ÉCONOMIE & STRATÉGIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCONOMIE & STRATÉGIE"

Transcription

1 BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 24 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : l épineuse question d acheter ou vendre Chine : vent de panique, vente panique États-Unis : attendons la Fed, pour une poignée de dollars MARCHÉS L EPINEUSE QUESTION D ACHETER OU VENDRE Chaque investisseur scrute la correction de marché qui a lieu actuellement pour déterminer si elle est passagère et s il s agit d une opportunité d achat ou, au contraire, si nous sommes au début d un bear market et qu il est encore temps de vendre les actifs risqués? 20,000 18,000 2,000 16,000 14,000 12,000 10,000 1, ,000 S&P 500 Index (R.H.S.) US Economic Activity Pour répondre à cette épineuse question, plusieurs éléments doivent être pris en compte. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 1/10

2 1- Il est essentiel de garder à l esprit qu un portefeuille doit constamment être construit de manière diversifiée, pour profiter des marchés haussiers mais également afin de passer les périodes de contre-performance sans trop de dégâts. Ce travail stratégique permet de générer la grande majorité de la performance à long terme. 2- Il est ensuite nécessaire d anticiper les principales tendances du cycle économique dans le but d identifier les phases d expansion et de contraction de l activité. Cette tactique d investissement permet d améliorer encore la performance du portefeuille. Depuis plusieurs années, les marchés boursiers progressent nettement plus vite que ne le justifient la croissance économique et, in fine, celle des bénéfices des sociétés. Une bulle financière se forme (cf. graphique en première page). Les niveaux de valorisation étant très élevés (cf. graphique ci-dessous), une correction significative est possible à chaque instant. L analyse tactique doit en tenir compte. Dans ce type de situation, somme toute assez rare, le déclencheur n est pas d ordre macroéconomique mais souvent lié à un choc de confiance de la part des investisseurs Long-Term Interest Rates (L.H.S.) Price-Earnings Ratio (CAPE, P/E10) Typiquement, les prochains mois pourraient tout à fait confirmer la vigueur de l activité économique aux Etats-Unis, en Europe et au Japon, et, dans le même temps, être le théâtre d une forte contraction des marchés boursiers. La hausse des taux de la Réserve Fédérale américaine (cf. article en page 5) ou les inquiétudes autour de la Chine (cf. article en page 3) serviraient, par exemple, de catalyseur à la chute. Ces éléments ne seraient pas la cause véritable du bear market mais des artifices utilisés par les investisseurs pour le rendre rationnel. Chacun doit donc prendre en compte la probabilité d occurrence d une perte de confiance généralisée en réduisant, plus ou moins, son exposition aux actifs risqués. Au vu des niveaux de valorisation actuels, peu importe quand aura lieu la correction boursière de grande ampleur, il faut être prudent jusqu à ce qu elle se matérialise... que ce soit dès aujourd hui ou dans deux ans. La raison le recommande. 2/10 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

3 CHINE VENT DE PANIQUE, VENTE PANIQUE La publication d un indice flash PMI à un plus bas depuis mars 2009 a ravivé les craintes entourant la croissance chinoise, l indice des actions locales effaçant les gains réalisés en Cet épisode baissier rappelle la correction de juin-juillet. Si cette chute s était alors essentiellement expliquée par des facteurs locaux à savoir les ventes massives par des investisseurs de type retail de positions souvent financées par de la dette il semblerait que cette fois des éléments internationaux aient tenu un rôle significatif. A l instar de la Chine, la zone asiatique, la majorité des devises émergentes mais également les économies développées ont été affectées par cette trajectoire baissière. Ce constat participe d un mouvement de vente généralisé dans un contexte d aversion au risque accrue, les investisseurs se détournant de marchés financiers n ayant ni claire direction ni réelle conviction. Les interrogations encore vives sur une potentielle dévaluation du yuan, les questions portant sur la politique de la Fed et la chute des prix pétroliers en sont les éléments déclencheurs. L objectif ambitieux des 7% de croissance réelle voulu par Pékin reste irréaliste alors que ni la consommation privée ni le secteur immobilier ne pourront offrir de relais de croissance fiables. Il convient toutefois de ne pas sous-estimer la volonté politique clairement affichée de restaurer la situation macroéconomique du pays. L assainissement de la dette des gouvernements locaux, le ton budgétaire et monétaire ou les mesures plus ponctuelles en sont des exemples concrets. Il est par ailleurs très possible que la Banque Populaire de Chine procède dans les jours à venir à une baisse de ses taux directeurs ou des réserves obligatoires. Le moindre ancrage local de cette correction subordonne davantage le comportement à venir des actions chinoises aux dynamiques internationales, diluant quelque peu l effet des mesures accommodantes domestiques. A cet égard, il est probable que les investisseurs se détournent à

4 court terme de la Chine eu égard aux trop nombreuses incertitudes macroéconomiques (cf. yuan, croissance), accentuant d autant les pressions vendeuses actuelles. A terme, nous maintenons cependant notre vue neutre sur les actions chinoises internationales. En plus de la puissance de feu monétaire et budgétaire de Pékin, les niveaux de valorisation relatifs sont attractifs au regard de la qualité des fondamentaux (cf. graphiques en page précédente). A notre sens, le principal risque pour l économie chinoise réside dans une application maladroite des mesures de relance. La correction de juillet et son lot de mesures prises dans l urgence au mauvais moment avaient entaché la crédibilité des organes monétaires. La Chine dispose de réserves suffisantes pour réorienter son modèle de croissance qu il convient d utiliser à bon escient. Le yuan devrait suivre une trajectoire de relative stabilité même si une modeste dépréciation n est pas à exclure. Si la réalité fondamentale plaide pour une dépréciation, les fortes velléités d internationalisation, la tant désirée reconnaissance du yuan comme devise-réserve auprès du FMI et comme devise de paiement privilégiée sont des forces encourageant une relative stabilité. De plus, une dévaluation forte et purement mercantiliste serait en total désaccord avec l ambition de s affranchir de l ancien modèle économique l export massif de biens à faible/moyenne valeur ajoutée pour privilégier une croissance domestique. Plus généralement, ces derniers développements n améliorent pas le cas des pays émergents sur lesquels nous maintenons notre vue négative. Le cycle défavorable des matières premières et l environnement propice à l appréciation du billet vert sont autant d obstacles qui s ajoutent à la dégradation continue des marges bénéficiaires et la compétitivité des économies émergentes. La persistance de ces catalyseurs ne devrait pas renverser la tendance de dépréciation des pays émergents par rapport aux développés pour le restant de ÉTATS-UNIS ATTENDONS LA FED, POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS La Réserve Fédérale américaine valide notre scénario d une hausse des taux en octobre, plutôt qu en septembre, comme en témoigne la déception des investisseurs et la nouvelle baisse des taux souverains américains à deux et dix ans (cf. graphique ci-dessous). Les minutes de son dernier comité de politique monétaire indiquent que les conditions économiques pour une hausse des taux d'intérêt aux États-Unis "approchent", mais que des doutes subsistent au niveau du marché du travail, de l'inflation salariale et de la croissance mondiale. Ces interrogations sont suffisamment importantes aux yeux des gouverneurs de la banque centrale pour qu ils veuillent obtenir davantage de certitudes, quant à la vigueur 4/10 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

5 de l économie américaine au troisième trimestre, avant d accroitre le loyer de l argent. Ce sera chose faite le 28 octobre. --- US 10-Year Bond Yield (%) --- US 2-Year Bond Yield (%) Si les investisseurs se focalisent autant sur la remontée des taux américains c est que la Fed n a pas effectué un tel mouvement depuis presque une décennie. Il est compréhensible que cette décision génère des appréhensions. Elle va modifier l environnement macroéconomique mondial et l attractivité des marchés financiers. Mais plus que la date exacte du premier mouvement de taux, que ce soit en septembre, en octobre, ou après, c est la cadence de cette remontée qui sera déterminante. Elle donnera des indications sur la viabilité de la mesure. Si l inflation accélère au moment où la Fed remonte ses taux, les investisseurs auront le sentiment que la banque centrale américaine est en retard sur le cycle économique (behind the curve) et qu elle devra donc durcir sa politique monétaire plus vite et plus fort qu escompté (à savoir 100 points de base par an). Les marchés obligataires et boursiers pourraient ne pas apprécier. Aujourd hui, l inflation semble à des niveaux très bas. En réalité, ce n est que partiellement vrai. Elle est surtout impactée par la contraction des prix de l énergie. Si l on observe l inflation sous-jacente, l indice des prix excluant entre autres ceux de l énergie, nous sommes à un niveau de croissance annuel compris entre 1.3% et 1.8%, donc proche du seuil de 2% (cf. graphique de gauche). En outre, les salaires sont tendanciellement orientés à la hausse. Ils pourraient augmenter de 2.5% dans le courant de l année prochaine (cf. graphique de droite), ce qui devrait générer un regain d inflation. Or, la Fed sera très attentive à ce qu une boucle prix-salaires ne s amorce pas. Pour toutes ces raisons, le rythme de remontée des taux devrait avoisiner 100 points de base par année, ce qui pourrait se concrétiser par une hausse de 0.25% chaque trimestre.

6 US Consumer Price Index (core, %YoY) US Personal Consumption Expenditures Deflator (core, %YoY) US Wages & Salaries : Private Industry (R.H.S.) Companies Planning to Raise Workers Compensation Le dollar s est largement apprécié face aux principales devises l an dernier mais, comme nous l escomptions, il a marqué une pause salutaire au cours des derniers mois (cf. graphique ci-dessous). --- EUR/USD Exchange Rate Year Spread (EURvsUSD, L.H.S.) Clairement, une partie de la hausse de taux a déjà été anticipée et intégrée dans le taux de change. En revanche, vu qu il sera plus attractif de placer des liquidités en dollars, les opérations de portage (carry trade) devraient reprendre. Elles soutiendront le billet vert contre les principales devises, à mesure que les rendements américains augmenteront. Dans cette optique, nos analyses économétriques montrent que le dollar pourrait s échanger à parité avec l euro d ici la fin d année. 6/10 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

7 Les commentaires de la Fed ont également profité aux actifs refuges, comme l'or ou le franc suisse, qui tentent tous deux de reprendre des couleurs après quelques semaines difficiles. La monnaie helvétique, qui oscille entre 1.00 et 1.10 depuis l abandon du cours plancher en janvier dernier, a récemment flirté avec le haut de ce canal il y a quelques jours, à le 12 août (cf. graphique de gauche). Il pourrait être judicieux d en accumuler quelque peu pour profiter de ce retournement, en vue d aller retrouver des niveaux inférieurs à Ce ne sont que quelques centimes mais ils peuvent être profitables. --- EUR/CHF Exchange Rate --- Gold Price Index (USD) Quant à l once de métal jaune, il semble techniquement en route pour aller tester le haut de son canal baissier, actuellement situé à 1'240 dollars l once (cf. graphique de droite). Là encore, une poignée de dollars

8 PREVISIONS ECONOMIQUES Contributions à la croissance de l'activité économique mondiale Economic Activity GDP 2013 GDP 2014 GDP 2015 Economist Estimates Country Weights Contribution 2014 United States 1.9% 2.4% 2.3% 22.9% 0.55% Canada 1.8% 2.4% 1.2% 2.1% 0.05% Euro Area -0.4% 0.9% 1.4% 14.4% 0.13% United Kingdom 1.8% 2.6% 2.6% 3.8% 0.10% Switzerland 1.9% 1.9% 0.6% 0.8% 0.01% Russia 1.3% 0.5% -3.6% 2.1% 0.01% Japan 1.7% 0.2% 0.9% 5.0% 0.01% China 7.7% 7.4% 6.9% 16.5% 1.22% India 5.0% 5.4% 7.4% 3.7% 0.20% Brazil 2.2% 0.1% -1.8% 2.4% 0.00% Mexico 1.2% 2.1% 2.5% 1.7% 0.04% Others 5.2% 4.5% 4.2% 24.6% 1.10% WORLD 3.4% 3.4% 3.3% 100% 3.4% Source : Bloomberg Momentum (vs Last Estimates) Performance (Over \ Under) Remarques : Croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) en 2013 et Prévisions en Le poids de chaque pays est calculé à partir de son PIB en USD, sur la base des chiffres de la Banque Mondiale. La contribution à la croissance mondiale est calculée de la manière suivante : croissance du PIB de chaque pays multiplié par son poids. La somme des contributions donne 3.5%, soit une bonne estimation de la progression du PIB mondial en /10 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

9 MARCHES FINANCIERS Performances des principaux indices internationaux Markets Performances (local currencies) Last Price 1-Week (%) 1-Month (%) Year-to-Date (%) Last Year (%) Equities World (MSCI) % -7.6% -3.0% 4.8% United States (S&P 500) 1' % -6.8% -3.0% 13.7% Euro Area (DJ EuroStoxx) % -10.3% 8.3% 5.0% United Kingdom (FTSE 100) 5' % -7.8% -2.8% 1.0% Switzerland (SMI) 8' % -6.2% 0.8% 12.9% Japan (NIKKEI) 18' % -6.7% 12.3% 9.0% Emerging (MSCI) % -13.3% -13.4% -2.0% Bonds (Bloomberg/EFFAS) United States (7-10 Yr) 1.98% 1.3% 2.4% 2.9% 8.9% Euro Area (7-10 Yr) 1.68% 0.2% 1.1% 0.2% 14.0% Germany (7-10 Yr) 0.56% 0.7% 1.7% 0.9% 12.0% United Kingdom (7-10 Yr) 1.78% 1.3% 3.0% 1.2% 11.7% Switzerland (7-10 Yr) -0.21% 0.2% 2.0% 4.8% 7.2% Japan (7-10 Yr) 0.35% 0.1% 0.5% 0.2% 5.0% Emerging (5-10 Yr) 4.99% -0.8% -1.3% 1.2% 7.7% United States (IG Corp.) 3.35% 0.6% 0.9% 0.1% 7.6% Euro Area (IG Corp.) 1.12% 0.1% 0.6% -0.2% 8.1% Emerging (IG Corp.) 4.51% -0.6% -1.2% 0.7% 5.7% United States (HY Corp.) 7.65% -0.8% -2.5% 0.4% 1.6% Euro Area (HY Corp.) 4.32% -0.6% -1.2% 1.6% 5.5% Emerging (HY Corp.) 10.06% -1.5% -3.7% 4.1% -2.6% United States (Convert. Barclays) % -4.0% -1.9% 7.7% Euro Area (Convert. Exane) 7' % -4.0% 4.1% 4.5% Real Estate World (MSCI) % -2.0% -0.7% 15.2% United States (MSCI) % 0.8% -0.7% 28.1% Euro Area (MSCI) % -2.6% 14.3% 19.1% United Kingdom (FTSE) 6' % 1.0% 6.4% 19.7% Switzerland (DBRB) 3' % 0.6% 2.8% 14.6% Japan (MSCI) % -0.1% 6.7% -6.3% Emerging (MSCI) % -14.0% -10.8% -3.4% Hedge Funds (Dow Jones) Hedge Funds Industry 570 n.a. 0.9% 2.9% 4.1% Distressed 761 n.a. -0.7% -0.8% 2.6% Event Driven 647 n.a. 0.2% 2.2% 1.6% Fixed Income 304 n.a. 0.3% 1.1% 4.4% Global Macro 917 n.a. 1.3% 3.9% 3.1% Long/Short 687 n.a. 1.5% 5.1% 5.5% Managed Futures (CTA's) 320 n.a. 4.3% 0.1% 18.4% Market Neutral 265 n.a. 0.6% 0.2% -1.2% Multi-Strategy 523 n.a. 1.0% 4.3% 6.1% Short Bias 29 n.a. 3.9% -5.4% -5.6% Commodities Commodities (CRB) % -4.6% -12.2% -11.9% Gold (Troy Ounce) 1' % 6.9% -2.3% -1.1% Oil (Brent, Barrel) % -21.0% -20.5% -49.7% Currencies USD % -3.4% 4.0% 12.8% EUR % 4.9% -4.8% -12.0% GBP % 1.6% 1.2% -5.9% CHF % 2.8% 6.1% -10.2% JPY % 3.2% -0.1% -12.1% Source : Bloomberg Momentum (1-week / 1-month / 3-month) Performance (Negative \ Positive)

10 AVERTISSEMENT La présente brochure a été élaborée par Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., 18 rue de Hesse, 1204 Genève, Suisse. Edmond de Rothschild (Europe), établie au 20 boulevard Emmanuel Servais, 2535 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg et placée sous la supervision de la Commission de Surveillance du Secteur Financier à Luxembourg, ainsi que Edmond de Rothschild (France), Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de euros, soumise au contrôle de L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dont le siège social est situé 47, rue du Faubourg Saint-Honoré PARIS, se contentent de mettre à disposition de leurs clients ladite brochure dans leurs propres locaux ou dans les locaux de leurs succursales. Les données chiffrées, commentaires, analyses et les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure reflètent le sentiment d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., quant à l évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession à ce jour. Les données chiffrées, commentaires, analyses les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure peuvent s avérer ne plus être actuels ou pertinents au moment où l investisseur prend connaissance de la brochure, notamment eu égard à la date de publication de cette dernière ou encore en raison de l évolution des marchés. Chaque analyste mentionné dans le présent document certifie que les points de vue qui y sont exprimés à l endroit des entreprises et des titres qu il est amené à évaluer reflètent précisément son opinion personnelle. Sa rémunération n est pas liée directement ou indirectement à des recommandations et opinions particulières émises dans ce document. Des détails sur la méthodologie de notation de Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. sont disponibles gratuitement sur simple demande. En aucun cas, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée par une décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base desdits commentaires et analyses. Par ailleurs, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée en raison d un dommage subi par un investisseur et résultant du contenu ou de la mise à disposition de cette brochure. En effet, cette brochure a vocation uniquement à fournir des informations générales et préliminaires aux investisseurs qui la consultent et ne saurait notamment servir de base à une quelconque décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation. Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. recommande dès lors à chaque investisseur de se procurer les différents descriptifs réglementaires de chaque produit financier avant tout investissement, pour analyser son risque et forger sa propre opinion indépendamment, en s entourant au besoin, de l avis de tous les conseils spécialisés dans ces questions afin de s assurer de l adéquation de cet investissement à sa situation financière et fiscale. Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps. Ces données ne peuvent être reproduites ni utilisées en tout ou partie. Copyright EDMOND DE ROTHSCHILD (Suisse) S.A. Tous droits réservés. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. Rue de Hesse GENÈVE Suisse - T Avenue Agassiz LAUSANNE Suisse T Rue de Morat FRIBOURG Suisse T /10 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 27 JUIN 2016 CONCLUSIONS : Marchés : Brexit la voie de l incertitude La persistance de l incertitude politique devrait favoriser les comportements d aversion

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 17 th November Interconnection BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 23 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs regardent la bourse chinoise avec des lunettes roses Chine : l économie ralentit

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 FEVRIER 15 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs sont-ils en phase avec la croissance? Europe : faut-il croire au miracle? Japon : que reste-t-il dans le carquois?

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MAI 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE NOVEMBRE 215 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 5 OCTOBRE 15 CONCLUSIONS : États-Unis : aurons-nous droit à la révolution d octobre? Emergents : comparaison est raison ÉTATS-UNIS AURONS-NOUS DROIT A

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU ER JUIN 5 CONCLUSIONS : Suisse : un pied en récession, l autre en expansion Emergents : les revers d une devise forte SUISSE UN PIED EN RÉCESSION, L AUTRE

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 14 DECEMBRE 215 CONCLUSIONS : Marchés : l heure du dénouement approche Chine : le yuan s affranchit progressivement du dollar États-Unis : l investissement

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 11 MAI 2015 CONCLUSIONS : Marchés : Janet Yellen dans les pas d Alan Greenspan Obligations : comment expliquer la récente hausse des taux? Emergents : la relation

Plus en détail

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015 STRATEGIE D INVESTISSEMENT COMMENTAIRES A PROPOS DE LA GRECE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 1/8 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/8 SYNTHÈSE Une fois

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 2 JANVIER 215 CONCLUSIONS : Suisse : la BNS déterre la hache de guerre Marchés : comment en profiter? SUISSE LA BNS DETERRE LA HACHE DE GUERRE Le 15 janvier 215, la

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 11 AVRIL 2016 CONCLUSIONS : Marchés : le franc suisse peut-il chuter "naturellement"? La BNS a pris le relais des entreprises suisses, qui ont cessé de

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE JANVIER 2016 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations...

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1

1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1 EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 04 JUILLET 2016 CONCLUSIONS : Actualité économique : L après Brexit L activisme des banques centrales en cas d envolée de l incertitude politique liée

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 17 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : au-delà de la Grèce, les matières premières inquiètent Zone Euro : il faut persévérer dans l effort Turquie : les

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 JUILLET 1 CONCLUSIONS : Marchés : c'est au tour de la Réserve Fédérale de relever la complaisance excessive des investisseurs Europe : la croissance est montrée

Plus en détail

66 65.8 64.0 63.5 61.0 58.5 58.4 8/31/2013 = 63.2% 63.2 60.1 59.6 58.8 57.1 56.2 55.8

66 65.8 64.0 63.5 61.0 58.5 58.4 8/31/2013 = 63.2% 63.2 60.1 59.6 58.8 57.1 56.2 55.8 HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 SEPTEMBRE 213 CONCLUSIONS : États-Unis : les rendements du Trésor à 3%! L'euro est affaibli par les inquiétudes de Mario Draghi et par la situation géopolitique en Syrie Le franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 4 JANVIER 2016 CONCLUSIONS : Marchés : en 2016, il sera préférable d avoir la santé Scénario macroéconomique : 2016, une transition économique à haut

Plus en détail

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Juillet-Août 2010 LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Les prix qui avaient baissé de 5 à 10% en 2009 ont regagné le terrain perdu depuis le début de l année. Les prix de l ancien nous semble toutefois

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT POLITIQUE DE PLACEMENT AOUT 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale...

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels La patience de la Fed bientôt à bout? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients A lors que la grande majorité

Plus en détail

GT Opportunités RAPPORT 2014

GT Opportunités RAPPORT 2014 GT Opportunités RAPPORT 2014 Code ISIN : FR0010308783 (Parts A) Dénomination : GT Opportunités Forme juridique : Fonds commun de placement de droit français Classification : OPCVM de fonds alternatif Objectif

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU JUILLET CONCLUSIONS : Marchés : la crise grecque monte d un cran Zone Euro : aussi incroyable que cela puisse paraitre, la croissance s accélère! Emergents

Plus en détail

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui!

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! Point de vue macroéconomique Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! par Bruno Jacquier Bonne surprise pour l économie Suisse! Alors que nous redoutions une stagnation, le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE RAPPEL DU CONTEXTE La baisse du marché actions chinois entamée depuis juin dernier a connu son plus violent épisode durant la journée de lundi et s est notamment propagée

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MARS 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITE D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce

Taux: quatre idées d investissement après la Grèce Taux: quatre idées d investissement après la Grèce La crise grecque est passée du stade aigu au stade chronique et les investisseurs obligataires européens repartent à la chasse au rendement, avec à la

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU JUILLET 15 CONCLUSIONS : Marchés : une nouvelle source d énergie pour soutenir le Bull Market Royaume-Uni : l Europe qui performe Iran : irremplaçable?

Plus en détail

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C 49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C -SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGRÉMENT N GP95012 TVA

Plus en détail

Contexte de marché au 30 juin 2010

Contexte de marché au 30 juin 2010 DeriveXperts Spécialiste de la valorisation indépendante des produits structurés Contexte de marché au 30 juin 2010 Le second trimestre 2010 a vu se développer une crise dont le déclenchement a été une

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement Stratégie d investissement SG Private Banking Lettre de la Stratégie d Investissement AVRIL 2009. N 26 Éditorial Il est désormais acquis que l activité connaît dans les pays développés une récession sans

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 18 JUILLET 2016 CONCLUSIONS : Actualité économique : Une stabilisation de la croissance émergente Malgré un rendement marginal décroissant, la Chine peut

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

Commentaire mensuel sur les marchés

Commentaire mensuel sur les marchés Commentaire mensuel sur les marchés Perturbations, inquiétude et confusion sur les marchés Une gestion méthodique est essentielle pour garder son calme et maintenir le cap L intérêt d une méthode de gestion

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

La Française PEA Flex

La Française PEA Flex Accédez à la gestion flexible Patrimoine Flexible PEA Flex De la souplesse pour votre épargne Des marchés financiers incertains Une exposition figée aux marchés actions peut générer une performance décevante.

Plus en détail

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens?

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? 11 JANVIER 2016 Par Yves Maillot Directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management S uite au fort

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Pictet-Absolute Return Fixed Income

Pictet-Absolute Return Fixed Income Pictet-Absolute Return Fixed Income Une bonne couverture pour un hiver volatil Frédéric Rollin Janvier 2015 Les taux des obligations souveraines européennes ont enfoncé leurs plus bas : le taux de l OAT

Plus en détail

Vontobel Investment Banking. Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or

Vontobel Investment Banking. Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or Vontobel Investment Banking Vontobel Voncash Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or Optimiser les placements sur le marché monétaire avec des devises et de l or La

Plus en détail

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012 18 Bd Montmartre 75009 Paris - Tél : 01 42 68 86 00 SINFONI Optima Fonds diversifié de droit français 1er juin 2012 «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

FED Tapering «évolutif» mais maintien d une politique supportive. ECB Biais baissier sur les taux à court terme et politique accommodante.

FED Tapering «évolutif» mais maintien d une politique supportive. ECB Biais baissier sur les taux à court terme et politique accommodante. Anticipations Q4 2013 EUR/USD EUR/Yen EUR/Yuan EUR/CHF 1.3583 133.61 8.2767 1.2319 ytd% 2.96 16.72 0.66 2.01 S&P500 Nikkei 225 China SI 300 Eurostoxx50 1756.54 14327.94 2373.72 3067.95 ytd% 23.16 37.83-5.91

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - FÉVRIER 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Inflation américaine % Chômage américain %

Inflation américaine % Chômage américain % FLASH MARCHÉS Rédigé le 17 juin 2013 Violent décrochage de la dette émergente : l opportunité d accroître ses positions? Le point avec Brigitte Le Bris, directeur taux internationaux et devises, Clothilde

Plus en détail

Vision Macro. Belfius Research. États-Unis : la probabilité d'une hausse de taux en juin augmente. 2

Vision Macro. Belfius Research. États-Unis : la probabilité d'une hausse de taux en juin augmente. 2 mai 2016 Vision Macro Belfius Research États-Unis : la probabilité d'une hausse de taux en juin augmente. 2 Zone euro: croissance honorable au premier trimestre 4 Chine : une hausse de l inflation qui

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

SAF GBMN 300 USD Classe G

SAF GBMN 300 USD Classe G Reporting mensuel juin 2010 Valeur liquidative Performances Global Bond Market Neutral Millions USD Encours du fonds 487 Capit. : 16245.41 USD Sur 1 mois : 0.26% Fonds luxembourgeois 364 Depuis le 28/06/01

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Cette Lettre Vision Pétrole aborde les perspectives du marché pétrolier et informe des modifications du fonds LFP ENFA Vision

Plus en détail

DE Planification SA Conseiller institutionnel. Solutions et alternatives pour les investissements obligataires en CHF 23 avril 2013

DE Planification SA Conseiller institutionnel. Solutions et alternatives pour les investissements obligataires en CHF 23 avril 2013 DE Planification SA Conseiller institutionnel Solutions et alternatives pour les investissements obligataires en CHF 23 avril 2013 Structure de la présentation 2 1. Point de situation sur les obligations

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

Reverse Convertibles

Reverse Convertibles Reverse Convertibles Le prospectus d émission du titre de créance complexe a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 24 Novembre 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Janvier 2008 Philipp Vorndran Senior Investment Strategist, Multi-Asset

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à échéance Un objectif de rendement de 8 % par an Une durée d investissement conseillée de 8 ans

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? GENÈVE, LE 11 AVRIL 2013 BRUNO JACQUIER BANQUE PRIVÉE PARTIE 1 LA PARITÉ DES POUVOIRS D ACHAT BANQUE PRIVÉE EDMOND DE ROTHSCHILD S.A. 2 EXPLICATION THÉORIQUE ÉQUILIBRE

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

-.! / * 0' / '+ 2 -# (+) 3 4/ $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - + -# 6 0 / 1 -. 3+ +*0 % ()"+ 0'*. * -/# $ + * &

-.! / * 0' / '+ 2 -# (+) 3 4/ $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - + -# 6 0 / 1 -. 3+ +*0 % ()+ 0'*. * -/# $ + * & #$ & '()* *+ #, -. &# * 0' '+ +0& + $-#, + #, 2 -# (+) 3 4 $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - '-* + -# 6 0-0&+ -. 3+ +*0 #+' + ()+ 0'*. +# LE POINT SUR LES MARCHÉS 7&8, && - +# 9 + #, : ;* '# < ** + *. * & *#

Plus en détail

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain Pictet-Timber Meilleure visibilité sur l immobilier américain Frédéric Rollin Août 2014 L activité immobilière américaine reprend fortement et devrait accélérer en 2015. Dès lors, les prix du bois de construction

Plus en détail