SOLVABILITE II. Conférence du jeudi 3 juin Grant Thornton International. All rights reserved.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOLVABILITE II. Conférence du jeudi 3 juin 2010. Grant Thornton International. All rights reserved."

Transcription

1 SOLVABILITE II Conférence du jeudi 3 juin 2010 Grant Thornton International. All rights reserved.

2 Sommaire 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance 3. Une évolution majeure dans la gestion des risques 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques 5. Les différents chantiers à mener / une approche pragmatique 2

3 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances 3

4 1.1 Une nouvelle approche de la solvabilité 1.2 Des impacts à plusieurs niveaux 1.3 Le processus d'élaboration et 'adoption européen 1.4 Les thèmes du jour 4

5 1.1Une nouvelle approche de la solvabilité 5

6 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances La mesure de la solvabilité ne se réduit plus à un indicateur mais s'organise autour de trois piliers : Pilier un : un double ratio réglementaire. Pilier deux : un processus d'évaluation interne des risques qui s'appuie sur un dispositif de gouvernance contraint. Pilier trois : une information sur la solvabilité à destination du régulateur et des marchés financiers. Une approche plus fine de la solvabilité : Identification d'un éventail plus large de risque Approche de Valeur en Risque, Processus parallèle d'évaluation interne des risques (type de risque et coût du risque). Option pour un modèle interne total ou partiel. 6

7 1.2Des impacts à plusieurs niveaux 7

8 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances Opérationnels Impacts Organisationnels Comptables et financiers 8

9 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances Solvabilité II : des impacts à plusieurs niveaux Aspects opérationnels : o Repricing des risques et notamment charge en capital à prévoir nettement plus importantes pour: Les catastrophes naturelles, Les risques dit de "long tail". o Allocation d'actifs : coût en capital probablement plus élevé : Des actions, De l'immobilier. 9

10 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances Solvabilité II : des impacts à plusieurs niveaux (suite) Aspects organisationnels : Mise en place d'un dispositif capable de suivre et d'identifier les différents risques existants ou émergeants et de les valoriser (ORSA). Mise en place d'une nouvelle organisation. Aspects comptables et financiers: Production de données réglementaires Solvabilité II, Mise en œuvre des systèmes d'information adéquats, Procédures écrites. 10

11 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances Solvabilité II: des impacts à plusieurs niveaux (suite) Communication financière : Publication d'un rapport sur les risques / évolution Solvabilité II à gérer en parallèle avec les évolutions des normes IFRS (IFRS 4 deuxième phase et IFRS 9). 11

12 1.3Le processus d'élaboration et d'adoption européen 12

13 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances Adoption en 2009 d'une directive européenne de niveau un. Elaboration en cours des mesures de niveau deux qui devraient faire l'objet du vote de directives d'application en 2011 ou Début de l'élaboration de mesures de niveau trois en 2010 (recommandation des organismes de régulation dont le CEIOPS au niveau européen). Après quoi, transposition en droit national des directives européennes de niveau un et deux pour une application de Solvabilité II au 31 Décembre 2012 dans les différents pays européens. 13

14 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances Solvabilité II : le processus d'adoption européen La mise au point des différentes mesures d'application se fait par allers et retours entre les différentes parties prenantes, dont les compagnies d'assurance et le CEIOPS. Ce processus inclut des études d'impact quantitatives au cours desquelles les compagnies d'assurance testent les conséquences de telle ou telle mesure sur leurs fonds propres et leur marge de solvabilité. Les retours des études d'impact permettent aux compagnies d'assurance d'anticiper les besoins et d'influer sur les formules de calculs de besoin en fonds propres incluses dans les directives d'application. Enfin, décisions de la commission et vote du parlement 14

15 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances Solvabilité II : le processus d'adoption européen Le périmètre Solvabilité II n'est pas stabilisé, les formules de calcul, notamment, sont encore susceptibles d'évoluer de façon significative. De nombreuses incertitudes sur le calibrage A notre connaissance, les compagnies d'assurance marocaines n'ont pas participé au processus d'études quantitatives et l'adoption sans études d'impact préalables, pourrait engendrer des surprises. 15

16 1.4 Les thèmes de notre conférence 16

17 1. Une évolution majeure pour le secteur des assurances Lors de cette conférence, nous allons nous concentrer sur trois facettes de la directive Solvabilité II avant de conclure. La Gouvernance, Le processus d'évaluation des risques (ORSA), La production de nouveaux ratios réglementaires beaucoup plus élaborés et la rédaction par l'assureur de rapports complets sur sa solvabilité, Enfin, nous conclurons sur les différents chantiers à mener. 17

18 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance 18

19 2.1 La mise en œuvre d'un dispositif de mesure et de contrôle des risques 2.2 Le rôle de la fonction actuarielle 2.3 Un dispositif de contrôle interne spécifique 2.4 Le positionnement et les missions de l'audit interne 2.5 Le contrôle de l'externalisation de toute fonction ou activité 2.6 Conclusion : vers une organisation structurée selon des règles communes à toutes les entreprises du secteur 19

20 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance Solvabilité II : un chapitre sur la gouvernance et la mise en place d'un cadre de contrôle La mise en place d'une véritable gouvernance proportionnée à la nature, l'ampleur et la complexité de l'entreprise, L'application du principe des "quatre yeux" à la prise de décision et aux contrôles, L'existence de politiques écrites en matière, à minima, de gestion des risques, de contrôle interne, d'audit interne et de sous-traitance. Ces politiques doivent être approuvées par l'organe d'administration, qui en garantit la mise en œuvre ainsi que la mise à jour au moins une fois par an. 20

21 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance Des exigences en matière de gouvernance : Un dispositif de mesure et de contrôle des risques, Une fonction actuarielle, Un dispositif de contrôle interne, Une fonction d'audit interne, Un contrôle de l'externalisation de toute fonction ou activité. 21

22 2.1La mise en œuvre d'un dispositif de mesure et de contrôle des risques 22

23 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance Un dispositif de contrôle des risques qui doit, au minimum, couvrir les risques suivants : Souscription et provisions techniques, Gestion actif-passif, Investissements, notamment produits "exotiques", Risque de liquidité et de concentration, Risques opérationnels, Réassurance et autres techniques d'atténuation du risque. Le dispositif de contrôle des risques doit identifier, évaluer tous les risques et pas seulement ceux qui sont pris en compte dans la formule standard. 23

24 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance Le dispositif de contrôle des risques doit également prendre en considération les risques suivants : Le risque de crédit, Le risque stratégique, Le risque de réputation. Quand l'entreprise utilise un modèle interne complet ou partiel, la fonction de contrôle des risques doit, en outre: Concevoir et mettre en place le modèle interne, Le tester et le valider, Le documenter, En analyser la performance, Et reporter à l'organe d'administration sur sa performance. 24

25 2.2Le rôle de la fonction actuarielle 25

26 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance Elle peut être assimilée à ou être séparée de la fonction risque. La fonction actuarielle doit veiller à la cohérence et au bon calcul des provisions techniques, s'assurer de la validité des hypothèses par rapport à la réalité, et informer la direction sur ces sujets. Elle doit émettre un avis sur la politique globale de souscription. Elle doit émettre un avis sur l'adéquation des dispositions prises en matière de réassurance. Elle contribue au dispositif de contrôle des risques (ORSA pour le calcul des exigences de besoin en solvabilité). 26

27 2.3Un dispositif de contrôle interne spécifique 27

28 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance L'entreprise d'assurance doit, au minimum : Mettre en place un cadre de contrôle interne, Mettre en place et suivre des procédures administratives et comptables, Mettre en place et faire vivre un reporting sur le contrôle interne, Monter une fonction conformité. 28

29 2.4Le positionnement et les missions de l'audit interne 29

30 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance L'assureur doit mettre en place une fonction d'audit interne régie par les principes suivants définis par la directive : Évaluation de la pertinence du dispositif de contrôle interne et de la gouvernance, Indépendance de la fonction d'audit interne par rapport aux activités opérationnelles, Libre accès à toute l'information, Indépendance dans le choix des missions d'audit et responsabilité de la programmation du plan d'audit annuel, Communication des conclusions directement à l'organe de direction, Indépendance par rapport aux fonctions opérationnelles et rattachement "De facto" à l'organe d'administration. 30

31 2.5 Le contrôle de l'externalisation de toute fonction ou activité 31

32 2. Vers un renforcement et une uniformisation de la gouvernance L'entreprise doit mettre en place un dispositif de contrôle de l'externalisation de toute fonction ou activité. Principe : en cas d'externalisation d'une activité ou d'une fonction, la compagnie ne peut se soustraire à ses obligations au titre de la directive Solvabilité II. Quand une compagnie d'assurance externalise une activité ou une fonction, elle doit respecter certaines conditions : - Elle est responsable de la conformité du contrat d'externalisation à la directive Solvabilité II, - Elle doit s'assurer que le processus d'externalisation ne conduise pas à une dégradation de la gouvernance et 0 une augmentation du risque opérationnel 32

33 2.6 Conclusion : vers une organisation structurée selon des règles communes à toutes les entreprises du secteur 33

34 3 Une évolution majeure dans la gestion des risques 34

35 3. Une évolution majeure dans la gestion des risques Le suivi et l'évaluation des risques réalisés par la compagnie d'assurance (Pilier deux) est un processus qui est ensuite formalisé dans un document : l'orsa pour Own Risk and Solvency Assessment. Ce processus est distinct du processus de calcul de besoin en marge de solvabilité. Il est censé le compléter. Dans le cadre de ce processus piloté par la direction de l'assureur, la compagnie réalise sa propre évaluation des risques déjà suivis dans le cadre du calcul de besoin en marge de solvabilité ainsi qu'une évaluation des autres risques. 35

36 3. Une évolution majeure dans la gestion des risques Cette évaluation se fait selon trois axes : La prise en compte du profil de risque spécifique, de la stratégie de l'entreprise et de sa tolérance au risque, La conformité, à tout moment, de la solvabilité de la compagnie d'assurance avec les exigences en matière de solvabilité et en matière de provisionnement des engagements techniques, La mesure de la capacité du modèle de calcul du besoin de solvabilité (modèle standard ou modèle interne) à permettre une couverture adéquate du besoin en solvabilité. 36

37 3. Une évolution majeure dans la gestion des risques Ce processus peut déboucher sur une estimation du risque et du besoin en solvabilité différent du besoin exigé par l'utilisation du modèle standard et peut se traduire, mais pas systématiquement, par une exigence en fonds propres supplémentaire par le régulateur. L'ORSA fait partie du système de contrôle des risques et doit être actualisé dès que le profil de risque de la compagnie évolue. Le document qui résulte de ce processus doit être communiqué aux autorités de tutelles. 37

38 4 Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques 38

39 4.1 Le bilan règlementaire 4.2 La couverture du besoin en marge de solvabilité 4.3 Les indicateurs de solvabilité 4.4 Quelques réflexions sur la mesure de la solvabilité 4.5 La communication sur la solvabilité des entreprises d'assurances 39

40 4.1Le bilan réglementaire 40

41 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques L'assureur doit construire un bilan réglementaire. Le bilan d'une compagnie d'assurance peut être divisé en trois parties : Les placements, Les provisions techniques, Les autres actifs et passifs. 41

42 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Concrètement, le bilan réglementaire peut se construire : Pour les autres actifs et passifs sur la base de leur valorisation en normes IFRS. Pour les placements sur la base de leur juste valeur (montants pour lesquels ils pourraient être échangés dans le cadre d'une transaction conclue dans des conditions de concurrence normale entre des parties informées et consentantes). Ceci implique un retraitement des actifs comptabilisés au coût historique en normes IFRS. 42

43 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Les provisions techniques, quant à elles, sont évaluées sur la base : D'une meilleure estimation des flux futurs, D'une marge de risque, D'un taux d'actualisation, Pour chacune des catégories de risques couverts. Concrètement, cette définition est similaire à celle des provisions techniques en normes IFRS. Cependant, il n'est pas encore possible de déterminer si des différences n'apparaitront pas justifiant des différences. 43

44 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques L'évaluation des placements, provisions techniques et autres actifs et passifs conformément à la directive Solvabilité II permet de déterminer les fonds propres réglementaires de base, principale source de couverture du besoin en marge de solvabilité. 44

45 4.2 La couverture du besoin en marge de solvabilité 45

46 : la mesure de la solvabilité 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Deux catégories de fonds propres : Les fonds propres de base Les fonds propres auxiliaires Les fonds propres de base sont : L'excédent des actifs par rapport aux passifs, évalués conformément aux règles énoncées précédemment, ce que nous pourrons appeler les capitaux propres réglementaires. Les passifs subordonnés. Les fonds propres auxiliaires sont constitués de : La fraction non versée du capital social, Les lettres de crédit et les garanties, Les autres engagements équivalents et contraignants. Ils doivent être validés par les autorités de contrôle. 46

47 : la mesure de la solvabilité 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Selon leur forme, les fonds propres (qu'ils soient de base ou auxiliaires) sont classés en trois catégorie : Fonds propres de rang un, Fonds propres de rang deux, Fonds propres de rang trois. Selon leurs caractéristiques, les fonds propres de base peuvent être classés en fonds propres de rang un, deux ou trois. Les fonds propres auxiliaires peuvent être classés en fonds propres de rang deux ou trois. 47

48 : la mesure de la solvabilité 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques En conclusion, une approche assez semblable à Bâle II. Pour aller plus loin, il aurait également fallu évoquer les sujets suivants (liste non exhaustive) Classification des différents éléments selon leur rang (un, deux ou trois), Retraitement des participations dans les fonds propres, Part des fonds propres de rang deux ou trois qui sont éligibles. 48

49 4.3 Les indicateurs de solvabilité 49

50 4.3.1 La SCR ou besoin en marge de solvabilité La MCR ou besoin minimum en marge de solvabilité 50

51 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques deux concepts complémentaires pour mesurer la solvabilité d'une compagnie d'assurance : La SCR est calculée et publiée une fois par an. La MCR est calculée et publiée une fois par trimestre. La SCR signifie Solvency Capital Requirement. La MCR signifie Minimum Capital Requirement. La SCR et la MCR se calculent différemment. Les fonds propres éligibles pour couvrir l'une et l'autre sont différents. 51

52 4.3.1 Calcul de la SCR SCR : principes de base SCR : Modèle standard : mode de calcul SCR : Modèle interne total ou partiel 52

53 SCR : principes de base 53

54 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Le capital de solvabilité requis de base : Se fonde sur l'hypothèse de la continuité d'exploitation de l'entreprise, Prend en considération tous les risques quantifiables auxquels l'entreprise est soumise, qu'ils portent sur le portefeuille en cours pour ce qui concerne les pertes non anticipées, ou sur le nouveau portefeuille dont la souscription est attendue dans les douze mois à venir. Correspond à une valeur en risque des fonds propres de base avec un intervalle de confiance de 99,5 % à l'horizon d'un an. 54

55 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Le capital de solvabilité requis de base : - Couvre au moins les risques suivants - Le risque de souscription en vie, - Le risque de souscription en non-vie, - Le risque de souscription en santé, - Le risque de marché, - Le risque de crédit, - Le risque opérationnel. - Tient compte des techniques d'atténuation des risques utilisés par la compagnie ainsi que des risques impliqués par l'utilisation de ces techniques. 55

56 SCR : principes de base 56

57 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Le capital de solvabilité requis de base calculé selon le modèle standard peut être décomposé en trois blocs : Un capital de solvabilité requis pour un ensemble de risques corrélés entre eux, Un capital de solvabilité requis pour le risque opérationnel, Un ajustement destiné à refléter la capacité d'absorption des pertes des provisions techniques et des impôts différés. 57

58 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques La SCR : Premier bloc Les types de risques suivants ont été identifiés par le législateur comme devant être couverts par le calcul de solvabilité : Le risque de souscription en vie :SCR 1, Le risque de souscription en non-vie : SCR 2, Le risque de souscription en unités: SCR 3, Le risque de marché : SCR 4, Le risque de contrepartie : SCR 5. La formule de calcul que nous allons exposer tient compte des effets de la diversification. Elle correspond à une valeur-en-risque des fonds propres à horizon d'un an avec un intervalle de confiance de 99,5%. 58

59 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques La SCR : Premier bloc SCR est le premier bloc du capital de solvabilité requis, Corrij est le coefficient de corrélation entre SCRi et SCRj, SCRi est le capital de solvabilité requis pour le risque i, Corrij est fixé par le régulateur. SCRi se décompose en plusieurs sous-modules. 59

60 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques SCR : premier bloc - l'exemple du risque de marché Le régulateur a décomposé le risque de marché en plusieurs éléments: Le risque de taux d'intérêt : SCR A, Le risque action : SCR B, Le risque actifs immobiliers : SCR C, Le risque lié à la marge : SCR D, Le risque "concentration des risques de marché" : SCR E, Le risque de change : SCR F. 60

61 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques SCR : premier bloc / L'exemple du risque de marché SCR Marché est le capital de solvabilité requis au titre du risque de marché, Corrij est le coefficient de corrélation entre SCRi et SCRj, SCRi est le capital de solvabilité requis pour le risque i, Corrij est fixé par le régulateur, La formule de calcul de SCRi n'est pas encore validée par le législateur. 61

62 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques SCR : Risque opérationnel-définition et limites Le risque opérationnel est "le risque de perte résultant de procédures internes, de membres du personnel ou de systèmes inadéquats ou défaillants ou d'événements extérieurs". Le risque opérationnel inclut les risques légaux et exclut les risques découlant de décisions stratégiques ainsi que le risque de réputation 62

63 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques SCR : Risque opérationnel -définition et limites Solvabilité II exige des assureurs qu'ils calculent une charge en capital au titre du risque opérationnel. La formule de calcul et les paramètres (modèle standard) s'affinent mais n'ont pas encore été validés par le législateur. 63

64 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques SCR : Capacité d'absorption des provisions techniques et des impôts différés Cet ajustement reflète la compensation potentielle des pertes non anticipées par une baisse simultanée, soit des provisions techniques, soit des impôts différés, soit des deux. Cet ajustement permet, notamment, de tenir compte de l'effet d'atténuation des pertes, inhérents aux mécanismes d'ajustement des prestations discrétionnaires des contrats d'assurance (notamment PB). 64

65 SCR : modèle interne total ou partiel 65

66 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Modèle standard ou modèle interne : une entreprise d'assurance utilise un modèle standard si la totalité des modules et sous-modules de calcul de besoin en solvabilité sont calculés avec les formules et les coefficients en cours d'élaboration. Une entreprise d'assurance utilise un modèle interne partiel si tout ou partie des modules de risques ou des sous-modules sont calculés selon un modèle interne, et/ou si elle utilise un modèle interne pour l'une ou l'autre de ses activités. 66

67 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques SCR : modèle interne L'entreprise peut ou doit utiliser un modèle interne total ou partiel pour calculer sa SCR. Le choix de l'utilisation d'un modèle interne peux avoir une dimension stratégique. Cependant, le modèle interne doit être agréé par l'autorité de contrôle. A contrario, le régulateur peut, dans certains cas, imposer l'utilisation d'un modèle interne. 67

68 4.3.2 Calcul de la MCR 68

69 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Calcul de la MCR La MCR est une fonction linéaire de tout ou partie des variables suivantes: provisions techniques, primes souscrites, capital en risque, impôts différés et dépenses administratives. Les variables sont nettes de réassurances. La formule doit être simple et auditable à tout instant. Elle correspond à la valeur-en-risque des fonds propres de base avec un intervalle de confiance de 85 % sur un an. 69

70 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Calcul de la MCR (suite) La MCR doit au minimum être de: 2,2 M pour les compagnies d'assurance non-vie, 3,2 M pour les compagnies d'assurance-vie, 3,2 M pour les réassureurs (excepté pour les captives de réassurance). La MCR doit se situer dans un corridor de % de la SCR. Cette règle est la traduction de ce que la MCR est une valeur-en-risque à un an des capitaux propres de base avec un intervalle de confiance de 85 % contre 99,5% pour la SCR. 70

71 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Concrètement, on s'achemine vers une MCR calculée par type d'assurance (maladie, accident, retraite, dommages causés à des tiers.) Le CEIOPS a proposé pour l'assurance-vie une combinaison linéaire d'un pourcentage des provisions techniques et des capitaux en risques. Les pourcentages à retenir n'ont pas été arrêtés à ce jour. => La formulation de la MCR dans Solvabilité II est assez similaire au mode de calcul du besoin minimum en marge de solvabilité dans Solvabilité I. 71

72 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques La couverture du besoin en solvabilité se fait selon des règles différentes selon qu'il s'agisse de la SCR ou de la MCR. La MCR est couverte par les fonds propres de rang un et tout ou partie des fonds propres de rang deux, qui ne sont pas des fonds propres auxiliaires. La SCR est couverte par les fonds propres de rang un et tout ou partie des fonds propres de rang deux et trois. Que ce soit pour la couverture de la SCR ou de la SCR, les fonds propres de rang deux et/ou trois ne sont utilisables que dans une certaine limite non encore fixée par la commission européenne. 72

73 4.4 Quelques réflexions sur la mesure de la solvabilité 73

74 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Une approche très différente de la mesure de la solvabilité Une marge de solvabilité établie à partir d'un bilan réglementaire établi selon les mêmes normes dans les différents pays, d où une plus grande comparabilité des besoins de solvabilité d'un pays à l'autre, Une tenue de comptabilité à trois niveaux : Comptes sociaux pour l'établissement des déclarations fiscales, Comptes IFRS pour les états financiers, Comptes réglementaires dérivés pour le calcul du besoin en marge de solvabilité. 74

75 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Une mesure de la couverture du besoin en marge de solvabilité qui s'appuie sur des concepts très proches des normes IFRS La mise en place de processus de calcul de la couverture du besoin en marge de solvabilité va s'appuyer sur un bilan réglementaire dont la conception est très similaire à celle d'un bilan en normes IFRS. La mise en place de la norme IFRS 4 deuxième phase va se faire en parallèle avec la mise en place de solvabilité II. Il convient donc d'analyser conjointement les conséquences du passage à Solvabilité II et les conséquences de l'adoption d'ifrs. 75

76 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Une marge de solvabilité calculée sur la base d'une modélisation des risques complexes et non sur la base de ratios relativement simples et uniformes quelque soit le profil de risque de la compagnie. Prise en compte de risques nouveaux dans le besoin en marge de solvabilité (risque ALM, risque de placement), Plus grande difficulté à anticiper les impacts d'une nouvelle politique de souscription, de placement. 76

77 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Interactions entre le calcul de la SCR et de la MCR, l'orsa et les contrôles du régulateur Le calcul de la SCR et de la MCR n'est pas une fin en soi. Que l'entreprise utilise un modèle interne ou un modèle standard, elle est responsable dans le cadre de l'orsa de l'adéquation de son modèle de calcul de la solvabilité au profil et à l'appétence au risque de l'entreprise. Par ailleurs, le régulateur peut imposer (de façon exceptionnelle) une exigence en capital supplémentaire à celle que justifie le calcul de besoin en marge de solvabilité réalisé par la compagnie d'assurance. 77

78 4.5 La communication des entreprises d'assurance sur la solvabilité 78

79 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques.3.1 Le rapport sur la solvabilité et la situation financière à destination du public..3.2 Le rapport sur la solvabilité et la situation financière à destination du régulateur..5.3 Conclusion : une communication sur la solvabilité à concevoir en liaison avec l'information financière 79

80 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Une nouvelle approche de la communication sur la solvabilité Le rapport sur la solvabilité et la situation financière Le rapport à l'autorité de contrôle Conclusion 80

81 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Le législateur européen s'oriente vers une approche semblable au Pilier 3 de Bâle II. Toute entreprise d'assurance devra publier et transmettre sur une base annuelle : Un rapport aux autorités de contrôle, Un rapport à destination du public. Ces rapports doivent être cohérents et pouvoir se lire et s'analyser de manière autonome. 81

82 4.5.1 Le rapport sur la solvabilité et la situation financière à destination du public 82

83 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Un rapport complet sur la solvabilité et la situation financière publié, en parallèle au rapport annuel, et avec au moins la même périodicité. Un rapport qualitatif incluant de nombreuses données et annexes quantitatives, Un rapport normé qui ne comprend pas moins de huit sections comprenant chacune de une à dix sous-sections, Un rapport qui doit être cohérent avec le rapport sur la solvabilité adressé au superviseur et qui doit pouvoir se lire en liaison avec le rapport annuel. 83

84 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Le rapport sur la solvabilité et la situation financière doit comprendre au moins les sections suivantes : Synthèse des principaux points, Revue de l'activité et des performances, Gouvernance, Profil de risque, Bilan au format règlementaire, Gestion des fonds propres, Section réservée aux entreprises ayant un modèle interne validé, Annexe quantitatives. 84

85 4.5.2 Le rapport sur la solvabilité et la situation financière à destination du régulateur 85

86 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Le rapport à l'autorité de contrôle : Doit être indépendant du rapport à destination du public mais reprend les informations de ce précédent rapport. Doit pouvoir servir de base à l'autorité de contrôle prudentiel pour un éventuel contrôle. Comprend des informations qualitatives et quantitatives, qui peuvent faire l'objet d'une revue de l'autorité de contrôle. 86

87 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques Le rapport sur la solvabilité et la situation financière doit comprendre au moins les sections suivantes (recommandations du CEIOPS) : Synthèse des principaux points, Revue de l'activité et des performances, Gouvernance, Profil de risque, Bilan au format règlementaire, Gestion des fonds propres, Section réservée aux entreprises ayant un modèle interne validé, Annexe quantitative. 87

88 4.5.3 Conclusion : une communication sur la solvabilité à concevoir en liaison avec l'information financière 88

89 4. Une nouvelle approche de la mesure de la solvabilité et de la communication sur les risques La publication de ces deux rapports crée une charge de travail supplémentaire. Ces rapports s'ajoutent au rapport annuel et au rapport sur le contrôle interne. De nombreuses informations et analyses reprises dans les deux rapports sur la solvabilité sont communiqués dans le rapport annuel (notamment les informations sur les instruments financiers qui relèvent d'ifrs 7 et 9). Dans ces conditions, il convient de concevoir ces différents rapports conjointement pour s'assurer de leur cohérence et pour mutualiser la production d'éléments communs. 89

90 5 Les différents chantiers à mener lors du passage à Solvabilité II : une approche pragmatique 90

91 5. Les différents chantiers à mener lors du passage à Solvabilité II La directive Solvabilité II de niveau un a été adaptée seulement en 2009 Les directives de niveau deux qui fixent les formules de calcul, les coefficients, les conditions d'application n'ont pas été arrêtées définitivement Plusieurs des formules et coefficients sont très contestés par les assureurs européens (risque action, risque vie et santé notamment). Les pré-spécifications pour QIS 5 (cinquième étude d'impact) viennent juste d'être publiées. Dans ces conditions, pourquoi s'intéresser à Solvabilité II dès maintenant? 91

92 5. Les différents chantiers à mener lors du passage à Solvabilité II Comme nous avons essayé de le montrer, Solvabilité II représente une évolution significative: En matière de gouvernance, En matière de gestion des risque, En matière de mesure de la solvabilité, En matière de communication sur les risques et la solvabilité. Dans ces conditions, il convient d'en analyser les impacts dès maintenant afin d'être prêt lors de son entrée en vigueur. Il convient de noter que les assureurs européens participent à la mise en œuvre de la directive depuis de nombreuses années. 92

93 5. Les différents chantiers à mener lors du passage à Solvabilité II Il convient d'ores et déjà d'analyser : Les impacts du passage à Solvabilité II dans les différents domaines déjà cités (gouvernance, gestion des risques, solvabilité, communication), Ses conséquences sur le pilotage de l'activité, Ses conséquences sur le circuit de collecte et de production d'information. 93

94 5. Les différents chantiers à mener lors du passage à Solvabilité II Il convient également : De commencer le processus d'évaluation interne des risques, notamment pour quantifier le risque opérationnel, D'analyser les besoins en information à communiquer en parallèle avec les besoins liés aux changements de normes comptables (IFRS 4, IFRS 9). De mettre en place le dispositif visant à quantifier les différents types de risques et à calculer le besoin en solvabilité. 94

95 En savoir plus Grant Thornton Financial Services, acteur dédié aux activités financières : banque et assurance: IAS-IFRS Solvency II- Bâle II ALM Valorisation et Actuariat Développement de l audit et du contrôle interne Fidaroc Grant Thornton et Grant Thornton France sont membres de Grant Thornton International, un des principaux réseaux mondiaux d audit et de conseil (http://www.gti.org) Bureau de Paris Bureau de Casablanca Hervé Grondin Faïçal MEKOUAR T : + (33) T : E : E : Emmanuel RIOU Mohamed ZERREI T : +(33) E : T : E : 95

96 Merci de votre attention 96

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA-BoS-14/178 FR Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013 21 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Description générale de l ORSA... 3 1.1 Les textes de référence sur l ORSA... 3 1.2 Résumé

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

Orientations sur le traitement des entreprises liées, y compris des participations

Orientations sur le traitement des entreprises liées, y compris des participations EIOPA-BoS-14/170 FR Orientations sur le traitement des entreprises liées, y compris des participations EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit

Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit Vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance

Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance Nom de la société de réassurance A. Conseil d'administration Etat d'avancement fin 2013 Etat d'avancement projeté

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2?

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? Pierre AURELLY Anne- Charlotte BONGARD 4 octobre 2012 Sommaire 2 de ce mémoire est des institutions de prévoyance interprofessionnelles sous de la gouvernance

Plus en détail

Introduction au reporting COREP

Introduction au reporting COREP Introduction au reporting COREP «Un chantier à part au sein du projet Bâle II» Réalisé par Matthias LAVALEE Consultant Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Avril 2006

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard Journées actuarielles de Strasbourg Vendredi 19 septembre 2014 Introduction Le DUAS fête son trentième anniversaire par un colloque international

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE (adoptée par le Conseil lors de sa 921ème session, le 25 mars 1998 [C/M(98)7/PROV]) 1 LE CONSEIL, Vu l article 5 b) de la Convention

Plus en détail

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Principales propriétés de l ORSA Les grands principes Vision prospective L évaluation des risques dans l ORSA

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

Focus sur Solvabilité II et ORSA

Focus sur Solvabilité II et ORSA Focus sur Solvabilité II et ORSA Dispositions prudentielles au cœur de notre futur Pour rappel, Solvabilité II est le nouveau cadre prudentiel européen prévu pour promouvoir la bonne gouvernance et la

Plus en détail

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS 59th UIA CONGRESS Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE Jeudi 29 octobre 2015 LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS Enrique Sanz Fernández-Lomana C/ Serrano

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes (Version en date du 28/04/2016) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Calcul de la solvabilité des groupes... 3 2.1. Périmètre du groupe

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com AAIARD La modélisation stochastique Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com 5 juin, 2009 Survol de la présentation Pourquoi la modélisation stochastique? Survol

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE Norme nº 12 ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE NORME DE PUBLICATION D INFORMATIONS SUR LES RISQUES ET RESULTATS TECHNIQUES DES ASSUREURS VIE OCTOBRE 2006 La présente traduction a été

Plus en détail

Orientations relatives aux limites des contrats

Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA-BoS-14/165 FR Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 17.1.2015 L 12/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) 2015/35 DE LA COMMISSION du 10 octobre 2014 complétant la directive 2009/138/CE du Parlement européen et du Conseil sur l'accès

Plus en détail

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 www.pwc.fr/solv2 Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 27 septembre 2013 Contexte Suite aux consultations publiques du 27 mars 2013 sur les mesures de préparation à Solvabilité

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Prénom, NOM, Fonction

Prénom, NOM, Fonction Prénom, NOM, Fonction 1 Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l ACP 2 Sommaire Conférence animée par Paul Coulomb, directeur du contrôle des assurances de l ACP 1. Gouvernance, principes

Plus en détail

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006

AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Reconnu comme établissement d utilité publique par décret du 30 octobre 1896 AVIS SUR L APPLICATION DES NOUVELLES TABLES DE MORTALITE POUR L ARRETE DU 31.12.2006 Les avis de l Institut des actuaires n

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d information Partie 5: Audit d une application informatique Emanuel Campos - version 2015 Les présentations personnelles

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances

Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances Luxembourg, le 12 janvier 2000 Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances Madame le Directeur, Monsieur le Directeur, Le 25 mars 1998, le Conseil de l OCDE a adopté unanimement avec les voix

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine 20 ème rendez-vous Réavie Frédéric Heinrich Page n 1 S2 Quelles conséquences pour les statistiques

Plus en détail

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil

Aprecialis Actuariat conseil Actuariat conseil des prestations adaptées Les domaines Aprecialis intervient sur la totalité de la technique assurantielle, en individuel ou collectif : En assurances de personnes : assurance vie en uros

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique RENCONTRE SOLUTIONS ENERGIE ENTREPRISE CCI Grand Lille, 20 mai 2014 Atelier «Audit énergétique obligatoire : quelles sont les entreprises concernées?» Transposition de l article 8 de la directive européenne

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Solvabilité 2. Focus sur le reporting. Octobre 2015

Solvabilité 2. Focus sur le reporting. Octobre 2015 1 Solvabilité 2 Focus sur le reporting Octobre 2015 2 Le calendrier règlementaire (entités solo) 2 Calendrier règlementaire 2016 SCR et MCR Rapports (*) ORSA Annuel 20/05 2 semaines après le vote CA T1

Plus en détail

EIOPACP 13/08 FR. Orientations relatives au système de gouvernance

EIOPACP 13/08 FR. Orientations relatives au système de gouvernance EIOPACP 13/08 FR Orientations relatives au système de gouvernance EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1 60327 Frankfurt Germany Tel. + 49 6995111920; Fax. + 49 6995111919; site: www.eiopa.europa.eu Orientations

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation du règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

Partie 1 Les principes

Partie 1 Les principes Partie 1 Les principes 32 SOLVENCY 2 EN 125 MOTS-CLÉS CHAMP D APPLICATION DE LA DIRECTIVE SOLVENCY II Directive Articles 2 à 12 Très logiquement, la Directive s applique aux entités d assurance et de réassurance

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard

Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard EIOPA-BoS-14/174 FR Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Régis WEISSLINGER Séminaire SEPIA 10 juin 2008 Page n 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES DE PLACEMENT ET SUR LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT

CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES DE PLACEMENT ET SUR LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT CERN/PFIC/21.6/Approuvé Original: anglais 10 Septembre 2013 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CAISSE DE PENSIONS DECLARATION SUR LES PRINCIPES

Plus en détail

Orientations sur l'approche par transparence

Orientations sur l'approche par transparence EIOPA-BoS-14/171 FR Orientations sur l'approche par transparence EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Orientations sur l'application des mesures de garanties à longue échéance

Orientations sur l'application des mesures de garanties à longue échéance EIOPA-BoS-15/111 FR Orientations sur l'application des mesures de garanties à longue échéance EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19;

Plus en détail

Étude des métiers du contrôle dans la banque

Étude des métiers du contrôle dans la banque Observatoire des métiers, des qualifications et de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque Étude des métiers du contrôle dans la banque Paris, le 15 décembre 2009 0 Table

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ RECOMMANDATION DU 19 DÉCEMBRE 2008 Pour les "organismes d'assurance" 1 sur les modalités de reconnaissance des participations aux bénéfices différées actives dans les

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires 1 er a v r i l 2 0 1 1 Dan Chelly Directeur Métier "Risk management, Audit et Contrôle interne" SOMMAIRE Partie 1 Définition des risques

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

La place de l actuaire dans l ERM

La place de l actuaire dans l ERM La place de l actuaire dans l ERM Benoit Courmont Responsable Solvency 2 and Risk Policy «Environnement attitude» L impression de ce document est-elle indispensable? Si oui, pensez à imprimer plusieurs

Plus en détail

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS

Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS Journées d études 2011 Assurance Vie SENSIBILITE DES ENGAGEMENTS FRACTALES 0 Journées d études 2011 Sommaire Projet SIGMA 1 ère partie 1. Durée, duration, sensibilité 2. Sensibilité locale du BE Applications

Plus en détail

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance GLOSSAIRE Actif «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1 Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Page n 1 Conférence du contrôle du 5 octobre 2009 Mutuelles : Actualités du contrôle et évolution du secteur Introduction : Philippe Jurgensen, Président

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008 Circulaire _2008_06 du 11 mars 2008 Application de l'article 15bis, 3, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurances: acceptation par la de la prise en considération de

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

La mise en œuvre du 8 juillet 2009. La gouvernance des institutions de prévoyance dans le cadre de l Accord l 8 juillet 2009 et de Solvabilité II

La mise en œuvre du 8 juillet 2009. La gouvernance des institutions de prévoyance dans le cadre de l Accord l 8 juillet 2009 et de Solvabilité II La gouvernance des institutions de prévoyance dans le cadre de l Accord l du 8 juillet 2009 et de Solvabilité II Réunion des Présidents d institutions de prévoyance - 20 mai 2010 La mise en œuvre de l

Plus en détail