Colloque 20 e anniversaire du Club Fiscal. Mardi 9 juillet 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque 20 e anniversaire du Club Fiscal. Mardi 9 juillet 2013"

Transcription

1 Colloque 20 e anniversaire du Club Fiscal Mardi 9 juillet

2 ACCUEIL Jacques-Philippe CHEVALIER Président de la commission des missions fiscales du Conseil supérieur de l ordre des experts-comptables 2

3 INTERVENTION Léo JEGARD Fondateur du Club Fiscal 3

4 1 ÈRE TABLE RONDE FISCALITÉ DE L ENTREPRISE ET DE SON DIRIGEANT Animée par Jean-François PESTUREAU Expert-comptable / Commissaire aux comptes 4

5 1 ère table ronde FAUT-IL UN STATUT UNIQUE POUR LE CHEF D ENTREPRISE? Pierre-Yves LAGARDE Conseil en rémunération Serge ANOUCHIAN Expert-comptable /Commissaire aux comptes 5

6 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Fin 2012 : un consensus de place Début 2013 : le consensus explose Notre conviction 6

7 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? A FIN 2012, UN CONSENSUS Entreprise de subsistance ou de croissance? 7

8 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Les statistiques INSEE de la création en 2011 Nombre de créations hors autoe : Dont entreprises individuelles : Dont SARL : Soit 86,44 % des créateurs sont TNS 8

9 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Le paysage entrepreneurial français Nombre de sociétés immatriculées : 3,5 M Sans salarié : 2,3 M Entre 1 et 9 : 1 M Les entreprises de «subsistance» sont prépondérantes. La rémunération du chef d entreprise constitue pour elles l enjeu et le coût majeurs. Le non salarié s impose alors 9

10 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? FIN DU CONSENSUS EN 2013 Pourquoi? 10

11 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Une hausse historique des prélèvements au 1 er janvier 2013 et à effet immédiat Hausse des charges sociales des TNS sociétaires Assujettissement des dividendes de SARL aux charges sociales 11

12 Sur les rémunérations des TNS sociétaires De + 12 % (revenus faibles) À + 40 % (revenus forts) Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Sur les dividendes De plus de 100 % (revenus faibles) À + 0 % (revenus forts) 12

13 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? NOTRE CONVICTION Tout est plus cher, rien ne change! 13

14 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? Pourquoi pensons-nous qu il faut rester non salarié? Trois raisons : la liberté, la liberté et la liberté 1. Liberté de réduire son coût pour l entreprise en arbitrant ses cotisations retraite 2. Liberté de construire pour partie sa stratégie retraite : rythme et supports 3. Liberté de s affranchir des notions devenues kafkaïennes de collège 14

15 Faut-il un statut unique pour le chef d entreprise? FAUT-IL UN STATUT UNIQUE? Si oui, lequel? 15

16 1 ère table ronde COMMENT RENFORCER LES FONDS PROPRES DES PME? Tania FOURNAISE Expert-comptable/Commissaire aux comptes Hervé KRUGER Expert-comptable/Commissaire aux comptes 16

17 Contexte général Comment renforcer les fonds propres des PME? Le droit des sociétés a eu tendance depuis quelques années à assouplir ses exigences sur la capitalisation des sociétés : Il n y a plus désormais de capital minimum pour les SARL ou les SAS Le droit fiscal met en œuvre des dispositifs incitatifs, qui favorisent l investissement dans les fonds propres des PME : Via des réductions d impôt en matière d impôt sur le revenu et en matière d impôt sur la fortune Ces réductions s appliquent aussi bien aux investissements directs qu aux investissements indirects La question est cependant plus large que les seuls dispositifs incitatifs 17

18 a) Investissements directs Comment renforcer les fonds propres des PME? 1) Réduction IR pour investissement au capital des PME Réduction d impôt égale à 18 % du montant des investissements réalisés, retenus dans la limite annuelle de ( pour un contribuable vivant seul) ; La fraction des investissements excédant ce seuil est reportable sur les 4 années suivantes La «cible» doit être (principales conditions) : Une petite entreprise (moins de 50 salariés, C.A. ou total bilan < 10 M ) Créée depuis moins de 5 ans ; en phase d amorçage, de démarrage ou d expansion; qui n est pas en difficulté Dont le siège est situé dans l U.E. (ou en Islande, Norvège ou Lichtenstein), soumise à l IS (ou équivalent) Exerçant une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole, sauf activités immobilières, de production d électricité Comptant au moins 2 salariés à la clôture de l exercice suivant la souscription (1 salarié pour l artisanat) 18

19 a) Investissements directs (suite) Ce dispositif est soumis à la condition d une détention des titres pendant au moins 5 ans Il est possible d investir via une société holding (la réduction sera à proportion de l investissement de la holding dans des sociétés répondant aux conditions ci-dessus et doit elle-même respecter lesdites conditions à l exception de celle relative à l activité) Le dispositif ne se cumule pas avec les autres, et notamment : Avec la réduction d impôt pour les intérêts d emprunts liés à la reprise d une PME Avec la réduction ISF (voir ci-après) Comment renforcer les fonds propres des PME? 1) Réduction IR pour investissement au capital des PME Il est pris en compte dans le calcul du plafond général des avantages fiscaux 19

20 b) Investissements indirects Comment renforcer les fonds propres des PME? 1) Réduction IR pour investissement au capital des PME La réduction d impôt bénéficie également aux versements faits à des FCPI (fonds communs de placement dans l innovation) Réduction d impôt égale à 18 % du montant des investissements réalisés, retenus dans la limite annuelle de ( pour un contribuable vivant seul) L investissement doit être conservé pendant au moins 5 ans Il est pris en compte dans le calcul du plafond général des avantages fiscaux 20

21 a) Investissements directs Réduction d impôt égale à 50 % du montant des versements réalisés, plafonnée à une limite annuelle de L investissement doit être conservé pendant au moins 5 ans La «cible» doit être (principales conditions) : Une PME au sens communautaire, non cotée Exerçant une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole Dont le siège est situé dans l U.E. (ou en Islande, Norvège ou Lichtenstein), soumise à l IS (ou équivalent) Comment renforcer les fonds propres des PME? 2) Réduction ISF pour investissement au capital des PME Possibilité d une souscription au capital de holdings animatrices de leur groupe, mais aussi au capital de holdings actives non animatrices poursuivant une activité autonome par rapport à leurs filiales (BOI-PAT-ISF n 600) 21

22 b) Investissements indirects Comment renforcer les fonds propres des PME? 2) Réduction ISF pour investissement au capital des PME La réduction d impôt bénéficie également aux versements faits à des FCPI (fonds communs de placement dans l innovation) Réduction d impôt égale à 50 % du montant des versements réalisés, plafonnée à une limite annuelle de L investissement doit être conservé pendant au moins 5 ans Montant global des investissements (directs + indirects) plafonné à

23 Comment renforcer les fonds propres des PME? 3) Evaluation générale des dispositifs, et élargissement du sujet La réduction d impôt «IR» est un dispositif très (trop?) «ciblé» puisqu il ne s applique qu aux sociétés récentes Il a eu tendance à se réduire comme peau de chagrin au cours de ces dernières années : Réduction du taux applicable de 25 % (2010 et avant), à 22 % (2011) pour 18 % (désormais) Réduction du plafond surtout : Impact très important de l abaissement du plafonnement général des «niches fiscales» ( pour 2013) Efficacité notable du dispositif «ISF», qui s applique : à davantage d entreprises (plus importantes, pas nécessairement nouvelles) mais à moins de redevables (assujettis ISF) Tous ces dispositifs sont à replacer dans le contexte fiscal général Fiscalité des PME en règle générale : Elles bénéficient d un taux réduit d IS (15 %), et sont plutôt épargnées par les aggravations récentes prises en matière de fiscalité des entreprises (déficits, endettement, etc.) Fiscalité des dirigeants : Plus-values, transmissions, pactes Dutreil, etc. 23

24 Et chez nos voisins? Un exemple : l Allemagne Comment renforcer les fonds propres des PME? Possibilité de renforcer les capitaux propres par transfert des c/c d associés ou par versement direct et enregistrement sous une ligne particulière des capitaux propres dénommée «Kapitalrücklage» Ce transfert/versement nécessite une simple décision de l assemblée générale AGO, de même que la restitution de ces avances aux associés Avantages : simplicité, rapidité, pas de publication, pas d inscription au greffe, pas d impôts En France, cette possibilité n existe pas ; en effet, pour renforcer les capitaux propres, nous devons utiliser 2 solutions plus coûteuses : Soit une augmentation de capital, engendrant : Décision d AGE Publication, inscription modificative au greffe, frais (impôts, publication, inscription modificative ) Et caractère figé du nouveau montant (la restitution suit le même chemin) Soit un abandon de créances avec ou sans clause de retour à meilleure fortune, nécessitant : Décision d AG Imposition de la créance abandonnée (impôt ou réduction du montant des pertes reportables) 24

25 Capitaux propres : Capital nominal Kapitalrücklage : Réserves : Réserve légale Réserve Réserves statutaires Autres réserves Report à nouveau Résultat de l exercice Provisions Dettes Comment renforcer les fonds propres des PME? Composition des capitaux propres des bilans allemands 25

26 Comment renforcer les fonds propres des PME? Soutien aux investissements des PME «Investitionsabzugsbeträge» Applicable aux seules PME dont les capitaux propres sont inférieurs à (possible aussi pour professions libérales si BNC < 100 K ) Déduction fiscale égale à 40% des investissements budgétés (plafond des investissements = 500 K - donc déduction maximale 200 K ) Déduction extra comptable sur la liasse fiscale (pas de constatation de provision) Les investissements prévus doivent être précis (pas d enveloppe globale) et réalisés au cours des 3 années suivant celle de la déduction Applicable aux investissements en matériel neuf ou occasion, sauf immeubles et logiciels, mais applicable aux voitures de tourisme Seule contrainte : affectation à usage professionnel pour au moins 95 % La non utilisation totale ou partielle de la déduction fiscale entraîne réintégration du montant correspondant au titre de l année où elle a été opérée, avec paiement de l IS et intérêts de retard 6 % Les biens acquis bénéficient de déduction d amortissements majorés l année de leur acquisition Aucune autre restriction/obligation n est imposée aux entreprises utilisatrices, comme par ex blocage des salaires des dirigeants, limitation des dividendes distribués 26

27 Année 2012 : l entreprise X prévoit l achat d une machine-outil de en 2013 Bénéfice de l exercice : Déduction fiscale IAB : x 40 % = Impôt dû sur Économie d impôt : x env 31 % = Année 2013 : achat de la machine pour (NB : achat possible en 2013, 2014 ou 2015) bénéfice de l exercice : Réintégration fiscale IAB année 2012 : (40 % de l investissement dans la limite de la déduction opérée en 2012) Bénéfice taxable : Correction rétroactive résultat année 2012 pour 300 K (-) 280 K = x 40 % = Avec paiement IS complémentaire (8.000 x 31 % = 2.480) et intérêts de retard 6 % l an Economie de trésorerie globale dès 2012 : = (-) intérêts de retard s Comment renforcer les fonds propres des PME? Exemple d utilisation de cette provision et amortissements accélérés y attachés 27

28 Comment renforcer les fonds propres des PME? Immobilisation acquise en 2013 pour déduction fiscale et amortissements exceptionnels Achat investissement : : Amortissement exceptionnel 40 % correspondant à la provision constituée Base pour amortissements résiduels : Amortissement exceptionnel : 20% : Amortissement normal sur DRU : 15% VNC à fin Amortissements 2014, 2015, /an D où charge déductible l année de l investissement :

29 1 ère table ronde PLUS-VALUES DES PARTICULIERS/ PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES Jean-Pierre CASIMIR Professeur de droit fiscal Université de Bourgogne Jean-Marie TOUZET Expert-comptable/Commissaire aux comptes 29

30 La taxation des plus-values de valeurs mobilières : Réalité des prélèvements Hypothèses : Valeurs d acquisition : Valeur de cession 15 ans après : Erosion monétaires sur la période 34%, soit 2% l an Plus-value apparente (ou nominale) 500 Plus-value réelle : Plus-value fictive : 340 Impact des contributions sociales 500 x 15,5% = 77,5 Les contributions représentent donc : 77,5 x 100 = 48,4% de la plus-value réelle

31 La taxation des plus-values de valeurs mobilières : Réalité des prélèvements Impact de l impôt sur le revenu Selonlerégimeenvigueurpour2013(etquisansdouteneserajamaisappliqué) Plus-value nominale: 500 Abattement pour durée de détention 40% 200 Plus-value taxable 300 Cette assiette supportera un impôt compris entre 0% et 45%, Prenons une hypothèse moyenne de 30% L I.R serait de 300 x 30% = 90 Le total des prélèvements (I.R et contributions) serait de ,5 = 167,50 c est-à-dire plus que la plus-value réelle Selon les perspectives nouvelles de taxation : L abattement pour le régime général serait de 50% pour une durée de détention comprise entre 2 et 8 ans ; 65% au-delà Dans l exemple, l assiette serait donc de = 175 Et l I.R de (hypothèse du taux marginal de 30%) : 175 X 30% = 52,5 Le total des prélèvements serait alors de : 77,5 + 52,5 = 130, soit 81% de la plus-value réelle 31

32 2 ÈME TABLE RONDE BILAN DES DIX DERNIÈRES ANNÉES DE FISCALITÉ POUR LA PME Animée par Jean-Pierre COSSIN Conseiller maître honoraire à la Cour des comptes 32

33 2 e table ronde «QU A-T-ON FAIT POUR LES PME LORS DE CES DIX DERNIÈRES ANNÉES?» Patrick MORGENSTERN Expert-comptable / Commissaire aux comptes Chargé d enseignement fiscal aux Universités de Bourgogne et de Paris II Panthéon-Assas 33

34 Introduction Apparition de plus en plus marquée sur certains sujets d une fiscalité différente entre les PME et les grandes entreprises. Cela est devenu presque un réflexe du législateur Les moyens utilisés pour y parvenir : o Les mesures «actives» = mesures accordant un avantage spécifique aux PME (taux et assiette) Exemple le taux de 15% (CGI, art. 219 I b) o Les mesures «passives» = mesures écartant les PME de mesures nouvelles et contraignantes pour les autres entreprises (utilisation de seuils d application) Exemple : la réintégration des frais financiers (CGI, art. 212-II ou 212 bis) ne s applique qu à partir d un certain seuil Pourquoi? Éléments de réponse avec les comparaisons de taux implicites d IS 34

35 Taux implicite de l IS (hors sociétés financières) Etude sur 2007 considérée significative MICRO (-10 salariés et CA et actif<2 m ) PME (10 à 249 salariés et CA<50M ou Actif<43M ) ETI (250 à 4999 salariés et CA<1500M ou Actif<2000M ) GE (5000 salariés et plus) Toutes sociétés Taux implicite d IS (hors IFA) 34,3 % 36,8% 27,2% 18,3 % 26,3% Explication de l écart par rapport à un taux théorique de 34,4% Déductibilité des intérêts Taux réduit PME Effets des déficits (net) -2,7-3,7-8,8-13,9-9,3-11,5-2,0-1,2 + 10,2 + 7,4 + 2,9-3,6 + 1,7 Autres facteurs + 3,9 + 0,7-1,3 + 1,4 + 0,7 35

36 Introduction Encadrement européen des aides d Etat pour les PME o Allégements fiscaux visés par un règlement d'exemption : accordés sans autorisation de la Commission (cas de la recherche - règlement d'exemption 800/2008 du ) o Aides de faible montant qui relèvent du règlement de minimis et peuvent être accordées sans autorisation (actuellement maximum par période glissante de trois exercices fiscaux) o Aides nécessitant une autorisation de la Commission 36

37 Les régimes incitant à la création des PME EIRL (loi n du 15 juin 2010) : Objectif largement non atteint : il était prévu environ entreprises ; il y en a eu 6040 en 2011 et 4041 en 2012 soit moins de 10% de l objectif Auto-entrepreneur avec prélèvement libératoire : Facilite le tout premier démarrage mais il est nécessaire de rejoindre le système général rapidement pour éviter de fausser la concurrence 37

38 Les régimes incitant à la création des PME Zones franches (CGI, art 44 octies, quindecies, duocecies, terdecies, quaterdecies) Zones franches : Zone franche urbaine, zone concernant la réorganisation de la défense, zone dans les DOM, de revitalisation rurale... Régime des entreprises nouvelles implantées en ZAFR (CGI, art 44 sexies) Exemple des 100 zones franches urbaines : un succès contrasté suivant les zones o Rapport parlementaire déposé en mai 2013 : Demande de prolongation jusqu en 2017 Constatation de la création de emplois jusqu en 2002 mais reconnaissance de l affaiblissement de l efficacité du dispositif surtout depuis 2007 (crise économique?) Coût du dispositif en 2011 : 425 millions o Effet d aubaine et de substitution selon certains chercheurs o Minimis depuis

39 Les mesures concernant le fonctionnement des PME Les effets de la suppression de la TP et création de la CET (source rapport Guenéau sénat en 2012) Allègement fiscal global : entre 7,5 milliards et 8,2 milliards d euros o 60 % sont gagnantes (2 millions d entreprises) : secteur industriel, o 20 % sont perdantes ( entreprises) : prestations de services parfois dans des proportions considérables o 20 % sont stables MAIS diminution contrebalancée par une hausse simultanée de la fiscalité pesant sur les entreprises (IFER, nouvelles taxes, hausse des impôts sur le revenu et sur les sociétés) La réforme a principalement bénéficié aux TPE et PME ; pourquoi? CFE : Exonération ou abattement pour les artisans CVAE = 1,5% de la VA (en principe) mais taux variable compris entre 0% ( CA < ) et 1,5% ( < CA < 50 M ) CA < 2 M : Abattement supplémentaire de 1000 Attention si intégration fiscale et si la mère n est pas soumise au régime PME (219 I b) 39

40 Les mesures concernant le fonctionnement des PME La compétitivité et l innovation : le CIR, le CII, la JEI CIR : Dispositif bien noté mais controversé quant à son rapport coût/efficacité : o Le coût a triplé depuis 2008 : 5,8 milliards en 2013 / sur un total de recherche publique de 20,8 milliards o Cour des comptes : rapport à venir fin juillet 2013 o Rapport du Sénat (2012) : le CIR est globalement efficace mais préconisation de recentrage sur les PME et les ETI o CIR et PME : Entre 2005 et 2009, + 105% de PME en ont bénéficié MAIS le montant moyen par PME est presque stable (+ 8%) contrairement aux grandes entreprises (+ 278%) (source CJD, le panorama des PME) o Allemagne : pas de CIR mais des subventions ciblées pour les programmes d excellence (2011 : dépenses publiques de RD/PIB = 2,84% alors qu en France cela est de 2,25%) Crédit d impôt innovation (CII) : à partir de 2013 avec des plafonds beaucoup plus étroits que le CIR Les JEI (CGI, art. CGI art. 44 sexies-0 A) : 1300 en 2004 et 2600 en

41 L export Les mesures concernant le fonctionnement des PME o Entre 1999 et 2011, la part des exportations françaises dans les échanges mondiaux est passée de 5,7 % à 3,3 %, soit un recul de près de 45 % (sources : Douanes et Eurostat) o Exportations du pays / Exportations totales de la zone euro France 16,52 % 12,13 % Allemagne 27,48 % 29,42 % Source : Institut Montaigne «De la naissance à la croissance : comment développer nos PME?» - Juin 2011 o Mesures prises pour les PME : Mesures générales : L équipe de France de l export, UBIFRANCE, COFACE, les chambres de commerce et d industrie, les conseillers du commerce extérieur de la France, le Pacte PME International et OSEO Mesures fiscales très limitées : le régime du crédit d impôt unique pour prospection commerciale et le régime de l article 209-C 41

42 Les mesures concernant le fonctionnement des PME La déduction des pertes Déficit reportable en avant o CGI, art. 209-I : La «franchise» d un million d euros a préservé bon nombre de petites entreprises mais il s avère insuffisant pour les moyennes entreprises qui sortent de période de pertes importantes o CGI, art : important problème en vue pour les PME avec ce texte relatif au changement d activité Le taux de l IS En 2001 instauration du taux de 15% jusqu à pour les PME au sens du 219-I b : seuil jamais revalorisé depuis! 42

43 PME et structures Cessions / transmissions : exonérations totales ou partielles Plus-values professionnelles (non exhaustif) o Départ à la retraite (151 septies A) o Entreprise dont la valeur du fonds n excède pas (ou ) (CGI, art. 238 quindecies) o Entreprise dont le CA est inférieur à ( ) ou ( ) (CGI, art. 151 septies) Plus-values des particuliers en rapport avec l activité (non exhaustif) o Départ à la retraite des dirigeants (CGI, art. 150-O D ter) o Report et exo sous conditions de réemploi (CGI, art. 150-O D bis) Restructurations : sursis, report (non exhaustif) o Apport en société de l entreprise individuelle (CGI, art. 151 octies) o CGI, art. 210 A et 210 B : régime de faveur en cas de fusions et APA 43

44 Conclusion Certaines mesures ont relativement bien fonctionné ou sont très utiles aux PME voire indispensables : o Les transmissions et restructurations A confirmer o La réforme de la TP o Le CIR Plus difficile o Les mesures d incitation à la création et à l implantation A faire évoluer o Le taux PME o Simplification générale (urgent) o Circuit de financement Attention : o Gestion des déficits et des changements d activité 44

45 2 e table ronde INTERVENANTS 45

46 2 e table ronde - Intervenants Véronique BIED-CHARRETON Directrice de la direction de la législation fiscale DGFiP Eric WOERTH Ancien ministre Député de l Oise Pascal LABET Directeur des affaires économiques et fiscales CGPME 46

47 CLÔTURE Joseph ZORGNIOTTI Président du Conseil supérieur de l ordre des experts-comptables Président du Club Fiscal des experts-comptables 47

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 01.11 LOI DE FINANCES POUR 2011 La loi de Finances pour 2011 a été définitivement adoptée le 15 décembre 2010 et publiée

Plus en détail

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre.

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre. Loi de finances pour 2016, de finances rectificative pour 2015 et Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016 Actualités en matière de fiscalité des personnes physiques Les travaux relatifs aux

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable

La lettre de votre Expert-comptable CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Au sommaire : SOCIAL - ce qui a changé au 1 er janvier 2014 FISCALITE - ce qui a changé au 1 er janvier 2014

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002

Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002 Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002 PLFR N 1 (Raffarin, Mer, Lambert) Baisse de l IRPP de 5%. Bénéficiaires : moyens et hauts revenus coût : 2,5

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière vivante! Il existe des dizaines d exonérations, des dizaines de réductions et de crédits

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Intervention de Pascal LABET Comité Directeur Confédéral 14 septembre 2011 Un effort de consolidation budgétaire qui passe par

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX

La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX La fiscalité du Business Angel Jeudi 6 JUIN REPONSE A L APPEL D OFFRE DU XX/XX/XXXX.. 1 Définition du business Angel Un «business Angel» est un particulier personne physique (ancien chef d entreprise ou

Plus en détail

BILAN SIMPLIFIÉ. DGFiP N 2033-A 2015 A bis du Code général des impôts) ➀. Brut 1. Total I (5) 044 048. Total II 096 098

BILAN SIMPLIFIÉ. DGFiP N 2033-A 2015 A bis du Code général des impôts) ➀. Brut 1. Total I (5) 044 048. Total II 096 098 N 0956 7 Formulaire obligatoire (article 0 septies BILAN SIMPLIFIÉ DGFiP N 0-A 05 A bis du Code général des impôts) ➀ Désignation de l entreprise Adresse de l entreprise Numéro SIRET* Néant * Durée de

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014

LOI DE FINANCES POUR 2014 Note d information du mois de Janvier 2014 Nous vous adressons tous nos vœux de santé, bonheur et prospérité LOI DE FINANCES POUR 2014 FISCALITE DES PARTICULIERS Revalorisation des tranches du barème d

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE EXTRAITS DU N 48 MARS 2012 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Question de bateaux IR : un barème gelé A noter Du crédit pour le bio Page 3 A table! Trois ans de plus Taxi

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Cette lettre fiscale porte sur des mesures votées dans la 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2012 applicables à compter du 1er janvier 2014 prochain. Elle porte sur les nouvelles

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

Entreprises. Jean ZAMOUR ZAMOUR & ASSOCIES Avocat-Associé Conseil fiscal de la FPI JOURNEES D ETUDES PROFESSIONNELLES (JEP)

Entreprises. Jean ZAMOUR ZAMOUR & ASSOCIES Avocat-Associé Conseil fiscal de la FPI JOURNEES D ETUDES PROFESSIONNELLES (JEP) Lois de Finances - Entreprises Jean ZAMOUR ZAMOUR & ASSOCIES Avocat-Associé Conseil fiscal de la FPI JOURNEES D ETUDES PROFESSIONNELLES (JEP) 1) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ DE L EMPLOI (CICE)

Plus en détail

Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients. Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL

Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients. Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL Fonds de commerce ou titres de société : Que faut-il préférer? 2 Acquisition

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

Incitations fiscales à l investissement dans les PME

Incitations fiscales à l investissement dans les PME Incitations fiscales à l investissement dans les PME 2010 witam 31, rue des Poissonniers 92200 Neuilly-sur-Seine tel. 01 55 62 00 80 fax. 01 55 62 00 81 www.witam.fr 1 Incitations fiscales à l investissement

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE?

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE? LIVRET D ACCOMPAGNEMENT FISCAL COMMENT ÊTRE EN RÈGLE AVEC L ADMINISTRATION FISCALE FRANÇAISE? NOTE 1 : L activité des Développeurs et Sponsors au sein de FARKLI Online est une activité professionnelle.

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société } Cotisations de prévoyance complémentaire } Allégements et crédits d impôts } Crédit d Impôt Recherche } Crédit d Impôt Innovation } Jeunes Entreprises Innovantes } Crédit d Impôt Compétitivité Emploi

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL DU DIRIGEANT 5 février 2014 1 Les structures potentielles L entreprise individuelle Deux statuts particuliers peuvent être adoptés La société L auto-entrepreneur L entreprise

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15-16 octobre 2009 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15-16 octobre 2009 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Quelle structure et quel statut pour le créateur Animé par Yves Fréard expert-comptable Choix de la Structure Juridique Entreprise en nom propre Entreprise en société L EURL ( entreprise unipersonnelle

Plus en détail

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Fabrice Patrizio Avocat Associé Tel : 01 40 67 17 00 Fax : 01 40 67 28 80 f.patrizio@rambaud-martel.com

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière complexe établir une déclaration de CVAE ou une liasse fiscale ne se résume pas à

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

UN GROUPE REGIONAL POUR VOUS ACCOMPAGNER ET VOUS CONSEILLER. 12 Experts-comptables associés 100 collaborateurs 12 agences 6 pôles de compétences

UN GROUPE REGIONAL POUR VOUS ACCOMPAGNER ET VOUS CONSEILLER. 12 Experts-comptables associés 100 collaborateurs 12 agences 6 pôles de compétences UN GROUPE REGIONAL POUR VOUS ACCOMPAGNER ET VOUS CONSEILLER 12 Experts-comptables associés 100 collaborateurs 12 agences 6 pôles de compétences 2 NOTRE AMBITION ANDERNOS ARCACHON BIGANOS BORDEAUX GUJAN

Plus en détail

Outils d optimisation et d incitations fiscales. Des dispositifs intéressant à connaître

Outils d optimisation et d incitations fiscales. Des dispositifs intéressant à connaître 18 novembre 2013 Outils d optimisation et d incitations fiscales Des dispositifs intéressant à connaître Préambule La France est souvent connue pour sa complexité en matière de fiscalité. Il apparait aussi

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

Dossier page 2 à 5. Brèves en page 6. Investir en Girardin pour réduire son impôt sur les sociétés

Dossier page 2 à 5. Brèves en page 6. Investir en Girardin pour réduire son impôt sur les sociétés VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Pacte national pour la croissance,

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

SCI. Outil de gestion patrimoniale

SCI. Outil de gestion patrimoniale SCI Outil de gestion patrimoniale Sommaire I. Définition II. Pourquoi opter pour la création d une SCI? III. Obligations IV. Fiscalité I- Définition La Société Civile Immobilière de location est une société

Plus en détail

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 1 LOI DE FINANCES POUR 2012 & LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR

Plus en détail

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Quels sont les impôts que je devrai payer lors de la cession de mon entreprise? Exclusivement une taxe

Plus en détail

BILAN SIMPLIFIÉ ACTIF { PASSIF. 1 e r E X E M P L A I R E D E S T I N É À L A D M I N I S T R A T I O N. DGFiP N 2033-A 2014 @internet-dgfip

BILAN SIMPLIFIÉ ACTIF { PASSIF. 1 e r E X E M P L A I R E D E S T I N É À L A D M I N I S T R A T I O N. DGFiP N 2033-A 2014 @internet-dgfip N 0956 6 Formulaire obligatoire (article 0 septies A bis du Code général des impôts) ➀ BILAN SIMPLIFIÉ DGFiP N 0-A 0 @internet-dgfip Désignation de l entreprise Adresse de l entreprise Numéro SIRET* Durée

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail