LES GROUPES DE DISCUSSION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES GROUPES DE DISCUSSION"

Transcription

1 LES GROUPES DE DISCUSSION Extrait du Rapport final sur les recommandations d un modèle de mentorat Effectué dans le cadre du programme PROSPÉRITÉ ÉCONOMIQUE : LE SUCCÈS À LA PORTÉE DES FEMMES «PROMOUVOIR L AVANCEMENT DES FEMMES DANS DIVERS SECTEURS GRÂCE AU MENTORAT»

2 CONSTATS SUR LES GROUPES DE DISCUSSION Les objectifs visés par la tenue des séances de groupes de discussion ont été d obtenir des informations de type qualitatives complétant celles du sondage qui sont des informations plutôt quantitatives. Le second objectif visé par ces groupes est de promouvoir le mentorat auprès des intervenants économiques qui sont présents auprès des entrepreneurs et assistent aux projets de démarrage dans les deux MRC à l étude. Le groupe de discussion effectuée auprès des mentor(e)s et des gens d affaires avait également pour objectif de recueillir leurs commentaires quant aux choix des modèles de mentorat proposés et de cerner les différents besoins non comblés par le modèle actuel. Les mêmes objectifs ont été poursuivis pour le troisième groupe de discussion composée de mentoré(e)s avec des gens d affaires additionnels. Les mentoré(e)s ont apporté un éclairage sur les améliorations à apporter ainsi que sur les besoins non comblés perçus dans leur relation mentorale actuelle. Il est à noter qu un effort important a été effectué pour recruter autant de participants féminins que masculins afin d obtenir un point de vue des deux genres. La liste des participants est présentée en annexe du présent rapport. Les thématiques discutées sont: La définition du succès, différence entre la femme et l homme entrepreneure; Les besoins et les enjeux des femmes entrepreneures; L innovation et les orientations possibles dans le mentorat spécifiquement pour les femmes; La sélection du modèle de mentorat (à partir d une courte présentation des modèles proposés décrits à la section modèle de mentorat), en tenant compte des définitions du succès des femmes, de leurs enjeux; Les considérations du modèle de mentorat : soutien requis, durée, outils nécessaires, fréquence, etc.; Le recrutement des mentor(e)s et des mentoré(e)es; Intérêt à participer à un projet-pilote. LA DÉFINITION DU SUCCÈS POUR UN HOMME ET POUR UNE FEMME La majorité des répondants hommes dans les trois groupes de discussion indique d entrée de jeu qu il n y a pas de distinction entre les hommes et les femmes quant à leur définition du succès. Toutefois la majorité des femmes des trois groupes ont cerné les particularités suivantes:

3 Hommes déclarent Femmes déclarent Pas de distinction Pour les hommes, le succès est d atteindre ses objectifs financiers, le chiffre d affaires. (3 mentions) La femme atteint le succès lorsqu elle est reconnue et qu elle a un pouvoir d influence dans la région. «La famille, on n en parle pas vraiment nous les hommes» La différence est dans la façon d être et la façon de faire. «Le succès pour les femmes est lié à la passion. C est un mélange d authenticité et d identité. Le produit n est pas au centre et elles souhaitent faire travailler du monde. L homme est plutôt axé sur la croissance.» L équilibre. Sentiment d accomplissement face aux autres. La différence est dans les générations. (2 mentions) Les hommes sont des coqs compétitifs entre eux. Le succès est dans le processus, la finalité est dans la performance et la notoriété. Les hommes : accomplissement monétaire. Le succès des femmes est global : travail et famille. (10 mentions) Les femmes : accomplissement personnel. Équilibre travail-famille. (3 mentions) Le succès: «Faire une différence». Les femmes n ont pas la même échelle de valeurs, les hommes sont orientés vers les résultats, les femmes sont dans le comment, le facteur émotif est important. Les femmes mesurent leur succès par leur autonomie financière. Atteintes des objectifs dans la joie et m amuser. «Même définition du succès pour les hommes et les femmes». Hommes plus compétitifs que les femmes. Il ne devrait pas avoir de différence. (5 mentions) Les hommes et les femmes ont le même intérêt au démarrage de l entreprise. Le succès est personnel à chacun. La définition du succès est propre à chaque individu, l objectif étant de partager la même définition du succès entre les personnes d une même dyade.

4 Quelles sont les approches, les méthodes pour recruter des mentoré(e)s et des mentor(e)s pour développer et supporter l entrepreneuriat féminin? Réseau scolaire (cégep, université); Démarrage d entreprise (CLD, SADC); Diversifier la provenance des mentors : pharmaciens, artistes, dg d organismes, dentistes, etc.; Par des conférences; Les villes; Créer un momentum par la promotion; Prioriser le mentorat; Associations professionnelles; Bouche à oreille; Avoir des mentors ambassadeurs; Approcher des chefs d entreprises; Des messages personnalisés. LES BESOINS ET LES ENJEUX DES FEMMES ENTREPRENEURES RESSORTIS PAR LES PARTICIPANTS AUX GROUPES DE DISCUSSION: Refus de financement plus fréquents chez les femmes, problématique de l accès aux capitaux ainsi que la perception différentes des banquiers à leurs égards. Elles ont souvent peu de crédibilité financière. (7 mentions) Un réseau de contacts faible et une difficulté d accéder à une équipe. (5 mentions) La conciliation travail-famille. (5 mentions) Des doutes et des questionnements plus fréquents chez les femmes. Elles ont des longues réflexions et elles sont constamment à l affût de l information avant de prendre des décisions. (4 mentions), Elles recherchent à maîtriser tous les aspects de l entreprise au lieu de s entourer de gens compétents. (3 mentions) Manque de temps. Culpabilité plus fréquente chez les femmes. Gestion des émotions. Rentabilité.

5 LES BESOINS ET LES ENJEUX DES FEMMES ENTREPRENEURES VERBATIMS DES RÉPONDANTS MASCULINS: «Le stéréotype est en train de changer. Les hommes et les femmes veulent tous réussir (argent et famille). Les familles sont maintenant monoparentales et recomposées. On observe un changement dans l implication familiale des hommes. Les femmes sont plus dures que les hommes. Les hommes prennent plus de place dans les regroupements sociaux, ils aiment plus paraître.» «Les dossiers d affaires des femmes sont plus documentés tandis que les hommes se disent «GO! Je vais m arranger.» VERBATIMS DES RÉPONDANTES FÉMININS: «Les femmes vivent plus de refus des institutions financières. Quelque 70% du microcrédit est une clientèle féminine.» «Les hommes ont confiance en eux et savent s entourer des bonnes personnes. Les femmes souhaitent contrôler toutes les sphères de l entreprise. Elles doutent plus.» «S allier de bons conseillers un mastermind pour pallier aux faiblesses.» «Les femmes souhaitent se faire prendre au sérieux. Elles remettent continuellement en question leur projet d affaires. Elles ont plus la capacité à demander de l aide.» «Les femmes ont un attachement à leurs responsabilités familiales.» LES BESOINS À COMBLER DANS LE MENTORAT, POUR SUSCITER L ENTREPRENEURIAT CHEZ LES FEMMES Possibilité d ajouter un second ou de plusieurs mentors. (4 mentions) Choisir son mentor. (3 mentions) Mentor ayant vécu la conciliation travail-famille. Bons bassins de mentors féminins et masculins, solides et crédibles. Du mentorat axé sur les besoins de sécurité, de gestion des émotions, plus de support psychologique, plus de rétroaction. (3 mentions)

6 La connaissance du secteur. (2 mentions) Offrir le choix d un mentor féminin ou masculin. Avoir un questionnaire sur les attentes et les besoins. Faire des jeux de rôles pour améliorer l intervention des mentors. Avoir un diagnostic du mentoré(e). Faire un bilan annuel de la dyade. Avoir accès à des groupes. Une meilleure formation de base pour approfondir les besoins et les enjeux des femmes. Définir la personnalité. Briser les règles actuelles. VERBATIMS DES RÉPONDANTS MASCULINS: «Ce n est pas dans le cadre du mentorat que l on peut susciter l entrepreneuriat chez les femmes. C est plutôt de soutenir.» «C est un pas vers une stratégie de promotion de l entrepreneuriat.» «On a besoin de faire de la sensibilisation.» «Il faut ramener à des exemples précis. Coach vs mentor. Dans les 2 cas, il importe de préciser «d affaires».» VERBATIMS DES RÉPONDANTES FÉMININS: «De savoir que le mentorat est possible, ça donne confiance.» «Faire connaître les modèles. Les voir.» «Ce n est pas une question de sexe mais de personnalité.» «A une certaine époque de ma vie, lors de mon divorce, je n aurais pas voulu d un mentor homme.» «Explorer la dimension de l intuition.» «Créer une sorte d ambition.» LE MODÈLE DE MENTORAT ET LES CARACTÉRISTIQUES Les participants aux groupes de discussion ont été invités à sélectionner le ou les modèles de mentorat qui répondent, en tenant compte de la définition du succès et des enjeux.

7 1. Le modèle de mentorat basé sur les forces de la mentorée 2. Mentorat entre pairs («peer mentoring») 3. Une mentorée avec plusieurs mentors (formule de groupe) 4. Le e-mentorat 5. Autres La majorité des participants a indiqué que la dyade mixte, demeure un bon choix dans le modèle de mentorat mais avec des ajouts des caractéristiques des modèles présentés. Plusieurs participants ont indiqué la nécessité de conserver une dyade avec un mentor attitré dans l ajout de modèles de mentorat additionnels. La presque totalité des participants ne favorise pas une dyade du même sexe mais ils participants suggèrent de proposer le choix du sexe. Une majorité des participants a ajouté les modèles 2 et 3 qui consistent à accéder à un groupe de mentoré(e)s animer par un(e) mentor(e) et/ou une mentorée avec plusieurs mentor(e)s. Le modèle d une mentorée qui a accès à plusieurs mentors a aussi suscité beaucoup d intérêts mais souvent pour des objectifs de compétences et de connaissances additionnelles qui démontrent le besoin d une forme de service-conseil. L intérêt pour obtenir des formations d appoint et du support entre pairs a été fort éloquent dans les recommandations des participants des trois groupes de discussion particulièrement chez les mentoré(e)s. Les participants ont été unanimes quant à une participation au projet-pilote. LES RECOMMANDATIONS PRIORITAIRES Une description du mentorat, des avantages et des bénéfices pour les deux parties; Promotion du mentorat et de l entrepreneuriat; Un «catalogue» des profils des mentor(e)s; Un questionnaire permettant aux mentorés d établir leur profil, la définition du succès, les enjeux et les besoins ainsi que sa préférence en termes de dyade (homme, femme); Un bilan annuel de la dyade; Un soutien administratif: par un coordonnateur qui gère les demandes et les relations mentorales (l entente entre le ou la mentoré(e) et son mentor(e), le recrutement et la promotion. Le coordonnateur développe à l aide des parties prenantes des formations.

8 LES RECOMMANDATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT Les dyades déterminent le nombre de rencontres et la fréquence; Une durée qui peut varier entre une année à plusieurs années mais avec une révision annuelle obligatoire; La formation des mentor(e)s et des mentoré(e)s; Outils d évaluation; Des rencontres d échanges entre mentors. LES RECOMMANDATIONS SUR LE RECRUTEMENT Les participants ont proposés différentes pistes pour le recrutement et la promotion du mentorat dans le but de sensibiliser les femmes entrepreneures et les communautés d affaires. Promotion et publicité : - Publiciser le service : mentors-ambassadeurs, bouche à oreille, connaissances d affaires; - Des capsules sur YouTube; - Maximiser la promotion web; - Décrire des cas vécu dans le journal. Diversifier l offre de mentors. Présenter les avantages et les bénéfices pour les deux parties. Milieu de l éducation (DEP-HEC-UQAM-cours professionnels). Par des conférences. Porte-paroles (3 mentions). Visite des PME. «Chaque entreprise devrait être au courant». Des cas vécus, situation d entrepreneurs au Québec et ici. Promouvoir le mentorat comme une cause sociale. N inviter que les femmes à une rencontre de mentorat. Les associations professionnelles et les intervenants économiques devraient aussi en faire la promotion.

STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté

STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté STRATÉGIE MAIN-D ŒUVRE en lien avec la problématique de rareté MRC DE RIVIÈRE-DU-LOUP Document préparé par : Marie-Josée Huot, directrice générale Juin 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. HISTORIQUE...

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

TABLE RONDE DE MONTRÉAL FAITS SAILLANTS DE LA DISCUSSION : PRINCIPAUX DÉFIS ET POSSIBILITÉS D ACTION

TABLE RONDE DE MONTRÉAL FAITS SAILLANTS DE LA DISCUSSION : PRINCIPAUX DÉFIS ET POSSIBILITÉS D ACTION TABLE RONDE DE MONTRÉAL FAITS SAILLANTS DE LA DISCUSSION : PRINCIPAUX DÉFIS ET POSSIBILITÉS D ACTION Du 11 février 2014 Principaux défis en matière d état d esprit et possibilités d'action Peur de l échec

Plus en détail

Société d aide au développement des collectivités. Services

Société d aide au développement des collectivités. Services Société d aide au développement des collectivités Services DE SOUTIEN À L ENTREPRISE ET AU DÉVELOPPEMENT LOCAL FONDS D INVESTISSEMENT Pour soutenir et favoriser le développement économique régional local,

Plus en détail

Recherche auprès des mentors du Réseau M et analyse en dyade avec leur mentoré : Résumé des principaux résultats

Recherche auprès des mentors du Réseau M et analyse en dyade avec leur mentoré : Résumé des principaux résultats Recherche auprès des mentors du Réseau M et analyse en dyade avec leur mentoré : Résumé des principaux résultats Réalisé par Étienne St-Jean, Ph.D. Professeur en management, Université du Québec à Trois-Rivières

Plus en détail

Programme de formation en entrepreneuriat agricole

Programme de formation en entrepreneuriat agricole Programme de formation en entrepreneuriat agricole généraux Développer mes habiletés d entrepreneur Prendre du recul par rapport à moi-même, mon entreprise et ma réalité d affaires Développer ma capacité

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2014

PLAN D ACTION 2013-2014 Le cadre d intervention de la SADC Côte-Nord 1 2 Les grands axes du cadre d intervention 1 Les services de soutien aux Les enjeux des collectivités La planification stratégique régionale 3 4 Diagnostic

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

Plan d action 2014-2019 Ville de Cap Chat. Dernière mise à jour décembre 2013

Plan d action 2014-2019 Ville de Cap Chat. Dernière mise à jour décembre 2013 Plan d action 2014-2019 Ville de Cap Chat Dernière mise à jour décembre 2013 TABLE DES MATIÈRES Mise en contexte 3 La vision stratégique de développement de la MRC de La Haute-Gaspésie..4 Constats..5 Recommandations.7

Plus en détail

PLAN D ACTION TRIENNAL 2014-2017 DES SCOUTS DU MONTRÉAL MÉTROPOLITAIN

PLAN D ACTION TRIENNAL 2014-2017 DES SCOUTS DU MONTRÉAL MÉTROPOLITAIN PLAN D ACTION TRIENNAL 04-07 DES SCOUTS DU MONTRÉAL MÉTROPOLITAIN Enjeu En lien avec les communications IMAGE NOTORIÉTÉ * Abréviations $ Fonds à trouver COMMIS COM GR RAB DÉV PROG J DG ADM Priorité Faire

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE AVIS DE L AILE RELÈVE

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE AVIS DE L AILE RELÈVE RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE AVIS DE L AILE RELÈVE RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE Avis de l Aile Relève de la Chambre de commerce et d industrie MRC

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013 ORIENTATION 5.1 Sensibiliser tous les intervenants de l organisation scolaire d une part, les élèves et leur famille d autre part, à l importance de la culture dans la vie. Offrir des activités de sensibilisation

Plus en détail

Viral THAKKER (Alliance Française de Bombay, Ecole intuit.lab) COMPTE RENDU DU PROJET PERSONNEL

Viral THAKKER (Alliance Française de Bombay, Ecole intuit.lab) COMPTE RENDU DU PROJET PERSONNEL Viral THAKKER (Alliance Française de Bombay, Ecole intuit.lab) COMPTE RENDU DU PROJET PERSONNEL CIEP SEVRES 2013 SOMMAIRE TITRE PAGE Introduction à la problématique 1 Thématique du projet personnel ( Module

Plus en détail

SOMMAIRE. DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 4 Profil

Plus en détail

SERVICES AUX ENTREPRISES ET AUX PROMOTEURS

SERVICES AUX ENTREPRISES ET AUX PROMOTEURS 1. Service d'aide technique aux entreprises et aux promoteurs SERVICES AUX ENTREPRISES ET AUX PROMOTEURS ACTIONS Accueillir et orienter les entreprises et les promoteurs. Analyser la faisabilité des dossiers

Plus en détail

Nombre de répondants : 72 Nombre approximatif de jeunes :350

Nombre de répondants : 72 Nombre approximatif de jeunes :350 RÉSULTATS DU SONDAGE AUPRÈS DES JEUNES DU SECONDAIRE DE LA VILLE DE PONT-ROUGE Le sondage a été effectué entre le 18 mai et le 31 mai 2015. Les jeunes devaient remplir le sondage directement sur le site

Plus en détail

histoire prochaine heure femmes? AU COURS DE LA savez-vous parler aux mais d abord un peu d STRATEGIES MARKETING RELATIONNEL

histoire prochaine heure femmes? AU COURS DE LA savez-vous parler aux mais d abord un peu d STRATEGIES MARKETING RELATIONNEL savez-vous parler aux femmes? Créer des relations fortes et durables auprès de la clientèle féminine STRATEGIES MARKETING RELATIONNEL 2011-14 Strategies Marketing Direct - tous droits réservés. Aucune

Plus en détail

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES DE LA MRC DE LOTBINIÈRE

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES DE LA MRC DE LOTBINIÈRE POLITIQUE DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES DE LA MRC DE LOTBINIÈRE Adoptée par la résolution # 2015-11-109 du conseil d administration du CLD de la MRC de Lotbinière le 17 novembre 2015 Adoptée par la résolution

Plus en détail

Activités entrepreneuriales. Professionnel et Collégial

Activités entrepreneuriales. Professionnel et Collégial Activités entrepreneuriales entrepreneuriales Activités Professionnel et Collégial Activités entrepreneuriales offertes aux : Centre de formation générale des adultes Centre de formation professionnelle

Plus en détail

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Urgence Leadership Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Forum de réflexion sur le leadership d avenir - CIRANO 26 janvier 2009 1 Urgence Leadership Un programme

Plus en détail

ENRICHIR LES LIEUX DE DÉCISION

ENRICHIR LES LIEUX DE DÉCISION LEADERSHIP Montréal Une initiative de la ENRICHIR LES LIEUX DE DÉCISION LEADERSHIP MONTRÉAL L INITIATIVE LEADERSHIP MONTRÉAL, INITIÉE PAR LA CRÉ EN 2009, EST UN CARREFOUR INCLUSIF QUI VISE À ENRICHIR LES

Plus en détail

ANNEXE Formation au développement d équipe et d organisation PERFECTIONNEMENT METACOACH de METASYSTEME MENTORING ET SUPERVISION

ANNEXE Formation au développement d équipe et d organisation PERFECTIONNEMENT METACOACH de METASYSTEME MENTORING ET SUPERVISION ANNEXE Formation au développement d équipe et d organisation PERFECTIONNEMENT METACOACH de METASYSTEME MENTORING ET SUPERVISION Pour s Individuels et d Equipes Ce modèle de formation, mentoring et supervision

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

En cours ou en continu PLAN D ACTION VOLET SOCIOCOMMUNAUTAIRE

En cours ou en continu PLAN D ACTION VOLET SOCIOCOMMUNAUTAIRE Réalisé En cours ou en continu À faire PLAN D ACTION VOLET SOCIOCOMMUNAUTAIRE Étudier la possibilité de réaménager ou de déménager les bureaux municipaux Offrir des services municipaux de qualité Mettre

Plus en détail

L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES

L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES L ÉVÉNEMENT CARRIÈRES 3 e édition 3 PAVILLONS SPÉCIALISÉS Pavillon Carrières et emplois Pavillon Formation professionnelle pour adulte Pavillon Immigration Aide à l emploi Entrepreneuriat Régions CENTRE

Plus en détail

PETIT GUIDE DE SURVIE

PETIT GUIDE DE SURVIE PETIT GUIDE DE SURVIE PRÉPARATION POUR LA CARAVANE La Caravane démystifiée! Vous trouverez dans ce petit guide une multitude d information qui vous permettra de mieux comprendre l étape importante qu est

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

SEMINAIRES 2005-2006

SEMINAIRES 2005-2006 SEMINAIRES 2005-2006 POUR LES CADRES DU DOMAINE SCOLAIRE ET DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL FORRES Av. de Cour 33 1014 Lausanne Tél.: 021 316 05 52 Fax : 021 316 33 96 www.forres.ch info@forres.ch TABLEAU

Plus en détail

ATELIER SUR LES «MEILLEURES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT»

ATELIER SUR LES «MEILLEURES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT» entraîneurs-conseils PROGRAMMES DE DÉVELOPPEMENT DE L ASSOCIATION DE HOCKEY MINEUR DE L ONTARIO PROGRAMME DE MENTORAT DES ENTRAÎNEURS DE L OMHA ATELIER SUR LES «MEILLEURES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT» 13 JANVIER

Plus en détail

2014-2015 FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS QUÉBEC SOCIÉTÉ DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES DU QUÉBEC SATQ-FEQ DÉVELOPPEMENT DURABLE DÉVELOPPEMENT GESTION GÉNÉRALE

2014-2015 FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS QUÉBEC SOCIÉTÉ DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES DU QUÉBEC SATQ-FEQ DÉVELOPPEMENT DURABLE DÉVELOPPEMENT GESTION GÉNÉRALE FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS QUÉBEC SOCIÉTÉ DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES DU QUÉBEC COACHING DE DE GESTION GESTION - UN ACCOMPAGNEMENT COACHING EN SUR DURABLE MESURE EXCLUSIF AUX COACHING MEMBRES EN DE SATQ-FEQ

Plus en détail

Contribution des autorités françaises à la consultation de la Commission sur le plan d action «Entrepreneuriat 2020»

Contribution des autorités françaises à la consultation de la Commission sur le plan d action «Entrepreneuriat 2020» Octobre 2012 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Contribution des autorités françaises à la consultation de la Commission sur le plan d action «Entrepreneuriat 2020» Afin de renforcer la capacité des entreprises

Plus en détail

Conjuguer nos efforts pour un Québec plus entrepreneurial que jamais!

Conjuguer nos efforts pour un Québec plus entrepreneurial que jamais! Conjuguer nos efforts pour un Québec plus entrepreneurial que jamais! 1 Nous sommes là pour eux Claire Lanouette Propriétaire À la claire fontaine (Bécancour) Diplômée. Lancement d une entreprise (LE)

Plus en détail

Notre région, notre économie : choisir, tracer, s engager avec les femmes entrepreneures

Notre région, notre économie : choisir, tracer, s engager avec les femmes entrepreneures Sommet économique régional du Saguenay Lac-Saint-Jean Notre région, notre économie : choisir, tracer, s engager avec les femmes entrepreneures Mémoire présenté par : Femmessor Saguenay Lac-St-Jean 879,

Plus en détail

Le secret est dans le mentorat!

Le secret est dans le mentorat! ACTUALITÉS Assurer la pérennité de son entreprise Le secret est dans le mentorat! Selon un sondage réalisé par Léger Marketing en novembre 2008, un tiers des jeunes Québécois de 16 à 24 ans espèrent pouvoir

Plus en détail

L E N T R E P R I S E P R O A C T I V E

L E N T R E P R I S E P R O A C T I V E L E N T R E P R I S E P R O A C T I V E Développer de nouvelles compétences Améliorer vos habilités de gestionnaire 6 formations interactives de groupe chacune + 2 heures en coaching en groupe Objectif

Plus en détail

Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE. www.lancement-e.com

Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE. www.lancement-e.com Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE 5264 Guide du promoteur Les étapes à suivre 2014-2015 www.lancement-e.com Prenez votre avenir en main Créez votre emploi Passez

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Jeunes créateurs d entreprise : leur parcours, de l initiation à la consolidation

Jeunes créateurs d entreprise : leur parcours, de l initiation à la consolidation Jeunes créateurs d entreprise : leur parcours, de l initiation à la consolidation Cândido Borges Louis Jacques Filion Germain Simard Chaire d entrepreneuriat Rogers-J.-A.-Bombardier HEC Montréal 5e Congrès

Plus en détail

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Mission Droits des femmes et égalité DDCSPP28 1 L'entrepreneuriat par les femmes La Mission départementale aux

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

«Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE

«Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE «Raconte-moi ton métier, un métier qui n a pas de sexe» Résultats de l enquête menée auprès des entreprises du réseau FACE SOMMAIRE Préambule 1. La situation actuelle des entreprises 2. L engagement pour

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4 Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire FISAC : Action n 4 L Artisanat en Maurienne Quelques chiffres 1 152 entreprises artisanales (11,5% des entreprises artisanales de Savoie)

Plus en détail

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Version Finale 4 juin 2012 1 MISE EN CONTEXTE ALLIANCES Le Plan d action gouvernemental pour la solidarité et l inclusion sociale 2010-2015

Plus en détail

THEMATIQUE : FAIRE EVOLUER LE SERVICE EN SALLE PAR LA RELATION CLIENTELE. NIVEAU : Initial Perfectionnement

THEMATIQUE : FAIRE EVOLUER LE SERVICE EN SALLE PAR LA RELATION CLIENTELE. NIVEAU : Initial Perfectionnement 1178, Route du bord de mer Le Florentin 06700 Saint-Laurent du Var Tél/fax.: 04 92 12 97 52 - aefe@wanadoo.fr www.aefe-france.fr THEMATIQUE : FAIRE EVOLUER LE SERVICE EN SALLE PAR LA RELATION CLIENTELE

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN À DES ACTIONS STRUCTURANTES (PSAS)

PROGRAMME DE SOUTIEN À DES ACTIONS STRUCTURANTES (PSAS) PROGRAMME DE SOUTIEN À DES ACTIONS STRUCTURANTES (PSAS) RAPPORT FINAL NOTE À LA PERSONNE RESPONSABLE DU PROJET Veuillez rédiger votre rapport directement sur le présent formulaire. Après avoir rempli votre

Plus en détail

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS Le 2 juin 2003 Landal inc. SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR

Plus en détail

La diversification économique, une affaire de partenariat

La diversification économique, une affaire de partenariat La diversification économique, une affaire de partenariat CONCERTATION AUTOUR DE L AGENCE DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES HAUTES-LAURENTIDES Membres du conseil d administration : - Luc Rajotte, Caisse

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Soirée d information pour les parents

Soirée d information pour les parents Soirée d information pour les parents Secondaire 3 Dominique Demers C.O. École secondaire Grande-Rivière Déroulement Aperçu du système scolaire du Québec Les séquences mathématiques démystifiées L impact

Plus en détail

TABLE RONDE DES ORGANISMES DE SOUTIEN AUX ARTS ET À LA CULTURE DE MONTRÉAL COMPTE RENDU DES DÉBATS 31 MAI 2012

TABLE RONDE DES ORGANISMES DE SOUTIEN AUX ARTS ET À LA CULTURE DE MONTRÉAL COMPTE RENDU DES DÉBATS 31 MAI 2012 TABLE RONDE DES ORGANISMES DE SOUTIEN AUX ARTS ET À LA CULTURE DE MONTRÉAL COMPTE RENDU DES DÉBATS 31 MAI 2012 Présenté par : Julie Arsenault et Lara Evoy Préparé pour les affaires pour les arts et le

Plus en détail

Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec //

Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec // Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec // FIRST au Québec Favoriser l Inspiration et la Reconnaissance des Sciences et de la Technologie auprès des jeunes du Québec, en les engageant

Plus en détail

Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir.

Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir. Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir. 10 décembre 2013 1. Mise en contexte... 3 2. Prévention à la Commission des normes du travail... 4 2.1 Un modèle basé sur trois axes... 4

Plus en détail

Coaching et la relève

Coaching et la relève Coaching et la relève Coaching Faire usage de son intégrité, de sa crédibilité, de son leadership et de ses compétences pour amener un ou des individus à agir, dans le cadre de leurs fonctions, en personne

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

Cahier du participant

Cahier du participant Cahier du participant Planification concertée de développement du territoire de la MRC de Portneuf Activité de planification stratégique 12 février 2 12 février 2015 1 Programme de la journée Heures Déroulement

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises de la MRC de Rouville

Politique de soutien aux entreprises de la MRC de Rouville Politique de soutien aux entreprises de la MRC de Rouville Adoptée par la résolution numéro 15-09-9769 du conseil de la MRC de Rouville le 2 septembre 2015 Table des matières 1. fondements de la politique...3

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance!

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! Le mentorat entrepreneurial en Wallonie pour : apporter un accompagnement d'excellence pour les PME à haut potentiel de croissance

Plus en détail

Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014. L entrepreneuriat féminin. Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane)

Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014. L entrepreneuriat féminin. Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane) Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014 L entrepreneuriat féminin Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane) Introduction Les Midis de l Innovation sont une initiative du Département

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

Diriger votre équipe de vente: comment améliorer son efficacité?

Diriger votre équipe de vente: comment améliorer son efficacité? Diriger votre équipe de vente: comment améliorer son efficacité? Par M. Georges Poulin, Associé 22 et 23 novembre 2012 2012 Altitude Groupe Conseil 1 La différence Altitude ANALYSE INTERNE Forces & Faiblesses

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA

PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA AU SERVICE DU THÉÂTRE, CONSEIL DES ARTS DU CANADA NOVEMBRE 2005 Réunis en assemblée annuelle les 8 et 9 septembre dernier, les quatorze

Plus en détail

MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes

MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes May MORRIS, Directrice de Recherche CNRS, biologiste - biochimiste Claudine HERMANN, Professeure honoraire Ecole polytechnique, physicienne Evelyne

Plus en détail

L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015

L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015 L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015 Chers mentors, La Fondation Enablis est très fière de publier pour la première fois les résultats d une étude

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

POLITIQUE D'ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS LA VILLE DE SAINT-PASCAL

POLITIQUE D'ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS LA VILLE DE SAINT-PASCAL POLITIQUE D'ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS LA VILLE DE SAINT-PASCAL PROPOSÉ PAR LE COMITÉ FEMMES ET VILLE SOUS-COMITÉ DE SAINT-PASCAL VILLE EN SANTÉ PRÉAMBULE : L égalité des femmes et des

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations fonda 18, rue de Varenne 75007 Paris tel : 01 45 49 06 58 fax : 01 42 84 04 84 fonda@wanadoo.fr www.fonda.asso.fr La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole et les associations Présentation

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés,

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés, MÉMOIRE présenté à la Commission des finances publiques dans le cadre de l étude du projet de loi no 123 Loi sur la fusion de la Société générale de financement du Québec et d Investissement Québec préparé

Plus en détail

Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation

Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation Influence du caractère collaboratif et négocié d un projet de formation continue de directions d établissement

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

Appui technique. Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs

Appui technique. Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs 24 mars 2015 Appui technique Attentes «formation» des entreprises de moins de 300 salariés du secteur de l hôtellerie, la restauration et les activités de loisirs Les attentes prioritaires en formation

Plus en détail

INSTITUT DU MENTORAT ENTREPRENEURIAL. Présentation du programme

INSTITUT DU MENTORAT ENTREPRENEURIAL. Présentation du programme INSTITUT DU MENTORAT ENTREPRENEURIAL Présentation du programme MISE EN CONTEXTE L'institut du mentorat entrepreneurial a été créé en 2007 par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris en soutien aux

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 II. LE PLAN D ACTIONS DE LA VILLE DE TOULOUSE... 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 II. LE PLAN D ACTIONS DE LA VILLE DE TOULOUSE... 5 PLAN TOULOUSAIN POUR L EGALITE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LA VIE LOCALE 2011-2014 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 II. LE PLAN D ACTIONS DE LA VILLE DE TOULOUSE... 5 A. AXE 1 : AMELIORER LES RYTHMES DE

Plus en détail

Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ»

Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ» Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ» Février 2011 SOMMAIRE Définition du mentoring Objectifs du programme Profils des participants Relation mentor / mentorée Règles du jeu : conditions de réussite

Plus en détail

La prévention cardiovasculaire en soins de première ligne : Consensus sur les priorités d action

La prévention cardiovasculaire en soins de première ligne : Consensus sur les priorités d action Équipe de recherche en soins de première ligne La prévention cardiovasculaire en soins de première ligne : Consensus sur les priorités d action Colloque organisé par : Équipe de recherche en soins de première

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Biologie (53411-53412), Entrepreneuriat (83411), Français (10411-10412)

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Biologie (53411-53412), Entrepreneuriat (83411), Français (10411-10412) PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 11 e et 12 e année Matières : Biologie (53411-53412), Entrepreneuriat (83411), Français (10411-10412) Titre de la leçon : Mascotte magnifique!

Plus en détail

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les dirigeants.

Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société, entre pérennité et changement Contact : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable?

Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable? Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable? Psychologie Québec a demandé à M me Jacqueline Codsi, psychologue à la Banque Nationale, de répondre aux questions le plus fréquemment

Plus en détail

Petit-déjeuner thématique Egalité Professionnelle F/H. Hôtel Ampère Paris Jeudi 6 juin 2013

Petit-déjeuner thématique Egalité Professionnelle F/H. Hôtel Ampère Paris Jeudi 6 juin 2013 Petit-déjeuner thématique Egalité Professionnelle F/H Hôtel Ampère Paris Jeudi 6 juin 2013 Introduction et tour de table Accueil Introduction : pourquoi Prairial et Perspectives Talents s associent pour

Plus en détail

MGP 702c Marketing & Financement d événements. Remarques (1) Remarques (3) Remarques (2)

MGP 702c Marketing & Financement d événements. Remarques (1) Remarques (3) Remarques (2) MGP 702c Marketing & Financement d événements Remarques (1) Cette affiche présente les 9 domaines décrits dans le Projet Management Body of Knowledge (PMBoK) du Project Management Institute (PMI) De même

Plus en détail

Analyse des résultats du sondage

Analyse des résultats du sondage Comité des États Généraux de l Association du Jeune Barreau de Montréal Analyse des résultats du sondage Par Marianne St-Pierre-Plamondon Présidente du Comité Le 1 er mai 2009 Le Comité des États Généraux

Plus en détail