144. Cancer de l enfant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "144. Cancer de l enfant"

Transcription

1 Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents

2 Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système nerveux central = 18 % Lymphomes = 14 % Neuroblastome = 8 % Néphroblastome = 6 % Tumeurs mésenchymateuses = 6 %

3 ASP peu sensible, peu spécifique Opacité tissulaire, syndrome de masse Refoulement des anses digestives, absence de visualisation du psoas, Décollement d une ligne para vertébrale (neuroblastome) Lésions osseuses en continuité avec le syndrome de masse ou secondaires (neuroblastome) calcifications

4 Échographie Doppler Examen de première intention (toute masse abdominale palpée chez l enfant ou le nourrisson) Localisation (parfois difficile) : rétro péritonéale (rénale ou extra rénale), intra péritonéale (hépatique ou extra hépatique), abdomino pelvienne (point de départ pelvien) Echostructure, vascularisation, éléments associés (adénomégalies, ascite, métastases ), thombose veineuse

5 Scanner et/ou IRM en deuxième intention Avec injection de produit de contraste Bilan d extension loco régionale et à distance Analyse tissulaire Rehaussement après injection de produit de contraste éléments associés (saignement intra tumoral, ascite, thrombose veineuse ) urotdm et/ou uroirm pour les tumeurs rénales (ou clichés d UIV post scanner)

6 Neuroblastome Sympathoblastome Surrénales (80%) ou chaînes sympathiques (du cou au pelvis) ASP - fines calcifications (>50%) - signe de l iceberg (décollement ligne para vertébrale) - métastases osseuses Échographie - masse hétérogène, mal limitée, indépendante du rein, englobe les axes artériels, - recherche métastases hépatiques

7 Imagerie TDM/IRM avec injection de produit de contraste : - extension intra rachidienne - infiltration médiastinale postérieure, - adénopathies, - lésions vertébrales, - rapports vasculaires, métastases Scintigraphie MIBG hyperfixation spécifique Radiographie thoracique, scintigraphie osseuse : métastases

8 TDM : masse calcifiée supra rénale gauche neuroblastome IRM T1 gadolinium coronal Masse para vertébrale gauche neuroblastome

9 Stade lors du diagnostic 1. limitée à son site d'origine (5%) 2. dépasse localement le site d'origine, sans franchir la ligne médiane, +- adénopathies homolatérales (15%) 3. franchis la ligne médiane, englobant les vaisseaux, adénopathies homo et contro latérales (20%). 4. atteinte diffuse, osseuse, viscérale, ganglionnaire à distance (50-60%) 4 S : Syndrome de Pepper du nourrisson (10%). TDM : masse supra rénale gauche Hépatomégalie métastatique (flèche) Syndrome de Pepper

10 ASP peu contributif, syndrome de masse, calcifications grossières (5-10 % des cas) Néphroblastome Tumeur de Wilms Écho doppler - masse bien limitée > 10 cm, hétérogène, zones hypoéchogènes (nécrose ou kystes) - parenchyme réal refoulé - thrombose tumorale veine rénale, veine cave inférieurs, oreillette droite - adénopathies Écho : masse rénale néphroblastome

11 TDM - mêmes éléments que l échographie - atteinte capsulaire++ - désorganisation du système collecteur, «rein muet» (10%) - atteinte contro latérale (5-10%) - métastases pulmonaires (30%) IRM - mêmes informations que la scanner pour le bilan loco régional - envahissement veineux++ Néphroblastome Tumeur de Wilms

12 Stades après bilan initial, chimiothérapie et chirurgie 1. limitée au rein, capsule intacte (20%) 2. franchissement capsulaire et/ou envahissement de la VCI, ablation chirurgicale compléte (45%) 3. résidu tumoral post chirurgical ou rupture tumorale peropératoire ( 20%) 4. métastases hématogènes: poumon, foie, os ou cerveau (10%) 5. atteinte bilatérale (5 à 10%) Métastase pulmonaire d un néphroblastome Stade 4

13 Sommaire Autres tumeurs Rétro péritonéales = corticosurrénalome, phéochromocytome, tumeurs germinales malignes, lymphangiomes, sarcomes, téraomes Intra péritonéales = hépatoblastome, hépatocarcinome, lymphome digestif (Burkitt), lymphangiome Abdomino pelvienne = tumeurs ovariennes (cystadénome, tératomes, sac vitellin, choriocarcinome), sinus uro génital, tératome sacro coccyx, neuroblastome

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN)

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN) Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant Simon RAVAUD (IHN) Cas 1 Petit garçon âgé de 16 mois. Syndrome de Wiedmann- Beckwith. Syndrome de croissance excessive associant ; macroglossie macrosomie

Plus en détail

PLACE DE L ECHOGRAPHIE dans les TUMEURS RETROPERITONEALES DE L'ENFANT. D Sirinelli CHU Tours

PLACE DE L ECHOGRAPHIE dans les TUMEURS RETROPERITONEALES DE L'ENFANT. D Sirinelli CHU Tours PLACE DE L ECHOGRAPHIE dans les TUMEURS RETROPERITONEALES DE L'ENFANT D Sirinelli CHU Tours MASSES ABDOMINALES DE L ENFANT Découverte à la palpation Pathologies très diverses en nature en thérapeutique

Plus en détail

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc Les tumeurs malignes intra scrotales sont rares chez l enfant. Elles sont souvent extra testiculaires et dominées par les rhabdomyosarcomes

Plus en détail

Apport de l imagerie dans le diagnostic du néphroblastome chez l enfant

Apport de l imagerie dans le diagnostic du néphroblastome chez l enfant Apport de l imagerie dans le diagnostic du néphroblastome chez l enfant M.Zerhouni, N. Moubachir, M.Bouziane, L.Ouzidane. Service de radiologie de l hôpital d enfants CHU Ibn Rochd Casablanca INTRODUCTION

Plus en détail

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension N. Grenier Imagerie et Cancer L imagerie intervient à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - détection - Clinique : caractérisation

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE L LE SARCOME RENAL A CELLULES CLAIRES CHEZ L ENFANT

APPORT DE L IMAGERIE L LE SARCOME RENAL A CELLULES CLAIRES CHEZ L ENFANT APPORT DE L IMAGERIE L DANS LE SARCOME RENAL A CELLULES CLAIRES CHEZ L ENFANT S.EL MOUHADI, N.ALLALI, R.DAFIRI Service de radio pédiatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, Rabat, Maroc Introduction Le

Plus en détail

Pathologie du sinus rénal

Pathologie du sinus rénal Pathologie du sinus rénal M. Edderai, S. Semlali, S. Chaouir, T. Amil, A. Hanine, S. Akjouj Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohamed V CHU- Rabat - Maroc Sinus rénal Carrefour

Plus en détail

-la glande surrénale gauche est pré-rénale, et se trouve devant le pôle supérieur du rein; la surrénale gauche n'est donc pas sus-rénale

-la glande surrénale gauche est pré-rénale, et se trouve devant le pôle supérieur du rein; la surrénale gauche n'est donc pas sus-rénale Homme de 77 ans. Bilan d une volumineuse masse révélée lors d'une échographie pour douleurs abdominales et lombalgies.sont les éléments sémiologiques importants à retenir pour orienter le diagnostic J.

Plus en détail

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud Cancer du Rein Pr. R.Sayoud I/Intoduction: Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois plus

Plus en détail

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix.

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. HISTOIRE DE LA MALADIE Mr G. 53 ans Sclérose Tubéreuse de Bourneville.

Plus en détail

Echo Doppler des tumeurs du testicule. Laurent BRUNEREAU CHU Tours

Echo Doppler des tumeurs du testicule. Laurent BRUNEREAU CHU Tours Echo Doppler des tumeurs du testicule Laurent BRUNEREAU CHU Tours PREAMBULE TECHNIQUE INDISPENSABLE Echo haute résolution : sondes de fréquence variable et élevée (10 à 14 MHz) (=> Résolution spatiale

Plus en détail

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq Séminome extra-gonadique (à propos d un cas) Henriot C., Palascak P., Sachova J., Chabod P., Khamlu A., Petitjean A., Bouchareb M., Nader N., Sauvain J.L., CHI Vesoul Définition Incidence et Etiologie

Plus en détail

Patient de 50 ans. Syndrome inflammatoire clinico-biologique.

Patient de 50 ans. Syndrome inflammatoire clinico-biologique. Patient de 50 ans. Syndrome inflammatoire clinico-biologique. ADP lombo-aortiques.hautes.hypermétaboliques.isolées (pas d'adénopathies thoraciques ni iliaques ) dès ce moment, votre diagnostic, anatomo-pathologique

Plus en détail

Cas 1. Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min

Cas 1. Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min Cas 1 Patient de 42 ans Douleur thoracique, pas de fièvre Tachycardie à 129/min Embolie pulmonaire scanner thoracique avec IV ou angioscanner thoracique Coupe axiale, fenêtre médiastinale Défect endoluminal

Plus en détail

Adénocarcinome du pancréas

Adénocarcinome du pancréas Société de Chirurgie de Lyon Conférence de Chirurgie et Pathologie Digestive, Hépato-Biliaire et Pancréatique de la Fédération de Chirurgie Digestive et Générale de H.E.H. Adénocarcinome du pancréas Quelle

Plus en détail

Tumeurs des voies excrétrices supérieures et de la vessie

Tumeurs des voies excrétrices supérieures et de la vessie Tumeurs des voies excrétrices supérieures et de la vessie Tumeurs des voies excrétrices supérieures et de la vessie Anapath : carcinome à cellules transitionnelles : 85% = tumeur urothéliale ou urothéliome

Plus en détail

pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc

pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc Apport de l échographie dans la pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc Introduction L'échographie, réalisée après la

Plus en détail

Introduction à la sémiologie radiologique

Introduction à la sémiologie radiologique Introduction à la sémiologie radiologique Généralité techniques d imagerie, Bilan d extension des tumeurs digestives Olivier Ernst Objectifs Bases des 3 techniques échographie scanner IRM Le langage des

Plus en détail

CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE. AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre TYPES DE TUMEURS ASPECT TUMORAL MALIGNES BENIGNES MIXTES

CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE. AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre TYPES DE TUMEURS ASPECT TUMORAL MALIGNES BENIGNES MIXTES TUMEURS DE DIAGNOSTIC PRENATAL CIRCONSTANCES DE DÉCOUVERTE ÉCHOGRAPHIQUE P. VERGNES Service de Chirurgie Pédiatrique Hôpital des Enfants Bordeaux AGE DE DECOUVERTE ->Dernier trimestre CIRCONSTANCES DE

Plus en détail

Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan

Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan Rappels Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan Rappels Epidémiologie Incidence : France en 2012: 11573 cas 3% des tumeurs malignes de l adultel 7 ème rang des cancers Age moyen de découverte d : 65 ans Sex

Plus en détail

Imageries non isotopique des surrénales

Imageries non isotopique des surrénales Imagrie des Surrénales 1 Imageries non isotopique des surrénales Pr Jérôme Bertherat, Service d Endocrinologie, Hôpital Cochin, 75014 Paris. L imagerie des glandes surrénales est principalement prescrite

Plus en détail

IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE Imagerie et Cancer L imagerie i intervient i t à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - Clinique : détection - caractérisation - extension - Diagnostic : biopsie sous

Plus en détail

Néphroblastome et Neuroblastome. Jean Luc Michel, Service de Chirurgie Infantile, CHU Réunion

Néphroblastome et Neuroblastome. Jean Luc Michel, Service de Chirurgie Infantile, CHU Réunion Néphroblastome et Neuroblastome Jean Luc Michel, Service de Chirurgie Infantile, CHU Réunion Classification internationale des tumeurs de l enfant I Leucémies II Lymphomes III Tumeurs du système nerveux

Plus en détail

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri

S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Le Rétinoblastome Quel est l apport de l imagerie dans la prise en charge? S Sedrati, N Allali, M Chellaoui, L Chat, R Dafiri Service De Radio Pédiatrie, Hôpital D enfants Maternité CHU de Rabat Introduction

Plus en détail

Nodules de splénose post splénectomie: aspect en imagerie et pièges diagnostiques

Nodules de splénose post splénectomie: aspect en imagerie et pièges diagnostiques Nodules de splénose post splénectomie: aspect en imagerie et pièges diagnostiques MD Crema, L Monnier-Cholley, O Azaiz, L Azizi, M Lewin, A Belkacem, C Hoeffel, JM Tubiana, L Arrivé Hôpital Saint-Antoine,

Plus en détail

Thésaurus du cancer de l ovaire

Thésaurus du cancer de l ovaire Thésaurus du cancer de l ovaire - 1 - Cancers de l ovaire Bilan - Anamnèse personnelle et familiale - +/- Echographie vaginale et/ou pelvienne - IRM abdomino-pelvienne de préférence, TDM à défaut - Si

Plus en détail

1. Epidémiologie. 2. Histologie et mode d'extension

1. Epidémiologie. 2. Histologie et mode d'extension Diagnostiquer une tumeur du testicule (160) Aude FLECHON (Faculté de Médecine, Lyon RTH-Laennec, Lyon), Jean-Pierre DROZ (Département de Cancérologie Médicale, Centre Léon-Bérard, Lyon) Décembre 2005 (mise

Plus en détail

Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques

Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques -foie métastatique ( T neuro-endocrines, adénocarcinome lieberkühniens, autre

Plus en détail

Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas

Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas Imagerie du cancer thyroïdien chez l enfant : A propos de 4 cas Introduction Le cancer thyroïdien de l enfant est rare. Il représente 1,5% de toutes les tumeurs avant 15 ans et 7% des tumeurs de le tête

Plus en détail

Imagerie des sarcomes et GIST

Imagerie des sarcomes et GIST Imagerie des sarcomes et GIST DU carcinologie clinique 11/03/2016 Leïla Haddag Miliani Radiologie Gustave Roussy Introduction Sarcomes Tumeurs malignes Agressivité variable Origine mésenchymateuse (tissus

Plus en détail

n I T a b l e d e s m a t i è r e s I n t r o d u c t i o n e t c o u r s d e b a s e

n I T a b l e d e s m a t i è r e s I n t r o d u c t i o n e t c o u r s d e b a s e T a b l e d e s m a t i è r e s n I I n t r o d u c t i o n e t c o u r s d e b a s e 1 Directives de l Association fédérale des médecins conventionnés (KBV) et recommandations de la Société allemande

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Examen de 1ère ligne, non-vulnérant et facilement disponible Détection des tumeurs Morphologie du foie : cirrhose Signes d hypertension portale Perméabilité

Plus en détail

SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD. Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A

SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD. Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A SERVICE DE RADIOLOGIE HOPITAL 20 AOUT CASABLANCA CHU IBN ROCHD Matusila.J El benna.n Moussali.N Gharbi.A INTRODUCTION Les métastases représentent la pathologie tumorale rachidienne la plus courante. Leur

Plus en détail

chez la jeune fille : Rôle de l imagerie. A.Sqalli Houssaini, N.Allali, Service de Radiologie Hôpital d Enfants-Maternité. Rabat

chez la jeune fille : Rôle de l imagerie. A.Sqalli Houssaini, N.Allali, Service de Radiologie Hôpital d Enfants-Maternité. Rabat Imagerie des tumeurs malignes de l ovaire chez la jeune fille : Rôle de l imagerie. A.Sqalli Houssaini, N.Allali, R.Dafiri Service de Radiologie Hôpital d Enfants-Maternité. Rabat INTRODUCTION Les tumeurs

Plus en détail

Contexte infectieux : radiographie thoracique

Contexte infectieux : radiographie thoracique Alexis LACOUT Homme de 57 ans Tabagisme Contexte infectieux : radiographie thoracique 08 09 2009 16 09 2009 16 09 2009 Scanner thoracique (et abdominal + pelvien + cérébral) Diagnostic? Diagnostic Persistance

Plus en détail

Imagerie de la veine cave inférieure normale et pathologique

Imagerie de la veine cave inférieure normale et pathologique Imagerie de la veine cave inférieure normale et pathologique A ZRIG, M BEN ALI, R SALEM, W MNARI, J SAAD, M MAATOUK, H ELMHABRECH, MA JELLALI, C HAFSA, M GOLLI SERVICE DE RADIOLOGIE FATTOUMA BOURGUIBA

Plus en détail

HYDATIDOSE CEREBRALE ET RENALE BILATERALE MULTIPLE

HYDATIDOSE CEREBRALE ET RENALE BILATERALE MULTIPLE HYDATIDOSE CEREBRALE ET RENALE BILATERALE MULTIPLE H Jalal 1, K Dami 1, M Boubrik 2, S Ait Ben Ali 2, O Essadki 1, A Ousehal 1. 1- Service de Radiologie 2- Service de Neurochirurgie Hôpital Ibn Tofaïl

Plus en détail

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Mars 2008 - PARIS Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI Tumeurs des parties molles = Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) Tumeurs malignes de l

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas

ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas Ferré R, Chami L, Chebil M, Cavalcanti A*, Tomasic G**, Robert C***, Lassau N Service d échographie, service

Plus en détail

Métastases inhabituelles dans le neuroblastome : nodules rénaux

Métastases inhabituelles dans le neuroblastome : nodules rénaux Métastases inhabituelles dans le neuroblastome : nodules rénaux M.Chellaoui, M.Niombella, F.Dafiri. Service de radiologie. Hôpital d Enfant. Rabat. Maroc. INTRODUCTION Le neuroblastome est une tumeur maligne

Plus en détail

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE

IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives. Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE IMAGERIE DE LA NEUROFIBROMATOSE TYPE II : Présentation de 3 observations illustratives Service d imagerie CHU Sahloul Sousse TUNISIE Objectif illustrer les aspects en imagerie de la neurofibromatose type

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE: POINT DE VUE DU GYNÉCOLOGUE. A-S Tholozan, L Courtois, JL Sautière Service de Gynécologie CHU Besançon

PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE: POINT DE VUE DU GYNÉCOLOGUE. A-S Tholozan, L Courtois, JL Sautière Service de Gynécologie CHU Besançon PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE: POINT DE VUE DU GYNÉCOLOGUE A-S Tholozan, L Courtois, JL Sautière Service de Gynécologie CHU Besançon INTRODUCTION 4 % des cancers de la femme 4000 nouveaux cas/an

Plus en détail

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue Olivier Ernst Où trouver le cours sur Moodle? Différentiation TB TM : Le point de vue du radiologue

Plus en détail

RADIO DIGESTIVE. Analyse des gaz digestifs (NHA dans les syndromes occlusifs) et extra-digestifs (pneumopéritoine) Recherche de calcifications

RADIO DIGESTIVE. Analyse des gaz digestifs (NHA dans les syndromes occlusifs) et extra-digestifs (pneumopéritoine) Recherche de calcifications RADIO DIGESTIVE 1) ASP Indications : Analyse des gaz digestifs (NHA dans les syndromes occlusifs) et extra-digestifs (pneumopéritoine) Recherche de calcifications Critères de qualité : visibilité des coupoles

Plus en détail

Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables?

Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables? Symposium International de Cancérologie Digestive SAHGE-FFCD 12 Décembre 2010 Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables? K. Bentabak, A. Graba Service de Chirurgie Oncologique

Plus en détail

Etude de cas Cancer Ovarien

Etude de cas Cancer Ovarien Etude de cas Cancer Ovarien DIAGNOSTIC Patiente âgée de 78 ans Bilan d extension (Scanner/IRM/Echographie abdominopelvienne) : Lésion primitive de l épithélium et du stroma touchant les 2 ovaires associée

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE EN COUPE DANS L EXPLORATION DU NEPHROBLASTOME

APPORT DE L IMAGERIE EN COUPE DANS L EXPLORATION DU NEPHROBLASTOME APPORT DE L IMAGERIE EN COUPE DANS L EXPLORATION DU NEPHROBLASTOME Z.JAMALEDDINE, S.ELHADDAD, N. HAMMOUN, L.CHAT, N.ALLALI, R.DAFIRI, M.CHELLAOUI SERVICE DE RADIO PÉDIATRIE RABAT MAROC INTRODUCTION Néphroblastome

Plus en détail

LES TUMEURS OVARIENNES

LES TUMEURS OVARIENNES LES TUMEURS OVARIENNES COURS PRESENTE PAR DR A.ABES MAITRE-ASSISTANTE EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE EHS SMK I. INTRODUCTION-GENERALITES : Les tumeurs ovariennes regroupent l ensemble des tumeurs qui se développent

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

le scanner sans injection montre une occlusion mécanique du grêle en amont de l iléon terminal : inflammatoire? tumoral? Epaississement et aspect

le scanner sans injection montre une occlusion mécanique du grêle en amont de l iléon terminal : inflammatoire? tumoral? Epaississement et aspect Douleurs abdominales diffuses, arrêt des matières et des gaz depuis 48h sans vomissement ni fièvre chez un patient en aplasie à J15 d une induction pour LAM : Quels sont les principaux éléments sémiologiques

Plus en détail

orientations diagnostiques

orientations diagnostiques patient de 30 ans sans antécédent hydrocèle droite échographie testiculaire: confirme la présence d une masse biologie: αfp: normale, βhcg: 500 (50N), LDH: 2000 (20N) à demande de scanner pour compléter

Plus en détail

Bilan d extension des tumeurs de l oropharynx et de la cavité orale. Séverine Artru, Centre Hospitalier Lyon Sud.

Bilan d extension des tumeurs de l oropharynx et de la cavité orale. Séverine Artru, Centre Hospitalier Lyon Sud. Bilan d extension des tumeurs de l oropharynx et de la cavité orale Séverine Artru, Centre Hospitalier Lyon Sud. Epidémiologie Cancers VADS: 17000 cas/an en France 50% de cancers de l oropharynx et de

Plus en détail

L Michel 71 ans. JNCDE 7 juin 2013

L Michel 71 ans. JNCDE 7 juin 2013 L Michel 71 ans JNCDE 7 juin 2013 ATCD : Diabète de type 2 depuis 2012 Hypercholestérolémie Allergie pénicilline Lobectomie thyroïdienne gauche sur nodule froid il y a 30 ans; pas d anatomopathologie disponible

Plus en détail

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques S.RAJI, N. Allali, F. Ounani, R. Dafiri Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants - Maternité CHU Rabat La pathologie

Plus en détail

La tuberculose hépatosplénique chez l enfant

La tuberculose hépatosplénique chez l enfant La tuberculose hépatosplénique chez l enfant A PROPOS DE 20 CAS N ALLALI, F EL OUNANI, I SKIKER, R DAFIRI Service de Radio-pédiatrie Hôpital d Enfant-Maternité, CHU-Rabat INTRODUCTION La tuberculose abdominale

Plus en détail

Laureline.SIMON (IHN)

Laureline.SIMON (IHN) Femme 49 ans, non ménopausée, douleurs abdominales aiguës en fosse iliaque droite, discret syndrome inflammatoire biologique : suspicion d appendicite aiguë. Quels sont les principaux items sémiologiques

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

Bonnes pratiques en imagerie dans les tumeurs du rein : Caractérisation et bilan d extension

Bonnes pratiques en imagerie dans les tumeurs du rein : Caractérisation et bilan d extension Bonnes pratiques en imagerie dans les tumeurs du rein : Caractérisation et bilan d extension Masse rénale Augmentation volumique : localisée ou diffuse Conséquences sur le rein : sur la forme globale («haricot»)

Plus en détail

1. Diagnostic d une tumeur primitive du foie Epidémiologie et étiologie Anatomie pathologique

1. Diagnostic d une tumeur primitive du foie Epidémiologie et étiologie Anatomie pathologique Diagnostiquer une tumeur de foie primitive et secondaire (151) Michel RIVOIRE (Département de Chirurgie, Centre Léon Bérard, Lyon) Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005) 1. Diagnostic d une tumeur primitive

Plus en détail

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant Tumeurs testiculaires de l enfant Pathologie rare concernant 0,5 à 2 garçons /100 000 Représente 1 à 2% des tumeurs solides de l enfant Assez bon pronostic car: Au moins 40% de tumeurs bénignes Taux de

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

Sommaire Tuberculose

Sommaire Tuberculose Sommaire 106. Tuberculose Diagnostiquer une tuberculose thoracique et connaître les localisations extra-thoraciques, argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Tuberculose pulmonaire

Plus en détail

Le médiastin est la région anatomique encadrée par: - les deux plèvres médiastinales pariétales latéralement,

Le médiastin est la région anatomique encadrée par: - les deux plèvres médiastinales pariétales latéralement, Le médiastin est la région anatomique encadrée par: - les deux plèvres médiastinales pariétales latéralement, - le défilé cervico thoracique en haut - et le diaphragme en bas. C est une région embryologiquement

Plus en détail

CANCER DE L OVAIRE. Constance PENEAU Interne en Gynécologie- Obstétrique Octobre 2014

CANCER DE L OVAIRE. Constance PENEAU Interne en Gynécologie- Obstétrique Octobre 2014 CANCER DE L OVAIRE Constance PENEAU Interne en Gynécologie- Obstétrique Octobre 2014 CANCER DE L OVAIRE EPIDEMIOLOGIE 12 à 14 / 100 000 aug à 50 / 100 000 55 et 65 ans 3000 nx cas par an Mauvais pronostic

Plus en détail

Les tumeurs hépatiques néonatales. Bourou Mélina Jolimont La Louvière Septembre 2008

Les tumeurs hépatiques néonatales. Bourou Mélina Jolimont La Louvière Septembre 2008 Les tumeurs hépatiques néonatales Bourou Mélina Jolimont La Louvière Septembre 2008 Tumeurs hépatiques Généralités Rares en période néonatale Incidence augmente échographie anténatale 5% des tumeurs du

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas

Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas Syndrome de masse rénale bilatérale: Quelle stratégie thérapeutique? à propos d un cas Alger, 12 décembre 2014 Kadi A., Brihi M.L., Atoui K., Chouakria A., Chettibi K. Service de Chirurgie Urologique -

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge Référentiel -version mars 2014 Page 1 sur 6 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie pelvienne

Plus en détail

Séméiologie radiologique urinaire

Séméiologie radiologique urinaire Session 4 Séméiologie radiologique urinaire Urinaire K Chaumoitre PH Sce Imagerie Hôpital Nord CHU Marseille Cours étudiants session 4 Examens d imagerie Abdomen Sans Préparation Echographie Opacifications

Plus en détail

135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire

135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire Sommaire 135. Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire diagnostic, situations d urgence et prise en charge, attitude thérapeutique et suivi Points clés en imagerie Importance de bien poser l indication

Plus en détail

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Épidémiologie... 3 2. Types histologiques principaux... 3 3. Oncogénèse du carcinome rénal

Plus en détail

Tumeur Testiculaire Version / 2005

Tumeur Testiculaire Version / 2005 Tumeur Testiculaire I Diagnostic et bilan αfp, β HCG, HCG, LDH. Scanner thoraco-abdomino-pelvien. Scanner cérébral : pronostic intermédiaire et mauvais pronostic et/ou signe clinique. Scintigraphie osseuse

Plus en détail

Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise

Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise H. NJEH¹, H. ABID¹, M. ABDELKEFI¹, M. BRADAI¹, B. SOUISSI¹, S. MSAAED², S. HADDAR¹, KH. BEN MAHFOUDH¹

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Radiologie» 1. Informations de base - Matière d enseignement: RADIOLOGIE - Public cible : Etudiants de 3éme année de médecine - Nombre

Plus en détail

LA TUBERCULOSE PULMONAIRE ET EXTRA PULMONAIRE

LA TUBERCULOSE PULMONAIRE ET EXTRA PULMONAIRE LA TUBERCULOSE PULMONAIRE ET EXTRA PULMONAIRE M. Maatouk *, M. Ben Ali*, MA. Jellali*, R. Salem*, A. Zrig*, W. Mnari*, W. Harzallah*, H. Kallel**, J. Saad*, M. Golli* * Service d imagerie médicale MONASTIR

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE ORL

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE ORL IMAGERIE EN CANCEROLOGIE ORL SFR Rhône-Alpes. ISC Lyon. 2 avril 09. Toutes les présentations sont sur www.sfrra.com IMAGERIE EN CANCEROLOGIE ORL 19h30: Généralités. D.Bossard Hopital Privé Jean Mermoz

Plus en détail

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC Les GIST sont: les tumeurs conjonctives les plus fréquentes du tube digestif

Plus en détail

Rate. Aspect échographique normale de la rate. Rate : Rappel anatomique

Rate. Aspect échographique normale de la rate. Rate : Rappel anatomique Rate Rappel anatomique Aspect échographique normale de la rate La pathologie splénique Rate : Rappel anatomique Situation : hypochondre gauche Les organes de voisinage : en haut le diaphragme, en avant

Plus en détail

1. Les circonstances diagnostiques La découverte fortuite Les symptômes urologiques

1. Les circonstances diagnostiques La découverte fortuite Les symptômes urologiques Diagnostiquer une tumeur du rein (158) Christophe AVANCES (Service d Urologie, CHU G. Doumergue, Nîmes), Pierre COSTA (Service d Urologie, CHU G. Doumergue, Nîmes), Stéphane CULINE (Centre Régional de

Plus en détail

Echographie de la rate

Echographie de la rate Echographie de la rate Pr Céline Savoye-Collet Imagerie Médicale CHU Rouen DIU Echographie et Techniques Ultrasonores Module Echo d Acquisition 2015 OBJECTIFS DU COURS rappel anatomique protocole d'acquisition

Plus en détail

Hépatomégalie et masse abdominale

Hépatomégalie et masse abdominale Hépatomégalie et masse abdominale Item 318 Devant une hépatomégalie, une masse abdominale, ou la découverte de nodule hépatique, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

Rôle du radiologue qui découvre une masse chez un enfant. Muriel BRUN, Anne NOTZ-CARRERE CHU Bordeaux

Rôle du radiologue qui découvre une masse chez un enfant. Muriel BRUN, Anne NOTZ-CARRERE CHU Bordeaux Rôle du radiologue qui découvre une masse chez un enfant Muriel BRUN, Anne NOTZ-CARRERE CHU Bordeaux CAFCIM 28 septembre 2013 Organisation et spécificités de l oncologie pédiatrique Eléments essentiels

Plus en détail

Cas de la semaine # 47

Cas de la semaine # 47 Cas de la semaine # 47 25 Septembre 2017 Préparé par Dre Fatima Ameur fellow Dre Manon Bélair MD Hôpital Notre Dame, CHUM Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Pas d antécédents

Plus en détail

Le médiastin en images. F. MELLOT Service de Radiologie

Le médiastin en images. F. MELLOT Service de Radiologie Le médiastin en images F. MELLOT Service de Radiologie Le médiastin en images Diagnostic par la localisation Les localisations atypiques Le thymus Les biopsies IRM Le pet scanner Médiastin : localisation

Plus en détail

. J.GIRON. G.DURAND. P.FAJADET.A. KHALIL (club thorax)

. J.GIRON. G.DURAND. P.FAJADET.A. KHALIL (club thorax) TNM et cancer bronchique en.... J.GIRON. G.DURAND. P.FAJADET.A. KHALIL (club thorax) J.BERJAUD.J.MAZIERES. CH. HERMANT. I.ROUQUETTE (Toulouse) WWW clubthorax.fr 1ere Question : Est ce un cancer? NON..car..

Plus en détail

I/ Classification. II/ Définition. III/ Les cancers bronchiques primitifs. Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires

I/ Classification. II/ Définition. III/ Les cancers bronchiques primitifs. Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires LES CANCERS THORACIQUES I/ Classification Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires Les cancers de plèvre primitifs Les cancers secondaires de la plèvre Les lymphomes médiastinaux

Plus en détail

Sommaire Discospondylite. diagnostic, attitude thérapeutique et suivi

Sommaire Discospondylite. diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Sommaire 092. Discospondylite diagnostic, attitude thérapeutique et suivi Spondylodiscite à pyogènes Clichés standards - Souvent normaux le premier mois puis : - Pincement discal - Déminéralisation de

Plus en détail

Pathologie ovarienne et annexielle. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand

Pathologie ovarienne et annexielle. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand Pathologie ovarienne et annexielle Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Lésions bénignes ovariennes plus fréquentes ++++ (75%) Cancer

Plus en détail

item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique

item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique malin bénin Sexe masculin + Age > 50 ans ++ tabagisme ++ Il n y a pas de seuil au-dessous duquel fumer n expose pas à risque accru de CBP Exposition à des +

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM - 1/6- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM I/ INTRODUCTION : En France le cancer colorectal est le premier des cancers

Plus en détail

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires Sommaire 154. Tumeurs des os, primitives et secondaires diagnostic Imagerie Clichés standards 2 incidences (indispensables) - En faveur d une tumeurs maligne primitive : localisation «autour du genou»,

Plus en détail

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE Médecine Nucléaire Hôpital Tenon FDG ET CANCER DE LA PROSTATE Utilisation non recommandée: Faible activité glycolytique de ce cancer Forte excrétion

Plus en détail

important athérome calcifié aorto-iliaque

important athérome calcifié aorto-iliaque Patient de 70 ans présentant une fièvre inexpliquée depuis 2 ans. Suivi pour une LMC. Apparition d une toux productive et d un syndrome inflammatoire biologique. Premier scanner réalisé sans IV. -foyers

Plus en détail

Cancer du rein. R Sayoud

Cancer du rein. R Sayoud Cancer du rein R Sayoud 2016-2017 introduction Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois

Plus en détail