n M a i Données générales sur la dette page 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3"

Transcription

1 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E X < G O > R e u t e r s < T R E S O R > Actualité de l Agence France Trésor Actualité économique Données générales sur la dette Marché secondaire Dette négociable de l État Économie française et comparaisons internationales page page page page page 6 page 8 L Agence France Trésor a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité Actualité de l Agence France Trésor Point d étape deux mois après le lancement du QE de la BCE Deux mois après son lancement le 9 mars par la BCE, le bilan du programme d achat de titres du secteur public (PSPP) est conforme aux annonces de Mario Draghi. Les publications de mars et avril sur l avancement du PSPP montrent que l Eurosystème a acheté 9 Md de titres du secteur public au avril, dont 7, Md de titres français. Ceux-ci comprennent les valeurs du Trésor, mais aussi les titres émis par les agences françaises éligibles au programme : la CADES, l Unedic, la CDC, la BPI et l AFD. La mise en œuvre du PSPP s est tout d abord traduite par une baisse des taux en zone euro pendant six semaines, jusqu à des plus bas historiques et un aplatissement général des courbes de taux, dont une bonne partie s est retrouvé en territoire négatif. Cela a été le cas des taux français devenus négatifs jusqu à une maturité de 6 ans. Cette évolution s est par la suite corrigée à partir de la fin du mois d avril, le taux à ans français revenant au plus haut à son niveau de fin et se stabilisant au cours du mois de mai sur des niveaux assez proches de ceux qui ont précédé à l annonce du programme d achat de titres du secteur public. Cette remontée des taux s est accompagnée d une hausse des anticipations d inflation et de croissance en zone euro. Malgré ces mouvements de marché importants sur les taux, le spread France - Allemagne est resté très stable. (en point de base) Spread ans France- Allemagne // // // // // Par ailleurs, la Banque de France et la BCE ont annoncé la mise en œuvre opérationnelle d une facilité de prêts de titres visant à assurer le bon fonctionnement du marché du repo et à soutenir la liquidité des titres ciblés par le PSPP. La mise en œuvre de ces outils a permis jusqu à présent d éviter tout problème sur les titres français. Outre les achats de l Eurosystème, les investisseurs traditionnels en dette française ont continué à être actifs depuis le début du PSPP. La constance de la stratégie de l AFT, y compris dans ce contexte particulier, a permis à l AFT de conserver la grande diversité de sa base d investisseurs. D ailleurs, l AFT a fait preuve depuis le début de ce programme de sa grande flexibilité et de sa capacité à répondre aux besoins de ses investisseurs : depuis mars, l Agence a ré-abondé lignes d anciens titres (off-the-run) de dette nominale pour un montant total de, Md, soit 8 % de ses émissions.

2 Actualité économique Une croissance des revenus à un rythme plus soutenu pour soutenir la reprise de la demande intérieure Par Guillaume Menuet, Chef économiste zone euro, Citi En mars dernier, nous soutenions que la forte baisse de l euro (le taux de change effectif nominal était inférieur de 6 % à celui du premier janvier) stimulerait selon toute vraisemblance la croissance des exportations et soutiendrait la reprise conjoncturelle en cours dans la zone euro. À la lumière de la publication des comptes de la zone euro par secteurs institutionnels, il nous est possible de dégager trois points majeurs. Tout d abord, nous pensons que la conjonction d une orientation budgétaire plus favorable (nous prévoyons une baisse de, à, point de pourcentage du solde primaire structurel sur la période -7), d une croissance plus rapide de l emploi, d une inflation modérée et d un accroissement du patrimoine net des ménages se traduira par une croissance réelle du revenu disponible plus forte et viendra soutenir la reprise en cours de la consommation privée. Nous estimons que celle-ci ajoutera un point de pourcentage par an à nos prévisions de croissance en volume du PIB pour la zone euro de, % en et de, % en 6. Par ailleurs, nous prévoyons qu une baisse supplémentaire des coûts d emprunt dans toute la zone euro permettra d atteindre un niveau plus élevé d émissions nettes de titres de créance par les sociétés non financières (SNF) au cours des prochains mois. Notre modèle d endettement net des SNF, qui se fonde sur les emprunts octroyés par les banques et les émissions de titres, confirme que l accroissement du ratio d endettement des sociétés s est poursuivi au cours du premier trimestre. Nous sommes également d avis que l assouplissement constant des conditions de prêt des banques et la proportion croissante de besoins de financement liés à l investissement pourraient conduire à une révision à la hausse de nos prévisions de croissance annuelle du capital fixe de, % en. Enfin, nous estimons que les bénéfices des sociétés non financières devraient continuer à croître modestement, celles-ci devant bénéficier d un niveau de ventes plus élevé en raison du contexte économique plus favorable. Si la récente chute de l euro devrait être favorable à la rentabilité des sociétés exportatrices, nous estimons qu une faible productivité et des rigidités nominales des salaires à la baisse (en dépit du contexte de faible inflation) maintiendront la croissance des rémunérations sur une trajectoire faiblement ascendante. Ainsi, et sous la condition que les bénéfices des sociétés n augmentent de manière significative au cours des prochains trimestres, nous maintenons que l inflation globale ne repartira que faiblement à l horizon des prévisions et restera en deçà de l objectif de la BCE, au moins au cours des prochaines années. Zone euro demande intérieure réelle, revenu disponible réel des ménages et revenu net d entreprise (variation annuelle en pourcentage), période - % % Demande intérieure réelle (éch. gauche) Revenu disponible réel des ménages (éch. gauche) Revenu net d entreprise (éch. droite) Note : La demande intérieure exclut les stocks. Le revenu disponible des ménages est déflaté par l indice implicite des prix de la consommation privée. Le revenu net d entreprise concerne uniquement les sociétés non financières Sources : Eurostat et Citi Research Citi Disclaimer : Le présent article est un résumé d un rapport publié précédemment par Citi Research, service de Citi responsable de la production d une recherche indépendante. Les opinions exprimées sur les différents émetteurs et instruments financiers référencés sont celles de leurs auteurs. Le présent document est fourni à titre d illustration et ne saurait constituer une recommandation, une sollicitation ou une offre d achat ou de vente d un titre ou instrument financier ou une stratégie d investissement. Pour accéder aux publications concernant les émetteurs et les instruments financiers mentionnés par cet article et par Citi Research en général, veuillezvous rendre sur le site web des publications de Citi Research : Avertissement : en ouvrant cette tribune, l Agence France Trésor offre à des économistes l occasion d exposer librement leur opinion ; les propos ici exprimés n engagent donc que les auteurs et en aucun cas l Agence France Trésor, ni le Ministère des Finances et des Comptes publics.

3 Données générales sur la dette Calendrier indicatif d adjudication Court terme Moyen terme Long terme Indexés Juin date d adjudication date de règlement 7 /7 8 Juillet date d adjudication date de règlement décalages (jours fériés, etc.) Dette négociable à moyen et long terme de l État au avril Encours actualisé par ligne, en milliards d euros taux fixe indexés Moyen et Long Terme : émissions de l année et cumul au avril BTAN /7 OAT /7 OAT /8 OAT i 7/8 OATi 7/9 OAT /9 OAT /9 OAT / OAT i 7/ OATi 7/ OAT / OAT / OAT / OAT i 7/ OAT / OATi / OAT / OAT / OAT /6 OAT /9 OAT / OAT / émis avant émissions Émissions nettes des rachats au avril Moyen et Long Terme : échéancier prévisionnel au avril ,8 8 6,6 6 9,6, jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Mois Intérêts Amortissements mai-,8 juin- juil-,,7 août- sept-, oct- 6, 7, nov-,, déc- janv-6 févr-6, 6,9 mars-6 avr-6,,

4 /9** /** 6/** 9/** /** /* 6/* 9/* /* /* 6/* 9/* /* / 6/ 9/ / / 6/ 9/ / 6, 6, 6,6 6,7 6,9 6,7 6,9 6, 6, 6, 6,9 6, 6,6 6, 6,7 6, 67,8 67,8 67, 69, 7,6 Données générales sur la dette Détention par les non-résidents des titres de la dette négociable de l État : ème trimestre En % de la dette négociable exprimée en valeur de marché Détention des titres de la dette négociable de l État par groupe de porteurs : ème trimestre Structure en % exprimée en valeur de marché ,7 9,8,8, non résidents assurances françaises établissements de crédit français OPCVM français 6, autres (français) * Chiffres établis avec les positions titres trimestrielles ** Chiffres révisés avec la position titres définitive Source : Banque de France Source : Banque de France Dette négociable de l État au avril En euros Total Dette à Moyen et Long Terme Encours démembré 6 7 Durée de vie moyenne 7 ans et jours Total Dette à Court Terme 67 Durée de vie moyenne 9 jours ENCOURS TOTAL Durée de vie moyenne 7 ans et 7 jours Dette négociable de l État et contrats d échanges de taux d intérêt («swaps») au avril Fin Fin Fin Fin mars Fin avril Encours de la dette négociable dont titres indexés Moyen et Long Terme Court Terme Encours de swaps Durée de vie moyenne de la dette négociable avant swaps 7 ans 7 ans 6 ans 6 ans 7 ans 7 jours jours 6 jours 8 jours 7 jours après swaps 7 ans 7 ans 6 ans 6 ans 7 ans jours jours 6 jours 7 jours 6 jours

5 / / 7/ 9/ / / / / 7/ 9/ / / / Marché secondaire Courbe des taux sur titres d État français Valeur en fin de mois, en % Volume moyen des transactions quotidiennes sur les titres à moyen et long terme an ans ans ans ans ans 6 / / / Source : Bloomberg Montant des opérations de démembrement et de remembrement Source : déclarations des SVT remembrement 6 démembrement encours démembré (->) 6 Source : Euroclear Encours des pensions des SVT en fin de mois taux fixe taux variable autres 6 6 / / 7/ 9/ / / / / 7/ 9/ / / / Source : déclarations des SVT

6 Dette négociable de l État Dette à court terme au avril Échéance Encours ( ) BTF 6 mai 6 BTF mai 6 BTF mai 7 9 BTF 8 mai 7 BTF juin 8 6 BTF juin 7 9 BTF 7 juin 7 9 BTF juin 7 79 BTF juillet 7 79 BTF 8 juillet 6 BTF juillet 6 BTF juillet 7 BTF 9 juillet BTF août 7 97 BTF août 8 BTF 6 septembre 7 8 BTF septembre 6 BTF octobre 6 9 BTF novembre 6 7 BTF 9 décembre BTF 6 janvier BTF février 6 7 BTF mars BTF mars Dette à moyen et long terme (échéances 8) au avril code libellé encours ( ) coeff. ind. encours nomi. ( ) démembrés ( ) Échéance FR868 BTAN % juillet 976 FR OAT i,6% juillet 6 7 (),8 FR68 OAT % octobre 7 77 FR7 OAT,% novembre Échéance FR989 BTAN,% février FR887 OAT,% avril 6 6 FR98 BTAN,% juillet FR979 BTANi,% juillet (), 9 FR876 OAT % octobre FR878 OAT,% novembre 6 86 Échéance FR7 BTAN,7% février FR OAT,7% avril FR7669 BTAN % juillet 7 FR76 OATi % juillet (),7 9 FR77 OAT,% octobre 7 87 Échéance FR68 OAT % février 8 7 FR698 OAT % avril FR9 OAT % mai 8 FR76 OAT i,% juillet (),7 7 FR6777 OAT,% octobre FR7 OAT % novembre 8 6 () valeur nominale x coefficient d indexation (valeur nominale si le coefficient est inférieur à ) 6

7 Dette négociable de l État Dette à moyen et long terme (échéances 9 et plus) au avril code libellé encours ( ) coeff. ind. encours nomi. ( ) démembrés ( ) Échéance FR89 OAT,% avril 9 78 FR788 OAT % mai 9 9 FR8 OATi,% juillet (),697 FR79 OAT 8,% octobre FR7766 OAT,7% octobre 9 68 FR9979 OAT,% novembre 9 6 FR79 OAT cap. 9,8% décembre () 6 69 Échéance FR88 OAT,% avril 6 FR797 OAT % mai 6 FR9 OAT i,% juillet 86 7 (),6 FR996 OAT,% octobre 8 Échéance FR9997 OAT,7% avril 6 FR76 OATi,% juillet (), FR988 OAT,% octobre 8 Échéance FR7 OAT 8,% avril FR9686 OAT % avril 6 FR89976 OAT i,% juillet 8 8 (), FR788 OAT,% octobre 97 Échéance FR78 OAT 8,% avril FR8667 OAT,7% mai 9 6 FR89 OATi,% juillet 7 (),99 98 FR6698 OAT,% octobre Échéance FR696 OAT,% mai 8 8 FR788 OAT i,% juillet (),68 FR9698 OAT,7% novembre 6 Échéance FR8 OATi,% mars 96 (), FR77 OAT,% mai 8 FR7 OAT 6% octobre Échéance 6 78 FR969 OAT,% avril Échéance FR87 OAT i,8% juillet (), FR778 OAT,7% octobre 7 97 Échéance FR76 OAT zéro coupon 8 mars () 6 6 Échéance FR78 OAT,% avril FR86 OATi,% juillet (), Échéance 8 89 FR88966 OAT,% mai 6 FR98776 OAT i,7% juillet 99 (), Échéance et plus FR88799 OAT i,% juillet (), FR876 OAT,7% octobre FR76 OAT,7% avril FR7 OAT % octobre FR767 OAT i,8% juillet (), FR779 OAT,% avril FR67 OAT,% mai 698 FR797 OAT % avril FR8796 OAT % avril () valeur nominale x coefficient d indexation (valeur nominale si le coefficient est inférieur à ) () y.c. intérêts capitalisés au // ; non offerte à la souscription ()valeur actualisée au 8// ; non offerte à la souscription 7

8 7 9 Économie française et comparaisons internationales Derniers indicateurs conjoncturels Situation mensuelle du budget de l État Production industrielle, glissement annuel,% / Consommation des ménages*, glissement annuel * produits manufacturés Sources : Insee, Minefi, Banque de France,% / Taux de chômage (BIT),% / Prix à la consommation, glissement annuel ensemble -,% / ensemble hors tabac -,% / Solde commercial, fab-fab, cvs -,6 Md / " " -,6 Md / Solde des transactions courantes, cvs -, Md / " " -,8 Md / Taux de l'échéance constante ans (TEC),6% // Taux d intérêt à mois (Euribor) -,% // Euro / dollar, // Euro / yen,6 // Solde du budget général Source : Minefi -7, -8,7 -,6 -,99 -,8 Recettes, 9,9 69,6 7,7 7, Dépenses 76,67 77,66 9, 88,7 88, Solde des comptes spéciaux du Trésor Solde général d exécution niveau à la fin mars,6,6 -, -, -, -7,87-8,6 -, -8, -6,9 Finances publiques : déficit et dette En % du PIB ,,,9,,,,, 7, 6,8,,9,, Sources : Insee Déficit (échelle gauche) Dette (échelle droite) hors impact des garanties européennes Dette (échelle droite) avec impact des garanties européennes Dette des administrations publiques en En % du PIB, 7 7 9, 9, 78,,6 9,7, Sources : Eurostat (/), FMI (/) 8

9 Économie française et comparaisons internationales Calendriers des indicateurs économiques français Juin Juillet / Demandeurs d emploi en avril / Demandeurs d emploi T (BIT) 7 / Commerce extérieur en avril / Production industrielle en avril / Balance des paiements en avril / Prix à la consommation : indice de mai 6 7/ Inflation (IPCH) : indice de mai 9/ Emploi salarié : résultats définitifs T Conjoncture dans l industrie : enquête mensuelle de / juin 7 / Demandeurs d emploi en mai 8 Comptes nationaux trimestriels : résultats détaillés / T 9 6/ Conjoncture auprès des ménages : enquête de juin 6/ Construction neuve en mai / Prix à la production dans l industrie : indice de mai Dette trimestrielle des administrations publiques / T Consommation des ménages en produits manufacturés / en mai Perspectives économiques de l'eurozone - ème trim Commerce extérieur en mai Production industrielle en mai Balance des paiements en mai Prix à la consommation : indice de juin Inflation (IPCH) : indice de juin Conjoncture dans l industrie : enquête mensuelle de juillet Conjoncture dans l industrie : enquête trimestrielle de juillet Demandeurs d emploi en juin Construction neuve en juin Conjoncture auprès des ménages : enquête de juillet Prix à la production dans l industrie : indice de juin Consommation des ménages en produits manufacturés en juin Réserves nettes de change en juin Sources : Insee, Eurostat 9

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 La crise actuelle est caractéris risée e par le grand nombre de marchés affectés s et par la diversité des canaux de contagion Les principaux canaux de contagion pour l ECE: Canal informationnel (sentiment

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis N 2002-11 du 22 octobre 2002 afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix Sommaire I - Rappels

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

% sur 2 ans* Fonds à formule. Stereo Puissance 2, votre épargne prend du volume! Une opportunité de. à échéance du 17/11/2016

% sur 2 ans* Fonds à formule. Stereo Puissance 2, votre épargne prend du volume! Une opportunité de. à échéance du 17/11/2016 Fonds à formule à capitalgaranti à échéance du 17/11/2016 (1) (2) Stereo Puissance 2, votre épargne prend du volume! 20 Une opportunité de + % sur 2 ans* Souscrivez du 22 septembre 2008 au 17 novembre

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

LES BONS D ÉPARGNE : UN INSTRUMENT DE CONTRÔLE DE LA DETTE PUBLIQUE

LES BONS D ÉPARGNE : UN INSTRUMENT DE CONTRÔLE DE LA DETTE PUBLIQUE D É C E M B R E 2011 LES BONS D ÉPARGNE : UN INSTRUMENT DE CONTRÔLE DE LA DETTE PUBLIQUE www.institutmontaigne.org La mauvaise santé des finances publiques françaises, qui a longtemps laissé indifférents

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

MINISTRE CONCERNÉ : CHRISTINE LAGARDE, MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI

MINISTRE CONCERNÉ : CHRISTINE LAGARDE, MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI PLF 13 Programme n 117 PROGRAMME 117 CHARGE DE LA DETTE ET TRÉSORERIE DE L ÉTAT (CRÉDITS ÉVALUATIFS) MINISTRE CONCERNÉ : CHRISTINE LAGARDE, MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Présentation

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

PROSPECTUS COMPLET PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS COMPLET PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS COMPLET OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte : Dénomination : Forme juridique : Compartiments/nourricier : Société de gestion

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA

GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA GESTION DES TITRES PUBLICS EN ZONE UEMOA Présenté par Mame Marie Sow SAKHO SEMINAIRE CONSUMAF 4,5 et 6 décembre 2006 1 SOMMAIRE CONTEXTE MARCHE DES TITRES PUBLICS : OBJECTIFS VISES LES DIFFERENTS TITRES

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com Conférence téléphonique mercredi 6 octobre 2010 11 heures 223, rue Saint honoré 75001 PARIS Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com THEMES DE LA CONFERENCE TELEPHONIQUE 1 ère

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT. Notice d Information

FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT. Notice d Information FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097549 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION ODT

GUIDE D UTILISATION ODT GUIDE D UTILISATION ODT Chapitre 1 : Observatoire de la dette I- Données générales sur la dette Chiffre d affaires Indiquer le chiffre d affaires de l EPS. Cette donnée correspond aux recettes générées

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF Présentation La Société de Gestion IGEA Finance La structure L approche originale Société de gestion agréée par l AMF Gestion diversifiée, patrimoniale Clients privés

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE DE TAUX SEANCE 9 CREDITS BANCAIRES ET EMPRUNTS OBLIGATAIRES LE MARCHE OBLIGATAIRE LE RISQUE

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES Banque de France DIRECTION GENERALE DES STATISTIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES MONETAIRES ET FINANCIERES DIRECTION DES ENQUETES ET DES STATISTIQUES SECTORIELLES

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 10, 6 mars. 15) Hemve 31

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 10, 6 mars. 15) Hemve 31 Le CAC vu de Nouillorque (Sem 10, 6 mars. 15) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La BCE et l emploi US font chuter l euro, Le Cac peut-il s affranchir de Wall

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro?

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Virginie Coudert avril 2000 Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Contribution au rapport du CNCT 2000 La création de l'euro et la disparition des monnaies sous-jacentes ont profondément modifié la structure

Plus en détail

Investir à long terme

Investir à long terme BMO Gestion mondiale d actifs Fonds d investissement Investir à long terme Conservez vos placements et réalisez vos objectifs Concentrez-vous sur l ENSEMBLE de la situation Le choix des bons placements

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Profitez d une expertise de premier plan avec Idinvest Partners Un acteur de longue date De nombreuses institutions financières, classées parmi les premières en Europe, font

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Les OAT investir en direct. > OAT à taux fixe > OAT indexées > OAT de capitalisation. Guide à l usage des particuliers

Les OAT investir en direct. > OAT à taux fixe > OAT indexées > OAT de capitalisation. Guide à l usage des particuliers Les OAT investir en direct > OAT à taux fixe > OAT indexées > OAT de capitalisation Guide à l usage des particuliers 1 Gérer son patrimoine financier Simplicité Liquidité Sécurité Les OAT à taux fi xe,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

Stratégie de gestion de la dette 2006-2007

Stratégie de gestion de la dette 2006-2007 Stratégie de gestion de la dette 2006-2007 Stratégie de gestion de la dette 2006-2007 Ministère des Finances Canada Department of Finance Canada Sa Majesté la Reine du chef du Canada (2006) Tous droits

Plus en détail

L impact macroéconomique des crises bancaires

L impact macroéconomique des crises bancaires L impact macroéconomique des crises bancaires Les banques sont au cœur du financement des économies et lorsque leur situation financière ne leur permet plus d assurer cette mission, la distribution du

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

ARIAL OBLIGATIONS ENTREPRISES. Notice d Information

ARIAL OBLIGATIONS ENTREPRISES. Notice d Information ARIAL OBLIGATIONS ENTREPRISES Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000092149 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de Placement d Entreprise

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail