Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats"

Transcription

1 Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats Dans le cadre du deuxième plan cancer et de ses recommandations, un groupe de travail s est réuni au réseau. Il a fait la commande de mener une enquête auprès des médecins traitants afin de cerner leurs difficultés, leurs souhaits et leurs attentes concernant le suivi des patients atteints de cancer. En effet, le plan cancer place le médecin traitant en première ligne du parcours de soin et de la surveillance du cancer. Il insiste sur le rôle de pivot et de réfèrent de proximité du médecin généraliste. Nous tenons tout d abord à remercier tous ceux qui ont pris le temps de répondre à notre questionnaire, dont les résultats sont présentés ci-après. Méthodologie : Nous avons bâti un questionnaire, testé auprès de deux médecins généralistes. Leurs réponses et remarques nous ont permis de bâtir la version définitive. Ce questionnaire définitif a été soumis aux médecins généralistes, lors d un entretien téléphonique. Sur 62 médecins contactés, 31 ont répondu à nos questions, soit un taux de participation de 50%. Analyse : I-Consultation du médecin généraliste pendant la prise en charge du cancer 6% 0% 57% 31% 6% Jamais Régulièrement De temps en temps Si problème 94% des médecins traitants interviewés «voient» leurs patients pendant ce temps de prise en charge : 57% d entre eux en cas de problème, 31% de façon régulière. Il semblerait donc qu il y ait un écart entre les préconisations de l INCa et de la loi «Hôpital, Patients, Santé et Territoires», qui prônent une implication précoce et continue des médecins traitants dans la phase active de traitement spécifique, et une certaine réalité du terrain. L implication permanente des médecins traitants dans le suivi des patients facilite la continuité des soins, mais il semblerait qu il existe des freins et / ou des facteurs modulant cette dernière : La notion de parcours est-elle connue des patients? Peut-il exister un certain «épuisement» du patient à consulter son médecin généraliste en plus des nombreuses consultations liées à la phase active de traitement? La présence de pathologies concomitantes favorise-t-elle le lien avec le médecin traitant? L ancienneté et / ou la qualité de la relation avec le médecin généraliste ont-elles un impact? Page 1 sur 6

2 II-Consultation du médecin généraliste en fin de traitement spécifique du cancer A/Délai par rapport à la fin du traitement spécifique : Les médecins questionnés n ont pas pu répondre précisément sur le nombre de leurs patients ayant un cancer, ni sur la phase de leur prise en charge (traitement ou suivi). Ont-ils besoin de connaitre les réponses à ces questions ; si oui, ont-ils un outil pour y répondre? De fait, ils ne peuvent préciser quel est le délai entre la fin du traitement spécifique et leur consultation. On peut aussi se demander si l information «fin de traitement» a bien été transmise, et dans un délai raisonnable. B/Initiative du rendez-vous avec le médecin généraliste : 0% 87% Patient Etablissement Entourage L initiative du rendez-vous vient dans 87% des cas du patient lui-même, ce qui renseigne sur la relation privilégiée souvent entretenue avec le médecin traitant, une relation de confiance que le patient renoue spontanément après la phase active de traitement. Dans des cas, les établissements sont à l origine de ce relais auprès des médecins traitants. Avec les mesures du second plan cancer, il est probable que des pratiques de traçabilité d un «dispositif de sortie» qui orienterait le patient vers son médecin généraliste vont devoir se développer. C/Durée de cette consultation : Nous souhaitions évaluer la durée moyenne de cette consultation de l après traitement du cancer, car l hypothèse d une durée allongée semblait évidente. Les réponses ont été unanimes, la durée en elle-même ne pose pas de problème et les médecins considèrent que ce temps supplémentaire accordé fait partie de leurs missions. Mais la désorganisation qu elle génère (retard des consultations suivantes, salle d attente bondée) est gênante. Lors de la prise de rendez-vous, les patients ne précisent pas qu il s agit d une consultation d après traitement ; de fait, le professionnel n est alors pas en mesure de prévoir un créneau horaire plus long. D/Rémunération de cette consultation : La rémunération n est pas un problème pour 48% des médecins traitants interrogés. Néanmoins, certains pratiquent des dépassements, d autres divisent le temps de consultation sur plusieurs rendez-vous rapprochés. Une minorité souhaiterait une rémunération spécifique «cancérologie», voire la fin de la rémunération à l acte. Page 2 sur 6

3 III-Problématiques de l après-cancer Toxicités / Séquelles 71% 1 16% Dépression 45% 2 Sexualité 26% OUI NON Emploi 26% Relation avec les proches 29% 39% Au vu de ces résultats, les problématiques sont d abord d ordre médical : 71% sont en lien avec les toxicités / séquelles des traitements 45% sont d ordre psychologique : dépression, angoisse, anxiété Les pourcentages de non-réponses restent élevés ; ces questions n ont peut-être pas étés évoquées avec le patient. La proposition de l utilisation des soins de support pourrait être une réponse aux difficultés présentées ci-dessus Nous reviendrons sur ce point plus loin. IV-Informations médicales en provenance des établissements Réception de l information 94% 6% Délai de réception satisfaisant 87% Pertinence 65% 29% 6% OUI Partiellement NON Les établissements relayent l information médicale à 94%, dans des délais satisfaisants selon 87% des médecins interrogés. Mais certains d entre eux (29%) regrettent son caractère trop technique, alors que 65% des répondants la considèrent pertinente. Page 3 sur 6

4 V- Surveillance au cours de la rémission A/Participation à une surveillance alternée : Il s agissait de savoir si les médecins généralistes accepteraient de participer à une surveillance organisée et alternée entre eux et les autres spécialistes, au cours de laquelle les informations seraient partagées entre les différents intervenants, via le réseau. 68% des médecins interrogés seraient d accord pour participer à une surveillance alternée, avec le réseau, si on leur en donne les moyens, c est-à-dire : protocole de surveillance et de suivi. 16% ne souhaitent pas y participer, par manque de temps et / ou par sensation de manque de compétences. B/Partage de l information (fiche synthétique à transmettre) : Concernant les réponses à la question de l utilisation d une fiche synthétique d informations à transmettre, il n est pas certain, au vu des commentaires recueillis, que les médecins interrogés l aient perçu comme faisant partie du protocole de surveillance alternée. Néanmoins certains disent manquer de temps, ou ne pas en avoir l habitude, ni la culture. OUI NON Sans avis Accord de participation 68% 0% 16% 16% Partage de l information / fiche synthétique 45% VI-Attentes des médecins généralistes vis-à-vis du réseau Veille sur la réalisation effective de la surveillance 16% 2 61% Relance (si surveillance alternée organisée) Circulation de l information Accès aux soins de support Faciliter l accès aux établissements / aux oncologues % 19% 16% % 68% 65% 45% OUI NON Sans avis Formation 52% 39% Page 4 sur 6

5 Le tableau ci-dessous résume les attentes et / ou besoins des médecins généralistes, et les réponses et / ou actions que le réseau propose, et / ou a mis en place. La plupart de ces services sont déjà rendus par le réseau, mais peu utilisés, peut-être par manque de visibilité. L équipe de coordination, lorsqu elle est sollicitée, se rend disponible et essaie de répondre au mieux à la problématique. Besoins des médecins Formations, en particulier pour la gestion des effets secondaires. Faciliter l accès aux établissements, aux oncologues Accès aux soins de support Informations sur les effets secondaires des thérapeutiques et leur gestion Soutien, aide, relai Douleurs / soins palliatifs Retour à domicile Démarches sociales et administratives Circulation de l information Relance Veille sur la réalisation effective de la surveillance Coordination du parcours de soin Consultation intermédiaire et de fin de traitement au réseau Aide technique et scientifique Réponse/actions du réseau La participation peu importante des médecins aux formations proposées par le réseau est souvent liée à de très nombreuses autres offres de formation et au manque de temps. Mise à disposition des documents de type fiches Oncodocs, protocoles Oncorif / Oncauvergne, publication INCa Les sorties d hospitalisation sont à la charge des établissements, mais le réseau Osmose peut aider et orienter. Une évaluation des solutions mises en place peut être proposée par l équipe de coordination. L assistante sociale aide les professionnels et les patients dans les démarches et orientations sociales. Organisation d une surveillance en vue d un partage avec les professionnels de ville, cela implique une organisation de réseau avec veille et relance. Ceci est en projet dans certaines thématiques. Fait à la demande, et si besoin. Fait à la demande, mais probablement à développer. La problématique est l accès à l information, et au bon moment. Les outils existent ; comment les met-on à disposition pour que les médecins puissent s en servir lorsqu ils en ont besoin? V-Conclusion En plus des attentes détaillées ci-dessus, cette enquête révèle qu il existe un besoin de soutien au médecin généraliste dans deux axes : démarches sociales et certaines situations médicales en lien avec le cancer. La particularité de ce soutien tient à ses caractéristiques : ponctuel, imprévisible, de nature très variable, toujours différent. Le réseau peut être un élément de réponse à ce soutien. Quelques réflexions intéressantes émergent aussi de ces entretiens : Le lien entre le patient et son médecin est en majorité maintenu pendant la phase active de traitement. La fin des traitements spécifiques n est probablement pas aussi bien identifiée par les médecins généralistes que par les oncologues. Page 5 sur 6

6 Il existe des besoins plus précis dans le cadre de l après cancer. Des organisations de la surveillance, incluant le médecin généraliste, pourraient se mettre en place. De façon indirecte, on découvre que les services proposés par le réseau sont bien utilisés par les médecins qui les connaissent. Cela pose la question de la visibilité des actions du réseau pour les professionnels moins habitués à le solliciter. VI-Annexe : questionnaire I-Consultation pendant la prise en charge II-Consultation de fin de TTT III-Problématiques de l après-cancer IV-Informations médicales V-Surveillance VI-Attentes vis-à-vis du réseau Jamais - De temps en temps - Régulièrement - Si problème A/Délai en jours B/Initiative du RDV Patient - Etablissement Entourage - Autre C/Durée (en minutes) D/Problèmes de rémunération Oui - Non - 1-Dépression Oui - Non - 2-Emploi Oui - Non - 3-Relation avec les proches Oui - Non - 4-Sexualité Oui - Non - 5-Toxicités/Séquelles Oui - Non - 6-Autres Commentaire 1-Réception de l information Oui - Non - 2-Délai de réception Satisfaisant - Insatisfaisant Sans avis 3-Pertinence Oui - Partiellement - Non Sans avis 1-Participation à une surveillance alternée 2-Partage de l information (fiche synthétique à transmettre) 1-Veille sur la réalisation effective de la surveillance 2-Relance 3-Circulation de l information 4-Accès aux soins de support 5-Faciliter l accès aux établissements/ aux oncologues 6-Formation 7-Autres Commentaire Page 6 sur 6

Le Programme Personnalisé de l Aprèscancer dans la cancérologie du sein. Place et avis des médecins généralistes

Le Programme Personnalisé de l Aprèscancer dans la cancérologie du sein. Place et avis des médecins généralistes Le Programme Personnalisé de l Aprèscancer dans la cancérologie du sein. Place et avis des médecins généralistes ETIENNE Aurélie Thèse soutenue le 04 mai 2016 pour obtenir le grade de docteur en médecine

Plus en détail

Leur mission première est l organisation de

Leur mission première est l organisation de Missions des 3C Leur mission première est l organisation de Réunions de Concertation Pluridisciplinaire Dispositif dannonce d annonce Plan Personnalisé de Soins Promotionde la recherche clinique Soins

Plus en détail

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE TRAVAUX des réseaux d Ile-de-France 3 e Congrès National des Réseaux de Cancérologie CONSTELLATION, ENSEMBLE, GYNECOMED, ONCORIF, ONCOVAL,

Plus en détail

Coordination Ville / Hôpital autour du Patient

Coordination Ville / Hôpital autour du Patient Coordination Ville / Hôpital autour du Patient rôle complémentaire mentaire des IDEC évaluation des besoins pour le retour à domicile collaboration avec les autres réseaux r territoriaux 2 ème journée

Plus en détail

Dispositif d'annonce - Oncoguyane

Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce: historique 1998: Etats généraux du cancer 2003: Plan cancer ( mesure n 40) 2004: Cahier des charges ( DHOS et LCC) Juin 2004 Mai 2005: expérimentation

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE DE CANCER. Dr Françoise MAY - LEVIN

LE DISPOSITIF D ANNONCE DE CANCER. Dr Françoise MAY - LEVIN 1 LE DISPOSITIF D ANNONCE DE CANCER Dr Françoise MAY - LEVIN Le dispositif d annonce 2 Un reflet, Mais également une accélération de l évolution de la société En 1998, lors des 1ers Etats généraux des

Plus en détail

Le Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Le Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées METHODOLOGIE COMMUNE D EVALUATION DES RCP Objectif de l étude Evaluer la qualité du passage en RCP afin de garantir une amélioration continue de leur qualité et in fine du service rendu aux patients. L

Plus en détail

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer Un parcours de soins personnalisé et coordonné pendant et après un cancer Vision Inca = Vision plan cancer Oncomip - 2010 Nouvelles perspectives pendant et après le cancer Quatre demandes priorisées par

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON Un projet commun Genèse du projet Rencontre de professionnels de la santé CHRU de Lille / Santélys Souhait fort des deux

Plus en détail

Le parcours «type» en cancérologie de soins du patient

Le parcours «type» en cancérologie de soins du patient DIAGNOSTIC DU CANCER L ANNONCE AU PATIENT TRAITEMENT(S) LA CONSULTATION DE FIN DE TRAITEMENT «APRES-CANCER» inter-cures, après traitements, phase palliative Le parcours «type» en cancérologie de soins

Plus en détail

4 ème Journée des soignants en cancérologie Jeudi 8 Octobre 2015 Amélioration de la prise en charge des patients en cancérologie

4 ème Journée des soignants en cancérologie Jeudi 8 Octobre 2015 Amélioration de la prise en charge des patients en cancérologie 1 4 ème Journée des soignants en cancérologie Jeudi 8 Octobre 2015 Amélioration de la prise en charge des patients en cancérologie 2 Le chemin clinique dans le cadre de l EPP : véritable outil de management

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION

ENQUETE DE SATISFACTION ENQUETE DE SATISFACTION Partenaires externes 2009 (Réalisée du 8-01-09 au 8-04-09) 1 Enquête de satisfaction Partenaires externes : résultats synthétiques 739 enquêtes diffusées 40 retours (n habitant

Plus en détail

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Agence sanitaire et scientifique chargée de coordonner les actions de lutte contre le cancer Groupement d intérêt public Etat Associations

Plus en détail

COORDINATION DES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT (SOS) : VERS UNE REELLE CONTINUITE DES SOINS

COORDINATION DES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT (SOS) : VERS UNE REELLE CONTINUITE DES SOINS COORDINATION DES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT (SOS) : VERS UNE REELLE CONTINUITE DES SOINS Pré requis : une structure et une organisation des soins de support oncologiques déjà fonctionnelles au sein

Plus en détail

Soins Oncologiques de Support

Soins Oncologiques de Support Soins Oncologiques de Support DEFINITIONS et CONCEPTS PROPOSITIONS D ORGANISATION Novembre 2005 CA GRASSPHO NOV 05 1 DEFINITIONS CA GRASSPHO NOV 05 2 SOINS CURATIFS «Les soins curatifs cherchent à guérir

Plus en détail

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer CJP / Dr DURANDO, Dr BAHADOOR,

Plus en détail

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines :

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines : Enquête Famille Le contexte : Le Centre Ressource Handicap Psychique des Pays de la Loire participe à développer une réflexion collective régionale sur l évolution de la place des familles dans le soin

Plus en détail

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Résultats d une enquête qualitative par focus-groups dans trois régions françaises Martine NECTOUX, chargée de mission OBSERVATOIRE

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale. Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients

Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale. Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients Septembre 2014 Contexte Dans le cadre du Plan cancer 2014-2019, l'institut

Plus en détail

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer?

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Coordination ville-hôpital et continuité des soins en ville Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Marina Dauzou, Hélène Labrosse Canat

Plus en détail

Le 1 er modèle de Plateforme Territoriale d Appui innovant et opérationnel

Le 1 er modèle de Plateforme Territoriale d Appui innovant et opérationnel Le 1 er modèle de Plateforme Territoriale d Appui innovant et opérationnel Une équipe de proximité pour améliorer les parcours de santé Les facteurs clés de réussite Un outil numérique innovant de coordination

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Dr Arielle ATTAL, Gériatre Médecin coordinateur 4 juin 2015 Avec le soutien de «Réseau de santé»: missions Article L6321-1

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

Délais d attente pour une consultation psychiatrique en Mayenne Syndicat Inter Hospitalier en santé mentale (SIH) de la Mayenne MARS 2006

Délais d attente pour une consultation psychiatrique en Mayenne Syndicat Inter Hospitalier en santé mentale (SIH) de la Mayenne MARS 2006 S A N T E M E N T A L E Délais d attente pour une consultation psychiatrique en Mayenne - 2005 Syndicat Inter Hospitalier en santé mentale (SIH) de la Mayenne MARS 2006 OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE

Plus en détail

Les Français plébiscitent l ostéopathie

Les Français plébiscitent l ostéopathie Communiqué de presse Le 1er juillet 2016 Sondage IFOP pour les Ostéopathes de France Les Français plébiscitent l ostéopathie 91% des français ont une bonne image de la profession d ostéopathe, 63% d entre

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN

LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN Regards croisés des médecins et des patientes de la région Rhône- Alpes. BARRACHIN Sigrid LABROSSE Hélène, FARSI Fadila, PREAU Marie Présentation

Plus en détail

Le plan cancer en Ile-de-France

Le plan cancer en Ile-de-France Le plan cancer en Ile-de-France Gilles ECHARDOUR ARH Ile-de-France Mardi 26 septembre 2005 L état d avancement ARH Ile-de-France 26 septembre 2005 Quelques caractéristiques de la région Le cancer représente

Plus en détail

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Haut Conseil de santé publique co-pilotes Hélène Grandjean Caroline Weill-Gies Saisine DGS Quel impact des plans en termes de réduction des inégalités

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA VIE DES FEMMES APRES UN DIAGNOSTIC DE CANCER DU SEIN. 1. Depuis quelle année êtes-vous suivie dans le réseau GynécoMed?...

QUESTIONNAIRE SUR LA VIE DES FEMMES APRES UN DIAGNOSTIC DE CANCER DU SEIN. 1. Depuis quelle année êtes-vous suivie dans le réseau GynécoMed?... QUESTIONNAIRE SUR LA VIE DES FEMMES APRES UN DIAGNOSTIC DE CANCER DU SEIN Informations générales 1. Depuis quelle année êtes-vous suivie dans le réseau GynécoMed?... 2. Depuis combien d années connaissez-vous

Plus en détail

Les transmissions ciblées

Les transmissions ciblées Les transmissions ciblées UE 3.1 S2 Béatrice Galibert Promotion 2015-2018 Objectifs du TD Connaître la méthodologie d écriture des transmissions ciblées Être capable d effectuer des transmissions ciblées

Plus en détail

GCS du Bassin Moulinois

GCS du Bassin Moulinois DOSSIER DE PRESSE GCS du Bassin Moulinois Groupement de Coopération Sanitaire entre le Centre hospitalier de Moulins-Yzeure et la Polyclinique Saint-Odilon 8 mars 2012 SOMMAIRE Communiqué de presse Page

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE

Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE Dédiée aux parcours complexes Christelle VIALE OBJECTIF 7: assurer des prises en charge globales et personnalisées évoluer vers un accompagnement prenant en considération l ensemble des besoins de la personne

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

Plénière «Relation Ville-Hôpital» Problématique

Plénière «Relation Ville-Hôpital» Problématique Conférence des Réseaux Régionaux de Cancérologie (CRRC) Plénière «Relation Ville-Hôpital» Problématique Eric Bauvin ACORESCA 18, rue Paul Farrando 31100 Toulouse Tél : 06 87 04 67 93 Courriel : président@acoresca.org

Plus en détail

Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale

Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale 22/06/20154 ème journée Régionale Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale Jeannine JENVRIN, IDE Pratiques Avancées, IDE Coordinatrice Parcours Complexe de Soins

Plus en détail

La consultation d annonce en Haute Normandie: «Etat des lieux, ressenti patient et traçabilité»

La consultation d annonce en Haute Normandie: «Etat des lieux, ressenti patient et traçabilité» La consultation d annonce en Haute Normandie: «Etat des lieux, ressenti patient et traçabilité» S. Lesens : Ingénieur qualité du réseau Onco-Normand Pr Czernichow: EREHN CHU Rouen Dr Chéru: Médecin coordonnateur

Plus en détail

LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES

LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES 1 LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Philippe COLOMBAT, Professeur en Hématologie, CHU Tours Les soins de support sont une étape essentielle pour le retour à une médecine plus humaniste

Plus en détail

LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat

LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat 1/ Les soins oncologiques de support 1-1 la définition Elle a été donnée dans la circulaire DHOS/SDO/201/101 du 22 février 2005 du plan Cancer 1 : «l ensemble des

Plus en détail

Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna

Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Projet rennais coordination et suivi du parcours du patient

Plus en détail

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Haut Conseil de santé publique co-pilotes Hélène Grandjean Caroline Weill-Gies Saisine DGS Quel impact des plans en termes de réduction des inégalités

Plus en détail

SYNTHESE SUR LES QUESTIONNAIRES SATISFACTION CLIENTS 2015

SYNTHESE SUR LES QUESTIONNAIRES SATISFACTION CLIENTS 2015 SYNTHESE SUR LES QUESTIONNAIRES SATISFACTION CLIENTS 2015 «Questionnaire 1 er Contact» Questionnaires envoyés 241 309 Questionnaires retournés 93 39 104 34 Ce questionnaire a été envoyé aux prospects qui

Plus en détail

ÉTUDE TRANSVERSALE, MULTICENTRIQUE, SUR LE RESSENTI DES PATIENTS CONCERNANT LE DISPOSITIF D'ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE CANCER DANS LE BASSIN ANNECIEN

ÉTUDE TRANSVERSALE, MULTICENTRIQUE, SUR LE RESSENTI DES PATIENTS CONCERNANT LE DISPOSITIF D'ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE CANCER DANS LE BASSIN ANNECIEN ÉTUDE TRANSVERSALE, MULTICENTRIQUE, SUR LE RESSENTI DES PATIENTS CONCERNANT LE DISPOSITIF D'ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE CANCER DANS LE BASSIN ANNECIEN QUESTIONNAIRE Médecin coordonnateur : Dr Christoph Steffen

Plus en détail

Service de gestion de cas. Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas

Service de gestion de cas. Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas Service de gestion de cas Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas assia.boulajaj@gestiondecas93.org 01 45 09 70 07 32 MAIA locales Contexte régional 2016 : une région pourvue de 32 dispositifs MAIA porteurs

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

Cancer : maladie chronique

Cancer : maladie chronique Cancer : maladie chronique Introduction Chronique : «se dit d une maladie d évolution lente et sans tendance à la guérison», «qui dure, persiste» De plus en plus de gens vivent avec le cancer d où la notion

Plus en détail

Formation spécialisée «Respect des droits des Usagers du système de santé»

Formation spécialisée «Respect des droits des Usagers du système de santé» Formation spécialisée «Respect des droits des Usagers du système de santé» Rapport approuvé lors de la Conférence Régionale de Santé du 30 septembre 2008 CRS Auvergne 30 septembre 2008 1 CRS Auvergne 30

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs

ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs éraldine Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHU de RENNES FRANCE Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du

Plus en détail

PROGRAMME D INTERVENTION EN POITOU CHARENTES DES INFIRMIÈRES COORDINATRICES DANS LE PARCOURS PERSONNALISÉ DU PATIENT EN CANCÉROLOGIE

PROGRAMME D INTERVENTION EN POITOU CHARENTES DES INFIRMIÈRES COORDINATRICES DANS LE PARCOURS PERSONNALISÉ DU PATIENT EN CANCÉROLOGIE Virginie BOYER-PRIMAULT Infirmière coordinatrice en cancérologie Pays Thouarsais (79) Marie ARANDA Infirmière coordinatrice en cancérologie Bignoux (86) PROGRAMME D INTERVENTION EN POITOU CHARENTES DES

Plus en détail

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Intervenants : Dr Jean-Etienne Touze, cardiologue, réadaptation cardiaque, hôpital privé Clairval (Marseille)

Plus en détail

Institut Universitaire de Santé Publique

Institut Universitaire de Santé Publique Définition de la prise en charge d un patient dans un réseau de soins par une méthode de consensus Delphi projet REPERES (Recherche Évaluative sur la Performance des REseaux de Santé) Comité de présentation

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Marie-Elodie Chicher Coordinatrice 3C GH Pitié Salpêtrière Charles Foix (Paris) 16 février 2016 Séminaire ANFH EHESP Infirmière

Plus en détail

DEMARCHE PAERPA. Fiche de consentement de la personne âgée

DEMARCHE PAERPA. Fiche de consentement de la personne âgée DEMARCHE PAERPA Fiche de consentement de la personne âgée Madame, Monsieur, Vous êtes sollicité(e) pour donner votre consentement à la transmission d informations vous concernant. Votre consentement permettra

Plus en détail

Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC)

Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC) Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC) Avenir dans la nouvelle région Plan Personnalisé de Soins : PPS Dr L Remenieras, responsable du 3 C Régional d Hématologie Vendredi 20 Mai 2016 DCC:

Plus en détail

Plateforme Opérationnelle de Sortie

Plateforme Opérationnelle de Sortie Plateforme Opérationnelle de Sortie Un dispositif novateur fluidifiant et sécurisant la sortie du patient Madame Audrey PANIEGO Responsable administrative Contexte et enjeux institutionnels Des difficultés

Plus en détail

Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015

Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015 Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015 Contexte : Contexte national «élargir l approche du soin en accordant une place systématique aux

Plus en détail

L évaluation des Equipes Mobiles de Soins Palliatifs (EMSP)

L évaluation des Equipes Mobiles de Soins Palliatifs (EMSP) L évaluation des Equipes Mobiles de Soins Palliatifs (EMSP) Rencontre Qualitefficience 22 octobre 2015 Département Evaluation des Politiques de Santé et des dispositifs (DEPS) Direction Efficience de l

Plus en détail

Etats généraux de la Santé en Val de Loire Réunion des Usagers 19 janvier 2012 Centre Social Communal de La Charité sur Loire 18 heures

Etats généraux de la Santé en Val de Loire Réunion des Usagers 19 janvier 2012 Centre Social Communal de La Charité sur Loire 18 heures Etats généraux de la Santé en Val de Loire Réunion des Usagers 19 janvier 2012 Centre Social Communal de La Charité sur Loire 18 heures Personnes présentes : organisateurs, animateurs, rédacteurs, population

Plus en détail

corner une initiative pour digitaliser les relations Patient-Hôpital-Ville

corner une initiative pour digitaliser les relations Patient-Hôpital-Ville corner une initiative pour digitaliser les relations Patient-Hôpital-Ville Intervenants Olivier DE LA BOULAYE H e a l t h c a r e B u s i n e s s D ev e l o p m e n t E xe c u t i v e A p p l e F r a n

Plus en détail

LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE

LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE La Clinique Mutualiste de l Estuaire est reconnue comme acteur majeur en cancérologie pour le territoire de

Plus en détail

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LE PLAN CANCER. Formation destinée aux Aides Soignantes. Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LE PLAN CANCER Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 20 mars 2014 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France - Sous l égide de l état avec rapport

Plus en détail

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur Katia PECQUERON DUZAC Septembre 2016 Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur L Hospitalisation A Domicile C est un établissement de santé, par nature polyvalent et généraliste, qui répond

Plus en détail

RRC. Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional. Organisation de la cancérologie

RRC. Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional. Organisation de la cancérologie Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional 4 ème Rencontre du Dispositif d Annonce et de Parcours Nice, 4 Décembre 2015 1. Organisation de la cancérologie. Les

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

L enquête IDiL (Initiation Diagnostic Lymphome)*

L enquête IDiL (Initiation Diagnostic Lymphome)* L enquête IDiL (Initiation Diagnostic Lymphome)* E. de Kerviler France Lymphome Espoir BVA * Enquête BVA sur l initiation du diagnostic de lymphome auprès des médecins généralistes et de spécialistes Éducation,

Plus en détail

V. Bourcy UCOG Pays de La Loire. D. Déniel - Lagadec UCOG Bretagne Observatoire dédié au cancer B PL

V. Bourcy UCOG Pays de La Loire. D. Déniel - Lagadec UCOG Bretagne Observatoire dédié au cancer B PL Enquête et sensibilisation sur la prise en charge des sujets âgés atteints d un cancer auprès des professionnels de santé des régions Bretagne et Pays de la Loire : focus sur les voies orales V. Bourcy

Plus en détail

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE FICHE DE POSTE : INFIRMIER EN EQUIPE D'APPUI DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS Famille : SOINS Métier : INFIRMIER EN SOINS GENERAUX Quotité du poste : Temps complet Rédacteur(s) : A.FEUILLATRE- MORNAY

Plus en détail

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres tâches pour la durée de l entretien. Prévoir une marge au

Plus en détail

Date :... Fonction : Age : Etiquette du service Sexe : F M Année d obtention du D.E : Ancienneté dans la pratique professionnelle :..

Date :... Fonction : Age : Etiquette du service Sexe : F M Année d obtention du D.E : Ancienneté dans la pratique professionnelle :.. Les hôpitaux de Toulouse sont engagés par l intermédiaire du Comité de lutte contre la douleur (C.L.U.D) dans une démarche d'amélioration continue de la qualité. La douleur provoquée par le soin est une

Plus en détail

Document interne - Présentation rôle et missions du 3C de la Haute-Savoie Nord

Document interne - Présentation rôle et missions du 3C de la Haute-Savoie Nord Document interne - Présentation rôle et missions du 3C de la Haute-Savoie Nord Sommaire 1. Rôle et missions du 3C de territoire 2. Le 3 ème Plan Cancer 3. Actions mises en place par le 3C de territoire

Plus en détail

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015 Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité Janvier Mars 2015 Sommaire Définition de la Maladie Chronique p.03 Méthodologie et taux de retour p.04 Représentativité p.06

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert Centre de Coordination en Cancérologie d Hématologie Région Limousin INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie une liaison entre la ville et l hôpital Katia Aubert ORGANISATION DE LA CANCEROLOGIE

Plus en détail

Présentation du DOSSIER DE PRESSE. «Réalités des soins oncologiques de support : regards croisés médecins / patients»

Présentation du DOSSIER DE PRESSE. «Réalités des soins oncologiques de support : regards croisés médecins / patients» CONFERENCE DE PRESSE Paris, mardi 18 novembre 2014 Présentation du DOSSIER DE PRESSE «Réalités des soins oncologiques de support : regards croisés médecins / patients» - Communiqué de presse - Infographies

Plus en détail

L organisation des soins en oncologie en France. Stéphane JOUVESHOMME CHI Poissy St Germain

L organisation des soins en oncologie en France. Stéphane JOUVESHOMME CHI Poissy St Germain L organisation des soins en oncologie en France Stéphane JOUVESHOMME CHI Poissy St Germain 1. Les réseaux de cancérologie Plan Cancer 2007: tout patient, quel que soit son lieu de soins ( ) doit bénéficier

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction 2015

Résultats de l enquête de satisfaction 2015 Résultats de l enquête de satisfaction 2015 Retour des enquêtes : En 2015, 46% des parents ou représentants légaux (42% en 2012) ont répondu à l enquête de satisfaction. Ce résultat peut interroger : Accueil

Plus en détail

LA CONCERTATION PLURIPROFESSIONNELLE

LA CONCERTATION PLURIPROFESSIONNELLE LA CONCERTATION PLURIPROFESSIONNELLE Introduction par le professeur Jean Michel CHABOT, conseiller auprès du Président de la Haute Autorité de Santé. L'organisation de notre système de soins ambulatoires

Plus en détail

Feuille de route régionale. Plan Cancer III

Feuille de route régionale. Plan Cancer III Feuille de route régionale Plan Cancer III 9 ème colloque Inter 3C des 3C 9 et 10 Marseille 6 novembre 2015 Action 2.1 : Garantir aux patients, avec l appui du médecin généraliste ou de l équipe de premier

Plus en détail

Enquête auprès des infirmiers libéraux : «coordination sanitaire et sociale»

Enquête auprès des infirmiers libéraux : «coordination sanitaire et sociale» Enquête auprès des infirmiers libéraux : «coordination sanitaire et sociale» Comment participer à l enquête? Cette enquête se déroule entre le 17 septembre et le 13 octobre 2001 inclus. Les renseignements

Plus en détail

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE 10 MARS 2017 CHU Pontchaillou - RENNES Expérimentation en cours Dans le cadre du deuxième plan cancer, première phase d expérimentation du dispositif des infirmiers

Plus en détail

Boîte à outils de formation à l annonce en cancérologie. Plan Projet

Boîte à outils de formation à l annonce en cancérologie. Plan Projet Boîte à outils de formation à l annonce en cancérologie Plan Projet Objectif : mettre à disposition des 3C de la région l ensemble du matériel nécessaire à la réalisation de formations/sensibilisations

Plus en détail

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Sce HépatoGastroentérologie, Oncologie Digestive Fédération des Spécialités Digestives Hop Ambroise Paré, Boulogne PRINCIPES CONDITIONS Consultation

Plus en détail

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du patient en Cancérologie Nicole Gérentes, Cécile Migala, Patrice Moreau, Véronique Tarit IDE pivots de l Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth

Plus en détail

LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION. Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017

LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION. Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017 LES CONSULTATIONS DE PRIMO PRESCRIPTION Loubna DIOURI IDE Recherche clinique Jeudi 23 mars 2017 Rappel du cadre légal Actions du Plan Cancer ( 2014-2019) afférentes au parcours de soins des patients sous

Plus en détail

Annexe 1 : déroulement de la certification. Qui est concerné par la certification?

Annexe 1 : déroulement de la certification. Qui est concerné par la certification? Annexe 1 : déroulement de la certification Qui est concerné par la certification? La certification concerne tous les établissements de santé, publics et privés. La procédure s'applique à l'établissement

Plus en détail

Dossier de liaison Enfants et Adultes handicapés dépendants

Dossier de liaison Enfants et Adultes handicapés dépendants Dossier de liaison Enfants et Adultes handicapés dépendants Intérêt et limites Dans le contexte des soins palliatifs Journée PALIPED 29 Mai 2012 «Quelles rencontres avec l enfant polyhandicapé?» DR Catherine

Plus en détail

Impacts du scénario régional «Chambre des erreurs» (édition 2014)

Impacts du scénario régional «Chambre des erreurs» (édition 2014) Réseau Bas-Normand Santé Qualité Synthèse de résultats Enquête Impacts du scénario régional «Chambre des erreurs» (édition 2014) Juillet 2015 Contexte et objectifs Lors de la Semaine Sécurité des Patients

Plus en détail

ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS. Préambule

ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS. Préambule Pôle Santé Léonard de Vinci 1, avenue du Professeur Alexandre Minkowski 37170 Chambray-lès-Tours Tel : 02 47 222 111 ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS Préambule Faire admettre une personne

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE?

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? Marie Josée Augé-Caumon Conseiller USPO 1 ACCÈS DE TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ Article 36 I. Les articles

Plus en détail

Étude qualitative de la satisfaction du Dispositif d Annonce d. auprès s des professionnels de santé et des patients en région r (2010)

Étude qualitative de la satisfaction du Dispositif d Annonce d. auprès s des professionnels de santé et des patients en région r (2010) Étude qualitative de la satisfaction du Dispositif d Annonce d auprès s des professionnels de santé et des patients en région r Poitou-Charentes (2010) Introduction L annonce d une maladie grave : Traumatisme

Plus en détail