2. DEFINITION DES TRANSFERTS INTER-ETABLISSEMENTS DE SANTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. DEFINITION DES TRANSFERTS INTER-ETABLISSEMENTS DE SANTE"

Transcription

1 URGENCES CARDIOLOGIQUES : ALTERNATIVES A LA MEDICALISATION DES TRANSFERTS SECONDAIRES Valérie DEBIERRE *, Antoine ANDRE, Frédéric BERTHIER *, Denis BARON * * SAMU 44 - CHU, BP 1005, NANTES Cedex 01 - SOS Médecin, 17, rue de Cornouaille, NANTES 1. INTRODUCTION Face à un appel pour demande de transfert secondaire, le médecin régulateur du SAMU doit adapter les moyens humains et matériels en fonction de l état clinique du patient. Cependant, la régulation médicale des transports inter-établissement de santé ne s appuie actuellement sur aucun critère validé. Certains patients nécessitent une surveillance au cours de leur transport entre deux services hospitaliers : est-ce obligatoirement une surveillance médicale? Le but de cet exposé est de déterminer s il existe des urgences justifiant une prise en charge technique relevant des moyens du SMUR sans nécessaire médicalisation du transport et de proposer des critères de régulation. 2. DEFINITION DES TRANSFERTS INTER-ETABLISSEMENTS DE SANTE Une des missions des SMUR est d assurer le transport de patients sous surveillance médicale entre deux établissements de santé [1]. Ces transferts sont appelés transports secondaires. Une réglementation fixe les modalités pratiques de leur réalisation [2]. Ces recommandations portent sur l organisation des transports, leur déroulement, la surveillance, le matériel et le personnel indispensable. Les Transferts Inter-Etablissements de Santé (TIES) concernent les patients atteints d une détresse vitale réelle ou potentielle ou ceux dont le pronostic fonctionnel est gravement menacé. Ils sont motivés par l admission dans un service ou une unité de réanimation, un transfert postopératoire immédiat, la pratique d examens complémentaires ou d actes thérapeutiques non réalisables sur place. Leur principe général est la continuité des soins et de la surveillance au cours du transport. La composition de l équipe SMUR, fixée par décret, est sous la responsabilité du médecin régulateur du SAMU. Elle doit être composée d au moins deux personnes dont le responsable médicale de l intervention [3]. 1

2 3. RISQUES Quels sont les événements graves qui peuvent survenir lors d un TIES et qui nécessitent des soins? Transport des patients ayant une pathologie coronarienne : La mort subite est le risque constant de l urgence cardiologique. La mortalité globale de l infarctus à la phase aiguë est de 15% [4]. La principale complication des patients ayant un syndrome coronarien aigu est la survenue d un trouble du rythme ventriculaire (25% TV, 10% FV) nécessitant une prise en charge immédiate (défibrillation). Les autres événements cardiaques pouvant survenir sont une récidive ischémique (18%) caractérisée par la réapparition ou la recrudescence d une douleur thoracique ou l apparition d une insuffisance cardiaque suspectée devant une dyspnée aiguë [5,6]. Transport de patient avec pathologie neurologique : Ces transports concernent des patients ayant des troubles de la vigilance ne nécessitant pas d intubation mais comportant un risque d aggravation des troubles de conscience durant le transport. Il peut s agir par exemple d une hémorragie méningée, d un hématome sous-dural... La crise convulsive est une autre complication pouvant survenir au cours de ces transferts. Transport de patient ayant une pathologie respiratoire : La principale complication pour ces patients est la survenue d une détresse respiratoire aiguë quelle que soit la pathologie (décompensation aiguë de BPCO, asthme, OAP). Les troubles de conscience pour les patients insuffisants respiratoires chroniques. La première mesure thérapeutique sera l adaptation de l oxygénothérapie. 2

3 4. EVOLUTIONS TECHNIQUES RECENTES L apparition des Défibrillateurs semi-automatiques (DSA) autorise un certain nombre de personnels non-médecins à délivrer un choc électrique externe. Les conditions d utilisation ainsi que la formation nécessaire pour pouvoir utiliser ces appareils sont précisées par deux textes : le décret n du 27 mars 1998 fixant les catégories de personnes non-médecins habilités à utiliser un DSA et l arrêté du 4 février 1999 relatif à la formation des personnes non-médecins habilitées à utiliser le DSA [7] Définition juridique du DSA : Les appareils susceptibles de délivrer un choc électrique ne peuvent être considérés comme DSA que s ils répondent à quatre critères : Analyse automatique de l ECG d une personne victime d un arrêt cardiocirculatoire afin de dépister une fibrillation ventriculaire ou une tachycardie ventriculaire Chargement automatique de l appareil permettant une séquence de CEE Chaque choc est déclenché manuellement par l opérateur (séries de 3 chocs) dans des sécurité satisfaisantes Enregistrement des segments de l ECG et des données de l utilisation de l appareil 4.2. Personnels habilités à utiliser un DSA : Quatre catégories de personnels non-médecins sont autorisées à utiliser un DSA. Il s agit : des IDE des masseurs kinésithérapeutes des secouristes détenteurs du Certificat de Formation aux Activités de Premiers Secours en Equipe (CFAPSE) ou du Certificat de Formation aux Activités de Premiers Secours avec Matériel (CFAPSM) des ambulanciers détenteurs du Certificat de Capacité d Ambulancier (CCA) L habilitation des personnels non-médecins à l utilisation du DSA est conditionnée par l obtention de «l attestation de formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique». 3

4 4.3. La formation : Elle est coordonnée au niveau départemental par le médecin chef de Service d Aide Médicale Urgente. Elle est dispensée sous la responsabilité d un médecin qui doit être : soit médecin de SAMU ou de Service d Accueil et de Traitement des Urgences (SATU), soit cardiologue, spécialiste des affections cardio-vasculaires ou de la pathologie cardiovasculaire, soit anesthésiste réanimateur soit médecin des armées, soit médecin Sapeur-Pompier. L enseignement doit être exclusivement dispensé par un médecin, un infirmier ou un kinésithérapeute, assisté par un ou des moniteurs de secourisme. La formation se déroule en huit heures. Elle comprend : une partie théorique : notions d épidémiologie, d organisation des secours (chaîne de survie), de connaissances relatives à l ACR (définition, causes, signes, conduite à tenir) et des informations relatives à l appareil (définition, principes de fonctionnement, dangers, précautions d emploi). une partie pratique : démonstration et exercices de simulation avec révisions sur mannequin des notions préalables indispensables à la mise en oeuvre d un DSA (reconnaissance de l ACR, mise en oeuvre de la RCP). Le jury de validation doit être composé d un médecin et d un aide détenteur de l attestation de formation à la défibrillation semi-automatique. Une attestation de formation est remise à chaque candidat ayant satisfait aux différents tests de l épreuve pratique. Elle est valable pendant une durée de un an. Afin d augmenter le nombre de personnels habilités à utiliser les DSA le module de formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique est inclus au programme de formation des secouristes [8]. L utilisation du DSA et la surveillance du patient placé sous cette appareil est inscrit dans le nouveau décret de compétence infirmier [9]. 4

5 5. REGULATION DES TIES : indications de paramédicalisation La décision de paramédicalisation du transport d un patient présentant une pathologie coronarienne passe par l évaluation de la stabilité de ce patient qui repose sur plusieurs critères. Il s agit d une part de critères cliniques : Le patient souffre-t-il toujours? Cette donnée permet d évaluer la persistance ou non du processus ischémique. Quel est son état hémodynamique? les dernières constantes (pouls, tension) Existe-t-il des signes de décompensation cardiaque gauche ou droite? Le patient a-t-il présenté des troubles du rythme ou de la conduction? A-t-il nécessité l administration de drogues vaso-actives ou d un traitement antiarythmique? S agit-il d un infarctus à la phase aiguë en cours de fibrinolyse? D autre part de données paracliniques : on distinguera ici les deux entités que sont les infarctus avec modifications du segment ST et les autres syndromes coronariens aigus [10]. Le tracé électrocardiographique devra être pris en compte pour le transport des patients ayant un infarctus avec élévation du ST. En effet, les infarctus antérieurs ont un taux de complications plus élevé [12]. Les signes électrocardiographiques ayant une valeur pronostique péjorative sont l étendue du sus-décalage du segment ST qui reflète l importance de l atteinte myocardique et la déformation de la partie terminale du QRS [13]. Concernant les autres syndromes coronariens aigus, c est l élévation enzymatique qui permet de distinguer l angor instable des infarctus non Q. Il n existe aucune donnée permettant de corréler l importance de l élévation enzymatique au taux de complications. Enfin, il est nécessaire de prendre en compte de la notion de délai : depuis quand le patient est-il hospitalisé? Des complications sont elles survenues durant cette phase de surveillance hospitalière? quel est le temps prévu du transport? 5

6 En pratique, un transport paramédicalisé est envisageable pour les patients stables, c est à dire qui ne souffrent plus, ne nécessitant pas l administration de drogue vaso-active et n ayant pas fait de trouble du rythme durant la phase de surveillance hospitalière. Parmi les syndromes coronariens aigus, répondent à ces critères : - les angors instables - les syndromes de menace ne souffrant plus - les IDM après la phase aiguë (stables, sans trouble du rythme ni insuffisance cardiaque) 6. SURVEILLANCE DES PATIENTS PDT TIES PM Sur quelles données repose la surveillance des patients ayant un syndrome coronarien aigu pendant le transfert? Il faut tout d abord impérativement dépister précocement les troubles du rythme. Le patient bénéficiera donc d une surveillance scopique pendant toute la durée du transport. Le moniteur de surveillance doit être équipé d une fonction DSA. La surveillance de l état clinique du patient repose d une part sur l évaluation de la douleur à intervalles réguliers et d autre part sur la mesure de la fréquence ventilatoire. La recrudescence de la douleur ou l apparition d une dyspnée doit conduire l IDE effectuant le transport à contacter le médecin régulateur du SAMU afin de convenir d une conduite à tenir. La tension artérielle est un paramètre de surveillance fondamentale, à plus forte raison lorsque le patient est traité par dérivés nitrés au pousse seringue électrique. Le matériel de surveillance utilisé pendant les transports secondaires paramédicalisés doit donc comprendre un scope avec une fonction défibrillateur semi-automatique et permettre une surveillance multiparamétrique (PNI, SPO2). La cotation de la douleur se fera par l échelle numérique. Ces paramètres de surveillance sont conformes aux recommandations de la SFAR [2]. Le médecin régulateur doit être informé en cas de récidive douloureuse, ou lors de tout autre modification clinique ou paraclinique (chute de la tension artérielle systolique ). Une adaptation thérapeutique pourra être proposée, accompagnée ou non d une intervention SMUR primaire en renfort. 6

7 7. EXPERIENCE NANTAISE La ville de Nantes comporte deux sites voués à l accueil des urgences cardiologiques : l hôpital Guillaume et René Laënnec partie intégrante du CHU de Nantes et une structure privée, la Clinique St Henri. La grande majorité des patients amis au SAU (situé sur le site de l Hôtel Dieu) pour un syndrome coronarien aigu sont secondairement transférés dans l une ou l autre de ces unités spécialisées. Le SAU est distant des Unités de Soins Intensifs de Cardiologie de trois à dix kilomètres, soit des temps de transports de 5 à 15 minutes. Vingt pour cent des transferts secondaires nantais sont paramédicalisés. La grande majorité de ces transports concerne des patients souffrant d une pathologie coronarienne aiguë. Les infirmier(e)s du service assurant ces transferts sont formés à la défibrillation semi-automatique. Ils (elles) sont en liaison permanente avec la régulation du SAMU par le biais d un GSM ou de la Radio. Lorsque le médecin régulateur a du mal à apprécier la stabilité du patient au travers de son interrogatoire téléphonique, une pré-évaluation médicale peut être réalisée par le médecin du SMUR dans les box des urgences. La proximité des centres permet un renfort médical rapide lorsqu un événement survient en cours de transfert. La forte augmentation du nombre de TIES longue distance réalisés (exemple Challans Nantes, ) nous amène à envisager l extension prochaine de ces techniques de paramédicalisation, dès que nous disposerons des ressources paramédicales suffisantes. 8. CONCLUSION Les évolutions techniques récentes autorisent le transport de patients ayant un syndrome coronarien aigus avec du personnel formé à la DSA. La surveillance paramédicale de ces patients permet en effet, d une part de dépister et traiter précocement les complications rythmiques mortelles. Le préalable à la paramédicalisation des transferts secondaires est l appréciation de la stabilité du patient. Cependant, la régulation médicale des TIES ne s appuyant sur aucun critère validé, le médecin régulateur du SAMU doit choisir le personnel composant l équipe de transport en gardant à l esprit une notion essentielle : quels risques suis-je prêt à prendre pour mon patient? quel est son besoin de soins réel 7

8 9. BIBLIOGRAPHIE 1. Décret n du 30 Mai 1997 relatif à l autorisation des services mobiles d urgence et de réanimation et modifiant le code de la santé publique. 2. P.Carli, F. D Athis, P. Barriot et al. : Recommandations concernant la surveillance des patients au cours des transferts interhospitaliers médicalisés. 3. Décret n du 30 Mai 1997 relatif aux conditions techniques de fonctionnement auxquelles doivent satisfaire les établissements de santé pour être autorisés à mettre en oeuvre des services mobiles d urgence et de réanimation et modifiant le code de santé publique. 4. Ph. Beaufils et coll. Recommandations de la Société française de cardiologie pour la prise en charge des urgences cardiologiques. Archives des maladies du coeur et des vaisseaux, Tome 92, n 3, mars 1999, F. Delahaye et coll. Recommandations de la Société française de cardiologie concernant la prise en charge de l infarctus du myocarde après la phase aiguë. Archive des maladies du coeur et des vaisseaux, Tome 94, n 7, juillet 2001, G. Leroy : Infarctus du myocarde : épidémiologie, physiopathologie, diagnostic, évolution, complications, traitement. Rev. Prat., 1998, 48, Décret n du 27 Mars 1998 fixant les catégories de personnes non médecins habilités à utiliser un défibrillateur semi-automatique. 8. Circulaire du 24 Octobre 2001, prise pour l application de l arrêté du 10 septembre 2001 relatif à la formation des secouristes à l utilisation d un défibrillateur semi-automatique. 9. Décret n du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et à l exercice de la profession d infirmier (dit décret de compétence infirmier) 10. European Society of Cardiology and the American College of Cardiology. Myocardial Infarction redefined - A consensus document of The Joint European Society of Cardiology/American College of Cardiology Committee for Redefinition of Myocardial Infarction. European Heart Journal ;21 : Klotwijk, Hamm. Acute coronary syndromes :diagnosis. Lancet.1999 ;353 (suppl.ii) : PH Stone, DS Raabe, AS Jaffe et al. Prognostic significance of location and type of myocardial infarction : independant adverse outcome associated with anterior location. J Am Coll Cardiol 1988 ;11 : JC Garcia-Rubira, I. Perez-Leal, JT Garcia-Martinez et al. The initial electrocardiogram pattern is a strong predictor of outcome in myocardial infarction. Int J Cardiol 1995 ;51 :

Introduction. 1 - Quels risques? 1 - Quels risques : cardiovasculaire. 1 - Quels risques : neurologique. 1 - Quels risques : respiratoire

Introduction. 1 - Quels risques? 1 - Quels risques : cardiovasculaire. 1 - Quels risques : neurologique. 1 - Quels risques : respiratoire FAUT-IL MEDICALISER LES TRANSFERTS SECONDAIRES? Contre! Dr Frédéric BERTHIER SAMU 44 CHU NANTES frederic.berthier berthier@chu-nantes.fr Introduction Les Les T2 SMUR sont justifiés par l'existence de patients

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

A.F.G.S.U. 1. Les Formations diplômantes. Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC.

A.F.G.S.U. 1. Les Formations diplômantes. Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC. A.F.G.S.U. 1 Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence Niveau 1 Arrêté du 3 mars 2006 Validité 4 ans Acquérir les connaissances nécessaires à l identification d une urgence à caractère médical

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence CESU 73 cesu 73 1 Sommaire historique et législation la chaîne de survie le défibrillateur semi automatique

Plus en détail

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé Plan d intervention Objectif La réglementation La chaîne de secours Objectif général

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER Le défibrillateur Dr Hamdi BOUBAKER Défibrillation ou Choc électrique externe le défibrillation: geste consistant à faire passer volontairement et brièvement un courant électrique dans le cœur en cas des

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL «Au-delà de l obligation réglementaire, un enjeu de prévention» EVOLUTION DES PROGRAMMES DE SST Des textes récents des ministères chargés de la santé et de l intérieur

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au

Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au Urgences Vitales le dispositif intra hospitalier au En 2008 27 rue du Docteur Lettry, BP 2233 56 322 LORIENT cedex Par L Péron I. Ce dispositif repose sur plusieurs axes : Une procédure d appel simple

Plus en détail

SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE

SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus ACLS SOINS AVANCÉS EN CARDIOLOGIE Hélène Quevillon, inf. Maître instructeur soins avancés en cardiologie (ACLS) Maître instructeur soins avancés en pédiatrie (APLS)

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

FORMATION À LA DÉFIBRILLATION DSA - DEA

FORMATION À LA DÉFIBRILLATION DSA - DEA FORMATION À LA DÉFIBRILLATION DSA - DEA Durée : 4h Personnels concernés : Tout le personnel volontaire. Formation au secourisme PROGRAMME DE LA FORMATION 1 re partie : Qu est ce que la fibrillation? Objectifs

Plus en détail

Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. Décembre 2006-SAMU 76B

Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. Décembre 2006-SAMU 76B Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. 1 La mort subite Affections cardio-vasculaires : 1ere cause de mortalité en France (32% des décès) Problème de santé publique «c est une mort non prévisible

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé l IDE seul face à une situation de détresse médicale Le contexte Un IDE peut, dans l exercice de sa profession, être confronté à une situation inopinée

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle Règlement ARTICLE I

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC

FORMATION VALIDANTE POUR LE DPC A.F.G.S.U. 1 Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence Niveau 1 Arrêté du 30 décembre 2014 Validité 4 ans Acquérir les connaissances permettant l identifi cation d une situation d urgence

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Gilles BAGOU anesthésiste réanimateur urgentiste SAMU-69, CHU-Lyon Gilles BAGOU - SAMU-69 - Lyon 1 déclaration de conflits d intérêt mon intervention

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste Poste occupé par : Depuis le : DOMAINE : médical Médecine d urgence INTITULE DU METIER Correspondance statutaire Qualification Corps des médecins Hospitaliers Exigences sur le poste Travail en 6 H UHCD,

Plus en détail

Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie

Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie Dr Rémi Gagnoud Service d Anesthésie-Réanimation CHU Limoges 4ème Rencontre Inter-régionale Neurostimulation externe et implantée, CH Esquirol, Limoges, juin

Plus en détail

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin.

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin. La mort subite est la conséquence d un arrêt cardiaque et respiratoire. Elle survient soudainement chez un individu qui se livre à ses occupations habituelles : au travail, en faisant ses courses, mais

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière Programme Formation formative Cette formation comprend 4 modules conformément à l arrêté du 26

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

ACTIVITÉ CLINIQUE : Pratique infirmière en réanimation cardiaque avancée

ACTIVITÉ CLINIQUE : Pratique infirmière en réanimation cardiaque avancée DÉFINITION : La pratique infirmière en réanimation avancée va au-delà de l application du massage cardiaque et de la ventilation. Elle comprend la lecture de bandes de rythme et l application d ordonnances

Plus en détail

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins 1 sur 7 Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins Synonymes : Fibrillation ventriculaire idiopathique Définition : Canalopathie autosomique dominante touchant 1 individu sur 2000 environ

Plus en détail

OBJECTIF. Harmoniser les pratiques, les soins, la formation. ! qualité des soins " coût #continuité. Dans le cadre d une fédération de l urgence

OBJECTIF. Harmoniser les pratiques, les soins, la formation. ! qualité des soins  coût #continuité. Dans le cadre d une fédération de l urgence harmonie OBJECTIF Harmoniser les pratiques, les soins, la formation! qualité des soins " coût #continuité Dans le cadre d une fédération de l urgence HARMONISATION POINT PAR POINT INDENTITE DU PATIENT

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Décret n 2012-565 du 24 avril 2012 relatif à la Commission nationale des

Plus en détail

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1 D. A. E Défibrillateur Automatisé Externe Med-Cdt Yann Coulon 1 DSA : Défibrillateur Semi Automatique DEA : Défibrillateur Entièrement Automatique Med-Cdt Yann Coulon 2 Décret 98-239 du 27 Mars 1998 :

Plus en détail

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Printemps des EHPAD Nice 26 mars 2015 SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE - S.U.A.P - ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Médecin Lt Colonel V. ALAUX-DHENIN, Responsable «Mission Médicalisation

Plus en détail

2. Organisation générale de la chaîne des secours

2. Organisation générale de la chaîne des secours Chapitre89 Rôle de l infirmier au Poste Médical Avancé J-Y. ANDRÉ, P. TURSIS, J. ASAPH, C. CHOLLET-XEMARD 1. Introduction En cas de survenu d un événement catastrophique, un certain nombre d installation

Plus en détail

LES ATELIERS DE L ANDIISS 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF

LES ATELIERS DE L ANDIISS 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF 1 L UTILISATION DES DEFIBRILLATEURS DANS LES EQUIPEMENTS SPORTIFS Sylvie MILED Pierre-Yves FAVREAU 2 Demain, devrons nous équiper tous les équipements sportifs en défibrillateurs?

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

Direction Générale de la Santé DOCUMENT FORMATEUR. Prévention et Secours Civiques niveau 1 (PSC 1)

Direction Générale de la Santé DOCUMENT FORMATEUR. Prévention et Secours Civiques niveau 1 (PSC 1) DOCUMENT FORMATEUR Prévention et Secours Civiques niveau 1 (PSC 1) Pédagogie Appliquée aux Emplois de Formateur en Prévention et Secours Civiques (PAE PSC) Référentiel interne de formation et de certification

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

F.C.I. FORMATIONS CONSEILS INCENDIE. Formations. S.S.T. (Sauveteur Secouriste du Travail) E.P.I. (Equipier de Première Intervention)

F.C.I. FORMATIONS CONSEILS INCENDIE. Formations. S.S.T. (Sauveteur Secouriste du Travail) E.P.I. (Equipier de Première Intervention) F.C.I. FORMATIONS CONSEILS INCENDIE Formations S.S.T. (Sauveteur Secouriste du Travail) E.P.I. (Equipier de Première Intervention) S.S.I.A.P. 1 (Service de Sécurité Incendie et d Assistance à Personnes)

Plus en détail

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) :

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : 1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : Ces activités comprennent : 1 les actes électrophysiologiques : - de rythmologie interventionnelle

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Diplôme d Ambulancier 1/14 1. CARACTERISTIQUES DE LA SPECIALITE 2. CERTIFICATS PROFESSIONNELS UNITAIRES (CPU) 3. VOIES D ACCES A LA CERTIFICATION 4. DISPOSITIF D EVALUATION

Plus en détail

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Centre Hospitalier Général de Valenciennes L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Journée AREPAC 2006 PRESENTATION Introduction Épidémiologie Historique

Plus en détail

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Etude TACT Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Arrêt cardiaque traumatique Survie

Plus en détail

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière

Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Prix qualité 2009 projet type A Infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST : réduction des délais de reperfusion par la mise en place d une alarme pré-hospitalière Olivier Grosgurin 1, MD, Jérôme

Plus en détail

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM 2009 1. La Défibrillation Automatisée Externe 1. 1. Définition : Défibrillation automatisée consiste à faire traverser le cœur en arrêt circulatoire

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 17/11/2012 Réf.: CMUB-042 Pagination : 1 de 7 Rédacteurs Date 17/11/2012 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 042 Dr Valérie Hamelin (Chenove) Approbation

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Epidémiologie ICA. ICA fréquente et grave. OAP fréquent et grave : 7% intra-hospitalier, 30-40% à 1 an

Epidémiologie ICA. ICA fréquente et grave. OAP fréquent et grave : 7% intra-hospitalier, 30-40% à 1 an Epidémiologie ICA ICA fréquente et grave mortalité 12-30%, ré-hospitalisations fréquentes la plus importante des dyspnées aiguës aux urgences ICA beaucoup plus grave que le SCA OAP fréquent et grave :

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

COMPTE RENDU DES DEBATS lors des deux JOURNEES DE FORMATION ANCESU (AMIENS -ALBI MAI 2006)

COMPTE RENDU DES DEBATS lors des deux JOURNEES DE FORMATION ANCESU (AMIENS -ALBI MAI 2006) COMPTE RENDU DES DEBATS lors des deux JOURNEES DE FORMATION ANCESU (AMIENS -ALBI MAI 2006) STRATEGIE DE FORMATION Quel est le délai d application AFGSU? * Pour l arrêté du 03 mars 2006, application immédiate

Plus en détail

INTERET ET LIMITES DU TIIH DANS LES TRANSPORTS INTER HOSPITALIERS. Marc FOURNIER SAMU13- APHM

INTERET ET LIMITES DU TIIH DANS LES TRANSPORTS INTER HOSPITALIERS. Marc FOURNIER SAMU13- APHM INTERET ET LIMITES DU TIIH DANS LES TRANSPORTS INTER HOSPITALIERS Marc FOURNIER SAMU13- APHM LES MOYENS DE TRANSPORT INTER HOSPITALIER Ambulance simple : 2 ADE, véhicule catégorie C type A ambulance conçue

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE

SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus SOINS IMMÉDIATS EN RÉANIMATION ET EN DÉFIBRILLATION EXTERNE AUTOMATIQUE Hélène Quevillon, inf. Maître-instructeure de soins avancés en réanimation cardiovasculaire

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES)

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES) HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION ACLS SOINS AVANCÉS EN RÉANIMATION CARDIOVASCULAIRE (FORMATION 14 HEURES) Unités de formation continue sont émises par la Faculté de l éducation permanente de l Université

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION AU CONCOURS D ENTREE AU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE D AMBULANCIERS

DOSSIER D INSCRIPTION AU CONCOURS D ENTREE AU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE D AMBULANCIERS INSTITUT DE FORMATION INTERHOSPITALIER THEODORE SIMON CJ/PV/23/11/2005 DOSSIER D INSCRIPTION AU CONCOURS D ENTREE AU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE D AMBULANCIERS 2 concours d entrée par an 2 sessions

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière Centre Hospitalier Régional d Orléans Centre d Enseignement des Soins d Urgence 45 Formation d adaptation à l emploi des Conducteurs ambulanciers de SMUR de la fonction publique hospitalière Formation

Plus en détail

L USIC du futur les USIC ont-elles un avenir?

L USIC du futur les USIC ont-elles un avenir? L USIC du futur les USIC ont-elles un avenir? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 Groupe Urgences et Soins Intensifs de Cardiologie

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES

SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES Votre syndrome d'apnée du sommeil peut provoquer une somnolence et une baisse de votre vigilance dans la journée. Sans une prise en charge

Plus en détail

Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires :

Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires : Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires : Ligue Cardiologique Belge Plate-forme d informations et d échanges autour des maladies cardiovasculaires en Belgique au service des patients.

Plus en détail

Arrêt cardiaque. Les Chevaliers du Coeur. rea app. www.osez-sauver.be. Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge

Arrêt cardiaque. Les Chevaliers du Coeur. rea app. www.osez-sauver.be. Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge Arrêt cardiaque rea app Actions Coeur Les Chevaliers du Coeur Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge www.osez-sauver.be 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

Le premier et le seul Défibrillateur Entièrement Automatique équipé d une réelle assistance au massage cardiaque Intègre la technologie Un Défibrillateur Automatisé Externe (DAE) 100% utile. En cas

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

Service médical. Organisation médicale

Service médical. Organisation médicale Service médical Organisation médicale 2014 Équipes Médicales: Médecins : - DR André Chaumont, anesthésiste-réanimateur, médecin SAMU 22,médecin chef de l épreuve - DR Marie Stephan médecin urgentiste,

Plus en détail

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation automatisée externe par le public Conférence d Experts Coordonnateur : Pr P

Plus en détail

Les fourmis du réveil

Les fourmis du réveil Les fourmis du réveil PREAMBULE Suite au décret du 05-12-94 notifiant la nécessité de mettre en conformité la salle de réveil ( SSPI ) : opérationnelle 24h/24h, et sachant que les besoins de notre bloc

Plus en détail

en santé simulation in situ Au sein de votre service, entraînez vos équipes à la résolution de situations critiques

en santé simulation in situ Au sein de votre service, entraînez vos équipes à la résolution de situations critiques Le Collège des hautes études en médecine (CHEM), fondé en Bretagne en 1988, fait partie des premiers organismes français habilités au titre du développement professionnel continu (DPC). Le CHEM propose

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme

Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière. Programme Formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de Smur de la fonction publique hospitalière Programme Formation formative Cette formation comprend 4 modules conformément à l arrêté du 26

Plus en détail

Urgences thoraciques. Tri IOA et préparation des patients aux examens radiologiques

Urgences thoraciques. Tri IOA et préparation des patients aux examens radiologiques Urgences thoraciques { Tri IOA et préparation des patients aux examens radiologiques Rémi Rupin / Mickael Perchoc IDE SAU Les ateliers de CERPICO Décembre 2013 Service d Accueil des Urgences (SAU) Hopital

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement de l asystolie et de l'activité électrique sans pouls (toute activité électrique excluant la FV ou la TV) NUMÉRO: 12.02 DATE : Janvier 2005 RÉVISÉE : Février

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

Les nouveaux statuts : validation des acquis de l expérience? Universitarisation des diplômes?

Les nouveaux statuts : validation des acquis de l expérience? Universitarisation des diplômes? Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. Les nouveaux statuts : validation des acquis de l expérience? Universitarisation des diplômes? Jean-Louis

Plus en détail