CANCERS BRONCHIQUES Item N 257

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CANCERS BRONCHIQUES Item N 257"

Transcription

1 CANCERS BRONCHIQUES Item N 257

2 Épidémiologie Pathologie fréquente Pratiquement inconnue au début du siècle ; elle est actuellement en constante augmentation au niveau mondial décès/an en France. Cancer le plus fréquent chez l'homme. 1 ère cause de mortalité par cancer chez l'homme. Secondaire au tabagisme actif Pas de seuil au-delà duquel le risque apparaît Risque = fonction du nombre de cigarettes fumées (inhalation fumée) mais surtout de la durée du tabagisme : risque = nombre de cigarettes/j x durée (années) 4.

3

4 Généralités Secondaire au tabagisme passif Tabagisme passif : responsable de 25 % des cancers bronchiques des non fumeurs (risque x 1,5 à 3). pas de seuil au-delà duquel le risque apparaît. Pathologie grave : Tous types histologiques et stades évolutifs confondus : survie à10 % à5 ans.

5 Incidence et mortalité des cancers bronchiques en France (chiffres 2009)

6 Etiologies Tabac : lutte contre le tabagisme permettrait de réduire la fréquence de plus de 90 % des cancers bronchiques (pathologie évitable). Autres facteurs : amiante : MP : tableau N 30Bis, CB chez 10 % des patients avec asbestose chrome (MP : tableau N 10 ter), fer (MP : tableau N 44), arsenic (MP vignerons : tableau N 20 bis) radiations (minerais radioactifs, radiations ionisantes), nickel, chlorométhyléthers, gaz moutarde, hydrocarbures du charbon et du pétrole

7 Facteurs de risque antécédents familiaux de cancer bronchique (facteurs génétiques) mais pas étude des gènes de susceptibilité en routine existence d'un trouble ventilatoire obstructif, antécédent personnel de cancer bronchique ou des VAS ou digestif.

8

9 CANCERS BRONCHIQUES Cancers bronchiques primitifs = 2 types : 20% CBPC : cancers bronchiques à petites cellules, 80% CBNPC : cancers bronchiques NON à petites cellules 50% adénocarcinome 35 à 40% épidermoïde, 5 à 10% indifférenciés

10 Clinique Terrain Typique : homme, âge > 40 ans, fumeur Signes généraux : +++ au stade métastatique (amaigrissement, asthénie, anorexie) Signes fonctionnels respiratoires : présents dans 60 % cas, souvent négligés : Toux, dyspnée, douleurs thoraciques (aspécifiques) Hémoptysie Infection bronchique ou pneumopathie récidivante

11 Signes cliniques Signes médiastinaux (par extension ganglionnaire) : Dysphonie par atteinte du nerf récurrent gauche Wheezing par compression trachéale ou bronchique Syndrome cave supérieur Dysphagie par compression de l œsophage Autres signes thoraciques : Pleurésie (révélatrice d un cancer bronchique : 20% des cas) Péricardite Maladie thrombo-embolique si présente : traitement par Tinzaparine

12 Signes à distance Signes de dissémination métastatique : Osseuse Cérébrale Surrénalienne Hépatique Autres (plus rares)

13 Particularités CBNPC représente la majorité des cancers bronchiques primitifs (80%). Maladie néoplasique d'évolution lente car le temps de doublement de la tumeur est long évolution locale puis locorégionale (adénopathies hilaires puis médiastinales) puis générale (métastases). Au moment du diagnostic : - 2/3 sont localisés au thorax, - 1/3 sont métastatiques D'où possibilités de sanction chirurgicale : classification TNM. Syndromes paranéoplasiques : hippocratisme digital, ostéo-arthropathie pneumique hypertrophiante de Pierre-Marie, hypercalcémie (par sécrétion de "PTH like").

14 CBNPC Tumeur périphérique Apposition périostée

15 Particularités CBPC 20 % des cancers bronchiques primitifs. Maladie néoplasique d'évolution galopante car le temps de doublement de la tumeur est court d'où : présentation radiologique : complexe ganglio tumoral volumineux le plus souvent métastatique au moment du diagnostic (> 2/3 des cas), non chirurgicaux Syndromes paranéoplasiques : Syndrome de Schwarz Bartter (sécrétion ADH like), Hypercorticisme paranéoplasique (sécrétion ACTH like), Hyperthyroïdie paranéoplasique..., jamais hypercalcémie paranéoplasique.

16 CBPC Complexe ganglio-tumoral

17 Dépistage des cancers bronchiques Échec des tentatives de dépistage du cancer bronchique primitif dans les populations tabagiques : Cytologie de l expectoration, RG thorax Cytologie de l expectoration + RG Thorax Scanner thoracique faiblement irradiant (?)

18 Cancer bronchique : diagnostic Diagnostic par l association : Symptomatologie clinique (souvent non spécifique) Imagerie évocatrice Preuve histologique

19 PARACLINIQUE Trois objectifs : 1 - établir le diagnostic histologique (JAMAIS DE TRAITEMENT SANS PREUVE HISTOLOGIQUE ) 2 - établir le degré d'extension locale, régionale et générale, 3 - juger des possibilités thérapeutiques. Clinique RG thorax F+PG Fibroscopie bronchique ET Scanner thoracique Scanner abdominal (coupes hépatiques et surrénaliennes) Scanner cérébral (si doute : IRM cérébrale) Scintigraphie osseuse (si doute : scanner centré) OU PET-scan Scanner cérébral (PET-scan obligatoire si chirurgie carcinologique envisagée)

20 1 - établir le diagnostic histologique

21 Diagnostic histologique de certitude Tumeur primitive : Biopsie bronchique par endoscopie bronchique Ponction trans-thoracique en cas de lésion pulmonaire sous pleurale, Au maximum : thoracotomie exploratrice. Adénopathies médiastinales : Ponction trans-bronchique par EBUS Médiastinoscopie si EBUS négatif ou ganglion inaccessible, Métastases : Ponction/biopsie pleurale si épanchement pleural, Ponction lésion hépatique ou surrénalienne Biopsie adénopathie superficielle, Biopsie d'une lésion sous-cutanée, aucun intérêt des marqueurs tumoraux ACE et NSE dans le diagnostic positif d'un cancer bronchique).

22 Endoscopie bronchique souple Méthode (invasive) la plus facile pour obtenir un diagnostic histologique SYSTEMATIQUE Visualise le cancer bronchique dans 65 à 85 % et permet le diagnostic histologique sur les biopsies bronchiques Examen cytologique des aspirations bronchiques : rendement faible (+ dans 20 % des cas). Fibroscope souple

23 EBUS ou écho-endoscopie bronchique Adénopathie

24 Médiastinoscopie chirurgicale

25 Preuve histologique obligatoire CBNPC Recherche mutation EGFR Adénocarcinome Marquage TTF1 positif : primitif bronchogénique ou thyroïdien négatif : primitif glandulaire (bronchogénique, colique, mammaire ) Epidermoïde Grandes cellules indifférenciées CBPC TTF1

26 2 - établir le degré d'extension locale, régionale et générale

27 Classification TNM (2009)

28 Évaluation du T (Tumor) Évaluation de l extension régionale : sensibilité de 60 % à 75 %

29 Classification du T T1 : tumeur 3 cm T2 : 3 cm < tumeur 7 cm T3 : tumeur > 7 cm ou avec : envahissement pariétal atélectasie d un poumon nodules satellites dans le même lobe T4 : tumeur évoluée Envahissement trachéal ou carène Envahissement médiastinal Nodules dans lobe différent mais homolatéral Tumeurs opérables

30 T1 : tumeur 3 cm T2 : tumeur > 3 cm Atteinte trachéale = T4 T3 : tumeur responsable atélectasie complète

31 Évaluation du N (Node)

32 Stades de N N1+ : ganglions hilaires du coté de la tumeur (Aires 10,11, 12, 13 et 14) : intrapumonaires opérable d emblée (exérèse avec le lobe qui contient la tumeur) N2+ : ganglions médiastinaux du coté de la tumeur opérable si régression sous chimiothérapie néo-adjuvante N3+ : ganglions médiastinaux du coté opposé à la tumeur inopérable

33 TDM thoracique Évaluation de l extension médiastinale : sensibilité de 55 % spécificité à 75 % Suspicion d adénopathie métatastatique si petit axe > 1 cm

34 PET-Scan Évaluation de l extension médiastinale : sensibilité de 70 % spécificité à 80 % Suspicion d adénopathie métatastatique si activité hypermétabolique (SUVmax > 2,5)

35 EBUS Évaluation de l extension médiastinale : sensibilité de 87 % spécificité à 100 % Cytologie/Histologie prouvant le caractère métatastatique de l adénopathie

36 Médiastinoscopie Évaluation de l extension médiastinale : sensibilité de 96 % spécificité à 100 % Toute évaluation médiastinale négative par EBUS doit être confirmée par médiastinoscopie en cas de CBNPC opérable

37 Évaluation du M (Metastasis) M0 : pas de métastase M1 : métastase(s)

38 Classification TNM 2009 I T1-2 N0 M0 IIa T1 N1 M0 T2 N1 M0 T2 N0 M0 IIb T2 N1 M0 T3 N0 M0 IIIa T1-3 N2 M0 T3 N1 M0 T4 N0,1 M0 IIIb T4 N2 M0 T1-4 N3 M0 IV AnyT AnyN M1a,b CBNPC inopérables = T4 ou N2 ou N3 ou M1

39 CBNPC : Bilan d extension Nouvelle classification 2009 Identification des patients opérables : Stade I et stade II : tumeur localisée opérable d emblée = meilleur pronostic Tumeurs les plus étendues (T3 - N1) chimiothérapie adjuvante Stade III : tumeur localisée au thorax Stade IIIA : tumeur localisée inopérable d emblée chimiothérapie néo-adjuvante puis chirurgie si down-staging Stade IIIB : tumeur localisée inopérable (T4-N2 ou T-N3) radiochimiothérapie concomitante Stade IV : stade métastatique (T-N-M1) chimiothérapie

40 Survie des CBNPC Chirurgie thoracique Chirurgie thoracique + Chimiothérapie adjuvante Chimiothérapie néoadjuvante ± Chirurgie thoracique Association radio-chimiothérapie Chimiothérapie

41 3 - juger des possibilités thérapeutiques.

42 3a - juger des possibilités thérapeutiques d un CBNPC.

43 Chirurgie du CBNPC CBNPC localisées au thorax de stade I et II au bilan extension : ct1-n0-m0 ct2-n0-m0 Nécessité de s assurer de l absence ct1-n1-m0 de métastase ganglionnaire médiastinale ct2-n1-m0 et/ou extra-thoracique ct3-n0-m0 La chirurgie thoracique doit être réglée : soit lobectomie, soit pneumonectomie, mais jamais de tumorectomie ou de segmentectomie.

44 Opérabilité : éliminer N2 ou N3 1) Scanner thoracique Adénopathie médiastinale de petit axe 1 cm NON CHIRURGIE OUI 2) PET-Scan Adénopathie médiastinale de SUVmax 2,5 NON CHIRURGIE OUI 3) EBUS Cytologie positive OUI PAS de CHIRURGIE CHIRURGIE NON NON 4) Médiastinoscopie Histologie positive OUI PAS de CHIRURGIE

45 Opérabilité : éliminer M1 PET-Scan OBLIGATOIRE avant toute chirurgie carcinologique Améliore la détection de métastase(s)

46 Bilan pré-opératoire CBNPC Absence de tares sous-jacentes, Evaluation de l'état général (index de performance OMS 2), EFR, Scintigraphie pulmonaire de ventilation et de perfusion. Le VEMS théorique post-opératoire doit être > 40%Th (TCOppo > 40%Th)

47 Chimiothérapie du CBNPC Stade II : chimiothérapie adjuvante ( = après chirurgie) Stade IIIA : chimiothérapie néoadjuvante = avant chirurgie éventuelle, pour rendre le patient opérable: (T4 T3) ou (N2 N1-N0) = downstaging Stade IIIB : radiochimiothérapie concomitante Stade IV : chimiothérapie seule

48 Chimiothérapie du CBNPC (2) 1) Présence d une mutation de l EGFR : Inhibiteurs des tyrosines kinases (TKI : Gefitinib ou Erlotinib) en première ligne 2) Absence de mutation de l EGFR : chimiothérapie de première ligne histociblée : comprenant toujours des sels de platine en association avec : Pemetrexed + anti-angiogéniques (Bévacizumab) si Adénocarcinome Gemcitabine ou Navelbine si Épidermoïde uniquement si index performance 2 Évaluation après 3 à 4 cycles : poursuite chimiothérapie si réponse partielle ( volume tumoral > 50%) ou stabilisation ( volume tumoral < 25%) Monochimiothérapie de seconde ligne si progression (en changeant de molécule) : Gemcitabine Pemetrexed Docetaxel TKI en deuxième ligne (Erlotinib)

49 3b - juger des possibilités thérapeutiques d un CBPC.

50 Prise en charge du CBPC Chirurgie rarissime Peu intérêt de la classification TNM Stratégie thérapeutique ne diffère que selon le caractère localisé au thorax ou disséminé : Localisé au thorax : Tumeur confinée à un hémithorax avec ou sans adénopathie médiastinale et/ou sus-claviculaire homolatérale sans péricardite et/ou d épanchement pleural, ni atteinte extrathoracique Disséminé : tous les autres cas.

51 Chimiothérapie du CBPC URGENCE THERAPEUTIQUE compte tenu de la chimiosensibilité A/ Formes localisées au thorax : Association chimiothérapie (Cisplatine + VP16) et radiothérapie thoracique concomitante. B/ Formes disséminées : 4 à 6 cures toutes les 3 à 4 semaines : Cisplatine + VP 16 Possibilité de chimiothérapie de 2è ligne par Topotécan en cas de rechute (fréquente) mais efficacité est moindre. Irradiation cérébrale prophylactique en l absence de métastase cérébrale si réponse objective au traitement Irradiation cérébrale thérapeutique si métastase cérébrale.

52 Toujours : prise en charge globale Dans tous les cas : CBNPC ou CBPC Décision et choix du traitement par un comité de concertation en cancérologie (+++) Consultation d annonce médicale puis infirmière pour expliquer au patient sa pathologie et le traitement retenu (+++) ALD 30 Envisager reconnaissance au titre des maladies professionnelles Réduire les durées d hospitalisation, Contrôle de la douleur, Aide psychologique + traitements anxiolytiques / antidépresseurs si nécessaire, Renutrition. Traitements palliatifs de confort : Symphyse pleurale, Irradiation antalgique d'une métastase osseuse algique, Irradiation métastase cérébrale symptomatique, Embolisation artérielle per-angiographique en cas d'hémoptysie, Désobstruction par laser si dyspnée inspiratoire...

53 Annexes

54 Syndrome cave supérieur = URGENCE thérapeutique. Traitement : Corticothérapie, Anticoagulation, si CBPC : chimiothérapie en urgence, si CBNPC : prothèse endo-vasculaire puis chimiothérapie ± radiothérapie de décompression

55 Tumeurs de l apex (T3) Syndrome de Pancoast Tobias : Tumeur de l apex Avec ou sans ostéolyse arcs postérieurs des 1ère ou 2ème côtes Douleurs radiculaires C8-D1 S. Claude Bernard Horner : Ptosis Enophtalmie Myosis Intérêt IRM thoracique Traitements combinés : association radiochimiothérapie puis chirurgie

56 Nodule pulmonaire isolé En faveur de la bénignité : Absence de tabagisme Age < 45 ans Nodule rond Calcifications centrales Stabilité RG > 2 ans PETscan négatif SURVEILLANCE : respect si stabilité > 2 ans En faveur de la malignité : Tabagisme actif Age > 45 ans Nodule spiculé Raccord pleural taille sur 2 examens successifs PETscan : activité hypermétabolique EXPLORATION CHIRURGICALE avec lobectomie + curage ganglionnaire si cancer bronchique en extemporané.

57 INDEX DE PERFORMANCE DE L'OMS Grade Performance Status (PS) 0 Capable d'avoir une activité normale sans restriction 1 Activité physique discrètement réduite, mais ambulatoire - moins de 25 % du temps de jour au lit 2 Ambulatoire, indépendant, mais incapable d'un travail, debout moins de 50 % du temps de jour 3 Capable uniquement de satisfaire ses propres besoins.confiné au lit près de 75 % du temps d'éveil 4 Invalide, ne peut plus satisfaire seul à ses propres besoins.au lit, toute la journée

58 Cancers bronchopulmonaires secondaires

59 Cancers broncho-pulmonaires secondaires Poumon = filtre (comme le foie) avec fréquence de localisations secondaires de primitif non bronchique par dissémination hématogène ou lymphatique Poumon puis foie : cancers ORL, sein, rein, thyroïde, mélanome, sarcome Foie puis poumon : cancers digestifs Présentations Nodules pulmonaires (au maximum : image en lâcher de ballons) Lymphangite carcinomateuse Adénomégalies médiastinales Métastase endobronchique Embolies pulmonaires métastatiques

60 Lymphangite carcinomateuse

61 Lymphangite carcinomateuse

62 Adénomégalies médiastinales

63 Lâcher de ballons

64 Métastases endobronchiques

65 Embolies pulmonaires tumorales

66 Conduite à tenir

67 1- Cancer primitif inconnu Examen clinique complet PET-Scan pour localisation du cancer primitif Nécessité d une preuve histologique (+ immunohistochimie) Métastase endobronchique Biopsie bronchique Adénomégalies médiastinales Ponction sous échoendoscopie ou médiastinoscopie Nodules pulmonaires (au maximum : image en lâcher de ballons) Exérèse d un nodule sous vidéochirurgie Lymphangite carcinomateuse Biopsie distale en fibroscopie bronchique Embolies pulmonaires métastatiques Cytologie sur sang capillaire pulmonaire(cathetérisme cardiaque)

68 2- Cancer primitif connu Carcinome épidermoïde : Primitifs : ORL, œsophage, marge anale, col utérin Adénocarcinomes TTF1 : Primitifs : bronches et thyroïde TTF1 négatif : Femme : sein (mammographie / CA 15-3) ou utérus (Scanner abdominopelvien + examen gynécologique) Homme : prostate (TR, échographie prostatique, PSA) Les 2 : colon (ACE, coloscopie) ou estomac (FOGD) Pas de primitif identifié = ACUP

69 Traitements Métastase unique (nodule pulmonaire ) : discuter possibilité d exérèse chirurgicale (résection atypique) Métastases multiples : chimiothérapie adaptée à la tumeur primitive

70 Pour en savoir +

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007

incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007 Cancer du poumon aspects thérapeutiques incidence et mortalité incidence homme 2007 mortalité Hommes 2007 incidence femme 2007 mortalité femme 2007 1 08/05/2008 type de cancer stades CPNPC Cancer du poumon

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF. Nicolas Girard

CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF. Nicolas Girard CANCER BRONCHO- PULMONAIRE PRIMITIF Nicolas Girard PLAN Epidémiologie Types histologiques Manifestations cliniques Examens paracliniques Imagerie A visée histologique Prise en charge thérapeutique Bilan

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

Item 306. Tumeurs du poumon, primitives et secondaires

Item 306. Tumeurs du poumon, primitives et secondaires Collège des Enseignants de Pneumologie - 2015 Item 306 Tumeurs du poumon, primitives et secondaires Objectifs d enseignements tels que définis dans le programme de l ECN Diagnostiquer une tumeur du poumon

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Mise au point sur la nouvelle classification TNM du cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules

Mise au point sur la nouvelle classification TNM du cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules Mise au point sur la nouvelle classification TNM du cancer broncho-pulmonaire non à petites cellules A. Micheau,, S. Bommart,, F. Klein, C. Bousquet,G. Gahide, JP. Sénac, S H. Vernhet-Kovacsik Service

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE Validé le 23/02/2012 Réseau Onco-Poitou-Charentes 2 rue de la Milétrie - BP 577-86021 POITIERS cedex Tel : 05.49.44.37.70 Fax : 05.49.44.37.73

Plus en détail

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Histologie et anatomie pathologique de l'œsophage Sémiologie des dysphagies Radiologie et imagerie du médiastin Résumé : L'alcool

Plus en détail

Processus tumoraux. Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012

Processus tumoraux. Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012 Processus tumoraux Cécile FAURE-CONTER Centre Léon Bérard-IHOP 2012 Plan du cours Terminologie Notions de cancérogénèse Epidémiologie Dépistage-prévention Diagnostic Traitement Rechutes-Resistance-Soins

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667)

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Tableau 1 : Description de la population Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Effectifs Moyenne±écart-type Valeurs [Mini-Maxi] Patient Age en années 5664 64,3±11.5 [27-96] Age en 4 classes 50 ans 783 13,8 51-60

Plus en détail

Le cancer de l œsophage

Le cancer de l œsophage Chapitre 1 Le cancer de l œsophage Classifications Classification ptnm (UICC 2010) Tumeurs ptis : carcinome in situ pt1 : envahissement de la lamina propria et de la sous-muqueuse pt2 : atteinte de la

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Anomalie infraclinique à la mammographie Mammographie de bonne qualité? Nouvelle mammographie s Incidences complémentaires Agrandissements si micro-calcifications

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES CANCERS BRONCHIQUES NON A PETITES CELLULES

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES CANCERS BRONCHIQUES NON A PETITES CELLULES REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES CANCERS BRONCHIQUES NON A PETITES CELLULES Validé le 20/01/2009 Réseau Onco-Poitou-Charentes 2 rue de la Milétrie - Jean Bernard niveau -2 BP 577-86021 POITIERS

Plus en détail

Cours 14 Synthèse de cas cliniques, préparation à l examen

Cours 14 Synthèse de cas cliniques, préparation à l examen UE 2: Cancérologie 25/10/13 8h30-10h30 Professeurs: Bertheau, De Cremoux, Faivre Ronéotypeur: Julien Deconihout Ronéoficheur: Mathilde Surun Cours 14 Synthèse de cas cliniques, préparation à l examen Ce

Plus en détail

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE

Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial. Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Imagerie diagnostic du cancer bronchique: Bilan initial Antoine KHALIL Marie-France CARETTE Introduction Le cancer bronchique est la première cause de mortalité par cancer en Europe avec une survie à 5

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel DTS IMRT Examen Blanc 2009 Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel Correction interactive Mme. X, 66 ans, consulte pour une tumeur du sein gauche. Sur quel élément repose le diagnostic de cancer? L examen

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

thérapeutiques en cancérologie des VADS

thérapeutiques en cancérologie des VADS Référentiel et options thérapeutiques en cancérologie des VADS Version 2008 Bilan préthérapeutique Indispensables Panendoscopie des VADS sous Ag Bilan de la lésion Recherche de deuxième localisation Biopsies

Plus en détail

Cancers bronchiques. 16 avril 2013. Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN

Cancers bronchiques. 16 avril 2013. Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN Cancers bronchiques 16 avril 2013 Fabienne COURDESSES Katy De Luca Claire MEIGNAN Cas clinique Madame X, 53 ans, a commencé de fumer à 18 ans, s est arrêtée pendant ses 2 grossesses, à 29 et 34 ans, puis

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre - janvier 2012 - Circonstances diagnostiques Le diagnostic de cancer de l endomètre est suspecté devant des métrorragies, après exclusion

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Cours du Groupe d Oncologie de Langue Française Bruxelles Septembre 2014 Traitements endoscopiques dans le cancer bronchique

Cours du Groupe d Oncologie de Langue Française Bruxelles Septembre 2014 Traitements endoscopiques dans le cancer bronchique Traitements endoscopiques dans le cancer bronchique Dimitri LEDUC MD, PhD Clinique d Endoscopie et Oncologie Thoracique Service de Pneumologie Hopital Universitaire Erasme Traitements endoscopiques dans

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Cancer broncho-pulmonaire et VIH

Cancer broncho-pulmonaire et VIH Cancer broncho-pulmonaire et VIH Armelle Lavolé Unité fonctionnelle oncologie thoracique, Hôpital Tenon, Paris Patient âgé de 40 ans, célibataire, ostéopathe Tabac: début à 16 ans, 20 cigarettes par jour

Plus en détail

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus)

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus) CANCER OROPHARYNX INTRODUCTION -amygdales++++ -les plus fréquents des cancers des voies aéro-digestives supérieures. ( 30%) -50 70ans, âge moyen diagnostic = 55ans Prédominance masculine 3 à 5 fois plus

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour Comprendre... 3 2. Épidémiologie... 3 2.1. Quelques chiffres... 3 2.2. Les facteurs de risque...

Plus en détail

Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic)

Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic) Head and neck: formulaire d enregistrement des carcinomes de l oropharynx (nouveau diagnostic) 1/6 08/05/2014 Head and neck carcinome oropharynx formulaire pour l enregistrement des nouveaux diagnostics

Plus en détail

Sémiologie oesophagienne

Sémiologie oesophagienne Sémiologie oesophagienne Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Sémiologie OESOPHAGE Explorations

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

Chimiothérapie aux soins intensifs

Chimiothérapie aux soins intensifs Chimiothérapie aux soins intensifs Dr Thierry Berghmans Service des soins Intensifs et urgences oncologiques & Clinique d oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Aucun conflit d intérêt à déclarer Littérature

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Micrométastases, ganglion sentinelle

Micrométastases, ganglion sentinelle Micrométastases, ganglion sentinelle 3- Marqueurs spécifiques d organes, utiles si métastases inaugurales Carcinome métastatique d origine inconnue biopsie du site métastatique (os, poumon, foie, ) ex.

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF Référentiel Société Française ORL & CCF THEME : BILAN PRETHERAPEUTIQUE DES CARCINOMES DES VADS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l optimisation du bilan pré thérapeutique des carcinomes épidermoïdes

Plus en détail

Stratégie diagnostic et suivi de cancer en médecine de ville

Stratégie diagnostic et suivi de cancer en médecine de ville Stratégie diagnostic et suivi de cancer en médecine de ville Cas Clinique Mme C., 48 ans, viens en consultation pour asthénie Antécédent personnel : - Hystérectomie pour fibrome et ovariectomie gauche

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Jean-Philippe Couapel, Karim Bensalah Coordination et relecture : Morgan Rouprêt

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Jean-Philippe Couapel, Karim Bensalah Coordination et relecture : Morgan Rouprêt CHAPITRE Item 308 (Item 158) Cancer du rein Jean-Philippe Couapel, Karim Bensalah Coordination et relecture : Morgan Rouprêt I. Pour comprendre 4 II. Épidémiologie 5 III. Anatomopathologie 5 IV. Diagnostic

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE FICHE 61 TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE Risque moyen Sujet de plus de 50 ans CCR rare avant 50% (6%). Puis augmente H e m o c c u l t / 2 ans. Coloscopie si possible Risque

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum Questions ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum [2005 dossier 7 : syndrome occlusif cancer du côlon- métastases hépatiques - 2007 dossier 2 : anémie ferriprive - cancer du côlon] QCM 1 : Au niveau épidémiologique,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28 THESAURUS Cancer ORL Texte Crt Juin 2015 Thésaurus Cancer ORL Texte Crt Page 1 sur 28 INDEX DES ARBRES DECISIONNELS Arbre Titre Page Ia Attitudes thérapeutiques (avant radiothérapie) 3 Ib Attitudes thérapeutiques

Plus en détail

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 1. Introduction La plupart des cancers thyroïdiens ont une évolution lente, une extension le plus souvent locoregionale, et un bon pronostic. Cependant

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Vous suspectez une exposition à

Vous suspectez une exposition à Vous suspectez une exposition à L amiante Un autre cancérogène professionnel Les démarches conseillées Si vous suspectez une exposition à l amiante Déclaration au FIVA dans tous les cas Déclaration en

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP)

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) Qu est ce que la TEP? - Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique - Injection d un radiopharmaceutique Particularité : Emetteur de positons -

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale 1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale Les cancers colorectaux : problème de santé publique par leur

Plus en détail