l Enass Ecole nationale d assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l Enass Ecole nationale d assurances"

Transcription

1 l Enass Ecole nationale d assurances L impact des différents modèles de gouvernance sur les Sociétés d Assurance Mutuelles D une mort annoncée à la réaffirmation du modèle mutualiste Angélique BAUX

2 REMERCIEMENTS Je souhaite commencer par remercier sincèrement mon tuteur pour la richesse et la sincérité de nos échanges ainsi que pour la confiance qu il m a témoignée tout au long de mes travaux. Mes responsables pour m avoir permis de me lancer dans la grande et longue aventure du MBA. Un merci tout particulier pour mes collaboratrices qui ont su assurer une continuité de services pour la satisfaction de nos sociétaires et me soutenir lorsque la charge devenait trop importante. Je remercie chaleureusement les personnalités du monde de l assurance et d autres univers qui m ont offert du temps. Ils ont tous, sans exception, répondu avec beaucoup de franchise à mes interrogations. Mes relecteurs pour leur attention et leurs remarques. Mes camarades de promotion pour le partage de connaissances et le soutien mutuel que nous nous sommes apportés tout au long du cursus. Un clin d œil pour Chantal et Benoît : merci pour la chaleur de votre accueil et le velouté de vos potages Enfin, merci à toi Philippe pour ton soutien indéfectible, tant logistique que moral pendant 18 mois, et merci à toi mon Loulou pour ta (relative) patience. Now, I m back! CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

3 A mon fils Deviens ce que tu es CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

4 SYNTHESE Les sociétés d assurance mutuelles sont des groupements de personnes sans capital social, sans actionnaires. Par ignorance ou par facilité, cette spécificité n est reconnue ni par l économie financière ni par le régulateur européen. Acteur du secteur financier, les SAM sont assimilées aux sociétés à actionnariat diffus voire même, aux institutions bancaires. Elles sont contraintes de s adapter et d appliquer les «bonnes pratiques» d un modèle de gouvernance financière issu d une culture et d une histoire qui ne sont pas les siennes. Paradoxalement, dans le même temps, le modèle mutualiste est présenté comme un modèle à suivre. Dans un contexte de crises financières successives, le court termisme engendré par la gouvernance financière trouve ses limites. Inscrire l entreprise dans un temps plus long et dans un espace plus large est nécessaire. A l aune de la responsabilité sociale des entreprises, la gouvernance partenariale devient un modèle que les entreprises cotées s approprient pour communiquer sur la place centrale qu ils accordent aux clients. «Le sociétaire au cœur des préoccupations» c est le fondement de l identité des SAM au sein desquelles la gouvernance est fondée sur le principe démocratique. Au-delà du discours institutionnel, si les SAM souhaitent conserver leur identité et les atouts que peuvent induire une gouvernance démocratique dans la captation et la fidélisation des clients, elles doivent mobiliser les clients sociétaires et conserver une stratégie mutualiste. Cette réaffirmation est d autant plus nécessaire que la société française évolue, tant sociologiquement que technologiquement. Pour conforter le modèle mutualiste, les SAM doivent aller au-delà des exigences réglementaires de publications d indicateurs financiers et sociétaux. Elles doivent résolument s inscrire dans la prospective et inventer une gouvernance 2.0, conjonction entre l approche cognitive et organisationnelle du système de gouvernance, les «nouvelles» technologies et l évolution sociétale vers un fonctionnement en réseau. L entreprise doit être appréhendée comme un réseau social et capitaliser sur ses connaissances pour créer de la valeur. Mots clés : Mutuelles, Responsabilité sociale, Création de valeur, Gouvernance financière, Gouvernance partenariale, Gouvernance cognitive, Gouvernance 2.0, Dynamique collective CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

5 ABSTRACT Mutual insurance companies are groups of people without capital, without shareholder. By ignorance or by convenience, this specificity is neither recognized by the financial economy nor by the European regulator. As actors in the financial sector, the mutual insurance companies are assimilated to diffuse shareholding companies or even banking institutions. They are forced to adapt and implement "best practices" based on a model of financial governance, from a culture and history which are not their own. Paradoxically, at the same time, the mutual model is presented as a model to be followed. In the walk of successive financial crises, caused by the short-termism of financial governance has reached its limits. To register the company in a longer time and a wider space is necessary In light of the corporate social responsibility, stakeholder governance is becoming a new model which indexed companies are appropriating in order to communicate the centrality they give to clients. "The member at the heart of preoccupations" is the basis of the identity of mutual insurance companies, whose core governance is based on the democratic principle. Beyond institutional discourse, if mutual insurance companies wish to retain their identity and values, which can induce democratic governance in the uptake and retention of customers, then they should mobilize their members in order to keep a mutual strategy. This reaffirmation is all the more necessary as French society evolves, both sociologically and technologically. To strengthen the mutual model, mutual insurance companies must go beyond the regulatory requirements of financial and societal indicators publications. They should definitely be part of the governance and invent a prospective 2.0, conjunction between the cognitive and organizational governance system and the "new" technologies and societal changes to network operation. The company must be understood as a social network and capitalize on its knowledge to create value. Key words: Mutual insurance Company, Social Responsibility, Value Creation, Financial Governance, Governance partnership, Cognitive Governance, Governance 2.0, Collective Dynamics CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

6 SOMMAIRE INTRODUCTION Première Partie Gouvernance financière : la remise en cause du modèle Le modèle unique des sociétés par actions Les SAM : assureurs sans capital social Conclusion première partie Deuxième Partie Gouvernance partenariale : la promotion du modèle La «re»découverte des parties prenantes L enjeu : pérenniser une gouvernance mutualiste Conclusion deuxième partie Troisième Partie De la gouvernance cognitive à la gouvernance 2.0 : l évolution du modèle La rencontre de la gouvernance cognitive et organisationnelle avec la société contemporaine La gouvernance 2.0 ou les SAM comme réseau social Conclusion troisième partie CONCLUSION CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

7 INTRODUCTION Une entreprise sans capital social, sans but lucratif et fondée sur une gouvernance démocratique peut-elle survivre face aux modèles de gouvernance imposés par l économie de marché? Les sociétés d assurance mutuelles (désormais SAM) sont des groupements de personnes régis par le code des assurances. Sociétés sans capital social, donc sans actions ni actionnaires, les SAM sont la propriété collective de leurs membres, les sociétaires. Leur gouvernance est fondée sur le principe de démocratie participative. Chaque sociétaire participe aux assemblées générales et vote, selon le principe «une personne, une voix». Les SAM ne peuvent être rachetées, elles ne sont pas «opéables». Elles ne peuvent pas réaliser des opérations de haut de bilan comme, par exemple, une augmentation de capital en faisant appel à des investisseurs extérieurs. Comme toute entreprise, les SAM doivent réaliser du profit pour assurer leur fonctionnement. Toutefois, leur but est non lucratif. Les profits réalisés sont affectés aux fonds propres ou utilisés pour satisfaire les intérêts de ses sociétaires. De tailles très diverses, elles sont à l origine nées de mouvements de solidarité professionnelle 1 ou régionale 2. Certaines sociétés ont plus de 100 ans. Leur origine historique est marquée par une forte opposition au secteur des assurances commerciales. 1 La SMABTP pour les professionnels du bâtiment et travaux publics, Groupama pour les agriculteurs, l Etoile pour les assurances grêle et récolte des agriculteurs, la MAIF pour les professions de l éducation nationale, la MAF pour les architectes, la MADP pour les pharmaciens, la MACSF pour les professionnels de santé, la MAPA pour les métiers alimentaires, la MAAF pour les artisans, la GMF pour les fonctionnaires, la MACIF pour les commerçants et industriels 2 La Mutuelle de Poitiers, la Caisse Mutuelle Marnaise d Assurance (CMMA), ou les Assurances mutuelles de Picardie, l Auxiliaire pour la région Rhône Alpes, et la CAMBTP pour l Est... CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

8 Plusieurs fédérations représentent les SAM. Le Groupement des Entreprises Mutuelles d Assurance (GEMA) rassemble actuellement 44 sociétés d assurance dommages et d assurance vie. Fin 2012, les membres du GEMA affichent un sociétariat de 23,6 millions de personnes et 12,8 milliards d euros de chiffre d affaires en assurances dommages 3. La Réunion des organismes d assurance mutualistes (ROAM) 4 compte quant à elle 47 membres pour un chiffre d affaires de 4,5 milliards d euros en assurance dommages. Les adhérents de la ROAM couvrent 40% du risque de construction en France et 58% de la responsabilité civile médicale. D autres SAM, comme Groupama adhèrent à la Fédération française des sociétés d assurance mutuelles (FFSAM). Avec les associations, les coopératives et les fondations, les mutuelles sont l une des quatre grandes familles constitutives du secteur de l économie sociale et solidaire. Elles se réclament d un modèle institutionnel alternatif d entreprises à vocation tant économique que sociale. L économie sociale et solidaire est désignée comme le «tiers secteur», le premier secteur étant le secteur commercial et le deuxième le secteur public. Plusieurs auteurs, qu ils soient économistes ou philosophes, ne reconnaissent pas de rôle économique à ce secteur «à part» 5. Les SAM sont pourtant, en tant qu assureurs, des acteurs de l économie financière. Elles jouent, en outre, un rôle d investisseur dans l économie commerciale. En tant qu entreprise, les SAM n échappent pas à l effervescence tant médiatique que politique et économique relative aux questions de gouvernance. 3 Chiffres du GEMA au 31/12/12 4 Chiffres de la ROAM 5 Par exemple : les économistes Milton Friedman «la seule responsabilité sociale de l entreprise, c est faire du profit» et Pascal Salin dans Libéralisme (2000) ; la philosophe Ayn Rand dans La Révolte de l Atlas (1957). CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

9 Ces questions alimentent les débats depuis près de trente ans. Transformation du contexte économique, rôle attribué au marché ainsi qu aux investisseurs institutionnels, scandales financiers ont contribué à faire émerger les interrogations relatives à la gouvernance des entreprises et surtout aux «bonnes pratiques» de gouvernance. Le nombre de rapports, d ouvrages et d articles traitant de la gouvernance est impressionnant. «La question de la gouvernance semble désormais indissociable de celle du développement économique.» (Charreaux G., 2002) 6. «La société de la gouvernance est verbeuse. Les textes y prolifèrent, suscitant interprétations, jurisprudences, commentaires.» (Moreau Defarges, 2011). Gouvernance d entreprise n est pas gouvernement d entreprise. La notion de gouvernance est plus large, «la gouvernance couvre l ensemble des actions par lesquelles les individus et institutions, tant privées que publiques, gèrent les affaires communes. C est un processus continu par lequel les intérêts en présence, les conflits qui en résultent sont harmonisés, donnant naissance à des coopérations. Ce processus repose aussi bien sur des institutions établies, des régimes juridiquement contraignants que sur des arrangements informels» (Moreau Defarges, 2011). Pour simplifier, nous retiendrons trois approches de la gouvernance : la gouvernance financière, la gouvernance partenariale et la gouvernance cognitive. La définition du terme gouvernance qui domine aujourd hui la littérature financière est celle de Shleifer et Vishny : la gouvernance recouvre l ensemble des mécanismes qui garantissent aux différents bailleurs de fonds un retour sur investissement, en évitant une appropriation de valeur excessive par le dirigeant et les actionnaires dominants (Shleifer & Vishny, 1997). Cette approche est celle de la gouvernance financière, basée sur la théorie de l agence 7, sa finalité est de réduire les coûts induits par les 6 Les références entre parenthèses renvoient à la bibliographie. 7 La théorie de l'agence est classiquement appliquée en économie pour analyser les relations dans lesquelles le principal (celui qui délègue un pouvoir décisionnel) délègue son pouvoir à un second, CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

10 conflits d intérêt et l asymétrie d information entre les actionnaires et les dirigeants de l entreprise. Dans son acception partenariale, la gouvernance reste fondée sur la réduction des coûts induits par les conflits d intérêt et la répartition de la valeur mais prend en compte l ensemble des parties prenantes de l entreprise. Cette approche apparaît avec la nécessité d inscrire les entreprises dans un développement de plus long terme que celui induit par une approche strictement financière. La crise impose une profonde remise en question, or, la gouvernance est également un moyen de challenger la stratégie et d aider les dirigeants à construire une vision de long terme de l entreprise. (Solignac, 2011). La gouvernance cognitive quant à elle, s intéresse à la création de valeur, elle est issue de la théorie de l apprentissage organisationnel et de la théorie des ressources. Elle permet une approche systémique de l entreprise. L approche cognitive vise à identifier et développer les compétences et les connaissances dans le but de stimuler le processus créatif de l entreprise. Ces approches ne sont ni exclusives, ni alternatives. Quelle approche de gouvernance pour les SAM? Les «bonnes pratiques» issues des sociétés de capitaux sont-elles applicables en l état aux SAM? Quels atouts les SAM peuvent revendiquer dans un modèle de gouvernance partenariale? Comment pérenniser la démocratie, fondement de la gouvernance mutualiste? Comment conserver une stratégie mutualiste, sans but lucratif, dans une économie de marché? Comment intégrer les évolutions technologiques et sociétales dans un modèle de gouvernance? Comment inventer et imposer un nouveau modèle de gouvernance? l'agent. En raison des divergences d'intérêt entre principaux et agents, des asymétries d'information et du caractère incomplet des contrats, elles sont génératrices de coûts d'agence et donc de pertes de valeur. La fonction des organisations et des mécanismes organisationnels est de réduire ces coûts. Dans la théorie de l'agence, une entreprise est un faisceau de relations d'agence. CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

11 La gouvernance des SAM, dépourvues d actionnaires, est atypique. Elle est fondée sur le principe démocratique. Selon le Centre des jeunes dirigeants de l'économie sociale 8 «la gouvernance se définit comme la façon dont se structure la prise de décision et sa mise en œuvre au sein d une organisation. La gouvernance des entreprises de l économie sociale est par principe démocratique et participative, transparente et mesurable. Les dirigeants élus et salariés de l organisation sont garants et acteurs du respect des valeurs et du projet» Nous verrons que l approche financière de la gouvernance, axée sur la relation actionnaires dirigeants, domine aujourd hui le fonctionnement de l économie. Cette approche restrictive remet en cause le modèle mutualiste (Première partie). Les crises financières successives ont fait prendre conscience que l entreprise était constituée non seulement d un capital social mais également de capital immatériel. Dès lors, toutes les parties prenantes doivent être intégrées dans la vision de l entreprise. L avènement de la gouvernance partenariale est une réelle opportunité que les SAM doivent transformer pour promouvoir leur modèle (Deuxième partie). Si les SAM souhaitent conserver et affirmer leur spécificité, nous les invitons à créer leur propre modèle de gouvernance, en intégrant l approche cognitive et organisationnelle ainsi que les nouvelles technologies afin de répondre aux besoins des clients et collaborateurs de demain. La gouvernance 2.0 est une réelle opportunité d affirmation mais également d évolution du modèle (Troisième partie). 8 CJDES 2009, 21 Recommandations sur la gouvernance des entreprises de l économie sociale CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

12 CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

13 Première Partie Gouvernance financière : la remise en cause du modèle «Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou» Abraham Maslow 9 9 «I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail.» souvent traduit par «Tout ressemble à un clou pour qui ne possède qu'un marteau». Ce propos est aussi attribué à Paul Watzlawick. CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

14 «La gouvernance d entreprise concerne : les mécanismes par lesquels les bailleurs de fonds des entreprises assurent un retour sur leur investissement. Comment les bailleurs de fonds des entreprises conduisent les dirigeants sociaux à leur transférer une partie du profit réalisé? Comment les bailleurs de fonds s assurent que les managers ne détournent pas une partie du capital qu ils ont investi? Comment les bailleurs de fonds s assurent que les dirigeants n investissent pas dans de mauvais projets? Comment les bailleurs de fonds contrôlent les managers?». C est la définition de la gouvernance donnée par Shleifer et Vishny (Shleifer & Vishny, 1997). Cette définition cantonne la gouvernance aux mécanismes permettant aux actionnaires de garantir la rentabilité de l action. Elle est à la source tant des textes de loi que des futures normes prudentielles applicables aux assureurs. Elle prône l hégémonie du capital social. Les normes ainsi établies s appliquent à toute entreprise du secteur financier, les assureurs sont des entreprises «financières» et les SAM sont des assureurs avec cependant une particularité, elles n ont ni actionnaires, ni capital social. 1. Le modèle unique des sociétés par actions 1.1. L actionnaire au cœur de la gouvernance Du gouvernement d entreprise à la corporate governance, des codes de «bonnes pratiques» aux textes de loi, en passant par quelques scandales financiers, la gouvernance financière se traduit par un ensemble de règles visant avant tout à protéger l actionnaire de dérives autocratiques des dirigeants qui conduiraient à la perte ou au détournement de leur investissement financier. Fondées sur les mêmes principes, les futures normes prudentielles confondent banque et assurance, consommateur et actionnaire. «La conquête du pouvoir par les cadres ayant exercé CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

15 des fonctions financières a probablement orienté l évolution du système de gouvernance vers la perspective actionnariale.» (Charreaux G., 2005) Une modélisation de la gouvernance née de scandales financiers La nécessité d établir des règles et des bonnes pratiques en matière de gouvernement d entreprise n est pas nouvelle. Les bonnes pratiques et les textes de loi sont apparus au gré des scandales financiers. C est en effet dans un contexte de scandales financiers que les Etats Unis ont publié le «Corporate Director s Guide Book» en La réflexion se porte déjà sur le contrôle des dirigeants et sur la définition du rôle des organes de gestion et de direction. Ce sont également les scandales financiers au Royaume-Uni, notamment l affaire Maxwell 10, qui conduisent à la parution du rapport appelé rapport Cadbury «The financial aspects of corporate governance» en Ce rapport a inspiré tous les textes suivants. En France, l Association française des entreprises privées et du Conseil national du patronat français dirigé par Marc Viénot (alors président de la Société Générale) publie en 1995 un rapport intitulé «Le conseil d administration des sociétés cotées» connu sous le nom de rapport Viénot I (Viénot, 1995). Un deuxième rapport, nommé Viénot II est publié en 1999 (Viénot, 1999). Puis en 2002, paraît le rapport Bouton (du nom du nouveau président de la Société Générale) issu d un groupe de travail mandaté par l Afep et le Medef (Bouton, 2002). Enfin, le Medef publie un rapport de synthèse en 2003 (Figure 1 p ). 10 Robert Maxwell avait prélevé près de 900 millions de livres sterling dans les caisses de retraites de plusieurs des sociétés de son propre groupe, afin de renflouer d'autres filiales en difficulté. CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

16 Au niveau international, l OCDE publie en 1999 son rapport intitulé «Principes de gouvernement d entreprise de l OCDE», mis à jour en 2004 (OCDE, 2004). Ces textes appartiennent à la soft law 11. Ils recommandent des «bonnes pratiques» en matière de gouvernance, et sont destinés à l origine aux sociétés cotées qui sont libres de les appliquer ou non. Les limites de ces incitations apparaissent lorsqu éclatent en 2001 de nouveaux scandales financiers, notamment l affaire Enron. Le choc était d autant plus grand que cette société paraissait en tout point se conformer aux principes de bonne gouvernance promus par les codes ; en outre, les informations financières étaient régulièrement communiquées aux investisseurs. Il s est toutefois avéré que les comptes étaient falsifiés 12. Cette fraude n avait pas été soulevée par la société chargée d auditer les comptes 13 (et également de conseiller l entreprise, sic). L information financière était fausse et le conseil d administration n avait pas exercé son rôle de contrôle. Cette affaire a été suivie en 2002 par celles de Worldcom et de Xerox également liées à des manipulations comptables. Les Etats Unis ont réagi en rendant impératives certaines règles par le «Sarbanes Oxley Act» du 30 juillet 2002 et en prévoyant des sanctions pénales. Le Royaume Uni, fidèle au principe de la Common Law, a compilé différents codes dans le «Combined Code on Corporate Governance» et intégré ces recommandations aux règles boursières de la City, imposant le principe du comply or explain La soft law ou droit mou, droit flexible, regroupe un ensemble de règles dont la valeur normative est limitée ; par opposition à la hard law. 12 Les pertes avaient été externalisées afin de ne pas apparaître au bilan. 13 Arthur Andersen dont les activités d audit ont été démantelées et rachetées par ses principaux concurrents à la suite du scandale Enron. 14 Ou apply or explain : appliquer ou expliquer. CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

17 En France, la même approche a été effectuée en intégrant le rapport Viénot I dans le règlement de la Commission des opérations de bourse (aujourd hui Autorité des Marchés Financiers - AMF) 15. Mais certaines bonnes pratiques ont également été transposées dans la loi. La loi «Nouvelles régulations économiques» (dite loi NRE) de 2001 introduit notamment la possibilité de séparer les pouvoirs entre président du conseil d administration et directeur général. En 2003, la loi de sécurité financière (LSF) impose l obligation pour le président du conseil d administration ou de surveillance d établir un rapport annuel. De nombreux autres textes dont la loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie dite loi «Breton» et les lois du 30 décembre 2006 et du 21 août 2007 s intéressent à la rémunération ainsi qu aux indemnités de départ des dirigeants. Au niveau européen, plusieurs directives sont adoptées, dont celle du 14 juin 2006 qui impose aux entreprises cotées de mentionner dans leur rapport annuel le code de gouvernement d entreprise auquel la société décide de se soumettre, le «comply or explain» du rapport Cadbury est repris (Union européenne, 2006). L AMF dans son rapport annuel sur le gouvernement d entreprise de 2012 relève une «certaine standardisation des explications données» et demande que les entreprises fassent une application plus exigeante du principe «appliquer ou expliquer» (AGEFI, 2012). Le «Combined Code» britannique a également renforcé les critères d appréciation de la qualité des explications données. Les entreprises «doivent désormais apporter une justification convaincante du choix fait et décrire les actions qui permettent de réduire les risques et de maintenir la conformité avec le principe général du code, mais également préciser si la non-application de la recommandation est limitée 15 L AMF, créée par la LSF de 2003, publie chaque année le «Rapport AMF sur le gouvernement d entreprise et le contrôle interne». CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

18 dans le temps, et l échéance à laquelle la société estime être en mesure de (re)devenir conforme à la recommandation du code.» (Solignac, 2012) Face aux limites observées de cette autorégulation, l Assemblée nationale vient de présenter des propositions pour légiférer à nouveau sur la gouvernance des entreprises. Ces propositions étendraient l obligation d appliquer un code de bonne gouvernance aux sociétés non cotées et introduiraient des sanctions judiciaires en cas de non application du code de bonne gouvernance auquel l entreprise déclare adhérer. De nouveaux textes devraient donc prochainement s ajouter au foisonnement actuel, tout en conservant une partie de soft law : les codes de bonnes pratiques ont encore de beaux jours devant eux Une gouvernance issue du modèle anglo-saxon, centrée sur les conflits d intérêts et l asymétrie d information La gouvernance financière est centrée sur les relations entre les investisseurs financiers (les bailleurs de fonds), propriétaires du capital social et les dirigeants. Basés sur cette approche de la gouvernance, les textes appréhendent le gouvernement d entreprise comme un système devant encadrer les décisions prises en matière d investissement (et par la même ceux qui prennent ces décisions) et la distribution des retours sur investissements. En découlent des mécanismes de contrôle et de sanction. «L entreprise devient l enjeu d une partie complexe entre dirigeants et actionnaires, salariés et clients reculant au second plan» (Moreau Defarges, 2011) L essentiel des bonnes pratiques se focalise sur le conseil d administration et est dominé par la théorie de l agence. Les principales recommandations des codes ont trait à l indépendance des administrateurs et la création de comités spécialisés. Plus récemment sont apparues les bonnes pratiques relatives à la rémunération des CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

19 dirigeants. Toutes ces recommandations sont basées sur la gestion du conflit d intérêt et la réduction de l asymétrie d information. Une des préconisations majeures reprise par l ensemble des textes est l introduction d administrateurs indépendants, dont la bonne pratique en termes de pourcentage n a cessé d augmenter au gré des scandales. La capacité à gérer les conflits d intérêt et donc de réduire les coûts d agence serait corrélée avec le nombre d administrateurs indépendants. Qu en est-il de la compétence de l administrateur? Cette compétence est très peu évoquée dans les textes en dehors des membres du comité d audit. Selon une enquête McKinsey, seul 62% des administrateurs interrogés estiment que leur conseil dispose d une véritable expertise des enjeux de stratégie sectorielle de l entreprise (McKinsey, 2008). Deux chercheurs, Hooghiemstra et van Manen, ont, en 2004, soulevé le concept du «paradoxe de l indépendance» : une trop grande indépendance des administrateurs avec l entreprise, les place en situation de dépendance à l égard des dirigeants 16. Ce «paradoxe de l indépendance» est illustré par la composition du conseil d administration de Lehman Brothers : anciens CEO de Vodafone, Telemando, IBM, Hallbutron et Sotherby s, ainsi qu un amiral à la retraite et un producteur de théâtre (Lamarque & al., 2011). Les recommandations liées à la mise en place de comités spécialisés sont également fondées sur le contrôle des dirigeants, la gestion des conflits d intérêt et la réduction de l asymétrie d information. 16 Etude citée in (Lamarque & al., Gouvernance et prise de décision : Les questions qui dérangent, 2011) CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

20 Ces comités sont constitués autour des sujets les plus à même de générer des conflits d intérêt : comité d audit, comité de sélection des administrateurs, comité de rémunération. Ils sont constitués d administrateurs «spécialistes» du sujet permettant ainsi de réduire l asymétrie d information entre administrateurs et dirigeants. La liste des comités pouvant être créés n est pas exhaustive. Leurs travaux sont des travaux préparatoires, les décisions ne peuvent être prises que par l ensemble des administrateurs. La création de ces comités spécialisés est «conçue pour endiguer les possibilités d un comportement intéressé de la part des dirigeants, bien plus que pour le conseiller dans ses choix stratégiques». (Wirtz, 2008, p. 58) L ensemble des bonnes pratiques ou des réglementations traite, en effet, principalement du rôle de contrôle du conseil d administration. Pour pouvoir contrôler, il faut être informé. Ainsi la majeure partie des préconisations ou des règles issues des textes relatifs à la gouvernance tente de résoudre toutes les difficultés liées à l asymétrie d information qui peut exister entre actionnaires et dirigeants. «La gouvernance reconnaît ainsi à l information un rôle central. ( ) L information est un enjeu : savoir c est jouir d un atout précieux» (Moreau Defarges, 2011). Ainsi, pour se convaincre de cette information complète, le président du conseil d administration doit rendre annuellement un rapport précisant notamment les conditions de préparation et d organisation des travaux du conseil d administration ainsi que les procédures de contrôle interne mises en place par l entreprise. La politique de projet, nécessitant une vision de long terme, est remplacée par la politique de contrôle issue du modèle anglo-saxon. CNAM ENASS MBA Manager d entreprise majeure assurance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1

09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1 09/07/2010 Prénom, NOM, Fonction 1 Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 08/07/2010 Conférence du contrôle 2 L ACP est issue de la fusion des autorités

Plus en détail

Présentation de l association 2014 PRÉSENTATION

Présentation de l association 2014 PRÉSENTATION ROAM Réunion des Organismes d Assurance Mutuelle Présentation de l association 2014 Olivier de Bretagne Membre de la Commission Exécutive de la ROAM Directeur Général de la CMMA PRÉSENTATION 1. QU EST-CE

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE EIFR 25.06.2014 LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La mutualité française en quelques chiffres 2 LES CHIFFRES CLÉS ET L ORGANISATION DE LA MUTUALITÉ Un acteur

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 ---

Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 --- Les rencontres de l Asset management Quelle allocation d actifs sous solvabilité II Le 22 juin 2010 --- Intervention de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France et Président de l Autorité de

Plus en détail

Gouvernance d entreprise

Gouvernance d entreprise Gouvernance d entreprise 28 aout 2008 Jean-Florent Rérolle Los Angeles New York Chicago San Francisco Washington D.C. Minneapolis Dallas Atlanta London Paris Frankfurt Hong Kong Tokyo D une vision idyllique

Plus en détail

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1

Juillet 2011. Réponse de la MGEN et de la MS Consultation sur la gouvernance d entreprise 1 Contribution de la Mutuelle Générale de l Education Nationale - MGEN (France) et de la Mutualité Socialiste - MS (Belgique) au livre vert sur «Le cadre de gouvernance d entreprise dans l UE» Juillet 2011

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009 BASTIDE LE CONFORT MEDICAL Société Anonyme au capital de 3.303.261 EUROS Siège Social : 12, avenue de la Dame - Centre Euro 2000 30132 CAISSARGUES R.C.S. NIMES B 305 635 039 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement a pour objet de définir les règles et modalités de fonctionnement du Conseil d administration et de ses comités, ainsi

Plus en détail

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES (Approuvés en novembre 2004) SOMMAIRE Paragraphe Objectif du Conseil des normes comptables internationales du secteur public... 1 3 Nomination

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

Association internationale des contrôleurs d assurance. Organisation de coopération et de développement économiques

Association internationale des contrôleurs d assurance. Organisation de coopération et de développement économiques Association internationale des contrôleurs d assurance Organisation de coopération et de développement économiques Document de réflexion sur le gouvernement d entreprise Le présent document a été préparé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014

DOSSIER DE PRESSE 2014 DOSSIER DE PRESSE 2014 LA MUTUALITÉ AU CŒUR DU SYSTÈME DE SANTÉ CONTACTS : Constance BAUDRY - 06 85 29 82 22 - constance.baudry@mutualite.fr Christelle CROS - 06 75 80 58 39 - christelle.cros@mutualite.fr

Plus en détail

Éthique. Comment s y retrouver? Social/Sociétal Morale. Valeurs. Compliance. Entreprise citoyenne. Déontologie. Responsabilité sociale (RSE)

Éthique. Comment s y retrouver? Social/Sociétal Morale. Valeurs. Compliance. Entreprise citoyenne. Déontologie. Responsabilité sociale (RSE) Ethique & RSE : enjeux & questionnements Samuel MERCIER, Professeur en Sciences de gestion, Responsable Master GRH, Directeur IAE Dijon Université de Bourgogne (samuel.mercier@u samuel.mercier@u-bourgogne.fr)

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé

Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé Source : Institut du travail : http://www.istravail.com/article49.html L ordonnance n 2001-350 du 19 avril 2001, parue au Journal officiel du 22 avril 2001,

Plus en détail

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE EIFR 25.06.2014

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE EIFR 25.06.2014 SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE EIFR 25.06.2014 LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La mutualité française en quelques chiffres 2 LES CHIFFRES CLÉS ET L ORGANISATION DE LA MUTUALITÉ Un acteur

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 ------------------------------------------------------------------------------------- Relatif à l économie sociale et solidaire Conseil National des Chambres Régionales

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

Réponse de la MAIF à la consultation de la Commission européenne sur son Livre vert «Le cadre de la gouvernance d entreprise dans l UE».

Réponse de la MAIF à la consultation de la Commission européenne sur son Livre vert «Le cadre de la gouvernance d entreprise dans l UE». Réponse de la MAIF à la consultation de la Commission européenne sur son Livre vert «Le cadre de la gouvernance d entreprise dans l UE». A propos de la MAIF La MAIF (Mutuelle d Assurance des Instituteurs

Plus en détail

consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire

consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire 4 consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire 4 Consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire L Économie sociale et solidaire

Plus en détail

Gouvernance financière

Gouvernance financière Gouvernance financière Master Finance et Stratégie Année 2011-2012 Séance de synthèse Jean-Florent Rérolle 1 L objectif : diminuer le risque actionnarial Risque financier Financement de la croissance Crédibilité

Plus en détail

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Atelier A23 Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Intervenants Guillaume DESCHAMPS D&O Practice Leader E mail : Guillaume.deschamps@marsh.com Richard DEGUETTES Emmanuel SILVESTRE

Plus en détail

CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES

CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES 1 CHARTE DU GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DANS LES BANQUES POPULAIRES PREAMBULE Le fonctionnement des Banques populaires est régi par un ensemble

Plus en détail

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance OCTOBRE 2009 Recommandation

Plus en détail

(d) par transformation d une société anonyme en SE, à condition que celle-ci ait une filiale dans un autre Etat membre.

(d) par transformation d une société anonyme en SE, à condition que celle-ci ait une filiale dans un autre Etat membre. (d) par transformation d une société anonyme en SE, à condition que celle-ci ait une filiale dans un autre Etat membre. Toute constitution nécessite la rédaction des statuts, comportant les mentions nécessaires

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois AAAA mai 2009 mise à jour décembre 2010 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref Le secteur social et médico-social est actuellement en proie à de profondes

Plus en détail

Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code

Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code Déclaration d adhésion au UK Stewardship Code En 2010, le régulateur indépendant britannique Financial Reporting Council a publié le UK Stewardship Code, un code de bonne pratique pour les investisseurs,

Plus en détail

Périmètre et modalités d exercice des votes

Périmètre et modalités d exercice des votes POLITIQUE DE VOTE Périmètre et modalités d exercice des votes > PERIMETRE DE VOTE La politique de vote concerne les émetteurs présents dans les OPCVM et les mandats gérés par les différentes entités du

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL 3 L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL SUR LES GRANDS SUJETS AYANT CONCERNÉ L ASSURANCE ET LA FFSA EN 2010 ( LA FISCALITÉ DE L ASSURANCE VIE, SOLVABILITÉ II, LA MISE EN PLACE DE L ACP, LA CONVENTION AERAS

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE * * * * * * * * * *

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 TOUT COMPRENDRE SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS LE JEU DE QUESTIONS REPONSES A LA LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE,

Plus en détail

LE GROUPE MACIF ET LA RSE

LE GROUPE MACIF ET LA RSE LE GROUPE MACIF ET LA RSE SOMMAIRE Présentation du Groupe MACIF, ses engagements RSE Quelle organisation, quelle prise en compte dans les pratiques internes Quelles réponses aux enjeux RSE dans le cœur

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique 30 mars 2006 Introduction Le conseil d administration de l ERAFP a décidé,

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

CONFÉRENCE DE L ARGUS. Comment l'autorité de Contrôle Prudentiel appréhende-t-elle les regroupements?

CONFÉRENCE DE L ARGUS. Comment l'autorité de Contrôle Prudentiel appréhende-t-elle les regroupements? CONFÉRENCE DE L ARGUS Comment l'autorité de Contrôle Prudentiel appréhende-t-elle les regroupements? Intervention de Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel Sommaire

Plus en détail

I. Le secteur des assurances en 2009 : une évolution contrastée selon l activité

I. Le secteur des assurances en 2009 : une évolution contrastée selon l activité Communiqué de presse Luxembourg-Bertrange, le 17 juin 2010 I. Le secteur des assurances en 2009 : une évolution contrastée selon l activité a) Encaissement des primes En 2009 les primes émises par les

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application...

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application... Circulaire de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes Projet du xxx Sommaire 1 Objet... 2 2 Champ d application... 2 3 Conseil d administration... 2 3.1 Indépendance des membres

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 -

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - LA BANQUE POSTALE, UNE BANQUE UNIQUE ET SINGULIERE Un peu d histoire Groupe La Banque Postale UNIQUE POUR RELEVER DES DEFIS MULTIPLES Activités

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.?

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? 8 Février 2011 Sylvie PAYOUX Vous avez dit R.S.E.? La thématique

Plus en détail

Conférence Solvabilité 2

Conférence Solvabilité 2 Conférence Solvabilité 2 «Solvency 2, de la gestion du Programme à l impact sur les futures productions : De 2014 à 2016, mettre en œuvre et anticiper les impacts de la réforme» 3 avril 2014 Alban JARRY

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 3 février 2006 Communiqué de presse «Coopératives et mutuelles : un gouvernement d entreprise original» Les 30 recommandations du rapport sur le gouvernement d entreprise des coopératives et

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Formations des militants et élus mutualistes en entreprise

Formations des militants et élus mutualistes en entreprise Formations des militants et élus mutualistes en entreprise Programme 2014 1 Formations UNME Programme 2014 Parce que la formation des délégués et administrateurs mutualistes reste plus que jamais une obligation

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse 1. Base juridique...2 2. Tâches principales...2 3. Conditions d accomplissement des tâches principales...2 3.1. Culture de la responsabilité...3 3.2.

Plus en détail

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Circulaire _2011_05 du 14 février 2011 Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Champ d'application: La présente circulaire s

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

Prénom, NOM, Fonction

Prénom, NOM, Fonction Prénom, NOM, Fonction 1 Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l ACP 2 Sommaire Conférence animée par Paul Coulomb, directeur du contrôle des assurances de l ACP 1. Gouvernance, principes

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée Juin 2013 QUESTIONNAIRE REPONSE DES AUTORITES FRANCAISES CONSULTATION SUR LES RÉSULTATS DE L ÉTUDE SUR LA SITUATION ACTUELLE ET LES PERSPECTIVES DES SOCIÉTÉS MUTUELLES EN EUROPE Question 1: Informations

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

Formation pour les acteurs travaillant sur le financement de la santé et la sécurité sociale au Sénégal MODULE 1. THIES 7 mai 2012

Formation pour les acteurs travaillant sur le financement de la santé et la sécurité sociale au Sénégal MODULE 1. THIES 7 mai 2012 Formation pour les acteurs travaillant sur le financement de la santé et la sécurité sociale au Sénégal www.coopami.org FINANCEMENT et GESTION des systèmes d assurance maladie MODULE 1 THIES 7 mai 2012

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT La politique de transparence est inscrite dans la dynamique de changement et de partenariat qui caractérise le plan d orientation stratégique

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION NEXANS Société anonyme au capital de 29 394 042 euros Siège social : 8 rue du Général Foy 75008 Paris RCS PARIS 393 525 852 REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Rédaction mise à jour au 30

Plus en détail

Lignes directrices de vote 2016

Lignes directrices de vote 2016 Lignes directrices de vote 2016 Principes de gouvernement d entreprise 15 ème édition La Fondation Ethos regroupe plus de 200 caisses de pension et institutions suisses exonérées fiscalement. Créée en

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE -

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Le 23 mai 2013 RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Présentation du rapport semestriel sur les conditions d application de la convention

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

L UNION MUTUALISTE RETRAITE ET LE REGIME COREM FICHE QUESTIONS/ REPONSES VERSION AU 25 / 05 / 2005

L UNION MUTUALISTE RETRAITE ET LE REGIME COREM FICHE QUESTIONS/ REPONSES VERSION AU 25 / 05 / 2005 L UNION MUTUALISTE RETRAITE ET LE REGIME COREM FICHE QUESTIONS/ REPONSES VERSION AU 25 / 05 / 2005 I. QU EST-CE QUE UMR? Question : qu est-ce que l Union Mutualiste Retraite? C est l union de toutes les

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail