Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations pour la collecte et le traitement de données"

Transcription

1 Recommandations pour la collecte et le traitement de données

2 Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3 Collecte et traitement des données 4 4 Diffusion et conservation des données 5 5 Bilan de la collecte et standardisation du processus 5

3 Contexte, objectif et démarche Ce document est le fruit des travaux du Club des contrôleurs de gestion des ministères économiques et financiers. Il a été élaboré grâce à l expertise de l Insee sur ce sujet. Le contrôleur de gestion facilite le pilotage et la prise de décision en mettant à la disposition des décideurs des éléments d arbitrage opérationnels et objectivés : indicateurs, tableaux de bord, analyses de coûts, etc. Afin de mener à bien cette mission, il est amené à solliciter divers contributeurs externes ou internes à sa structure (correspondants métier, responsables budgétaires ou RH, etc.). À cette occasion, il lui revient de définir les modalités de la collecte des données, de leur traitement et de la diffusion des informations ainsi obtenues. Le présent document synthétise les recommandations méthodologiques en la matière dans le double objectif d harmoniser les pratiques et d alléger les tâches de l ensemble des services. Ces recommandations sont regroupées autour de cinq rubriques, constituant les étapes à suivre pour répondre à toute demande de données : 1 - Identification du besoin 2 - Conception et définition du processus de collecte de données 3 - Collecte et traitement des données 4 - Diffusion et conservation des données 5 - Bilan de la collecte et standardisation du processus L application de ces recommandations méthodologiques doit être adaptée : - à la nature de chaque demande de données, - aux moyens à mobiliser pour la satisfaire, - à la structure concernée (taille, existence d un réseau déconcentré), - au niveau de maturité de la structure dans la mise en œuvre du contrôle de gestion, - au système de pilotage existant, en tenant compte de l existence éventuelle de systèmes d information. 1

4 1 - Identification du besoin La première étape préalable à toute collecte de donnée consiste à cerner précisément le besoin du commanditaire, en répondant à différentes questions détaillées ci-après (leur présentation n est pas chronologique et doit être adaptée à chaque demande). Qui? Répondre à cette question doit permettre d identifier les différents acteurs amenés à intervenir tout au long du processus de collecte : - Qui est le commanditaire? - Qui est destinataire final de l information? - Qui pilote la collecte? - Qui valide l information (qu il s agisse d une validation intermédiaire ou finale)? - Qui doit être sollicité pour contribuer à fournir l information, de manière complète ou partielle? Pour quoi faire? Il s agit de comprendre l utilisation finale des données à collecter : - Quelle est l utilisation envisagée des données demandées : pilotage/reporting/performance, allocation des moyens, information règlementaire, communication externe, étude plus large, etc.? - Les données ont-elles un caractère confidentiel ou seront-elles publiées? Si elles doivent faire l objet d une diffusion, le public sera-t-il large ou restreint? Quoi? Cette question permet d identifier plus précisément les principales caractéristiques des données à produire : - De quel type de données s agit-il : champ, volumétrie, degré de précision souhaité? - S agit-il d une demande nouvelle ou l information est-elle déjà existante, ou potentiellement disponible sous réserve d aménagements? - Si la demande contient la collecte et le traitement de données nominatives, il conviendra de s assurer d une conformité aux obligations de la CNIL. - Ces données sont-elles brutes ou nécessitent-elles un retraitement ou une consolidation? Quand? Il s agit de s accorder avec le commanditaire sur les échéances et d anticiper une éventuelle récurrence de la demande : - Quelle est l échéance pour produire la donnée? - Les délais sont-ils négociables? - La donnée doit-elle être fournie de manière fiable d emblée, ou peut-elle être estimée dans un premier temps puis définitive dans un second temps? - S agit-il d une demande ponctuelle ou sera-t-elle récurrente? - Si cette information devient récurrente : quelle est la périodicité souhaitée? A quel coût? Il s agit d estimer le coût de production des données attendues. À ce stade, une simple estimation (fourchette de coûts), calculée essentiellement à partir des réponses au «Quoi?», est suffisante pour identifier les différentes solutions réalistes, en fonction des ressources disponibles. Cette phase d identification du besoin doit aboutir aux conclusions suivantes : - Identification des solutions possibles pour la collecte - Analyse de la faisabilité technique et financaière de chaque solution - Estimation de la complexité technique Estimation du coût associé (coût de la première collecte et coût éventuellement récurrent) Analyse du rapport coûts/bénéfices et choix définitif de la solution en conclusion : calcul du coût final et description «macro» de la solution retenue 2

5 2 - Conception et définition du processus de collecte de données Les professionnels estiment que près de la moitié du coût d une collecte de données est consacrée à la collecte de l information (travaux préparatoires et collecte proprement dite) et moins de 15 % au traitement des données 1. Quelle que soit la méthode de collecte utilisée, les données brutes ne peuvent servir que si elles sont correctement recueillies, avec autant de rigueur que possible : ainsi, une collecte bien préparée en amont est la garantie de données plus fiables. La préparation d une collecte de données passe par deux grandes étapes : - Définition précise de la (des) donnée(s) à collecter. - Organisation temporelle et matérielle de la collecte : l organisation d une collecte de données nécessite en effet une collaboration entre plusieurs acteurs, qui doit être formalisée, afin de sécuriser le processus. Les trois formes que peut revêtir une collecte de données sont les suivantes : a - Interrogation directe des systèmes d information b - Collecte de donnée(s) chiffrée(s) auprès d un ou plusieurs contributeurs c - Collecte de données nécessitant la conduite d une enquête 1 - Définition précise de la (des) donnée(s) : Quelle que soit sa forme : Si une fiche de documentation existe déjà : en préciser la référence Sinon : élaborer la fiche de documentation en renseignant les items suivants : libellé, unité de mesure, périmètre, mode de calcul, source (application informatique, base de données, fichier informatique, document) 2 - Organisation temporelle et matérielle de la collecte : En fonction des 3 formes répertoriées : a - Interrogation directe des systèmes d information - Vérification de la cohérence et/ou de la date de dernière mise à jour des données existantes. - Paramétrage et choix des requêtes b - Collecte de donnée(s) chiffrée(s) - Définition du processus de collecte : acteurs et rôles (contributeurs, valideurs, consolideurs) et description des étapes du processus (production et transmission des données de base, contrôles de cohérence et corrections éventuelles, calculs éventuels et mise en forme). - Assistance méthodologique auprès des contributeurs à prévoir : quel est le besoin en la matière, quelle est la forme la plus adaptée? c - Enquête - Protocole et questionnaire de collecte. - Échantillon ou recensement. - Définition du processus de collecte : acteurs et rôles (contributeurs, valideurs, consolideurs) et description des étapes du processus (production et transmission des données de base, contrôles de cohérence et corrections éventuelles, calculs éventuels et mise en forme). - Prise en compte du facteur temps, du côté du demandeur (à quel moment, quel délai donner, quand relancer, quand exploiter et valider les données?) et des personnes enquêtées (disponibilité des répondants, temps de passation du questionnaire, temps nécessaire pour mobiliser les réponses?). - Assistance méthodologique auprès des contributeurs à prévoir : quel est le besoin en la matière, quelle est la forme la plus adaptée? 1 Jacques Lendrevie, Julien Levy et Denis Lindon. Dunod, septembre

6 3 - Collecte et traitement des données La collecte et le traitement des données s effectuent en 5 grandes étapes, à adapter au contexte de la demande : - Lancement de la collecte. - Suivi de la collecte et relances. - Contrôle de cohérence et corrections éventuelles. - Exploitation, mise en forme et analyse. - Validation finale. Il est recommandé de procéder à un reporting régulier au commanditaire et/ou aux échelons intermédiaires. 1 - Lancement de la collecte Communiquer auprès des contributeurs : objectifs de la collecte, nature des données demandées, circuits de transmission des données et échéance(s) associée(s), aide disponible. 2 - Suivi de la collecte et relances - Répondre aux questions des contributeurs. - Relancer les non-répondants. - Informer régulièrement le commanditaire de l état d avancement. 3 - Contrôle de cohérence et corrections éventuelles Vérifier la cohérence et la qualité des données de base, et les corriger si nécessaire (apporter soi-même les corrections en informant au préalable les contributeurs de toute modification intégrée, ou faire corriger les données). Ce travail peut s appuyer sur les diverses techniques de traitement de données existantes. 4 - Exploitation, mise en forme et analyse - Exploiter les données (calculs, pondération etc.). - Produire le «livrable» final sous le format attendu par le commanditaire. - Rédiger une analyse si nécessaire (selon les besoins préalablement définis). Ce travail peut s appuyer sur les diverses techniques d analyses des données existantes (dans le cas d une enquête, il convient de se référer aux techniques éprouvées d exploitation statistique d une enquête). Ces techniques sont plus ou moins élaborées : leur utilisation est à adapter à chaque contexte. 5 - Validation finale - Transmettre au commanditaire le «livrable» attendu, pour validation - Apporter les corrections éventuelles 4

7 4 - Diffusion et conservation des données Une fois collectées et traitées, les données font l objet d une diffusion aux destinataires identifiés lors de la première phase, et d une restitution à ceux qui ont fourni les éléments. Une attention particulière doit être portée : - à la conservation des données (modalités d archivage), - au processus de documentation associé, - à l organisation du partage éventuel (intranet, réseau informatique ). Cette étape, souvent négligée, est primordiale : - En assurant la traçabilité de l information, elle facilite la mise à jour ultérieure. - En partageant l information, elle permet également de supprimer les redondances dans les futures demandes de données. Conseil pratiques / points d'attention Aucune information ou résultats issus du traitement des données ne doit filtrer en dehors des destinataires préalablement identifiés. Lorsque les données sont confidentielles ou diffusées dans un cadre restreint, il convient d en adapter les modalités de conservation. 5 - Bilan de la 1ère collecte et standardisation du processus La dernière étape consiste à réaliser un bilan de la collecte et à standardiser le processus de collecte. Bilan de la collecte : Cette démarche permet d établir un retour d expérience en identifiant : - d une part ce qui a bien fonctionné, - d autre part, à s interroger, par une analyse détaillée, sur les causes des dysfonctionnements lors de la collecte et du traitement des données et à définir les actions correctrices afin d éviter qu ils se reproduisent. C est également l occasion de déterminer précisément le coût final de la collecte, dans toutes ses composantes, tant humaines que matérielles. Standardisation du processus : Il s agit de mettre à jour la documentation associée et de l archiver, afin de sécuriser les données en les rendant auditables et traçables. 1 - Bilan de la collecte - Répertorier les dysfonctionnements rencontrés, en les classant éventuellement par grand type (exemple : organisation, systèmes d information ) - Identifier leurs causes et définir les actions correctrices pouvant être apportées - Identifier ce qui a bien fonctionné 2 - Standardisation du processus - Mettre à jour la documentation associée (fiches indicateurs notamment) - Archiver les données Conseils pratiques / points d attention Le retour d expérience peut passer par des entretiens avec le commanditaire et les différents contributeurs. 5

8 Sous-Direction des Affaires budgétaires et de la performance Bureau performance et contrôle de gestion SAFI 1C SG - SEP2B AVRIL 2013

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

du point de vue organisationnel

du point de vue organisationnel La mise en œuvre du Records Management au sein de l Administration l valaisanne du point de vue organisationnel Association des archivistes suisses Journée professionnelle 2010 Un travail préalable d organisation

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

GESTION DE PROJET. Toute action ou ensemble d actions destiné à réaliser un. objectif, qu il soit physique ou intellectuel (un bâtiment,

GESTION DE PROJET. Toute action ou ensemble d actions destiné à réaliser un. objectif, qu il soit physique ou intellectuel (un bâtiment, GESTION DE 2.PROCESSUS? Toute action ou ensemble d actions destiné à réaliser un objectif, qu il soit physique ou intellectuel (un bâtiment, une machine, une étude, un divertissement, une démarche individuelle

Plus en détail

Kit organisation. Synthèse méthodologique VERSION 0.1

Kit organisation. Synthèse méthodologique VERSION 0.1 Kit organisation Synthèse méthodologique VERSION 0.1 SOMMAIRE Présentation de la démarche... 3 1 ETAT DES LIEUX... 3 1.1 Cartographie des processus et de l organisation existants... 3 1.2 Diagnostic de

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

La gestion de projet. La gestion de projet

La gestion de projet. La gestion de projet La gestion de projet Université Louis Pasteur STRASBOURG UE Ouverture professionnelle Intervenant Aurélie DUCHAMP Voirin Consultants La gestion de projet N 5 Le 04 / 01 / 2006 Présentation de l intervenant

Plus en détail

INTRODUCTION. Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Lancement projet Organisation projet

INTRODUCTION. Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Lancement projet Organisation projet INTRODUCTION Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Le lancement du projet; L organisation du projet. Dossier de fin d'étude Lancement projet Organisation

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1989 05 54/88 0030 Catégorie : B Dernière modification : 18/04/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Assistance en gestion

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Ces missions ou activités peuvent porter sur une partie des activités du service concerné ou sur sa totalité, par exemple :

REFERENTIEL DU CQPM. Ces missions ou activités peuvent porter sur une partie des activités du service concerné ou sur sa totalité, par exemple : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 14/02/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Assistance en gestion administrative I OBJECTIF

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Le modèle de conseil docuteam 3 x 3. Déroulement d un projet en gestion des documents

Le modèle de conseil docuteam 3 x 3. Déroulement d un projet en gestion des documents Le modèle de conseil docuteam 3 x 3 Déroulement d un projet en gestion des documents 1 docuteam 3 x 3 : Le modèle Projet Mise en service V V V Analyse Conception Mise en œuvre Suivi Niveau stratégique

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE 1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE Cette méthode, fruit de retours d expériences, permet de maîtriser un projet QSE et d atteindre l objectif de certification. C est une véritable «feuille

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne

Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. 1. Définition d un projet GPEC. Dans les entreprises de taille moyenne Fiche méthode n 3 Les étapes clés d une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences 1. Définition d un projet GPEC Une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences est par définition,

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 Traçabilité des modifications Date Version Objet 13/04/2007 A Création du document. 18/05/2007 B Prise en compte des propositions d améliorations

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Maîtrise des documents et enregistrements du système de management

Maîtrise des documents et enregistrements du système de management Département des espaces et du patrimoine Processus Management de l amélioration a P R O C E DU R E Réf SMQ-P-01 V2 du 07 avril 2009 Maîtrise des documents et enregistrements du système de management 1.

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

La formation professionnelle tout au long de la vie (FPTLV)

La formation professionnelle tout au long de la vie (FPTLV) La formation professionnelle tout au long de la vie (FPTLV) Accompagnement à la mise en œuvre de la formation tout au long de la vie "Deux scénarios pour la mise en place du plan de formation et du DIF

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 12/06/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technico-commercial industriel I OBJECTIF

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

MAITRISE DES DOCUMENTS QUALITE

MAITRISE DES DOCUMENTS QUALITE MAITRISE DES DOCUMENTS QUALITE Procédure Historique Version Date Nature de la modification 01 07/02/02 Création 02 03/02/03 03 19/11/03 04 20/06/05 1. Changement de codification de la présente procédure

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU REVUE DE DIRECTION 1. REFERENCES NORMATIVES Il existe de nombreuses normes et référentiels qui abordent différentes thématiques ayant des finalités spécifiques. Néanmoins, chaque norme et référentiel que

Plus en détail

LE KIT DU MANAGER DE PROJETS

LE KIT DU MANAGER DE PROJETS LE KIT DU MANAGER DE PROJETS Ce kit est basé sur les travaux du Professeur Hugues Marchat (parus aux éditions Eyrolles) complétés par les expériences opérationnelles de Denis Lannel. Sommaire Travailler

Plus en détail

Le système documentaire

Le système documentaire Le système documentaire Sommaire : 3. PRESTATION DE SERVICE A DOMICILE... 4 3.1 : Principes et cadre d intervention... 6 Exemple 1 : Projet de service type d une entité adhérent à ADESSA.... 7 Exemple

Plus en détail

Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études

Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études ( RetourListeFichesParThèmes ) Avant-projet, Montage de projet, pré-projet, pré-études Ce dossier traite du développement d'un produit logiciel et plus précisément de la phase d avant projet précédant

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Processus de l Auditl

Processus de l Auditl LNCPP / CECOMED Processus de l Auditl Système de Management Plan Act Do Check Cette figure illustre l application l du cycle P-D-C-A: P (Planifier Faire Vérifier Agir) Termes et DéfinitionsD Audit: Processus

Plus en détail

Phase 4 : Amélioration. Revue de direction. Actions correctives. Retour expérience. Valorisation. R Collomp - D Qualité A Améliora2on

Phase 4 : Amélioration. Revue de direction. Actions correctives. Retour expérience. Valorisation. R Collomp - D Qualité A Améliora2on Phase 4 : Amélioration Revue de direction Actions correctives Retour expérience Valorisation Actions d amélioration Réexamen des risques significatifs non totalement éliminés ou les besoins non totalement

Plus en détail

Dossier d'étude technique

Dossier d'étude technique Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Dossier d'étude technique Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/technique/guide-etude-technique

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN»

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» SOMMAIRE 1 QUEL EST LE ROLE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES PREUVES? 3 2 COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE K.WEBSIGN? 3 3 QUELS SONT LES USAGES ET APPLICATIONS

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale 2 ème CONFERENCE REGIONALE POUR L EMPLOI ET LA FORMATION 8 juin 2006 ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale Contribution de la VILLE DE SAINT ETIENNE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS.

OBJECTIF. 2 RESULTATS. 2 INDICATEURS D IMPACT. 2 PRE-REQUIS. 2 ACTIVITES ET LIVRABLES. 2 PLANNING. 6 PRESTATAIRES. 6 PLAFOND DES CONTRIBUTIONS. Programme MOUSSANADA Axe : Système d information Action d assistance à la maîtrise d ouvrage pour l intégration d une solution informatique intégrée métier TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS...

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

Système d informations : Intégrer des logiciels de gestion des activités périscolaires

Système d informations : Intégrer des logiciels de gestion des activités périscolaires Service Conseil et développement Système d informations : Intégrer des logiciels de gestion des activités périscolaires Mardi 6 octobre 2015 Salle Emeraude Rencontre 6 octobre 2015 Objectifs de cet atelier

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

PROCEDURE AUDITS QUALITE INTERNES

PROCEDURE AUDITS QUALITE INTERNES PRO 2 PROCEDURE AUDITS QUALITE INTERNES Version A Création 21/06/06 NOM FONCTION SIGNATURE EMISSION Véronique MINZER Animatrice Qualité VERIFICATION Véronique MINZER Animatrice Qualité Validation Denis

Plus en détail

Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport

Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport CONSULTATION Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport Modalités de réponses Date limite de dépôt des propositions : Vendredi 2 décembre 2011 Les propositions

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 OCTOBRE 1996 Direction

Plus en détail

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Objectifs du logiciel Fonctionnalités du logiciel Caractéristiques techniques du logiciel 1. Objectifs du logiciel Collecter, stocker

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction A : Analyse des émissions sectorielles clés B : Dispositions institutionnelles pour les activités de réduction

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d accompagnement à la certification EN 9100 V 2003 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIFS... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2 ACTIVITES ET

Plus en détail

LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr. Agence Régionale desanté

LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr. Agence Régionale desanté LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr Agence Régionale desanté Le portail ARS en trois points 1 Un site national et 26 sites régionaux Le portail regroupe un site Internet / national

Plus en détail

Comment décrire un processus?

Comment décrire un processus? Organisation interne Fiche outil n 17 Comment décrire un processus? Partie 1/3 : Définir le processus Cible : PME But de la démarche Cette démarche vise à décrire les processus d une organisation afin

Plus en détail

ISO 9000 version 2000 : management des processus

ISO 9000 version 2000 : management des processus 2001-2002 ISO 9000 version 2000 : management des processus David ROUSSE SOMMAIRE I - Avant propos 3 II - Introduction 3 III - Concept de processus 3 IV - Identification des processus 4 V - Pilotage des

Plus en détail

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise :

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise : FICHE MÉTIER CHEF D ENTERPRISE Il définit et pilote l activité de l entreprise sur le plan technique, économique, commercial et financier. Il manage le personnel de l entreprise. En fonction de la taille

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC. Guide du contrôlé

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC. Guide du contrôlé CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est dotée d un

Plus en détail

Programme Nouveau Parcours du demandeur d emploi Présentation au CCE du 19 Mars 2015

Programme Nouveau Parcours du demandeur d emploi Présentation au CCE du 19 Mars 2015 Programme Nouveau Parcours du demandeur d emploi Présentation au CCE du 19 Mars 2015 Programme Nouveau Parcours du demandeur d emploi Une réponse aux attentes de la convention tripartite La convention

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

Fiche d opportunité SOLUTION. (Nom du cadre client responsable du DA) (Nom du demandeur) (Nom du ou de la pilote)

Fiche d opportunité SOLUTION. (Nom du cadre client responsable du DA) (Nom du demandeur) (Nom du ou de la pilote) Outil no. 1 Page Fiche d opportunité 1/2 Définition du besoin À compléter par le demandeur Identification de la demande Type de demande cible requise Coûts estimé ($) Efforts estimés (J/P) cible requise

Plus en détail

LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET. - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence

LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET. - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET -- Introduction : - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence Quelques définitions P. 2 Selon l AFITEP-AFNOR

Plus en détail

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 1 1. Les objectifs de la démarche d analyse des impacts du changement Au cours de l Instance Nationale de

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE N 61 Ville de Genève Département des finances et du : Audit de légalité et de gestion de la rapport publié le 14 décembre 2012 La Cour a émis 11 recommandations, toutes acceptées spontanément par l audité.

Plus en détail

MMQE. Manuel Management Qualité Environnement

MMQE. Manuel Management Qualité Environnement MMQE Manuel Management Qualité Environnement Objet et domaine d application Ce document décrit Les dispositions générales d organisation prises par Qualit Archi Idf pour assurer et gérer la qualité des

Plus en détail

Négocier la classification des emplois, pourquoi faire?

Négocier la classification des emplois, pourquoi faire? Négocier la classification des emplois, pourquoi faire? Date de création du document : Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-98 845 Nouméa

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT. Doc control

RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT. Doc control RÉFÉRENTIELS MÉTIERS DE LA BRANCHE DU NUMÉRIQUE, DE L INGÉNIERIE, DES ÉTUDES ET DU CONSEIL ET DE L ÉVÉNEMENT > CONTRÔLEUR DOCUMENTAIRE DATE DE MODIFICATION : 06/02/2015 FAMILLE : Coordination Projets APPELLATIONS

Plus en détail

Maintenance/évolution d'un système d'information

Maintenance/évolution d'un système d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Maintenance/évolution d'un système d'information Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/maintenance-evolution/presentation/proc-maintenance

Plus en détail

Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique

Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique Le projet technique industriel fait partie intégrante de la formation et de l examen du BTS Electrotechnique par apprentissage. Il consiste, en 192

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 92 11 89 0101 (1) FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien de la qualité I - OBJECTIF

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

Brevet Professionnel BOULANGER

Brevet Professionnel BOULANGER Brevet Professionnel BOULANGER SESSION 2014 Epreuve de gestion appliquée E4 Epreuves ponctuelles Sous épreuve E41 Environnement économique et juridique et gestion de l entreprise Sous épreuve dossier E42

Plus en détail

Les épreuves professionnelles du BTS Communication

Les épreuves professionnelles du BTS Communication Les épreuves professionnelles du BTS Communication EPREUVE E4 COEFFICIENT 4 Contrôle continu (CCF) + Oral EPREUVE E6 COEFFICIENT 4 Contrôle continu (CCF) + Oral EPREUVE E5 COEFFICIENT 4 Ecrit EPREUVES

Plus en détail

Examen de la saisine Définition de l'architecture du SINP. Contributeurs : Frédéric Gosselin, Pascal Dupont

Examen de la saisine Définition de l'architecture du SINP. Contributeurs : Frédéric Gosselin, Pascal Dupont Examen de la saisine Définition de l'architecture du SINP Contributeurs : Frédéric Gosselin, Pascal Dupont Questions posées Question principale : Les résultats du groupe de travail «GT Architecture» apportent-ils

Plus en détail