Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr"

Transcription

1 Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires

2 Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention secondaire -Infarctus du myocarde -Accident vasculaire c érébral + Orthop édie Syndrome coronaire aigû Stent coronaire nu Chirurgie cardiaque Chirurgie vasculaire Stent coronaire pharmaco -actif Risque thrombotique à l arrêt? Risque h émorragique au maintien?

3 Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention secondaire -Infarctus du myocarde -Accident vasculaire c érébral + Orthop édie Syndrome coronaire aigû Stent coronaire nu Chirurgie cardiaque Chirurgie vasculaire Stent coronaire pharmaco -actif Risque thrombotique à l arrêt? Risque h émorragique au maintien?

4 Collet et al, Circulation 2004;110:2361-7

5 Bachman, Ann Neurol:2002;51:137-8

6 Conférence d experts d : agents anti-plaquettaires (AAP) et période péri-opératoire. 2001

7 Programme Hospitalier de Recherche Clinique 2003 Appel d offre national Étude STRATAGEM «Stratégies de gestion péri-opératoire des traitements anti-plaquettaires en chirurgie non coronaire»

8 But de l étude Comparer, au cours de la chirurgie noncoronaire programmée, les résultats de deux stratégies thérapeutiques chez des patients sous anti-plaquettaires (aspirine, dipyridamole, ticlopidine ou clopidogrel) : l interruption du traitement et sa substitution par un placebo du Kardégic 75 mg/j ou sa substitution par du Kardegic 75mg/j 10 jours avant l intervention jusqu au jour de l intervention. L hypothèse primaire est la supériorité clinique de la stratégie de poursuite des antiplaquettaires par rapport à l arrêt de ceux-ci.

9 Suivi des inclusions (objectif 800 patients) Nombre d'inclus Inclusions théoriques cumulées Inclusions réelles cumulées juin juil sept oct nov janv-06 Mois 31-mars avr mai juin juil sept oct nov-06 Suspension de l étude août/sept/octobre janv mars avr mai juin juil sept oct nov janv

10 Arrêt de l aspirine: Facteur de risque indépendant d IDM périopératoire n=2996, chirurgie non cardiaque AAP (n=411) Arrêt +/-7 jours (n=173) Clinique ECG Tropo I > 0,7 ng/ml Echo Cardiologue Chirurgie à haut risque 1,58 [1,01-2,47] Age 1,75 [1,13-2,71] Sexe 1,76 [1,1-2,81] Transfusion 2,51 [1,52-4,13] Interruption préopératoire ASA 2,51 [1,37-4,66] Coronaropathie 2,67 [1,57-4,53] Insuffisance cardiaque 3,89 [1,6-9,28] Van Rensburg A et al, ASA 2006; A1728

11 Maintien de l aspirine: Facteur de risque de saignement? n=2996 chirurgie non cardiaque AAP (n=411) Arrêt +/-7 jours (n=173) Hb (g/l) % Maintien ASA Arrêt ASA Préop Postop 121 ± ± ± ± CG=0 CG=1-3 CG >3 Van Rensburg A et al, ASA 2006; A1728

12 Thrombose versus hémorragie Ischémie myocardique Tropo: 0,5 ng/ml AIT IDM IDM transmural Thrombose de stent AVC Décès Pansement Hématome Hématome de paroi Hb: 10 g/dl 1-4 CG >10 CG Infection Décès

13 Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention secondaire -Infarctus du myocarde -Accident vasculaire c érébral + Orthop édie Syndrome coronaire aigû Stent coronaire nu Chirurgie cardiaque Chirurgie vasculaire Stent coronaire pharmaco -actif Risque thrombotique à l arrêt? Risque h émorragique au maintien?

14

15 Risque de thrombose de stent Les études

16 TAXUS I TAXUS II TAXUS IV TAXUS V TAXUS VI

17 RAVEL SIRIUS E-SIRIUS C-SIRIUS

18

19 Risque de thrombose de stent En périopératoire Stents nus

20

21 Wilson S et al. JACC 2003;42:234

22 Conférence d experts d : agents anti-plaquettaires (AAP) et période péri-opératoire. 2001

23 Programme Hospitalier de Recherche Clinique 2003 Appel d offre national Étude STRATAGEM «Stratégies de gestion péri-opératoire des traitements anti-plaquettaires en chirurgie non coronaire»

24 1236 patients présentant un SCA 4.1% Arrêt de l Asa < 1 mois 10 ± 1.9 jours après l arrêt 20% des cas: thrombose d un stent classique (15,5 mois +/- 6,5) Ferrari et al, JACC 2005;45:456-9

25 30 patients: résection pulmonaire Stents nus 47% coronaropathie asymptomatique Aspirine maintenue (66%) Arrêt PLAVIX préop 3 thromboses de stents 60 J31 J44 J90 50 % <30 jours jours jours Brichon et al, Eur J Cardiothorac Surg 2006 doi:

26 25 BMS, 5 DES.. et 79 sans opinion. Vicenzi MN et al, BJA 2006; 96:

27 Schouten et al, Anesthesiology 2007; 106:1067-9

28 Risque de thrombose de stent En périopératoire Stents pharmacoactifs

29 Délai entre l'arrêt des AAP et la thrombose de stent (jours) Arrêt périopératoire: aspirine et clopidogrel Arrêt spontané: aspirine et clopidogrel Arrêt spontané: clopidogrel, maintien aspirine 6 semaines 6 mois 1 an 2 ans Délai entre la pose et la thrombose de stent (jours)

30 Schouten et al, 2007;49: : 574 patients stentés pour SCA Chirurgie non cardiaque dans les 2 ans : n=192 (33%) 93 BMS/99 DES

31 Risque de thrombose de stent Rôle de l arrêt des AAP

32 Incidence, predictors, and outcome of thrombosis after successful implantation of drug eluting stents Subacute stent thrombosis Antiplatelet therapy discontinuation Renal failure Bifurcation lesion Diabetes LVEF (10% decrease) Stent length (1mm increase) Late stent thrombosis Antiplatelet therapy discontinuation Bifurcation lesion LVEF (10% decrease) Hazard Ratio ,8 1,1 1,03 Hazard Ratio ,1 Iakovou et al, JAMA 2005;293:

33 Eisenstein et al, JAMA 2007; 297: E1-E9

34 Risque de thrombose de stent Autre(s) hypothèse(s)

35 Virmani R et al, Circulation 2004; 109:701-5

36 Risque hémorragique sous AAP Les définitions

37 Majeur: Saignement intracrânien Saignement + Diminution hb > 5 g/dl ou hte >15% Mineur: Hématurie spontanée, hématémèse Saignement + Diminution hb > 3 g/dl mais hte <15% Insignifiant: autre

38 Risque hémorragique sous AAP Les études

39 Lancet 2000; 355:

40 Risque hémorragique sous AAP Les opérateurs/ les techniques

41

42 Société Francophone de Médecine Buccale et Chirurgie Buccale (SFMBCB) L arrêt du traitement par AAP avant des soins dent aires n est pas justifié [Accord professionnel]. L arrêt du traitement par aspirine à faibles doses (doses( comprises entre 75 et 325 mg. j- 1) avant une intervention de chirurgie buccale, parodontale ou implantaire n est pas justifié [Recommandation de grade B]. L arrêt du traitement par clopidogrel avant une intervention de chirurgie buccale, parodontale ou implantaire n est pas justifié [Accord professionnel]. Malgré l absence l d éd études cliniques pertinentes, le risque hémorragique sous AAP est considéré comme faible et de bon pronostic. Médecine buccale/chirurgie Buccale VOL. 11, N

43 Les procédures à faible risque SFED Saignement exceptionnel (<1%) avec contrôle endoscopique possible Gastroscopie par voie buccale Rectosigmoidoscopie Coloscopie sans polypectomie Echoendoscopie diagnostique Cholangiographie rétrograde endoscopique (CPRE) diagnostique ou avec dilatation ampullaire ou biliaire ou avec insertion de prothèse sans sans sphinctérotomie Entéroscopie Biopsies possibles avec pinces standards ou pédiatriques

44 Risque hémorragique sous AAP Le temps

45 Interruption du traitement «Intensité du risque»?? thrombotique hémorragique temps

46 "Life threatening and other major" "TIMI major" "GUSTO severe/life threatening" % <5 jours >5 jours Interruption du clopidogrel avant PAC Fox KAA et al, Circulation 2004; 110: (Data supplement)

47 % de patients ayant présenté un saignement majeur dans les 7 jours suivants un PAC Placebo Clopidogrel 8 % J0 J-1 J-2 J-3 J-4 J->4 Interruption du clopidogrel Fox KAA et al, Circulation 2004; 110: (Data supplement)

48 Price et al, Am J Cardiol 2006;98:681-4

49 Price et al, Am J Cardiol 2006;98:681-4

50 Synthèse

51 Endoprothèse Coronaire (EC) Pharmaco-active Risque hémorragique de l intervention (à évaluer avec le responsable du geste invasif ou le chirurgien) Majeur Intermédiaire Mineur Risque de thrombose du stent (à évaluer avec le cardiologue) Majeur Modéré Reporter l intervention au-delà de 6 mois à 1 an après la pose de l EC si impossible : Arrêt aspirine-clopidogrel 5 jours ou Arrêt aspirine-clopidogrel 10 jours maxi et substitution Arrêt aspirine-clopidogrel 5 jours ou Arrêt aspirine-clopidogrel 10 jours maxi et substitution Reporter l intervention au-delà de 6 mois à 1 an après la pose de l EC si impossible : Maintien aspirine Arrêt clopidogrel 5 jours Maintien aspirine Arrêt clopidogrel 5 jours Maintien aspirine et clopidogrel Maintien aspirine et clopidogrel ou Maintien aspirine Arrêt clopidogrel 5 jours Risque hémorragique: Majeur: Intervention ne pouvant être réalisée sous AAP Modéré: Intervention réalisable sous ASA seule Mineur: Intervention réalisable sous ASA et clopidogrel Risque de thrombose d EC pharmaco-active Majeur: Mise en place depuis moins de 6 mois à 1 an ou patient nécessitant un traitement par aspirineclopidogrel ou patient avec facteur de risque Modéré: Mise en place depuis plus de 6 mois à 1 an Dans tous les cas, l intervention doit être reportée au-delà de 6 semaines d un syndrome coronaire aigu dans la mesure du possible

52 En attendant. Vigistent Postent RECO

53 En attendant.

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Les traitements antiplaquettaires

Les traitements antiplaquettaires Revues Générales Thérapeutique Gestion des antiagrégants plaquettaires en chirurgie non cardiaque Résumé : La gestion des antiplaquettaires chez des patients porteurs de stent représente une situation

Plus en détail

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France

vers le déclin d endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Après s l enthousiasme l initial, vers le déclin d des endoprothèses pharmacoactives? G de Gevigney Hôpital cardiologique Lyon, France Grand progrès s technologique, mais 1. Aucun bénéfice b sur la mortalité

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE

CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE CHIRURGIE (ACTE AVEC EFFRACTION VASCULAIRE) CHEZ UN MALADE RECEVANT UN TRAITEMENT ANTI-THROMBOTIQUE Thomas LECOMPTE hématologiste hémostase Nancy avec l aide de Emmanuel de MAISTRE et Marie TOUSSAINT-

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique en cas de geste endoscopique chez le coronarien Méthode Recommandations par consensus

Plus en détail

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Statistiques 2005 1/3 des AT mortels sont des accidents de trajets Triple Aptitude Aptitude Technique

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif?

Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Janvier 2008 N 1 Antiagrégants plaquettaires : doit-on les arrêter avant un geste invasif? Professeur Cedric HERMANS 1, Professeur Jean RENKIN 2 arrêt d un traitement antiagrégant plaquettaire (aspirine,

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 1 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE M. PICHENE Questions Quels sont les gestes agressifs qui justifient

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 EFIENT 10 mg, comprimés pelliculés Boite de 30 (code CIP 392 120-3) Boîte de 90 (code CIP : 574 530-2) Laboratoire LILLY Prasugrel chlorhydrate ATC :

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Les anti-thrombotiques : indications - Les héparines (non-fractionnées, de bas poids moléculaires, pentasaccharide) : Prévention

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN

LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN LA RESTENOSE INTRA-STENT ACTIF: OU EN EST-ON? J BERLAND Clinique Saint Hilaire ROUEN Traitement de la restenose intra-stent Registre SCAAR PEPCAD DES Jacc 2012,59;1377-82 Treatment of DES-In-Stent Restenosis

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009

G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009 G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009 V o tre patient e s t s o us a s pirine. P uis -je lui ex tra ire s a dent? E lle es t tra itée pa r A V K.. Q ua nd fa ire s a g a s tro

Plus en détail

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences Professeur François Schiele CHU BESANCON En 1991, la thrombose de stent dans les 2 premières semaines est trouvée chez 26%

Plus en détail

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE

STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE STENTS ACTIFS ET CHIRURGIE NON CARDIAQUE Pierre Albaladejo (1), Patrick Staat (2), Emmanuel Marret (3), Vincent Piriou (4) (1) Service d Anesthésie Réanimation, SAMU-SMUR 94, CHU Henri Mondor, Assistance-Publique

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 I. Introduction : historique de l angioplastie II. Evolution

Plus en détail

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE ANNÉE 2006-2007 B PROJET UT CLIENTÈLE CIBLE MÉDICATION ECG/ ACTIVE (29 S ÉTUDE EN COURS) 14/05/2003 Active W : 02/12/2004 Évaluer si le Clopidogrel plus AAS est supérieur

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 PLAN PRINCIPAUX MESSAGES...4 INTRODUCTION...5

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

NACO (NOAC) en pratique

NACO (NOAC) en pratique NACO (NOAC) en pratique Avantages et inconvénients Le point de vue du clinicien E. FERRARI. CHU Nice. Conflits d intérêts Actelion Astra BMS Cephalon Lilly Pfizer Roche Novartis Sanofi MSD Leo Bayer Actelion

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Hypertension artérielle et diabète. Dr.N.LANASRI Service de médecine interne Hopital de AIN-TAYA Pr.A.BIAD

Hypertension artérielle et diabète. Dr.N.LANASRI Service de médecine interne Hopital de AIN-TAYA Pr.A.BIAD Hypertension artérielle et diabète Dr.N.LANASRI Service de médecine interne Hopital de AIN-TAYA Pr.A.BIAD DEFINITION - EPIDEMIOLOGIE Diabète 2: glycémie 7 mmol/l 1,26 g/l HTA: 140/90 mm Hg ANAES 140/80

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC

DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC DILATATION INTRALUMINALE DE L ARTÈRE CAROTIDE AVEC POSE D ENDOPROTHÈSE, PAR VOIE ARTÉRIELLE TRANSCUTANÉE Actes d angioplastie carotidienne avec stent MAI 2007 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications > 15 e Journée de Réflexion < sur l Endoscopie Digestive en France Samedi 26 janvier 2013 Paris, Eurosites Georges V Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications Docteur Gilles Lesur, Boulogne-Billancourt

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010

Stents Coronaires et Sports. Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Stents Coronaires et Sports DR PASSARD F Congrès Cœur et Sport St Etienne 03 05 Juin 2010 Mise à jour le 11 /07/2010 B P 65 ans Cyclosport FDRCV : dyslipidémie et HTA négligées Angor typique au démarrage

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable

Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Lyon, Mardi 11 octobre 2011 Intérêt et apport des stents à polymère biodégradable Dr. François ROUBILLE Département de Cardiologie CHU, Montpellier Leaders : suivi à 3 ans de l'essai clinique prospectif

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement)

CONCLUSIONS. XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus (produit actif pharmacologiquement) COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 16 décembre 2014 CONCLUSIONS XIENCE PRIME, endoprothèse coronaire (stent) enrobée d everolimus

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Gestion péri-opératoire d un patient avec un ou des stents

Gestion péri-opératoire d un patient avec un ou des stents Gestion péri-opératoire d un patient avec un ou des stents Vincent Piriou, Pierre Albaladejo Service d anesthésie réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 165 chemin du grand revoyet, 69495 Pierre Bénite

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations RECOMMANDATIONS Juillet 2015 Contexte d élaboration Ces dernières années, la thérapeutique antithrombotique a considérablement évolué avec l arrivée de nouveaux médicaments. Deux nouveaux agents antiplaquettaires

Plus en détail

adhésion thérapeutique

adhésion thérapeutique adhésion thérapeutique aux antiagrégants CHEZ LE PATIENT CORONARIEN D. Le g r a n d (1), V. Le g r a n d (2) RÉSUMÉ : Le traitement antiagrégant a prouvé son intérêt clinique chez les patients à haut risque

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme

Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme Pr M. GALINIER Pôle Cardio Vasculaire et Métabolique CHU Rangueil, Toulouse France L insuffisance cardiaque en France, un

Plus en détail

Présentation environnement STENTS Europharmat. Jeudi 10 Octobre 2013

Présentation environnement STENTS Europharmat. Jeudi 10 Octobre 2013 Présentation environnement STENTS Europharmat Jeudi 10 Octobre 2013 Agenda Récapitulatif: les grands modes de financement du système de santé en France GHS Actes LPP Les référentiels (HAS, AHA, ESC) Le

Plus en détail

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad

Physiopathologie des stents coronariens. Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad Physiopathologie des stents coronariens Dr P.Merveille Dr N.Preumont Dr M.ElMourad AMUB 5/9/2014 Traitement par voie percutanée de lésions coronaires ni trop complexes, ni trop nombreuses, plutôt que

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A 40 ans Découverte d une cirrhose en 03/2004 devant une 1 ère DOA Clinique : CVC, ascite, ictère, angiomes stellaires, érythrose palmaire Biologie : Hb :10,2 g/dl TP

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Pontage artériel fémoro-poplité

Pontage artériel fémoro-poplité Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Pontage artériel fémoro-poplité Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire. Afin

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail