Fistule anale : la fin du tunnel?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fistule anale : la fin du tunnel?"

Transcription

1 Mini-revue Fistule anale : la fin du tunnel? Anal fistula: the end of the story? DenisSoudan (1),Laurent Abramowitz (2), Roland Ganansia (1), Thierry Puy-Montbrun (1) 1 H^opital Paris-Saint-Joseph, Institut de proctologie Leopold-Bellan, 185, rue Raymond-Losserand, Paris, France 2 H^opital Bichat, 46 rue Henri-Huchard, Paris, France Resume Abces et fistule anale sont deux stades de la m^eme maladie. Le traitement doit tarir la suppuration et ne pas creer d incontinence. C est en fonction de ce risque d incontinence que l on distingue les fistules simples et complexes. Une fistule simple peut ^etre mise a plat en un temps sans compromettre la continence : son traitement est la fistulotomie. Lorsque la fistulotomie risque de compromettre de façon significative la continence, plusieurs strategies sont envisageables. L utilisation classique du drainage par seton dans une strategie de fistulotomie en plusieurs temps permet de tarir la suppuration au prix de troubles de la continence. Les strategies d epargne sphincterienne consistent a obturer l orifice interne (lambeau d avancement) ou a combler le trajet (colle ou bouchon de collagene). Bien que non applicables dans tous les cas, elles sont tres efficaces sur la prevention de la continence et beaucoup moins pour la prevention de la recidive (50 %). La qualite de vie depend de la recidive et de la continence postoperatoires. Les resultats des differentes strategies restent cependant difficiles a comparer. n Mots cles : fistule anale, fistulotomie, continence, lambeau d avancement, obturation par colle, bouchon de collagene Abstract Abscess and anal fistula are two stages of the same disease. Healing fistula without incontinence is the challenge. The risk of impairment of continence discriminates between simple and complex fistula. Simple fistula can be layed open without significant risk for incontinence: fistulotomy is then the treatment of choice. To preserve from impairment of continence, the drainage with seton is useful for staged fistulotomy or sphincter saving strategy. This includes mucosal flap obliteration of the primary orifice of the fistula, or filling the fistula track with glue or collagen. These methods are not usable in all fistulas. Best results are obtained in single-track fistula. The preservation of continence is achieved by these methods of filling the tract but relapse of fistula occurs in up to 50%. Quality of life depends on postoperative relapse of fistula and continence. It is actually still difficult to compare the results of these different treatments. n Key words: anal fistula, fistulotomy, continence, mucosal flap, fibrin glue, collagen anal plug doi: /hpg HEPATO GASTRO et Oncologie digestive y Tires a part : D. Soudan L a prise en charge d une fistule anale est un defi permanent lie au fait que le traitement le plus efficace sur la prevention de la recidive, la fistulotomie, peut ^etre deletere sur la fonction de continence. C est pourquoi des techniques d epargne sphincterienne, obturant l orifice interne ou la totalite du trajet, ont vu le jour. Les fistules de la maladie de Crohn et les fistules rectovaginales ne seront pas abordees dans cet expose. Pour citer cet article : Soudan D, Abramowitz L, Ganansia R, Puy-Montbrun T. Fistule anale : la fin du tunnel? Hepato Gastro 2011 ; 18 : doi : /hpg

2 Définition et classifications des fistules anales La fistule anale est un phenomene infectieux a germes banals (sauf cas particuliers) qui trouve sa naissance au niveau de la ligne des cryptes ou s abouchent les glandes de Hermann et Desfosses. Les canaux de ces glandes peuvent se ramifier au-dela du sphincter interne (50 % des cas) dans l espace inter-sphincterien (entre sphincters interne et externe). L infection d une de ces glandes peut determiner un abces inter-sphincterien. L abces intersphincterien ne pouvant se rompre dans la lumiere en raison de la barriere du sphincter interne, il diffuse ensuite dans plusieurs directions, dont la plus simple et la plus frequente est descendante vers la marge anale. C est selon le trajet de l infection dans l appareil sphincterien que sont classees les fistules anales. Il existe, dans la litterature, neuf classifications des fistules anales. La classification de Parks est utilisee dans le monde anglo-saxon. En France, la classification de J. Arnous, E. Parnaud et J. Denis est adoptee par la plupart des operateurs. Elle distingue les fistules inter-sphincteriennes qui restent dans l espace inter-sphincterien et les fistules trans-sphincteriennes qui traversent le sphincter externe (figure 1). Parmi ces dernieres, elle distingue les fistules trans-sphincteriennes inferieures ou superieures, selon leur position par rapport alamoitie de la hauteur du sphincter externe. Les fistules supra-sphincteriennes ont leur trajet au-dessus du sphincter externe. Il existe, dans la litterature, neuf classifications des fistules anales. Quelle que soit la classification utilisee, l important est de se referer a l appareil sphincterien [1]. La classification des fistules anales est une aide a la décision thérapeutique Fistule simple ou fistule complexe? L objectif du traitement est double : guerir la suppuration et preserver la fonction de continence. Ce double objectif est atteint aisement par la fistulotomie en un temps, en cas de fistule anatomiquement simple. Cependant, la fistulotomie d un certain nombre de ces fistules a trajet anatomiquement «simple» reste suivi d un taux d incontinence difficilement acceptable par les patients. C est pourquoi la definition moderne d une fistule complexe depasse la notion de complexite anatomique du trajet (trajet dans deux plans ou trajet avec diverticules). Une fistule complexe est une fistule dont la mise a plat en un temps compromettrait la continence [1, 2], m^eme si son trajet principal est anatomiquement simple (dans un seul plan et sans diverticule). Il s agit de fistule dont le trajet principal concerne au moins 30 a 50 % de la hauteur du sphincter externe (fistules trans-sphincteriennes superieures et suprasphincteriennes), de fistule a trajet ramifie (un diverticule est d autant plus frequent que le trajet principal est haut), des fistules anterieures chez la femme (quelle que soit la hauteur du trajet), en presence d une incontinence preexistante, survenant sur un perinee poly-opere ouirradie [2]. Une fistule complexe est une fistule dont la mise a plat en un temps compromettrait la continence Trouble de la continence apres traitement d une fistule anale : réalité et facteurs de risque Figure 1. Classification des fistules anales selon Arnous J, et al. [15]. De haut en bas : abces intersphincterien ; fistule suprasphincterienne ; fistule trans-sphincterienne superieure ; fistule trans-sphincterienne inferieure. La definition de l incontinence postoperatoire et par consequent sa frequence et sa severite sont diversement appreciees dans la litterature. Un recueil precis des donnees et l utilisation de scores d incontinence semblent pejoratifs pour l evaluation de la continence et font apparaître de mauvais resultats. Dans une etude retrospective par 260

3 Fistule anale questionnaire, l insatisfaction postoperatoire etait plus severe (61 %) en cas de recidive de la fistule (plus rare) qu en cas de trouble de la continence (24 %) (plus frequent) [3]. En l absence de recidive de suppuration, 87 % des patients d une serie retrospective se disaient satisfaits, m^eme si 50 % d entre eux avaient des signes d incontinence [4]. L utilisation de scores de qualite de vie (GIQLI) confirme, d une part, la severite de l alteration de la qualite de vie (QDV) par une fistule recidivante, d autre part, l amelioration significative du score apres guerison de la suppuration, m^eme au prix d une incontinence [5]. L appreciation de la hauteur du trajet est faite par palpation peroperatoire. Le sacrifice du sphincter externe est un facteur d incontinence [1, 6]. Les etudes manometriques ont montre en outre que le raccourcissement de la zone de haute pression (i.e. diminution de longueur du canal anal) etait un facteur d incontinence postoperatoire [7]. Cela explique pourquoi, au-dela des chiffres, le principe le plus important concernant la fistulotomie n est pas «combien on coupe, mais combien il en reste» [8, 9]. Ainsi, la section de 1 cm de sphincter externe n a pas la m^eme consequence en arriere chez l homme (oule canalest long) et en avant chez la femme ou le canal anal est plus court et plus fragile avec de surcroît le risque d une lesion sphincterienne occulte du post-partum. Le sexe feminin est un facteur de risque d incontinence dans le traitement des fistules [7, 8]. Outre le type de fistule, le terrain est le deuxieme facteur de risque majeur pour l incontinence Cette notion impose d avoir evalue, au moins cliniquement et par l interrogatoire, en preoperatoire la valeur fonctionnelle de l appareil sphincterien et d une façon generale tous les facteurs de risque d incontinence (^age, colopathie fonctionnelle, habitudes de transit, antecedent obstetricaux, de chirurgie anale...) [1, 2]. moyen d incontinence passe de 1 a 2/20 (119 fistules evaluees un an) [10]. Lafistulotomieestetresteletraitement de référence d une fistule trans-sphinctérienne simple Ces recommandations concernent egalement le traitement de la fistule simple vue au stade d abces [1]. Cette attitude n est bien s^ur recommandee que si le trajet et l orifice interne ont ete bien identifies (ce qui peut ^etre malaise ala phase aigu e) et s il s agit d une fistule «simple». Le drainage par séton Le drainage par seton (du latin seda : crin, poil d animal) est recommande si le trajet identifie serevele ^etre celui d une fistule [1]. Le seton permet un drainage du trajet principal et la cicatrisation des diverticules, sa presence favorise la constitution d une cicatrice dont la fibrose est utile a l architecture peri anale. Plusieurs modes d utilisation du seton sont possibles. La traction elastique progressive («cutting seton») consiste a serrerregulierement le seton elastique, afin d obtenir une fistulotomie lente. Cette methode est douloureuse si on n a pas pris le soin de resequer le rev^etement sensible cutaneo-marginal. Seuls trois travaux prospectifs ne reunissant que 64 patients[11-13] evaluent les resultats de la traction elastique progressive : recidive 0-11 % ; incontinence mineure 13 a 20 % et absence d incontinence majeure. Cependant, la vitesse de section est difficile a prevoir et certaines series, ou la section est rapide, font etat d un taux eleve d incontinence severe. Une revue de la litterature decrit 12 % de troubles de la continence apres ce traitement (plus souvent aux liquides qu aux gaz) [14]. Principes des traitements chirurgicaux En 2010, les deux grands principes des traitements chirurgicaux sont les techniques de fistulotomie et les techniques dites d epargne sphincterienne a la fistulotomie et ses variantes. La fistulotomie est et reste le traitement de reference d une fistule trans-sphincterienne simple [1, 2]. Son efficacite sur le processus suppuratif est evaluee par le taux de recidive qui varie entre 0 et 21 % selon les etudes. Une etude française multicentrique a paraître a evalue cette strategie dans les fistules simples : la recidive est nulle et le score Le drainage par séton est recommandé si le trajet identifié serévele ^etre celui d une fistule complexe C est pourquoi le drainage est souvent utilise sous forme de seton non serre («loose seton»), dans une strategie de fistulotomie en temps separes. Plusieurs techniques de fistulotomie en temps separes sont decrites dans la litterature. La technique d abaissement du trajet par section initiale de sa partie haute n est decrite que par deux equipes [15-17]. Le principe de la fistulotomie en temps separes 261

4 de haut en bas est de transformer une fistule haute «complexe» en fistule basse «simple» qui sera mise aplat dans le dernier temps operatoire. Cette technique respecte le sphincter interne au premier temps, facteur de meilleurs resultats sur la continence. Dans un premier temps, apres catheterisme au stylet du trajet fistuleux a partir de l orifice interne, on disseque le trajet fistuleux a partir de l orifice externe jusqu au plan sphincterien et on met en place, dans le trajet principal, une anse de drainage elastique sans traction. Dans les fistules les plus hautes, il est difficile de catheteriser le trajet en raison de la chicane du trajet situee dans la couche longitudinale complexe [16, 18]. On sectionne la partie haute du sphincter externe afin de drainer cette partie inter-sphincterienne vers la fosse ischio-anale transformant le trajet haut en un trajet plus bas situe. Apres cicatrisation de la premiere intervention, si les diverticules ont ete bien draines, si le trajet principal est bien asseche et correctement abaisse, la fistulotomie du trajet residuel est realisable, comme dans le cas d une fistule simple. Apres cicatrisation de la premiere intervention, si les diverticules ont été bien drainés, si le trajet principal est bien asséché et correctement abaissé, la fistulotomie du trajet résiduel est réalisable, comme dans le cas d une fistule simple La fistule haute et complexe a ainsi ete transformee en fistule basse et simple. Si une trop grande quantite de sphincter doit ^etre sectionnee lors du deuxieme temps operatoire, on n hesitera pas a realiser un ou deux temps complementaires jusqu a obtention d un abaissement correct du trajet [19]. Le dernier temps consistant a retirer l anse elastique intacte lors de la fistulotomie (figures 2-5). Cette methode est efficace sur la suppuration (95 a 97% de guerison de la fistule) et preserve de façon correcte la continence (3 a 7 % de troubles de la continence, dont la moitie ne concerne que les gaz) [19, 20]. Des chiffres de 5 a 11 % d incontinence aux gaz et de 5 % d incontinence aux selles liquides, sans incontinence aux solides sont rapportes dans un etude ancienne française concernant cette strategie de fistulotomie en temps separes dans les fistules supra-sphincteriennes [16]. Une revue de la litterature retrospective concernant les differentes techniques de fistulotomie en temps separes retrouve un taux de recidive de 0 a 13 %, d incontinence mineure jusqu a 60 % et d incontinence majeure jusqu a 42 % [1]. Une etude française multicentrique a paraître a evalue cette strategie dans les fistules traitees en deux temps : la recidive est de 4 % et le score moyen d incontinence passe Figure 2. Orifice externe d une fistule trans-sphincterienne superieure (credit photo : L. Abramowitz). de 1/20 a 4/20 (44 fistules evaluees un an) [10]. En revanche, l ablation simple de l anse apres drainage prolonge est suivie t^ot ou tard d une recidive dont l incidence est fonction de la duree du suivi. Les techniques dites d épargne sphinctérienne Le lambeau d avancement est decrit depuis le debut du XX siecle. Il consiste en l abaissement d un lambeau de muqueuse, sous-muqueuse et musculeuse rectale devant l orifice interne et sa suture devant l orifice interne par des points resorbables. Son indication privilegiee est la fistule anterieure chez la femme. Sa realisation peut ^etre delicate voire impossible en cas de defect sphincterien important, d anus etroit ou chez le poly-opere, et elle est contreindiquee en presence de diverticule non draine [1], c est- a-dire en situation non rare de fistule complexe. Le retentissement de cette intervention sur la continence n est pas nul : jusqu a 38 % de trouble de la continence selon les etudes. 262

5 Fistule anale Figure 3. Fin du premier temps ope ratoire. Se ton la^che non serre. Seule la partie haute du trajet a et e sectionn ee. Le trajet principal est abaiss e (cr edit photo : L. Abramowitz). Figure 4. Deuxi eme temps op eratoire. Fistulotomie du trajet r esiduel (cr edit photo : L. Abramowitz). Une deuxi eme option th erapeutique d epargne du sphincter externe est l obturation du trajet par de la colle (biologique ou synth etique) ou par du collag ene (bouchon de collag ene de porc). Ces techniques d obturation ne concernent que les fissures trans-sphinct eriennes (l abc es inter-sphinct erien est une contre indication de ces techniques). La colle biologique est utilis ee depuis presque un si ecle en chirurgie. En 1991, la premi ere utilisation dans les fistules anales montrait un taux de succ es de 50 % [21]. Les colles de fibrine contiennent du fibrinog ene, du facteur XIII, de la fibronectine d origine humaine et de l aprotinine d origine bovine. Le caillot de fibrine ainsi form e obture le trajet et stimule la migration, la prolif eration et l activation des fibroblastes. Il ne semble pas exister de diff erence d efficacit e entre les diff erentes colles biologiques du commerce. La technique consiste a obturer le trajet en injectant la colle a l aide d un cathlon par une manœuvre de retrait de l orifice interne vers l orifice externe apr es avoir aviv e les berges du trajet par curetage ou ecouvillonnage (figure 6A et B). Cette m ethode a le m erite d ^ etre simple et de ne pas l eser le sphincter. Son efficacit e est evalu ee entre coce du 0 et 100 %. L absence de mobilisation pre bouchon de colle semble un facteur de bon r esultat [22]. L adjonction locale d antibiotiques ou la confection d un volet n am eliore pas les r esultats. Une revue de la litt erature fait apparaı tre de moins bons r esultats dans les fistules a trajets complexes (35,5 %) que dans les fistules simples (62,9 %) [23]. Une autre option th erapeutique est l utilisation de colle synth etique non biologique (cyanoacrylate) au sujet de laquelle quelques donn ees encourageantes sont disponibles [24, 25]. Le taux de succ es de l obturation du trajet par de la colle est d environ 50 % a trois mois, sans d et erioration avec un recul sup erieur a un an. s de l obturation du trajet Le taux de succe de la fistule par de la colle est d environ trois mois 50 % a ne est une autre L obturation par un bouchon de collage option th erapeutique plus r ecente. Elle consiste a obturer le 263

6 Chez des patients bien sélectionnés, la longueur du trajet influence l efficacité de l obturation Conclusion Figure 5. Cicatrice finale (credit photo : L. Abramowitz). trajet avec un bouchon de collagene de sous-muqueuse de porc de forme legerement conique (Anal Fistula Plug 1 ) (figure 7A et B). Les cellules de l h^ote et les vaisseaux colonisent le «greffon», qui sert de matrice pour l infiltration par le tissu conjonctif du patient [26]. La premiere serie publiee faisait etat de bons resultats 83 % de fermeture [27] a 12 mois. Les resultats des autres etudes (y compris abstracts) sont favorables dans 50 % des cas environ avec obturation du trajet sans trouble de la continence. Malheureusement, les fistules complexes, qui sont celles ou la technique est la plus utile, sont des facteurs de mauvais pronostic. Ainsi, 70 % des fistules simples sont gueries versus 35 % des fistules complexes dans l etude de Ky et al. [28]. L utilisation prealable du seton est recommandee par les experts et une des contre indications de la methode est la persistance d un abces d une cavite ou d un suintement purulent [26]. Chez des patients bien selectionnes la longueur du trajet a obturer influence l efficacite de la technique : 21 % des trajets de moins de 4 cm de long sont obtures versus 61 % des trajets de plus de 4 cm [29]. Le traitement d une fistule anale simple reste la fistulotomie en un temps qui donne de bons resultats sur la prevention de la recidive et le respect de la continence. Letraitement d une fistule«complexe», c est-a-dire a risque d incontinence si une fistulotomie en un temps etait realisee, fait appel classiquement aux techniques de fistulotomie en temps separes qui permet de traiter la totalite des formes anatomiques avec les meilleurs resultats sur l eradication du sepsis, mais au prix de troubles de continence. Les techniques d epargne sphincterienne : abaissement d un volet muqueux, obturation du trajet a l aide de colle biologique ou de bouchon de collagene ont le merite de prendre moins de risque avec la continence (au moins pour les deux dernieres), mais au prix d une moindre efficacite sur la prevention des recidives de la suppuration. Le point commun a toutes ces techniques d epargne est qu elles doivent ^etre effectuees sur un trajet principal prealablement draine et apres cicatrisation des diverticules. Il est tres vraisemblable que le traitement optimal de ces fistules anales anatomiquement complexes peut ^etre resolu par l association ou la succession d une ou plusieurs de ces methodes : drainage prolonge et si besoin fistulotomie partielle pour simplifier le trajet et eviter les recidives suivi d une technique d epargne adaptee a la situation anatomique pour preserver la continence. La poursuite de l evaluation prospective de ces methodes et de ces strategies est indispensable, afin que nous puissions mieux eclairer le consentement des patients. & T ake home messages La fistulotomie est le traitement des fistules simples. & Une fistule complexe est une fistule dont la mise a plat compromettrait de façon significative la continence. & Le risque d incontinence postoperatoire est fonction du trajet de la fistule et du terrain. & La fistulotomie en temps separes par des periodes de drainage est la technique la plus efficace sur l eradication du sepsis. & Les techniques d obturation du trajet respectent la continence et sont efficaces sur la suppuration dans environ 50 % des cas. 264

7 Fistule anale A B Figure 6. A et B. Obturation par colle biologique du trajet r esiduel d une fistule complexe poly-op er ee (cr edit photo : D. Soudan). 265

8 A B Figure 7. A. Bouchon de collag ene obturant un trajet apr es drainage en s eton. B. Apr es suture au niveau de l orifice interne, section de l exc edent de collag ene au niveau de l orifice externe (cr edit photo : L. Abramowitz). 266

9 Fistule anale Conflits d inter^ets : L. Abramowitz declare des conflits d inter^ets avec Abbott, Nycomed, Intendis, Medtronic, Mundipharma, Pierre Fabre, Sanofi. & Références Les references importantes apparaissent en gras. 1. Williams JG, Farrands PA, Williams AB, et al. The treatment of anal fistula: ACPGBI position statement. Colorectal Dis 2007 ; 9 (suppl 4) : Whiteford MH, Kilkenny J, 3rd, Hyman N, et al. Practice parameters for the treatment of perianal abscess and fistula-in-ano (revised). Dis Colon Rectum 2005 ; 48 : Garcia-Aguilar J, Davey CS, Le CT, et al. Patient satisfaction after surgical treatment for fistula-in-ano. Dis Colon Rectum 2000 ; 43 : Westerterp M, Volkers NA, Poolman RW, et al. Anal fistulotomy between Skylla and Charybdis. Colorectal Dis 2003 ; 5 : Seneviratne SA, Samarasekera DN, Kotalawala W. Quality of life following surgery for recurrent fistula-in-ano. Tech Coloproctol 2009 ; 13 : Cavanaugh M, Hyman N, Osler T. Fecal incontinence severity index after fistulotomy: a predictor of quality of life. Dis Colon Rectum 2002 ; 45 : Belliveau P, Thomson JP, Parks AG. Fistula-in-ano. A manometric study. Dis Colon Rectum 1983 ; 26 : Garcia-Aguilar J, Belmonte C, Wong WD, et al. Anal fistula surgery. Factors associated with recurrence and incontinence. Dis Colon Rectum 1996 ; 39 : Davies M, Harris D, Lohana P, et al. The surgical management of fistula-in-ano in a specialist colorectal unit. Int J Colorectal Dis 2008 ; 23 : Abramowitz L, Staumont G, Ganansia R, et al. One-year out come of fistulotomy: a prospective multi center study. European Society of coloproctology; Annual Meeeting; Sorente Durgun V, Perek A, Kapan M, et al. Partial fistulotomy and modified cutting seton procedure in the treatment of high extrasphincteric perianal fistulae. Dig Surg 2002 ; 19 : Zbar AP, Ramesh J, Beer-Gabel M, et al. Conventional cutting vs. internal anal sphincter-preserving seton for high trans-sphincteric fistula: a prospective randomized manometric and clinical trial. Tech Coloproctol 2003 ; 7 : Mentes BB, Oktemer S, Tezcaner T, et al. Elastic one-stage cutting seton for the treatment of high anal fistulas: preliminary results. Tech Coloproctol 2004 ; 8 : Ritchie RD, Sackier JM, Hodde JP. Incontinence rates after cutting seton treatment for anal fistula. Colorectal Dis 2009 ; 11 : Arnous J, Parnaud E, Denis J. Abscesses and fistula of the anus (a propos of 3000 operations). Rev Prat 1972 ; 22 : Denis J, Lemarchand N, Dubois N. Les fistules anales suprasphincteriennes. Ann Gastroenterol Hepatol 1983 ; 19 : Ramanujam PS, Prasad ML, Abcarian H. The role of seton in fistulotomy of the anus. Surg Gynecol Obstet 1983 ; 157 : Puy-Montbrun T. Treatment of anal fistula. Gastroenterol Clin Biol 1998 ; 22 : B Pearl RK, Andrews JR, Orsay CP, et al. Role of the seton in the management of anorectal fistulas. Dis Colon Rectum 1993 ; 36 : Rosa G, Lolli P, Piccinelli D, et al. Fistula in ano: anatomoclinical aspects, surgical therapy and results in 844 patients. Tech Coloproctol 2006 ; 10 : Hjortrup A, Moesgaard F, Kjaergard J. Fibrin adhesive in the treatment of perineal fistulas. Dis Colon Rectum 1991 ; 34 : de Parades V, Far HS, Etienney I, et al. Seton drainage and fibrin glue injection for complex anal fistulas. Colorectal Dis 2010 ; 12 : Swinscoe MT, Ventakasubramaniam AK, Jayne DG. Fibrin glue for fistulain-ano: the evidence reviewed. Tech Coloproctol 2005 ; 9 : Barillari P, Basso L, Larcinese A, et al. Cyanoacrylate glue in the treatment of ano-rectal fistulas. Int J Colorectal Dis 2006 ; 21 : Queralto M, Portier G, Bonnaud G, et al. Efficacy of synthetic glue treatment of high crypoglandular fistula-in-ano. Gastroenterol Clin Biol 2010 ; 34 : Amrani S, Zimmern A, O Hara K, et al. The Surgisis AFP anal fistula plug: a new and reasonable alternative for the treatment of anal fistula. Gastroenterol Clin Biol 2008 ; 32 : Champagne BJ, O Connor LM, Ferguson M, et al. Efficacy of anal fistula plug in closure of cryptoglandular fistulas: long-term follow-up. Dis Colon Rectum 2006 ; 49 : Ky AJ, Sylla P, Steinhagen R, et al. Collagen fistula plug for the treatment of anal fistulas. Dis Colon Rectum 2008 ; 51 : McGee MF, Champagne BJ, Stulberg JJ, et al. Tract length predicts successful closure with anal fistula plug in cryptoglandular fistulas. Dis Colon Rectum 2010 ; 53 :

Bilan d'une fistule anale chronique

Bilan d'une fistule anale chronique Bilan d'une fistule anale chronique Journées SCVO DESC Brest Juin 2011 Jérôme Danion CHU Poitiers Fistule anale chronique : généralités Conséquence de l'infection d'une glande du canal anal, abcès intersphinctérien

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

La fistule anale cryptogénique

La fistule anale cryptogénique Post U (2013) 91-100 La fistule anale cryptogénique Objectifs pédagogiques Connaître la pathogénie et l histoire naturelle des suppurations anales Comment mener un examen proctologique? Place des examens

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Conseil de pratique. Fissure anale

Conseil de pratique. Fissure anale Rédacteur : Thierry Higuero Date de production : février 2013 Conseil de pratique Fissure anale Relecteurs : conseil d Administration de la SNFCP, mars 2013 Références : - Nelson R. Non surgical therapy

Plus en détail

Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie?

Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie? Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie? Mémoire de DESC de chirurgie hépatobiliaire et digestive SCVO, RENNES

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

Artères nourricières. Hémorroides internes. Ligne pectinée. Hémorroides externes

Artères nourricières. Hémorroides internes. Ligne pectinée. Hémorroides externes 1 Traitement chirurgical des Hémorroïdes Les hémorroïdes Définition: les hémorroïdes sont des réservoirs vasculaires (ou plexus), existant à létat l état normal. Ces coussinets sont utiles, car ils participent

Plus en détail

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

Suppura&ons et fistules ano- rectales. XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour

Suppura&ons et fistules ano- rectales. XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour Suppura&ons et fistules ano- rectales XIème journée scien&fique de l AGERT A. Achour Introduc&on! abcès ano- rectaux et fistules anales: deux phases successives d une même pathologie.! La fistule anale

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Drainage des sutures digestives

Drainage des sutures digestives Drainage des sutures digestives Pourquoi? Comment? Le risque: la fistule! Conséquences: abcès, péritonite, sepsis, décès En cas de réintervention: pas de sutures stomies - Sutures et anastomoses: cicatrisation

Plus en détail

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas?

Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Cancer du rectum, ce qui va changer et pourquoi. Excision du mésorectum: par en haut ou par en bas? Michel RIVOIRE, Valeria BASSO Département de Chirurgie Oncologique Centre Léon Bérard, INSERM 1032 69

Plus en détail

Le lambeau vaginal dans la. la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales

Le lambeau vaginal dans la. la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales Le lambeau vaginal dans la préservation de la continence dans la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales Situation difficile Fréquence 10 à 30 % Résultat parfois décevant et pour le chirurgien

Plus en détail

Pourquoi draine t-on?

Pourquoi draine t-on? Les drainages simples Promotion 2010/2013 SG Pourquoi draine t-on?- Pour évacuer une collection de liquide qui peut être : Du liquide péritonp ritonéal en excès Du pus Du sang Des sérosits rosités, s,

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY. Proctologie en images

Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY. Proctologie en images Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY Proctologie en images Agnès Senéjoux (Paris) Alain Claudy (Lyon) 17 et 18 mars 2007 FMC HGE Lyon FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 «Anal intraepithelial

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

Meilleurs articles de l année 2006 Fistules anales. Agnès Senéjoux Paris

Meilleurs articles de l année 2006 Fistules anales. Agnès Senéjoux Paris Meilleurs articles de l année 2006 Fistules anales Agnès Senéjoux Paris Recherche Medline à partir de 12/05: 83 articles de langue anglaise ou française chez l homme 3 essais randomisés Marsupialisation

Plus en détail

M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011

M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011 La proctologie en pratique quotidienne M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Luxembourg Décembre 2011 Matériel de proctologie Les oreilles, les yeux et les doigts Source de lumière froide Anuscopes, proctoscope,

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

ABCES HEPATIQUES A PYOGENES. Présentation DES gastro-entérologie.

ABCES HEPATIQUES A PYOGENES. Présentation DES gastro-entérologie. ABCES HEPATIQUES A PYOGENES Présentation DES gastro-entérologie. Samedi 13 avril 2013 Sophie Ribiere. Epidémiologie Rare : 1 cas pour 10000 hospitalisations. Incidence en augmentation. Terrain prédisposant

Plus en détail

Les journées du Trocadéro

Les journées du Trocadéro Les journées du Trocadéro 21 Octobre 2014 lparois@club internet.fr Faut il avoir peur de ses patients? Dans quel cas sommes nous indéfendables? Cas n 1 a Mme O, âgée de 67 ans, consulte pour diarrhée chronique

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

La maladie périnéale. Carla Coimbra. Service de Chirurgie Abdominale, Sénologique et de Transplantation CHU Sart Tilman

La maladie périnéale. Carla Coimbra. Service de Chirurgie Abdominale, Sénologique et de Transplantation CHU Sart Tilman 1 La maladie périnéale Carla Coimbra Service de Chirurgie Abdominale, Sénologique et de Transplantation CHU Sart Tilman 2 Dans la maladie de Crohn, lʼatteinte périnéale est représentée par une variété

Plus en détail

Laurent SIPROUDHIS P COULOM

Laurent SIPROUDHIS P COULOM Laurent SIPROUDHIS P COULOM Intérêt des explorations complémentaires dans les troubles de la statique pelvienne - Connaitre les explorations complémentaires dans les troubles de la statique - Connaitre

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn Y. Benmeddour, A. Anou, O.Benhadid, A.Chetouane, A.Ourabah, C. younsi, Z. Imessaoudene Clinique chirurgicale A CHU

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G.

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G. Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel G. Meurette Nantes Incontinence anale: les rumeurs Affection fréquente? Deux facteurs de

Plus en détail

Place de la chirurgie dans les cas difficiles de lésions anopérinéales de Crohn

Place de la chirurgie dans les cas difficiles de lésions anopérinéales de Crohn Place de la chirurgie dans les cas difficiles de lésions anopérinéales de Crohn Prof. Jean-Luc FAUCHERON Unité de Chirurgie Colorectale Clinique Universitaire de Chirurgie Digestive et de l Urgence - Grenoble

Plus en détail

TPN thérapie? Thérapeutique pression négative

TPN thérapie? Thérapeutique pression négative TPN thérapie? Thérapeutique pression négative QU EST CE QUE LA THERAPIE V.A.C.? Vacuum Assisted Closure Le V.A.C. est une méthode de cicatrisation active, non invasive qui fait usage d une pression négative,

Plus en détail

Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations

Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations 25-050-B-40 Pathologie anale : hémorroïdes, fissure anale et suppurations N. Lemarchand, K. Fellous En proctologie, les motifs de consultation en urgence sont dominés par la douleur. Celle-ci est essentiellement

Plus en détail

Les classifications endoscopiques des MICI et leur utilité en période aigue et lors des traitements d entretien.

Les classifications endoscopiques des MICI et leur utilité en période aigue et lors des traitements d entretien. Les classifications endoscopiques des MICI et leur utilité en période aigue et lors des traitements d entretien. Yoram Bouhnik, Xavier Treton Gastroentérologie, MICI et Assistance Nutritive Université

Plus en détail

Eric RULLIER. Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter?

Eric RULLIER. Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter? Eric RULLIER Chirurgie du cancer du bas rectum : vers une conservation du sphincter? Connaître les critères carcinologiques de la conservation sphinctérienne Connaître les nouvelles méthodes chirurgicales

Plus en détail

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées 31 èmes journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE V. BLONDEY IBODE S. CUENOT IBODE P. MATHIEU Chirurgien

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET Prévalence prolapsus > 45 ans Classification POP-Q (pelvic organ prolapse quantification) Etude WHI POUR LA CHIRURGIE POUR LA CHIRURGIE Echec de la contention Âge

Plus en détail

Curriculum Vitae. Lieu et mode d exercice : Service de Proctologie, Hôpital Bagatelle 33401 Talence, salarié temps plein

Curriculum Vitae. Lieu et mode d exercice : Service de Proctologie, Hôpital Bagatelle 33401 Talence, salarié temps plein Curriculum Vitae Dominique BOUCHARD Né le 25 Janvier 1971 à Talence 33400 N conseil de l ordre : 33 / 1 13035 Docteur en Médecine, Gastro-entérologue Proctologie Médico-chirurgicale Lieu et mode d exercice

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique CNGOF 2013 : «PROLAPSUS» Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique Dr Pauline Roumeguère Service de gastroentérologie CHU de Bordeaux Hôpital St André Service de proctologie Clinique

Plus en détail

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound)

Plus en détail

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 K-SAIDANI Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 Constipation : Plainte fréquente au cours de la grossesse et dans la période puerpérale; Elle peut survenir «de novo», aggraver

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

Cas clinique. Utilisation de MATRI BONE et COVA : COMBLEMENT POST-EXTRACTIONNEL Use of MATRI BONE and COVA : POST-EXTRACTION FILLING

Cas clinique. Utilisation de MATRI BONE et COVA : COMBLEMENT POST-EXTRACTIONNEL Use of MATRI BONE and COVA : POST-EXTRACTION FILLING Cas clinique Utilisation de MATRI BONE et COVA : COMBLEMENT POST-EXTRACTIONNEL Use of MATRI BONE and COVA : POST-EXTRACTION FILLING Dr Y. GALLERAS, Pau, France 1 Présentation du cas clinique/ Clinical

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE HEMORROIDAIRE SELON LA TECHNIQUE LONGO A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une hémorroïdectomie par l équipe chirurgicale des docteurs

Plus en détail

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS & GROUPE DE RECHERCHE EN OBSTÉTRIQUE ET GYNÉCOLOGIE RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE SESSION CONJOINTE DES JOURNÉES NATIONALES DU CNGOF

Plus en détail

Fissures anales. Définition et épidémiologie. Causes, facteurs favorisant. Signes et symptômes. Diagnostic.

Fissures anales. Définition et épidémiologie. Causes, facteurs favorisant. Signes et symptômes. Diagnostic. Fissures anales. Définition et épidémiologie. «Ulcération allongée et superficielle généralement très douloureuse siégeant dans les plis radiés de l anus.» 1 La fissure survient le plus souvent chez les

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Que lui proposez vous en première intention?

Que lui proposez vous en première intention? Mme F. 30 ans consulte pour besoins exonérateurs impérieux et incontinence aux gaz apparus 1 mois après un accouchement par voie vaginale avec forceps. Au toucher rectal, le tonus anal est normal mais

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 25 octobre 2006

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 25 octobre 2006 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 5 octobre 006 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt N.Alidrissi, J.North, M.Elyaacoubi, A.Elbardouni, MS.berrada, D.Bledea,

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

MIKULICZ. Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS. Mme GANDOSSI Yannick infirmière

MIKULICZ. Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS. Mme GANDOSSI Yannick infirmière MIKULICZ Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS Mme GANDOSSI Yannick infirmière Mikulicz Infirmière 1 Objectif : Le Mikulicz est un drainage par capillarité. Il permet de drainer les

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Préparation colique avant chirurgie colorectale: pour ou contre?

Préparation colique avant chirurgie colorectale: pour ou contre? Préparation colique avant chirurgie colorectale: pour ou contre? Charvin Marion DESC SCVO, TOURS juin 2009 Etre pour une préparation colique préopératoire ou plutôt ne pas être contre la Préparation Mécanique

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant Introduction Les fractures du massif trochantérien posent toujours un problème de santé publique : Leurs fréquence restent toujours élevée. Par les facteurs de risque qui concourent a provoquer cette fracture:

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Ph. LÉVY (Clichy) Tirés à part : Philippe Lévy Fédération médico-chirurgicale d hépato-gastro-entérologie, Hôpital Beaujon, 92118 Clichy

Plus en détail

Surveillance des cols traités

Surveillance des cols traités Surveillance des cols traités Collège de Gynécologie de Normandie 12 mai 2007 Dr Juan BERROCAL Clinique Europe ROUEN Biologie de l HPV La connaissance de la biologie de l HPV nous a permis d énormes progrès

Plus en détail

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES Mme GANDOSSI Yannick Infirmière Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS Je travaille à l hôpital St Antoine en réanimation chirurgicale digestive

Plus en détail

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Docteur Stéphane LIWAREK INSEP Les pathologies ORL ont fortement augmenté au cours de ces dernières années, avec notamment une progression des pathologies

Plus en détail

Cornil. Christophe. Chirurgie de la ptose Mammaire CHIR URGIE. Esthétique

Cornil. Christophe. Chirurgie de la ptose Mammaire CHIR URGIE. Esthétique HIR C Chirurgie de la ptose Mammaire C 1 rue longchamp 06000 Nice - France - Tél : +33 (0)4 93 82 82 11 - Fax : +33 (0)4 93 82 82 12 - contact@docteurcornil.com Chirurgie de la ptose mammaire ou Plastie

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Plus qu une régénération osseuse. Une solution complète.

Plus qu une régénération osseuse. Une solution complète. Plus qu une régénération osseuse. Une solution complète. Plus que des produits. Une gamme complète de produits. Les indications particulières, les objectifs de traitement et l'état du patient varient;

Plus en détail

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire?

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? R. Barbot 1, C. Le Marquand 1, J.-C. Pairon 2, C. Paris 3, B. Clin- Godart 4, A. Luc 5, P. Brochard 6, F. Laurent 7 1 Villenave d'ornon,

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

Plaquette 26_Mise en page 1 22/02/10 10:08 Page2

Plaquette 26_Mise en page 1 22/02/10 10:08 Page2 Plaquette 26_Mise en page 1 22/02/10 10:08 Page2 Plaquette 26_Mise en page 1 22/02/10 10:08 Page3 Implant FRACTAL Taux de succès sur une période de 1 à 3 ans Renaud PETITBOIS* Pierre MONSARRAT** Christian

Plus en détail

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Consultations initiales pour herpès génital 1. ARMSTRONG GL,et al. Incidence of herpes simplex virus type 2 infection

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Item 273 Pathologie hémorroïdaire

Item 273 Pathologie hémorroïdaire P I CDU_Chap27.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 5:03 17 Item 273 Pathologie hémorroïdaire 27 I. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET FACTEURS DE RISQUE II. EXPRESSION SYMPTOMATIQUE III. EXAMEN CLINIQUE IV. EXPLORATIONS

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Capsulite rétractile. Cas clinique n 1. Traitement de la douleur d épaule chronique

Capsulite rétractile. Cas clinique n 1. Traitement de la douleur d épaule chronique Traitement de la douleur d épaule chronique Experts: Dr. J. L. Ziltener, méd du sport, M. Monnin physio, Dr. A. Lädermann, orthopédiste Animatrices: T. Sacroug et M.C. Kramer Colloque MPR 28 octobre 2009

Plus en détail