Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maraîchage bio diversifié en circuits courts"

Transcription

1 fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres relevés dans le cadre d une étude de coûts de production. Les données ont été recueillies par les techniciens au cours de l appui aux producteurs. Ces données sont complétées le cas échéant à dire d experts. Typologie Compte tenu de la très grande diversité des systèmes d exploitation en maraichage, ces fiches repères reprennent une moyenne permettant de définir une typologie. Elles ne peuvent donner que quelques éléments d orientation dans la définition d un atelier légumes. Certains postes de charges tels que les taxes ou les charges MSA peuvent être sujets à variation selon le type d imposition (forfait ou réel) et selon le statut de l exploitation (exploitant à titre principal ou cotisant solidaire). Les données de ces fiches ne peuvent en aucun cas se substituer à l analyse préalable d un projet porté par un candidat d un point de vue technique et économique. 3 cas Les exploitations commercialisent en circuits courts. Nous avons retenu le nombre d années d activité pour les différencier. profil Les trois fiches suivantes décrivent uniquement l atelier maraichage d une exploitation. Cependant, de nombreuses d exploitations complètent leur activité par un autre atelier (PAM, poules pondeuses, arboriculture ). Ces fiches ne s inscrivent pas dans le cadre d une reprise d exploitation existante mais dans celui d une création. Une grande diversité de légumes est cultivée sur les exploitations : on retrouve en moyenne une quarantaine d espèces produites toute l année. La surface décrite dans les fiches est la surface cadastrale cultivée en maraîchage. Il convient la plupart du temps de la multiplier par 1.5 à 2 pour obtenir la SAU nécessaire aux différentes rotations. Les surfaces en production sont irriguées à l aide de deux types de matériel : aspersion et goutte à goutte. Les UTA (Unité de Travail Annuel) correspondent au travail effectué par une personne à temps complet durant une année. Une base de 60h par semaine sur 48 semaines, pour les chefs d exploitation et conjoints, a été retenue dans cette étude. Trois cas sont ainsi décrits : Cas 1 : une exploitation en phase de démarrage - inférieur ou égal à 3 ans d activité Cas 2 : une exploitation en développement - entre 3 et 8 ans d activité Cas 3 : une exploitation en rythme de croisière, - supérieur ou égal à 8 ans

2 CAS 1 Installation -3ans Structure d exploitation et moyens de production Surface 2ha surface cultivée 4% (soit 800m²) Pourcentage de surface sous abris Main d œuvre 1,65 UTA soit 0.82 UTA/ha soit 1 chef d exploitation de conjoint collaborateur. Type de sol Sol sans remontée d eau en hiver avec un réchauffement suffisant au printemps et une charge minimale en cailloux. matériels Traction : il est souhaitable d avoir un tracteur d une puissance minimum de 60 à 70 CV et si possible un tracteur permettant d intervenir sous abris (sans cabine). Matériel de travail du sol : charrue, Rotavator, vibroculteur. Conduite des cultures : semoir de précision manuel ou tracté, planteuse, dérouleuse à plastique, bineuse, broyeur, pulvérisateur manuel. Matériel d irrigation : aspersion et goutte à goutte. Tunnels de 5m à 9.30m. Récolte : lame souleveuse. Camionnette de livraison si vente extérieure à l exploitation et matériels de marchés (balance, étal, parasol ). Coût estimé de ce matériel (en occasion) : , amortissables sur 10 ans. Commercialisation La vente directe est majoritaire avec la prédominance de la vente par panier et à la ferme, sur les marchés et dans les magasins de détails. Certaines exploitations peuvent compléter leurs ventes auprès des grossistes. On constate en moyenne ces quatre circuits de vente différents sur les exploitations. chiffre d affaires /an (sur la base de 48 semaines de commercialisation) 710 /semaine /UTA /ha

3 Repères économiques charges opérationnelles totales 8 800, soit /ha Semences et plants : 66%, soit /ha Fertilisation : 9%, soit 396 /ha Produits de protection : 3%, soit 132 /ha Couverture de sol (paillage, voile ) : 17%, soit 748 /ha Filets anti-insectes : 4%, soit 176 /ha Emballage : 1%, soit 44 /ha charges de structure hors amortissement , soit /ha Carburants : 10%, soit 650 /ha Entretien/réparation : 9%, soit 585 /ha Achat de petit matériel : 6%, soit 390 /ha Eau/Gaz/Electricité : 7%, soit 455 /ha Location matériel : 7%, soit 455 /ha Assurances : 8%, soit 520 /ha Frais généraux (comptabilité, téléphone, courrier ) : 15%, soit 965 /ha Autres services extérieurs pour commercialisation (marché, certification) : 8 %, soit 520 /ha Taxes 4%, soit 260 /ha Charges de main d œuvre : MSA cotisations sociales des exploitants 26%, soit 1690 /ha Excédent Brut d exploitation EBE (Excédent Brut d Exploitation) - hors subvention : EBE/ha : EBE/UTA : EBE/CA : 36%

4 CAS 2 Exploitation 3-8 ans Structure d exploitation et moyens de production Surface 2ha surface cultivée 6% (soit 1200m²) Pourcentage de surface sous abris matériels Main d œuvre 1,80 UTA soit 0.90 UTA/ha soit 1 chef d exploitation de conjoint collaborateur de salarié. Type de sol Sol sans remontée d eau en hiver avec un réchauffement suffisant au printemps et une charge minimale en cailloux. En plus des matériels présents sur le CAS 1 : Tracteur d une puissance inférieure pour le travail sous tunnel Herse étrille ou désherbeur thermique Arracheuse de légumes racines Pulvérisateur porté Chambre froide et bâtiments pour le stockage des courges, légumes racines et/ou bulbes si nécessaire. Coût estimé de ce matériel supplémentaire (en occasion) , amortissables sur 10 ans Commercialisation La vente directe est majoritaire (par panier et sur les marchés à parts égales). Viennent ensuite la vente aux magasins de détail, la vente à la ferme et la restauration collective. Certaines exploitations peuvent compléter leurs ventes auprès des grossistes et des restaurateurs. On constate en moyenne trois circuits de vente différents sur les exploitations. chiffre d affaires /an (sur la base de 48 semaines de commercialisation) /semaine /ha /UTA

5 Repères économiques charges opérationnelles totales , soit /ha Semences et plants : 60%, soit /ha Fertilisation : 14%, soit 722 /ha Produits de protection : 5%, soit 258 /ha Couverture de sol (paillage, voile ) : 12%, soit 619 /ha Filets anti-insectes : 7%, soit 361 /ha Emballage : 2%, soit 103 /ha charges de structure hors amortissement , soit /ha Carburants : 7%, soit 676 /ha Entretien/réparation : 5%, soit 480 /ha Achat de petit matériel : 2%, soit 200 /ha Eau/Gaz/Electricité : 5%, soit 480 /ha Assurances : 6%, soit 580 /ha Frais généraux (comptabilité, téléphone, courrier ) : 10%, soit 970 /ha Autres services extérieurs pour commercialisation : 5 %, soit 485 /ha Taxes 3%, soit 290 /ha Charges de main d œuvre : - Main d œuvre salariale : 32%, soit /ha - MSA cotisations sociales des exploitants 25%, soit /ha Excédent Brut d exploitation EBE (Excédent Brut d Exploitation) - hors subvention : EBE/ha : EBE/UTA : EBE/CA : 38%

6 CAS 3 Exploitation 8 ans Structure d exploitation et moyens de production Surface 2,30ha surface cultivée 9% (soit 2070m²) Pourcentage de surface sous abris Main d œuvre 1,80 UTA soit 0.78 UTA/ha soit 1 chef d exploitation de conjoint collaborateur de salarié. + De la main d œuvre bénévole peut intervenir au coup par coup (stagiaire, amapien ). matériels En plus des matériels présents sur le CAS 1 et 2 : Augmentation de la surface sous abris qui passe de m² à 2 070m². Cette augmentation d environ 800 m² est estimée à Coût estimé de ce matériel supplémentaire (en occasion) : , amortissables sur 10 ans Type de sol Sol sans remontée d eau en hiver avec un réchauffement suffisant au printemps et une charge minimale en cailloux. Commercialisation La vente directe reste majoritaire mais avec une réorientation des débouchés vers les magasins spécialisés, les grossistes et les marchés au détriment des paniers. On constate en moyenne deux à trois circuits de vente différents sur les exploitations, avec une augmentation des volumes écoulés sur chaque circuit. chiffre d affaires / an (sur la base de 48 semaines de commercialisation) / semaine / ha / UTA

7 Repères économiques charges opérationnelles totales , soit /ha Semences et plants : 55%, soit /ha Fertilisation : 16%, soit 1060 /ha Produits de protection : 5%, soit 331 /ha Couverture de sol (paillage, voile ) : 12%, soit 795 /ha Filets anti-insectes : 9%, soit 596 /ha Emballage : 3%, soit 199 /ha charges de structure hors amortissement , soit /ha Carburants : 7%, soit 685 /ha Entretien/réparation : 5%, soit 489 /ha Achat de petit matériel : 1%, soit 98 /ha Eau/Gaz/Electricité : 5%, soit 489 /ha Assurances : 6%, soit 587 /ha Frais généraux (comptabilité, téléphone, courrier ) : 10%, soit 978 /ha Autres services extérieurs pour commercialisation : 5 %, soit 489 /ha Taxes 3%, soit 293 /ha Charges de main d œuvre : - Main d œuvre salariale : 33%, soit /ha - MSA cotisations sociales des exploitants 25%, soit /ha Excédent Brut d exploitation EBE (Excédent Brut d Exploitation) - hors subvention : EBE/ha : EBE/UTA : EBE/CA : 41%

8 fiche Repères 2014 Synthèse des trois fiches Surface totale en ha Surface sous abris en m² UTA rémunéré Chiffre d affaires annuel (sur la base de 48 semaines de commercialisation) Chiffre d affaires par semaine Chiffre d affaires par hectare Chiffre d affaires par UTA CAS 1 CAS 2 CAS , , , Charges opérationnelles totales Charges opérationnelles/ha Semences et plants/ha Fertilisation/ha Produits de protection/ha Couverture de sol (paillage, voile...)/ha Filets anti-insectes/ha Emballage/ha Charges de structures totales Charges de structure hors amortissement/ha Carburants/ha Entretien/réparation/ha Achat de petit matériel/ha Eau/Gaz/Electricité/ha Location matériel/ha Assurances /ha Frais généraux (comptabilité, téléphone, courrier...)/ha Autres services extérieurs pour commercialisation (marché, certification)/ha Taxes/ha Charges de main d œuvre/ha : - Charges salariales/ha - MSA chef d exploitation/ha EBE total (hors subvention) EBE/ha EBE/UTA rémunéré EBE/CA en % amortissements des matériels résultat d exploitation Rédaction Sylvie SICAIRE, conseillère légumes, Chambre d agriculture Charente. Benoit VOELTZEL, conseiller légumes, Chambre d agriculture Charente-Maritime. Relecture, compléments Stéphanie GAZEAU, MAB 16. Astrid RAGOT-JOUBERT et Jean-Pierre GOURAUD, Agrobio Poitou-Charentes. Membres du comité technique, Pôle conversion bio Poitou-Charentes.

9 Critères de réussite en maraîchage biologique La main d oeuvre Le temps de travail horaire en maraîchage est relativement élevé. On l estime en moyenne à 60h par semaine, sachant que la période d avril à septembre est la plus chargée. Pour assurer la production et la commercialisation dans des conditions satisfaisantes, il peut être nécessaire de recourir temporairement à de la main d œuvre supplémentaire. Dans les exploitations de la région, une partie de ce supplément de main d œuvre est fréquemment assurée par des bénévoles (amapiens, stagiaires,...) le sol Il faut apporter une vigilance particulière au choix des sols. Une terre maraichère de qualité est une terre qui n a pas de remontée d eau en hiver, qui a un réchauffement suffisant pour assurer la précocité au printemps. De plus il faut des parcelles permettant la culture de légumes racines, c est-à-dire avec une charge minimale en cailloux. La commercialisation l eau Selon le matériel utilisé, les cultures, et les conditions pédoclimatiques, le volume nécessaire peut varier de 1500 à 4500 m 3 /ha/an (200 mm de pluie équivaut à 2000 m 3 ). Il est souhaitable de se rapprocher de la DDT(M) ou d un technicien pour affiner le volume souhaité selon les conditions spécifiques de l exploitation. D autre part, les prélèvements en eau sont réglementés selon les territoires du Poitou-Charentes : il est indispensable de s assurer de l autorisation de prélèvement avant de finaliser son site d exploitation. La commercialisation en circuits courts nécessite un temps de travail important. Les compétences commerciales et le potentiel de clientèle de la zone de chalandise sont également déterminants. La vente directe nécessite une gamme diversifiée de légumes toute l année : cela représente de fortes contraintes de production pour un jeune installé. Une part d achat revente, et/ou de mutualisation peut permettre de simplifier la production en ayant une plus grande diversité d espèces. La production Les conditions agronomiques doivent être valorisées par une solide compétence technique pour s assurer d une production de bonne qualité, du point de vue sanitaire, de l aspect, et du calibre. La quantité produite est également déterminante.

Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Maraîchage bio diversifié en circuits courts fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres

Plus en détail

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude :

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude : Contexte de l étude : LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 civambio53@wanadoo.fr SARTHE

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Le Maraîchage dans la Drôme

Le Maraîchage dans la Drôme Le Maraîchage dans la Drôme 1. MéthodologieM 2 Méthodologie L absence d organisation de la filière maraîchage et la méconnaissance des acteurs, des types de production, des volumes, a conduit à adopter

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

I. Analyse globale de l exploitation

I. Analyse globale de l exploitation LE PAUL Sophie I. Analyse globale de l exploitation Localisation Historique Activités de l exploitation Interactions entre les productions Mode de conduite Commercialisation Atouts et contraintes II. III.

Plus en détail

LES CULTURES SOUS SERRE

LES CULTURES SOUS SERRE LES CULTURES SOUS SERRE Chiffres clés du secteur des cultures légumières Les cultures légumières ce sont : - plus de 35 espèces (à l exception des pommes de terre) - une surface totale d environ 329 000

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00 PVE 2014 Investissements matériels éligibles Zonage Enjeux Tout département Enjeux "ressource en eau" En démarche PAT Roucarié* Enjeux phytosanitaires fertilisation et érosion Hors PAT et en ZEP Taux d'aide

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois

Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois Mise en marché des fruits et légumes biologiques québécois Activité de maillage et de réflexion 3 avril 2008 Yves Dubois, consultant Ce projet a été réalisé grâce à un appui financier du Ministère de l'agriculture,

Plus en détail

Une filière, un avenir!

Une filière, un avenir! Une filière, un avenir! Edito.. La production de légume a vu sa filière en pleine mutation ces 10 dernières années grâce aux techniques et aux innovations mais aussi par la prise en compte des évolutions

Plus en détail

Fiche Technique. Petits Fruits Rouges. Septembre 2008

Fiche Technique. Petits Fruits Rouges. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Septembre 2008 Petits Fruits Rouges Filière Arboriculture Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel Sommaire Système sec 60 ha double actif Système sec 100 ha fort potentiel Système sec 150 ha fort potentiel Système sec 150 ha moyen potentiel Système sec 200 ha moyen potentiel Edition 2015 : campagne

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

Repères technico-économiques en maraîchage diversifié

Repères technico-économiques en maraîchage diversifié Repères technico-économiques en maraîchage diversifié avec le soutien de www.inpactpc.org Objet de la journée de diffusion: repères technico-économiques en maraîchage diversifié Dynamique circuits courts

Plus en détail

30% (plafond dépense éligible : 70 000 ) 30% Viticulture, cidriculture, semences, arboriculture, pépinière viticole

30% (plafond dépense éligible : 70 000 ) 30% Viticulture, cidriculture, semences, arboriculture, pépinière viticole Liste des investissements éligibles (extrait du règlement d appel à candidatures PCAE volet végétal régional du 10 avril 2015) Les taux d aide ci-dessous sont majorés pour les JA selon les conditions prévues

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail

Coopérative des jardins de la haute vallée de l Aude

Coopérative des jardins de la haute vallée de l Aude Coopérative des jardins de la haute vallée de l Aude Présentation générale de l atelier www.villorama.com La coopérative des jardins de la haute vallée de l Aude est implantée dans la commune de Couiza.

Plus en détail

VOTRE CAMPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN!

VOTRE CAMPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN! RATIOS DE GESTION VOTRE MPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN! Après avoir mis en exergue les caractéristiques intrinsèques du camping diagnostic économique, il y a lieu de quantifier objectivement les potentialités

Plus en détail

Charges de mécanisation : des marges de manœuvre nombreuses et variées

Charges de mécanisation : des marges de manœuvre nombreuses et variées Charges de mécanisation : des marges de manœuvre nombreuses et variées Thomas FACQUEUR FD CUMA 43 Chambre d Agriculture 43 1 La mécanisation dans une exploitation Le poids de la mécanisation dans les charges

Plus en détail

La conservation des légumes d hiver

La conservation des légumes d hiver La conservation des légumes d hiver L optimisation de la conservation des légumes d hiver est importante afin de limiter les pertes, étaler la commercialisation et proposer une diversité de légumes jusqu

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Ensemble de coûts directs et indirects de production et distribution par unité vendue Varie entre produits

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne

FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne FILIERE «ESCARGOTS» : Organisation et rentabilité de deux ateliers en circuits courts en Champagne-Ardenne Cette première synthèse est issue du travail mené par l ARDEAR Champagne-Ardenne dans le cadre

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Document unique IDEA diagnostic et projet d exploitation Dispositif régional d Intervention pour le Développement Economique des Entreprises Agricoles, aquacoles, de pêche et d exploitation forestière

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Régie municipale agricole et agriculture urbaine 24 novembre 2014 Gilles PEROLE Maire Adjoint Mouans-Sartoux Mouans-Sartoux 2014 Population : Surface : Espaces naturels (N +A) : Gestion des services :

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE P O M M E S D E T E R R E H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e La culture de pommes de terre en Lorraine (surface totale y compris industrielle)

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Septembre 2008 Pomme de terre Rédigée par : Nicolas MANSOURI Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Les améliorations. Contraintes de départ. Contraintes actuelles

Les améliorations. Contraintes de départ. Contraintes actuelles Les cultures 42 ha froment 13 ha betterave sucrière 15 ha pommes de terre sur terres louées à l année 20 ha de légumes 11 ha potirons comestibles 1,5 ha coloquintes 1,5 ha brocolis 1 ha chou-fleur 0,2

Plus en détail

Chef d entreprise. ADRÉA Mutuelle, spécialiste de la protection sociale collective

Chef d entreprise. ADRÉA Mutuelle, spécialiste de la protection sociale collective Chef d entreprise ADRÉA Mutuelle, spécialiste de la protection sociale collective ADRÉA MUTUELLE PARTENAIRE DE VOTRE ENTREPRISE AU QUOTIDIEN 3 e GROUPE MUTUALISTE interprofessionnel de protection santé

Plus en détail

Légumes Biologiques Sous Abris

Légumes Biologiques Sous Abris Journée Filières et Techniques Légumes Biologiques Sous Abris Mercredi 10 septembre 2014 Organisée par Initiative Bio Bretagne (IBB) en partenariat avec les Chambres d Agriculture de Bretagne IBB organisait

Plus en détail

Historique. 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009. 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo. 5 à10 paniers

Historique. 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009. 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo. 5 à10 paniers Historique 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009 5 à10 paniers 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo Définition du modèle Visites et stages Les Jardins de la Grelinette, L Abri Végétal et Val-aux-Vents

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

Historique. GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC. Choix de la Bio

Historique. GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC. Choix de la Bio GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC Alain et Pascale gèrent une exploitation de 3 hectares sur la commune de Campuac. Ils y cultivent une grande diversité

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

Fiche Technique. Semences de betterave. Septembre 2008

Fiche Technique. Semences de betterave. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Semences Septembre 2008 Semences de betterave Rédigée par : Thierry PIANETTI Chambre d Agriculture du Gard Définition La dénomination

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Axe 2 : Accompagner l émergence d activités nouvelles, soutenir le développement de projets : Appel à projets 2015 «entreprendre autrement»

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

Doré. Bernard. Fermoscopie réalisée par la Chambre d'agriculture du. Situation de la ferme dans son environnement

Doré. Bernard. Fermoscopie réalisée par la Chambre d'agriculture du. Situation de la ferme dans son environnement Situation de la ferme dans son environnement parcelle d'oignons rouleaux Bernard Doré Polyculture élevage à dominante légumes de plein champ. Tours Eure-et-Loir Eure-et-Loir [28] (28) Auvergne Auvergne

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

DAAF La Réunion. La production maraîchère à La Réunion. Hectare. dont : 1989. Source : DAAF La Réunion - Agreste - Recensement Agricole

DAAF La Réunion. La production maraîchère à La Réunion. Hectare. dont : 1989. Source : DAAF La Réunion - Agreste - Recensement Agricole Agreste La Réunion - n 81 - Janvier 2013 Numéro 81 - Janvier 2013 DAAF La Réunion La production maraîchère à La Réunion Des exploitations maraîchères dynamiques et diversifiées qui produisent tout l éventail

Plus en détail

Devenir maraîcher en Picardie

Devenir maraîcher en Picardie Devenir maraîcher en Picardie Vous envisagez une reconversion professionnelle en agriculture, Vous voulez créer, reprendre une entreprise ou vous associer, Venez tester votre projet dans un cadre sécurisé.

Plus en détail

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles Opération 4-1 D & 4-4 I Investissements productifs et non productifs environnementaux 2015-2020 liste des matériels à portée environnementale

Plus en détail

Plateforme de la Filière Automobile. Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile. Associations Régionales de l Industrie Automobile

Plateforme de la Filière Automobile. Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile. Associations Régionales de l Industrie Automobile Plateforme de la Filière Automobile Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile Associations Régionales de l Industrie Automobile ENQUETE DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE 2009/2010 Comme chaque année,

Plus en détail

Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information

Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information 1. Cadre et justification de la mesure 1.1 Base légale Article 15 du projet de Règlement du Parlement Européen

Plus en détail

Outils de développement pour des partenariats commerciaux, entre producteurs et commerce de proximité et restauration sociale

Outils de développement pour des partenariats commerciaux, entre producteurs et commerce de proximité et restauration sociale proximité et restauration proximité et restauration Projet déposé par le GAB 44 pour Accès Réagis Signature d une convention de partenariat entre : Accès Réagis : développement et économie de proximité

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance 1 S Le tableau de bord du PDM p 3 Résorption des rejets diffus Evolution des ventes de produits phytosanitaires p 6 Suivi du Plan végétal pour l environnement p 7 Contractualisation des mesures agri environnementales

Plus en détail

Approche du coût de revient

Approche du coût de revient Approche du coût de revient dans le transport routier de marchandises, pour une part transposable dans d autres activités. Le coût de revient d une prestation est la somme des dépenses engagées et des

Plus en détail

Convention financière 2007 Valorisation et élimination des déchets agricoles

Convention financière 2007 Valorisation et élimination des déchets agricoles Annexe 1 à la délibération 31 Convention financière 2007 Valorisation et élimination des déchets agricoles Entre Le Président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales agissant au nom et pour le compte

Plus en détail

Description d un système de production

Description d un système de production Edition 2013 : campagne 2011 et conjoncture 2012 Description d un système de production Les systèmes de production décrits dans ce dossier sont présentés de manière identique sous forme de cas types. Chaque

Plus en détail

L'introduction de produits bio en restauration collective. Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio

L'introduction de produits bio en restauration collective. Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio L'introduction de produits bio en restauration collective Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio Avant propos Produits bio et/ou locaux? - En cas d offre de produits bio insuffisante

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC

DOSSIER DE PRESSE. Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC Acteur du territoire varois depuis 1946 VITICULTURE HORTICULTURE MARAICHAGE PAYSAGE MOTOCULTURE GRAND PUBLIC CONTACT PRESSE Manon FERNAND 07.82.50.27.14 communication@jardica.com SOMMAIRE NOTRE HISTOIRE.

Plus en détail

COMMERCE BIO SOMMAIRE

COMMERCE BIO SOMMAIRE COMMERCE BIO SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE BIO... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE BIO... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE BIO... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE BIO... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

Annexes Définition des variables présentées

Annexes Définition des variables présentées 72 Chiffre d affaires Somme des produits sur ventes, travaux à façon, activités annexes, produits résiduels, pensions d animaux, terres louées prêtes à semer, agritourisme, autres locations. Classe de

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

La méthanisation agricole, une opportunité à saisir!

La méthanisation agricole, une opportunité à saisir! La méthanisation agricole, une opportunité à saisir! Instabilité des prix du marché, nouveaux projet PAC 20142020, baisse des revenus Face à tous ces constats, les exploitations agricoles cherchent à se

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise?

Comment valoriser une entreprise? Comment valoriser une entreprise? Les patrons de PME françaises ont en général peu d idées de ce que vaut leur entreprise, ou alors des idées approximatives voir fausses. Ils ne se poseront la question

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- Le Conseil des Collectivités Territoriales -------- LE PRESIDENT --------- APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES

Plus en détail

Le miscanthus, une diversification pour l agriculteur? Foire de Libramont 25 juillet 2014

Le miscanthus, une diversification pour l agriculteur? Foire de Libramont 25 juillet 2014 Le miscanthus, une diversification pour l agriculteur? Foire de Libramont 25 juillet 2014 Plan de l exposé Présentation de ValBiom Le miscanthus, pour quoi faire? Le miscanthus comme combustible Le miscanthus

Plus en détail

GAEC LES JARDINS DU TEMPLE

GAEC LES JARDINS DU TEMPLE GAEC LES JARDINS DU TEMPLE Présentation 01 UNE AGRICULTURE DE GROUPE IMPLIQUÉE DANS LE DÉVELOPPEMENT LOCAL Présentation 01 RIGUEUR ET COMPLEMENTARITÉ POUR QUELQUES RÉSULTATS Présentation 01 MAIS AUSSI

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION/REPRISE BGE LITTORAL OPALE. Votre projet de création : Présenté par :

DOSSIER DE CREATION/REPRISE BGE LITTORAL OPALE. Votre projet de création : Présenté par : Votre projet de création : Présenté par : PRESENTATION DU PORTEUR DE PROJET Identité Titre : Nom - Prénom : Adresse : Date de naissance : Lieu de naissance : Téléphone : Mail : Profil personnel Situation

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41)

Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41) Thème Territoire Fiche-bonne pratique Sol Blois Référence : 41_S_01 Date : janvier 2013 Espace-test maraichage bio Les Prés d'amont (41) http://www.centre.developpement-durable.gouv.fr/ 1 Historique/Contexte

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-40 du 27 mars 2013 relative à la prise de contrôle conjoint de deux fonds de commerce d articles de bricolage par les sociétés La Boîte à Outils SAS et Mr. Bricolage

Plus en détail

LA FARLEDE / INAUGURATION DES NOUVEAUX LOCAUX / PÔLE AGROALIMENTAIRE DE LA FARLÈDE

LA FARLEDE / INAUGURATION DES NOUVEAUX LOCAUX / PÔLE AGROALIMENTAIRE DE LA FARLÈDE LA FARLEDE / INAUGURATION DES NOUVEAUX LOCAUX / PÔLE AGROALIMENTAIRE DE LA FARLÈDE LA FARLEDE / Implantée à La Farlède, TerreAzur Côte d Azur est aujourd hui un acteur majeur de la région PACA dans la

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE REGIONALE

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE REGIONALE DOSSIER DE DEMANDE D AIDE REGIONALE CONSTRUCTION ET EQUIPEMENT DE SERRES ET PLATE-FORMES PEPINIERES HORS SOL ACQUISITION DE MATERIELS DE CULTURE PEPINIERE - HORTICULTURE - BULBICULTURE La date de début

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

MANGER BIO LIMOUSIN Du bio et local en restauration collective

MANGER BIO LIMOUSIN Du bio et local en restauration collective MANGER BIO LIMOUSIN Du bio et local en restauration collective Un projet régional Plateforme régionale d approvisionnement de produits bio locaux en restauration collective Centralise commande, logistique

Plus en détail

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat Le compte de résultat est un document comptable qui permet de savoir si les recettes de l entreprise (les produits) ont permis de faire face

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Dispositions générales Obligatoire pour la production, la transformation et la commercialisation des produits végétaux et animaux ( sauf aquaculture ) issus

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Baccalauréat professionnel COMMERCE

Baccalauréat professionnel COMMERCE Le guide du tuteur année terminale Préparer l évaluation Les situations d évaluation L action de promotion / animation Les documents d évaluation Guide du tuteur Bac Pro Commerce Page 1 Préparer l évaluation

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact :

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact : RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «CREATION D UNE EPICERIE SOLIDAIRE INTERCOMMUNALE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté d Agglomération du Pays Voironnais Maîtrise

Plus en détail

Régime d assurance pour les fraises

Régime d assurance pour les fraises Assurance-production Aperçu du régime Fraises Régime d assurance pour les fraises Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir sur la protection de vos cultures de fraises grâce

Plus en détail

Conception d une fromagerie/chèvrerie

Conception d une fromagerie/chèvrerie Conception d une fromagerie/chèvrerie Christophe BEALU CA79 Agnès CHABANON - FRESYCA CAPRINOV 27 novembre 2012 Sommaire 1 Conception générale 2 Plan fromagerie 3 Plan chèvrerie/fromagerie 4 Règlementation

Plus en détail

Appel à projet Pépinières d Exploitations Maraîchères Bio. Cahier des Charges

Appel à projet Pépinières d Exploitations Maraîchères Bio. Cahier des Charges Appel à projet Pépinières d Exploitations Maraîchères Bio Cahier des Charges la Communauté d Agglomération du Pays de Romans (CAPR) : Créée en Décembre 1997, la CAPR couvre aujourd hui 21 communes et a

Plus en détail

COMMERCE AUTOMOBILE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

COMMERCE AUTOMOBILE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 COMMERCE AUTOMOBILE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE AUTOMOBILE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE AUTOMOBILE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE AUTOMOBILE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE AUTOMOBILE...

Plus en détail

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs GAL : Thur Doller Région : Alsace - 68 Priorité ciblée : La valorisation économique des patrimoines : un nouveau modèle pour le territoire Contact

Plus en détail

STATUTS GENERAUX DE DEPLACEMENT

STATUTS GENERAUX DE DEPLACEMENT STATUTS GENERAUX DE DEPLACEMENT Mise à jour : 24/05/2007 Nbre de pages : 10 Nom du Responsable : Jacques REBEYRAT Visa : Fonction : Président Directeur Général SOMMAIRE OBJET 3 DOCUMENTS LEGISLATIFS DE

Plus en détail

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION TREMPLIN Juin 2011 Présentation du déroulement du stage Chaque partie est sous la responsabilité d un animateur et comprend des périodes de cours, des périodes de

Plus en détail

ANIMALERIE ET LA GRAINETERIE

ANIMALERIE ET LA GRAINETERIE ANIMALERIE ET LA GRAINETERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ANIMALERIE ET LA GRAINETERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ANIMALERIE ET LA GRAINETERIE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ANIMALERIE ET LA GRAINETERIE... 8 LES POINTS

Plus en détail

Usage Les filets anti-insectes peuvent être posés à même les structures de serres, tunnels ainsi que sur certains modèles de grands tunnels.

Usage Les filets anti-insectes peuvent être posés à même les structures de serres, tunnels ainsi que sur certains modèles de grands tunnels. Les filets anti-insectes ou comment garder les insectes à distance de vos légumes Christine Villeneuve Conseillère en horticulture maraîchère Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation

Plus en détail

Réunion de présentation

Réunion de présentation Réunion d information Cahier des charges études A.A.C. Conseil Général de l Yonne, le 23 septembre 2013 SAtep Réunion de présentation Phase 2 à 4 de l étude De l étude de l occupation des sols à l évaluation

Plus en détail

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole 1 LES ACTEURS Saint-Etienne Métropole Nicolas QUITTARD, chargé de mission agriculture Chambre d agriculture de la Loire

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE Fonctionnement de la base de données sur les variétés disponibles en semences issues du mode de production biologique Synthèse annuelle des dérogations accordées En

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE P O U L E S P O N D E U S E S H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e 55 57 CONTEXTE LORRAIN 10 54 9 19 De petites unités de quelques centaines

Plus en détail

Traject ires. Références Techniques Grandes Cultures. Travail sans labour. Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques?

Traject ires. Références Techniques Grandes Cultures. Travail sans labour. Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques? Traject ires Références Techniques Grandes Cultures Travail sans labour Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques? Juin 29 Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Trajectoires

Plus en détail