LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL,"

Transcription

1 LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL, L EURO ET L AFRIQUE L ÉVOLUTION DU SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL, L AVENEMENT DE L EURO ET IMLICATIONS OUR L AFRIQUE Josph NDEFFO FONGUE Communication présnté au Collou : «Du ranc à l'uro : changmnts t continuité la monnai» oitirs, u 4-6 novmbr 00 Résumé Dans l évolution actull u Systèm Monétair Intrnational marué par l avènmnt l Euro, l impact c rnir sur ls pays aricains épn u régim chang : si ls pays participant au lottmnts librs puvnt réuir ls chocs s trms l échang n ajtant par l chang t ls pri, cu la Zon Franc (privés cs u instrumnts ) sont pl posés au trnalités, parc u n pouvant cooronnr lurs politi économi avc cu lurs principau partnairs économi. Th Evolution o th Intrnational Montary Systm, th Avnt o th Euro an Implications or th Arican Countris Abstract Th implications o th avnt o th Euro in th Intrnational Montary Systm or th Arican countris pn strongly on th chang rats rgims : th Arican countris oprating in a libl rgim can th chang an th inlation rats to ruc th trms o tra shocks, whil thos o th so-call Franc Ara ar mor subjct to th trnalitis, sinc thy can not th two abov mntion instrumnts to coorinat thir policis with thos o thir main conomic partnrs. Dr. rr. pol. Josph NDEFFO FONGUE Univrsité WITTEN/HERDECKE (Allmagn) Kruzstrass 35, D-7633 KARLSRUHE (Allmagn) Tl

2 Introuction Dpuis pratiumnt 870 avc l aoption pour la prmièr ois u monométallism or, l mon st à la rchrch un «Systèm Monétair Intrnational stabl» mais tn chau ois à s éloignr ct objcti lorsu un systèm laiss plac à un autr. Qu il s agiss l étalon or, l étalon or/viss, u systèm la pério ntr ls u gurrs, u systèm Brtton Woos ou u systèm actul, l instabilité t la non prmannc sont la règl uan on s situ ans un prspctiv historiu ( FLOOD, JAGDEE S B. / HORNE J. [989] ), mêm u aucun s systèms n s st ju ici montré capabl résour l nsmbl s problèms inhérnts au iérnts économis ans l contt intrnational. Dans to ls systèms, on not la préponéranc s rapports conlictuls ntr ls pays intrialisés, l absnc coopération réll, la tnanc vrs la création s systèms ans l Systèm Monétair Intrnational t vrs la ormation s blocs monétairs, ainsi u l istnc s rapports omination ont s mpls sont l utilisation par ls Etats Unis la politiu s tau intérêt t u Dollar surévalué pour régnr sur l occint t l rst u mon, ou la satllisation pur t simpl s pays n évloppmnt par ls pays évloppés (t ont la Zon Franc n Ariu st l prototyp). Ctt satllisation s pays n évloppmnt, caractérisé ntr autrs par l arrimag s monnais s pays satllisés à clls s pays évloppés (à travrs l «pg» à un monnai ou à pliurs monnais) pos ju à nos jours s problèms rlatis au choi optimal u régim chang t/ou à la réalisation s objctis politiu économiu, t impliu ans crtains cas s coûts réls n trm bin êtr collcti (voir par mpl BIRNBAUM [957], BENDER [985], NGOGANG [99] t ORTIZ [983]). L évolution récnt u SMI (ominé par s progrès rmaruabls n matièr intégration économiu t monétair n Europ occintal t l introuction l Euro comm monnai réérnc sur l plan intrnational), rn clui-ci autant problématiu u il l a toujours été, t vaut ntr autrs par ls tions u ll soulèv sur l plan intrnational lorsu on s situ hors l Union Europénn (UE). L un s tions onamntals st rlativ au implications intrnationals l Euro u il srait util analysr. En s limitant au pays aricains, l présnt papir ssai, compt tnu lurs iérnts régims chang t l importanc rlativ l Union Europénn ans la structur lur commrc intrnational, analysr ls impacts possibl l introuction l Euro sur économis cu-ci (n particulir sur la réuction s chocs trns s trms l échang t la coorination s politi macroéconomi t monétairs), après u l SMI ans son évolution t l avènmnt l Euro ainsi u ls traits caractéristi l Ariu ans l SMI aint été présntés.

3 . L évolution u Systèm Monétair Intrnational l étalon or à l avènmnt l Euro n aprçu D 870 ju à nos jours, uatr principau Systèms Monétairs Intrnationau s sont succéés t sont ans l orr l étalon or, l étalon or/viss ($, ), l systèm la pério ntr - u gurrs, l étalon Dollar/Or ou l systèm Brtton Woos, t nin l systèm actul s changs libls n viguur puis Dans l étalon or, c rnir circul à la ois comm monnai t comm marchanis. La parité st i ntr l or t touts ls monnais nationals. L étalon or présntait l avantag garantir un libr circulation s capitau t s tau chang stabls, éliminr c ait ls ris chang t ls criss s balancs s paymnts, t limitr l rôl s institutions sans u cla n nuis au bon onctionnmnt u systèm. Toutois, ans c systèm où l nivau s tau chang t s variabls macroéconomi stratégi tlls u l nivau s pri ou s résrvs n viss épnaint largmnt clui u volum or, t u c rnir n était n général écouvrt u au hasar (t nécssitait tout asi u travail t u capital pour êtr prouit), s coûts opportunité trêmmnt élvés n résultaint. En 94, la supprssion la libr circulation s bins, s capitau t l or ainsi u la convrtibilité n or par ls ban cntrals, conjugué avc l introuction s bons trésor (à côté l or comm contrparti important la mass monétair t n tant u moyn inancmnt la gurr) allaint conuir à la in l étalon-or 3. - Dans l étalon or/viss ($, ) n viguur 99 à 94, ls tau chang sont iés librmnt ntr ls monnais nationals t l or, la pratiu s tau n viguur avant la prmièr gurr monial étant rnu impossibl par l absnc convrgnc ans ls tau inlation, l nttmnt cssi la Franc t Gran Brtagn vis-à-vis s Etats Unis, t ls réparations gurr trêmmnt élvés imposés à l Allmagn. L or vnant rar n raison sa prouction ui a trêmmnt baissé, l Dollar t la Livr urnt introuits à côté l or comm étalons t l rtour à la parité i vis à vis l or ut aopté n 9. Toutois, il s était avéré u la surévaluation la Livr ès 95, la so-évaluation u Franc t ls tau intérêt élvés n Allmagn rnaint iicil un onctionnmnt optimal u systèm ui, avc l avènmnt la cris 99 allait s onrr progrssivmnt ju n Dans la pério ntr u gurrs(93-945) marué ntrs autrs par la évaluation la Livr 30% vis à vis u Dollar t l intrvntion la Banu u Japon ntr 93 t 933 à l issu laull l Yn ut éprécié près 40% vis à our pl étails sur l évolution s iérnts régims chang t u Systèm Monétair Intrnational, ainsi u s iérnts problèms ui y sont liés voir par mpl SALOMON R. [979], YEAGER [976], DE VRIES[986], GUENTER R. [966], GUENTER R. / EDWIN F. W. [966], FRITZ M. [964], INGRAM J. C. [966], RUEF J. [97], FLOOD/ JAGDEE S B. / HORNE J. [989] t FLOOD, R. / NANCY,. M. [98]. Toutois, il convint précisr u il istait avant l étalon or l bimétallism or/argnt ans lul ls u métau jouaint l rôl numérair. 3 D nos jours, ls cours l or sont iés librmnt par l ju u marché, t n sont n général inluncés u par ls anticipations inlationnists s agnts économi ui mannt c rnir pour s prémunir contr l inlation. 3

4 vis la Livr, l Systèm Monétair Intrnational allait rntrr ans un èr turbulncs vant urr ju n 945. Dans ctt èr turbulncs, on va assistr à un ivision u Systèm Monétair Intrnational n uatr blocs : l bloc «Strling» auul ahèrnt l Royaum Uni, l ortugal t l Espagn, l bloc «or» auul ahèrnt la Franc, la Blgiu, la Suiss, l Itali, la ologn t ls ays Bas, l bloc «Dollar» auul ahèrnt ls USA t l Amériu Latin, t nin l bloc «Yn» auul ahèrnt l Japon t ls pays Asi u Su-Est. Crtains pays comm l Allmagn rstèrnt nutrs t conuisirnt s politi contrôl s viss. - Dans l systèm Brtton Woos (945-97) u l on ualii égalmnt systèm Dollar/or, on not un continuité s systèms étalon or t étalon or/viss ui avaint prévalu ju-là. Dans c systèm, touts ls monnais sront éinis ans un parité i par rapport au Dollar, ui son côté rst convrtibl n or à un tau i Dollar contr 0,888g or. arallèlmnt urnt créés l FMI (ui avait pour vocation villr au rspct t au bon onctionnmnt s accors Brtton Woos) t ls Droits Tirag Spéciau n 969 (un monnai artiicill, ui pour pallir à la rarté s résrvs n Dollar comm c ut l cas pour l or, pouvait êtr achté par ls Ban Cntrals n cas manu s résrvs nécssairs pour résorbr ls éicits s balancs s paimnts 4 ). L systèm s parités is n pouvant onctionnr ans l long trm u si ls balancs commrcials s iérnts pays aisant parti u systèm sont n moynn t simultanémnt éuilibrés, l éicit commrcial à la ois important t prsistant s Etats Unis (conjugué avc la gurr u Vitnam) vait conuir l présint Nion à évalur l Dollar t à mttr in n Août 97 à la libr convrtibilité u Dollar n or, t partant, un trm à la iité s tau chang t au systèm Brtton Woos. - Avc la in s accors Brtton Woos n 97 s st ouvrt puis 973 un èr libilités s tau chang ui, loin réponr au attnts ss tnants, montr plutôt u l mon st ncor à la rchrch un Systèm Monétair Intrnational stabl ont l avènmnt n st pas pour main. En t, ls iérnts pays u mon sont puis 973 conrontés à ivrss situations ui rnnt problématiu l systèm s changs libls : plac parois artiicill u Dollar ans l Systèm Monétair Intrnational, problèms coorination s politi macroéconomi t monétairs, satllisation s pays so-évloppés, tnanc vrs un tri-polarisation u Systèm Monétair Intrnational (autour u Dollar, l Euro t Yn), création s systèms ans l Systèm Monétair Intrnational ont l Systèm Monétair Europén n st un mpl ayant baucoup évolué ju à la phas intégration actull ui st lunion Économiu t Monétair Europénn 5 (UME) ont l Euro n st l un s 4 Avc l rcours au DTS, tout s pass comm si on s trouv sur un marché monétair ans lul ls pays n éicits résrvs rmplacnt ls ban commrcials illiuis, t ls pays n cént résrvs ls ban commrcials surliuis. Ls pays n cént résrvs vaint onc ans l systèm Brtton Woos ls convrtir n DTS, ui par l canal u FMI vraint êtr prêtés à un tau préérntil (n général, la moynn s tau intérêt nationau) au pays n éicits. 5 Entré n viguur n mars 979, l Systèm Monétair Europén (SME) a pour objcti stabilisr ls tau chang ntr ls pays la communauté, contribur à la consoliation s rlations monétairs ans l contt intrnational, t crér un "Zon Monétair Stabl" n Europ. Ls élémnts importants u SME sont (i) l mécanism intrvntion (à travrs lul ls ban cntrals n vraint changr la parité lurs monnais vis à vis s autrs monnais u ans un intrvall précis), (ii) l systèm intrvntion inancmnt très court trm t (iii) l Unité Compt Europén (ECU). our pl étails sur l évolution n matièr intégration monétair n Europ (n particulir l 4

5 élémnts-clé. Dans ctt phas intégration actull, l accnt st mis avantag sur la coorination t la convrgnc s politi bugétair t monétair (critèrs convrgnc éinis à Maastricht) ans la communauté, t sur la stabilité la valur intrn t trn la monnai comm objcti principal politiu monétair, l Euro étant l unité compt vant circulr parallèlmnt au monnais nationals à partir 999 avant s substitur totalmnt (comm monnai uniu ans la communauté) à touts cs rnièrs à partir Janvir 00.. L Ariu ans l Systèm Monétair Intrnational Dans l systèm actul s changs libls, l intégration s pays aricains ans l Systèm Monétair Intrnational rpos sur trois iérnts mos altrnatis 6 : l «pg» à un monnai uniu, l «pg» à un panir monnais t la participation avc changs aministrés ou non au lottmnts librs 7. L «g» à un monnai uniu Largmnt inluncé par ls aits histori t ls onnés politi t géopoliti, l «pg» à un monnai uniu était ju ans l ébut s annés 980 un caractéristiu ssntill s régims chang s pays aricains. Ls pays aricains étaint satllisés sur l plan monétair n onction lur appartnanc à un group colonis. D c ait, ls ancinns colonis rançaiss (cption ait ul pays comm la Guiné Conakry) avaint opté pour l «pg» au FF, mêm u la Guiné Euatorial st rsté so l régim u «pg» au sta spagnol ju n 985. L Cap Vrt a rlié sa monnai à l Escuo portugais puis 997. L Lsotho, l Swazilan t la Namibi ont rlié lurs monnais au Ran Su-aricain. Suls ls ancinns colonis britanni ont ssayé s aranchir n optant soit pour l «pg» au Dollar, soit pour l «pg» à un panir monnais, soit pour la participation au lottmnts librs. La Gambi t la Sirra Lon avaint néanmoins maintnu l lin avc la livr Strling ju n 986 t 978 rspctivmnt. Dans to ls cas, la Livr Strling uoiu étant assz ort comm monnai, ayant été baucoup pl stabl u l FF t jouant l rôl numérair pour crtains matièrs prmièrs t prouits bas, n a pas ans l nsmbl stimulé ls ancinns colonis britanni pour un coopération monétair avc l ancinn métropol. D nos jours, l «pg» s monnais aricains à un monnai uniu concrn ssntillmnt (i) ls pays la Zon Franc (Bénin, Burkina Fasso, Côt Ivoir, Gabon, Camroun, Comors, Congo, Mali, Nigr, passag u Systèm Monétair Europén à l Union Monétair Europénn) voir par mpl WEBER(99). 6 Cs mos intégration ayant toutois ait l objt ivrs changmnts au il s annés t n onction s pays, mêm u crtains u étaint n viguur avant l systèm actul s changs libls. Dans l évolution s iérnts choi n matièr régim chang, on not un crtain tâtonnmnt t un ort tnanc u passag u régim «pg» à clui s lottmnts librs (avc changs aministrés ou non). 7 our pl étails sur ls iérnts régims chang s pays aricains t lur évolution, voir la rubriu «Echang Rats Arrangmnts an Echang Rats Rstrictions» publié ans «Th Intrnational Financial Statistics» u FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL (ivrss annuairs). 5

6 Sénégal, Togo, Tcha, Républiu Cntraricain, Guiné Euatorial t Guiné Bissau) utilisant un FCFA rlié ju ici au FF t main à l Euro, (ii) l Angola t l Djibouti ont ls monnais sont rliés au $US, t nin (iii) l Lsotho, l Swazilan t la Namibi ont ls monnais sont liés au Ran Su - aricain. L «pg» à un panir monnais Un tnanc assz ort pour l «pg» au DTS, ui était obsrvabl ju à la in s annés 980, s st invrsé par la suit au proit soit u «pg» à autrs panirs monnais iniviulls, soit la participation au lottmnts librs. Ls pays ayant l pl pruré ans l régim u «pg» au DTS sont l Botswana (puis 980), Sao Tomé t rincips (ju n 987), l Knya (ju n 987), l Malawi (ju n 985), l Rwana ( 984 à 994), la Guiné Conakry (ju n 985) t l Buruni ( 985 à 99), t cu ayant pruré l pl ans l «pg» à autrs panirs monnais, l Malawi ( 986 à 993), la Mauritani (ju n 988 t 99 à 995), l Il Mauric ( 983 à 994), l Zimbabw ( 980 à 993) t la Tanzani (ju n 993). D nos jours, ls pays ayant rlié lur monnai à un panir monnai sont l Buruni, l Botswana t ls îls Sychlls. La articipation au lottmnts librs Si n 978 on n énombrait u u pays (l Ghana t l Nigria) ayant opté pour la participation au lottmnts librs, l nombr s pays ctuant c choi (avc changs aministrés ou non) st n très ort croissanc puis l miliu la écnni 980. On st ainsi passé 7 pays n 984 à 5 n 99, t 6 n 993 à 5 n 998. On n énombr nos jours t ui sont l Ethiopi, l Knya, l Malawi, la Mauritani, l Nigria t l Souan (avc la pratiu s Changs aministrés), ainsi u la Gambi, l Ghana, l Erythré, l Îl Mauric, l Libéria, Maagascar, l Mozambiu, l Rwana, Sao Tomé t rincips, la Sirra Lon, la Somali, l Ariu u Su, la Tanzani, l Ougana, t la Zambi (avc ls Changs non aministrés) 3. Ls Implications l Introuction l Euro ans l Systèm Monétair Intrnational pour ls pays aricains : un approch analytiu L analys s implications l Euro sur ls économis aricains intègrra ls objctis politiu économiu ui sont (i) la stabilisation s trms l échang t (ii) la coorination s politi macroéconomi t monétairs, la tion ssntill étant cll savoir si ls options priss par ls pays aricains n matièr régim chang t la plac u occup l Euro ans cs choi sont compatibls avc cs objctis. Ici, on consièr un «ptit économi ouvrt» ayant un sul partnair économiu pour ls importations t ls portations, c partnair économiu pouvant êtr ans l Union Europénn ou pas, tout comm la monnai la «ptit économi ouvrt» put êtr arrimé à l Euro ou non. L hypothès u partnair uniu st imposé par l 6

7 concpt arité u ouvoir Achat ui sra intégré ans l analys. our analysr l impact l Euro sur la réalisation s objctis politiu économiu, on put partir la éinition s conitions la stabilité économiu so l hypothès u «pg» ou non la monnai national à l Euro. L objcti politiu économiu pour un «ptit économi ouvrt» portatric prouits bas st, comm éjà souligné, la stabilisation s trms l échang t partant, cll u Rvnu National (voir par mpl BLACK [976], BRANSON/KATSELI [98] LISCHITZ/SUNDARAJAN [980], DORNBUSCH [976] t SCHALDER [977]. La étrmination u rvnu rél ans la «ptit économi ouvrt» put êtr obtnu à travrs ls éuations suivants : () =. t = () Sau spéciication contrair par la suit, monnai national, ésign l pri s portations n l pri s portations n monnai étrangèr, l pri s importations n monnai national t l tau chang uotté à l incrtain (éini comm étant l nombr unités monnai national par unité monnai étrangèr). L éuation () éinit l pri s portations n monnai national (t prmt égalmnt étrminr la conition it arité u ouvoir Achat n supposant u la loi l unicité s pri intrnationau t l hypothès nutralité la monnai ans l long trm sont vériiés), t l éuation () ls trms l échang. Ls traits sur ls têt s variabls rnvrront toujours au tau croissanc. L rvnu rél épn s trms l échang. Dans l simpl cas un pays ui n consomm u ls importations t n prouit u pour portr, avc l Output Q ogèn ans l court trm, l rvnu rél (Y) st onné par : (3) Y = tq our analysr l impact l Euro sur l procss stabilisation s trms l échang t partant u rvnu national, il convint istingur n général u cas, slon u (i) la «ptit économi ouvrt» soit mmbr la Zon Franc ou (ii) u ll n l soit pas, t autrs so-cas ans chacun s u cas précénts, slon u l Euro ou un monnai tirc soit utilisé comm numérair t intrméiair échang, t/ou u l principal partnair la «ptit économi ouvrt» s trouv ans l Union Europénn ou pas 8. 8 Trois s évntualités n sront pas priss n compt t sont ls suivants : Ls cas où (i) l pays non mmbr la Zon Franc a son partnair hors l UE t un monnai autr u l Euro comm numérair(cas ui n no intérss pas parc u l Euro n y jou aucun rôl), (ii) la ptit économi st mmbr la Zon ranc avc un partnair hors l UE t l Euro comm numérair(hypothès irréalist), t (iii) l cas où l pays non mmbr la Zon Franc a son partnair hors l UE avc l Euro comm numérair (hypothès irréalist). 7

8 Cas un pays mmbr Zon Franc avc son partnair économiu hors l Union Europénn t un monnai iérnt l Euro comm numérair t intrméiair échang : La Guiné Bissau La Guiné Bissau, «ptit économi ouvrt» st mmbr la Zon Franc t a comm principau partnairs économi la Thaillan, l Inonési t la Chin ont l total lurs parts rlativs ans son commrc intrnational rprésntnt à pu près 45% pour ls portations t pl 54% pour ls importations. On amt ici u la Guiné Bissau a un sul partnair économiu pour ss importations t ss portations ui st la Thaillan, t u ll utilis un FCFA arrimé à l Euro, mais utilis l Bath thaillanais comm intrméiair échang. Si ésign l nombr unités FCFA par unité Euro, l nombr unités Bath par unité Euro t l ba nombr unités FCFA par unité Bath, la stabilisation s trms l échang st assuré par ls conitions imposés par la arité u ouvoir Achat (Conitions la arité u ouvoir Achat), éinis par ls éuations (4) t (5). ca (4) t = (5) = Etant onné u ca = t u par voi conséunc (4) t (5) puvnt êtr réécrits comm suit : ba = ca ba, ls éuations (6) t = ca ba (7) ca ba = Toutois, étant onné u l FCFA st lié à L Euro à un parité i, = 0 t on obtint par voi conséunc : (8) ba = L inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) n Guiné Bissau st éini par : (9) ( ) ( ) = ca En supposant u ls pri sont onnés, on put éliminr t sur ls variabls t obtnir (0) ( ) ( ) = La monnai national étant rlié à l Euro, on put écrir : ca ca 8

9 = () ( ) Et n trms changmnts proportionnls, () ba = ba Si la conition arité u ouvoir Achat st rmpli, c st-à-ir ba = tau inlation (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) n Guiné Bissau st onné par l éuation (3) (3) = L éuation (3) impliu u l tau inlation n Guiné Bissau vrait êtr aligné au tau inlation n Thailan ain corrigr ls changmnts ans l tau chang ntr l Euro t l Bath t stabilisr ls trms l échang par voi conséunc. Toutois, la Guiné Bissau n sa ualité pays mmbr la Zon Franc st tnu conuir un politiu monétair rstrictiv ans laull l tau inlation oit êtr maintnu au nivau l pl bas possibl 9. Dans cs conitions, il n sra pl possibl à la Guiné Bissau stabilisr ss trms l échang n alignant son tau inlation à clui son principal partnair économiu si c rnir conuit un politiu monétair inlationnist, comm c st l cas la Thailan ou l Inonési. La stabilisation s trms l échang n pourrait onc s air ans c cas u par l truchmnt un ajtmnt u tau chang ntr l FCFA t l Euro, c ui st impossibl n raison la parité i ntr cs u monnais., l Cas un pays mmbr Zon Franc avc son partnair économiu ans l Union Europénn t l Euro comm numérair t intrméiair échang : la Côt Ivoir On prn ici la Côt Ivoir comm mpl parc u ll port ssntillmnt ls prouits bas (n particulir l cacao ont ll st l un s pl grans proucturs moniau). Ell a n t comm principau partnairs économi ls pays l Union Europénn ayant un part rlativ supériur à 60% ans la istribution géographiu ss importations t ss portations. On a parallèlmnt au rlations éjà spéciiés pl haut : (4) = ca 9 Ls onmnts institutionnls la Zon Franc imposnt un politiu monétair rstrictiv ans laull ls margs manœuvr n matièr augmntation la mass monétair sont trêmmnt limités par s rstrictions uantitativs, notammnt clls portant sur la limitation s plaons avancs au trésors publics nationau t au ban ou clls portant sur l ncarmnt u créit. A cs rstrictions uantitativs s ajoutnt autrs ui sont ualitativs t u l on rtrouv () ans la étrmination uatr iérnts tau intérêt (tau normal, tau privilégié, tau avancs au trésors publics t tau pénalité) t () ans la étrmination s ratios tls u «l coicint mploi s épôts t créits non réscomptabls», l «ratio liuiité» t l «ratio s rssourcs proprs» (pour pl étails, voir par mpl TALOM [986] t NGOGANG [99] ) 9

10 t = (4) ca La stabilisation s trms l échang, ui rst épnant la conition la parité u pouvoir achat (c st-à-ir ca = ou ncor = parité st i ntr l FCFA t l Euro) st onné par la conition (6) : _ puisu la (6) t = 0 = 0 (ou ncor ca = ) L éuation (7) éinit l inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) n Côt Ivoir. (7) ( ) ( ) = ca ca En primant l éuation (7) n trm changmnts proportionnls, on obtint l tau inlation (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) ui st onné par ls éuations (8) t (9). or = onc (8) = ca (9) = (ou = ) A partir l éuation (9) il s n suit u la iité u tau chang ntr l FCFA t l Euro, impliu u ls tau inlation soint ls mêms ans la «ptit économi ouvrt» t son partnair mmbr l Union Europénn pour u la «ptit économi ouvrt» n subiss pas un égraation ss trms l échang t puiss stabilisr son systèm économiu. Cci vourait ir u l Union Europénn vrait cooronnr sa politiu monétair avc cll la «ptit économi ouvrt», c ui st impossibl étant onné u l Union Europénn éinit ss objctis n matièr politiu économiu sans tnir compt l Ariu un part, t u la «ptit économi ouvrt» n sa ualité mmbr la Zon Franc st autr part soumis à un politiu monétair rstrictiv t conronté au problèm u aibl gré monétarisation son économi. Cas un pays mmbr la Zon Franc avc son partnair économiu ans l Union Europénn t un numérair iérnt l Euro : l Congo (Républiu opulair) L mpl la Républiu opulair Congo st lié au ait u c rnir port u pétrol évalué t vnu n Dollars, t a ls pays l Union Europénn comm principau partnairs économi. Dans c cas, on aura compt tnu s rlations générals spéciiés pl haut : 0

11 (0) = () = () ca = (3) t = étant l nombr unités Dollar par unité Euro, l nombr unités FCFA par unité Dollar (avc = ca ), l pri s portations n FCFA, l pri s portations n Dollars, l pri s importations n FCFA t EU l pri s portations n Euro. Avc =, ls rlations (4) t (4 ) onnnt la conition la stabilité s trms l échang. (4) 0 0 _ = = t c èst-à-ir (4 ) = L éuation (5) éinit l inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational). (5) ( ) ( ) ca = En trms changmnts proportionnls, (5) put s écrir comm suit : (6) = ca Etant onné u = t u = ca, l éuation (6) put êtr réécrit comm suit : (7) = _ ou ncor (8) =

12 (8 ) = ca Toutois, étant onné u = 0, on obtint : ca (8 ) = La «ptit économi ouvrt» mmbr la Zon étant soumis à s rstrictions au nivau la politiu monétair t n pouvant c ait ajtr par ls pri, il aurait u l tau chang ntr l Euro t l $ soit ajté açon à corrigr ls iérntils s tau inlation ntr «la ptit économi ouvrt» t ls USA, lorsu cs rnirs lui sont éavorabls. Or ls objctis politiu monétair ans l Union Europénn, mêm u ls convntions coopération monétair portant sur la Zon Franc n ont pas prévu la pris n compt ou l intégration tls mécanisms ajtmnts, c ui impliu u la coorination s politi économi t partant la réuction s chocs trns s trms l échang sront impossibl. Cas un pays non mmbr la Zon Franc avc son partnair économiu ans l Union Europénn t l Euro comm numérair t intrméiair échang : l Îl Mauric L Îl Mauric st un pays non pétrolir ont l économi rpos sur l intri légèr ainsi u sur l portation s prouits bass tls u l sucr, l thé t l tabac. Ss principau partnairs économi sont ls pays l Union Europénn. Etant onné u ll n st pas mmbr la Zon Franc, la stabilisation s trms l échang st onné par : (9) t = 0 = L inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) st : (30) ( ) ( ) = En trms changmnts proportionnls, (30) put s écrir : ou t nin (3) = ( ) ( ) (3) = ( ) ( ) (33) =

13 L éuation (33) onn l tau inlation (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) ans la «ptit économi ouvrt». L pays put ans c cas ajtr soit par l tau chang, soit par l tau inlation, c st-à-ir u il a la possibilité s srvir u instrumnts politiu économiu pour cooronnr sa politiu macroéconomiu avc cll son principal partnair économiu, s prémunir égalmnt contr l inlation importé t stabilisr ss trms l échang. Cas un pays non mmbr la Zon Franc ayant son partnair économiu ans l Union Europénn t un monnai iérnt l Euro comm numérair t intrméiair échang : L Nigria L Nigria st un pays portatur pétrol vnu n Dollars, t compt ls pays l Union Europénn parmi ss principau partnairs économi. Dans c cas, où l pays a son partnair économiu ans l Union Europénn avc un monnai iérnt l Euro (l Dollar) comm numérair t intrméiair échang, la stabilisation s trms l échang (ui rst épnant la conition la parité u pouvoir achat) st onné par : (34) t = 0 = Ls rlations t conitions supplémntairs ruiss sont ls suivants : (35) EU = = US EU = EU (36) US US = st l pri s importations n monnai national, l pri s portations n EU monnai national, l pri s portations n Dollars, l pri s portations n Euro, l nombr unités monnai national par unité ollar, l nombr unités Dollars par unité Euro, t nombr unités monnai US EU national par unité Euro. L éuation (37) onn l inic s pri (rlati au bins aisant l objt u commrc intrnational) ans la «ptit économi ouvrt». = ( EU (37) ) ( En trms changmnts proportionnls, (37) vint : ou ncor t nin EU ) EU (38) = ( ) ( ) EU EU (39) = ( ) ( ) EU US EU 3

14 (40) = US EU EU s A partir l éuation (40), il s n suit u l pays st posé à uatr sourcs EU instabilité (,, t ) mais ispos u possibilités ajtmnt US EU ui sont l tau chang t l tau inlation. Il put onc stabilisr ss trms l échang n cooronnant ss politi macroéconomi t monétairs avc clls ss partnairs économi, t s prémunir contr l inlation importé t l risu chang. C st n général la situation s pays ayant opté pour la participation au lottmnts librs. Conclion En somm, l introuction l Euro ans l Systèm Monétair Intrnational actra ls pays aricains à s grés ivrs n onction lur régim chang t l importanc lurs rlations économi avc ls pays mmbrs l Union Europénn. En onction s situations, ls politi macroéconomi t monétairs à l intériur t hors l Union Europénn ont s réprcsions pl ou moins importants sur ls économis aricains (slon u ils assnt parti la Zon Franc ou pas), la stabilité u systèm économiu ans cs pays rstant tributair s nivau s pri à l intériur t hors l Union Europénn, ainsi u s mouvmnts s tau chang ntr l Euro t ls autrs monnais. En outr, ls pays aricains n pourront réuir ls chocs trns s trms l échang u s ils isposnt s margs manœuvr lur prmttant cooronnr lurs politi macroéconomi avc clls lurs principau partnairs économi. Malhurmnt, la réalité montr u ls margs manœuvr murnt limités (si l on ait abstraction s pays ayant opté pour la participation au lottmnts librs ui n ls mt toutois pas à l abri la substitution monétair), n particulir pour ls pays aricains la Zon Franc ui s trouvnt privés s principau instrumnts ajtmnt ui sont l tau chang t ls pri. Dans un contt où l Union Europénn éinit ss objctis politiu économiu sans tnir compt la conjonctur n Ariu un part, t ans laull l intégration l Ariu ans l marché commun sour s barrièrs rélls à l ntré autr part, il s n suit u ls pays Zon Franc s trouvnt conrontés à un ilmm politiu ans lul ils n puvnt pas stabilisr simultanémnt lurs trms l échang t lurs nivau s pri n cooronnant lurs politi économi avc cu lurs principau partnairs économi (n particulir lorsu cs rnirs s trouvnt hors l Union Europénn). 4

15 BIBLIOGRAHIE BENDER D., [985], Wchslkursbinung in Entwicklungslänr: in optimal Anpassungsstratgi an libl Wchslkurs?, Krit un Kapital vol. vol.3, n 3, p BIRNBAUM, [957] : Th Costs o th Us o Forign Currncy as Circulating Mia o Echang, IMF Sta aprs, vol. 4, n., p BLACK [976], Echang Rat olicis or Lss Dvlop Countris in a Worl Floating Rats, rincton Essays in Intrnational Financ, n 9, p BRANSON/KATSELI, [98], Echang Rat olicis or Dvloping Countris, Working paprs, rincton. DE VRIES, [986], Th IMF in a Changing Worl, , IMF, Washington. DORNBUSCH R., [973], Dvaluation, Mony an Nontra Goos, Amrican Economic Rviw vol. 63, n 5, p FLOOD, JAGDEE S B., / HORNE J., [989], Evolution o Echang Rat Rgim, IMF Sta aprs, vol. 36, n 4, p FLOOD R., / NANCY. M., [98], Th Transmission o Disturbancs Unr Altrnativ Echang Rat Rgims with Optimal Ining, Quartrly Journal o Economics, vol. 97, n 4, p FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL, Statisti Financièrs Intrnationals, Divrss Annuairs. FRITZ M., [964], Intrnational Montary Economics, Gorg Alln & Urwin LTD, Lonon. GUENTER R., [966], Th roblm o Intrnational Liuiity, McGraw Hills Books Company, McGraw Hills. GUENTER R. / EDWIN F. W., [966], Th Challng o Intrnational Financ, McGraw Hills Books Company, McGraw Hills. INGRAM J. C., [966], Intrnational Economic roblms, John Wily an sons Inc, Nw York. LISCHITZ/SUNDARAJAN, [980], Th Optimal Baskt in a Worl o Gnraliz Floating, IMF Sta aprs vol. 7, n, p NGOGANG S., [99], Cribility o th Montary olicy in a Currncy Ara; Th Cas or th Franc Ara, Krit un Kapital vol.9, n 3, p ORTIZ [983], Currncy Substitution in Mico: th Dollarization roblm, Journal o Mony, Crit an Banking vol. 5, n, p RUEF J. [97], L éché Monétair l Occint, Eitions lon, aris, SALOMON R., [979], L Systèm Monétair Intrnational, Eitions Tnancs Actulls, aris. SCHALDER, [979], A Multilatral Echang Rat Mol or rimary roucing Countris, IMF Sta aprs vol. 6, p. n,

16 TALOM., [986], olitiu Monétair t u Créit, Mancrit non publié, BEAC, Yaouné. WEBER M., [99], Vom EWS zur Europäischn Währungsunion, in : WEBER (éitur), M [99], Europa au m Wg zur Währungsunion, Wissnschatlich Buchgsllschat, Darmstat. YEAGER, [976], Intrnational Montary Rlations : Thoris, History an olicy, Harpr an Row, Nw York. 6

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

L école de l Accompagnement

L école de l Accompagnement L'Écol : un vocation Après douz annés d'xistnc, l'écol affirm sa vocation : êtr un liu d profssionnalisation pour ls acturs ds métirs d l'accompagnmnt. Ls praticins confirmés trouvnt dans l'écol d l'accompagnmnt

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS

EFFETS DE COMMERCE CONDITIONS DE VALIDITÉ DES EFFETS DE COMMERCE II MODALITÉS DES EFFETS DE COMMERCE PROPRIÉTAIRES-USAGERS EFFETS DE COMMERCE CHAPITRE 11, PAGE 334 328 EFFETS DE COMMERCE Effts d commrc Exprssion la plus courammnt utilisé pour désignr ls divrs instrumnts d paimnt d un somm d argnt. Ls ffts d commrc sont ds

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences Programm Formation List ds moduls t ds prsonns rssourcs Socl commun d connaissancs t d compétncs Programm d la 2 promotion - hivr 2011 28 janvir 2011 - Luxmbourg Vision socio-économiqu Définitions / Approch

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

Réseau des bibliothèques du Pays de Pamiers Guide du Numérique

Réseau des bibliothèques du Pays de Pamiers Guide du Numérique Réau d bibliothèqu du Pay d Pamir Guid du Numériqu Sit Intrnt du réau d lctur http://www.pamir.raubibli.fr C qu vou pouvz fair dpui notr it Intrnt : EXPLORER LE CATALOGUE : Plu d 80 000 documnt ont à votr

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

DATE : 8 Octobre 1957 REFERENCE : DEPOT : CHAMP D APPLICATION : ARRETE D EXTENSION :

DATE : 8 Octobre 1957 REFERENCE : DEPOT : CHAMP D APPLICATION : ARRETE D EXTENSION : DATE : 8 Octobr 1957 REFERENCE : DEPOT : CHAMP D APPLICATION : ls atlirs d la mécaniqu général ; ls activités d transformation d métaux ; la fabrication d articls métalliqus ; la fabrication d mnuisri

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

En Allemagne, en Australie, en Autriche ou en Suisse,

En Allemagne, en Australie, en Autriche ou en Suisse, Pirr Cahuc a, Marc Frracci b avc la contribution d Jan Tirol c t Étinn Wasmr d L apprntissag au srvic d l mploi Documnt sous EMBARGO jusqu au 07/01/2015 11 hurs Ls nots du consil d analys économiqu, n

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

Impôts 2012. PLUS ou moins-values

Impôts 2012. PLUS ou moins-values Impôt 2012 PLUS ou moin-values SUR VALEURS MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX V v ti t à d f co o OP m à l Et L no di (o 20 o C c tit po Po c c or o o ou c l ou d 2 < Vou avz réalié d cion d valur mobilièr t

Plus en détail

Demande de retraite de réversion

Demande de retraite de réversion Nous somms là pour vous aidr Dmand d rtrait d révrsion Ctt notic a été réalisé pour vous aidr à complétr vos dmand t déclaration d rssourcs. Pour nous contactr : Vous désirz ds informations complémntairs,

Plus en détail

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes Oic ds ponts t chaussés du canton d Brn Protction contr l bruit routir Ritrstrass 11, 3011 Brn 031 633 35 11 Fich tchniqu Fnêtrs insonorisants Mars 2014 4 édition Fich tchniqu sur ls nêtrs insonorisants

Plus en détail

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER Partnrs nd Bo us Marcq- n-b Tourc oin g aroul Ro ub La Mad la Ré pu bl u iq a ix www360courtagfr nu d lin Av Lill Dmand Partn rs ASSURÉ 1 4)4³ %43 )'%- 2%3% s )$% ASSURÉ

Plus en détail

Murs coupe-feu dans maisons mitoyennes à une famille

Murs coupe-feu dans maisons mitoyennes à une famille Maison A Maison B FERMACELL Murs coup-fu ans maisons mitoynns à un famill Eition suiss Murs coup-fu qui assurnt un résistanc 90 minuts ans ls maisons mitoynns à un famill construits n ois (1HG100) Murs

Plus en détail

e x o s CORRIGÉ 07-01 ... Chapitre 7. La conduite du diagnostic 1. Bilan fonctionnel par grandes masses Bilan fonctionnel de la société Bastin

e x o s CORRIGÉ 07-01 ... Chapitre 7. La conduite du diagnostic 1. Bilan fonctionnel par grandes masses Bilan fonctionnel de la société Bastin ................................................... Chapitr 7. La cnduit du diagntic CORRIGÉ 07-01 1. Bilan fnctinnl par grand ma Bilan fnctinnl d la ciété Batin Empli tabl 3 900 Rurc prpr 3 870 Actif

Plus en détail

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1 P* / P* / P DEVOI SUVEILLE DE PHYSIQUE N 6 sptmbr 4 POBLEME : ASSOIATION DE IUITS On analys, à laid dun oscilloscop, l circuit ci-contr comportant un génératur d tnsion E,r ( ), rprésnté dans l cadr pointillé,

Plus en détail

Solution de communication d entreprise Aastra

Solution de communication d entreprise Aastra Solution d communication d ntrpris Aastra Téléphons mobils sur l Aastra 400 dès R.0 Mod d mploi Plats-forms priss n charg: Aastra 45 Aastra 430 Aastra 470 C mod d mploi décrit l intégration ds téléphons

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION المعهد الوطني للاتصالات و تكنولوجيات الا علام و الاتصال 1 PRESENTATION DE L INTTIC 1971 : Création de

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

Développement de site web dynaùique Dot.NET

Développement de site web dynaùique Dot.NET Dévloppmnt d sit wb dynaùiqu DotNET Voici qulqus xmpls d sits wb administrabl Cs sits Wb sont dévloppé n ASPNET sur un Bas d donné SQL 2005 C typ d dévloppmnt wb convint parfaitmnt a un boutiqu n lign,

Plus en détail

France. Suisse. Lycée International. Ferney-Voltaire-Mairie. Ferney-Voltaire. Avenue du Jura (sauf le samedi aux heures de marché)

France. Suisse. Lycée International. Ferney-Voltaire-Mairie. Ferney-Voltaire. Avenue du Jura (sauf le samedi aux heures de marché) E62 Zon 10 / 87 n Co ll Ch. Collx Frny-Voltair Frny san Lau s ard ay sf (l samdi aux hurs marché Planch-Brûlé Collèg L Joran E25 Moëns Collx-Bossy Suiss èv n G d Ru Franc x Ch. du-trraillt Avnu du Jura

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration

Par les délégués des 4 èmes Dans le cadre de la Commission Restauration Info Rsto Mai - Juin 2011 Par ls délégués ds 4 èms Dans l cadr d la Commission Rstauration Editorial Jûnr st dvnu à la mod. En tout cas, mangr très pu l st. Pour simplifir, ls fills n mangnt pas pour «fair

Plus en détail

Les ressources du PC

Les ressources du PC Modul 2 Ls rssourcs du PC Duré : 2h (1 séanc d 2h) Ctt séanc d dux hurs suit l ordr du référntil d compétncs du portfolio rattaché à c modul (v. portfolio du modul 2). Votr ordinatur PC st un machin composé

Plus en détail

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des

n/a Aucun frais de 18-80 Tel que défini au tablea u des Compagni La Capital La positiv -Aucun xamn médical n st rquis lors d l adhésion. Il vous suffit d répondr à 4 qustions d admissibilité. L montant d la protction st choisi unité d 2 500 $ avc un maximum

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013.

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013. Exmpls d qustions d sujts d'oraux possibls. Sssion 0. Complxs. Donnr la ou ls réponss justs. Soit A, B dux points d'affixs rspctivs : a= 5 i 5 t b = i 6 a. Soit n N;. Un argumnt d a n st n b. O appartint

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet Résrvé à votr intrlocutur AXA Portfuill : CR012764 N Clint : 1 r réalisatur : Matricul : 2 réalisatur : Matricul : Intégr@l Garanti ds Accidnts d la Vi - Protction ds Risqus liés à Intrnt J complèt ms

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

Le domaine national de Saint-Cloud

Le domaine national de Saint-Cloud P a r c o u r s d é c o u v r t L domain national d Saint-Cloud P a r i S / Î L - d - F r a n C j u n p u b l i c L domain national d Saint-Cloud Bonjour t binvnu au domain national d Saint-Cloud. J suis

Plus en détail

Etape 1 : Rechercher une parcelle sur le plan cadastral

Etape 1 : Rechercher une parcelle sur le plan cadastral Etap 1 : Rchrchr un ur l plan cadatral Navigatur pour Zoomr, déplacr dan l documnt t rvnir la taill initial hoiiz la ur laqull trouv votr pui paz l étap uivant Navigatur pour Zoomr, déplacr dan l documnt

Plus en détail

Structures et mécanismes

Structures et mécanismes Structurs t mécanisms Bloc 1 : L rndmnt, c st important Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Il xist six machins simpls, soit l lvir, la

Plus en détail

Demande de prêt PRET ACCESSION AUTRES. Nature du projet. Situation familiale. Action Logement - Les entreprises s engagent avec les salariés

Demande de prêt PRET ACCESSION AUTRES. Nature du projet. Situation familiale. Action Logement - Les entreprises s engagent avec les salariés Dmand d prêt PRET ACCESSION AUTRES Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Natur du projt Dat d dépôt du dossir Achat Trrain Construction ou Achat logmnt nuf Acquisition sans travaux Autrs

Plus en détail

L alignement stratégique : déterminant de la performance (étude empirique

L alignement stratégique : déterminant de la performance (étude empirique Résumé Ctt rchrch a pour but d démontrr qu l alignmnt stratégiqu ds TIC, avc la stratégi (précisémnt stratégi d partnariat ou pratiqu d collaboration) t la structur organisationnll d un PME, put avoir

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES Éditions Éditions Bon d command 015-0 un pu, baucoup, à la foli! Format numériqu n vnt au www. 006-009, Éditions CFORP, activités AVEC DROITS DE REPRODUCTION. 08:8 Pag 1-1 r un pu, baucoup, a la foli!

Plus en détail

La transformation et la mutation des immeubles de bureaux

La transformation et la mutation des immeubles de bureaux La transformation t la mutation ds immubls d buraux Colloqu du 14 févrir 2013 L group d travail sur la transformation ds immubls d buraux a été lancé n novmbr 2011 à la dmand du consil d administration

Plus en détail

«COMBATTRE LES BLEUS» Ce que signifie le programme social des Conservateurs pour les femmes

«COMBATTRE LES BLEUS» Ce que signifie le programme social des Conservateurs pour les femmes «COMBATTRE LES BLEUS» C qu signifi l programm social ds Consrvaturs pour ls fmms La 13 Conférnc national d la condition féminin du CTC Documnt d conférnc L hôtl Crown Plaza Ottawa L hôtl Ottawa Marriott

Plus en détail

Thèse. Doctorat en Sciences

Thèse. Doctorat en Sciences Ministèr d l Ensignmnt Supériur t d la Rchrch Scintifiqu Univrsité Frhat Abbas, Sétif Faculté d Tchnologi Départmnt d Elctroniqu Thès Présnté par M. LAIB Salah-Eddin Pour l Obtntion du Diplôm d Doctorat

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise

L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise www.sonema.com L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise Club Utilisateurs Delta-Bank Tours, les 2 et 3 décembre 2010 Présentateur : Yves Dollo, Directeur des Ventes

Plus en détail

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN Châtillon, LE «PARIS» D UN AVENIR TRANQUILLE Aux ports d la capital s cach un ndroit rmarquabl : la vill d Châtillon, dynamiqu t accuillant,

Plus en détail

Le traitement des expulsions locatives

Le traitement des expulsions locatives L traitmnt ds xpulsions locativs n io nt s til v ré p d t n am m t ai p n nd a m om r ay td m Tr C l ab i u O COMPTE RENDU DU SÉMINAIRE DU 10 SEPTEMBRE 2012 u n io at j n c sti n g ssi A c in d Au ui q

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

appel à tous les artistes en herbe!

appel à tous les artistes en herbe! 04 N E AZIN G A LE MA DCPP CE DE L E FRAN ILE D E N Z F D J U I N 2 0 0 9 Êtr un agnt à la DCPP Il d Franc : appl à tous ls artists n hrb! IDF Zin lanc un concours d dssin sur l thèm Êtr un agnt à la DCPP

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ C O N F É R E N C E D E S N AT I O N S U N I E S S U R L E C O M M E R C E E T L E D É V E L O P P E M E N T LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 23 NOVEMBRE 2007 DELIBERATION N CR-0705.290 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Contrat d filièr agroalimntair régional LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON, VU l Cod général ds collctivités

Plus en détail

UNE AVENTVRE DE AGILE & CMMI POTION MAGIQUE OU GRAND FOSSÉ? AGILE TOVLOVSE 2011 I.VI VERSION

UNE AVENTVRE DE AGILE & CMMI POTION MAGIQUE OU GRAND FOSSÉ? AGILE TOVLOVSE 2011 I.VI VERSION UN AVNTVR D AGIL & CMMI POTION MAGIQU OU GRAND FOÉ? AGIL TOVLOV 2011 VRION I.VI @YAINZ AKARIA HT T P: / / W WW.MA RTVIW.F HT T P: / / W R WW.KIND OFMAG K.COM OT @ PAB L OP R N W.FR MARTVI. W W W / :/ P

Plus en détail

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES

REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES COMMUNE DE BELFAUX REGLEMENT FIXANT LA CONTRIBUTION COMMUNALE AUX FRAIS DE TRAITEMENTS DENTAIRES L'assmblé communal d Blfaux Vu : La loi du 27 sptmbr 1990 sur la prophylaxi t ls soins dntairs; l règlmnt

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

le pouvoir d aimer Option Montréal Pour un PMAD recentré sur le développement de Montréal

le pouvoir d aimer Option Montréal Pour un PMAD recentré sur le développement de Montréal Option Montréal Pour un PMAD rcntré sur l dévloppmnt d Montréal Consultations sur l Plan métropolitain d aménagmnt t d dévloppmnt (PMAD) Mémoir présnté à la Communauté métropolitain d Montréal l pouvoir

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

Une conférence de la communauté Dirigeants de PME-PMI de Grenoble Ecobiz

Une conférence de la communauté Dirigeants de PME-PMI de Grenoble Ecobiz Un conférnc d la communauté Dirigants d PME-PMI d Grnobl Ecobiz Sécurité dans l ntrpris : un obligation d résultat L cadr réglmntair d la sécurité dans l ntrpris tnd à s durcir t à rtnir d plus n plus

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

Bureau de décision et de révision

Bureau de décision et de révision 2 Burau d décision t d révision 21 Rôl d'audincs 22 Décisions 30 janvir 2014 - Vol 11, n 4 8 21 RÔLES D AUDENCES RÔLE DES AUDENCES N 1 PARTES D Autorité ds marchés financirs (Girard t al) Danil Pharand

Plus en détail

Génération des forces de police Standards et Procédures

Génération des forces de police Standards et Procédures Génération des forces de police Standards et Procédures Forum régional de Yaoundé 8-10 novembre 2009 Participation aux OMP: pratiques et paramètres par Mody BERETHE Divison Police des Nations Unies/DOMP

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Lusaka, 7 mai 1982. Note: L'original de l'accord a été établi par le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies le 2 juin 1982.

Lusaka, 7 mai 1982. Note: L'original de l'accord a été établi par le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies le 2 juin 1982. . 2. b) Accord portant création de la Banque africaine de développement en date à Khartoum du 4 août 1963 tel qu'amendé par la résolution 05-79 adopté par le Conseil des gouverneurs le 17 mai 1979 Lusaka,

Plus en détail

Fonction logarithme exercices corrigés

Fonction logarithme exercices corrigés Trminal S Fonctions Logarithms Vrai-Fau Fonction ln, EPF 6 Equation, Franc 4 4 Dérivés t ln 4 5 Primitivs t ln 6 Calcul d limits 5 6 7 Résolution (in)équations 7 8 Avc ROC 8 9 Dérivation t ncadrmnt 9 Fonction+équation,

Plus en détail