Systèmes à événements discrets : de la simulation à l'analyse temporelle de la décision en agriculture

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Systèmes à événements discrets : de la simulation à l'analyse temporelle de la décision en agriculture"

Transcription

1 1 Systèms à événmnts discrts : d la simulation à l'analys tmporll d la décision n agricultur livir Naud 1, Tu Tuitt 1, Brtrand Légr 1,2, Arnaud Hélias 3 t Rodolph Giroudau 4 1 UMR ITAP, Cmagrf-Supagro, Montpllir cdx 5 (mail: 2 UMR Santé Végétal, INRA-ENITAB, Villnav d rnon cdx 3 UMR782 GMPA, INRA-AgroParisTch, Thivrval-Grignon 4 LIRMM, UMR UM2-CNRS C5506, Montpllir cdx 5 Résumé La rchrch agro-nvironnmntal rpos d plus n plus sur ds approchs systémiqus t la simulation informatiqu. Nous montrons ici l'intérêt ds automats t autrs formalisms d Systèms à Événmnts Discrts (SED) dans un démarch d concption ds procssus d décision n production agricol. Nous assignons dux objctifs à ctt concption. L prmir st d'analysr la prformanc attndu du systèm slon ls critèrs du dévloppmnt durabl. L scond st d réalisr un transfrt d connaissancs t d'xprtis au travrs ds modèls d procssus d décision. Un tl transfrt st un condition nécssair à l'xpérimntation à grand échll d systèms innovants complxs. Nos xmpls concrnnt ls traitmnts d dux maladis d la vign, l mildiou t l'oïdium. L'objctif st d réduir l nombr d traitmnts, actullmnt rsponsabl d'un fort consommation d psticids par la viticultur. Nous présntons un aprçu d nos modèls réalisés dans dux formalisms : ls Statcharts t ls automats tmporisés. Ls Statcharts ont srvi d support à l'élicitation ds connaissancs d'un équip d phytopathologists t d'outil d simulation à l'échll d la parcll. La vérification («modl-chcking») ds automats tmporisés st utilisé à l'analys d faisabilité tmporll ds décisions priss parcll par parcll dans un utilisation fficint ds rssourcs d l'xploitation. Mots clés Automats tmporisés ; Procssus d décision ; Statcharts ; Traitmnt phytosanitair I. CNCEVIR DES PRCESSUS DE DECISIN PUR UNE AGRICULTURE DURABLE Ls rprésntations par automats t ls différnts formalisms ds Systèms à Événmnts Discrts (SED) sont utilisés dpuis longtmps dans la concption d systèms réactifs pour ds automatisms industrils [1] t ds systèms d suprvision [2,3]. C travail a été mné avc l soutin financir d l ANR «Agnc National d la Rchrch» pour l programm «Agricultur t Dévloppmnt Durabl», projt «ANR-05-PADD-01, Vin&Environnmnt». Pour la gstion nvironnmntal t la concption d systèms agricols t sylvicols durabls, la rchrch t l dévloppmnt font d plus n plus appl à la simulation n complémnt d'étuds d laboratoir ou d trrain [4,5]. Ls règls d gstion tchniqu doivnt donc êtr modélisés. La simulation d la dynamiqu ds systèms biotchniqus prmt n fft d multiplir ls situations étudiés t d'étudir l'intérêt d'un ju d règls donnés, cci au rgard ds pratiqus ds agriculturs ou d préconisations altrnativs t slon l profil climatiqu d l'anné. L'nju st d gérr ds compromis ntr la maîtris d la production t la prévntion ds impacts nvironnmntaux. Cci conduit à ds procssus d production d'un complxité croissant t qui nécssitnt ds instrumnts d'aid à la décision. A l xcption ds automats cllulairs, ls SED sont ncor pu mobilisés dans cs problématiqus agri-nvironnmntals. n rcns dans la littératur l'usag ds DEVS d Ziglr [6] comm cadr d simulation [7]. Ls résaux d Ptri ont été mployés pour implémntr ls modèls d comportmnt d Systèms Multi-Agnts (xmpl faunistiqu avc [8]). Avc ctt optiqu d concption systèm, nous allons montrr ici l intérêt ds SED pour formalisr, simulr t vérifir ds procssus d décision [9] n production agricol. Avc l vocabl procssus, nous mttons l accnt sur la rprésntation ds aspcts tmporls d la décision. Notr application concrn la protction phytosanitair d la vign contr ls maladis oïdium t mildiou, l'objctif étant d réduir l nombr d traitmnts par rapport aux pratiqus usulls, fortmnt consommatrics d psticids. Cs travaux d modélisation ont été mnés avc ds concpturs d règls tchniqus d lutt phytosanitair, spécialisés dans ls maladis d la vign [10]. Après un rapid énoncé ds formalisms SED utilisés, nous décrirons ls concpts modélisés, t donnrons un aprçu du modèl d simulation réalisé. L procssus d décision st ici défini à l échll d la parcll agricol t la simulation d c procssus st détrminist. Nous nvisagrons nsuit l

2 2 passag à un modèl SED dit tmporisé, qui n st pas détrminist n trms tmporls. Nous montrrons nsuit l intérêt d méthods d vérification («modl-chcking») sur c duxièm typ d modèl pour analysr la faisabilité d décisions d protction phytosanitair priss parcll par parcll dans l organisation du travail au nivau global d l xploitation. Basé sur ls outils t formalisms génériqus ds SED, notr approch d la modélisation nous fait bénéficir ds acquis scintifiqus antériurs dans d'autrs domains d'application. Ell nous prmt d'spérr trouvr ds applications d nos résultats dans un larg gamm d problèms d gstion nvironnmntal t d production. L symbol «init-stat» marqu l point d départ d un automat L puits indiqu la fin d un automat arrt Cabin slction_étag vàletag[étagnum==étagdmand]/ vstop; étagcourrant=tagnum; [portfrmé] n_mouvmnt [étagdmandé>tagcourant]/vmontr [ls] vbouton/étagdmandé=boutonnum; [tagdmandé<tagcourant]/ vdscndr; dscndant montant II. FRMALISMES A. Statcharts : d la modélisation à la simulation L travail d modélisation mêm, par l rcuil t la formalisation d connaissancs qu'il impliqu, doit aidr ls concpturs à spécifir plus précisémnt cs règls. Nous avons choisi pour cla ls Statcharts [11] qui sont maintnant normalisés au sin d UML (Unifid Modlling Languag) 2.0 [12]. Ils prmttnt d combinr ds automats à états finis suivant dux princips: l "parallélism" (automats concurrnts) t l'inclusion hiérarchiqu. L'inclusion signifi qu chaqu état put êtr décomposé n un automat qui décrit l comportmnt avc un granularité plus fin. Ls transitions sont étiqutés avc ds événmnts déclnchurs, ds actions (qui sont ds événmnts déclnchés) t ds conditions. Ls conditions sont ds tsts sur ls variabls définis dans l Statchart. Enfin, ds nœuds d décision prmttnt d rprésntr plusiurs choix possibls d transition à partir d'un mêm état t d'un mêm événmnt. Ctt xprssivité prmt ds synchronisations complxs ntr automats. Sous conditions d'implémntation, ls transitions sont réputés êtr franchis instantanémnt, c qui prmt d considérr ls statcharts comm ds systèms réactifs [13]. Après transformation n cod xécutabl, l comportmnt d cs spécifications visulls put êtr tsté suivant différnts conditions initials t stimuli xtrns. Voir un illustration d la syntax n figur 1. A partir d cs Statcharts, nous pouvons simulr la résultant du procssus d décision. Dans notr application viticol, ctt résultant st caractérisé par l nombr d traitmnts phytosanitairs t la répartition d cs traitmnts dans l tmps. Au sin du group projt «Vin t Environnmnt» [14], nous avons n fft considéré l nombr d traitmnts phytosanitairs comm un indicatur simpl t prtinnt d prformanc nvironnmntal. Il s'agit d substitur un gstion raisonné du risqu à un action xclusivmnt prévntiv t systématiqu. Fig. 1. Illustration syntax Statcharts : cabin d ascnsur B. Automats tmporisés : analys t mis n œuvr d la décision Nous travaillons à l'analys ds caractéristiqus tmporlls du procssus d décision, t plus largmnt du procssus résultant d l'intraction ntr décision, mis n œuvr, t procssus biotchniqus. Pour c fair, nous mobilisons l modl-chcking tmporisé. Introduit par Alur t Dill [15], l'automat tmporisé st un automat à états finis auqul st ajouté un rprésntation du tmps continu sous la form d'horlogs à valurs dans R+. Cs horlogs prmttnt d'introduir ds contraints tmporlls qui puvnt êtr associés aux états (sommts du graph) t aux transitions (arcs du graph) d l'automat discrt. Cs contraints sont d la form x # c ou x - y # c, avc x t y dux horlogs, c un constant t # un symbol d rlation d l'nsmbl {<,,=,,>}. Ls valurs ds horlogs croissnt uniformémnt dans l tmps. Sur un transition, il st possibl d rmttr à zéro un ou plusiurs horlogs, c qui prmt d rprésntr ds durés. Dans l xmpl donné figur 2, il st spécifié qu l on lorsqu l on quitt la maison pour l burau, c st avant 8h. n n put rstr plus d 9 hurs au burau («invariant» d l état 1), t pas moins d 7 hurs (contraint sur transition μ). Ls outils d modl-chcking prmttnt la vérification automatiqu d propriétés d'un systèm, à travrs l'affirmation ou la négation d qustions formulés dans un langag spécifiqu. Pour l modl-chcking ds automats tmporisés, ls rquêts sont xprimés dans la logiqu tmporll TCTL (Timd CTL, par xtnsion d CTL pour Computational Tr Logic) [16].

3 3 Initialisr RAZ(T,H) État 0 Maison minuit; H=24; RAZ(H) δ; H 8;RAZ(T) μ; T 7 État 1 Burau T<=9 Fig. 2. Illustration syntax Automats tmporisés : journé au burau Largouët [17] a utilisé l formalism ds automats tmporisés associé aux outils d modl-chcking [18] afin d'améliorr la classification d'imags satllits t aérinns d parclls agricols par vérification d séris tmporlls d'imags sur un modèl d succssion cultural. Hélias [19] a utilisé cs mêms formalisms dans un optiqu d simulation d la décision d'épandag d'fflunts d'élvags. La décision était pris slon l'analys d l'adéquation ntr ls contraints tmporlls d la sourc d'fflunts t ls contraints tmporlls ds culturs potntillmnt récptrics. Il srait formllmnt nvisagabl d passr automatiqumnt d'un dscription Statcharts à ds automats tmporisés, afin d réalisr nsuit du modlchcking tmporisé [20]. Cpndant nous séparons actullmnt ls problèms d simulation t d'analys. Pour l'analys tmporll, nous réécrivons ls procssus d décision sous la form d'automats tmporisés. III. MDELISATIN ET SIMULATIN DES DECISINS Nous modélisons ds procssus d décision pour la lutt contr ds maladis d la vign ainsi qu ls contraints qui s'xrcnt sur lur mis n œuvr. En particulir, nous étudions la faisabilité d procssus où l'opportunité d traitmnt st décidé séparémnt pour chaqu parcll, alors qu la pratiqu usull st d réalisr ls traitmnts sur tout ou parti d'un xploitation sur la bas d'un décision uniqu. C raisonnmnt spécifiqu, qui s'accompagn d'un obsrvation précis ds symptôms ds maladis, doit conduir à diminur, globalmnt, l nombr d traitmnts. La mis n œuvr d cs "décisions à la parcll" t la coordination d l'utilisation ds rssourcs d l'xploitation, sront abordés plus loin. Ls principaux concpts du modèl d décision à la parcll sont ls suivants : La décision étant structuré par l passag d'un ngin mécanisé, la parcll st avant tout un bloc cohérnt d travail à laqull sont attachés différnts caractéristiqus agronomiqus. Ell rprésnt, sur l'horizon d planification du travail un tâch d traitmnt à déclnchr ou non. Dans la msur où aucun autr opératur n put rntrr dans un parcll qui st n cours d traitmnt ou vint d'êtr traité, un parcll st aussi un rssourc, libr ou non à un instant donné. Ls stads phénologiqus codifint la pouss annull d la vign dpuis l débourrmnt (éclatmnt ds bourgons) jusqu'à la vndang. n considèr un stad phénologiqu médian pour la parcll. Pour la météorologi, nous considérons ls tmpératurs t ls pluviométris journalièrs. n distingu la plui prévu par la météo, utilisé pour la décision, d la plui réll. Pathologis t épidémis : Nous considérons l'oïdium (Erysiph ncator) t l mildiou (Plasmopara viticola), dux maladis à micro-champignons, dits "cryptogamiqus". Ls agnts pathogèns sont stockés sur ls bois ou au nivau du sol pndant l'hivr. Ils s dévloppnt (pour formr un myclium) n saison sur fuills puis sur grapps. L'épidémi s propag, à partir ds "foyrs primairs" qui libèrnt ds spors, la contamination s faisant par gravité t par l vnt. L'humidité t ls pluis jount un grand rôl dans la virulnc d cs maladis t conditionnnt ls nouvlls contaminations.. L'action ds produits d traitmnt st caractérisé par un périod d "rémannc" établi xpérimntalmnt lors d l'homologation du produit. Ctt rémannc, qui intègr ls ffts liés à la croissanc du végétal, n'st pas à confondr avc la duré d'activité chimiqu du produit. Rssourcs matérills : n considèr, suivant la taill d l'xploitation, un ou plusiurs nsmbls (tractur+pulvérisatur). En fft, dans la msur où ls traitmnts phytosanitairs sont systématiqumnt prioritairs dans l'organisation du travail, un tractur st toujours disponibl lorsqu'un pulvérisatur l'st. Nous avons modélisé un procssus d décision prmttant d gérr d façon combiné l mildiou t l'oïdium. Nous l désignrons ci-après PDM. La concption initial, non formll, était l fruit d'un travail d'un équip d phytopathologists. Ell mttait n œuvr un raisonnmnt sur la saison viticol découpé n plusiurs étaps qui corrspondnt aux grands phass du dévloppmnt d la vign. En raison d ct aspct séquntil, l rcuil d connaissancs a été réalisé d'mblé sous la form d'un SED. L choix s'st porté sur ls Statcharts pour la simplicité du vocabulair graphiqu, t la possibilité d détaillr l modèl d façon incrémntal. La décomposition n étaps st rprésnté figur 3. Ls bandaux rougs t vrts corrspondnt à ds traitmnts rspctivmnt «obligatoirs» t «facultatifs» (raisonnés suivant informations disponibls). C découpag st rpris au nivau hiérarchiqu l plus élvé du Statchart (figur 4).

4 4 5/6 FE 8/10 FE Mi-floraison Déb. frmtur Déb. véraison Etap 0 E1 Etap 1 E2 Etap 2 T3 Etap 4 E3 Etap 5 T6 M M M M M M Fig. 3. Découpag d la saison viticol n étaps d raisonnmnt M Pour chaqu étap, nous avons détaillé l PDM au moyn d un rcuil d connaissancs [21]. Nous avons étudié nsuit la répons aux scénarios bioclimatiqus par simulation (traitmnts pour chacun ds dux maladis). A l intériur d un étap (xmpl figur 5), l raisonnmnt lié à l analys d l état sanitair d la parcll st mis n évidnc par ls nœuds d décision. La logiqu d réaction aux événmnts pluviux t la mis n œuvr ds traitmnts st décrit par ls états t transitions associés. Saison_dbut Etap_0 [1Fuill()] PDM_Simplifié Etap_1 Choix Produit Mildiou [ xist(t1) AND dat(e1+15) MAJP[ 5Fuills() AND putrentrr()] AND putrentrr()] Evaluation_1 nt Evaluation_2 Choix Produit r n MAJP[nFloraison() ïdium t Etap_3 AND qulconqurisqumaladi() t_ Etap_2 45 AND NT xist(t2)] r Choix Produit ïdium(bis) 0 MAJP[miFloraison() x [finrémannc()] AND xist(t2)] i PA[finRémannc() t Etap_4 Etap_5 AND dbutvraison()] Etap_6 _ 4 5 MAJP[miVraison()] 2 [dat(t3+28) MAJP[raisinMûr()] AND putrentrr()] Evaluation_3 PrVndang_Evaluation MAJP<=>vMisAJourStadPhno <=>vnotifevaluationfait PA<=>vPluiPrvu Fig. 4. Synoptiqu général Statcharts PDM [ILM=='0'] Vill_ILM vnotiftraitmnt putrentrr()<=> dlai d ré - ntré xpiré finrmannc()<=> la rémannc du drnir traitmnt st fini qulconqurisqumaladi()<=> [ (>0 AND Pas Rémannc à l'ntré) R (M>0 AND Pas Rmannc à l'ntré) R ILM>0 ] Etap_0 [ILM=='+'] vchangilm[ilm=='+'] ILM: Info Local Mildiou Figur 5. Détail d'un étap [M=='0'] Mildiou_ds_rgion vnotifevaluationfait Mildiou_ET_risqu_mildiou Attndr_proch_plui vpluiprvu Plui_Attndu [M=='+'] IV. ANALYSER LA FAISABILITE TEMPRELLE DE TRAVAUX AGRICLES L PDM corrspond à un ordr d traitmnt pour chaqu parcll. Mais, concrètmnt, la capacité d un cuv d pulvérisatur prmt d traitr plusiurs parclls à la suit. Il convint donc d rgroupr ls traitmnts décidés dans ds lots ls plus conséqunts possibls, afin d limitr ls tmps d préparation t ls allr-rtour ntr liu d rmplissag t liux d épandag. L critèr d proximité ntr parclls jou un rôl, mais l ssntil pour rspctr la décision à la parcll st d avoir dans un mêm lot ds parclls pouvant êtr traités l mêm jour. La duxièm limitation du Statchart du PDM st, faut d un modèl complt d l xploitation viticol, d s intrprétr ainsi : chaqu décision d traitmnt doit êtr xécuté «l plus vit possibl». Pour pouvoir planifir ls travaux, nous avons bsoin d décisions d la form traitr ntr dat min t dat max, qui sont rspctivmnt ls dats au plus tôt t au plus tard («fnêtr tmporll»). Ls automats tmporisés nous prmttnt d décrir c problèm d façon modulair t l modl-chcking TCTL d l résoudr d façon progrssiv (ici avc l'outil Kronos [18]). Nous avons mis n plac un méthod avc un procssus d décision moins complx qu PDM, n gérant qu l mildiou (figur 6). L modl-chcking st mis n œuvr sur un nsmbl d'automats tmporisés: automat d décision à la parcll, automat décrivant la phénologi, automat décrivant ls pluis, suivant la procédur résumé figur 7. Au momnt d'ffctur la vérification pour un parcll donné, on réalis l produit ds automats c qui prmt lur synchronisation. Par un rquêt dit d'«attignabilité», borné par l'horizon d planification, d'un sommt vérifiant l prédicat TT1 ou TT2 "traitmnt nécssair", on obtint la fnêtr tmporll pour chaqu parcll dvant êtr traité [22]. 0 D 24 INUTILE 1 TT1, T1 5 DANGER D 17, FEUILLES gard Tru, TRAITEE RAZ(Rm) labl d événmnt 2 Rm 7 PRTEGEE Rm=7, G1 Tru, TRAITEE RAZ(Rm) prédicats Fig. 6. Procssus d décision simplifié : gstion du mildiou 3 Rm 10 T2 Rm=10, G2 4 T2, TT2

5 5 Automats tmporisés Évolutions parcll i Procssus décisions Phénologi Météo Rquêt Logiqu TCTL Modlchcking TCTL Fnêtr tmporll pour traitr Parcll i Pour tout parcll i Fig. 7. Procédur d vérification d faisabilité ds décisions rdonnancr ls traitmnts i, calculr lot(i), Dat(lot) Il s agit nsuit d n évalur la faisabilité dans ls délais rquis, c qui suppos d proposr un ordonnancmnt couplé à un problèm d voyagur d commrc. Il srait théoriqumnt nvisagabl d réalisr la combinaison d cs contraints n rprésntant ls fnêtrs tmporlls ds parclls sous form d'automats tmporisés, d'n réalisr l produit, puis d chrchr ds solutions d'organisation du travail par modl-chcking. Il y a dux limits à cla. La prmièr résid dans l grand nombr d'états à parcourir ("xplosion combinatoir"). Ensuit, l modl-chcking prmt d vérifir la faisabilité, mais pas d choisir la millur solution dans un nsmbl d solutions possibls. En fonction ds fnêtrs tmporlls, un ordonnancmnt fficac ds travaux doit donc êtr réalisé par ds tchniqus d'optimisation. L modl-chcking nous prmttra nsuit d vérifir la faisabilité d l'ordonnancmnt décidé n cas d changmnt dans ls prévisions d pluis. V. CNCLUSIN Nous avons présnté ici ds résultats montrant l'intérêt d dux formalisms d systèms réactifs, ls Statcharts t ls automats tmporisés, pour décrir t analysr ds procssus d décision n production agricol. Ls Statcharts ont été mis n œuvr d façon opérationnll pour rcuillir d la connaissanc, formalisr un procssus d décision sophistiqué t l simulr. Un prmièr approch d'analys tmporll, utilisant l modl-chcking tmporisé, a été présnté sur un procssus d décision simpl. Ls travaux s poursuivnt dans dux dirctions: (i) dérivr ds automats tmporisés à partir du Statchart PDM, (ii) définir un méthod d'ordonnancmnt génériqu pour nos problématiqus agricols, capabl d proposr un approché d l'optimum. REMERCIEMENTS Nous rmrcions vivmnt ls mmbrs du laboratoir d l INRA Santé Végétal avc qui nous collaborons activmnt, ainsi qu l équip du projt ANR-ADD Vin t Environnmnt (Solr, 2005). Rmrcions égalmnt ls concpturs d Kronos (Yovin, 1997). [3] Paoli A., Lafortun S. (2005) Saf diagnosability for fault-tolrant suprvision of discrt vnt systms. Automatica 41-8, [4] Martin-Clouair R., Rllir J.-P. (2003) Modélisation t simulation d la conduit d un systèm d production agricol. In 4 conf. d modélisation & simulation (MSIM 03) Toulous (F), [5] Cros M.-J., Duru M., Garcia F., Martin-Clouair R. (1999) A DSS for rotational grazing managmnts : simulating both th biophysical and dcision making procsss. In Int. Congrss on Modlling and Simulation, (Modsim) Hamilton (Nw-Zaland), [6] Ziglr B.P., Moon Y., Kim D., Ball G. (1997) Th DEVS nvironmnt for high-prformanc modling and simulation. I Computational Scinc & Enginring 4-3, [7] Filippi J.-B., Bisgambiglia P. (2004) Jdvs : An implmntation of a DEVS basd formal framwork for nvironmntal modlling. Environmntal Modlling and Softwar 19-3, [8] Bakam I., Kordon F., L Pag C., Bousqut F. (2001) Formalization of a spatializd multiagnt modl using colourd i ptri nts for th study of an hunting managmnt systm. Lctur Nots In Computr Scinc, 1871, Workshop FAABS [9] Naud., Barbir J.-M. (2005) Analys ds procssus d décision (protction ds vigns), Journés Phytosanitairs Régionals, févrir, Villnav d'rnon (F) [10] Clrjau M. (2004) L problèm d la décision ds intrvntions phytosanitairs n protction intégré d la vign. In Innovign t Vin, Gruissan (Franc) juin. [11] Harl D. (1987) Statcharts : a visual formalism for complx systms. Scinc of Computr Programming, 8-3, [12] MG. (2005) Unifid modling languag (UML) spcification, v 2.0,www.omg.org/ tchnology/documnts/formal/uml.htm t [13] Scholz P. (1998) Dsign of Ractiv Systms and thir Distributd Implmntation with Statcharts. Phd thsis, Tchnischn Univrsität (TUM), Münchn. [14] Solr, L.-G. (2005) Qulls intrvntions publiqus t privés pour réduir l utilisation d traitmnts phytosanitairs dans l sctur du vin?. /Projts/add-vin/. [15] Alur R., Dill D. L. (1990) Automata for modling ral-tim systms. In 17 th ICALP, Warwick Univrsity (England), Voir aussi dans (1994) A thory of timd automata. Thortical Computr Scinc 126-2, [16] Alur R., Courcoubtis C., Dill D.L. (1990) Modl-chcking in dns ral-tim. In Proc. 5th LICS, Philadlphia (USA), Vrsion révisé dans (1993) Information and Computation 104-1, [17] Largouët C. (2000) Aid à l intrprétation d un séqunc d imags par la modélisation du systèm obsrvé. Application à la rconnaissanc d l occupation du sol. Thès d doctorat, Univrsité d Rnns I.195 p. [18] Yovin S. (1997) Kronos : A vrification tool for ral-tim systms. (kronos usr s manual rlas 2.2). J al of Softwar Tools for Tchnology Transfr 1-(1-2), [19] Hélias A. (2003) Agrégation/abstraction d modèls pour l analys t l organisation d résaux d flux: application à la gstion ds fflunts d élvag à la Réunion. thès d doctorat, ENSA-M, Montpllir, soutnu l 18/12/ p. [20] br I., Graf S., br, I. (2006) Validating timd uml modls by simulation and vrification. Int. J al on Softwar Tools for Tchnology Transfr (STTT) V8-2 (2006), [21] Légr B., Naud. (2007) Exprimnting statcharts for multipl xprts knowldg licitation in agricultur. IFAC-MCPL, Sibiu (Roumani), spt. [22] Naud., Tuitt T., Légr B., Hélias A., Hrnandz F., Giroudau R. (2007) Systèms réactifs pour modélisr la décision n production agricol: Exmpls à propos ds traitmnts phytosanitairs, in MSR' Modélisation ds Systèms Réactifs, Lyon (Franc), oct. REFERENCES [1] Zaffalon L., Brégut P. (2001) Concption d systèms réactifs. Visions. [2] Lunz J. (2000) Procss suprvision by mans of qualitativ modls. Annual Rviws in Control, 24,

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure CFA 14 Poitirs 22-25 Avril 14, Poitirs Estimation xpérimntal ds propriétés acoustiqus d surfacs végétalisés : influncs d la variabilité spatial t d la configuration d msur G. Guillaum, B. Gauvrau t P.

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs Mb!Ibvuf.Tbjoupohf B!m(bwbou.hbsf!ft! ofshjft!v!gvuvs Edition 2011!!!!!!!!!!!!!!Qfstqfdujwft!!!!!!!S vttjuft!!!!!!!joopwbujpo Fofshjft www.haut-saintong.com Edito Au nivau mondial, il y a trois mois ncor,

Plus en détail

Des carrefours «intelligents» pour une meilleure gestion du trafic urbain

Des carrefours «intelligents» pour une meilleure gestion du trafic urbain Mntion : l autur dmur sul rsponsabl conformémnt à touts ls dispositions légals applicabls n la matièr, du contnu d son œuvr quant aux citations ou autrs usags d œuvrs d tirs t crtifi avoir touts autorisations

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

Développement de site web dynaùique Dot.NET

Développement de site web dynaùique Dot.NET Dévloppmnt d sit wb dynaùiqu DotNET Voici qulqus xmpls d sits wb administrabl Cs sits Wb sont dévloppé n ASPNET sur un Bas d donné SQL 2005 C typ d dévloppmnt wb convint parfaitmnt a un boutiqu n lign,

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

Mise en œuvre d IHM multimodales dans un système de CAO. Une approche fondée sur les méthodes formelles

Mise en œuvre d IHM multimodales dans un système de CAO. Une approche fondée sur les méthodes formelles Mis n œuvr d IHM multimodals dans un systèm d CAO. Un approch fondé sur ls méthods formlls Nadjt KAMEL +* & Yamin AIT AMEUR * +Laboratoir d Rchrch n Intllignc Artificill Univrsité ds Scincs t d la Tchnologi

Plus en détail

Intégration des outils Persée (Proposition d architecture) Déliverable 3.1 du projet PERSÉE - Partie 1

Intégration des outils Persée (Proposition d architecture) Déliverable 3.1 du projet PERSÉE - Partie 1 Intégration ds outils Prsé (Proposition d architctur) Délivrabl 3.1 du projt PERSÉE - Parti 1 S. Bardin and F. Hrbrtau and M. Sighiranu and G. Sutr and A. Vincnt 2 juin 2005 Participants au group Intégration

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Évaluation de performance et optimisation de réseaux IP/MPLS/DiffServ

Évaluation de performance et optimisation de réseaux IP/MPLS/DiffServ AlgoTl 2003 (dpt-info.labri.fr/algotl03) Banyuls-sur-mr, 12-14 mai 2003 Exposé invité, mardi 13 mai, 9h-10h Évaluation d prformanc t optimisation d résaux IP/MPLS/DiffSrv par Fabric CHAUVET Jan-Mari GARCIA

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

B-340 - Pavillon Marie Victorin

B-340 - Pavillon Marie Victorin Anné univrsitair : 2009-2010 Trimstr : Automn Sigl du cours : COM 1560 Titr du cours : Communication Infographiqu Crédits : 3 Jour : Mrcrdi Hur : 13h00-16h00 Ensignant : Tinl Ndlcu (t.ndlcu@umontral.ca)

Plus en détail

Système d'aide à l Indexation et à la recherche d Information sur le Web

Système d'aide à l Indexation et à la recherche d Information sur le Web TEXTES DES COMMUNICATIONS - Tom I Systèm d'aid à l Indxation t à la rchrch d Information sur l Wb Laïd BOUZIDI bouzidi@univ-lyon3.fr IAE - Univrsité Jan Moulin - Lyon3 / 6, cours Albrt Thomas B.P.8242

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de Eco n om i c d v l opm n t ag n c y GPMR - P. Bouln A g n c d d é v l opp m n t é co n om i q u Trritoir projts d Dossir d W W W. C a u x S i n D E v l o p p m n t. C O M prss L Agnc Créé n 2008, Caux

Plus en détail

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1 Environnmnt institutionnl t dévloppmnt durabl: Éclairag ds concpts Et Etud comparativ ntr trois pays d l Union du Maghrb Arab (Tunisi - Maroc - Algéri) Rana Dallali 1 Résumé : L dévloppmnt durabl st un

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences Programm Formation List ds moduls t ds prsonns rssourcs Socl commun d connaissancs t d compétncs Programm d la 2 promotion - hivr 2011 28 janvir 2011 - Luxmbourg Vision socio-économiqu Définitions / Approch

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Conférence d ouverture La ville et le village intelligent : l opportunité du numérique Charles Despins, président-directeur général, Prompt inc.

Conférence d ouverture La ville et le village intelligent : l opportunité du numérique Charles Despins, président-directeur général, Prompt inc. Animatur d la Rncontr : Mathiu Gillt, Dirctur Rsponsabl du volt municipal la programmation préliminair Judi 3 avril 201 Placs limités pour ls capsuls, visit tchniqu t tabl rond. N manquz pas d vous inscrir

Plus en détail

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone!

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone! Sommair G-apps : Smart fun for your smartphon! Sommair Présntation G-apps Pourquoi choisir G-apps Sctorisation t sgmntation d marchés Votr accompagnmnt clints d A à Z ou à la cart Fonctionnalités G-apps

Plus en détail

Système de Management du Portefeuille de Projets

Système de Management du Portefeuille de Projets Systèm d Managmnt du Portfuill d Projts PROJETS : Initiativs, invstissmnts, décisions, améliorations prmttant d produir avc plus d Valur à Référntil d gstion dstiné aux ntrpriss qui souhaitnt dévloppr

Plus en détail

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques Stratégi publiqu n 2 - avril 2014 L audit : écoutr, obsrvr pour miux maîtrisr ls risqus La maîtris ds risqus D irigr un administration trritorial t mttr n œuvr l projt d un mandatur impliqu d savoir prndr

Plus en détail

INDUSTRIE. Pour accéder directement à la fiche qui vous intéresse, cliquez sur le titre. Vous pouvez revenir au sommaire INDUSTRIE grâce à ce bouton!

INDUSTRIE. Pour accéder directement à la fiche qui vous intéresse, cliquez sur le titre. Vous pouvez revenir au sommaire INDUSTRIE grâce à ce bouton! INDUSTRIE 114 Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair INDUSTRIE grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE

Plus en détail

Formations, études, conseils. Le catalogue 2016. Ne jouez pas aux des avec vos donnees. www.anastats.fr

Formations, études, conseils. Le catalogue 2016. Ne jouez pas aux des avec vos donnees. www.anastats.fr Formations, étuds, consils L catalogu 2016 N jouz pas aux ds avc vos donns www.anastats.fr - - Statistiqus Formations 2016 SOMMAIRE Notr équip p. 3 Ls Etuds d donnés t consil p. 5 14 formations dispnsés

Plus en détail

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3.

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3. CARACTERISATION DE LA CROISSANCE TUMORALE D UN MODELE DE GREFFE ORTHOTOPIQUE DE NEUROBLASTOME METASTATIQUE PAR ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET BIOLUMINESCENCE. E. Daudigos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Claytt 4,

Plus en détail

Marketing. Sommaire. Histoire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marketing. Sommaire. Histoire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Markting - Wikipédia http://fr.wikipdia.org/wiki/markting 1 sur 9 18/06/2007 14 18 Markting Un articl d Wikipédia, l'ncyclopédi libr. L markting (on utilis aussi parfois dans 7% ds cas, d'après ls chiffrs

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

L alignement stratégique : déterminant de la performance (étude empirique

L alignement stratégique : déterminant de la performance (étude empirique Résumé Ctt rchrch a pour but d démontrr qu l alignmnt stratégiqu ds TIC, avc la stratégi (précisémnt stratégi d partnariat ou pratiqu d collaboration) t la structur organisationnll d un PME, put avoir

Plus en détail

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques ADELE 126 : Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus Vrsion 1 janvir 2006 Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus vrsion 1 Vrsion 1 2 décmbr 2005 Pag 2/47 Chart graphiqu t rgonomiqu

Plus en détail

Évaluer l impact social avec l approche SROI

Évaluer l impact social avec l approche SROI Évalur l impact social avc l approch SROI Ls Cahirs d l Institut d l Innovation t d l Entrprnuriat Social IIES Application au sctur d l Insrtion par l Activité Économiqu Collction Ouvrags & Xxxxxxxxxxxxxx

Plus en détail

LA DESCRIPTION DES COURS

LA DESCRIPTION DES COURS PROGRAMME DES ÉCOLES PUBLIQUES 1998-1999 MATHÉMATIQUES LE RÔLE DE LA DISCIPLINE Ls mathématiqus sont un scinc xploratoir t analytiqu qui chrch à xpliqur t à fair comprndr tout phénomèn naturl. Ells sont

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2016 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

SCARA SERIE G EPSON NOS ROBOTS SCARA FONT LE POINT PLUS RAPIDEMENT

SCARA SERIE G EPSON NOS ROBOTS SCARA FONT LE POINT PLUS RAPIDEMENT SCARA SERIE G EPSON NOS ROBOTS SCARA FONT LE POINT PLUS RAPIDEMENT POUR FIABILISER LA MANIPULATION À PROPOS D EPSON SCARA SÉRIE G EPSON À propos d Epson 2 Approch t aprçu d la gamm d produits 4 Ls points

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH Un rncontr d la communauté Rssourcs humains t managmnt d Grnobl Ecobiz n partnariat avc l ANDRH L agilité, nouvll postur managérial Confrontés aux turbulncs d un mond n mutation, ls ntrpriss chrchnt d

Plus en détail

L école de l Accompagnement

L école de l Accompagnement L'Écol : un vocation Après douz annés d'xistnc, l'écol affirm sa vocation : êtr un liu d profssionnalisation pour ls acturs ds métirs d l'accompagnmnt. Ls praticins confirmés trouvnt dans l'écol d l'accompagnmnt

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

La réunion annuelle du Consortium des Filières

La réunion annuelle du Consortium des Filières La lttr du Burau Asi-Pacifiqu AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE ISSN 1606-0318 Dans c numéro : L mot du dirctur 1 Cart ds filièrs, méthodologis, rstructurations t fonctionnmnt ds consortiums multilatéraux

Plus en détail

CF 01/02 Carte multifonctions pour Bus PC

CF 01/02 Carte multifonctions pour Bus PC CF 01/02 Cart multifonctions pour Bus PC Entrés/Sortis analogiqus Entrés/Sortis digitals Comptag Dscription Ls carts d'xtnsion CF 01 / CF 02, compatibls PC, prmttnt d'ajoutr un à huit moduls d'ntrés t

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

Faites fleurir votre potentiel: découvrez notre laboratoire et nos formules d apprentissage...

Faites fleurir votre potentiel: découvrez notre laboratoire et nos formules d apprentissage... DvOnD Dvlopmnt On Dmand Faits flurir votr potntil: découvrz notr laboratoir t nos formuls d apprntissag... DvOnD srl Qui somms-nous? Dpuis 2004, nous accompagnons nos clints dans l délicat procssus d évolu9on

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT.lausann.ch/sil Il st vrt t il fait l bin autour d vous : l FEE Pour financr ds projts d économis d énrgi ou d dévloppmnt ds énrgis rnouvlabls, ls Srvics industrils d Lausann

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s Vnt à distanc t -commrc t a h c a d s t n m t r Ls compo in A l d s g a n é m d s Edition 2011 rc t d Indu Chambr d Comm stri d l Ain Obsrvat oir du Commrc Vnt à distanc t -commrc énags d l Ain, m s d

Plus en détail

ré g s e u n e e D e é 1 [Mai 2011]

ré g s e u n e e D e é 1 [Mai 2011] go gi qu D R ocu és m r vé nt à SO un D us EX ag O pé da ré g é t n s I t u n q i agchmn n a T M s é d n us SystèDmon Tchniq s Donné 1 Mai 2011 1. Présntation d Sodxo go gi qu 2. Ls procssus Sodxo D R

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 10 juillet 2014 COMPTE RENDU

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 10 juillet 2014 COMPTE RENDU L n c s n s «I I» d l a r t i c l 1 3 6 d l a l o i A L U R p r é v o i t CONSEIL MUNICIPAL Séanc du 10 juillt 2014 COMPTE RENDU Présnts : Msdams GENEVARD, VOJINOVIC, ROUSSEL-GALLE P., RENAUD, CAIREY-

Plus en détail

BTS DEES MASTERS BTS DEES MASTERS

BTS DEES MASTERS BTS DEES MASTERS BTS DEES MASTERS BTS DEES MASTERS Création : Décmbr 2012 Tous droits résrvés 2012 Group Médicis 5 ru ds Rcultts 75013 Paris T. 01 45 35 28 28 F. 01 45 35 28 47 www.mdicis-altrnanc.com binvnu à médicis

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali Ls procédurs budgétairs ds ministèrs d l'éducation au Mali Ctt étud a été préparé dans l cadr du projt sur «Ls procédurs d préparation t d'xécution du budgt ds ministèrs d V éducation» dirigé par Srg Péano

Plus en détail

Transmetteur vocal SD1+

Transmetteur vocal SD1+ MANUEL D UTILISATION ET DE PROGRAMMATION Transmttur vocal SD1+ MANUEL D UTILISATION ET DE PROGRAMMATION Parfait sécurité ds logmnts d habitation, maisons t locaux d ntrpriss C manul d utilisation st particulir

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

Guide des déchets dangereux à la maison Plan départemental de Prévention des Déchets

Guide des déchets dangereux à la maison Plan départemental de Prévention des Déchets Miux ls connaîtr pour miux ls jtr! Guid ds déchts dangrux à la maison Plan départmntal d Prévntion ds Déchts En 2005, l Consil général ds Lands a initié l prmir Plan départmntal d Prévntion ds Déchts n

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

La rénovation urbaine à Angers

La rénovation urbaine à Angers ANGERrSno2s1 quartirs avc vouuispmnt Chang t > Aménagmn Urbanism > > > t ita ab H > > > > Éq La rénovation urbain à Angrs n o g i P d n a r G r i t r L qua g a s i v d chang Dossir d prss L quartir Grand-Pigon

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE Sssion 200 Brvt d Tchnicin Supériur CONTRÔLE INDUSTRIEL t RÉGULATION AUTOMATIQUE U4 Instrumntation t Régulation Duré : 3 hurs Cofficint : 4 L utilisation d un calculatric réglmntair st autorisé. Calculatric

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail