Compléments de statistiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compléments de statistiques"

Transcription

1 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : Objectifs pédagogiques Reconnaître des données longitudinales dans des exemples concrets Définir les termes : date d origine, date des dernières nouvelles, date de point, censure Interpréter une courbe de Kaplan Meier, estimer la médiane de survie Préciser le principe du test du Logrank (formulation des hypothèses), ses conditions de validité et interpréter le degré de signification 3 Survie: introduction Évaluation de traitement Essai thérapeutique contrôlé randomisé population échantillon global CJP : décès Randomisation du traitement Groupe Groupe 2 Efficacité Tolérance 4

2 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Survie: introduction Étude pronostique : cohorte Exposés (E+) Non exposés (E-) Survie introduction Données de survie survenue d un événement (décès, IdM, rechute, insuffisance rénale terminale, doublement de la créatinine) recherche événement: D (+) Non D (-) RR = recherche événement: D (+) P( P( Non D (D-) + / E + ) + / E ) 5 Analyse des données de survie étudier l événement (décès, IdM..), au cours du en tenant compte de la durée de surveillance individuelle du moment de l événement des données incomplètes ( tous les sujets n ont pas présenté l événement lors de l analyse) 6 Survie - Introduction Exemple : Souris Injection de cellules tumorales 0 20 j Durée de survie : estimation de la moyenne, médiane, variance Taux de survie à 20 jours (proba d être encore vivant à 20j): 3/7=43% 7 Cas rarement rencontré en pratique Survie - Introduction Exemple 2 : Essai thérapeutique évaluant 2 stratégies de prise en charge du cancer bronchique critère de jugement principal: survenue de décès Date d inclusion Date de fin d étude Date d inclusion Perdu de vue vivant Durée de survie? Taux de survie à 4 ans? Date de fin d étude 8

3 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Survie - Introduction Exemple 2 : Essai thérapeutique évaluant 2 stratégies de prise en charge du cancer bronchique critère de jugement principal: survenue de décès Date d inclusion Date de fin d étude Date d inclusion Censure Date de fin d étude Durée de survie? Taux de survie à 4 ans? Données censurées sont caractéristiques des données de Survie - Introduction Analyse des données de survie: Utilité Descriptif pour échantillon étudié Prédiction de la «survie» pour population dont échantillon représentatif en fonction de facteurs (études pronostiques) Comparaison entre groupes : évaluation de traitement Informations nécessaires? survie 9 0 date d origine (DO) = date de début de la surveillance 0 pour chaque sujet date du diagnostic dans une étude pronostique date du traitement ou du TAS dans un essai thérapeutique Dates peuvent être étalées dans le (selon la durée de la période d inclusion) Date des dernières nouvelles (DDN) date la + récente où on a recueilli des info concernant le statut du sujet (vivant ou D (ou récidive ou non récidive) ) si un sujet est D, DDN= date du décès si un sujet a récidivé, DDN=date de la récidive même si on a eu de ses nouvelles après Durée de surveillance délai entre DO et DDN 2

4 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Date de point (DP) Date du bilan : au delà de laquelle on ne tient pas compte des infos (même si sujet D) date à laquelle on essaie d avoir l info sur le statut de chaque sujet Pourquoi une date de point? Éviter les biais Exemple : pronostic à long terme du cancer du sein» femmes dont on n a pas de nouvelles récentes probablement pas représentatives de l ensemble des femmes suivies» + volontiers des femmes en rémission prolongée Survie - Définitions Temps de participation (TP) si DDN DP TP = DDN - DO * si sujet non D, il est dit perdu de vue si DDN > DP TP = DP - DO Recul : délai écoulé ente DO et DP = délai maximum d observation du sujet 3 4 Date d origine (DO) DDN* Temps de participation Temps de participation 2 Date de Point (DP) DDN 2 État du sujet: statut du sujet à DP DO DO D: (Non censuré)?: Perdu de vue (censure) Perdu de vue DDN () DP DP recul DDN : Date des dernières nouvelles 5 VV: Exclu vivant DO (censure) DP DDN (VV) 6

5 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Temps de participation, Survie et Censures Événement avant DP de participation = survie PDV et Exclus vivants de participation < survie PDV et Exclus vivants sont tous deux censurés à droite 7 Estimations de la fonction de survie Méthodes paramétriques (non traitées) exponentiel weibul log normal Méthodes non paramétriques Kaplan-Meier (la + utilisée) Actuarielle (de en utilisée) 8 Fonction de Survie S(t) Définition probabilité de survivre au-delà de t // courbe de survie // Survie en t S(t) = Prob ( T t) Avec T «durée de vie» = Date de décès Date d origine Propriétés de S(t) fonction monotone décroissante et continue * S(0) = lim S( t) = 0 t Probabilité de décéder entre 0 et t: F(t) F(t) = S(t) Exemple: fonction de survie S(t) Albumine <28 0 fonction monotone croissante et continue * Jours Probabilite de survie décès

6 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Exemple: F(t) essai irbesartan D après Lewis et al NEJM Méthode non paramétrique de Kaplan Meier En termes probabilistes survivre un an = survivre 365 j <=> avoir survécu 364 j et survivre au 365 e j sachant qu on était vivant jusque là => probabilités conditionnelles Expression de S(t) S 365 = S 364 * S 365/364 = S * S 2/ * S 3/2 *..* S 365/364 S = prob de survivre le premier j de l entrée dans l étude S 2/ = prob de survivre le 2 e j sachant qu on a survécu le premier Jours où aucun : proba conditionnelle = On s intéresse aux jours avec (événements) => découpé en intervalles de définis par (événements) 22 Méthode non paramétrique de Kaplan Meier Méthode non paramétrique de Kaplan Meier Albumine <28 Médiane de survie : c est le auquel la probabilité d être encore en vie pour un sujet donné est de 50% inf S0,5( t) = [ S( t) t 0,5] Probabilite de survie S = décès sur 9 sujets un décès à chaque marche d escalier donnée censurée à23 jours Jours 24 Médiane = 56 jours

7 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Courbes de Survie: Albumine en 3 classes Selon Albumine Comparaison de plusieurs courbes de survie Probabilite de survie <28mg/l % 9% >32mg/l 63% Décès/N >32: 3/ : 7/ <28: 8/ Jours 25?? Comparaison taux de survie à 500 jours? 000j? Comparaison de courbes de survie entières 26 Comparaison de plusieurs courbes de survie: test du logrank Hypothèses cas de k groupes Hypothèse nulle : égalité des fonctions de survie entre les k groupes Hypothèse alternative : la fonction de survie d au moins un groupe est différente des autres Statistique du logrank suit loi du chi2 à k- ddl 27 Comparaison de plusieurs courbes de survie: test du logrank Conditions de validité conditions du chi2 : effectifs théoriques >= 5 les courbes ne doivent pas se chevaucher c est-à-dire que les entre les probabilités de survie dans les 2 groupes sont de même signe Exemple : 2 chimio dont l est + toxique (+ de en phase initiale) mais meilleure survie à long terme que l autre Remarque : test du logrank: même poids accordé aux événements et censures précoces qu aux événements et censures tardifs 28

8 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Courbes de Survie : Albumine en 3 classes Pièges à éviter dans l interprétation des courbes de survie Probabilite de survie Selon Albumine <28mg/l >32mg/l % 9% 63% Jours Test du logrank : p < 0-6 Décès/N >32 : 3/ : 7/ <28 : 8/9 Interprétation : au moins la survie d un des groupes diffère de celle divergence avant durée de survie moyenne pas toujours due à un effet du traitement augmentant au cours du Rapprochement : Après durée de survie moyenne Avant durée de survie moyenne : effet délétère tardif des deux autres Problèmes liés aux censures Type de censure Exclus vivants (censures non liées à pathologie) Perdus de vue (censures au hasard) Perdus de vue (censures non au hasard) Conséquences Regroupées en fin de courbe Ne faussent pas partie de courbe sans censure Ne soustraient pas d information sur partie de courbe à estimer Perte d information : perte de puissance Ne faussent pas estimation de courbe Perte d information : perte de puissance Faussent estimation de courbe : biais Faussent comparaison de courbes : biais 3

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

12 ANALYSER DES DONNEES DE SURVIE. Introduction aux méthodes d analyse de la survie

12 ANALYSER DES DONNEES DE SURVIE. Introduction aux méthodes d analyse de la survie 12 ANALYSER DES DONNEES DE SURVIE Merci à Nadine Bossard et à Pascal Roy pour la rédaction de la partie statistique de ce chapitre. Introduction aux méthodes d analyse de la survie Nous allons nous intéresser

Plus en détail

Introduction à l analyse de survie

Introduction à l analyse de survie Introduction à l analyse de survie Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Définitions 3 Modèle

Plus en détail

Analyse de Survie. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Analyse de Survie. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Analyse de Survie Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

ANALYSE DE LA SURVIE

ANALYSE DE LA SURVIE ANALYSE DE LA SURVIE L analyse de la survie est l estimation de la probabilité de survenue d un événement (décès*, complication post opératoire, rechute, guérison) dans le temps, en fonction de facteurs

Plus en détail

Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué d Epidémiologie - Oran le 11 Mars 2014

Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué d Epidémiologie - Oran le 11 Mars 2014 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué d Epidémiologie - Oran le 11 Mars 2014 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté de Médecine d Oran, Mars 2014 Prof. N. Midoun Enseignement post-gradué Faculté

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Pierre GILLOIS, Jean François TIMSIT UJF CHUG Themas TIMC. Connaître la définition d une donnée censurée

Pierre GILLOIS, Jean François TIMSIT UJF CHUG Themas TIMC. Connaître la définition d une donnée censurée Analyse de Survie (données censurées, courbes de survies, comparaisons) Pierre GILLOIS, Jean François TIMSIT UJF CHUG Themas TIMC Objectifs pédagogiques Connaître la définition d une donnée censurée Comprendre

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Estimation d un. Taux de Survie

Estimation d un. Taux de Survie Estimation d un Taux de Survie Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org Objectifs (1) Médical Quantifier

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275 Courbes ROC nettes dépendantes du temps : méthode d évaluation de la capacité d un marqueur à prédire la mortalité liée à l insuffisance rénale terminale chez des patients transplantés rénaux. Marine Lorent,

Plus en détail

Lecture critique d article. Bio statistiques. Dr MARC CUGGIA MCU-PH Laboratoire d informatique médicale EA-3888

Lecture critique d article. Bio statistiques. Dr MARC CUGGIA MCU-PH Laboratoire d informatique médicale EA-3888 Lecture critique d article Rappels Bio statistiques Dr MARC CUGGIA MCU-PH Laboratoire d informatique médicale EA-3888 Plan du cours Rappels fondamentaux Statistiques descriptives Notions de tests statistiques

Plus en détail

Données censurées, survie : vocabulaire et approches descriptives

Données censurées, survie : vocabulaire et approches descriptives Chapitre 18 Introduction à la statistique avec R Données censurées, survie : vocabulaire et approches descriptives Qu est-ce qu une donnée censurée? La durée jusqu à survenue d un évènement Qu est-ce qu

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Q1: Pour quelle raison a-t-on organisé le suivi de cette cohorte? Les rayonnements

Plus en détail

Statistiques et essais cliniques

Statistiques et essais cliniques Hegel Vol. 3 N 1 2013 DOI : 10.4267/2042/49204 21 Statistiques et essais cliniques François Kohler Laboratoire SPI-EAO, Faculté de Médecine, Vandœuvre-les-Nancy francois.kohler@univ-lorraine.fr Introduction

Plus en détail

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart

Les statistiques pour les «Nuls» en 2008. Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart Les statistiques pour les «Nuls» en 2008 Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère Clamart L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt Chen MS Ann Surg 2006;243:321-328 Critéres d inclusion

Plus en détail

Risques concurrents avec causes de décès

Risques concurrents avec causes de décès Risques concurrents avec causes de décès masquées: Modèles, méthodes et applications Thierry DUCHESNE Radu CRAIU duchesne@mat.ulaval.ca craiu@utstat.toronto.edu Département de mathématiques et de statistique

Plus en détail

Population et Échantillon. Principes des Tests et Tests

Population et Échantillon. Principes des Tests et Tests Population et Échantillon Principes des Tests et Tests Pr Roch Giorgi LERTIM, Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Marseille, France http://cybertim.timone.univ-mrs.fr Population et Échantillon

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Comment lire une courbe de survie?

Comment lire une courbe de survie? Comment lire une courbe de survie? Silvy Laporte Unité de pharmacologie clinique, Groupe de recherche sur la thrombose (EA3065), CHU de Saint-Étienne, Hôpital Bellevue, 42055 Saint-Étienne cedex 02

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE Deuxième partie : de la base de données aux résultats Juin 2010 Julien Gelly, Caroline Huas, Josselin Le Bel Plan 2 1. Introduction 2. Saisie des données : Epi

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National -

Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National - Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National - Bases et Objectifs Pédagogiques DIU de Pédagogie Médicale Christian Funck-Brentano Pharmacologie Clinique Centre d Investigation

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ². José LABARERE

Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ². José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ² José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Nature des variables

Plus en détail

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 N EudraCT 2004-001984-22 Essai randomisé de phase III comparant l association traitement hormonal + docétaxel au traitement hormonal seul dans les cancers de la prostate

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION A L UTILISATION DU LOGICIEL R

PROGRAMME DE FORMATION A L UTILISATION DU LOGICIEL R PROGRAMME DE FORMATION A L UTILISATION DU LOGICIEL R Analyses multivariées avec R Vincent RICHARD Unité d épidémiologie Institut Pasteur de DakarRindra Randremanana Unité d'épidémiologie Institut Pasteur

Plus en détail

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct. 1 eres Rencontres R Bordeaux 2-3 Juillet 2012 Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.func J.Gal 1, A.Kramar

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions

Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions ISTIL, Tronc commun de première année Introduction aux méthodes probabilistes et statistiques, 2008 2009 Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions Exercice 1 Dans un centre avicole, des études

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

Méthode actuarielle d estimation des courbes de survie : principe, différences avec la méthode de Kaplan-Meier

Méthode actuarielle d estimation des courbes de survie : principe, différences avec la méthode de Kaplan-Meier Méthode actuarielle d estimation des courbes de survie : principe, différences avec la méthode de Kaplan-Meier Kankoé SALLAH DELBIM Université de Lomé Abstract L analyse des données de survie est fréquente

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Pièges classiques en statistiques

Pièges classiques en statistiques Pièges classiques en statistiques Raphaël Porcher Hôpital Saint-Louis & Université Paris Diderot 18 janvier 2012 Plan Introduction Différents types d erreurs courantes : analyse, interprétation Exemple

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Glossaire ECN : Lecture Critique d articles médicaux

Glossaire ECN : Lecture Critique d articles médicaux 2007 Glossaire ECN : Lecture Critique d articles médicaux A Ajustement Moyen, dans une enquête épidémiologique, de prendre en compte un biais de confusion au moment de l'analyse. Aléatoire Dont la survenue

Plus en détail

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Cancers du sein infracentimétriques Her2 + XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Généralités cancers HER2+ Sur-expression Her2 = facteur de mauvais pronostic (Press 1997, Tovey 2009,

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

STATISTIQUES. Cours I : Test d hypothèses. Télécom Physique Strasbourg Module 2101. Fabrice Heitz. Octobre 2014

STATISTIQUES. Cours I : Test d hypothèses. Télécom Physique Strasbourg Module 2101. Fabrice Heitz. Octobre 2014 Télécom Physique Strasbourg Module 2101 STATISTIQUES Cours I : Test d hypothèses Fabrice Heitz Octobre 2014 Fabrice Heitz (Télécom PS) Statistiques 2014 1 / 75 Cours I TESTS D HYPOTHÈSES Fabrice Heitz

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Introduction : Essais de phase I

Introduction : Essais de phase I Schéma de recherche de dose dans les essais de phase I : comparaison par simulations dans un cadre temporel A Doussau 1,2, MC Le Deley 3, B Asselain 1, G Vassal 3, X Paoletti 1 1 - Institut Curie, 2 -

Plus en détail

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon VI. Tests non paramétriques sur un échantillon Le modèle n est pas un modèle paramétrique «TESTS du CHI-DEUX» : VI.1. Test d ajustement à une loi donnée VI.. Test d indépendance de deux facteurs 96 Différentes

Plus en détail

28. Méta-analyse sur données individuelles

28. Méta-analyse sur données individuelles 28. Méta-analyse sur données individuelles La méta-analyse sur données individuelles regroupe les fichiers de données des essais. La méta-analyse est donc réalisée directement à partir des informations

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

Evaluation des Tendances

Evaluation des Tendances Etude Clinique Bilan de fin d étude, août 2002 1 Evaluation clinique du système de télémédecine DIATELIC chez les patients traités par dialyse péritonéale à domicile Pierre-Yves Durand Evaluation des Tendances

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

Etude du risque de réintervention à long terme après traitement chirurgical d une sténose lombaire

Etude du risque de réintervention à long terme après traitement chirurgical d une sténose lombaire Etude du risque de réintervention à long terme après traitement chirurgical d une sténose lombaire Introduction Matériels et méthodes Toutes les sténose opérées entre 1989 et 1992 Exclus: reprises chirurgicales,

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon Premiers résultats de l étude de phase III GADOLIN étudiant l obinutuzumab associé à la bendamustine versus bendamustine seule chez des lymphomes non hodgkiniens indolents réfractaires au rituximab D après

Plus en détail

Evaluation des outils pronostiques

Evaluation des outils pronostiques Evaluation des outils pronostiques Combescure Christophe Centre de recherche clinique, Université de Genève Service d épidémiologie clinique, HUG 1 Evaluation des outils diagnostiques Particularité des

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Outils Statistiques du Data Mining

Outils Statistiques du Data Mining Outils Statistiques du Data Mining Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr

Plus en détail

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Chapitre 5 UE4 : Biostatistiques Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Examen d accès - 1 Octobre 2009

Examen d accès - 1 Octobre 2009 Examen d accès - 1 Octobre 2009 Aucun document autorisé - Calculatrice fournie par le centre d examen Ce examen est un questionnaire à choix multiples constitué de 50 questions. Plusieurs réponses sont

Plus en détail

T de Student Khi-deux Corrélation

T de Student Khi-deux Corrélation Les tests d inférence statistiques permettent d estimer le risque d inférer un résultat d un échantillon à une population et de décider si on «prend le risque» (si 0.05 ou 5 %) Une différence de moyennes

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Grossesse après cancer du sein : un risque de récidive? Sylvie Mesrine Orléans, 5 avril 2013

Grossesse après cancer du sein : un risque de récidive? Sylvie Mesrine Orléans, 5 avril 2013 Grossesse après cancer du sein : un risque de récidive? Sylvie Mesrine Orléans, 5 avril 2013 Grossesse après cancer du sein: les questions Cancer chez la jeune: Facteurs pronostiques particuliers Age

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE Sandrine Genestier, Sylvie Chiron Centre hospitalier Louis Pasteur 68024 Colmar Nous avons

Plus en détail

MODELES DE DUREE DE VIE

MODELES DE DUREE DE VIE MODELES DE DUREE DE VIE Cours 1 : Introduction I- Contexte et définitions II- Les données III- Caractéristiques d intérêt IV- Evènements non renouvelables/renouvelables (unique/répété) I- Contexte et définitions

Plus en détail

Econométrie des modèles de durée

Econométrie des modèles de durée Econométrie des modèles de durée Guillaume Horny Banque de France et UCLouvain Master 2 MOSEF Guillaume Horny (Banque de France) Econométrie des durées (chap 2) 2009 1 / 59 Chapitre 2 : Temps discret et

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Recherche clinique. septembre 2014 juin 2015. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

Recherche clinique. septembre 2014 juin 2015. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i CAS Certificat de formation continue Certificate of Advanced Studies Recherche clinique orientée patients septembre 2014 juin 2015 f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i Comité de programme Prof.

Plus en détail

Essais thérapeutiques. Compléments d épidémiologie. Essais de différence ou de supériorité (rappel)

Essais thérapeutiques. Compléments d épidémiologie. Essais de différence ou de supériorité (rappel) Essais thérapeutiques Compléments d épidémiologie Plan : Essais d équivalence clinique ou essais de non infériorité Essais en cross over ou essais croisés D. Neveu Compléments épidémiologie DCEM2 DCEM3

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

INTERNATIONAL CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS (ICMPA) UNESCO CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS

INTERNATIONAL CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS (ICMPA) UNESCO CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS INTERNATIONAL CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS (ICMPA) UNESCO CHAIR IN MATHEMATICAL PHYSICS AND APPLICATIONS established in 2006 at the University of Abomey-Calavi (Republic of Benin) UNITWIN/UNESCO

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Statistique II Inférence pour une et deux variables Introduction

Statistique II Inférence pour une et deux variables Introduction Faculté de psychologie Statistique II Inférence pour une et deux variables Introduction Support à l exposé oral Titulaire Bernadette Govaerts ISBA, LSBA et SMCS UCLouvain 28/08/15 P 1 28/08/15 P 2 Statistique

Plus en détail

Julien Mancini, Stéphane Robitail

Julien Mancini, Stéphane Robitail COURS 7 : ETUDES DE SURVIE ETUDES PRONOSTIQUES & LECTURE CRITIQUE Julien Mancini, Stéphane Robitail A- Les études de survie Les études de survie ne constituent pas un type d enquête au même titre que,

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail