Pathologie thrombotique et pré-thrombotique en 2009

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pathologie thrombotique et pré-thrombotique en 2009"

Transcription

1 Pathologie thrombotique et pré-thrombotique en 29 Patrick Vankerkhoven 7 décembre 29 Etude Gilly-Gosselies Homocystéine HPLC- Spectro de masse (référence) Méthodes immunologiques Sur sérum Immulite Axsym Sur plasma Acl-Top

2 Homocystéine HPLC / Immulite-Axsym-Acl Top 6, 5, y =,93x + 3,26 R 2 =,964 y =,844x + 2,663 R 2 =,8459 4, 3, 2, y =,8729x +,7869, R 2 =,8785,,, 2, 3, 4, 5, 6, AXSYM ACL-TOP IMMULITE HPLC Le Temps de Quick Taux de prothrombine INR ISI 2

3 Introduction % de la population sous AVK Incidence d accidents hémorragiques: 5,5/ habitants/an Phenprocoumon (Marcoumar), acenocoumarol (Sintrom), warfarin (Marevan) Nécessite suivi des patients traités par anticoagulant Utilisation du temps de Quick exprimé INR INR 2-3 Cible 2,5 Expression des résultats: En secondes En % d activité par rapport à un témoin normal VN ( à 75%) =Droite de Thivolle inverse % /5 / droite de Thivolle temps Variations importantes des résultats de TP en % pour une même thromboplastine d un même lot d un laboratoire à un autre pour les patients sous AVK stabilisés 3

4 INR Résultats uniformisés sous forme d INR évitent variations du TQ entre laboratoires (théorie) TQ Témoin=MNPT: moyenne géométrique de 2 patients normaux ISI (Index de Sensibilité International): sensibilité par rapport à la thromboplastine internationale de référence INR Variations INR Calibrateur/Calibration Valeur d ISI Combinaison réactifautomate MNPT 4

5 Origine des réactifs PT Test de Quick 935 : cerveaux de lapins Facteurs tissulaires isolés d organes Cerveau, placenta Boeuf, lapin, homme Facteur tissulaire généré au moyen d une technique recombinante INR IRP s (International Reference Preparation) Code Origine ISI IRP 67/4 humain, st BCT/253 humain,8 2nd BCT/99 humain,5 2nd RBT/79 lapin,4 2nd OBT/79 bœuf, 2nd RBT/9 lapin, 3rd CRM/49S lapin,26 3rd rtf/95 humain,94 3rd (ISI méthode manuelle) BCR: Bureau Communautaire de Référence WHO: World Health Organization ICSH: International Committee for Standardization in Hematology 5

6 Réactifs utilisés Origine humaine: 58 % Origine non humaine: 42 % Réactifs utilisés Origine humaine: 7% Origine non humaine: 93% 6

7 Calcul de l INR Sans calibrateur Avec calibrateur ISI fabricant + MNPT fabricant ISI fabricant + MNPT local ISI calib + MNPT local ISI calib + MNPT calib Log sec y = ax + b /ISI Log MNPT Log INR Calibration BCS INR Innovine ISI Fabriquant/ ISI calibration INR ISI Calibration 7, 6, 5, 4, 3, 2,,, y =,2832x -,367 R 2 =,999 y =,855x +,347 R 2 =,9852 y =,9356x + 3E-5 R 2 = -,, 3, 5, 7, INR ISI Fabriquant MNPT calculé Multical Mesuré BCS Isi Fabr MNPT Calibré 7

8 Calcul du MNPT Déterminé par lissage des moyennes mobiles Lissage de la population normale (> patients) Taux prothrombine > 75% moyenne géométrique stable Moyenne X geom ecart type X - 2SD X + 2SD,3,2553,7332 Calcul 8,8,7 du MNPT 8,2 8,8 lissage 8,2 9, moyenne X geom ecart type X - 2SD X + 2SD 8,6 9,,2,235,5832 9,,4 8,8 9, 9, lissage 2 9, 9, 9, moyenne X geom ecart type X - 2SD X + 2SD 9, 9, 9,,2,776,5266 9,,2 9, 9, 9, 9, lissage 3 9, 9, 9, 9, moyenne X geom ecart type X - 2SD 9, 9, 9, 9,,2,69,532 9,2 9, 9,2 9, 9, 9, lissage 4 9, 9,2 9, 9, 9, moyenne X geom ecart type 9, 9,3 9,2 9, 9,,2,76,4845 9,2 9,3 9,2 9, 9, 9,2 9,3 9,3 9, 9, 9,5 lissage 5 9,3 9,3 9,3 9,2 9, 9,5 moyenne X geom 9,3 9,3 9,3 9,2 9, 9,5,2,76 9,3 9,3 9,3 9,3 9, 9,5 8

9 Etude STA R Néo CI Plus : ISI < firme : calibration étalon secondaire de la RBT (rabbit brain thromboplastine) isi :.32 Néo R : ISI < firme : calibration étalon secondaire de la rtf/95 ( thromboplastine humaine recombinante de référence internationale) isi :. Innovine : Calibration avec multi cal, INR automates mécaniques isi :.98 Recombiplastine : ISI < firme calculé pour un STAR isi :. INR Néo R/ ô thromboplastines, 8, 6, 4, 2, y =,88x +,642 R 2 =,9626 y =,695x +,49 R 2 =,926 y =,8587x +,224 R 2 =,9662 Néo CI Plus Innovine Recombiplastine,, 2, 4, 6, 8,, N é o R 9

10 Calibration du Temps de Quick Détermination de l ISI par le calcul ou par méthode graphique log INR,5,45 y =,2635x -,3936,4,35,3,25,2,5,,5,,2,3,4,5 log temps de Quick Série Linéaire (Série) Mais problèmes d assignation d INR aux calibrateurs qui doit être réalisée par des instances de type OMS, 8, INR recalculés y =,982x +,5 R 2 =,9654 y =,957x +,735 R 2 =,9677 6, 4, y =,9284x +,98 R 2 =,942 Innovine Néo CI PLus Recombi 2,,, 2, 4, 6, 8,, INR Néo R

11 , INR recalculés y =,982x +,5 R 2 =,9654 8, 6, 4, y =,957x +,735 R 2 =,9677 Innovine Recombi 2,,, 2, 4, 6, 8,, INR Néo R Systèmes homogènes 8 INR STA y =,722x -,69 R 2 =,9572 y =,96x +,327 R 2 =,963 2 Innovin-Néoplastine Néoplastine-Recombiplastine INR CA6 ou ACL

12 Calcul de l ISI,8,6 y =,99x -,8477 R 2 =,9888 y =,8927x -,34 R 2 =,978 log INR,4,2 innovin neoplastine,5,5 2 2,5 -,2 log sec Calcul des INR INR recalculés sur base du MNPT local et du nouvel ISI CA6 STA ACL Néo R Recombi Innovin Recombi Innovin Néo R MNPT 3,8,9 8,8,2 8,7 3,7 ISI,89,97,,93,9,89 2

13 INR recalculés 8 INR du système homogène INR calculé INR mesuré vs INR calculé sur CA6 8 INR Innovin y =,734x -,34 R 2 =,955 y =,22x -,53 R 2 =, Recombiplastine Néoplastine INR calculé 3

14 INR mesuré vs INR calculé sur STA 8 INR Neoplastine y =,594x -,3 R 2 =,9743 y =,488x +,8 R 2 =,977 Recombiplastine Innovin INR calculé INR Recombiplastine INR mesuré vs INR calculé sur ACL y =,984x +,475 R 2 =,9852 y =,9497x +,964 R 2 =,969 Innovin Néoplastine INR calculé 4

15 INR Innovin INR Néoplastine R 5

16 INR Recombiplastine Log INR,8,7,6,5,4,3 Existe-t il un calibrateur universel? y =,938x -,72 Multical valeurs mécaniques R 2 =,9998 y =,652x -,299 R 2 =,9999 y =,95x -,5387 R 2 =,9999 y =,575x -,774 R 2 =,9999 Innovine Néo R Néo CI Plus Recombi,2,,,,2,4,6,8,,2,4,6 Log temps 6

17 Existe-t il un calibrateur universel? INR Recalculés avec Multical 4 2 y =,4532x -,5343 R 2 =,9738 y =,326x -,437 R 2 =, y =,4844x +,72 R 2 =, INR Innovine Néo CI Plus Néo R Recombi Existe-t il un calibrateur universel? inno neoci+ NEOR RECOMBI,2,,,9 2,59,46,29,4 3 2,37 2,26,74,54 4 5,39 5,44 3,48 3, 5 9,2 9,76 5,4 4,48 6,89 3,37 6,67 5,5 7

18 Existe-t il un calibrateur universel? Détermination des ISI avec les calibrateurs SIEMENS sur STA Compact,2 log INR,8,6,4,2 y =,966x -,9983 y =,38x -,9994 y =,7x -,2336 y =,24x -,349 R 2 = y =,35x -,4396 innovine Néo R Néo CI Plus recombiplastine recombiplastine 2G,5,5 2 -,2 log sec Existe-t il un calibrateur universel? log INR Détermination des ISI à l'aide des calibrateurs Siemens sur ACL Top y =,8x -,44 y =,857x -,8948,8 R 2 =,7 y =,886x -,44,6,5 innovine,4 y =,928x -,8922 Néo R Néo CI Plus,3 y =,26x -,34 recombiplastine,2 recombiplastine 2G, -,,5,5 2 log sec 8

19 Existe-t il un calibrateur universel? Détermination des ISI avec les calibrateurs SIEMENS sur le BCS log INR,9,8 y =,55x -,465,7,6,5 y =,994x -,9,4,3,2 y =,64x -,579 R 2 =, y =,8787x -,82 -,,5,5 2 log Sec innovine Néo R recombipalstine recombi 2G Point of Care coagulation Liste De Decker Communautaire Commission biologie Kennis Centrum 9

20 Etude Coagucheck Etude Coagucheck 2

21 Etude Coagucheck Corrélation INR CoaguCHECK-Innovine STAC INR mesuré STAC INR CoaguCHECK Théorique Etude Coagucheck Corrélation INR CoaguCHECK-Innovine STAC INR mesuré STAC Innovine Théorique Linéaire (NEO CI+) INR CoaguCHECK 2

22 Etude Coagucheck Corrélation INR CoaguCHECK-Innovine STAC INR mesuré STAC INR CoaguCHECK NéoR Innovine Théorique Linéaire (NEO CI+) Etude Coagucheck Corrélation INR CoaguCHECK-Innovine STAC INR mesuré STAC INR CoaguCHECK NéoR Innovine Linéaire (NEO CI+) Linéaire (Recombiplastine 2G) 22

23 Etude Anaïs Comparaison des INR des trois systèmes homogènes INR Recombi 2G ACL Top et INR Innovine BCS INR NEOR STA Compact Recombi 2g ACL Top INNOVINE BCS Neo CI + INR Néo R/ ô thromboplastines, y =,8587x +,224 R 2 =,9662 8, 6, 4, y =,88x +,642 R 2 =,9626 y =,695x +,49 R 2 =,926 Néo CI Plus Innovine Recombiplastine 2,,, 2, 4, 6, 8,, N é o R 23

24 Etude INR 29 Pool congelé de plasma de patients normaux et AVK stabilisés Moyenne Moyenne Transportés congelés % INR labo privé et 6 hôpitaux A 86, 4 Néo CI+ A,99 Inno A5 29 2,63 Recombi2G A6 25 3, NéoR A7 6 4,57 A8 49,69 A2 4 5,2 A3 75,23 M6 8 9,27 M7 5,66 Etude INR 29 T Quick en % Moyenne Labo Labo 2 Labo 3 Labo4 Labo 5 Labo 6 Labo 7 24

25 Etude INR 29 Comparaison INR ,, 2, 3, 4, 5, 6, Labo Labo 2 Labo3 Labo 4 Labo 5 Labo 6 Labo 7 Moyenne Etude INR 29 INR MNPT standardisé 6, 5, 4, 3, 2,,,,, 2, 3, 4, 5, 6, Labo Labo 2 Labo 3 Labo 4 Labo 5 Labo 6 Labo 7 Moyenne INR 25

26 Etude INR 29 y =,2355x -,3849 ISI y =,22x -,339y =,922x -,326 y =,689x -,937 y =,55x -,2979 y =,99x -,963,8 Log INR,7,6,5,4,3,2, y =,9476x -,397 -,,8,2,4,6,8 2 Log sec Labo Labo 2 Labo 3 Labo 4 Labo 5 Labo 6 Labo7 Etude INR 29 INR Calibrateurs Moyenne Labo Labo 2 Labo 3 Labo 4 Labo 5 Labo 6 Labo 7 26

27 The END... Merci de votre attention + 27

28 28

Existe-t-il de vraies discordances entre détection Optique et détection Mécanique? Marie Agnès Vanlande D r Céline Delassasseigne

Existe-t-il de vraies discordances entre détection Optique et détection Mécanique? Marie Agnès Vanlande D r Céline Delassasseigne Existe-t-il de vraies discordances entre détection Optique et détection Mécanique? Marie Agnès Vanlande D r Céline Delassasseigne Famille STA (Stago): traitement similaire de tous les échantillons Le

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

LA MESURE DELOCALISEE DE L INR POUR LA SURVEILLANCE DES TRAITEMENTS PAR AVK

LA MESURE DELOCALISEE DE L INR POUR LA SURVEILLANCE DES TRAITEMENTS PAR AVK LA MESURE DELOCALISEE DE L INR POUR LA SURVEILLANCE DES TRAITEMENTS PAR AVK Dominique LASNE, Laboratoire d hématologie, Hôpital Necker-Enfants-Malade, Paris ACNBH 42 ème Colloque National des Biologistes

Plus en détail

INR au cours des maladies du foie Travaux effectués et Objectifs. Christine Girault Laboratoire Hémostase Hôpital Saint Antoine

INR au cours des maladies du foie Travaux effectués et Objectifs. Christine Girault Laboratoire Hémostase Hôpital Saint Antoine INR au cours des maladies du foie Travaux effectués et Objectifs Christine Girault Laboratoire Hémostase Hôpital Saint Antoine Le Temps de Quick Plasma citraté VII X Xa Ca++ VaV VIIa Thromboplastine +

Plus en détail

RAPPORT GLOBAL DEFINITIF NOAC 2014

RAPPORT GLOBAL DEFINITIF NOAC 2014 EXPERTISE, PRESTATIOS DE SERVICE ET RELATIOS CLIETS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSIO DE BIOLOGIE CLIIQUE COMITE DES EXPERTS EVALUATIO EXTERE DE LA QUALITE DES AALYSES E BIOLOGIE CLIIQUE RAPPORT

Plus en détail

La mesure du TP est-elle fiable?

La mesure du TP est-elle fiable? La mesure du TP est-elle fiable? Peut on faire confiance au TP comme marqueur de la sévérité de l insuffisance hépatocellulaire (IHC)? Annie Robert, Hôpital Saint-Antoine, Paris Le TP Plasma citraté Mélange

Plus en détail

D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS AU MAROC

D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS AU MAROC MODALITES D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS AU MAROC Séminaire sur la biodisponibilité et la bioéquivalence Direction du Médicament et de la Pharmacie INAS Rabat 9 et 10 décembre 2009 Dr. Abdelhakim Zalim

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

NORMES D ACCEPTABILITE EN HEMOSTASE. Propositions du groupe de travail du GEHT Août 2014

NORMES D ACCEPTABILITE EN HEMOSTASE. Propositions du groupe de travail du GEHT Août 2014 NORMES D ACCEPTABILITE EN HEMOSTASE Propositions du groupe de travail du GEHT Août 2014 Ces normes d acceptabilité pour les principaux paramètres d hémostase sont issues d une collaboration entre les membres

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les anticoagulants oraux directs dans la pratique médicale: implications pour le laboratoire d hémostase

Les anticoagulants oraux directs dans la pratique médicale: implications pour le laboratoire d hémostase Pipette 6-2014, Seite 17 18 Les anticoagulants oraux directs dans la pratique médicale: implications pour le laboratoire d hémostase Anne Angelillo-Scherrer Références, Figures 1 5 et Table 1 Références

Plus en détail

EQUATIONS, INEQUATIONS

EQUATIONS, INEQUATIONS 1 sur 13 EQUATIONS, INEQUATIONS I. Résolution d équations Activité conseillée p126 activité1 : Notion d équation et d inéquation Activité conseillée p60 activité1 : Notion d équation et d inéquation -p140

Plus en détail

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF Dosage chronométrique PICT 1. PEFAKIT PICT Nombre de tests 8-505-01 coffret 80 3 flacons d activateur (2 ml) 3 flacons de réactif Start (2 ml) Mesure des anticoagulants par méthode chronométrique. 1 2

Plus en détail

D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS EN RIM

D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS EN RIM PROCEDURE D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS EN RIM CENTRE D'INFORMATION PHARMACOTHERAPEUTIQUE NOUAKCHOTT SEPTEMBRE 2014 DR. BRAHIM ABAD DPL PLAN INTRODUCTION LES NOUVELLES DISPOSITIONS DE LA LOI 2210/2010

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE D'UN ALLONGEMENT ISOLE DU TCA

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE D'UN ALLONGEMENT ISOLE DU TCA DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE D'UN ALLONGEMENT ISOLE DU TCA 1. Définition 1.1. Principe Le taux de céphaline avec activateur (TCA) explore la voie intrinsèque de la coagulation. C'est le temps de coagulation d'un

Plus en détail

QCML fournit aux laboratoires le moyen de respecter plus facilement les exigences liées à leur qualification ISO-15189.

QCML fournit aux laboratoires le moyen de respecter plus facilement les exigences liées à leur qualification ISO-15189. Entrez dans une nouvelle dimension NOS PRODUITS Depuis plus de 30 ans, la société CODASY assure la gestion des communications dans les laboratoires de biologie médicale. Au cours du temps, nous avons produit

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR), APHP Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France c

Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR), APHP Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France c Prévalence de la cystinose en France, observance du traitement et coûts directs pour l assurance maladie : base de données de l assurance maladie (SNIIRAM) et BNDMR S. Kelley-Causeret a, A. Weill a, R.

Plus en détail

Benjamin BONNET 16 octobre 2014

Benjamin BONNET 16 octobre 2014 Impact pronostique précoce de la protrusion tissulaire observée après stenting chez les patients présentant un SCA sans sus décalage du ST : étude prospective de tomographie par cohérence optique Benjamin

Plus en détail

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO

Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO CHU GRENOBLE Exploration de l hémostase chez les patients traités par NACO Pr G Pernod Médecine Vasculaire CH Grenoble Nouveaux anticoagulants: CHU GRENOBLE Administration orale Action immédiate Demi-vie

Plus en détail

Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase

Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase DIU hémostase biologique 26/01/2015 Lyon antoine.tournoys@chru-lille.fr INTRODUCTION 1 - L AUTOMATE D HEMOSTASE 1-1 Caractéristiques générales 1-2 Le

Plus en détail

Faculté des sciences de Tunis Laboratoire de génétique, immunologie et pathologie humaine Institut Salah Azaiez Le Cancer Du Sein Héréditaire En Tunisie Génétique & Éthique TROUDI Wafa C est Quoi Le Cancer?

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

EN CAS. d HÉMORRAGIE MASSIVE UTILISER LA PROTOCOLE HÉMORRAGIE MASSIVE DISPONIBLE SUR VOTRE UNITÉ!

EN CAS. d HÉMORRAGIE MASSIVE UTILISER LA PROTOCOLE HÉMORRAGIE MASSIVE DISPONIBLE SUR VOTRE UNITÉ! EN CAS d HÉMORRAGIE MASSIVE UTILISER LA BOÎTE DU PROTOCOLE HÉMORRAGIE MASSIVE DISPONIBLE SUR VOTRE UNITÉ! F-392 GRM : 30005543 (rév. 01-2014) Protocole d hémorragie massive (PHM) Page 1 sur 10 F-392 GRM

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1 Étude TRAJAN : Facteurs associés aux délais d accès aux traitements du cancer du sein à partir d une représentation temporelle automatisée du parcours de soins Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1,

Plus en détail

Les sondes de température dans les séchoirs

Les sondes de température dans les séchoirs Les sondes de température dans les séchoirs Observations lors d audits de séchoirs Marc Savard Chercheur en séchage du bois 21 e Édition des Ateliers-Conférences sur le séchage du bois 17 avril 2015 Plan

Plus en détail

Présentation TD Supervision SFIL Vittel 2015

Présentation TD Supervision SFIL Vittel 2015 Présentation TD Supervision SFIL Vittel 2015 Sommaire 1. La surveillance d un SGL 2. Solution TECHNIDATA 3. Informations gérées 2 Notre mission Contribuer à l'amélioration de la qualité des soins et la

Plus en détail

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 18 avril 2007. INRatio, dispositif d automesure de l INR

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 18 avril 2007. INRatio, dispositif d automesure de l INR COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 18 avril 2007 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références retenus : Fabricant / Distributeur : Demandeur : Données disponibles : INRatio,

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

Créez votre réseau de gestion de la coagulation Système CoaguChek Pro II

Créez votre réseau de gestion de la coagulation Système CoaguChek Pro II Créez votre réseau de gestion de la coagulation Système CoaguChek Pro II Mise à disposition rapide du statut de coagulation pour tous les services La disponibilité de résultats de coagulation sur place

Plus en détail

Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France. Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France

Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France. Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France JASP - Octobre 26 Méthodes Analyse descriptive des données de la déclaration

Plus en détail

Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Module: indicateurs de sécurité alimentaire

Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Module: indicateurs de sécurité alimentaire Enquête nationale sur la sécurité alimentaire et la nutrition (ENSAN) Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Définition d un indicateur Un indicateur est

Plus en détail

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA R Raache Service d immunologie, Institut Pasteur d Algérie IPA Faculté des Sciences Biologiques (USTHB) I- Introduction

Plus en détail

Référence Produit. test

Référence Produit. test Healthcare Siemens Healthcare Diagnostics SA, Freilagerstr. 40, CH-8047 Zürich Nom Département Robert Schlatter RAQS-EHS Téléphone +41 (0) 585 581 066 Téléfax +41 (0) 585 581 151 Mobile E-mail robert.schlatter@siemens.com

Plus en détail

Collège Blanche de Castille

Collège Blanche de Castille ème A - B - C Brevet blanc 2 de MATHÉMATIQUES Date : 15/04/2014 Durée : 2h Collège Blanche de Castille Coefficient : Note sur : 40 Présentation : /4 Consignes : La présentation, l orthographe et la rédaction

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

Études préliminaires et fenêtres exploratoires

Études préliminaires et fenêtres exploratoires Études préliminaires et fenêtres exploratoires Formation sur le retraitement à froid des chaussées souples Montréal, 4-6 décembre 2007 Plan de la présentation Étude préliminaire Choix de l intervention

Plus en détail

Mise à jour intergiciel MYLA

Mise à jour intergiciel MYLA Mise à jour intergiciel MYLA Le 17 septembre 2013 François Turgeon Connectivity Myla TM Workflow Information Caractéristiques de la v3.0 actuelle Supporte l acquisition par l utilisateur des résultats

Plus en détail

Cartes de contrôle. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes. Programme

Cartes de contrôle. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes. Programme Les petits déjeuner du Réunion n 7 du Club de Laboratoires Accrédités Cartes de contrôle Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes Vendredi 21

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

LES PATIENTS SOUS ANTICOAGULANTS

LES PATIENTS SOUS ANTICOAGULANTS Dispositif FIF-PL IDE libéraux LES PATIENTS SOUS ANTICOAGULANTS 11 et 12 avril 2013 Le rôle de l infirmière dans la phase pré-analytique Dr Niocel LBM BIOLYSS 1 - L importance de cette phase pré-analytique

Plus en détail

Classification des diabètes

Classification des diabètes Classification des diabètes Diabètes de type 1 et 2 Diabète gestationnel Autres types : Défauts génétiques de la cellule bêta (MODY) Défauts génétiques de l action de l insuline Affections du pancréas

Plus en détail

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2 Utilisation en pratique courante d Agents Stimulants l Erythropoïèse chez 2310 patients cancéreux au regard des recommandations des sociétés savantes : Une sous-analyse de l étude française ORHEO Auteurs

Plus en détail

Stabilité des paramètres de la coagulation

Stabilité des paramètres de la coagulation Stabilité des paramètres de la coagulation Laetitia Mauge AHU Service d hématologie biologique de l HEGP Groupe de travail pré-analytique du 24 septembre 2014 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE Etat des lieux Délai/condition

Plus en détail

BILAN GES / AUDIT ÉNERGÉTIQUE

BILAN GES / AUDIT ÉNERGÉTIQUE BILAN GES / AUDIT ÉNERGÉTIQUE Page 1 BILAN EMISSION GAZ A EFFET DE SERRE Page 2 BILAN ÉMISSION GES : CHAMP D APPLICATION ET METHODOLOGIE APPLIQUÉE Champ d application: Le bilan est obligatoire pour les

Plus en détail

DES RÉGIMES DE RETRAIT E ET D ASSURANCES TARIF APPLICABLE POUR ACQUITTER LE COÛT D UN RACHAT DE SERVICE

DES RÉGIMES DE RETRAIT E ET D ASSURANCES TARIF APPLICABLE POUR ACQUITTER LE COÛT D UN RACHAT DE SERVICE COMMISSION ADMINISTRAT IVE DES RÉGIMES DE RETRAIT E ET D ASSURANCES TARIF APPLICABLE POUR ACQUITTER LE COÛT D UN RACHAT DE SERVICE Basé sur l évaluation actuarielle du RREGOP au 31 décembre 2008 Ce document

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

Classification d expressions d. Zakia Hammal

Classification d expressions d. Zakia Hammal Classification d expressions d faciales par la théorie de l'évidence Zakia Hammal Alice Caplier,, Michèle Rombaut 1 Introduction Objectif : système automatique de reconnaissance d expressions faciales

Plus en détail

Dosage de la progestérone. Des outils de diagnostic essentiels afin d améliorer la reproduction canine. www.biovet.ca order@biovet-inc.

Dosage de la progestérone. Des outils de diagnostic essentiels afin d améliorer la reproduction canine. www.biovet.ca order@biovet-inc. Dosage de la progestérone Des outils de diagnostic essentiels afin d améliorer la reproduction canine www.biovet.ca order@biovet-inc.com Dosage de la progestérone La détermination du moment de la saillie

Plus en détail

Going beyond borders: Où développer votre business

Going beyond borders: Où développer votre business Going beyond borders: Où développer votre business Grant Thornton Global Dynamism Index 2015 Modèle développé par l Economist Intelligence Unit (EIU) Grant Thornton Global Dynamism Index 2015 Le GDI évalue

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie 6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie ANGOULEME le 16 Avril 2015 6ème Rencontre Régionale d Oncogériatrie 2 ème PARTIE Education thérapeutique chez le sujet âgé : thérapies orales L expérience du CHU de

Plus en détail

BALANCE DE FITNESS 7850.02

BALANCE DE FITNESS 7850.02 POUR UN SUCCÈS MESURABLE BALANCE DE FITNESS 7850.02 Evaluation des résultats de mesure www.soehnle-professional.com La Balance de Fitness 7850 se base sur vos données personnelles pour calculer votre structure

Plus en détail

USTL - Licence ST-A 1ère année 2005-2006 Initiation à la programmation. CTD : Variables et types de données

USTL - Licence ST-A 1ère année 2005-2006 Initiation à la programmation. CTD : Variables et types de données USTL - Licence ST-A 1ère année 2005-2006 Initiation à la programmation 1 Motivation 1.1 Un problème CTD : Variables et types de données État initial : Tas 1 un nombre quelconque de cartes, les autres tas

Plus en détail

Interactions Matériaux-Vivant. Sébastien Pirlet

Interactions Matériaux-Vivant. Sébastien Pirlet Interactions Matériaux-Vivant Sébastien Pirlet Sommaire I. Introduction II. Biocompatibilité III. Matériaux utilisés et types de lentilles IV. Fabrication des lentilles I. Conclusion Introduction 1508

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Validation des méthodes analytiques : Le profil d exactitude

Validation des méthodes analytiques : Le profil d exactitude Validation des méthodes analytiques : Le profil d exactitude Pourquoi valider une méthode analytique? Passer à une utilisation de l outil d analyse en routine Obligations réglementaires : normes qualité,

Plus en détail

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010 CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB 12 décembre 2010 INTRODUCTION - I La Radiotherapie pre opératoire représente le traitement standard des

Plus en détail

Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing

Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing Chapitre 1 : Le marketing dans l entreprise et dans l économie Plan du cours - Les fondements idéologiques du marketing. - Le rôle du marketing dans l économie.

Plus en détail

Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1

Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1 Prévalence Incidence Dr. Xavier Lainé Maladie 1 A quoi ça sert?? Prévalence Connaître l importance de l affection a un instant donné Incidence Projection estimée de l importance de l affection sur l avenir

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE 2016 EEQ HEMOSTASE

NOTE TECHNIQUE 2016 EEQ HEMOSTASE 9 Rue Professeur Florence 69003 Lyon France Tél : +33 (0)4 72 65 34 90 Fax : +33 (0)4 78 85 97 77 Courriel : calculs@probioqual.com Site internet : http://probioqual.com/ Centre lyonnais pour la Promotion

Plus en détail

En savoir plus TP/INR

En savoir plus TP/INR En savoir plus TP/INR Le TP/INR est un examen de laboratoire indispensable pour la surveillance du traitement anticoagulant par un médicament de la famille des antivitamines K (AVK). EN SAVOIR PLUS CLASSIFICATION

Plus en détail

BTS : ABM. (Analyses de Biologie Médicale) Toulouse

BTS : ABM. (Analyses de Biologie Médicale) Toulouse BTS : ABM (Analyses de Biologie Médicale) Toulouse Brevet de Technicien Supérieur Analyses de Biologie Médicale en 2 ans (bac + 2) = technicien dans un domaine spécialisé : biologie appliquée aux maladies

Plus en détail

Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier. Observatoire Régional de Sécurité Routière

Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier. Observatoire Régional de Sécurité Routière Chiffres sécurité routière Bilan de 2008 à 2012 Bilan 2013 Chiffres 2014 au 31 janvier Observatoire Régional de Sécurité Routière Ministère de l Egalité des Territoires et du Logement - Ministère de l'ecologie,

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Dosage des IgE spécifiques (D. pteronyssinus, Dactyle, Soja, Alternaria) Allergie 08ALL1 Juin 2008 Edition : novembre 09 Afssaps

Plus en détail

Les biobanques pour les débutants

Les biobanques pour les débutants Les biobanques pour les débutants C Dubourg B Turlin 14 octobre 2010 CHU de Rennes Définition Collection d échantillons biologiques humains Réunion, à des fins scientifiques, de prélèvements biologiques

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

Table des retenues à la source d impôt du Québec sur le revenu

Table des retenues à la source d impôt du Québec sur le revenu Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Table des retenues à la source d impôt du Québec sur le revenu Document en vigueur le 1 er janvier 22 Table des matières Introduction... 3 A. Contenu...

Plus en détail

Terminale STG Chapitre 6 : suites arithmétiques et géométriques. Page n 1 2007 2008

Terminale STG Chapitre 6 : suites arithmétiques et géométriques. Page n 1 2007 2008 Terminale STG Chapitre 6 : suites arithmétiques et géométriques. Page n 1 Dans la vitrine du magasin de monsieur suite, on peut voir écrit : " du premier au 4 décembre 006 votre prêt à,90 % pour faire

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

Évaluation des risques

Évaluation des risques Évaluation des risques Alimentec 21/06/2012 Organisation de la prévention risques professionnels et santé au travail 79 ingénieurs et techniciens, 40 administratifs Organisation de la prévention Un organisme

Plus en détail

Planification de la Production par la méthode MRPII

Planification de la Production par la méthode MRPII Planification de la Production par la méthode MRPII Amir Kchaou Achraf Ammar ISGI Sfax Plan Introduction: 1) La notion de production : 2) Définition du système de production : 3) La fonction de production

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Dosage des médicaments - Digoxine - Lithium - Acide valproïque - Amikacine - Vancomycine - Ciclosporine Dosage des médicaments

Plus en détail

PROMACO - Conférence PF - Février 2011 1

PROMACO - Conférence PF - Février 2011 1 PROMACO - Conférence PF - Février 2011 1 PLAN DE PRESENTATION Introduction Stratégies de création de la demande Groupes cibles Thèmes de communication Communication mass media Communication de proximité

Plus en détail

L accès des ressortissants de pays tiers à la sécurité sociale et aux soins de santé en France et dans l UE

L accès des ressortissants de pays tiers à la sécurité sociale et aux soins de santé en France et dans l UE Présentation du Point de contact français du Réseau européen des migrations (REM) L accès des ressortissants de pays tiers à la sécurité sociale et aux soins de santé en France et dans l UE Paris, le 5

Plus en détail

T ES/L DEVOIR SURVEILLE 3 16 JANVIER 2015

T ES/L DEVOIR SURVEILLE 3 16 JANVIER 2015 T ES/L DEVOIR SURVEILLE 3 16 JANVIER 2015 Durée : 3h NOM : Prénom : Calculatrice autorisée «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse,

Plus en détail

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges La Châtre 15 janvier 2008 La coagulation plasmatique THROMBINE Fibrinogène Soluble Fibrine Insoluble La formation de la thrombine Facteur Tissulaire

Plus en détail

Systèmes électroacoustiques pour services de secours

Systèmes électroacoustiques pour services de secours Systèmes électroacoustiques pour services de secours Photo : aéroport de Djeddah, Arabie Saoudite Séminaire de l AEAI sur la protection incendie des 18/19 octobre 2011 Sommaire Introduction Fonctionnement

Plus en détail

LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE

LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE I. Incidences d'une mauvaise qualité dans le domaine industriel - Mise en vente de produits de mauvaise qualité. - Mécontentement des clients. - Perte de

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

TP Déformation et animation de maillages CPE

TP Déformation et animation de maillages CPE TP Déformation et animation de maillages CPE durée-6h Décembre 2009 Ce travail se scinde en deux parties. Partie 1: Introduction à la déformation de maillage(ie. expression analytique d une déformation

Plus en détail

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Conférence de presse du 9 septembre 2010 Pourquoi évaluer l état de santé? Collecte

Plus en détail

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes.

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes. www.mathsenligne.com 2N3 - FONCTION CARRE ET SECOND DEGRE COURS (1/6) CONTENUS CAPACITES ATTENDUES COMMENTAIRES Expressions algébriques Transformations d expressions algébriques en vue d une résolution

Plus en détail

Plan de l interventionl

Plan de l interventionl Plan de l interventionl Les CMR en milieu hospitalier Rôle du service de santé au travail Définitions et contexte réglementaire Où trouve t on les CMR à l hôpital? Dr Catherine VERDUN-ESQUER Service Médecine

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Coagulation plasmatique: Méthodes d exploration

Coagulation plasmatique: Méthodes d exploration Coagulation plasmatique: Méthodes d exploration Revu en août 2006 par Sébastien Lachot avec l aide de Claire Espanel et Claire Pouplard. A) L étape pré-analytique Les conditions standard de prélèvement

Plus en détail

SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE.

SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE. SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE. Mathieu KERGRESSE - Patrick HARRY - Sandrine ROUSSEAU Françoise BRACONNIER - Catherine MOREL INTRODUCTION : L'intoxication au plomb

Plus en détail

1 - Probabilités et probabilités conditionnelles. PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice

1 - Probabilités et probabilités conditionnelles. PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice Probabilités et Biostatistique 1 - Probabilités et probabilités conditionnelles Evaluation ation d'un test diagnostique PAES Faculté de Médecine P. et M. Curie V. Morice Pourquoi la biostatistique : la

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique

Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique Enquête sur la mise en place de la check-list opératoire en chirurgie orthopédique Emmanuel de Thomasson, Henri Bonfait, Christian Delaunay et Orthorisq Matériel et méthode 1971 formulaires envoyés entre

Plus en détail

2 nde CORRIGE : DEVOIR COMMUN DE

2 nde CORRIGE : DEVOIR COMMUN DE 2 nde CORRIGE : DEVOIR COMMUN DE MATHEMATIQUES Exercice 1 : (4 points) 1. Compléter le tableau à double entrée ci-dessous. Elèves vaccinés Elèves non vaccinés Total Elèves ayant eu la grippe 14 133 147

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

LES FONCTIONS LINEAIRES ET AFFINES

LES FONCTIONS LINEAIRES ET AFFINES LES FONCTIONS LINEAIRES ET AFFINES I) Les fonctions linéaires : 1) Activité: 2) Définition : Une fonction linéaire f est une fonction définie par f(x) = ax ( ou f : x ax ) où a est un nombre réel et x

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE MERCER

RÉSULTATS DU SONDAGE MERCER ATELIER SUR LES ENJEUX ET DÉFIS DES PLACEMENTS DES FONDATIONS RÉSULTATS DU SONDAGE MERCER 22 janvier 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal MERCER, chef de file mondial La force de notre

Plus en détail