Acheter des services informatiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Acheter des services informatiques"

Transcription

1 Systèmes d information P i e r r e J o u r d a n Acheter des services informatiques avec ITIL v3

2 acheter des services informatiques avec cavavasaava ITIL V3

3 Éditions d Organisation Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain Paris Cedex 05 Le code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s est généralisée notamment dans l enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd hui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l Éditeur ou du Centre Français d Exploitation du Droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, Paris., 2009 ISBN :

4 Pierre Jourdan acheter des services informatiques avec ITIL V3

5 Sommaire Préface de Thierry Chamfrault, fondateur de l itsmf. Introduction... VII X ITIL V3 et la définition des services... 1 Le concept de service... 1 Présentation des principes et de l architecture d ITIL V3. 8 La notion de cycle de services Stratégie d achat des services informatiques Service et valeur : les enjeux Utilité et garantie : trouver le juste équilibre Le modèle de contractualisation ITIL : construire un référentiel de contrat Les documents de la contractualisation Les stratégies de sourcing : ITIL V3 versus escm La définition des niveaux de service Qu est-ce qu une offre? Les 4 composantes de l offre de services Méthodologie de construction de l offre de services en 7 étapes Vous avez dit définir un niveau de service Gestion de l offre et cycle des services La matérialisation des services De l offre au catalogue des services : méthodologie de mise en œuvre Niveau de maturité et catalogue des services... 95

6 Sommaire V Catalogue technique et catalogue de composantes de services Un exemple de catalogue des services Bien acheter pour être bien servi Qu est-ce que «bien acheter»? En quête de satisfaction Perception, percepts et qualité de service Percepts et livrables Deming : la roue qui fait avancer les services informatiques Le modèle en V : la garantie de service ITIL V3 : par où faut-il commencer? Le pont V2-V Maturité, maturation et modèle de transition Les facteurs de succès de la mise en œuvre d ITIL V Conclusion Annexes Exemple de sommaire de convention de services Concepts relatifs à l exigence et à la conformité selon l AFNOR Courbe d Elisabeth Kübler-Ross Glossaire Bibliographie Remerciements

7 «Une firme se différencie de ses concurrents, quand elle parvient à acquérir une caractéristique unique à laquelle les clients attachent de la valeur. La différenciation est l un des deux types d avantage concurrentiel qu une firme peut posséder. ( ). Quand elle offre quelque chose d unique qui dépasse la simple offre de prix peu élevé, auquel les clients attachent de la valeur. ( ). La différenciation provient des activités particulières qu exerce une firme, et des effets qu elles ont sur le client. La différenciation émerge de la chaîne de valeur de la firme. Presque toutes les activités créatrices de valeur sont une source potentielle de caractéristiques uniques.» Michael Porter 1 «La stratégie de communication marketing pour les services diffère de celle développée pour vendre des produits. Les tâches de communication incombant aux marketeurs de service doivent s attacher particulièrement à mettre en évidence les éléments concrets de service difficiles à évaluer, clarifier la nature et le déroulement de ce service, valoriser le contact avec le client et former celui-ci à la manière de participer à la prestation de service.» Christopher Lovelock 2 «Nous ne sommes plus dans une ère de pénurie. Au contraire. Quels que soient nos besoins, ils se trouvent au moins trois ou quatre fournisseurs prêts à mettre à disposition un produit ou un service capable d y répondre. Dès lors chacun d entre nous est libre de changer de fournisseur, d écouter une autre radio, d acheter une autre marque d ordinateur parce que le dépannage est plus efficace, de se désabonner d un magazine. ( ) en exerçant sa faculté de choix, le consommateur prend tous les jours des dizaines de décisions. Il exerce un véritable pouvoir de vie ou de mort sur des centaines d entreprises. Mais en tant que consommateur, en a-t-il toujours conscience? Et les entreprises s en rendentelles bien compte? Être un client roi, cela veut dire être accueilli avec de l estime, une estime qui ne soit ni de la courtisanerie, ni de la condescendance.» Philippe Bloch, Ralph Hababou et Dominique Xardel 3 1. L Avantage concurrentiel, Interéditions, 1992, pp Marketing des services, chapitre 5 «Le mix communication dans les services», Pearson Education, 2004, p Service compris, Marabout, coll. Performance, 2000.

8 Préface de Thierry Chamfrault, fondateur de l itsmf L économie du service prend de plus en plus le pas sur nos ancestrales économies basées sur les produits. Ce constat est sans doute pour beaucoup une évidence, dans lequel le couple «service-produit» ne redéfinit pas les principes de base utilisés par le monde industriel. Pourtant ce dernier, au cours des dix dernières années, a totalement modifié son approche vers les clients et les fournisseurs en introduisant une approche de «marketing des services». Pour être très pragmatique, et au-delà du fait que je puisse identifier le service acheté, je peux le caractériser par deux points majeurs : Le service doit être utile. Lorsque je m en sers il m apporte une valeur (par exemple, gagner du temps). Le service doit être garanti. Il fonctionne lorsque j en ai besoin. Si le monde de l IT conceptualise assez bien ce sujet, paradoxalement il n a pas encore su concrètement le mettre en œuvre vis-àvis de ses clients et fournisseurs. D autre part le service IT, vu par le client, n est plus quelque chose qu on lui impose. Il devient mature et souhaite réaliser des actes d achat en intégrant toutes les composantes liées à ses propres contraintes business. Pour traduire ce comportement, je voudrais m appuyer sur une composition de Joël de Rosnay qui est le «conso-acteur». Cette expression traduit bien le fait que le consommateur d un service est le réel acteur de sa relation avec le fournisseur. Et par opposition, être fournisseur, c est savoir penser client. En effet le fournisseur n est que le client de ses propres fournisseurs.

9 Préface VIII De mon point de vue, l acte d achat d un service diffère de celui d un produit par les points suivants : L achat se transforme, il devient non plus un acte fonctionnel, mais réellement une valeur, au sens opérationnel. C est ainsi qu il contribue directement à la chaîne de valeur de l entreprise. A contrario, les modèles de valeur restent à inventer. Ils ne seront pas exclusivement le patrimoine du client ou celui du fournisseur mais bien celui des deux. L achat d un service ne se conclut plus dans le cadre d une relation «client-fournisseur» classique. Malgré son côté rassurant pour le client, il y a rarement dans ce domaine un gagnant et un perdant. Sur du court terme, il y a plus généralement deux perdants. C est ainsi que l on va, à terme, mettre en place des relations de type «win-win», avec une recherche permanente de la rationalisation, de la simplification des services pour éviter une sur-personnalisation. L achat est la concrétisation d une réflexion sur l usage du service à court terme, mais surtout à moyen et long terme. Et cette notion n est pas sans effet puisque le meilleur service n est autre qu une composition continue dans le temps du prix, du contenu, de l usage, de la période de consommation, de la qualité, etc. Le meilleur service est très loin de celui le moins cher. Bien acheter un service, c est savoir ce que l on veut, tout en laissant aux protagonistes, vos fournisseurs par exemple, le jeu nécessaire qui évitera que le système ne se bloque. C est le principe fondamental de l horloge, qui dans son extrême précision ne fait que maîtriser l art du jeu. Paradoxal n est ce pas! Toute comparaison faite, le jeu doit cependant rester proportionnel à la dimension et maturité des entités manipulées. Une des questions que l on peut se poser est de savoir si la relation client-fournisseur est la seule. Pourquoi cette question? Si nous appli-

10 Préface IX quons stricto sensu ce principe, l entreprise, en interne, va démultiplier le nombre de ses clients et le nombre de ses fournisseurs, au point de se poser la question : est-ce bien sérieux et n est-ce pas trop cher? Il semble qu il faille concrètement simplifier cette relation. Par exemple, il pourrait n y avoir qu un seul client, celui de l entreprise, et un fournisseur serait géré par le client de manière unique. Quel que soit le référentiel ou la méthode utilisée, l efficacité d une relation reste basée sur des hommes. Il serait fort dommageable de l oublier. Cependant la limite de l exercice se trouve dans l affectif de chacun d entre nous. Pierre Jourdan, au travers de cet ouvrage, nous donne très concrètement une vue nouvelle et très pertinente de l achat des services IT. Pour cela il s appuie, d une part sur un certain nombre de référentiels (ITIL, escm ), et d autre part sur son expérience que je puis vous assurer très riche et pertinente. Il démontre que l approche de service va à terme contribuer à la convergence des métiers de l entreprise et des référentiels IT du marché. La lecture de l ouvrage est aisée et très agréable. Je suis certain que chacun d entre nous, dans ses rôles et missions, pourra trouver tout autant des éléments concrets à appliquer que l ouverture d esprit pour enrichir la réflexion autour de ce thème. Et pour terminer ce court propos, je souhaite m adresser à tous les acteurs en charge d achat de service. Mesdames et messieurs, ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu il vous fût fait. Bien au contraire, faites de telle sorte que vous achetiez des services que vous maîtrisez bien (sur le court et le long terme). Si ces adages ne font à nos yeux que combler le vide d une porte déjà ouverte, combien de fois le vide s est transformé en porte fermée! Dès lors, la réaction de l entreprise a été directement proportionnelle au niveau de douleur que vous avez perçu!

11 Introduction «La pratique sans la pragmatique est impuissante, et la pragmatique sans la pratique est erratique.» 1 Chacun s accordera à reconnaître la part de plus en plus forte de l utilisation de méthodes de gouvernance dans les entreprises, et de leurs corrélats, les référentiels de bonnes pratiques. Les enquêtes qui en dénombrent de 30 à 120 sur le marché 2, semblent vouloir démontrer que leur utilisation est devenue incontournable par les DSI. Il serait donc légitime de s interroger sur leur fonction générale au sein des entreprises, et plus particulièrement sur les bénéfices que les DSI en attendent, puisque celles-ci en font un usage programmé qui s appuie sur une utilisation pouvant en rassembler jusqu à trois par organisation. Il faudrait étendre, par ailleurs, le périmètre de la réponse à cette question, en associant les protagonistes directement liés et impliqués dans l usage de ces référentiels. Qui sont-ils? Nous trouvons en première position les clients des DSI qui, au travers de l expression de besoins des utilisateurs, attendent de 1. «Analyse formelle du concept de négligence», Bernard-Henri Le Goff (ARIS- MORE & GPE), Frédéric Nef (EHESS, institut Jean-Nicod & GPE), Isabelle Pariente-Butterlin (CEPERC, Aix-en-Provence, GPE). (GPE : Groupe de philosophie expérimentale, séminaire EHESS de recherche de l institut Jean Nicod.) 2. Certaines enquêtes parlent de dispositifs. Guide des certifications SI, Dunod, 2006, p. 4 : «Le terme dispositif désigne globalement l ensemble des éléments associés au couple «référentiel-modèle d évaluation».» Nous parlerons, par exemple, du dispositif de certification ISO qui comprend la norme ISO comme référentiel, l audit comme type d évaluation, et les normes complémentaires ISO et ISO comme outils plutôt que de référentiels.

12 Introduction XI leur fournisseur principal un accompagnement probant dans l exercice de leur métier au quotidien. Cette attente doit pouvoir se concrétiser par une valeur ajoutée, qui confère aux services informatiques un rôle qui s inscrit directement dans l activité même des utilisateurs des SI. En deuxième position, et impliqués dans le sillage des utilisateurs, nous trouvons les acheteurs dont la tâche s est considérablement accrue ces dernières années, puisque leurs rôles sont complémentaires de celui des DSI. Sélectionner une entreprise de services qui réponde à des critères de prix et de qualité, constitue une démarche de base qui se trouve complétée par un certain nombre d exigences liées à l activité de la fourniture des services informatiques. La liste ci-après, non exhaustive, en énonce quelques points décisifs : optimiser le rapport qualité/prix ; garantir la pérennité du fournisseur retenu ; sélectionner des fournisseurs dans un ensemble d offres disparates ; valider le double rapport compétence/profil/expérience ; décrire le contexte et l environnement liés aux prestations ; décrire les domaines d intervention et les objectifs ; préciser les niveaux d exigences attendues sur la mise à disposition et la stabilité des ressources ; identifier un responsable fournisseur unique ; définir des objectifs de suivi et de mesure des prestations associées à un plan qualité ; garantir la réversibilité des prestations ; décrire des livrables offrant une garantie suffisante de «recettabilité» ;

13 Introduction XII L ajout de ces tâches expose à des difficultés qui représentent un enjeu majeur dont le contenu est d ordre stratégique. Elles se concentrent sur un point central qui est la définition des niveaux de services, puisque c est de ceux-ci que va s initialiser leur choix. Les directions des achats doivent donc trouver un solide point d appui, qui leur permette d assurer aux DSI et aux utilisateurs un lien entre toutes ces activités et responsabilités. Ce point d appui est présent dans le référentiel ITIL qui, avec le processus «gestion du catalogue des services», propose la formalisation et la description des services opérationnels du fournisseur. Ce processus doit décrire très exactement les services que le fournisseur met à disposition de ses clients dans le cadre de son offre de services. Le Gartner illustre la pertinence de ce référentiel selon une enquête 1 qui désigne trois points clés dans son utilisation : l amélioration de la qualité de service, qui arrive en première position avec plus de 40 % de souscripteurs ; la réduction des coûts de «livraison» des services ; l amélioration de l agilité de réponse des DSI face aux évolutions métier. En s appuyant sur un catalogue des services, DSI et direction des achats peuvent travailler sur un document fournisseur unique qui guide leur démarche de choix, autant que la réponse aux besoins des utilisateurs. Au-delà de l étude du processus de gestion du catalogue, qui représente la pierre de touche de la relation client-fournisseur, 1. Source : Gartner Note de recherche «Toolkit : Data Center Conference Polling on ITIL Adoption» datée du 3 avril 2007 ; base 180 réponses.

14 Introduction XIII cet ouvrage se propose de mesurer l adéquation du référentiel à une stratégie globale d achat selon six points : la définition des services dont les caractéristiques intrinsèques imposent une attention et un soin tout particuliers (chapitre 1) ; la recherche d un équilibre entre utilité et garantie de service avec la mise au point d une stratégie de sourcing 1 (chapitre 2) ; la construction d une offre de services adaptée à la capacité de fourniture du fournisseur, autant que solidaire de la réponse aux besoins des utilisateurs (chapitre 3) ; la spécification et la réalisation du catalogue de services qui assure l interface entre le client et le fournisseur (chapitre 4) ; la garantie de service qui s accompagne de l utilisation de modèles que le référentiel ITIL délivre (chapitre 5) ; la définition des enjeux projet liés au choix d une stratégie de gestion du changement qui intègre la mise en œuvre du référentiel ITIL (chapitre 6). L objectif de cet ouvrage est de fournir un contenu à la fois méthodologique et concret qui permet aux entreprises de tirer le meilleur parti et toute la quintessence du référentiel ITIL V3. En associant l utilisation de ce référentiel à la définition et au recrutement de leurs partenaires et fournisseurs, chaque organisation pourra trouver le moyen de lier les différents types de gouvernance en un point d articulation singulier qui s aligne sur la stratégie métier. 1. Nous conservons le terme de sourcing, dont l équivalent «approvisionnement» est peu utilisé, afin de conserver le sens qui lui est donné dans son utilisation quotidienne.

15 Introduction XIV Gouvernance d entreprise Gouvernance IT Gouvernance financière Autres gouvernances Figure 1 Les gouvernances dans l entreprise

16 1 ITIL V3 et la définition des services Le concept de service «Le sens d un concept est l ensemble de ses effets pratiquement concevables.» Charles Sander Peirce Qu est-ce qu un service? Le concept de service semble s opposer à celui de bien matériel de par son immatérialité. En effet, les services ne sont pas des objets. Néanmoins, est-ce à dire qu ils sont immatériels ou que l on ne peut pas les matérialiser? Selon Christopher Lovelock : «Un service est une action ou une prestation offerte par une partie à une autre. Bien que le processus puisse être lié à un produit physique, la prestation est transitoire, souvent intangible par nature, et ne résulte pas normalement de l un ou de l autre des facteurs de production. Un service est une activité économique qui crée de la valeur et fournit des avantages aux consommateurs à un moment et en un lieu donné pour apporter le changement désiré, en faveur du bénéficiaire du service.» 1 Selon cette définition, le service est solidaire du consommateur et en nécessite sa présence, voire dans la majorité des cas, sa partici- 1. Christopher Lovelock, Marketing des services, chapitre 1 «Introduction au marketing des services», p. 9.

17 ITIL V3 et la définition des services 2 pation. Ce n est donc pas tant l immatérialité du service qui peut poser problème, mais la nécessaire et conjointe présence du fournisseur et du client. Il n y a donc pas de notion de «stock de service». Nous touchons là un point essentiel de l achat des services qui tient à leur consommation, dans la mesure où la planification de leur acquisition doit intégrer la simultanéité des deux parties. Tout manquement à cette règle de base met en péril leur réussite. Les services possèdent cinq caractéristiques : ils sont intangibles ; ils exigent la simultanéité de la production et de la consommation ; ils se consomment selon un modèle de participation/domination, lors de la production ; ils exigent la relation directe entre le client en contact pour la production des services qui se traduit selon un espace logique et physique (dénommé la gestion du point de contact client) ; ils imposent, en ce qu ils sont variés, une importante hétérogénéité de leur production. Face à cette loi d airain, il est essentiel de savoir quels sont les services dont on peut avoir besoin pour le client, et ceux que l on est amené à produire pour le fournisseur. Cette appréciation va pouvoir se définir grâce à une subdivision des services en trois catégories de base : les services élémentaires ; les services périphériques, éléments préalables à une architecture de services ; les services globaux. Les services élémentaires ou services de base sont constitutifs de la force de production du fournisseur, et répondent à un besoin

18 ITIL V3 et la définition des services 3 élémentaire du client. Ce besoin est élémentaire dans la mesure où le client sait le qualifier suffisamment sans l aide du fournisseur. Il a la capacité d imaginer la valeur que le fournisseur peut apporter par rapport à son besoin, sans en concevoir pour autant le mode de production. Les exemples de la vie courante sont multiples. Ainsi, le voyageur souhaitant se déplacer d un point à un autre imaginera trois services accessibles facilement de nos jours : un moyen de transport (train, avion, bateau, voiture de location) ; un moyen de raccord lui permettant de faire un trajet de «porte à porte»; un lieu de séjour ou un moyen d hébergement qui assurera la couverture de son besoin en sommeil dans des conditions acceptables. Les fournisseurs pourront, quant à eux, développer des offres répondant à ces besoins élémentaires afin d en promouvoir la commercialisation. Les services périphériques ou services dérivés vont pouvoir apporter un complément de satisfaction aux besoins élémentaires sans se substituer aux services de base. La logique de leur mise en œuvre doit respecter un ratio de 70 % pour les services de base, et de 30 % de services dérivés pour que les consommateurs puissent identifier sans ambiguïté la réponse à leurs besoins. Une offre doit aussi pouvoir laisser la place à des services occasionnels en définissant des dispositifs ad hoc permettant aux consommateurs d étendre la réponse à leurs souhaits. L hôtelier pourra ainsi donner accès à un service de pressing, l aéro port à un service de baga gistes et un taxi à de multiples moyens de paiement ou à Internet.

19 ITIL V3 et la définition des services 4 Qu est-ce qu un service selon ITIL? Si le détour par des exemples de la vie quotidienne nous est indispensable à la compréhension des services informatiques, c est que celle-ci ne va pas de soi. Le magazine consacré à la promotion de l ITIL, itsmf Mag de juillet 2008 en illustre la difficulté en ces termes : «Les livres ITIL et la norme ISO sont assez pingres quant à la définition d un service.» 1 Néanmoins, ITIL apporte une définition du «comment», laissant la question du «quoi» de côté : «Un service est l ensemble des moyens mis en œuvre pour produire de la valeur pour un client, sans que celui-ci n en supporte les coûts spécifiques ni les risques.» Il n est pas sûr que la définition du concept de service par celui de la valeur résolve la complexité du problème, mais elle a pour avantage de ramener le débat à un ensemble déjà connu 2 puisque participant au domaine de l économie. Rebondissons avec l itsmf sur cette définition car «certains des termes choisis pour cette définition méritent d être examinés de près : Prestation immatérielle : le service suppose une action inscrite dans le temps, avec un début et une fin, que nul ne peut posséder avant ou après son exécution. Par exemple, un service d impression ne donnera en aucune manière la propriété de l imprimante. Cet aspect immatériel constitue une des différences notables entre le produit et le service. 1. itsmf Mag, n 18, juillet 2008, p La définition de la nature d un service, de son essence, pose un problème presque philosophique qui rejoint les préoccupations des métaphysiciens sur l ontologie des objets, et leur quiddité. «L Être au sens premier est le ce qu est la chose, notion qui n exprime rien d autre que la Substance.» Aristote, La Métaphysique, livre Z.

20 ITIL V3 et la définition des services 5 Composable : néologisme sans ambiguïté. Un service-père peut se composer de plusieurs services-fils (ou composants de service) qui héritent du contexte d exécution du service-père. C est ainsi qu un composant pourra être ajouté, retiré sans influencer les autres composants de service. L image du résultat se traduira par une composition. C est-à-dire principalement son contexte et son environnement. La traçabilité de la conception du service. Dans sa conception, le service doit faire appel à des composants, et à une définition du contexte d exécution avant d être produit. Si l usage du service présente un risque ou un danger, il est important de montrer (au moyen de la traçabilité) si la conception du service est à mettre en cause ou pas. Perceptible : la notion de perception décrit le point de vue de l utilisateur sur la qualité de service qui lui est fourni par le producteur. La perception est de nature subjective et ne peut en aucun cas se mesurer au travers d outils. Seules les enquêtes permettent d évaluer le ressenti des utilisateurs (analyse de tendances). Conditions d utilisation prédéfinies (plus couramment décrites comme le «contexte») : ce point souvent négligé décrit avec précision toutes les conditions opérationnelles d utilisation d un service (par exemple : un service d impression papier est rendu à moins de 80 % d hygrométrie). Source de valeur : un service n a de raison d exister que s il est consommé. La source de valeur se définit par l acte de consommation du côté client et par la valeur ajoutée du côté fournisseur.» 1 1. itsmf Mag n 18.

21 ITIL V3 et la définition des services 6 Qu est-ce qu un service selon l Afnor? 1 Pour l Afnor, «Un service est le résultat d au moins une activité nécessairement réalisée à l interface entre le fournisseur et le client et, est généralement immatériel : une activité réalisée sur un produit tangible fourni par le client (par exemple, réparation d une voiture) ; une activité réalisée sur un produit immatériel (par exemple, une déclaration de revenus nécessaire pour déclencher l impôt) ; la fourniture d un produit immatériel (par exemple, la fourniture d information dans le contexte de la transmission de connaissances) ; la création d une ambiance pour le client (par exemple, dans les hôtels et les restaurants).» Définition d un service selon ISO Pour ISO , «Un service est une prestation immatérielle composable, manifestée de manière perceptible et qui dans une condition d utilisation prédéfinie est source de valeur pour le consommateur et le fournisseur.» Le lecteur aura remarqué que toutes les définitions des services établissent un faisceau qui converge vers l immatérialité ; à elle seule, cette caractéristique représente la principale source de décalages et d interprétations qu une volonté d objectivation saura réduire, voire dissoudre. La première de ces objectivations est le livrable. Le second point que nous retiendrons est la perception du client, qui ajoute à l immatérialité la subjectivité. Nous examinerons ce point au chapitre ISO , p. 11.

22 ITIL V3 et la définition des services 7 Peut-on matérialiser le service? La notion de livrable Si la caractéristique des services est d être intangible, il nous faudra trouver le moyen de contourner cet obstacle pour donner une condition minimale de succès à la relation client-fournisseur, car le service est perçu quoiqu il arrive par les deux parties. Cette perception peut s appuyer sur les moyens de production, bien qu ils n appartiennent pas directement au service (imprimante versus service d impression ou ressources humaines versus compétence). Si nous ôtons les moyens de fabrication du service, ce que certaines sociétés appellent «l usine», il nous reste le résultat délivré par cette usine. Ce résultat qui est délivré, nous l appellerons le «livrable», ce que les Anglo-Saxons nomment le deliverable, terme très proche de delivery en anglais, et de «livraison», en français. Le livrable est consubstantiel au service. Si nous reprenons les exemples des paragraphes précédents, le livrable d un transporteur est l arrivée concrète à une destination physique donnée, celui d un hôtelier, une nuit de sommeil en toute tranquillité, celui d un taxi, identique à l avion. Il nous est donc possible de matérialiser le service sans à la fois recourir à son moyen de production, et en évitant des réflexions complexes sur sa nature. L application aux services informatiques est aisée. L infogérance de production d un parc sera, par exemple, un certain volume de postes de travail délivré aux utilisateurs selon une fréquence choisie et un master 1 donné. Nous reviendrons plus en détail sur cette notion lors de la présentation et la définition de l offre 1. Nom donné au modèle de réplication des environnements et des logiciels homologués, valable pour la grande diffusion.

23 ITIL V3 et la définition des services 8 de services. Nous noterons néanmoins la difficulté majeure de positionner le service «entre» les ressources et les composantes de services qui constituent l usine de fabrication. Pr é s e n tat i o n d e s p r i n c i p e s et de l architecture d ITIL V3 ITIL V3 se présente comme un référentiel de bonnes pratiques qui s appuie sur le concept de services. Il s agit donc de situer le service à la fois dans le temps (aspects diachroniques) et dans l espace logique et géographique de leur gestion (aspects synchroniques). Dans le temps, un service pourra donc occuper plusieurs étapes ou phases du cycle de vie. Nous pourrons le trouver en conception dans le portefeuille des services, puis en observation dans le «pipeline des services», publié dans le catalogue client, en fin de vie et retiré dans le cas de services abandonnés, ou entièrement reconçu. Le passage d ITIL V2 à ITIL V3 repose sur la focalisation sur un axe majeur qui est celui des services. ITIL V3 propose un modèle qui combine un des socles de la version V2, les processus, avec les services. Il y a donc un changement de présentation du cadre du référentiel, mais qui s accompagne d une continuité ascendante. Les services sont déclinés selon cinq phases dont la principale est la stratégie des services qui en est le cœur, et trois autres (la conception des ser vices, la transition des services, l exploitation des services) qui s emboîtent en cycle, corroborées, enveloppées, encapsulées d une cinquième, qui est l amélioration continue des services.

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Périmètre d Intervention. Notre Offre

Périmètre d Intervention. Notre Offre 5 Nos Références 4 Nos Valeurs 3 Périmètre d Intervention 1 2 Notre Offre 1 La société La Société Qui sommes nous? 20 ans d expérience - 4 ans d existence Management des Systèmes d information Performance

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

ITIL FOUNDATION 2011 & PREPARATION A LA CERTIFICATION

ITIL FOUNDATION 2011 & PREPARATION A LA CERTIFICATION SEMINAIRE DE FORMATION ITIL FOUNDATION 2011 & PREPARATION A LA CERTIFICATION Management des services informatiques Objectifs de la formation Cette formation est destinée aux personnes qui aimeraient gagner

Plus en détail

Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011

Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011 Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011 Améliorer les relations clients-fournisseurs d une externalisation informatique Livrable 2010-2011 du Groupe ADIRA-ITIL Lyon 27 juin 2011 Animateurs: Jean LAMBERT

Plus en détail

DE L IGN. Le directeur général. Le 31 juillet 2013. Pascal Berteaud

DE L IGN. Le directeur général. Le 31 juillet 2013. Pascal Berteaud LA CHARTE QUALITÉ DE L IGN L Institut national de l information géographique et forestière a pour mission de décrire, d un point de vue géométrique et physique, la surface du territoire national et l occupation

Plus en détail

Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics

Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics Livre blanc Prodware 2013 Livre blanc : Tierce Maintenance Applicative pour Microsoft Dynamics Une offre de service mature pour un marché en pleine croissance 2 I/ Editorial II/ Nécessité et Gains de la

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Formation - Manager les projets de la DSI

Formation - Manager les projets de la DSI QUALIPSO Formation - Manager les projets de la DSI 4 x 2 jours + 2 jours de bilan Instaurer le PMO pour le support réactif des chefs de projet et l arbitrage et l équilibrage de portefeuille de projets

Plus en détail

CIGREF 2010. La contribution des SI à la création de valeur

CIGREF 2010. La contribution des SI à la création de valeur 1 CIGREF 2010 La contribution des SI à la création de valeur Michel DELATTRE Directeur des Systèmes d Information du Groupe La Poste Administrateur du CIGREF CIGREF 2 Créé en 1970 Association de Grandes

Plus en détail

PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE

PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE Gouvernance du Système d Information Comment bien démarrer? Page 1 Soirée «Gouverner son informatique et sa sécurité : le défi des entreprises» CLUSIS / ISACA

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D D O M I N I Q U E M O I S A N D F A B R I C E G A R N I E R D E L A B A R E Y R E Préface de Bruno Ménard, président du Cigref CobiT Implémentation ISO 270 2 e édition Pour une meilleure gouvernance des

Plus en détail

Le chef de projet efficace

Le chef de projet efficace Alain Fernandez Le chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain 5 e édition revue et augmentée Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com

Plus en détail

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques ITIL v3 La clé d une gestion réussie des services informatiques Questions : ITIL et vous Connaissez-vous : ITIL v3? ITIL v2? un peu! beaucoup! passionnément! à la folie! pas du tout! Plan général ITIL

Plus en détail

Fiche Pratique. Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques ITIL. Club des Responsables d Infrastructures et de Production

Fiche Pratique. Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques ITIL. Club des Responsables d Infrastructures et de Production Fiche Pratique ITIL Club des Responsables d Infrastructures et de Production Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques Les Opérations Informatiques sont sensibilisées depuis plusieurs années aux

Plus en détail

Formation - Manager les projets de la DSI

Formation - Manager les projets de la DSI QUALIPSO Formation - Manager les projets de la DSI 4 x 2 jours + 2 jours de bilan Instaurer le PMO pour le support réactif des chefs de projet et l arbitrage et l équilibrage de portefeuille de projets

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

agiles Les services et les processus Retours d expérience basés sur ITIL v3 études, développement & intégration

agiles Les services et les processus Retours d expérience basés sur ITIL v3 études, développement & intégration études, développement & intégration Les services agiles et les processus Retours d expérience basés sur ITIL v3 Thierry Chamfrault Claude Durand Préface de Georges Epinette Table des matières Préface.....................................................................

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

Vaincre les incompréhensions ITIL 2011

Vaincre les incompréhensions ITIL 2011 Vaincre les incompréhensions ITIL 2011 Orateur Société Orateur Sponsor/Partenaire Delphine Bosramier- Consultant Senior Amettis Amettis Référent itsmf France L offre de service, reflet de la transformation

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire?

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire? Management pourquoi et pour quoi faire? Un guide pratique pour comprendre l intérêt des solutions d Application Management, à l heure où les systèmes d information sont au cœur de l efficacité opérationnelle

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES

ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES Alain Alleaume ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES Mettre en œuvre des stratégies d achats efficaces Maîtriser les budgets Développer son capital fournisseur Mesurer et piloter la

Plus en détail

Catalogue de formations OPAL OSIATIS PERFORMANCE ADAPTATIVE LEARNING

Catalogue de formations OPAL OSIATIS PERFORMANCE ADAPTATIVE LEARNING Catalogue de formations OPAL OSIATIS PERFORMANCE ADAPTATIVE LEARNING 2013 Introduction Osiatis Osiatis est un acteur majeur du Service Management, qui exprime cette sensibilité tant dans ses prestations

Plus en détail

ITIL : Une longue quête. Etienne TAROT Lactalis

ITIL : Une longue quête. Etienne TAROT Lactalis ITIL : Une longue quête Etienne TAROT Lactalis Historique De la veille 1ère réflexion autour d ITIL 2004 2008 2009 2011 Développement de la stratégie autour d ITIL Développement des process Première externalisation

Plus en détail

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats?

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats? SESSION 1 Jeudi 7 février : 9h - 10h30 Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance Quelles relations entre le RM et les achats? 1 Intervenants Eunyoung PARK Directeur des

Plus en détail

C.E.S.I.T Comités des EXPLOITANTS DE SALLES INFORMATIQUES et TELECOM I T I L PRESENTATION DU REFERENTIEL

C.E.S.I.T Comités des EXPLOITANTS DE SALLES INFORMATIQUES et TELECOM I T I L PRESENTATION DU REFERENTIEL I T I L PRESENTATION DU REFERENTIEL loitation 1 1 Introduction 1.1. Description du document Ce document présente les grandes lignes du référentiel ITIL exploitants de salles informatiques dans le cadre

Plus en détail

Table des matières. Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1. Les besoins de l acheteur 3. Conclusion du contrat 17

Table des matières. Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1. Les besoins de l acheteur 3. Conclusion du contrat 17 Table des matières Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1 Chapitre 1 Les besoins de l acheteur 3 1.1 Définition des besoins de l acheteur 4 1.2 Méthodologie 7 1.3 Formalisation

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Ingénierie des Exigences

Ingénierie des Exigences Club Management des Systèmes d'information Ingénierie des Exigences Comment construire et maintenir un référentiel? 1 Qui suis-je? Stéphane BADREAU Consultant et formateur en ingénierie des exigences chez

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing

Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing Software Asset Management Savoir optimiser vos coûts licensing A propos d Insight Insight est le spécialiste en gestion des contrats de licences, en fourniture de logiciels et services associés. Nous accompagnons

Plus en détail

Progiciels. Charte Cigref - Syntec informatique. Avant-propos

Progiciels. Charte Cigref - Syntec informatique. Avant-propos Charte Cigref - Syntec informatique Progiciels Avant-propos Le Cigref et Syntec informatique ont signé le 24 février 2003 une charte qui engage les deux associations professionnelles à respecter 10 orientations

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

Gestion des services Informatiques ITIL Version 3, Les fondamentaux Conception des Services

Gestion des services Informatiques ITIL Version 3, Les fondamentaux Conception des Services Gestion des services Informatiques ITIL Version 3, Les fondamentaux Conception des Services Jaafar DEHBI 2003 Acadys - all rights reserved Conception des services Buts et objectifs Concevoir les nouveaux

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Comprendre ITIL 2011

Comprendre ITIL 2011 Editions ENI Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000 Collection DataPro Table des matières Table des matières 1 Les exemples à télécharger sont disponibles à l'adresse

Plus en détail

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat Chapitre I Politique d entreprise et politique d achat Nous venons de voir que les objectifs de l entreprise étaient de créer du profit tout en respectant les attentes des clients. Lorsque l entreprise

Plus en détail

Comprendre la gouvernance de l informatique

Comprendre la gouvernance de l informatique Comprendre la gouvernance de l informatique Xavier Flez Novembre 2006 Propriété Yphise yphise@yphise.com 1 Plan Introduction Ce qu est la gouvernance informatique Sa traduction en terme de management opérationnel

Plus en détail

Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM

Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM ENICarthage 2015 / 2016 Chapitre I : GRC-F : Concepts fondamentaux 2 CRM / SRM?? Logistic Core Operations with SAP Procurement, Production and Distribution

Plus en détail

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6 QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 DEFINIR VOS REGLES DU JEU 3 CONTROLER L APPLICATION DES REGLES 3 VOUS OBLIGER A JOUER LE JEU : «RECONNAITRE ET ACCEPTER LES CONTRAINTES S IMPOSANT A VOUS» 4 CONCLUSION

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Introduction.................................................. 1 Mesurer l efficacité des services informatiques................. 1 La réduction des coûts......................................

Plus en détail

Réussir le. Management des systèmes d information. Les conseils et les astuces. des correcteurs de l épreuve. 36 exercices corrigés type examen

Réussir le. Management des systèmes d information. Les conseils et les astuces. des correcteurs de l épreuve. 36 exercices corrigés type examen Virginie Bilet Valérie Guerrin Miguel Liottier Collection dirigée par Xavier Durand Réussir le DSCG 5 Management des systèmes d information L essentiel à connaître pour réussir 36 exercices corrigés type

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC

Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Instance Nationale de Concertation CNAF Projet de Transformation de la DSI et des fonctions SG/AC Le 5 Mars 2015 Version de travail Projet Février 2015-1 Ordre du jour Avancement des travaux Rappel du

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2013. Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets)

Livre Blanc Oracle Mars 2013. Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets) Livre Blanc Oracle Mars 2013 Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets) Présentation générale 1 Introduction 1 Phase de planification 2 Établir les objectifs 2 Définir le champ d application et

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

ITIL : Premiers Contacts

ITIL : Premiers Contacts IT Infrastructure Library ITIL : Premiers Contacts ou Comment Optimiser la Fourniture des Services Informatiques Vincent DOUHAIRIE Directeur Associé vincent.douhairie douhairie@synopse. @synopse.fr ITIL

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Fiche 14 Le calcul des coûts fondé sur les activités (activity based costing- ABC).

Fiche 14 Le calcul des coûts fondé sur les activités (activity based costing- ABC). Analyse des coûts Fiche 14 Le calcul des coûts fondé sur les activités (activity based costing- ABC). 1. Définition. Piloter la performance implique de disposer des éléments les plus pertinents sur les

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

Enquête ITIL et la performance en entreprise 2007 CONNECTING BUSINESS & TECHNOLOGY

Enquête ITIL et la performance en entreprise 2007 CONNECTING BUSINESS & TECHNOLOGY Enquête ITIL et la performance en entreprise 0 CONNECTING BUSINESS & TECHNOLOGY CONTEXTE L enquête «ITIL et la gestion de la performance en entreprise» 0 de Devoteam Consulting a permis de recueillir 1

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs «J ai obtenu 15 % il y a deux ans en revoyant à la baisse le cahier des charges. L année dernière, on a encore fait 10 % grâce à l enchère. Mais, cette année, les fournisseurs ne veulent plus faire d enchères

Plus en détail

Le meilleur LMD. du DSCG 5. Management des systèmes d'information. Expertise comptable. 3 e ÉDITION. Sup FOUCHER. Jean-Pierre Marca COLLECTION

Le meilleur LMD. du DSCG 5. Management des systèmes d'information. Expertise comptable. 3 e ÉDITION. Sup FOUCHER. Jean-Pierre Marca COLLECTION LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DSCG 5 Management des systèmes d'information 3 e ÉDITION Jean-Pierre Marca Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Réussir le Service Management avec ISO 20000-1 Novembre 2007 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise 1 Introduction (1/2) Il existe une norme internationale sur le Service Management en plus d ITIL

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

Charte de bonnes pratiques des prestataires TIC

Charte de bonnes pratiques des prestataires TIC Charte de bonnes pratiques des prestataires TIC Sommaire Editorial 3 Introduction 4 Propriété 4 Principe 4 Engagement 4 Déontologie : règles générales 5 Le respect des personnes 5 L attitude face aux clients

Plus en détail

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Synthèse Petit-déjeuner «Démat-finance» Octobre 2012 SOMMAIRE I. LA PERFORMANCE DU PROCESSUS ACHATS FOURNISSEURS 2 II. GRANDS ENSEIGNEMENTS

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DEVANT ETRE ASSUREES PAR LE DELEGATAIRE. Page : 1

RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DEVANT ETRE ASSUREES PAR LE DELEGATAIRE. Page : 1 DELEGATION DE SERVICE PUBLIC POUR LA CONCEPTION, L EXTENSION, L EXPLOITATION TECHNIQUE ET COMMERCIALE DU RESEAU DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES A TRES HAUT DEBIT DE NANTES METROPOLE RAPPORT DE PRESENTATION

Plus en détail

Club des Responsables d Infrastructures et de Production. Les trois domaines cibles d évaluation de la continuité :

Club des Responsables d Infrastructures et de Production. Les trois domaines cibles d évaluation de la continuité : Fiche Pratique PRA - PCA Club des Responsables d Infrastructures et de Production L audit de la continuité d activité d un organisme La continuité d activité correspond à la capacité d un organisme (entreprise

Plus en détail

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise IBM Janvier 2007 La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise Une étude de la série «Les implications pour le DSI» d après l enquête Dirigeants d entreprise 2006 Page 2 Sommaire

Plus en détail

Pilotage de la performance par les processus et IT

Pilotage de la performance par les processus et IT Pilotage de la performance par les processus et IT Pilotage par les processus, Apports de la DSI aux processus métiers, Maturité des entreprises en matière de pilotage par les processus. 1 1 Piloter par

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN ACHATS STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne dans

Plus en détail

ITIL. optimal. pour un service informatique. 2 e édition C H R I S T I A N D U M O N T. Préface de Patrick Abad

ITIL. optimal. pour un service informatique. 2 e édition C H R I S T I A N D U M O N T. Préface de Patrick Abad C H R I S T I A N D U M O N T Préface de Patrick Abad ITIL pour un service informatique optimal 2 e édition Groupe Eyrolles, 2006, 2007, ISBN : 978-2-212-12102-5 Introduction..................................................

Plus en détail

ITIL V3. Stratégie des services - Processus

ITIL V3. Stratégie des services - Processus ITIL V3 Stratégie des services - Processus Création : juillet 2011 Mise à jour : Juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

Exploiter l information remontée par le SI

Exploiter l information remontée par le SI Exploiter l information remontée par le SI Synthèse de la conférence thématique du CLUSIF du 14 octobre 2014. Il est un domaine de la sécurité des systèmes d information qui s applique tant en termes de

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Les principes clés d une fonction achats performante. Document à destination des directeurs d établissement

Les principes clés d une fonction achats performante. Document à destination des directeurs d établissement Les principes clés d une fonction achats performante Document à destination des directeurs d établissement Préambule Destinataire Un directeur d établissement qui souhaite engager une démarche de plan

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Réussir le choix de son SIRH

Réussir le choix de son SIRH Réussir le choix de son SIRH Pascale Perez - 17/09/2013 1 L évolution du SI RH 1960 à 1970 : le progiciel de paie. Le système d information RH apparaît dans les années soixante avec la construction des

Plus en détail

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES LOGISTIQUE &TRANSPORT 2014 FABRICANT D ECONOMIES Notre Cabinet Notre Cabinet A propos Notre activité Notre Méthodologie DoubleV Conseil accompagne ses clients de façon opérationnelle dans la réduction

Plus en détail

ROMAIN HENNION HUBERT TOURNIER ÉRIC BOURGEOIS. Cloud. computing. Décider Concevoir Piloter Améliorer. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13404-9

ROMAIN HENNION HUBERT TOURNIER ÉRIC BOURGEOIS. Cloud. computing. Décider Concevoir Piloter Améliorer. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13404-9 ROMAIN HENNION HUBERT TOURNIER ÉRIC BOURGEOIS Cloud computing Décider Concevoir Piloter Améliorer Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13404-9 Avant-propos Cloud computing : du buzz aux perspectives

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. LES ATOUTS DES SOLUTIONS E-ACHATS SOURCE-TO-PAY «Les suites Source-to-Pay

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Optimisation complète de vos parcs d impression

Optimisation complète de vos parcs d impression Optimisation complète de vos parcs d impression Juin 2014 1 Pourquoi? L impression est souvent un poste négligé des DSI car il est relégué au rang des périphériques. Pourtant, il représente le poste de

Plus en détail

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue.

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue. Le DSI du futur par Monsieur Dominique Jaquet DSI APEC ( www.apec.fr ) Compétent, innovant mais surtout convaincant. L entreprise est un organisme vivant ; son efficacité, comme son évolution, reposent,

Plus en détail

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire)

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Serge Allou, Gwénaëlle Corre Juillet 2010 A la suite des trois ateliers d échange successivement tenus à Hanoï, Abidjan et Addis

Plus en détail