La vaccination des immunodéprimés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La vaccination des immunodéprimés"

Transcription

1 La vaccination des immunodéprimés N. Viget DUACAI 12/4/2013 Conflits d intérêts : congrès Giléad, Janssen, MSD, Viiv..

2 Les immuno-déprimés Nombre croissant de patients Chimiothérapies pour tumeurs d'organne solide ou pathologies hématologiques transplantations d'organes solides Greffes de cellules souches hématopoietiques: allo/auto greffes, cordon Immunosupresseurs, immunomodulateurs, biothérapies pour maladies auto-immunes, inflammatoires digestives ou rhumatismales Autres: cirrhose, insuffisance rénale chronique, déficits immunitaires primitifs, asplénie

3 Biothérapies:nombre croissant, nouvelles molécules, nouvelles cibles Rahier, Rheumatology 2010

4 Les immuno-déprimés Risque accru d'infections, et d'infections sévères avec mise en jeu du pronostic vital Risque de survenue de maladie vaccinale après vaccins vivants: contre-indiqués Diminution immunogénicité des vaccins: schémas spécifiques Risque accru certaines infections: recommandations spécifiques

5 Population sous vaccinée! Melmed, patients suivis pour MICI (Am J Gastroenterol 2006): 45% se souvenaient vaccin tétanos<10ans 28% vaccinés régulèrement grippe 9% vaccinés pneumocoque 44% à risque VHB, 28%vaccinés, 33% AC anti Hbs positifs Raisons: 49% noninformés, 18% peur des effets secondaires

6 Population sous vaccinée! Lanternier, patients maladie système:

7 Population sous vaccinée! Lanternier, patients maladie système:

8 Population sous vaccinée! Lachenal, patients d'hématologie 25,5% vaccinés grippe: 16,6% pour <65ans, 38,5% pour>65ans (39,5% si autre co-morbidité vs 21%) 13,4% des patients avec uniquement indication hématologique vaccinés Motif du patient: 53,7% non proposée par le médecin, 24,2% contre-indiquée par le médecin, 21,5% refusée par le malade Motif de contre-indication du médecin: risque d'aggravation pathologie hémato 33,3%, risque maladie/fatigue 27,8%, inefficace 16,7%, inconnue 22,2%

9 Les vaccins vivants colonne 2 colonne 3 colonne Ligne 1 Ligne 2 Ligne 3 Ligne 4

10 Les vaccins vivants Maladie vaccinale après vaccins vivants: Après vaccin varicelle (leucémie) Schrauder, Lancet 2007 Après vaccin rotavirus (déficit immunitaire primitif) Patel, NEJM 2010 Après BCG (déficit immunitaire primitif) Santos, J Microbiol Immunol Infect Patients voyagent de plus en plus:! zones d'endémies amariles

11 Diminution immunogénicité Variable Dépend vaccin Pathologie sous-jacente/ttt immunosuppresseur Données, parfois discordantes: vaccins grippe, pneumocoque, hépatites Suivi des Ac sériques (VHB)

12 Diminution immunogénicité Van Assen, Arthritis Rheum 2010

13 Comment augmenter l'immunogénicité? Augmenter la dose d'antigène: Nombre de doses Dose plus élevée Améliorer la présentation de l'ag: Nouveaux adjuvants: (ex:vaccin VHB:Fendrix, vaccin grippe:gripguard ) Voie intra-dermique (ex:vaccin grippe Intanza ) Vaccins plus immunogènes: vaccins polyosidiques conjugués vs non conjugués

14 Vaccin VHB et hémodialysés Schéma 3 doses 40µg M0-M1-6 2è série si AC<10mUI/ml Booster si baisse AC<10 Chaves S, Vaccine 2011

15 Vaccin VHB et hémodialysés Schéma 3 doses 40µg M0-M1-6 2è série si AC<10mUI/ml Booster si baisse AC<10 Chaves S, Vaccine 2011

16 Recommandations spécifiques Grippe Pneumocoque Hépatite B Hépatite A: mucoviscidose, pathologie hépato-biliaire chronique susceptible d'évoluer vers une hépatopathie chronique (BEH, avril 2012) => peu de données, avis d'experts

17

18

19 Patients greffés de moelle Éviter vaccins pdt 6 premiers mois car fortes doses de ttt IS (au mieux 12 mois) Mettre à jour si possible vaccins avant la greffe Décroissance des titres AC en 1 à 4 ans post-greffe: reprendre calendrier vaccinal (polio) Pas de GVH post-vaccinale décrite

20

21

22 Vaccin pneumocoque PPV23: immunogénicité? Données contradictoires, réponse variable fct du ttt IS en cours

23 Vaccin pneumocoque PPV23: immunogénicité? Patients greffés de moelle Myélome: 33% répondeurs en pré-greffe, corrélée stade maladie (Hinge, APMIS 2012)

24 Vaccin pneumocoque Essais avec PCV7 Patients greffés de moelle

25 Vaccin pneumocoque Essais avec PCV7 Patients pathologie rhumatologique

26 PCV 13 Au moins 1 an après PPV23 PPV23 au moins 8 semaines après PCV13

27 Vaccination de l'entourage entourage immédiat: vivant sous le même toit, ou susceptible d'assurer la garde

28 Vaccination du personnel soignant r

29 En conclusion Vaccination insufisante dans cette population Il existe peu de données..notamment d'efficacité Des progrès à faire... Couverture vaccinale Immunogénicité vaccinale

30

31 Risques infectieux et autres immunosuppresseurs: corticoides Risque infectieux seuls, ou en association effet dose-dépendant Salmon-Ceron, Ann Rheum Dis 2011 Schneeweiss, Arthritis Rheum 2007 Doran, Arthritis Rheum 2002 Stuck, Rev Inf dis 1989

32 Risques infectieux liés aux mécanismes d action molécule Mécanisme d action Infections Corticosteroides Inhibition des gènes de transcription des cytokines inflammatoires Infections pyogènes (dose > 10 mg/d, durée > 2sem) Candidoses cutanéo-muqueuses Pneumocystose (forte dose) 6-mercaptopurine/ azathioprine Imurel Analogues thiopurines Inhibition synthèse nucleotides Apoptose lymphocytes T Herpes virus coinfections (CMV, VZV, EBV) Tuberculose infections opportunistes à mycobacteries atypiques Listeria, Nocardia, Salmonella, fungi Methotrexate antagoniste acide folique Inhibition de synthèse des purines, de formation DNA et RNA Infections urinaires Herpes zoster infections opportunistes si utilisation prolongée avec Cs Cyclophosphamide Endoxan Agent Alkylant Infections pyogènes Herpes zoster Cyclosporine Lipophilic cyclic polypeptide Inhibition de calcineurin d où inhibition des cytokines et immunité à médiation cellulaire Sepsis pyogènes Colite CMV infections opportunistes en association avec Cs or 6MP/AZA Aberra, Inflam Bowel Dis 2005

La vaccination des immunodéprimés. N. Viget DUACAI 17/4/2015

La vaccination des immunodéprimés. N. Viget DUACAI 17/4/2015 La vaccination des immunodéprimés N. Viget DUACAI 17/4/2015. Liens d intérêts : congrès Giléad, Janssen, MSD, Viiv. 16/04/2015 Les immuno-déprimés Nombre croissant de patients Chimiothérapies pour tumeurs

Plus en détail

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Comment vacciner les immunodéprimés Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux. Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses-

Plus en détail

Quoi de neuf? Octobre 2014

Quoi de neuf? Octobre 2014 Vaccinations i chez les patients suivis en HGE Quoi de neuf? Octobre 2014 Rappel sur la vaccination Vaccin vivant atténué / Vaccin inactivé ou sous unitaire Immunité acquise : spécifique, mémoire immunologique

Plus en détail

Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé. Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX

Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé. Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX Conflits d intérêt Sanofi Pasteur MSD, GSK, Novartis, Pfizer MSD, BMS,

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Types d immunodépression Innée Déficits immunitaires héréditaires (>150 décrits) Acquise Liée à une maladie

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

Vaccination d un patient porteur de maladie systémique

Vaccination d un patient porteur de maladie systémique Vaccination d un patient porteur de maladie systémique Thomas Hanslik Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines UFR Médicale Paris Ile-de-France Ouest Fédération de Médecine Interne, Hôpital Ambroise

Plus en détail

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Principes de la vaccination Protection active spécifique vis-à vis d un agent infectieux avant toute exposition.

Plus en détail

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011 Le calendrier vaccinal en pratique N Viget DUACAI 21/04/2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Rattrapage vaccinal BEH mars 2011 cocooning» Coqueluche Coqueluche Coqueluche Coqueluche

Plus en détail

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vincent Boisserie-Lacroix Vaccins abordés Pneumocoque Virus grippal Rappel coqueluche Prévenar13 Vaccin osidique conjugué à 13 valences Sérotypes 1, 3, 4, 5,

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD XX/XX/XX Journée régionale de la lutte contre les infections nosocomiales ARLIN Languedoc-Roussillon 26 avril 2012 CARCASSONNE Dr Eric Schwartzentruber, ARS DT 11 Les particularités

Plus en détail

VACCINS ET VIH. Février 2014

VACCINS ET VIH. Février 2014 VACCINS ET VIH ADULTES Février 2014 COREVIH Centre et Poitou-Charentes CHRU de Tours 2 boulevard Tonnellé 37044 Tours cedex 9 Tél. : 02 34 37 89 94 Fax : 02 47 47 37 31 Email : corevih@chu-tours.fr I Généralités

Plus en détail

Vaccinations des greffés d'organe (hors greffe CSH)

Vaccinations des greffés d'organe (hors greffe CSH) Vaccinations des greffés d'organe (hors greffe CSH) Benjamin Wyplosz Centre de vaccinations internationales Service de maladies infectieuses et tropicales CHU Bicêtre 1 Déclaration d intérêts de 2012 à

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccination contre le pneumocoque par le vaccin Pneumo 23 chez l adulte et l enfant âgé de 5 ans et plus infectés par le VIH 2 octobre 2009 Le Conseil supérieur d hygiène publique de

Plus en détail

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed  Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des enfants avec terrain particulier Bouskraoui Mohammed bouskraoui@yahoo.fr WWW.bouskraoui.net Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des maladies chroniques? Risque : morbidité et

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

Vaccination et VIH. Dr. Florent Valour. Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon

Vaccination et VIH. Dr. Florent Valour. Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon Vaccination et VIH Dr. Florent Valour Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon Centre International de Recherche en Infectiologie INSERM U1111 Université Claude Bernard Lyon 1 florent.valour@chu-lyon.fr

Plus en détail

Conséquences de l utilisation des corticoïdes vis à vis de l infection

Conséquences de l utilisation des corticoïdes vis à vis de l infection Conséquences de l utilisation des corticoïdes vis à vis de l infection JLAR 2010 Karine Faure Unité des Maladies Infectieuses Service de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU Lille Le paradoxe

Plus en détail

Cas clinique vaccins et transplantation médullaire

Cas clinique vaccins et transplantation médullaire Cas clinique vaccins et transplantation médullaire D Salmon, E Grimprel Journées Nationales d Infectiologie 13 juin 2007 Maria 27 ans, institutrice, est hospitalisée pour une pneumopathie lobaire droite

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

Vaccination et Maladies Systémiques

Vaccination et Maladies Systémiques Vaccination et Maladies Systémiques Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

Mise au point sur vaccination en pratique

Mise au point sur vaccination en pratique Mise au point sur vaccination en pratique Benjamin Wyplosz Service de maladies infectieuses et tropicales Centre de vaccinations internationales CHU Bicêtre Un cas clinique En février 2016, vous voyez

Plus en détail

Prévention des risques infectieux en onco-gériatrie

Prévention des risques infectieux en onco-gériatrie Prévention des risques infectieux en onco-gériatrie Dr Isabelle COUTURIER-BEREDER Gériatre Pôle Réhabilitation-Autonomie-Vieillissement Conflits d intêret: PFIZER SANOFI-MSD-PASTEUR 2 Pourquoi protéger

Plus en détail

Comment vacciner un patient traité par immunosuppresseur. Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris 20 mars 2014

Comment vacciner un patient traité par immunosuppresseur. Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris 20 mars 2014 Comment vacciner un patient traité par immunosuppresseur Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris 20 mars 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon CREPUSCULE DES VIEUX vieillissement cérébral vieillissement artériel VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE VIEILLISSEMENT

Plus en détail

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Pourquoi vacciner contre l hépatite B dès l enfance? Henri Laurichesse, Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne Histoire naturelle de l hépatite

Plus en détail

QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF

QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF Pr F. HADDAD, Dr I. HALLOULY, Pr R. ALAOUI Service d Hépato- Gastro- Entérologie CHU Ibn Rochd- Casablanca

Plus en détail

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed  Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des enfants avec terrain particulier Bouskraoui Mohammed bouskraoui@yahoo.fr WWW.bouskraoui.net Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des maladies chroniques Risque : morbidité et mortalité

Plus en détail

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour?

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour? CALENDRIER VACCINAL ANNEE 2013 Tout le monde a ses vaccinations à jour? Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) n 14-15, 19 avril 2013 Votre pharmacien vous informe Tableau des vaccinations

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

Le vaccin dans tous ses états. Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil

Le vaccin dans tous ses états. Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil Le vaccin dans tous ses états Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil Liens d intérêt Orateur/consultant pour : AbbVie, BMS Gilead Janssen Roche Plan Quelques chiffres,

Plus en détail

Prévention du risque infectieux chez un patient initiant un traitement par immunomodulateur. DESC Maladies Infectieuses Janvier 2015

Prévention du risque infectieux chez un patient initiant un traitement par immunomodulateur. DESC Maladies Infectieuses Janvier 2015 Prévention du risque infectieux chez un patient initiant un traitement par immunomodulateur DESC Maladies Infectieuses Janvier 2015 Antécédents à rechercher Séjours en zones d endémie tuberculeuse tropicales

Plus en détail

RUPTURE DE STOCK de Vaccin HEPATITE B, ADULTE, susp inj, srg (ENGERIX B20, HBVAXPRO 10)

RUPTURE DE STOCK de Vaccin HEPATITE B, ADULTE, susp inj, srg (ENGERIX B20, HBVAXPRO 10) Page : 1/5 Services destinataires Fonctions concernées Services de soin, Pharmacie Médecins, soignants RUPTURE DE STOCK de Vaccin HEPATITE B, ADULTE, susp inj, srg (ENGERIX B20, HBVAXPRO 10) Rupture de

Plus en détail

Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale

Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale Solen Kernéis Equipe Mobile d Infectiologie & CIC de Vaccinologie Cochin Pasteur COREVIH Ile

Plus en détail

Groupe Recherche CMIT-SPILF et Grippe A (H 1 N 1 )

Groupe Recherche CMIT-SPILF et Grippe A (H 1 N 1 ) Groupe Recherche CMIT-SPILF et Grippe A (H 1 N 1 ) Expertise des projets de recherche clinique ou translationnelle soumis à l Institut de Microbiologie et Maladies Infectieuses Th. May, O. Launay, Y. Yasdanpanah,

Plus en détail

Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations?

Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations? Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations? Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris Populations à risque

Plus en détail

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Septembre 2016 DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Sommaire La vaccination, à quoi ça sert?...4 Un peu d histoire...5 Le vaccin, comment ça marche?...6 Le vaccin est-il compatible avec

Plus en détail

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Chef du Service de Pédiatrie Quai Moncousu 44093 NANTES cedex Soumission d'un dossier de candidature à l'association

Plus en détail

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14-

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14- Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni Rencontres en infectiologie 14- Cas clinique Mr M.L, âgé de 41 ans Suivi en hématologie depuis octobre

Plus en détail

Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles

Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles Odile Launay Paris, 26 novembre 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 13 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue,

Plus en détail

Problématiques hépato-biliaires rencontrées au cours du psoriasis

Problématiques hépato-biliaires rencontrées au cours du psoriasis Problématiques hépato-biliaires rencontrées au cours du psoriasis Pr Matthieu Allez Service Hépato-Gastroentérologie Dr Manuelle Viguier Service Dermatologie Hôpital Saint-Louis Questions/Réponses Hépatites

Plus en détail

Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI. Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Corticoïdes et immunosuppresseurs.

Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI. Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Objectifs du traitement 1) Contrôler les poussées 2) Diminuer et prévenir le risque de récidive Traitement de la maladie de Crohn Sévérité

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 13 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue,

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

La réactivation virale B. Valérie CANVA, CHRU Lille XX èmes JRPI - 01/10/2013

La réactivation virale B. Valérie CANVA, CHRU Lille XX èmes JRPI - 01/10/2013 La réactivation virale B Valérie CANVA, CHRU Lille XX èmes JRPI - 01/10/2013 Les 3 phases de l infection chronique à VHB Gerlich, Virol J 2013 L infection par le VHB est dynamique 9 Charge virale élevée

Plus en détail

Quel(s) traitement(s) proposer?

Quel(s) traitement(s) proposer? 75 ème Journée Française de Médecine : Vascularites Artérites rites àcellules géantes g : Quel(s) traitement(s) proposer? Alfred Mahr Service de médecine interne Hôpital Saint-Louis alfred.mahr@sls.aphp.fr

Plus en détail

Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi

Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail

Démarche diagnostique devant une lymphopénie Mouna ZAHLANE

Démarche diagnostique devant une lymphopénie Mouna ZAHLANE Démarche diagnostique devant une lymphopénie Mouna ZAHLANE INTRODUCTION LB et LT Lc NK acteurs de l immunité adaptative. n expriment pas de récepteur à l antigène. Taux entre 1500 et 4000 elts/mm 3 = production

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 15 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis d experts Vaccins inactivés recommandés pour les patients débutant ou sous méthotrexate Chez les sujets

Plus en détail

Médicaments Immunosuppresseurs. Jean Villard MD,PhD Unité d Immunologie de Transplantation

Médicaments Immunosuppresseurs. Jean Villard MD,PhD Unité d Immunologie de Transplantation Médicaments Immunosuppresseurs Jean Villard MD,PhD Unité d Immunologie de Transplantation Médicaments immunosuppresseurs Médicaments «classiques» Inhibition de l activation ou la prolifération des lymphocytes

Plus en détail

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents.

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents. VACCINATIONS Auteur : Expert : Relecteur : Dr. M. Grira,, HUG Dr. I. Guessous,, HUG Dr. N.-T. Tran,, HUG Algorithmes et relecture: M. Le Braz Mise en page: J. Caliri 2017 LES POINTS À RETENIR Depuis 2013,

Plus en détail

Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage

Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage Centre de vaccination Centre de vaccination internationale Centre de lutte anti tuberculeuse Centre gratuit de dépistage VIH, Hépatites, IST: CeGIDD

Plus en détail

Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques : rapport HCSP 2012*

Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques : rapport HCSP 2012* Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques : rapport HCSP 2012* PATIENTS VIVANT AVEC LE VIH Les personnes infectées par le VIH ont une sensibilité accrue à certaines infections. (ex pneumocoque,

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Vieillissement immunitaire

Vieillissement immunitaire Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr Michèle Becker-Schneider 24 Mai 2012 CHU Besançon 1 Vieillissement immunitaire Fréquence et gravité accrue des infections Réponse faible aux vaccinations

Plus en détail

Réunion départementale EHPAD de la Nièvre

Réunion départementale EHPAD de la Nièvre Réunion départementale EHPAD de la Nièvre 29 septembre 2014 Vaccination antigrippale en EHPAD Personnels et résidents EHPAD Une population exposée L EHPAD un lieu de vie collectif, ouvert Visiteurs et

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

L'INFLIXIMAB : REMICADE, INFLECTRA, REMSIMA

L'INFLIXIMAB : REMICADE, INFLECTRA, REMSIMA L'INFLIXIMAB : REMICADE, INFLECTRA, REMSIMA Cette fiche rédigée en 2015 par les gastroentérologues du GETAID (Groupe d Etude Thérapeutique des Affections Inflammatoires Digestives) a pour but de mieux

Plus en détail

Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s

Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s de 28 cas C.Ficko 1, M.Ben M Rad 1, F.Suarez 2, E.Catherinot 3, O.Lortholary 3, L.Guillevin 1, D.Salmon 1 1 Unité de Pathologie Infectieuse, Pôle médecine,

Plus en détail

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI 1. Quels sont les agents responsables? 2. Quand suspecter une hépatite virale aigue? 3. Comment faire le diagnostic d une hépatite aigue virale? 4. Comment surveiller

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien

Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien Donatella Ciuffreda Centre de Vaccinologie et Immunotherapy Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Lausanne Généralités De plus en plus de patients

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

Traitement des formes progressives

Traitement des formes progressives brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Dr. Hélène Zéphir, Pôle Neurologique, CHRU de Lille 2010 Traitement des formes progressives Traitement des formes progressives

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES FAMILLES, DE L ENFANCE ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES FAMILLES, DE L ENFANCE ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la santé Sous-direction de la

Plus en détail

Vaccination des professionnels de santé

Vaccination des professionnels de santé Vaccination des professionnels de santé Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France Priorités pour les personnes responsables de la prévention du risque nosocomial? Evidente = mise en œuvre des moyens nécessaires

Plus en détail

Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie

Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie H. Karray-Hakim Laboratoire Microbiologie - Sfax Congrès de la STPI. Tunis le 22-24 avril 2010 Méningo-encéphalite Encéphalite

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010 1 Vieillissement immunitaire Fréquence et gravité accrue des infections Réponse faible aux vaccinations

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Vaccination des sujets immunodéprimés

Vaccination des sujets immunodéprimés Vaccination des sujets immunodéprimés Solen Kernéis Equipe Mobile d Infectiologie CIC Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris DESC Pathologie Infectieuse et Tropicale 29 janvier 2016 1 Cas clinique 2 Grippe

Plus en détail

Vaccination de l adulte l d organe solide

Vaccination de l adulte l d organe solide Vaccination de l adulte l transplanté d organe solide Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 15 mai 2009 DIU transplantation, Lyon COCHIN SAINT-VINCENT

Plus en détail

Vaccin contre la grippe Vaccins contre les infections invasives à pneumocoque

Vaccin contre la grippe Vaccins contre les infections invasives à pneumocoque Vaccin contre la grippe Vaccins contre les infections invasives à pneumocoque Pr Odile Launay Infectiologie, CIC de vaccinologie, Hôpital Cochin, Paris 6 decembre 2013 Liens d intérêt Odile LAUNAY Participation

Plus en détail

Suivi après Transplantation rénale chez l enfant

Suivi après Transplantation rénale chez l enfant Suivi après Transplantation rénale chez l enfant bruno.ranchin@chu-lyon.fr APNP Toulouse 20-21 Octobre 2007 Epidémiologie France 2006 Malades greffés en France 2006 (inscrits < 16 ans) n = 84 3,1 % du

Plus en détail

Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004

Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004 Prévalence des co-infections par les virus des hépatites B et C dans la population VIH+ France, juin 2004 6 èmes journées d infectiologie Nice 2005 FNPRRH Contexte de l étude Morbidité accrue progression

Plus en détail

Vaccination contre le VHB des personnes infectées es par le VIH. Dr. David REY Hôpitaux Universitaires Strasbourg 9 septembre 2008

Vaccination contre le VHB des personnes infectées es par le VIH. Dr. David REY Hôpitaux Universitaires Strasbourg 9 septembre 2008 Vaccination contre le VHB des personnes infectées es par le VIH Dr. David REY Hôpitaux Universitaires Strasbourg 9 septembre 2008 1 Introduction Pourquoi s y s y intéresser? risque d acquisition d du VHB

Plus en détail

Estimated Incidence of Acute Hepatitis B. United States,

Estimated Incidence of Acute Hepatitis B. United States, Cases per 100,000 Population Estimated Incidence of Acute Hepatitis B 80 70 60 50 40 30 20 10 0 * Provisional date United States, 1978-1995 Vaccine licensed HBsAg screening of pregnant women recommended

Plus en détail

Usage rationnel des anti-tnfs en gastroentérologie. David Laharie, Service d Hépato-gastroientérologie Hôpital Haut-Lévêque

Usage rationnel des anti-tnfs en gastroentérologie. David Laharie, Service d Hépato-gastroientérologie Hôpital Haut-Lévêque Usage rationnel des anti-tnfs en gastroentérologie David Laharie, Service d Hépato-gastroientérologie Hôpital Haut-Lévêque Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI) Maladie de Crohn (MC) CI*

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles.

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles. 4 -RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES 4.1 - Vaccination contre la coqueluche Adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou années à venir. Également recommandée à l occasion d une grossesse, la mise

Plus en détail