Focus. Les placements éthiques : entre défis et opportunités. Patrick Barisan. Sintesi a cura di Luisa Crisigiovanni

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Focus. Les placements éthiques : entre défis et opportunités. Patrick Barisan. Sintesi a cura di Luisa Crisigiovanni"

Transcription

1 Ls placmnts éthiqus : ntr défis t opportunités Patrick Barisan Sintsi a cura di Luisa Crisigiovanni L invstimnto socialmnt rsponsabil è un invstimnto ch tin conto sia di imprativi finanziari sia tici, ovvro di rapporti con i lavoratori, clinti fornitori (imprativi sociali imprativi ambintali). Già in poca biblica, l lggi braich prvdvano numros dirttiv sul modo di invstir tico. Nl XVII scolo i quacchri amricani si rifiutarono di invstir nl commrcio dgli schiavi d è smpr in Amrica ch, nl 1928, nacqu il Pionr Fund, ch scludva invstimnti in imprs attiv in sttori di attività considrat pccaminos (alcool, tabacco, pornografia). La filosofia alla bas di qusta pratica ra ch, s br è un pccato, trarn profitto lo è ancora di più. Più tardi, nl 1971, l opposizion alla gurra dl Vitnam è sfociata nlla crazion dl Pax World Fund, mntr la lotta contro la politica di aparthid condotta in Sud Africa si è prolungata sul piano finanziario con la crazion dll indic di borsa South Africa Fr Equity (SAFE). Progrssivamnt, sono appars anch altr tipologi di invstimnto tico, basat non più su procssi di sclusion, ma su una valutazion global dgli agnti conomici, ovvro favorndo l imprs gli Stati ch indicano l migliori prstazioni in matria di rsponsabilità social. Ma com dfinir un Invstimnto Socialmnt Rsponsabil (ISR)? Il Rapporto Brundtland dlla Commission mondial sull ambint lo sviluppo dfinisc lo sviluppo sostnibil com: «uno sviluppo ch rispond ai bisogni dll gnrazioni dl prsnt snza compromttr la capacità dll gnrazioni futur di rispondr all loro». Quali sono l carattristich dll Invstimnto Socialmnt Rsponsabil? In Europa, si parla di miliardi di uro di ISR corrispondnti al 10-15% dl mrcato. Ngli Stati Uniti è implicato l 11% dll industria dgli invstimnti. I dirignti dll socità sono costantmnt sotto la prssion dlla socità civil dgli invstitori istituzionali (fondi pnsion), ch sigono una rdditività massima di loro invstimnti, simbolizzata da un ROE (Rturn On Equity) dl 15%. Il quadro di rifrimnti normativi è quanto mai composito: da una part si sono sviluppati paramtri di valutazion ralizzati da numros agnzi di crtificazion tica ch, a partir da qustionari mirati, colloqui con dirignti documnti pubblici, hanno msso in atto una mtodologia di analisi di valutazion dll prstazioni sociali dll imprs; dall altra sistono iniziativ dl Patrick Barisan Euroconsumrs Luisa Crisigiovanni Altroconsumo Associazion Indipndnt di Consumatori numro 3/2008 7

2 8 lgislator spsso intrvnuto pr rafforzar gli obblighi di trasparnza informazion vrso l invstitor, ma solo a sguito di gravi scandali finanziari. Comunqu, in un mondo di intrconnssioni, in cui la socità civil è smpr più mobilitata sui valori com il risptto di diritti dll uomo o il divito di ricorso al lavori forzati, il capital rputazional divnta crucial nlla valorizzazion di un imprsa alla strgua - s non di più - dl valor dgli immobili o dlla qualità di brvtti. Tuttavia, s risulta abbastanza facil misurar la prstazion finanziaria o in borsa di un imprsa, pr l prstazioni xtra-finanziari è compltamnt divrso: non sist una mtodologia univoca in matria i risultati variano fortmnt in funzion di critri prsi in considrazion, bnché la maggior part dll analisi ch trattano l prstazioni xtra-finanziari dll imprs prsntino divrsi punti in comun. La maggior part sono stat sviluppat a partir da rifrimnti laborati da organismi intrnazionali com l ONU crcano di misurar l prstazioni xtra-finanziari dll imprs, in funzion dgli impgni ch assumono pr migliorar l loro prstazioni sociali o ambintali, dll politich ch mttono in atto pr consguirli di risultati ottnuti. L analisi si sinttizzano spsso sotto forma di scoring, prmttndo di paragonar l imprs tra loro, pr smpio, in sno a uno stsso sttor di attività, sfociando nll adozion dll approccio Bst in Class, ch consist nl favorir l imprs ch indicano l prstazioni migliori nl loro sttor. Tuttavia, al di là di qusti punti comuni, ogni agnzia di crtificazion tica ha sviluppato la propria mtodologia. In fftti, anch s l fonti di informazion a disposizion dgli invstitori si moltiplicano, l imprs rimangono al cntro dl sistma sono all origin - scondo alcuni studi - di quasi l 80% dll informazioni pubblicat in matria. Pr vitar gravi problmi in trmini di imparzialità dll informazioni pubblicat è, quindi, imprativo ch l imprs siano non solo vincolat a pubblicar informazioni sull qustioni sociali, ambintali o di govrnanc, ma ch qust ultim siano controllat allo stsso modo dll rlazioni contabili ch la divulgazion di informazioni fraudolnt sia oggtto di sanzioni. La formazion dl prsonal bancario è, infin, un lmnto invitabil, s si vuol ch i fondi ISR tocchino un pubblico più vasto. In fftti, qusti prodotti, ssndo più complssi di fondi tradizionali, non sono incomprnsibili solo al grand pubblico, ma anch agli agnti bancari incaricati di assicurarn la promozion. Difficil informar quando non si è informati! È, quindi, vital ch l socità di gstion, l rti bancari altri profssionisti dlla finanza invstano maggiormnt nlla formazion dl loro prsonal pr potr mglio rispondr all domand dgli invstitori non comptnti. L invstimnto socialmnt rsponsabil mira a un nuovo rgolamnto dl sistma conomico, ch quilibri l signz di guadagno finanziario con critri sociali o ambintali. L allargamnto di qusto mrcato passrà irrimdiabilmnt dalla confrma di rndimnti finanziari conformi a qulli dl mrcato, dalla miglior formazion dgli agnti bancari da una maggior trasparnza da part dgli attori implicati, ch si tratti di banch, fondi invstimnto o numro 3/2008

3 imprs. Infin, ssndo l tica una conczion prsonal, sarbb un pccato ch tramit la profssionalizzazion l armonizzazion dll misur di prstazioni xtra-finanziari, si arrivass a una spci di pnsiro unico in qusto ambito, molto comodo pr i promotori di fondi, ma ch privrbb gli invstitori dlla possibilità di invstir scondo i propri principi. Introduction Initialmnt dstinés à répondr aux xigncs d crtains invstissurs souciux d alignr lurs invstissmnts sur lurs concptions morals ou rligiuss, la financ éthiqu s st fixé dpuis qulqus annés un autr mission: cll d changr la manièr d conduir ls affairs. A ct égard, la formalisation, n 1987, du concpt d dévloppmnt durabl dans l rapport Brundtland constitu un tournant pour l invstissmnt socialmnt rsponsabl. L dévloppmnt d l activité humain n s jug plus sulmnt à l aun du PIB, mais doit égalmnt tnir compt ds conséquncs socials t nvironnmntals qu il provoqu. L rôl d la financ éthiqu n s limit plus à la diabolisation/boycott ds firms n fonction d la natur d lurs opérations, mais consist égalmnt à lur fixr d nouvlls norms d rntabilité tnant compt d considérations xtra financièrs, garants à trm d la durabilité d lurs profits. Ell aspir d c fait à contraindr ls ntrpriss à adoptr ds comportmnts plus rsponsabls sur ls plans éthiqus ou nvironnmntaux. Ctt mission s inscrit par aillurs dans l cadr d un mutation idéologiqu qui a vu dans un prmir tmps la victoir du capitalism financir sur clui d typ fordin t succssivmnt la pris n compt ds njux sociaux ou nvironnmntaux comm facturs détrminants d la rntabilité financièr. Néanmoins, si la financ éthiqu vut mnr à bin sa mission, ll dvra rlvr un crtain nombr d défis au prmir rang dsquls on rtrouv la nécssité d disposr d informations t d norms d évaluation ds prformancs xtra financièrs plus prtinnts ainsi qu l souci d un plus grand transparnc d la part ds fonds ISR. Caractéristiqus d l invstissmnt socialmnt rsponsabl L invstissmnt socialmnt rsponsabl st un invstissmnt qui tint compt à la fois d impératifs financirs t éthiqus. Il impliqu un analys ds prformancs sociétals ds ntrpriss dans la msur où l on considèr qu clls-ci n ont pas uniqumnt ds obligations nvrs lurs actionnairs (impératifs financir t d gouvrnanc), mais égalmnt nvrs l nsmbl ds partis prnants, à savoir lurs mployés, clints t fournissurs (impératifs sociaux) t plus largmnt nvrs l nvironnmnt dans lqul lls opèrnt (impératifs nvironnmntaux). numro 3/2008 9

4 Prspctivs historiqus L usag d sa fortun n accord avc ss princips n dat pas du 21 èm siècl. Déjà à l époqu bibliqu, ls lois juivs comportaint d nombruss dirctivs sur la façon d invstir slon l éthiqu. Ls quakrs, quant à ux, rfusaint dès l 17 èm siècl d invstir dans l commrc ds sclavs. En 1928, à l instigation du Consil Fédéral ds Egliss Américains, naissait l Pionr Fund proposant ds placmnts financirs xcluant ls sin stocks ou titrs du péché par référnc aux ntrpriss activs dans ls domains du tabac, d l alcool ou d la pornographi. La philosophi à la bas d ctt démarch étant qu si boir st un péché, n tirr profit l st davantag. En 1971, l opposition à la gurr du Vitnam a débouché sur la création du Pax World Fund, qui s rfusait d invstir dans l industri d l armmnt. Enfin, dans ls annés 80, la lutt contr la politiqu d aparthid mné n Afriqu du Sud s st prolongé sur l plan financir avc la création d l indic boursir South Africa Fr Equity (SAFE) qui xpurgait l indic S&P 500 ds firms présnts dans c pays. Progrssivmnt sont égalmnt apparus d autrs typologis d invstissmnt éthiqus rposant non plus sur ds procssus d xclusion, mais sur un évaluation global ds agnts économiqus n fonction d paramètrs financirs, sociaux t nvironnmntaux, l objctif étant d favorisr ls ntrpriss ou ls Etats affichant ls millurs prformancs n la matièr. Enfin, l rnforcmnt ds obligations portant sur ls invstissurs institutionnls t la multiplication ds frauds d la part d ntrpriss pu scrupuluss ont conduit crtains d ntr ux à poursuivr la voi d l activism actionnarial. Marché d l invstissmnt socialmnt rsponsabl (ISR) 10 Ls donnés récoltés sur l ISR dans l mond prmttnt d tirr trois conclusions assz similairs qulls qu soint ls régions concrnés. Prmièrmnt, il s agit d un phénomèn loin d êtr ancdotiqu. En Europ, on parl d milliards EUR, corrspondant à 10-15% du marché. Aux USA, c sont 11% d l industri ds placmnts qui sont concrnés; chiffr qui mont jusqu à 17% au Canada. Il faut néanmoins précisr qu cs donnés s réfèrnt à un concption très larg d l ISR, incorporant notammnt ls invstissmnts qui répondnt à ds xigncs d activism actionnarial. Un concption baucoup plus rstrictiv - t plus normativ - d l ISR (faisant appl, par xmpl, à ds critèrs objctifs d évaluation ds njux sociaux ou nvironnmntaux) fait apparaîtr un marché baucoup plus rstrint, dont la part d marché vari d 1 à 3% slon ls marchés considérés; c qui rprésnt néanmoins ds cntains d milliards EUR à l échll planétair. Duxièmmnt, on constat qu il s agit d un marché ssntillmnt dominé par ls invstissurs institutionnls (fonds d pnsion, fondations...), qui s accaparnt ainsi jusqu à 96% ds invstissmnts éthiqus réalisés n Europ. numro 3/2008

5 Troisièmmnt, on not qu l ISR st l sgmnt d l industri ds placmnts qui progrss l plus vit, jusqu à trois fois plus vit qu ls placmnts traditionnls aux Etats-Unis, statistiqu qui doit néanmoins êtr rlativisé par l fait qu c st la concption la plus larg d l ISR qui xpliqu l ssntil d ctt progrssion. Facturs d dévloppmnt L dévloppmnt d l ISR n s st pas fait d manièr abrupt mais st, au contrair, l fruit d un long procssus d maturation marqué par la mutation du capitalism, l apparition du concpt d dévloppmnt durabl t l rôl accru xrcé par ls invstissurs institutionnls, n parti suit aux prssions xrcés par la société civil. Evolution du capitalism La mutation du systèm capitalist qui a accompagné l dévloppmnt économiqu du siècl drnir constitu un élémnt important dans l éclosion d la financ éthiqu. En fft au début ds annés 70, nous assistons - d abord aux Etats-Unis t nsuit n Europ - à la monté n puissanc du capitalism financir (ou patrimonial) sur fond d rmis n caus ds compromis kynésins issus d la grand cris ds annés 30. Au nivau ds ntrpriss, on assist à la mis n qustion du pouvoir t d la stratégi ds dirigants jusqu là axés sur un logiqu industrill d long trm n favur d un gstion totalmnt axé sur la création d valur pour ls actionnairs. Ls dirigants d ntrpriss sont constammnt sous la prssion ds invstissurs institutionnls (fonds d pnsion) qui xignt un rntabilité maximal d lur invstissmnts; prssion symbolisé par la famus xignc d un ROE (Rturn On Equity) d 15%. C st l triomph d l idéologi néo-libéral avc la pris d pouvoir ds invstissurs institutionnls, la privatisation d vasts pans d l économi, l affaiblissmnt ds syndicats ou ncor l rcours massif aux délocalisations afin d réduir au maximum ls coûts d production. Concpt d dévloppmnt durabl Néanmoins ls xcès induits par ctt idéologi (qu c soit n trms sociaux ou nvironnmntaux) ont fait prndr conscinc à tous ls nivaux qu ls firms avaint ds obligations non pas sulmnt nvrs lurs actionnairs, mais égalmnt nvrs d autrs partis prnants tlls qu lurs mployés, lurs fournissurs, lurs clints ou ls communautés au sin dsqulls lls opèrnt. Cs préoccupations sront matérialisés, n 1987, dans la publication par la Commission mondial sur l nvironnmnt t l dévloppmnt, du Rapport numro 3/

6 Brundtland qui définit l dévloppmnt durabl comm: «un dévloppmnt qui répond aux bsoins ds générations du présnt sans compromttr la capacité ds générations futurs à répondr aux lurs». Un parti d la communauté financièr prnd dès lors conscinc qu l évaluation ds prformancs d un ntrpris n s limit plus simplmnt à la sphèr financièr, mais qu d autrs facturs doivnt égalmnt êtr pris n compt. Monté n puissanc d l activism actionnarial Progrssivmnt, n raison notammnt d la multiplication ds scandals financirs (Enron, Parmalat) on not la monté n puissanc d l activism actionnarial, n c sns qu à travrs un dialogu constructif avc ls cadrs dirigants, ls invstissurs ssaint d infléchir la politiqu ds ntrpriss vrs un gstion plus rspctuus ds qustions socials, nvironnmntals ou d gouvrnanc. C st ainsi qu Exxon, après avoir longtmps combattu ls fforts ds activists rligiux sur l thèm d la présrvation d l nvironnmnt, a fini par financr un projt d rchrch sur ls énrgis rnouvlabls. Et mêm si la plupart ds résolutions déposés par cs activists n obtinnnt pas ds scors très importants, l ssntil st aillurs: l simpl fait d pouvoir soulignr ls conséquncs néfasts qu ls opérations d un ntrpris puvnt avoir sur l rspct ds droits d l homm put êtr un événmnt suffisammnt mbarrassant pour poussr la dirction à agir. Ds invstissurs institutionnls plus impliqués 12 C st dans c cadr qu ls invstissurs institutionnls ont modifié lurs xigncs vis-à-vis ds ntrpriss dans lsqulls ils invstissnt. En fft, la mis n avant ds risqus associés aux conflits sociaux ou aux problèms d nvironnmnt a fait prndr conscinc à crtains d ntr ux qu ils s dvaint d prndr n considération cs facturs dans lurs politiqus d invstissmnt, sous pin d s xposr à ds poursuits évntulls d la part d lurs bénéficiairs. C lnt procssus d réflxion ls a amnés à soutnir l ONU lorsqu ll a lancé n 2006 ls Principls for Rsponsibl Invstmnt (PRI). Dpuis lors, l initiativ n a cssé d gagnr d l importanc t rgroup un cntain d institutions financièrs d par l mond rprésntant un forc d frapp d près d milliards EUR. Au cœur d cs PRI, on rtrouv donc la pris n compt ds njux sociaux, nvironnmntaux t d gouvrnanc dans tout décision d invstissmnt. Ls signatairs s ngagnt notammnt à dmandr aux ntités dans lsqulls ils invstissnt d publir ds informations appropriés sur cs thématiqus ou ncor d favorisr l accptation t l application d cs princips dans l industri ds invstissmnts. Il faut précisr qu cs princips n définissnt nullmnt c qu st un invstissmnt rsponsabl. En fft, mêm s ils s appuint sur ds référntils univrsls comm l Pact mondial, la définition du caractèr rsponsabl d un invstissmnt incomb à son signatair. numro 3/2008

7 Un cadr législatif plus contraignant L législatur n st pas rsté n marg du mouvmnt, imposant un séri d nouvlls obligations auxqulls sont soumis invstissurs t ntrpriss. L scandal Enron a ainsi u pour fft l adoption d la loi Sarbans-Oxly, imposant aux ntrpriss cotés aux Etats-Unis d nouvlls norms n matièr d transparnc. En Franc, l adoption d la loi Nouvlls Régulations Economiqus oblig ls ntrpriss cotés à publir un rapport nvironnmntal t social au mêm titr qu lls publint un rapport annul. Ls obligations psant sur ls invstissurs s sont égalmnt rnforcés. Ainsi n Angltrr, ls fonds d pnsion doivnt déclarr s ils tinnnt compt ou pas d critèrs sociaux ou nvironnmntaux dans lurs politiqus d invstissmnt. Au Brésil, ls invstissurs institutionnls sont maintnant tnus d xprimr lurs vots aux Assmblés Générals ds ntrpriss dont ils sont actionnairs. Mis n plac d référntils Mêm s il n xist pas d grill univrsll d lctur prmttant d évalur ls politiqus socials ou nvironnmntals mnés par ls ntrpriss, la mis n plac progrssiv d référntils rconnus a contribué à l émrgnc d norms d évaluation quantitativs n la matièr. On distingu trois grands typs d référntils. Ds référntils d ngagmnt au prmir rang dsquls on distingura l Pact mondial par lqul ds ntrpriss s ngagnt à alignr lurs opérations sur dix princips univrsllmnt accptés t touchant ls droits d l homm, ls norms du travail, l nvironnmnt t la lutt contr la corruption. Ds référntils d crtification parmi lsquls on mntionnra la norm uropénn EMAS (Eco Managmnt and Audit Schm) prmttant aux ntrpriss d évalur t d rndr compt d lur prformanc nvironnmntal. Et nfin ds référntils d évaluation réalisés par ls nombruss agncs d notation éthiqu qui, à partir d qustionnairs ciblés, d ntrtins avc ls dirigants ou d documnts publics, ont mis n plac un méthodologi d analys t d évaluation ds prformancs sociétals ds ntrpriss. Implications pour ls ntrpriss L concpt d dévloppmnt durabl t son corollair l invstissmnt socialmnt rsponsabl n ont pas simplmnt prmis à crtains filièrs économiqus d voir l jour (comm cll ds énrgis rnouvlabls ou d la financ carbon), mais influncnt égalmnt d manièr parfois significativ la stratégi mis n plac par ds ntrpriss traditionnlls. L un ds caractéristiqus proprs au concpt d dévloppmnt durabl st l inscription dans la duré. Ls njux numro 3/

8 sociaux ou nvironnmntaux n puvnt n fft êtr considérés qu dans un optiqu d long trm; pnsons simplmnt à la problématiqu du rcyclag ds déchts nucléairs qui nécssit d s projtr sur plusiurs siècls! Dès lors, ls ntrpriss qui décidnt d fair d cs njux ds axs majurs d lur dévloppmnt s doivnt d réintégrr un pnsé stratégiqu d long trm. En fft, il n s agit pas simplmnt d répondr aux nouvlls contraints imposés par l législatur, mais égalmnt d définir d nouvaux mods d dévloppmnt aux conséquncs positivs simultanémnt sur la rntabilité, sur l nvironnmnt t sur ls homms; alors mêm qu ls coûts ngagés pour y parvnir s rflètnt immédiatmnt dans lurs compts. Ctt réflxion n put d aillurs êtr mné à bin qu avc l concours d touts ls partis prnants: dirigants, mployés, soustraitants, fournissurs. C st dans c contxt qu l on comprnd miux l initiativ pris par Danon d indxr un parti du bonus ds cadrs dirigants sur la réalisation d objctifs sociaux t nvironnmntaux. Malgré ls surcoûts ngagés sur l court trm, crtains ntrpriss s ngagnt néanmoins sur la voi du dévloppmnt durabl parc qu lls spèrnt n rtirr à trm ds avantags compétitifs. En fft, l rnchérissmnt ds prix d l énrgi risqu d psr durablmnt sur ls margs ds ntrpriss; dès lors clls qui auront fait n amont ls fforts nécssairs afin d n optimisr son utilisation s rtrouvront n position avantagus. D autr part, avc la généralisation du concpt d polluur payur, ls coûts d pollution qui jusqu ici étaint pris n charg par la société sront immanquablmnt intrnalisés; d où la nécssité d disposr d systèms d gstion nvironnmntal ls plus fficacs possibls. Enfin, la notion d risqu réputationnl dvint un élémnt incontournabl d la vi ds ntrpriss. En fft, dans un mond intrconncté où la société civil st d plus n plus mobilisé sur ds valurs tlls qu l rspct ds droits d l homm ou l intrdiction du rcours au travail forcé, l capital réputation dvint crucial dans la valorisation d un ntrpris au mêm titr - si c n st plus - qu la valur d ss immubls ou la qualité d ss brvts. Un ds tâchs principals ds dirigants st d présrvr c capital n mttant n plac ds systèms d gstion qui minimisnt ls risqus sociaux ou nvironnmntaux. La maîtris d cs risqus lur prmttra par aillurs d réduir l coût du capital, c qui n st pas négligabl à un époqu où clui-ci dvint rar t donc chr! Implications pour ls invstissurs 14 La pris n compt d facturs xtra-financirs dans ls politiqus d invstissmnt a rndu possibl l éclosion d un multitud d produits financirs d sort qu ls placmnts éthiqus s comptnt aujourd hui par cntains t prmttnt aux invstissurs ngagés d choisir parmi un vast gamm d produits poursuivant ds politiqus d invstissmnt ls plus variés. Schématiqumnt on distingu ls catégoris suivants. numro 3/2008

9 Ls fonds (d placmnt) basés sur ds critèrs d xclusion Ls produits financirs dont la politiqu d placmnt st dicté par ds facturs d xclusion comm l tabac, l industri d l armmnt ou ds infractions aux droits d l homm continunt d êtr fortmnt rprésntés t pèsnt près d 300 milliards EUR à l échll uropénn. Cs placmnts présntnt l avantag d la transparnc quant à lurs politiqus d invstissmnt t la rlativ facilité quant à la mis n ouvr d ctt politiqu. Rlativ, car s il st facil d idntifir un ntrpris produisant ds cigartts, il st autrmnt plus compliqué d vérifir qull ntrpris produit ds mins anti-prsonnl. Néanmoins l principal désavantag d c typ d placmnts st lié à la réduction d lur univrs d invstissmnt. Or, slon la théori financièr classiqu, un gérant n put éliminr a priori tl sctur ou tl pays d son univrs d invstissmnt qu n sacrifiant un parti d sa prformanc ou n augmntant sa pris d risqu. A moins donc qu ls invstissurs, dictés par lurs préoccupations morals, n soint disposés à sacrifir un parti d lur rndmnt, il st clair qu c manqu à gagnr potntil put constitur un frin à lur dévloppmnt. Ls fonds appliquant un scrning positif La volonté d évalur ls firms d façon global a prmis l émrgnc d fonds d placmnt dont la politiqu d gstion n st plus dicté par ds facturs d xclusion, mais par la pris n compt d nombrux paramètrs (financirs t autrs), avc l objctif d favorisr ls ntrpriss affichant l millur compromis ntr prformancs financièrs t socials ou nvironnmntals. Pour séduisant qu ll soit, ctt démarch intllctull n a pas ncor réussi à convaincr ls profssionnls d la financ. Ainsi, ls fonds d placmnt qui s n inspirnt n rprésntnt qu 30 à 60 milliards EUR, c st-à-dir 3-6% du total ds placmnts éthiqus uropéns. Au vu ds avantags indéniabls qu cs fonds procurnt par rapport à cux d prmièr génération, notammnt n c qui concrn la réduction d l univrs d invstissmnt t l évaluation plus fin ds risqus potntils auxquls sont xposés ls ntrpriss, cla put smblr surprnant. Néanmoins, cs fonds d placmnt présntnt un crtain nombr d handicaps qui ls mpêchnt actullmnt d s dévloppr davantag. Tout d abord cs fonds coûtnt chr. En fft, aux coûts d la rchrch financièr, il faut ajoutr cux rlatifs à l analys xtra financièr dont l surcoût put n pas êtr négligabl surtout lorsqu ls volums gérés sont rlativmnt faibls. Ensuit, la complxité d cs produits, notammnt n raison du manqu d harmonisation quant aux paramètrs rtnus t à lur évaluation, st ncor trop important pour baucoup d invstissurs. numro 3/

10 Ls fonds thématiqus Cs fonds rprésntnt 30 milliards EUR à l échll uropénn. En fait l caractèr éthiqu d cs fonds st à prndr au sns larg. Il s agit plutôt d fonds d placmnt dont la politiqu d invstissmnt st dicté par l xignc d un attitud positiv ds ntrpriss dans un domain particulir. Ils sont généralmnt focalisés sur ds thématiqus socials ou nvironnmntals. A ct égard, la pris d conscinc récnt quant à la problématiqu du réchauffmnt planétair a amné nombr d gérants à focalisr lur attntion sur ds ntrpriss qui pourraint bénéficir d ctt tndanc lourd. L avantag d c typ d fonds st qu ils sont rlativmnt bin ciblés t donc qu l grand public put plus facilmnt comprndr c dans quoi il invstit. Néanmoins un application strict ds règls d invstissmnt put rndr cs fonds très risqués pour l invstissur non avrti. En fft, soit ls ntrpriss suscptibls d fair parti du fonds d placmnt sront trop pu nombruss, soit il s agira d ntrpriss juns dont l modèl économiqu rst à démontrr; à moins qu l gstionnair n intrprèt ls règls d invstissmnt d manièr très soupl auqul cas l fonds n aura plus d thématiqu qu l nom. Ls produits solidairs Ls produits d épargn solidair sont qulqu pu différnts d cux susmntionnés. Cs produits, surtout concntrés sur ls produits d épargn courants (compts d épargn, contrats d assuranc vi), prmttnt à l invstissur d transférr un parti d son rndmnt au profit du financmnt d projts ayant un impact positif sur l nvironnmnt ou l tissu social. Ainsi, grâc aux flux financirs drainés, c sont ds micros-ntrprnurs qui sont soutnus, ds famills qui sont rlogés ou ds projts associatifs qui voint l jour. L objctif n st donc pas ici forcémnt d invstir dans ds ntrpriss qui rspctnt crtains norms éthiqus, mais plutôt d rétrocédr un parti du rndmnt obtnu au profit d un ONG ou d un projt solidair. Défis à rlvr 16 Au vu ds nombrux njux sociétaux qui s profilnt à l horizon t la pris d conscinc à tous ls nivaux d la nécssité d y répondr, l invstissmnt socialmnt rsponsabl dvrait continur d profitr d un cadr favorabl à son dévloppmnt. Il xist néanmoins un crtain nombr d points qui soulèvnt ncor qulqus intrrogations t qui concrnnt plus particulièrmnt la prformanc financièr t la transparnc ds fonds ISR, la fiabilisation ds donnés ainsi qu la prtinnc ds méthodologis d évaluation ds prformancs xtra-financièrs utilisés. numro 3/2008

11 Prformanc financièr ds fonds éthiqus Si d un côté ls fonds éthiqus sont assis sur l idé qu la plus-valu sociétal généré par un ntrpris s traduira tôt ou tard par un surplus du rndmnt financir attndu, il n n rst pas moins qu, slon la théori modrn du portfuill, la rntabilité financièr corrigé du risqu ds fonds ISR st nécssairmnt infériur à cll du marché, dans la msur où cs fonds disposnt d un univrs d invstissmnt plus réduit. Il st donc difficil d s prononcr intuitivmnt sur la prformanc financièr qu l on st n droit d attndr d cs fonds. Et ls divrss étuds publiés n la matièr n nous donnnt pas baucoup plus d indications; crtains concluant qu ls fonds éthiqus sur prformnt ls fonds traditionnls, d autrs arrivant à la conclusion invrs. Plusiurs élémnts puvnt concourir à xpliqur pourquoi il st si difficil d tirr ds conclusions clairs sur ls rndmnts qu l on st n droit d attndr ds fonds ISR. D un part, nous n disposons pas d un rcul historiqu suffisammnt long. En fft ls marchés boursirs sont caractérisés par ds cycls qui favorisnt altrnativmnt ls grands capitalisations au détrimnt ds ptits valurs ou ncor tls scturs d activité plutôt qu tls autrs. Or ls fonds ISR sont soumis d facto à un crtain nombr d biais qui puvnt lur êtr altrnativmnt favorabls ou pas. C st ainsi qu cs fonds ont plutôt tndanc à sous pondérr crtains scturs d activité jugés plus risqués sur l plan éthiqu mais dont la prformanc boursièr put êtr très volatil, comm l sctur ds matièrs prmièrs l a démontré au cours d cs 30 drnièrs annés. En outr, s il st rlativmnt aisé d msurr la prformanc financièr ou boursièr d un ntrpris, il n st tout autrmnt d ss prformancs xtrafinancièrs. Il n xist d aillurs pas d méthodologi univoqu n la matièr, ls résultats évoluant fortmnt n fonction ds critèrs rtnus. Dans crtains cas, la méthodologi mployé smbl mêm induir la répons positiv ou négativ quant au lin ntr prformanc financièr t xtra financièr. A l avnir, la comparaison ntr l évolution ds indics boursirs classiqus t ls indics éthiqus récmmnt créés pourra put-êtr apportr un éclairag supplémntair... Qualité d l information Si la publication d informations financièrs st largmnt standardisé t l information sur l gouvrnmnt d ntrpris st d plus n plus xigé par ls autorités boursièrs, c n st pas l cas pour ls informations rlativs aux pratiqus socials ou nvironnmntals. Un étud récnt réalisé par EIRIS (agnc anglais d notation éthiqu ) dévoil ainsi qu si ls ntrpriss concrnés par la thématiqu du changmnt climatiqu communiqunt plus volontirs sur c sujt, sulmnt 9% d ntr lls numro 3/

12 publint ds donnés sur lurs émissions d gaz à fft d srr conformémnt au protocol GHG (Grnhous Gas Protocol). Cpndant, sans cadr normatif établi, chaqu ntrpris put présntr ss informations sous ds forms divrss, rndant l analys t la comparaison ds donnés pour l invstissur souvnt pu aisé. Ds fforts doivnt donc êtr ffctués à tous ls nivaux afin d améliorr la qualité ds rapports sociaux ou nvironnmntaux. Dans c contxt, il faut soulignr l initiativ GRI (Global Rporting Initiativ). Lancé n 1997 par l CE- RES, n collaboration avc l Programm ds Nations-Unis pour l Dévloppmnt, ll a pour objctif d dévloppr, promouvoir t diffusr «ds dirctivs qui prmttnt aux ntrpriss d établir un rapport sur lurs fforts d amélioration ds conditions socials t nvironnmntals». En concrtation avc un cntain d grands firms mondials pilots t d autrs partis prnants, la GRI tnt d élaborr ds norms intrnationals n matièr social t nvironnmntal, à l instar ds norms comptabls intrnationals. Ctt démarch impliqu par aillurs l rcours à ds indicaturs quantitatifs dvant prmttr un comparabilité - dans l tmps t dans l spac - ds fforts consntis par ls ntrpriss n matièr d dévloppmnt durabl; ds indicaturs qualitatifs pouvant vnir complétr ls donnés chiffrés dans la msur où ils sont miux à mêm d rndr compt d situations particulièrmnt complxs. Mais au-dlà du nécssair procssus d normalisation ds informations, s pos l problèm d lur vérifiabilité. En fft, mêm si ls sourcs d informations à disposition ds invstissurs s multiplint, ls ntrpriss rstnt au cœur du systèm t sont à l origin - slon crtains étuds - d près d 80% ds informations publiés n la matièr. Afin d évitr d gravs problèms n trm d impartialité ds informations publiés, il st donc impératif qu ls ntrpriss soint non sulmnt contraints d publir ds informations ayant trait aux qustions socials, nvironnmntals ou d gouvrnanc; mais qu clls-ci soint contrôlés au mêm titr qu ls rapports comptabls t qu la divulgation d informations frauduluss fass l objt d sanctions. A l hur actull nous somms très loin d un tll situation, t ls invstissurs désirux d miux appréhndr ls réalités socials ou nvironnmntals ds ntrpriss dans lsqulls ils souhaitnt invstir, s n rmttnt souvnt à ds agncs d notation éthiqu qui, au travrs d ntrtins, d qustionnairs ou d l analys d documnts publics, ont constitué d vasts bass d donnés couvrant ls pratiqus socials ou nvironnmntals d plusiurs millirs d ntrpriss d par l mond. Notons à ct égard l risqu potntil d conflit d intérêt lorsqu ls agncs d notation agissnt égalmnt pour l compt d ntrpriss souciuss d fair établir un bilan social ou nvironnmntal d lurs activités. Uniformisation ds méthodologis d évaluation 18 La plupart ds analyss portant sur ls prformancs xtra-financièrs ds ntrpriss présntnt plusiurs points communs. Prmièrmnt, la plupart d ntr lls ont été dévloppés à partir d référntils élaborés par ds organisms intr- numro 3/2008

13 nationaux tls qu l ONU t ssaint d msurr ls prformancs xtra-financièrs ds ntrpriss n fonction ds ngagmnts qu lls prnnnt pour améliorr lurs prformancs socials ou nvironnmntals, ds politiqus qu lls ont miss n ouvr pour y parvnir t ds résultats obtnus. Duxièmmnt, ls analyss s synthétisnt souvnt sous form d scoring prmttant d comparr ls ntrpriss, au sin d un mêm sctur d activité par xmpl. Enfin, ctt évaluation/comparaison ds ntrpriss débouch fréqummnt sur l adoption d l approch Bst in Class consistant à favorisr ls ntrpriss affichant ls millurs prformancs dans lur sctur. Néanmoins, au-dlà d cs points communs, chaqu agnc d notation éthiqu a dévloppé sa propr méthodologi qui s singularis par la natur ds critèrs d évaluation rtnus, lur nombr ou ncor la façon dont ils sont pris n compt. Il n st d aillurs pas rar qu un mêm ntrpris s voi attribur un not différnt n fonction d l agnc d notation qui a réalisé l étud. A c jour, aucun approch n smbl fair l objt d un consnsus t ctt situation st parfois associé à un manqu d transparnc ou d profssionnalism du sctur. Cpndant, au-dlà d la nécssité d idntifir qulqus paramètrs clés prmttant d évalur d façon prtinnt ls prformancs xtra-financièrs ds ntrpriss, c srait un rrur d vouloir uniformisr ls procssus d analyss. En fft, au-dlà ds grands princips univrsllmnt rconnus, l éthiqu rst un notion très prsonnll t l analys ds prformancs xtra-financièrs s doit d rspctr ctt divrsité sur l plan ds valurs. Prnons l xmpl d la thématiqu du réchauffmnt planétair. Il smbl qu aujourd hui, ls prformancs nvironnmntals d un ntrpris n s msurnt plus qu à l aun d ss émissions d gaz à ffts d srr; crtains buraux d analys s focalisant par xmpl sur l concpt d Unité d Intnsité Carbon (UIC). Il srait néanmoins rroné d pnsr qu il s agit là d la sul msur nvironnmntal prtinnt, d autant plus qu ls défis nvironnmntaux qu baucoup d ntrpriss doivnt rlvr n ont rin à voir avc la thématiqu du changmnt climatiqu. Ls problématiqus socials ou d gouvrnanc doivnt égalmnt êtr analysés n fonction ds contxts socio-économiqus prévalant. Ainsi, par xmpl, la qualité d la gouvrnanc d un ntrpris s définit souvnt par rapport au fonctionnmnt d son consil d administration. S il s agit là d un paramètr prtinnt au rgard d la réalité anglo-saxonn, c n st pas forcémnt l cas n Europ continntal, où c st surtout la protction ds actionnairs minoritairs qui constitu un factur détrminant dans l appréciation d la gouvrnanc d un firm. Si la multiplication ds rchrchs académiqus dans l domain ainsi qu l procssus d consolidation actullmnt à l œuvr dans l sctur d la notation éthiqu dvraint prmttr, à trm, d rnforcr la prtinnc t convrgnc ds méthodologis, la divrsité ds angls d approch doit néanmoins êtr présrvé afin d prmttr aux invstissurs d ffctur ds choix rspctuux d lurs proprs valurs. numro 3/

14 Intégration d l analys financièr t xtra-financièr Mêm si qulqus institutions financièrs ont mis sur pid ds équip d rchrch ISR, la plupart ds étuds réalisés dans l domain sont ncor xécutés par ds cabints spécialisés; d sort qu ls analyss financièrs t xtra-financièrs rstnt rlativmnt cloisonnés, l un vnant n complémnt d l autr. Il srait néanmoins intérssant d poussr l intégration plus loin, prmttant ainsi aux analysts d s forgr un imag global d l ntrpris t ds défis qu ll doit rlvr, qu c soit n trm d produits, d concurrnc ou d problématiqus nvironnmntals. L analys xhaustiv ds facturs xtra-financirs put impactr l évaluation ds ntrpriss d dux manièrs. Prmièrmnt, dans l cadr du dévloppmnt durabl, il st clair qu la croissanc bénéficiair d un ntrpris n dépnd plus simplmnt d la qualité d ss produits ou d ss procssus d production, mais égalmnt d autrs facturs tls qu la présrvation d ss rssourcs ou d son capital réputationnl. Duxièmmnt, au nivau ds risqus, il n st pas incohérnt d rlvr ls taux d actualisation ds cash-flows pour ls ntrpriss qui affichnt ds déficits n trm d gouvrnanc ou d protction d l nvironnmnt par xmpl. Avant d poursuivr sur ctt voi d l intégration il faudra néanmoins ncor progrssr sur ls plans d la fiabilisation ds donnés t ds méthodologis utilisés. Transparnc ds fonds ISR 20 Ls ngagmnts ds fonds éthiqus sont souvnt pu ambitiux t ls procssus qui détrminnt la politiqu d gstion pas toujours très clairs. D plus, avc l ssor ds fonds pratiquant un scrning positif, la frontièr ntr invstissmnts durabls ou non dvint plus tnu. Or l analys xtra-financièr étant complx par natur, ls njux du dévloppmnt durabl n étant pas ncor compris d tous t ls informations disponibls pas toujours fiabls, on srait n droit d attndr un transparnc maximal d la part ds fonds ISR, d autant plus qu l offr a tndanc à s multiplir. C st pour répondr à ctt préoccupation qu Eurosif (organism panuropén actif dans la promotion d l ISR) a rédigé un cod d transparnc dstiné à ncouragr l adoption ds millurs pratiqus dans l domain d la gstion éthiqu. C cod dvrait égalmnt prmttr aux fonds d miux xpliqur lur approch ISR t au grand public d fair ds choix plus éclairés. Signé par un cinquantain d organisms financirs, ctt démarch va dans l bon sns, mêm si ll rst ncor marginal t st adopté d façon volontair par ss signatairs. Nous pnsons néanmoins qu un approch légalmnt contraignant srait plus à mêm d apportr la transparnc nécssair; notammnt n intégrant au prospctus touts ls informations prmttant à l invstissur d comprndr la politiqu éthiqu du Fonds. numro 3/2008

15 Un xmpl st vnu récmmnt défrayr la chroniqu à c sujt. Pax World, un ds fonds ISR ls plus ancins, vint d payr un amnd d USD pour avoir invsti dans ds sociétés liés au sctur militair, c qui st contrair à la philosophi d invstissmnt. En caus un gstionnair indélicat, un communication défaillant t ds ligns dirctrics pas assz clairs... Au-dlà ds motifs invoqués, c qui rtint notr attntion, c st l fait qu ls agnts d la SEC ont pu signalr ls incohérncs d gstion n comparant l portfuill du fonds avc c qui était stipulé dans son prospctus! Formation La formation du prsonnl bancair st un élémnt incontournabl si l on vut qu ls fonds ISR touch un public plus larg. En fft, cs produits étant plus complxs qu ls fonds traditionnls, ils n sont pas sulmnt incompréhnsibls d la part du grand public, mais égalmnt ds agnts bancairs chargés d n assurr la promotion. Difficil d informr quand on n l st pas soi-mêm! Il st donc vital qu ls sociétés d gstion, ls résaux bancairs t autrs profssionnls d la financ invstissnt plus dans la formation d lurs prsonnls afin qu ils puissnt miux répondr aux qustions ds invstissurs non avrtis. Conclusion L invstissmnt socialmnt rsponsabl vis à un nouvll régulation du systèm économiqu n pondérant ls xigncs d rntabilité financièr par ds critèrs sociaux ou nvironnmntaux. L objctif étant d favorisr ls ntrpriss ls plus citoynns t d contraindr ls plus récalcitrants à adoptr ds comportmnts plus moraux. Néanmoins, mêm si ls ncours d la filièr ISR n cssnt d augmntr, cll-ci concrn ssntillmnt l mond ds invstissurs institutionnls. L élargissmnt d c marché aux invstissurs particulirs passra irrémédiablmnt par la confirmation d rndmnts financirs conforms à cux du marché, par un millur formation ds agnts bancairs t par un transparnc accru d la part ds acturs concrnés: qu il s agiss ds banqus, ds fonds d placmnt ou ds ntrpriss. Enfin, l éthiqu étant un concption prsonnll, il srait dommag qu sous couvrt d profssionnalisation t d harmonisation ds msurs d prformancs xtra-financièrs, on n arriv à un sort d pnsé uniqu dans c domain, très commod pour ls promoturs d fonds, mais qui privrait ls invstissurs d la possibilité d invstir slon lurs proprs valurs. numro 3/

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Système de Management du Portefeuille de Projets

Système de Management du Portefeuille de Projets Systèm d Managmnt du Portfuill d Projts PROJETS : Initiativs, invstissmnts, décisions, améliorations prmttant d produir avc plus d Valur à Référntil d gstion dstiné aux ntrpriss qui souhaitnt dévloppr

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Évaluer l impact social avec l approche SROI

Évaluer l impact social avec l approche SROI Évalur l impact social avc l approch SROI Ls Cahirs d l Institut d l Innovation t d l Entrprnuriat Social IIES Application au sctur d l Insrtion par l Activité Économiqu Collction Ouvrags & Xxxxxxxxxxxxxx

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques Stratégi publiqu n 2 - avril 2014 L audit : écoutr, obsrvr pour miux maîtrisr ls risqus La maîtris ds risqus D irigr un administration trritorial t mttr n œuvr l projt d un mandatur impliqu d savoir prndr

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action

Plus en détail

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée REUNION CONJOINTE DES POINTS FOCAUX DU CAR/PB, CAR/INFO ET CAR/PAP Nic, 11 13 mai 2011 EBAUCHE Formulair d rapport sur l application du Protocol GIZC n Méditrrané PAP/PFN/2011/3 CONTEXTE JURIDIQUE ET

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1 Environnmnt institutionnl t dévloppmnt durabl: Éclairag ds concpts Et Etud comparativ ntr trois pays d l Union du Maghrb Arab (Tunisi - Maroc - Algéri) Rana Dallali 1 Résumé : L dévloppmnt durabl st un

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

8. Propriété intellectuelle

8. Propriété intellectuelle 8. Propriété intllctull 8.1 Sécurisr ss contrats d 8.2 Valorisr t défndr ss droits d 8.3 Maîtrisr l cadr juridiqu du droit d autur 8.4 Commnt protégr ss marqus? Calndrir 2014 Paris Lyon Marsill Sécurisr

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

Septembre. Entrée Gratuite

Septembre. Entrée Gratuite t r i Fo g a t n Vi s n o l a S t m o C l y a n Font assin Espac C é n R l Cultur 25 au 27 Du Sptmbr 2015 Entré Gratuit 6èm FOIRE EXPO d Fontnay-l-Comt sous l ail d SVE Pour ctt 6èm édition, nous souhaitons

Plus en détail

Les pierres angulaires d un avenir meilleur

Les pierres angulaires d un avenir meilleur Ls pirrs angulairs d un avnir millur XELLA propos plusiurs solutions d murs innovants qui s inscrivnt parfaitmnt dans la tndanc d constructions pu énrgivors t qui sont prêts pour 2020. Photo couvrtur:

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT.lausann.ch/sil Il st vrt t il fait l bin autour d vous : l FEE Pour financr ds projts d économis d énrgi ou d dévloppmnt ds énrgis rnouvlabls, ls Srvics industrils d Lausann

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

PHARMACIE SOMMAIRE AOÛT-SEPTEMBRE 2008 PAGE 51

PHARMACIE SOMMAIRE AOÛT-SEPTEMBRE 2008 PAGE 51 xp rtis SOMMAIRE Didir Désrt L industri pharmacutiqu à la rchrch d un nouvau modèl économiqu... p. 52 Claud Allary Julian Ozdowski Stratégis pour l innovation pharmacutiqu p. 56 Véroniqu Chabrnaud Dévloppr

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure CFA 14 Poitirs 22-25 Avril 14, Poitirs Estimation xpérimntal ds propriétés acoustiqus d surfacs végétalisés : influncs d la variabilité spatial t d la configuration d msur G. Guillaum, B. Gauvrau t P.

Plus en détail

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences Programm Formation List ds moduls t ds prsonns rssourcs Socl commun d connaissancs t d compétncs Programm d la 2 promotion - hivr 2011 28 janvir 2011 - Luxmbourg Vision socio-économiqu Définitions / Approch

Plus en détail

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH Un rncontr d la communauté Rssourcs humains t managmnt d Grnobl Ecobiz n partnariat avc l ANDRH L agilité, nouvll postur managérial Confrontés aux turbulncs d un mond n mutation, ls ntrpriss chrchnt d

Plus en détail

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012 La Branch ds srvics d l'automobil Dossir d prss 24 janvir 2012 Contact prss : Mari-Joëll Dpardiu tél. : 01 41 14 13 41 dpardiumj@anfa-auto.fr Obsrvatoir d Branch ds Srvics d l Automobil Sit Intrnt dédié

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

BÂLE II ET LE RISQUE DE CRÉDIT PME : DES SIMULATIONS DE FONDS PROPRES BANCAIRES DANS LE CADRE D UN PORTEFEUILLE DE CRÉDIT

BÂLE II ET LE RISQUE DE CRÉDIT PME : DES SIMULATIONS DE FONDS PROPRES BANCAIRES DANS LE CADRE D UN PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Tarik QUAMAR Rvu JBE BÂLE II ET LE RISQUE DE CRÉDIT PME : DES SIMULATIONS DE FONDS PROPRES BANCAIRES DANS LE CADRE D UN PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Tarik QUAMAR, Univrsité Hassan II, Casablanca, Maroc, quamar.univ@gmail.com

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

La rénovation urbaine à Angers

La rénovation urbaine à Angers ANGERrSno2s1 quartirs avc vouuispmnt Chang t > Aménagmn Urbanism > > > t ita ab H > > > > Éq La rénovation urbain à Angrs n o g i P d n a r G r i t r L qua g a s i v d chang Dossir d prss L quartir Grand-Pigon

Plus en détail

Couverture Graphisme : unchatauplafond / illustration Roc Canals / Getty- Images Photo de l auteur @ Andreu Dalmau / EPA / MAXPPP

Couverture Graphisme : unchatauplafond / illustration Roc Canals / Getty- Images Photo de l auteur @ Andreu Dalmau / EPA / MAXPPP Couvrtur Graphism : unchatauplafond / illustration Roc Canals / Gtty- Imags Photo d l autur @ Andru Dalmau / EPA / MAXPPP Librairi Arthèm Fayard, 2012. ISBN : 978-2-213-67413-1 À tous cux qui œuvrnt pour

Plus en détail

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS JUIN-JUILLET 2010 GUIDE À L USAGE DES ÉLUS LOCAUX L logmnt social t ls politiqus locals d l habitat Dans l cadr ds compétncs qui lur sont conférés par l Etat, lls puvnt jour un

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition Edito d Elio Di Rupo Avantpropos Voici déjà la édition d un grand rassmblmnt qu ls passionnés d moto d la région t d bin audlà n manquraint pour rin au mond. Avc son lot d surpriss t d découvrts, l Fstival

Plus en détail

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de Eco n om i c d v l opm n t ag n c y GPMR - P. Bouln A g n c d d é v l opp m n t é co n om i q u Trritoir projts d Dossir d W W W. C a u x S i n D E v l o p p m n t. C O M prss L Agnc Créé n 2008, Caux

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2014 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur juillt 2015 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Interview exclusive d Amélie P.

Interview exclusive d Amélie P. Intrviw xclusiv d Améli P. 3,00 Edition Spécial - Décmbr 2012 l r u s r i o av s z l u. o. v. s u g o a v m I Tout c qu rnalist Rportr d ou J d r i t é m Passion, nvi, t ncor passion. Voilà c qu vous pourrz

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

Marketing. Sommaire. Histoire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marketing. Sommaire. Histoire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Markting - Wikipédia http://fr.wikipdia.org/wiki/markting 1 sur 9 18/06/2007 14 18 Markting Un articl d Wikipédia, l'ncyclopédi libr. L markting (on utilis aussi parfois dans 7% ds cas, d'après ls chiffrs

Plus en détail

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale été 2013 n 7 passion ommun L ssntil d l info municipal d Combloux Chrs Comblorans, S il fallait résumr l action t la vi municipal n qulqus mots, j dirais qu c st : Un hivr formidabl pour tout l mond, un

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

Phase avant-projet : intégration des réseaux et équipements techniques dans les bâtiments

Phase avant-projet : intégration des réseaux et équipements techniques dans les bâtiments Phas avant-projt : intégration ds résaux t équipmnts tchniqus dans ls C documnt contint ds rnsignmnts rlatifs aux bsoins n résaux t équipmnts tchniqus ds immubls d buraux modrns : vntilation/climatisation,

Plus en détail

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants Croissanc, nvironnmnt t égalité : 2 livrs importants Réflxions é... http://cosocpol.blog.lmond.fr/2013/10/21/mda-t-piktty/ 1 sur 6 22/10/2013 10:26 Blog abonné Accédz à tous ls blogs Créz votr blog Réflxions

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone!

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone! Sommair G-apps : Smart fun for your smartphon! Sommair Présntation G-apps Pourquoi choisir G-apps Sctorisation t sgmntation d marchés Votr accompagnmnt clints d A à Z ou à la cart Fonctionnalités G-apps

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

à Colombes, un éco-quartier répond à vos envies!

à Colombes, un éco-quartier répond à vos envies! C o l o m b s ( 9 2 ) à Colombs, un éco-quartir répond à vos nvis! un éco-quartir voit l jour! Imaginz un nouvl éco-quartir au srvic du dévloppmnt durabl t d la qualité d vi Découvrz Vivz un éco-quartir

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER Partnrs nd Bo us Marcq- n-b Tourc oin g aroul Ro ub La Mad la Ré pu bl u iq a ix www360courtagfr nu d lin Av Lill Dmand Partn rs ASSURÉ 1 4)4³ %43 )'%- 2%3% s )$% ASSURÉ

Plus en détail