LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL,"

Transcription

1 LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL, L EURO ET L AFRIQUE L ÉVOLUTION DU SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL, L AVENEMENT DE L EURO ET IMLICATIONS OUR L AFRIQUE Josph NDEFFO FONGUE Communication présnté au Collou : «Du ranc à l'uro : changmnts t continuité la monnai» oitirs, u 4-6 novmbr 00 Résumé Dans l évolution actull u Systèm Monétair Intrnational marué par l avènmnt l Euro, l impact c rnir sur ls pays aricains épn u régim chang : si ls pays participant au lottmnts librs puvnt réuir ls chocs s trms l échang n ajtant par l chang t ls pri, cu la Zon Franc (privés cs u instrumnts ) sont pl posés au trnalités, parc u n pouvant cooronnr lurs politi économi avc cu lurs principau partnairs économi. Th Evolution o th Intrnational Montary Systm, th Avnt o th Euro an Implications or th Arican Countris Abstract Th implications o th avnt o th Euro in th Intrnational Montary Systm or th Arican countris pn strongly on th chang rats rgims : th Arican countris oprating in a libl rgim can th chang an th inlation rats to ruc th trms o tra shocks, whil thos o th so-call Franc Ara ar mor subjct to th trnalitis, sinc thy can not th two abov mntion instrumnts to coorinat thir policis with thos o thir main conomic partnrs. Dr. rr. pol. Josph NDEFFO FONGUE Univrsité WITTEN/HERDECKE (Allmagn) Kruzstrass 35, D-7633 KARLSRUHE (Allmagn) Tl

2 Introuction Dpuis pratiumnt 870 avc l aoption pour la prmièr ois u monométallism or, l mon st à la rchrch un «Systèm Monétair Intrnational stabl» mais tn chau ois à s éloignr ct objcti lorsu un systèm laiss plac à un autr. Qu il s agiss l étalon or, l étalon or/viss, u systèm la pério ntr ls u gurrs, u systèm Brtton Woos ou u systèm actul, l instabilité t la non prmannc sont la règl uan on s situ ans un prspctiv historiu ( FLOOD, JAGDEE S B. / HORNE J. [989] ), mêm u aucun s systèms n s st ju ici montré capabl résour l nsmbl s problèms inhérnts au iérnts économis ans l contt intrnational. Dans to ls systèms, on not la préponéranc s rapports conlictuls ntr ls pays intrialisés, l absnc coopération réll, la tnanc vrs la création s systèms ans l Systèm Monétair Intrnational t vrs la ormation s blocs monétairs, ainsi u l istnc s rapports omination ont s mpls sont l utilisation par ls Etats Unis la politiu s tau intérêt t u Dollar surévalué pour régnr sur l occint t l rst u mon, ou la satllisation pur t simpl s pays n évloppmnt par ls pays évloppés (t ont la Zon Franc n Ariu st l prototyp). Ctt satllisation s pays n évloppmnt, caractérisé ntr autrs par l arrimag s monnais s pays satllisés à clls s pays évloppés (à travrs l «pg» à un monnai ou à pliurs monnais) pos ju à nos jours s problèms rlatis au choi optimal u régim chang t/ou à la réalisation s objctis politiu économiu, t impliu ans crtains cas s coûts réls n trm bin êtr collcti (voir par mpl BIRNBAUM [957], BENDER [985], NGOGANG [99] t ORTIZ [983]). L évolution récnt u SMI (ominé par s progrès rmaruabls n matièr intégration économiu t monétair n Europ occintal t l introuction l Euro comm monnai réérnc sur l plan intrnational), rn clui-ci autant problématiu u il l a toujours été, t vaut ntr autrs par ls tions u ll soulèv sur l plan intrnational lorsu on s situ hors l Union Europénn (UE). L un s tions onamntals st rlativ au implications intrnationals l Euro u il srait util analysr. En s limitant au pays aricains, l présnt papir ssai, compt tnu lurs iérnts régims chang t l importanc rlativ l Union Europénn ans la structur lur commrc intrnational, analysr ls impacts possibl l introuction l Euro sur économis cu-ci (n particulir sur la réuction s chocs trns s trms l échang t la coorination s politi macroéconomi t monétairs), après u l SMI ans son évolution t l avènmnt l Euro ainsi u ls traits caractéristi l Ariu ans l SMI aint été présntés.

3 . L évolution u Systèm Monétair Intrnational l étalon or à l avènmnt l Euro n aprçu D 870 ju à nos jours, uatr principau Systèms Monétairs Intrnationau s sont succéés t sont ans l orr l étalon or, l étalon or/viss ($, ), l systèm la pério ntr - u gurrs, l étalon Dollar/Or ou l systèm Brtton Woos, t nin l systèm actul s changs libls n viguur puis Dans l étalon or, c rnir circul à la ois comm monnai t comm marchanis. La parité st i ntr l or t touts ls monnais nationals. L étalon or présntait l avantag garantir un libr circulation s capitau t s tau chang stabls, éliminr c ait ls ris chang t ls criss s balancs s paymnts, t limitr l rôl s institutions sans u cla n nuis au bon onctionnmnt u systèm. Toutois, ans c systèm où l nivau s tau chang t s variabls macroéconomi stratégi tlls u l nivau s pri ou s résrvs n viss épnaint largmnt clui u volum or, t u c rnir n était n général écouvrt u au hasar (t nécssitait tout asi u travail t u capital pour êtr prouit), s coûts opportunité trêmmnt élvés n résultaint. En 94, la supprssion la libr circulation s bins, s capitau t l or ainsi u la convrtibilité n or par ls ban cntrals, conjugué avc l introuction s bons trésor (à côté l or comm contrparti important la mass monétair t n tant u moyn inancmnt la gurr) allaint conuir à la in l étalon-or 3. - Dans l étalon or/viss ($, ) n viguur 99 à 94, ls tau chang sont iés librmnt ntr ls monnais nationals t l or, la pratiu s tau n viguur avant la prmièr gurr monial étant rnu impossibl par l absnc convrgnc ans ls tau inlation, l nttmnt cssi la Franc t Gran Brtagn vis-à-vis s Etats Unis, t ls réparations gurr trêmmnt élvés imposés à l Allmagn. L or vnant rar n raison sa prouction ui a trêmmnt baissé, l Dollar t la Livr urnt introuits à côté l or comm étalons t l rtour à la parité i vis à vis l or ut aopté n 9. Toutois, il s était avéré u la surévaluation la Livr ès 95, la so-évaluation u Franc t ls tau intérêt élvés n Allmagn rnaint iicil un onctionnmnt optimal u systèm ui, avc l avènmnt la cris 99 allait s onrr progrssivmnt ju n Dans la pério ntr u gurrs(93-945) marué ntrs autrs par la évaluation la Livr 30% vis à vis u Dollar t l intrvntion la Banu u Japon ntr 93 t 933 à l issu laull l Yn ut éprécié près 40% vis à our pl étails sur l évolution s iérnts régims chang t u Systèm Monétair Intrnational, ainsi u s iérnts problèms ui y sont liés voir par mpl SALOMON R. [979], YEAGER [976], DE VRIES[986], GUENTER R. [966], GUENTER R. / EDWIN F. W. [966], FRITZ M. [964], INGRAM J. C. [966], RUEF J. [97], FLOOD/ JAGDEE S B. / HORNE J. [989] t FLOOD, R. / NANCY,. M. [98]. Toutois, il convint précisr u il istait avant l étalon or l bimétallism or/argnt ans lul ls u métau jouaint l rôl numérair. 3 D nos jours, ls cours l or sont iés librmnt par l ju u marché, t n sont n général inluncés u par ls anticipations inlationnists s agnts économi ui mannt c rnir pour s prémunir contr l inlation. 3

4 vis la Livr, l Systèm Monétair Intrnational allait rntrr ans un èr turbulncs vant urr ju n 945. Dans ctt èr turbulncs, on va assistr à un ivision u Systèm Monétair Intrnational n uatr blocs : l bloc «Strling» auul ahèrnt l Royaum Uni, l ortugal t l Espagn, l bloc «or» auul ahèrnt la Franc, la Blgiu, la Suiss, l Itali, la ologn t ls ays Bas, l bloc «Dollar» auul ahèrnt ls USA t l Amériu Latin, t nin l bloc «Yn» auul ahèrnt l Japon t ls pays Asi u Su-Est. Crtains pays comm l Allmagn rstèrnt nutrs t conuisirnt s politi contrôl s viss. - Dans l systèm Brtton Woos (945-97) u l on ualii égalmnt systèm Dollar/or, on not un continuité s systèms étalon or t étalon or/viss ui avaint prévalu ju-là. Dans c systèm, touts ls monnais sront éinis ans un parité i par rapport au Dollar, ui son côté rst convrtibl n or à un tau i Dollar contr 0,888g or. arallèlmnt urnt créés l FMI (ui avait pour vocation villr au rspct t au bon onctionnmnt s accors Brtton Woos) t ls Droits Tirag Spéciau n 969 (un monnai artiicill, ui pour pallir à la rarté s résrvs n Dollar comm c ut l cas pour l or, pouvait êtr achté par ls Ban Cntrals n cas manu s résrvs nécssairs pour résorbr ls éicits s balancs s paimnts 4 ). L systèm s parités is n pouvant onctionnr ans l long trm u si ls balancs commrcials s iérnts pays aisant parti u systèm sont n moynn t simultanémnt éuilibrés, l éicit commrcial à la ois important t prsistant s Etats Unis (conjugué avc la gurr u Vitnam) vait conuir l présint Nion à évalur l Dollar t à mttr in n Août 97 à la libr convrtibilité u Dollar n or, t partant, un trm à la iité s tau chang t au systèm Brtton Woos. - Avc la in s accors Brtton Woos n 97 s st ouvrt puis 973 un èr libilités s tau chang ui, loin réponr au attnts ss tnants, montr plutôt u l mon st ncor à la rchrch un Systèm Monétair Intrnational stabl ont l avènmnt n st pas pour main. En t, ls iérnts pays u mon sont puis 973 conrontés à ivrss situations ui rnnt problématiu l systèm s changs libls : plac parois artiicill u Dollar ans l Systèm Monétair Intrnational, problèms coorination s politi macroéconomi t monétairs, satllisation s pays so-évloppés, tnanc vrs un tri-polarisation u Systèm Monétair Intrnational (autour u Dollar, l Euro t Yn), création s systèms ans l Systèm Monétair Intrnational ont l Systèm Monétair Europén n st un mpl ayant baucoup évolué ju à la phas intégration actull ui st lunion Économiu t Monétair Europénn 5 (UME) ont l Euro n st l un s 4 Avc l rcours au DTS, tout s pass comm si on s trouv sur un marché monétair ans lul ls pays n éicits résrvs rmplacnt ls ban commrcials illiuis, t ls pays n cént résrvs ls ban commrcials surliuis. Ls pays n cént résrvs vaint onc ans l systèm Brtton Woos ls convrtir n DTS, ui par l canal u FMI vraint êtr prêtés à un tau préérntil (n général, la moynn s tau intérêt nationau) au pays n éicits. 5 Entré n viguur n mars 979, l Systèm Monétair Europén (SME) a pour objcti stabilisr ls tau chang ntr ls pays la communauté, contribur à la consoliation s rlations monétairs ans l contt intrnational, t crér un "Zon Monétair Stabl" n Europ. Ls élémnts importants u SME sont (i) l mécanism intrvntion (à travrs lul ls ban cntrals n vraint changr la parité lurs monnais vis à vis s autrs monnais u ans un intrvall précis), (ii) l systèm intrvntion inancmnt très court trm t (iii) l Unité Compt Europén (ECU). our pl étails sur l évolution n matièr intégration monétair n Europ (n particulir l 4

5 élémnts-clé. Dans ctt phas intégration actull, l accnt st mis avantag sur la coorination t la convrgnc s politi bugétair t monétair (critèrs convrgnc éinis à Maastricht) ans la communauté, t sur la stabilité la valur intrn t trn la monnai comm objcti principal politiu monétair, l Euro étant l unité compt vant circulr parallèlmnt au monnais nationals à partir 999 avant s substitur totalmnt (comm monnai uniu ans la communauté) à touts cs rnièrs à partir Janvir 00.. L Ariu ans l Systèm Monétair Intrnational Dans l systèm actul s changs libls, l intégration s pays aricains ans l Systèm Monétair Intrnational rpos sur trois iérnts mos altrnatis 6 : l «pg» à un monnai uniu, l «pg» à un panir monnais t la participation avc changs aministrés ou non au lottmnts librs 7. L «g» à un monnai uniu Largmnt inluncé par ls aits histori t ls onnés politi t géopoliti, l «pg» à un monnai uniu était ju ans l ébut s annés 980 un caractéristiu ssntill s régims chang s pays aricains. Ls pays aricains étaint satllisés sur l plan monétair n onction lur appartnanc à un group colonis. D c ait, ls ancinns colonis rançaiss (cption ait ul pays comm la Guiné Conakry) avaint opté pour l «pg» au FF, mêm u la Guiné Euatorial st rsté so l régim u «pg» au sta spagnol ju n 985. L Cap Vrt a rlié sa monnai à l Escuo portugais puis 997. L Lsotho, l Swazilan t la Namibi ont rlié lurs monnais au Ran Su-aricain. Suls ls ancinns colonis britanni ont ssayé s aranchir n optant soit pour l «pg» au Dollar, soit pour l «pg» à un panir monnais, soit pour la participation au lottmnts librs. La Gambi t la Sirra Lon avaint néanmoins maintnu l lin avc la livr Strling ju n 986 t 978 rspctivmnt. Dans to ls cas, la Livr Strling uoiu étant assz ort comm monnai, ayant été baucoup pl stabl u l FF t jouant l rôl numérair pour crtains matièrs prmièrs t prouits bas, n a pas ans l nsmbl stimulé ls ancinns colonis britanni pour un coopération monétair avc l ancinn métropol. D nos jours, l «pg» s monnais aricains à un monnai uniu concrn ssntillmnt (i) ls pays la Zon Franc (Bénin, Burkina Fasso, Côt Ivoir, Gabon, Camroun, Comors, Congo, Mali, Nigr, passag u Systèm Monétair Europén à l Union Monétair Europénn) voir par mpl WEBER(99). 6 Cs mos intégration ayant toutois ait l objt ivrs changmnts au il s annés t n onction s pays, mêm u crtains u étaint n viguur avant l systèm actul s changs libls. Dans l évolution s iérnts choi n matièr régim chang, on not un crtain tâtonnmnt t un ort tnanc u passag u régim «pg» à clui s lottmnts librs (avc changs aministrés ou non). 7 our pl étails sur ls iérnts régims chang s pays aricains t lur évolution, voir la rubriu «Echang Rats Arrangmnts an Echang Rats Rstrictions» publié ans «Th Intrnational Financial Statistics» u FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL (ivrss annuairs). 5

6 Sénégal, Togo, Tcha, Républiu Cntraricain, Guiné Euatorial t Guiné Bissau) utilisant un FCFA rlié ju ici au FF t main à l Euro, (ii) l Angola t l Djibouti ont ls monnais sont rliés au $US, t nin (iii) l Lsotho, l Swazilan t la Namibi ont ls monnais sont liés au Ran Su - aricain. L «pg» à un panir monnais Un tnanc assz ort pour l «pg» au DTS, ui était obsrvabl ju à la in s annés 980, s st invrsé par la suit au proit soit u «pg» à autrs panirs monnais iniviulls, soit la participation au lottmnts librs. Ls pays ayant l pl pruré ans l régim u «pg» au DTS sont l Botswana (puis 980), Sao Tomé t rincips (ju n 987), l Knya (ju n 987), l Malawi (ju n 985), l Rwana ( 984 à 994), la Guiné Conakry (ju n 985) t l Buruni ( 985 à 99), t cu ayant pruré l pl ans l «pg» à autrs panirs monnais, l Malawi ( 986 à 993), la Mauritani (ju n 988 t 99 à 995), l Il Mauric ( 983 à 994), l Zimbabw ( 980 à 993) t la Tanzani (ju n 993). D nos jours, ls pays ayant rlié lur monnai à un panir monnai sont l Buruni, l Botswana t ls îls Sychlls. La articipation au lottmnts librs Si n 978 on n énombrait u u pays (l Ghana t l Nigria) ayant opté pour la participation au lottmnts librs, l nombr s pays ctuant c choi (avc changs aministrés ou non) st n très ort croissanc puis l miliu la écnni 980. On st ainsi passé 7 pays n 984 à 5 n 99, t 6 n 993 à 5 n 998. On n énombr nos jours t ui sont l Ethiopi, l Knya, l Malawi, la Mauritani, l Nigria t l Souan (avc la pratiu s Changs aministrés), ainsi u la Gambi, l Ghana, l Erythré, l Îl Mauric, l Libéria, Maagascar, l Mozambiu, l Rwana, Sao Tomé t rincips, la Sirra Lon, la Somali, l Ariu u Su, la Tanzani, l Ougana, t la Zambi (avc ls Changs non aministrés) 3. Ls Implications l Introuction l Euro ans l Systèm Monétair Intrnational pour ls pays aricains : un approch analytiu L analys s implications l Euro sur ls économis aricains intègrra ls objctis politiu économiu ui sont (i) la stabilisation s trms l échang t (ii) la coorination s politi macroéconomi t monétairs, la tion ssntill étant cll savoir si ls options priss par ls pays aricains n matièr régim chang t la plac u occup l Euro ans cs choi sont compatibls avc cs objctis. Ici, on consièr un «ptit économi ouvrt» ayant un sul partnair économiu pour ls importations t ls portations, c partnair économiu pouvant êtr ans l Union Europénn ou pas, tout comm la monnai la «ptit économi ouvrt» put êtr arrimé à l Euro ou non. L hypothès u partnair uniu st imposé par l 6

7 concpt arité u ouvoir Achat ui sra intégré ans l analys. our analysr l impact l Euro sur la réalisation s objctis politiu économiu, on put partir la éinition s conitions la stabilité économiu so l hypothès u «pg» ou non la monnai national à l Euro. L objcti politiu économiu pour un «ptit économi ouvrt» portatric prouits bas st, comm éjà souligné, la stabilisation s trms l échang t partant, cll u Rvnu National (voir par mpl BLACK [976], BRANSON/KATSELI [98] LISCHITZ/SUNDARAJAN [980], DORNBUSCH [976] t SCHALDER [977]. La étrmination u rvnu rél ans la «ptit économi ouvrt» put êtr obtnu à travrs ls éuations suivants : () =. t = () Sau spéciication contrair par la suit, monnai national, ésign l pri s portations n l pri s portations n monnai étrangèr, l pri s importations n monnai national t l tau chang uotté à l incrtain (éini comm étant l nombr unités monnai national par unité monnai étrangèr). L éuation () éinit l pri s portations n monnai national (t prmt égalmnt étrminr la conition it arité u ouvoir Achat n supposant u la loi l unicité s pri intrnationau t l hypothès nutralité la monnai ans l long trm sont vériiés), t l éuation () ls trms l échang. Ls traits sur ls têt s variabls rnvrront toujours au tau croissanc. L rvnu rél épn s trms l échang. Dans l simpl cas un pays ui n consomm u ls importations t n prouit u pour portr, avc l Output Q ogèn ans l court trm, l rvnu rél (Y) st onné par : (3) Y = tq our analysr l impact l Euro sur l procss stabilisation s trms l échang t partant u rvnu national, il convint istingur n général u cas, slon u (i) la «ptit économi ouvrt» soit mmbr la Zon Franc ou (ii) u ll n l soit pas, t autrs so-cas ans chacun s u cas précénts, slon u l Euro ou un monnai tirc soit utilisé comm numérair t intrméiair échang, t/ou u l principal partnair la «ptit économi ouvrt» s trouv ans l Union Europénn ou pas 8. 8 Trois s évntualités n sront pas priss n compt t sont ls suivants : Ls cas où (i) l pays non mmbr la Zon Franc a son partnair hors l UE t un monnai autr u l Euro comm numérair(cas ui n no intérss pas parc u l Euro n y jou aucun rôl), (ii) la ptit économi st mmbr la Zon ranc avc un partnair hors l UE t l Euro comm numérair(hypothès irréalist), t (iii) l cas où l pays non mmbr la Zon Franc a son partnair hors l UE avc l Euro comm numérair (hypothès irréalist). 7

8 Cas un pays mmbr Zon Franc avc son partnair économiu hors l Union Europénn t un monnai iérnt l Euro comm numérair t intrméiair échang : La Guiné Bissau La Guiné Bissau, «ptit économi ouvrt» st mmbr la Zon Franc t a comm principau partnairs économi la Thaillan, l Inonési t la Chin ont l total lurs parts rlativs ans son commrc intrnational rprésntnt à pu près 45% pour ls portations t pl 54% pour ls importations. On amt ici u la Guiné Bissau a un sul partnair économiu pour ss importations t ss portations ui st la Thaillan, t u ll utilis un FCFA arrimé à l Euro, mais utilis l Bath thaillanais comm intrméiair échang. Si ésign l nombr unités FCFA par unité Euro, l nombr unités Bath par unité Euro t l ba nombr unités FCFA par unité Bath, la stabilisation s trms l échang st assuré par ls conitions imposés par la arité u ouvoir Achat (Conitions la arité u ouvoir Achat), éinis par ls éuations (4) t (5). ca (4) t = (5) = Etant onné u ca = t u par voi conséunc (4) t (5) puvnt êtr réécrits comm suit : ba = ca ba, ls éuations (6) t = ca ba (7) ca ba = Toutois, étant onné u l FCFA st lié à L Euro à un parité i, = 0 t on obtint par voi conséunc : (8) ba = L inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) n Guiné Bissau st éini par : (9) ( ) ( ) = ca En supposant u ls pri sont onnés, on put éliminr t sur ls variabls t obtnir (0) ( ) ( ) = La monnai national étant rlié à l Euro, on put écrir : ca ca 8

9 = () ( ) Et n trms changmnts proportionnls, () ba = ba Si la conition arité u ouvoir Achat st rmpli, c st-à-ir ba = tau inlation (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) n Guiné Bissau st onné par l éuation (3) (3) = L éuation (3) impliu u l tau inlation n Guiné Bissau vrait êtr aligné au tau inlation n Thailan ain corrigr ls changmnts ans l tau chang ntr l Euro t l Bath t stabilisr ls trms l échang par voi conséunc. Toutois, la Guiné Bissau n sa ualité pays mmbr la Zon Franc st tnu conuir un politiu monétair rstrictiv ans laull l tau inlation oit êtr maintnu au nivau l pl bas possibl 9. Dans cs conitions, il n sra pl possibl à la Guiné Bissau stabilisr ss trms l échang n alignant son tau inlation à clui son principal partnair économiu si c rnir conuit un politiu monétair inlationnist, comm c st l cas la Thailan ou l Inonési. La stabilisation s trms l échang n pourrait onc s air ans c cas u par l truchmnt un ajtmnt u tau chang ntr l FCFA t l Euro, c ui st impossibl n raison la parité i ntr cs u monnais., l Cas un pays mmbr Zon Franc avc son partnair économiu ans l Union Europénn t l Euro comm numérair t intrméiair échang : la Côt Ivoir On prn ici la Côt Ivoir comm mpl parc u ll port ssntillmnt ls prouits bas (n particulir l cacao ont ll st l un s pl grans proucturs moniau). Ell a n t comm principau partnairs économi ls pays l Union Europénn ayant un part rlativ supériur à 60% ans la istribution géographiu ss importations t ss portations. On a parallèlmnt au rlations éjà spéciiés pl haut : (4) = ca 9 Ls onmnts institutionnls la Zon Franc imposnt un politiu monétair rstrictiv ans laull ls margs manœuvr n matièr augmntation la mass monétair sont trêmmnt limités par s rstrictions uantitativs, notammnt clls portant sur la limitation s plaons avancs au trésors publics nationau t au ban ou clls portant sur l ncarmnt u créit. A cs rstrictions uantitativs s ajoutnt autrs ui sont ualitativs t u l on rtrouv () ans la étrmination uatr iérnts tau intérêt (tau normal, tau privilégié, tau avancs au trésors publics t tau pénalité) t () ans la étrmination s ratios tls u «l coicint mploi s épôts t créits non réscomptabls», l «ratio liuiité» t l «ratio s rssourcs proprs» (pour pl étails, voir par mpl TALOM [986] t NGOGANG [99] ) 9

10 t = (4) ca La stabilisation s trms l échang, ui rst épnant la conition la parité u pouvoir achat (c st-à-ir ca = ou ncor = parité st i ntr l FCFA t l Euro) st onné par la conition (6) : _ puisu la (6) t = 0 = 0 (ou ncor ca = ) L éuation (7) éinit l inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) n Côt Ivoir. (7) ( ) ( ) = ca ca En primant l éuation (7) n trm changmnts proportionnls, on obtint l tau inlation (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) ui st onné par ls éuations (8) t (9). or = onc (8) = ca (9) = (ou = ) A partir l éuation (9) il s n suit u la iité u tau chang ntr l FCFA t l Euro, impliu u ls tau inlation soint ls mêms ans la «ptit économi ouvrt» t son partnair mmbr l Union Europénn pour u la «ptit économi ouvrt» n subiss pas un égraation ss trms l échang t puiss stabilisr son systèm économiu. Cci vourait ir u l Union Europénn vrait cooronnr sa politiu monétair avc cll la «ptit économi ouvrt», c ui st impossibl étant onné u l Union Europénn éinit ss objctis n matièr politiu économiu sans tnir compt l Ariu un part, t u la «ptit économi ouvrt» n sa ualité mmbr la Zon Franc st autr part soumis à un politiu monétair rstrictiv t conronté au problèm u aibl gré monétarisation son économi. Cas un pays mmbr la Zon Franc avc son partnair économiu ans l Union Europénn t un numérair iérnt l Euro : l Congo (Républiu opulair) L mpl la Républiu opulair Congo st lié au ait u c rnir port u pétrol évalué t vnu n Dollars, t a ls pays l Union Europénn comm principau partnairs économi. Dans c cas, on aura compt tnu s rlations générals spéciiés pl haut : 0

11 (0) = () = () ca = (3) t = étant l nombr unités Dollar par unité Euro, l nombr unités FCFA par unité Dollar (avc = ca ), l pri s portations n FCFA, l pri s portations n Dollars, l pri s importations n FCFA t EU l pri s portations n Euro. Avc =, ls rlations (4) t (4 ) onnnt la conition la stabilité s trms l échang. (4) 0 0 _ = = t c èst-à-ir (4 ) = L éuation (5) éinit l inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational). (5) ( ) ( ) ca = En trms changmnts proportionnls, (5) put s écrir comm suit : (6) = ca Etant onné u = t u = ca, l éuation (6) put êtr réécrit comm suit : (7) = _ ou ncor (8) =

12 (8 ) = ca Toutois, étant onné u = 0, on obtint : ca (8 ) = La «ptit économi ouvrt» mmbr la Zon étant soumis à s rstrictions au nivau la politiu monétair t n pouvant c ait ajtr par ls pri, il aurait u l tau chang ntr l Euro t l $ soit ajté açon à corrigr ls iérntils s tau inlation ntr «la ptit économi ouvrt» t ls USA, lorsu cs rnirs lui sont éavorabls. Or ls objctis politiu monétair ans l Union Europénn, mêm u ls convntions coopération monétair portant sur la Zon Franc n ont pas prévu la pris n compt ou l intégration tls mécanisms ajtmnts, c ui impliu u la coorination s politi économi t partant la réuction s chocs trns s trms l échang sront impossibl. Cas un pays non mmbr la Zon Franc avc son partnair économiu ans l Union Europénn t l Euro comm numérair t intrméiair échang : l Îl Mauric L Îl Mauric st un pays non pétrolir ont l économi rpos sur l intri légèr ainsi u sur l portation s prouits bass tls u l sucr, l thé t l tabac. Ss principau partnairs économi sont ls pays l Union Europénn. Etant onné u ll n st pas mmbr la Zon Franc, la stabilisation s trms l échang st onné par : (9) t = 0 = L inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) st : (30) ( ) ( ) = En trms changmnts proportionnls, (30) put s écrir : ou t nin (3) = ( ) ( ) (3) = ( ) ( ) (33) =

13 L éuation (33) onn l tau inlation (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) ans la «ptit économi ouvrt». L pays put ans c cas ajtr soit par l tau chang, soit par l tau inlation, c st-à-ir u il a la possibilité s srvir u instrumnts politiu économiu pour cooronnr sa politiu macroéconomiu avc cll son principal partnair économiu, s prémunir égalmnt contr l inlation importé t stabilisr ss trms l échang. Cas un pays non mmbr la Zon Franc ayant son partnair économiu ans l Union Europénn t un monnai iérnt l Euro comm numérair t intrméiair échang : L Nigria L Nigria st un pays portatur pétrol vnu n Dollars, t compt ls pays l Union Europénn parmi ss principau partnairs économi. Dans c cas, où l pays a son partnair économiu ans l Union Europénn avc un monnai iérnt l Euro (l Dollar) comm numérair t intrméiair échang, la stabilisation s trms l échang (ui rst épnant la conition la parité u pouvoir achat) st onné par : (34) t = 0 = Ls rlations t conitions supplémntairs ruiss sont ls suivants : (35) EU = = US EU = EU (36) US US = st l pri s importations n monnai national, l pri s portations n EU monnai national, l pri s portations n Dollars, l pri s portations n Euro, l nombr unités monnai national par unité ollar, l nombr unités Dollars par unité Euro, t nombr unités monnai US EU national par unité Euro. L éuation (37) onn l inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) ans la «ptit économi ouvrt». = ( EU (37) ) ( En trms changmnts proportionnls, (37) vint : ou ncor t nin EU ) EU (38) = ( ) ( ) EU EU (39) = ( ) ( ) EU US EU 3

14 (40) = US EU EU s A partir l éuation (40), il s n suit u l pays st posé à uatr sourcs EU instabilité (,, t ) mais ispos u possibilités ajtmnt US EU ui sont l tau chang t l tau inlation. Il put onc stabilisr ss trms l échang n cooronnant ss politi macroéconomi t monétairs avc clls ss partnairs économi, t s prémunir contr l inlation importé t l risu chang. C st n général la situation s pays ayant opté pour la participation au lottmnts librs. Conclion En somm, l introuction l Euro ans l Systèm Monétair Intrnational actra ls pays aricains à s grés ivrs n onction lur régim chang t l importanc lurs rlations économi avc ls pays mmbrs l Union Europénn. En onction s situations, ls politi macroéconomi t monétairs à l intériur t hors l Union Europénn ont s réprcsions pl ou moins importants sur ls économis aricains (slon u ils assnt parti la Zon Franc ou pas), la stabilité u systèm économiu ans cs pays rstant tributair s nivau s pri à l intériur t hors l Union Europénn, ainsi u s mouvmnts s tau chang ntr l Euro t ls autrs monnais. En outr, ls pays aricains n pourront réuir ls chocs trns s trms l échang u s ils isposnt s margs manœuvr lur prmttant cooronnr lurs politi macroéconomi avc clls lurs principau partnairs économi. Malhurmnt, la réalité montr u ls margs manœuvr murnt limités (si l on ait abstraction s pays ayant opté pour la participation au lottmnts librs ui n ls mt toutois pas à l abri la substitution monétair), n particulir pour ls pays aricains la Zon Franc ui s trouvnt privés s principau instrumnts ajtmnt ui sont l tau chang t ls pri. Dans un contt où l Union Europénn éinit ss objctis politiu économiu sans tnir compt la conjonctur n Ariu un part, t ans laull l intégration l Ariu ans l marché commun sour s barrièrs rélls à l ntré autr part, il s n suit u ls pays Zon Franc s trouvnt conrontés à un ilmm politiu ans lul ils n puvnt pas stabilisr simultanémnt lurs trms l échang t lurs nivau s pri n cooronnant lurs politi économi avc cu lurs principau partnairs économi (n particulir lorsu cs rnirs s trouvnt hors l Union Europénn). 4

15 BIBLIOGRAHIE BENDER D., [985], Wchslkursbinung in Entwicklungslänr: in optimal Anpassungsstratgi an libl Wchslkurs?, Krit un Kapital vol. vol.3, n 3, p BIRNBAUM, [957] : Th Costs o th Us o Forign Currncy as Circulating Mia o Echang, IMF Sta aprs, vol. 4, n., p BLACK [976], Echang Rat olicis or Lss Dvlop Countris in a Worl Floating Rats, rincton Essays in Intrnational Financ, n 9, p BRANSON/KATSELI, [98], Echang Rat olicis or Dvloping Countris, Working paprs, rincton. DE VRIES, [986], Th IMF in a Changing Worl, , IMF, Washington. DORNBUSCH R., [973], Dvaluation, Mony an Nontra Goos, Amrican Economic Rviw vol. 63, n 5, p FLOOD, JAGDEE S B., / HORNE J., [989], Evolution o Echang Rat Rgim, IMF Sta aprs, vol. 36, n 4, p FLOOD R., / NANCY. M., [98], Th Transmission o Disturbancs Unr Altrnativ Echang Rat Rgims with Optimal Ining, Quartrly Journal o Economics, vol. 97, n 4, p FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL, Statisti Financièrs Intrnationals, Divrss Annuairs. FRITZ M., [964], Intrnational Montary Economics, Gorg Alln & Urwin LTD, Lonon. GUENTER R., [966], Th roblm o Intrnational Liuiity, McGraw Hills Books Company, McGraw Hills. GUENTER R. / EDWIN F. W., [966], Th Challng o Intrnational Financ, McGraw Hills Books Company, McGraw Hills. INGRAM J. C., [966], Intrnational Economic roblms, John Wily an sons Inc, Nw York. LISCHITZ/SUNDARAJAN, [980], Th Optimal Baskt in a Worl o Gnraliz Floating, IMF Sta aprs vol. 7, n, p NGOGANG S., [99], Cribility o th Montary olicy in a Currncy Ara; Th Cas or th Franc Ara, Krit un Kapital vol.9, n 3, p ORTIZ [983], Currncy Substitution in Mico: th Dollarization roblm, Journal o Mony, Crit an Banking vol. 5, n, p RUEF J. [97], L éché Monétair l Occint, Eitions lon, aris, SALOMON R., [979], L Systèm Monétair Intrnational, Eitions Tnancs Actulls, aris. SCHALDER, [979], A Multilatral Echang Rat Mol or rimary roucing Countris, IMF Sta aprs vol. 6, p. n,

16 TALOM., [986], olitiu Monétair t u Créit, Mancrit non publié, BEAC, Yaouné. WEBER M., [99], Vom EWS zur Europäischn Währungsunion, in : WEBER (éitur), M [99], Europa au m Wg zur Währungsunion, Wissnschatlich Buchgsllschat, Darmstat. YEAGER, [976], Intrnational Montary Rlations : Thoris, History an olicy, Harpr an Row, Nw York. 6

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda. Le Point sur les APE dans les régions Africaines Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.sn LES CONFIGURATIONS REGIONALES AFRICAINES NEGOCIANT UN APE Afrique de

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie BTS - groupmnt B - novmbr 8 - Nouvll Calédoni Ercic Ls partis A, B t C sont indépndants. points Un ntrpris produit n grand séri ds véhiculs élctriqus équipés d battris au nicklcadmium. On s propos d étudir

Plus en détail

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT.lausann.ch/sil Il st vrt t il fait l bin autour d vous : l FEE Pour financr ds projts d économis d énrgi ou d dévloppmnt ds énrgis rnouvlabls, ls Srvics industrils d Lausann

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Gaines. Documentation technique

Gaines. Documentation technique Gains Documntation tchniqu Hygièn ds locaux, conort t modrnité, acilité d installation, ls gains d vntilation d Etrnit ornt d multipls possibilités dans la plupart ds bâtimnts d habitation, trtiairs ou

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2014 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur juillt 2015 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012 La Branch ds srvics d l'automobil Dossir d prss 24 janvir 2012 Contact prss : Mari-Joëll Dpardiu tél. : 01 41 14 13 41 dpardiumj@anfa-auto.fr Obsrvatoir d Branch ds Srvics d l Automobil Sit Intrnt dédié

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants Croissanc, nvironnmnt t égalité : 2 livrs importants Réflxions é... http://cosocpol.blog.lmond.fr/2013/10/21/mda-t-piktty/ 1 sur 6 22/10/2013 10:26 Blog abonné Accédz à tous ls blogs Créz votr blog Réflxions

Plus en détail

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs Mb!Ibvuf.Tbjoupohf B!m(bwbou.hbsf!ft! ofshjft!v!gvuvs Edition 2011!!!!!!!!!!!!!!Qfstqfdujwft!!!!!!!S vttjuft!!!!!!!joopwbujpo Fofshjft www.haut-saintong.com Edito Au nivau mondial, il y a trois mois ncor,

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit: Fixant ls conditions d'xrcic ds activités commrc n Républiqu du Bénin. LE HAUT CONSEIL DE LA REPUBLIQUE a délibéré t adopté n sa séanc du 9mai 1990. L Présidnt d la Républiqu promulgu la loi dont la tnur

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

L école de l Accompagnement

L école de l Accompagnement L'Écol : un vocation Après douz annés d'xistnc, l'écol affirm sa vocation : êtr un liu d profssionnalisation pour ls acturs ds métirs d l'accompagnmnt. Ls praticins confirmés trouvnt dans l'écol d l'accompagnmnt

Plus en détail

L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES

L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES A. NAAMANE La Mécatroniqu Ls bond graphs Pourquoi? Outil d modélisation prformant ; Prmt d bin comprndr ls transfrts d puissanc ; Put

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ

ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ Chapitr 6 ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ Parturiunt onts ; nastur ridiulus us HORACE 6.. RÉSISTANCES D ENCRASSEMENT Pour êtr n sur d alulr la puissan thriqu d un éhangur, il aut onnaîtr son NUT,

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014. Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC.

3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014. Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC. 3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014 Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC 31 Janvier 2014 1 Potentiel, risque et concurrence en Afrique: une cartographie exclusive

Plus en détail

ARRETE N 005/MINESUP/F120

ARRETE N 005/MINESUP/F120 ARRE N 005/MINESUP/F120 28 janvir 1993 Fixant ls Domains d Formation t ls Conditions d Admission à l Institut Univrsitair d Tchnologi d l Univrsité d Douala. LE MINSTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR VU la

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

Les pierres angulaires d un avenir meilleur

Les pierres angulaires d un avenir meilleur Ls pirrs angulairs d un avnir millur XELLA propos plusiurs solutions d murs innovants qui s inscrivnt parfaitmnt dans la tndanc d constructions pu énrgivors t qui sont prêts pour 2020. Photo couvrtur:

Plus en détail

MODALITÉS MISSIONS CONTACTS MOYENS PRÉSENTATION RÉSULTATS. Soutenir les PME-PMI. dans leur. Innovation et Développement Endogène des Entreprises

MODALITÉS MISSIONS CONTACTS MOYENS PRÉSENTATION RÉSULTATS. Soutenir les PME-PMI. dans leur. Innovation et Développement Endogène des Entreprises dans lur démarchd innovation Innovation t Dévloppmnt Endogèn ds Entrpriss Soutnir ls PME-PMI UIMM Loir METALLURGIE rhodaninn UIMM Langudoc-Roussillon Auxrr UIMM Bourgogn Dijon UIMM PACA Nvrs CSM Haut-Savoi

Plus en détail

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS EFFETS DE COMMERCE CHAPITRE 11, PAGE 334 328 EFFETS DE COMMERCE Effts d commrc Exprssion la plus courammnt utilisé pour désignr ls divrs instrumnts d paimnt d un somm d argnt. Ls ffts d commrc sont ds

Plus en détail

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s Vnt à distanc t -commrc t a h c a d s t n m t r Ls compo in A l d s g a n é m d s Edition 2011 rc t d Indu Chambr d Comm stri d l Ain Obsrvat oir du Commrc Vnt à distanc t -commrc énags d l Ain, m s d

Plus en détail

La rénovation urbaine à Angers

La rénovation urbaine à Angers ANGERrSno2s1 quartirs avc vouuispmnt Chang t > Aménagmn Urbanism > > > t ita ab H > > > > Éq La rénovation urbain à Angrs n o g i P d n a r G r i t r L qua g a s i v d chang Dossir d prss L quartir Grand-Pigon

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3.

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3. CARACTERISATION DE LA CROISSANCE TUMORALE D UN MODELE DE GREFFE ORTHOTOPIQUE DE NEUROBLASTOME METASTATIQUE PAR ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET BIOLUMINESCENCE. E. Daudigos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Claytt 4,

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 20 Les transferts thermiques dans un bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 20 Les transferts thermiques dans un bâtiment FICHE Fich à dtination d nignant T 0 L tranfrt thrmiqu dan un bâtimnt Typ d'activité Activité avc étud documntair Notion t contnu du programm d T rm Compétnc xigibl du programm d T rm Tranfrt d énrgi ntr

Plus en détail

Les allocations aux personnes handicapées

Les allocations aux personnes handicapées Ls allocations aux prsonns handicapés Dans quls scturs d la sécurité social ls prsonns bénéficiant d un allocation aux prsonns handicapés ont-lls aussi un dossir? Donnés du Datawarhous Marché du travail

Plus en détail

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de Eco n om i c d v l opm n t ag n c y GPMR - P. Bouln A g n c d d é v l opp m n t é co n om i q u Trritoir projts d Dossir d W W W. C a u x S i n D E v l o p p m n t. C O M prss L Agnc Créé n 2008, Caux

Plus en détail

Le premier service d information par SMS.

Le premier service d information par SMS. L prmir srvic d information par SMS. Snd to Act simplifi considérablmnt la vi d vos collaborats t d ls corrspondants. Ds cntrs d formations, ds univrsités t ds écols d commrcs nous font djà confianc. Faîts

Plus en détail

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1 Environnmnt institutionnl t dévloppmnt durabl: Éclairag ds concpts Et Etud comparativ ntr trois pays d l Union du Maghrb Arab (Tunisi - Maroc - Algéri) Rana Dallali 1 Résumé : L dévloppmnt durabl st un

Plus en détail

INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO

INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO Prof Jorry M Mwenechanya 1 Présentation Augmentation de la capacité Questions de Pré et Post

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences Programm Formation List ds moduls t ds prsonns rssourcs Socl commun d connaissancs t d compétncs Programm d la 2 promotion - hivr 2011 28 janvir 2011 - Luxmbourg Vision socio-économiqu Définitions / Approch

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible)

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible) Objectif 4 : Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans Cible 4A Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans L Afrique continue de marquer

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 10 avril 2014 fixant les temps de séjour ouvrant droit à prise en charge des

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

Relevé de décisions du CEVU. 5 juillet 2013. Le CEVU. Après en avoir délibéré, décide :

Relevé de décisions du CEVU. 5 juillet 2013. Le CEVU. Après en avoir délibéré, décide : Rlvé d décisions du CEVU 5 juillt 2013 L CEVU Vu l Cod d l Éducation modifié par la loi n 2007-1199 du 10 août 2007 Vu ls statuts d l univrsité adoptés l 4 mars 2008 t modifiés l 2 novmbr 2010 Après n

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS :

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS : Soair du guid. - IMPORTANT - Passag d rou faibl Véhiculs non chaînabl un ATTENTION! Cs pags continnnt ds informations importants. Véhiculs non chaînabl un GÉNÉRALITÉS : CONTRAIREMENT AUX IDÉES REÇUES,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Réseau des bibliothèques du Pays de Pamiers Guide du Numérique

Réseau des bibliothèques du Pays de Pamiers Guide du Numérique Réau d bibliothèqu du Pay d Pamir Guid du Numériqu Sit Intrnt du réau d lctur http://www.pamir.raubibli.fr C qu vou pouvz fair dpui notr it Intrnt : EXPLORER LE CATALOGUE : Plu d 80 000 documnt ont à votr

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres 1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres En 1996 (G7 de Lyon), la communauté internationale avait lancé l initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Plus en détail