Le TaxiBot fait décoller TLD en Touraine. Entretien. Été 2015 # 21 LOIRE-CENTRE. DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le TaxiBot fait décoller TLD en Touraine. Entretien. Été 2015 # 21 LOIRE-CENTRE. DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions"

Transcription

1 DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions DOSSIER / 08 Piloter l innovation ou comment voir loin et viser juste FINANCER POUR INNOVER / 14 Le crowdfunding, pour faciliter l accès au crédit # 21 LOIRE-CENTRE Entretien Le TaxiBot fait décoller TLD en Touraine Cyril Chigot Valentin Schmitt, Directeur général TLD pour l Europe, le Moyen-Orient, l Afrique et l Inde

2 SOMMAIRE 04 LES RÉGIONS INNOVENT SUR DECIDEURSENREGION.FR DÉVELOPPER ET MANAGER 05 L art du management passe par les émotions 07 Bigre! Un véritable projet d économie sociale DOSSIER 08 Piloter l innovation ou comment voir loin et viser juste 12 Quelles stratégies gagnantes pour mieux piloter son innovation? 13 Pilotage de l innovation, le cas exemplaire de Valeo FINANCER POUR INNOVER 14 Le crowdfunding, pour faciliter l accès au crédit PAROLE D'EXPERTS 16 Technologies réflexives : quand le numérique révolutionne le rapport à soi-même 17 Z : une génération à conquérir SOLUTION 18 Garanties financières : bénéficiez d une large gamme de garanties bancaires pour vos projets immobiliers À VOS CÔTÉS 19 Loire-Centre Capital, pour renforcer la croissance des entreprises régionales RETROUVEZ TOUTE L ACTUALITÉ DES ACTEURS ÉCONOMIQUES QUI INNOVENT SUR LEUR TERRITOIRE : INNOVER EN LOIRE-CENTRE Le TaxiBot fait décoller TLD en Touraine Grâce au TaxiBot, un tracteur aéroportuaire de dernière génération, le groupe TLD est en pleine phase d investissement en Touraine. Valentin Schmitt, Directeur général pour l Europe, le Moyen-Orient, l Afrique et l Inde, explique la stratégie industrielle du groupe qui mise sur l innovation et l excellence mondiales. DÉCIDEURS EN RÉGION : Pourquoi avoir choisi Isoparc à Sorigny, près de Tours, pour y construire votre nouvelle usine? Valentin Schmitt : Tout d abord parce que nous étions déjà installés en Touraine à Montlouis-sur-Loire (Indre-et-Loire) et que c est sur ce site historique spécialisé dans le développement et la construction de tracteurs aéroportuaires qu a été conçu le TaxiBot. Il était donc assez naturel que l aventure industrielle se poursuive en Touraine, d autant que nous avons bénéficié d un accompagnement fort de nos différents partenaires et des collectivités locales. C est ainsi que notre nouvelle plateforme de production de m 2, qui va d ailleurs doubler de surface en décembre 2016 à l issue d un investissement de 8 M (voir encadré P.3) et qui est appelée à devenir l un de nos centres d excellence mondiaux, a été construite à Sorigny où notre activité de fabrication s appuie sur une cellule de R&D qui emploie une trentaine de collaborateurs. Je précise que cette unité n est pas entièrement dédiée au TaxiBot mais aussi à la fabrication de tracteurs conventionnels comme d ailleurs notre usine de Montlouis que nous allons continuer à exploiter pendant un certain temps, afin de faire face à la demande très forte. Il est même prévu d y accroître la cadence par rapport à notre activité actuelle Quelle va être la capacité de fabrication de l usine de Sorigny? D ici à 2017, nous devrions être en mesure de produire annuellement près de 60 Taxibot et environ 250 tracteurs conventionnels. Aujourd hui, la cadence pour le Taxibot est de l ordre d une quinzaine par an, ce qui est compatible avec notre cycle de ventes. Nous sommes en phase de conquête. C est toujours un peu compliqué parce qu il s agit d un produit nouveau, que son exploitation bouleverse quelque peu les procédures aéroportuaires. Mais nous sommes très confiants parce que ce produit qui sera commercialisé en deux grandes versions l une pour les avions moyens-porteurs de type Airbus A320 ou Boeing 737, 2

3 Cyril Chigot pour la SET UNE NOUVELLE USINE QU IL FAUT DÉJÀ AGRANDIR Les élus l ont rêvé, TLD le fait! À peine inaugurée sur l Isoparc de Sorigny (37), la nouvelle usine du groupe, spécialisé dans les équipements aéroportuaires, va connaître un doublement de la surface déployée. Livrée en juillet 2014 avec près d un mois d avance sur le calendrier, la plateforme de production de m 2 équipée d une piste d essai va se doter de nouvelles surfaces de fabrication et de m 2 de zones de stockage. De quoi à terme permettre la construction d une soixantaine de TaxiBots par an. Nous sommes en train de construire un socle industriel qui rayonnera dans le monde entier. l autre pour les gros et très grosporteurs, est très attendu par les exploitants des compagnies aériennes qui voient l occasion dans cette acquisition de réaliser de très importantes économies de carburant. Puisque, je le rappelle, le TaxiBot permet de déplacer les avions sur le tarmac, moteurs éteints. C est cette perspective d économie qui est bien sûr le principal atout du développement du TaxiBot. Tandis que la forte progression des ventes de tracteurs conventionnels repose davantage sur la forte croissance du trafic aérien. le TaxiBot est un produit majeur pour l entreprise et il sera exclusivement fabriqué en Touraine. Quel est l impact de ces différents projets sur l emploi? Il est évidemment de la première importance, je vous rappelle que, d ores et déjà, les effectifs de TLD ont beaucoup augmenté ces dernières années. Le groupe n employait, il y a deux ou trois ans, que 160 salariés à Montlouis-sur- Loire. Aujourd hui, l usine de Sorigny compte environ 130 collaborateurs, celle de Montlouis, près de 80. Valentin Schmitt, Directeur général TLD pour l Europe, le Moyen-Orient, l Afrique et l Inde À terme et après avoir réuni les salariés sur le même site de Sorigny et en comptant les nouvelles embauches qui devraient accompagner notre développement, le nouveau site pourrait employer près de 270 collaborateurs. Nous sommes en train de construire un socle industriel de première importance qui rayonnera dans le monde entier. Nos tracteurs, qu il s agisse des Taxibot ou des formats conventionnels sont exploités à Moscou, à Djakarta, à Dubaï ou à Francfort. L apport des ventes de ce nouveau produit symbole de la politique d innovation de TLD ne sera-t-il pas marginal? Non, ce n est pas le but du jeu. Ce produit, selon les versions, est commercialisé à l unité dans une fourchette de prix variant entre 1 et 2,5 M. Je ne sais pas encore quel sera notre rythme de vente, mais je pense que les ventes pourraient à moyen terme s établir autour des 30 à 40 M, un montant que vous pouvez ramener au CA du groupe TLD qui s élève à 450 M. Oui, LE TAXIBOT moteur du progrès environnemental La TaxiBot qui permet au pilote de l avion tracté de piloter lui-même la manœuvre de transfert, moteurs éteints, vers le site de décollage génère de très importantes économies de carburant. Et constitue donc en soi une innovation environnementale de première importance. Rappelons en effet qu un Boeing 747 dépense en moyenne près de 1,25 tonne de kérosène au cours de la quinzaine de minutes qui précède le décollage. Si 50 des plus grands aéroports s équipaient du TaxiBot dans les années à venir, on estime que l économie annuelle de C0 2 qui serait réalisée s établirait autour de 20 millions de tonnes. 3

4 LES RÉGIONS INNOVENT Sur decideursenregion.fr découvrez les témoignages complets de personnalités marquantes. L. Cipriani Financer pour innover La diversification des ressources de l ESS est déjà à l œuvre avec un engagement de plus en plus prononcé du secteur privé Sophie Keller, experte associée à l Essec, spécialiste de l ESS, co auteure du livre «Stratégie et financement des entreprises sociales et solidaires». Ile-de-France/Financer- Pour-innover Développer et manager Le design thinking est une approche fondée sur l humain, sur ses pratiques et la façon dont il vit Alain Cadix, administrateur délégué du Centre Michel Serres et ancien Directeur de l ENSCI Les Ateliers Paroles d experts Exemple d une pratique collaborative d une collectivité locale : Gare Remix, pour réinventer la Gare Saint-Paul à Lyon. Émile Hooge, consultant et Directeur associé au sein de l agence d études et de conseils Nova 7 Picardie/Paroles-d-experts Paroles d experts L économie de la fonctionnalité et de la coopération est un modèle basé sur la vente de la valeur d usage d un service intégré Christophe Sempels, professeur à Skema Business School, cofondateur de l Institut européen de l économie de la fonctionnalité et de la coopération et Directeur scientifique du Club Cap EF. Alsace/Developper-Manager Midi-Pyrenees/Paroles-dexpertsDevelopper-Manager/ Suivez-nous aussi sur twitter.com/decideursregion 4

5 DÉVELOPPER & MANAGER F. Caputo L art du management passe par les émotions Longtemps mal vues sur le lieu de travail, les émotions y font un retour en force. Savoir les gérer peut représenter un véritable atout pour un manager qui peut les transformer en facteur de réussite organisationnelle pour l entreprise. C était quasiment un tabou. Sur le lieu de travail, on n en parlait pas, on ne les montrait pas. Haut lieu de la rationalité et de l objectivité, l entreprise a longtemps banni les émotions et leur expression, souvent perçues comme signe de faiblesse. À raison? Pas du tout si l on en croit toute une école de chercheurs et d universitaires issue des États-Unis. Les travaux de ces derniers ont abouti à donner naissance au concept «d intelligence émotionnelle». Mieux, cette intelligence émotionnelle, qui implique l aptitude à contrôler ses émotions et celles des autres, serait davantage facteur de réussite individuelle et organisationnelle qu une logique purement rationaliste. Si certaines de leurs conclusions les plus radicales font encore l objet de discussions, un fait reste certain : leurs travaux ont réhabilité les émotions au sein de l entreprise. LE MAL-ÊTRE COÛTE CHER Selon une étude publiée par l Union européenne en 2014, le coût des risques psycho-sociaux liés au travail (absentéisme, baisse de la productivité ) s est monté à 617 milliards d euros à l échelle du continent. UNE SOURCE DE VALEUR AJOUTÉE «La rationalisation très poussée du début du XX e siècle a laissé jusqu à aujourd hui son empreinte sur le modèle opérationnel de l entreprise, confirme Alain Duluc, coresponsable de l offre Développement personnel appliqué chez Cegos, première entreprise de formation continue en France. Dans ce cadre, les émotions n avaient pas droit de cité, considérées au mieux comme de mauvaises conseillères. Aujourd hui, on le sait, rien n est plus faux. Bien gérées, elles sont, très certainement, source de valeur ajoutée. Elles peuvent être moteur de performance.» 5

6 DÉVELOPPER & MANAGER L art du management passe par les émotions UNE PRISE DE CONSCIENCE Dans l Hexagone, les entreprises sont en train d en prendre conscience. La preuve avec le succès que rencontrent les formations du type «Gérer les émotions et les conflits». «L année dernière, chez Cegos, la demande a été très forte, souligne Alain Duluc. En 2014, la croissance du programme y afférent a, incontestablement, été supérieure aux autres.» Le but? Dans de nombreux cas, il s agit de faire de la gestion des émotions une nouvelle compétence pour les managers. «La plupart des problèmes que rencontre une équipe proviennent de problèmes relationnels, complète Alain Duluc. Pour pouvoir les traiter et les régler, le manager doit être en capacité de les reconnaître. Or, il faut bien le dire, il n a, dans l immense majorité des cas, pas été formé à le faire.» Pourtant, comme tout un chacun, il dispose de cette intelligence émotionnelle qui lui permettrait d être efficace quand une crise se présente. COMPRENDRE, REPÉRER ET VERBALISER LES ÉMOTIONS Mais faut-il encore savoir comment puiser dans cette boîte à outils personnelle. «La première des choses à faire, c est d accepter d être soi-même à l écoute de ses propres émotions, indique Alain Duluc. Il faut les comprendre et accepter de les vivre. C est cela notre radar personnel. Sans cela, on ne pourra pas comprendre l autre.» Mais cela ne suffit pas. Ces émotions, un manager doit être en capacité de les détecter chez le reste de l équipe. «Il faut être attentif aux gestes, postures, attitudes, détaille Alain Duluc. Ce sont ces signaux qu il est nécessaire de scruter pour pouvoir agir.» Enfin, troisième étape, après les avoir repérées, il faut pouvoir verbaliser les émotions. «Est-ce de la colère, de la jalousie, de la tristesse ou encore autre chose? On manque parfois de vocabulaire pour les nommer. Il faut pourtant Dans un modèle horizontal et décloisonné, la qualité des relations devient déterminante pour faire aboutir un projet. Alain Duluc, psychologue, coresponsable de l offre Développement personnel appliqué chez Cegos. le faire, rappelle Alain Duluc. C est la seule manière d apporter une réponse adéquate.» ENJEU GLOBAL L irruption progressive de la gestion des émotions dans le modèle opérationnel de l entreprise répond désormais à des défis de taille. D abord parce que cette dernière connaît actuellement des bouleversements importants. «Son organisation change. Dans un modèle horizontal et décloisonné, la qualité des relations devient déterminante pour faire aboutir un projet. La capacité à dialoguer devient primordiale. Les études ont démontré que la première source de stress est l environnement relationnel et non la charge de travail. Dans ce contexte, la gestion des émotions relève clairement de l indispensable», affirme Alain Duluc. Gérer les émotions pour augmenter l efficacité professionnelle Aujourd hui, en quête du «bienêtre» pour leurs collaborateurs, certaines entreprises vont même beaucoup plus loin. Aux États-Unis, les décideurs de la Silicon Valley ont par exemple leur rendez-vous annuel : Wisdom 2.0. Dans ce cadre, les participants travaillent à la maîtrise des émotions grâce à la «mindfulness» (état de pleine conscience) dispensée par des experts de la méditation et des maîtres du yoga. Et le concept s exporte désormais partout Les quatre émotions les plus souvent identifiées au travail sont : la peur, la colère, la joie et la tristesse. Savoir les gérer, c est augmenter son efficacité professionnelle. À titre d exemple, canaliser ses émotions permet d augmenter sa crédibilité et ses performances. En étant maître de ces dernières, on affine sa concentration, on laisse de la place pour analyser objectivement la situation et trouver la réponse la meilleure. Même la colère peut être transformée en véritable valeur ajoutée * Ainsi, en cas de : COLÈRE EXACERBÉE (j explose à tout propos), il faut se recentrer sur soi ; COLÈRE EN ESCALADE (je monte dans les tours), il faut prendre l initiative en stoppant l emballement ; COLÈRE INHIBÉE (je n ose pas m'exprimer), il faut s autoriser à être dans le jugement COLÈRE DÉGUISÉE (je fais des remarques insidieuses), il faut adopter les 4 «P» : Présenter les faits, Partager les émotions, Proposer des solutions, Produire du futur ; COLÈRE PROVOQUÉE (je suis piqué à vif), il faut amortir le choc. * Selon l ouvrage Transformez votre colère en énergie positive de Nathalie Dedebant, Jean-Louis Muller, Emmanuel Portanéry, Catherine Tournier. Witte Brood Media 6

7 DÉVELOPPER & MANAGER Bigre! Un véritable projet d économie sociale Bigre! est un bel exemple de «mutuelle de travail associé». Quatre Sociétés coopératives et participatives SCOP ont décidé de s unir à SMartFr pour expérimenter une forme novatrice d organisation économique et sociale. Maïa Taïeb Bigre! c est aussi l opportunité de mutualiser les savoirfaire. Chaque coopérative a développé des mécanismes très intéressants, mais qui n étaient partagés qu en interne. Avec ce regroupement, chaque structure distille son expertise aux autres. Stéphane Veyer, cofondateur de Bigre! et de la coopérative Coopaname. Bigre! a été créée fin 2014 et constitue une première en France. Quatre SCOP Oxalis, Coopaname, Grands Ensemble et Vecteur Activités, issues des mouvements de la coopération d activités et d emploi, ont décidé de s unir à SMartFr, la Scic française du groupe mutualiste SMart pour expérimenter une forme novatrice d organisation économique et sociale. UNE VOLONTÉ DE TRAVAILLER AUTREMENT Depuis la loi Madelin de 1995, le mouvement de promotion et d incitation à la création d entreprise n a pas cessé de prendre de l ampleur en France. En presque quinze ans d existence, les coopératives d activités et d emploi, les sociétés coopératives et participatives, les sociétés coopératives d intérêt collectif, etc. se sont appliquées à développer en leur sein de nouvelles pratiques, des modes d organisation ou de management différents. Ce mouvement a répondu à une aspiration croissante des individus à «travailler autrement». Au sein de l ESS (Économie sociale et solidaire), ces manières d entreprendre ont impulsé de nouveaux cadres et fait émerger des «mutuelles de travail», c est-à-dire des entreprises collectives dans lesquelles les personnes se protègent mutuellement, dans la durée et leurs parcours professionnels. UNE DIVERSITÉ DE MÉTIERS Aujourd hui, Bigre! représente personnes réparties dans 25 établissements sur toute la France. Ce maillage d entreprises, sous forme de coopératives d économie sociale ou autogérées, regroupe une diversité de savoir-faire et de métiers. Ce sont des artistes, jardiniers, informaticiennes, interprètes, journalistes, prestataires de services, free-lance, bergers, consultants, menuisières, artisans, techniciennes du spectacle, e-commerçants, auteures, saisonniers, etc. qui souhaitent inventer un autre cadre de travail. Leur volonté est de dépasser l alternative travail salarié subordonné et travail indépendant précarisé. REFONDER DES SOLIDARITÉS C est aussi une communauté d entreprises ouverte à toute nouvelle personne ou organisation, désireuse de concevoir en son sein des formes émancipatrices de rapport au travail. Chaque sociétaire apporte ainsi sa pierre au projet commun qui a pour ambition de refonder des solidarités interprofessionnelles et des coopérations. Cette collaboration leur permet de se garantir mutuellement la possibilité de bien faire leurs métiers respectifs et d en vivre. À ce titre, ce groupement coopératif permet de mutualiser les fonctions support en matière d administration, comptabilité ou gestion du statut juridique des personnes, etc. Ce fonctionnement met en place des mécanismes de protection collectifs (mutualisation des moyens et des risques) qui sont une manière de lutter contre la précarisation. La volonté de partage a donné naissance à la Manufacture coopérative. Une entité qui rassemble des personnes issues des entreprises membres de Bigre! avec un point commun : leur expérience des mandats sociaux dans l économie sociale. Fortes de leurs connaissances en la matière, elles participent, via la Manufacture coopérative, à des accompagnements mutuels sur toutes les questions liées à la vie d une organisation, à la construction de son projet, à l élaboration de ses rouages démocratiques ou encore à la dynamique de son sociétariat. 7

8 DOSSIER Piloter l'innovation ou comment voir loin et viser juste Le secteur de l innovation est en pleine mutation dans les entreprises. Et pour cause : l augmentation des cadences de renouvellement des produits et la concurrence aiguisée appellent aujourd hui à un pilotage exigeant de l effort de Recherche & Développement. P. 12 : Quelles stratégies gagnantes pour mieux piloter son innovation? P. 13 : Pilotage de l innovation, le cas exemplaire de Valeo erhui

9 DOSSIER P Au-delà de l'organisation, c'est l'intention stratégique qui doit être définie par le management. C'est là l'une de ses tâches essentielles. Elle va permettre de donner un sens à l'action collective. Dominique Vellin, professeur affilié à l'ensta Paris Tech (École nationale supérieure des techniques avancées). armi les spécialistes du pilotage de l innovation en entreprise, on appelle cela un «océan bleu». Il s agit d un espace dégagé des affrontements incessants avec la concurrence. Un secteur que la société a réussi à trouver elle-même en développant un produit ou un concept que n avaient pas imaginé jusqu alors les organisations avec lesquelles elle se partage le marché. Ce bleu s oppose à la couleur d un autre océan, le rouge, où au contraire, la lutte est féroce et où le sang des requins qui s affrontent colore une eau où ils épuisent leurs énergies créatrices. Ce «pas de côté» dans la stratégie d innovation, qui permet d atteindre des eaux clémentes, correspond précisément au management qu a mené Apple lorsqu il a lancé le premier iphone en Tous ses concurrents s affrontaient sur le terrain de la durée d autonomie des mobiles. Le téléphone proposé par le géant californien ignora superbement le sujet, se concentrant sur de nouvelles propriétés qui allaient créer une petite révolution dans le secteur des portables. L océan bleu était trouvé, il allait assurer un succès considérable à l entreprise. C est ainsi par un pilotage audacieux de l innovation qu Apple a réussi à remporter un succès commercial planétaire. Un cas exemplaire Une importance considérable Cette discipline qui consiste à manager habilement l innovation a donc une importance considérable pour le devenir d une société. Face à une concurrence aiguisée, une erreur en ce domaine peut d ailleurs être fatale à certaines sociétés. Les entreprises françaises ont-elles aujourd hui conscience de cet enjeu? Pour Laure Morel, professeur à l université de Lorraine et directrice du laboratoire Équipe de recherche sur les processus innovatifs (ERPI), «il est bien compris au niveau des grands groupes mais n est pas toujours vraiment intégré par les PME». Dominique Vellin, professeur affilié à l ENSTA Paris Tech (École nationale supérieure des techniques avancées) a lui aussi un sentiment nuancé sur la question : «Globalement, les dirigeants sont très conscients de l importance de l innovation comme moteur de la croissance de leur entreprise. Cela se traduit dans les priorités stratégiques qu ils affichent ou encore dans les ressources qu ils consacrent à la R&D. Dans le même temps, des avancées non négligeables ont été réalisées au cours des dernières décennies dans le sens d une meilleure domestication des processus d innovation.» Mais Dominique Vellin relève également des écueils, et notamment «des carences dans la génération d'idées innovantes. D importants progrès restent à faire pour apprendre à systématiser les démarches de conception innovante. Pour générer des idées susceptibles de nourrir leur croissance, trop d entreprises se contentent de l intuition et se limitent à de simples brainstormings. Trop d entre elles se contentent de raisonner dans le cadre de dominant design, c est-à-dire des façons habituelles de concevoir et d utiliser les produits. 9

10 DOSSIER Piloter l'innovation UN OUTIL POUR ÉVALUER SON MANAGEMENT DE L INNOVATION neyro 2008 Associée à l École nationale supérieure en génie des systèmes et de l innovation, l Équipe de recherche sur les processus innovatifs (ERPI) de l université de Lorraine a mis au point un diagnostic en ligne gratuit mesurant la capacité des entreprises à innover (www.innovation-on-the-web.com). Il permet d évaluer la présence ou l absence d un ensemble de bonnes pratiques et donnera des axes de progression aux sociétés désireuses d optimiser leur pilotage de l innovation. Une étape clé est d estimer les moyens financiers, techniques, humains nécessaires, afin que l'innovation soit favorable à l'entreprise. Certains travaux de recherche menés en partenariat avec des entreprises diverses permettent aujourd hui de mieux structurer les démarches de conception innovantes. On dispose désormais de méthodologies éprouvées pour gérer conjointement l exploration de nouveaux champs de connaissances et la génération de concepts de produits nouveaux.» L ère de la «chronocompétition» Pour se persuader de l importance d une politique de management de l innovation poussée, il n est pourtant qu à se pencher sur la conjoncture économique et l évolution des marchés de consommation. Les entreprises doivent faire face à de multiples défis : crise économique, mutations technologiques à répétition, renouvellement des modèles de consommation... En a découlé une accentuation de la compétition entre organisations Laure Morel, Professeur à l'université de Lorraine et Directrice du laboratoire Équipe de recherche sur les processus innovatifs (ERPI). et une course à l innovation qui a raccourci considérablement les temps de renouvellement des produits. «Dans le monde industriel, la cadence des projets d'innovation et des lancements de produits s'est très nettement accélérée. Pour le meilleur et pour le pire, l époque est celle d un capitalisme de l innovation intensive, où la concurrence se joue notamment sur la vitesse de conception de nouveaux produits», indique Dominique Vellin. Nous sommes ainsi entrés dans l ère de la «chronocompétition». Tout d abord dans l organisation interne Comment, dès lors, adapter la fonction des organisations à cette réalité des marchés? Les évolutions se retrouvent tout d abord dans l organisation interne des sociétés. Cela passe par un développement quantitatif des efforts portés à l innovation. «Depuis les années 1990, on a vu se multiplier les services, cellules, groupes, départements innovation. La croissance des effectifs impliqués dans les activités d innovation, dans les entreprises, s est accélérée. Les profils des acteurs impliqués se sont par ailleurs diversifiés. À l opposé du modèle de l innovation solo (portée par un inventeur isolé), ou de celui de l innovation duo (qui ne concerne que la R&D et le marketing), la tendance est plutôt à l innovation ouverte, impliquant des designers, des ingénieurs aux compétences variées, des spécialistes de la production, du marketing, mais aussi des centres techniques, des universités, etc.», relève Dominique Vellin. L organisation de l entreprise ellemême évolue donc face à l effort accru demandé. La présence sur un même site de l ensemble des services de l entreprise peut également être une stratégie favorable au processus d innovation. «Beaucoup d entreprises n ont pas réalisé que la délocalisation de leurs activités manufacturières allait affaiblir fortement leurs capacités d innovation. Elles n ont pas toujours perçu à quel point ces capacités dépendent des interactions entre les acteurs de la R&D et ceux de la production.» Leur présence à proximité des services de Recherche & Développe- 10

11 DOSSIER Piloter l'innovation ment favorisant les synergies et, ce faisant, l efficacité du processus innovant. Un sens à l action collective Au-delà de l organisation, «le management doit définir une intention stratégique, et donc une vision, une mission et des valeurs porteuses de sens. C'est là l une de ses tâches essentielles. Cette intention doit être sincère, noble, cohérente par rapport à l identité de l entreprise. En l absence d intention stratégique claire, la stratégie reste un mystère pour ceux qui sont censés l appliquer ou l analyser. Ils doivent interpréter par eux-mêmes ce que fait l organisation et pourquoi. Cette intention a des conséquences directes sur les activités d innovation» indique Dominique Vellin. De l audace Le cœur de l innovation doit également faire l objet d une réflexion stratégique. Le comportement des consommateurs a évolué, il est bien moins fidèle qu avant à une marque, à un produit. En conséquence, les entreprises ne peuvent plus se reposer sur leurs acquis, en l occurrence des produits qui ont fait leur succès. Il faut donc proposer régulièrement Solliciter les salariés Lorsque les entreprises décident de mettre en œuvre une «stratégie ouverte», elles ne se tournent pas seulement vers des acteurs hors de leurs murs. Ce sont aussi les salariés qui vont être sollicités. Cas exemplaire, Atos, qui compte plus de collaborateurs, a ainsi mis en place un système en ligne où chacun peut proposer des idées innovantes. Un système de «likes» permet à la communautés des salariés de plébisciter telle ou telle proposition. «L innovation n est ainsi pas le fait d un petit cénacle», résume Dominique Vellin. aux clients des évolutions aux solutions existantes. Si elle doit toujours garder un lien avec ce qui fait la ligne directrice de l entreprise, l innovation a également tout intérêt à se révéler audacieuse. Face aux concurrents, la prise de risque peut même s avérer nécessaire. De l open innovation Enfin, le cadre dans lequel s orchestre la réflexion stratégique de l entreprise est amené à s élargir. La capacité de l entreprise à piloter son innovation se mesure aujourd hui à sa faculté à mettre en mouvement un vaste réseau autour d elle. «L open innovation constitue une tendance très forte parmi les sociétés, relève Laure Morel. Elle doit leur permettre de générer de nouvelles idées en se tournant aussi vers des structures extérieures.» Les partenariats se multiplient donc entre entreprises. Des grands groupes se montrent particulièrement attirés par la vitalité innovante de jeunes startups. Des sociétés peuvent même s allier parfois avec des concurrents. L avis des consommateurs Cette ouverture ne se limite pas aux organisations. Un nombre croissant de sociétés pilotent leur innovation Enot Maks Le management doit définir une intention stratégique, et donc une vision, une mission et des valeurs porteuses de sens. C'est là l une de ses tâches essentielles. Dominique Vellin en prenant appui sur l avis des consommateurs eux-mêmes. «La voix du client compte énormément, poursuit la directrice du laboratoire ERPI. Des consommateurs vont donc être écoutés dès les phases de créativité et de conception, afin qu ils guident l entreprise pour qu elle mette au point un produit réellement attendu par le marché.» Ils vont ainsi tester des prototypes. Lorsqu une société lance une nouvelle application Web, un système de traceur des yeux va par exemple permettre de comprendre sur quelles parties des pages les utilisateurs posent leur regard et ainsi mieux saisir l usage qui est fait de la solution, et les évolutions à apporter. Des consommateurs qui sont également sollicités pour donner directement des idées innovantes. Certaines d entre elles ont ainsi permis à la société Lego d édifier de nouvelles collections. Estimer les moyens financiers, techniques, humains Le champ du pilotage de l innovation apparaît ainsi des plus vastes. Il doit toujours être précédé par une «réelle évaluation de sa capacité à supporter la création d innovation. Il faut estimer les moyens financiers, techniques, humains nécessaires, afin que l innovation soit favorable à l entreprise et ne devienne pas au contraire une source de difficultés, indique Laure Morel. Il permettra par exemple à une société vendant ses produits en magasin de savoir si elle peut innover en se lançant dans la distribution en ligne.» Avant d innover en ce sens, il sera primordial pour elle d évaluer sa capacité à gérer de nouveaux réseaux logistiques, de nouveaux métiers et de nouveaux besoins en trésorerie. Le pilotage de l innovation est un vaste programme mais les conséquences positives à en attendre sont innombrables. 11

12 DOSSIER Piloter l'innovation Quelles stratégies gagnantes pour mieux piloter son innovation? Le pilotage de l innovation est un axe stratégique essentiel. En résumé : 10 points clés pour aller vers la réussite. 1 Évaluer les capacités de l entreprise S assurer que les moyens financiers, techniques et humains sont adaptés avant de se lancer dans le déploiement d une innovation. 2 Définir son «intention stratégique» Donner un sens à l action collective en définissant la mission de l entreprise, sa visée, ses valeurs et ses plans et objectifs stratégiques. 3 Accélérer les cadences de développement Face à une concurrence accrue, introduire fréquemment des évolutions à ses produits pour maintenir le lien avec des consommateurs friands de nouveautés. 4 Se démarquer de la concurrence Pour un produit donné, ne plus chercher à innover sur les mêmes fonctionnalités que ses concurrents. Concentrer ses efforts sur des axes inédits. Chercher «l océan bleu». 5 Réinvestir les profits dans l entreprise Privilégier la stratégie du «retain and reinvest» : réinvestir les profits au sein de l entreprise pour la renforcer en permanence. 6 Regrouper sur un même site l ensemble de ses services Rapprocher du pôle R&D les autres services et, notamment, les activités de production manufacturière. La circulation des idées est favorable au processus créatif. 7 Solliciter l imagination des salariés Mettre en place un espace collaboratif permettant aux salariés de proposer des idées innovantes. Une initiative qui a des retombées positives sur l adhésion des collaborateurs. 8 Adapter son organisation Accorder une place importante aux effectifs dédiés à la R&D et à l innovation. Diversifier les profils de postes travaillant sur la conception innovante. 9 Développer l open innovation Travailler à la mise en place de partenariats avec de grandes entreprises, startups, universités. Ils permettront de mutualiser avantageusement idées et ressources. 10 Échanger régulièrement avec les consommateurs Faire tester les prototypes aux consommateurs pour voir si les innovations trouveront leur marché. Les clients peuvent également être sollicités pour donner directement des idées. 12

13 DOSSIER Piloter l'innovation Pilotage de l innovation, le cas exemplaire de Valeo L équipementier Valeo est l un des poids lourds de l innovation en France avec, en 2014, plus de brevets déposés dans le monde. Une innovation dont le pilotage est mûrement réfléchi, comme l explique Guillaume Devauchelle. DÉCIDEURS EN RÉGION : Comment pilotez-vous l innovation? Vous avez notamment établi un partenariat avec Safran Guillaume Devauchelle : L open innovation est en effet une stratégie essentielle pour nous. Cela nous apporte des technologies de pointe, dans les secteurs de l aéronautique, de la défense et de la sécurité dans le cas de Safran. Nous les déclinons alors en technologies automobiles. Nos avancées dans le secteur automobile leur sont, en retour, très utiles. De tels partenariats peuvent naître dans d autres secteurs : électroménager, médical, luxe, etc. Quels sont les axes de cette stratégie? Nous en avons identifié quatre. L open innovation avec de grands groupes. Des partenariats avec des universités, pour lesquelles plus de 50 contrats ont été établis à travers le monde. Des partenariats avec des startups. Enfin, nous nous tournons aussi vers les moins de 25 ans à travers un concours mondial d innovation, le Valeo Innovation Challenge. On s organise donc pour que l entreprise ne soit pas seule au monde, mais au contraire entourée de compétences de natures différentes. Nous avons un plan de développement technologique qui consiste à nous projeter dans dix ans. Guillaume Devauchelle, Directeur de l'innovation chez Valeo. LA R&D DE VALEO EN CHIFFRES (2014) collaborateurs 1,13 milliard d euros d'investissement Vos collaborateurs sont-ils incités eux-mêmes à s ouvrir vers l'extérieur? Oui, nous incitons nos experts à avoir un réseau et à faire vivre leur communauté. C est indispensable pour qu ils soient au courant des évolutions de leur secteur. Un peu moins d un millier de collaborateurs possède le titre d expert chez Valeo. Il est attribué pour trois ans renouvelables. Pour l obtenir, il faut être innovant mais également démontrer sa capacité à animer un réseau, par exemple en donnant des cours à l université. Quelles sont les conséquences de la compétition croissante dans l'innovation? Le cadencement de l industrie automobile est remis en cause. Et dans cette évolution, toute la difficulté est de parvenir à faire preuve de souplesse, se débarrasser des rigidités tout en conservant son âme. Il ne s agit pas d aller trop vite et de prendre le risque de sortir des innovations inopérantes. Dans le même temps, notre défi est de faire cohabiter des mondes aux vitesses d exécution différentes : longues pour les «académiques», bien plus rapides pour les startups. Ces évolutions impliquent-elles une organisation particulière dans la conduite de l innovation? Nous avons un plan de développement technologique qui consiste à nous projeter dans dix ans. De là, nous déclinons nos objectifs pour l année. C'est avec une telle feuille de route qu on développe notamment les technologies d assistance aux manœuvres de parking. Nous nous sommes d abord concentrés sur les créneaux, puis sur les manœuvres perpendiculaires, puis sur celles réalisées à partir d un smartphone. Nous construisons aujourd hui les prochaines étapes. Nous proposons tous les ans des évolutions qui permettent de construire progressivement le véhicule autonome. Et les réactions des consommateurs et de nos clients constructeurs sont là pour nous faire comprendre si nos idées ont été ou non judicieuses. A. Belomcinsky 13

14 FINANCER POUR INNOVER Le crowdfunding, pour faciliter l accès au crédit Le crowdfunding est en passe de devenir un outil de financement de poids pour les PME et TPE, en complément des financements bancaires classiques. Focus sur cette pratique. J. Henze L Bernard Cohen-Hadad, Président de la Commission financement des entreprises de la CGPME. Le crowdfunding est une vraie source de financement pour les entreprises. e financement participatif connaît une progression exponentielle : les sites de crowdfunding ont collecté 16,2 milliards de dollars dans le monde en 2014, une croissance de 167 %. Pratique confortée par la réglementation D abord essentiellement cantonné au domaine de la culture, le crowdfunding vient aujourd hui en renfort des projets des entrepreneurs. D autant qu aucun frein réglementaire ne se pose plus. Les deux textes adoptés l année dernière sont venus favoriser et consolider le développement de cette pratique. Il s agit de l ordonnance du 30 mai 2014 et de son décret d application du 16 septembre, qui ont défini des statuts référents et imposent des conditions d accès et des règles de bonne conduite strictes. Ils ont ainsi précisé les conditions permettant de prêter de l argent aux entreprises contre une rémunération sous forme d intérêts financiers. Vraie source de financement pour les entreprises Le modèle du financement participatif est adapté aux besoins de financement des entreprises. Il ne s agit pas dans ce cas de participer à la création d une PME mais de permettre de mener à bien les projets entrepreneuriaux de structures existantes : recherche et développement, extension, création d une nouvelle identité visuelle, création d un poste pour le déploiement à l international, test de produits, etc. «Le crowdfunding est une vraie source de financement pour les entreprises, indique Bernard Cohen-Hadad, associé gérant de BCH Assurances, et président de la Commission financement des entreprises de la CGPME. Il constitue un financement de proximité et présente un grand intérêt pour développer l économie locale : c est un engagement de proximité, où sont privilégiées les relations entre particuliers et entrepreneurs pour le développement de l économie locale, ce qui entraîne la création de richesse et d emplois. On ne peut tout miser sur l international.» Le rôle primordial du financement bancaire Dans le cadre du financement des TPE et PME, le crowdfunding permet de lever des fonds qui viennent compléter et augmenter un apport personnel dans le but de réaliser un projet entrepreneurial. La finance participative, pour mémoire André Jaunay, Vice-président de Financement Participatif France, donne cette définition : «La finance participative est un mode de financement dans lequel l épargnant choisit lui-même la destination finale, le projet ou l entreprise qui va recevoir son argent, que ce soit sous la forme de don (souvent avec contrepartie), de prêt ou de capital. Les nombreuses plateformes Internet spécialisées qui organisent ces mises en relation permettent que chacun des projets puisse être financé par la foule.» 14

15 Ce complément en capital, apporté par des particuliers ou d autres personnes morales, doit servir d effet levier auprès des banques. Le crowdfunding est complémentaire du financement bancaire. «Il ne faut pas se leurrer, le financement bancaire reste la principale source de financement des PME et TPE : on a besoin de banques fortes pour des PME fortes, explique Bernard Cohen-Hadad. Si la colonne vertébrale du système reste la banque garante de sécurité, rapidité et stabilité, pour des raisons bilancielles et de régulation, elle ne peut pas tout faire». Le recours au financement participatif n est qu une alternative parmi les autres solutions de partenariat qui s offrent aux entrepreneurs (capital investissement, titrisation, bourse des PME, Business Angels ). Le rôle des banques reste donc fondamental. Un système sécurisé Le recours au financement participatif pour les TPE et PME doit répondre à une éthique. «Il faut respecter des règles de transparence, souligne Bernard Cohen-Hadad. Les investisseurs doivent être traités de manière responsable.» Il s agit là de sécuriser le système, en matière de taux pratiqués, de garantie des risques et de solvabilité, avec des informations fiables fournies aux investisseurs : «Il leur faut avoir connaissance du projet et de la démarche entrepreneuriale», note Bernard Cohen-Hadad. Les plateformes ont d ailleurs des exigences de scoring, à l instar des banques (mais ne doivent pas être plus chères). Un facteur de reprise? Le financement participatif s est ainsi engagé dans la problématique de développement du territoire et de soutien à toutes les entreprises. «La croissance du crowdfunding est exponentielle, souhaitée et valorisée, conclut Bernard Cohen- Hadad. C est un ballon d oxygène, un levier pour créer de la richesse : l économie contributive peut amorcer une dynamique de reprise.» Un partenariat entérinant la complémentarité entre financements bancaires et crowdfunding La SIAGI, société de caution mutuelle de l artisanat et des activités de proximité, a signé en début d année un partenariat avec une plateforme de crowdfunding, Lendopolis. Le point sur cette collaboration avec Bernard Stalter, Président de la SIAGI et Président de la Chambre des métiers d Alsace. DÉCIDEURS EN RÉGION : Quel est le but de ce partenariat? Bernard Stalter : Ce partenariat a pour objectif de faciliter l accès au crédit bancaire en complétant son apport via le financement participatif. De nombreux prêts sont refusés par manque d apport, l idée est donc d aider les demandes qui risquent de ne pas passer en les orientant vers les plateformes de crowdfunding. C est un moyen de prégarantir le crédit, sous condition d obtenir la somme demandée sur la plateforme. Les banques ne voient pas cette initiative comme de la concurrence, au contraire. Elles sont partantes sur le principe, d autant qu aujourd hui les dossiers se font rares, il y a une autocensure des entrepreneurs. Pourquoi vous être associé? Comme les banques avant d accorder certains crédits, Lendopolis cherche un 2 e regard sur les projets à mettre en ligne pour s assurer qu ils sont réalistes. Elle trouve ce 2 e regard dans l expertise de la SIAGI. De notre côté, nous apprécions la stratégie de gestion des risques de Lendopolis qui consiste à analyser, à mettre en place une échelle des risques permettant INTERVIEW Le crowdfunding est un outil de financement supplémentaire Bernard Stalter Président de la SIAGI et Président de la Chambre des métiers d Alsace, présente cette collaboration. d accepter des projets plus risqués, et d assurer la pérennité de son modèle. Quel est l intérêt pour les entrepreneurs? En tant que moyen de compléter un apport, le crowdfunding a un côté très positif pour la vitalité des projets, tout redevient envisageable. Il ne faut pas non plus minimiser le critère de gestion de l image : la mise en ligne assure une campagne de communication gratuite. Le crowdfunding est un outil de financement supplémentaire. La SIAGI est un assembleur de financements, c est notre marque de fabrique. Nous travaillons avec les fonds régionaux de garantie, les conseils généraux, les fonds européens, ou encore Bpifrance. Nous trouvons une garantie adaptée à chaque projet. En intégrant des plateformes de crowdfunding, on élargit la palette. 15

16 PAROLES D EXPERTS Technologies réflexives : quand le numérique révolutionne le rapport à soi-même HONGLI Après avoir bouleversé notre rapport aux autres via les réseaux sociaux, le numérique est en train de modifier le rapport à soi-même comme le montre le succès grandissant des objets connectés. Pour quelles conséquences? L analyse de Christophe Deshayes, Président de la société Tech2innovate et cofondateur du projet «Innerly». Dans une décennie, les volumes seront considérables. Christophe Deshayes, Président de la société Tech2innovate et cofondateur du projet «Innerly». DÉCIDEURS EN RÉGION : Les technologies réflexives se démocratisent par le biais des objets connectés. Ces dernières nous renseignent sur nousmêmes (nombre de pas que l on fait dans une journée, etc.). Pour vous, cela va-t-il plus loin que le simple gadget? Christophe Deshayes : Pour moi, ce qui est en train d arriver est aussi important que le Web 2.0 quand, il y a 10 ans, l informatique a impacté la sphère sociale. On n avait pas imaginé que le numérique allait digitaliser notre relation à l autre. Aujourd hui, nous vivons quelque chose de similaire à bien des égards. Je veux parler de l arrivée du numérique dans la psychologie, donc dans le rapport à soi-même. La technologie va amener un supplément d informations et de conseils pour nous amener à changer nos comportements. En termes d innovation, quels sont les produits ou solutions proposés au public qui vont pousser à la digitalisation du rapport à soi? Aujourd hui, on constate deux directions principales. Il y a d abord les objets comme les bracelets et les montres connectés. Ces derniers prennent, à l aide de capteurs, des mesures concernant l environnement ou l activité des personnes qui les portent et dont elles n ont pas forcément conscience. Soit un ensemble d informations qui doivent aider ces personnes à changer de comportement. Ce mouvement date de plusieurs années aujourd hui et il continue à se développer. Mais à côté de ce dernier, on trouve un autre type de technologie fondé sur le propre ressenti des personnes. Je pense en particulier à deux outils : d abord «Spire», développé par un chercheur aux États-Unis, qui aide un particulier à lui faire prendre conscience de son état de stress via la respiration, et l aide à respirer plus calmement pour parvenir à évacuer ce stress. Et puis, il y a ce projet que nous portons chez Tech2innovate. Baptisé «Innerly», il s agit d un journal intime vocal qui contribue au bien-être de l utilisateur. Il l aide à mettre de côté les moments mémorables de sa vie, à se les remémorer, et à en partager quelques-uns avec des proches. Ce marché des technologies réflexives, vous le voyez vraiment décoller à quel horizon? L ordre de grandeurs, c est encore une bonne dizaine d années. Ce sera donc progressif mais, dans une décennie, les volumes seront considérables. Avec de véritables conséquences économiques. Les montres connectées (déjà un million de ventes pour Apple) et les bijoux connectés vont prochainement transformer leurs secteurs respectifs. Il ne s agit que d un premier exemple de marché des technologies réflexives. La santé au sens large et l assurance ne tarderont pas à être impactées à leur tour. 16

17 Z : une génération à conquérir Ces jeunes que l on regroupe sous le nom de «génération Z» jugent plutôt sévèrement le monde de l entreprise. Les conséquences à en attendre sont toutefois à relativiser selon Véronique Speltdoorn, fondatrice du cabinet de recrutement Accile. Du fil à retordre. Voilà ce que devrait donner aux entreprises la «génération Z», celle des jeunes nés après Âgés d à peine 20 ans, ils n ont pas encore, pour beaucoup d entre eux, fait leur entrée sur le marché du travail, mais portent un regard très critique sur celui-ci. Triste, compliqué, impitoyable les «Z» jugent souvent l entreprise plutôt durement. Bref, tout le contraire du lieu d épanouissement dont rêvent ces jeunes pour lesquels l entreprise devrait être ouverte, égalitaire, humaine, plus flexible en termes d horaires, de rythme et de lieu de travail. Dans le collimateur des «Z», figurent particulièrement les modes de management. Dans ce contexte, la hiérarchie se doit d être moins complexe et plus souple. Ce n est pas l autorité qui fait le bon manager, mais sa capacité à faire confiance à l équipe et à ses qualités d écoute. R. Skjoldborg Une rupture à relativiser Et c est peut-être là la véritable rupture avec les générations précédentes. Les «Z» se présentent quasiment comme une génération Les entreprises vont devoir mettre en place les mécanismes adéquats qui leur permettront de garder leurs meilleurs éléments. Véronique Speltdoorn, fondatrice-consultante associée du cabinet de recrutement Accile. d entrepreneurs nés. Pour le reste «il est nécessaire de relativiser, estime Véronique Speltdoorn, fondatrice-consultante associée du cabinet de recrutement Accile. La vision du monde de l entreprise qu ont ces jeunes est largement conditionnée par la crise. Ils ont vu leurs parents se faire licencier ou risquer de l être, leurs grands frères et sœurs enchaîner les CDD. Dans ces conditions, on peut comprendre qu une certaine méfiance se soit installée». Pour autant, pas question d en exagérer les conséquences. «On a pu lire ici ou là que les exigences de la génération Z allaient forcer l entreprise à s adapter, parfois de manière drastique. Mais cette dernière n a pas attendu cette génération pour entamer sa transformation», complète Véronique Speltdoorn. L enjeu de la fidélisation «La crise, les nouvelles technologies et une somme d autres facteurs influent sur le devenir de l entreprise. Dans cet ensemble, les demandes exprimées par les Z ne peuvent jouer qu un rôle marginal», souligne Véronique Speltdoorn. Elle reconnaît toutefois qu il est un domaine où il va falloir véritablement batailler : celui de la fidélisation des collaborateurs. «Le sentiment d appartenance n est pas le fort de la génération Z. Les entreprises vont devoir mettre en place les mécanismes adéquats qui leur permettront de garder leurs meilleurs éléments sous peine de les voir partir très rapidement ailleurs en cas d insatisfaction.» À bon entendeur X, Y, Z, OU LE TABLEAU PÉRIODIQUE DES GÉNÉRATIONS Il est généralement admis que la génération X désigne celle des enfants des baby-boomers. Il s agit des personnes nées entre 1960 et Celles nées entre 1980 et 1995 représentent la génération Y. Enfin, la génération Z est celle des jeunes nés après Une de ses caractéristiques est qu elle ne conçoit pas la vie sans les outils numériques, du smartphone jusqu aux objets connectés. 17

18 CAISSE D EPARGNE LOIRE-CENTRE SOLUTION Garanties financières : bénéficiez d une large gamme de garanties bancaires pour vos projets immobiliers VOS BESOINS En tant que professionnels de l immobilier, que vous soyez promoteurs, lotisseurs ou aménageurs, vous avez besoin de différents types de cautions bancaires, soit réglementairement pour passer vos ventes, soit en substitution à des versements d acomptes. NOTRE SOLUTION Le service Quelle que soit votre activité, la Caisse d Epargne peut vous accompagner en vous offrant une gamme complète de garanties financières permettant de répondre à vos différents besoins. La principale garantie proposée aux promoteurs est la Garantie Financière d Achèvement (GFA). Obligatoire pour toute opération de vente, elle certifie à l acquéreur qui achète un bien en état futur d achèvement (VEFA) qu en cas de défaillance du promoteur, le financement de l achèvement de l immeuble est assuré et que les travaux de construction seront bien terminés. Comment ça marche? C est au promoteur de solliciter la mise en place de la Garantie Financière d Achèvement auprès d un chargé d affaires de la Caisse d Epargne. Sa demande fait ensuite l objet d une analyse par un comité de crédit qui doit la valider (analyse de l opérateur, de l opération, etc.). Si la GFA est accordée, elle est annexée par le notaire dans l acte de prêt de l acquéreur. Ainsi, en cas de défaillance du promoteur ou du constructeur, la Caisse d Epargne doit avancer les sommes nécessaires à l achèvement de l opération immobilière. Les bénéfices En vous adressant à la Caisse d Epargne pour vos garanties financières, vous bénéficiez de l expertise de chargés d affaires qui connaissent parfaitement le marché immobilier professionnel, ses contraintes réglementaires et savent être réactifs. Outre ce savoir-faire, les conditions offertes sont compétitives. Les plus En sécurisant votre opération, vous facilitez la vente de vos biens immobiliers. Vous bénéficiez du savoir-faire reconnu de la Caisse d Epargne, 9 promoteurs régionaux sur 10 ayant déjà fait appel à nous. Nos chargés d affaires connaissent parfaitement les contraintes réglementaires auxquelles vous êtes soumis. Nous pouvons vous proposer un large panel de garanties et cautions en fonction de votre activité et du risque à assurer. Pensez également à la caution d indemnité d immobilisation. Hélène Bitan, Responsable développement Marché immobilier BPCE - réseau Caisse d Epargne. La Caisse d Epargne propose la caution d indemnisation qui dispense le promoteur de verser cette somme (généralement de 5 % à 10 % du prix du terrain) lors de la signature d une promesse d achat/vente d un terrain. Cette caution garantit le vendeur du terrain du paiement de cette somme dans l hypothèse où le promoteur n achèterait pas le terrain alors que les conditions suspensives seraient réalisées. 18

19 CAISSE D EPARGNE LOIRE-CENTRE À VOS CÔTÉS Nous engager auprès des entreprises pour leur donner les moyens de leur réussite. Didier Depoorter Lydie Laumonier, Responsable de participations de Loire-Centre Capital, et Christophe Drouard, Directeur d investissement. Loire-Centre Capital, pour renforcer la croissance des entreprises régionales La Caisse d Epargne Loire-Centre renforce son dispositif de soutien à l économie régionale en créant une société de capital-investissement : Loire-Centre Capital. Elle interviendra auprès des entreprises pour accompagner les phases de développement ou de transmission. F ortement présente au côté des acteurs de l économie régionale, la Caisse d Epargne Loire-Centre ajoute un nouvel élément à sa panoplie de produits et services dédiés aux entreprises. Cette fois, il s agit pour la banque régionale d investir directement dans le capital des entreprises de son territoire pour les soutenir dans des moments clés de leur histoire : la croissance et la transmission. «Notre objectif est clairement de nous engager au côté des entreprises d une certaine taille pour leur donner les moyens de leur réussite, explique Christophe Drouard, Directeur des opérations structurées à la Caisse d Epargne Loire-Centre. Il ne s agit en aucun cas d en prendre le contrôle car notre participation au capital sera toujours minoritaire, sans mandat social, ni minorité de blocage.» Conforter les fonds propres Loire-Centre Capital s adresse prioritairement aux entreprises de la région Centre-Val de Loire réalisant un chiffre d affaires compris entre 15 et 100 millions d euros. L apport en capital pourra aller de euros à 1 million d euros par opération. Il permettra de conforter les fonds propres, par exemple pour réaliser une opération de croissance externe, investir dans de nouveaux outils de production, multiplier les implantations géographiques, mais aussi préparer la transmission, l ouverture ou la réorganisation du capital. La palette d intervention est donc large et Loire-Centre Capital pourra également co-investir avec les autres sociétés d investissement du groupe BPCE pour les projets plus importants. La Caisse d Epargne Loire- Centre s est donné les moyens d intervenir de façon significative en dotant Loire-Centre Capital de moyens financiers conséquents et en s appuyant sur l expertise des filiales spécialisées du groupe BPCE. Toutes les conditions sont réunies pour générer de la création de valeurs en région Centre-Val de Loire. Décideurs en Région est publié par BPCE - Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance au capital de euros. Siège social : 50 avenue Pierre Mendès-France Paris cedex 13. RCS Paris n , BPCE intermédiaire d'assurance inscrit à l'orias sous le n Vous pouvez exercer vos droits d accès, de rectification et d opposition au traitement pour motifs légitimes en vous adressant par écrit à Caisse d Epargne Loire-Centre Service Relation Clientèle 36, allée Ferdinand de Lesseps CS Tours Cedex. Directeur de la publication : François Pérol. Directeur des publications Caisse d Epargne : Cédric Mignon. Directeur de la rédaction : Thierry Martinez. Directeur adjoint de la rédaction : Christelle Body. Rédactrice en chef : Christel Chaton. Comité de rédaction BPCE : Ludovic Aublin, Laëtitia Droniou, Anne Latty, Frédéric Piat, Nathalie Portenguen-Leduc, Marie-Agnès Ripot. Comité de rédaction CELC : Bruno Goupille, Pascal Mercuri. Conception-réalisation : Verbe. Impression : Editions de l Epargne. EdEp ISSN :

20 370

Cogelec : l innovation, clé d une croissance éclair

Cogelec : l innovation, clé d une croissance éclair DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions DOSSIER / 08 Piloter l innovation ou comment voir loin et viser juste FINANCER POUR INNOVER / 14 Le crowdfunding, pour faciliter l accès

Plus en détail

AlterEos, une entreprise sociale et responsable

AlterEos, une entreprise sociale et responsable DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions DOSSIER / 08 Piloter l innovation ou comment voir loin et viser juste FINANCER POUR INNOVER / 14 Le crowdfunding, pour faciliter l accès

Plus en détail

Guinot-Mary Cohr : la cliente au cœur de la stratégie

Guinot-Mary Cohr : la cliente au cœur de la stratégie DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions DOSSIER / 08 Piloter l innovation ou comment voir loin et viser juste FINANCER POUR INNOVER / 14 Le crowdfunding, pour faciliter l accès

Plus en détail

Agnès Timbre, fibre dirigeante

Agnès Timbre, fibre dirigeante DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions DOSSIER / 08 Piloter l innovation ou comment voir loin et viser juste FINANCER POUR INNOVER / 14 Le crowdfunding, pour faciliter l accès

Plus en détail

UGEPA : le papier peint dans toute sa modernité Pascal Siellet, Président-directeur général de UGEPA

UGEPA : le papier peint dans toute sa modernité Pascal Siellet, Président-directeur général de UGEPA DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions DOSSIER / 08 Piloter l innovation ou comment voir loin et viser juste FINANCER POUR INNOVER / 14 Le crowdfunding, pour faciliter l accès

Plus en détail

Almaviva Santé : un groupe en pleine expansion. Rencontre. Été 2015 # 21 PROVENCE-ALPES-CORSE

Almaviva Santé : un groupe en pleine expansion. Rencontre. Été 2015 # 21 PROVENCE-ALPES-CORSE DEVELOPPER & MANAGER / 05 L art du management passe par les émotions DOSSIER / 08 Piloter l innovation ou comment voir loin et viser juste FINANCER POUR INNOVER / 14 Le crowdfunding, pour faciliter l accès

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Conseil opérationnel en transformation des organisations

Conseil opérationnel en transformation des organisations Conseil opérationnel en transformation des organisations STRICTEMENT CONFIDENTIEL Toute reproduction ou utilisation de ces informations sans autorisation préalable de Calliopa est interdite Un cabinet

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RELATION CLIENTELE

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RELATION CLIENTELE RELATION CLIENTELE Rendre performant son accueil téléphonique, dynamiser l accueil en face à face et gérer les situations difficiles Traiter les réclamations clients Optimiser vos contacts téléphoniques

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Ateliers de formation

Ateliers de formation Ateliers de formation Donnez de la hauteur à vos managers et commerciaux! Efficacité managériale Efficacité individuelle Intelligence relationnelle Efficacité commerciale Efficacité managériale S ADAPTER

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés X) Exco Rapport de transparence Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés I 751 t._iiiii[ X) Exco Table des matières Préambule 1 Présentation de Kreston International LTD 2 Structure

Plus en détail

Le concept inédit de formation sur-mesure

Le concept inédit de formation sur-mesure Le concept inédit de formation sur-mesure Les formations innovantes Allor permettent aux cadres, managers et dirigeants d optimiser leur efficacité professionnelle (Organisation, communication, etc.) et

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

Sommaire. Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3. Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p.

Sommaire. Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3. Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p. Présentation Sommaire Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3 Expertise et Savoir-Faire Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p. 5-6 Quelques références p. 7 Les

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Thèmes des rencontres

Thèmes des rencontres Thèmes des rencontres Note: L IDP pourrait apporter des modifications à ce programme en cours de saison. Mise à jour: 23 septembre 2014 La plupart des entreprises établies limitent la portée de leurs innovations

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique

Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique Santé des soignants - Qualité des soins - Performance économique Entreprise labellisée Formation Encadrer et manager en milieu de santé 1 Le contexte hospitalier Contraintes Santé et sécurité des salariés

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Dossier de présentation Page 1 sur 6 La Franchise INFOLYS Vous souhaitez exploiter un magasin de vente de matériel informatique, nous vous

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

Rappel du contexte et du contenu de l accord

Rappel du contexte et du contenu de l accord BILAN DE L EXPERIMENTATION FAVORISANT L ACCES DES JEUNES A L EMPLOI Rappel du contexte et du contenu de l accord La collaboration entre le CNML et le groupe CRIT s est formalisée à travers un accord de

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques

Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Plateforme de recherche et d expérimentation pour le développement de l innovation dans la mobilité Nouveaux services de mobilité et systèmes de transport intelligents Quels modèles économiques? Quelle

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination,

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Démantèlement Nucléaire Gestion des Déchets - Sécurité Humaine &

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Eurêka, LA solution gratuite en Open Source pour aider les entreprises, institutions et écoles à mettre en place l innovation collaborative

Eurêka, LA solution gratuite en Open Source pour aider les entreprises, institutions et écoles à mettre en place l innovation collaborative Eurêka, LA solution gratuite en Open Source pour aider les entreprises, institutions et écoles à mettre en place l innovation collaborative Sèvres, 9 juillet 2015. COMMUNIQUE DE PRESSE Solocal Group, N

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC)

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC) RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC) INTRODUCTION Le présent rapport de transparence est rédigé et publié en application de l article R 823-21

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Robert Half : le partenaire de vos recrutements

Robert Half : le partenaire de vos recrutements Robert Half : le de vos recrutements Fondé en 1948, Robert Half, pionnier du recrutement spécialisé et, est aujourd hui leader mondial de ce secteur pour tous les métiers : de la finance de la comptabilité

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Mission Droits des femmes et égalité DDCSPP28 1 L'entrepreneuriat par les femmes La Mission départementale aux

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

é p a r g n e r é t h i q u e

é p a r g n e r é t h i q u e Introduction «Ne choisissez pas les placements éthiques pour l éthique. Il faut en attendre des performances similaires aux placements classiques, auxquelles nous ajoutons gratuitement un supplément éthique.»

Plus en détail