ÉLECTRONIQUE NUMÉRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉLECTRONIQUE NUMÉRIQUE"

Transcription

1 ÉLECROIQUE 4 ÉLECROIQUE UMÉRIQUE 1. IÉRÊ DES SIGAUX UMÉRIQUES 1.1 ransmission du signal L traitmnt du signal st réalisé ar ds circuits élctroniqus (analogiqus ou numériqus). La grandur hysiqu à msurr : ond d rssion sonor, ond élctromagnétiqu, tmératur, doit êtr convrti n signal élctriqu avant d la traitr, c st l rôl d un catur. L signal st donc un tnsion élctriqu n général onction du tms. Ell st l imag ds variations tmorlls d la grandur hysiqu à msurr. C ty d signal st qualiié d analogiqu (ar oosition aux signaux logiqus ou numériqus) : c st un onction continu du tms : s(t). umérisr un tl signal consist à l rmlacr ar un nsmbl dénombrabl d valurs numériqus. Dans l cas d un signal d duré ini, on ass d un nsmbl non dénombrabl d valurs à un nsmbl ini. Ls nombrs ainsi obtnus sont alors codés n binair ( t 1). Ls avantags associés à ctt convrsion sont nombrux. Qu ls signaux soint transmis (radio, V, ) ou stockés (CD, DVD, ) lur codag sous orm d bit rmt un lctur simliié. En t, soit l nivau lu déass un suil, on détct alors un 1, soit l nivau st inériur, on lit un. Ainsi, dans l cas d un bruit additi d aibl nivau l signal ourra êtr rcuilli d açon arait; c qui n st as l cas our un signal analogiqu. Dans l cas où l bruit additi dvint imortant ar raort au nivau du signal util, on ut alors ctur ds rrurs d détction. Pour luttr contr cs rrurs, on cod n général l signal binair d manièr à air aaraîtr un rdondanc dans l signal. La méthod la lus réandu our détctr un rrur d détction évntull st l ajout d un bit sulémntair à la in d chaqu tram d bits (n général 7) rrésntant la somm modulo d cs 7 bits. À la lctur, il suit alors d vériir qu l bit d contrôl (alé bit d arité) corrsond bin à la somm ds 7 bits lus. Si cll-ci st diérnt, c st qu il y a un rrur d lctur. Il aut alors rlir ls donnés.

2 Ctt méthod rmt sulmnt d détctr un rrur uniqu d transmission ou d lctur. Ell st mis n déaut si l on st n résnc d dux rrurs. Ell n rmt as non lus d corrigr l rrur. D autrs cods lus rormants (cods corrcturs d rrur) rmttnt d détctr l rrur t d la corrigr automatiqumnt. 1. raitmnt du signal La robustss du signal numériqu vis-à-vis du bruit rmt égalmnt d n crér ds cois araits. Ctt suériorité du signal numériqu ar raort à l analogiqu ut êtr constaté sur la qualité sonor d un CD ar raort à un disqu vinyl, ou sur la qualité d l imag t du son d un DVD ar raort à un nrgistrmnt sur casstt VHS, ou ncor ntr la V numériqu () t la V analogiqu. D autr art, l traitmnt d un signal numériqu st n général réalisé ar un calculatur. Il n résult d nombrux avantags ar raort à un traitmnt réalisé grâc à un élctroniqu analogiqu (résistancs, caacités, transistors, amliicaturs oérationnls A.L.I, ). En t, ls rinciaux déauts liés à l élctroniqu analogiqu sont ainsi lvés. Ls roblèms d récision t d disrsion ds comosants élctroniqus (donnés, n général à 5 ou 1%), ainsi qu ls roblèms d dériv n tmératur n xistnt lus n numériqu. La réqunc d couur d un iltr numériqu ut donc êtr maîtrisé lus acilmnt qu n analogiqu. Il n résult égalmnt un grand rroductibilité ntr ls diérnts systèms réalisés. Un autr avantag lié au traitmnt du signal ar calculatur résid dans la acilité d air évolur ls rormancs d un matéril sans modiications d son élctroniqu. En t, si l constructur d un aaril dévlo un traitmnt lus rormant ou corrig crtains rrurs, il st n général acil d modiir l rogramm xécuté ar l calculatur sans modiication élctroniqu du systèm. C st l cas ar xml sur crtains lcturs d DVD d salon our lsquls il st ossibl d mttr à jour la vrsion d l algorithm d décodag vidéo (mg ou 4). Crtains décodurs réalisnt mêm cs miss à jour automatiqumnt. Ctt acilité d évolution st égalmnt utilisé dans l automobil où ds systèms d contrôl (ABS, ESP, contrôl motur, ) sont mis à jour lors ds visits chz l garagist, ou lors d camagns d rals dans l cas d déauts lus imortants. 1.3 Convrsion analogiqu / numériqu Comm nous l avons résnté récédmmnt, l signal élctriqu rovnant d un catur st n général analogiqu. L oération d numérisation corrsond à la succssion d étas : - L échantillonnag qui rmt d rélvr un nsmbl d t. - La quantiication qui allou à chacun d cs échantillons un valur aroché, codé sur un nombr ini d bits ( bits sur l xml d la igur ci-contr). valurs riss à ds instants discrts { } k Ctt oération st réalisé à l aid d un convrtissur analogiqu / numériqu (CA) ; l oération invrs avc un CA.

3 . ÉCHAILLOAGE.1 Périodisation du sctr Pour comrndr dans qulls conditions l signal analogiqu s(t) st échantillonnabl sans rt d inormation, nous allons introduir la onction ériodiqu γ (t) ci-dssous («ign d imulsions»), ainsi qu l signal échantillonné s ( t) = γ( t) s( t). γ (t) étant -ériodiqu, ll s décomos n séri d Fourir, soit, n rnant γ (t) air : nπ ( ) = Cn cos t = Cn cos(nπ n = n = γ t t), n introduisant la réqunc d échantillonnag On calcul aisémnt : C n 1 = = ε ε γ( t)cos(nπ cos(nπ t)dt = t)dt = ε sin( nπ nπ γ( t)cos(nπ ε) = 1 =. t)dt sinc( nπ Lorsqu ε, l signal s ( ) n contint qu ls inormations s (), s ), s ), t C n, indéndant d n. t s(t) ut ll aussi s décomosr n signaux sinusoïdaux (c. transormé d Fourir) t ossèd l sctr ci-contr : Pour un sul comosant sinusoïdal d réquncs ± d s : S S s = S cos( πt + ψ ) = cos( πt ψ ) + cos(πt + ψ ), on a : s ( t) = γ( t) s ( t) = S = n= S { cos[ π( n ) t ψ ] + cos[ π( n + ) t + ψ ]} n= ( t cos(π t + ψ )cos(nπ t) Ainsi l sctr d ) n ± avc S l amlitud : ε) ( (

4 L sctr d s ( t) st donc ériodiqu, d ériod Si l sctr d st borné à un réqunc maximal max (ou si la arti du sctr > max st d amlitud négligabl dvant cll d la arti < max ), l moti d c sctr s réèt, cntré sur ls réquncs n.. héorèm d Shannon Pour qu l oération d échantillonnag soit révrsibl, c st-à-dir our ouvoir rassr sans rt d inormation d s ( ) à s(t), il n aut as qu ls diérnts motis du sctr s t chvauchnt. Il st donc nécssair d avoir > max max soit max : héorèm d Shannon : la réqunc d échantillonnag doit êtr suériur ou égal à dux ois la réqunc maximal du signal On ourra alors rtrouvr l signal d origin s(t) ar iltrag ass-bas. max.3 Rlimnt d sctr Si l sctr du signal a un amlitud non négligabl our ds réquncs suériur à (réqunc d yquist), ds comosants ictivs aaraissnt dans l sctr du signal échantillonné, comosants qui n sont as résnts dans l sctr du signal rél.

5 Ctt règl ait aaraîtr la nécssité d l xistnc d un réqunc maximal dans un signal our ouvoir l échantillonnr. Pour un signal d duré ini, ctt réqunc maximal n xist as, n général. Il aut donc utilisr un iltr ass-bas (alé iltr anti-rlimnt) our limitr ls réquncs du signal qu l on désir échantillonnr. Prnons l xml d un signal musical. L orill humain n st snsibl aux réquncs qu jusqu à khz dans l millur ds cas. On choisit ainsi d iltrr ls signaux musicaux à khz d manièr à n consrvr qu ls réquncs inériurs. C signal iltré st nsuit échantillonné à 44,1 khz, codé t gravé sur un comact-disc. La réqunc d échantillonnag st choisi avc un marg ar raort à la réqunc minimal rquis ar l théorèm d Shannon (4 khz) our ouvoir iltrr lus acilmnt lors d la rconvrsion du signal numériqu vrs l signal analogiqu. Illustrons l roblèm du rlimnt d sctr our un signal sinusoïdal s(t) d réqunc = 1 Hz. S il st échantillonné à = 5 Hz > = Hz : l critèr d Shannon st rscté, il y a lus d un échantillon ar dmi-ériod (ronds sur l courb ci-dssous) t la sinusoïd s(t) st corrctmnt décrit. Si s(t) st échantillonné à = 15 Hz < = Hz : l critèr d Shannon n st lus rscté, il n y a lus assz d échantillons (croix sur la courb ci-dssous) t c st un sinusoïd d réqunc lus bass qui aaraît. L sctr du signal rél contint dux rais our ls réquncs ±. L t d l échantillonnag st un réétition ériodiqu du sctr rél : on rtrouv dans l intrvall, = 75 Hz d réquncs rrésnté à l oscillosco un rai corrsondant à

6 la réqunc translaté d : rai ictiv d réqunc = 5 Hz qui n xist as dans l signal rél, alors qu la rai réll d réqunc n aaraît as! ( ) + Comm =, la rai ictiv t la rai réll sont symétriqus ar raort à la réqunc d yquist : on arl d rlimnt d sctr..4 Analogi avc la stroboscoi C st c hénomèn qu l on ut constatr lorsqu l on rgard un rou qui tourn lorsqu ll st ilmé. On voit souvnt aaraîtr un vitss d rotation diérnt d la vitss d avancmnt réll d la charrtt. Parois mêm, la rou smbl allr n sns invrs. Cla st dû au ait qu un ilm corrsond à un échantillonnag d un hénomèn continu ar un succssion d hotos riss à intrvalls régulirs. Pour l cinéma, la réqunc d échantillonnag st n général d 4 imags ar sconds t 5 our ls standards rançais ou uroén d la télévision. Ainsi tous ls hénomèns ériodiqus dont la réqunc st suériur à 1 Hz vont s rlir réquntillmnt. On ut égalmnt constatr l mêm résultat lorsqu l on obsrv un écran d ordinatur ilmé à la télévision. La réqunc d raraîchissmnt ds imags d un écran d ordinatur st n général comris ntr 5 t 8 Hz ; ctt réqunc va donc s rlir t l on va voir aaraîtr un réqunc lus bass. À la dat t la rou a tourné d l angl n a accès qu à ds angls orintés θ = π t 1. En hotograhiant la rou tous ls = on (1) θ k = πk = πk. On constat qu our un réqunc d rotation θ () k = a =, on aurait : (1) π( ) k = πk = πk kπ = πk = θk. La réqunc aarnt (la 3 lus bass) st ici a =. Dans l xml d la igur où = =, la réqunc 3 1 aarnt vaut a = < : la rou smbl tournr n sns invrs. L hénomèn d rlimnt trouv ds alications quand on l utilis à bon scint : c st l rôl d la stroboscoi qui rmt d analysr ds hénomèns raids. Ls rmirs à s y êtr intérssés sont ds scintiiqus d la in du XIXèm siècl qui étudièrnt ainsi ls mouvmnts d la cours d crtains animaux. On ut mêm igr un hénomèn d réqunc quand = (on rtrouv bin un réqunc null our l rlimnt d ar raort à = ) t msurr récisémnt ctt réqunc.

7 3. QUAIFICAIO Suit à l oération d échantillonnag, nous somms assés d un signal continu n tms à un nombr ini d valurs numériqus. Cndant, c vctur d donnés n ut as êtr dirctmnt traité ar un calculatur. En t, du ait d la structur élctroniqu d tout calculatur, il n sait analysr qu ds nivaux d tnsion binairs ( volt corrsondant à, t +V volts corrsondant à 1). Ls donnés numériqus à traitr dvront donc êtr codés ar un structur binair. Ctt oération st alé la quantiication. Contrairmnt à l échantillonnag, ctt oération n s ctu as sans rt. L ait d codr un chir sur un crtain nombr d bits s accomagn d un aroximation. L calculatur n sait traitr qu un nombr ini d valurs numériqus quantiiés. L as d quantiication t la récision d un CA déndnt du nombr d bits n sorti, alé résolution. Pour un CA à bits, l nombr d états ossibls n sorti st, c qui rmt d xrimr ds signaux numériqus d à 1 n cod binair naturl. Un CA st caractérisé égalmnt ar la lag d variation acctabl d la tnsion analogiqu d ntré, alé Plin Echll (FS our Full Scal n anglais) t qu nous notrons v PE. La lin échll st divisé n autant d lags d égal dimnsion (cas d la quantiication uniorm) qu il y a d états ossibls d la sorti numériqu. Chaqu lag st associé à un cod numériqu rrésntant la tnsion analogiqu d ntré. La igur ci-dssous rrésnt la caractéristiqu d transrt idéal (sans déaut) n scalir d un CA à ou 3 bits. vpe L quantum q = st la dimnsion ds lags. Ls tnsions d suil v kq k = our 1 k { 1, } corrsondnt aux transitions ntr ls cods d sorti. On a ici un quantiication linéair ar déaut ; la droit d transrt idéal n ointillés corrsond à un CA d résolution. Plus la résolution st élvé, lus la sorti numériqu st un imag récis du signal analogiqu d ntré comm on l voit sur l tablau suivant our v PE = 1 V : q 8 39,1 mv 1 9,77 mv 1,44 mv µv L rrur d quantiication (ou d codag) st la diérnc ntr la valur du signal échantillonné t la valur analogiqu d ntré corrsondant au cod d sorti (corrsondanc donné ar la droit d transrt idéal), l rrur d codag st xrimé n

8 q. La igur suivant donn l rrur d codag d un CA à 3 bits our un quantiication linéair ar déaut : L rrur d codag st comris ntr t q. Ainsi tous ls signaux analogiqus comris ntr v 3 t v 4, ar xml, sont rrésntés ar l cod binair 11. On ut diminur ctt rrur n utilisant un quantiication linéair cntré : Ls caractéristiqus récédnts sont clls d CA uniolairs dont la tnsion analogiqu d ntré st ositiv. Bin souvnt, un mêm CA ut êtr coniguré égalmnt n mod biolair d açon à acctr un tnsion analogiqu d ntré négativ ou ositiv (la lag d v PE variation st alors symétriqu ntr t caractéristiqu d transrt corrsondant : v PE ). La igur ci-dssous résnt la La dynamiqu maximal qu l on ut obtnir (raort ntr la tnsion maximal admissibl t la tnsion minimal qu l on ut codr) st d 1 soit n décibls : dyn = log( 1) log 6 (our grand). L choix du nombr d bits st donc ixé ar la récision rquis. Par xml our d la musiqu haut idélité gravé sur un CD, on utilis un quantiication sur 16 bits soit un dynamiqu d 96 db. On ut augmntr la dynamiqu tout n minimisant l nombr d bits mloyés n utilisant un quantiication non uniorm. C ty d quantiication consist à allour un as d quantiication lus in our ls aibls tnsions t augmntr l as au ur t à msur qu l amlitud croit.

9 Grâc à ctt tchniqu on ut codr inmnt ls signaux d aibl nivau tout n évitant un évntull saturation our ls signaux d ort amlitud. Ls quantiications non uniorms à as logarithmiqus sont ar xml utilisés our codr ls signaux d téléhoni ix. La quantiication ut égalmnt ntraînr un autr ty d rrur qu la siml rrur d arrondi : l rrur d saturation. En t, l nombr d nivau d quantiication étant ini, on n ut rcvoir qu ds signaux d amlitud maximal rédéini. Si un signal d amlitud suériur st résnt, il sra écrêté. ous vnons d voir commnt transormr un signal analogiqu n signal numériqu t ls avantags qui découlnt d ctt convrsion. ous avons vu qu un signal était, n général un onction du tms (signal d télécommunication, signal audio,...). Cndant ls notions résntés s aliqunt égalmnt aux imags. Cll-ci uvnt êtr considérés comm l xtnsion à dimnsions d un signal. Ls axs x t y d l imag rmlacnt l ax tmorl du signal. 4. AALYSE SPECRALE UMÉRIQUE 4.1 Princi L algorithm FF (Fast Fourir ransorm : transormé d Fourir raid) a été mis au oint n 1965 ar Cooly t uky, uis amélioré ar Hadamard. Il corrsond à un transormé d Fourir discrèt où un arti du signal d duré a st échantillonné n valurs, soit our ls oscilloscos numériqus ls lus courants : 48 oints du domain tmorl ( = 11). L signal FF aiché à l écran contint 14 oints qui vont du continu (CC) à la réqunc d yquist (réqunc d échantillonnag divisé ar dux). a st la ériod d échantillonnag 1 = = st la réqunc d échantillonnag a 4. Problèms liés à a ini Ls échantillons sont ris sur un duré ini (corrsondant souvnt à la arti cntral d la largur visibl d l écran d l oscillosco). Ls calculs suosnt qu l signal s(t) dont on rchrch la transormé d Fourir st ériodiqu t qu l moti à l écran corrsond à un ériod a = ( 1) (ctt onction, a riori diérnt d la onction réll, s all «ériodisé d s» : l algorithm calcul donc coicints d un séri d Fourir our ds n n réquncs =, avc n =,1,,..., 1). Suls sont aichés ls réquncs a 1 corrsondant à n =,1,,...,, c st-à-dir jusqu à la réqunc d yquist.

10 Pour oints d acquisition donné, la résolution n réqunc st d autant millur qu 1 a st grand : l écart ntr dux rais du sctr calculés ar l algorithm diminu. a Dans l cas d un signal ériodiqu, si l signal s(t) analysé contint un nombr ntir d ériods, il n a as d discontinuité dans la ériodisé. En rvanch, dans l cas où la arti du signal échantillonné n contint as un nombr ntir d ériods, la onction FF réalis l analys d Fourir d un signal ériodiqu discontinu, ls discontinuités étant rovoqués ar ls transitions ntr ls oints d début t d in. L t st l aarition d rais arasits autour ds réquncs qu contint réllmnt l signal. L ait d aliqur un nêtr au signal s(t) chang c signal d sort qu ls valurs d début t d in soint rochs l un d l autr, c qui réduit ls discontinuités. Dans l cas d un signal transitoir s(t), la duré d l échantillonnag a doit êtr suisammnt grand our qu l évolution signiicativ d s(t) y soit contnu. L choix d un nêtr FF (diérnts nêtrs uvnt êtr imlémntés slon l logicil) résult d un comromis ntr la résolution n réqunc t la récision n amlitud. Il dénd donc n arti d c qu l on vut msurr t ds caractéristiqus du signal sourc : La nêtr rctangulair, Rctangular, corrsond à cll d l échantillonnag (as d nêtr aliqué). Ell convint our ds signaux ériodiqus contnant un nombr ntir d ériods t our ds signaux transitoirs qui n ont as d discontinuités ntr l début t la in d la nêtr. La nêtr d Hanning s avèr util our ds signaux ériodiqus lorsqu l on chrch un bonn résolution n réqunc t our un utilisation général, notammnt our séarr dux réquncs rochs ou our ctur ds msurs d réqunc. La récision n amlitud st moins bonn qu avc Flatto. La nêtr à sommt lat, Flatto, st la miux adaté our ctur ds msurs d amlitud. La récision n réqunc st moins bonn qu avc Hanning. 4.3 Problèms liés à l échantillonnag L échantillonnag st comm on l a vu, rsonsabl d un ériodisation du sctr avc un ériod. Il aut donc échantillonnr avc un réqunc suisant max our évitr l rlimnt d sctr. éanmoins, l nombr d échantillons = étant limité, rndr tro grand rvint à rndr a = tro tit, t donc à rdr n résolution réquntill. Sau évntul roblèm d stockag ou d tms d calcul, on rnd maximal si on a l choix, uis on s assur qu l critèr d yquist st vériié, tout n limitant la valur d our gardr la résolution n réqunc souhaité. On évit nin d air aaraîtr ds discontinuités n aisant l calcul d la FF ntr dux oints d mêm ordonné ou n utilisant un nêtrag. max

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques).

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques). CHAINE DE TRANSMISSION Nous avons une information que nous voulons transmettre (signal, images, sons ). Nous avons besoin d une chaîne de transmission comosée de trois éléments rinciaux : 1. L émetteur

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

Traitement du Signal - Travaux Dirigés - Sujet n 3 : "Echantillonnage, Transformée de Fourier d un signal échantillonné"

Traitement du Signal - Travaux Dirigés - Sujet n 3 : Echantillonnage, Transformée de Fourier d un signal échantillonné raitmnt du Signal - ravaux Dirigés - Sujt n 3 : "Echantillonnag, ransormé d Fourir d un signal échantillonné" Exrcic : Sur-échantillonnag L objcti d ct xrcic st d mttr n évidnc l intérêt qu il put y avoir

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 20 juin 2013

Baccalauréat S Métropole 20 juin 2013 Baccalauréat S Métropol 0 juin 0 EXERCICE Commun à tous ls candidats 4 points Puisqu l choix d l arbr s fait au hasard dans l stock d la jardinri, on assimil ls proportions donnés à ds probabilités.. a.

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire L transistor bipolair L'objt d c documnt st d'apportr ls connaissancs t ls méthods nécssairs à la concption d'un étag amplificatur à bas d transistor. On s limitra à l'étud t à l'utilisation du transistor

Plus en détail

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie BTS - groupmnt B - novmbr 8 - Nouvll Calédoni Ercic Ls partis A, B t C sont indépndants. points Un ntrpris produit n grand séri ds véhiculs élctriqus équipés d battris au nicklcadmium. On s propos d étudir

Plus en détail

Thème 5. Corps purs et changements d état physique

Thème 5. Corps purs et changements d état physique hè 5 Cors urs t changnts d état hysiqu Qustionnair On chauff un élang d au t d glac à C : la tératur du élang augnt la tératur diinu la tératur n vari as On cori un élang d au t d vaur d au initialnt à

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

Corrigé de CCP PC 2008 Mathématiques 2

Corrigé de CCP PC 2008 Mathématiques 2 Corrigé d CCP PC 8 Mathématiqus PARTIE I (E s ) st un équation di érntill linéair d ordr dux, à co cints continus sur l intrvall ] [ l co cint d y" n ayant. qas d racin. D arès l théorèm d Cauchy Lischitz,

Plus en détail

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3.

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3. CARACTERISATION DE LA CROISSANCE TUMORALE D UN MODELE DE GREFFE ORTHOTOPIQUE DE NEUROBLASTOME METASTATIQUE PAR ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET BIOLUMINESCENCE. E. Daudigos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Claytt 4,

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

info CORTELLINI & MARCHAND AG www.auto-steuergeraete.ch www.auto-occasionsteile.ch

info CORTELLINI & MARCHAND AG www.auto-steuergeraete.ch www.auto-occasionsteile.ch Duis 1964 CORTELLINI & MARCHAND AG info Mai 2015 Réaration d boîtirs élctroniqus automobils Piècs automobils d occasion AVEC GARANTIE Moturs t boîts d vitss d occasion ou révisés mais avc garanti! Réaration

Plus en détail

Traitement du Signal. Echantillonnage des Signaux

Traitement du Signal. Echantillonnage des Signaux Traitmnt du Signal Jams L. Crowly Duxièm Anné ENSIMAG 2000/2001 Séanc 5 : 20 octobr 2000 Echantillonnag ds Signaux Formul du Jour :... 1 Echantillonnag ds Signaux... 2 L modèl général d'un échantillonnur

Plus en détail

Acquisition, analyse et traitement de signaux : bruit et mesures

Acquisition, analyse et traitement de signaux : bruit et mesures Acquisition, analys t traitmnt d signaux : bruit t msurs Rédaction du cours t travail xpérimntal associé : Jan-Baptist Dsmoulins (P.R.A.G.) mail : dsmouli@physiqu.ns-cachan.fr Notions fondamntals abordés

Plus en détail

SERIE D EXERCICES 25 : THERMODYNAMIQUE : PREMIER PRINCIPE

SERIE D EXERCICES 25 : THERMODYNAMIQUE : PREMIER PRINCIPE Séri d xrcics 5 SERIE D EXERCICES 5 : HERMODYNAMIQUE : PREMIER PRINCIPE ravail mécaniqu ds forcs xtériurs d rssion. Exrcic : cas d un gaz. Soit un mol d gaz subissant un comrssion quasi statiqu t isothrm

Plus en détail

I/ LES CODEURS OPTIQUES

I/ LES CODEURS OPTIQUES Sciences Industrielles our l Ingénieur Centre d Intérêt 2 : ACQUERIR l'information Cométences : ANALYSER, CONCEVOIR CAPTEURS NUMERIQUES DE POSITION Les codeurs otiques Comment choisir le bon cateur our

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Définition SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS. Représentation. Equivalence d automates Graphe d états

Définition SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS. Représentation. Equivalence d automates Graphe d états SYNTHESE D AUTOMATES D ETATS FINIS Automat d états finis (vu dans d autr nsignmnt? ) Spécification très utilisé n Informatiqu (Circuits, Résaux, Pruv...) Réalisation matérill d un automat à l aid d circuits

Plus en détail

Boucle à verrouillage de phase

Boucle à verrouillage de phase Chaitre 2 Boucle à verrouillage de hase Introduction La boucle à verrouillage de hase, que l on désignera ar la suite ar l acronyme anglais PLL (Phase Locked Loo), est un disositif largement utilisé dans

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE NUMÉRIQUE

ANALYSE SPECTRALE NUMÉRIQUE T.P 4 ANALYSE SPECTRALE NUMÉRIQUE Caacités xigibls : Décrir l ouvt aart d u sgt tourat obsrvé avc u strobosco. Exliqur l iluc d la réquc d échatilloag. Mttr évidc l héoè d rlit d sctr au oy d u oscillosco

Plus en détail

Fonctions Numériques, fonctions usuelles.

Fonctions Numériques, fonctions usuelles. Fonctions Numériqus, fonctions usulls.. Fonction constant : Soit b un rél fié. Définition : La fonction constant st la fonction qui à tout rél associ l rél b. la fonction constant st donc la fonction f

Plus en détail

IMPÉDANCES D ENTRÉE ET DE SORTIE

IMPÉDANCES D ENTRÉE ET DE SORTIE MPÉDNCE D ENTÉE ET DE OTE. DÉFNTON On s plac n régim sinusoïdal forcé. oit Q un quadripôl. Nous allons modélisr c quadripôl n utilisant ls impédancs d ntré t d sorti. quadripôl Q V V. Point d vu du génératur

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DOSSIER 4 : THERMODYNAMIQUE 3 F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 1/8 I. Mod d propagation d la chalur. a) Par convction: il y a déplacmnt d matièr. Thrmodynamiqu (III) : Transfrt thrmiqu t isolation.

Plus en détail

ECHANTILLONNAGE, QUANTIFICATION CONVERSION ANALOGIQUE-NUMERIQUE NUMERIQUE-ANALOGIQUE. (Vol. 3)

ECHANTILLONNAGE, QUANTIFICATION CONVERSION ANALOGIQUE-NUMERIQUE NUMERIQUE-ANALOGIQUE. (Vol. 3) Dpt GEII IUT Bordaux I ECHANTILLONNAGE, QUANTIFICATION CONVERSION ANALOGIQUE-NUMERIQUE t NUMERIQUE-ANALOGIQUE (Vol. 3) G. Couturir Tl : 05 56 84 57 58 mail : couturir@lc.iuta.u-bordaux.fr Sommair I- Spctr

Plus en détail

On donne le circuit suivant avec une source de tension continue V 1 et une source de tension alternative v 2 (t) sinusoïdale.

On donne le circuit suivant avec une source de tension continue V 1 et une source de tension alternative v 2 (t) sinusoïdale. T d élctroniqu analogiqu A : iods Ex : Analys statiqu / dynamiqu d un circuit On donn l circuit suiant ac un sourc d tnsion continu V t un sourc d tnsion altrnati (t) sinusoïdal. 0 V = 0 V A 0 B = sin(

Plus en détail

Pédaler en danseuse P2 P1

Pédaler en danseuse P2 P1 Pédaler en danseuse Pédaler en danseuse consiste à ne as s asseoir sur la selle et à se dresser sur les édales. Le mouvement de édalage s écarte alors notablement du édalage assis. Notre roos est d analyser

Plus en détail

( ) Correction TS Contrôle 9

( ) Correction TS Contrôle 9 Corrction TS Contrôl 9. ( oints. Pour réalisr un lotri, un organisatur disos d un sac contnant actmnt un jton blanc t 9 jtons noirs indiscrnabls au touchr t d autr art d un dé cubiqu équilibré dont ls

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

Cours 6 : Entrées-sorties

Cours 6 : Entrées-sorties Cours 6 : Entréssortis 1 Entréssortis logiqus ègls d convrsion Nivau TTL d 0 à 5 Volts Gabarit ds nivaux d un invrsur X Sortanc 5 V VoHmin VolMax 0 Vout Un soti command plusiurs ntrés Typ 10 n TTL t 100

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Allégez la charge! Soulever et porter des charges. Présentation PowerPoint pour entreprises

Allégez la charge! Soulever et porter des charges. Présentation PowerPoint pour entreprises Allégz la charg! Soulvr t portr ds chargs Présntation PowrPoint pour ntrpriss 1 Plan d la présntation 1 r parti: Bass, constitution du dos Transmission ds connaissancs d bas 2 parti: Facturs influnts lors

Plus en détail

Physique Durée : 3h30

Physique Durée : 3h30 Banqu «Agro - Véto» A - 38 Physiqu Duré : 3h3 L usag d un calculatric st autorisé pour ctt épruv. Si, au cours d l épruv, un candidat rpèr c qui lui smbl êtr un rrur d énoncé, il l signal sur sa copi t

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson Ls Nombrs n Coulurs L s d jux Labuchtt J an Husson Nots méthodologiqus L matéril 1. Ls régltts sont évidmmnt l matéril cntral qui doit prmttr à l nfant d jour d abord t d calculr surtout. Ells ont subi

Plus en détail

DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE

DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE TP 9 DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE Caacités exigibles : Mesurer une réquence ar une détection synchrone éléentaire à l aide d un ultilieur et d un asse-bas sile adaté à la

Plus en détail

TD d électrocinétique n o 4 Circuits linéaires en régime sinusoïdal forcé

TD d électrocinétique n o 4 Circuits linéaires en régime sinusoïdal forcé ycé François Arago Prpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD d élctrocinétiqu n o 4 ircuits linéairs n régim sinusoïdal forcé Exrcic 1 - Détrmination ds modèls d Thévnin t d Norton. A Détrminr l modèl d Thévnin t

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

LA BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE

LA BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE L BOUCLE VERROUILLGE E PHSE Un boucl à vrrouillag d ha, ou circuit d arvimnt d ha, ou PLL (ha locd loo) t un circuit bouclé avc, un détctur d ha, un filtr a-ba, un amlificatur t un OCT (ocillatur commandé

Plus en détail

L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES

L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES A. NAAMANE La Mécatroniqu Ls bond graphs Pourquoi? Outil d modélisation prformant ; Prmt d bin comprndr ls transfrts d puissanc ; Put

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES n 3 p528 Le signal a est numérique : il n y a que deux valeurs possibles pour la tension. Le signal b n est pas numérique : il y a alternance entre des signaux divers

Plus en détail

Initiation aux problèmes de télécommunications

Initiation aux problèmes de télécommunications Initiation aux problèms d télécommunications. Etud d un outil fondamntal : la boucl à vrrouillag d phas (P.L.L.). La boucl à vrrouillag d phas (P.L.L. Phas Lock Loop) st un systèm qui prmt d assrvir la

Plus en détail

Gaines. Documentation technique

Gaines. Documentation technique Gains Documntation tchniqu Hygièn ds locaux, conort t modrnité, acilité d installation, ls gains d vntilation d Etrnit ornt d multipls possibilités dans la plupart ds bâtimnts d habitation, trtiairs ou

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

REDRESSEMENT COMMANDE

REDRESSEMENT COMMANDE EDEEMENT COMMANDE I. INTODUCTION..Définition. i Un montag rdrssur commandé prmt d obtnir un tnsion continu réglabl (d valur moynn non null) à partir d un tnsion altrnativ sinusoïdal (d valur moynn null).

Plus en détail

Baccalauréat S Polynésie juin 2012

Baccalauréat S Polynésie juin 2012 Baccalauréat S Polynési juin 1 EXERCICE 1 L plan st rapporté à un rpèr orthonormal On considèr ls points B 1 ; 1 t C 5 ; O ; i ; j. 5 t la droit D d équation y = x. On not f la fonction défini sur R dont

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

EPM RT 2005-05 COMPORTEMENT DYNAMIQUE DES PLAQUES RECTANGULAIRES SUBMERGÉES

EPM RT 2005-05 COMPORTEMENT DYNAMIQUE DES PLAQUES RECTANGULAIRES SUBMERGÉES EPM RT 5-5 COMPORTEMENT DYNMIQUE DES PLQUES RECTNGULIRES SUBMERGÉES Y. Krboua,.. Lakis, M. Thomas t L. Marcouillr Départmnt d Géni mécaniqu Écol Polytchniqu d Montréal oût 5 EMP-RT-5-5 COMPORTEMENT DYNMIQUE

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 1: Bases de la mécanique quantique

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 1: Bases de la mécanique quantique MECANIQUE QUANTIQUE Chapitr 1: Bass d la mécaniqu quantiqu Pr. M. ABD-LEFDIL Univrsité Mohammd V-V Agdal Faculté ds Scincs Départmnt d Physiqu, LPM Anné univrsitair 007-08 08 Filièrs SM 3-SMI 3 3 1 Introduction

Plus en détail

BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE. (P.L.L. = Phase Locked Loop) Pierre Le Bars (avec la collaboration de Francis Gary) lebars@moniut.univ-bpclermont.

BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE. (P.L.L. = Phase Locked Loop) Pierre Le Bars (avec la collaboration de Francis Gary) lebars@moniut.univ-bpclermont. BOUCL A VRROUILLAG D PHAS (P.L.L. = Phase Locked Loo) Pierre Le Bars (avec la collaboration de rancis Gary) lebars@moniut.univ-bclermont.fr BOUCL A VRROUILLAG D PHAS (P.L.L. = Phase Locked Loo) I/ Introduction

Plus en détail

AIR SEC, AIR HUMIDE ET AIR SATURE. L'air sec. L'air saturé. 20 La Météorologie 8 e série - n 2 - juin 1993

AIR SEC, AIR HUMIDE ET AIR SATURE. L'air sec. L'air saturé. 20 La Météorologie 8 e série - n 2 - juin 1993 La Météorologi 8 séri - n 2 - juin 199 19 L'HUMIDITE DE L'AIR ; MESURES HYGROMETRIQUES AU SOL Christian Prrin d Brichambaut Société Météorologiqu d Franc, 2 avnu Rapp 7540 Paris Cdx 07 OBSERVATION GENERALITES

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

FORCE PRESSION CHAMP MAGNETIQUE...

FORCE PRESSION CHAMP MAGNETIQUE... OCE PEON CHAMP MAGNETQUE 1)Efft Pizzo Elctriqu Un forc appliqué à un lam d quartz induit un déformation qui donn naissanc à un tnsion élctriqu - CAPTEU À EET PÉZOÉLECTQUE 1- Efft piézoélctriqu Un forc

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 22 juin 2015 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 22 juin 2015 Corrigé Baccalauréat S Antills-Guyan juin 05 Corrigé A. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous ls candidats 6 POINTS. On put calculr par xmpl ls ordonnés ds points d absciss d cs différnts courbs : f ()=ln =0< g 0,05

Plus en détail

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS :

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS : Soair du guid. - IMPORTANT - Passag d rou faibl Véhiculs non chaînabl un ATTENTION! Cs pags continnnt ds informations importants. Véhiculs non chaînabl un GÉNÉRALITÉS : CONTRAIREMENT AUX IDÉES REÇUES,

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Fonction logarithme exercices corrigés

Fonction logarithme exercices corrigés Trminal S Fonctions Logarithms Vrai-Fau Fonction ln, EPF 6 Equation, Franc 4 4 Dérivés t ln 4 5 Primitivs t ln 6 Calcul d limits 5 6 7 Résolution (in)équations 7 8 Avc ROC 8 9 Dérivation t ncadrmnt 9 Fonction+équation,

Plus en détail

ASTRÉE Machine pour essais mécaniques multiaxiaux

ASTRÉE Machine pour essais mécaniques multiaxiaux PI X - EN Cachan - 1997 TRÉE Machin our ssais mécaniqus multiaxiaux X EN Cachan 1997 Elémnts d corrction Étud d la om hydrauliqu 1. Liaison Modélisation Justification L Pivot ( O, x Contact cylindr/cylindr

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013.

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013. Exmpls d qustions d sujts d'oraux possibls. Sssion 0. Complxs. Donnr la ou ls réponss justs. Soit A, B dux points d'affixs rspctivs : a= 5 i 5 t b = i 6 a. Soit n N;. Un argumnt d a n st n b. O appartint

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

- Amplificateur opérationnel -

- Amplificateur opérationnel - - Ampliicatur opérationnl - L ampliicatur opérationnl st un composant utilisé usullmnt n élctroniqu (ampliication d un tnsion ou du courant d un photodiod, étag suivur qui évit d chargr l étag élctroniqu

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Le plus grand facteur premier de n 2 + 1 où n est presque premier

Le plus grand facteur premier de n 2 + 1 où n est presque premier ACTA ARITHMETICA LXXVI3 1996 L lus grand factur rmir d n 2 + 1 où n st rsqu rmir ar Cécil Dartyg Nancy 0 Introduction En 1895, Tchbychv a montré qu si P désign l lus grand factur rmir du roduit n n2 +

Plus en détail

L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL

L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL L PLIFICTEU OPÉTIONNEL I. L PLIFICTEU OPÉTIONNEL IDÉL I. Circuit intégré rpèr Un mplificatur Opérationnl (.O.) st un circuit intégré accssibl par V t V 3 + t un born d 8 borns. Il y a dux borns d ntré

Plus en détail

ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ

ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ Chapitr 6 ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ Parturiunt onts ; nastur ridiulus us HORACE 6.. RÉSISTANCES D ENCRASSEMENT Pour êtr n sur d alulr la puissan thriqu d un éhangur, il aut onnaîtr son NUT,

Plus en détail

Soigner le cancer par la ciguë : chronique d'une illusion médicale

Soigner le cancer par la ciguë : chronique d'une illusion médicale Soignr l cancr par la ciguë : chroniqu d'un illusion médical 30/12/15 Au XVIII siècl, ls travaux du célèbr médcin vinnois Anton Störck firnt naîtr l'spoir d'un traitmnt contr l cancr - t n particulir contr

Plus en détail

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 2 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS TRANSFORMÉE DE LAPLACE TRAVAIL DIRIGÉ Robot Ericc Le robot

Plus en détail

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes

Fiche technique sur les fenêtres insonorisantes Oic ds ponts t chaussés du canton d Brn Protction contr l bruit routir Ritrstrass 11, 3011 Brn 031 633 35 11 Fich tchniqu Fnêtrs insonorisants Mars 2014 4 édition Fich tchniqu sur ls nêtrs insonorisants

Plus en détail

Le transistor bipolaire, cours Introduction

Le transistor bipolaire, cours Introduction Introduction C cours a été construit pour srvir d support au burau d'étuds visant à réalisr un amplificatur d puissanc audio tout transistor. On put s dmandr, aujourd'hui, l'intérêt d'étudir l transistor.

Plus en détail

Diagnosticabilité de motifs de supervision par dépliage de réseaux de Petri

Diagnosticabilité de motifs de supervision par dépliage de réseaux de Petri Diagnosticailité d motis d suprvision par dépliag d résaux d Ptri Houssam-Eddin GOUGAM 1,2, Audin SUBIAS 1,2, Yannick PECOLÉ 1,3 1 CRS LAAS 7, avnu du Colonl Roch, -31400 Toulous, ranc 2 Univ d Toulous,

Plus en détail

Modélisation et Optimisation d un ensemble convertisseur-machine. Application aux systèmes d entrainement à haute vitesse.

Modélisation et Optimisation d un ensemble convertisseur-machine. Application aux systèmes d entrainement à haute vitesse. Modélisation t Optimisation d un nsmbl convrtissur-machin. Application aux systèms d ntrainmnt à haut vitss. Xavir Jannot To cit this vrsion: Xavir Jannot. Modélisation t Optimisation d un nsmbl convrtissur-machin.

Plus en détail

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S.

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S. EXERCICES EXERCICE On considère le canal à uatre entrées et cin sorties: A B C D - - - - A B E C D. Montrer ue ce canal est symétriue. 2. Calculer sa caacité. On se roose d'utiliser ce canal our transmettre

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Epreuve Commune de TIPE : Partie D

Epreuve Commune de TIPE : Partie D Epruv Commun d TIPE : Pari D TITRE : Convrsion ds signaux analogiqus n numériqu Tmps d préparaion :.2h15 Tmps d présnaion dvan l jury :...10 minus Enrin avc l jury : 10 minus GUIDE POUR LE CANDIDAT : L

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE Sssion 200 Brvt d Tchnicin Supériur CONTRÔLE INDUSTRIEL t RÉGULATION AUTOMATIQUE U4 Instrumntation t Régulation Duré : 3 hurs Cofficint : 4 L utilisation d un calculatric réglmntair st autorisé. Calculatric

Plus en détail

CF 01/02 Carte multifonctions pour Bus PC

CF 01/02 Carte multifonctions pour Bus PC CF 01/02 Cart multifonctions pour Bus PC Entrés/Sortis analogiqus Entrés/Sortis digitals Comptag Dscription Ls carts d'xtnsion CF 01 / CF 02, compatibls PC, prmttnt d'ajoutr un à huit moduls d'ntrés t

Plus en détail

1 Acquisition d un signal avec l oscilloscope numérique LeCroy 9310 : Théorème de Shannon :

1 Acquisition d un signal avec l oscilloscope numérique LeCroy 9310 : Théorème de Shannon : Jeanniard Sébastien Lemaître Guillaume TP n 1 : Théorème de Shannon Modulation de fréquence 1 Acquisition d un signal avec l oscilloscope numérique LeCroy 9310 : Théorème de Shannon : 1.3 Etude de la fréquence

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

Module : réponse d un système linéaire

Module : réponse d un système linéaire BSEL - Physique aliquée Module : réonse d un système linéaire Diaoramas () : diagrammes de Bode, réonse Résumé de cours - Caractérisation d un système hysique - Calcul de la réonse our une entrée donnée

Plus en détail

La machine à courant continu

La machine à courant continu La machin à courant continu Ls machins élctriqus tournants sont ds convrtissurs d'énrgi. Lorsqu'lls transformnt d l'énrgi élctriqu n énrgi mécaniqu, on dit qu'lls fonctionnnt n motur. En rvanch, si lls

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT Société : COCHEBAT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Srvic CLT Division HTO -FL/CR Dat 2006 N affair : Clint sul Vrsion 1

Plus en détail

Notes de cours Philippe RAYMOND Novembre 2006

Notes de cours Philippe RAYMOND Novembre 2006 Notes de cours Philippe RAYMOND Novembre 2006 1 Traitement du signal la numérisation Numériser un signal analogique (donc continu), c est le discrétiser sur deux dimensions : le temps et l'amplitude. 2

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

Bienvenue dans notre LES. Sommaire

Bienvenue dans notre LES. Sommaire S volts Binvnu dans notr univrs Volt. Bsoin d nouvaux volts qu vous manœuvrrz d un simpl gst sur un télécommand? Assz d ls poncr t lasurr tous ls ans? Vous préférz l PVC? aluminium? Détndz vous t vnz découvrir

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

ENSEIRB - Année 1. Traitement du Signal Numérique : Pierre Hanna. Traitement du Signal Numérique p.1/50

ENSEIRB - Année 1. Traitement du Signal Numérique : Pierre Hanna. Traitement du Signal Numérique p.1/50 ENSEIRB - Année 1 Traitement du Signal Numérique : Pierre Hanna hanna@labri.fr Traitement du Signal Numérique p.1/50 ENSEIRB Informatique Année 1 Introduction au Traitement du Signal Numérique 14 (?) séances

Plus en détail

Séance de travaux pratiques de physique n 1

Séance de travaux pratiques de physique n 1 Séance de travaux ratiques de hysique n 1 Étude d oscillateurs forcés Résumé A. Oscillations d un ressort vertical. On mesurera la ériode de l oscillateur libre our un amortissement visqueux (eau). On

Plus en détail

LA DESCRIPTION DES COURS

LA DESCRIPTION DES COURS PROGRAMME DES ÉCOLES PUBLIQUES 1998-1999 MATHÉMATIQUES LE RÔLE DE LA DISCIPLINE Ls mathématiqus sont un scinc xploratoir t analytiqu qui chrch à xpliqur t à fair comprndr tout phénomèn naturl. Ells sont

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

PARTIE II : COMPRENDRE. Chapitre 10 Oscillateurs, travail et énergie

PARTIE II : COMPRENDRE. Chapitre 10 Oscillateurs, travail et énergie RTI II : COMRNDR ratiqur un déarc xpérintal pour ttr n évidnc : - ls diérnts paraètrs inlunçant la périod d un oscillatur écaniqu ; - son aortissnt. Établir/xploitr ls xprssions du travail d un orc constant

Plus en détail