Fistule anale : la fin du tunnel?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fistule anale : la fin du tunnel?"

Transcription

1 Mini-revue Fistule anale : la fin du tunnel? Anal fistula: the end of the story? DenisSoudan (1),Laurent Abramowitz (2), Roland Ganansia (1), Thierry Puy-Montbrun (1) 1 H^opital Paris-Saint-Joseph, Institut de proctologie Leopold-Bellan, 185, rue Raymond-Losserand, Paris, France 2 H^opital Bichat, 46 rue Henri-Huchard, Paris, France Resume Abces et fistule anale sont deux stades de la m^eme maladie. Le traitement doit tarir la suppuration et ne pas creer d incontinence. C est en fonction de ce risque d incontinence que l on distingue les fistules simples et complexes. Une fistule simple peut ^etre mise a plat en un temps sans compromettre la continence : son traitement est la fistulotomie. Lorsque la fistulotomie risque de compromettre de façon significative la continence, plusieurs strategies sont envisageables. L utilisation classique du drainage par seton dans une strategie de fistulotomie en plusieurs temps permet de tarir la suppuration au prix de troubles de la continence. Les strategies d epargne sphincterienne consistent a obturer l orifice interne (lambeau d avancement) ou a combler le trajet (colle ou bouchon de collagene). Bien que non applicables dans tous les cas, elles sont tres efficaces sur la prevention de la continence et beaucoup moins pour la prevention de la recidive (50 %). La qualite de vie depend de la recidive et de la continence postoperatoires. Les resultats des differentes strategies restent cependant difficiles a comparer. n Mots cles : fistule anale, fistulotomie, continence, lambeau d avancement, obturation par colle, bouchon de collagene Abstract Abscess and anal fistula are two stages of the same disease. Healing fistula without incontinence is the challenge. The risk of impairment of continence discriminates between simple and complex fistula. Simple fistula can be layed open without significant risk for incontinence: fistulotomy is then the treatment of choice. To preserve from impairment of continence, the drainage with seton is useful for staged fistulotomy or sphincter saving strategy. This includes mucosal flap obliteration of the primary orifice of the fistula, or filling the fistula track with glue or collagen. These methods are not usable in all fistulas. Best results are obtained in single-track fistula. The preservation of continence is achieved by these methods of filling the tract but relapse of fistula occurs in up to 50%. Quality of life depends on postoperative relapse of fistula and continence. It is actually still difficult to compare the results of these different treatments. n Key words: anal fistula, fistulotomy, continence, mucosal flap, fibrin glue, collagen anal plug doi: /hpg HEPATO GASTRO et Oncologie digestive y Tires a part : D. Soudan L a prise en charge d une fistule anale est un defi permanent lie au fait que le traitement le plus efficace sur la prevention de la recidive, la fistulotomie, peut ^etre deletere sur la fonction de continence. C est pourquoi des techniques d epargne sphincterienne, obturant l orifice interne ou la totalite du trajet, ont vu le jour. Les fistules de la maladie de Crohn et les fistules rectovaginales ne seront pas abordees dans cet expose. Pour citer cet article : Soudan D, Abramowitz L, Ganansia R, Puy-Montbrun T. Fistule anale : la fin du tunnel? Hepato Gastro 2011 ; 18 : doi : /hpg

2 Définition et classifications des fistules anales La fistule anale est un phenomene infectieux a germes banals (sauf cas particuliers) qui trouve sa naissance au niveau de la ligne des cryptes ou s abouchent les glandes de Hermann et Desfosses. Les canaux de ces glandes peuvent se ramifier au-dela du sphincter interne (50 % des cas) dans l espace inter-sphincterien (entre sphincters interne et externe). L infection d une de ces glandes peut determiner un abces inter-sphincterien. L abces intersphincterien ne pouvant se rompre dans la lumiere en raison de la barriere du sphincter interne, il diffuse ensuite dans plusieurs directions, dont la plus simple et la plus frequente est descendante vers la marge anale. C est selon le trajet de l infection dans l appareil sphincterien que sont classees les fistules anales. Il existe, dans la litterature, neuf classifications des fistules anales. La classification de Parks est utilisee dans le monde anglo-saxon. En France, la classification de J. Arnous, E. Parnaud et J. Denis est adoptee par la plupart des operateurs. Elle distingue les fistules inter-sphincteriennes qui restent dans l espace inter-sphincterien et les fistules trans-sphincteriennes qui traversent le sphincter externe (figure 1). Parmi ces dernieres, elle distingue les fistules trans-sphincteriennes inferieures ou superieures, selon leur position par rapport alamoitie de la hauteur du sphincter externe. Les fistules supra-sphincteriennes ont leur trajet au-dessus du sphincter externe. Il existe, dans la litterature, neuf classifications des fistules anales. Quelle que soit la classification utilisee, l important est de se referer a l appareil sphincterien [1]. La classification des fistules anales est une aide a la décision thérapeutique Fistule simple ou fistule complexe? L objectif du traitement est double : guerir la suppuration et preserver la fonction de continence. Ce double objectif est atteint aisement par la fistulotomie en un temps, en cas de fistule anatomiquement simple. Cependant, la fistulotomie d un certain nombre de ces fistules a trajet anatomiquement «simple» reste suivi d un taux d incontinence difficilement acceptable par les patients. C est pourquoi la definition moderne d une fistule complexe depasse la notion de complexite anatomique du trajet (trajet dans deux plans ou trajet avec diverticules). Une fistule complexe est une fistule dont la mise a plat en un temps compromettrait la continence [1, 2], m^eme si son trajet principal est anatomiquement simple (dans un seul plan et sans diverticule). Il s agit de fistule dont le trajet principal concerne au moins 30 a 50 % de la hauteur du sphincter externe (fistules trans-sphincteriennes superieures et suprasphincteriennes), de fistule a trajet ramifie (un diverticule est d autant plus frequent que le trajet principal est haut), des fistules anterieures chez la femme (quelle que soit la hauteur du trajet), en presence d une incontinence preexistante, survenant sur un perinee poly-opere ouirradie [2]. Une fistule complexe est une fistule dont la mise a plat en un temps compromettrait la continence Trouble de la continence apres traitement d une fistule anale : réalité et facteurs de risque Figure 1. Classification des fistules anales selon Arnous J, et al. [15]. De haut en bas : abces intersphincterien ; fistule suprasphincterienne ; fistule trans-sphincterienne superieure ; fistule trans-sphincterienne inferieure. La definition de l incontinence postoperatoire et par consequent sa frequence et sa severite sont diversement appreciees dans la litterature. Un recueil precis des donnees et l utilisation de scores d incontinence semblent pejoratifs pour l evaluation de la continence et font apparaître de mauvais resultats. Dans une etude retrospective par 260

3 Fistule anale questionnaire, l insatisfaction postoperatoire etait plus severe (61 %) en cas de recidive de la fistule (plus rare) qu en cas de trouble de la continence (24 %) (plus frequent) [3]. En l absence de recidive de suppuration, 87 % des patients d une serie retrospective se disaient satisfaits, m^eme si 50 % d entre eux avaient des signes d incontinence [4]. L utilisation de scores de qualite de vie (GIQLI) confirme, d une part, la severite de l alteration de la qualite de vie (QDV) par une fistule recidivante, d autre part, l amelioration significative du score apres guerison de la suppuration, m^eme au prix d une incontinence [5]. L appreciation de la hauteur du trajet est faite par palpation peroperatoire. Le sacrifice du sphincter externe est un facteur d incontinence [1, 6]. Les etudes manometriques ont montre en outre que le raccourcissement de la zone de haute pression (i.e. diminution de longueur du canal anal) etait un facteur d incontinence postoperatoire [7]. Cela explique pourquoi, au-dela des chiffres, le principe le plus important concernant la fistulotomie n est pas «combien on coupe, mais combien il en reste» [8, 9]. Ainsi, la section de 1 cm de sphincter externe n a pas la m^eme consequence en arriere chez l homme (oule canalest long) et en avant chez la femme ou le canal anal est plus court et plus fragile avec de surcroît le risque d une lesion sphincterienne occulte du post-partum. Le sexe feminin est un facteur de risque d incontinence dans le traitement des fistules [7, 8]. Outre le type de fistule, le terrain est le deuxieme facteur de risque majeur pour l incontinence Cette notion impose d avoir evalue, au moins cliniquement et par l interrogatoire, en preoperatoire la valeur fonctionnelle de l appareil sphincterien et d une façon generale tous les facteurs de risque d incontinence (^age, colopathie fonctionnelle, habitudes de transit, antecedent obstetricaux, de chirurgie anale...) [1, 2]. moyen d incontinence passe de 1 a 2/20 (119 fistules evaluees un an) [10]. Lafistulotomieestetresteletraitement de référence d une fistule trans-sphinctérienne simple Ces recommandations concernent egalement le traitement de la fistule simple vue au stade d abces [1]. Cette attitude n est bien s^ur recommandee que si le trajet et l orifice interne ont ete bien identifies (ce qui peut ^etre malaise ala phase aigu e) et s il s agit d une fistule «simple». Le drainage par séton Le drainage par seton (du latin seda : crin, poil d animal) est recommande si le trajet identifie serevele ^etre celui d une fistule [1]. Le seton permet un drainage du trajet principal et la cicatrisation des diverticules, sa presence favorise la constitution d une cicatrice dont la fibrose est utile a l architecture peri anale. Plusieurs modes d utilisation du seton sont possibles. La traction elastique progressive («cutting seton») consiste a serrerregulierement le seton elastique, afin d obtenir une fistulotomie lente. Cette methode est douloureuse si on n a pas pris le soin de resequer le rev^etement sensible cutaneo-marginal. Seuls trois travaux prospectifs ne reunissant que 64 patients[11-13] evaluent les resultats de la traction elastique progressive : recidive 0-11 % ; incontinence mineure 13 a 20 % et absence d incontinence majeure. Cependant, la vitesse de section est difficile a prevoir et certaines series, ou la section est rapide, font etat d un taux eleve d incontinence severe. Une revue de la litterature decrit 12 % de troubles de la continence apres ce traitement (plus souvent aux liquides qu aux gaz) [14]. Principes des traitements chirurgicaux En 2010, les deux grands principes des traitements chirurgicaux sont les techniques de fistulotomie et les techniques dites d epargne sphincterienne a la fistulotomie et ses variantes. La fistulotomie est et reste le traitement de reference d une fistule trans-sphincterienne simple [1, 2]. Son efficacite sur le processus suppuratif est evaluee par le taux de recidive qui varie entre 0 et 21 % selon les etudes. Une etude française multicentrique a paraître a evalue cette strategie dans les fistules simples : la recidive est nulle et le score Le drainage par séton est recommandé si le trajet identifié serévele ^etre celui d une fistule complexe C est pourquoi le drainage est souvent utilise sous forme de seton non serre («loose seton»), dans une strategie de fistulotomie en temps separes. Plusieurs techniques de fistulotomie en temps separes sont decrites dans la litterature. La technique d abaissement du trajet par section initiale de sa partie haute n est decrite que par deux equipes [15-17]. Le principe de la fistulotomie en temps separes 261

4 de haut en bas est de transformer une fistule haute «complexe» en fistule basse «simple» qui sera mise aplat dans le dernier temps operatoire. Cette technique respecte le sphincter interne au premier temps, facteur de meilleurs resultats sur la continence. Dans un premier temps, apres catheterisme au stylet du trajet fistuleux a partir de l orifice interne, on disseque le trajet fistuleux a partir de l orifice externe jusqu au plan sphincterien et on met en place, dans le trajet principal, une anse de drainage elastique sans traction. Dans les fistules les plus hautes, il est difficile de catheteriser le trajet en raison de la chicane du trajet situee dans la couche longitudinale complexe [16, 18]. On sectionne la partie haute du sphincter externe afin de drainer cette partie inter-sphincterienne vers la fosse ischio-anale transformant le trajet haut en un trajet plus bas situe. Apres cicatrisation de la premiere intervention, si les diverticules ont ete bien draines, si le trajet principal est bien asseche et correctement abaisse, la fistulotomie du trajet residuel est realisable, comme dans le cas d une fistule simple. Apres cicatrisation de la premiere intervention, si les diverticules ont été bien drainés, si le trajet principal est bien asséché et correctement abaissé, la fistulotomie du trajet résiduel est réalisable, comme dans le cas d une fistule simple La fistule haute et complexe a ainsi ete transformee en fistule basse et simple. Si une trop grande quantite de sphincter doit ^etre sectionnee lors du deuxieme temps operatoire, on n hesitera pas a realiser un ou deux temps complementaires jusqu a obtention d un abaissement correct du trajet [19]. Le dernier temps consistant a retirer l anse elastique intacte lors de la fistulotomie (figures 2-5). Cette methode est efficace sur la suppuration (95 a 97% de guerison de la fistule) et preserve de façon correcte la continence (3 a 7 % de troubles de la continence, dont la moitie ne concerne que les gaz) [19, 20]. Des chiffres de 5 a 11 % d incontinence aux gaz et de 5 % d incontinence aux selles liquides, sans incontinence aux solides sont rapportes dans un etude ancienne française concernant cette strategie de fistulotomie en temps separes dans les fistules supra-sphincteriennes [16]. Une revue de la litterature retrospective concernant les differentes techniques de fistulotomie en temps separes retrouve un taux de recidive de 0 a 13 %, d incontinence mineure jusqu a 60 % et d incontinence majeure jusqu a 42 % [1]. Une etude française multicentrique a paraître a evalue cette strategie dans les fistules traitees en deux temps : la recidive est de 4 % et le score moyen d incontinence passe Figure 2. Orifice externe d une fistule trans-sphincterienne superieure (credit photo : L. Abramowitz). de 1/20 a 4/20 (44 fistules evaluees un an) [10]. En revanche, l ablation simple de l anse apres drainage prolonge est suivie t^ot ou tard d une recidive dont l incidence est fonction de la duree du suivi. Les techniques dites d épargne sphinctérienne Le lambeau d avancement est decrit depuis le debut du XX siecle. Il consiste en l abaissement d un lambeau de muqueuse, sous-muqueuse et musculeuse rectale devant l orifice interne et sa suture devant l orifice interne par des points resorbables. Son indication privilegiee est la fistule anterieure chez la femme. Sa realisation peut ^etre delicate voire impossible en cas de defect sphincterien important, d anus etroit ou chez le poly-opere, et elle est contreindiquee en presence de diverticule non draine [1], c est- a-dire en situation non rare de fistule complexe. Le retentissement de cette intervention sur la continence n est pas nul : jusqu a 38 % de trouble de la continence selon les etudes. 262

5 Fistule anale Figure 3. Fin du premier temps ope ratoire. Se ton la^che non serre. Seule la partie haute du trajet a et e sectionn ee. Le trajet principal est abaiss e (cr edit photo : L. Abramowitz). Figure 4. Deuxi eme temps op eratoire. Fistulotomie du trajet r esiduel (cr edit photo : L. Abramowitz). Une deuxi eme option th erapeutique d epargne du sphincter externe est l obturation du trajet par de la colle (biologique ou synth etique) ou par du collag ene (bouchon de collag ene de porc). Ces techniques d obturation ne concernent que les fissures trans-sphinct eriennes (l abc es inter-sphinct erien est une contre indication de ces techniques). La colle biologique est utilis ee depuis presque un si ecle en chirurgie. En 1991, la premi ere utilisation dans les fistules anales montrait un taux de succ es de 50 % [21]. Les colles de fibrine contiennent du fibrinog ene, du facteur XIII, de la fibronectine d origine humaine et de l aprotinine d origine bovine. Le caillot de fibrine ainsi form e obture le trajet et stimule la migration, la prolif eration et l activation des fibroblastes. Il ne semble pas exister de diff erence d efficacit e entre les diff erentes colles biologiques du commerce. La technique consiste a obturer le trajet en injectant la colle a l aide d un cathlon par une manœuvre de retrait de l orifice interne vers l orifice externe apr es avoir aviv e les berges du trajet par curetage ou ecouvillonnage (figure 6A et B). Cette m ethode a le m erite d ^ etre simple et de ne pas l eser le sphincter. Son efficacit e est evalu ee entre coce du 0 et 100 %. L absence de mobilisation pre bouchon de colle semble un facteur de bon r esultat [22]. L adjonction locale d antibiotiques ou la confection d un volet n am eliore pas les r esultats. Une revue de la litt erature fait apparaı tre de moins bons r esultats dans les fistules a trajets complexes (35,5 %) que dans les fistules simples (62,9 %) [23]. Une autre option th erapeutique est l utilisation de colle synth etique non biologique (cyanoacrylate) au sujet de laquelle quelques donn ees encourageantes sont disponibles [24, 25]. Le taux de succ es de l obturation du trajet par de la colle est d environ 50 % a trois mois, sans d et erioration avec un recul sup erieur a un an. s de l obturation du trajet Le taux de succe de la fistule par de la colle est d environ trois mois 50 % a ne est une autre L obturation par un bouchon de collage option th erapeutique plus r ecente. Elle consiste a obturer le 263

6 Chez des patients bien sélectionnés, la longueur du trajet influence l efficacité de l obturation Conclusion Figure 5. Cicatrice finale (credit photo : L. Abramowitz). trajet avec un bouchon de collagene de sous-muqueuse de porc de forme legerement conique (Anal Fistula Plug 1 ) (figure 7A et B). Les cellules de l h^ote et les vaisseaux colonisent le «greffon», qui sert de matrice pour l infiltration par le tissu conjonctif du patient [26]. La premiere serie publiee faisait etat de bons resultats 83 % de fermeture [27] a 12 mois. Les resultats des autres etudes (y compris abstracts) sont favorables dans 50 % des cas environ avec obturation du trajet sans trouble de la continence. Malheureusement, les fistules complexes, qui sont celles ou la technique est la plus utile, sont des facteurs de mauvais pronostic. Ainsi, 70 % des fistules simples sont gueries versus 35 % des fistules complexes dans l etude de Ky et al. [28]. L utilisation prealable du seton est recommandee par les experts et une des contre indications de la methode est la persistance d un abces d une cavite ou d un suintement purulent [26]. Chez des patients bien selectionnes la longueur du trajet a obturer influence l efficacite de la technique : 21 % des trajets de moins de 4 cm de long sont obtures versus 61 % des trajets de plus de 4 cm [29]. Le traitement d une fistule anale simple reste la fistulotomie en un temps qui donne de bons resultats sur la prevention de la recidive et le respect de la continence. Letraitement d une fistule«complexe», c est-a-dire a risque d incontinence si une fistulotomie en un temps etait realisee, fait appel classiquement aux techniques de fistulotomie en temps separes qui permet de traiter la totalite des formes anatomiques avec les meilleurs resultats sur l eradication du sepsis, mais au prix de troubles de continence. Les techniques d epargne sphincterienne : abaissement d un volet muqueux, obturation du trajet a l aide de colle biologique ou de bouchon de collagene ont le merite de prendre moins de risque avec la continence (au moins pour les deux dernieres), mais au prix d une moindre efficacite sur la prevention des recidives de la suppuration. Le point commun a toutes ces techniques d epargne est qu elles doivent ^etre effectuees sur un trajet principal prealablement draine et apres cicatrisation des diverticules. Il est tres vraisemblable que le traitement optimal de ces fistules anales anatomiquement complexes peut ^etre resolu par l association ou la succession d une ou plusieurs de ces methodes : drainage prolonge et si besoin fistulotomie partielle pour simplifier le trajet et eviter les recidives suivi d une technique d epargne adaptee a la situation anatomique pour preserver la continence. La poursuite de l evaluation prospective de ces methodes et de ces strategies est indispensable, afin que nous puissions mieux eclairer le consentement des patients. & T ake home messages La fistulotomie est le traitement des fistules simples. & Une fistule complexe est une fistule dont la mise a plat compromettrait de façon significative la continence. & Le risque d incontinence postoperatoire est fonction du trajet de la fistule et du terrain. & La fistulotomie en temps separes par des periodes de drainage est la technique la plus efficace sur l eradication du sepsis. & Les techniques d obturation du trajet respectent la continence et sont efficaces sur la suppuration dans environ 50 % des cas. 264

7 Fistule anale A B Figure 6. A et B. Obturation par colle biologique du trajet r esiduel d une fistule complexe poly-op er ee (cr edit photo : D. Soudan). 265

8 A B Figure 7. A. Bouchon de collag ene obturant un trajet apr es drainage en s eton. B. Apr es suture au niveau de l orifice interne, section de l exc edent de collag ene au niveau de l orifice externe (cr edit photo : L. Abramowitz). 266

9 Fistule anale Conflits d inter^ets : L. Abramowitz declare des conflits d inter^ets avec Abbott, Nycomed, Intendis, Medtronic, Mundipharma, Pierre Fabre, Sanofi. & Références Les references importantes apparaissent en gras. 1. Williams JG, Farrands PA, Williams AB, et al. The treatment of anal fistula: ACPGBI position statement. Colorectal Dis 2007 ; 9 (suppl 4) : Whiteford MH, Kilkenny J, 3rd, Hyman N, et al. Practice parameters for the treatment of perianal abscess and fistula-in-ano (revised). Dis Colon Rectum 2005 ; 48 : Garcia-Aguilar J, Davey CS, Le CT, et al. Patient satisfaction after surgical treatment for fistula-in-ano. Dis Colon Rectum 2000 ; 43 : Westerterp M, Volkers NA, Poolman RW, et al. Anal fistulotomy between Skylla and Charybdis. Colorectal Dis 2003 ; 5 : Seneviratne SA, Samarasekera DN, Kotalawala W. Quality of life following surgery for recurrent fistula-in-ano. Tech Coloproctol 2009 ; 13 : Cavanaugh M, Hyman N, Osler T. Fecal incontinence severity index after fistulotomy: a predictor of quality of life. Dis Colon Rectum 2002 ; 45 : Belliveau P, Thomson JP, Parks AG. Fistula-in-ano. A manometric study. Dis Colon Rectum 1983 ; 26 : Garcia-Aguilar J, Belmonte C, Wong WD, et al. Anal fistula surgery. Factors associated with recurrence and incontinence. Dis Colon Rectum 1996 ; 39 : Davies M, Harris D, Lohana P, et al. The surgical management of fistula-in-ano in a specialist colorectal unit. Int J Colorectal Dis 2008 ; 23 : Abramowitz L, Staumont G, Ganansia R, et al. One-year out come of fistulotomy: a prospective multi center study. European Society of coloproctology; Annual Meeeting; Sorente Durgun V, Perek A, Kapan M, et al. Partial fistulotomy and modified cutting seton procedure in the treatment of high extrasphincteric perianal fistulae. Dig Surg 2002 ; 19 : Zbar AP, Ramesh J, Beer-Gabel M, et al. Conventional cutting vs. internal anal sphincter-preserving seton for high trans-sphincteric fistula: a prospective randomized manometric and clinical trial. Tech Coloproctol 2003 ; 7 : Mentes BB, Oktemer S, Tezcaner T, et al. Elastic one-stage cutting seton for the treatment of high anal fistulas: preliminary results. Tech Coloproctol 2004 ; 8 : Ritchie RD, Sackier JM, Hodde JP. Incontinence rates after cutting seton treatment for anal fistula. Colorectal Dis 2009 ; 11 : Arnous J, Parnaud E, Denis J. Abscesses and fistula of the anus (a propos of 3000 operations). Rev Prat 1972 ; 22 : Denis J, Lemarchand N, Dubois N. Les fistules anales suprasphincteriennes. Ann Gastroenterol Hepatol 1983 ; 19 : Ramanujam PS, Prasad ML, Abcarian H. The role of seton in fistulotomy of the anus. Surg Gynecol Obstet 1983 ; 157 : Puy-Montbrun T. Treatment of anal fistula. Gastroenterol Clin Biol 1998 ; 22 : B Pearl RK, Andrews JR, Orsay CP, et al. Role of the seton in the management of anorectal fistulas. Dis Colon Rectum 1993 ; 36 : Rosa G, Lolli P, Piccinelli D, et al. Fistula in ano: anatomoclinical aspects, surgical therapy and results in 844 patients. Tech Coloproctol 2006 ; 10 : Hjortrup A, Moesgaard F, Kjaergard J. Fibrin adhesive in the treatment of perineal fistulas. Dis Colon Rectum 1991 ; 34 : de Parades V, Far HS, Etienney I, et al. Seton drainage and fibrin glue injection for complex anal fistulas. Colorectal Dis 2010 ; 12 : Swinscoe MT, Ventakasubramaniam AK, Jayne DG. Fibrin glue for fistulain-ano: the evidence reviewed. Tech Coloproctol 2005 ; 9 : Barillari P, Basso L, Larcinese A, et al. Cyanoacrylate glue in the treatment of ano-rectal fistulas. Int J Colorectal Dis 2006 ; 21 : Queralto M, Portier G, Bonnaud G, et al. Efficacy of synthetic glue treatment of high crypoglandular fistula-in-ano. Gastroenterol Clin Biol 2010 ; 34 : Amrani S, Zimmern A, O Hara K, et al. The Surgisis AFP anal fistula plug: a new and reasonable alternative for the treatment of anal fistula. Gastroenterol Clin Biol 2008 ; 32 : Champagne BJ, O Connor LM, Ferguson M, et al. Efficacy of anal fistula plug in closure of cryptoglandular fistulas: long-term follow-up. Dis Colon Rectum 2006 ; 49 : Ky AJ, Sylla P, Steinhagen R, et al. Collagen fistula plug for the treatment of anal fistulas. Dis Colon Rectum 2008 ; 51 : McGee MF, Champagne BJ, Stulberg JJ, et al. Tract length predicts successful closure with anal fistula plug in cryptoglandular fistulas. Dis Colon Rectum 2010 ; 53 :

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Laurent SIPROUDHIS P COULOM

Laurent SIPROUDHIS P COULOM Laurent SIPROUDHIS P COULOM Intérêt des explorations complémentaires dans les troubles de la statique pelvienne - Connaitre les explorations complémentaires dans les troubles de la statique - Connaitre

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traiter un symptôme Position du problème Ampleur de la plainte Histoire naturelle Mode de prise en charge actuelle Règles hygiéniques Rééducation

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

LE PROLAPSUS DU RECTUM. Prise en charge optimale. Guénolé SIMON DESC Brest 2014

LE PROLAPSUS DU RECTUM. Prise en charge optimale. Guénolé SIMON DESC Brest 2014 LE PROLAPSUS DU RECTUM Prise en charge optimale Guénolé SIMON DESC Brest 2014 Généralités Trouble de la statique du rectum aboutissant à son extériorisation à travers l'anus Généralités Une pathologie

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

Lésions anales neurosphinctériennes induites par l accouchement

Lésions anales neurosphinctériennes induites par l accouchement Lésions anales neurosphinctériennes induites par l accouchement L. Abramowitz et A. Batallan Parturientes par lesquelles on doit discuter un accouchement par césarienne : antécédent de chirurgie colo-proctologique

Plus en détail

Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie

Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Marc Papillon ASRCC 2012 Différents troubles de la statique rectale : - Prolapsus extériorisé du rectum - Prolapsus rectal

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES M. BERLAND Université Claude Bernard Lyon 1 Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux 1 METHODES

Plus en détail

urinaire féminine à l effort de la femme

urinaire féminine à l effort de la femme Evaluation clinique préopératoire d une incontinence urinaire féminine à l effort de la femme Jean-François HERMIEU Service d Urologie CHU Bichat 46, rue Henri Huchard 75018 Paris E mail : jean-francois.hermieu@bch.aphp.fr

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie - Définitions... 1 2 Diagnostique d'une hernie inguinale... 2 3 Argumenter l'attitude

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

Césarienne pour toutes

Césarienne pour toutes Césarienne pour toutes Méthodologie Revue de la littérature : - PUBMED de 2003 à nos jours - Mots clefs: urinary incontinence AND cesarean section (210 publications) fecal incontinence AND cesarean section

Plus en détail

Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD

Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD PRÉSERVATION DES DENTS AVEC STRAUMANN EMDOGAIN Entre 5 et 15 % de la population souffre de parodontite sévère pouvant induire la perte de dents 1,2 Les

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES QUI, COMMENT ET COMBIEN DE TEMPS DESENSIBILISER? JOËLLE BIRNBAUM UPRES EA 3287 Université de la Méditerranée Service Pneumo-alergologie Hôpital Ste Marguerite, Marseille

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

Incontinence anale. F. PIGOT (Talence) F. ZERBIB (Bordeaux)

Incontinence anale. F. PIGOT (Talence) F. ZERBIB (Bordeaux) Incontinence anale F. PIGOT (Talence) F. ZERBIB (Bordeaux) Tirés à part : F. Zerbib Service de gastroentérologie, Hôpital Saint André, 1, rue J. Burguet, 33075 Bordeaux Cedex. Introduction Le sujet a déjà

Plus en détail

La maladie de Verneuil Hidrosadénite suppurée

La maladie de Verneuil Hidrosadénite suppurée Hidrosadénite suppurée La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps.

Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps. Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps. Marco Estienne, Piero Glorialanza, Veronica Giasotto, Fabrizio Gandolfo, Marianella

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

DENTS ET SINUS MAXILLAIRE

DENTS ET SINUS MAXILLAIRE DENTS ET SINUS MAXILLAIRE Introduction Il existe des pathologies sinusiennes d'origine dentaire et inversement. Les sinus n'existent pas chez l'enfant, ils ne se pneumatisent qu à partir du moment où les

Plus en détail

Positionnement de l implant

Positionnement de l implant HORS SÉRIE Hors série - 2009 Positionnement de l implant Déterminants biologiques et précision NobelActive NobelGuide Chirurgie à minima et esthétique ESTHÉTIQUE ET CHIRURGIE GUIDÉE AVEC NOBELACTIVE PAR

Plus en détail

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites

LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites LA MYOMECTOMIE : Les conditions anatomiques pour la réaliser et les suites Le pôle ORG Bordeaux! Pr Claude HOCKE Pôle d Obstétrique-Reproduction-Gynécologie Centre Aliénor d Aquitaine CHU Bordeaux OBJECTIFS

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations)

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Pré-Requis : Connaissance de bases : Anatomie du pelvis Classification des troubles de la statique génitale

Plus en détail

CONSTIPATION TERMINALE

CONSTIPATION TERMINALE CONSTIPATION TERMINALE Dr El Mekkaoui Amine Service de gastro-entérologie Faculté de médecine et de pharmacie d Oujda (FMPO) Journée du printemps, Programme Scientifiq ue, Vendredi 16 Mai 2014 Hôtel Royal

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans les pays de l OCDE

La chirurgie ambulatoire dans les pays de l OCDE La chirurgie ambulatoire dans les pays de l OCDE OCDE OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economique 30 pays membres : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada,, Communauté Européenne,

Plus en détail

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards 1 Excellentes performances scientifiquement démontrées. Roxolid est un matériau unique

Plus en détail

Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir

Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir JFHOD FMC-HGE 25-28 Mars 2010 Marc Barthet, Hôpital Nord, Marseille Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 Objectifs

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE Instructions Merci : de répondre complètement à toutes les questions, d écrire lisiblement, de signer et dater

Plus en détail

PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES

PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES Rémy SCHMIED Mai 2005 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 INTRODUCTION Offres plus ou moins récentes 3 produits disponibles : Patch contraceptif

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI - 2007 publié le 12.12.2007

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI - 2007 publié le 12.12.2007 COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI - 2007 publié le 12.12.2007 TRENTE ET UNIÈMES

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale.

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Exécution en bloc opératoire de procédures planifiées en préopératoire Réduction

Plus en détail

Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique

Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de médecine clinique Département de Gynécologie- Obstétrique Service d obstétrique Thèse préparée sous la direction du Professeur Olivier Irion SANTE DES

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant. Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette

Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant. Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette Vous avez des douleurs durant les relations sexuelles 1. LES PROBLÈMES DE VESSIE:

Plus en détail

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi.

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Brochure Patients Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Apport de l IRM dans la

Apport de l IRM dans la Apport de l IRM dans la caractérisation tissulaire préopératoire des tumeurs rectales Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous.

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Technique chirurgicale Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Table des matières Indications et contre-indications 3 Implants 4 Instruments 4 Planification

Plus en détail

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives Chapitre 2 : Chirurgies réfractives 1. Techniques d examen... 2 1.1 Aberrométrie (voir chapitre cornée)... 2 1.2. Topographie cornéenne (voir chapitre cornée)... 2 2. Chirurgies incisionnelles... 2 3.1.

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien L Incontinence Urinaire au FEMININ Dr Isabelle Kaelin-Gambirasio Erika Vögele Dr Johanna Sommer Examen pelvien Inspection : Atrophie vulvovaginale Inflammation vaginale Pertes d urines à la toux Prolapsus

Plus en détail

Logiciel Médical USA, Europe, France

Logiciel Médical USA, Europe, France Logiciel Médical USA, Europe, France Dr. Georg Heidenreich - COCIR Medical Software Task Force Page 1 USA: Les lois pour les Logiciels Médicaux Les Dispositifs Médicaux sont des produits qui répondent

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE Pr Claude Hocké Pôle Gynécologie- Obstétrique-Reproduction Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux 1 INTERROGATOIRE IL RESTE FONDAMENTAL ET PEUT ÊTRE DIVISÉ

Plus en détail

Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises

Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises L APPUI PARTIEL MESURER AU LIEU D ÉVALUER Après chirurgie orthopédique ou d urgence, l indication médicale est souvent ordonnée

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Dr Estelle Botton Algo-Cancérologue Mont Saint-Michel, 17 Avril 2013 Pourquoi en parler? 1 Parce qu elles sont, parfois (souvent?) Non évoquées, non entendues

Plus en détail

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Traitement des tumeurs pulmonaires par RF Chauffage : particularités pulmonaires NICE guidelines RFA LUNG Percutaneous

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

www.drfadisleilati.com

www.drfadisleilati.com www.drfadisleilati.com Plan Les produits de comblements Les accidents Inflammatoires/Infectieux Granulomes/Suppurations Hypothèses pathogéniques Traitement Prévention Conclusions Les Produits de Comblement

Plus en détail

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement :

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement : DIU de rééducation pelvi-périnéale DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE Responsables de l enseignement : Pr. Gérard AMARENCO (UPMC), Pr. Michel COSSON (CHU Lille), Pr. Gilberte ROBAIN (UPMC) 1. Cible La

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Structure tricotée Köper exclusive offrant: - une dilatation

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail