n M a i Données générales sur la dette page 3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3"

Transcription

1 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E X < G O > R e u t e r s < T R E S O R > Actualité de l Agence France Trésor Actualité économique Données générales sur la dette Marché secondaire Dette négociable de l État Économie française et comparaisons internationales page page page page page 6 page 8 L Agence France Trésor a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité Actualité de l Agence France Trésor Point d étape deux mois après le lancement du QE de la BCE Deux mois après son lancement le 9 mars par la BCE, le bilan du programme d achat de titres du secteur public (PSPP) est conforme aux annonces de Mario Draghi. Les publications de mars et avril sur l avancement du PSPP montrent que l Eurosystème a acheté 9 Md de titres du secteur public au avril, dont 7, Md de titres français. Ceux-ci comprennent les valeurs du Trésor, mais aussi les titres émis par les agences françaises éligibles au programme : la CADES, l Unedic, la CDC, la BPI et l AFD. La mise en œuvre du PSPP s est tout d abord traduite par une baisse des taux en zone euro pendant six semaines, jusqu à des plus bas historiques et un aplatissement général des courbes de taux, dont une bonne partie s est retrouvé en territoire négatif. Cela a été le cas des taux français devenus négatifs jusqu à une maturité de 6 ans. Cette évolution s est par la suite corrigée à partir de la fin du mois d avril, le taux à ans français revenant au plus haut à son niveau de fin et se stabilisant au cours du mois de mai sur des niveaux assez proches de ceux qui ont précédé à l annonce du programme d achat de titres du secteur public. Cette remontée des taux s est accompagnée d une hausse des anticipations d inflation et de croissance en zone euro. Malgré ces mouvements de marché importants sur les taux, le spread France - Allemagne est resté très stable. (en point de base) Spread ans France- Allemagne // // // // // Par ailleurs, la Banque de France et la BCE ont annoncé la mise en œuvre opérationnelle d une facilité de prêts de titres visant à assurer le bon fonctionnement du marché du repo et à soutenir la liquidité des titres ciblés par le PSPP. La mise en œuvre de ces outils a permis jusqu à présent d éviter tout problème sur les titres français. Outre les achats de l Eurosystème, les investisseurs traditionnels en dette française ont continué à être actifs depuis le début du PSPP. La constance de la stratégie de l AFT, y compris dans ce contexte particulier, a permis à l AFT de conserver la grande diversité de sa base d investisseurs. D ailleurs, l AFT a fait preuve depuis le début de ce programme de sa grande flexibilité et de sa capacité à répondre aux besoins de ses investisseurs : depuis mars, l Agence a ré-abondé lignes d anciens titres (off-the-run) de dette nominale pour un montant total de, Md, soit 8 % de ses émissions.

2 Actualité économique Une croissance des revenus à un rythme plus soutenu pour soutenir la reprise de la demande intérieure Par Guillaume Menuet, Chef économiste zone euro, Citi En mars dernier, nous soutenions que la forte baisse de l euro (le taux de change effectif nominal était inférieur de 6 % à celui du premier janvier) stimulerait selon toute vraisemblance la croissance des exportations et soutiendrait la reprise conjoncturelle en cours dans la zone euro. À la lumière de la publication des comptes de la zone euro par secteurs institutionnels, il nous est possible de dégager trois points majeurs. Tout d abord, nous pensons que la conjonction d une orientation budgétaire plus favorable (nous prévoyons une baisse de, à, point de pourcentage du solde primaire structurel sur la période -7), d une croissance plus rapide de l emploi, d une inflation modérée et d un accroissement du patrimoine net des ménages se traduira par une croissance réelle du revenu disponible plus forte et viendra soutenir la reprise en cours de la consommation privée. Nous estimons que celle-ci ajoutera un point de pourcentage par an à nos prévisions de croissance en volume du PIB pour la zone euro de, % en et de, % en 6. Par ailleurs, nous prévoyons qu une baisse supplémentaire des coûts d emprunt dans toute la zone euro permettra d atteindre un niveau plus élevé d émissions nettes de titres de créance par les sociétés non financières (SNF) au cours des prochains mois. Notre modèle d endettement net des SNF, qui se fonde sur les emprunts octroyés par les banques et les émissions de titres, confirme que l accroissement du ratio d endettement des sociétés s est poursuivi au cours du premier trimestre. Nous sommes également d avis que l assouplissement constant des conditions de prêt des banques et la proportion croissante de besoins de financement liés à l investissement pourraient conduire à une révision à la hausse de nos prévisions de croissance annuelle du capital fixe de, % en. Enfin, nous estimons que les bénéfices des sociétés non financières devraient continuer à croître modestement, celles-ci devant bénéficier d un niveau de ventes plus élevé en raison du contexte économique plus favorable. Si la récente chute de l euro devrait être favorable à la rentabilité des sociétés exportatrices, nous estimons qu une faible productivité et des rigidités nominales des salaires à la baisse (en dépit du contexte de faible inflation) maintiendront la croissance des rémunérations sur une trajectoire faiblement ascendante. Ainsi, et sous la condition que les bénéfices des sociétés n augmentent de manière significative au cours des prochains trimestres, nous maintenons que l inflation globale ne repartira que faiblement à l horizon des prévisions et restera en deçà de l objectif de la BCE, au moins au cours des prochaines années. Zone euro demande intérieure réelle, revenu disponible réel des ménages et revenu net d entreprise (variation annuelle en pourcentage), période - % % Demande intérieure réelle (éch. gauche) Revenu disponible réel des ménages (éch. gauche) Revenu net d entreprise (éch. droite) Note : La demande intérieure exclut les stocks. Le revenu disponible des ménages est déflaté par l indice implicite des prix de la consommation privée. Le revenu net d entreprise concerne uniquement les sociétés non financières Sources : Eurostat et Citi Research Citi Disclaimer : Le présent article est un résumé d un rapport publié précédemment par Citi Research, service de Citi responsable de la production d une recherche indépendante. Les opinions exprimées sur les différents émetteurs et instruments financiers référencés sont celles de leurs auteurs. Le présent document est fourni à titre d illustration et ne saurait constituer une recommandation, une sollicitation ou une offre d achat ou de vente d un titre ou instrument financier ou une stratégie d investissement. Pour accéder aux publications concernant les émetteurs et les instruments financiers mentionnés par cet article et par Citi Research en général, veuillezvous rendre sur le site web des publications de Citi Research : Avertissement : en ouvrant cette tribune, l Agence France Trésor offre à des économistes l occasion d exposer librement leur opinion ; les propos ici exprimés n engagent donc que les auteurs et en aucun cas l Agence France Trésor, ni le Ministère des Finances et des Comptes publics.

3 Données générales sur la dette Calendrier indicatif d adjudication Court terme Moyen terme Long terme Indexés Juin date d adjudication date de règlement 7 /7 8 Juillet date d adjudication date de règlement décalages (jours fériés, etc.) Dette négociable à moyen et long terme de l État au avril Encours actualisé par ligne, en milliards d euros taux fixe indexés Moyen et Long Terme : émissions de l année et cumul au avril BTAN /7 OAT /7 OAT /8 OAT i 7/8 OATi 7/9 OAT /9 OAT /9 OAT / OAT i 7/ OATi 7/ OAT / OAT / OAT / OAT i 7/ OAT / OATi / OAT / OAT / OAT /6 OAT /9 OAT / OAT / émis avant émissions Émissions nettes des rachats au avril Moyen et Long Terme : échéancier prévisionnel au avril ,8 8 6,6 6 9,6, jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Mois Intérêts Amortissements mai-,8 juin- juil-,,7 août- sept-, oct- 6, 7, nov-,, déc- janv-6 févr-6, 6,9 mars-6 avr-6,,

4 /9** /** 6/** 9/** /** /* 6/* 9/* /* /* 6/* 9/* /* / 6/ 9/ / / 6/ 9/ / 6, 6, 6,6 6,7 6,9 6,7 6,9 6, 6, 6, 6,9 6, 6,6 6, 6,7 6, 67,8 67,8 67, 69, 7,6 Données générales sur la dette Détention par les non-résidents des titres de la dette négociable de l État : ème trimestre En % de la dette négociable exprimée en valeur de marché Détention des titres de la dette négociable de l État par groupe de porteurs : ème trimestre Structure en % exprimée en valeur de marché ,7 9,8,8, non résidents assurances françaises établissements de crédit français OPCVM français 6, autres (français) * Chiffres établis avec les positions titres trimestrielles ** Chiffres révisés avec la position titres définitive Source : Banque de France Source : Banque de France Dette négociable de l État au avril En euros Total Dette à Moyen et Long Terme Encours démembré 6 7 Durée de vie moyenne 7 ans et jours Total Dette à Court Terme 67 Durée de vie moyenne 9 jours ENCOURS TOTAL Durée de vie moyenne 7 ans et 7 jours Dette négociable de l État et contrats d échanges de taux d intérêt («swaps») au avril Fin Fin Fin Fin mars Fin avril Encours de la dette négociable dont titres indexés Moyen et Long Terme Court Terme Encours de swaps Durée de vie moyenne de la dette négociable avant swaps 7 ans 7 ans 6 ans 6 ans 7 ans 7 jours jours 6 jours 8 jours 7 jours après swaps 7 ans 7 ans 6 ans 6 ans 7 ans jours jours 6 jours 7 jours 6 jours

5 / / 7/ 9/ / / / / 7/ 9/ / / / Marché secondaire Courbe des taux sur titres d État français Valeur en fin de mois, en % Volume moyen des transactions quotidiennes sur les titres à moyen et long terme an ans ans ans ans ans 6 / / / Source : Bloomberg Montant des opérations de démembrement et de remembrement Source : déclarations des SVT remembrement 6 démembrement encours démembré (->) 6 Source : Euroclear Encours des pensions des SVT en fin de mois taux fixe taux variable autres 6 6 / / 7/ 9/ / / / / 7/ 9/ / / / Source : déclarations des SVT

6 Dette négociable de l État Dette à court terme au avril Échéance Encours ( ) BTF 6 mai 6 BTF mai 6 BTF mai 7 9 BTF 8 mai 7 BTF juin 8 6 BTF juin 7 9 BTF 7 juin 7 9 BTF juin 7 79 BTF juillet 7 79 BTF 8 juillet 6 BTF juillet 6 BTF juillet 7 BTF 9 juillet BTF août 7 97 BTF août 8 BTF 6 septembre 7 8 BTF septembre 6 BTF octobre 6 9 BTF novembre 6 7 BTF 9 décembre BTF 6 janvier BTF février 6 7 BTF mars BTF mars Dette à moyen et long terme (échéances 8) au avril code libellé encours ( ) coeff. ind. encours nomi. ( ) démembrés ( ) Échéance FR868 BTAN % juillet 976 FR OAT i,6% juillet 6 7 (),8 FR68 OAT % octobre 7 77 FR7 OAT,% novembre Échéance FR989 BTAN,% février FR887 OAT,% avril 6 6 FR98 BTAN,% juillet FR979 BTANi,% juillet (), 9 FR876 OAT % octobre FR878 OAT,% novembre 6 86 Échéance FR7 BTAN,7% février FR OAT,7% avril FR7669 BTAN % juillet 7 FR76 OATi % juillet (),7 9 FR77 OAT,% octobre 7 87 Échéance FR68 OAT % février 8 7 FR698 OAT % avril FR9 OAT % mai 8 FR76 OAT i,% juillet (),7 7 FR6777 OAT,% octobre FR7 OAT % novembre 8 6 () valeur nominale x coefficient d indexation (valeur nominale si le coefficient est inférieur à ) 6

7 Dette négociable de l État Dette à moyen et long terme (échéances 9 et plus) au avril code libellé encours ( ) coeff. ind. encours nomi. ( ) démembrés ( ) Échéance FR89 OAT,% avril 9 78 FR788 OAT % mai 9 9 FR8 OATi,% juillet (),697 FR79 OAT 8,% octobre FR7766 OAT,7% octobre 9 68 FR9979 OAT,% novembre 9 6 FR79 OAT cap. 9,8% décembre () 6 69 Échéance FR88 OAT,% avril 6 FR797 OAT % mai 6 FR9 OAT i,% juillet 86 7 (),6 FR996 OAT,% octobre 8 Échéance FR9997 OAT,7% avril 6 FR76 OATi,% juillet (), FR988 OAT,% octobre 8 Échéance FR7 OAT 8,% avril FR9686 OAT % avril 6 FR89976 OAT i,% juillet 8 8 (), FR788 OAT,% octobre 97 Échéance FR78 OAT 8,% avril FR8667 OAT,7% mai 9 6 FR89 OATi,% juillet 7 (),99 98 FR6698 OAT,% octobre Échéance FR696 OAT,% mai 8 8 FR788 OAT i,% juillet (),68 FR9698 OAT,7% novembre 6 Échéance FR8 OATi,% mars 96 (), FR77 OAT,% mai 8 FR7 OAT 6% octobre Échéance 6 78 FR969 OAT,% avril Échéance FR87 OAT i,8% juillet (), FR778 OAT,7% octobre 7 97 Échéance FR76 OAT zéro coupon 8 mars () 6 6 Échéance FR78 OAT,% avril FR86 OATi,% juillet (), Échéance 8 89 FR88966 OAT,% mai 6 FR98776 OAT i,7% juillet 99 (), Échéance et plus FR88799 OAT i,% juillet (), FR876 OAT,7% octobre FR76 OAT,7% avril FR7 OAT % octobre FR767 OAT i,8% juillet (), FR779 OAT,% avril FR67 OAT,% mai 698 FR797 OAT % avril FR8796 OAT % avril () valeur nominale x coefficient d indexation (valeur nominale si le coefficient est inférieur à ) () y.c. intérêts capitalisés au // ; non offerte à la souscription ()valeur actualisée au 8// ; non offerte à la souscription 7

8 7 9 Économie française et comparaisons internationales Derniers indicateurs conjoncturels Situation mensuelle du budget de l État Production industrielle, glissement annuel,% / Consommation des ménages*, glissement annuel * produits manufacturés Sources : Insee, Minefi, Banque de France,% / Taux de chômage (BIT),% / Prix à la consommation, glissement annuel ensemble -,% / ensemble hors tabac -,% / Solde commercial, fab-fab, cvs -,6 Md / " " -,6 Md / Solde des transactions courantes, cvs -, Md / " " -,8 Md / Taux de l'échéance constante ans (TEC),6% // Taux d intérêt à mois (Euribor) -,% // Euro / dollar, // Euro / yen,6 // Solde du budget général Source : Minefi -7, -8,7 -,6 -,99 -,8 Recettes, 9,9 69,6 7,7 7, Dépenses 76,67 77,66 9, 88,7 88, Solde des comptes spéciaux du Trésor Solde général d exécution niveau à la fin mars,6,6 -, -, -, -7,87-8,6 -, -8, -6,9 Finances publiques : déficit et dette En % du PIB ,,,9,,,,, 7, 6,8,,9,, Sources : Insee Déficit (échelle gauche) Dette (échelle droite) hors impact des garanties européennes Dette (échelle droite) avec impact des garanties européennes Dette des administrations publiques en En % du PIB, 7 7 9, 9, 78,,6 9,7, Sources : Eurostat (/), FMI (/) 8

9 Économie française et comparaisons internationales Calendriers des indicateurs économiques français Juin Juillet / Demandeurs d emploi en avril / Demandeurs d emploi T (BIT) 7 / Commerce extérieur en avril / Production industrielle en avril / Balance des paiements en avril / Prix à la consommation : indice de mai 6 7/ Inflation (IPCH) : indice de mai 9/ Emploi salarié : résultats définitifs T Conjoncture dans l industrie : enquête mensuelle de / juin 7 / Demandeurs d emploi en mai 8 Comptes nationaux trimestriels : résultats détaillés / T 9 6/ Conjoncture auprès des ménages : enquête de juin 6/ Construction neuve en mai / Prix à la production dans l industrie : indice de mai Dette trimestrielle des administrations publiques / T Consommation des ménages en produits manufacturés / en mai Perspectives économiques de l'eurozone - ème trim Commerce extérieur en mai Production industrielle en mai Balance des paiements en mai Prix à la consommation : indice de juin Inflation (IPCH) : indice de juin Conjoncture dans l industrie : enquête mensuelle de juillet Conjoncture dans l industrie : enquête trimestrielle de juillet Demandeurs d emploi en juin Construction neuve en juin Conjoncture auprès des ménages : enquête de juillet Prix à la production dans l industrie : indice de juin Consommation des ménages en produits manufacturés en juin Réserves nettes de change en juin Sources : Insee, Eurostat 9

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 BulletinMensuel n 3 1 M a r s 1 6 Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais et russe http://www.aft.gouv.fr

Plus en détail

n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3

n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3 Bulle nmensuel n 91 Août 1 Directeur de publica on : Ambroise Fayolle Rédac on : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais http://www.aft.gouv.fr Bloomberg TREX Reuters Actualité

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

n M a i Données générales sur la dette page 3

n M a i Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 2009

BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 2009 BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 29 DONNEES GENERALES SUR LA DETTE... 1 MARCHE PRIMAIRE... 2 MARCHE SECONDAIRE... 4 TRIBUNE LIBRE... 6 ECONOMIE FRANCAISE... 7 COMPARAISONS INTERNATIONALES... 8 DETTE NEGOCIABLE

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1) Evolution des principaux indicateurs macroéconomiques Indicateurs 2010 2011 2012 (p) 2013 (p) 2014 (p) 2015 (p) Croissance du PIB à prix constants (%

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Intervention de Jacques Fournier Directeur général des Statistiques Banque de France 16 janvier

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

64,3. (*) chiffres révisés au trimestre (**) chiffres révisés à l année Source : Banque de France BTF

64,3. (*) chiffres révisés au trimestre (**) chiffres révisés à l année Source : Banque de France BTF L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité. BULLETIN MENSUEL HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain Pictet-Timber Meilleure visibilité sur l immobilier américain Frédéric Rollin Août 2014 L activité immobilière américaine reprend fortement et devrait accélérer en 2015. Dès lors, les prix du bois de construction

Plus en détail

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 BulletinMensuel n 3 1 5 A o û t 1 6 Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais et russe http://www.aft.gouv.fr

Plus en détail

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant»

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» Aperiodique n 16/075 15 mars 2016 BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» La BCE a annoncé qu elle augmentait le montant du QE de 20 Mds EUR par mois et qu elle ajoutait certaines obligations d entreprises

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Cliquet Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à l échéance* Une durée d investissement conseillée de 8 ans Indexation à l indice de référence

Plus en détail

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 8_1 8_ 8_7 8_1 9_1 9_ 9_7 9_1 1_1 1_ 1_7 1_1 11_1 11_ 11_7 11_1 1_1 1_ 1_7 1_1 13_1 13_ 13_7 13_1 1_1 1_ 1_7 1_1 15_1 15_ 15_7 15_1 16_1 16_ 16_7 16_1 17_1 17_ 17_7 17_1 18_1 18_ 18_7 18_1 BulletinMensuel

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 Niveau : 1 ère ES. Proposé par Thomas Blanchet, Ecole des Pupilles de l Air, 38332 SAINT ISMIER. Juillet 2005 Blanchet.Thomas@wanadoo.fr INDICATIONS. Objectifs.

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l

Plus en détail

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Lettre trimestrielle n 47 : T1 2015 Points saillants : Hausse de 16,7% de la part C sur le trimestre à 769,43. Encours

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 22 juin 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO - AVRIL 2015 En avril 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier FICHE PAYS ITALIE : UNE LUEUR AU BOUT DU TUNNEL? Département analyse et prévision Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier trimestre de 2013 apporte une lueur d espoir à l Italie.

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 6 N 68 Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie La Réserve Fédérale et la BCE, probablement parce que cela rend leur communication

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE MARCHÉS RECHERCHE ÉCONOMIQUE décembre N 99 La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de -9 Nous pensons que la prochaine crise sur les marchés financiers

Plus en détail

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines Commentaire Rendement Au troisième trimestre, les FPI hypothécaires ont cédé une partie du terrain gagné plus tôt dans l année, comme en témoigne le léger recul des cours des titres adossés à des créances

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Direction des Études Économiques Trimestriel N 11 Janvier 2007 Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Après un premier semestre exceptionnel,

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris Point sur la situation en Espagne LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris 13 avril 2012 Depuis trois semaines, les marges de crédit de l Espagne sont sous pression Plusieurs événements

Plus en détail

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance Journées de l économie Lyon 10 novembre 011 La soutenabilité de la croissance Quel business plan pour la politique économique de la France? 1 La France en 00 suivant les tendances actuelles Le business

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme

Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme N 158 3 novembre 2010 Soutenabilité de la dette publique européenne : un autre regard à long terme Nous avons mis à jour nos prévisions de comptes publics en zone euro sur la base des dernières révisions

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N 79 Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole Nous pensons que le scénario le plus probable pour le prix du pétrole est : - une

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail