évaluation du projet social de la structure

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION CONDUITE D UN ENTRETIEN ANNUEL OU BISANNUEL (APPRECIATION & PROFESSIONNEL) OBJECTIFS DE LA FORMATION OBJECTIF GENERAL Acquérir la méthode et les outils pour préparer et conduire

Plus en détail

Schéma type d organisation des rencontres territorialisées

Schéma type d organisation des rencontres territorialisées Schéma type d organisation des rencontres territorialisées La lettre de mission prévoit que la mission de suivi de la mise en œuvre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale définisse

Plus en détail

Termes de Référence Evaluation externe du programme, 2013

Termes de Référence Evaluation externe du programme, 2013 Termes de Référence Evaluation externe du programme, 2013 «Traitements médicaux enfants roumains en France» I. INTRODUCTION Le programme «Traitements médicaux enfants roumains en France» a permis depuis

Plus en détail

CQP ANIMATEUR D EQUIPE

CQP ANIMATEUR D EQUIPE Cadre réservé au secrétariat N candidat : CQP ANIMATEUR D EQUIPE Livret d évaluation VAE Candidat Nom :... Prénom :... Signature : Evaluateur habilité Nom :... Fonction :... Entreprise ou organisme :....

Plus en détail

Réponse Accompagnée Pour Tous 62

Réponse Accompagnée Pour Tous 62 Réponse Accompagnée Pour Tous 62 N 1 Septembre 2016 Qu est-ce que le chantier Réponse Accompagnée pour Tous? Le 26 mars et le 6 novembre 2015, la Commission exécutive de la MDPH a acté, par délibération,

Plus en détail

Validation des acquis

Validation des acquis Validation des acquis Guide pour la formation professionnelle initiale Développement et assurance de la qualité pour les procédures de validation des acquis Liste de contrôle pour les offices cantonaux

Plus en détail

ELABORATION D UN REFERENTIEL DE COMPETENCES ET LA DEFINITION DES FICHES DE POSTE

ELABORATION D UN REFERENTIEL DE COMPETENCES ET LA DEFINITION DES FICHES DE POSTE SEMINAIRE INTRA POUR QUI? Ce séminaire est destiné aux : PCA, PDG, DG, DGA,... et fonctions équivalentes. Directeurs des Ressources Humaines. Professionnels de la fonction RH. Cadres d entreprises. ELABORATION

Plus en détail

OBLIGATIONS ET CONSEILS POUR :

OBLIGATIONS ET CONSEILS POUR : DDCSPP du TARN DDCSPP OBLIGATIONS ET CONSEILS POUR : LE PROJET PEDAGOGIQUE Groupe de travail Octobre 2011 Le projet pédagogique Art. R227-25 Le projet pédagogique doit être réalisé à partir du projet éducatif

Plus en détail

CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE

CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE DEFINITION ET DESCRIPTION DE LA CERTIFICATION Le (la) formateur (trice) interne analyse la demande, conçoit, organise et assure des actions de formation interne pour adultes

Plus en détail

Le point sur. L animation de la vie sociale. Les centres sociaux Les espaces de vie sociale

Le point sur. L animation de la vie sociale. Les centres sociaux Les espaces de vie sociale Le point sur L animation de la vie sociale Les centres sociaux Les espaces de vie sociale La branche Famille est un acteur majeur de la politique familiale en France. Avec plus de 52 milliards d euros

Plus en détail

Consultation sur le choix du prestataire chargé d assurer la formation «Construire et gérer son projet d évolution professionnelle»

Consultation sur le choix du prestataire chargé d assurer la formation «Construire et gérer son projet d évolution professionnelle» Cahier des charges Consultation sur le choix du prestataire chargé d assurer la formation «Construire et gérer son projet d évolution professionnelle» pour le centre de Rennes au titre de l année 2011

Plus en détail

Évaluation institutionnelle

Évaluation institutionnelle Lancement de la vague B Évaluation institutionnelle Lancement de la vague B / janvier et février 2015 / Évaluation institutionnelle des établissements et des politiques de site 1 SOMMAIRE 1 Nature et objectifs

Plus en détail

Projet d Appui à la Sécurité Urbaine (PASU) Séminaire sur les audits de Sécurité Bruxelles, Mars 2008

Projet d Appui à la Sécurité Urbaine (PASU) Séminaire sur les audits de Sécurité Bruxelles, Mars 2008 Projet d Appui à la Sécurité Urbaine (PASU) Séminaire sur les audits de Sécurité Bruxelles, 27-28 Mars 2008 Agnès Gnammon-Adiko Coordonnatrice Nationale PLAN DE L EXPOSE I. Le cadre d exécution du PASU

Plus en détail

La notion de compétence

La notion de compétence La notion de compétence Formation institutionnelle «Faire construire des compétences et évaluer les acquis des élèves» Mars 2012 Académie de Clermont-Ferrand 1 Enjeux de la formation - Comprendre la notion

Plus en détail

L ACTION PUBLIQUE DE DEMAIN

L ACTION PUBLIQUE DE DEMAIN Octobre 2014 Février 2015 L ACTION PUBLIQUE DE DEMAIN SIX ATELIERS POUR DÉBATTRE UNE CONCERTATION EN TROIS VOLETS Afin d exercer son rôle pour la cohésion républicaine et de retrouver sa force d impulsion

Plus en détail

Cahier des charges Expérimentation du référent de parcours

Cahier des charges Expérimentation du référent de parcours Cahier des charges Expérimentation du référent de parcours 1. Contexte de l'expérimentation Dans le cadre du Plan d action en faveur du travail social et du développement social, l Etat s est engagé à

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la tranquillité publique La mobilisation des acteurs locaux et des habitants pour la tranquillité publique MARCHES EXPLORATOIRES DES FEMMES Nature

Plus en détail

CONCEVOIR LE PROJET. Dunod La photocopie non autorisée est un délit

CONCEVOIR LE PROJET. Dunod La photocopie non autorisée est un délit CONCEVOIR LE PROJET L expression est composée de trois mots qu il convient de définir un par un avant de tenter une compréhension globale. C est un «projet», c est-à-dire (cf. plus haut) une représentation

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ NOUVEAUTÉ 2013

ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ NOUVEAUTÉ 2013 2 ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ 2 Les formations à l accompagnement à la mobilité répondent à l objectif n 1 des orientations stratégiques de la formation pour la période 2011

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE. ÉTUDE SUR LA CONTRIBUTION DE PARTENARIATS EUROPÉENS SYNTHÈSE

LUTTE CONTRE LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE. ÉTUDE SUR LA CONTRIBUTION DE PARTENARIATS EUROPÉENS SYNTHÈSE LUTTE CONTRE LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE. ÉTUDE SUR LA CONTRIBUTION DE PARTENARIATS EUROPÉENS SYNTHÈSE Synthèse de l étude conduite par l Agence Erasmus+ France / Education & Formation et réalisée par l Institut

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : dispositif de formation 2009

CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : dispositif de formation 2009 Equipe AGC CAHIER DES CHARGES FORMATION Auditeurs internes : dispositif de formation 2009 1. Présentation de l Inra L Inra (Institut national de la recherche agronomique), premier institut de recherche

Plus en détail

Dispositif de lutte contre l échec scolaire, à replacer dans le contexte national et académique

Dispositif de lutte contre l échec scolaire, à replacer dans le contexte national et académique Plan pour l école primaire Lutte contre l échec scolaire Groupe maternelle IA 16 Dispositif de lutte contre l échec scolaire, à replacer dans le contexte national et académique «L école prend en charge

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Il est placé sous la hiérarchie du directeur de la mission locale de Bordeaux.

FICHE DE POSTE. Il est placé sous la hiérarchie du directeur de la mission locale de Bordeaux. Bordeaux, le 13 avril 2015 FICHE DE POSTE Emploi repère CCN : Responsable de secteur Cotation 15 Intitulé de poste : Responsable de secteur Garantie Jeunes CONTEXTE ET DEFINITION La Garantie Jeunes est

Plus en détail

MISSION D ETUDE ET D ANIMATION PEDAGOGIQUE EN VUE DE LA REALISATION D UNE CHARTE PAYSAGERE A L ECHELLE DU TERRITOIRE DU SCOT SUD-LOIRE

MISSION D ETUDE ET D ANIMATION PEDAGOGIQUE EN VUE DE LA REALISATION D UNE CHARTE PAYSAGERE A L ECHELLE DU TERRITOIRE DU SCOT SUD-LOIRE MISSION D ETUDE ET D ANIMATION PEDAGOGIQUE EN VUE DE LA REALISATION D UNE CHARTE PAYSAGERE A L ECHELLE DU TERRITOIRE DU SCOT SUD-LOIRE Cahier des charges epures.aa\01-151\\1.07.2015 SOMMAIRE 1- Contexte

Plus en détail

Référentiel des emplois-types MEN / MESR. Conseiller d orientation

Référentiel des emplois-types MEN / MESR. Conseiller d orientation Fiche RIME CORRIGEE CO PSY ave les propositions du SNES suite à la réunion à la DGRH le 14 Décembre :un certain nombre de propositions du SNES ont été acceptées ( en rouge gras) mais d autres refusées

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF LOCAL ans

LE PROJET EDUCATIF LOCAL ans LE PROJET EDUCATIF LOCAL 3-18 ans PROJET EDUCATIF DE LA VILLE Une priorité La réduction des inégalités L étude diagnostique réalisée en 1999/2000 sur les actions éducatives proposées dans les temps péri

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL Assistant(e) Ressources Humaines. Diplôme niveau III (inscrit au RNCP) Délivré par la DIRECCTE CODE CPF 2584

TITRE PROFESSIONNEL Assistant(e) Ressources Humaines. Diplôme niveau III (inscrit au RNCP) Délivré par la DIRECCTE CODE CPF 2584 TITRE PROFESSIONNEL Assistant(e) Ressources Humaines Diplôme niveau III (inscrit au RNCP) Délivré par la DIRECCTE CODE CPF 2584 CATÉGORIE DU STAGE Acquisition, entretien ou perfectionnement des connaissances.

Plus en détail

La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française»

La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française» La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française» Louvain-la-Neuve 12 Décembre 2013 Le CREAI de Picardie Missions - organisation AMIENS CONSEIL TECHNIQUE FORMATIONS

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION REGIONAL POUR L ELABORATION D AGENDAS 21 LOCAUX Mai 2012

CADRE D INTERVENTION REGIONAL POUR L ELABORATION D AGENDAS 21 LOCAUX Mai 2012 1 CADRE D INTERVENTION REGIONAL POUR L ELABORATION D AGENDAS 21 LOCAUX Mai 2012 ARTICLE 1 : Présentation La Région Centre a adopté, en décembre 2003, une charte régionale de développement durable. Cet

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PRESTATAIRES POUR UN ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF

CAHIER DES CHARGES APPEL A PRESTATAIRES POUR UN ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF Référence : 2015014- accompagnement collectif CAHIER DES CHARGES APPEL A PRESTATAIRES POUR UN ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF Accompagnement collectif multisectoriel : Appui à la mise en place d une stratégie

Plus en détail

CDC_01_018_2017_RESSOURCES_HUMAINES. Chefs d équipe opérationnelle, managers de proximité débutants.

CDC_01_018_2017_RESSOURCES_HUMAINES. Chefs d équipe opérationnelle, managers de proximité débutants. FAFSEA, Délégation régionale Pays de la Titre de de formation : Manager une équipe opérationnelle Chefs d équipe opérationnelle, managers de proximité débutants. Se positionner dans l entreprise (entre

Plus en détail

«QUELLE METHODE ET QUELS OUTILS POUR UNE MEILLEURE PLANIFICATION ET UNE GESTIONS EFFICACE DES COLLECTIVITES LOCALES DU CAMEROUN»

«QUELLE METHODE ET QUELS OUTILS POUR UNE MEILLEURE PLANIFICATION ET UNE GESTIONS EFFICACE DES COLLECTIVITES LOCALES DU CAMEROUN» SESSION DE FORMATION NATIONALE SUR LE THEME «QUELLE METHODE ET QUELS OUTILS POUR UNE MEILLEURE PLANIFICATION ET UNE GESTIONS EFFICACE DES COLLECTIVITES LOCALES DU CAMEROUN» PAYS CAMEROUN LES GRANDES PHASES

Plus en détail

LES DIFFERENTES PHASES DE CONSTRUCTION D UN «PROJET EDUCATIF GLOBAL» DANS UN CFA DU BTP

LES DIFFERENTES PHASES DE CONSTRUCTION D UN «PROJET EDUCATIF GLOBAL» DANS UN CFA DU BTP Réf. document : GLO.PEG.23 LES DIFFERENTES PHASES DE CONSTRUCTION D UN «PROJET EDUCATIF GLOBAL» DANS UN CFA DU BTP INTRODUCTION Pour élaborer le Projet éducatif global d un CFA du BTP il est nécessaire

Plus en détail

diagnostic et proposi-

diagnostic et proposi- 5 VAE, diagnostic et proposi- Exposé des motifs Dans un contexte où la formation professionnelle et la mise en œuvre de la Vae font l objet de réflexions ministérielles approfondies, la Fonda estime qu

Plus en détail

Appui à la conception et au pilotage de l action publique

Appui à la conception et au pilotage de l action publique Palette de prestations Appui à la conception et au pilotage de l action publique SARL Coopérative à capital variable RCS GRENOBLE B 341 948 982 code NAF 7112B TVA intra FR 81341948982 Numéro de déclaration

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Appel à manifestation d intérêt Plateformes locales de la rénovation énergétique du logement privé Présentation 1. Objectif L objectif des plateformes locales est d accompagner les particuliers dans la

Plus en détail

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME

LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME LA GRILLE D APPRECIATION DE LA QUALITE DU PROGRAMME Le programme doit être présenté suivant le canevas de rédaction légal. Le non respect de cette présentation rend le projet non recevable, il ne sera

Plus en détail

De l évaluation des politiques publiques à l évaluation d un projet territorial de développement durable

De l évaluation des politiques publiques à l évaluation d un projet territorial de développement durable L évaluation d un projet territorial de développement durable s intéresse à trois objets complexes L évaluation des politiques publiques. Dans un souci de transparence, de rendre compte, d améliorer et

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL : CONSEILLER/ERE EN INSERTION PROFESSIONNELLE Niveau III

TITRE PROFESSIONNEL : CONSEILLER/ERE EN INSERTION PROFESSIONNELLE Niveau III TITRE PROFESSIONNEL : CONSEILLER/ERE EN INSERTION PROFESSIONNELLE Niveau III PRE REQUIS: Niveau bac ou équivalent.une première expérience de l'insertion professionnelle est fortement recommandée. PUBLIC

Plus en détail

Mission Sciences. Les sciences expérimentales et la technologie au cycle 3

Mission Sciences. Les sciences expérimentales et la technologie au cycle 3 Les sciences expérimentales et la technologie au cycle 3 Mai 2011 film : l air (DVD Apprendre les sciences et la technologie à l école) Les programmes de sciences Les sciences expérimentales et les technologies

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Réussir l entretien aux concours de la fonction publique

Réussir l entretien aux concours de la fonction publique Réussir l entretien aux concours de la fonction publique Réussir l entretien aux concours de la fonction publique Catégories A, B, C Dominique Pipard-Thavez Dunod, 2014 5 rue laromiguière, 75005 Paris

Plus en détail

Autonomie et Citoyenneté. «Quelle contribution éducative peut apporter l EPS?»

Autonomie et Citoyenneté. «Quelle contribution éducative peut apporter l EPS?» Autonomie et Citoyenneté «Quelle contribution éducative peut apporter l EPS?» Journée de formation des Conseillers Pédagogiques du 1er degré, Académie de Nice ALLEC Stéphane Mars, 2011 Définition des concepts

Plus en détail

Formalyse Outil décision formation terrain

Formalyse Outil décision formation terrain Formalyse Outil la décision en formation de terrain Bureau d Ingénierie en Éducation et en Formation s.a. Place de s Peintres, 5 134 8 Louvain-la-Neuve BELGIQU E Formalyse Outil d'aide à la décision en

Plus en détail

FORMATION À DISTANCE ET DÉVELOPPEMENT

FORMATION À DISTANCE ET DÉVELOPPEMENT FORMATION À DISTANCE ET DÉVELOPPEMENT EDU 6014 LA MÉTHODE DU CADRE LOGIQUE Mise en contexte Largement adopté par les divers organismes et institutions, le cadre logique constitue une méthode fort utile

Plus en détail

Missions complètes de recrutement

Missions complètes de recrutement Offres de services de recrutement Chacune des étapes du recrutement conditionne le succès final et mérite la plus grande attention. Sourcing, sélection, suivi d intégration, bénéficiez d une capacité d

Plus en détail

Appel à Proposition de Projets N o 1 (CFP#1)

Appel à Proposition de Projets N o 1 (CFP#1) Termes de Référence pour l Evaluation Finale des Projets de la Fondation Rio Tinto Appel à Proposition de Projets N o 1 (CFP#1) Termes de Référence (TDR) Page 1 sur 7 Sommaire A. Contexte de l Evaluation...

Plus en détail

2

2 1 2 3 4 Aide à l animateur Le budget initial, premier acte obligatoire du cycle budgétaire annuel doit être exécutoire au 1 er janvier de l année auquel il se rapporte. Les crédits alloués par budget initial

Plus en détail

Partenariat ANACT-INRS. Evaluation des interventions. C Parmentier

Partenariat ANACT-INRS. Evaluation des interventions. C Parmentier Partenariat ANACT-INRS Evaluation des interventions C Parmentier Plan de la présentation Pourquoi un partenariat sur l évaluation des interventions? Organisation du partenariat et travaux La méthode d

Plus en détail

Principes de validation par le HCERES des procédures d évaluation mises en œuvre par d autres instances

Principes de validation par le HCERES des procédures d évaluation mises en œuvre par d autres instances Principes de validation par le HCERES des procédures d évaluation mises en œuvre par d autres instances 1. Cadre législatif Aux termes de l article L. 114-3-1 du code de la recherche (loi n 2013-660 du

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJECTIFS DE L ACCORD-CADRE... 3

SOMMAIRE 1. OBJECTIFS DE L ACCORD-CADRE... 3 Accord cadre régional pour développer l emploi et les compétences et sécuriser les parcours d insertion dans les structures de l insertion par l activité économique d Aquitaine 2015-2017 CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

APPEL A PROJETS. Prestation «Conseil en ressources humaines pour les TPE-PME»

APPEL A PROJETS. Prestation «Conseil en ressources humaines pour les TPE-PME» APPEL A PROJETS Prestation «Conseil en ressources humaines pour les TPE-PME» Référence : Instruction n DGEFP/MADE/2016/66 du 8 mars 2016 relative à la mise en œuvre de la prestation «conseil en ressources

Plus en détail

Mise en Projet, Écriture d'un PEdT, PEL, Réunions d'information, Cafés Pédagogiques. 2. Diagnostic : Mise en œuvre ou Aide à l élaboration

Mise en Projet, Écriture d'un PEdT, PEL, Réunions d'information, Cafés Pédagogiques. 2. Diagnostic : Mise en œuvre ou Aide à l élaboration Projet Éducatif de Territoire et Rythmes Éducatifs : Mise en Projet, Écriture d'un PEdT, PEL,... 1. Réunions d'information, Cafés Pédagogiques 2. Diagnostic : Mise en œuvre ou Aide à l élaboration 3. Concertation

Plus en détail

DEROULEMENT DU PROJET BACCALAUREAT SCIENTIFIQUE OPTION SCIENCES DE L INGENIEUR PROJET PLURITECHNIQUE DEROULEMENT DU PROJET. Lycée Jacques PREVERT

DEROULEMENT DU PROJET BACCALAUREAT SCIENTIFIQUE OPTION SCIENCES DE L INGENIEUR PROJET PLURITECHNIQUE DEROULEMENT DU PROJET. Lycée Jacques PREVERT BACCALAUREAT SCIENTIFIQUE OPTION SCIENCES DE L INGENIEUR PROJET PLURITECHNIQUE DEROULEMENT DU PROJET Lycée Jacques PREVERT 1 1. LE ROLE DU PROJET Proposer une autre façon d apprendre, plus motivante, plus

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L ENTRETIEN PROFESSIONNEL PRÉAMBULE En application de la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale, toute entreprise doit désormais organiser pour

Plus en détail

Capacité de l Etat en matière de supervision de la sécurité. L élément crucial n 4 : Personnel technique qualifié

Capacité de l Etat en matière de supervision de la sécurité. L élément crucial n 4 : Personnel technique qualifié Capacité de l Etat en matière de supervision de la sécurité L élément crucial n 4 : Personnel technique qualifié Symposium sur la sécurité de l aviation Dakar, 27-28 Mai 2014 Présentée par Aziz BOULMANE

Plus en détail

Performance sociale. Concepts et enjeux. Commission Paritaire Santé 23 mai 2014

Performance sociale. Concepts et enjeux. Commission Paritaire Santé 23 mai 2014 1 Performance sociale Concepts et enjeux Commission Paritaire Santé 23 mai 2014 La RSE à la Sécurité sociale 2 La RSE est un instrument au service du Développement Durable. Plan cadre développement durable

Plus en détail

TECHNIQUE DE MANAGEMENT DE L INNOVATION

TECHNIQUE DE MANAGEMENT DE L INNOVATION TECHNIQUE DE MANAGEMENT DE L INNOVATION Transparents Vincent BOLY Vos missions en ingénierie Répondre à diverses questions: -Quelle technologie pour l entreprise dans 5 ans -Quelle technologie pour l entreprise

Plus en détail

Rédiger son Projet Éducatif Territorial. Outil d'aide méthodologique à l'usage des acteurs locaux de la Réforme des Rythmes Éducatifs

Rédiger son Projet Éducatif Territorial. Outil d'aide méthodologique à l'usage des acteurs locaux de la Réforme des Rythmes Éducatifs Rédiger son Projet Éducatif Territorial Outil d'aide méthodologique à l'usage des acteurs locaux de la Réforme des Rythmes Éducatifs 1/ Contexte La Réforme des rythmes scolaires La réforme engagée par

Plus en détail

L ÉVALUATION ET LE CLASSEMENT

L ÉVALUATION ET LE CLASSEMENT L ÉVALUATION ET LE CLASSEMENT Corina Borri-Anadon, professeure Département des sciences de l éducation Université du Québec à Trois-Rivières Colloque La réussite des élèves issus de l immigration au Québec:

Plus en détail

Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC

Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC Rencontre du 13 février 2004 PLAN D INTÉGRATION DES TIC Contribuer à l'élaboration et à l'application d'un plan d'intégration de TIC. Faciliter

Plus en détail

PREALABLE PARTENARIAT RENFORCE ENTRE POLE EMPLOI ET LE RESEAU DES MISSIONS LOCALES - NOTICE D APPUI - UNML

PREALABLE PARTENARIAT RENFORCE ENTRE POLE EMPLOI ET LE RESEAU DES MISSIONS LOCALES - NOTICE D APPUI - UNML PARTENARIAT RENFORCE ENTRE POLE EMPLOI ET LE RESEAU DES MISSIONS LOCALES - NOTICE D APPUI - UNML PREALABLE Le partenariat renforcé du réseau des Missions Locales avec le Pôle Emploi entre dans une nouvelle

Plus en détail

«Le transfert des bonnes pratiques : une question-clé dans la construction communautaire»

«Le transfert des bonnes pratiques : une question-clé dans la construction communautaire» CONFÉRENCE ANNUELLE 2002 DU RÉSEAU TTNET «Le transfert des bonnes pratiques : une question-clé dans la construction communautaire» par Anne de Blignières-Légeraud (Université de Paris-Dauphine) «Bonnes

Plus en détail

Délégation académique à l éducation artistique et culturelle janvier le parcours d éducation artistique et culturelle (PEAC)

Délégation académique à l éducation artistique et culturelle janvier le parcours d éducation artistique et culturelle (PEAC) le parcours d éducation artistique et culturelle (PEAC) 1 Loi pour la Refondation de l école 8 juillet 2013 L éducation artistique et culturelle : «grand domaine de la formation générale pour tous les

Plus en détail

Chargé de mission développement rural Auprès de la Direction du Développement Economique

Chargé de mission développement rural Auprès de la Direction du Développement Economique Chargé de mission développement rural Auprès de la Direction du Développement Economique Communauté d agglomération du Pays Ajaccien 1. La collectivité La Communauté d Agglomération du Pays Ajaccien compte

Plus en détail

Référentiel professionnel des directeurs d'établissement ou de service d'intervention sociale CAFDES

Référentiel professionnel des directeurs d'établissement ou de service d'intervention sociale CAFDES Référentiel professionnel des directeurs d'établissement ou de service d'intervention sociale CAFDES Annexe 1 de l arrêté du 5 juin 2007, Journal Officiel n 142 du 21 juin 2007. Contexte de l intervention

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION INTERVENTIONS ATELIERS. Rencontre entreprises NACRE. Date de lancement : 30 avril 2014

APPEL A PROPOSITION INTERVENTIONS ATELIERS. Rencontre entreprises NACRE. Date de lancement : 30 avril 2014 Ministère de l Economie, des Finances et du Commerce Extérieur Ministère du Redressement Productif Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social APPEL A PROPOSITION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN131

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN131 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN131 I. Informations générales Intitulé de la mission Appui au secrétariat du CCM de RDC Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus

Plus en détail

Association pour Personnes en Situation de Handicap

Association pour Personnes en Situation de Handicap OFFRE D EMPLOI APPEL A CANDIDATURE INTERNE ET EXTERNE Territoire : MONTPELLIER AGGLOMERATION Plateforme Wallon Lainé Poste : Adjoint de Direction (H/F) Nature du contrat : CDI à Temps Plein Missions :

Plus en détail