Université du Québec en Abitibi~e

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université du Québec en Abitibi~e"

Transcription

1 Université d Qébec en Abitibi~e Etde des besoins forxlalœntax des personnes diabétiqes d secter de Rcyn-Norarrla selon le modèle de soins de Virginia Hen:ierson par Brigitte Gagnon Kiyan:la Rapport de recherche présenté en ve de l 'obtention de la maîtrise en édcation sos la direction de madame Ginette Ron:iea Décembre 1990

2 Mise en garde La bibliothèqe d Cégep de l Abitibi-Témiscaminge et de l Université d Qébec en Abitibi- Témiscaminge a obten l atorisation de l ater de ce docment afin de diffser, dans n bt non lcratif, ne copie de son œvre dans Depositm, site d archives nmériqes, gratit et accessible à tos. L ater conserve néanmoins ses droits de propriété intellectelle, dont son droit d ater, sr cette œvre. Il est donc interdit de reprodire o de pblier en totalité o en partie ce docment sans l atorisation de l ater.

3 i i La présente recherche a été rende possible grâce a concors de nombreses personnes qi ont totes le mérite de m'avoir fait confiance jsq'à ce jor. Je remercie en premier lie, mon mari, Gstave Ng. Kiyan:la, et mes enfants qi m'ont sans cesse encoragée. Je remercie ltlon tter, madame Ginette Rondea, qi, jsq'à la fin, m'a conseillé jdiciesement. Je remercie les personnes diabétiqes qi ont bien vol réporore à mon qestionnaire et l'association d diabète, section Royn-Noranda, sans qi cette recherche n'arait pas e lie. Je remercie totes les personnes qi ont contribé de près à cette recherche et qi m'ont sovent conseillé, en particlier Mesdames SUzanne I.egalt Roy, infinnière et Olantal Rail Laszczewski, diététiste. Je remercie les pharmaciens de Royn-Noranda qi m'ont permis d'entrer en contact avec les personnes diabétiqes. Je remercie également le CRSSS (Conseil régional de la santé et des services sociax) et le FIR (Fonds instittionnel de recherche) por l'aide financière irx:lispensable accordée à la recherc:he.

4 ~-.... ii ~ 'ŒS ~- iii!mie I:::ES ~- vi!mie I:::ES F'Ic;tJRE:S - viii ~œ ~ I - IE DIAŒm A. ~.:ini tic:11. B. Cl.a,ss.i.f'ic:::a.tic::11 cl.:iniqtje c..fa.ctell:"s œ ~.... O. ManifestatiCI'lS d'n diabète IXX1 CXIILL"ôlé E.Al.It:cx::x:l'le F. Etat actel œ la redle.rdle sr le diabète il 13 m Bl:)m.EM:E' A. Pl:t:::i:Jl~ 1. L' éteixhle et la gravi té œ la mal acu e I..es ~- 3. Ia cliniqe d'aide pan: diabétiqes et le.it's fami 1 1 E!:S 4. I..es ~-t:a.ti~ -dll c::x:llli."t:é 5. L'Association d diabète B. ~inition d problème

5 C8APTTRE III- LE CADRE THEORIQUE 29 A. B. 'I.e. dc"i'j"'ës; ~ de. 1 ' ~ticji"l 1. I.es ::p:r: c::qj: a:twm::::::j ' 2 L ' arl8..l 'Y'5E! des 1::eso.il'l::; 3 'I.e. JJX'"X1èl e ~ Le domaine des soins infirmiers l. 'I.e. nrrlèl e de. soins de. Virginia Hen:Jerson 2. I.es 1::esoins fcn:iamentax et 1 1 imivid d.:ï.al:jé:tiqt.le OIAPrmE N - ~r.c::x:;rn - A. L'instrment de recherche 1. L' élal::::xjl:a.tie11 d qt.les't.iail'la.il:e 2 la -val.icla.tic:ll ëijj. qt.les't.iail'la.il:e 1 -~..:_.,:--- :ti' ëijj.... ~.; 3. L ~~'-La c::rl ~~"""""4CI"llla.1.re: 4. I.a. "tra.i:'teœrlt (jes, qt.les't.i~ B. L' â::::ila.ritil.c:::11. c. Limites méthcdologi~. ].. Limites œt:.hcdologiqes liées à 1 1 échantillcil 2. Limites œt.hcrlologiqes liées a qestionnaire 3. Limites méthcrlologi~ liées a 11X'"X1èl e d 1 arl8..l 'Y'SE! C8APTTRE V- ~SE DES~ I.a. 1::esoin de se lio.iyo.i.:j: 5. I.a. 1::esoin de danni r et de se ::reposer 6. I.a. 1::esoin d'être ::p:r:qn:e et de protéger il I.a. 1::esoin de restlirer' re. 1::esoin de oo.i.i:"e et ~.... I.a. 1::esoin d ' él..i.::m.i.i'le!. se!; ~- I.a. 1::esoin de se vêtir et de se dévêtir Le besoin d'éviter les dangers I.a. besoin de :œintenir la tepérablre d ~ è!arl:s les l.imi.. tes I1C'll"Di31 es. I.a. 1::esoin de c:x:mm..miqer avec se!; senijlables I.a. 1::esoin d 1 agir selcn ses croyarx::es et se!; -valel.ll':'s 'D:Jra.l es I.a. 1::esoin de s 1 cxx:per en ve de se réaliser.. I.a. 1::esoin de se..z:a:::::t:ef:l::r I.a. 1::esoin dt ~etx:h:e I.a. résmé de 1 1 alla..l'y'se! des résltats ill ll4 ils ll l32

6 c:x:::taijsiœ 134 HTBII~. 139 rxsm I::::ES ~ 143

7 vi Tablea 1: r:escript.ion de 1' échantillon selon les variables sexe, âge, et type de diaœte Tablea 2: Pcrcentage (%) des répcrnants insatisfaits per d1acn des qatorze besoins fondamentax 86 Tablea 3: Dist:ril::t.ion des :répcn:iants selon la satisfaction d besoin de respirer et les da.lle:!i.il:"s. 88 Tablea 4: Tablea 5: Répartition des :répcn:iants selon les :manifestations, tcx et expectorations et l'~ d 1:a1:lac Répartition des :répcn:iants selon q'ils c::.x:i1sajiœil les 4 grcpes d' alilœnts 01 In'l, A atl. ~ ~ Tablea 6: Tablea 7: Tablea 8: Tablea 9: Rép:t.ition des :répcn:iants selon la satisfaction d besoin de s' al:i:menter et le Sl..ll:plllS de p:>ids. 94 Répartition des :répcn:iants selon la satisfaction d besoin de se m:::voir et des dolers ax fesses Répartition des :répcn:iants selon la satisfaction d besoin de se m:::voir et des dolers ax 01isses Rép:t.ition des :répcn:iants en fcn:::tion de. l'~tion de l'hypcqlycémie après 1' exercice et des mesres de prévention Tablea 10: Répartition des répanjants selon la satisfaction d besoin de dormir et se ~et les cz:anp::s dans les lliblltes.inf'er'1ers 103 Tablea il: Répartition des :répcn:iants selon le type de diaœte et la pré.seire d' infections Tablea 12: Répartition des :répcn:iants selon la satisfactiœ d besoin d'être p:tq::rre et la :manifestaticil ' 1 i.n:fectic:::i']s;

8 vii Tablea 13: Répa.rtiticn des :réparlants selcn le type de diabète et la crainte des darqars. 109 Tablea 14: Répa.rtitial des répnjants selcn la satisfacti.cn d l:esoin d'éviter les darqars et la CCI'lSCi.ence des darqars liés ~ diabète llo Tablea 15: Répa.rtiticn des :réparlants selcn la satisfacti.cn d l:esoin de m.intenir sa te {ératre et la :manifestaticn ''1::x::l.lffe!es, de dlale.il:"'' Tablea 16: Répa.rtiticn des répc:xdant:s selcn la sa.tisfacticn d l:esoin de m.intenir sa tejp5..ratre et la :manifestaticn ''p. eds froids. " ] Tablea 17: Poircentage (%) des répnjants selcn les trois niveax de cc:rma.issarx:e de 1 ~ ll5 Tablea 18: Répa.rtitial des :répc:n3ants selcn la satisfacticn d l:esoin de s'occper et 1 '~tic:::ll Tablea 19: Tablea 20: Tablea 21: Tablea 22: Poircentage des :répc:n3ants satisfaits de lers ~ en fc:n±icn de ma":n ~ thèmes liés à l' ense.igr.eme1xt aj.l ~ Répa.rtiticn des :réparlants selcn lers ~ relatives ax différents ~ ale.l 'Y'Sés..126 Répa.rtiticn des :réparlants selcn la scm:ce d' infœ:ma.ticn et le type de diabète Réparti tien des :réparlants selcn ler nivea de satis:fa.ct:i.cn et lers ~

9 viii Figre A: ~ d'~le Figre l: Figre 2: Figre 3: Figre 4: Figre 5: Figre 6: Réparti tian des répc:n:lants selon ler nivea de satisfaction (a), ler intention d'améliorer ler nivea de satisfaction (b) et les sam:es de difficltés qi entravent la satisfaction ( c) d besoin de ~.i.rer. 90 Répartition des répc:njant:s selon ler nivea de satisfaction (a), ler intention d'améliorer ler nivea de satisfaction (b) et les sam:es de difficltés qi entravent la satisfaction (c) d besoin de ooire et ~ Répartition des répc:njant:s selon ler nivea de satisfaction (a), ler intention d'améliorer ler nivea de satisfaction (b) et les sam:es de difficltés qi entravent la satisfaction ( c) d besoin d' él.ilniner d 'él~ Répartition des :répan:jants selcn ler nivea de satisfaction (a), ler intention d'améliorer ler nivea de satisfaction (b) et les sam:es de difficltés qi entravent la satisfaction (c) d besoin de se lik:jllvo.:l.r. 102 Répartition des répc:n:lants selan ler nivea de satisfaction (a), ler intention d'améliorer ler nivea de satisfaction (b) et les sam:es de difficltés qi entravent la satisfactici'l (c) d besoin de dcmnir et de se ~ RépartitiCI'l des répc:njant:s selan ler nivea de satisfactici'l (a), ler intention d'améliorer ler nivea de satisfaction (b) et les sam:es de difficltés qi entravent la satisfactici'l ( c) d besoin d'être p:tc.pre et de~ ses tégments

10 ix Figre 7: Répartiticn des répc::njants se.lc:n le.rr nivea de sa.tisfactial (a), le.rr intentic:n d' amél i orer le.rr nivea de satisfactic:n (b) et les SCXJ:rCeS de difficltés qi entravent la satisfactic:n ( c) d besoin de se vêtir et de se c::lévêtjx. 108 Figre 8: Figre 9: Répartiti.cn des répc::njants selc:n le.rr nivea de sa.tisfactim (a), le.rr intentim d 1 amél i orer le.rr nivea de sa.tisfacticn (b) et les SCXJ:rCeS de difficltés qi entravent la sa.tisfactiœ (c) d besoin d'éviter les ~... Répartiticn des répc::njants se.lcn le.rr nivea de sa.tisfactial (a), le.rr intenticn d' amél i orer le.rr nivea de satis:fact:.icn (b) et les SCXJ:rCeS de difficltés qi entravent la satisfactiœ ( c) d besoin de maintenir la terpârat:re d CCll:pS dans les l..i.mi "tes -J'X")l"'Djê'31 es ill ll4 Figre 10: Réparti.ti.cn des répc::njants se.lcn le.rr nivea de sa.tisfacticn (a), le.rr intenticn d' amél i orer le.rr nivea de sa.tisfa.cticn (b) et les SCXJ:rCeS de difficltés qi entravent la sa.tisfacticn (c} d besoin de CX'JTJ!Imiqer ave:: ses SE:!IIi::llabl.es,. ll7 Figre il: Figre 12: Répartitim des répc::njants selcn le.rr nivea de satisfacticn (a), le.rr intentim d'améliorer ler nivea de sa.tisfacticn (b) et les sa.xrces de difficltés qi entravent la satisfactiœ ( c} d besoin d 1 agir selcn ses croyarx:es et ses valers nx:n:al.es.... Répartiticn des répc::njants se.lcn le.rr nivea de sa.tisfa.cticn (a) 1 le.rr intentim d 1 amél i orer ler nivea de satisfacticn (b) et les san:œ.s de difficltés qi entravent la satisfactim ( c} d J:::esoin de s' cx::ajper er1 "V\lE!. œ se. réa, ; ::;er ll8 121 Figre 13: Répartitim des répc::njants selm le.rr nivea de sa.tisfacticn (a} 1 le.rr intenticn d 1 améliorer le.rr nivea de sa.tisfactim (b) et les san:œ.s de difficltés qi entravent la sa.tisfactia1 ( c) d J:::esoin œ se t:a:::te:::t:r. 122

11 x Figre l4: Répartitial des réparlants selci'l ler nivea de satisfactici'l (a), ler intentici'l d'amél jorer ler nivea de satisfactici'l (b) et les sorces de difficltés qi errt::ravent la satisfactici'l ( c} d besoin d 1 dallet~. 131

12 L'objet principal de la présente recherche est l'identification des besoins fondamentax des personnes diabétiqes appartenant a secter gécgraphiqe de Royn-Noran:la. la cherchese avait dans sa famille, conne dans bon nombre de familles qébécoises, ne grand-mère diabétiqe inslinodépendante. I.es problèmes majers q'elle vivait étaient son incapacité à se piqer elle-même et son refs de sivre n régime alimentaire. A cette époqe, en 1945, elle était dépen::lante de ses enfants qi ignoraient ex-mêmes les rdbnents des soins ax diabétiqes. la cherchese a participé en tant q' infinnière pédiatriqe à la mise sr pied d service d'aide ax diabétiqes a Centre hospitalier de l'université Laval (CHUL), en Un des volets de ce service consistait à aider les parents des enfants diabétiqes hospitalisés, principalement en les informant et en les spportant afin de ler pennettre de s'occper adéqatement de ler enfant et d'accepter la maladie. L'éqipe lid.lltidisciplinaire était composée de l'infirmière, de la diététiste et d médecin.

13 2 En 1977, le Centre hospitalier Royn-Noran::'ia mettait sr pieds n département de santé commnataire conformément à la politiqe de réfo:r::me des sel:vices de santé et sel:vices sociax a Qébec. En tant qe coordonnatrice d département de santé commnataire, nos prenions conscience de la nécessité de sotenir les efforts des diverses ressorces disponibles afin de fonrir 1.m spport adéqat ax personnes diabétiqes. L'Association d diabète, les infirmières de première ligne et qelqes médecins et phannaciens donnaient de 1' information ax personnes diabétiqes, ceci d miex q'ils povaient et avec les ncyens dont ils disposaient. Il n'existait pas de strctre stable à laqelle la personne diabétiqe et ses proches araient p s'adresser por obtenir des réponses ax besoins. I.e véc familial, les expériences professionnelles, 1' implication dans 1 'Association d diabète expliqent notre intérêt soten por le sjet de la :recherche. Nos avons la conviction qe tote intervention professionnelle après des personnes diabétiqes devrait favoriser le développement de 1 'atonomie de ces personnes en matière de santé.

14 3 Il y a 70 ans, le Docter Joslin, pionnier dans le domaine d diabète, réalisait l'.i.rrp::)rtance de l' é::ication por le diabétiqe et sa famille. L'attitde d Docter Joslin s'exprimait ainsi: "Le diabétiqe qi en connaît le pls sr le diabète, vit pls longtemps" 1. Encore récemment, les experts de l'cm3 (Organisation Mondiale de la Santé) affinnaient dans ler rapport sr le diabète scré qe l'édcation doit être la pierre anglaire dans le traitement d diabète 2 La mise sr pied et 1 'application d 1 n prcgrannne d'édcation passe avant tot par n processs d 1 identification des besoins de la clientèle. La connaissance des l:::esoins étant l'élément majer por la formlation des objectifs d'apprentissage. I.e lecter trovera, dans ce rapport, cinq chapitres qi se présenteront comme sit: I.e premier cbapitre expliqe brièvement ce q'est le diabète et les tennes techniqes les pls fréqe:rrnnent tilisés dans le domaine des soins ax diabétiqes. l. Tradction personnelle, L.P. Krall, Edcation: Treatment for diabetics, Joslin' s Diabetes Mellits, 12 ed, 1985, chapiter 23, pp cami té CM3 d'experts d diabète scré, 2e rapport, no. 64 6, OMS, Genève, 1980, p. 62.

15 4 I.e dexièlœ chapitre expose la problématiqe de la recherche en termes de méconnaissance des besoins des personnes diabétiqes et d'absence de programme povant rép:)n:lre ax besoins. Le cadre théoriqe de la recherche fait l'objet d troisième chapitre et s'appie sr les champs des connaissances des soins infinniers et de l'édcation. I.e qatrièlœ chapitre expliqe les aspects de la méthodologie: l'instrment de recherche, l'échantillon et les limites de la recherche. Finalement, le dernier cbapitre analyse les résltats de 1 'étde. Nos sohaitcns qe l'analyse des besoins exprimés, combinée a portrait des ressorces existantes permette de développer et d' ilrq;:)lanter n prcgramme d'intervention por les diabétiqes et lers proches et devienne ainsi n otil por ne meillere qalité de vie.

16 IE DIABElE I.e chapitre qi sit expose les grandes lignes d diabète: ce q'il est, sa classification, ses facters de risqe, ses manifestations. la notion d' atcx::ontrôle est abordée brièvement et sera développée pls longement dans la description d cadre théoriqe de la recherche. L'objectif d chapitre est de définir les principax termes techniqes reliés à la maladie, afin de faciliter la lectre et la compréhension de la recherche. A. Définiticn Le diabète est ne maladie chroniqe caractérisée par ne élévation 1 anonnale d tax de scre dans le san;. Le terme glycémie o nivea de scre dans le sang vient d grec par ses racines: "glcs", por glcose (scre) et ''hailna" por "san;". L' insline, prodite par les cellles Eeta de la glan:le d pancréas pennet à l'organisme d'tiliser le glcose en circlation dans le sang; elle abaisse, par le fait même, la glycémie. 1. Clade cattelier, I.e diabète scré, st-hyacinthe, Edisem Inc., 1984, p. 7.

17 6 L'action harmoniese de l'insline et des atres hormones d pancréas, dont le "glcagon", maintient la glycémie dans les limites normales, c'est-à-dire, entre 80 et 120 mg/dl (milligrammes par décilitres de sang). Chez le diabétiqe, l'insline n'est pls sécrétée o n'est pas sécrétée en qantité sffisante por répondre ax besoins de l'organisme. Sans insline, le glcose ne pet être tilisé et il s'accmle dans le sang. A delà de la valer glycémiqe spériere, 120 m:;/dl, il y a hyperglycémie. Une hyperglycémie légère et passagère, à la site d'n repas carcrp:>rtant des mets scrés, n'est pas signe de diabète. C'est le caractère persistant de 1 'hyperglyréni e qi caractérise le diabète. Le diabétiqe doit sppléer à l'absence o à la pénrie.. ~... d' insline en ayant recors à des injections qotidiennes d' insline o encore à des médicaments orax qi vont stimler la prodction d'insline là où elle est encore présente. Dans certains cas, le régime alilnentaire sel,t:et sffire à contrôler le diabète.

18 7 B. Classificaticn cliniqe L'OMS a classifié, en dex principax gropes, les personnes soffrant de diabète 2 1 les dial:étiqes de type I, o dépendants de 1' insline: dial:étiqes inslino-déper:dants. 2 les dial:étiqes de type II, o non-dépen:iants d'ne sorce d'insline extériere à 1' organisme: diabétiqes non inslino-déperx:lants. Les diabétiqes de type I sont tojors traités avec des injections d' insline. Les diabétiqes de type II pevent, dans certains cas, contrôler ler diabète avec, niqement, n régime alimentaire approprié, o, dans d'atres cas, avoir besoin de médicaments dits "hypoglycémiants". Il pet arriver, dans certaines circonstances, canne lors d'ne chirrgie, qe les diabétiqes de type II aient recors à 1' insline. Qel qe soit le type de diabète, le régilne al.ij:nentaire est tojors 1 'élément majer d contrôle d diabète. Sans voloir entrer dans le détail de cette maladie et de sa classification, laqelle inclt qelqes atres catégories, il est 2. Cami té OMS d'experts d diabète scré, dexième rapport, OMS, Genève, 1980, p. 14.

19 8 inlportant de soligner qe œ.rtaines personnes ignorent le fait q'elles sont diabétiqes. Panni les raisons qi expliqent ce phénomène, il fat citer les problèmes d'interprétation des valers de la glycémie par les professiormels de la santé. I.a gravité de la maladie, d'ne part, et les facilités dont nos disposons por le contrôle de cette maladie, d'atre part, doivent inciter les professionnels de la santé à ne pas ignorer les individs chez qi les valers glycémiqes ne sont encore q'à la limite de la no:r:malité. En effet, selon le docter Catellier, en présence de valers glycémiqes "ni franchement normales, ni franchement anormales, la sagesse cammand.e de se comporter comme si on était en présence d'n diabétiqe vrai (... ), srtot si le sjet est jene, à fortiori obèse, 3 s ' il présente des facters de risqes de devenir diabétiqe (... ) " c. Facters de risqe Le diabète n'est pls, de nos jors, considéré nig:ernent cannne ne maladie d'origine héréditaire. En effet, le docter catellier affirme 3. catell ier, oo. cit., p. 13.

20 9 qe "dans la majorité des cas, le diabète scré réslte de 1' interaction, en proportions variables, de facters génétiqes et de facters de 1 'environnement" 4 ces vir.s, des agents chimiqes spécifiqes et des tramatismes physiqes c émotionnels pevent provoqer l'apparition d'n diabète type I. Parmi les facters de risqes liés a diabète type II 1 il fat soligner l'importance d facter ntritionnel, en particlier 1 'obésité, et d facter héréditaire. L'étde anglaise de Barker 5 a d'aillers mis en évidence la relation entre les mavaises con:titions socio-éconaniqes des individs (le chômage, le faible nivea de vie, les mavaises conditions de logement) et les tax d'incidence d diabète type II chez les ans. les connaissances actelles sr le rôle qe joent les facters environnementax et génétiqes dans 1 'apparition d diabète encoragent le dépistage précoce des individs à hat risqe de développer la maladie. Ces connaissances pennettent également d'envisager des mesres de prévention d diabète. 4. catellier, op. cit. 1 p Earker et al., Incidence of diabetes amon;st people aged in nine British Towns 1 in Diabelcgigia, 1982.

21 10 D. Manifestations d'n diabète nan conb:ôlé Les dex principales manifestations d'n diabète mal contrôlé sont l'hyperglycémie et l'hyp::glycémie, qe le diabétiqe doit apprendre à reconnaître et à corriger. L'hyperglycémie, o l'élévation de la glycémie a-delà des valers normales, est casée par ne carence en insline o par n apport alilœnt.aire trop ilnt:ortant. Elle se manifeste principalement par les symptâmes sivants: ne soif ilnt:ortante (polydipsie), l'envie fréqente d'riner (polyrie), ne faim intense (polyphagie). Les manifestations physiqes de l'hyperglycémie apparaissent lentement; en ler présence, la glycémie est sovent très élevée (180 Irq/dl et pls). L'hyperglycémie, qi apparaît fréqennent et qi persiste drant plsiers années, entraîne de graves complications. Les lésions de la rétine de l'oeil, les trobles rénax, les maladies vasclaires des membres infériers, les infections, comptent panni les complications les pls sérieses à diabète non contrôlé o de 1 'hyperglycémie. L'hypoglycémie est la chte de la glycémie bien en dessos des valers nor.rnales. Elle est casée :r;ar ne trop forte dose d'insline c ne prise d'aliments insffisante por les J:esoins de l'organisme. Elle

22 11 se manifeste rapide:!œnt par des symptômes tels qe des trobles de la vision, des sers, des palpitations, des tremblements, la faiblesse et la faim. Chaqe diabétiqe a ses propres symptômes qi sont tojors à pe près les mêmes d'n épiscde hyt:eglycémiqe à n atre. Le diabétiqe doit être en mesre de corriger rapidement la sitation, en avalant n js scré par exemple. L'hyt:eglycémie non corrigée pet con::1ire a "coma hyt:eglycémiqe" et nécessiter l'intervention médicale o celle d'ne personne bien préparée. Des comas à répétition ont n effet néfaste sr 1' organisme, en particlier sr le cervea. En présence d'hyperglycémie o d'hyt:eglycémie, le diabétiqe ne se sent pas bien et il a l:esoin p:lur son bien-être ilmnédiat de corriger la sitation le pls rapidement possible. E. At:cx:x:rrt:rôle Le docter J. L. ariasson définit 1 'atocontrôle canne "la capacité qe pet acqérir le diabétiqe de contrôler li-même sa maladie" 6. L'objectif de 1 'atocontrôle est le maintien de la glycémie entre 80 et 6. J.L., Chiasson, La maîtrise de son diabète par l'atocontrôle, Plein Soleil, vol. 27, no. 2, p. 18.

23 my'dl et ceci à tote here d jor et de la nit, tot a long de l'année. Bien q'il s'agisse là d'n objectif dont l'atteinte exige énonnément d'efforts, le docter Pirart affirme: "n' épargnez acne peine por éviter 1 'hyperglycémie prolorx;jée: nos efforts (... ) seront largement payés en retor, en tenne de bien-être, d'aptitde physiqe, professionnelle, sportive, sexelle, etc.. " 7 Le diabétiqe, même s'il ressent des signes d'hypoglycémie et d'hyperglycémie, ne pet pas se fier à ses seles impressions por obtenir n contrôle strict de sa glycémie. Le principal otil de l'atocontrôle est la connaissance des valers glycémiqes et ler interprétation. La glycémie est mesrée soit à l'aide d'appareils spéciax rénis sos le vocable "réflectomètres" o soit à 1 'aide de banà.elettes réactives (tilisées sans réflectomètre) qi, a contact de gottelettes de sang, vont se colorer selon le ni vea de scre sangin. Ces appareils, o banà.elettes, fornissent des irxiications précises d tax de scre dans le sang, dans la mesre où ils répondent à certains critères d'tilisations et de srveillance techniqe. Les tests rinaires qi pennettent de connaître le tax de scre dans les rines ont été déclassés par l' apparition des réflectomètres "domestiqes". Ils n'en demerent pas moins très tiles por grand nombre de diabétiqes qi ne pevent avoir accès ax réflectomètres 7. Jean Pirart, N'épargnez acne peine por éviter 1 1 hype:rglycémie prolongée, Plein Soleil, vol. 27, no. 2, p. 13.

24 13 encore très coûtex. Ils fonùssent également des informations très pertinentes et ne pevent pas être ignorés totalement. Ia lectre et la compréhension des résltats des tests permettent a diabétiqe de pren:ire des décisions qi ont por bt de maintenir la glycémie dans les limites no:rmales. Ia prise de décision concerne les éléments majers d contrôle: le régime alimentaire, l'exercice physiqe, le dosage de 1' insline et les hypoglycémiants orax. L'apprentissage de 1 'atocontrôle déborde largement le champ des connaissances et des habiletés prement tec::hniqes des tests et de ler interprétation. Il sppose ne volonté d'agir, de maîtriser la sitation; il nécessite n entorage bien informé qi spporte le diabétiqe; il oblige les professionnels de la santé à faire confiance a diabétiqe et à li donner tos les otils dont il a besoin. F. Etat acblel. de la :œdle.:ràle sr le diabète Les governements et les associations de diabétiqes comprennent q'investir dans la recherche est ne excellente façon d'aider les diabétiqes. Selon le National Diabetes Advisory Board, investissement économiqe en recherche est rentable. Dans le domaine 8. cannission d'étde sr 1 '.AD;2, op. ci t., p. 13.

25 14 de la compréhension de la maladie et de son traitement, les cherchers ont fait des progrès énonnes depis la décoverte de 1' insline en Les recherches sr le rôle des composantés :i..nnnologiqes et génétiqes dans le développement d diabète de type I, sr la pra:lction d' insline hmaine, sr le développement des pc:liilt:es à insline, sr les traitements oclaires a laser (photocoaglation), PJUr ne citer qe celles-là, ont e des répercssions bénéfiqes sr la qalité de vie des diabétiqes. Nos povons constater dans la littératre de même qe dans les exposés présentés lors des congrès sr le diabète, à qel point les étdes portant sr les aspects biologiqes de la maladie sont nombreses par rapport ax étdes portant sr les qestions d'ordre édcatif. Bien qe l'édcation des diabétiqes soit considérée comme la "pierre anglaire" dans le traitement d diabète, plsiers aters dont Brown 9 ~sent qe les techniqes pédagogiqes tilisées por 1 'édcation des diabétiqes ne font pas preve de ler efficacité et qe pas pls de "50 % des malades se conforment ax prescriptions d médecin, même avec n programme intensif d'édcation...,lo, les cherchers commencent à peine à aborder des qestions liées a processs édcatif. 9. G. Brown, Atres approches à la promotion de la santé, La vie médicale vol. 6, mai 1977, p Ibid.

26 15 A titre d'exemple, nos povons citer les travax de s. Schncebeli 11 et Ass. 1 "L'impact de l'édcation sr 1 'éqilibre d diabète et la srvene des complications... ", les travax de A. Colbert et Ass., 12 l'étde de l' intérêt des rénions de grol.lt:e dans l'édcation diététiqe de patients obèses"; les travax de F. Elgrably, 13 les ''Relations entre connaissances et comportements diabétologiqes et la fréqence et la sévérité des hyp:jglycérnies chez 238 diabétiqes insline-dépendants". Bien qe pe nombreses encore, ces recherc:hes ovrent des portes à la compréhension des problèmes liés à 1 'édcation des diabétiqes. 11. Résmés des connmmications présentées à la rénion scientifiqe conjointe de l'alfediam, de la SNDLF 1 de l'adq 1 Diabète et Métabolisme 1 2 a 4 jin 1987, MOntréal. 12. Ibid. 13. Ibid.

27 A. Prchlémat:iqlle I.e diabète est n problème de santé réparrl dont la gravité ne fait pas de dotes. Malgré cela, pe de ressorces sont mises à la disposition des diabétiqes. Portant les problèmes décolant d dial::ète sont nombrex et tochent tos les diabétiqes. la recherche, c'est là 1 'avis des governements et des associations de diabétiqes, propose des soltions a diabète et à son contrôle, mais bien pe d'effotts ont été consentis, jsq'à maintenant, dans le bt d' identifier les l::esoins des personnes diabétiqes. 1. L' éterxme et la gravité de la mal acu e la présence de dial::ète sr le globe varie considérablement d'ne poplation à ne atre. Selon l'cm3 1, environ 6% de l'ensemble des adltes américains sont atteints de diabète. Ce tax est sensiblement le même por l'erope et nette.iœnt inférier dans les pays en voie de développement, ce qi ne signifie nllement qe cette maladie y est l. Comité CM3 d'experts d diabète scré, op. ci t., p. 17.

28 17 moins répande pisqe plsiers facters inflencent les données statistiqes liées à la maladie: la tolérance, par les professionnels, de valers glycémiqes pls élevées, par exemple. Ce phénomène expliqe en partie, même a Qébec, n tax élevé de diabétiqes méconns. A Qébec, bien qe les étdes épidémiologiqes réalisées sr le sjet soient pe nombreses, les aters 2 s' entenient por dire qe 4 à 5 % de la poplation totale est diabétiqe. Selon ces statistiqes, personnes seraient atteintes d diabète, en Abitibi-Témiscaminge et, dans le sel secter de Royn- Norarrla., personnes seraient diabétiqes. Plsiers maladies graves sont le résltat d'n diabète mal contrôlé et ler fréqence est pls grande chez les diabétiqes qe dans la poplation en général: les maladies cardiaqes et celles des vaisseax d ce:rvea sont dex à trois fois pls élevées, la cécité est dix fois pls fréqente, la gangrène et 1 'amptation sont vingt fois 2. Commission d'étde sr l'associati on d diabète d Qébec, le diabète: Etat de la sitation, Plein SoleiL vol. 26, no. 3, 1984, p. 10.

29 18 pls réparrle.s. Le diabète est également la dexième case majere des maladies rénales fatales et il corrlit à d'atres maladies chroniqes telles qe les neropathies, les infections et les problèmes sexels 3 Les coûts engendrés par le diabète sont énormes: coûts des hospitalisations, absentéisme, pertes d'emploi, coûts des médicaments, etc. 2 0 Les :ressan:ces Les ressorces st:écifiqes mises à la disposition des diabétiqes sont pe nambreses. Il n'y a qe qelqes centres d'enseignement a Qébec; la plpart sont sités dans des centres hospitaliers des régions métropolitaines. Nos avons conslté qelqes gides de référence rédigés par des professionnels qi oevrent dans ces centres d'enseignement. Bien docmentés, la plpart de ces gides sont des receils d' infor.mation à 1' intention des infirmières et atres personnes qi travaillent après des diabétiqes. Ces gides permettent d' nifonniser le conten de 1 'enseignement a diabétiqe et abordent les sjets des tests, d régime alimentaire, des médicaments, etc. Cependant, ils ne parlent pas de la ceillette d'informations qi 3 0 Ibid.

30 19 devrait précéder l'identification des objectifs, des étapes à sivre dans l'enseignement, des stratégies d'intervention et des critères d'évalation des progrannes. Les statistiqes hospitalières nos irrliqent à qel point il est rgent de développer des progrannes d' intervention por les diabétiqes. Pisqe des prc:x;rès énonnes ont été réalisés a plan de la compréhension des mécanismes de la maladie et de son traitement, il est donc possible de rédire sensiblement la drée moyenne des hospitalisations. En effet, ax Etats-Unis, en 1980, la drée nationale moyenne des hospitalisations était de 5, 4 jors alors qe dans n centre hcspi talier qi appliqe n prcgrarmne d' enseignerœnt :por diabétiqes, elle était de 1,2 jors 4 A titre d'exemple, a "Los Angeles Conty - University of Sothern california Meclical Center", 5 l'on a réssi à rédire de façon sensible la drée des hospitalisations des personnes diabétiqes en implantant n programme sr totes les ni tés de soins, i.ntenles conne externes, et en acco:rdant l:eacop d'importance a prccesss d'évalation d programme. 4. G. Steiner, P. lawrence, Edcating Diabetic Patients, Springer Pblishing Company Inc., New York, 1981, pp s. Ibid.

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS TM Enterprise Soltion Éliminez vos frais mensels de géolocalisation GPS Offrez-vos les avantages spplémentaires d'ne soltion personnalisée par rapport à ne soltion hébergée Renforcez la sécrité des informations

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

Accompagner les familles d aujourd hui

Accompagner les familles d aujourd hui Mtalité Française et petite enfance Accompagner les familles d ajord hi ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mtalité Française en matière de petite enfance La Mtalité Française est

Plus en détail

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire Generika News Information actelle de l association Intergenerika Septembre 2010 Le dangerex principe d prix le pls bas por les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire La ltte parlementaire

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

Contribution des Chambres d'agriculture à l'agro-écologie

Contribution des Chambres d'agriculture à l'agro-écologie Contribtion des Chambres d'agricltre à l'agro-écologie a Edito de Gy Vasser Président des Chambres d'agricltre (APCA) Les acters de l agricltre française ont tojors œvré por moderniser ler activité. Ainsi,

Plus en détail

Ouvrir aux langues et valoriser les apprentissages

Ouvrir aux langues et valoriser les apprentissages Ovrir ax langes et valoriser les apprentissages N Conç par Francis Gollier, Anita Marchal, Corinne Marchois et Fabienne Petiard. Le point sr Les programmes de langes étrangères por l école primaire et

Plus en détail

Guide de présentation

Guide de présentation Syndicat Centre Héralt Gide de présentation Activités et otils pédagogiqes Por sensibiliser vos élèves à la gestion des déchets, mettre en place des projets, réaliser ne visite o réserver nos otils...

Plus en détail

Musicothérapie. Fiches Pratiques. par Hervé Gautier / Consultant ACTIF. Les Cahiers de l'actif - N 260/261

Musicothérapie. Fiches Pratiques. par Hervé Gautier / Consultant ACTIF. Les Cahiers de l'actif - N 260/261 Msicothérapie Fiches Pratiqes Msicothérapie par Hervé Gatier / Consltant ACTIF 71 Fiches pratiqes de formation Avertissement Cet article des "fiches pratiqes de formation" n'est en acn cas n receil de

Plus en détail

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect!

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect! - Le jornal d collège Lcie Abrac- Avril 2009 Nméro 6 Sommaire Edition spéciale sr... la Semaine d Respect! Un novea clb a collège : le Clb Scientifiqe!...p.3 Zoom sr le recylage...p.4 Le qizz d respect...p.7

Plus en détail

Journal syndical. Sommaire. Mot du président 2. Les dossiers de l heure 3. Comité d évaluation et de catégorisation des emplois 5

Journal syndical. Sommaire. Mot du président 2. Les dossiers de l heure 3. Comité d évaluation et de catégorisation des emplois 5 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot d président 2 Les dossiers de l here 3 Comité d évalation et de catégorisation des emplois 5 Comité de perfectionnement 6 Le point sr les griefs 9 Comité de retraite et

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12347.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014

Plus en détail

Compensation des amétropies sphériques

Compensation des amétropies sphériques Compensation des amétropies sphériqes Principe de la compensation e verre compensater théoriqe (o verre correcter) de l'amétropie, placé devant l'œil, permet a sjet de voir net à l'infini sans accommoder.

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert Les Actes de Lectre n, mars - Lire les recherches... LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Focambert Les partis pédagogiqes qi s affrontent ator de la lectre tentent assi de se présenter en hérats scientifiqes.

Plus en détail

La gestion des déchets du BTP dans le Doubs. nécessité pour l environnement

La gestion des déchets du BTP dans le Doubs. nécessité pour l environnement La gestion des déchets d BTP dans le Dobs Une nécessité por l environnement La gestion des déchets d BTP le contexte et les enjex Les déchets d BTP constitent des enjex importants d fait des qantités en

Plus en détail

Séminaire: Test des logiciels embarqués Formation de deux jours avec Jean-François PRADAT-PEYRE (docteur en informatique, professeur des universités)

Séminaire: Test des logiciels embarqués Formation de deux jours avec Jean-François PRADAT-PEYRE (docteur en informatique, professeur des universités) Séminaire: Test des logiciels embarqés Formation de dex jors avec Jean-François PRADAT-PEYRE (docter en informatiqe, professer des niversités) Évitez les logiciels défectex et rédisez les risqes et les

Plus en détail

Les jumelages institutionnels du programme PHARE

Les jumelages institutionnels du programme PHARE Les jmelages instittionnels d programme PHRE La contribtion française MINISTÈRE DES FFIRES ÉTRNGÈRES Le Programme PHRE PHRE est n programme commnataire de coopération créé en 1989 qi est deven, depis la

Plus en détail

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire 79614 Plan de formation por l Ordonnance sr la formation professionnelle initiale réalisater pblicitaire Partie A Compétences opérationnelles Partie B Grille horaire Partie C Procédre de qalification Partie

Plus en détail

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113 Email Academy 2012 L'emailing et les noveax canax internet La législation de l'emailing et des bases de données Vendre par l'emailing Améliorer la délivrabilité de ses emailing Développer son email en

Plus en détail

Journal syndical. Sommaire. nous le savons... nous le disons! Volume 11 numéro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011. Mot de la vice-présidente 2

Journal syndical. Sommaire. nous le savons... nous le disons! Volume 11 numéro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011. Mot de la vice-présidente 2 nos le savons... nos le disons! Volme 11 nméro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot de la vice-présidente 2 J arriiiiive! 3 Hommage à Loise Provencher 4 Novelle chroniqe

Plus en détail

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins :

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins : La complémentaire santé des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ la réponse santé adaptée à vos besoins por faciliter votre accès ax soins : avec le tiers payant por ne pls avancer vos frais

Plus en détail

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110 Téléphone analogiqe Téléphone analogiqe à toches por le système de commnication MD110 Gide d tilisation Cover Page Graphic Place the graphic directly on the page, do not care abot ptting it in the text

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013 EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12306.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai,

Plus en détail

Guides d installation 300-012-581 Rév. 03

Guides d installation 300-012-581 Rév. 03 EMC Matériel VNXe3300 dans les environnements compatibles NEBS Gides d installation 300-012-581 Rév. 03 Les composants d système de stockage EMC VNXe3300 sivants ont passé avec sccès la site de tests de

Plus en détail

online-shop be - fr Dentaurum Boutique en ligne www.dentaurum.be plus rapide plus ergonomique plus simple

online-shop be - fr Dentaurum Boutique en ligne www.dentaurum.be plus rapide plus ergonomique plus simple online-shop be - fr Dentarm Botiqe en ligne www.dentarm.be pls rapide pls ergonomiqe pls simple shop.dentarm.be Votre adresse por l orthodontie et la prothèse dentaire sr Internet Décovrez la botiqe en

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations Votre expert en flx docmentaires et logistiqes Cataloge des formations Qelles qe soient les entreprises, les salariés pevent sivre, a cors de ler vie professionnelle, des actions de formation professionnelle

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013 EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12308.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en

Plus en détail

Maitrise Statistique des Procédés

Maitrise Statistique des Procédés Maitrise Statistiqe des Procédés Yannick Monnier ENSIBS-2-GI 2011/2012 Y Monnier () ENSIBS-2-GI v2012-01-18 1 / 66 Plan d cors 1 Introdction 2 Variabilité des procédés de fabrication 3 La Loi Normale 4

Plus en détail

ScanSoft Inc. 9 Centennial Drive Peabody, MA 01960 U.S.A.

ScanSoft Inc. 9 Centennial Drive Peabody, MA 01960 U.S.A. D R O I T S D A U T E U R Copyright 2002 ScanSoft, Inc. Tos droits réservés. Acne partie de cette pblication ne pet être transmise, transcrite, reprodite o stockée dans n système de récpération de données,

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12307.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés.

Plus en détail

L intégrité du positionnement dans les transports terrestres

L intégrité du positionnement dans les transports terrestres L intégrité d positionnement dans les transports terrestres David Bétaille (Ifsttar/MACS) Form Photogrammétrie - Positionnement et Mesres de Déformation, ENSG, le 0 mars 01 1 Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Formation. Conseil AMDEC PROCESS EXAMPLE NOMENCLATURE TOOLS TIME QUALITY VALUE MUST TAILLE DÉVELOPPEMENT DES LOTS IMPROVEMENT PILOTAGE

Formation. Conseil AMDEC PROCESS EXAMPLE NOMENCLATURE TOOLS TIME QUALITY VALUE MUST TAILLE DÉVELOPPEMENT DES LOTS IMPROVEMENT PILOTAGE 2012/2013 Formation. Conseil STABILISATION LIGNES D'ASSEMBLAGE TOOLS LEAN PRODUCTION THINKING GAIN DE TEMPS LOGISTIQUE AMDEC PROCESS EXAMPLE NOMENCLATURE ERGO CUSTOMER PILOTAGE IMPLANTATION TIME PRODUCTIVITÉ

Plus en détail

Journal syndical. Numéro spécial audiences publiques. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009

Journal syndical. Numéro spécial audiences publiques. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009 VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009 Jornal syndical 2051 Nméro spécial adiences pbliqes Sommaire Avenir de la Télé-niversité 2 Proposition «amendée» d SCFP 2051 3 Proposition d SCFP 2051 5 Résoltion

Plus en détail

Mesures générales de prévention pour l utilisation des fardeleuses

Mesures générales de prévention pour l utilisation des fardeleuses la fardelese Les fardeleses, machines semi-atomatiqes d emballage de palettes, assi nommées palettisers o «wrapeses» sont d sage corant dans le secter de l imprimerie. On s en sert por envelopper d ne

Plus en détail

Rôle et évolution des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation européenne

Rôle et évolution des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation européenne Rôle et évoltion des Organismes Notifiés dans le cadre de la révision de la règlementation eropéenne Catherine HOLZMANN Responsable Département Dispositifs Médicax de Diagnostic in Vitro Pôle Certification

Plus en détail

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires Maires - Éls - Promoters Des liex de vie collectifs adaptés ax retraités : ne soltion attractive por les territoires Sommaire Un logement adapté ax besoins des seniors Les différentes formles de liex de

Plus en détail

Mesures générales de prévention pour l utilisation des compacteurs

Mesures générales de prévention pour l utilisation des compacteurs Le compacter Les compacters servent à compresser les matières récpérées (ex. papier, plastiqe). Ils sont d sage corant dans le secter de l imprimerie. Les compacters doivent être mnis de dispositifs de

Plus en détail

lundi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires

lundi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires lndi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires alimentation.gov.fr 2 3 octobre 2011 - Dossier de presse Crédits Photos : min.agri.fr La cantine fait partie d qotidien de 6 millions de jenes écoliers,

Plus en détail

GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE

GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE En Rhône-Alpes les clés por ne location sereine et solidaire Edito «J ai n logement, qe je sohaite loer, mais je vex l assrance d ne bonne gestion par n organisme et srtot

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW Version 1.2 Gide de conception et de mise en œvre H12388.2 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié

Plus en détail

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles Facilité d'tilisation et sages des MMS sr les mobiles Mobilité & Ubiqité 2004 Rachel Demmiex & Farid Habboche (France Télécom R&D - Lannion) Le présent docment contient des informations qi sont la propriété

Plus en détail

Halte-garderie du Faubourg

Halte-garderie du Faubourg Halte-garderie d Faborg Plan d'affaires MODÈLE Noémie Dprès 1212, d Faborg Belleville (Qébec) Z2C 4Z4 Présenté à Monsier X Caisse Poplaire de Belleville Le 13 jin 2000 T able des matières 1. Le sommaire

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Connaître Rédire Aménager Informer

Plus en détail

N 3 Janvier 2016. L exploitation et la diffusion des analyses des messages clients au sein des entreprises

N 3 Janvier 2016. L exploitation et la diffusion des analyses des messages clients au sein des entreprises Les blletins de la relation client N 3 Janvier 2016 L exploitation et la diffsion des analyses des messages clients a sein des entreprises En 2015, IPSOS et ERDIL ont mené conjointement ne étde nationale

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12387.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014 EMC estime

Plus en détail

Mars 2013. Les solutions de formation Esri France

Mars 2013. Les solutions de formation Esri France Mars 2013 Les soltions de formation Esri France -1- La formation chez Esri France La formation est essentielle à la mise en œvre réssie d n système d information géographiqe (SIG). C est porqoi chez Esri

Plus en détail

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA Commande prédictive par Jacqes RICHALET Directer société ADERSA 1. Les qatre principes de la commande prédictive... R 7 423 2 1.1 Modèle interne... 2 1.2 Trajectoire de référence... 3 1.3 Strctration de

Plus en détail

BIS - Présentation et Logiciel de base version 2.5

BIS - Présentation et Logiciel de base version 2.5 Engineered Soltions BIS - Présentation et Logiciel de base version 2.5 BIS - Présentation et Logiciel de base version 2.5 www.boschsecrity.fr Gestion d'entreprise complète por ne gestion de la sécrité

Plus en détail

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation.

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation. Le choix d n contrat d assrance maladie entre traitement et compensation. F.YAFIL Avril 3 Résmé : L objectif de cet article est de prendre en considération les différentes formes qe pevent revêtir les

Plus en détail

Musique jeune public. Du vinyl au numérique

Musique jeune public. Du vinyl au numérique Msiqe jene pblic D vinyl a nmériqe Alain Schneider Hervé Shbiette «Le nmériqe permet n lien direct avec les gens, et n dialoge immédiat. Chose qi n existait pas à l écote d n disqe chez soi.» Paroles d

Plus en détail

BIS - Présentation et progiciel de base version 3.0

BIS - Présentation et progiciel de base version 3.0 Engineered Soltions BIS - Présentation et progiciel de base version 3.0 BIS - Présentation et progiciel de base version 3.0 www.boschsecrity.fr Gestion d'entreprise complète por ne gestion de la sécrité

Plus en détail

pour toute la famille

pour toute la famille La gamme santé solidaire por tote la famille CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ Nos sommes ne vraie mtelle à bt non lcratif. À tot moment, nos vos en donnons les preves : pas de sélection à l entrée

Plus en détail

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 1 La Commnaté d Agglomération agit por le Développement Drable Petit gide des éco-gestes a brea gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 2 Épisement des

Plus en détail

Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est aussi la conserver!

Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est aussi la conserver! Santé et travail sr poste informatisé bonnes postres et bonnes pratiqes Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est assi la conserver! www.simt.fr Santé et prévention a bénéfice

Plus en détail

Les solutions de formation GISMED / Esri France - 1 -

Les solutions de formation GISMED / Esri France - 1 - Les soltions de formation GISMED / Esri France - 1 - La formation chez GISMED/Esri France La formation est essentielle à la mise en œvre réssie d n système d information géographiqe (SIG). C est porqoi

Plus en détail

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché Gide AFEI - FBF de mise en œvre des procédres de déclaration de sopçon d abs de marché Préamble Sommaire 1. ORGANISATION & PROCéDURE INTERNE 1 A. QUELLE ORGANISATION? 1 A.1 Modèle d organisation interne

Plus en détail

Pour la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrutements de qualité

Pour la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrutements de qualité Por la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrtements de qalité Depis 2005, Edcazen propose ax familles d enfants de 0 à 12 ans des nonos fiables recrtées selon le processs

Plus en détail

BIS - Présentation et progiciel de base version - 4.1

BIS - Présentation et progiciel de base version - 4.1 Engineered Soltions BIS - Présentation et progiciel de base version - 4.1 BIS - Présentation et progiciel de base version - 4.1 www.boschsecrity.fr Gestion d'entreprise complète por ne gestion de la sécrité

Plus en détail

Prescriptions relatives à la construction des grands emballages et aux épreuves qu ils doivent subir

Prescriptions relatives à la construction des grands emballages et aux épreuves qu ils doivent subir Chapitre 6.6 Prescriptions relatives à la constrction des grands emballages et ax épreves q ils doivent sbir 6.6.1 Généralités 6.6.1.1 Les prescriptions d présent chapitre ne s'appliqent pas : - ax emballages

Plus en détail

COMMUNICATION EVENEMENTIELLE COMMUNICATION D ENTREPRISE RÉDACTIONNEL

COMMUNICATION EVENEMENTIELLE COMMUNICATION D ENTREPRISE RÉDACTIONNEL COMMUNICATION EVENEMENTIELLE COMMUNICATION D ENTREPRISE RÉDACTIONNEL VOUS Vos avez ne image/n message à faire connaître o à développer Vos devez fidéliser vos clients Vos volez commniqer avec vos prospects,

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONTRAT

PRÉSENTATION DU CONTRAT PRÉSENTATION DU CONTRAT 2 L ASSURANCE VIE UN FANTASTIQUE OUTIL DE GESTION PATRIMONIALE Le fait qe l assrance vie soit, depis plsiers décennies, le placement préféré des Français n est certes pas le frit

Plus en détail

Police d assurance voyage à l extérieur de la province

Police d assurance voyage à l extérieur de la province M C A S S U R A N C E V O Y A G E S O I N S M É D I C A U X M C V O Y A G E S O I N S M É D I C A U X Police d assrance voyage à l extérier de la province Octobre 2009 M C A G E S O IIN S M É D IIC A U

Plus en détail

BIS - Présentation et progiciel de base version 4.0

BIS - Présentation et progiciel de base version 4.0 Engineered Soltions BIS - Présentation et progiciel de base version 4.0 BIS - Présentation et progiciel de base version 4.0 www.boschsecrity.fr Gestion d'entreprise complète por ne gestion de la sécrité

Plus en détail

GDF SUEZ, le leader de l éolien en France

GDF SUEZ, le leader de l éolien en France GDF SUEZ, le leader de l éolien en France JUILLET 2014 Dossier de presse Photographie : Le parc éolien de Manneville Crédits Photo : LA COMPAGNIE DU VENT / JULIEN GAZEAU / VALÉRY JONCHERAY 2 SOMMAIRE Introdction

Plus en détail

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS q 1. Qelle qantité de déchets compostables ne personne jette t-elle par an? 2. Qe faire des hiles de fritres

Plus en détail

Étudier si une famille est une base

Étudier si une famille est une base Base raisonnée d exercices de mathématiqes (Braise) Méthodes et techniqes des exercices Étdier si ne famille est ne base Soit E n K-espace vectoriel. Comment décider si ne famille donnée de vecters de

Plus en détail

1973-1974 ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS LLI QUESTIONN!,IRE B " AUTOMOBILES ;,

1973-1974 ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS LLI QUESTIONN!,IRE B  AUTOMOBILES ;, REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES 29, qai Branly, PARJS (,e) Direction Régionale:....._... ~- ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS 1973-1974 QUESTIONN!,IRE B " AUTOMOBILES

Plus en détail

Les livraisons des fabricants ont augmenté de 0,9 % en mars,

Les livraisons des fabricants ont augmenté de 0,9 % en mars, Le vendredi 22 mai 1998 APERÇU Les livraisons reprennent ler viger Le nivea des livraisons des fabricants s est redressé en mars grâce à ne reprise dans l indstrie des aéronefs. Les prix des biens et services

Plus en détail

1 u. Journal syndical. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! Mot de la présidente 2. Position du SCFP 2051 suite au dépôt du rapport Gervais 3

1 u. Journal syndical. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! Mot de la présidente 2. Position du SCFP 2051 suite au dépôt du rapport Gervais 3 VOLUME VOLUME 1 NUMÉRO 1 NUMÉRO 10 / 8 JANVIER / MARS 2010 2009 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot de la présidente 2 Position d SCFP 2051 site a dépôt d rapport Gervais 3 La table est mise 5 Novelles des

Plus en détail

L essentiel du projet pédagogique

L essentiel du projet pédagogique COLLECTION Tip Top! Méthode de français por enfants de 9-11 ans L essentiel d projet pédagogiqe L esprit de la collection Conçe por des enfants à partir de 9 ans, la méthode Tip Top! s emploie à ler donner

Plus en détail

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré Microphones d appels Clod avec message pré-enregistrés intégré Clearly better sond Modèles PM4-SA et PM8-SA Description générale Les microphones d appels nmériqes Clod de la gamme PM-SA ont été développés

Plus en détail

Le Colosse de l Université Laval

Le Colosse de l Université Laval Le Colosse de l Université Laval Mise en contexte Département de génie physiqe de l Université Laval reçoit le financement nécessaire por mettre sr pied ne infrastrctre de calcl hate performance sr le

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA Ade Hbrecht, Fabienne Gerra To cite this version: Ade Hbrecht, Fabienne Gerra. MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Plus en détail

ECOLE POLYTECHNIQUE DE THIES

ECOLE POLYTECHNIQUE DE THIES REPBLIQE D SENEGAL ECOLE POLYTECHNIQE DE THIES TITRE: GESTION DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES. D BATIMENT ET DES TRAV~X PBLICS DATE: Jillet 99 ATER: OMAR GINDO DIRECTER: NGOR SARR CO-DIRECTER: AONE

Plus en détail

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES Les qalifications Edition jillet 2014 Solaire thermiqe Forage géothermiqe Solaire photovoltaïqe Bois énergie Aérothermie et géothermie Les énergies renovelables : des

Plus en détail

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits SOLIDWORKS Simlation Réalisez des simlations virtelles avec des otils de test complets por améliorer vos prodits SOLUTIONS DE SIMULATION SOLIDWORKS Les soltions de simlation SOLIDWORKS permettent à tot

Plus en détail

COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE

COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE Momen Ellech, Nadia Lehox, Lc Lebel, Sébastien Lemiex To cite this version: Momen Ellech, Nadia

Plus en détail

Demande de subsides de formation

Demande de subsides de formation Service des sbsides de formation SSF Amt für Asbildngsbeitrage ABBA Rote-Neve 7, Case postale, 1701 Friborg T +41 26 305 12 51, F +41 26 305 12 54 borses@fr.ch, www.fr.ch/ssf Demande de sbsides de formation

Plus en détail

Sur la route, je gère ma sécurité. Dossier pédagogique A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

Sur la route, je gère ma sécurité. Dossier pédagogique A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Sr la rote, je gère ma sécrité Dossier pédagogiqe A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Table des matières 1 Introdction 5 1.0 Les objectifs édcatifs 5 1.1 Les liens

Plus en détail

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy 16 Octobre 2014 - Bercy PRODUIRE EN FRANCE AVEC LA DOUANE Présentation des entreprises participant ax tables rondes # prodireenfrance Live tweet sr le compte officiel de la doane @doane_france la doane

Plus en détail

Ser vice national famille et société

Ser vice national famille et société Ser vice national famille et société Conférence des évêqes de France Jillet 2012 Département environnement et modes de vie EFFET DE SERRE ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES Depis qelqes décennies, diverses observations

Plus en détail

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE Diocèses de Paris, Nanterre, Créteil et Saint-Denis JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE FAITES DE VOS BIENS

Plus en détail

] sommaire. Sur un air intérieur déjà entendu? > N 16 > Décembre 2007 > DOSSIER : L air intérieur

] sommaire. Sur un air intérieur déjà entendu? > N 16 > Décembre 2007 > DOSSIER : L air intérieur > N 16 > Décembre 2007 > Sr n air intérier déjà entend? A siècle des Lmières, les hygiénistes de l air désignaient l air corromp comme facter principal des maladies. Ils avaient réssi à convaincre les

Plus en détail

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS TIPI Titres Payables par Internet Un novea service por faciliter les paiements Un moyen de paiement adapté à la vie qotidienne TIPI :

Plus en détail

Débuter avec Excel. Introduction

Débuter avec Excel. Introduction Débter avec Excel Introdction Dans ce chapitre Microsoft Excel 00 est n logiciel tabler qe vos povez employer dans n cadre personnel o professionnel, por sivre et analyser des ventes, créer des bdgets

Plus en détail

Pitcher en anglais. Public. Objectifs. Contexte. Avant la formation (online)

Pitcher en anglais. Public. Objectifs. Contexte. Avant la formation (online) Pitcher en anglais Pblic Créaters de startps, porters de projets innovants et professionnels de l écosystème nmériqe. Objectifs - Définir les objectifs de son pitch et les messages q il doit véhicler -

Plus en détail

CONTACT. Ouvre tes horizons! DOSSIER. Collège St-Julien - Ath. Décembre 2012. Un nouveau labo. Découverte d un métier. Séjours linguistiques

CONTACT. Ouvre tes horizons! DOSSIER. Collège St-Julien - Ath. Décembre 2012. Un nouveau labo. Découverte d un métier. Séjours linguistiques Belgiqe-België P.P. 7800 ATH I P601149 CONTACT Collège St-Jlien - Ath Année scolaire 2012-2013 DOSSIER Décembre 2012 Un novea labo Décoverte d n métier Et si on parlait politiqe? Ovre tes horizons! Séjors

Plus en détail

VRM Video Recording Manager

VRM Video Recording Manager Vidéo VRM Video Recording Manager VRM Video Recording Manager www.boschsecrity.fr Stockage réparti et éqilibrage de la configrable Basclement sr n enregistrer de secors iscsi en cas de défaillance, por

Plus en détail

cigref r0jl , (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avenue de Messone. 75008 Pa"' telephone 47 64 24,.

cigref r0jl , (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avenue de Messone. 75008 Pa' telephone 47 64 24,. rr rjl, (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avene de Messone. 758 Pa"' telephone 47 64 24,. Réf. 88 153 cigref RAPPORT APPORT PRODUCTIF DE L 1 1NFORMATIQUE Mars

Plus en détail

Maximisation du débit des systèmes OFDM multicast dans un contexte de courant porteur en ligne

Maximisation du débit des systèmes OFDM multicast dans un contexte de courant porteur en ligne MajecSTIC 2009 Avignon, France, d 6 a 8 novembre 2009 Maximisation d débit des systèmes OFDM mlticast dans n contexte de corant porter en ligne Ali Maiga, Jean-Yves Badais et Jean-François Hélard Laboratoire

Plus en détail

Poste-publication 41027522

Poste-publication 41027522 Poste-pblication 41027522 DANS CE NUMÉRO... SPÉCIAL 10 E ANNIVERSAIRE PAGE 4 Mot d directer PAGE 5 Mot de la présidente PAGES 6-7 Le RQOH d hier à ajord hi PAGES 8-9 Le défricher PAGE 10 Le pionnier PAGE

Plus en détail

OPTIONS MODELISATIONS

OPTIONS MODELISATIONS DSCG OPTIONS MODELISATIONS Notions préliminaires. La loi binomiale La loi binomiale s appliqe ans le cas : ne expérience aléatoire à ex isses, cette expérience étant répétée n certain nombre e fois (n

Plus en détail

Global Votre assurance complémentaire individuelle

Global Votre assurance complémentaire individuelle Global Votre assrance complémentaire individelle Assrance de base Le minimm légal L assrance obligatoire des soins (LAMal) vos garantit ne covertre de base des frais de santé. Elle prend en charge les

Plus en détail

DSA E-Series 4TB. Vidéo DSA E-Series 4TB. www.boschsecurity.fr

DSA E-Series 4TB. Vidéo DSA E-Series 4TB. www.boschsecurity.fr Vidéo DSA E-Series 4TB DSA E-Series 4TB www.boschsecrity.fr Soltion de stockage résea extensible : contrôler doté de 12 disqes drs internes et prenant en charge jsq'à 192 disqes drs via des nités d'extension

Plus en détail

réseau radio DECT multicellulaire

réseau radio DECT multicellulaire résea radio DECT mlticelllaire Le système de commnication modlaire basée sr IP extensible à n système de sécrité professionnel avec fonctions de messagerie et de localisation Fnkwerk Secrity Commnications

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES OLIVIER BARBARY LUZ MARY PINZON SARMIENTO L analyse harmoniqe qalitative et son application à la typologie des trajectoires individelles Mathématiqes et sciences hmaines,

Plus en détail

ADMISSIONS. sciencespobordeaux.fr

ADMISSIONS. sciencespobordeaux.fr L I V R E T ADMISSIONS r e n t r é e 0 sciencespobordeax.fr Vivre à Bordeax Capitale de l Aqitaine, Bordeax est jstement considérée comme l ne des pls belles villes d XVIII e siècle en Erope. Le classicisme

Plus en détail

Analyse fréquentielle des systèmes analogiques

Analyse fréquentielle des systèmes analogiques Analyse fréqentielle des systèmes analogiqes L'analyse fréqentielle d'n système consiste principalement dans la détermination de sa fonction de transfert harmoniqe, pis en l'étde de son modle G( et son

Plus en détail

grandir Editorial N 13 mai 2006 Découvrir le diocèse Initiatives Vie pastorale Education et pédagogie Chantiers et projets Quelques brèves...

grandir Editorial N 13 mai 2006 Découvrir le diocèse Initiatives Vie pastorale Education et pédagogie Chantiers et projets Quelques brèves... Blletin d Information et de Liaison de l Enseignement Catholiqe de Saint-Etienne N 13 mai 2006 Editorial Editorial Un le por soff grandir «Die insffla dans les narines de l homme l haleine de la vie, et

Plus en détail