La transformation et la mutation des immeubles de bureaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transformation et la mutation des immeubles de bureaux"

Transcription

1 La transformation t la mutation ds immubls d buraux Colloqu du 14 févrir 2013

2 L group d travail sur la transformation ds immubls d buraux a été lancé n novmbr 2011 à la dmand du consil d administration d l ORIE. L nsmbl ds réflxions a abouti à la publication d c présnt rapport, réalisé par Aminata Diop, sous la dirction d Olivir d la Roussièr, présidnt d Vinci Immobilir, administratur ORIE collèg «promoturs», t Philipp Lmoin, dirctur général d la Silic, t administratur ORIE collèg «invstissurs». L Obsrvatoir Régional d l Immobilir d Entrpris d la région Îl-d-Franc souhait vivmnt rmrcir l nsmbl ds mmbrs du group d travail qui ont participé activmnt aux réflxions t ont contribué au travrs d lurs xpérincs à nrichir ls débats : - FLORIAN BARIL, DIRECTEUR DU DÉVELOPPEMENT RÉSIDENTIEL ÎLE-DE-FRANCE, VINCI IMMOBILIER - FRANÇOIS BERTRAND,DIRECTEUR GÉNÉRAL DÉLÉGUÉ, COGEDIM RESIDENCE - JOSEPH BOCCIARELLI, DIRECTEUR TERRITORIAL DE LA PROMOTION DU LOGEMENT ÎLE-DE-FRANCE, ICADE - ALAIN CAEN, PRÉSIDENT, CAPITALES ET DEVELOPPEMENTS - BERTRAND DE FEYDEAU, PRÉSIDENT, FONDATION PALLADIO - FLORENT DE MALHERBE, DIRECTEUR DES INVESTISSEMENTS ET DE L ASSET MANAGEMENT, GECINA - FRANCK FIRETTO, DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT PROMOTION IMMOBILIÈRE, FINANCIERE RIVE GAUCHE - JEAN-CLAUDE GINISTY, NOTAIRE, CHAMBRE DES NOTAIRES DE PARIS - OLIVIER LAVAL, DIRECTEUR DE L INFORMATION IMMOBILIÈRE, CREDIT FONCIER IMMOBILIER - FRANÇOIS L HENAFF, ARCHITECTE / URBANISTE, APUR - FRANÇOIS MOHRT, URBANISTE, APUR - SERGE SADLER, DÉLÉGUÉ DE L ÉTATÀL ORIE, DRIEA - WILLIAM STEMMER, AVOCAT ASSOCIÉ, TAJ - PATRICK WALLUT, NOTAIRE HONORAIRE, CHAMBRE DES NOTAIRES DE PARIS L ORIE souhait égalmnt rmrcir l nsmbl ds prsonns qui ont apporté par lurs consils t contributions ds élémnts d compréhnsion : - STÉPHANIE GALIEGUE, DIRECTEUR GÉNÉRAL, IPD FRANCE & EUROPE DU SUD - JEAN-BAPTISTE MARTIN, CHEF DU BUREAU LOGEMENT, MAIRIE DE PARIS - WILLIAM MAYEUX, DIRECTEUR COMMERCIAL ET GESTION DÉVELOPPEMENT, EIFFAGE CONSTRUCTION 1

3

4 Sommair RÉSUMÉ 4 INTRODUCTION 7 1 RE PARTIE : LA TRANSFORMATION DES BUREAUX : UN SUJET RECURRENT? Cris d surproduction t réflxions sur la transformation d buraux n logmnts dans l miliu ds annés Stock d buraux xcédntair t manqu d logmnts Ls réflxions mnés par l group d travail piloté par Jacqus Darmon Obsolscnc, cris financièr, t divrsification ds transformations Usag, dstination, compnsation, qulqus rappls réglmntairs D faibls volums d buraux transformés n logmnts ntr 1990 t 2010 à Paris Ls principaux acturs d la transformation ds buraux 18 2 E PARTIE : LEVIERS ET FREINS ACTUELS AUX TRANSFORMATIONS POUR LES INSTITUTIONNELS Transformation ds buraux, cas pratiqus t simulations Exmpls d transformation d buraux n d autrs locaux Simulation d transformation, méthodologi t hypothèss rtnus Ls obstacls majurs aux transformations La faisabilité économiqu Ls règls d urbanism t d aménagmnt Ls frins scondairs aux transformations La morphologi t la structur d l immubl La localisation géographiqu, l nvironnmnt t l tissu urbain La gstion ds occupants Ls lvirs actuls L invrsion d la hiérarchi ds valurs, conjugué à l obsolscnc ds actifs La présrvation ds droits à construir La commrcialité La localisation géographiqu La fiscalité 33 3 E PARTIE : EXPLOITER LE GISEMENT DE BUREAUX A TRANSFORMER Un gismnt d buraux à transformr La vacanc prolongé n Îl-d-Franc au duxièm trimstr Un volum plus important d buraux à transformr dans ls décnnis à vnir Affranchir ls opérations ds obstacls réglmntairs Agir sur ls droits à construir Dispnsr ls opérations d l obligation d crér ds parkings à l échll francilinn Prmttr un millur équilibr ds opérations n diminuant la proportion d logmnts sociaux, au profit d logmnts locatifs intrmédiairs Accélérr t simplifir ls procédurs judiciairs t administrativs Abandonnr l idé d transformation pour cll d rconstruction à nuf Exonérr ls opérations d la rdvanc sur ls locaux commrciaux Avoir un millur connaissanc d l état du parc à l échll régional 41 CONCLUSION 42 TABLE DES ILLUSTRATIONS 43 BIBLIOGRAPHIE 44 ANNEXES 45 3

5 Résumé un fonction «burau». Qulls sont ls transformations possibls pour ls immubls d buraux définitivmnt inadaptés à la dmand du marché? Dans qulls conditions ls immubls d buraux puvnt-ils êtr transformés n d autrs locaux? La problématiqu d la transformation st-ll d natur conjoncturll ou structurll? Qul st l gismnt d buraux à transformr? L idé d transformr ds buraux n logmnts n st pas nouvll. C sujt, qui suscit un vif intérêt t d nombruss intrrogations, a été abordé à plusiurs rpriss, notammnt dans l miliu ds annés 1990 dans un contxt d cris d surproduction. Partant du constat d un stock important d buraux vacants t n parallèl d un pénuri d logmnts, la transformation ds buraux n logmnts a été nvisagé par ls profssionnls d l immobilir t ls pouvoirs publics au nom d impératifs économiqus (limitr ls ffts d la cris) t sociaux (répondr aux Francilins mal-logés ou n attnt d logmnts). Ds analyss statistiqus ont été mnés à Paris, sul départmnt francilin où il xist un suivi régulir n matièr d changmnt d dstination durant cs vingt drnièrs annés. Il n rssort qu ntr 1990 t 2010, un pu plus d un million d m2 SHON d buraux a Ctt idé d transformr ds buraux n logmnts réapparaît d nouvau à la fin ds annés 2000, dans un contxt d cris économiqu, t non plus d surproduction, d rapprochmnt voir d invrsion d la hiérarchi ds valurs ntr ls buraux t logmnts sur crtains périmètrs. L lin st vit réalisé fac à cs dux écuils : été autorisé à la transformation, c qui rprésnt un moynn annull d nviron m2. En moynn t par an, un pu plus m2 d buraux ont été convrtis n habitation ntr 1990 t 2010, soit un production annull d 300 à 400 logmnts. Si, jusqu à la fin ds annés 2000, plus d 70 % ds surfacs autorisés à la transformation l sont n logmnts, à la fin ds annés 2000, u obsolscnc d un parti du parc d buraux (n trms d localisation géographiqu, t d fonctionnmnt) d un part, accéléré par ls évolutions ds mods d travail, l arrivé d nouvlls norms réglmntairs t nvironnmntals ; u pénuri d logmnts n raison d l insuffisanc d la production nuv t ds évolutions démographiqus, d autr part. plus d 40 % ds surfacs autorisés à la transformation l sont n hôtls d tourism, commrcs, résidncs srvics t étudiants. Ls njux t ls logiqus n matièr d transformation rcouvrnt ds bsoins t ds préoccupations différnts slon qu l on soit un actur institutionnl d l immobilir d ntrpris (invstissurs, utilisaturs, promoturs), un prsonn physiqu ou ncor un baillur social. Ls invstigations mnés montrnt qu ntr 2001 t Bin plus qu un débat ntr adpts t scptiqus d la transformation ds immubls d buraux, l group d travail a souhaité analysr ctt problématiqu d façon larg t objctiv à partir d donnés statistiqus normés t d étuds d cas. Il s st fixé comm objctif, d réfléchir à l échll francilinn, à touts ls utilisations 2010 près d 60 % ds autorisations d transformation d buraux n logmnts ont été accordés à ds prsonns physiqus ou à ds SCI familials, qui grâc à la rvnt d commrcialité puvnt financr un parti ds travaux. 80 % ds surfacs transformés par ds prsonns physiqus ou SCI familials sont infériurs à 500 m2. possibls (logmnts, commrcs, hôtls d tourism, résidncs srvics t étudiants) pour ds immubls d buraux dvnus uniqumnt ds valurs foncièrs, t qui n pourront plus rtrouvr Si ls prsonns physiqus transformnt majoritairmnt ds ptits surfacs, ls baillurs sociaux ont quant à ux réalisé au nom 4

6 d un impératif d mixité social, ds opérations d plus grand nvrgur (immubls d m2) à l aid d dispositifs tls qu ls baux mphytéotiqus. 26 % ds surfacs d buraux convrtis n logmnts, ont été réalisés par ds baillurs sociaux à Paris. Ls acturs institutionnls d l immobilir d ntrpris rstnt quant à ux pu concrnés par ls opérations d transformation d buraux n logmnts t privilégint ls convrsions d buraux n hôtls d tourism, commrcs, t résidncs srvics. Lorsqu ds un prt d surfac allant d 10 à 20 % lors d la transformation n logmnts. Ls prts d surfacs constitunt un inconvénint rdoutabl, t compliqunt l équation financièr. Crtains surfacs (RIE, archivs tc.) sont difficilmnt xploitabls lors d la transformation n logmnts. A cla, il faut ajoutr ls prts d surfacs liés au nouvau calcul d la surfac d planchr dans l cadr d immubls xistants. institutionnls transformnt ds buraux n logmnts, ils l font généralmnt pour présrvr ds droits à construir ou ncor pouvoir par un ju d compnsation transformr à Paris, ds immubls d logmnts n buraux. Entr 2001 t 2010, ils sont à l origin d 6 % ds opérations d transformation d buraux n logmnts. Ls immubls ainsi transformés sont généralmnt cédés. Au-dlà d la situation actull s pos la qustion du potntil d buraux mutabls à l échll francilinn. Au scond trimstr 2012, un pu plus d m2 d buraux d scond main sont vacants dpuis 4 ans t plus. Plus d la moitié d cs immubls st localisé n grand couronn. Eu égard à la maturité du parc, du volum important d buraux construit dpuis ls annés 1980 Ls rchrchs réalisés montrnt qu la transformation s appréci au cas par cas, chaqu bâtimnt, chaqu configuration étant uniqu. Ell st possibl, mais pas dans tous ls scturs, l équation financièr, juridiqu t tchniqu rst ncor difficil à résoudr. L analys d la faisabilité économiqu, à partir d cas réls t d simulations à Paris t n prmièr couronn (réhabilitation lourd d buraux ou transformation n logmnts) montr, qu à l hur actull, la transformation ds immubls d buraux n logmnts (plus d 20 millions d m2 SHON d buraux ont été livrés ntr 1981 t 2000) t à l impact accélératur du Grnll d l Environnmnt sur l obsolscnc du parc trtiair, un volum plus important d buraux pourrait à l horizon 2030 êtr définitivmnt inadapté à la dmand. Ls stimations réalisés montrnt qu ntr t m2 d buraux par an pourraint êtr définitivmnt inadaptés à la dmand du marché «burau» (n sont pris n compt qu ls immubls d buraux livrés ntr 1981 t 2000). st nvisagabl dans ls scturs où il xist un fort prssion foncièr pour ls logmnts, t où ls opératurs s hurtnt à ds problèms d droits à construir (impossibilité d rconstruir un immubl à surfac égal d l xistant). L maintin d l attractivité d notr Région-Capital pass par la production d buraux nufs t par l rnouvllmnt du tissu xistant. C st tout l nju ds décnnis à vnir! Bin qu il n xist pas d impossibilités tchniqus, crtains morphologis sont xtrêmmnt contraignants t ntraînnt ds coûts qui sont dissuasifs. Pour pouvoir êtr transformé n logmnts, un immubl d buraux doit avoir un profondur d tram compris ntr 12 t 14 mètrs. Ls immubls avc un profondur d tram d 18 mètrs nécssitnt un intrvntion lourd t conduisnt à Si dans d nombruss situations la sul altrnativ fac à ds immubls d buraux obsolèts dvnus uniqumnt ds valurs foncièrs, st la démolition complèt suivi d un rconstruction, il xist un parti du marché où la transformation st possibl. La transformation ds buraux n prmttra pas d résoudr la cris du logmnt (tous ls immubls n sont pas transformabls), cpndant, afin d ncouragr ls détnturs institutionnls d bu- 1 Donnés BNP Paribas Ral Estat 5

7 raux à transformr lurs actifs définitivmnt inadaptés au marché n d autrs locaux, l group d travail a formulé un crtain nombr d propositions, t notammnt sur l plan d l urbanism réglmntair : La prt ds surfacs ntraîné par l impossibilité d utilisr ls sous-sols ou par la déduction forfaitair d 10 % ds surfacs d planchr dans l cadr du calcul d la surfac d planchr constitu égalmnt un frin aux opérations. Afin Il convindrait pour facilitr ls opérations d agir sur ls droits à construir. La transformation ds buraux n logmnts put êtr complx lorsqu l COS autorisé st infériur à d traitr ctt problématiqu, ls surfacs prdus pourraint êtr transférés dans ls suprstructurs d l immubl concrné par la transformation (sous résrv du rspct ds règls fondamntals d urbanism) ; clui affcté pour ls buraux ou l immubl xistant. Pour favorisr ls opérations à l échll régional, un COS d fait t/ou volumétriqu pour ls opérations d transformation Ds msurs d accompagnmnt dans ls scturs où la dmand n logmnts st fort, pourraint êtr instaurés ; d buraux n logmnts pourrait êtr instauré. Ls opératurs pourront transformr ls immubls dans la limit ds surfacs xistants. Mais au-dlà d l application d un COS d fait t/ou volumétriqu, un dépassmnt ds droits à construir pourrait êtr nvisagé dans l cadr d la transformation ds buraux n logmnts ; Enfin, d un manièr général, il convindrait d bin prndr n compt ls dynamiqus d marché t ls produits auxquls lls s appliqunt. Ds msurs prtinnts t fficacs n pourront êtr instaurés qu si ls acturs disposnt d un millur connaissanc quantitativ t Conformémnt au Cod d l urbanism, pour tout construction nuv d logmnts, ls opératurs sont tnus d crér ds placs d stationnmnt pour ls véhiculs. En cas d impossibilité, ils doivnt vrsr un participation financièr. Afin qualitativ d l état du parc. A ct égard, un obsrvatoir régional disposant d un bonn connaissanc ds parcs, quantitativ, qualitativ, t localisé st un atout pour la région, prmttant à tous ls acturs d orintr lurs intrvntions à bon scint t d débattr ds msurs d intérêt général. d favorisr ls transformations, l obligation d crér ds parkings dans l cadr d la transformation ds buraux n logmnts pourrait êtr abrogé ; 6

8 Introduction Un fois inoccupés, ls locaux n pas trouvnt prnur, malgré un rénovation ou un rstructuration lourd, n raison notammnt d lur localisation géographiqu, t d lur fonctionnalité. Ils apparaissnt alors obsolèts dans lur usag burau, t sont vacants dans la duré. Avc un pu plus d 50 millions d m2 utils 2 rcnsés, l Îl-d-Franc concntr n volum l plus important parc d buraux n Europ dvant Londrs (l Grand Londrs compt 43 millions d m2 d buraux 3 ), t l un ds plus importants au mond. Un parti d c parc matur, polymorph, st aujourd hui inadapté à la dmand du marché. Slon ls stimations réalisés, près d trois-quarts ds immubls d buraux francilins ont été édifiés, il y a plus d quinz ans, t plus d 50 % ont été bâtis dpuis près d trois décnnis 4. Qu fair d ctt drnièr catégori d immubls? Si crtains immubls doivnt inévitablmnt êtr démolis car situés dans ds zons trop éloignés ds tissus urbains, ds équipmnts t ds Pour répondr aux xigncs du marché t maintnir l attractivité d la métropol francilinn (intégré au résau d vills monds ) transports, qu fair ds immubls d buraux obsolèts dans lur usag burau, mais localisés dans un nvironnmnt t un tissu urbain adéquat? fac notammnt à la monté n puissanc d mégalopols (asiatiqus notammnt) dont l ssntil du parc d buraux répond aux xigncs d modrnité, il st nécssair d continur à produir du burau, mais égalmnt d s attaqur à la qustion du rnouvllmnt d l xistant. Manqu d logmnts d un part, immubls d buraux vids d autr part, l idé d transformr ls buraux n logmnts s pos Décidr d modrnisr l parc, c st s intrrogr sur l obsolscnc. Défini dans l rapport sur l Grnll t l obsolscnc 5 comm la d nouvau dans un contxt macro-économiqu incrtain. Ds articls d prss t discours politiqus mttant l immobilir d ntrpris sur l banc ds accusations fac à la pénuri d logmnts s sont multipliés cs drnièrs annés. non adéquation ntr l offr disponibl t la situation d la dmand à un instant donné, l obsolscnc vari t évolu dans l tmps slon ls xigncs du marché, ls évolutions tchniqus (viillissmnt ds matériaux), ls rupturs tchnologiqus, d mod d travail t réglmntairs. Sans rvnir sur la caractérisation t ls causs du phénomèn, il faut notr qu il xist trois grands catégoris d locaux : Habitr au burau, 15 décmbr 2010, L Exprss «Commnt mobilisr l foncir t détndr un marché parisin n plin surchauff? Un ds solutions, slon Bnoît Apparu, alors scrétair d Etat au logmnt, srait d transformr n appartmnts, dans ls dix prochains annés, ls 6 millions d mètrs carrés d buraux obsolèts xistants dans la capital.» Un fois inoccupés, ls locaux nécssitnt d légrs travaux (rafraîchissmnt, pintur/moqutt) t trouvnt rapidmnt prnur à un prix d marché ; Un fois inoccupés, ls locaux nécssitnt d lourds travaux (rénovation ou rstructuration lourd) pour êtr commrcialisabls n buraux ; Député Christoph Carsch, taxr ls buraux vacants, 16 mars 2011, L Parisin-Aujourd hui n Franc «L'affair d l'immubl du group Axa, invsti ct hivr par l collctif Judi Noir finalmnt délogé par la polic, était l'xmpl d trop. Christoph Carsch, député PS d Paris a décidé d passr à l'action contr 2 Donnés ORIE, parc d buraux au 31 décmbr Donnés Econovista 4 Obsrvatoir Régional d l immobilir d ntrpris, L immobilir d ntrpris dans l économi national t francilinn, févrir Obsrvatoir régional d l immobilir d ntrpris, L Grnll t l obsolscnc, févrir

9 ls buraux vids qu'il considèr comm n parti rsponsabls d la cris du logmnt dans la capital. Soutnu par dix autrs confrèrs, il doit déposr un proposition d loi à l'assmblé national pour favorisr la transformation ds locaux profssionnls vacants n habitation ds logmnts dans crtains zons voir à un dépassmnt, conjugué à l obsolscnc ds buraux t d la problématiqu d la vacanc total ou partill, nous conduit cpndant à analysr la qustion d la transformation ds buraux sous un éclairag nouvau. n région parisinn. Il considèr qu crtains grands groups, comm Axa, valorisnt c typ d buraux dans lurs actifs, qu'ils soint loués ou pas [ ] Parfois, ils s'nrichissnt sans lour plutôt qu d financr un coûtus rmis aux norms. C'st un prvrsion qui découl d la spéculation immobilièr t qu'il faut corrigr.» La rconvrsion ds buraux obsolèts n d autrs locaux put-ll êtr un véritabl outil d adaptation du parc xistant? Qulls sont ls transformations nvisagabls? Ls logmnts, ls commrcs, ls hôtls, ls résidncs srvics t étudiants? Qulls sont ls conditions à réunir pour favorisr ls transformations? Quls sont ls frins actuls? Tandis qu l coût d la transformation d buraux n logmnts ou n d autrs locaux st souvnt supériur au coût d démolition/rconstruction, pour qulls raisons ds immubls d buraux sont-ils rconvrtis? Au rgard d la maturité du parc, obsrvronsnous dans ls décnnis à vnir un accroissmnt ds transformations? La transformation ds buraux st-ll uniqumnt un qustion conjoncturll réapparaissant n périod d cris? Enfin, qul st l gismnt d buraux à transformr? Fac à cs intrrogations, c présnt rapport réalisé avc la participation d spécialists d l immobilir résidntil t trtiair s articul autour d trois axs : Par un ju d vass communicants, transformr ls buraux n logmnts put alors apparaîtr comm un répons simultané fac à l obsolscnc prolongé ds actifs d buraux t au déficit d logmnts. Or, ctt solution qui fait l objt d un ngoumnt général, t dont l bon sns st évidnt, st n réalité plus complx qu il n y paraît. En attst d aillurs l nombr d autorisation d changmnt d dstination accordé à Paris durant cs vingt drnièrs annés. Entr 1990 t 2010, ls autorités compétnts ont autorisé n moynn par an à Paris, la transformation d m2 d buraux n locaux d habitation 6, c qui rprésnt un production d l ordr d 300 à 400 logmnts par an. En parallèl, il convint d notr qu durant la mêm périod à Paris, logmnts ont été autorisés à la construction n moynn par an 7. Etat ds liux historiqu t statistiqu sur ls transformations ; Idntification ds obstacls t ds frins aux transformations ; Propositions pour favorisr la mutation ds immubls définitivmnt inadaptés à la dmand. La convrsion d buraux n d autrs locaux xig un conjonction d circonstancs favorabls ; conviction du propriétair d l obsolscnc d son immubl dans son affctation burau, faisabilité tchniqu dans ds conditions économiqus raisonnabls, disponibilité d rssourcs financièrs, faisabilité administrativ t réglmntair tc. Nos réflxions ont principalmnt porté sur la rstructuration d immubls xistants t la convrsion n d autrs usags/dstinations, S il st clair qu la transformation ds buraux n logmnts n prmttra pas d attindr ls objctifs d production d logmnts fixés par la loi du Grand Paris ( logmnts par an), l évolution ds tout n sachant qu dans crtains hypothèss la démolition/rconstruction st un répons prtinnt au rnouvllmnt d l xistant. marchés, aboutissant à un rapprochmnt ds valurs ds buraux t 6 Donnés issus d l application informatiqu Grco 7 Donnés 2 8

10 1 RE PARTIE : LA TRANSFORMATION DES BUREAUX : UN SUJET RECURRENT? 9

11 1.1 CRISE DE SURPRODUCTION ET REFLEXIONS SUR LA TRANSFORMATION DE BUREAUX EN LOGEMENTS DANS LE MILIEU DES ANNEES Stock d buraux xcédntair t manqu d logmnts La transformation ds buraux n logmnts n st pas un phénomèn nouvau ; bin au contrair, d nombruss réflxions y ont été consacrés, dans l miliu ds annés 1990, au lndmain d un cris immobilièr sans précédnt. Après un périod d uphori, lié à la mutation du systèm productif : mondialisation ds affairs, afflux d capitaux étrangrs, rpris économiqu, supprssion d l agrémnt pour la construction d buraux n blanc n 1985, d nombrux immubls d buraux nufs t ancins sont vids alors qu n parallèl, il xist un manqu d logmnts. La transformation ds buraux n logmnts st alors un argumnt avancé pour sortir rapidmnt d ctt cris d surproduction, l idé étant qu il xist un déséquilibr ntr la construction d buraux t d logmnts, alors qu ls bsoins n logmnts sont nttmnt supériurs. En fft, dès la fin ds annés 1980, un boom d la construction d buraux s opèr n Îl-d-Franc, t principalmnt dans ls Hautsd-Sin qui nrgistrnt nviron 37% ds miss n chantir ntr 1985 t Dans c départmnt, d nombruss frichs industrills sont rqualifiés grâc au rcours à la procédur d ZAC. A Lvallois-Prrt ou Clichy, l départ ds usins Citroën a prmis la viabilisation d trrains pour la construction d un urbanism trtiair. Ds situations analogus sront obsrvés à Issy-ls-Moulinaux ou ncor à Boulogn-Billancourt 8. «10 millions d m2 d buraux nufs construits n région parisinn ntr 1985 t 1993 c st trop! Trop car on a xcédé ls bsoins du marché, trop car cla a contribué à crusr l écart ntr Paris t ls métropols d provinc, à l ncontr ds princips qui auraint dû guidr un aménagmnt du trritoir réllmnt maîtrisé [ ] D plus l fossé s crus ntr ls buraux modrns n xcédnt t l parc ancin dont l stock vacant continu d augmntr par la conjonction d libérations croissants (pour rmplir l nuf) t d un faibl dmand». L discours prononcé par Hrvé d Chartt (alors ministr du logmnt) n 1993, lors d un colloqu organisé par l association APOGEE sur la transformation ds buraux n logmnts, illustr bin à qul point la class politiqu st alarmé fac à la surabondanc d buraux. FIGURE 1 : EVOLUTION DE LA DEMANDE PLACEE ET DES MISES EN CHANTIER DE BUREAUX ENTRE 1981 ET 2010 Sourcs : donnés CBRE, traitmnt ORIE, 2 8 M. Eric Crouzt, Évolution récnt d la géographi ds buraux n Îl-d-Franc, 2001, p

12 La figur 1 sur l évolution d la dmand placé t ds miss n chantir ntr 1981 t 2010 montr qu ntr 1985 t 1992, xist un déséquilibr ntr la dmand d buraux, t l offr qui st largmnt xcédntair. Crtains sits sont mnacés, t risqunt d dvnir d véritabls «frichs trtiairs». Alors qu ntr 1974 t 1984, n moynn m2 SHON sont mis n chantir par an, ntr 1985 t 1995, m2 SHON d buraux sont n moynn mis n chantir par an. En 1989 l volum significatif ds transactions st dû à un rdistribution ds surfacs, (déménagmnts d ntrpriss, rgroupmnt d srvics) plus qu à un accroissmnt ds surfacs occupés. A ctt époqu la dmand fac à un marché offrur dvint plus sélctiv. Ls ntrpriss privilégint la qualité d la dssrt, la modularité t la fonctionnalité ds locaux t à l occasion d un déménagmnt rationalisnt lurs implantations, t réduisnt ls surfacs occupés dans un économi d plus n plus concurrntill. «Plus d 4,5 millions d m2 d buraux sont vids n 1993 slon l Grcam. 2 millions d m2 construits ntr 1988 t 1993 sont alors inoccupés». Slon ls stimations d l époqu, sur l nsmbl d c parc, m2 dont m2 à Paris 9 sont bin localisés mais trop vétusts pour répondr aux nouvaux bsoins ds ntrpriss, sraint transformabls n logmnts. Ls étuds réalisés par l Grcam, n sptmbr 1993 mttnt n évidnc qu ls locaux délaissés sont ds locaux ancins, situés principalmnt à Paris t n ptit couronn. C sont ds locaux qui à 40 % ont ds surfacs infériurs à m2. FIGURE 2 : EVOLUTION DE LA POPULATION ET DES MISES EN CHANTIER DE LOGEMENTS EN ÎLE-DE-FRANCE ENTRE 1990 ET 2010 Sourcs : donnés CBRE, traitmnt ORIE, 2 En parallèl d ctt surabondanc d buraux, il y a un déséquilibr ntr l offr t la dmand d logmnts n Îl-d-Franc, dû notammnt à l insuffisanc d la construction d logmnts t aux évolutions démographiqus. 9 L Mond, 22 juillt 1997, la cris dans l immobilir d ntrpris favoris la rconvrsion d immubls d buraux n logmnts 11

13 1.1.2 Ls réflxions mnés par l group d travail piloté par Jacqus Darmon Fac à la surabondanc d buraux vacants, d nombruss réflxions sont mnés afin d xaminr la situation du parc mais égalmnt d proposr «touts ls msurs prmttant d accélérr la réutilisation ou la transformation ds buraux xcédntairs», afin d maîtrisr ls risqus d déséquilibr profond du marché, promouvoir la production d logmnts, t évitr par aillurs qu la cris immobilièr n s transform n un cris financièr sans précédnt (d nombruss constructions ont fait l objt d financmnts bancairs importants). A la dmand du ministr du logmnt Hrvé d Chartt, st lancé n 1994 un group d travail sur l avnir du parc vacant, dirigé par Jacqus Darmon. Ls réflxions mnés ouvriront ls débats sur un sujt qui était jusqu là pu abordé. L rapport drss un diagnostic du marché trtiair francilin, au travrs d donnés statistiqus sur l stock, la vacanc, la dmand placé. Sont égalmnt mis n xrgu ls élémnts suivants : Il n xist pas d rigidités tchniqus qui bridnt totalmnt ls projts d transformation, néanmoins ls immubls avc un grand profondur d tram t d typ murs-ridaux sont ls plus complx à transformr ; Ls immubls ds annés ont ds caractéristiqus constructivs qui s rapprochnt d clls du logmnt d la mêm époqu t n présntnt pas d difficultés majurs d transformation ; Chaqu bâtimnt st un cas uniqu qull qu soit la tchniqu ou la périod d construction ; Outr ls aspcts intrinsèqus au bâtimnt, il y a ds obstacls qui tinnnt d la situation du bâtimnt lui-mêm. L implantation du bâtimnt, son orintation, son nvironnmnt immédiat puvnt êtr ds frins aux transformations. Il smbl n fft difficil d rconvrtir ds buraux éloignés ds tissus urbains, ds quartirs d affairs, d la population, ds transports n commun ou ncor d équipmnts publics ; La cibl pour la transformation sont ls ancins logmnts rconvrtis n buraux, t ls buraux construits ntr 1960 t Pour favorisr ls transformations d buraux n logmnts, l group d travail, piloté par Jacqus Darmon a formulé ls rcommandations suivants : 1) Assouplir ds règls d urbanism u Exmptr ls transformations d prmis d construir dès lors qu la natur ds travaux n l xig pas L group d travail a proposé qu ls transformations soint xmptés d prmis d construir t soumiss à déclaration préalabl dès lors qu ls travaux n ont pas pour fft d crér ds surfacs ou d modifir l aspct xtériur ds bâtimnts. u Exmptr la transformation d buraux n logmnts d la création d placs d stationnmnt Dès qu il y a création d logmnts, ls constructurs ont l obligation d crér ds parkings. En cas d impossibilité tchniqu, ctt obligation put êtr rmplacé par un participation financièr fixé n consil municipal. L group d travail a rcommandé qu ls transformations d buraux n logmnts soint dispnsés d l obligation d création d parkings. (C st l cas actullmnt dans l PLU d Paris). u Incitr ls communs à appliqur l COS d fait, n cas d transformations La transformation d buraux n logmnts put êtr complx lorsqu qu l COS autorisé pour l logmnt st infériur à clui autorisé pour ls buraux. L group d travail a suggéré qu l COS d fait soit appliqué n cas d transformation d buraux n logmnts pour ls communs qui ont un nombr important d buraux vacants. 2) Crér ds incitations financièrs u Subvntion sur ls travaux, pour un duré tmporair Sur l plan financir, l group d travail avait suggéré la mis n plac d un aid financièr pour ls opérations d transformation d buraux n logmnts à partir du momnt où l bin avait un usag «burau» ffctif t continu sur un périod d 15 ans. 3) Adaptr l dispositif d aménagmnt régional u Supprimr l plafond d loyr pour ls aids ANAH pour ls transformations d buraux n logmnts ; u Abandonnr la procédur d agrémnt utilisatur. Ell sra supprimé n 2000 ; u Rchrchr d nouvaux mécanisms d financmnt d ZAC ; u Unifir ls définitions, proposition d mis n commun ds donnés. 12

14 1.2 OBSOLESCENCE, CRISE FINANCIERE, ET DIVERSIFICATION DES TRANSFORMATIONS L obsolscnc ds actifs, l manqu d logmnts, l rapprochmnt ds valurs voir l invrsion d la hiérarchi ds valurs, conduisnt d nouvau à s intrrogr sur la transformation ds buraux obsolèts. FIGURE 3: PARC DE BUREAUX ET VALEURS LOCATIVES FACIALES ENTRE 1981 ET 2010 Sourcs : CBRE, ORIE La cris économiqu mondialisé qui trouv son origin dans ls crédits hypothécairs à risqu, a dpuis 2008 fortmnt prturbé l marché d l immobilir d ntrpris francilin. Dans un périod économiqu troublé, la qustion d la transformation ds buraux n d autrs locaux s pos un nouvll fois, mais dans un contxt différnt du miliu ds annés 90, où l maîtr mot était d résorbr l plus rapidmnt possibl un stock d buraux xcédntair. Si ls réflxions mnés dans ls annés 1990 sur la transformation ds buraux n logmnts ont u pour conséqunc d ouvrir ls sprits sur l sujt t d crér un analys d la valur, l idé st aujourd hui d actualité n raison du manqu incontstabl d logmnts n Îl-d-Franc, d l obsolscnc ds actifs d buraux (autrmnt dit, ds immubls qui dans lur affctation n ont plus un utilité économiqu t sont vacants dpuis un crtain duré) du rapprochmnt, voir d l invrsion d la hiérarchi ds valurs dans crtains scturs au profit notammnt ds logmnts. Ls valurs locativs constitunt l rflt ds cycls hauts ou bas du marché. La figur 3 montr n fft, qu ls valurs locativs facials moynns ds buraux n Îl-d-Franc n uros constants n ont cssé d baissr ntr 2000 t 2010 (-23% durant la périod). En 2010, l nivau moyn st d aillurs équivalnt à clui du miliu ds annés Aujourd hui, la qustion d la transformation ds buraux n s résum pas à la convrsion n logmnts mais à tout transformation possibl pour ls immubls d buraux obsolèts. 13

15 Avant ls annés 1960, la production d buraux consistait principalmnt à ds changmnts d affction d locaux d habitation, transformés n buraux. L passag d un économi industrill à un économi trtiair, a conduit par la suit à crér ds buraux très dnss à Paris dès lors qu ds trrains étaint disponibls. L immubl du ministèr d la Défns, ru Saint Dominiqu (Paris 7 ), ou ncor l Cntr d gstion du group Médéric, ru Pillt Will (Paris 9 ), constitunt d xcllnts xmpls. Crtains buraux ont été conçus pour répondr d façon urgnt à la trtiarisation d l économi, mais l évolution d lur nvironnmnt urbain immédiat (souvnt situé dans un tissu urbain à dominant résidntil), du tissu économiqu, t ds bsoins ds ntrpriss, ls rndnt aujourd hui inadaptés à la dmand. La condition ssntill pour qu un transformation soit nvisagé st qu la localisation géographiqu soit obsolèt pour ls buraux. Un transformation put êtr nvisagé dès lors qu ls conditions économiqus t réglmntairs sont réunis Usag, dstination, compnsation, qulqus rappls réglmntairs La transformation d buraux n d autrs locaux st réglmnté dpuis d nombruss annés. Il convint donc avant d analysr ls njux, d réalisr qulqus rappls réglmntairs, n précisant notammnt la différnc ntr l changmnt d dstination t l changmnt d usag. L changmnt d dstination st du rssort du Cod d l urbanism. La dstination du bâtimnt s appréci au momnt du dépôt du prmis d construir ou d la déclaration préalabl. Slon l articl R du Cod d l urbanism, nuf dstinations puvnt êtr rtnus pour un construction : habitation, hébrgmnt hôtlir, buraux, commrc, artisanat, industri, xploitation agricol ou forstièr, ntrpôt, t installations nécssairs aux srvics publics ou d intérêt collctif. Il y a un changmnt d dstination, dès lors qu un bâtimnt pass d un ds nuf catégoris à un autr catégori. L changmnt d usag st du rssort du Cod d la construction t d l habitation (articl L t suivants). Il xist dux usags : ls locaux dstinés à l habitation t ls autrs locaux non dstinés à l habitation. Conformémnt à l articl L du Cod d la construction t d l habitation, un autorisation préalabl au changmnt d'usag st délivré par l mair d la commun dans laqull st situé l'immubl, après avis, à Paris, Marsill t Lyon, du mair d'arrondissmnt concrné. Ell put êtr subordonné à un compnsation sous la form d la transformation concomitant n habitation d locaux ayant un autr usag. Slon ls dispositions du règlmnt municipal d la Vill d Paris (publiés au Bulltin Municipal Officil du 18 févrir 2011) rlativs aux conditions d délivranc ds autorisations d changmnt d usag d locaux d habitation, ls autorisations d changmnt d usag sont accordés : d un part, n tnant compt ds objctifs d mixité social, d l équilibr ntr habitat t mploi dans ls différnts quartirs parisins t d la nécssité d n pas aggravr l insuffisanc d logmnts, précisés par l Programm Local d l Habitat t l Plan Local d Urbanism d Paris n viguur ; d autr part, au rgard ds compnsations proposés, sous résrv ds dispnss à l obligation d compnsation prévus aux articls 3 t 4 du règlmnt municipal. La compnsation consist n la transformation n habitation d locaux ayant un autr usag qu l habitation. L opératur put offrir lui-mêm ls m2 nécssairs dans un autr opération dans laqull il transform n logmnts, ds surfacs affctés à un autr usag. Il put égalmnt achtr ds titrs d compnsation (commrcialité) à un autr opératur transformant n logmnts ds surfacs affctés à un autr usag. Ls locaux proposés doivnt êtr d qualité t d surfac équivalnts, t êtr situés dans l mêm arrondissmnt à clls faisant l objt du changmnt d usag, à l xcption ds scturs d compnsation rnforcé où tout m2 d habitation transformé doit êtr doublmnt compnsé. Dans l sctur d compnsation rnforcé pour transformr 1 m2 d logmnts n buraux, il faut qu 2 m2 d buraux soint transformés n logmnts dans l mêm arrondissmnt. Ls locaux transformés n logmnts locatifs sociaux faisant l objt d un convntion n doivnt pas rspctr ctt règl d surfac doubl dans l sctur d compnsation rnforcé. 1 m2 d habitation à vocation social put êtr rmplacé par 1 m2 d burau, t c, dans touts ls zons du sctur d compnsation rnforcé (du 1 r au 9 arrondissmnt d Paris, t un parti du 10, 14,15, 16,18 arrondissmnt). Si sur ls aspcts quantitatifs, ls donnés sont clairs, il convint d notr qu il n xist pas à l hur actull d définition ou d critèrs clairs sur la notion d qualité «équivalnt». L changmnt d usag put êtr rfusé par la municipalité si : ls objctifs d mixité social t l équilibr ntr mploi t habitation n sont pas rspctés ; ls locaux offrts n compnsation n sont pas d qualité équivalnt. 14

16 L mécanism d compnsation constitu un opportunité financièr lors ds opérations d transformation d buraux n logmnts dans la msur où ls opératurs transformant ds buraux n logmnts puvnt vndr ds titrs d commrcialité à un autr opératur transformant ds locaux d habitation n buraux. A Paris, la cssion d commrcialité doit êtr réalisé n amont du dossir d changmnt d dstination, dans l cas contrair, la somm pouvant êtr prçu au titr ds cssions d commrcialité st définitivmnt prdu D faibls volums d buraux transformés n logmnts ntr 1990 t 2010 à Paris À l xcption d Paris, ls buraux transformés n d autrs locaux n font pas l objt d un rcnsmnt. La bas d donnés 2 qui fournit ds rnsignmnts sur ls prmis d construir à un échll régional n prmt pas d discrnr ls buraux transformés n d autrs locaux n l Îl-d-Franc, l usag initial ds locaux, t l volum ds transformations étant pu ou mal rnsigné. Ds tntativs ont été mnés par l group d travail pour obtnir ds donnés statistiqus à un échll régional, cpndant, lls ont été infructuuss. Un travail minutiux auprès d touts ls communs d Îl-d-Franc srait nécssair pour obtnir cs informations. Ls donnés sur ls prmis d construir saisis à l échll ds communs dont ls moyns matérils différèrnt, n sont pas toujours agrégés à un échll régional. En raison d la faiblss d l apparil statistiqu, l group d travail a été contraint d approchr ls transformations d buraux n d autrs locaux uniqumnt à Paris, sul départmnt où il xist un suivi régulir dpuis plus d vingt ans. A Paris t n prmièr couronn, ls buraux transformés n logmnts sont ds immubls d typologi «haussmannin» (scond moitié du 19 siècl) qui présntnt ds capacités d adaptation, t puvnt aussi bin accuillir du burau qu du logmnt. En grand couronn, dès qu un immubl st ntièrmnt affcté à du burau t qu il présnt d nombruss contraints tchniqus, ls opératurs préfèrnt démolir l immubl s ils n ont la possibilité. L coût ds travaux d transformation d buraux n logmnts st souvnt plus élvé qu l coût ds travaux d construction d logmnts nufs, logmnts qui d surcroît corrspondnt davantag aux bsoins du marché ( n trms d taill ou d typologi). FIGURE 4 : TRANSFORMATIONS DE BUREAUX EN D AUTRES LOCAUX AUTORISEES A PARIS ENTRE 1990 ET 2010 Sourc : Mairi d Paris, application informatiqu GERCO 15

17 u Miliu t fin ds annés 1990, ds transformations n logmnts impulsés par ls pouvoirs publiqus Ls donnés sur ls changmnts d dstination détaillés dans la figur 4, mttnt n xrgu qu pu d buraux ont été transformés n logmnts durant cs vingt drnièrs annés. En moynn par an ntr 1990 t 2010, m2 SHON d buraux ont été autorisés à la transformation n d autrs locaux (n moynn par an, m2 n habitation, t m2 n d autrs locaux). C st n 1998 ( m2) t n 2009 ( m2) qu l on obsrv ls volums ls plus importants d changmnt d dstination autorisés. Si du miliu ds annés 1990 jusqu au début ds annés 2000, ntr 70 t 80 % ds surfacs d buraux transformés à Paris l sont n logmnts, un changmnt d la tndanc st obsrvé au miliu ds annés 2000, marqués par un rcrudscnc d transformations d buraux n hôtls, résidncs étudiants t srvics. En 1998, d nombruss dmands d transformation d buraux n logmnts ont été accordés. Ct intérêt à la transformation n logmnts s xpliqu notammnt par ls divrss incitations publiqus. Fac à un offr pléthoriqu d buraux, l ajustmnt smbl alors prioritair pour ls pouvoirs publics afin d évitr qu la cris n port attint à l économi français 10. Il smbl nécssair malgré l contxt d cris, d avoir d sériux ncouragmnts pour qu ds buraux soint transformés n logmnts. Un ds vois pour rstaurr l équilibr ntr offr t dmand st la sorti d un parti du stock xcédntair, évalué ntr 2 t 2,5 millions d m2. Pour accélérr la sorti d cris t n parallèl rlancr la production d logmnts dans l agglomération parisinn t promouvoir un équilibr ntr habitation t activités, ls pouvoirs publics ont mis n plac dans l miliu ds annés 1990, ds actions visant notammnt à favorisr ls convrsions d buraux n logmnts. Ls nquêts mnés auprès d la préfctur t d la Mairi d Paris ont montré qu pu d prsonns ont souhaité bénéficir d c dispositif. Entr 2000 t 2010, suls 5 à 10 dossirs d dmand d rtour à un affctation burau, après transformation n logmnts ont été déposés. En outr, d nombruss incitations financièrs principalmnt à dstination ds prsonns physiqus ont été instaurés : L prêt-burau-logmnt (PBL) Il s agit d un prêt à taux fix qui était distribué par l Crédit Foncir t l Comptoir ds Entrprnurs pour un duré d 8, 10, 12 ou 15 ans pour ls opérations d transformation n logmnts d locaux à usag d burau. Accssibl aux prsonns physiqus ou morals à l xcption ds organisms HLM, c prêt prmttait d financr la totalité ds travaux à condition qu l mpruntur s ngag à affctr ls locaux financés n PBL à un usag logmnt pndant un duré minimum d 5 ans. Ls subvntions ANAH t d la Vill d Paris L ANAH accordait égalmnt ds subvntions pouvant couvrir jusqu à 25 % du montant ds travaux d transformation d buraux n logmnts supériurs à 50 m2. En complémnt ds subvntions ANAH, la Vill d Paris accordait égalmnt un aid financièr aux propriétairs baillurs t occupants acquérurs d buraux à transformr n logmnts. En contrparti d la subvntion, ls propriétairs-baillurs dvaint s ngagr à lour l logmnt pndant 9 ans avc un plafond d loyr d typ PLI. Pour ls propriétairs occupants n dépassant pas ls plafonds d rssourcs xigés, l aid alloué était d un montant d 500 francs/m2. La révrsibilité du changmnt d usag Changr l usag ds buraux n logmnts rvint à donnr un vocation uniqu t irrévrsibl d son patrimoin. La Loi Habitat du 21 juillt 1994, introduit l idé d un changmnt d usag tmporair. Ainsi, ls opératurs puvnt transformr ds buraux n logmnts d manièr tmporair t ont la possibilité dans un délai maximum d 13 ans d rtrouvr l affctation antériur sur simpl déclaration. Au-dlà d ctt périod l rtour à un autr usag doit fair l objt d un autorisation préfctoral. La révrsibilité du changmnt d usag a été supprimé n L obsrvatoir d l immobilir, n 30, févrir

18 u Divrsification ds transformations dans l miliu ds annés 2000 Dans l miliu ds annés 2000 la répartition n matièr d changmnt d dstination st différnt. Sur l nsmbl ds changmnts d dstination autorisés, 53% ds surfacs d buraux sont transformés n habitation, l rst étant n hôtls d tourism, résidncs srvics tc. En 2007 t 2009 ls transformations d buraux autorisés n hôtls d tourism t résidncs srvics ( m2) sont plus importants qu clls autorisés pour l habitation ( m2). En 2007 ls chiffrs sont imputabls à qulqus opérations d nvrgur : Avnu Iéna, 16 arrondissmnt d Paris, transformation d un immubl d buraux R+6 d un surfac d m2 SHON, n hôtl d tourism, l Shangri-La, (102 chambrs) ; Avnu Claud Vllfaux, 10 arrondissmnt d Paris, m2 SHON d buraux (bâtimnt R+3) transformés n un établissmnt d nsignmnt supériur privé, l INSEEC (Institut ds hauts étuds économiqus t commrcials) ; Ru d, Montruil, 11 arrondissmnt d Paris, m2 SHON d buraux transformés par la Sodarif, n un résidnc pour prsonn dépndant. En 2009, ls chiffrs obsrvés sont imputabls aux opérations suivants : Avnu Klébr, 16 arrondissmnt d Paris, transformation d m2 SHON d buraux n hôtl d tourism, l Pninsula ; Ru d Brcy, 12 arrondissmnt d Paris, m2 SHON d buraux transformés n habitation (9 000 m2) t n résidnc social t étudiant (4 000 m2) par la RIVP ; Ru d la Chaussé d Antin, 9 arrondissmnt d Paris, transformation d un immubl d buraux d m2 SHON n un hôtl d tourism ; Ru d Anjou, 8 arrondissmnt d Paris, m2 SHON d buraux transformés n hôtl ; Avnu Hoch, 8 arrondissmnt d Paris, transformation d un immubl d buraux d m2 n résidnc d tourism. u Répartition par arrondissmnt ds transformations d buraux n logmnts autorisés à Paris FIGURE 5 : TRANSFORMATIONS DE BUREAUX EN LOGEMENTS AUTORISEES ENTRE 2001 ET 2010 PAR ARRONDISSEMENT A PARIS (EN M2 SHON) Surfacs n m2 SHON Sourc : Mairi d Paris, application informatiqu GERCO S il xist qulqus opérations mblématiqus, la transformation ds buraux n logmnts rst un phénomèn pu significatif t st disparat slon ls arrondissmnts. Entr 2001 t 2010, ls transformations d buraux n logmnts autorisés rprésntnt m2 SHON. L 8 ( m2), l 9 ( m2) t l 10 ( m2) arrondissmnt d Paris ont nrgistré l plus d autorisations ; ls 5, 6, l 14 t 19 arrondissmnt ont nrgistré ls volums ls plus faibls. 17

19 1.2.3 Ls principaux acturs d la transformation ds buraux Ls pratiqus d transformation dépndnt du typ d propriétair t rcouvrnt slon ls acturs ; associations, établissmnts scolairs, médcins, nsigns commrcials, invstissurs institutionnls, promoturs, marchands d bin, prsonns physiqus, SCI ; ds bsoins t ds préoccupations très différnts. Ls transformations prmttnt d rationalisr un parc, d réalisr un invstissmnt ou ncor d acquérir un résidnc principal dans un sctur où ls prix n résidntil sont élvés. Ls acturs à l origin ds dmands d transformation d buraux n d autrs locaux sont multipls t ont ds intérêts différnts. Sont rcnsés ci-dssous ls principaux acturs à l origin ds dmands d convrsion d buraux n d autrs locaux. u Prsonns physiqus t SCI familials A Paris, la majorité ds transformations d buraux n d autrs locaux a été réalisé à la dmand d prsonns physiqus t SCI familials. La transformation ds buraux n logmnts st l option privilégié par cs drnirs ; 90 % ds prsonns physiqus t SCI ayant fait un dmand d changmnt d dstination, ont transformé ds buraux n logmnts. 47 % ds autorisations d transformation d buraux n logmnts ont été accordés à ds prsonns physiqus, t 11 % à ds SCI familials ntr 2001 t Il s agit souvnt d opérations d taill modst, 80% ds buraux transformés n logmnts ont un suprfici infériur à 500 m2 ntr 2001 t Dans ctt catégori, il st nécssair d distingur d un part ls prsonns physiqus qui d façon opportunist choisissnt d transformr ds buraux n logmnts dans l but d y habitr (ils obtinnnt un prix d achat plus faibl qu l marché grâc notammnt aux rvnts d commrcialité, voir annx 3) t d autr part ls prsonns physiqus t SCI qui gèrnt un ptit patrimoin immobilir. N pouvant durablmnt supportr un prt d rvnu, cs drnirs vont choisir s ils détinnnt ds immubls d buraux vids d ls transformr n logmnts pour obtnir ds rvnus locatifs régulirs. La prssion du marché étant si fort à Paris, qu ils ont la garanti d trouvr ds locatairs, un fois ls buraux transformés. A la différnc ds invstissurs institutionnls, ils n sont pas soumis aux règls ds logmnts sociaux (transformation d ptits surfacs), la vnt d commrcialité prmt d financr un parti ds travaux. Par aillurs, du fait d la taill ds opérations, ils n sont pas confrontés aux difficultés tchniqus fréqunts lors d la transformation d immubls ntièrmnt affctés à du burau ; pas d problèms d cag d scalir, d façad, d surfacs n sous-sol. Crtains SCI ou prsonns physiqus qui gèrnt un patrimoin choissnt égalmnt d transformr ds buraux n logmnts afin d rationalisr lur patrimoin. Pour optimisr la gstion, lls préfèrnt avoir ds immubls avc un usag uniqu. Ls transformations réalisés par ls SCI familials ou prsonns physiqus n rlèvnt d aucun modèl économiqu généralisabl à grand échll. Il s agit d opérations traités au cas par cas, ls opportunités d transformation corrspondant à ds situations variés. 18

20 u Baillurs sociaux Surfacs n m2 SHON FIGURE 6 : TRANSFORMATIONS DE BUREAUX EN LOGEMENTS AUTORISEES POUR LE COMPTE DE BAILLEURS SOCIAUX A PARIS ENTRE 2001 ET 2010 Sourc : Mairi d Paris, application informatiqu GERCO Ls baillurs sociaux font égalmnt parti ds acturs qui sont à l origin ds dmands d changmnt d dstination. Ils réalisnt principalmnt ds transformations d buraux n logmnts sociaux, résidncs étudiants t/ou socials. Dans l miliu t la fin ds annés 1990, la Régi Immobilièr d la Vill d Paris (RIVP) a rconvrti d nombrux buraux n logmnts dans l 9 t l 10 arrondissmnt d Paris. L objctif pour ls baillurs sociaux st d favorisr la mixité social t d ouvrir crtains quartirs aux logmnts sociaux, n réalisant principalmnt ds programms d typ PLA ou PLI. Sur l nsmbl ds surfacs convrtis n logmnts, ls baillurs sociaux n ont transformé 26 %. L coût d acquisition t d transformation étant souvnt incompatibl avc l mod d financmnt du logmnt social, ls opérations sont alors soutnus par ls collctivités locals qui acquièrnt ds bins t ls mttnt à disposition aux baillurs sociaux au travrs d baux mphytéotiqus. C systèm prmt aux baillurs d avoir un prix d sorti qui avoisin ls prix pour ds logmnts nufs n PLA. L baillur support l coût ds travaux d transformation, t vrs n contrparti un rdvanc à la collctivité concrné sur un périod allant d 18 à 99 ans. La collctivité put parfois s résrvr un parti ds droits d attribution ds logmnts. A Paris, Paris habitat a pu ainsi transformr ru du faubourg Saint Honoré 11, un immubl d buraux n logmnts n rvrsant un rdvanc d uros/m2 à la Vill d Paris, avc un coût d travaux d uros/m2. Entr 2001 t 2010 ls plus grands opérations (n trms d surfac) d transformation d buraux n habitation ont été réalisés par ls baillurs sociaux : 252 ru d Brcy, 12 arrondissmnt d Paris, dans un bâtimnt d 10 étags, plus d m2 SHON d buraux ont été transformés n résidnc social (9 132 m2) t résidnc étudiant n 2009 par la RIVP ; ru d la Tour ds Dams dans l 9 arrondissmnt d Paris, Paris Habitat a égalmnt transformé n 2010, un pu plus d m2 SHON d buraux n locaux pour association (2 094 m2) t logmnts sociaux (84 logmnts créés) ; ru La Faytt dans l 10 arrondissmnt d Paris, n 2010, m2 SHON d buraux ont été convrtis par la RIVP n logmnts sociaux (73 logmnts créés) t n local à dstination d un maison d dévloppmnt économiqu t d l mploi ; ru Saint Lazar dans l 9 arrondissmnt d Paris, m2 d buraux transformés n habitation (49 logmnts créés) par la RIVP. u Acturs institutionnls d l immobilir d ntrpris Fac à un immubl vid, la prmièr réaction ds invstissurs institutionnls st d tntr d l réhabilitr n buraux. Si l immubl st obsolèt dans son usag burau (c st à dir inoccupé dpuis un crtain duré), t qu il n y a pas d spoir d obtnir ds rvnus régulirs mêm n baissant ls loyrs ou d tirr un profit à la vnt, ils s rtrouvnt alors fac à un dilmm ; modrnisr l immubl 11 L'Expansion, 12 mai 2011, Rconvrtir ls buraux, un solution à la cris du logmnt? 19

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

La rénovation urbaine à Angers

La rénovation urbaine à Angers ANGERrSno2s1 quartirs avc vouuispmnt Chang t > Aménagmn Urbanism > > > t ita ab H > > > > Éq La rénovation urbain à Angrs n o g i P d n a r G r i t r L qua g a s i v d chang Dossir d prss L quartir Grand-Pigon

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de Eco n om i c d v l opm n t ag n c y GPMR - P. Bouln A g n c d d é v l opp m n t é co n om i q u Trritoir projts d Dossir d W W W. C a u x S i n D E v l o p p m n t. C O M prss L Agnc Créé n 2008, Caux

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS JUIN-JUILLET 2010 GUIDE À L USAGE DES ÉLUS LOCAUX L logmnt social t ls politiqus locals d l habitat Dans l cadr ds compétncs qui lur sont conférés par l Etat, lls puvnt jour un

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2014 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur juillt 2015 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action

Plus en détail

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012 La Branch ds srvics d l'automobil Dossir d prss 24 janvir 2012 Contact prss : Mari-Joëll Dpardiu tél. : 01 41 14 13 41 dpardiumj@anfa-auto.fr Obsrvatoir d Branch ds Srvics d l Automobil Sit Intrnt dédié

Plus en détail

ARRETE N 005/MINESUP/F120

ARRETE N 005/MINESUP/F120 ARRE N 005/MINESUP/F120 28 janvir 1993 Fixant ls Domains d Formation t ls Conditions d Admission à l Institut Univrsitair d Tchnologi d l Univrsité d Douala. LE MINSTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR VU la

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

8. Propriété intellectuelle

8. Propriété intellectuelle 8. Propriété intllctull 8.1 Sécurisr ss contrats d 8.2 Valorisr t défndr ss droits d 8.3 Maîtrisr l cadr juridiqu du droit d autur 8.4 Commnt protégr ss marqus? Calndrir 2014 Paris Lyon Marsill Sécurisr

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit: Fixant ls conditions d'xrcic ds activités commrc n Républiqu du Bénin. LE HAUT CONSEIL DE LA REPUBLIQUE a délibéré t adopté n sa séanc du 9mai 1990. L Présidnt d la Républiqu promulgu la loi dont la tnur

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

Entreprises Territoires. Développement Durable. Programme. Quel est l itinéraire le plus approprié à ma situation?

Entreprises Territoires. Développement Durable. Programme. Quel est l itinéraire le plus approprié à ma situation? Dévloppmnt Durabl Programm 13h30 14h00 14h30 Café d accuil Introduction ds Entrpriss-Trritoirs-Dévloppmnt Durabl Accuil par Jacqus DELAUME - Présidnt d la Commission Dévloppmnt Durabl t Environnmnt d la

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2013 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur JANVIER 2014 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

à Colombes, un éco-quartier répond à vos envies!

à Colombes, un éco-quartier répond à vos envies! C o l o m b s ( 9 2 ) à Colombs, un éco-quartir répond à vos nvis! un éco-quartir voit l jour! Imaginz un nouvl éco-quartir au srvic du dévloppmnt durabl t d la qualité d vi Découvrz Vivz un éco-quartir

Plus en détail

Évaluer l impact social avec l approche SROI

Évaluer l impact social avec l approche SROI Évalur l impact social avc l approch SROI Ls Cahirs d l Institut d l Innovation t d l Entrprnuriat Social IIES Application au sctur d l Insrtion par l Activité Économiqu Collction Ouvrags & Xxxxxxxxxxxxxx

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE RENOVATION DU POSTE 63 000 / 20 000 VOLTS DE VERDUN RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DEPARTEMENT DE LA MEUSE DÉCEMBRE 2012 CONTACTS LES RESPONSABLES DU PROJET L Dirctur d Projt Il assur la rsponsabilité général du

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2016 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

5. Droit public des affaires

5. Droit public des affaires 5. Droit public ds affairs 5.1 Actualité juridiqu ds marchés publics 5.2 Cadr général ds marchés publics 5.3 Connaîtr ls différnts procédurs t catégoris d marchés publics 5.4 Contntiux ds marchés publics

Plus en détail

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques Stratégi publiqu n 2 - avril 2014 L audit : écoutr, obsrvr pour miux maîtrisr ls risqus La maîtris ds risqus D irigr un administration trritorial t mttr n œuvr l projt d un mandatur impliqu d savoir prndr

Plus en détail

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN Châtillon, LE «PARIS» D UN AVENIR TRANQUILLE Aux ports d la capital s cach un ndroit rmarquabl : la vill d Châtillon, dynamiqu t accuillant,

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

Relevé de décisions du CEVU. 5 juillet 2013. Le CEVU. Après en avoir délibéré, décide :

Relevé de décisions du CEVU. 5 juillet 2013. Le CEVU. Après en avoir délibéré, décide : Rlvé d décisions du CEVU 5 juillt 2013 L CEVU Vu l Cod d l Éducation modifié par la loi n 2007-1199 du 10 août 2007 Vu ls statuts d l univrsité adoptés l 4 mars 2008 t modifiés l 2 novmbr 2010 Après n

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée REUNION CONJOINTE DES POINTS FOCAUX DU CAR/PB, CAR/INFO ET CAR/PAP Nic, 11 13 mai 2011 EBAUCHE Formulair d rapport sur l application du Protocol GIZC n Méditrrané PAP/PFN/2011/3 CONTEXTE JURIDIQUE ET

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale été 2013 n 7 passion ommun L ssntil d l info municipal d Combloux Chrs Comblorans, S il fallait résumr l action t la vi municipal n qulqus mots, j dirais qu c st : Un hivr formidabl pour tout l mond, un

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 10 juillet 2014 COMPTE RENDU

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 10 juillet 2014 COMPTE RENDU L n c s n s «I I» d l a r t i c l 1 3 6 d l a l o i A L U R p r é v o i t CONSEIL MUNICIPAL Séanc du 10 juillt 2014 COMPTE RENDU Présnts : Msdams GENEVARD, VOJINOVIC, ROUSSEL-GALLE P., RENAUD, CAIREY-

Plus en détail

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs Mb!Ibvuf.Tbjoupohf B!m(bwbou.hbsf!ft! ofshjft!v!gvuvs Edition 2011!!!!!!!!!!!!!!Qfstqfdujwft!!!!!!!S vttjuft!!!!!!!joopwbujpo Fofshjft www.haut-saintong.com Edito Au nivau mondial, il y a trois mois ncor,

Plus en détail

Le traitement des expulsions locatives

Le traitement des expulsions locatives L traitmnt ds xpulsions locativs n io nt s til v ré p d t n am m t ai p n nd a m om r ay td m Tr C l ab i u O COMPTE RENDU DU SÉMINAIRE DU 10 SEPTEMBRE 2012 u n io at j n c sti n g ssi A c in d Au ui q

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

Les pierres angulaires d un avenir meilleur

Les pierres angulaires d un avenir meilleur Ls pirrs angulairs d un avnir millur XELLA propos plusiurs solutions d murs innovants qui s inscrivnt parfaitmnt dans la tndanc d constructions pu énrgivors t qui sont prêts pour 2020. Photo couvrtur:

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

s Q 5 e R i u e Question de dignité La journée du cinquième risque de protection sociale Dépendance et Perte d Autonomie

s Q 5 e R i u e Question de dignité La journée du cinquième risque de protection sociale Dépendance et Perte d Autonomie Qustions d priorité Qustion d dignité La journé du cinquièm risqu d protction social Dépndanc t Prt d Autonomi L mardi 1 r juin 2010 - Lyon 5 i s Q u Qustions d priorité, Qustion d dignité 5 s u quatrième

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 3 JUILLET 1 DELIBERATION N CR-18.197 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégi régional pour l dévloppmnt ds filièrs agricols, forstièrs

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition Edito d Elio Di Rupo Avantpropos Voici déjà la édition d un grand rassmblmnt qu ls passionnés d moto d la région t d bin audlà n manquraint pour rin au mond. Avc son lot d surpriss t d découvrts, l Fstival

Plus en détail

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali Ls procédurs budgétairs ds ministèrs d l'éducation au Mali Ctt étud a été préparé dans l cadr du projt sur «Ls procédurs d préparation t d'xécution du budgt ds ministèrs d V éducation» dirigé par Srg Péano

Plus en détail

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement:

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement: ANNEXE 1: CADRE NORMALISE DE PRESENTATION DU BUDGET PREVISIONNEL D'UN ETABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICOSOCIAL RELEVANT DU I DE L'ARTICLE L.3121 DU CODE DE L'ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES ETABLISSEMENT

Plus en détail

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT.lausann.ch/sil Il st vrt t il fait l bin autour d vous : l FEE Pour financr ds projts d économis d énrgi ou d dévloppmnt ds énrgis rnouvlabls, ls Srvics industrils d Lausann

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail