de résistances aux antirétroviraux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "de résistances aux antirétroviraux"

Transcription

1 Résistance aux nouveaux antirétroviraux HIV-1 resistance to new antiretroviral drugs Constance Delaugerre* de résistances aux antirétroviraux les plus anciens a stimulé la recherche L apparition de nouvelles molécules dans les anciennes classes thérapeutiques et la découverte de nouvelles classes thérapeutiques avec des actions à différents niveaux du cycle de réplication virale (figure 1). L ensemble des antirétroviraux disponibles et ceux proches de la commercialisation sont présentés dans le tableau I, p Malgré leur nouveauté, ils ne sont pas pour autant dénués de résistances potentielles et il nous a paru important de faire une revue des premières données de résistance pour toutes ces nouvelles molécules. Nouveaux antirétroviraux dans les classes anciennes Deux inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI) Etravirine (ETV) [TMC 125, Intelence ] L étravirine est le premier INNTI de seconde génération car il conserve une activité chez des patients ayant été exposés et en échec aux INNTI de première génération, la névirapine et l éfavirenz. Les études in vitro montrent que l apparition d une résistance à l étravirine nécessitent plusieurs mutations, conférant à elle seule une résistance élevée à l éfavirenz et la Inhibiteur de corécepteur kinase TI 2. Fusion de TI, INTI 3. TI INNTI ARN 4. Intégration d intégrase Inhibiteur de fusion 6. Traduction ARNm 5. Transcription virale ARN génomique Noyau 7. Assemblage Bourgeonnement Maturation (protéase) protéines virales de protéase Figure 1. Cycle de réplication virale et cibles des antirétroviraux. * Service de virologie, hôpital Saint- Louis, Paris La Lettre de l Infectiologue Tome XXIII - n 5 - septembre-octobre

2 Résumé Mots-clés Étravirine Rilpivirine Darunavir Maraviroc Vicriviroc Raltégravir Elvitégravir Résistance La résistance du VIH aux antirétroviraux de première génération est un problème majeur qui a conduit au développement de composés de seconde génération d une part et d inhibiteurs agissant sur des cibles nouvelles, d autre part. L étravirine est le premier inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse capable d inhiber des virus porteurs de mutations de résistance à l éfavirenz et à la névirapine. En effet, un nombre de 3 mutations semble nécessaire pour diminuer l efficacité de l étravirine chez des patients en échec des composés de première génération. Le darunavir est un inhibiteur de la protéase (IP) très efficace sur des virus résistants aux IP de première génération. Bien que la barrière génétique à la résistance du darunavir semble plus élevée que celle concernant les IP plus anciens, certaines mutations sont associées à la résistance à l amprénavir (chimiquement proche du darunavir). La résistance aux inhibiteurs du CCR5 est principalement liée à la sélection de variants à tropisme CXCR4 ou double/mixte présents en minorité au début du traitement et devenant majoritaires à l échec. Dans un tiers des cas, la souche détectée à l échec conserve un tropisme CCR5 mais avec sélection de mutations dans la boucle V3 de la GP120. Enfin, la résistance aux inhibiteurs de l intégrase est associée à la sélection de variants résistants au niveau du site actif de l enzyme, apparaissant rapidement et conférant probablement une résistance croisée entre le raltégravir et l elvitégravir. Cependant, pour ces deux dernières classes d antirétroviraux, les données de résistance disponibles sont encore très limitées. Highlights HIV resistance to first generation of antiretroviral drugs is a major problem which has led to development of second generation compounds and inhibitors acting on new viral targets. Etravirine is the first non-nucleoside reverse transcriptase inhibitor active to inhibit nevirapine and efavirenz resistant viruses. Indeed, a number of three mutations seems necessary to decrease the effectiveness of etravirine in patients experiencing failure to first generation compounds. Darunavir is a protease inhibitor (PI) very effective on viruses resistant to first-pi generation. Although the genetic barrier to resistance of darunavir seems higher than it is for previous PI, some mutations are associated with resistance to amprenavir (chemically close to darunavir). Resistance to inhibitors of CCR5 is mainly related to the selection of variants CXCR4, or dual/mix present as minor quasispecies at the onset of treatment and becoming major at failure. In a third of cases, failure was associated with selection of CCR5 viruses but with mutations in the V3 loop of the GP120. Finally, resistance to integrase inhibitors is associated with the selection of resistant variants with mutations in active site of the enzyme, appearing quickly and probably conferring cross-resistance between raltegravir and elvitegravir. However, for these last two classes of antiretroviral, available resistance data are still very limited. Keywords Etravirine Rilpivirine Darunavir Maraviroc Vicriviroc Raltegravir Elvitegravir Resistance Tableau I. Antirétroviraux en nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) Zidovudine, AZT (Rétrovir, 1987) Didanosine, ddi (Videx, 1991) Zalcitabine, ddc (Hivid, 1992) Stavudine, d4t (Zerit, 1994) Lamivudine, 3TC (Epivir, 1995) AZT+3TC, CBV (Combivir, 1997) Abacavir, ABC (Ziagen, 1998) AZT+3TC+ABC (Trizivir, 2000) Ténofovir, TDF (Viread, 2001) Emtricitabine, FTC (Emtriva, 2004) ABC + 3TC (Kivexa, 2005) TDF + FTC (Truvada, 2006) non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI) Névirapine, NVP (Viramune, 1996) Delavirdine, DLV (Rescriptor, 1997) Éfavirenz, EFV (Sustiva, 1998) Étravirine, ETV (Intelence, 2008) Rilpivirine de la protéase (IP) Saquinavir-HGC, SQV- HGC (Invirase, 1995) Ritonavir, RTV (Norvir, 1996) Indinavir, IDV (Crixivan, 1996) Nelfinavir, NFV (Viracept, 1997) Saquinavir-SGC, SQV-SGC (Fortovase, 1997) Amprénavir, APV (Agenerase, 1999) Lopinavir/r, LPV/r (Kaletra, 2000) Atazanavir, ATV (Reyataz, 2004) Fosamprénavir, fosapv (Telzir, 2004) Tipranavir, TPV (Aptivus, 2005) Darunavir, DRV (Prezista, 2007) névirapine (1). En fonction des conditions expérimentales, les mutations Y181C, L100I, G190E, M230L, Y318F et de nouvelles mutations, telles que V179I/F, sont sélectionnées. Lors de l essai de phase IIb (TMC 125-C223) d évaluation de l étravirine chez des patients prétraités par INNTI avec une médiane de 2 (extrême de 0 à 5) mutations de résistance aux INNTI à l inclusion, il a été montré pour la première fois dans cette classe thérapeutique que plusieurs mutations sont nécessaires pour élever le niveau phénotypique de résistance à l étravirine (fold change [FC]) et qu au moins 3 mutations étaient nécessaires pour qu il y ait une diminution de la réponse virologique (2). Les données de résistance incluses dans l algorithme ANRS 2007 pour l étravirine sont issues des essais de de fusion (IF) Enfuvirtide, T20 (Fuzéon, 2003) d entrée de CCR5 Maraviroc, MRV (Celsentri, 2008) Vicriviroc, VCV d intégrase Raltégravir, RAL (Isentress, 2008) Elvitégravir, ELV phase III DUET étudiant une association darunavir/ ritonavir et étravirine chez des patients prétraités (3, 4). L analyse des mutations impactant la réponse à l étravirine a été réalisée dans un sous-groupe de patients ne recevant pas l enfuvirtide comme nouvelle molécule. Treize mutations influent sur la réponse à l étravirine : V90I, A98G, L100I, K101E, K101P, V106I, V179D, V179F, Y181C, Y181I, Y181V, G190A, G190S. L impact sur la réponse est d autant plus grand qu il existe un plus grand nombre de mutations avant traitement, avec un seuil semblant se situer au-delà de 3. Des études récentes de prévalence de la résistance à l étravirine ( 3 mutations) dans des grandes bases de données de patients prétraités par névirapine et éfavirenz rapportent une proportion très importante 170 La Lettre de l Infectiologue Tome XXIII - n 5 - septembre-octobre 2008

3 des souches sensibles (> 90 %) dans les pays du Nord (5, 6) ainsi que dans les pays du Sud (> 75 %), représentant alors une option envisageable de traitement de seconde ligne (7, 8). Rilpivirine (RPV) [TMC278] Peu de données sur les mutations sélectionnées par cette molécule sont disponibles à ce jour. In vitro, aucune mutation n est sélectionnée après plusieurs passages pour une concentration de TMC 278 supérieure à 40 nm. Pour des concentrations plus basses (10 nm), les mutations L100L/I, V106V/I, Y181Y/C, M230M/I peuvent être sélectionnées, entraînant une augmentation de l index de résistance phénotypique respectivement d un facteur 7 et d un facteur 4 pour l EFV et le TMC 278 (9). Dans une étude réalisée chez des patients naïfs, après 8 jours de monothérapie, aucune mutation n a été mise en évidence (10). Par rapport aux INNTI de première génération, ces deux composés ont donc deux propriétés essentielles : l existence d une barrière génétique beaucoup plus robuste et la conservation d une activité sur les souches présentant certaines mutations de résistance aux INNTI de première génération. Un inhibiteur de la protéase : le darunavir (TMC 114, Prezista ) Le darunavir est un nouvel IP qui possède, à la différence de l amprénavir, un groupement bis-tétrahydrofuranyluréthanes (bis-thf). Son affinité pour la protéase du VIH-1 est plus élevée que celle de tous les autres inhibiteurs de protéase avec une phase de dissociation plus faible (11). Sur des souches sauvages de VIH, la CI 50 du darunavir est de 1 à 5 nm et la CI 90 de 2,7 à 13 nm. En culture avec des concentrations croissantes de darunavir, la sélection de souches virales résistantes au darunavir est plus lente et plus difficile qu avec les autres IP. Après des passages successifs en présence de darunavir, les mutations sélectionnées sont les suivantes : S37D, S37N, R41E, R41S, R41T, K55Q, K70E, A71T, V77I, I85V. La plupart de ces mutations sont différentes de celles qui sont sélectionnées avec les autres IP et n ont pas été décrites pour la plupart comme associées à la résistance. Les données de résistance issues des essais POWER de phase III, chez des patients en échec d IP, montrent que les mutations V11I, V32I, L33F, I47V, I50V, I54L/M, G73S, L76V, I84V et L89V sont associées à une diminution de la sensibilité in vitro et à une moins bonne réponse à S24 à un traitement contenant du darunavir/ritonavir (600/100 mg x 2/j) [12]. La réponse virologique définie par la baisse d au moins 1 log de charge virale à S24 est retrouvée chez 75 % des patients qui ont un virus avec 0 à 2 mutations au darunavir, chez 45 % des patients présentant des virus avec 3 mutations, et chez moins de 30 % des patients porteurs de virus avec 4 mutations ou plus. L algorithme ANRS 2007 est issu de ces données. Dans l essai TITAN, qui s est adressé à des patients modérément prétraités et a été mené en comparaison avec le lopinavir, l efficacité virologique du darunavir entraîne une moindre sélection de mutations de résistance aux IP et aux nucléosides associés (13). La mutation sélectionnée chez 11 % des patients en échec du darunavir est la V32I. Récemment, des études de résistance chez les patients en échec de darunavir ont rapporté que les mutations sélectionnées étaient les mêmes que celles diminuant la sensibilité au darunavir (V32I, I54L/M, L33F, I84V et L89V), et que ces virus conservent une sensibilité au tipranavir (score de mutations algorithme ANRS 2007) [14, 15]. Comme on l observe avec l ensemble des IP boostées par le ritonavir, les échecs d une première ligne comprenant du darunavir ne sont pas associés à la sélection de virus résistants (16). Bien que la barrière génétique à la résistance du darunavir semble plus élevée que celle concernant les IP plus anciens, certaines mutations sont associées à la résistance à l amprénavir (chimiquement proche du darunavir). Chez des patients naïfs de darunavir, le nombre de mutations au darunavir est plus important chez les patients ayant reçu de l amprénavir que chez ceux ayant reçu l atazanavir ou du nelfinavir (17, 18). Nouveaux antirétroviraux de nouvelles classes Deux inhibiteurs du CCR5 Les corécepteurs CCR5 et CXCR4 sont indispensables à l infection par le VIH d une cellule CD4. Après fixation de la glycoprotéine d enveloppe GP120 virale avec le récepteur CD4, un changement de conformation permet la fixation d une région de la GP120, la boucle V3, avec les corécepteurs CCR5 et/ou CXCR4 (figure 2, p. 172). Les antagonistes du CCR5 sont des inhibiteurs allostériques. Ils ne bloquent pas directement l interaction CCR5-GP120. Ils se lient à une poche dans la région transmembranaire du CCR5. Cela va entraîner une La Lettre de l Infectiologue Tome XXIII - n 5 - septembre-octobre

4 Résistance aux nouveaux antirétroviraux Ac monoclonaux anti-cd4 GP120 Corécepteur Fixation au récepteur CD4 GP41 CD4 Figure 2. Les inhibiteurs d entrée. Corécepteurs Attachement au corécepteur puis insertion du peptide de fusion dans la membrane cible Inhibiteur de fusion Formation d une épingle à cheveux et fusion aux membranes modification conformationnelle du CCR5, modifiant la conformation des domaines extracellulaires sur lesquels la GP120 ne peut plus, dès lors, se fixer (19). La fixation non compétitive au récepteur CCR5 conduit à une inhibition de l attachement de la protéine virale, de la fusion et enfin de la réplication virale. Maraviroc (Celsentri ) Le maraviroc présente une puissante activité antivirale in vitro et in vivo sur les virus à tropisme CCR5 (R5), y compris sur ceux qui sont multirésistants aux autres classes, mais n a pas d activité sur les virus CXCR4 (X4) ou à tropisme double R5/ X4 ou mixte R5+X4. L échappement aux antagonistes du CCR5 peut s expliquer par 3 mécanismes : émergence d une population minoritaire X4 déjà préexistante ou par un maintien du tropisme de la souche R5 qui devient résistante à la présence de l antagoniste. La concentration en maraviroc nécessaire pour inhiber 90 % de la réplication d un virus sauvage (CI 90 ) se situe en moyenne à 2 nmol/l. Après 16 passages en culture, il est possible d obtenir des isolats viraux résistants au maraviroc. Cette résistance se caractérise par la survenue d un plateau plus bas des courbes concentration/pourcentage d inhibition (pour une concentration identique, le pourcentage d inhibition maximale est plus faible) et non par l augmentation de la CI 50, avec la survenue de mutations dans la boucle V3 de la GP120. Ces virus R5 résistants au maraviroc sont encore capables de reconnaître le récepteur CCR5 malgré la présence de maraviroc. Aucune sélection de souches X4 n a été observée in vitro (19, 20). Dans les essais de phase III MOTIVATE 1 et 2, menés chez des patients prétraités infectés par un virus à tropisme R5, à la dose de 300 mg de maraviroc x 2/j, il existe une sélection de souches X4 dans environ 55 % des échecs sous maraviroc alors qu elle est inférieure à 10 % dans le groupe placebo. Le changement de tropisme est, dans les données cliniques disponibles à ce jour, lié à l émergence de virus X4 minoritaires préexistants (sélectionnés sous anti- CCR5), et non à un switch R5 en X4. En effet, les souches virales présentes lors de l échec virologique sont des souches X4 minoritaires, présentes déjà à l inclusion (mais non détectées par le test phénotypique Trofile TM ) ou absentes (avec les techniques hypersensibles) mais très différentes au niveau phylogénétique par rapport aux souches R5 retrouvées à l inclusion. D autre part, la réémergence des souches R5 à l arrêt du maraviroc conforte cette hypothèse (21). D après ces mêmes essais, les souches R5 peuvent persister dans 30 % seulement des échecs sous maraviroc (contre 90 % dans le groupe placebo) s accompagnant d une mise en évidence d une résistance dans seulement un tiers de ces échecs. De façon similaire aux résultats obtenus in vitro, ces souches se caractérisent par la baisse du plateau pour le pourcentage maximal d inhibition et non pas par une augmentation de la CI 50. Des mutations aux positions 13 ou 26 de la boucle V3 de la GP120 semblent intervenir dans la résistance au maraviroc avec cependant des profils différents selon les patients (22-24). Sur le faible nombre de patients étudiés, aucune mutation signature n a été mise en évidence jusqu à présent. Il n existe pas de résistance croisée vis-à-vis de l enfuvirtide. Dans une étude récente (MERIT) menée chez les patients naïfs de traitement antirétroviral, il a été constaté une efficacité virologique du maraviroc (300 mg x 2/j) inférieure à celle de l éfavirenz en considérant un seuil d indétectabilité à 50 copies/ ml (à noter que le bras MRV 300 mg x 1/j avait été arrêté prématurément en raison d une efficacité insuffisante) [25]. À l échec virologique, un tropisme X4 a été détecté chez 10 patients sur 32 (31,3 %) ayant un virus R5 à J0. Parmi les 12 patients en échec avec un virus qui reste R5, 2 seulement présentaient des mutations de résistance (localisées dans les tige et extrémité de la boucle V3). La plupart des rebonds étaient, cependant, associés à des taux plasmatiques de maraviroc suboptimaux. En 172 La Lettre de l Infectiologue Tome XXIII - n 5 - septembre-octobre 2008

5 revanche, comme dans les essais MOTIVATE, les patients en échec sous maraviroc avaient des taux de CD4 plus élevés que sous éfavirenz, quel que soit le tropisme viral à l échec (26). Vicriviroc (VCV) Le vicriviroc est un autre antagoniste du CCR5 actuellement en cours de développement. Comme pour le maraviroc, son efficacité virologique a été démontrée chez le patient prétraité infecté par des virus à tropisme R5, à la dose de 20 et 30 mg x 1/j. Chez 35 % des patients en échec virologique, un changement de tropisme (R5/X4 ou X4) a été détecté précocement avant S8 (27). Des modifications multiples dans la boucle V3 sont observées sans profil de résistance spécifique (28). Deux inhibiteurs d intégrase A. processing B. Blocage du transfert de brin C. Réparation A B C INTÉGRASE Gag Pol Env vital proviral cellulaire INBI INSTI RAL ELV L intégrase du VIH agit à plusieurs niveaux : une fois la transcription inverse effectuée (transcription de l ARN simple brin en double brin), l intégrase se fixe à l extrémité de l -VIH linéaire, au sein d un complexe de préintégration (CPI) afin de digérer les extrémités (activité processing) ; puis l ensemble passe dans le noyau de la cellule et l intégrase insère l -VIH proviral dans l génomique (activité de transfert de brin) ; l ensemble est ensuite réparé par des enzymes cellulaires et virales (figure 3). Si ce phénomène ne s accomplit pas, l proviral persiste quelques jours sous forme circulaire avant d être éliminé. Par conséquent, il existe deux familles d intégrase : la première (INBI ou inhibiteur de la fixation) inhibe la première étape en bloquant la fixation de l intégrase sur l viral (pas de développement clinique actuel) ; la seconde (INSTI ou inhibiteur de transfert de brin) se fixe sur le complexe viral-intégrase et bloque la fixation sur l cellulaire. Les composés évalués actuellement dans les essais thérapeutiques appartiennent à cette seconde famille : le raltégravir (MK-0518) et l elvitégravir (GS-9137). L intégrase virale est une protéine de 288 aminoacides codée par l extrémité du gène pol. Les inhibiteurs de transfert se fixent au niveau du site catalytique (DDE : D64, D116, E152). Les mutations de résistance apparaissent autour du site catalytique. Les premières données in vitro montrent que la résistance aux inhibiteurs d intégrase serait ainsi gouvernée par la sélection de mutations dans le gène de l intégrase aux codons V72I, F121Y, T125K et V151I. Figure 3. de l intégrase. Les données très récentes obtenues à partir des essais cliniques semblent montrer une barrière génétique faible et une résistance croisée importante pour les inhibiteurs d intégrase actuellement en développement. Le développement rapide des mutations de résistance est associé à une diminution de la capacité réplicative. Comme la protéase, la séquence de l intégrase présente un polymorphisme important au niveau des positions dans le domaine central responsable de l activité catalytique V72I, V151I, M154I, V165I, V201I. Ce polymorphisme semble identique entre les souches virales de type B et non-b (29). Récemment, une analyse par séquençage de virus du groupe M, de 100 du groupe O et de 4 du groupe N provenant de patients naïfs d inhibiteurs d intégrase rapporte que les résidus catalytiques ainsi que les résidus 148 et 155 correspondant aux mutations primaires pour le raltégravir sont bien conservés (30). Cependant, un polymorphisme élevé au niveau de 98 des 255 résidus (31,6 %) est décrit pour 11 sites de mutations associé à la résistance aux inhibiteurs d intégrase (72, 74, 112, 125, 153, 157, 160, 163, 201, 206, 280). Pour le VIH-2, il existe également un polymorphisme naturel important avec une hétérogénéité de 40 % par rapport au VIH-1, cependant les inhibiteurs d intégrase sont actifs sur le VIH-2 (31). La Lettre de l Infectiologue Tome XXIII - n 5 - septembre-octobre

6 Résistance aux nouveaux antirétroviraux Retrouvez les références bibliographiques sur le site : Raltégravir (MK-0518, Isentress ) La concentration en raltégravir nécessaire pour inhiber 50 % et 95 % de la réplication d un virus sauvage (CI 50 et CI 95 ) est respectivement de l ordre de 10 nmol/l et 33 ± 23 nmol/l (en présence de 50 % de sérum humain). Avec des concentrations croissantes de raltégravir, la mutation primaire sélectionnée après 11 semaines de culture est la Q148K. Le raltégravir présente une activité sur une grande variété de souches virales, y compris sur celles qui sont résistantes aux autres antirétroviraux, que le tropisme soit R5 ou X4. Il n y a pas d effet du ritonavir sur la pharmacocinétique du raltégravir. Les résultats obtenus à la dose de 400 mg x 2/j, à partir de 2 essais parallèles (BENCHMRK 1 et 2) chez des patients prétraités montrent une survenue fréquente de mutations (70 %) parmi les échecs virologiques (32, 33). Dans ces 2 essais et dans l essai 005 (34), il existe deux voies principales de sélection de la résistance : Q148 ou N155, avec émergence de mutations secondaires qui augmentent la résistance et restaurent la capacité réplicative. Les profils de mutations retrouvés sont les suivants : N155H seule ou associée à (E92Q, V151I, T97A, G163R, L74M), Q148K/R/H seule ou associée à (G140S/A, E138K), plus rarement Y143R/C + (L74A/I, E92Q, T97A, I203M, S230R). Toutes ces mutations sont proches du site catalytique et sont similaires à celles sélectionnées in vitro. Dans une autre étude, 4 profils de mutations sont rapidement observés lors du rebond s associant à des mutations entraînant toute une résistance au raltégravir (35) : G140S+ Q148H, N155H, E92Q, E157Q. Elvitégravir (GS-9137) La concentration en elvitégravir nécessaire pour inhiber 50 % de la réplication d un virus sauvage (CI 50 ) est faible, de l ordre de 2 nmol/l. En culture avec des concentrations croissantes d elvitégravir, les mutations sélectionnées sont des mutations primaires T66I et E92K et des mutations secondaires H51Y, F121Y, S147G, S153Y, E157Q, R263K responsables d une diminution de la sensibilité à l inhibiteur. Cette baisse de sensibilité est variable en fonction des profils de mutations sélectionnés (36). Les résultats obtenus à la dose de 125 mg x 1/j en association avec 100 mg de ritonavir montrent que les profils suivants sont les plus fréquemment observés : E92Q + N155H, N155H + autres mutations, E138K + S147G + Q148R, G140S/C + Q148R/H/K. Les profils contenant E92Q + N155H, E138K + S147G + Q148R, G140S/C + Q148R/H entraînent une résistance croisée vis-à-vis du raltégravir (37). La résistance croisée paraît très importante entre ces deux anti-intégrases et a été démontrée par l absence de réponse virologique avec le raltégravir chez un patient en échec d elvitégravir (38). Conclusion L émergence de la résistance aux antirétroviraux a été pendant de nombreuses années une des limites majeures de la prise en charge thérapeutique des patients infectés par le VIH. Le développement de molécules dites de seconde génération, dont la barrière génétique à la résistance est très élevée, et celui de molécules inhibant des cibles nouvelles du cycle de réplication du virus nous permettent de construire des schémas thérapeutiques capables de contrôler la réplication virale, seule garante de l absence de sélection de résistance. Il est, cependant, important de bien connaître les mécanismes de résistance de ces nouveaux inhibiteurs pour anticiper les risques et mettre en place les stratégies thérapeutiques les mieux adaptées à chaque patient. 174 La Lettre de l Infectiologue Tome XXIII - n 5 - septembre-octobre 2008

7 Résistance aux nouveaux antirétroviraux Références bibliographiques 1. Vingerhoets J, Azijn H, Fransen E et al. TMC125 displays a high genetic barrier to the development of resistance: evidence from in vitro selection experiments. J Virol 2005;79: Vingerhoets J, Peeters M, Corbett C et al. Effect of Baseline resistance on the virologic response to a novel NNRTI, TMC125, in patients with extensive NNRTI and PI resistance: analysis of study TMC125-C th CROI, Denver, États- Unis, Lazzarin A, Campbell T, Clotet B et al. Efficacy and safety of TMC125 (etravirine) in treatment-experienced HIV-1-infected patients in DUET-2: 24-week results from a randomised, double-blind, placebo-controlled trial. Lancet 2007;370: Madruga JV, Cahn P, Grinsztejn B et al. Efficacy and safety of TMC 125 (etravirine) in treatment-experienced HIV-1-infected patients in DUET-1: 24-week results from a randomised, double-blind, placebo-controlled trial. Lancet 2007;370: Cotte L, Trabaud M, Tardy J. HIV-1 NNRTI mutation profiles in clinical practice: implications for TMC 125 use. 4th International AIDS Society Conference on HIV Pathogenesis, Sydney, Australie, Picchio G, Vingerhoets J, Staes M et al. Prevalence of TMC125 Resistance-associated Mutations in a Large Panel of Clinical Isolates. 15th CROI Boston, États-Unis, Sungkanuparph S, Manosuthi W, Kiertiburanakul S, Piyavong B, Chantratita W. Evaluating the role of etravirine in the second-line ART after failing an initial NNRTI-based regimens in a resource-limited setting. 15th CROI Boston, États-Unis, Taiwo B, Chaplin B, Stanton J et al. Etravirine-resistance mutations in patients with virologic failure on nevirapine or efavirenz-based HAART. 15th CROI Boston, États-Unis, De Béthune MP, Andries K, Azijn H et al. TMC 278, a new potent NNRTI, with an increased barrier to resistance and good pharmacokinetic profile. 12th CROI, Boston, États- Unis, Goebel F, Yakovlev A, Pozniak A et al. TMC 278: Potent Anti-HIV Activity in Antiretroviral Therapy-naïve Patients. 12th CROI, Boston, États-Unis, Dierynck I, De Wit M, Gustin E et al. Binding kinetics of darunavir to human immunodeficiency virus type 1 protease explain the potent antiviral activity and high genetic barrier. J Virol 2007;81: De Meyer S, Vangeneugden T, Van Baelen B et al. Resistance profile of darunavir combined 24-week results from the POWER trials. AIDS Res Hum Retroviruses 2008;24: De Meyer S, De Paepe E, Vangeneugden T et al. Development of resistance in patients with virologic failure on darunavir/ritonavir (DRV/r) or lopinavir/ritonavir (LPV/r): results of a randomized, controlled, Phase III trial in treatment-experienced patients (TITAN). 47th ICAAC, Chicago, États-Unis, Lambert-Niclot S, Flandre P, Canestri A et al. Factors associated with the selection of mutations conferring resistance to protease inhibitors in PI-experienced patients displaying treatment failure on darunavir. Antimicrob Agents Chemother 2008;52(2): Delaugerre C, Pavie J, Palmer P et al. Pattern and impact of emerging resistance mutations in treatment experienced patients failing darunavir-containing regimen. AIDS 2008; 22(14): DeJesus E, Ortiz R, Khanlou H et al. Efficacy and safety of darunavir/ritonavir versus lopinavir/ritonavir in ARV treatment-naive HIV-1-infected patients at week 48: ARTEMIS (TMC 114-C211). 47th ICAAC, Chicago, États-Unis, Mitsuya Y, Liu TF, Rhee SY, Fessel WJ, Shafer RW. Prevalence of darunavir resistance-associated mutations: patterns of occurrence and association with past treatment. J Infect Dis 2007;196: Poveda E, de Mendoza C, Martin-Carbonero L et al. Prevalence of darunavir resistance mutations in HIV-1- infected patients failing other protease inhibitors. J Antimicrob Chemother 2007;60: Jekle A, Kondru R, Ji C et al. CCR5 binding properties of a CCR5 small-molecule inhibitor with high antiviral potency against a maraviroc-resistant HIV-1 strain. XVI International HIV Drug Resistance Workshop, La Barbade, Westby M, Smith-Burchnell C, Mori J et al. Reduced maximal inhibition in phenotypic susceptibility assays indicates that viral strains resistant to the CCR5 antagonist maraviroc utilize inhibitor-bound receptor for entry. J Virol 2007;81: Lewis M, Simpson P, Fransen E et al. CXCR4-using virus detected in patients receiving maraviroc in the phase III studies MOTIVATE 1 and 2 originates from a preexisting minority of CXCR4-using virus. XVI International HIV Drug Resistance Workshop, La Barbade, Lalezari J, Goodrich J, DeJesus E et al. Efficacy and safety of maraviroc plus optimized background therapy in viremic, ART-experienced patients infected with CCR5-tropic HIV-1: 24-week results of a phase 2b/3 study in the US and Canada. 14th CROI, Los Angeles, États-Unis, Mori J, Mosley J, Lewis M et al. Characterization of maraviroc resistance in patients failing treatment with CCR5-tropic virus in MOTIVATE 1 and MOTIVATE 2. XVI International HIV Drug Resistance Workshop, La Barbade, Nelson M, Fatkenheuer G, Konourina I et al. Efficacy and safety of maraviroc plus optimized background therapy in viremic, ART-experienced patients infected with CCR5-tropic HIV-1 in Europe, Australia and North America: 24-week results. 14th CROI, Los Angeles, États-Unis, Saag M, Ive P, Heera J et al. A multicenter, randomized, double-blind, comparative trial of a novel CCR5 antagonist, maraviroc versus efavirenz, both in combination with Combivir (zidovudine [ZDV]/lamivudine [3TC]), for the treatment of antiretroviral naive patients infected with R5 HIV 1: week 48 results of the MERIT study. 4th IAS Conference on HIV Pathogenesis, Treatment and Prevention. Sydney, Australie, Heera J, Saag M, Ive P et al. Virological correlates associated with treatment failure at week 48 in the phase 3 study of maraviroc in treatment-naive patients. 15th CROI, Boston, États-Unis, Zingman B, Suleiman J, Dejesus E et al. Vicriviroc, a next generation CCR5 antagonist, exhibits potent, sustained suppression of viral replication in treatment-experienced adults: VICTOR-E1 48-week results. 15th CROI, Boston, États-Unis, Tsibris AMN, Gulick R, Su Z et al. In vivo emergence of HIV-1 resistance to the CCR5 antagonist vicriviroc: findings from ACTG A5211. XVI International HIV Drug Resistance Workshop, La Barbade, Yerly S, Hirschel B, Gaille C, Kaiser L, Perrin L. Polymorphism of HIV-1 Subtypes B and Non-B Integrase Gene. 14th CROI, Los Angeles, États-Unis, Hackett J, Harris B, Holzmayer V et al. Naturally occurring polymorphisms in HIV-1 group M, N, and O integrase: implications for integrase inhibitors. 15th CROI, Boston, États-Unis, Roquebert B, Damond F, Collin G et al. Polymorphism of HIV-2 integrase gene and in vitro phenotypic susceptibility of HIV-2 clinical isolates to integrase inhibitors: raltegravir and elvitegravir. XVI International HIV Drug Resistance Workshop, La Barbade, Cooper D, Steigbigel R, Gatell J et al. Subgroup and resistance analyses of raltegravir for resistant HIV-1 infection. N Engl J Med 2008;359: Steigbigel R, Cooper D, Kumar P et al. Raltegravir with optimized background therapy for resistant HIV-1 infection. N Engl J Med 2008;359: Hazuda DJ, Miller MD, Nguyen B, Zhao J. Resistance to the HIV-integrase inhibitor raltegravir: analysis of protocol 005, a phase II study in patients with triple-class resistant HIV-1 infection. XVI International HIV Drug Resistance Workshop, La Barbade, Malet I, Delelis O, Valantin MA et al. Mutations associated with failure of raltegravir treatment affect integrase sensitivity to the inhibitor in vitro. Antimicrob Agents Chemother 2008;52: Jones G, Ledford R, Yu F, Miller M, Tsiang M, McColl D. Resistance profile of HIV-1 mutants in vitro selected by the HIV-1 integrase inhibitor, GS-9137 (JTK-303). 14th CROI, Los Angeles, États-Unis, McColl D, Fransen E, Gupta S et al. Resistance and crossresistance to first generation integrase inhibitors: insights from a Phase II study of elvitegravir (GS-9137). XVI International HIV Drug Resistance Workshop. La Barbade, DeJesus E, Cohen C, Elion R et al. First report of raltegravir (RAL, MK-0518) use after virologic rebound on elvitegravir (EVT, GS-9137). 4th IAS Conference on HIV Pathogenesis, Treatment and Prevention. Sydney, Australie, La Lettre de l Infectiologue Tome XXIII - n 5 - septembre-octobre 2008

Aspects virologiques de l infection l. à VIH

Aspects virologiques de l infection l. à VIH CHU Saint Louis Paris Aspects virologiques de l infection l à VIH Constance Delaugerre SFLS Mars 2010 2008 Inhibiteur de corécepteur Inhibiteurs de TI INTI 1985 INNTI 1998 2008 Inhibiteurs d intégrase

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2012. rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2012. rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 9 mai 2012 EDURANT 25 mg, comprimés pelliculés Flacon/30 (CIP: 219 472-9) Laboratoire JANSSEN-CILAG rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique

Plus en détail

Grossesse chez la femme infectée par le VIH en 2012

Grossesse chez la femme infectée par le VIH en 2012 74e JOURNEE FRANCAISE DE MEDECINE - 4 MAI 2012 Grossesse chez la femme infectée par le VIH en 2012 Pr Laurent Mandelbrot Service de Gynécologie-Obstétrique, Pôle Femme/Enfant Hôpital Louis Mourier, Colombes

Plus en détail

VIH/SIDA 2009. Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009

VIH/SIDA 2009. Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009 VIH/SIDA 2009 Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009 1 2 Objectifs Revoir les principales lignes directrices du traitement du VIH/SIDA les plus récentes Réviser les nouveaux médicaments

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

VIH. Dr Chakib ALLOUI. Laboratoire de Bactériologie, Virologie, Hygiène CHU Avicenne Université Paris 13 (Bobigny)

VIH. Dr Chakib ALLOUI. Laboratoire de Bactériologie, Virologie, Hygiène CHU Avicenne Université Paris 13 (Bobigny) VIH Dr Chakib ALLOUI Laboratoire de Bactériologie, Virologie, Hygiène CHU Avicenne Université Paris 13 (Bobigny) DCEM 1, le 23.10.2007 Historique 1981 Juin : premiers cas groupés de pneumocystose chez

Plus en détail

HIV et Soins Intensifs. Colloque SMIA 06.09.2007 Dr Pierre Voirol - PHA

HIV et Soins Intensifs. Colloque SMIA 06.09.2007 Dr Pierre Voirol - PHA HIV et Soins Intensifs Colloque SMIA 06.09.2007 Dr Pierre Voirol - PHA HIV et Soins Intensifs: pourquoi? Interactions Effets secondaires Risques Suivi du traitement 2 Patients HIV en soins intensifs: causes

Plus en détail

Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress

Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats de ses examens des prix des nouveaux médicaments brevetés. Ces examens sont

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury 1 er cas SIDA MONO BI HAART (TRITHERAPIE) 1981 1987 1991 1992 1991 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005

Plus en détail

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Dr Laurence Bocket Service de virologie CHRU de Lille XIème journée régionale de Pathologie Infectieuse - 27 Septembre 2005 - Lille Résistance

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

5 Traitement antirétroviral

5 Traitement antirétroviral 5 Traitement antirétroviral Depuis les précédentes recommandations du groupe d experts sur la prise en charge thérapeutique des personnes infectées par le VIH en 2006, des études de cohortes ont apporté

Plus en détail

CHG Saint-Denis - Service de microbiologie 2, rue Pierre-Delafontaine 93205 Saint-Denis 2

CHG Saint-Denis - Service de microbiologie 2, rue Pierre-Delafontaine 93205 Saint-Denis 2 TECHNOLOGIE APPLIQUÉE Chantal CHAPLAIN 1, Alix GREDER BELAN 2 Suivi biologique de l infection VIH : intérêts du génotypage pour la résistance et du dosage des antirétroviraux RÉSUMÉ Le suivi biologique

Plus en détail

Procréation et prise en charge de la grossesse et VIH Journée régionale d actualisation CH Tourcoing Dr Y Hammou JdF

Procréation et prise en charge de la grossesse et VIH Journée régionale d actualisation CH Tourcoing Dr Y Hammou JdF Procréation et prise en charge de la grossesse et VIH Journée régionale d actualisation CH Tourcoing Dr Y Hammou JdF LE VIH :une infection qui concerne la mère et l enfant Beaucoup de progrès ont été accomplis

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Notes sur les technologies de la santé

Notes sur les technologies de la santé Notes sur les technologies de la santé numéro 110 décembre 2007 Sommaire Le maraviroc (Celsentri ) contre le virus de l immunodéficience humaine (VIH)-1 multirésistant Contexte Le maraviroc appartient

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Les médicaments antirétroviraux

Les médicaments antirétroviraux Les médicaments antirétroviraux Décembre 2011 1ère édition Décembre 2011 ACTIF SANTÉ 109 rue Orfila 75020 Paris tél : 0950 796 160 fax : 0955 796 160 web : www.actif-sante.org association loi 1901 J.O.

Plus en détail

ANTI-RETROVIRAUX : EFFETS SECONDAIRES. Dr L.Ammari. Service des maladies infectieuses, hôpital La Rabta

ANTI-RETROVIRAUX : EFFETS SECONDAIRES. Dr L.Ammari. Service des maladies infectieuses, hôpital La Rabta ANTI-RETROVIRAUX : EFFETS SECONDAIRES Dr L.Ammari Service des maladies infectieuses, hôpital La Rabta Formation sur les anti-viraux, Sousse, le 13 Mars 2009 est de freiner la progression de l infection

Plus en détail

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012 Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique Solthis le 28/06/2012 Évolution des recommandations OMS pays à ressources limitées 2002 2006 2010 d4t +++ d4t ± Arrêt d4t, AZT ++, TDF ++ CD4+/- CV

Plus en détail

Comment mesurer la résistance aux antiviraux???

Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Dr Marie-Laure Chaix Laboratoire de Virologie Hôpital Necker DIU de physiopathologie et thérapeutique des maladies infectieuses et tropicales (Module 1)

Plus en détail

L s a n a t n ivir i aux

L s a n a t n ivir i aux Les antiviraux pour beaucoup de virus : vaccins Antiviraux actifs que sur un petit nombre de virus (herpes, VIH, hépatites ) Stimulation majeure avec VIH Difficulté = le virus se réplique dans la cellule

Plus en détail

13 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux

13 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux 13 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux La résistance aux antirétroviraux est liée à la sélection de quasi-espèces virales comportant des mutations dans les gènes de la transcriptase inverse, de la

Plus en détail

Le genre masculin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre masculin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Ce document est destiné aux personnes vivant avec le VIH. Il a été révisé en janvier 2004 par les membres du Comité consultatif pour la prise en charge clinique des personnes vivant avec le VIH-SIDA en

Plus en détail

Echec virologique et Résistance virale

Echec virologique et Résistance virale Echec virologique et Résistance virale Pr Christine KATLAMA SOLTHIS Niamey Journées Scientifiques octobre 2009 Incidence pour 1000 personnes-années Les acquis de la Recherche Clinique La progression de

Plus en détail

I AGENTS ANTI-VIH. Table des matières I AGENTS ANTI-VIH. A. Le maraviroc est approuvé au Canada

I AGENTS ANTI-VIH. Table des matières I AGENTS ANTI-VIH. A. Le maraviroc est approuvé au Canada TraitementSida 164 vol. 19, n o 6 septembre/ octobre 2007 ISSN 11817194 Disponible sur le World Wide Web à l adresse http://www.catie.ca/ts.nsf Table des matières I AGENTS ANTI-VIH A. Le maraviroc est

Plus en détail

9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux

9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux 9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux La résistance aux antirétroviraux est liée à la sélection de quasi-espèces virales comportant des mutations dans les gènes de la transcriptase inverse, de la protéase,

Plus en détail

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Médicaments Antirétroviraux

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Médicaments Antirétroviraux CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Médicaments Antirétroviraux Direction des laboratoires et des Contrôles Pr. Pierre-Antoine BONNET Directeur scientifique Site Montpellier-Vendargues Contrôle des ARV

Plus en détail

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Notes Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Module 5 Contexte Les traitements ARV sont des médicaments destinés à bloquer la multiplication du VIH. Leur bonne utilisation chez

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

VIH et. point sur les nouveaux traitements. Danièle Marche Eric Bonnet Service des Maladies Infectieuses Hôpital Purpan. Toulouse

VIH et. point sur les nouveaux traitements. Danièle Marche Eric Bonnet Service des Maladies Infectieuses Hôpital Purpan. Toulouse VIH et co-infections hépatite h B et C : point sur les nouveaux traitements Danièle Marche Eric Bonnet Service des Maladies Infectieuses Hôpital Purpan. Toulouse LES ANTIRETROVIRAUX 4 classes de médicamentsm

Plus en détail

Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique

Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique Slim Fourati To cite this version: Slim Fourati. Contribution des

Plus en détail

TEST GENOTYPIQUE DE RESISTANCE AUX INHIBITEURS DE L INTEGRASE

TEST GENOTYPIQUE DE RESISTANCE AUX INHIBITEURS DE L INTEGRASE TEST GENOTYPIQUE DE RESISTANCE AUX INHIBITEURS DE L INTEGRASE RAPPORT D EVALUATION Avril 2010 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél.

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS

CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS CONTRÔLE DE QUALITE DES MEDICAMENTS Direction des laboratoires et des Contrôles Pr. Pierre-Antoine BONNET Directeur scientifique Site Montpellier-Vendargues LES CONTROLES DES GENERIQUES PAR LES LABORATOIRES

Plus en détail

Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux

Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux Soutenu par une bourse indépendante de formation de ViiV Healthcare. www.medscape.org/viewarticle/826417 Mise à

Plus en détail

Pr Vincent Calvez. Université Pierre et Marie Curie INSERM 1136 Hôpital Pitié-Salpêtrière

Pr Vincent Calvez. Université Pierre et Marie Curie INSERM 1136 Hôpital Pitié-Salpêtrière Pr Vincent Calvez Université Pierre et Marie Curie INSERM 1136 Hôpital Pitié-Salpêtrière IAS Résistance aux antirétroviraux ANRS AC11 Résistance aux antirétroviraux ANRS AC5 Essais Thérapeutiques Variabilité

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 VIREAD 245 mg, comprimés pelliculés Boîte de 1 flacon de 30 comprimés (CIP : 34009 358 500 1 0) VIREAD 33 mg/g, granulés pour administration orale Boîte

Plus en détail

Les anti-rétroviraux, mécanismes d action et mécanismes de résistance virale

Les anti-rétroviraux, mécanismes d action et mécanismes de résistance virale Les anti-rétroviraux, mécanismes d action et mécanismes de résistance virale Professeur Patrice ANDRE Laboratoire de Virologie Nord, Hospices Civils de Lyon. INSERM unité U1111, CIRI «Biologie cellulaire

Plus en détail

FORMULAIRE - Demande d'admission Maisons communautaires d'hébergement sida du Québec

FORMULAIRE - Demande d'admission Maisons communautaires d'hébergement sida du Québec FORMULAIRE - Demande d'admission Maisons communautaires d'hébergement sida du Québec INFORMATIONS DE PRÉ ADMISSION Maison d hébergement : Demande effectuée le : [ jj mm aaaa ] Nom : Prénom : Adresse :

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Les médicaments anti-vih. Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1

Les médicaments anti-vih. Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1 Les médicaments anti-vih Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1 LES MÉDICAMENTS ANTI-VIH Ce livret offre un premier aperçu pour tous ceux qui souhaitent s informer sur les traitements contre le VIH.

Plus en détail

Le maraviroc (Celsentri)

Le maraviroc (Celsentri) FEUILLET D INFORMATION Le maraviroc (Celsentri) Résumé Le maraviroc est un type de médicament anti-vih appelé antagoniste du CCR5 ou inhibiteur de l entrée. Les effets secondaires courants du maraviroc

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX

TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX UE de l Agent Infectieux à l Hôte Mars 2012 TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr La lutte antivirale Mesures

Plus en détail

Urgences et VIH. V.SCHIFFER Consultation VIH/SIDA Octobre 1999

Urgences et VIH. V.SCHIFFER Consultation VIH/SIDA Octobre 1999 Urgences et VIH V.SCHIFFER Consultation VIH/SIDA Octobre 1999 Physiopathologie Séroconversion VIH Traitements Exposition professionnelle Exposition sexuelle (PEP) Physiopathologie EPIDERME: Cellules de

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

57 ème Répi. Les résistances virales aux traitements anti-vih

57 ème Répi. Les résistances virales aux traitements anti-vih 57 ème Répi Les résistances virales aux traitements anti-vih Le virus du sida est considéré comme le plus variable des agents viraux, à l origine d une maladie humaine ; cela est dû à son haut niveau de

Plus en détail

2014 VIH ET ONCOLOGIE

2014 VIH ET ONCOLOGIE 2014 VIH ET ONCOLOGIE GUIDE THÉRAPEUTIQUE Interactions entre les antirétroviraux et les protocoles de chimiothérapie Alison Wong, B.pharm., M.Sc. Service des maladies virales chroniques Centre universitaire

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Août 2010. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec

Août 2010. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec Août 2010 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH Guide pour les professionnels de la santé du Québec Août 2010 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH

Plus en détail

Chaque comprimé pelliculé contient du chlorhydrate de rilpivirine équivalent à 25 mg de rilpivirine.

Chaque comprimé pelliculé contient du chlorhydrate de rilpivirine équivalent à 25 mg de rilpivirine. Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Le VIH-1 est caractérisé par une variabilité génomique

Le VIH-1 est caractérisé par une variabilité génomique ctualités dans le VIH VIH-1, sous-types et RF : différences dans la réponse aux traitements et la résistance aux antirétroviraux HIV-1, subtypes and RF: differences in response to treatments and resistance

Plus en détail

Médicaments anti-vih. 2015 Troisième édition. In collaboration with:

Médicaments anti-vih. 2015 Troisième édition. In collaboration with: Médicaments anti-vih 2015 Troisième édition In collaboration with: Remerciements Edité par Greta Hughson Troisième édition française 2015 Adaptée de la 13ème édition anglaise 2015 Remerciements à Sylvie

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009

www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009 www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009 Remerciements Ecrit par Michael Carter Première édition française 2009 Adaptée de la première édition anglaise 2009 Remerciements à

Plus en détail

Février 2015. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec.

Février 2015. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec. Février 2015 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH Guide pour les professionnels de la santé du Québec Version résumée Édition : La Direction des communications du ministère de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien

Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien 14 15 octobre 2010 Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien Bruno Hoen 1 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle

Plus en détail

Les médicaments anti-vih

Les médicaments anti-vih Les médicaments anti-vih 2012 Deuxième édition In collaboration with: Remerciements Edité par Keith Alcorn, Selina Corkery et Greta Hughson Deuxième édition française: 2012 Adaptée de la onzième édition

Plus en détail

Le bulletin bimestriel d information thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH

Le bulletin bimestriel d information thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH Protocoles Le bulletin bimestriel d information thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH Édito En 2004, le gouvernement Raffarin, une fois de plus «soucieux d assurer la maîtrise des dépenses

Plus en détail

VIH & Interactions Médicamenteuses

VIH & Interactions Médicamenteuses VIH & Interactions Médicamenteuses L ABC en quizz K. De Heller & M.Cavassini MIN-IAL, le 21 avril 2005 Ce que je ne vais pas aborder Les interactions médicamenteuses entre les différents antirétroviraux!!!

Plus en détail

«Résistance du VIH aux antirétroviraux : conséquences pour les pays à faibles revenus»

«Résistance du VIH aux antirétroviraux : conséquences pour les pays à faibles revenus» Article «Résistance du VIH aux antirétroviraux : conséquences pour les pays à faibles revenus» Florence Doualla-Bell, Dan Turner, Hugues Loemba, Marco Petrella, Bluma Brenner et Mark A. Wainberg M/S :

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Contraception de la femme VIH positive

Contraception de la femme VIH positive Contraception de la femme VIH positive COREVIH Alsace Commission Qualité des soins Qualité de la vie Jeanine OHL Novembre 2012 Eléments à considérer: 1. l épidémiologie En 2007, 33% des nouveaux cas en

Plus en détail

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Dr Vincent HABIYAMBERE, OMS/ Département du VIH/SIDA Dr Bianca Kamps, IDA HIV Group Dakar, Sénégal, Mars 2006 Plan de la Présentation Éléments

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Table des matières. Chapitre IV. Cycle de réplication virale et thérapeutiques antirétrovirales (1)... 29

Table des matières. Chapitre IV. Cycle de réplication virale et thérapeutiques antirétrovirales (1)... 29 1441 Table des matières Préface...7 Introduction...9 PREMIÈRE PARTIE : LES VIRUS Chapitre I. Historique de la découverte du VIH... 13 Chapitre II. Classification des rétrovirus... 19 Chapitre III. Structure

Plus en détail

Chaque ml de suspension buvable contient 100 mg de darunavir (sous forme d éthanolate).

Chaque ml de suspension buvable contient 100 mg de darunavir (sous forme d éthanolate). 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT PREZISTA 100 mg/ml suspension buvable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque ml de suspension buvable contient 100 mg de darunavir (sous forme d éthanolate). Excipient

Plus en détail

Approches de Traitement du VIH. Franck V. TURENNE, MD Université Notre Dame d Haï> Programme Post- Gradue de Forma>on en Maladies Infec>euses

Approches de Traitement du VIH. Franck V. TURENNE, MD Université Notre Dame d Haï> Programme Post- Gradue de Forma>on en Maladies Infec>euses Approches de Traitement du VIH Franck V. TURENNE, MD Université Notre Dame d Haï> Programme Post- Gradue de Forma>on en Maladies Infec>euses Plan Contexte Stratégique et Historique pour les Nouvelles Recommanda>ons

Plus en détail

Recommandations rapides

Recommandations rapides Recommandations rapides Traitement antirétroviral de l infection à VIH chez l adulte et l adolescent Novembre 2009 Catalogage à la source: Bibliothèque de l OMS: Recommandations rapides : traitement antirétroviral

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

ViiV Healthcare France,

ViiV Healthcare France, ViiV Healthcare France, Un nouveau laboratoire entièrement dédié au VIH Dossier de presse Mars 2010 Contacts presse Laurence Mertz Anne Bellion & Isabelle de Noailles Laboratoire GlaxoSmithKline Capital

Plus en détail

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Caroline SOLAS Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie CHU Timone, Marseille CRO2, INSERM U911 Faculté de Pharmacie, Marseille Principales Caractéristiques

Plus en détail

Avril 2007. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec.

Avril 2007. a thérapie. antirétrovirale. pour les adultes infectés par le VIH. Guide pour les professionnels de la santé du Québec. Avril 2007 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH Guide pour les professionnels de la santé du Québec Version résumée Avril 2007 a thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés

Plus en détail

Désir d enfant et grossesse Laurent Mandelbrot et le groupe d experts - Septembre 2013

Désir d enfant et grossesse Laurent Mandelbrot et le groupe d experts - Septembre 2013 - Septembre 2013 Désir d enfant C est une aspiration légitime, à aborder lors du suivi de toute femme ou homme vivant avec le VIH L information du partenaire comporte 2 aspects : le partage du secret sur

Plus en détail

VIH/sida : nombreuses nouveautés

VIH/sida : nombreuses nouveautés nouveautés en médecine 2010 VIH/sida : nombreuses nouveautés Rev Med Suisse 2011 ; 7 : 159-63 A. Calmy V. Schiffer B. Hirschel Drs Alexandra Calmy et Véronique Schiffer Pr Bernard Hirschel Unité VIH/sida

Plus en détail

Prise en charge des co-infectés VIH/VHC en 2014. Valérie Canva, CHRU Lille XXI èmes JRPI 14/10/2014

Prise en charge des co-infectés VIH/VHC en 2014. Valérie Canva, CHRU Lille XXI èmes JRPI 14/10/2014 Prise en charge des co-infectés VIH/VHC en 2014 Valérie Canva, CHRU Lille XXI èmes JRPI 14/10/2014 Traitements anti VHC 90-100% 75% 40-45% 41% 16% 6% IFN 6 m. 1989 IFN 12 m. 1994 IFN + Riba 1998 Peg-IFN

Plus en détail

Hépatite chez un patient atteint d'une affection par le VIH. Véronique Pinzani (1), Dominique Larrey (2)

Hépatite chez un patient atteint d'une affection par le VIH. Véronique Pinzani (1), Dominique Larrey (2) Hépatite chez un patient atteint d'une affection par le VIH Hépatite chez un patient atteint d'une infection par le VIH Véronique Pinzani (1), Dominique Larrey (2) (1) Service de Pharmacologie Médicale

Plus en détail

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance Réplication résiduelle Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance ART bloque la réplication virale avec persistance de ADN viral intégré Taille du réservoir est établie avant

Plus en détail

www.aidsmap.com La nutrition Français Première édition 2010

www.aidsmap.com La nutrition Français Première édition 2010 www.aidsmap.com La nutrition Français Première édition 2010 Remerciements Ecrit par Michael Carter Première édition française 2010 Adaptée de la huitième édition anglaise 2008 Remerciements à Sylvie Beaumont

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique

Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Supported by an independent educational grant from WebMD Global, LLC This document is for educational purposes

Plus en détail

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique?

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Dr Bernard Masquelier Journée AC11 ANRS, 2008 Introduction: problème posé /méthodes de détection (1) Sous-populations minoritaires:

Plus en détail

À propos de Michel, 50 ans

À propos de Michel, 50 ans À propos de Michel, 50 ans Commercial, célibataire, homosexuel, multipartenaire Dernier test de dépistage VIH il y a 5 ans: sérologie négative Bilan initial suite a un test VIH positif: co-infection par

Plus en détail

RÔLES ET IMPLICATIONS DU PHARMACIEN D OFFICINE DANS LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH EN 2015

RÔLES ET IMPLICATIONS DU PHARMACIEN D OFFICINE DANS LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH EN 2015 RÔLES ET IMPLICATIONS DU PHARMACIEN D OFFICINE DANS LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH EN 2015 Elaboré et validé par le groupe Médicament/Pharmaciens SFLS Version actualisée le 30 juin

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Protocoles. Édito. Sommaire. Mai 2007. Le bulletin d information thérapeutique pour les malades

Protocoles. Édito. Sommaire. Mai 2007. Le bulletin d information thérapeutique pour les malades Protocoles Le bulletin d information thérapeutique pour les malades Édito 47 Mai 2007 La théorie de la relativité nous rappelle que rien ne dure, tout est relatif. Une bonne prise en charge, un traitement

Plus en détail

LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE. Marie Leoz 12 avril 2013

LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE. Marie Leoz 12 avril 2013 LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE Marie Leoz 12 avril 2013 Réservoirs, Persistance et Eradication Qu est-ce que le réservoir? Caractérisation des cellules réservoirs Stratégies de traitement précoce

Plus en détail