Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon"

Transcription

1 Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Réseau régional de cancérologie Rencontre sur l art thérapie en oncologie 17 avril 2014 Bénédicte ETIENNE-MASTROÏANNI (pneumo-oncologue) Louise NATOLI (art thérapeute) Service de Pneumologie, Hôpital Louis Pradel, LYON

2 Liens d intérêt (BEM) - Recherche clinique: - GlaxoSmithKline - Hoffmann-La Roche - Eli Lilly - MSD - Astra Zeneca - Symposia: - Hoffmann-La Roche - Eli Lilly - Janssen - Soins aux patients : Hoffmann-La Roche - Congrès : - Amgen - Hoffman-La Roche - Eli Lilly - Mundi Pharma

3 Pourquoi les soins oncologiques de support (SOS) sont-ils pertinents en oncologie thoracique? (1) Le cancer pulmonaire métastatique est volontiers symptomatique dès le début de la prise en charge : toux, dyspnée, douleurs Le pronostic est sombre (12 à 15 mois de survie) et les hospitalisations sont itératives 3

4 Pourquoi les SOS sont-ils pertinents en oncologie thoracique? (2) Les SOS permettent d aborder dans la pratique quotidienne la double problématique d un patient symptomatique et d une maladie incurable (stade métastatique). Les SOS améliorent la qualité de vie des patients pendant leur traitement, permettent une relation thérapeutique de qualité et un maintien de l intégration sociale et familiale 4

5 Intérêt des SOS précoces en oncologie thoracique CBNPC stade IV récemment diagnostiqué Randomisation dans les 8 semaines suivant le diagnostic Prise en charge oncologique standard Prise en charge oncologique standard + soins de support 5 Amélioration de la qualité de vie, diminution des symptômes anxio-dépressifs et amélioration significative de la survie dans le bras SOS Première grande étude confirmant l intérêt des soins de support précoces malgré de nombreux défauts méthodologiques. étude ouverte faible effectif une seule évaluation temporelle Monocentrique Soins de support mal définis et bras contrôle très faible

6 L organisation des soins de support. Modèle «français» Soins de support Soins spécifiques Prise en charge globale Le défi des SOS : une organisation coordonnée des différentes compétences impliquées conjointement aux soins spécifiques d oncologie dans la prise en charge des malades.

7 Organisation des soins de support dans le Service Soins palliatifs socioesth Service social IDEC Soins de support Soins spécifiques ART-THERAPIE Psycho Onco psychomot HAD

8 Mise en place de l Art-thérapie (AT) dans le Service (1) Partenariat industriel Originalité du projet : tous types de patients (pas seulement palliatifs) Unité de lieu : Hôpital Louis Pradel, Service de Pneumologie Dr B. Mastroianni, Pr JF Mornex, Pr N. Girard, Pr JF Cordier Hospitalisation de semaine, de jour (bilans et traitements chimiothérapies) et conventionnelle (complications, soins palliatifs) Sensibilisation initiale du personnel médical et paramédical à l AT Séances de 13h à 17h, Individuelles en chambre Au préalable, présentation par l équipe médicale et/ou soignante de l AT aux patients : mise en relation avec l art-thérapeute en maintenant un climat de confiance.

9 Mise en place de l AT dans le Service (2) Mise en route octobre 2011 Séances de 13h à 17h Individuelles en chambre Première séance : long entretien (1 heure) avec plusieurs objectifs : faire connaissance avec la personne, connaître notamment ses goûts et envies, présentation du chariot et de toutes les possibilités artistiques à explorer et, si le temps le permet, mettre en place un projet.

10 10

11

12 Art-thérapie : Bilan à 2 ans Evaluation qualitative et quantitative 179 séances chez 89 patients Nombre moyen de séances par ½ journée : 2 à 3 Nombre de refus : 75 (trop grande fatigue ou manque d intérêt - connotation infantilisante de l artthérapie)

13 Prise en charge par genres 39% 61% Les femmes perçoivent plus rapidement les bienfaits potentiels de l art-thérapie Les hommes refusent sans trop chercher à savoir ce qu on leur propose. Cependant, ceux qui acceptent la première séance de discussion avec la mise en place d un projet artistique, se lancent en très grande majorité dans une production dès la 2 ème séance. Bénéfice similaire dans les 2 sexes Gueu K, Support Cancer Care 2012

14 179 fiches auto évaluatives Art-thérapie : bilan à 2 ans

15 Art-thérapie : bilan à 2 ans

16 Art-thérapie : bilan à 2 ans

17 L AT a des résultats positifs chez les patients traités pour cancer 50 patients, 1 séance d 1 heure échelle de contrôle des différents symptômes liés au cancer : douleurfatigue-anxiété 96% des patients se sont sentis bien pendant la séance avec leur attention détournée vers quelque chose de positif 90% des cas : diminution du score global des symptômes 92% souhaiteraient continuer

18 17 études entre 1999 et 2009 Types d approches très différents Hétérogène ++ Effet positif dans tous les cas (physique et psychologique) Mais : effet temporaire++ sur les symptômes Nécessité d études ultérieures

19 JAMA, 2313 Revue systématique de toutes les études randomisées publiées jusqu en études sur 1576 patients Etudes hétérogènes ++ Activités artistiques variables Diminution significative de l anxiété, de la douleur et amélioration de la qualité de vie Effet transitoire 19

20 Conclusions 20 Expérience très positive Fruit d une collaboration originale avec l industrie pharmaceutique directement «au service» des patients Bénéfique pour les patients en chimiothérapie et en soins palliatifs «Temps positif pendant le séjour hospitalier» Soulagement temporaire des symptômes Bénéfique également pour l équipe soignante ++ Présentations poster : congrès de la MASCC (juin 2013), AFSOS (octobre 2013), CPLF (janvier 2013) article en relecture (Lettre du Pneumologue) Projets : Poursuite de l activité dans le Service Poursuite des évaluations, échelles standardisées?? Projet avec le personnel du service Extension du projet : HCL Pneumologie : CHLS (Charlotte Rentler) Au sein du Groupement Hospitalier Est (neuro-oncologie) Aux autres CH : Annecy (Pneumologie)

21 Productions des patients.

22

23

24

25

26

27

28

29

30 Oui mais quoi que l on fasse et/ou propose, ne jamais oublier le sujet

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce Dr Lafaye Fanny (PH LISP Oncologie médicale) CHU Dr Emmanuel de Larivière (médecin responsable du pôle palliatif)

Plus en détail

DEMARCHE PARTICIPATIVE TERRAIN

DEMARCHE PARTICIPATIVE TERRAIN DEMARCHE PARTICIPATIVE TERRAIN AU SEIN DES ESPACES DE DECISIONS EN CANCEROLOGIE Florian Scotté Oncologie médicale HEGP AFSOS Congrès 2013, Paris Circulaire du 25 mars 2008 (DHOS/02/2008/99) relative à

Plus en détail

ESSAI IMPAQ. Dr Touzet et Dr Dhalluin CHRU Lille

ESSAI IMPAQ. Dr Touzet et Dr Dhalluin CHRU Lille ESSAI IMPAQ Impact de la prise en charge palliative précoce sur la qualité de vie et le pronostic de patients atteints de cancer pulmonaire non-à-petite-cellule métastatique Dr Touzet et Dr Dhalluin CHRU

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS!

L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! A L OCCASION DE LA 9 ÈME JOURNÉE MONDIALE DES SOINS PALLIATIFS! VENDREDI 24 OCTOBRE 2014 ENS LYON! L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! UNE PLACE ORIGINALE DANS L ÉQUIPE DE SOINS! Cédric LEFEVRE! Art-thérapeute

Plus en détail

Soins palliatifs précoces en oncologie.

Soins palliatifs précoces en oncologie. Soins palliatifs précoces en oncologie. Dr THOMAZEAU Joséphine Dr SAFFON Nicolas Unité résonance Hôpital Casselardit Toulouse Le 8 avril 2016 Contexte oncologique 14 millions nouveaux cas par an 7 à 14%

Plus en détail

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Atelier «Le savoir-faire des soignants» Dr C. Quenard & Dr W. Rhondali CLINIQUE MON REPOS MARSEILLE Conflits d intérêt

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins?

Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins? Anniversaire des 10 ans de colloque cadres 3C Quelles évolutions dans la prise en soins? 12 mai 2016 Dominique BARFUSS, Cadre supérieur de santé du pôle appareil digestif, endocrinologie et nutrition Sylvie

Plus en détail

Tabagisme et cancer du poumon : de la prévention aux soins palliatifs

Tabagisme et cancer du poumon : de la prévention aux soins palliatifs Tabagisme et cancer du poumon : de la prévention aux soins palliatifs Pr. Thierry URBAN Pneumologie et UCT CHU Angers Lien d Intérêts : Pfizer, GSK, Lilly, Roche, Astra Zeneca U 646 Ingénierie de vectorisation

Plus en détail

Directives anticipées : Nouveau cadre légal, réflexions éthiques et repères pratiques

Directives anticipées : Nouveau cadre légal, réflexions éthiques et repères pratiques Directives anticipées : Nouveau cadre légal, réflexions éthiques et repères pratiques Journée annuelle Réseau Oncocentre, 2017 Donatien Mallet Fédération inter-hospitalouniversitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Marie-Elodie Chicher Coordinatrice 3C GH Pitié Salpêtrière Charles Foix (Paris) 16 février 2016 Séminaire ANFH EHESP Infirmière

Plus en détail

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer

Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet ULYSSE / INCa Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer CJP / Dr DURANDO, Dr BAHADOOR,

Plus en détail

«Art-thérapie et Oncologie»

«Art-thérapie et Oncologie» Réseau Espace Santé Cancer Rhône Alpes Jeudi 17 avril 14 «Art-thérapie et Oncologie» Fabrice Chardon Directeur d enseignement et de recherche Afratapem Directeur pédagogique DU d art-thérapie Faculté de

Plus en détail

Partenaires jusqu au dernier souffle Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC)

Partenaires jusqu au dernier souffle Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC) Soins de fin de vie pour les maladies pulmonaires chroniques (MPC) Présenté par : Nathalie Painchaud, Inf., B.Sc. Diane Nault, Inf., M.Sc. Service régional de soins pulmonaires à domicile (SRSAD) Hôpital

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN

LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN Regards croisés des médecins et des patientes de la région Rhône- Alpes. BARRACHIN Sigrid LABROSSE Hélène, FARSI Fadila, PREAU Marie Présentation

Plus en détail

Comment organiser les traitements oncologiques médicaux en ambulatoire? Olivier TREDAN Lyon

Comment organiser les traitements oncologiques médicaux en ambulatoire? Olivier TREDAN Lyon Comment organiser les traitements oncologiques médicaux en ambulatoire? Olivier TREDAN Lyon liens d intérêt Roche, Novartis-GSK, Pfizer, MSD, Astra-Zeneca, Sandoz, Celldex traitements oncologiques ambulatoires

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique.

La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique. La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique. Pas de conflits d intérêts concernant le sujet. Dr Oswald Van Cutsem Clinique Saint Luc 5004 BOUGE 17 ème Journée Annuelle

Plus en détail

LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE

LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE LISTE DE QUESTIONS À POSER À VOTRE ÉQUIPE SOIGNANTE SOMMAIRE 3 LE DIAGNOSTIC 4 LE CHOIX DE SON TRAITEMENT LA CHIRURGIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LA RADIOTHÉRAPIE 8 LA PRISE DE MÉDICAMENTS 9 SYMPTÔMES PHYSIQUES

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie Marine MANGENOT L art-thérapie dans un service d onco-pédiatrie I. L art-thérapie en onco-pédiatrie II. L art-thérapie en soins palliatifs III. Vignettes

Plus en détail

Étude qualitative de la satisfaction du Dispositif d Annonce d. auprès s des professionnels de santé et des patients en région r (2010)

Étude qualitative de la satisfaction du Dispositif d Annonce d. auprès s des professionnels de santé et des patients en région r (2010) Étude qualitative de la satisfaction du Dispositif d Annonce d auprès s des professionnels de santé et des patients en région r Poitou-Charentes (2010) Introduction L annonce d une maladie grave : Traumatisme

Plus en détail

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Dr Caroline BUREAU LENOIR Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine HISTORIQUE (1)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie TRAITEMENT ONCOLOGIQUE Claire Jamet Oncologue médicale

Plus en détail

3C Centre de Coordination en Cancérologie BESANCON GRAY-PONTARLIER

3C Centre de Coordination en Cancérologie BESANCON GRAY-PONTARLIER 3C Centre de Coordination en Cancérologie BESANCON GRAY-PONTARLIER PRS Chirurgie, Soins Oncologiques de support, RRC/3C Mieux structurer la chirurgie et développer des techniques innovantes Mesure n 21-3

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

CANCER DU SEIN cas par an en France et décès. TSM ( Taux standard moyen) 94 / en France

CANCER DU SEIN cas par an en France et décès. TSM ( Taux standard moyen) 94 / en France CANCER DU SEIN 54 000 cas par an en France et 12 000 décès TSM ( Taux standard moyen) 94 /100.000 en France En Corse environ 300 cas / an ( 1/1000 habitants) Haute Corse > 150 cas par an (2B +/- extrême

Plus en détail

Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie

Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie Évaluation, interventions, suivi et enseignement : les rôles infirmiers au service du patient traité en radio-oncologie Maryse Carignan, M. Sc. inf., CSIO(C) Conseillère clinique, DSI CSSSL Renata Benc,

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique?

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique? Quel suivi pour un risque élevé de rechute systémique? Christelle LEVY Déclaration d intérêts GSK Novartis Roche Pas de conflit d intérêt pour cette présentation contexte les recommandations des sociétés

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 LES SOINS PALLIATIFS Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 Un peu d histoire En Occident, l accompagnement du mourant est longtemps resté une pratique familiale et/ou une pratique religieuse. Quant à

Plus en détail

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?

Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? -Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic -Traitements reçus -Etat de santé à deux ans -Qualité de vie à deux ans Modes de découverte

Plus en détail

La consultation infirmière

La consultation infirmière La consultation infirmière Francine Python Congrès SOS, 18 mars 2010 Le Contexte de Travail Établissement privé de la Côte vaudoise Service ambulatoire d oncologie et d hématologie Entre 25 et 40 patients

Plus en détail

Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme. PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE

Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme. PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE La Magie D un Rêve Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE CENTRE MÈRE ENFANT DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC La Zoothérapie

Plus en détail

Pour aider / Accompagnement thérapeutique

Pour aider / Accompagnement thérapeutique Pour aider / Accompagnement thérapeutique 32_VIVRE_DÉCEMBRE 2010 Pour une meilleure qualité de vie Apparus dans les années quatre-vingt-dix, les soins dits de support améliorent la qualité de vie des personnes

Plus en détail

FLEUR DU JASMIN TUNISIEN

FLEUR DU JASMIN TUNISIEN FLEUR DU JASMIN TUNISIEN 1 L EXPERIENCE D UN CENTRE DE SOUTIEN EN SOINS PALLIATIFS EN TUNISIE 2 L EXPERIENCE D UN CENTRE DE SOUTIEN EN SOINS PALLIATIFS EN TUNISIE Azzouz Chedly Prof. en sciences infirmières

Plus en détail

Présentation du DOSSIER DE PRESSE. «Réalités des soins oncologiques de support : regards croisés médecins / patients»

Présentation du DOSSIER DE PRESSE. «Réalités des soins oncologiques de support : regards croisés médecins / patients» CONFERENCE DE PRESSE Paris, mardi 18 novembre 2014 Présentation du DOSSIER DE PRESSE «Réalités des soins oncologiques de support : regards croisés médecins / patients» - Communiqué de presse - Infographies

Plus en détail

RRC. Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional. Organisation de la cancérologie

RRC. Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional. Organisation de la cancérologie Evolution du DA depuis la création des RRC 1. Au niveau national 2. Au niveau régional 4 ème Rencontre du Dispositif d Annonce et de Parcours Nice, 4 Décembre 2015 1. Organisation de la cancérologie. Les

Plus en détail

Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie

Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie Dr Patrick HEITZMANN, médecin coordinateur OncoCentre 1 Réseau OncoCentre EMRC (4 ETP) Etude simple à mettre en œuvre 2 La cancérologie

Plus en détail

Décéder au domicile: des sondages à la réalité. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Congrès SFAP 2010

Décéder au domicile: des sondages à la réalité. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Congrès SFAP 2010 Décéder au domicile: des sondages à la réalité Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Congrès SFAP 2010 Constat Arc en Ciel: pas de progression du taux de décès à domicile 100 90 80 70 60 50 40 30 20

Plus en détail

Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg

Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg Comment assurer une prise en charge globale pour les enfants gravement malades de notre pays Dr Isabelle Kieffer, pédiatre, Kannerklinik CHL COLLOQUE NATIONAL

Plus en détail

Limitation ou arrêt des traitements en cours en soins palliatifs. Pr Marilène FILBET Centre de soins palliatifs CHU lyon SUD

Limitation ou arrêt des traitements en cours en soins palliatifs. Pr Marilène FILBET Centre de soins palliatifs CHU lyon SUD + Limitation ou arrêt des traitements en cours en soins palliatifs Pr Marilène FILBET Centre de soins palliatifs CHU lyon SUD + Les soins palliatifs Soins actifs Prise en charge globale Equipe multidisciplinaire

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Le sevrage tabagique Référentiel

Le sevrage tabagique Référentiel Le sevrage tabagique Référentiel Besançon, 9 janvier 2016 Yves Martinet et Nathalie Wirth y.martinet@chu-nancy.fr Aucun lien/conflit d intérêt CENTRE HOSPITALIER RÉGIONAL UNIVERSITAIRE DE NANCY Réalisation

Plus en détail

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer?

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? 8 ème Congrès de l Association Nationale Pour les Soins Somatiques en Santé Mentale Paris, 11 juin 2010 Dr Sarah Dauchy, Psychiatre

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE.

L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE. L APPROCHE EN ONCO-GERIATRIE GERIATRIE. Dr Gilles ALBRAND - Chef de Service Unité d Evaluation Gériatrique Approfondie Hôpital Antoine Charial CHR-U U de Lyon 40 Avenue de la Table de Pierre 69340 Francheville.

Plus en détail

Présentation pour la journée d études thématiques

Présentation pour la journée d études thématiques Présentation pour la journée d études thématiques Une démarche projet autour des soins palliatifs permet-elle d améliorer la qualité de vie au travail et de diminuer la souffrance des soignants? Etude

Plus en détail

Monsieur R. Monsieur R. Quelle est la phase de la maladie de ce patient en 2007? MIB - Oncologie - Cancérologie W Jacot.

Monsieur R. Monsieur R. Quelle est la phase de la maladie de ce patient en 2007? MIB - Oncologie - Cancérologie W Jacot. Item 142 Prise en charge globale et terminale de la maladie métastatique. A Chapelle Homme de 61 ans 2007 : Aénocarcinome prostatique, métastatique d emblée (os), PSA > 2000 Bon état général (IK 80%) Pas

Plus en détail

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Dr Damien Le Pennec Problématique du délai Contenu de la première consultation : Anticipation des prises en charge Prise en charge diagnostique

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON Un projet commun Genèse du projet Rencontre de professionnels de la santé CHRU de Lille / Santélys Souhait fort des deux

Plus en détail

Un suivi systématique de la clientèle palliative recevant des traitements de radiothérapie

Un suivi systématique de la clientèle palliative recevant des traitements de radiothérapie Un suivi systématique de la clientèle palliative recevant des traitements de radiothérapie Stéphanie Nunès, inf. clin. Maryse Carignan, M. Sc. Inf., CSIO(C) Avec la collaboration de Dr Marie-Andrée Fortin,

Plus en détail

Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18.

Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18. Priorités et développement de la consultation infirmière en Suisse. Ce qui existe que pourrait-il exister? Conférence SOS 18. Mars 2010 Dr. Manuela Eicher Défis des soins en oncologie En Suisse un homme

Plus en détail

Dossier de presse. Besançon, le 2 février UCPVax : vaccin thérapeutique anti-cancer innovant ciblant la télomérase

Dossier de presse. Besançon, le 2 février UCPVax : vaccin thérapeutique anti-cancer innovant ciblant la télomérase Dossier de presse Besançon, le 2 février 2015 UCPVax : vaccin thérapeutique anti-cancer innovant ciblant la télomérase Sommaire Le cancer du poumon, première cause de décès par cancer dans le monde UCPVax

Plus en détail

Attitudes envers les essais randomisés en cancérologie selon le vécu préalable

Attitudes envers les essais randomisés en cancérologie selon le vécu préalable Attitudes envers les essais randomisés en cancérologie selon le vécu préalable Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr - Aix-Marseille Université, Faculté de Médecine, LERTIM - UMR 912 (SE4S), équipe

Plus en détail

Les «Psys»en cancérologie

Les «Psys»en cancérologie Les «Psys»en cancérologie Quel travail de liaison? FlorenceNore Psychologue -Centre Jean Perrin / CHU «J ai envie de tuer quelqu un. J aurai dûen parler àmon psy, finalement j ai préféréme confier àmon

Plus en détail

DES SOIGNANTS. Meilleure prise en charge des symptômes : FORMATION

DES SOIGNANTS. Meilleure prise en charge des symptômes : FORMATION Meilleure prise en charge des symptômes : FORMATION Meilleur accompagnement des patients et de leurs proches : PRISE EN COMPTE DE LA SOUFFRANCE DES SOIGNANTS PHRC 2004 Etude des effets d un projet de service

Plus en détail

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Dr M.MAGNET Coordonnateur Soins et Santé Lyon H CAZENEUVE, Sociologue- Centre Hygée Saint-Etienne V.ROUSSET,

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Atelier «Bouger pour la vie»

Atelier «Bouger pour la vie» Atelier «Bouger pour la vie» La pratique d activités physiques PENDANT et APRÈS les traitements contre le cancer Bastarache, Guillaume, kinésiologue, B.Sc. Service de kinésiologie de la Fondation Virage

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient. Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris

Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient. Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris Point méthodologique sur la recherche en éducation thérapeutique du patient Laetitia Gambotti Unité de Recherche Clinique Pitié Charles Foix, Paris IRESP 13 juin 2012 1 Un programme d ETP Identification

Plus en détail

Malformations pulmonaires l expérience de Nantes

Malformations pulmonaires l expérience de Nantes Malformations pulmonaires l expérience de Nantes Ulrika de Pontbriand Praticien hospitalier, pneumo pédiatre Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares Trousseau Organisation de l équipe nantaise

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

Congrès SFT novembre Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours

Congrès SFT novembre Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours Congrès SFT 2016 3-4 novembre 2016 Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l abstinence en premier recours Recommandation de bonne pratique Professeur Albert OUAZANA

Plus en détail

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR???

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? Dr Amblard-Manhès «Centre médical LES SAPINS» CEYRAT Soins de suite et de réadaptation, orientation cancérologie, POURQUOI FAIRE? Améliorer la qualité de

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE : 2-STRUCTURE : Généralités.

FICHE SIGNALETIQUE : 2-STRUCTURE : Généralités. FICHE SIGNALETIQUE : Pour remplir les champs libres : «double clic» puis remplir «Texte par défaut». Pour cocher une case : «double clic» puis «case activée». Il sera nécessaire de faire signer l autorisation

Plus en détail

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey PREVALENCE DU CANCER CHEZ LES PATIENTS AGES DE 75 ANS ET PLUS RESIDANT EN EHPAD : ETUDE REALISEE AUPRES DES 50 EHPAD CONVENTIONNES

Plus en détail

RÉSIDENCE STAGE SOINS INTENSIFS. Document d accueil. Avril 2012

RÉSIDENCE STAGE SOINS INTENSIFS. Document d accueil. Avril 2012 STAGE SOINS INTENSIFS Document d accueil Avril 2012 Révisé avril 2015 Stage Soins intensifs MOT DE BIENVENUE Nous vous souhaitons la bienvenue au stage de soins intensifs de l Institut universitaire de

Plus en détail

Notions de méta-analyses

Notions de méta-analyses Notions de méta-analyses Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr LERTIM, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Marseille, France http://cybertim.timone.univ-mrs.fr Introduction Technique développer

Plus en détail

Les Assises Nationales du Maintien à Domicile, Salon Autonomic Médecine Physique et de Réadaptation et Maintien à Domicile

Les Assises Nationales du Maintien à Domicile, Salon Autonomic Médecine Physique et de Réadaptation et Maintien à Domicile Les Assises Nationales du Maintien à Domicile, Salon Autonomic 2 000. Médecine Physique et de Réadaptation et Maintien à Domicile Paris le 16 06 2 000. La réadaptation en hospitalisation à domicile Dr

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

CŒUR, RAISON ET ACTION

CŒUR, RAISON ET ACTION CŒUR, RAISON ET ACTION Réseau de soins palliatifs du Québec 28 et 29 mai 2007 Sherbrooke Agathe Blanchette md Centre de santé et de services sociaux de Trois-Rivières 1 Agathe Blanchette, médecin Objectifs:

Plus en détail

PMSI et Système d Information en Epidémiologie. Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux

PMSI et Système d Information en Epidémiologie. Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux PMSI et Système d Information en Epidémiologie Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux Place du recueil d information médicale dans le SIH Système d information Organisation qui comprend moyens humains et

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE TRAVAUX des réseaux d Ile-de-France 3 e Congrès National des Réseaux de Cancérologie CONSTELLATION, ENSEMBLE, GYNECOMED, ONCORIF, ONCOVAL,

Plus en détail

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Soins palliatifs Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Plan Définitions Loi leonetti Structures en soins palliatifs Réseau Arc en Ciel Introduction Le terme «palliatif» recouvre

Plus en détail

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli

L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie. Dr Mehdi Roudesli L Institut Régional de Médecine du Sport de Haute Normandie Dr Mehdi Roudesli SPORT & SANTE Ou L activité physique en prévention primaire et tertiaire de différentes pathologies chroniques Introduction

Plus en détail

Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité.

Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité. Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité. Réflexions et propositions du Groupe LISP de la SFAP Aude Le Divenah, Anne Claudon, Edouard Ferrand pour le Groupe de travail LISP

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 RÔLE DU MÉDECIN Soins Enseignement Recherche Information et communication INFORMATION AUX PATIENTS L

Plus en détail

Une politique de soins, mise en place depuis 5 ans, pour améliorer la prévention des escarres à l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Une politique de soins, mise en place depuis 5 ans, pour améliorer la prévention des escarres à l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Une politique de soins, mise en place depuis 5 ans, pour améliorer la prévention des escarres à l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Auteur : Co-auteur : Françoise Zantman Direction des Soins et des

Plus en détail

Développement et appropriation des référentiels en soins de support

Développement et appropriation des référentiels en soins de support w w w. a f s o s. o r g Développement et appropriation des référentiels en soins de support Docteur Fadila FARSI, CRLCC Léon Bérard, Lyon Réseau régional de cancérologie Rhône-Alpes AFSOS/LES BESOINS DU

Plus en détail

Evaluation des prescriptions de chimiothérapies anticancéreuses dans les dernières semaines de vie

Evaluation des prescriptions de chimiothérapies anticancéreuses dans les dernières semaines de vie Evaluation des prescriptions de chimiothérapies anticancéreuses dans les dernières semaines de vie S.Drouot, A.P Pouliquen, P.Faure, JL.Misset, I.Madelaine Rationnel Croissance des prescriptions lié à

Plus en détail

Objectifs du mémoire. Guide pour la rédaction d un mémoire. Diplôme de fasciathérapie. Obtention du diplôme de fasciathérapeute

Objectifs du mémoire. Guide pour la rédaction d un mémoire. Diplôme de fasciathérapie. Obtention du diplôme de fasciathérapeute Guide pour la rédaction d un mémoire Diplôme de fasciathérapie Corinne Arni W 2008/14 Septembre 2010 Objectifs du mémoire Obtention du diplôme de fasciathérapeute Comment tirer de l expérience de sa pratique

Plus en détail

La science du mouvement en appui au traitement du trouble anxio-dépressif. - Une étude pilote

La science du mouvement en appui au traitement du trouble anxio-dépressif. - Une étude pilote La science du mouvement en appui au traitement du trouble anxio-dépressif - Une étude pilote Collaboration CLINICIENS PRINCIPAUX & ASSOCIÉS Gabriel Henri, Kinésiologue, Coordonnateur professionnel, Service

Plus en détail

Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie

Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie Le métier de Coordinateur de Soins en Oncologie SOMMAIRE Pourquoi une fonction de CSO, contexte historique? Rôle et fonction de la CSO Les travers du métier En pratique Quelles sont ses compétences? Formation

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Cadre Réglementaire Circulaire n 2008-99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs Annexe III - Référentiel

Plus en détail

Le service oncologie. CHEM_Broschüre_SO_BAT_02.indd 1

Le service oncologie. CHEM_Broschüre_SO_BAT_02.indd 1 Le service oncologie CHEM_Broschüre_SO_BAT_02.indd 1 Le service oncologie En tant qu équipe soignante et médicale, nous nous réjouissons de pouvoir accueillir en 2016 tous nos patients dans un environnement

Plus en détail

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault LA FIN DE VIE Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault Mardi 02 février 2016 1 La Législation La demande sociétale actuelle des Français est de voir

Plus en détail