TRAVAUX PRATIQUES N O 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAVAUX PRATIQUES N O 1"

Transcription

1 FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAUX PRATIQUES N O 1 Introduction aux produits dérivés Par : GHLAM Karim Professeur responsable : MORESINO Francesco Assistant : RIBON Stéphane Genève, Haute École de Gestion de Genève (HEG-GE) Filière d économie d entreprise en emploi, option majeure en Finance & Risk Management

2 FINANCE & RISK MANAGEMENT Table des matières 1. Qu est-ce un FRA? Qu'est-ce un ABS? Un MBS? Et un CDO? Trouvez le produit dérivé le plus «exotique» Faites l exercice 1 (pages 48-49) Qu est-ce qu un CDS? Bibliographie... 12

3 1. Qu est-ce un FRA? 1.1. Principes de base Le terme FRA est l acronyme de Forward Rate Agreement ou en français, Accords de Taux Futurs qui ont été imaginés par les acteurs financiers (banques) pour répondre à un besoin de souplesse et de flexibilité que les contrats futurs n offraient pas. Ainsi, le FRA est un instrument financier de garanti de taux qui est utilisé dans le cadre d un accord sur le taux d intérêt qui aura lieu dans le futur. En résumé, c est un contrat dans lequel on fixe le taux d intérêt (pour un emprunt ou un prêt) aujourd hui, mais dont l opération aura lieu à une date ultérieure bien définie. Ce contrat ressemble aux futures, mais demeure plus simplifié et moins liquide (chaque contrat est unique/spécifique i.e. pas standardisé). Grâce aux FRA, il est possible de bénéficier d un taux garanti dans le futur. C est-à-dire que le FRA fixe un taux, qu on appellera le taux négocié. Celui-ci sera comparé au taux du marché qui dans la plupart des cas, est le taux LIBOR ou l EURIBOR. Cette différence d intérêt entre le taux du contrat et le taux du marché sera échangée entre les deux parties (BtB ou banque à client). C est pourquoi, la mise en place d un contrat de FRA n impactera les limites de la banque que d une fraction du montant notionnel (variable selon les établissements). Enfin, ce type de transaction n impacte pas le bilan de la banque Plus de détail Le FRA est négocié sur le marché OTC et demeure utilisé lorsqu un acteur cherche à se couvrir contre une hausse du taux (emprunteur) et sera donc un acheteur de FRA alors que le vendeur cherchera à se prémunir contre une baisse de taux (prêteur). Le FRA comporte deux périodes bien distinctes, la période d attente et la période garantie. Durant la première période dite «d attente», les contractants ne peuvent que voir la variation du taux d intérêt du marché. Il n y a donc pas d échange. L une ou l autre des contreparties peut déboucler ou non son opération. Karim GHLAM 2/12

4 Ensuite, dans la deuxième période dite «garantie» les échanges commencent. Si le taux du marché est supérieur au taux négocié, alors, c est l acheteur (donc l emprunteur) qui paye la différence (en valeur actualisée) entre ces deux taux. Si, au contraire, le taux négocié est supérieur au taux du marché, alors, c est le vendeur (donc le prêteur) qui paye la différence (en valeur actualisée) en tenant compte de l échéance fixée. Le taux d un FRA est donc bien un taux dit «In Fine» qui simplifie grandement les comparaisons et calculs vis-à-vis des taux de dépôt classiques. Ci-dessous une illustration de la structure d un FRA et du versement du différentiel d intérêt. Par exemple, un taux de 6 mois dans 3 mois. On dira 3 contre 9. Enfin, le différentiel d intérêt mentionné ci-dessus se calcule grâce à la formule suivante : MN = montant nominal TR = taux du marché (LIBOR) T = taux du contrat DD = date du début de la période de garantie DF = date de la fin de la période de garantie Karim GHLAM 3/12

5 2. Qu est-ce un ABS? Un MBS? Et un CDO? 2.1. Principes de base d un ABS Le terme ABS est le diminutif pour Asset Backed Securities qui signifie en français «Titres Adossés à des actifs» créés dans le cadre de la titrisation expliquée ci-dessous. Ainsi, un ABS est une valeur mobilière dont les flux sont basés sur ceux d un actif ou de plusieurs actifs (pool/portefeuille) qui ont été titrisés, par exemple des créances d étudiants, de cartes de crédit, commerciales, hypothécaires, d actifs mobiliers ou immobiliers, etc Plus en détail Les ABS sont émis par une structure/société ad hoc, le Special Purpose Vehicle (SPV) qui est constitué dans le cadre de la titrisation. La titrisation est un procédé financier qui consiste à transformer des actifs peu ou pas liquides en valeurs mobilières facilement négociables (obligations). Ainsi, le but de ces SPV est de permettre à un institut financier, d une part, d améliorer la liquidité de son bilan et, d autre part, de transférer les risques liés à des actifs (créances hypothécaires, crédits bancaires aux entreprises, créances commerciales, prêts automobiles, etc.) dont il ne souhaite plus être exposé. C est pourquoi, l institut financier vend/cède lesdits actifs au SPV (entité intermédiaire) qui finance cette acquisition par l émission de titres adossés à ces actifs (ABS) qui lui permettront de payer le prix d achat demandé par la banque. Ainsi, les acquéreurs (investisseurs) des titres ABS, qui représentent la valeur totale du portefeuille de créances titrisées par le SPV, percevront les intérêts et le remboursement des créances à travers le temps, si la capacité financière des emprunteurs constituant l actif du SPV reste effective. Cette ingénierie financière engendre donc une asymétrie d informations relatives aux risques de contreparties et de liquidités de l emprunteur final qui ont échappés aux agences de notations et qui explique la crise des subprimes. Notons encore qu il existe 3 catégories principales d ABS que sont les titres adossés aux papiers commerciaux (Asset Backed Commercial Paper ABCP), les titres adossés aux hypothèques (Mortgage Backed Securities MBS) et les titres adossés aux dettes (Collateralised Debt Obligations CDO). Karim GHLAM 4/12

6 2.3. Principes de base d un MBS Le terme MBS signifie Mortgage Backed Securities. C est un titre adossé à une ou plusieurs créances hypothécaires qui fonctionne comme un ABS. Le MBS représente une partie de plusieurs créances hypothécaires et bénéficie donc d une diversification importante qui dépend de la qualité et du faible risque de défaut des créanciers hypothécaires. En effet, plus la qualité des sous-jacents (créances hypothécaires) est bonne, plus la classification du rating du MBS sera élevée pour un rapport rendement/risque appréciable Plus en détail Le MBS est garanti par les cash flows des créances hypothécaires représentée par l annuité hypothécaire, composée du remboursement du principal et du paiement des intérêts hypothécaires et ainsi que par les biens immobiliers qui sont nantis en faveur de l émetteur du MBS. L investisseur perçoit l intérêt MBS, qui est plus ou moins important en fonction du rating qui a été attribué au portefeuille de créance par les agences de notations selon la catégorie du groupe d emprunteurs hypothécaires. Ce sont les flux générés par les créanciers hypothécaires qui versent mensuellement leurs annuités qui constituent l intérêt MBS. Les MBS se subdivisent en 2 catégories que sont le Commercial Mortgage Backed Securities (CMBS) qui est un titre adossé aux crédits hypothécaires commerciaux et le Residential Mortgage Backed Securities (RMBS) qui est un titre aux crédits hypothécaires résidentiels Principes de base d un CDO Le terme CDO signifie Collateralised Debt Obligation. C est un titre adossé à de la dette obligataire et/ou bancaire qui fonctionne comme un titre ABS. Le CDO est émis par un SPV sur la base du portefeuille d actifs qu il a acquis auprès d un institut financier. Lors de l émission des CODs, ceux-ci peuvent être divisés en plusieurs tranches de risque avec des ratings et des taux de rendements différents. Ainsi, plus le CDO demeure risqué, plus le taux de rendement sera important et plus la notation sera faible. C est ensuite à l investisseur de choisir dans quelle tranche il souhaite investir et ceci en fonction de son aversion au risque. Karim GHLAM 5/12

7 2.6. Plus en détail Il est important de mentionné les différentes tranches de CDO qui correspondent chacune à un profil bien précis. La 1 ère tranche dite «Senior» est la plus conservatrice «sûre» qui est notée «AAA» par les agences de notation. En effet, en cas de défaut, les investisseurs de la tranche «Senior» seront remboursés avec la tranche «Actions» et «Mezzanine» du passif du SPV (société ad hoc). La 2 ème tranche dite «Mezzanine» demeure un peu plus risquée que la 1 ère tranche et est noté «BBB» par les agences de notation. Cette différence occasionne donc un rendement plus élevé. La 3 ème tranche dite «Equity ou Junior» est très risquée, mais offre un rendement très élevé. Ci-dessous une illustration du processus de titrisation CDO : Karim GHLAM 6/12

8 3. Trouvez le produit dérivé le plus «exotique». Je considère que le produit dérivé Rainbow Options est l un des plus exotique de sa catégorie. Le principe de l option Rainbow est qu elle a plusieurs actifs sous-jacents. Par exemple, une option put (Rainbow) peut spécifier qu il y a l option de livrer un actif parmi plusieurs différents titres définis. Clairement, si le prix d exercice (strike) est le même pour chaque actif spécifié et si l investisseur décide d exercer l option de vendre (option put), il choisira de livrer l actif avec le prix actuel le plus bas. Ainsi, s il y a 2 actifs spécifiés et que leur prix soit de S 1 et S 2, alors la valeur intrinsèque de l option put est : La fixation du prix de l option est donc influencée par les différents titres sous-jacents, ce qui rend son utilisation intéressant et stratégique. L option Rainbow offre donc des opportunités de spéculations et de gains intéressantes. Karim GHLAM 7/12

9 4. Faites l exercice 1 (pages 48-49) 4.1. Mise en situation Premièrement, j ai fait le tableau suivant pour avoir une vue d ensemble des flux reçus et payés par la banque. Date Taux d'intérêt débiteur des prêts hypothécaires Taux Fixe Taux d'intérêt créditeur des comptes épargne LIBOR LIBOR 12 mois moins 12 mois 10BP La banque paie La banque reçoit Le gain de la banque Flux variable Flux Fixe Différence 1 an 3.0% 1.5% 1.4% CHF 350' CHF 750' CHF 400' ans 3.0% 1.9% 1.8% CHF 450' CHF 750' CHF 300' ans 3.0% 2.1% 2.0% CHF 500' CHF 750' CHF 250' ans 3.0% 2.3% 2.2% CHF 550' CHF 750' CHF 200' ans 3.0% 2.5% 2.4% CHF 600' CHF 750' CHF 150' Ainsi, le calcul des flux variables se base sur le LIBOR moins 10BP de chaque échéance que j ai multiplié avec les 25 millions indiqués dans l énoncé (sommes des prêts et de l épargne). Puis, le calcul des flux fixes se base sur le taux de 3% que j ai multiplié aux 25 millions. Ainsi, on obtient les colonnes des flux variables et fixes. La différence de ces flux indique le gain pour la banque entre les fonds prêtés et les fonds empruntés aux épargnants. Je constate que ce gain annuel diminue année après année car le taux variable payé (Libor 12 mois moins 10BP) augmente. C est donc un risque pour la banque que le taux variable atteigne voir dépasse le taux fixe. C est pourquoi, le risk manager doit couvrir la banque contre une hausse des taux par le biais d un swap sur taux qui paraît être la meilleure solution dans ce cas précis Evaluation du swap sur taux d intérêt Calcul de la jambe variable : Karim GHLAM 8/12

10 (25'350'000.00/(1.015)^1) - (25'000'000.00/(1.025)^5) = 2'879' Calcul de la jambe fixe : L évaluation de la jambe fixe se fait par le biais de la VAN : ( /(1.015)^1) + ( /(1.019)^2) + ( /(1.021)^3) + ( /(1.023)^4) + ( /(1.025)^5 = 3'513' En conclusion, la valeur de ce swap est de CHF 634' (CHF 3'513' CHF 2'879'012.27) Calcul du taux du swap sur taux d intérêt Le prix est équitable si la valeur de la jambe fixe est égale à la valeur de la jambe variable. Calcul de la jambe variable : (101,5/(1.015)^1) - (100/(1.025)^5) = Calcul de la jambe fixe : (100*x/(1.015)^1) + (100*x/(1.019)^2) + (100*x/(1.021)^3) + (100*x/(1.023)^4) + (100*x/(1.025)^5 = 468,47 donc 468 x En isolant x, le prix/taux équitable est de : 468 x = donc x = =2.48%, mais il faut encore diminuer les 10BP, donc le taux final est de 2.38%. Karim GHLAM 9/12

11 Ci-dessous le schéma illustre les transactions liées au swap. Après ces différents calculs, on peut constater que la partie gauche du schéma demeure encore rentable car les flux entrant fixé à 3% sont plus élevés que les flux sortant variables. La banque pourrait trouver une contrepartie grâce au swap. Si le risk manager prévoit une hausse de taux, alors ce swap convient tout à fait. On peut le voir dans la partie droite du schéma. La banque pourrait payer un taux fixe de 2.38% à une contrepartie. Celle-ci, pourrait payer un taux libor, qui représenterait la partie variable. Cela impliquerait que tant que les taux augmentent (et sont supérieurs à 2,38%), la banque serait gagnante. D ailleurs, on peut constater que si elle avait pu le passer en année 4 pour l année 5, la banque aurait déjà été gagnante étant donné que le taux du swap (2,38% sortant fixe) est moins élevé que la partie variable entrante, indexée au libor qui se monte à 2,5%. En conclusion, tant que les taux sont supérieurs à 2,38%, la banque est couverte contre la hausse des taux. Il convient donc de passer ce swap. De plus, comme vu en cours, nous avons bien une fois le libor en flux entrant et une fois en flux sortant, mais c est le même cas pour les parties fixes (une fois entrantes 3% et une autre fois sortantes 2,38%). Par contre, il faut tout de même prendre en considération le fait que si la banque s est trompée et que les taux baissent au lieu de monter, la banque sera perdante. En effet, cela indiquerai que le flux fixes sortants se monteraient à 2,38%, le flux variable pourrait être de 2,3% (comme pour l année 4) et de cette manière la banque serait perdante. Mais au vue de la courbe des taux, les prévisions haussières paraissent plus pertinentes et justifiées que les prévisions baissières. Karim GHLAM 10/12

12 5. Qu est-ce qu un CDS? 5.1. Principes de base d un CDS Le terme CDS signifie Credit Default SwapLe Credit Default Swap plus communément appelé CDS est un produit dérivé qui est utilisé comme technique externe de couverture. Ainsi, il permet de transférer le risque de crédit ou l'exposition crédit des produits obligataires entre contreparties. En effet, le CDS est souvent utilisé par les asset managers de fonds de placement en obligations pour se protéger ou compenser une perte de cours de l obligation sous-jacentes qu ils détiennent dans leurs portefeuilles Plus en détail En pratique, le CDS correspond à un contrat dérivé de crédit pour lequel l'acheteur (investisseur) paye au vendeur (habituellement un broker) une prime jusqu'à l'échéance du contrat selon l'évolution du sous-jacent (cours obligataire) afin de s'assurer/se couvrir/se protéger en cas de défaut de l'émetteur dudit titre de créances (obligation). Les CDS sont traités sur le marché OTC et sont librement échangeables entre les différents acteurs du marché. Leurs prix est directement dépendant de l évolution du sous-jacent. Ainsi, si le prix du sous-jacent baisse pour x y raisons, alors le prix/cours du CDS augmentera et inversement, si le prix du sous-jacent augment. L émetteur du CDS (vendeur) s'engage à racheter/acheter le titre sous-jacent à un prix déterminé par avance en cas de défaut/faillite de l émetteur du titre de créances (obligation) et ceci contre paiement du prix d achat qu il aura préalablement défini. La décision de savoir si un défaut d un créancier obligataire, dont les obligations sont le sous-jacent d un CDS, intervient ou non, est déterminé par un comité de 15 membres provenant des plus grandes banques. Ce comité de détermination fait partie de «the International Swaps and Derivatives Association». Le CDS peut également être un outil de spéculation sur le défaut probable ou attendu d'une tierce partie sans pour autant constitué une protection d un titre obligataire détenu par un investisseur. Karim GHLAM 11/12

13 6. Bibliographie THE HANDBOOK OF FINANCIAL INSTRUMENTS, Fabozzi, Frank J., 2002 Tout savoir sur les produits structurés 3 e édition, Vedeilhié, Robert, 2007 Les sûretés sur les marchés financiers, Praicheux, Sébastien, 2004 Cours Finance & Risk Management, Francesco Moresino, 2012 Formation d Asset Management à l UBS, Cours de Madame Beiner, 2010 FIN FINANCIAL INSTRUMENTS, SPRING 2008 Bloomberg. U.S. Corporate Credit Swaps Climb as Business Activity Shrinks, by Peter Rawlings. September 28, :53 PM EDT. consulté le Karim GHLAM 12/12

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes :

La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes : La technique de la titrisation La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes : Le pooling : l assemblage par une institution financière d un portefeuille composé

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

VOTRE UNIVERS DE SERVICES FINANCIERS

VOTRE UNIVERS DE SERVICES FINANCIERS DÉRIVÉS DE CRÉDIT : QUELLE UTILISATION? QUANTS N 40 Vivien Brunel Pierre de La Noue VOTRE UNIVERS DE SERVICES FINANCIERS QUANTS N 40 DERIVES DE CRÉDIT : QUELLE UTILISATION? Vivien Brunel 1 Pierre de La

Plus en détail

Gestion des risques financiers 4 ème année ESCE. Chapitre 4

Gestion des risques financiers 4 ème année ESCE. Chapitre 4 Gestion des risques financiers 4 ème année ESCE Chapitre 4 1) et entrent dans un swap de taux plain vanilla le 5 septembre 2009 pour une durée de deux ans où s engage à payer à le taux de 2% par an (en

Plus en détail

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement.

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement. Umbruch franz. 30.8.2006 16:06 Uhr Seite 183 Instruments financiers dérivés La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou

Plus en détail

Produits financiers dérivés. Octobre 2007

Produits financiers dérivés. Octobre 2007 Produits financiers dérivés Octobre 2007 Plan Généralités sur les produits dérivés Les contrats Forward Les contrats Futures Les swaps Les options «plain vanilla» Les options exotiques Page 2 Généralités

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un fonds à formule? Document non contractuel

Qu'est-ce qu'un fonds à formule? Document non contractuel Qu'est-ce qu'un fonds à formule? THESAURUS 2013 Tous droits de CONFIDENTIEL reproduction réservés Obligation Options 100% Capital garanti Performance 1- Qu est-ce qu un fonds à formule «Un fonds à formule

Plus en détail

Les options classiques

Les options classiques Les options classiques Les options classiques Options sur futures court terme et long terme Mécanismes et Utilisations Valorisation Sensibilités Options sur marché OTC CAP/FLOOR Swaptions Options sur obligations

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Dès le début des années 2000, les transferts

Dès le début des années 2000, les transferts 38-43 DriveBisCor.qxd 17/07/13 10:57 Page 38 SAVOIRS par Dominique Beudin Les dérives des dérivés de crédit Les produits dérivés permettent de transférer les risques de certaines opérations financières.

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

2Q 2009 Informations financières spécifiques Selon les recommandations du Forum de Stabilité Financière

2Q 2009 Informations financières spécifiques Selon les recommandations du Forum de Stabilité Financière Dexia Crédit Local 2Q 2009 Informations financières spécifiques Selon les recommandations du Forum de Stabilité Financière 27 août 2009 Dexia Crédit Local Dexia Crédit Local (incluant Financial Products)

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

SWISS LIFE FUNDS (F) RENDEMENT

SWISS LIFE FUNDS (F) RENDEMENT SWISS LIFE FUNDS (F) RENDEMENT Fonds commun de placement Conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE Société de gestion SWISS LIFE ASSET MANAGEMENT (France) 86, boulevard Haussmann 75008 PARIS

Plus en détail

GLOSSAIRE .../... BANQUE DE FRANCE DOCUMENTS ET DÉBATS N 3 DÉCEMBRE 2009 143

GLOSSAIRE .../... BANQUE DE FRANCE DOCUMENTS ET DÉBATS N 3 DÉCEMBRE 2009 143 ABCP (asset-backed commercial paper ou billet de trésorerie adossé à des actifs) Titre de créance négociable dont le paiement des intérêts et du principal provient des fl ux de trésorerie d un portefeuille

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Marché des Credit Default Swaps (CDS) et Crise Financière : Bilan et Perspectives

Marché des Credit Default Swaps (CDS) et Crise Financière : Bilan et Perspectives Marché des Credit Default Swaps (CDS) et Crise Financière : Bilan et Perspectives Nizar Atrissi - Maître de Conférences à la FGM François Mezher - Etudiant (Master Actifs Financiers) à la FGM 1. Introduction

Plus en détail

Titrisation Analyse économique et financière

Titrisation Analyse économique et financière 1 Titrisation Analyse économique et financière Les premières opérations de titrisation furent réalisées aux Etats-Unis au début de la décennie 1970 par la Federal National Mortgage Association (Fannie

Plus en détail

Les CDOs : Instruments de Diversification de Portefeuille Ou Nouveau Risque Financier? 1er JUIN 2006

Les CDOs : Instruments de Diversification de Portefeuille Ou Nouveau Risque Financier? 1er JUIN 2006 Les CDOs : Instruments de Diversification de Portefeuille Ou Nouveau Risque Financier? 1er JUIN 2006 SOMMAIRE CARTOGRAPHIE & MECANISMES DES CDOs DES RISQUES SPECIFIQUES ENCORE MALAISES A MAITRISER VALORISATION

Plus en détail

Présentation Salle des marchés. Centrale Lille Octobre 2007. Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés

Présentation Salle des marchés. Centrale Lille Octobre 2007. Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés Présentation Salle des marchés Centrale Lille Octobre 2007 Contacts: Matthieu MONLUN Responsable de la salle des marchés Jérôme CHANE Sales Fixed Income Tel: 03.20.57.50.00 Email: prenom.nom@calyon.com

Plus en détail

Les Obligations Convertibles (introduction)

Les Obligations Convertibles (introduction) TROISIEME PARTIE Les Obligations Convertibles (introduction) Avril 2011 Licence Paris Dauphine 2011 Sommaire LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES Sect 1 Présentation, définitions Sect 2 Eléments d analyse et typologie

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes SG MONETAIRE EURO PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : DENOMINATION : SG MONETAIRE EURO FORME JURIDIQUE : SICAV de droit français COMPARTIMENTS/NOURRICIER

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 :

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Sony» sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Sony» Dans l environnement actuel caractérisé par

Plus en détail

Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés

Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés Septembre 2007 Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Les produits structurés après la crise Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Sommaire Introduction Besoins en placement: un peu d histoire Les produits structurés Fonctionnement Le zéro

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

L évaluation des obligations

L évaluation des obligations Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan du chapitre 8 8.1. Flux monétaires, prix et rentabilité des obligations Caractéristiques générales des obligations Obligations zéro-coupon Obligations couponnées

Plus en détail

Options, Futures, Parité call put

Options, Futures, Parité call put Département de Mathématiques TD Finance / Mathématiques Financières Options, Futures, Parité call put Exercice 1 Quelle est la différence entre (a) prendre une position longue sur un forward avec un prix

Plus en détail

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Owen Williams Grenoble Ecole de Management Accréditations > 2 Introduction Une option donne au détenteur le droit de faire quelque chose dans

Plus en détail

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 : mathématiques et statistiques...

Plus en détail

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées Les Swaps 1 Définition Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées 2 Définitions Il y a deux types de swaps de taux : Les swaps de taux

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/18 - Le traitement comptable du swap de taux d intérêt (Interest Rate Swap) Avis du 5 octobre 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/18 - Le traitement comptable du swap de taux d intérêt (Interest Rate Swap) Avis du 5 octobre 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/18 - Le traitement comptable du swap de taux d intérêt (Interest Rate Swap) Avis du 5 octobre 2011 I. Introduction la Commission a décidé de compléter l avis

Plus en détail

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Gestion financière internationale GSF-2104 Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Introduction Partie 1 : les produits financiers des marchés des changes (chapitre

Plus en détail

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES l'ensemble de ces sujets de formations ont été construits sur mesure à la demande de nos clients SOMMAIRE LES MARCHÉS 3 LES MARCHÉS FINANCIERS NIVEAU 1 4 LES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

HEC MONTRÉAL. Modèles et méthodes de calcul pour la valorisation d'un CDO synthétique. par Elie Elkhal. Sciences de la gestion (Ingénierie financière)

HEC MONTRÉAL. Modèles et méthodes de calcul pour la valorisation d'un CDO synthétique. par Elie Elkhal. Sciences de la gestion (Ingénierie financière) HEC MONTRÉAL Modèles et méthodes de calcul pour la valorisation d'un CDO synthétique par Elie Elkhal Sciences de la gestion (Ingénierie financière) Mémoire présenté en vue de l'obtention du grade de maîtrise

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

LES PRODUITS STRUCTURÉS

LES PRODUITS STRUCTURÉS DécryptEco LES PRODUITS STRUCTURÉS DE LA CONCEPTION À L UTILISATION Nicolas Commerot Responsable offre de marché et négociation SG Private Banking, Pierre Von Pine Directeur marketing Produits structurés

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Swap et Swap vanille 2 / 9

Swap et Swap vanille 2 / 9 Les SWAPs 1 / 9 Swap et Swap vanille Définition Un swap est un accord entre deux entreprises pour échanger des flux de trésorerie dans le futur. Cet accord définit les dates auxquelles ces flux (ou cash-flows)

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Corrigé des exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Les dérivés de crédit : instruments de couverture et facteurs d instabilité. L exemple des «Credit Default Swap».

Les dérivés de crédit : instruments de couverture et facteurs d instabilité. L exemple des «Credit Default Swap». Les dérivés de crédit : instruments de couverture et facteurs d instabilité. L exemple des «Credit Default Swap». Nathalie REY CEPN, -CNRS, UMR 7115, Université Paris 13 Résumé : Cet article montre, à

Plus en détail

Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction

Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction Olivier Brandouy Université de Bordeaux 2014 2015 Diapo 1/11 Olivier Brandouy Master 2 Métiers de la Banque (CPA) Produits dérivés : pour quoi faire? Ce sont

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Chapitre 1 Les instruments fermes

Chapitre 1 Les instruments fermes UV2 LES INSTRUMENTS FINANCIERS Rappel de comptes : 52 Instrument financier 476 Ecart de conversion actif 477 Ecart de conversion passif 4786 Compensation des pertes latentes sur profits 8091/801 Engagements

Plus en détail

Options et Swap sur intérêt

Options et Swap sur intérêt Options et Swap sur intérêt Risk Management - TP 3-1 - Exercice1 : choix de deux options J ai décidé d utiliser le site Swissquote pour cette recherche. Toutefois j ai préféré prendre des warrants (certificats

Plus en détail

Instruments financiers

Instruments financiers FR 20130311 Instruments financiers 1. Les obligations Il s agit de titres à revenu fixe, remboursables à l échéance finale, à un prix connu au moment de l émission (sauf pour les emprunts avec options

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Code ISIN : FR0010171686 Dénomination : SG CASH EONIA + Forme juridique : Société d'investissement à Capital Variable (SICAV)

Plus en détail

Chapitre 16. ABS, CDO et crise financière de 2007. 16.1 Le marché immobilier américain

Chapitre 16. ABS, CDO et crise financière de 2007. 16.1 Le marché immobilier américain Chapitre 16 ABS, CDO et crise financière de 2007 La crise financière qui a débuté en 2007 a été la plus importante vécue par les États-Unis depuis les années 1930. Cette crise s est très vite répandue

Plus en détail

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 Christophe CHOUARD et Sébastien LOTZ Informations financières omniprésentes: Indices boursiers - CAC 40, DJIA, Euro

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

L hebdo Finance de la MACS

L hebdo Finance de la MACS DÉFINITION DE LA SEMAINE «Titrisation» p1 ANALYSE DE PORTEFEUILLE P4 - DU 05 JUIN AU 20 JUIN 2007 - Numéro 15 REPORTAGE DE LA SEMAINE Les crédits P6 NOUVELLE DE LA SEMAINE EDF : première entreprise du

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES COLLEGE. Réunion du mercredi 2 avril 2014

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES COLLEGE. Réunion du mercredi 2 avril 2014 COLLEGE Réunion du mercredi 2 avril 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES ET LES INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME NORME N 11 LES DETTES

Plus en détail

Le risque de contrepartie

Le risque de contrepartie Le risque de contrepartie Gérer les risques en temps de crise 20/06/2012 Idriss Tchapda Djamen Sommaire Exécutif n Le risque de contrepartie reçoit une attention considérable de la part des régulateurs

Plus en détail

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior 1 Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior Intervenants 2 Jean-Marie Catala Groupama Asset Management Directeur du Développement Directeur Général Délégué Thibault de SAINT

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Newmont Mining» Floored Floater sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Newmont Mining» Dans l

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE..

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. Jean-Marc BUYSSCHAERT Les journées de l économie et de la gestion MARCHES DES CAPITAUX ET INSTRUMENTS FINANCIERS LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. UN EXERCICE SOUVENT PERILLEUX Plan de l intervention La

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Sylvie Mathérat Directeur Général Adjoint -Opérations Banque de France 1 Plan 1- Quel rôle pour la titrisation dans le financement

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Ratio de liquidité LCR : changement de janvier 2013

Ratio de liquidité LCR : changement de janvier 2013 FORMATION RECOMMANDEE LES RATIOS DE LIQUIDITÉ BÂLE III 20 septembre et 3 décembre 2013 Connaître et comprendre les ratios de liquidité définis par Bâle III. Approfondir le contenu du ratio de liquidité

Plus en détail

1. Le risque de contrepartie

1. Le risque de contrepartie 1. Le risque de contrepartie 1.1. Définition : 1.1.1. Au sens étroit : Tout crédit est une anticipation de recettes futures (crédit = pari sur la réussite du projet de l emprunteur). Tout crédit comporte

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement CREDIT SUISSE FONDATION DE PLACEMENT 2E PILIER Directives de placement 1 avril 2015 Sommaire Article Page 1 Principes généraux 2 2 Portefeuilles mixtes (Balanced Portfolios) 4 2.1 CSF 2 Mixta-LPP 25 4

Plus en détail

Introduction aux produits de taux d intérêts

Introduction aux produits de taux d intérêts Introduction aux produits de taux d intérêts R&D Banque CPR 8 avril 2002 Plan 1. Notations et préliminaires 2. Euribor, caplets, caps 3. Swaps, swaptions 4. Constant Maturity Swap (CMS) 5. Quelques produits

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

2. LES DÉRIVÉS DE CRÉDIT. 2.1. Les credit default swaps (CDS) 1.4.4. Quel lien entre les spreads de crédit et les actions?

2. LES DÉRIVÉS DE CRÉDIT. 2.1. Les credit default swaps (CDS) 1.4.4. Quel lien entre les spreads de crédit et les actions? Chapitre 9 Les produits de crédit Par ailleurs, il existe une différence de liquidité entre la plupart des obligations et les emprunts d État, qui outre qu ils sont théoriquement sans risque de crédit

Plus en détail

2008 Risques particuliers dans le négoce de titres

2008 Risques particuliers dans le négoce de titres 2008 Risques particuliers dans le négoce de titres Pour toute suggestion concernant les rééditions futures de la présente brochure, nous vous invitons à écrire à l adresse suivante: office@sba.ch. Nous

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Soyez prêt pour une hausse éventuelle des taux d intérêt via un coupon brut de maximum 5%.

Soyez prêt pour une hausse éventuelle des taux d intérêt via un coupon brut de maximum 5%. Exposition du capital à 00% sur une OLO du Royaume de Belgique (échéance 08) * À QUOI VOUS ATTENDRE? P. dbinvestor Solutions plc (IRL) Belgium OLO 08 vous fait bénéficier d une éventuelle remontée importante

Plus en détail

Formation «Comptabilite des produits de rive s»

Formation «Comptabilite des produits de rive s» Formation «Comptabilite des produits de rive s» REFERENCE : 303 1. Objectif général Situer le rôle des marchés de produits dérivés et leur lien avec les instruments au comptant. Expliquer le mécanisme

Plus en détail

Formation «Evaluation des produits de taux d intérêt»

Formation «Evaluation des produits de taux d intérêt» Formation «Evaluation des produits de taux d intérêt» REFERENCE : 1010 1. Objectif général Initier les participants au calcul et à l évaluation des produits de taux d intérêt. Comprendre les mécanismes

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail