Colloque 20 e anniversaire du Club Fiscal. Mardi 9 juillet 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque 20 e anniversaire du Club Fiscal. Mardi 9 juillet 2013"

Transcription

1 Colloque 20 e anniversaire du Club Fiscal Mardi 9 juillet

2 ACCUEIL Jacques-Philippe CHEVALIER Président de la commission des missions fiscales du Conseil supérieur de l ordre des experts-comptables 2

3 INTERVENTION Léo JEGARD Fondateur du Club Fiscal 3

4 1 ÈRE TABLE RONDE FISCALITÉ DE L ENTREPRISE ET DE SON DIRIGEANT Animée par Jean-François PESTUREAU Expert-comptable / Commissaire aux comptes 4

5 1 ère table ronde FAUT-IL UN STATUT UNIQUE POUR LE CHEF D ENTREPRISE? Pierre-Yves LAGARDE Conseil en rémunération Serge ANOUCHIAN Expert-comptable /Commissaire aux comptes 5

6 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Fin 2012 : un consensus de place Début 2013 : le consensus explose Notre conviction 6

7 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? A FIN 2012, UN CONSENSUS Entreprise de subsistance ou de croissance? 7

8 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Les statistiques INSEE de la création en 2011 Nombre de créations hors autoe : Dont entreprises individuelles : Dont SARL : Soit 86,44 % des créateurs sont TNS 8

9 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Le paysage entrepreneurial français Nombre de sociétés immatriculées : 3,5 M Sans salarié : 2,3 M Entre 1 et 9 : 1 M Les entreprises de «subsistance» sont prépondérantes. La rémunération du chef d entreprise constitue pour elles l enjeu et le coût majeurs. Le non salarié s impose alors 9

10 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? FIN DU CONSENSUS EN 2013 Pourquoi? 10

11 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Une hausse historique des prélèvements au 1 er janvier 2013 et à effet immédiat Hausse des charges sociales des TNS sociétaires Assujettissement des dividendes de SARL aux charges sociales 11

12 Sur les rémunérations des TNS sociétaires De + 12 % (revenus faibles) À + 40 % (revenus forts) Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Sur les dividendes De plus de 100 % (revenus faibles) À + 0 % (revenus forts) 12

13 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? NOTRE CONVICTION Tout est plus cher, rien ne change! 13

14 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Pourquoi pensons-nous qu il faut rester non salarié? Trois raisons : la liberté, la liberté et la liberté 1. Liberté de réduire son coût pour l entreprise en arbitrant ses cotisations retraite 2. Liberté de construire pour partie sa stratégie retraite : rythme et supports 3. Liberté de s affranchir des notions devenues kafkaïennes de collège 14

15 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? FAUT-IL UN STATUT UNIQUE? Si oui, lequel? 15

16 1 ère table ronde COMMENT RENFORCER LES FONDS PROPRES DES PME? Tania FOURNAISE Expert-comptable/Commissaire aux comptes Hervé KRUGER Expert-comptable/Commissaire aux comptes 16

17 Contexte général Comment renforcer les fonds propres des PME? Le droit des sociétés a eu tendance depuis quelques années à assouplir ses exigences sur la capitalisation des sociétés : Il n y a plus désormais de capital minimum pour les SARL ou les SAS Le droit fiscal met en œuvre des dispositifs incitatifs, qui favorisent l investissement dans les fonds propres des PME : Via des réductions d impôt en matière d impôt sur le revenu et en matière d impôt sur la fortune Ces réductions s appliquent aussi bien aux investissements directs qu aux investissements indirects La question est cependant plus large que les seuls dispositifs incitatifs 17

18 a) Investissements directs Comment renforcer les fonds propres des PME? 1) Réduction IR pour investissement au capital des PME Réduction d impôt égale à 18 % du montant des investissements réalisés, retenus dans la limite annuelle de ( pour un contribuable vivant seul) ; La fraction des investissements excédant ce seuil est reportable sur les 4 années suivantes La «cible» doit être (principales conditions) : Une petite entreprise (moins de 50 salariés, C.A. ou total bilan < 10 M ) Créée depuis moins de 5 ans ; en phase d amorçage, de démarrage ou d expansion; qui n est pas en difficulté Dont le siège est situé dans l U.E. (ou en Islande, Norvège ou Lichtenstein), soumise à l IS (ou équivalent) Exerçant une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole, sauf activités immobilières, de production d électricité Comptant au moins 2 salariés à la clôture de l exercice suivant la souscription (1 salarié pour l artisanat) 18

19 a) Investissements directs (suite) Ce dispositif est soumis à la condition d une détention des titres pendant au moins 5 ans Il est possible d investir via une société holding (la réduction sera à proportion de l investissement de la holding dans des sociétés répondant aux conditions ci-dessus et doit elle-même respecter lesdites conditions à l exception de celle relative à l activité) Le dispositif ne se cumule pas avec les autres, et notamment : Avec la réduction d impôt pour les intérêts d emprunts liés à la reprise d une PME Avec la réduction ISF (voir ci-après) Comment renforcer les fonds propres des PME? 1) Réduction IR pour investissement au capital des PME Il est pris en compte dans le calcul du plafond général des avantages fiscaux 19

20 b) Investissements indirects Comment renforcer les fonds propres des PME? 1) Réduction IR pour investissement au capital des PME La réduction d impôt bénéficie également aux versements faits à des FCPI (fonds communs de placement dans l innovation) Réduction d impôt égale à 18 % du montant des investissements réalisés, retenus dans la limite annuelle de ( pour un contribuable vivant seul) L investissement doit être conservé pendant au moins 5 ans Il est pris en compte dans le calcul du plafond général des avantages fiscaux 20

21 a) Investissements directs Réduction d impôt égale à 50 % du montant des versements réalisés, plafonnée à une limite annuelle de L investissement doit être conservé pendant au moins 5 ans La «cible» doit être (principales conditions) : Une PME au sens communautaire, non cotée Exerçant une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole Dont le siège est situé dans l U.E. (ou en Islande, Norvège ou Lichtenstein), soumise à l IS (ou équivalent) Comment renforcer les fonds propres des PME? 2) Réduction ISF pour investissement au capital des PME Possibilité d une souscription au capital de holdings animatrices de leur groupe, mais aussi au capital de holdings actives non animatrices poursuivant une activité autonome par rapport à leurs filiales (BOI-PAT-ISF n 600) 21

22 b) Investissements indirects Comment renforcer les fonds propres des PME? 2) Réduction ISF pour investissement au capital des PME La réduction d impôt bénéficie également aux versements faits à des FCPI (fonds communs de placement dans l innovation) Réduction d impôt égale à 50 % du montant des versements réalisés, plafonnée à une limite annuelle de L investissement doit être conservé pendant au moins 5 ans Montant global des investissements (directs + indirects) plafonné à

23 Comment renforcer les fonds propres des PME? 3) Evaluation générale des dispositifs, et élargissement du sujet La réduction d impôt «IR» est un dispositif très (trop?) «ciblé» puisqu il ne s applique qu aux sociétés récentes Il a eu tendance à se réduire comme peau de chagrin au cours de ces dernières années : Réduction du taux applicable de 25 % (2010 et avant), à 22 % (2011) pour 18 % (désormais) Réduction du plafond surtout : Impact très important de l abaissement du plafonnement général des «niches fiscales» ( pour 2013) Efficacité notable du dispositif «ISF», qui s applique : à davantage d entreprises (plus importantes, pas nécessairement nouvelles) mais à moins de redevables (assujettis ISF) Tous ces dispositifs sont à replacer dans le contexte fiscal général Fiscalité des PME en règle générale : Elles bénéficient d un taux réduit d IS (15 %), et sont plutôt épargnées par les aggravations récentes prises en matière de fiscalité des entreprises (déficits, endettement, etc.) Fiscalité des dirigeants : Plus-values, transmissions, pactes Dutreil, etc. 23

24 Et chez nos voisins? Un exemple : l Allemagne Comment renforcer les fonds propres des PME? Possibilité de renforcer les capitaux propres par transfert des c/c d associés ou par versement direct et enregistrement sous une ligne particulière des capitaux propres dénommée «Kapitalrücklage» Ce transfert/versement nécessite une simple décision de l assemblée générale AGO, de même que la restitution de ces avances aux associés Avantages : simplicité, rapidité, pas de publication, pas d inscription au greffe, pas d impôts En France, cette possibilité n existe pas ; en effet, pour renforcer les capitaux propres, nous devons utiliser 2 solutions plus coûteuses : Soit une augmentation de capital, engendrant : Décision d AGE Publication, inscription modificative au greffe, frais (impôts, publication, inscription modificative ) Et caractère figé du nouveau montant (la restitution suit le même chemin) Soit un abandon de créances avec ou sans clause de retour à meilleure fortune, nécessitant : Décision d AG Imposition de la créance abandonnée (impôt ou réduction du montant des pertes reportables) 24

25 Capitaux propres : Capital nominal Kapitalrücklage : Réserves : Réserve légale Réserve Réserves statutaires Autres réserves Report à nouveau Résultat de l exercice Provisions Dettes Comment renforcer les fonds propres des PME? Composition des capitaux propres des bilans allemands 25

26 Comment renforcer les fonds propres des PME? Soutien aux investissements des PME «Investitionsabzugsbeträge» Applicable aux seules PME dont les capitaux propres sont inférieurs à (possible aussi pour professions libérales si BNC < 100 K ) Déduction fiscale égale à 40% des investissements budgétés (plafond des investissements = 500 K - donc déduction maximale 200 K ) Déduction extra comptable sur la liasse fiscale (pas de constatation de provision) Les investissements prévus doivent être précis (pas d enveloppe globale) et réalisés au cours des 3 années suivant celle de la déduction Applicable aux investissements en matériel neuf ou occasion, sauf immeubles et logiciels, mais applicable aux voitures de tourisme Seule contrainte : affectation à usage professionnel pour au moins 95 % La non utilisation totale ou partielle de la déduction fiscale entraîne réintégration du montant correspondant au titre de l année où elle a été opérée, avec paiement de l IS et intérêts de retard 6 % Les biens acquis bénéficient de déduction d amortissements majorés l année de leur acquisition Aucune autre restriction/obligation n est imposée aux entreprises utilisatrices, comme par ex blocage des salaires des dirigeants, limitation des dividendes distribués 26

27 Année 2012 : l entreprise X prévoit l achat d une machine-outil de en 2013 Bénéfice de l exercice : Déduction fiscale IAB : x 40 % = Impôt dû sur Économie d impôt : x env 31 % = Année 2013 : achat de la machine pour (NB : achat possible en 2013, 2014 ou 2015) bénéfice de l exercice : Réintégration fiscale IAB année 2012 : (40 % de l investissement dans la limite de la déduction opérée en 2012) Bénéfice taxable : Correction rétroactive résultat année 2012 pour 300 K (-) 280 K = x 40 % = Avec paiement IS complémentaire (8.000 x 31 % = 2.480) et intérêts de retard 6 % l an Economie de trésorerie globale dès 2012 : = (-) intérêts de retard s Comment renforcer les fonds propres des PME? Exemple d utilisation de cette provision et amortissements accélérés y attachés 27

28 Comment renforcer les fonds propres des PME? Immobilisation acquise en 2013 pour déduction fiscale et amortissements exceptionnels Achat investissement : : Amortissement exceptionnel 40 % correspondant à la provision constituée Base pour amortissements résiduels : Amortissement exceptionnel : 20% : Amortissement normal sur DRU : 15% VNC à fin Amortissements 2014, 2015, /an D où charge déductible l année de l investissement :

29 1 ère table ronde PLUS-VALUES DES PARTICULIERS/ PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES Jean-Pierre CASIMIR Professeur de droit fiscal Université de Bourgogne Jean-Marie TOUZET Expert-comptable/Commissaire aux comptes 29

30 La taxation des plus-values de valeurs mobilières : Réalité des prélèvements Hypothèses : Valeurs d acquisition : Valeur de cession 15 ans après : Erosion monétaires sur la période 34%, soit 2% l an Plus-value apparente (ou nominale) 500 Plus-value réelle : Plus-value fictive : 340 Impact des contributions sociales 500 x 15,5% = 77,5 Les contributions représentent donc : 77,5 x 100 = 48,4% de la plus-value réelle

31 La taxation des plus-values de valeurs mobilières : Réalité des prélèvements Impact de l impôt sur le revenu Selonlerégimeenvigueurpour2013(etquisansdouteneserajamaisappliqué) Plus-value nominale: 500 Abattement pour durée de détention 40% 200 Plus-value taxable 300 Cette assiette supportera un impôt compris entre 0% et 45%, Prenons une hypothèse moyenne de 30% L I.R serait de 300 x 30% = 90 Le total des prélèvements (I.R et contributions) serait de ,5 = 167,50 c est-à-dire plus que la plus-value réelle Selon les perspectives nouvelles de taxation : L abattement pour le régime général serait de 50% pour une durée de détention comprise entre 2 et 8 ans ; 65% au-delà Dans l exemple, l assiette serait donc de = 175 Et l I.R de (hypothèse du taux marginal de 30%) : 175 X 30% = 52,5 Le total des prélèvements serait alors de : 77,5 + 52,5 = 130, soit 81% de la plus-value réelle 31

32 2 ÈME TABLE RONDE BILAN DES DIX DERNIÈRES ANNÉES DE FISCALITÉ POUR LA PME Animée par Jean-Pierre COSSIN Conseiller maître honoraire à la Cour des comptes 32

33 2 e table ronde «QU A-T-ON FAIT POUR LES PME LORS DE CES DIX DERNIÈRES ANNÉES?» Patrick MORGENSTERN Expert-comptable / Commissaire aux comptes Chargé d enseignement fiscal aux Universités de Bourgogne et de Paris II Panthéon-Assas 33

34 Introduction Apparition de plus en plus marquée sur certains sujets d une fiscalité différente entre les PME et les grandes entreprises. Cela est devenu presque un réflexe du législateur Les moyens utilisés pour y parvenir : o Les mesures «actives» = mesures accordant un avantage spécifique aux PME (taux et assiette) Exemple le taux de 15% (CGI, art. 219 I b) o Les mesures «passives» = mesures écartant les PME de mesures nouvelles et contraignantes pour les autres entreprises (utilisation de seuils d application) Exemple : la réintégration des frais financiers (CGI, art. 212-II ou 212 bis) ne s applique qu à partir d un certain seuil Pourquoi? Éléments de réponse avec les comparaisons de taux implicites d IS 34

35 Taux implicite de l IS (hors sociétés financières) Etude sur 2007 considérée significative MICRO (-10 salariés et CA et actif<2 m ) PME (10 à 249 salariés et CA<50M ou Actif<43M ) ETI (250 à 4999 salariés et CA<1500M ou Actif<2000M ) GE (5000 salariés et plus) Toutes sociétés Taux implicite d IS (hors IFA) 34,3 % 36,8% 27,2% 18,3 % 26,3% Explication de l écart par rapport à un taux théorique de 34,4% Déductibilité des intérêts Taux réduit PME Effets des déficits (net) -2,7-3,7-8,8-13,9-9,3-11,5-2,0-1,2 + 10,2 + 7,4 + 2,9-3,6 + 1,7 Autres facteurs + 3,9 + 0,7-1,3 + 1,4 + 0,7 35

36 Introduction Encadrement européen des aides d Etat pour les PME o Allégements fiscaux visés par un règlement d'exemption : accordés sans autorisation de la Commission (cas de la recherche - règlement d'exemption 800/2008 du ) o Aides de faible montant qui relèvent du règlement de minimis et peuvent être accordées sans autorisation (actuellement maximum par période glissante de trois exercices fiscaux) o Aides nécessitant une autorisation de la Commission 36

37 Les régimes incitant à la création des PME EIRL (loi n du 15 juin 2010) : Objectif largement non atteint : il était prévu environ entreprises ; il y en a eu 6040 en 2011 et 4041 en 2012 soit moins de 10% de l objectif Auto-entrepreneur avec prélèvement libératoire : Facilite le tout premier démarrage mais il est nécessaire de rejoindre le système général rapidement pour éviter de fausser la concurrence 37

38 Les régimes incitant à la création des PME Zones franches (CGI, art 44 octies, quindecies, duocecies, terdecies, quaterdecies) Zones franches : Zone franche urbaine, zone concernant la réorganisation de la défense, zone dans les DOM, de revitalisation rurale... Régime des entreprises nouvelles implantées en ZAFR (CGI, art 44 sexies) Exemple des 100 zones franches urbaines : un succès contrasté suivant les zones o Rapport parlementaire déposé en mai 2013 : Demande de prolongation jusqu en 2017 Constatation de la création de emplois jusqu en 2002 mais reconnaissance de l affaiblissement de l efficacité du dispositif surtout depuis 2007 (crise économique?) Coût du dispositif en 2011 : 425 millions o Effet d aubaine et de substitution selon certains chercheurs o Minimis depuis

39 Les mesures concernant le fonctionnement des PME Les effets de la suppression de la TP et création de la CET (source rapport Guenéau sénat en 2012) Allègement fiscal global : entre 7,5 milliards et 8,2 milliards d euros o 60 % sont gagnantes (2 millions d entreprises) : secteur industriel, o 20 % sont perdantes ( entreprises) : prestations de services parfois dans des proportions considérables o 20 % sont stables MAIS diminution contrebalancée par une hausse simultanée de la fiscalité pesant sur les entreprises (IFER, nouvelles taxes, hausse des impôts sur le revenu et sur les sociétés) La réforme a principalement bénéficié aux TPE et PME ; pourquoi? CFE : Exonération ou abattement pour les artisans CVAE = 1,5% de la VA (en principe) mais taux variable compris entre 0% ( CA < ) et 1,5% ( < CA < 50 M ) CA < 2 M : Abattement supplémentaire de 1000 Attention si intégration fiscale et si la mère n est pas soumise au régime PME (219 I b) 39

40 Les mesures concernant le fonctionnement des PME La compétitivité et l innovation : le CIR, le CII, la JEI CIR : Dispositif bien noté mais controversé quant à son rapport coût/efficacité : o Le coût a triplé depuis 2008 : 5,8 milliards en 2013 / sur un total de recherche publique de 20,8 milliards o Cour des comptes : rapport à venir fin juillet 2013 o Rapport du Sénat (2012) : le CIR est globalement efficace mais préconisation de recentrage sur les PME et les ETI o CIR et PME : Entre 2005 et 2009, + 105% de PME en ont bénéficié MAIS le montant moyen par PME est presque stable (+ 8%) contrairement aux grandes entreprises (+ 278%) (source CJD, le panorama des PME) o Allemagne : pas de CIR mais des subventions ciblées pour les programmes d excellence (2011 : dépenses publiques de RD/PIB = 2,84% alors qu en France cela est de 2,25%) Crédit d impôt innovation (CII) : à partir de 2013 avec des plafonds beaucoup plus étroits que le CIR Les JEI (CGI, art. CGI art. 44 sexies-0 A) : 1300 en 2004 et 2600 en

41 L export Les mesures concernant le fonctionnement des PME o Entre 1999 et 2011, la part des exportations françaises dans les échanges mondiaux est passée de 5,7 % à 3,3 %, soit un recul de près de 45 % (sources : Douanes et Eurostat) o Exportations du pays / Exportations totales de la zone euro France 16,52 % 12,13 % Allemagne 27,48 % 29,42 % Source : Institut Montaigne «De la naissance à la croissance : comment développer nos PME?» - Juin 2011 o Mesures prises pour les PME : Mesures générales : L équipe de France de l export, UBIFRANCE, COFACE, les chambres de commerce et d industrie, les conseillers du commerce extérieur de la France, le Pacte PME International et OSEO Mesures fiscales très limitées : le régime du crédit d impôt unique pour prospection commerciale et le régime de l article 209-C 41

42 Les mesures concernant le fonctionnement des PME La déduction des pertes Déficit reportable en avant o CGI, art. 209-I : La «franchise» d un million d euros a préservé bon nombre de petites entreprises mais il s avère insuffisant pour les moyennes entreprises qui sortent de période de pertes importantes o CGI, art : important problème en vue pour les PME avec ce texte relatif au changement d activité Le taux de l IS En 2001 instauration du taux de 15% jusqu à pour les PME au sens du 219-I b : seuil jamais revalorisé depuis! 42

43 PME et structures Cessions / transmissions : exonérations totales ou partielles Plus-values professionnelles (non exhaustif) o Départ à la retraite (151 septies A) o Entreprise dont la valeur du fonds n excède pas (ou ) (CGI, art. 238 quindecies) o Entreprise dont le CA est inférieur à ( ) ou ( ) (CGI, art. 151 septies) Plus-values des particuliers en rapport avec l activité (non exhaustif) o Départ à la retraite des dirigeants (CGI, art. 150-O D ter) o Report et exo sous conditions de réemploi (CGI, art. 150-O D bis) Restructurations : sursis, report (non exhaustif) o Apport en société de l entreprise individuelle (CGI, art. 151 octies) o CGI, art. 210 A et 210 B : régime de faveur en cas de fusions et APA 43

44 Conclusion Certaines mesures ont relativement bien fonctionné ou sont très utiles aux PME voire indispensables : o Les transmissions et restructurations A confirmer o La réforme de la TP o Le CIR Plus difficile o Les mesures d incitation à la création et à l implantation A faire évoluer o Le taux PME o Simplification générale (urgent) o Circuit de financement Attention : o Gestion des déficits et des changements d activité 44

45 2 e table ronde INTERVENANTS 45

46 2 e table ronde - Intervenants Véronique BIED-CHARRETON Directrice de la direction de la législation fiscale DGFiP Eric WOERTH Ancien ministre Député de l Oise Pascal LABET Directeur des affaires économiques et fiscales CGPME 46

47 CLÔTURE Joseph ZORGNIOTTI Président du Conseil supérieur de l ordre des experts-comptables Président du Club Fiscal des experts-comptables 47

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME intégrant les modifications apportées par la Loi de finances pour 2011 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Incitations fiscales à l investissement dans les PME

Incitations fiscales à l investissement dans les PME Incitations fiscales à l investissement dans les PME 2010 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80 fax. 01 55 62 00 81 www.witam.fr 1 Incitations fiscales à l investissement

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX,

A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX, A l'attention de Monsieur Jacques - Vincent PIROUX, Pour faire suite à la réunion sur la réforme fiscale 2013 de ce 18 février dernier qui a rassemblé une 50aine de chefs d'entreprises inquiets, Monsieur

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise?

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? Quelles conséquences sur le choix de votre statut social : Salarié ou Travailleurs Non salariés? Intervenants René-jacques MALAFOSSE,

Plus en détail

Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002

Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002 Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002 PLFR N 1 (Raffarin, Mer, Lambert) Baisse de l IRPP de 5%. Bénéficiaires : moyens et hauts revenus coût : 2,5

Plus en détail

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald Curchod Graphisme

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

L EIRL. Un nouveau statut juridique et fiscal pour l entrepreneur. Avril 2012

L EIRL. Un nouveau statut juridique et fiscal pour l entrepreneur. Avril 2012 L EIRL Un nouveau statut juridique et fiscal pour l entrepreneur Avril 2012 1 Un nouveau statut : l EIRL Présentation de l EIRL Pourquoi? Pour qui? Comment? Quand? Le contexte d adoption Les caractéristiques

Plus en détail

Lois de finances 2015 et rectificatives 2014

Lois de finances 2015 et rectificatives 2014 Lois de finances 2015 et rectificatives 2014 Marseille, le 20 janvier 2015 www.axten.fr Aix-en-Provence Lyon Paris Shanghai Fiscalité des particuliers Rachat de titres Réduction d impôt «IR/ISF-PME» Fiscalité

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Plan Partie 1 : Evolutions législatives récentes 1 Projets de loi de finances rectificatives

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet

Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet Choisir votre statut juridique est une étape importante dans votre projet de création ou reprise d'entreprise. Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet Vaut-il mieux entreprendre

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil. La défiscalisation près de chez vous

Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil. La défiscalisation près de chez vous Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil La défiscalisation près de chez vous Intervenants Olivier PALAT Direction de la législation fiscale (bureau B1 fiscalité d entreprise)

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

L EIRL : l interprofessionnalité en action

L EIRL : l interprofessionnalité en action L EIRL : l interprofessionnalité en action Vos intervenants Jean-Bernard Cappelier o Co-rapporteur général du 66ème Congrès o Vice-président du Conseil Supérieur de l Ordre des expertscomptables Frédéric

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Jeudi 20 septembre 2012

Jeudi 20 septembre 2012 Jeudi 20 septembre 2012 Actualité fiscale / 3 ème trimestre 2012 1 ère partie : Actualité législative : 2 ème loi de finances rectificative pour 2012 Projet de budget 2013 Pierre-Jean Ferry Stéphanie Seneterre-Durand

Plus en détail

LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS

LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS Les Etat membres de la Communauté européenne accordent des aides à leurs entreprises. Ces aides sont extrêmement diverses. Elles sont accordées par les Etat eux-mêmes mais

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Pour en savoir plus sur les mesures prises en faveur des professionnels libéraux

Pour en savoir plus sur les mesures prises en faveur des professionnels libéraux Les sites utiles Pour en savoir plus sur les mesures prises en faveur des professionnels libéraux www.pme.gouv.fr le site du ministère des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l Artisanat et

Plus en détail

LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT. Optimisation et conséquences sociales

LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT. Optimisation et conséquences sociales LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT Optimisation et conséquences sociales Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques des différents statuts juridiques II - Optimisation

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2014

Présentation de la loi de finances 2014 Présentation de la loi de finances 2014 Sommaire 1 Introduction 2 Fiscalité des particuliers 3 Fiscalité des entreprises Sommaire Introduction Dispositions invalidées par le Conseil Constitutionnel Fiscalité

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

EIRL. Introduction. En 2010, les pouvoirs publics instaurent l EIRL avec un double objectif :

EIRL. Introduction. En 2010, les pouvoirs publics instaurent l EIRL avec un double objectif : EIRL Introduction Depuis plus de 30 ans, vos élus se sont battus pour atteindre un objectif : assurer la protection du patrimoine personnel de l entrepreneur individuel en cas de difficultés professionnelles

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE?

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE? LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE? NOTE 1 : L activité des Développeurs et Sponsors au sein de FARKLI Online est une activité professionnelle.

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière vivante! Il existe des dizaines d exonérations, des dizaines de réductions et de crédits

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

FORMUM CREATION REPRISE 2011. Bien choisir son statut juridique. Les aspects juridiques Les aspects fiscaux, sociaux et comptables

FORMUM CREATION REPRISE 2011. Bien choisir son statut juridique. Les aspects juridiques Les aspects fiscaux, sociaux et comptables Ordre des Experts Comptables FORMUM CREATION REPRISE 2011 Avocats Barreau de Béziers Philippe Mignen Maître Vidal Maitre Baldy- Geslin Bien choisir son statut juridique Les aspects juridiques Les aspects

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau)

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau) - 1 - PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 Examen de l article liminaire et des articles de première partie AMENDEMENTS DU RAPPORTEUR GÉNÉRAL Mercredi 13 novembre 2013 Article liminaire Prévision de solde

Plus en détail

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 CCI RENNES BRETAGNE TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 LES INTERVENANTS Me Hervé ORHAN Me Alexandre RUDEAU Arnaud DE KERMADEC Félix JOLIVET

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle GENERALITES Modalités de souscription : Depuis l année dernière : 2 jeux de déclarations

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

LFR2013. 1 er janvier. conclus à compter du 1 er janvier 2014

LFR2013. 1 er janvier. conclus à compter du 1 er janvier 2014 MESURES TEXTES ENTREE EN VIGUEUR FISCALITE DES ENTREPRISES TVA au taux réduit et TVA sur les travaux : Dans les logements, maintien du taux 7 % au-là du 1 er janvier Le taux TVA 7 % est maintenu au-là

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail