PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL"

Transcription

1 Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Octobre 2000

2 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 2 SOMMAIRE 1. BREF HISTORIQUE ORGANISATION ACTUELLE LE MODE D INTERVENTION DU PASI LES RESULTATS ATTEINTS LES PERSPECTIVES D INSTITUTIONNALISATION DEROULEMENT DU PROCESSUS DE TRANSFORMATION INSTITUTIONNELLE LES RESULTATS OBTENUS LES SOURCES DE FINANCEMENT LES REVENUS DE L ACTIVITE LES FINANCEMENTS DES BAILLEURS DE FONDS... 9 TABLEAU RECAPITULATIF (EN MILLIONS DE FCFA)... 9 TOTAL BREF HISTORIQUE La crise économique qu a connu la Côte-d Ivoire au cours des années 80 et qui s est notamment traduite par des pressions très fortes sur le marché du travail a engendré en milieu urbain un développement important des micro et petites entreprises informelles, capables d absorber une bonne partie de la main-d œuvre excédentaire. Ce secteur très dynamique est composé d une multitude d activités telles que le petit commerce, l artisanat, les services de proximité, l agriculture... Pour soutenir le dynamisme du secteur informel et accroître sa contribution à l effort de développement national, le gouvernement a entrepris depuis août 1991 dans un premier temps dans le cadre du PDU n 3 et depuis juillet 1995 dans le cadre du Programme d Appui à la Conduite des Opérations Municipales financé par la Banque Mondiale la mise en œuvre du Programme d Appui au Secteur Informel (PASI). L objectif principal de ce programme vise à permettre l accès au crédit des opérateurs du secteur informel qui n ont pas accès aux structures bancaires classiques. Le PASI est mis en œuvre depuis août 1991 par l Association Française des Volontaires du Progrès (AFVP) dans le cadre d une convention signée avec le Ministère du Plan. Une phase expérimentale limitée à la ville d Abidjan et son agglomération a permis de mettre au point une méthodologie d intervention dans le domaine du microcrédit en milieu urbain et péri urbain. A partir de juillet 1995, le PASI a étendu son intervention à 6 villes de l intérieur du pays. Depuis août 1998, le PASI a entamé une phase transitoire dont l aboutissement sera la création d une institution autonome de type mutualiste de crédit et d épargne au

3 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 3 profit des opérateurs économiques du secteur informel qui sera conforme à la réglementation en vigueur dans les pays de l UEMOA sur les systèmes de financements décentralisés. 2. ORGANISATION ACTUELLE Depuis le 1 er août 1998, le PASI a démarré une nouvelle étape dont l objectif est la mise en place d une institution de type mutualiste autonome de microfinancement destinée aux opérateurs du Secteur Informel. En prélude, une réorganisation de l organisation fonctionnelle du programme est en cours dans le sens d une harmonisation des interventions de terrain en vue d une plus grande efficacité. Cette nouvelle organisation prend en compte le retrait des ONG, jusqu alors partenaires du dispositif, la réorganisation et le redéploiement des antennes. Le retrait des ONG était nécessaire afin de regrouper toutes les antennes en préparation de la création de la structure mutualiste. Cette nouvelle organisation s articule autour de la création d agences et de bureaux. Ainsi les localités d implantation du PASI qui présentent un fort potentiel sont dotées d agences (Bouaké, Daloa et Korhogo) tandis que les localités de moindre importance sont transformées en bureaux satellites autour des agences (Soubré, Abengourou et Grand Bassam). Le redéploiement des deux antennes initiales d Abidjan à partir du 1er avril 1999 a donné naissance à 6 bureaux qui sont implantés dans les quartiers qui présentent un fort potentiel, à savoir Abobo, Adjamé, Koumassi, Treichville, et Yopougon. Les bureaux d Abidjan devront être, ainsi, en mesure de gérer un encours de 125 millions de FCFA chacun. Trois caissiers comptables sont aussi installés dans les bureaux d Adjamé, de Koumassi et de Yopougon pour faciliter les diverses opérations de remboursement, de dépôt et de retrait de fonds. Ces agences sont dirigées par un Chef d agence secondé par un caissier comptable qui est exclusivement chargé de l encaissement des remboursements, des dépôts et des retraits. Il gère également sur un logiciel spécifique la comptabilité de l agence et celle des bureaux rattachés. Les bureaux de l intérieur fonctionneront avec un seul agent appelé chef de bureau. Il gèrera un portefeuille de 50 à 75 millions de FCFA. La Direction du PASI est actuellement gérée par un chef de projet national, deux chefs de zone et un comptable appuyé d un conseiller-comptable. La direction du projet est appuyée par un conseiller, assistant technique de la Coopération française. Ainsi au 1 er juin 2000, le PASI fonctionne avec 29 salariés nationaux, deux volontaires en appui au service comptable et au processus de transformation institutionnelle et un conseiller expatrié.

4 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 4 3. LE MODE D INTERVENTION DU PASI Les modalités d accès aux financements du PASI pour les promoteurs du secteur informel sont les suivantes : 1 ère étape : un premier accueil individuel est effectué par le chef de bureau ou le chef d agence (agent de crédit) qui permet au promoteur de recueillir les informations relatives aux conditions générales d accès aux financements PASI ; 2 ème étape : une réunion d information et de sensibilisation a lieu chaque semaine à jour et heure fixes ; 3 ème étape : un premier rendez vous avec l agent de crédit chargé de la zone d implantation de l activité du promoteur est fixé afin que le promoteur puisse exprimer son besoin de financement et décrire les conditions d exercice de son activité ; A cette étape, une présélection des demandes s opère par l équipe de l agence qui permet de retenir les demandes pour lesquelles une étude de faisabilité sera engagée. Les promoteurs dont les demandes ont été retenues sont invités à s acquitter de frais d étude compris dans une fourchette allant de à FCFA en fonction du montant demandé ; 4 ème étape : un deuxième rendez-vous est pris avec l agent de crédit pour approfondir l examen de la demande de financement. A partir de là, l agent de crédit va se déplacer sur le terrain pour vérifier les informations fournies par le promoteur et faire connaissance avec le lieu de l activité et son environnement ainsi qu avec le domicile du promoteur. Parallèlement à ce travail, il est demandé au promoteur de présenter des garanties qui devront couvrir 100 % du montant du prêt sollicité. Les garanties peuvent être de plusieurs ordres : - aval d une ou plusieurs tierces personnes salariées, - le nantissement de loyers, - le nantissement de matériel, - un compte épargne bloqué, ou toute autre forme de garanties qui pourrait être réalisable à court terme en cas de défaillance du débiteur principal. Le système de la caution solidaire est aussi de plus en plus développé lorsqu il s agit de promoteurs féminins appartenant à un même groupement. Dans ce cas, une épargne préalable doit être constituée dont le montant est arrêté d un commun accord. Après une période de deux à trois mois, les premiers financements peuvent être accordés pour un montant individuel maximum de FCFA tandis que la constitution de l épargne se poursuit et sert de garanties pour les prêts accordés. Ce système a notamment été développé avec succès sur le marché de Marcory.

5 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 5 Lorsque l ensemble des éléments pouvant permettre d apprécier la rentabilité de l activité et les capacités de gestion du promoteur a pu être réuni, l équipe de l agence émet un avis sur la demande. En cas d avis positif, la demande est transmise à la coordination du programme. 5 ème étape : le comité de crédit : il se déroule chaque avant dernier jeudi de chaque mois pour les montants supérieurs à 1,5 million de FCFA et rassemble les responsables de la coordination, les chefs d agence et un à trois membres du comité de suivi du programme. Il est le seul organe à pouvoir décider des octrois de prêts. 6 ème étape : pour les demandes de financement approuvées en comité de crédit, la coordination procède en fonction de ses disponibilités au virement des fonds correspondant pour chaque agence et bureau. Avant le déblocage du prêt, une formation simplifiée à la tenue du cahier de caisse et à la présentation d un compte d exploitation mensuel est dispensée en une demi journée aux futurs bénéficiaires des prêts. 7 ème étape : le déblocage du prêt peut intervenir après la signature du contrat de prêt, la légalisation à la mairie des attestations relatives aux garanties proposées et le règlement de frais de dossiers (2,5% du montant du prêt) et d une participation à un fonds d assurance décès (1% du montant du prêt) qui permet de couvrir 50% de l encours dû en cas de décès du promoteur. Les prêts accordés se situent dans une fourchette allant de FCFA à 3 millions de FCFA pour une durée de remboursement maximum de 15 mois. Une période de différé de un à deux mois est accordée selon les cas. Les échéances de remboursement peuvent être hebdomadaires, mensuelles ou bimestrielles. Le taux d intérêt est unique et se situe à 20 % par an, dégressif. L ensemble de ces étapes prend un mois si le promoteur est prompt à apporter les éléments d informations nécessaires au montage de son dossier et avec sincérité. Préalablement au financement, le promoteur doit déposer en fonds d épargne initiale 10% du montant du prêt accordé. Cette nouvelle disposition appliquée depuis le 1 er février 1999 permet d accroître de façon significative la collecte de l épargne et d offrir ainsi des garanties supplémentaires pour l encours du crédit. Par ailleurs, cette disposition permet aussi de renforcer la sélection des promoteurs à financer. 8 ème étape : après le déblocage du prêt, l agent de crédit assure le suivi de l activité financée en rendant régulièrement visite au promoteur. Il s agit de vérifier la bonne marche de l activité afin de s assurer du bon remboursement du prêt et aussi d apporter quelques conseils au promoteur dans la tenue de son cahier de caisse ou pour tout autre besoin qui pourrait être exprimé par le promoteur. Toute deuxième demande de financement est conditionnée par le bon déroulement du remboursement du premier prêt et la constitution régulière d une épargne.

6 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 6 4.LES RESULTATS ATTEINTS Au 31/12/1999, le programme avait accordé prêts pour un montant total de 2,706 milliards de FCFA au titre de la seconde phase au travers de ses huit antennes, soit un montant moyen par prêt de FCFA. L encours se situait à 931 millions FCFA à la même date. Le solde de l épargne était de 163 M FCFA. Le taux de remboursement global était de 89%, soit 11% de retard par rapport aux dates d échéances. Les prêts ont bénéficié à 68% à des promoteurs féminins et en majorité pour des activités commerciales. Les Ivoiriens sont majoritairement bénéficiaires de ces prêts. Une évaluation réalisée sur promoteurs financés a mis en évidence que les prêts accordés ont permis de soutenir emplois existants et de créer 734 nouveaux emplois dont 43% à Abidjan et dans son agglomération. En ce qui concerne la recherche de l équilibre financier, au 31/12/1999, l autonomie opérationnelle du dispositif se situait à un peu plus de 100 %, soit le taux de couverture des charges de fonctionnement de l ensemble du dispositif, hors assistance technique, par les produits générés par l activité, hors subventions de fonctionnement. Toutefois après la constitution des provisions pour créances douteuses et la prise en compte des créances irrécouvrables, l ensemble du dispositif accuse un déficit d exploitation de 77 millions de FCFA au titre de l année Jusqu à présent, les comptes du programme sont annuellement audités par un cabinet indépendant et ont été certifiés. 5. LES PERSPECTIVES D INSTITUTIONNALISATION 5.1. DEROULEMENT DU PROCESSUS DE TRANSFORMATION INSTITUTIONNELLE Le processus d institutionnalisation doit se dérouler en trois phases successives : La première phase d une durée de quatre mois avait pour objectif la définition de la démarche et la mise en place du dispositif d animation. Il s est agi aussi de déterminer le type de dispositif mutualiste à mettre en place. La deuxième phase d une durée de 15 mois est une phase d animation et de sensibilisation qui doit aboutir à la création de la structure mutualiste. La troisième phase d une durée de 17 mois consistera à apporter un appui à la structure mise en place et au fonctionnement de ses différents organes. La première étape de ce processus, a effectivement démarré en décembre Elle était consacrée à établir, par site d implantation du PASI, un diagnostic situationnel afin d identifier les atouts et faiblesses, par rapport au groupe d opérateurs financés par le programme, de la création d un dispositif mutualiste de crédit et d épargne. Les enquêtes réalisées ont permis de mettre en évidence l existence d un environnement propice à la création d un dispositif

7 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 7 de crédit et d épargne de type mutualiste. Les promoteurs ont exprimé leur volonté de s engager dans ce processus de création. Cette première phase s est clôturée par un séminaire de mise en commun, auquel les différents partenaires du PASI ont pu participer, qui s est déroulé du 31 mars au 3 avril 1998 à Daloa. A l issue de ce séminaire, il a été retenu que la transformation institutionnelle du PASI se fasse dans le cadre de la création d une structure mutualiste unique et centralisée. Cette option a en effet été retenue, par rapport à la deuxième possibilité qui aurait consisté à mettre en place des mutuelles locales et à les fédérer, en ce qu elle présente les avantages suivants et permet : - d abréger le temps de mise en place d une entité juridique de crédit / épargne du secteur informel ; - de poursuivre sans interruption les activités de crédit/épargne avec le fonds de crédit actuel commun à l ensemble du programme et selon les modalités de fonctionnement opérationnel actuelles du programme ; - de maintenir le crédit de confiance des partenaires actuels (Etat Ivoirien, Banque Mondiale, Coopération Belge, Coopération Française) ; - de faciliter le contrôle des partenaires actuels. Ceux-ci n auront qu un seul interlocuteur ; - de faciliter dès le départ la contractualisation avec d autres partenaires ou bailleurs de fonds. La deuxième phase de ce processus a démarré en avril 1998 et arrive à son terme. Les actions qui ont été entreprises sont : l information et la sensibilisation des promoteurs financés par le PASI par rapport à l objectif visé ; la promotion et la formation de comités locaux, dits comités ad hoc, représentant les promoteurs financés par le PASI dans chaque localité ; l identification des promoteurs leaders (noyaux durs) au sein de ces comités ad hoc ; l animation et l organisation du milieu. Les objectifs des comités ad hoc sont de promouvoir la création d une structure d organisation minimum favorisant l émergence de leaders capables de représenter les opérateurs au niveau de la mise en place de la mutuelle. Ces comités ont pour mission de créer les cadres de réflexion et de sensibilisation du milieu par le milieu, de préparer les bases de l organisation et de développer les liens entre les promoteurs. Les actions d animation, d organisation du milieu et de formation des membres des comités se sont déroulées sur l ensemble des sites de façon continue. Un animateur est présent en permanence sur chacun des sites d implantation du programme.

8 PASI / CÔTE D IVOIRE / page LES RESULTATS OBTENUS Au 31 décembre 1999, au terme des activités prévues dans le cadre de cette seconde étape et en préparation à la création effective de la structure mutualiste, les résultats suivants ont pu être atteints : Au cours de différentes rencontres tant au plan local que national regroupant des représentants des promoteurs financés par le PASI de ces différentes localités d implantation, des propositions des textes fondamentaux de la future mutuelle ont été validées tant par les promoteurs, futurs sociétaires de la mutuelle, que par les principaux partenaires du programme. Ces textes ont été mis en conformité avec la réglementation en vigueur relative aux institutions mutualistes ou coopératives d épargne et de crédit ; il s agit de la loi n du 22 juillet Au 31 décembre 1999, promoteurs actuels du PASI avaient libéré en totalité leur part sociale (5 000 FCFA) et droit d adhésion (5 000 FCFA) à la future mutuelle ; Ce qui représente une somme totale de plus de 16 millions de FCFA dont la moitié constituera le capital social de la future mutuelle. Les candidatures aux postes des différents organes de la mutuelle ont été enregistrées et validées par un comité mis en place à cet effet. Une pré-assemblée Générale Constitutive a été organisée les 6, 7 et 8 Juillet 1999 à Bouaké. Il s est notamment agi de préparer l organisation pratique de l Assemblée Générale Constitutive, de valider la proposition de politique de crédit de la future mutuelle et aussi d apporter la dernière touche à la proposition de convention de transfert de gestion à mettre en œuvre après la création de la mutuelle. La tenue de l Assemblée Générale Constitutive est subordonnée à l avis définitif de la Banque Mondiale sur le schéma institutionnel proposé. 6. LES SOURCES DE FINANCEMENT Les ressources du PASI sont de deux natures : les revenus de l activité et les financements des bailleurs de fonds LES REVENUS DE L ACTIVITE L activité du PASI génère 4 types de revenus : les intérêts sur les crédits octroyés, les frais d étude, les frais de dossier et les pénalités de retard. Les frais d étude sont réglés après la présélection du dossier et avant que l étude de faisabilité ne soit engagée par l agent de crédit chargé du dossier. Ils sont compris dans une fourchette allant de FCFA à FCFA en fonction du montant demandé. Les frais de dossier sont perçus au moment du déblocage du prêt et s élèvent à 2.5% du montant du prêt. Une somme forfaitaire de 1000 FCFA est due par le promoteur au titre de pénalités de

9 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 9 retard pour couvrir les frais de déplacement et de courrier engendrés par ce retard à partir du 10 du mois. Au delà de ce délai, des intérêts de retard sont appliqués à raison de 0,25 % de l échéance en principal par jour de retard le premier mois de retard et 0,5 % le deuxième mois LES FINANCEMENTS DES BAILLEURS DE FONDS!Contribution de la Banque Mondiale La seconde phase du PASI, prévue sur une période de 28 mois allant de juillet 1995 à octobre 1997, est actuellement prolongée par deux avenants. Au titre de cette seconde phase, au 31/12/1999, le PASI a bénéficié d un financement global de la Banque Mondiale d un montant de 1,651 milliard de FCFA dans le cadre du Programme d Appui à la Conduite des Opérations Municipales (PACOM) dont 333 millions de FCFA restent à recevoir.!contribution de la Coopération Française La coopération Française intervient par la prise en charge du poste de chef de projet dans le cadre d un contrat d assistance technique. Elle apporte aussi sa contribution en finançant le processus de transformation institutionnelle du PASI sous une forme mutualiste, pour un montant total de 160 millions de FCFA sur trois années, dont le démarrage est effectif depuis le mois de décembre 1997.!Contribution de la Coopération Belge La coopération belge apporte son concours financier pour le financement spécifique de promoteurs féminins, pour un montant total de 116 millions de FCFA, dont 97 millions de FCFA en fonds de crédit. Tableau récapitulatif (en millions de FCFA) BANQUE MONDIALE COOPERATION BELGE COOPERATION FRANCAISE TOTAL Fonds de crédit Fonctionnement Transformation institutionnelle TOTAL

SOMMAIRE. 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3. 2- Domaine d application 3. 3- Définitions et terminologie 3. 4- Descriptif détaillé 3

SOMMAIRE. 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3. 2- Domaine d application 3. 3- Définitions et terminologie 3. 4- Descriptif détaillé 3 SOMMAIRE 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3 2- Domaine d application 3 3- Définitions et terminologie 3 4- Descriptif détaillé 3 4-1- Gestion Financière des Projets 3 4-1-1 Rappel des conditions générales

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC) SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE AGENCE DJIBOUTIENNE DE DEVELOPPEMENT SOCIAL (ADDS) PROJET DE POLITIQUE DES CAISSES POPULAIRES (CPEC) Août 2008 REALISATION OKAMBAWA CODJO IRENEE & MOHAMED ROBERT D EPARGNE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

Manuel de Procédures. Relatif au Programme AMALI

Manuel de Procédures. Relatif au Programme AMALI Manuel de Procédures Relatif au Programme AMALI Décembre 2009 1 1 Table des Matières Introduction.. 4 Présentation du Manuel de Procédures.. 5 1 Organes de gestion du Programme AMALI... 5 1-1 Le Comité

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 9 ème APPEL A PROJETS Les soutiens financiers de l État en faveur des projets de R&D

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité de Coordination des Projets C2D Santé

Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité de Coordination des Projets C2D Santé Republique de Côte d Ivoire Union Discipline Travail Le C2D, un partenariat au service du développement Côte d Ivoire Projets C2D Santé Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ADHÉSION À LA PRESTATION «DOCUMENT UNIQUE» POUR L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE VENDÉE PAR LE CENTRE DE GESTION DANS L ÉLABORATION DE LEUR DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES OPPORTUNITES OFFERTES POUR L IMPLEMENTATION DE LA FINANCE ISLAMIQUE

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES OPPORTUNITES OFFERTES POUR L IMPLEMENTATION DE LA FINANCE ISLAMIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

PROTOCOLE ÉTUDES DU PLAN DE MOBILITÉ DE L ENTREPRISE X

PROTOCOLE ÉTUDES DU PLAN DE MOBILITÉ DE L ENTREPRISE X Logo de l Entreprise PROTOCOLE RELATIF AUX ÉTUDES DU PLAN DE MOBILITÉ DE L ENTREPRISE X Page 1/8 SOMMAIRE Article 1. Objet du protocole 4 Article 2. Durée 4 Article 3. Engagements généraux 4 3.1. De NANTES

Plus en détail

Le comité de gestion de Rhône Alpes Bois Bûche

Le comité de gestion de Rhône Alpes Bois Bûche Règlement intérieur de gestion de la marque «Rhône Alpes Bois Bûche : des entreprises rhônalpines qui s engagent» (à usage interne pour le comité de gestion régional et pour les ayants droit) I. Introduction

Plus en détail

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France

L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France FINANCEMENT L émission obligataire des hôpitaux universitaires de France Le marché obligataire connaît depuis la mi-mai 29 une nouvelle signature solide et appréciée des investisseurs français et européens,

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU)

Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU) Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU) Termes de références du consultant Objet : Appui à l élaboration de la suite

Plus en détail

IV.AGENCE NATIONALE DE GESTION DU MICRO CREDIT. www.angem.dz

IV.AGENCE NATIONALE DE GESTION DU MICRO CREDIT. www.angem.dz IV.AGENCE NATIONALE DE GESTION DU MICRO CREDIT www.angem.dz IV.1 PRÉSENTATION DE L ANGEM L ANGEM est née dans un environnement économique et social très favorable. Depuis 1999, les taux de croissance annuels

Plus en détail

Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat

Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat Mardi 16 octobre 2012 Dossier de Presse 1 SOMMAIRE Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés page 3 Un

Plus en détail

Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004

Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004 Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004 I. Contexte général du dispositif d insertion socioprofessionnelle I.1 Le cadre législatif Le présent

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

LIVRET DE FORMATION DU CERTIFICAT DE FORMATION A LA GESTION ASSOCIATIVE. Ce livret est remis au candidat lors de l inscription à la formation

LIVRET DE FORMATION DU CERTIFICAT DE FORMATION A LA GESTION ASSOCIATIVE. Ce livret est remis au candidat lors de l inscription à la formation LIVRET DE FORMATION DU CERTIFICAT DE FORMATION A LA GESTION ASSOCIATIVE Ce livret est remis au candidat lors de l inscription à la formation Livret de formation à la gestion associative Page 1 sur 5 Présentation

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE AU MAROC CASABLANCA, LE 20 MARS 2015 AZIZ ALOUANE CHEF

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire Habiter mieux un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE Conception-réalisation : DDT 71 janvier 2014 31 janvier 2014 Sommaire Communiqué de presse Lutter contre la précarité

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Entre L Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, Etablissement Public Industriel et Commercial, dont le siège est situé au 69bis, rue de Vaugirard, 75006, Paris, Représentée

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement POUR LA PARTICIPATION DE LE MANS METROPOLE AU FINANCEMENT DES PRÊTS PARTICIPATIFS DE DÉVELOPPEMENT ENTRE : Le Département

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 Programme des Nations Unies pour le Développement RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 1 Résultats par rapport aux objectifs Award ID Titre du projet Effet UNDAF Effet du CPAP Partenaire de mise

Plus en détail

Loi sur l économie sociale

Loi sur l économie sociale PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 27 (2013, chapitre 22) Loi sur l économie sociale Présenté le 19 mars 2013 Principe adopté le 6 juin 2013 Adopté le 10 octobre 2013 Sanctionné

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX I. POUVOIR ADJUDICATEUR I.1 Identification Commune de Saint Paul BP 44 97 861 Saint Paul Cedex Contact : Pôle Aménagement

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2013

CATALOGUE DE FORMATION 2013 GROUP WEST AFRICA MICROFINANCE CONSULTING COMPANY WA MCC CIFOMBE CIFOMCI ARIMANE CATALOGUE DE FORMATION 2013 CENTRES INTERNATIONAUX DE FORMATION EN MICROFINANCE CIFOMBE - BENIN & CIFOMCI - COTE D IVOIRE

Plus en détail

Accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes au sein de CNP Assurances

Accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes au sein de CNP Assurances Accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes au sein de CNP Assurances S appuyant sur les directives européennes, l ensemble des dispositifs législatifs et l accord

Plus en détail

ANNEXE 3 CONVENTION 2012 Au titre du Programme Local de l Habitat Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux et L ADIL 33 de la Gironde ENTRE LES SOUSSIGNES : Monsieur le Président de la Communauté Urbaine

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 009 Le groupement d emplloyeurs AVANT PROPOS Le code du travail offre la possibilité aux petites et moyennes entreprises de constituer

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES

LES CONDITIONS GENERALES LES CONDITIONS GENERALES Plan pluriannuel d investissement pour la création de crèche Janvier 2014 1/9 2/9 L objet de la convention La présente convention définit et encadre les modalités d intervention

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE Principes fondateurs L es communes de BAUGE, MONTPOLLIN, PONTIGNE, SAINT MARTIN D ARCE, LE VIEIL- BAUGE, sont situées au centre du canton de Baugé. Partageant un passé historique

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLR - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 27/05/2015 à 17:54:49 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES"

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES  HUB & SPOKES PRÉSENTATION TYPE D'UN CAS D'EXPÉRIENCE BURKINA FASO PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES" Date de la soumission

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU PRÊT PARTICIPATIF DE DÉVELOPPEMENT

CONVENTION RELATIVE AU PRÊT PARTICIPATIF DE DÉVELOPPEMENT CONVENTION RELATIVE AU PRÊT PARTICIPATIF DE DÉVELOPPEMENT dossier de presse lundi 8 octobre 2007 6 901 987 destinés à soutenir et à développer l activité économique* sur l ensemble du territoire départemental

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Accord partenarial. Le présent accord est passé entre :

Accord partenarial. Le présent accord est passé entre : Accord partenarial entre la Communauté Urbaine d ARRAS et l APAGL pour la mise en œuvre du dispositif de Garantie des Risques Locatifs (GRL) et la mobilisation du parc locatif privé Le présent accord est

Plus en détail

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS I - But de la Fondation Article 1er L établissement dit CéMaVie fondé

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées»

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Terre de curiosité et d'ouverture, la Lorraine propose au plus grand nombre une offre culturelle de qualité et encourage les expériences

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

NOR: SANH0321568A. Vu le décret n 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers ;

NOR: SANH0321568A. Vu le décret n 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers ; ARRETE Arrêté du 30 avril 2003 relatif à l organisation et à l indemnisation de la continuité des soins et de la permanence pharmaceutique dans les établissements publics de santé et dans les établissements

Plus en détail

Cahier des charges pour une prestation de compatibilité pour l Atelier Parisien d Urbanisme

Cahier des charges pour une prestation de compatibilité pour l Atelier Parisien d Urbanisme Cahier des charges pour une prestation de compatibilité pour l Atelier Parisien d Urbanisme 22 avril 2013 1. Présentation de l Apur... 2 1.1. Création, missions... 2 1.2. Statuts et membres... 2 1.3. Fonctionnement...

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

------------------- ------------------- RAPPORT D ACTIVITES 2012. M. KONE Adama Président du Conseil National de la Comptabilité

------------------- ------------------- RAPPORT D ACTIVITES 2012. M. KONE Adama Président du Conseil National de la Comptabilité MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ET DES FINANCES Union Discipline - Travail ------------------- ------------------- RAPPORT D ACTIVITES 2012 M. KONE Adama Président du Conseil National

Plus en détail

«CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE PLACE POUR TOUS LES JEUNES»

«CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE PLACE POUR TOUS LES JEUNES» STATUTS ARML-idf Préambule A la suite de l ordonnance du 26 mars 1982, les premières missions locales se sont créées en Ile-de-France, à l initiative des collectivités locales Avec l appui - de l État

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 15 décembre 2008 pris pour l application du décret n o 2008-1013 du 1

Plus en détail

Parcours de Formation du Directeur d Agence IMF. Le parcours de formation est proposé au choix :

Parcours de Formation du Directeur d Agence IMF. Le parcours de formation est proposé au choix : Parcours de Formation du Directeur d Agence IMF Le parcours de formation est proposé au choix : sous la forme de cours en Présentiel en intra dans les IMF par e-learning. A qui s adresse cette formation?

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet)

Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet) Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet) NOUVEL ACCOMPAGNEMENT POUR LA POUR LA CRETION/REPRISE D'ENTREPRISE (NACRE) 7 CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Les préconisations du rapport se situent à trois niveaux Au niveau local : promouvoir les «équipes citoyennes» qui agissent

Plus en détail

BOURSE «JEUNES BENEVOLES VENDEENS»

BOURSE «JEUNES BENEVOLES VENDEENS» Pôle Culture Service Développement culturel Jeunesse BOURSE «JEUNES BENEVOLES VENDEENS» 1/7 Date de l adoption par la Commission permanente : Délibération n 3-13 en date du 4 juillet 2014 1. Objectifs

Plus en détail

ASSOCIATION METEO LOR STATUTS

ASSOCIATION METEO LOR STATUTS Page 1 sur 10 ASSOCIATION METEO LOR STATUTS ARTICLE 1er - CONSTITUTION - DUREE. Conformément aux dispositions de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901, il est fondé le 20 avril 2013 une

Plus en détail

Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims

Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims Communiqué Lundi 7 décembre 2015 Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims Communiqué COMMUNIQUE Pour la 1 re fois, une OPAH pour l ensemble des 16 communes de

Plus en détail

Fiche de Poste Chargé de mission développement économique

Fiche de Poste Chargé de mission développement économique Fiche de Poste Chargé de mission développement économique 1) CANDIDATURES A ADRESSER : à date limite de dépôt : le 2 février 2009 2) CONTETE ET FINALITE DU POSTE Contexte du Pays de Vierzon Situé à l Ouest

Plus en détail

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale JEREMIE AUVERGNE I. Présentation de l action Le programme JEREMIE Auvergne (Joint European Ressources For Micro To Medium Entreprises) a été créé à partir d une initiative de la Commission européenne et

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION. Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience

PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION. Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience PRESENTATION DE LA RECHERCHE-ACTION Innovation, Responsabilité, Engagement et Efficience 0 LE DEVELOPPEMENT DURABLE, LEVIER D INNOVATION POUR L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES? Fidèle à ses engagements et

Plus en détail

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME innovation oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6511-03 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME innovation oser pour gagner! Pour vous qui créez ou développez votre entreprise, faire

Plus en détail

Association pour le Droit à l Initiative Economique

Association pour le Droit à l Initiative Economique microcrédit Martinique Association pour le Droit à l Initiative Economique L association Des moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens L Adie est une association reconnue d utilité publique

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 2 DU 11 JANVIER 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 L-13-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2010 AVIS RENDUS PAR LE COMITE DE L ABUS DE DROIT FISCAL SEANCES N 0s

Plus en détail

N 24 2013 3 DECEMBRE CONSEIL PROVINCIAL DU HAINAUT

N 24 2013 3 DECEMBRE CONSEIL PROVINCIAL DU HAINAUT N 24 2013 3 DECEMBRE Institution : Greffe Service du Conseil provincial et du Collège provincial CONSEIL PROVINCIAL DU HAINAUT Objet : Secrétariat des Députés provinciaux. Règlement. MONS, le 28 février

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES MALI - SÉNÉGAL GUIDE PRATIQUE SUR LES MÉCANISMES DE FINANCEMENT D UN PROJET DE CONSTRUCTION PLAN 1 Objectifs et programme de la rencontre 2 Planifier mon

Plus en détail

La classification des salariés

La classification des salariés La classification des salariés Cette Fiche pratique vous propose de vous présenter la grille de classification des salariés introduite par le chapitre 9 de la Convention collective nationale du sport (CCNS).

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Entre : Nantes Métropole Communauté urbaine, représentée

Plus en détail

I. Contexte. Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC

I. Contexte. Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC I. Contexte Le Tchad a bénéficié de quatre subventions sous la Série 8 du Fonds

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROGRAMME DE LA BID D ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE RENFORCEMENT DE CAPACITES EN RELATION AVEC L OMC

RAPPORT SUR LE PROGRAMME DE LA BID D ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE RENFORCEMENT DE CAPACITES EN RELATION AVEC L OMC GROUPE DE LA BANQUE ISLAMIQUE DE DEVELOPPEMENT RAPPORT SUR LE PROGRAMME DE LA BID D ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE RENFORCEMENT DE CAPACITES EN RELATION AVEC L OMC 30 ème Session du Comité de Suivi du COMCEC

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC Mai 2014 TDR pour l élaboration d une politique et d un modèle de tarification pour la BIDC Page - 1 -

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE. -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007 Tél :04 74 32 58 45

DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE. -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007 Tél :04 74 32 58 45 REPUBLIQUE FRANCAISE ---------- DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE -------- Service Logement CONSEIL GENERAL -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007

Plus en détail

Catalogue des formations 2015

Catalogue des formations 2015 Catalogue des formations 2015 Education pour la santé Promotion de la santé Sommaire Quelques informations pratiques sur nos formations...4 Promouvoir la santé des publics : quelques fondamentaux...6 Promouvoir

Plus en détail

Loi sur l économie sociale

Loi sur l économie sociale PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 27 Loi sur l économie sociale Présentation Présenté par M. Sylvain Gaudreault Ministre des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation

Plus en détail

DOSSIER D APPEL A CANDIDATURES N : COI/AC/2013/011

DOSSIER D APPEL A CANDIDATURES N : COI/AC/2013/011 DOSSIER D APPEL A CANDIDATURES N : COI/AC/2013/011 Intitulé du poste : Niveau : Supervision : Lieu d affectation : Poste financé par : Assistant Administratif et Financier - AAF Catégorie 3 cadre intermédiaire

Plus en détail

Charte du comité consultatif des Actionnaires d Orange

Charte du comité consultatif des Actionnaires d Orange Charte du comité consultatif des Actionnaires d Orange Dans le cadre de sa bonne gouvernance, Orange souhaite améliorer de manière continue la qualité de ses relations et de sa communication avec les actionnaires

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

GESTION DES PLACEMENTS TRANSNATIONAUX. Fonctions du stagiaire. Instructions 10/09/99

GESTION DES PLACEMENTS TRANSNATIONAUX. Fonctions du stagiaire. Instructions 10/09/99 Projet Pilote PEGASE Page 1 / 12 SOMMAIRE 1/ Objet 2/ But de l instruction 3/ Intérêts d un stage européen pour le stagiaire 4/ Documents de référence 5/ Documents opérationnels 6/ Description des fonctions

Plus en détail

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger à mesdames et messieurs les chefs des postes diplomatiques et consulaires à l attention de mesdames et messieurs les conseillers de coopération

Plus en détail

La participation au Trophée des Audacieuses

La participation au Trophée des Audacieuses Réglement du concours A ÉDITION 2013 Article 1 : Objet et catégories du Trophée A La création d entreprise par les femmes est encore insuffisante. Les femmes ne représentent, en effet, que 30 % créateurs

Plus en détail

Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes

Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes Entreprendre en économie sociale et solidaire, c est entreprendre autrement L ESS regroupe les activités économiques développées

Plus en détail

RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL

RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL POUR UN PORT ET UNE INDUSTRIE DE CROISSANCE * Des expositions * Des conférences et Ateliers * Des rencontres B to B RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL San Pedro, le 09 mai 2014 Le Comité Scientifique /

Plus en détail

Compte-rendu du conseil municipal Séance du 13 octobre 2009

Compte-rendu du conseil municipal Séance du 13 octobre 2009 Compte-rendu du conseil municipal Séance du 13 octobre 2009 1- Droit de préemption sur une maison sise au 11 rue de la Bonne Rencontre Le Maire fait part au Conseil Municipal d une déclaration d intention

Plus en détail