PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL"

Transcription

1 Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Octobre 2000

2 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 2 SOMMAIRE 1. BREF HISTORIQUE ORGANISATION ACTUELLE LE MODE D INTERVENTION DU PASI LES RESULTATS ATTEINTS LES PERSPECTIVES D INSTITUTIONNALISATION DEROULEMENT DU PROCESSUS DE TRANSFORMATION INSTITUTIONNELLE LES RESULTATS OBTENUS LES SOURCES DE FINANCEMENT LES REVENUS DE L ACTIVITE LES FINANCEMENTS DES BAILLEURS DE FONDS... 9 TABLEAU RECAPITULATIF (EN MILLIONS DE FCFA)... 9 TOTAL BREF HISTORIQUE La crise économique qu a connu la Côte-d Ivoire au cours des années 80 et qui s est notamment traduite par des pressions très fortes sur le marché du travail a engendré en milieu urbain un développement important des micro et petites entreprises informelles, capables d absorber une bonne partie de la main-d œuvre excédentaire. Ce secteur très dynamique est composé d une multitude d activités telles que le petit commerce, l artisanat, les services de proximité, l agriculture... Pour soutenir le dynamisme du secteur informel et accroître sa contribution à l effort de développement national, le gouvernement a entrepris depuis août 1991 dans un premier temps dans le cadre du PDU n 3 et depuis juillet 1995 dans le cadre du Programme d Appui à la Conduite des Opérations Municipales financé par la Banque Mondiale la mise en œuvre du Programme d Appui au Secteur Informel (PASI). L objectif principal de ce programme vise à permettre l accès au crédit des opérateurs du secteur informel qui n ont pas accès aux structures bancaires classiques. Le PASI est mis en œuvre depuis août 1991 par l Association Française des Volontaires du Progrès (AFVP) dans le cadre d une convention signée avec le Ministère du Plan. Une phase expérimentale limitée à la ville d Abidjan et son agglomération a permis de mettre au point une méthodologie d intervention dans le domaine du microcrédit en milieu urbain et péri urbain. A partir de juillet 1995, le PASI a étendu son intervention à 6 villes de l intérieur du pays. Depuis août 1998, le PASI a entamé une phase transitoire dont l aboutissement sera la création d une institution autonome de type mutualiste de crédit et d épargne au

3 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 3 profit des opérateurs économiques du secteur informel qui sera conforme à la réglementation en vigueur dans les pays de l UEMOA sur les systèmes de financements décentralisés. 2. ORGANISATION ACTUELLE Depuis le 1 er août 1998, le PASI a démarré une nouvelle étape dont l objectif est la mise en place d une institution de type mutualiste autonome de microfinancement destinée aux opérateurs du Secteur Informel. En prélude, une réorganisation de l organisation fonctionnelle du programme est en cours dans le sens d une harmonisation des interventions de terrain en vue d une plus grande efficacité. Cette nouvelle organisation prend en compte le retrait des ONG, jusqu alors partenaires du dispositif, la réorganisation et le redéploiement des antennes. Le retrait des ONG était nécessaire afin de regrouper toutes les antennes en préparation de la création de la structure mutualiste. Cette nouvelle organisation s articule autour de la création d agences et de bureaux. Ainsi les localités d implantation du PASI qui présentent un fort potentiel sont dotées d agences (Bouaké, Daloa et Korhogo) tandis que les localités de moindre importance sont transformées en bureaux satellites autour des agences (Soubré, Abengourou et Grand Bassam). Le redéploiement des deux antennes initiales d Abidjan à partir du 1er avril 1999 a donné naissance à 6 bureaux qui sont implantés dans les quartiers qui présentent un fort potentiel, à savoir Abobo, Adjamé, Koumassi, Treichville, et Yopougon. Les bureaux d Abidjan devront être, ainsi, en mesure de gérer un encours de 125 millions de FCFA chacun. Trois caissiers comptables sont aussi installés dans les bureaux d Adjamé, de Koumassi et de Yopougon pour faciliter les diverses opérations de remboursement, de dépôt et de retrait de fonds. Ces agences sont dirigées par un Chef d agence secondé par un caissier comptable qui est exclusivement chargé de l encaissement des remboursements, des dépôts et des retraits. Il gère également sur un logiciel spécifique la comptabilité de l agence et celle des bureaux rattachés. Les bureaux de l intérieur fonctionneront avec un seul agent appelé chef de bureau. Il gèrera un portefeuille de 50 à 75 millions de FCFA. La Direction du PASI est actuellement gérée par un chef de projet national, deux chefs de zone et un comptable appuyé d un conseiller-comptable. La direction du projet est appuyée par un conseiller, assistant technique de la Coopération française. Ainsi au 1 er juin 2000, le PASI fonctionne avec 29 salariés nationaux, deux volontaires en appui au service comptable et au processus de transformation institutionnelle et un conseiller expatrié.

4 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 4 3. LE MODE D INTERVENTION DU PASI Les modalités d accès aux financements du PASI pour les promoteurs du secteur informel sont les suivantes : 1 ère étape : un premier accueil individuel est effectué par le chef de bureau ou le chef d agence (agent de crédit) qui permet au promoteur de recueillir les informations relatives aux conditions générales d accès aux financements PASI ; 2 ème étape : une réunion d information et de sensibilisation a lieu chaque semaine à jour et heure fixes ; 3 ème étape : un premier rendez vous avec l agent de crédit chargé de la zone d implantation de l activité du promoteur est fixé afin que le promoteur puisse exprimer son besoin de financement et décrire les conditions d exercice de son activité ; A cette étape, une présélection des demandes s opère par l équipe de l agence qui permet de retenir les demandes pour lesquelles une étude de faisabilité sera engagée. Les promoteurs dont les demandes ont été retenues sont invités à s acquitter de frais d étude compris dans une fourchette allant de à FCFA en fonction du montant demandé ; 4 ème étape : un deuxième rendez-vous est pris avec l agent de crédit pour approfondir l examen de la demande de financement. A partir de là, l agent de crédit va se déplacer sur le terrain pour vérifier les informations fournies par le promoteur et faire connaissance avec le lieu de l activité et son environnement ainsi qu avec le domicile du promoteur. Parallèlement à ce travail, il est demandé au promoteur de présenter des garanties qui devront couvrir 100 % du montant du prêt sollicité. Les garanties peuvent être de plusieurs ordres : - aval d une ou plusieurs tierces personnes salariées, - le nantissement de loyers, - le nantissement de matériel, - un compte épargne bloqué, ou toute autre forme de garanties qui pourrait être réalisable à court terme en cas de défaillance du débiteur principal. Le système de la caution solidaire est aussi de plus en plus développé lorsqu il s agit de promoteurs féminins appartenant à un même groupement. Dans ce cas, une épargne préalable doit être constituée dont le montant est arrêté d un commun accord. Après une période de deux à trois mois, les premiers financements peuvent être accordés pour un montant individuel maximum de FCFA tandis que la constitution de l épargne se poursuit et sert de garanties pour les prêts accordés. Ce système a notamment été développé avec succès sur le marché de Marcory.

5 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 5 Lorsque l ensemble des éléments pouvant permettre d apprécier la rentabilité de l activité et les capacités de gestion du promoteur a pu être réuni, l équipe de l agence émet un avis sur la demande. En cas d avis positif, la demande est transmise à la coordination du programme. 5 ème étape : le comité de crédit : il se déroule chaque avant dernier jeudi de chaque mois pour les montants supérieurs à 1,5 million de FCFA et rassemble les responsables de la coordination, les chefs d agence et un à trois membres du comité de suivi du programme. Il est le seul organe à pouvoir décider des octrois de prêts. 6 ème étape : pour les demandes de financement approuvées en comité de crédit, la coordination procède en fonction de ses disponibilités au virement des fonds correspondant pour chaque agence et bureau. Avant le déblocage du prêt, une formation simplifiée à la tenue du cahier de caisse et à la présentation d un compte d exploitation mensuel est dispensée en une demi journée aux futurs bénéficiaires des prêts. 7 ème étape : le déblocage du prêt peut intervenir après la signature du contrat de prêt, la légalisation à la mairie des attestations relatives aux garanties proposées et le règlement de frais de dossiers (2,5% du montant du prêt) et d une participation à un fonds d assurance décès (1% du montant du prêt) qui permet de couvrir 50% de l encours dû en cas de décès du promoteur. Les prêts accordés se situent dans une fourchette allant de FCFA à 3 millions de FCFA pour une durée de remboursement maximum de 15 mois. Une période de différé de un à deux mois est accordée selon les cas. Les échéances de remboursement peuvent être hebdomadaires, mensuelles ou bimestrielles. Le taux d intérêt est unique et se situe à 20 % par an, dégressif. L ensemble de ces étapes prend un mois si le promoteur est prompt à apporter les éléments d informations nécessaires au montage de son dossier et avec sincérité. Préalablement au financement, le promoteur doit déposer en fonds d épargne initiale 10% du montant du prêt accordé. Cette nouvelle disposition appliquée depuis le 1 er février 1999 permet d accroître de façon significative la collecte de l épargne et d offrir ainsi des garanties supplémentaires pour l encours du crédit. Par ailleurs, cette disposition permet aussi de renforcer la sélection des promoteurs à financer. 8 ème étape : après le déblocage du prêt, l agent de crédit assure le suivi de l activité financée en rendant régulièrement visite au promoteur. Il s agit de vérifier la bonne marche de l activité afin de s assurer du bon remboursement du prêt et aussi d apporter quelques conseils au promoteur dans la tenue de son cahier de caisse ou pour tout autre besoin qui pourrait être exprimé par le promoteur. Toute deuxième demande de financement est conditionnée par le bon déroulement du remboursement du premier prêt et la constitution régulière d une épargne.

6 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 6 4.LES RESULTATS ATTEINTS Au 31/12/1999, le programme avait accordé prêts pour un montant total de 2,706 milliards de FCFA au titre de la seconde phase au travers de ses huit antennes, soit un montant moyen par prêt de FCFA. L encours se situait à 931 millions FCFA à la même date. Le solde de l épargne était de 163 M FCFA. Le taux de remboursement global était de 89%, soit 11% de retard par rapport aux dates d échéances. Les prêts ont bénéficié à 68% à des promoteurs féminins et en majorité pour des activités commerciales. Les Ivoiriens sont majoritairement bénéficiaires de ces prêts. Une évaluation réalisée sur promoteurs financés a mis en évidence que les prêts accordés ont permis de soutenir emplois existants et de créer 734 nouveaux emplois dont 43% à Abidjan et dans son agglomération. En ce qui concerne la recherche de l équilibre financier, au 31/12/1999, l autonomie opérationnelle du dispositif se situait à un peu plus de 100 %, soit le taux de couverture des charges de fonctionnement de l ensemble du dispositif, hors assistance technique, par les produits générés par l activité, hors subventions de fonctionnement. Toutefois après la constitution des provisions pour créances douteuses et la prise en compte des créances irrécouvrables, l ensemble du dispositif accuse un déficit d exploitation de 77 millions de FCFA au titre de l année Jusqu à présent, les comptes du programme sont annuellement audités par un cabinet indépendant et ont été certifiés. 5. LES PERSPECTIVES D INSTITUTIONNALISATION 5.1. DEROULEMENT DU PROCESSUS DE TRANSFORMATION INSTITUTIONNELLE Le processus d institutionnalisation doit se dérouler en trois phases successives : La première phase d une durée de quatre mois avait pour objectif la définition de la démarche et la mise en place du dispositif d animation. Il s est agi aussi de déterminer le type de dispositif mutualiste à mettre en place. La deuxième phase d une durée de 15 mois est une phase d animation et de sensibilisation qui doit aboutir à la création de la structure mutualiste. La troisième phase d une durée de 17 mois consistera à apporter un appui à la structure mise en place et au fonctionnement de ses différents organes. La première étape de ce processus, a effectivement démarré en décembre Elle était consacrée à établir, par site d implantation du PASI, un diagnostic situationnel afin d identifier les atouts et faiblesses, par rapport au groupe d opérateurs financés par le programme, de la création d un dispositif mutualiste de crédit et d épargne. Les enquêtes réalisées ont permis de mettre en évidence l existence d un environnement propice à la création d un dispositif

7 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 7 de crédit et d épargne de type mutualiste. Les promoteurs ont exprimé leur volonté de s engager dans ce processus de création. Cette première phase s est clôturée par un séminaire de mise en commun, auquel les différents partenaires du PASI ont pu participer, qui s est déroulé du 31 mars au 3 avril 1998 à Daloa. A l issue de ce séminaire, il a été retenu que la transformation institutionnelle du PASI se fasse dans le cadre de la création d une structure mutualiste unique et centralisée. Cette option a en effet été retenue, par rapport à la deuxième possibilité qui aurait consisté à mettre en place des mutuelles locales et à les fédérer, en ce qu elle présente les avantages suivants et permet : - d abréger le temps de mise en place d une entité juridique de crédit / épargne du secteur informel ; - de poursuivre sans interruption les activités de crédit/épargne avec le fonds de crédit actuel commun à l ensemble du programme et selon les modalités de fonctionnement opérationnel actuelles du programme ; - de maintenir le crédit de confiance des partenaires actuels (Etat Ivoirien, Banque Mondiale, Coopération Belge, Coopération Française) ; - de faciliter le contrôle des partenaires actuels. Ceux-ci n auront qu un seul interlocuteur ; - de faciliter dès le départ la contractualisation avec d autres partenaires ou bailleurs de fonds. La deuxième phase de ce processus a démarré en avril 1998 et arrive à son terme. Les actions qui ont été entreprises sont : l information et la sensibilisation des promoteurs financés par le PASI par rapport à l objectif visé ; la promotion et la formation de comités locaux, dits comités ad hoc, représentant les promoteurs financés par le PASI dans chaque localité ; l identification des promoteurs leaders (noyaux durs) au sein de ces comités ad hoc ; l animation et l organisation du milieu. Les objectifs des comités ad hoc sont de promouvoir la création d une structure d organisation minimum favorisant l émergence de leaders capables de représenter les opérateurs au niveau de la mise en place de la mutuelle. Ces comités ont pour mission de créer les cadres de réflexion et de sensibilisation du milieu par le milieu, de préparer les bases de l organisation et de développer les liens entre les promoteurs. Les actions d animation, d organisation du milieu et de formation des membres des comités se sont déroulées sur l ensemble des sites de façon continue. Un animateur est présent en permanence sur chacun des sites d implantation du programme.

8 PASI / CÔTE D IVOIRE / page LES RESULTATS OBTENUS Au 31 décembre 1999, au terme des activités prévues dans le cadre de cette seconde étape et en préparation à la création effective de la structure mutualiste, les résultats suivants ont pu être atteints : Au cours de différentes rencontres tant au plan local que national regroupant des représentants des promoteurs financés par le PASI de ces différentes localités d implantation, des propositions des textes fondamentaux de la future mutuelle ont été validées tant par les promoteurs, futurs sociétaires de la mutuelle, que par les principaux partenaires du programme. Ces textes ont été mis en conformité avec la réglementation en vigueur relative aux institutions mutualistes ou coopératives d épargne et de crédit ; il s agit de la loi n du 22 juillet Au 31 décembre 1999, promoteurs actuels du PASI avaient libéré en totalité leur part sociale (5 000 FCFA) et droit d adhésion (5 000 FCFA) à la future mutuelle ; Ce qui représente une somme totale de plus de 16 millions de FCFA dont la moitié constituera le capital social de la future mutuelle. Les candidatures aux postes des différents organes de la mutuelle ont été enregistrées et validées par un comité mis en place à cet effet. Une pré-assemblée Générale Constitutive a été organisée les 6, 7 et 8 Juillet 1999 à Bouaké. Il s est notamment agi de préparer l organisation pratique de l Assemblée Générale Constitutive, de valider la proposition de politique de crédit de la future mutuelle et aussi d apporter la dernière touche à la proposition de convention de transfert de gestion à mettre en œuvre après la création de la mutuelle. La tenue de l Assemblée Générale Constitutive est subordonnée à l avis définitif de la Banque Mondiale sur le schéma institutionnel proposé. 6. LES SOURCES DE FINANCEMENT Les ressources du PASI sont de deux natures : les revenus de l activité et les financements des bailleurs de fonds LES REVENUS DE L ACTIVITE L activité du PASI génère 4 types de revenus : les intérêts sur les crédits octroyés, les frais d étude, les frais de dossier et les pénalités de retard. Les frais d étude sont réglés après la présélection du dossier et avant que l étude de faisabilité ne soit engagée par l agent de crédit chargé du dossier. Ils sont compris dans une fourchette allant de FCFA à FCFA en fonction du montant demandé. Les frais de dossier sont perçus au moment du déblocage du prêt et s élèvent à 2.5% du montant du prêt. Une somme forfaitaire de 1000 FCFA est due par le promoteur au titre de pénalités de

9 PASI / CÔTE D IVOIRE / page 9 retard pour couvrir les frais de déplacement et de courrier engendrés par ce retard à partir du 10 du mois. Au delà de ce délai, des intérêts de retard sont appliqués à raison de 0,25 % de l échéance en principal par jour de retard le premier mois de retard et 0,5 % le deuxième mois LES FINANCEMENTS DES BAILLEURS DE FONDS!Contribution de la Banque Mondiale La seconde phase du PASI, prévue sur une période de 28 mois allant de juillet 1995 à octobre 1997, est actuellement prolongée par deux avenants. Au titre de cette seconde phase, au 31/12/1999, le PASI a bénéficié d un financement global de la Banque Mondiale d un montant de 1,651 milliard de FCFA dans le cadre du Programme d Appui à la Conduite des Opérations Municipales (PACOM) dont 333 millions de FCFA restent à recevoir.!contribution de la Coopération Française La coopération Française intervient par la prise en charge du poste de chef de projet dans le cadre d un contrat d assistance technique. Elle apporte aussi sa contribution en finançant le processus de transformation institutionnelle du PASI sous une forme mutualiste, pour un montant total de 160 millions de FCFA sur trois années, dont le démarrage est effectif depuis le mois de décembre 1997.!Contribution de la Coopération Belge La coopération belge apporte son concours financier pour le financement spécifique de promoteurs féminins, pour un montant total de 116 millions de FCFA, dont 97 millions de FCFA en fonds de crédit. Tableau récapitulatif (en millions de FCFA) BANQUE MONDIALE COOPERATION BELGE COOPERATION FRANCAISE TOTAL Fonds de crédit Fonctionnement Transformation institutionnelle TOTAL

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé LA POLITIQUE DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT 2 A. INTRODUCTION Le Conseil d Administration du RESEAU MUCREFAB

Plus en détail

Engagement couvrant les périodes suivantes : Sur Trésor ( CI ) Sur Dons Sur Emprunts

Engagement couvrant les périodes suivantes : Sur Trésor ( CI ) Sur Dons Sur Emprunts MINISTERE DE.. ------------- (DIRECTION OU SERVICE) DE. REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE --------- Union Discipline Travail Maître d œuvre :. MARCHE N SUR PRIX (UNITAIRES/ GLOBAL ET FORFAITAIRE) N DU MARCHE

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

au 1 er décembre 2012

au 1 er décembre 2012 1 / 6 au 1 er décembre 2012 I - CONDITIONS D OUVERTURE DE COMPTES A Comptes de virement Sociétés et autres à caractère commercial Etablissements Associations, coopératives et autres groupements Particuliers

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?

Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance? ,- 1 Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance? EXPERIENCE DU REFINANCEMENT DES CVECA DE NIONO Au MALI

Plus en détail

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION CABINET COMPTABLE ET DE GESTION Audit Appui - Evaluation en microfinance, - Etude renforcement sectorielle des - Appuis capacités, et Conseils audit, - appuis Ingénierie aux projets/programme informatique

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Rapport de stage 2 ème année. I. Présentation de l ONG le SALUT... 4

Rapport de stage 2 ème année. I. Présentation de l ONG le SALUT... 4 Table des matières I. Présentation de l ONG le SALUT... 4 A. Vision et mission de la caisse le SALUT... 4 B. Organisation de la caisse le SALUT... 5 II. Présentation des taches et des missions effectuées...

Plus en détail

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION CABINET COMPTABLE ET DE GESTION Audit Appui - en Evaluation microfinance, - Etude renforcement sectorielle des - Appuis capacités, et Conseils audit, - Ingénierie appuis aux informatique projets/programme

Plus en détail

BAREME GENERAL DES CONDITIONS DE BANQUE

BAREME GENERAL DES CONDITIONS DE BANQUE BANQUE COMMERCIALE DU NIGER (B.C.N) BAREME GENERAL DES CONDITIONS DE BANQUE I- du compte 1.1 Conditions d ouverture et de clôture de compte 1.1.1 Ouverture de compte (avec remise de la Convention de compte)

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

P ROFESSIONNELS. Conditions appliquées aux opérations bancaires

P ROFESSIONNELS. Conditions appliquées aux opérations bancaires P ROFESSIONNELS Conditions appliquées aux opérations bancaires TARIFS APPLICABLES AU 1 er SEPTEMBRE 2013 Le présent document recense les principales conditions appliquées aux opérations bancaires des professionnels.

Plus en détail

MODULE D INTERVENTION LE FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : TYPOLOGIE DES FINANCEMENTS (PRETS, D ACCES, MOYENS DE MOBILISATION

MODULE D INTERVENTION LE FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : TYPOLOGIE DES FINANCEMENTS (PRETS, D ACCES, MOYENS DE MOBILISATION MODULE D INTERVENTION LE FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : TYPOLOGIE DES FINANCEMENTS (PRETS, SUBVENTIONS, ETC.), CONDITIONS D ACCES, MOYENS DE MOBILISATION AUTONOMIE FINANCIERE DES COLLECTIVITES

Plus en détail

MUTUELLE DE L INSEE RÈGLEMENT MUTUALISTE MULTI SANTÉ

MUTUELLE DE L INSEE RÈGLEMENT MUTUALISTE MULTI SANTÉ MUTUELLE DE L INSEE RÈGLEMENT MUTUALISTE MULTI SANTÉ 1 SOMMAIRE pages TITRE I : OBLIGATIONS DES ADHERENTS ENVERS LA MUTUELLE 3 CHAPITRE I : CATEGORIES D ADHERENTS CONDITIONS D ADHESION COTISATIONS 3 CHAPITRE

Plus en détail

Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle

Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle Le formulaire de demande de retraite est à compléter et à envoyer par voie postale à la Carsat. Vous pouvez aussi

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES APPLICABLES A LA CLIENTELE DU CREDIT DU SENEGAL

CONDITIONS GENERALES APPLICABLES A LA CLIENTELE DU CREDIT DU SENEGAL 1. OPERATIONS DE CAISSE 101. MISE A DISPOSITION Mise à disposition à nos caisses, ou sommes à disposition non domiciliées, retirées en espèces ou transférées chez un confrère sur instruction du bénéficiaire.

Plus en détail

Le Système d aides locales

Le Système d aides locales Le Système d aides locales C est une combinaison de nos activités de mobilisation locale, de micro investissement, et d assistances technique des villages et hameaux partenaires de GADIS en difficulté.

Plus en détail

CLIENTÈLE DE PARTICULIERS. Conditions appliquées aux opérations bancaires MARS 2009. Ensemble, bâtissons notre avenir

CLIENTÈLE DE PARTICULIERS. Conditions appliquées aux opérations bancaires MARS 2009. Ensemble, bâtissons notre avenir CLIENTÈLE DE PARTICULIERS Conditions appliquées aux opérations bancaires MARS 2009 Ensemble, bâtissons notre avenir Voici les principales conditions appliquées aux opérations bancaires des particuliers.

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires

Conditions appliquées aux opérations bancaires P ARTI CULIERS Conditions appliquées aux opérations bancaires TARIFS APPLICABLES AU 1 er SEPTEMBRE 2013 Le présent document recense les principales conditions appliquées aux opérations bancaires de la

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire»

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Search for Common Ground Côte d Ivoire, Septembre 2013

Plus en détail

REVENU MINIMUM ETUDIANT

REVENU MINIMUM ETUDIANT REVENU MINIMUM ETUDIANT Le R.M.E est un dispositif d aide financière, d accompagnement aux étudiants, en contrepartie d actions de citoyenneté obligatoires une fois l an. Ce dispositif est une volonté

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE :

TERMES DE REFERENCE : MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité de Coordination des Programmes Emploi (UCP-Emploi) -----------------------

Plus en détail

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT Introduction A l instar du secteur financier classique, le secteur de la Microfinance doit faire face au problème crucial du blanchiment des capitaux.

Plus en détail

C O N D I T I O N S A P P L I Q U E E S A U X O P E R A T I O N S B A N C A I R E S

C O N D I T I O N S A P P L I Q U E E S A U X O P E R A T I O N S B A N C A I R E S C L I E N T E L E D E P R O F E S S I O N N E L S E T D ' E N T R E P R I S E S C O N D I T I O N S A P P L I Q U E E S A U X O P E R A T I O N S B A N C A I R E S Mars 2012 S o c ié té G é né ra le de

Plus en détail

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION. Les relations bancaires

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION. Les relations bancaires STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION Les relations bancaires SOMMAIRE Introduction : La banque partenaire du porteur de projet (transparence ) 1. L ouverture d un compte courant professionnel 2. Comment

Plus en détail

Professionnels de l expertise comptable. guide d utilisation. Gagnez du temps dans la gestion de vos clients artisans, industriels et commerçants

Professionnels de l expertise comptable. guide d utilisation. Gagnez du temps dans la gestion de vos clients artisans, industriels et commerçants Professionnels de l expertise comptable guide d utilisation Gagnez du temps dans la gestion de vos clients artisans, industriels et commerçants Accessible depuis votre téléphone mobile ou votre tablette

Plus en détail

PORTEFEUILLE MUTUAL IR - DOSSIER DE PRÉSENTATION

PORTEFEUILLE MUTUAL IR - DOSSIER DE PRÉSENTATION PORTEFEUILLE MUTUAL IR - DOSSIER DE PRÉSENTATION FINANCEMENT EN DÉFISCALISATION GIRARDIN INDUSTRIELLE D INVESTISSEMENTS PRODUCTIFS DANS LES DÉPARTEMENTS ET COLLECTIVITÉS D OUTRE-MER Article 199 undecies

Plus en détail

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Bureau d Études Siège: 25, Avenue Noguès, Rue n 4 06 B.P. 1409 Abidjan 06 R.C. N CI-ABJ-2007-B-2911 Tél. : (225) 20.32.91.41 Fax : (225) 20.32.91.40

Plus en détail

Tout dossier client est affecté à un binôme leader 1 / assistante :

Tout dossier client est affecté à un binôme leader 1 / assistante : Assistance administrative et financière Intuitae vous propose de prendre en charge vos problématiques administratives, comptables et financières : collecte et classement de vos documents administratifs,

Plus en détail

BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE

BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE I. PRESENTATION DU PROJET I.1 Concept L activité de promotion et de commercialisation

Plus en détail

Septembre 2011. TDR Formation gestion comptable et contrôle interne Bénéficiaires : GPH-A Financement : USADF

Septembre 2011. TDR Formation gestion comptable et contrôle interne Bénéficiaires : GPH-A Financement : USADF REPUBLIQUE DU BENIN DEPARTEMENT DU ZOU ET DES COLLINES COMMUNE DE COVE GROUPEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES AÏDOTE (GPH-A) DE COVE TEL : 97 87 50 87 / 96 19 16 30 U N I T E D S T A T E S A F R I C A N

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE POUR L EPARGNE ET LE CREDIT Conditions générales de banque Applicables à compter du 01 janvier 2011

BANQUE POPULAIRE POUR L EPARGNE ET LE CREDIT Conditions générales de banque Applicables à compter du 01 janvier 2011 BANQUE POPULAIRE POUR L EPARGNE ET LE CREDIT Conditions générales de banque Applicables à compter du 01 janvier 2011 Libellés BPEC I- CONDITIONS D OUVERTURE DE COMPTES Dépôt initial 1.1 Comptes chèques

Plus en détail

experts-comptables, organismes de gestion agréés guide d utilisation

experts-comptables, organismes de gestion agréés guide d utilisation experts-comptables, guide d utilisation gagnez du temps dans la gestion de vos clients artisans, industriels et commerçants Accessible depuis votre téléphone mobile ou votre tablette Vous êtes à la recherche

Plus en détail

A COMPLETER PAR LE LOCATAIRE

A COMPLETER PAR LE LOCATAIRE A COMPLETER PAR LE LOCATAIRE NOM Nom de jeune fille Prénom Date de naissance Lieu de naissance Nationalité Adresse actuelle N téléphone domicile N téléphone professionnel N téléphone portable Adresse @mail

Plus en détail

MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE

MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE MEC FADEC NJAMBUR RAPPORT D AUDIT DES ETATS FINANCIERS ANNUELS DE LA MUTUELLE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2013 JUILLET 2014 Société à responsabilité limitée au capital de 1. 000. 000 F CFA Expertises

Plus en détail

Condtions de Banques 2012 BANQUE ISLAMIQUE DU NIGER CONDITIONS D'OUVERTURE ET DE CLOTURE DE COMPTES

Condtions de Banques 2012 BANQUE ISLAMIQUE DU NIGER CONDITIONS D'OUVERTURE ET DE CLOTURE DE COMPTES Condtions de Banques 2012 BANQUE ISLAMIQUE DU NIGER CONDITIONS D'OUVERTURE ET DE CLOTURE DE COMPTES Montant en FCFA Ouverture de comptes Compte chèque (particuliers) 25 000 Compte chèque salariés domicliation

Plus en détail

1er jour ouvré de la quinzaine suivante Comptes à terme. A convenir avec la clientèle 2. Versement Espèces Sur place

1er jour ouvré de la quinzaine suivante Comptes à terme. A convenir avec la clientèle 2. Versement Espèces Sur place CONDITIONS GENERALES DE BANQUE I. FONCTIONNEMENT DE COMPTES 1. Ouverture de comptes Comptes chèques : 33-35 Particulier - personne physique Versement minimum Solde minimum Néant Valeur crédit J + 1 ouvrable

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12 Guide Créateur Sommaire Votre Business Plan 3 Les frais relatifs à la création d une entreprise 7 Le choix de votre structure juridique 9 Votre entretien bancaire 12 1 Votre Business Plan Votre Business

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

REVENU MINIMUM ETUDIANT 2013-2014

REVENU MINIMUM ETUDIANT 2013-2014 REVENU MINIMUM ETUDIANT 2013-2014 Le R.M.E est un dispositif d aide financière, d accompagnement aux étudiants, en contrepartie d actions de citoyenneté obligatoires une fois l an. Ce dispositif est une

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL)

Règlement intérieur de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) 1 Règlement intérieur de l Association Régionale pour le Développement Economique Local PREAMBULE : Le présent règlement intérieur complète et précise les dispositions des statuts de l ONG. Il est partie

Plus en détail

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique Mairie de Pontcharra Service des marchés publics 95 avenue de la Gare BP 49 38530 Pontcharra cedex Tél: 04 76 97 11 65 Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION GARAGES / LOCAUX COMMERCIAUX REFERENCE DU BIEN : TYPE : SURFACE : DEPOT DE GARANTIE :

LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION GARAGES / LOCAUX COMMERCIAUX REFERENCE DU BIEN : TYPE : SURFACE : DEPOT DE GARANTIE : LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION GARAGES / LOCAUX COMMERCIAUX REGIE LERY 165 Bd de La Croix Rousse 69004 LYON Gestion Locative Syndic Tél. 04.72.10.61.90 regielery@lery-immobilier.fr

Plus en détail

Séparation, rupture. Séparation, rupture de la vie commune. Comment. ma? mapeut-elle. Bon à savoir

Séparation, rupture. Séparation, rupture de la vie commune. Comment. ma? mapeut-elle. Bon à savoir ? Séparation, rupture Séparation, rupture de la vie commune? Comment ma? mapeut-elle banque m accompagner?? Bon à savoir 2 NOTES Édito Chère cliente, cher client, Nous nous connaissons peut-être depuis

Plus en détail

[ Particulier employeur ] La Paje. Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU

[ Particulier employeur ] La Paje. Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU [ Particulier employeur ] La Paje Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU 1 er janvier 2011 Vous bénéficiez, pour votre enfant de la Prestation d accueil du jeune enfant (PAJE). Elle comprend, sous

Plus en détail

Portfolio des services du ROHSCO Mot de la direction C est avec un immense plaisir que nous vous remettons ce portfolio; fidèle portrait des services du ROHSCO. Au fil des années le Regroupement s est

Plus en détail

Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA

Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA Les structures juridiques porteuses de dispositif MAIA disposant d un

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE

CONVENTION DE COMPTE 1 CONVENTION DE COMPTE ENTRE LES SOUSSIGNES: ATLANTIQUE FINANCE - Société Anonyme au capital de FCFA 360 000 000 ayant son siège social à l immeuble Atlantique Assurances (10i ème étage), 15 Avenue Joseph

Plus en détail

[ Particulier employeur ] La Paje. Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU

[ Particulier employeur ] La Paje. Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU [ Particulier employeur ] La Paje Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU 1 er janvier 2010 Vous bénéficiez, pour votre enfant né ou adopté à partir du 1 er janvier 2004 *, de la Prestation d accueil

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

Un exemple de régime de la branche 26 : la Préfon

Un exemple de régime de la branche 26 : la Préfon CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Un exemple de régime

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT

LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT LES DIFFERENTES ETAPES DE VOTRE ACHAT Contrat de Réservation...2 VOTRE DOSSIER DE FINANCEMENT...3 LA SIGNATURE DE L'ACTE DE VENTE...4 DURANT LA CONSTRUCTION....5 Les Appels de Fonds...6 Les Visites du

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Artisans, industriels et commerçants. mode d emploi. faites gagner du temps à votre entreprise

Artisans, industriels et commerçants. mode d emploi. faites gagner du temps à votre entreprise mode d emploi faites gagner du temps à votre entreprise Accessible depuis votre téléphone mobile ou votre tablette Quand on est chef d entreprise indépendant, on a besoin de consacrer le maximum de temps

Plus en détail

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ------------- 01 BP 3771 Abidjan 01 Tel : 21 21 26 20 / 21 21 26 26 Fax : 21 21 26 36 / 37 AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT

Plus en détail

CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK

CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK I TAUX D INTERET TAUX DEBITEURS CATEGORIES DE CREDITS CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK FINANCEMENT A COURT TERME ESCOMPTE D EFFET DE TRANSACTION INFERIEUR OU EGAL A 90 JOURS TAUX EN % L AN arrêté le 08/06/2004

Plus en détail

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise -

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise - DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES D ÎLE-DE-FRANCE ET DU DEPARTEMENT DE PARIS SITE REAUMUR 94 RUE REAUMUR - 75104 PARIS CEDEX 02 ACCUEIL DU PUBLIC : 8H35

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

BLANC MIQUEL IMMOBILIER

BLANC MIQUEL IMMOBILIER Achat - Vente - Location - Gestion - Syndic - SALES - RENTAL - MANAGEMENT - TRUSTEE www.bordeaux-agence-immobilier.com UN CABINET DES MOYENS ET DES VALEURS Depuis 1972, le Cabinet Miquel gère un portefeuille

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE RESEAU RENACA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE RESEAU RENACA Section 1. Lettre d invitation 1 SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR

Plus en détail

Par Dr. Ing. Justin BOMDA Secrétaire Exécutif d ADAF

Par Dr. Ing. Justin BOMDA Secrétaire Exécutif d ADAF ATELIER DE FORMATION EN AFRIQUE CEMTRALE Assemblée Nationale du Cameroun 11 13 Mars 2015 ---------------------------------- Promouvoir des Investissements Agricoles Durables: Les Options Juridiques et

Plus en détail

LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013. Lomé le 07 septembre 2013 1

LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013. Lomé le 07 septembre 2013 1 LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013 Lomé le 07 septembre 2013 1 Plan I. La CRRH-UEMOA : activités opérationnelles II. Cadre institutionnel et organisation III. Règles d intervention : Critères d éligibilité

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

Janvier 2011. Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale dans le cadre du Grand Emprunt national.

Janvier 2011. Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale dans le cadre du Grand Emprunt national. Associations s i o s : comment m bénéficier é i des apports p financiers n i du programme r m investissement i s s e e n t d avenir (PIA)? Mode d emploi des prêts accordés aux structures d utilité sociale

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION LES PETITS MALINS

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION LES PETITS MALINS REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION LES PETITS MALINS L association «Les Petits Malins» a pour mission d organiser et de mettre en place des activités socio-éducatives pour les enfants à partir de trois ans

Plus en détail

Le Cabinet ROLLAND & GIROT propose un large éventail de compétences, grâce à une équipe de collaborateurs salariés, répartis sur ses 2 sites.

Le Cabinet ROLLAND & GIROT propose un large éventail de compétences, grâce à une équipe de collaborateurs salariés, répartis sur ses 2 sites. Le Cabinet ROLLAND & GIROT est une agence immobilière indépendante créée en 2006 par Thomas ROLLAND & Stéphane GIROT gérants associés, tous deux diplômés de l immobilier. En 2007 : ouverture de l agence

Plus en détail

Le Cabinet ROLLAND & GIROT propose un large éventail de compétences, grâce à une équipe de collaborateurs salariés, répartis sur ses 2 sites.

Le Cabinet ROLLAND & GIROT propose un large éventail de compétences, grâce à une équipe de collaborateurs salariés, répartis sur ses 2 sites. Le Cabinet ROLLAND & GIROT est une agence immobilière indépendante créée en 2006 par Thomas ROLLAND & Stéphane GIROT gérants associés, tous deux diplômés de l immobilier. En 2007 : ouverture de l agence

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

Compte d exploitation

Compte d exploitation Compte d exploitation Classe 6 : Comptes de charges 60 Achats 606120 Energie ; électricité. 606130 Chauffage. 606220 Produits d entretien 606281 Petit Equipement 606400 Fournitures de bureau 61 Services

Plus en détail

LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS

LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS Le règlement mutualiste établi en conformité avec l article 4 des statuts de la M.F.C., fixe les rapports entre la mutuelle et ses

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution MINISTERE DE L AGRICULTURE

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

DEPARTEMENT DES HAUTES-PYRENEES. COMMUNE d ADE

DEPARTEMENT DES HAUTES-PYRENEES. COMMUNE d ADE DEPARTEMENT DES HAUTES-PYRENEES COMMUNE d ADE ETUDE DIAGNOSTIC ET SCHEMA DIRECTEUR DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF Cahier des Clauses Administratives Particulières (CCAP) Commune d Adé diagnostic et schéma

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

IMMOBILIER Formation aux professions de l Immobilier Gestion, Location, Transaction en Immobilier ENCADREMENT MOYENS PEDAGOGIQUES VALIDATION

IMMOBILIER Formation aux professions de l Immobilier Gestion, Location, Transaction en Immobilier ENCADREMENT MOYENS PEDAGOGIQUES VALIDATION FORMATION A DISTANCE IMMOBILIER OBJECTIFS Introduire sur le marché de l emploi des personnes aptes à remplir efficacement leur mission dans les professions immobilières, grâce à leurs connaissances juridiques,

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE A PARTIR DU 1ER JUIN 2008 (Document non limitatif et modifiable) 2 I - OUVERTURE DE COMPTE Compte épargne Marina : 100.000 FCFA Dantokpa, Jéricho,

Plus en détail

LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION REFERENCE DU BIEN : TYPE : SURFACE : DEPOT DE GARANTIE : DOSSIER ACCEPTE selon SAA le :

LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION REFERENCE DU BIEN : TYPE : SURFACE : DEPOT DE GARANTIE : DOSSIER ACCEPTE selon SAA le : LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION REGIE LERY 165 Bd de La Croix Rousse 69004 LYON Gestion Locative Syndic Tél. 04.72.10.61.90 regielery@lery-immobilier.fr LERY TRANSACTIONS 4 rue Villeneuve

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

Enjeux et défis du financement des infrastructures - Études de cas sur les partenariats public-privé (PPP)

Enjeux et défis du financement des infrastructures - Études de cas sur les partenariats public-privé (PPP) Enjeux et défis du financement des infrastructures - Études de cas sur les partenariats public-privé (PPP) Yves Boudot, Directeur du département Afrique de l AFD Conference régionale FMI, Yaoundé, Cameroun

Plus en détail

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809)

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006 portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

Aide départementale à la rénovation urbaine (convention ANRU/CG) :

Aide départementale à la rénovation urbaine (convention ANRU/CG) : Objet de l intervention Bénéficiaires Nature des dépenses éligibles Orientation n 2 Objectif 2.1 Fiche action 2.1.1 1- Stimuler la production de logements 2 - Renforcer l attractivité du parc existant

Plus en détail

LETTRE DE COMMANDE N./18/11/14. Tél:.. Fax: Email:.. fourniture de main d œuvre pour la Construction de logements économiques et moyens standing

LETTRE DE COMMANDE N./18/11/14. Tél:.. Fax: Email:.. fourniture de main d œuvre pour la Construction de logements économiques et moyens standing LETTRE DE COMMANDE N./18/11/14 Emetteur :.. Destinataire. BP. Abidjan. Tél:.. Fax: Email:.. Objet fourniture de main d œuvre pour la Construction de logements économiques et moyens standing Montant : Deux

Plus en détail

Dossier de Candidature Trophée Des Lycées 2013. Vous souhaitez bénéficier d une aide Banque Populaire / LMDE?

Dossier de Candidature Trophée Des Lycées 2013. Vous souhaitez bénéficier d une aide Banque Populaire / LMDE? Dossier de Candidature Trophée Des Lycées 2013 Vous souhaitez bénéficier d une aide Banque Populaire / LMDE? Avant-propos «S engager avec audace au service des projets de vie personnels et professionnels

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail