Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention"

Transcription

1 Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES & CHORUM Diagnostics et observations de terrain : Katja REUTER, Chargée de mission, por l ARACT Aqitaine Février 2012

2

3 Préamble Comme totes les entreprises, celles de l économie sociale sont concernées par les enjex actels de santé a travail (accidents, invalidité, absentéisme, pénibilité, stress, etc.) et ne sont donc pas exemptes d ne réflexion sr ces sjets. Dans l évalation et la prévention des risqes professionnels résident plsiers enjex, essentiels à la vie d ne strctre : les enjex hmains (intégrité physiqe et mentale des salariés, épanoissement, respect des valers de l économie sociale, dialoge social, etc.) ; les enjex liés à l organisation d travail (coopération dans le travail, absentéisme, trn-over, conflits, etc.) ; les enjex économiqes (coûts indits, qalité des réalisations, etc.). Répondre à ces enjex nécessite d abord de développer ne connaissance fine des conditions de travail, des atteintes à la santé, d rapport a travail des salariés de l économie sociale. En 2009, CHORUM, la mtelle dédiée ax employers et ax salariés de l économie sociale et solidaire, avait pblié ne étde docmentaire sr la santé des salariés dans la branche des acters d lien social et familial, qi comprend la petite enfance. Cette étde rassemblait des données sr les atteintes à la santé dans les crèches et atres strctres d acceil de la petite enfance. Elle mettait en évidence : des risqes transversax à la branche professionnelle : risqes d atteinte à la santé physiqe (chtes, TMS, lombalgies, etc.), et risqes psychosociax liés ax organisations d travail et a contact avec les pblics ; des risqes propres ax métiers de la petite enfance (fortes contraintes, charge mentale, fatige liée a brit, risqes infectiex, etc.). 3 Une atre étde, réalisée par la mtelle CHORUM en 2008, sr la santé des salariés dans l économie sociale, pointait notamment les facters de risqes psychosociax (stress, violences, sre, épisement professionnel, etc.), significativement présents dans ce secter : contact avec le pblic (tensions, agressions verbales o physiqes) ; insffisance d effectifs, de moyens matériels, de formation, de perspectives et de reconnaissance ; contraintes de rythme (abandon de tâches, rgences, etc.). Les risqes dominants sont ds en partie à des caractéristiqes propres ax métiers et ax modes de financement des activités, ces dernières disposant le pls sovent de moyens limités. Cependant l étde solignait q il existe assi des facters atténant les risqes : collectifs de travail, association des salariés a projet de la strctre, démarches de prévention. Cependant, la réalisation de ces étdes était basée sr le croisement de données dont ne part n était pas spécifiqe à l économie sociale (données sr le secter des services, sr des métiers présents dans l économie sociale, sr les salariés dont les types de contrats et modalités de travail se retrovent dans l économie sociale, etc.).

4 Introdction CIDES, le centre de ressorces et d action de la mtelle CHORUM, et l ARACT Aqitaine ont mis en place le projet «Qalité de vie a travail dans les crèches en Aqitaine». L objectif est d approfondir par ne étde de terrain la connaissance des problématiqes existantes dans ce secter d point de ve des conditions de travail. Ce projet s est dérolé, por sa phase de terrain, en Trois diagnostics approfondis ont été réalisés après de crèches par l ARACT Aqitaine. Une jornée de restittion des résltats organisée par l ARACT et CIDES, le 21 janvier 2011, a rassemblé 50 participants. Cette jornée a été l occasion d n important échange sr les pratiqes des crèches. Les citations parfois présentées dans le gide sont isses des diagnostics o des interventions lors de la jornée d 21 janvier Le gide qe vos allez lire est le frit de ces travax. 4 Dans n premier temps, il aborde des qestions de méthode (première partie) : porqoi est-il nécessaire de mettre en place des actions de prévention des risqes professionnels dans les crèches? Qelles sont les obligations de l employer? Comment s y prendre, par qoi commencer? Qelles sont les principales étapes de la mise en œvre de démarches de prévention? Qels sont les moyens à tiliser? Il propose également des repères sr les risqes psychosociax et sr les pratiqes RH observées dans les crèches. La dexième partie d gide consiste en ne série de fiches thématiqes. Ces fiches dépassent dans ler conten la qestion des risqes professionnels a profit d ne vision pls large des facters inflant sr la qalité de vie a travail des salariés. Ler réalisation a été possible grâce ax observations terrains réalisées après des crèches partenaires d projet, et ax commentaires et réflexions de nombreses crèches ayant participé à la restittion de ces travax le 21 janvier Nos les en remercions ici.

5 Sommaire 1 Piloter la prévention dans les EAJE [1. 1] - La nécessaire prévention des risqes professionnels dans les crèches [1. 2] - La prévention des risqes professionnels, ne obligation de l employer [1. 3] - La veille, ne démarche permanente [1. 4] - La mise en oevre concrète de démarches de prévention [1. 5] - Les facters de risqes professionnels liés à l organisation d travail p.08 p.09 p.10 p.12 p.14 [1. 6] - Les pratiqes en matière de ressorces hmaines p.17 2 Fiches-repères [F. 1] - Environnement et partenariats [F. 2] - Indicaters por ne veille active [F. 3] - Organisation des éqipes p.27 [F. 4] - Organisation des responsabilités [F. 5] - Conten d travail et organisation de l activité [F. 6] - Modalités de réglation collective [F. 7] - Contraintes liées ax relations avec les enfants [F. 8] - Gestion d brit p.40 [F. 9] - Relations avec les parents p.42 [F. 10] - Contraintes physiqes liées à l activité : le matériel [F. 11] - Contraintes physiqes liées à l activité : les locax [F. 12] - Contraintes physiqes liées à l activité : les formations proposées p.22 p.25 p.30 p.32 p.36 p.39 p.44 p.47 p.48 5

6

7 Piloter la prévention dans les EAJE [1. 1] - La nécessaire prévention des risqes professionnels dans les crèches [1. 2] - La prévention des risqes professionnels, ne obligation de l employer [1. 3] - La veille ne démarche permanente [1. 4] - La mise en oevre concrète de démarches de prévention [1. 5] - Les facters de risqes professionnels liés à l organisation d travail [1. 6] - Les pratiqes en matière de ressorces hmaines p. 08 p. 09 p. 10 p. 12 p. 14 p. 17

8 1. Piloter la prévention dans les EAJE 1.1. La nécessaire prévention des risqes professionnels dans les crèches En 2004, selon ne étde réalisée par la DREES 1, pls de strctres d acceil collectif acceillaient des enfants âgés de moins de 3 ans. Parmi celles-ci, environ établissements étaient gérés par des associations à bt non lcratif. En 2009, CHORUM avait pblié, à la demande de la branche des acters d lien social et familial (centres sociax, associations de développement social local et établissements d acceil de jenes enfants), ne étde docmentaire sr la santé des salariés 2. Cette étde avait identifié des risqes transversax ax différents secters d activités et métiers de la branche : risqes physiqes (chtes, TMS, lombalgies), risqes psychosociax liés ax contraintes de travail (fortes exigences d travail, faible atonomie) et à la charge émotionnelle d travail (de a contact avec les pblics des associations et sagers). D atres risqes pls spécifiqes à certains types de métiers y ont également été identifiés, notamment les contraintes organisationnelles et les risqes liés à n environnement spécifiqe por les métiers de la petite enfance. Les risqes professionnels dans les crèches sont de plsiers ordres. 8 Exemples de risqes physiqes : risqes de chtes liés a port des enfants, a déplacement de matériel o de mobilier, à d matériel inadapté ; risqes de TMS (trobles msclo-sqelettiqes, c est-à-dire affections des articlations) o de lombalgies liés à de mavaises postres, etc. Exemples de risqes psychosociax : liés ax contraintes professionnelles (fortes exigences de travail, faible atonomie, etc.) ; liés à la charge émotionnelle d travail après d enfants en bas âge, etc. Ces risqes sont liés à l environnement d travail (conditions de srveillance des enfants, port des enfants, prise en charge de tos les moments de la vie qotidienne, etc.). L étde «Absences a travail por raisons de santé dans l économie sociale» 3 réalisée par CHORUM en 2011 dénombre por les établissements d acceil de jenes enfants ne fréqence (nombre d arrêts por salariés) d arrêts maladie de 120 por en 2008, contre 81 por por l ensemble d salariat de l économie sociale, et ne fréqence d accidents d travail de 23 por 1 000, contre 6,6 por por l ensemble d salariat de l économie sociale. A la lectre de ces données, on constate qe les risqes professionnels dans les crèches sont ne réalité. La prévention des risqes professionnels est donc ne nécessité, à la fois por les employers, car l amélioration d «bien-vivre» a travail des salariés est n facter d amélioration de la qalité de l acceil des enfants, et por les conditions de travail des salariés. 1 : DREES, «Etdes et résltats», N 446, décembre : «Les conditions de travail dans la branche des acters d lien social et familial», «Nos otils» «Etdes». 3 : «Absences a travail por raisons de santé dans l économie sociale», «Nos otils» «Etdes».

9 1. Piloter la prévention dans les EAJE La prévention des risqes professionnels, dans l économie sociale, prend ne dimension particlière : d fait des enjex hmains liés ax valers de l économie sociale ; d fait de la nécessité d n bon fonctionnement des organisations, por mener à bien les projets associatifs qi fondent l action des strctres ; d fait de l importance de sitations à risqes, liées ax moyens matériels et hmains limités por bon nombre de strctres, de l implication forte des salariés dans le projet, qi les condit à minorer certains risqes, des relations avec des pblics en difficltés, etc La prévention des risqes professionnels, ne obligation de l employer Le Code d Travail précise q il appartient à l employer de prendre les mesres nécessaires por assrer la sécrité et protéger la santé physiqe et mentale de ses salariés. Por cela il doit mettre en œvre les principes générax de prévention (article L d Code d Travail). 1 Eviter les risqes. 2 Evaler les risqes qi ne pevent être évités. 3 Combattre les risqes à la sorce. 4 Adapter le travail à l homme (conception des postes de travail, choix des éqipements et des méthodes de travail et de prodction). 5 Tenir compte de l état d évoltion de la techniqe. 6 Remplacer ce qi est dangerex par ce qi ne l est pas o ce qi l est moins. 7 Planifier la prévention en y intégrant, dans n ensemble cohérent : la techniqe ; l organisation d travail ; les conditions de travail ; les relations sociales ; l inflence des facters ambiants. 8 Prendre des mesres de protection collective et ler donner la priorité sr les mesres de protection individelle. 9 Donner des instrctions appropriées ax salariés. La logiqe d Code d Travail est ne logiqe générale de prévention de tos les risqes (y compris des risqes psychosociax) povant condire à des atteintes à la santé des salariés, qelle qe soit ler gravité o ler probabilité de srvene. Il prévoit explicitement l obligation «d adapter le travail à l homme», et non l homme a travail. Les principes de prévention impliqent notamment por l employer l obligation de chercher en priorité à éviter les risqes, c est-à-dire à les spprimer, en agissant sr tos les déterminants de la santé a travail des salariés, y compris l organisation d travail, les relations sociales, etc. 9

10 1. Piloter la prévention dans les EAJE L employer a ne obligation de résltat vis-à-vis de la sécrité de chaqe salarié : sa responsabilité civile propre est ssceptible d être engagée à la site de tot accident d travail o maladie professionnelle lorsq il apparaît q il avait conscience o arait dû avoir conscience d danger aqel était exposé le salarié et q il n a pas pris les mesres nécessaires por l en préserver. Comment répondre à cette obligation, comment passer d constat sr les risqes encors par les salariés de la petite enfance à la mise en œvre d actions de prévention? C est l objet de ce gide La veille, ne démarche permanente 10 Lorsqe l on parle de risqes professionnels, on parle de la possibilité d atteintes à la santé physiqe o mentale des salariés d fait d travail. Les risqes professionnels sont des risqes complexes, «mltifactoriels», c est-à-dire dont les cases sont sovent mltiples et cmlatives. Les facters de risqes professionnels sont divers, mais les travax de recherche et d étdes menés depis les années 1950 ont démontré le lien entre certaines formes d organisation d travail et la srvene d accidents et de maladies. Les conséqences en sont importantes et mltiples : chtes, accidents, trobles msclo-sqelettiqes o «TMS», lombalgies, dépressions, maladies cardiovasclaires, etc Comment organiser ne veille active? Il est important de détecter les symptômes indiqant la présence de facters de risqes professionnels le pls en amont possible, afin de mettre en œvre les démarches adaptées. Le sivi d indicaters qantitatifs pet permettre ce repérage. Il s agit d ne phase de veille, qi ne débochera pas «atomatiqement» sr la mise en place d ne démarche active de prévention des risqes. Cela dépendra des indicaters repérés. Identifier des indicaters qantitatifs pet permettre d objectiver des constats, d alimenter ne discssion a sein de l association, mais assi d argmenter sr les actions à mettre en place, par exemple en direction de financers instittionnels Qelqes indicaters Absences a travail. Trn-over. Heres de récpération, etc. Por aller loin Fiche-repères 2 - «Indicaters por ne veille active», page 25. Il est sohaitable de définir (avec l encadrement, les délégés d personnel, l éqipe, etc.) les indicaters intéressants à sivre, pis de concevoir n tablea à renseigner de façon réglière, par exemple menselle.

11 1. Piloter la prévention dans les EAJE Cependant, ces indicaters qantitatifs ne sont pas les sels : il est important également de ne pas négliger les indicaters qalitatifs. Les plaintes des salariés, si elles sont répétées, pevent être le signe de sitations de fatige importante o de tensions. Les conflits et violences externes, avec les familles, par exemple, l irritabilité et les conflits internes, entre salariés, sont des éléments qi pevent permettre d identifier des signes avant-corers avant la srvene d accidents o de sitations de crise Comment recenser des indicaters qalitatifs? Un otil simple por identifier des indicaters qalitatifs en matière de risqes professionnels pet être la mise en place d n «cahier d alerte» : destiné à receillir les problèmes de sécrité rencontrés par les salariés, ne information sr les accidents de travail, sr les incidents (y compris conflits avec des sagers), etc. ; rangé dans n brea identifié ; accessible à tos les salariés Qi contribe a receil de ces informations? La direction de l association pet enregistrer les données qantitatives de façon systématiqe. L encadrement intermédiaire et les instances représentatives d personnel pevent faire part de sitations de tensions. Le médecin d travail, s il est sollicité, pet donner n avis global, ne fois par an, sr l état de santé des salariés et les atteintes à la santé repérées Comment tiliser ces indicaters dans ne démarche de veille active sr les conditions de travail? Les données qantitatives et qalitatives sont à centraliser par la direction (tablea ten à jor por les indicaters qantitatifs définis, lectre réglière d «cahier d alerte» por les indicaters qalitatifs, etc.). Ils porront être analysés a minima ne fois par an avec l encadrement, l éqipe, les représentants d personnel. Ces indicaters sont à srveiller, et pevent être n signal d alerte si l on constate des évoltions importantes o brtales, mais ils ne donnent en ex-mêmes acne indication sr lers cases. C est donc l évoltion dans le temps, si possible en fonction de critères précis (par exemple services, métiers, âge et ancienneté des salariés concernés, etc.), qi sera à analyser. Il pet être tile d associer à ces échanges n représentant d conseil d administration de l association. 11

12 1. Piloter la prévention dans les EAJE 1.4. La mise en œvre concrète de démarches de prévention Mettre en place ne démarche de prévention nécessite d identifier certains principes qi vont permettre à ces actions de s inscrire dans le temps, por ne efficacité réelle Agir sr les différents niveax de la prévention Le premier de ces principes est d agir sr les différents niveax de la prévention : en amont de la srvene d accidents o de problèmes, intégrer la prévention dans tot projet amenant des modifications de l organisation (déménagement, embache, novelle activité, etc.) ; lorsqe des «alertes» srviennent (incidents, accrochages entre salariés o entre salariés et sagers, accidents sans conséqences physiqes, etc.) ; lorsq n événement pls grave srvient, accident o arrêt de travail de longe drée, par exemple, por en analyser les cases et mettre en place des actions de prévention adaptées. Le second de ces principes est de tojors aller voir le travail «réel» effecté par les salariés, et por cela, il convient d associer ces derniers à la démarche Associer les salariés Associer les salariés permet de faire reposer l analyse des risqes sr l observation d travail dit «réel» (celi q effecte réellement le salarié), qi se différencie d travail «prescrit» par l employer : les «tors de main», les «savoir-faire de prdence», les «trcs» développés par l n o par l atre por faire face ax mille difficltés impréves qi srviennent dans tote activité de travail doivent être pris en compte dans ne démarche efficace d évalation des risqes professionnels. Par aillers, l association des salariés à la démarche de prévention permet également de l intégrer de façon harmoniese dans l organisation globale d travail Le rôle majer d médecin d travail Le médecin d travail est le conseiller de l employer, des travaillers, des représentants d personnel et des services sociax. Le directer d ne association, d n établissement, pet faire appel à li por avoir son avis sr le docment niqe d évalation des risqes professionnels, sr le plan de prévention, o sr tote mesre collective o individelle concernant la prévention des risqes professionnels. Le médecin d travail établit et met à jor ne fiche d entreprise o d établissement sr laqelle figre notamment les risqes professionnels et les effectifs de salariés qi y sont exposés. Cette fiche d entreprise est n point d appi tile à l employer por identifier les atteintes à la santé et les risqes présents dans la strctre.

13 1. Piloter la prévention dans les EAJE De nombreses possibilités d action s offrent a médecin d travail : aller «sr le terrain», observer les professionnels, les salariés, dans lers missions qotidiennes ; assister a CHSCT por aider à la mise en œvre d ne démarche concertée ; animer des formations adaptées ax besoins des professionnels ; établir la fiche d entreprise d médecin d travail de façon complète et détaillée, etc. Des IPRP (intervenants en prévention des risqes professionnels) pevent également intervenir. Les IPRP pevent être experts dans le domaine médical et/o techniqe et/o organisationnel. Ils travaillent avec les services de santé a travail (SST) por mener des actions de prévention : ergonomie, toxicologie, analyse des risqes, management de la sécrité, organisation, etc La rédaction d docment niqe d évalation des risqes professionnels La mise en place d docment niqe d évalation des risqes professionnels (DU) est ne obligation qi s inscrit dans le cadre de l obligation de sécrité de l employer. Le docment niqe permet d avoir ne vision globale des risqes et d élaborer n plan de prévention en ayant n otil d aide à la décision. Mais la démarche de mise en place d docment niqe pet assi être n moyen intéressant d associer les salariés à ne réflexion sr l organisation d travail. Si cette démarche est tilisée por faire parler les salariés de ler travail, les entendre et élaborer avec ex des propositions d actions, elle pet aller bien a-delà de la sele rédction des risqes. La mise en œvre d ne telle démarche se révèle bénéfiqe, car elle permet notamment de revitaliser l implication de tos dans le projet, la qalité d travail, les échanges et la dynamiqe collective. C est dans ce cas qe le plan de prévention qi fait site a docment niqe sera réellement tile et efficace. On distinge cinq étapes dans la démarche de prévention. 1 Préparation de la démarche, définition des objectifs, de la méthode d évalation, des modalités d association des salariés et des acters externes (médecin d travail notamment), et des moyens mis en œvre (organisation de rénions, définition de référents, temps dédié, etc.). 2 Evalation des risqes, réalisation d n «inventaire» des risqes et rédaction d docment niqe. Dans cette dexième étape, la pertinence de l évalation repose sr la prise en compte d travail réel et des sitations concrètes de travail, qi se différencient des procédres prescrites par l employer. L association des salariés et l apport de ler connaissance des risqes ainsi qe ler expérience s avèrent à cet égard indispensables. 3 Mise a point d n programme annel d actions comportant la liste des mesres povant être prises a cors de l année à venir. 4 Mise en œvre des actions de prévention, en désignant ne personne chargée d sivi de chaqe action, en définissant n calendrier et des moyens. 5 Novelle évalation des risqes, sivi a moins annel de l actalisation d docment niqe d évalation des risqes professionnels et d plan de prévention. 13

14 1. Piloter la prévention dans les EAJE Comment évaler les risqes professionnels? Por évaler les risqes professionnels, il est tile, nos l avons déjà indiqé, d associer les salariés, afin d accéder a travail «réel». Cette association pet passer par la mise en place de gropes de travail (par services, par métiers, etc.) o sr la base de problèmes spécifiqes rencontrés (organisation de l espace, relations avec les parents, brit, etc.), mais assi dans le cadre de rénions associant l ensemble de l éqipe salariée. L objectif doit être clairement défini (thème de travail précis, élaboration de propositions d actions, etc.). Le plan d action reste de la responsabilité de la direction. Certaines sitations de travail pevent être des facters de risqes professionnels, et d atres pevent constiter des facters de protection. La démarche d évalation des risqes professionnels doit permettre de mettre à jor ces sitations à risqes et ces facters de protection, concrètement, en fonction de l organisation d travail. Par définition, le travail réel ne se limitant pas à la prescription, il n est ni écrit ni même identifié, y compris par les salariés concernés ex-mêmes. Identifier le travail réel est donc tojors ne démarche collective, qi permet de prendre d recl par rapport ax sitations véces. 14 Les moyens «d accéder» à ce travail réel sont mltiples : par n échange approfondi sr ne «jornée-type», en détaillant les étapes de celle-ci et en s arrêtant systématiqement sr les difficltés rencontrées et les soltions mises en œvre ; par ne observation menée par des salariés sr les sitations de travail de lers collèges, en prenant des notes précises sr les activités déployées, les interrptions, le rythme temporel, les déplacements, etc. ; par n visionnage collectif et ne analyse de sitations de travail filmées de façon «netre» (ne caméra posée dans n coin, sans boger) ; par n échange ator des fiches de postes, en tentant de décrire l ensemble des activités menées par les salariés qi n y figrent pas. Principes d animation de ces rénions : parler d travail, de ce qi est réellement fait (des faits, pas d opinions) : il ne s agit pas de trover des «errers», ni de porter de jgement ; ne pas poser les soltions avant d avoir analysé les sitations Les facters de risqes professionnels liés à l organisation d travail Les diagnostics de terrain réalisés dans le cadre d projet «Qalité de vie a travail dans les crèches en Aqitaine» ont permis de relever l importance, dans les métiers de la petite enfance, de tot ce qe l on pet rassembler sos le terme de «risqes psychosociax». A-delà, ils ont montré qe les risqes professionnels dans les crèches sont essentiellement des risqes dits «organisationnels», c est-à-dire liés à l ensemble des aspects de l organisation d travail. C est ce qe nos verrons dans les pratiqes de prévention présentées dans les fiches thématiqes.

15 1. Piloter la prévention dans les EAJE Cependant, il nos semble tile, avant de détailler des exemples de sitations et d actions, de faire le point sr ce qe sont les risqes psychosociax : «Les facters psychosociax de risqe a travail mis en évidence par la littératre scientifiqe pevent être regropés ator de six axes. Ils sont relatifs à l intensité d travail et a temps de travail, ax exigences émotionnelles, à ne atonomie insffisante, à la mavaise qalité des rapports sociax a travail, ax conflits de valers et à l insécrité de la sitation de travail. ( ) L atonomie a travail désigne la possibilité por le travailler d être acter dans son travail, dans sa participation à la prodction de richesses et dans la condite de sa vie professionnelle. ( ) Elle inclt non selement les marges de manœvre, mais assi la participation ax décisions ainsi qe l tilisation et le développement des compétences.» 4 Le tablea proposé ci-dessos porte sr qelqes exemples de sitations de travail qi pevent être des facters de risqes professionnels, et l identification de facters de protection. La démarche d évalation des risqes professionnels doit permettre de mettre à jor ces sitations à risqes et ces facters de protection, concrètement, en fonction de l organisation d travail. Facters de risqes Exemples de sitations de travail Exemples de facters de protection Les exigences d travail Les difficltés de conciliation entre travail et hors travail Utilisation et développement des compétences Sotien social, participation, représentation 4 : «Mesrer les facters de risqes psychosociax a travail», Rapport d collège d expertise sr le sivi des risqes psychosociax a travail, faisant site à la demande d Ministre d Travail, de l Emploi et de la Santé, mars 2011, p : Novelles technologies de l information et de la commnication. Prise en compte d objectifs édcatifs, d projet de la strctre, etc. Evoltion des pratiqes liée a développement des NTIC 5 (dossiers de demandes de sbventions à renvoyer en qelqes jors). Contraintes mentales (conditions de srveillance des enfants, etc.). Activités le soir, tôt le matin, pendant les vacances scolaires, etc. Avoir n travail répétitif, monotone. Manqe de sotien de l encadrement et des collèges. Réglation collective de la charge de travail. Possibilités de mise en retrait et de remplacement. Définition de ½ jornées de repos dans la semaine. Apprendre des choses novelles. Consltation des salariés lors de changements de matériel o d organisation d travail, de déménagement, etc. 15

16 1. Piloter la prévention dans les EAJE Facters de risqes Relation a pblic Tensions avec le pblic Leadership (clarté, pilotage d changement) Exemples de sitations de travail Forte implication personnelle dans les relations avec les enfants. Relations ax parents parfois complexes à gérer. Réactions orales agressives de parents. Défat de sotien de l encadrement, demandes contradictoires, etc. Exemples de facters de protection Aborder la qestion lors de rénions. Définir collectivement les règles de vie et les modes de relations ax parents. Sentiment d être tile. Explications claires sr ce qi est demandé, sotien actif, etc. 16 Conflits de valers Risqes physiqes (chtes, problèmes de dos, d articlations, TMS o «trobles msclosqelettiqes», c est-à-dire problèmes d articlations, etc.) Ce tablea n a pas por vocation d être exhastif. Les fiches thématiqes identifient de nombreses sitations de travail qi ne sont pas citées ici. Cependant, il permet d avoir ne vision synthétiqe sr de grands facters de risqes à prendre en compte. Les liens entre ces facters de risqes et la santé des salariés sont avérés : «Les travax d épidémiologie montrent les effets des caractéristiqes psychosociales d travail sr la santé physiqe. ( ) Les recherches en ergonomie, en sociologie et en économie convergent por montrer qe les cases organisationnelles qi ont des conséqences défavorables sr les conditions de travail physiqes en ont assi sr les conditions de travail psychologiqes et vice versa.» 6 Ne pas avoir les moyens (temps, moyens matériels, formation, etc.) de faire n travail qe l on estime être «de qalité». Installer des locax, déplacer des mebles, d matériel, dans des temps et des espaces contraints. Chtes, mantention manelle, postres. Port des enfants dans totes les activités de la vie qotidienne (déshabiller, habiller, change, aide à la prise des repas, cocher, jex édcatifs). Travail por des strctres à bt non lcratif, sens d travail, implication active dans le projet de la strctre. Organiser n qestionnement exhastif sr les éléments sivants : Mantention manelle de charges. Position à genox. Postre accropie, en torsion, atres contraintes postrales. 6 : «Mesrer les facters de risqes psychosociax a travail», Rapport d collège d expertise sr le sivi des risqes psychosociax a travail, faisant site à la demande d Ministre d Travail, de l Emploi et de la Santé, mars 2011, p. 30.

17 1. Piloter la prévention dans les EAJE 1.6. Les pratiqes en matière de ressorces hmaines Données générales sr les établissements d acceil de jenes enfants Effectifs salariés des établissements d acceil de jenes enfants en 2009 : 0-5 ETP : 26% des EAJE ; ETP : 4% ; 5-10 ETP : 49% ; 50 ETP et pls : 1% ETP : 20% ; Eléments sr les salariés de ce secter : 98% de femmes. Ages des salariés des établissements d acceil de jenes enfants en 2007 : moins de 25 ans : 19% ; ans : 21% ; ans : 28% ; 55 ans et pls : 4% ans : 28% ; 17 L ancienneté moyenne des salariés était de 5 ans en Eléments sr les métiers des salariés de ce secter en 2007 : axiliaire petite enfance : 40,4% des salariés ; assistants d animation : 19,3% ; édcater petite enfance : 11,8% ; personnels de service : 9,1% ; directers et coordinaters : 8,6%. En 2009, les principax diplômes détens par les salariés des EAJE sont axiliaire de péricltre (35%), édcater de jenes enfants (31%), CAP Petite enfance (20%). Des «faisant fonction» sont en poste dans plsiers crèches, tant d fait de l histoire de l association qe de difficltés de recrtement. Eléments sr les diplômes des salariés de ce secter en 2009 : pas de certification diplômante : 16% des salariés ; nivea V (CAP-BEP) : 53% ; nivea IV (bac) : 3% ; nivea III (licence) : 21%. 7 : «Note de cadrage 2009 emploi-formation», Observatoire emploi-formation, Branche professionnelle des centres sociax, des établissements d acceil petite enfance et des associations de développement social local. Totes les informations concernant 2009 proviennent de ce docment. 8 : «Note de cadrage 2007 emploi-formation», Observatoire emploi-formation, Branche professionnelle des centres sociax, des établissements d acceil petite enfance et des associations de développement social local. Totes les informations concernant 2007 proviennent de ce docment.

18 1. Piloter la prévention dans les EAJE En 2009, 65% des salariés de ce secter sont en CDI. 38% des salariés travaillent à temps plein. Il y a 16% de salariés en contrats aidés. En 2007, le trn-over moyen dans les établissements d acceil de jenes enfants était de 18%. En 2009, 62% des associations d acceil de jenes enfants ont fait sage de la formation. Les diagnostics menés après de crèches ont montré qe certaines données RH sont déterminantes por l organisation et la qalité de vie a travail. Le nivea de stabilité o de précarité des contrats : les contrats aidés étant limités dans le temps, la qalité d travail collectif est mise à mal s il y a trop de rolement. 18 La politiqe en matière de temps de travail : selon les crèches, les organisations sont basées majoritairement sr d temps plein o sr d temps partiel ; on constate n soci général d agmenter les temps de travail por celles qi le sohaitent, mais ce n est pas tojors possible : il y a donc des temps partiels sbis ; on constate qe «l sre» est moins présente avec des «grands» temps partiels choisis, proches d temps plein, qi laissent davantage de possibilités de récpération. Les conditions de recrtement et d intégration : en matière de recrtement, on observe ne tension sr certaines qalifications (notamment axiliaire de péricltre) ; les modalités d intégration des noveax salariés sont pe formalisées, a-delà des diplômes et qalifications ; qelqes valers sont exprimées, notamment en terme de savoir-être ; l accent est mis sr la capacité d intégration et la complémentarité avec l éqipe ; il n y a pas de parcors d intégration formalisé, mais des pratiqes favorisant l intégration des «noveax» ont été observées, ainsi q ne réelle overtre et ne disponibilité d personnel ; les crèches disposent de spports écrits por le partage rapide de repères professionnels. Les otils de GPEC mis en place : l entretien individel est en place partot, en lien avec l obligation conventionnelle (convention collective nationale des acters d lien social et familial) ; le plan de formation, dans les crèches ayant fait l objet de diagnostics, permet a personnel de partir environ ne fois par an. Les formations sont appréciées por ler qalité. Dans certaines strctres, il y a des pratiqes de partage des connaissances après les formations ; des modalités d analyse de la pratiqe sont parfois organisées.

19 1. Piloter la prévention dans les EAJE Accompagnement à la VAE (validation des acqis de l expérience) : les démarches VAE engagées : CAP Petite Enfance, Edcater de Jenes Enfants, Axiliaire de Péricltre ; il y a des difficltés de validation d diplôme d Axiliaire de Péricltre : plsiers démarches non validées, essentiellement en raison des modles liés ax soins hospitaliers, ce qi impliqe ne frstration importante por les salariées concernées par rapport à l investissement dans la démarche ; la VAE est n engagement personnel et non de la strctre Les ressorces RH por la branche des acters d lien social et familial Accéder à la convention collective nationale des acters d lien social et familial : La CPNEF, Commission Paritaire Nationale Emploi Formation de la branche des acters d lien social et familial, propose de nombrex éléments sr l accès à la formation, les dispositifs de financement, l emploi : Le SNAECSO, syndicat d employers associatifs, regrope et représente les employers associatifs des centres sociax, des associations d acceil de jenes enfants et des associations d développement social local. Il propose des informations et des services : «Acceil petite enfance» Parcors professionnels, reconversions, carrières Dans les métiers de la petite enfance, on observe des limites physiqes qi agmentent avec l âge, et ne sre liée à n investissement de long terme dans le travail après de très jenes enfants, qi posent notamment la qestion de la mobilité professionnelle et d maintien après des enfants. Les professionnels estiment qe ler environnement de travail est intéressant et formater en débt de parcors : ler métier fait appel à la créativité, permet de réaliser des projets, et est gratifiant d fait d travail après des enfants. Des qestions se posent cependant por le personnel en «dexième partie de carrière». Ler ressenti est sovent présenté en terme de «manqe de reconnaissance» d travail et de l implication dans la strctre. Le salaire pet être perç comme dévalorisant par rapport a travail réalisé et sans réelle perspective d évoltion. On constate ne difficlté à s imaginer travaillant après des enfants à 50 ans passés. Les qestions d évoltion de carrière, de démotivation potentielle, d sre sont donc posées, mais elles se hertent à des limites liées à la taille de la strctre (très pe de possibilités d évoltion interne), à la formation initiale (absence de certains domaines de compétences, notamment por la validation d diplôme d axiliaire de péricltre), à l sre physiqe et psychologiqe de a travail après des enfants. Les témoignages de plsiers crèches solignent l importance de la prise en compte de l sre professionnelle, et proposent par exemple des échanges entre strctres a sein des bassins d emploi, des réseax.

20 1. Piloter la prévention dans les EAJE Qe proposer comme parcors de progression? Cela nécessite n travail de moyen o long terme, en amont de la srvene de sitations de lassitde professionnelle : par l apport d informations sr les parcors ; par des informations sr les formations en cors d emploi. Le rôle de la direction est important : por informer les salariés sr les dispositifs de bilan de compétences ; por les sensibiliser à l importance de se former. Les entretiens individels pevent servir de levier de motivation, voire d anticipation. 20

Accompagner les familles d aujourd hui

Accompagner les familles d aujourd hui Mtalité Française et petite enfance Accompagner les familles d ajord hi ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mtalité Française en matière de petite enfance La Mtalité Française est

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Connaître Rédire Aménager Informer

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations Votre expert en flx docmentaires et logistiqes Cataloge des formations Qelles qe soient les entreprises, les salariés pevent sivre, a cors de ler vie professionnelle, des actions de formation professionnelle

Plus en détail

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS TM Enterprise Soltion Éliminez vos frais mensels de géolocalisation GPS Offrez-vos les avantages spplémentaires d'ne soltion personnalisée par rapport à ne soltion hébergée Renforcez la sécrité des informations

Plus en détail

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113 Email Academy 2012 L'emailing et les noveax canax internet La législation de l'emailing et des bases de données Vendre par l'emailing Améliorer la délivrabilité de ses emailing Développer son email en

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW Version 1.2 Gide de conception et de mise en œvre H12388.2 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié

Plus en détail

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires Maires - Éls - Promoters Des liex de vie collectifs adaptés ax retraités : ne soltion attractive por les territoires Sommaire Un logement adapté ax besoins des seniors Les différentes formles de liex de

Plus en détail

GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE

GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE En Rhône-Alpes les clés por ne location sereine et solidaire Edito «J ai n logement, qe je sohaite loer, mais je vex l assrance d ne bonne gestion par n organisme et srtot

Plus en détail

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché Gide AFEI - FBF de mise en œvre des procédres de déclaration de sopçon d abs de marché Préamble Sommaire 1. ORGANISATION & PROCéDURE INTERNE 1 A. QUELLE ORGANISATION? 1 A.1 Modèle d organisation interne

Plus en détail

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire 79614 Plan de formation por l Ordonnance sr la formation professionnelle initiale réalisater pblicitaire Partie A Compétences opérationnelles Partie B Grille horaire Partie C Procédre de qalification Partie

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12387.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014 EMC estime

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013 EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12308.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12307.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés.

Plus en détail

pour toute la famille

pour toute la famille La gamme santé solidaire por tote la famille CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ Nos sommes ne vraie mtelle à bt non lcratif. À tot moment, nos vos en donnons les preves : pas de sélection à l entrée

Plus en détail

Mesures générales de prévention pour l utilisation des fardeleuses

Mesures générales de prévention pour l utilisation des fardeleuses la fardelese Les fardeleses, machines semi-atomatiqes d emballage de palettes, assi nommées palettisers o «wrapeses» sont d sage corant dans le secter de l imprimerie. On s en sert por envelopper d ne

Plus en détail

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES Les qalifications Edition jillet 2014 Solaire thermiqe Forage géothermiqe Solaire photovoltaïqe Bois énergie Aérothermie et géothermie Les énergies renovelables : des

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONTRAT

PRÉSENTATION DU CONTRAT PRÉSENTATION DU CONTRAT 2 L ASSURANCE VIE UN FANTASTIQUE OUTIL DE GESTION PATRIMONIALE Le fait qe l assrance vie soit, depis plsiers décennies, le placement préféré des Français n est certes pas le frit

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12347.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014

Plus en détail

annexes circulaire interministérielle n DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007

annexes circulaire interministérielle n DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007 annexes circlaire interministérielle n DGUHC 2007-53 d 30 novembre 2007 relative à l accessibilité des établissements recevant d pblic, des installations overtes a pblic et des bâtiments d habitation Annexes

Plus en détail

Global Votre assurance complémentaire individuelle

Global Votre assurance complémentaire individuelle Global Votre assrance complémentaire individelle Assrance de base Le minimm légal L assrance obligatoire des soins (LAMal) vos garantit ne covertre de base des frais de santé. Elle prend en charge les

Plus en détail

En un coup d œil Nos prestations d assurance maladie

En un coup d œil Nos prestations d assurance maladie En n cop d œil Nos prestations d assrance maladie Assrance de base Le minimm légal L assrance obligatoire des soins (LAMal) vos garantit ne covertre de base des frais de santé. Elle prend en charge les

Plus en détail

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins :

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins : La complémentaire santé des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ la réponse santé adaptée à vos besoins por faciliter votre accès ax soins : avec le tiers payant por ne pls avancer vos frais

Plus en détail

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS TIPI Titres Payables par Internet Un novea service por faciliter les paiements Un moyen de paiement adapté à la vie qotidienne TIPI :

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA Ade Hbrecht, Fabienne Gerra To cite this version: Ade Hbrecht, Fabienne Gerra. MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Plus en détail

mettez le casque et savourez votre calme! Réduction active des bruits de fond (ANC):

mettez le casque et savourez votre calme! Réduction active des bruits de fond (ANC): & pls03/ 2014 Une conversation de vive voix en dit pls qe mille corriers électroniqes Page 3 Série Jabra Evolve Pages 4 5 Micros-casqes UC Pages 6 7 freevoice SondPro 355 Page 8 Jabra PRO925/935 Page 9

Plus en détail

Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est aussi la conserver!

Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est aussi la conserver! Santé et travail sr poste informatisé bonnes postres et bonnes pratiqes Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est assi la conserver! www.simt.fr Santé et prévention a bénéfice

Plus en détail

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles Facilité d'tilisation et sages des MMS sr les mobiles Mobilité & Ubiqité 2004 Rachel Demmiex & Farid Habboche (France Télécom R&D - Lannion) Le présent docment contient des informations qi sont la propriété

Plus en détail

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA Commande prédictive par Jacqes RICHALET Directer société ADERSA 1. Les qatre principes de la commande prédictive... R 7 423 2 1.1 Modèle interne... 2 1.2 Trajectoire de référence... 3 1.3 Strctration de

Plus en détail

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré Microphones d appels Clod avec message pré-enregistrés intégré Clearly better sond Modèles PM4-SA et PM8-SA Description générale Les microphones d appels nmériqes Clod de la gamme PM-SA ont été développés

Plus en détail

COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE

COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE Momen Ellech, Nadia Lehox, Lc Lebel, Sébastien Lemiex To cite this version: Momen Ellech, Nadia

Plus en détail

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation.

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation. Le choix d n contrat d assrance maladie entre traitement et compensation. F.YAFIL Avril 3 Résmé : L objectif de cet article est de prendre en considération les différentes formes qe pevent revêtir les

Plus en détail

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE Diocèses de Paris, Nanterre, Créteil et Saint-Denis JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE FAITES DE VOS BIENS

Plus en détail

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 1 La Commnaté d Agglomération agit por le Développement Drable Petit gide des éco-gestes a brea gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 2 Épisement des

Plus en détail

L e mobilier, le matériel et le linge au r estaurant

L e mobilier, le matériel et le linge au r estaurant Technologie (baccalaréat Professionnel) L e mobilier, le matériel et le linge a r estarant 1 : L e m o b i l i e r 1. 1 - L e m o b i l i e r d e s t i n é à l a c l i e n t è l e 1.1.1 - Dimensions et

Plus en détail

Agenda de l exposition Facing time

Agenda de l exposition Facing time Agenda de l exposition Facing time Mars 2015 Dimanche 29 mars - 10h30 à 12h30 - Maison de la Cltre Art Dimanche : visite de l exposition en compagnie de Jean-Philippe Theyskens Art Dimanche consiste en

Plus en détail

VRM Video Recording Manager

VRM Video Recording Manager Vidéo VRM Video Recording Manager VRM Video Recording Manager www.boschsecrity.fr Stockage réparti et éqilibrage de la configrable Basclement sr n enregistrer de secors iscsi en cas de défaillance, por

Plus en détail

Demande de subsides de formation

Demande de subsides de formation Service des sbsides de formation SSF Amt für Asbildngsbeitrage ABBA Rote-Neve 7, Case postale, 1701 Friborg T +41 26 305 12 51, F +41 26 305 12 54 borses@fr.ch, www.fr.ch/ssf Demande de sbsides de formation

Plus en détail

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy 16 Octobre 2014 - Bercy PRODUIRE EN FRANCE AVEC LA DOUANE Présentation des entreprises participant ax tables rondes # prodireenfrance Live tweet sr le compte officiel de la doane @doane_france la doane

Plus en détail

& ENTREPRISE groupe monassier france

& ENTREPRISE groupe monassier france grope monassier france Après sept ans de déprime, les signes de reprise dans l immobilier ne manqent pas : les délais de vente raccorcissent; les promesses et les compromis agmentent; les investissers

Plus en détail

La formation continue se réinventeenligne

La formation continue se réinventeenligne niversités &grandes écoles ILLUSTRATIONS :STEPHANE KHIEL La formation contine se réinventeenligne Le sccès des MOOC, ces cors interactifs, illstre la métamorphose de la formation contine. Mais l efficacité

Plus en détail

cigref r0jl , (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avenue de Messone. 75008 Pa"' telephone 47 64 24,.

cigref r0jl , (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avenue de Messone. 75008 Pa' telephone 47 64 24,. rr rjl, (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avene de Messone. 758 Pa"' telephone 47 64 24,. Réf. 88 153 cigref RAPPORT APPORT PRODUCTIF DE L 1 1NFORMATIQUE Mars

Plus en détail

Guide pratique du recours au procureur de la République

Guide pratique du recours au procureur de la République les gides d pôle national de ltte contre l habitat indigne Dihal - ltter contre l habitat indigne : gide pratiqe d recors a procrer de la Répbliqe - mars 2013 Ltter contre l habitat indigne : Gide pratiqe

Plus en détail

Marché à procédure adaptée (Article 28 du CMP)

Marché à procédure adaptée (Article 28 du CMP) Marché à procédre adaptée (Article 28 d CMP) Rénovation de la salle Egène DELACROIX Marché 08/203 02/05/203 Nom et adresse de l organisme acheter Chambre de Métiers et de l Artisanat d Val d Oise avene

Plus en détail

Unités d'extension de disques durs iscsi DSA E-Series

Unités d'extension de disques durs iscsi DSA E-Series Vidéo Unités d'extension de disqes drs iscsi DSA E-Series Unités d'extension de disqes drs iscsi DSA E-Series www.boschsecrity.fr Soltion de stockage résea extensible : contrôler doté de 12 disqes drs

Plus en détail

grandir Editorial N 13 mai 2006 Découvrir le diocèse Initiatives Vie pastorale Education et pédagogie Chantiers et projets Quelques brèves...

grandir Editorial N 13 mai 2006 Découvrir le diocèse Initiatives Vie pastorale Education et pédagogie Chantiers et projets Quelques brèves... Blletin d Information et de Liaison de l Enseignement Catholiqe de Saint-Etienne N 13 mai 2006 Editorial Editorial Un le por soff grandir «Die insffla dans les narines de l homme l haleine de la vie, et

Plus en détail

Montages à plusieurs transistors

Montages à plusieurs transistors etor a men! ontages à plsiers transistors mplificaters à plsiers étages Dans de nombrex amplificaters, on cerce à obtenir n grand gain, ne impédance d entrée élevée (afin de ne pas pertrber la sorce d

Plus en détail

Université du Québec en Abitibi~e

Université du Québec en Abitibi~e Université d Qébec en Abitibi~e Etde des besoins forxlalœntax des personnes diabétiqes d secter de Rcyn-Norarrla selon le modèle de soins de Virginia Hen:ierson par Brigitte Gagnon Kiyan:la Rapport de

Plus en détail

FORMATIONS EN ÉCOLES SPÉCIALISÉES. cadémie de Besançon. Mise à jour mars 2013. www.onisep.fr/lalibrairie

FORMATIONS EN ÉCOLES SPÉCIALISÉES. cadémie de Besançon. Mise à jour mars 2013. www.onisep.fr/lalibrairie FORMATIONS EN ÉCOLES SPÉCIALISÉES Mise à jor mars 2013 cadémie de Besançon www.onisep.fr/lalibrairie ministère de l Édcation nationale ministère de l Enseignement spérier et de la Recherche INFOS NATIONALES

Plus en détail

Système isolateur de ligne de haut-parleurs

Système isolateur de ligne de haut-parleurs Systèmes de commnications Système isolater de ligne de hat-parlers Système isolater de ligne de hat-parlers www.boschsecrity.fr Fornit des bocles de hat-parler redondantes por les systèmes de sonorisation

Plus en détail

Maxwell 10. Administration

Maxwell 10. Administration Maxwell 10 Administration Conten Conten Aperç........................................................................... 4 Connexions....................................................................................

Plus en détail

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits SOLIDWORKS Simlation Réalisez des simlations virtelles avec des otils de test complets por améliorer vos prodits SOLUTIONS DE SIMULATION SOLIDWORKS Les soltions de simlation SOLIDWORKS permettent à tot

Plus en détail

Enregistreur numérique Divar

Enregistreur numérique Divar Vidéo Enregistrer nmériqe Divar Enregistrer nmériqe Divar www.boschsecrity.fr Versions 6, 9 et 16 voies Technologie en option Enregistrement, lectre et archivage simltanés Contrôle des caméras AtoDome

Plus en détail

concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct

concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct CANTON DE VAUD Administration cantonale des impôts GUIDE 2013 concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et commnal Délai por le renvoi de la déclaration : 15 mars 2014 Impôt fédéral direct Simplifiezvos

Plus en détail

jeux de toujours pour des

jeux de toujours pour des 36 jex de tojors por des «récrés» d ajord hi Damien Fontenoy Frédéric Jacqemin Préface Tos nos remerciements s adressent ax enfants, ax institters, ax professers d édcation physiqe et ax directions de

Plus en détail

Bosch Video Management System v.4

Bosch Video Management System v.4 Vidéo Bosch Video Management System v.4 Bosch Video Management System v.4 www.boschsecrity.fr Système de gestion vidéo client/server Gestion optimale des alarmes inclant des niveax de priorité et ne répartition

Plus en détail

AMC2 - (Contrôleur d'accès modulaire - Access Modular Controller)

AMC2 - (Contrôleur d'accès modulaire - Access Modular Controller) Engineered Soltions AMC2 - (Contrôler d'accès modlaire - Access Modlar Controller) AMC2 - (Contrôler d'accès modlaire - Access Modlar Controller) www.boschsecrity.fr Gestion intelligente des accès por

Plus en détail

La Mbox troisième génération Guide technique

La Mbox troisième génération Guide technique La Mbox troisième génération Gie techniqe Table es matières Le concept e la famille Mbox novelle génération...3 Les éléments constittifs ne interface aio exception...3 Convertissers...3 Préamplis...3 Horloge...3

Plus en détail

DIVAR IP 7000 1U. Vidéo DIVAR IP 7000 1U. www.boschsecurity.fr. Solution de gestion vidéo complète tout-en-un jusqu'à 64 voies

DIVAR IP 7000 1U. Vidéo DIVAR IP 7000 1U. www.boschsecurity.fr. Solution de gestion vidéo complète tout-en-un jusqu'à 64 voies Vidéo DIVAR IP 7000 1U DIVAR IP 7000 1U www.boschsecrity.fr Soltion de gestion vidéo complète tot-en-n jsq'à 64 voies Soltion de gestion vidéo IP prête à l'emploi avec ne capacité de stockage maximale

Plus en détail

Étudier si une famille est une base

Étudier si une famille est une base Base raisonnée d exercices de mathématiqes (Braise) Méthodes et techniqes des exercices Étdier si ne famille est ne base Soit E n K-espace vectoriel. Comment décider si ne famille donnée de vecters de

Plus en détail

ISC-PDL1-W18x Détecteurs TriTech Série Pro

ISC-PDL1-W18x Détecteurs TriTech Série Pro Systèmes d'alarme intrsion ISC-PDL-W8x Détecters TriTech Série Pro ISC-PDL-W8x Détecters TriTech Série Pro www.boschsecrity.fr Covertre de détection 8 m x 5 m, avec ne sélection de covertre rédite à 8

Plus en détail

À VOS CÔTÉS QUI COMPTENT DANS LES MOMENTS RAPPORT D ACTIVITÉ 2014-2015 DEVELOPPONS ENSEMBLE L ESPRIT D EQUIPE

À VOS CÔTÉS QUI COMPTENT DANS LES MOMENTS RAPPORT D ACTIVITÉ 2014-2015 DEVELOPPONS ENSEMBLE L ESPRIT D EQUIPE À VOS CÔTÉS DANS LES MOMENTS QUI COMPTENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2014-2015 DEVELOPPONS ENSEMBLE L ESPRIT D EQUIPE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE INSURANCE EST AU CŒUR DE LA STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT DU GROUPE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE,

Plus en détail

Logiciel Bosch Video Management System v3.

Logiciel Bosch Video Management System v3. Vidéo Logiciel Bosch Video Management System v3. Logiciel Bosch Video Management System v3. www.boschsecrity.fr Système de gestion vidéo client/server Gestion des tilisaters, gestion des alarmes, srveillance

Plus en détail

SAVERNE. Couleurs d été. Politique de la ville. Dossier. Retrouvez toutes les informations locales sur internet www.saverne.

SAVERNE. Couleurs d été. Politique de la ville. Dossier. Retrouvez toutes les informations locales sur internet www.saverne. N 27-2015 SAVERNE Colers d été Dossier Politiqe de la ville L E M A G A Z I N E M U N I C I P A L D E S S A V E R N O I S Retrovez totes les informations locales sr internet www.saverne.fr Nméros d rgence

Plus en détail

DINION IP 7000 HD. Vidéo DINION IP 7000 HD. www.boschsecurity.fr. Capteur CMOS jour/nuit 1/2,7" avec balayage progressif

DINION IP 7000 HD. Vidéo DINION IP 7000 HD. www.boschsecurity.fr. Capteur CMOS jour/nuit 1/2,7 avec balayage progressif Vidéo DINION IP 7000 HD DINION IP 7000 HD www.boschsecrity.fr Capter CMOS jor/nit 1/2,7" avec balayage progressif Hate résoltion 1080p, format HD La rédction intelligente d brit permet de diminer de 30

Plus en détail

SALLE PLENIÈRE : 10h00 12H00

SALLE PLENIÈRE : 10h00 12H00 4 MERCREDI 21 JANVIER 2015 SALLE PLENIÈRE : 10h00 12H00 g, (Paris), (Nice) Epidémiologie des infections à HPV. Vaccination préventive et thérapetiqe. Recommandations Françaises. (Paris) Vaccination HPV

Plus en détail

VOLETS ROULANTS CAISSONS PRÉFORMÉS VENDÔMOISE DE FERMETURES. Excellente. isolation. Durable LES CAISSONS PRÉFORMÉS SONT UTILISÉS POUR ÊTRE INTÉGRÉS :

VOLETS ROULANTS CAISSONS PRÉFORMÉS VENDÔMOISE DE FERMETURES. Excellente. isolation. Durable LES CAISSONS PRÉFORMÉS SONT UTILISÉS POUR ÊTRE INTÉGRÉS : Caisson COFFRÉLITE VOLETS ROULANTS Caisson BRIQUÉLITE Les coffres de volets rolants préfabriqés sont réalisés par molage de polystyrène expansé armé dont les ailes sont revêtes de plaqes de fibragglo o

Plus en détail

] sommaire. L Alsace territoire fragile. > N 12 > Décembre 2006 >

] sommaire. L Alsace territoire fragile. > N 12 > Décembre 2006 > > N 12 > Décembre 2006 > L Alsace territoire fragile D fait de sa topographie particlière, entre Vosges et Forêt-Noire, de la densité de sa poplation et de son dynamisme économiqe, de la richesse de son

Plus en détail

Bosch Video Management System v.4.5.5

Bosch Video Management System v.4.5.5 Vidéo Bosch Video Management System v.4.5.5 Bosch Video Management System v.4.5.5 www.boschsecrity.fr Système de gestion vidéo client/server Gestion optimale des alarmes inclant des niveax de priorité

Plus en détail

LBC 341x/0 - Enceintes

LBC 341x/0 - Enceintes Systèmes de commnications LBC 41x/ - Enceintes LBC 41x/ - Enceintes www.boschsecrity.fr Reprodction vocale et msicale hate fidélité Plage de fréqences étende Entrées 8 ohms et 1 V réglables Enceinte compacte

Plus en détail

Construction d une maison médicale CIVRY 28200 Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) Page 1

Construction d une maison médicale CIVRY 28200 Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) Page 1 Constrction d ne maison médicale CIVRY 28200 Cahier des Clases Techniqes Particlières (C.C.T.P.) Page 1 SOMMAIRE 1. CONSISTANCE DES TRAVAUX 2. TRAVAUX A LA CHARGE DE L ENTREPRISE 3. DOCUMENTS TECHNIQUES

Plus en détail

Ingénieur(e) une formation généraliste ouverte pour les métiers du numérique. Des ingénieurs responsables pour transformer le monde

Ingénieur(e) une formation généraliste ouverte pour les métiers du numérique. Des ingénieurs responsables pour transformer le monde Ingénier(e) ne formation généraliste overte por les métiers d nmériqe www.telecom-bretagne.e Des ingéniers responsables por transformer le monde L expansion sommaire.01 Éditorial/Editorial.02 La grande

Plus en détail

Conettix D6600 Récepteur/passerelle

Conettix D6600 Récepteur/passerelle Systèmes d'alarme intrsion Conettix D6600 Récepter/passerelle Conettix D6600 Récepter/passerelle www.boschsecrity.fr 32 lignes por les commnications sr le résea téléphoniqe pblic commté (RTPC) avec adio

Plus en détail

Centrale AMAX 4000. Systèmes d'alarme intrusion Centrale AMAX 4000. www.boschsecurity.fr. 64 zones à raccordement filaire / 16 groupes

Centrale AMAX 4000. Systèmes d'alarme intrusion Centrale AMAX 4000. www.boschsecurity.fr. 64 zones à raccordement filaire / 16 groupes Systèmes d'alarme intrsion Centrale AMAX 4000 Centrale AMAX 4000 www.boschsecrity.fr 64 zones à raccordement filaire / 16 gropes 64 codes tilisaters Jornal 3 x 254 événements horodatés Armement à distance

Plus en détail

Ingénieur(e) Télécom Bretagne. une formation généraliste ouverte pour les métiers du numérique. des ingénieurs responsables pour transformer le monde

Ingénieur(e) Télécom Bretagne. une formation généraliste ouverte pour les métiers du numérique. des ingénieurs responsables pour transformer le monde Ingénier(e) Télécom Bretagne des ingéniers responsables por transformer le monde ne formation généraliste overte por les métiers d nmériqe http://www.facebook.com/telecom.bretagne/ www.telecom-bretagne.e

Plus en détail

Instructions complémentaires

Instructions complémentaires Canton de Vad Instrctions complémentaires concernant la propriété immobilière 2013 Impôt cantonal et commnal Impôt fédéral direct Renseignements : 021 316 00 00 info.aci@vd.ch Délai général por le renvoi

Plus en détail

L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre

L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre L éonomie soiale et solidaire : ne atre ltre d entreprendre UN PROJET L éonomie soiale et solidaire ombine engagement soial et initiative éonomiqe por mettre la personne hmaine a entre des ativités et

Plus en détail

LOT N 06 : MENUISERIES INTERIEURES Construction d une maison médicale CIVRY 28200 Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.

LOT N 06 : MENUISERIES INTERIEURES Construction d une maison médicale CIVRY 28200 Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P. Commnaté de commnes des plaines et vallées dnoises Constrction d ne maison médicale CIVRY 28200 Cahier des Clases Techniqes Particlières (C.C.T.P.) Page 1 Sommaire 1. CONSISTANCE DES TRAVAUX 2. TRAVAUX

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

FLEXIDOME IP starlight 7000 VR

FLEXIDOME IP starlight 7000 VR Vidéo www.boschsecrity.fr Excellentes performances par faible lminosité (sensibilité à la coler de 0,017 lx) Analyse de la scène basée sr le conten por optimiser le traitement des images La rédction intelligente

Plus en détail

en chiffres : 1000 Clients en 5 ans. 97% De satisfaction. 100 Agences événementielles qui nous font confiance.

en chiffres : 1000 Clients en 5 ans. 97% De satisfaction. 100 Agences événementielles qui nous font confiance. Cataloge 2015 SHOwPACK & CO en chiffres : Visels : Base Showpack & Co et Thinkstock 1000 Clients en 5 ans. 97% De satisfaction. 100 Agences événementielles qi nos font confiance. Des partenaires AMEX,

Plus en détail

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC . Intérêt d redressement Le redressement MCC Si on désire faire fonctionner n moter à corant contin (MCC) en alternatif il ne torne pas mais vibre. Explication : le corant alternatif change de sens réglièrement

Plus en détail

FLEXIDOME IP micro 5000

FLEXIDOME IP micro 5000 Vidéo FLEXIDOME IP micro 5000 FLEXIDOME IP micro 5000 www.boschsecrity.fr Microdome extérier compact et élégant Résoltions 1080p et 5 MP Régions d'intérêt et E-PTZ Détection de movements et de sabotage

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Objectifs Zoom Motorisés avec Iris Automatique

Objectifs Zoom Motorisés avec Iris Automatique Vidéo Objectifs Zoom Motorisés avec Iris Atomatiqe Objectifs Zoom Motorisés avec Iris Atomatiqe www.boschsecrity.fr Optiqe de hate qalité Constrction fiable et robste Format d'image 1/3" avec coande DC

Plus en détail

Commande prédictive des systèmes non linéaires dynamiques

Commande prédictive des systèmes non linéaires dynamiques Rébliqe Algérienne Démocratiqe et olaire Ministère de l Enseignement Sérier et de la Recherche Scientifiqe Université Molod Mammeri de Tizi-Ozo Faclté de Génie Electriqe et Informatiqe Déartement Atomatiqe

Plus en détail

DINION capture 5 000. Vidéo DINION capture 5 000. www.boschsecurity.fr. La technologie DINION 2X génère des images nettes, cohérentes et précises

DINION capture 5 000. Vidéo DINION capture 5 000. www.boschsecurity.fr. La technologie DINION 2X génère des images nettes, cohérentes et précises Vidéo DINION captre 5 000 DINION captre 5 000 www.boschsecrity.fr La technologie DINION 2X génère des images nettes, cohérentes et précises Night Captre Imaging System garantit n fonctionnement 24 heres

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

TD: Transformée de Fourier

TD: Transformée de Fourier TD: Transformée de Forier Définition + Soit ne fonction complee f de la variable réelle Si elle est de carré sommable, c est-à-dire si l intégrale f( d converge (on se reportera a cors de mathématiqes

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

Dome Conference HD. Vidéo Dome Conference HD. www.boschsecurity.fr. Résolutions HD 1080p et 720p. Sortie standard HD-SDI

Dome Conference HD. Vidéo Dome Conference HD. www.boschsecurity.fr. Résolutions HD 1080p et 720p. Sortie standard HD-SDI Vidéo Dome Conference Dome Conference www.boschsecrity.fr Résoltions 1080p et 720p Zoom x160 (optiqe x10/nmériqe x16) Sortie standard -SDI Contrôle et configration via Ethernet Option ligne de trame por

Plus en détail

TRANSLATION ET VECTEURS

TRANSLATION ET VECTEURS TRNSLTION ET VETEURS 1 sr 17 ctivité conseillée ctivités de grope La Translation (Partie1) http//www.maths-et-tiqes.fr/telech/trans_gr1.pdf La Translation (Partie2) http//www.maths-et-tiqes.fr/telech/trans_gr2.pdf

Plus en détail

Conettix D6100IPv6. Systèmes d'alarme intrusion Conettix D6100IPv6. www.boschsecurity.fr

Conettix D6100IPv6. Systèmes d'alarme intrusion Conettix D6100IPv6. www.boschsecurity.fr Systèmes d'alarme intrsion Conettix D6100IPv6 Conettix D6100IPv6 www.boschsecrity.fr Jsq'à 3 200 raccordements en résea local (LAN) o étend (WAN) Dex lignes por les commnications de résea téléphoniqe commté

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Catalogue formations

Catalogue formations Cataloge formations Le Centre de Formation Alpix Notre vocation n est pas de transmettre n savoir, mais de commnier n savoir-faire. Qi sommes nos? Alpix, n partenaire de alité Depis pls de 20 ans, Alpix

Plus en détail

Easy Series Système de sécurité

Easy Series Système de sécurité Systèmes d'alarme intrsion Easy Series Système de sécrité Easy Series Système de sécrité www.boschsecrity.fr Prend en charge jsq'à 32 points d'entrée L'analyse intelligente des alarmes pemert la rédction

Plus en détail

SALON DE L AUTO D OCCASION 06-14 JUIN 2015 OFEC - CASABLANCA. www.salondelautodoccasion.com

SALON DE L AUTO D OCCASION 06-14 JUIN 2015 OFEC - CASABLANCA. www.salondelautodoccasion.com SALON DE L AUTO D OCCASION 06-14 JUIN 2015 OFEC - CASABLANCA www.salondelatodoccasion.com EN 2015...CASABLANCA FÊTE L AUTOMOBILE! UN RENDEZ-VOUS UNIQUE AU MAROC, UNE VOCATION NATIONALE... EN CHIFFRES 10

Plus en détail

AQUITAINE Omnium Technique d'etudes de la Construction et de l'equipement en Aquitaine CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (C.N.R.

AQUITAINE Omnium Technique d'etudes de la Construction et de l'equipement en Aquitaine CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (C.N.R. AQUIT AINE AQUITAINE Omnim Techniqe d'etdes de la Constrction et de l'eqipement en Aqitaine Siège social : 126, re des Qatre Castéra 33 130 BEGLES SAS a capital de 250 000 - RCS Bordeax B 341.724.052 CENTRE

Plus en détail